Navigation – Plan du site
(Dé)peindre l’Autre (et le Soi) : peinture et littérature

Les voyageurs anglais en Irlande au XVIIIe siècle

Claire Dubois

Résumés

Cet article se propose d’étudier l’évolution de la représentation de l’Irlande dans les récits de voyage au XVIIIe siècle. Au XVIIe siècle, les récits de voyage mettent en avant les éléments de la société irlandaise confirmant le stéréotype de l’Irlandais paresseux et violent, notamment après le soulèvement de 1641 en Ulster. Lorsque la peur d’une possible rébellion catholique s’estompe peu à peu, de nouveaux voyageurs tentent l’aventure et viennent observer les sauvages Irlandais de leurs propres yeux. Leur expérience de l’Irlande ne confirme pas toujours leurs attentes et une nouvelle représentation du pays de développe progressivement. L’Irlande devient non plus une contrée où les vieilles barbaries doivent absolument être réformées, mais un pays intéressant et divertissant pour le voyageur.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Voir à ce sujet Joep Leerssen, Mere Irish and Fior-Ghael, Cork : Cork University Press, 1996, (...)
  • 2 Le soulèvement de 1641 en Ulster a cependant profondément marqué les esprits protestants comm (...)
  • 3 David Hume, The History of England, Londres : T. Cadell, 1754-1762.

1Du XIIe au XVIIe siècle, les représentations anglaises de l’Irlande furent marquées par la critique acerbe du mode de vie des Irlandais d’origine gaélique. Une véritable dichotomie était à l’œuvre, attribuant tous les défauts de la vie irlandaise à la communauté gaélique et toutes les qualités à l’influence anglaise. L’Irlande était représentée comme une contrée sauvage à dompter. Une sorte de tradition textuelle s’était créée, chaque nouvel ouvrage reprenant les arguments des précédents1. A partir du règne de William III et Mary II, la peur d’un possible soulèvement catholique s’estompe en Irlande et l’image de ce pays s’améliore graduellement2. Si les représentations historiographiques perpétuent pour un demi-siècle encore la tradition critique – notamment The History of England de David Hume3 – les récits de voyage témoignent progressivement d’une attitude différente envers l’Irlande.

  • 4 Charles Topham Bowden, Tour through Ireland, Dublin : W. Corbet, 1791, 4.

2Après la rébellion de 1641, rares sont les voyageurs anglais qui s’aventurent en Irlande. En 1698-9, John Dunton est le premier depuis la rébellion (et probablement l’un des premiers Anglais) à se rendre dans le Connemara. Dunton, comme Chetwood, Bowden ou Young après lui, se rend en Irlande pour des raisons anthropologiques et ethnologiques. Il entend se rendre compte par lui-même de la barbarie irlandaise. Car, comme l’affirme Bowden, les différents écrits portant sur l’Irlande ont donné une image contradictoire du pays4.

  • 5 Edmund Burke, A Philosophical Enquiry into the Origins of our Ideas of the Sublime and the (...)
  • 6 Voir le dialogue entre Paul Ricoeur et Jean Daniel « L’étrangeté de l’étranger », Le Nouvel O (...)

3Si les descriptions de Dunton correspondent aux stéréotypes traditionnels, ses motivations fondamentales diffèrent cependant. Il tente d’amuser le lecteur, ce qui augure de la modification du traitement réservé au stage Irishman dans le théâtre du XVIIIe siècle. Dans les récits de voyage comme au théâtre, la barbarie irlandaise ne suscite plus ni haine ni désir de réforme : au contraire, elle est l’objet d’un intérêt bienveillant, voire amusé. Les voyageurs, qui ont des idées préconçues et stéréotypées sur le pays, sont surpris de ne pas voir l’expérience confirmer leurs attentes. Une nouvelle appréciation de l’Irlande se développe alors, notamment grâce au paysage et à l’esthétique du sublime telle qu’Edmund Burke la théorise en 17575. Les paysages et les habitants donnent désormais lieu à des descriptions enthousiastes comme celle de Chetwood. Les voyageurs consultent également des sources irlandaises avant d’entreprendre leur périple ou avant la rédaction du récit. Cette nouvelle attitude contribue à réévaluer la perception traditionnelle des responsabilités respectives face à la situation irlandaise. Les Irlandais d’origine gaélique ne sont plus rendus responsables de leur situation désastreuse, laquelle est imputée au système social créé par les Anglo-Irlandais et à la négligence du gouvernement britannique. La dichotomie entre les catholiques gaéliques et les colons protestants existe donc toujours mais les jugements traditionnels sont inversés. Les protestants ne sont plus représentés comme les garants de la civilisation face au peuple primitif. Nous étudierons les éléments textuels de cette évolution et verrons que nommer l’Irlandais et l’identifier, c’est accepter son existence et remplir la « place vide » que constitue l’étranger6. Nous verrons ensuite si ces changements affectant la perception anglaise de l’Irlande dans la littérature de voyage et au théâtre ont un pendant politique et si l’opinion publique dans son ensemble et la politique étrangère de la Grande-Bretagne sont plus favorables à l’Irlande.

Une appréciation plus positive de l’Irlande

  • 7 William Brereton, Travels in Ireland, 1634-5. Lors de son voyage, Brereton est choqué par (...)
  • 8 John Dymmock avait plus exactement divisé la population irlandaise en quatre catégories : “(...)

4Les voyageurs qui se rendent en Irlande à partir de la fin du XVIIe siècle commencent à en donner une image différente et à modifier leur attitude envers ce pays. Les touristes et voyageurs anglais sont dans l’ensemble peu nombreux à s’y aventurer : William Brereton en 16357, puis John Dunton en 1698 qui est l’un des seuls à pousser le voyage jusque dans l’ouest irlandais. La motivation première de Dunton est d’observer les « sauvages irlandais » en chair et en os, et c’est dans l’ouest qu’il pense les trouver. Cette idée mérite d’être notée car elle implique que certaines parties de l’Irlande sont plus authentiques et plus irlandaises que d’autres, parce que peu anglicisées. C’est une conséquence directe, semble-t-il, de la distinction entre les « mere Irish », Irlandais ordinaires, et les « civil Irish », les Irlandais civilisés ou anglicisés habitant dans les comtés du Pale8. Selon l’époque, l’Irlande authentique se situe tour à tour dans le Connemara, le Munster ou le Connaught, comtés les plus éloignés de Dublin et du Pale.

  • 9 Moryson était le secrétaire particulier de Mountjoy. Une partie de ses souvenirs de (...)
  • 10A wild mountainous country in which the old barbarities of the Irish are so many and so c (...)

5La perception de l’Irlande selon Dunton correspond à celle des auteurs des siècles précédents : il se réfère à Fynes Moryson par exemple9. Son voyage dans l’ouest n’est finalement qu’une recherche de confirmation de l’idée qu’il se fait du Connemara. La vraie Irlande ne peut se trouver que là-bas, selon lui, dans ces endroits sauvages où les habitants n’ont pas eu de contacts avec les Anglais ou très peu, dans « [ce] pays sauvage et montagneux dans lequel les vieilles barbaries des Irlandais sont si nombreuses et si répandues, qu’avant ma venue en ces lieux, je recherchais la véritable Irlande en vain »10.

  • 11 Edmund Spenser, A View of the Present State of Ireland, 1596. Spenser critique notamment le (...)
  • 12 “And here I shall give ye a glimpse of the country; or, as it were, a general view (...)

6Le Connemara apparaît comme l’archétype de l’Irlande : sauvage, montagneux et peuplé d’habitants aux coutumes barbares. L’adjectif « vieilles » (old) est sans doute utilisé à la fois parce que la barbarie irlandaise est naturelle et parce que la tradition anglaise considère depuis longtemps l’Irlande comme un pays barbare. L’Irlande géographique ne correspond pas vraiment à l’image qu’en donne la tradition anglaise, mais c’est l’Irlande que l’on adapte à la perception anglaise et non l’inverse. La véritable Irlande est celle de l’ouest, la plus éloignée de l’Angleterre. Il est intéressant de constater que cette idée, dont les Irlandais cherchent à se détacher désormais, naît à cette époque. Il n’est pas surprenant que les descriptions de Dunton correspondent à l’attitude anglaise générale. Ce qui change pourtant c’est le traitement réservé à l’Irlandais : l’étrangeté et la barbarie qu’on lui attribue n’est plus vraiment objet de haine ou désir de réforme, mais volonté de s’amuser de ses particularités. On est bien loin des reproches adressés aux Irlandais par Edmund Spenser11. Dunton essaie de divertir son lecteur dans The Dublin Scuffle : « Et ici je vais te donner un aperçu du pays ; ou, si l’on veut, une vue générale de mes pérégrinations irlandaises. Et, puisque l’Irlandais est un farceur né, ce sera joyeux et plaisant »12.

  • 13Fuller of humanity than I could hope from persons appearing so barbarous”. Voir E. MacLys (...)

7L’étrangeté de l’Irlandais éveille alors une sorte d’intérêt bienveillant, de curiosité pour un certain exotisme. Personne ne semble plus considérer les Irlandais simplement comme des sauvages. Mais il est également évident que cette perception est toujours teintée de préjugés et qu’un certain horizon d’attente modifie l’expérience que les Anglais peuvent avoir de l’Irlande. Même les images qui sont contraires à cette attente se voient décrites en référence à celle-ci. Ainsi Dunton précise-t-il qu’il a été reçu « de façon bien plus humaine que ce qu’il pouvait espérer de la part de personnes d’apparence si barbare »13.

  • 14The most romantick island in the world”. Voir C. Bowden, op.cit., 249.
  • 15 William Rufus Chetwood, A Tour through Ireland in Several Entertaining Letters, Londres : J (...)
  • 16 J. Dunton, op.cit., 60-76.

8De la même façon, l’appréciation esthétique des paysages irlandais s’améliore à mesure que les routes atteignent des districts plus reculés et que la loi et l’ordre gagnent du terrain. Les aspects du paysage qui mettaient précédemment les voyageurs mal à l’aise, tels que la forêt ou les montagnes, sont désormais perçus avec moins d’appréhension. En outre, le concept du sublime commence à créer un contexte favorable à de tels paysages. C’est principalement l’ouvrage clé d’Edmund Burke, An Enquiry into the Origin of our Ideas of the Sublime and the Beautiful, publié en 1757, qui lie définitivement le sublime et les notions de terreur, d’obscurité, de pouvoir, d’immensité, d’infini. Le pays « sauvage et montagneux » que décrit Dunton devient ainsi devant les yeux du voyageur ébloui et déconcerté un exemple de sublime. Les parties les plus périphériques et reculées des îles britanniques peuvent donc attirer de nouveaux voyageurs grâce à leur aspect sauvage. C’est le cas de l’Irlande. Les appréciations plus positives de l’Irlande commencent souvent par un enthousiasme pour les paysages irlandais. L’Irlande est « l’île la plus romantique du monde », selon Charles Topham Bowden14. Chetwood affirme qu’il s’agit d’un « paradis » grâce aux beautés du paysage, beautés que le public anglais ignore totalement selon lui15. Bush s’attarde plusieurs pages durant sur les attraits de la Chaussée des Géants dans le comté d’Antrim, insistant sur l’aspect singulier et extraordinaire de ce paysage qui ne se trouve dans aucune autre contrée du globe16. Les paysages sublimes permettent ensuite aux voyageurs de réévaluer les habitants eux-mêmes.

  • 17 Le géographe grec Strabon et l’historien romain Solinus donnèrent des descriptions fantaisi (...)
  • 18Many curious and entertaining particulars of a kingdom, which, to my certain knowledge, h (...)
  • 19The Irish musick has something peculiarly sweet and melancholy, and the whole nation seem (...)
  • 20 Giraud de Barri, The History and Topography of Ireland, John O’Meara (ed.), Londres (...)
  • 21 Les antiquarians irlandais tels que Charles Vallancey, Charles O’Conor ou Sylvester O’Hallo (...)

9William Rufus Chetwood publie en 1746 A Tour through Ireland in several entertaining Letters. Il fait preuve d’un enthousiasme inédit et positif pour l’Irlande, ses habitants et ses paysages. Il entend réfuter l’image donnée par des auteurs tels que Strabon, Solinus ou encore Giraud de Barri17. Son livre donne donc « de nombreuses particularités curieuses et divertissantes d’un royaume, duquel, j’en suis certain, on a donné une image grossièrement déformée »18. Certes, ses intentions sont louables mais Chetwood vise avant tout à distraire ses lecteurs. Tout cela ne semble pas être réellement pris au sérieux. Chetwood, comme Dunton, est enchanté par la musique gaélique et son caractère mélancolique : « la musique irlandaise a quelque chose de singulièrement doux et mélancolique, et la nation toute entière semble avoir cette tournure »19. Cette mélancolie du caractère irlandais s’oppose bien entendu aux préceptes de la raison que suit la nation anglaise. Giraud de Barri louait également la musique irlandaise, mais à ses yeux cela n’ôtait rien à la barbarie des Irlandais20. Cette appréciation positive du paysage irlandais et de la musique va de pair avec un intérêt pour sa population gaélique ainsi que son histoire. Chetwood soutient la revendication irlandaise d’une civilisation antique, revendication si souvent tournée en ridicule par ailleurs21. Selon lui :

  • 22Was much on the same footing as her neighbours, and indeed the state of the whole nation  (...)

[La cour royale gaélique] était pratiquement sur un pied d’égalité avec celle de ses voisins, et c’était en effet le cas de toute la nation : en quoi, sinon par leur titre, nos barons et leurs querelles diffèrent-ils des petits princes d’Irlande ? Grâce à leurs historiens, on peut déduire que chaque monarque entretenait toujours les dix officiers suivants à la cour, ce qui (soit dit en passant) n’a pas vraiment goût de barbarie, à savoir, un seigneur ou premier ministre, un juge, un augure ou un druide, un médecin, un poète, un historien ou un héraut, un chef de musique et trois intendants de la maison22.

  • 23The usual title of each Petty sovereign was the murder of his predecessor”, David Hume, H (...)

10Cette appréciation des princes gaéliques est tout à fait inédite. Elle va à l’encontre de celle de David Hume qui décrivait une succession dynastique sanglante et violente : « le droit de chacun de ces petits souverains ne se fondait ordinairement que sur le meurtre de son prédécesseur »23. On peut également remarquer le fait que Chetwood a de l’estime pour les écrits des historiens irlandais. Grâce à eux, on peut selon lui connaître la civilisation gaélique et son fonctionnement. Chetwood est un des premiers écrivains anglais à attribuer de la valeur aux historiens gaéliques, et aux auteurs des annales notamment. Ce type d’attitude est tout à fait nouveau dans le contexte de la tradition textuelle que nous avons évoquée jusqu’à présent, et c’est sans doute le résultat d’une contre-tradition menée par les historiens gaéliques dont parle Chetwood. Bowden cite lui aussi des sources irlandaises et s’appuie non pas sur Giraud de Barri ou Moryson, mais sur des celtisants comme Charles Vallancey, le Français Jean-Baptiste Bullet ou encore James MacPherson. Les recherches de ces derniers semblent donc avoir eu une influence plus générale.

Un renversement de la dichotomie traditionnelle

11Une attitude plus tolérante se développe donc à l’égard des Irlandais gaéliques et par conséquent à l’égard des paysans qui en constituent la majeure partie. Traditionnellement, les écrivains et voyageurs anglais associent les ruraux à la paresse, à la superstition, par opposition aux colons venus d’Angleterre qui sont propriétaires terriens ou vivent à la ville. La barbarie des Irlandais n’est plus, selon John Bush par exemple, une inclinaison naturelle du caractère irlandais. Elle est plutôt due aux inégalités en vigueur dans la société. Dans Hibernia Curiosa, Bush décrit la pauvreté et le dénuement des ruraux, non comme le résultat de leur paresse naturelle et d’une certaine complaisance, mais comme celui de l’injustice sociale.

  • 24If in any part of the kingdom there are any wild Irish to be found, it is in the (...)

Si l’on peut trouver dans quelque partie du royaume un Irlandais sauvage, c’est dans la partie ouest de cette province (c’est à dire le Connaught), car ce sont eux qui ont le sens de la loi et du gouvernement le moins développé parmi tout le peuple d’Irlande, je pense, hormis leurs propriétaires terriens hautains et tyranniques, qui sont, littéralement, en effet, des souverains absolus dans leur villes et clans respectifs […] Leurs mesures répressives et tyranniques ont, en effet, presque vidé cette province d’Irlande de sa population. La volonté et le plaisir de ces chefs est loi absolue pour les pauvres habitants qui leur sont liés, et c’est sous leur coupe que vivent ces pauvres bougres dans l’état de dépendance le plus vil et le plus abject24.

  • 25 C’est ainsi que l’on nomme le fait que les propriétaires terriens anglais ne logeaient pas (...)
  • 26And the case of the lower class, indeed, which is the greatest number, is little better t (...)

12Bush dénonce donc l’absentéisme25, les intermédiaires, les taxes religieuses et se fait le représentant, non de sa propre classe sociale, mais des paysans pauvres. Ce sont donc les nobles, par ailleurs objets de la sympathie anglaise en tant que représentants de la civilisation en Irlande, qui sont ici blâmés pour les conditions choquantes dans lesquelles vit la population rurale. Bush parle même d’« état d’esclavage »26. Selon lui, les propriétaires terriens méprisent la pauvreté et les conditions de vie des ruraux. Dans ces circonstances, il n’est pas surprenant que les paysans refusent de travailler, voire qu’ils se rebellent.

  • 27 Le Patriotisme est un mouvement anglo-irlandais du dix-huitième siècle qui a permis l’auton (...)
  • 28 W. Chetwood, op. cit., 125, 130.

13Cette nouvelle attitude, dont Bush est un représentant déclaré, perpétue pourtant la distinction traditionnelle entre les autochtones catholiques et les colons protestants, mais en inversant les rôles précédemment attribués et qui considéraient les premiers comme des primitifs ignorants et les seconds comme les représentants de la civilisation. Les auteurs anglais tendaient à exclure les habitants du Pale de leur critique du pays tout entier. Désormais, ce sont les Irlandais gaéliques qui sont décrits comme d’innocentes victimes d’une classe de parasites inhumains vivant dans le luxe. C’est à eux qu’on doit attribuer la responsabilité de la situation politique instable. On peut trouver là un écho des condamnations formulées par certains Patriotes anglo-irlandais envers les nobles absentéistes, notamment lorsqu’ils dénoncent la manière irresponsable dont ceux-ci gèrent leurs propriétés27. Chetwood fait de l’absentéisme la cause première de la situation désastreuse de l’Irlande. Les propriétaires anglais sont décrits comme des parasites qui se nourrissent du sang des locaux28. La responsabilité de la situation irlandaise est donc attribuée à l’attitude des Anglais et on insiste moins sur les défauts traditionnellement prêtés aux catholiques.

  • 29That the character of the nation has not that lustre abroad, which I dare assert, (...)
  • 30 Les premières études fiables de ces questions datent de 1870. Elles ont révélé que 97 % des (...)

14L’image donnée par les voyageurs anglais devient désormais plus positive, sans pour autant que ses éléments constitutifs en soient modifiés. Les Irlandais des campagnes, d’origine gaélique, sont considérés comme les représentants de l’Irlande véritable. Selon Arthur Young, c’est à cause de l’attitude des nobles et des propriétaires terriens « que le caractère de la nation [irlandaise] n’a pas de prestige à l’étranger, prestige, j’ose l’affirmer, qu’il va bientôt mériter de façon générale »29. Il estime que chaque année ces propriétaires terriens « fainéants et négligents » font sortir du pays l’équivalent de 732 000 livres. Thomas Prior a rédigé une liste des propriétaires terriens absentéistes en 1729, A List of the Absentees of Ireland and the Yearly Value of their Estates and Income Spent Abroad, rééditée six fois avant 1783. Leurs estimations ne sont bien entendu pas fiables30. Mais l’idée principale était que la situation irlandaise aurait pu être bien plus favorable si ces propriétaires contribuaient à l’améliorer au lieu de la dégrader.

  • 31 Edmund Burke, A Letter from the Right Hon. Edmund Burke, MP, in the kingdom of Great Britai (...)

15Ces critiques, de même que l’utilisation de plus en plus fréquente de sources irlandaises ou celtisantes, indiquent un changement de la configuration littéraire dans laquelle se construisent les récits de voyages. En effet, il ne s’agit plus comme pour Bush de références à tonalité coloniale, mais d’un contexte véritablement irlandais, influencé par le mouvement Patriote. Il y a donc un changement de la configuration littéraire au sein de laquelle les Anglais traitent de l’Irlande. La situation politique ou sociale ne change pas pour autant. Il s’agit d’une évolution de la tradition textuelle. Les éléments individuels formant l’image de l’Irlande ont été peu (voire très peu) modifiés, mais c’est le traitement qu’en donnent les voyageurs et les auteurs qui a changé. Ces changements de l’imagerie nationale dans la littérature du voyage n’ont par ailleurs pas encore vraiment d’équivalent en historiographie. Seul Edmund Burke défend l’émancipation des catholiques dans son pamphlet de 1792 A Letter to Sir Hercules Langrishe31. Il tente de montrer que c’est la privation de leurs droits qui rend les catholiques irlandais belliqueux. Cette prise de position préfigure de nombreuses théories du XIXe siècle. En effet, les origines de la barbarie irlandaise étaient considérées à l’époque comme étant soit historiques soit naturelles. L’Edinburgh Review défendait avec ferveur la théorie historique et environnementale, soulignant l’aspect social et économique de la question irlandaise et accusant l’injustice du système mis en place par les Anglo-Irlandais. À l’opposé, des journaux conservateurs comme le Blackwood’s Magazine mettaient en avant les failles de la foi catholique qui ne permettait pas de corriger les défauts du caractère irlandais.

  • 32National virtues to recompense these defects”. Voir Oliver Goldsmith, Collected W (...)

16Il s’agit également de changements dictés par le goût et les conventions littéraires : ainsi, l’image de l’Irlandais est traitée de manière plus sentimentaliste. Bush témoigne d’une préférence pour le caractère des Irlandais gaéliques, ou natives, par rapport à celui des protestants, qui partagent les défauts traditionnels des Irlandais gaéliques sans pour autant posséder « les vertus nationales » qui « compens[eraient] ces défauts »32. On peut néanmoins se demander si cet adoucissement de la représentation de l’Irlande traduit une réelle modification de ses éléments constitutifs.

Une modification de la perception de l’Irlandais ?

17Pour comprendre le mécanisme de représentation de l’Autre en littérature, il est intéressant d’étudier les personnages de théâtre, qui cristallisent souvent les perceptions populaires. L’adoucissement remarqué dans les récits de voyage a son pendant théâtral. Les tendances anticatholiques s’épuisent progressivement notamment après l’échec de la rébellion jacobite de 1745 et cela profite aux personnages irlandais. Dans les pièces du XVIIe siècle, le spectre de la rébellion d’Ulster de 1641 se faisait sentir. L’Irlandais était souvent un traître, faussement naïf, reflétant les tensions entre catholiques et protestants. Les personnages d’Irlandais – notamment les prêtres, perçus comme extrêmement hostiles et dangereux – sont dénigrés de façon systématique jusqu’au début du XVIIIe siècle dans des pièces comme The Lancashire Witches (1682) de Thomas Shadwell ou The Royal Flight or the Conquest of Ireland (1690). Il faut se rappeler que les conventions du théâtre ne permettent pas toujours une grande variété des types, surtout s’agissant des personnages secondaires, qui ne sont que peu ou pas élaborés psychologiquement. En outre, il s’avère que la transgression de ces conventions va souvent de pair avec le mécontentement du public. Comme l’explique Gérard Genette :

  • 33 Gérard Genette, Figures II. Essais, Paris : Seuil, 1969, 73.

En fait, vraisemblance et bienséance se rejoignent sous un même critère, à savoir « tout ce qui est conforme à l’opinion du public ». Cette « opinion », réelle ou supposée, c’est assez précisément ce que l’on nommerait aujourd’hui une idéologie, c’est à dire un corps de maximes et de préjugés qui constitue tout à la fois une vision du monde et un système de valeurs33.

18Aller contre ces conventions, c’est, en quelque sorte, aller contre la morale anglaise. L’idéologie qui sous-tend les conventions théâtrales rejoint ici l’idéologie politique, c’est-à-dire ce que l’opinion publique anglaise pense de l’Irlande et des Irlandais. Le personnage de l’Irlandais au théâtre correspond donc à une série de traits caractéristiques prédéterminés qui lui viennent de l’opinion contemporaine et d’une longue tradition discursive.

  • 34 “ My name is Torlough Rauwer Macahone, of the parish of Curlough a Belegely, in the (...)

19Au début du dix-huitième siècle, un certain adoucissement se fait sentir dans la représentation des personnages d’Irlandais, parallèlement à la multiplication des paddy jokes. Dans The Stage Coach de Farquhar (1704), le personnage de Torlough Macahone cherche à faire fortune en Angleterre en séduisant, sous de faux prétextes, des veuves ou de riches héritières. Il s’exprime avec insolence et prétention, mais sans se départir de son accent irlandais, et dans une grammaire et une syntaxe approximatives : « Je m’appelle Torlough Rauwer Macahone, de la paroisse de Curough a Begely, dans le comté de Tipperary, propriétaire ; où se trouve ma résidence, pour moi et mes prédécesseurs après moi »34. Ses desseins sont contrecarrés par une prostituée qui lui fait croire qu’elle est une riche dame. Il est donc facile de se jouer de lui. De tels incidents arrivent souvent aux Irlandais qui viennent chercher fortune en Angleterre dans les comédies du XVIIIe siècle. Farquhar marque un tournant dans le traitement théâtral du personnage de l’Irlandais, car il s’écarte de la tradition anti-irlandaise pour annoncer un traitement plus comique. Le personnage de l’Irlandais devient donc moins subversif dans un contexte où les malentendus, les changements d’identités et autres quiproquos servent de base à la comédie. La part dangereuse de son caractère s’estompe au profit du développement d’une figure comique. Les aspects négatifs attribués au personnage sont traités sur un mode comique voire burlesque. Semblable indulgence, qui fait partie intégrante d’une perception plus sentimentale propre au genre théâtral, permet de réinterpréter les attributs précédemment donnés au personnage. Il n’est plus un ennemi cruel et sans cœur, mais un héros loyal, noble et sentimental. Il fait preuve de loyauté envers l’Angleterre. Dans ce cadre, l’accent irlandais et les caractéristiques irlandaises soulignent le fait que cette loyauté ne va pas de soi. Ce développement est influencé par les auteurs irlandais installés en Angleterre.

  • 35 Voir Richard Brinsley Sheridan, « Introduction », in Dramatic Works, Cecil Price (ed.), Oxf (...)

20Le personnage de Sir Lucius O’Trigger dans la pièce de Sheridan The Rivals (1775) montre bien cette évolution. Adepte de la violence et du duel dans la version initiale de la pièce comme en témoigne son patronyme, il est modifié par Sheridan après la première représentation suite aux critiques des journaux londoniens qui considéraient le personnage comme une attaque mesquine envers l’Irlande35. Comme d’autres personnages au cours du siècle, O’Trigger est confronté à des situations ridicules ou indignes, et doté des attributs traditionnels de l’Irlandais. Ce n’est donc pas par l’Irlandais en tant que tel que les Londoniens se sentirent insultés, mais par la figure du duelliste. Ce personnage assoiffé de sang choqua le public anglais habitué aux personnages d’Irlandais loyaux et inoffensifs qui flattaient son orgueil et sa fierté nationale. En mettant en scène un Irlandais dangereux, Sheridan remettait en cause l’idée d’intégration harmonieuse que le traitement comique de l’Irlandais sous-entendait. Les modifications apportées au personnage lui permirent de ne pas contrarier l’idée que se faisaient les Anglais de ce que devaient être les préoccupations d’un Irlandais. Il n’est plus ce personnage dérangeant qui, par son inexplicable soif de sang, met le public mal à l’aise car il ne peut le situer dans le cadre de ses stéréotypes habituels. Il devient cet Irlandais qui, comme tous les autres, est très susceptible, et surtout fier de son pays, ce qui, aux yeux des Anglais, est un défaut excusable et peut-être même honorable. Cette tendance plus sentimentale, plus comique, ne traduit pas une réelle modification de la perception de l’Irlandais. Elle n’est que la réinterprétation de ses caractéristiques fondamentales sous un jour plus favorable, mais celles-ci restent foncièrement les mêmes. Les personnages d’Irlandais ne sont plus perfides et lâches, mais loyaux et courageux. Cependant, ces réévaluations se font toujours par rapport au stéréotype d’origine.

21Le personnage de l’Irlandais au théâtre transcende les différences de classe de la société irlandaise. Certains dramaturges lui donnent des caractéristiques gaéliques, comme l’accent, la fierté ou le patronyme gaélique, mais d’autres en font un membre des classes aisées voire de l’Ascendancy, comme son rang, son patronyme ou son titre le montrent (certains personnages sont des chevaliers ou des barons). C’est ce personnage qui est considéré comme l’Irlandais typique, alors qu’il n’a pas de réelle existence. Ces hybrides permettent de construire une identité irlandaise qui fait fi des divisions politiques, culturelles ou sociales, même si cette identité est purement fictive.

  • 36 L’étude des patronymes irlandais dans les romans de Joyce, Banville, et MacGahern, permet à (...)
  • 37 Voir Henri-Frédéric Amiel, Fragments d’un Journal Intime, Genève : Georg, 1892. Voi (...)

22Ces personnages de théâtre sont le lieu d’une cristallisation de la relation entre Anglais et Irlandais, et donc de la relation à l’autre : « l’être avec autrui » défini par Levinas. Représenter l’Irlandais au théâtre, lui assigner un nom propre (O’Trigger, Macahone), c’est en définitive lui reconnaître un visage. Mais reconnaître un visage à quelqu’un, c’est seulement dire qu’il est différent, et non dire en quoi il est différent36. Chacun croit en effet savoir à quel groupe il appartient : à telle famille ou à telle nation. L’étranger est un inconnu qui vient d’une autre nation, c’est donc une « place vide ». Selon Amiel, « ce qui est étrange dans l’étranger, c’est qu’il n’est pas moi »37. Cette « place vide » de l’étranger est comblée par la perception qu’on a de lui. Ainsi au théâtre comme dans les récits de voyage, c’est la perception anglaise de l’Irlandais qui est mise en scène et qui correspond à l’horizon d’attente. Ces deux genres littéraires étant autoréférentiels, les auteurs s’inscrivent dans la continuité des arguments anti-irlandais de leurs prédécesseurs, ou rompent au contraire avec ceux-ci. À partir du XVIIIe siècle, la plupart des auteurs en viennent à réévaluer les fondements de cette tendance anti-irlandaise. Les caractéristiques de l’Irlandais restent cependant les mêmes, bénéficiant simplement d’une appréciation plus positive et d’un intérêt bienveillant.

  • 38 L’émancipation ne sera finalement accordée qu’en 1829 (en raison du veto du roi George III (...)

23Cette tendance, présente comme on l’a vu dans les récits de voyage, donne naissance par la suite à une attitude politique plus tolérante vis à vis des catholiques irlandais. Dans les premières décennies du XIXe siècle, certains journalistes Whigs en viennent à condamner le système anglo-irlandais et la négligence du gouvernement britannique alors que les Tories continuent à mettre en avant le lien entre catholicisme et pauvreté, critiquant la mesure d’émancipation catholique. Le courrier des lecteurs du Times semble montrer les mêmes tendances. Une série de lettres adressées à William Pitt entre le 12 juillet et le 14 août 1786 affirment que tous les maux dont on rend les Irlandais responsables sont causés par leur situation désastreuse. L’existence même de mouvements rebelles tels que les White Boys serait due au système de législation pénale. Ces mouvements n’existeraient pas s’il n’y avait pas de réelle oppression. L’auteur décrit ensuite en détail le système de location des terres agricoles et les baux, montrant qu’ils maintiennent les paysans irlandais dans la misère. Les lettres sont signées Philo-Britannia ou encore Philo-Libertatis et plaident la cause irlandaise, affirmant que l’Empire Britannique sortira grandi s’il accorde une égalité de traitement à l’Irlande. Cependant le soulèvement de 1798 et la perspective d’une alliance avec la France poussent le gouvernement britannique à accélérer le processus d’Union au nom de la sécurité stratégique, promettant par ailleurs l’émancipation catholique38.

  • 39 C’est selon Bhabha un caractère fondamental du discours dominateur et colonial : le concept (...)

24La tradition de mépris anti-irlandais ne s’épuise pas avec l’Union, continuant à peser de tout son poids, notamment en historiographie. Le problème majeur derrière toute représentation anglaise de l’Irlande est qu’elle est fondamentalement anglaise, qu’elle soit positive ou non. L’Irlande et les Irlandais sont donc réduits à une unité simple et non ambiguë, à un concept fixe39. Même lorsque ce sont les Anglo-Irlandais qui écrivent, ils le font pour un public anglais et sont donc influencés par l’horizon d’attente de ce public anglais, qui désire être diverti par les particularités curieuses ou inhabituelles des Irlandais. Ces particularités sont définies négativement par le fait qu’elles ne sont pas anglaises. Les auteurs qui cherchent à contrecarrer l’image négative importée d’Angleterre la suivent sur le point le plus essentiel : la vraie Irlande est celle qui diverge le plus de l’Angleterre. C’est sur ce point particulier que les nationalistes irlandais rejoignent d’ailleurs les perceptions anglaises.

Haut de page

Bibliographie

Amiel Henri-Frédéric, Fragments d’un Journal Intime, Genève : Georg, 1892.

Bowden Charles Topham, Tour through Ireland, Dublin : W. Corbet, 1791.

Burke Edmund, A Philosophical Enquiry into the Origins of our Ideas of the Sublime and the Beautiful, London : R. and J. Dodsley, 1757.

Burke Edmund, A Letter from the Right Hon. Edmund Burke, MP, in the kingdom of Great Britain to Sir Hercules Langrishe, Bart, MP, on the Subject of the Roman Catholics of Ireland and the Propriety of Admitting them to the Elective Franchise Consistently with the Principles of the Constitution as Established at the Revolution, Londres : J. Debrett, 1792.

Bush John, Hibernia Curiosa. A Letter from a Gentleman in Dublin to his Friend at Dover in Kent, Giving a General View of the Manners, Customs, Dispositions, etc, of the Inhabitants of Ireland, Londres : J. Potts, 1769.

Chetwood William Rufus, A Tour through Ireland in Several Entertaining Letters, Londres : J. Roberts, 1746.

Dunton John, The Dublin Scuffle, 1699, New York et Londres : Garland Publishing, 1974.

Dymmock John, « A Treatice of Ireland », in R. Butler R. (Dir.), Tracts Relating to Ireland, 2 vols, Dublin : Irish Archaeological Society, 1842.

Farquhar Georges, The Stage-Coach, 1704, Londres : B. Bragg, 1715.

Genette Gérard, Figures II. Essais, Paris : Seuil, 1969.

Giraud de Barri, The History and Topography of Ireland, John O’Meara (ed.), Londres : Penguin Books, 1982.

Goldsmith Oliver, Collected Works, 5 vols., A. Friedman (ed.), Oxford : Clarendon, 1966.

Hume David, History of England from the Invasion of Julius Caesar to the Revolution in 1688, 1786, Londres, 1871.

Jousni Stéphane, “Tout le monde s’appelle Paddy”, Sources (Automne 2003) : 201-210.

Leerssen Joep, Mere Irish and Fior-Ghael, Cork : Cork University Press, 1996.

Levinas Emmanuel, Le temps et l’autre, Paris : Fata Morgana, 1979.

MacLysaght E., Irish Life in the Seventeenth Century, Cork : Cork University Press, Oxford : Blackwell, 1950.

Ricoeur Paul, Soi-même comme un autre, Paris : Seuil, 1990.

Sheridan Richard Brinsley, « Introduction » in Cecil PRICE (ed.), Dramatic Works, Oxford : Clarendon, 1973, vol.1.

Spenser Edmund, A View of the Present State of Ireland, 1596.

Haut de page

Notes

1 Voir à ce sujet Joep Leerssen, Mere Irish and Fior-Ghael, Cork : Cork University Press, 1996, chapitre 3.

2 Le soulèvement de 1641 en Ulster a cependant profondément marqué les esprits protestants comme en témoigne Defoe dans Memoirs of a Cavalier (1720), James T. Boulton (ed.), Londres : Oxford University Press, 1972, 192 : “This cast, as we thought, an odium upon our whole nation, being some of those very wretches who has dipped their hands in the innocent blood of the Protestants, and, with unheard-of butcheries, had massacred so many thousands of English in cool blood”. L’ouvrage de Sir John Temple, The Irish Rebellion, a d’ailleurs été réédité à de nombreuses reprises.

3 David Hume, The History of England, Londres : T. Cadell, 1754-1762.

4 Charles Topham Bowden, Tour through Ireland, Dublin : W. Corbet, 1791, 4.

5 Edmund Burke, A Philosophical Enquiry into the Origins of our Ideas of the Sublime and the Beautiful, Londres : R. and J. Dodsley, 1757.

6 Voir le dialogue entre Paul Ricoeur et Jean Daniel « L’étrangeté de l’étranger », Le Nouvel Observateur hors-série : Les Grandes Questions de la philosophie, février-mars 1998.

7 William Brereton, Travels in Ireland, 1634-5. Lors de son voyage, Brereton est choqué par l’état des villes irlandaises et la « superstition » catholique et n’écrit de commentaires positifs qu’à propos de Dublin, ville qui ressemble le plus à l’Angleterre.

8 John Dymmock avait plus exactement divisé la population irlandaise en quatre catégories : “English Irish, meer Irish, degenerate English, and wilde Scots”. Voir John Dymmock, “A Treatice of Ireland”, in Tracts Relating to Ireland, 2 vols, ed. R. Butler, Dublin : Irish Archaeological Society, 1842, 7.

9 Moryson était le secrétaire particulier de Mountjoy. Une partie de ses souvenirs de voyages traite de l’Irlande. Fynes Moryson, An Itinerary Written by Fynes Moryson Gent., 1617, Glasgow : James MacLehose, 1907-8.

10A wild mountainous country in which the old barbarities of the Irish are so many and so common, that until I came hither, I looked for Ireland in itself to no purpose”. Voir E. MacLysaght, Irish Life in the Seventeenth Century, Cork : Cork University Press, Oxford : Blackwell, 1950, 329.

11 Edmund Spenser, A View of the Present State of Ireland, 1596. Spenser critique notamment les bardes irlandais dont l’art est hautement subversif (72-75).

12 “And here I shall give ye a glimpse of the country; or, as it were, a general view of my Irish rambles. And, as an Irishman is a living jest, ‘twill be merry and pleasant”. John Dunton, The Dublin Scuffle, 1699, New York et Londres : Garland Publishing, 1974, 398. Les italiques – qui apparaissent ici en romains – sont de l’auteur.

13Fuller of humanity than I could hope from persons appearing so barbarous”. Voir E. MacLysaght, Irish Life in the Seventeenth Century, Cork : Cork University Press, Oxford : Blackwell, 1950, 330.

14The most romantick island in the world”. Voir C. Bowden, op.cit., 249.

15 William Rufus Chetwood, A Tour through Ireland in Several Entertaining Letters, Londres : J. Roberts, 1746, 141-142, 145.

16 J. Dunton, op.cit., 60-76.

17 Le géographe grec Strabon et l’historien romain Solinus donnèrent des descriptions fantaisistes de l’Irlande fondées sur des témoignages de marins. Giraud de Barri (Giraldus Cambrensis), précepteur du Prince Jean Sans Terre, écrivit deux ouvrages traitant de l’Irlande : Topographia Hibernica (1187) et Expugnatio Hibernica (1189). Ces deux ouvrages très critiques envers l’Irlande ont souvent été considérés comme étant à l’origine de la tradition textuelle anti-irlandaise.

18Many curious and entertaining particulars of a kingdom, which, to my certain knowledge, has been grossly misrepresented”. W. Chetwood, op.cit., 74.

19The Irish musick has something peculiarly sweet and melancholy, and the whole nation seem to have a turn that way”. W. Chetwood, ibid., 76. Cela rappelle l’appréciation d’auteurs de siècles ultérieurs sur le caractère national irlandais teinté de mélancolie.

20 Giraud de Barri, The History and Topography of Ireland, John O’Meara (ed.), Londres : Penguin Books, 1982, 103-104.

21 Les antiquarians irlandais tels que Charles Vallancey, Charles O’Conor ou Sylvester O’Halloran affirmaient que l’Irlande avait eu une civilisation antique très sophistiquée alors que les commentateurs anglais estimaient que le pays n’avait pas d’histoire avant l’arrivée des Anglo-Normands au douzième siècle.

22Was much on the same footing as her neighbours, and indeed the state of the whole nation : what do our barons and their feuds differ from the petty princes of Ireland, except in title ? We can gather from their antiquaries, that each monarch always entertained the following ten officers in court, which (by the way) does not savour greatly of barbarity, viz, a lord or prime minister, a judge, an augur or druid, a physician, a poet, an antiquary or herald, a chief musician, and three stewards of household”. Voir W. Chetwood, op.cit., 74.

23The usual title of each Petty sovereign was the murder of his predecessor”, David Hume, History of England from the Invasion of Julius Caesar to the Revolution in 1688, 1786, London, 1871, vol.1, 235.

24If in any part of the kingdom there are any wild Irish to be found, it is in the western parts of this province (i.e. Connacht), for they have the least sense of law and government of any people in Ireland, I believe, except that of their haughty and tyrannic landlords, who, in a literal sense, indeed, are absolute sovereigns over their respective towns or clans […] Their imperious and oppressive measures, indeed, have almost depopulated this province of Ireland. The will and pleasure of these chiefs is absolute law to the poor inhabitants that are connected with them, and under whom the miserable wretches live in the vilest and most abject state of dependence”. Voir John Bush, Hibernia Curiosa. A Letter from a Gentleman in Dublin to his Friend at Dover in Kent, Giving a General View of the Manners, Customs, Dispositions, etc, of the Inhabitants of Ireland, Londres : J. Potts, 1769, 28 f..

25 C’est ainsi que l’on nomme le fait que les propriétaires terriens anglais ne logeaient pas ou très peu souvent dans leurs domaines irlandais.

26And the case of the lower class, indeed, which is the greatest number, is little better than a state of slavery”.Voir J. Bush, op. cit., 30.

27 Le Patriotisme est un mouvement anglo-irlandais du dix-huitième siècle qui a permis l’autonomie de l’Irlande en 1782. Les membres étaient partisans des libertés individuelles mais ne souhaitaient pas se détacher de l’Empire Britannique.

28 W. Chetwood, op. cit., 125, 130.

29That the character of the nation has not that lustre abroad, which I dare assert, it will soon generally merit”. Voir Arthur Young, A tour in Ireland, with General Observations on the Present State of that Kingdom, 2 vols, Londres : T. Cadell, 1780, vol. 2, 113.

30 Les premières études fiables de ces questions datent de 1870. Elles ont révélé que 97 % des terres irlandaises profitaient à des propriétaires vivant de leurs rentes, dont la moitié résidait à l’étranger.

31 Edmund Burke, A Letter from the Right Hon. Edmund Burke, MP, in the kingdom of Great Britain to Sir Hercules Langrishe, Bart, MP, on the Subject of the Roman Catholics of Ireland and the Propriety of Admitting them to the Elective Franchise Consistently with the Principles of the Constitution as Established at the Revolution, Londres : J. Debrett, 1792.

32National virtues to recompense these defects”. Voir Oliver Goldsmith, Collected Works, 5 vols., ed. A. Friedman, Oxford : Clarendon, 1966, vol. 3, 25.

33 Gérard Genette, Figures II. Essais, Paris : Seuil, 1969, 73.

34 “ My name is Torlough Rauwer Macahone, of the parish of Curlough a Belegely, in the county of Tipperary, Eshquire ; where is my mansion house, for me and my predecessors after me”. Georges Farquhar, The Stage-Coach, 1704, Londres : B. Bragg, 1715, 4-5.

35 Voir Richard Brinsley Sheridan, « Introduction », in Dramatic Works, Cecil Price (ed.), Oxford : Clarendon, 1973, vol. 1, 47-51.

36 L’étude des patronymes irlandais dans les romans de Joyce, Banville, et MacGahern, permet à Stéphane Jousni de montrer que les auteurs irlandais s’inscrivent dans une logique binaire d’ordre nationaliste (être étranger c’est être anglais) ou sectaire (être catholique, protestant, du Nord ou du Sud). On peut dresser ici un parallèle avec les noms des personnages théâtraux d’Irlandais. Pourtant, il existe une inégalité fondamentale. Pour les Irlandais, l’étranger est avant tout anglais, alors que pour les Anglais, il existe également les Gallois, les Écossais ainsi que les ressortissants des colonies lointaines. Voir Stéphane Jousni « Tout le monde s’appelle Paddy », Sources (Automne 2003) : 201-210. Voir également Emmanuel Levinas, Le Temps et L’Autre, Paris : Fata Morgana, 1979.

37 Voir Henri-Frédéric Amiel, Fragments d’un Journal Intime, Genève : Georg, 1892. Voir Paul Ricœur, Soi-même comme un autre, Paris : Seuil, 1990. Voir également le dialogue entre Paul Ricœur et Jean Daniel, « L’étrangeté de l’étranger », art.cit.

38 L’émancipation ne sera finalement accordée qu’en 1829 (en raison du veto du roi George III après l’Union de 1801) et après une campagne menée par Daniel O’Connell.

39 C’est selon Bhabha un caractère fondamental du discours dominateur et colonial : le concept de fixité. Selon lui, c’est un signe de différence sociale, culturelle et historique, qui connote à la fois un ordre immuable et le désordre de la répétition. Voir Homi K. Bhabha, The Location of culture, Londres : Routledge, 1994, 66.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Claire Dubois, « Les voyageurs anglais en Irlande au XVIIIe siècle », Revue LISA/LISA e-journal [En ligne], vol. XIII-n°3 | 2015, mis en ligne le 17 juillet 2015, consulté le 23 novembre 2017. URL : http://lisa.revues.org/8708 ; DOI : 10.4000/lisa.8708

Haut de page

Auteur

Claire Dubois

Claire Dubois est maître de conférences à l’université de Lille 3. Elle travaille notamment sur l’histoire des représentations aux dix-huitième et dix-neuvième siècles, la presse et les représentations visuelles de l’Irlande. Elle a récemment publié entre autres « The Wooing of Erin : Irishwomen as Victims in the Visual Arts » (Ireland and Victims : Confronting the Past, Forging the Future, ed. Lesley Lelourec and Grainne O’Keeffe-Vigneron, Peter Lang, 2012), « The Representation of Ireland in Two Nineteenth-Century French Journals » (Irish Studies in Europe vol. 4, Wissenschaftlicher Verlag Trier, 2012) et « Visualizing the Famine in the 19th century » (La Grande Famine en Irlande 1845-1850: Histoire et représentations d’un désastre humanitaire, Dir. Yann Bévant, Presses Universitaires de Rennes, 2014).

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la Revue LISA / LISA e-journal sont mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Revues.org