Navigation – Plan du site
Discours, représentation et idéologie : “Them and Us”

Joseph Addison en voyage : quelques remarques sur la France ou la mise en intrigue de l’identité anglaise

Joseph Addison’s Travels: A Few Remarks on France or the “mise en intrigue” of the English Identity
Antoine Eche

Résumés

Le voyage de Joseph Addison en France n’a jamais fait l’objet d’une relation particulière. Seules les parties italienne et suisse de son périple ont été rendu publiques dans les Remarques sur divers endroits de l’Italie. La France constitue néanmoins un sujet d’écriture privilégié pour l’éditeur du Spectateur, alors que la Guerre de Succession d’Espagne fait rage. La guerre est alors transposée dans les périodiques qu’il coédite avec Steele et dans lesquels l’Angleterre émerge triomphante d’un discours francophobe. En 1713, lors du Traité d’Utrecht, le ton change avec la parution dans The Guardian de quatre lettres de voyage, vraisemblablement issues de son expérience en France. Addison, dans une rhétorique contrastive, y laisse entrevoir ses interrogations sur la question de l’identité anglaise, reposant sur l’idéal de liberté hérité de la Glorieuse Révolution de 1688.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Sans remonter au voyage humaniste du deuxième tiers du XVIe siècle avec The Booke of the (...)
  • 2 Remarks on Several Part of Italy, Londres : R. Tonson, 1736. Ce vide taraude aussi Alai (...)
  • 3 Voir Hermann Harder, Le Président de Brosses et le voyage en Italie au XVIIIe siècle, G (...)
  • 4 Walter Graham, « Addison’s Travel Letters in the Guardian and Tatler », Philological Quarterl (...)
  • 5 Jean-Marc Moura, L’Image du tiers-monde dans le roman français contemporain, Paris : PUF, 199 (...)
  • 6 Au sens imagologique. Voir Daniel-Henri Pageaux, La Littérature générale et comparée, Paris : Arman (...)

1Avant de s’associer à Richard Steele, Joseph Addison aura voyagé sur le continent de 1699 à 1703. Fidèle au trajet culturel du Grand Tour (France, Italie et Suisse), le futur essayiste cherche à s’imposer dans le monde des lettres1. Un premier texte, poétique, sera écrit en 1704, Letter from Italy. Suivront ses Remarques sur divers endroits de l’Italie en 1705. Ces deux textes ne font pas état du long séjour en France d’Addison ou alors seulement sur le bref mode de l’allusion : ainsi, dans ses Remarques, il indique tout juste qu’il part de Marseille en direction de l’Italie, laissant le lecteur songeur quant au double vide géographique et narratif du voyage en France qui précède ce départ2. Le fait est que par son titre, le récit s’inscrit dans une dynamique de réception du voyage d’Italie3 que perturbe cependant la continuation de la relation en Suisse, renouant temporairement avec l’itinéraire du Grand Tour pour s’y arrêter brutalement. Il faut attendre le Guardian en 1713 et la publication de quatre lettres de voyages pour que l’expérience du voyage en France apparaisse publiquement. Ces lettres, recomposées sur la base de lettres réelles envoyées à cette période4, et inscrites dans une nouvelle dynamique d’écriture du voyage, sont bien sûr à relier aux remarques concernant la France et les Français qui émaillent les périodiques auxquels Addison a contribué, dans un contexte marqué par la Guerre de Succession d’Espagne et la fin du règne de Louis XIV. Au fil des textes se dessine une représentation « idéologique »5 mais nuancée de l’altérité, le Français servant de repoussoir à l’Anglais. C’est là que se construit une image6 dans laquelle se lit en creux un questionnement sur l’identité anglaise et ses valeurs.

Des lettres de voyages hors-contexte ?

  • 7 Alain Bony, The Spectator et l’essai périodique, Paris : Didier, 1999, 201.
  • 8 Ibidem, 217.
  • 9They [These letters] are written by a gentleman who has taken this opportunity to see Fra (...)
  • 10This being the great Day of Thanksgiving for the Peace, I shall present my Reader with a C (...)

2La publication de lettres dans les périodiques n’est pas chose nouvelle7. Associée à la diffusion des nouvelles de l’étranger, la forme épistolaire offre la vraisemblable garantie de l’authenticité et, comme tout écrit à prétention référentielle, elle offre aussi un cadre propice au développement de la fiction8. Néanmoins, la publication de ces quatre lettres au sein d’un périodique interroge, tant se pose la question de leur utilisation hors de leur contexte initial et de leur caractère lacunaire. En effet, l’éditorialiste dit avoir opéré une sélection parmi la correspondance d’un Anglais ayant voyagé sur le continent, ce qui présuppose un ensemble épistolaire plus vaste au sein duquel ces lettres prenaient place9. Ensuite, si ce voyageur demeure anonyme, il est possible, pour le lecteur d’alors et pour les premiers destinataires des fragments utilisés, de l’identifier à l’éditorialiste en fonction du contenu et de l’itinéraire présenté dans les lettres. Dans les lettres, le voyageur séjourne longuement à Blois dans le but d’y apprendre le français, ce qu’Addison fit pendant six mois en 1699. De plus, ces lettres sont publiées dès la reprise en main du Guardian par Addison l’année de la signature du Traité d’Utrecht (11 avril entre la Grande-Bretagne et la France, 13 juillet entre la Grande-Bretagne et l’Espagne). Partant, le lecteur, familier des Remarques sur divers endroits d’Italie, aurait bien du mal à imaginer là toute la production manuscrite du voyageur lors de son séjour en France. Ayant néanmoins légitimé ses sources, il reste à justifier la présence de ces lettres dans le périodique. Pour l’éditorialiste, ces lettres, livrées anonymement, sont placées sous le signe de la paix dont elles constitueraient alors l’illustration10. Dans le même temps, bien qu’inscrites dans une correspondance suivie, leur ancrage spatio-temporel leur confère une certaine autonomie. La première lettre n’est pas datée mais la mention de l’arrivée à Calais puis à Paris annonce une certaine progression géographique et structurelle que confirme la datation des trois lettres suivantes (Blois, les 15 et 20 mai nouveau style). Ainsi recomposées, ces lettres s’inscrivent dans une unité géographique en sous-entendant l’itinéraire du Petit Tour où ne figurent que les étapes parisiennes et blésoises. Il n’est pas besoin à l’auteur d’en préciser davantage, la route est bien connue. Cette connivence culturelle se reflète dans une écriture dominée par l’ellipse narrative, où il n’est plus jugé nécessaire de mentionner les étapes intermédiaires. À ce vide textuel répond le décrochage géographique et culturel du Petit Tour qui en fait une unité singulière et autonome du voyage continental. Par-là, ces lettres relèvent d’une esthétique fragmentaire et dans le même temps essentialiste, ce que confirme l’utilisation dans le premier paragraphe de topoï associés à l’arrivée à Calais (la chute), à l’inconfort des auberges et des modes de transport :

  • 11 Ibidem, 101.

Sir, Since I had the happiness to see you last, I have encountered as many misfortunes as a knight-errant. I had a fall into the water at Calais, since that several bruises upon the land, lame post-horses by day, and hard beds at night, with many other dismal adventures11.

3En évoquant en peu de mots ces séquences topiques, le voyageur manifeste sa familiarité avec une tradition générique établie dont l’auteur s’éloigne. En effet, la concision, l’accumulation et la nature désagréable de ces expériences visent à la satire d’un genre résumé ici à ces seuls traits. Dès l’incipit, une distance de lecture est donc établie entre le texte et la tradition.

La France qui rit, l’Angleterre qui pleure

  • 12 Publié en 1607, son essai sur les voyages comprend la liste des choses à voir et à décrire (...)
  • 13[…] there is a monarch on the French throne that furnishes discourse for all Europe”, Gua (...)

4Si l’emboîtement formel du récit de voyage épistolaire dans le périodique semble donc proposer un autre pacte de lecture, le contenu thématique relève quant à lui d’une tradition bien établie depuis Francis Bacon au moins12 : le roi et la cour, les mœurs des Français, l’esthétique du jardin constituent les trois thèmes principalement développés par Addison. Malgré de nombreuses réflexions ironiques renforçant la dimension satirique des lettres, le contenu est abordé avec sérieux et intérêt. Si Louis XIV y est dépeint comme le monarque tout puissant qui impose sa volonté à l’Europe13, il est aussi celui qui maîtrise la nature. La description des jardins de Versailles manifeste ainsi l’étonnement admiratif du voyageur devant ces réalisations :

  • 14 Guardian 101 (lettre non datée).

I am settled for some time at Paris. Since my being here, I have made the tour of all the King’s Palaces, which has been I think the pleasantest part of my life. I could not believe it was in the power of art to furnish out such a multitude of noble scenes as I there met with, or that so many delightful prospects could lie within the compass of a man’s imagination. There is everything done that can be expected from a Prince who removes mountains, turns the course of rivers, raises wood in a day’s time, and plants a village or town on such a particular spot of ground only for the bettering of the view. One would wonder to see how many tricks he has made the water play for his diversion. It turns itself into pyramids, triumphal arches, glass-bottles, imitates a firework, rises in a mist, or tells a story out of Aesop14.

  • 15I do not believe, as good a poet as you are, that you can make finer landskips th (...)

5Et Addison de proposer une réflexion plus profonde et réfléchie sur l’art du jardin-paysage antérieure à ses célèbres considérations sur les pouvoirs de l’imagination, mais postérieure à leur publication15. Cette bienveillance toute mitigée s’arrête dès lors que le voyageur stigmatise la pauvreté des sujets face à la « pompe royale », pauvreté qui fait d’autant plus ressortir de manière contrastive leur apparente gaité :

  • 16 J. Addison, Guardian 101, (lettre datée du 15 mai).

I have already seen, as I informed you in my last, all the King’s palaces, and have now seen a great part of the country. I never thought there had been in the world such an excessive magnificence or poverty as I have met with in both together. One can scarce conceive the pomp that appears in every thing [sic] about the King; but at the same time it makes half his subjects go barefoot. The people are, however, the happiest in the world [...]16.

  • 17 Voir Linda Colley, Britons. Forging the Nation 1707-1837, Londres : Vintage, 1996, (...)
  • 18For the people ; All those that have any kinde of profession or Trade live well: but for (...)
  • 19There is nothing to be met with in the country but mirth and poverty. Every one sings, lau (...)
  • 20[…] I think there is not upon the Earth, a richer Countrey, and poorer people”, James Howe (...)

6À première vue, cette observation s’avère peu originale, et ce de deux façons. D’abord elle semble plutôt émaner d’une vision protestante du monde visant à affirmer la richesse spirituelle et matérielle des protestants face aux catholiques17. Ensuite, sa présence est déjà remarquée dans des relations datant du début du XVIIe siècle18. Il en va de même pour d’autres constatations au point qu’il paraît bien difficile à Addison de s’extraire de l’emprise du stéréotype. Ainsi, en résumant ses observations à une formule lapidaire19, Addison ne fait que reprendre une figure de style figurant déjà en 1619 sous la plume d’un spécialiste du voyage, James Howell20.

  • 21 Voir John Lough, France observed […] by British Travellers, op. cit., 34-44.
  • 22 Voir Jeremy Black, The British Abroad, op. cit., 224.
  • 23 Ibidem, 223.
  • 24The people are, however, the happiest in the world, and enjoy, from the benefit o (...)
  • 25The face of the whole country, where I now am, is at this season pleasant beyond i (...)
  • 26 Addison fait explicitement référence au spleen : “I cannot end my letter without observing, (...)
  • 27 Voir G.S. Rousseau, “Science” in Pat Rogers (Dir.), The Eighteenth Century, Londres : Methu (...)
  • 28 Ainsi dans le Spectateur 179, Addison évoque la relation entre son lectorat et sa manière d (...)
  • 29 Dans le Spectateur 26, Addison évoque une promenade dans le cimetière de l’abbaye de Westmi (...)
  • 30 Guardian 101, (lettre non datée).

7Pourtant, le discours addisonien se distingue bien du discours antérieur par l’actualité de son regard et par la mise en perspective de ses observations. D’abord, si les voyageurs du siècle précédent précisent que cette vision des Français ne s’applique qu’aux paysans21, il semble que pour Addison et ses lecteurs, il ne soit plus la peine de distinguer. Ensuite, et à la différence des observations précédentes, la cause de cette mauvaise situation est essentiellement imputable au pouvoir royal, en la personne de Louis XIV. Ces deux traits se retrouvent également dans d’autres écrits de voyages du début du siècle, ce qui confirme l’importance de la période dans laquelle s’inscrit ce regard22. Enfin, la stigmatisation de la gaîté française ne constitue pas seulement l’objet d’un simple constat ou d’un étonnement23 mais celui d’un discours explicatif. Cette bonne humeur s’expliquerait par le climat général de la France24, dont l’auteur a pu lui-même bénéficier, et qu’il oppose aux effets du climat anglais sur ses compatriotes25. En dehors du portrait du roi et de la cour, les remarques concernant les Français sont toutes reliées au thème de la gaîté française servant ainsi de repoussoir au spleen anglais, sujet d’étude en quelque sorte officialisé depuis The Anatomy of Melancholy (1621) de Robert Burton26 et tragiquement inscrit dans l’ère du temps comme le montre la progression du taux de suicide en Angleterre à cette période27. Le thème de la mélancolie n’est pas nouveau sous la plume d’Addison : le substantif est utilisé dans de nombreux essais du Spectateur par exemple. Le terme y est soit relié au climat et à l’idée de caractère national28, soit détaché de toute perspective identitaire29. La gaîté des Français se traduirait par l’ouverture de l’expression de soi au monde : “If the French do not excel the English in all the arts of Humanity, they do at least in the outward expressions of it. And upon this, as well as other accounts, though I believe the English are a much wiser nation, the French are undoubtedly much more happy30. Une telle expressivité semble alors expliquer pourquoi les manières des Français transcendent les différences sociales :

  • 31 Guardian 104, (lettre datée du 20 mai).

One may know a foreigner by his answering only no or yes to a question, which a Frenchman generally makes a sentence of. They have a sett of ceremonious phrases that run thro’ all ranks and degree among them. Nothing is more common than to hear a shop-keeper desiring his neighbour to have the goodness to tell him what is o’ clock, or a couple of coblers that are extremely glad of the honour of seeing one another31.

  • 32 Ainsi chez l’Écossais John Lauder dans son Journals with his Observations on Public Affairs and (...)
  • 33 Guardian 101, (lettre datée du 15 mai).
  • 34 Pour les observations des voyageurs sur la religion et la politique continentales, (...)
  • 35 Alain Bony parle d’un « […] mythe de fondation […] acte de naissance de l’Angleterre modern (...)
  • 36 G.S. Rousseau, art. cit., 187.
  • 37 John Arbuthnot, Essay concerning the Effects of the Air on Human Bodies, Londres : (...)
  • 38 Nous entendons « stéréotype » dans le sens que lui donne D-H Pageaux dans La Littérature gé (...)
  • 39 L’expression est de Jean Ehrard. Voir L’Idée de la nature en France, Paris : Albin Michel, (...)

8Ce faisant, Addison dépasse l’ancienne vision figée du Français pauvre et amateur de formules de politesse32 en illustrant son point de vue à l’aide d’éléments certes connus du lectorat mais placés sous un nouveau jour. Ce nouvel éclairage fait que le portait des Français, construit sur le mode contrastif de la comparaison, questionne une Angleterre jusqu’alors sûre d’elle-même. Cette interrogation figure en creux dans une des deux lettres du numéro 101 : “[The people] enjoy, from the benefit of their climate natural constitution, such a perpetual gladness of heart and easiness of temper as even Liberty and Plenty cannot bestow on those of other nations33. À quoi servent donc la liberté et l’abondance si elles ne peuvent rendre heureux ? Pour un peuple toujours prompt à souligner l’arbitraire et l’intolérance des pays catholiques depuis au moins la Glorieuse révolution de 168834, il peut paraître étonnant de voir l’un de ses plus farouches défenseurs contribuer au constat de la faiblesse des institutions constitutives de l’identité anglaise35. La vieille idée du climat, remise au goût du jour par les nouvelles observations et découvertes scientifiques entamées dans le dernier tiers du XVIIe siècle, fournirait-elle une explication valable ? En effet, l’air et ses effets intéressent, au point que John Arbuthnot publiera en 1733 un Essay concerning the Effects of the Air on Human Bodies. L’air est un des six « non naturals » pourvoyeur de spleen36 et pour Arbuthnot, constitutif de l’identité nationale : “[…] it seems probable that the Genius of Nations depends upon that of their Air37. L’adhésion à la théorie du climat, condition de la diversité des populations, signale l’acceptation de l’immuabilité de l’ordre des choses, et conduit au discours essentialiste du stéréotype38. Il semblerait donc que ce « déterminisme géographique »39 montre les limites du système anglais, et de tout système en fait, vraisemblablement incapable de garantir le mieux-être psychologique de sa population. Dans l’économie textuelle de ces quatre lettres, chaque comparaison (in absentia ou in praesentia) entre Anglais et Français vient ainsi activer ce questionnement, rendu omniprésent par le caractère dialogique de l’écriture du voyage.

De la guerre à la paix

9Replaçant ces lettres dans le contexte général des périodiques et de la carrière littéraire d’Addison, force est de constater un changement (presque) radical dans sa représentation de la France et, par extension, de l’Angleterre. Il semble bien qu’il faille distinguer un regard belliqueux, servi par un discours de propagande, d’un regard apaisé au discours tempéré, suivant en cela les louvoiements de l’Histoire, par le biais de la Guerre de Succession d’Espagne. Trois exemples antérieurs, écrits sur une période de dix ans, permettent de juger de la transformation opérée dans le discours d’Addison sur la France.

  • 40 The Works of the late right honorable Joseph Addison, Birmingham : J. Baskerville, (...)

10L’engagement pro-anglais s’était déjà traduit de façon littéraire chez Addison dans un poème de 1704, The Campaign, célébrant la victoire de Marlborough lors de la bataille de Blenheim/Höchstädt. Sur proposition d’Halifax, Addison devenait ainsi poète officiel du parti Whig. Dans ce long poème, Addison mettait en avant certaines caractéristiques françaises dès les premiers vers : “The haughty Gaul beheld, with tow’ring pride, / His ancient bounds enlarg’d on every side[…]40. Les qualificatifs ne trompent pas : Addison travaille une matière déjà formée, où le stéréotype, en plus de présenter une image condensée, renvoie à l’essence des choses. C’est donc une France ontologiquement arrogante, à la fierté démesurée, mais aussi réduite à une appellation anachronique que viennent de vaincre les armées de la reine Anne. La Gaule et son image révolue, fait fonction de miroir dans lequel se lit la fin du règne de Louis XIV : celui-ci est sur le déclin et sa  défaite consacre sa faiblesse :

  • 41 Ibidem, 76.

...] great Louis fears
Vengeance reserv’d for his declining years,
Forgets his thirst of universal sway,
And scarce can teach his subjects to obey ;
His arms he finds on vain attempts employ’d,
Th’ ambitious projects for his race destroy’d,
The works of ages sunk in one campaign,
And lives of millions sacrific’d in vain41.

11La morale condamne ce roi vaniteux, seul responsable de ces morts, tandis que la Grande-Bretagne s’affirme comme le garant d’une liberté toute britannique et empreinte du mythe de la Glorieuse Révolution de 1688 :

  • 42 Ibid., 76.

By her, Britannia, great in foreign wars,
Ranges through nations, wheresoe’er disjoined,
Without the wonted aid of sea and wind.
By her th’ unsetter’d Ister’s states are free,
And taste the sweet of English liberty :
But who can tell the joys of those that lie
Beneath the constant influence of her eye !
Whilst in diffusive show’rs her bounties fall
Like heaven’s indulgence, and descend on all,
Secure the happy, succor the distrest,
Make every subject glad, and a whole people blest42.

12La lecture de l’imagerie montre que les pays concernés sont placés dans une position inférieure : elle les couve du regard, et déverse sur eux ses dons. Cette liberté s’apparente même au divin : elle est comparée à l’indulgence du paradis. Elle exerce donc un contrôle et affirme sa présence en dehors de ses frontières en parcourant les nations. Mais en même temps, elle ne se manifeste qu’au travers de la vision religieuse d’un peuple : le peuple anglais est béni, libre et heureux. C’est bien de la validité de ce dernier vers dont il sera question dans les lettres du Guardian, en des termes beaucoup moins péremptoires. Ainsi l’adjectif « glad » que dictent sans doute commande et conviction se heurte à sa déploration dans le récit d’expérience que se donne à être la lettre de voyage.

13En novembre 1707, dans un essai intitulé The present State of the War, Addison commençait par ces mots :

  • 43 Addison, Works, op. cit., Vol. IV., 283.

The French are certainly the most implacable, and the most dangerous enemies of the British nation. Their form of government, their religion, their jealousy of the British power, as well as their prosecutions of commerce, and pursuits of universal Monarchy, will fix them forever in their animosities and aversion towards us, and make them catch at all opportunities of subverting our constitution, destroying our religion, ruining our trade, and sinking the figure which we make among the nations of Europe : not to mention the particular ties of honor that lie on their present King to impose on us a Prince, who must prove fatal to our country if he reigns over us43.

  • 44After having considered that the French are the constant and most dangerous enemies to the (...)
  • 45 On pourrait y lire la métaphore latente d’une ville assiégée par des hordes de barbares.
  • 46 Tzvetan Todorov, Nous et les autres. La réflexion humaine sur la diversité française, Paris (...)
  • 47 Ce qui reprend la métaphore de la ville assiégée par des barbares.

14La France est ici explicitement diabolisée, conformément au plan annoncé dans la préface qui annonce cette idée comme constituant la première partie du texte44. La charge se manifeste alors dans une construction lexicale hyperbolique où le paradigme de la négativité est déployé dans tous les compartiments du langage. À cette utilisation de l’explicite, il faudrait également ajouter les deux traits masqués par le déploiement lexical de la charge. Tout d’abord, la France ne semble pas perçue comme élément unique mais multiple (« the French » renvoie aux Français), alors que la Grande-Bretagne est considérée à deux reprises comme un bloc constitué et organisé (« the British nation », « the British power »)45. Dans ce pamphlet rédigé après la signature de l’Acte d’Union des parlements anglais et écossais, le mot « nation » intrigue. Tout en célébrant l’union politique, la limitation de ce terme à la Grande-Bretagne dénie tout équilibre dans la représentation. Dans son essai Nous et les autres, Tzvetan Todorov propose deux définitions du mot « nation » où la seconde, dite externe, s’appuie sur une structure oppositionnelle mettant en présence deux ou plusieurs éléments qui se contrebalancent l’un et l’autre46. Or, dans l’essai d’Addison, la France ne semble pas perçue comme une nation (le terme ne lui est pas appliqué), ce qui tendrait à affirmer la supériorité de son voisin d’outre-Manche, devenu plus fort (la Grande-Bretagne a quelque chose que la France n’a pas). Dans un deuxième temps, la cause de l’acharnement des Français face aux Anglais ne serait pas tant d’ordre idéologique qu’inhérent au caractère français : “Their form of government, their religion, their jealousy of the British power, as well as their prosecutions of commerce, and pursuits of universal Monarchy, will fix them forever in their animosities and aversion towards us (…)”. La haine (aversion et animosité) des Français vis à vis des Anglais n’est pas définie par des raisons institutionnelles ou idéologiques. Elle se présente de façon inhérente, car c’est elle qui sert de support à ces diverses raisons. L’argumentaire est d’autant plus efficace qu’Addison se place aux côtés de ses contemporains. Une telle vision de la France et de ses institutions préfigure une pensée nationaliste qui trouve ses fondements dans la stigmatisation de l’ardeur belliqueuse naturelle de la France. Cette représentation favorise une répartition bipolaire des rôles : la France est l’agresseur, la Grande-Bretagne est la victime47. Force est de constater que cette peinture des deux nations a totalement disparu des lettres du Guardian. Les deux parties en présence y sont représentées en des termes équivalents.

  • 48 Comme le constate Erin Mackie : “[…] the Spectator and the Tatler, both wartime publication (...)
  • 49 Jean de La Bruyère, Les Caractères, Paris : Gallimard coll. Folio Classique, 1997, 179.

15Dans le Spectator, enfin, et parmi d’autres exemples, il en est un assez significatif du regard belliqueux qu’Addison pose sur les Français. La guerre constituait certes un bon prétexte pour dénigrer la France dans le Tatler. Avec le Spectator, la critique s’étend maintenant à tous les niveaux, aussi bien sociaux que culturels, ce qu’illustre parfaitement l’incipit bien connu du numéro 45 où, par un glissement thématique, la mode française devient le nouveau front de la propagande francophobe48. D’autres sujets seront bien sûr abordés par les essayistes. Le numéro 57 offre quant à lui un contenu plus éloquent en regard de la réflexion développée ici sur l’utilisation de l’écriture du voyage par Addison. En effet, ce numéro propose la traduction d’un des Caractères de La Bruyère, extrait du chapitre « De la Cour ». Ce passage est celui où l’auteur français fait la description d’un pays (la cour) en donnant l’illusion de décentrer son point de vue, procédé qui rappelle celui de Montaigne dans le fameux chapitre « Des cannibales » et celui plus tardif de Montesquieu dans les Lettres persanes. À la différence de ces deux textes, la naïveté du regard n’est pas assumée par un tiers mais par l’auteur lui-même. De plus, il ne se place pas en tant qu’observateur direct mais occupe le rôle du « voyageur de cabinet ». La description repose donc sur l’autorité d’un savoir tiré d’une littérature géographique, la Bruyère précisant que ce pays « […] est à quelque quarante-huit degrés d’élévation du pôle, et à plus d’onze cents lieues de mer des Iroquois et des Hurons »49. En dépit de sa dimension fictionnelle, cette observation des gens de la cour s’inscrit dans le cadre de la rhétorique du voyage, ce qui permet de la confronter aux quatre lettres du Guardian. La position critique de La Bruyère permet à Addison de développer une stratégie rhétorique reposant sur un désengagement nationaliste apparent (c’est La Bruyère qui parle, non Addison) et sur l’auctoritas littéraire du Français. C’est alors une image figée, et de plus datée (les Caractères sont publiés en 1688), que le nouvelliste propose à ses lecteurs. Et cette proposition n’est pas dénuée d’intérêt, ainsi que le montre le préambule à la version anglaise du texte de La Bruyère :

  • 50 J. Addison, The Spectator, 57.

I have heard, it has been advised by a diocesan to his inferior clergy, that instead of broaching opinion of their own, and uttering doctrines which may lead themselves and hearers into error, they would read some of the most celebrated sermons, printed by others for the instruction of their congregations. In imitation of such preachers at second-hand, I shall transcribe from Bruyere, one of the most elegant pieces of raillery and satire which I have ever read. He describes the French, as if speaking of a people not yet discovered, in the air and style of a traveller50.

  • 51 Pour Addison, cet extrait est “[…] one of the most elegant pieces of raillery and s (...)
  • 52 La Bruyère, Les Caractères, op. cit., 178.
  • 53 Comme le souligne Erin MacKie, le fait que l’accent soit porté sur une certaine idé (...)
  • 54 Il est à noter également qu’une lecture ultérieure du texte dans un contexte historique (...)

16Le parallèle dressé entre les pratiques d’écritures et d’utilisations des sermons religieux et celles du nouvelliste éclaire la finalité du propos. Le choix du comparé fait appel aux connotations d’usage attribuées à l’activité religieuse (morale, réforme, communauté...) et en plus met l’accent sur les vertus pédagogiques d’une de ses pratiques : le sermon. Les hommes d’église moins importants doivent s’en remettre aux modèles en vigueur pour leurs sermons, ce afin d’éviter des erreurs. C’est ce que fait Addison en traduisant La Bruyère. Le texte de ce dernier ne peut alors être réfuté, il est l’expression même de la vérité. À cela s’ajoute la considération accordée au texte de La Bruyère par le nouvelliste, critère de qualité supplémentaire (esthétique) et qui en avalise la véracité51. Ce texte, qui se présente sous la forme d’une liste, renvoie à l’ordre de l’essentiel : n’y figurent que les éléments jugés importants, dans un souci de classification emprunté au discours scientifique du récit de voyage. Trois types de caractéristiques (psychologique, physique et sociale) sont ainsi à l’œuvre. Sont décrits les hommes jeunes et âgés, ainsi que les femmes sans discrimination d’âge. Les jeunes hommes sont « durs, féroces, sans mœurs ni politesse » et abusent des boissons alcoolisées et de la nourriture. Les hommes âgés sont « galants, polis, civils »52. Les femmes, visiblement dépourvues d’esprit, sont trop maquillées et trop apprêtées. Hommes et femmes abusent des artifices vestimentaires (perruques) et sont sujets à l’hypocrisie (leur vénération pour le roi est plus grande que celle qu’ils éprouvent pour leur dieu)53. Le caractère parcellaire de la représentation des gens de la cour permet de mettre en évidence le caractère diffus de la stéréotypie. Elle renvoie à des caractéristiques essentielles, et constitue par là-même le tissu référentiel à partir duquel peut s’établir une relation conceptuelle dans la construction de l’image de la France et des Français, et ce pour trois raisons. Tout d’abord, rien n’interdit en effet de compléter cette liste (psychologie des femmes, physique des hommes, comportement des hommes plus âgés, etc.). Ensuite Addison a élargi le panel des gens de cour à la population dans son ensemble. Enfin, la force du stéréotype gagne encore en considérant la place du texte dans la publication du périodique. Ainsi, que ce texte fasse partie de l’un des premiers numéros du journal joue un rôle déterminant. Cette position lui confère un degré d’autorité référentielle assez élevé qui n’est sans doute pas sans influence sur la lecture des éditions suivantes. La puissance référentielle du texte se trouve renforcée par le fait qu’il offre pour la première fois dans l’histoire du journal une vision de la société française sans aucune allusion au conflit en cours, et de plus présentée par un Français. Inscrite dans une stratégie déplaçant la guerre sur le terrain de la culture, cette double situation de décrochage événementiel et auctorial constitue le garant d’une relative objectivité tant la publication de ce texte n’est pas directement imputable à la situation anglo-française54. Adjointe aux caractéristiques du texte (écriture au présent, descriptions sur le mode de la généralité), cet effet favorise la lecture du stéréotype, du moins jusqu’au cent-unième numéro du Gardian.

Conclusion

  • 55I believe the English are a much wiser nation, the French are undoubtedly much more happy (...)
  • 56 Tant il est admis que « […] c’est toujours une réflexion sur l’altérité qui précède (...)

17Que d’écarts entre les propos développés dans ces textes et ceux figurant dans les quatre lettres du Guardian. Tout n’est bien sûr pas gommé. Les caractéristiques psychologiques distinguant jeunes et moins jeunes courtisans avancées par La Bruyère sont reprises par Addison de manière quasi-identique dans la première lettre, avec cette différence qu’elles sont ici appliquées aux Français dans leur ensemble55. Si la raillerie connaît quelques manifestations convulsives dans la première lettre, le reste verse plutôt du côté de l’observation factuelle autorisant une mise en regard plus équilibrée des Anglais et des Français. La double opposition binaire liberté/oppression, abondance/ pénurie, se heurte à une autre opposition, celle de la réalité constatée de la joie française et du spleen anglais. Stigmatiser l’oppression et le manque devient alors presque inutile, dans la mesure où la question qui se pose est de savoir quel modèle politique est plus apte à conduire au bonheur. L’idéal de liberté hérité du mythe de la Révolution de 1688 n’est donc pas un remède total ni universel. En temps de guerre, les sentiments francophobes avaient pu servir à unir un peuple et à l’identifier comme tel. La paix venue, cette identité ne semble plus si affirmée. Il est temps, semble-t-il, de se définir par soi-même et non contre les autres56. Du moins jusqu’à la prochaine guerre.

Haut de page

Bibliographie

ADDISON Joseph, Remarks on several Parts of Italy, Londres : R. Tonson, 1736.

ADDISON Joseph, The Guardian, Londres : J. & R. Tonson, 1740.

ADDISON Joseph, The Spectator, Londres : J. & R. Tonson, 1739.

ADDISON Joseph, The Works of the late right honorable Joseph Addison, Birmingham : J. Baskerville, 1761.

ARBUTHNOT John, Essay concerning the Effects of the Air on Human Bodies, Londres : J. Tonson, 1751.

AUGÉ Marc, Pour une anthropologie des mondes contemporains, Paris : Aubier, 1994.

BACON Francis, Essais, Paris : Aubier, 1948.

BONY Alain, The Spectator et l’essai périodique, Paris : Didier, 1999.

BONY Alain, « L’esthétique paysagère d’Addison », Bulletin de la Société d’études anglo-américaines des XVIIe et XVIIIe siècles 52 (juin 2001), 105-106.

BONY Alain, « Essai-préface. De A(ddison) à W(ordsworth) en passant par S(terne) : variations sur le voyage continental au dix-huitième siècle », in Jean VIVIES (Dir.), Le Récit de voyage britannique au XVIIIe siècle, Toulouse : Presses de l’Université du Mirail, 1999.

BLACK Jeremy, The British Abroad. The Grand Tour in the Eighteenth Century, Londres : Sandpiper, 1999.

CHANEY Edward, The Grand Tour and the Great Rebellion : Richard Lassels and the Voyage of Italy in the Seventeenth Century, Genève : Slatkine, 1985.

COLLEY Linda, Britons. Forging the Nation 1707-1837, Londres : Vintage, 1996.

DE LA BRUYÈRE Jean, Les Caractères, Paris : Gallimard coll. Folio Classique, 1997.

EHRARD Jean, L’Idée de la nature en France dans la première moitié du XVIIIe siècle, Paris : Albin Michel, 1998.

GIDAL Eric, “Civic melancholy : English gloom and French Enlightenment”, Eighteenth-Century Studies 37, 1, 2003, 23-45.

GRAHAM Walter, “Addison’s Travel Letters in the Guardian and Tatler”, Philological Quarterly, 15, 1936, 97-102.

HARDER Hermann, Le Président de Brosses et le voyage en Italie au XVIIIe siècle, Genève : Slatkine, 1981.

LAMOINE Georges (Dir.), The Spectator. Addison et Steele, Paris : Éditions du Temps, 1999.

LOUGH John, France observed in the Seventeenth Century by British Travellers, Stocksfield : Oriel Press, 1985.

MACKIE Erin, The Commerce of Everyday Life. Selections from The Tatler and The Spectator, Boston : Bedford/St. Martin’s, 1998.

MARTINET Marie-Madeleine, Le Voyage d’Italie dans les littératures européennes, Paris : PUF, 1992.

MOURA Jean-Marc, L’Image du tiers-monde dans le roman français contemporain, Paris : PUF, 1992.

PAGEAUX Daniel-Henri, La Littérature générale et comparée, Paris : Armand Colin, 1994.

PORTER Roy, The Creation of the Modern World. The untold story of the British Enlightenment, New-York/Londres : Norton, 2001.

ROUSSEAU George S, “Science” in Pat ROGERS (Dir.), The Eighteenth Century, Londres : Methuen, 1978, 186-189.

TODOROV Tzvetan, Nous et les autres. La réflexion humaine sur la diversité française, Paris : Seuil, 1989.

Haut de page

Notes

1 Sans remonter au voyage humaniste du deuxième tiers du XVIe siècle avec The Booke of the Travaile and Liefe of Me Thomas Hoby, il est admis que l’itinéraire du Grand Tour paraît fixé dès la publication en 1670 du Voyage d’Italie de Richard Lassels auquel le protestant Misson proposera une variante en 1691 avec son Nouveau voyage d’Italie. Sur la question, voir entre autres Jeremy Black, The British and the Grand Tour, Londres : Sandpiper, 1997 et Edward Chaney, The Grand Tour and the Great Rebellion : Richard Lassels and the Voyage of Italy in the Seventeenth Century, Genève : Slatkine, 1985.

2 Remarks on Several Part of Italy, Londres : R. Tonson, 1736. Ce vide taraude aussi Alain Bony au point d’avoir proposé une séduisante explication mais dont pourtant nous ne nous sentons pas complètement solidaire. Malheureusement, les limites de la présente étude ne nous permettent pas de confronter nos vues. Voir néanmoins « Essai-préface. De A(ddison) à W(ordsworth) en passant par S(terne) : variations sur le voyage continental au dix-huitième siècle », in Jean Viviès, Le Récit de voyage britannique au XVIIIe siècle, Toulouse : Presses de l’Université du Mirail, 1999.

3 Voir Hermann Harder, Le Président de Brosses et le voyage en Italie au XVIIIe siècle, Genève : Slatkine, 1981 et Marie-Madeleine Martinet, Le Voyage d’Italie dans les littératures européennes, Paris : PUF, 1992.

4 Walter Graham, « Addison’s Travel Letters in the Guardian and Tatler », Philological Quarterly 15, 1936, 97-102. Les destinataires des lettres originales sont William Congreve, l’évêque John Hough, Henry Newton et Abraham Stanyan.

5 Jean-Marc Moura, L’Image du tiers-monde dans le roman français contemporain, Paris : PUF, 1992, 283.

6 Au sens imagologique. Voir Daniel-Henri Pageaux, La Littérature générale et comparée, Paris : Armand Colin, 1994, 60.

7 Alain Bony, The Spectator et l’essai périodique, Paris : Didier, 1999, 201.

8 Ibidem, 217.

9They [These letters] are written by a gentleman who has taken this opportunity to see France, and has given his friends in England a general account of what he has met there with, in several epistles”, Guardian 101. Les références aux périodiques renvoient aux éditions données dans la bibliographie.

10This being the great Day of Thanksgiving for the Peace, I shall present my Reader with a Couple of Letters that are fruits of it”, Guardian 101.

11 Ibidem, 101.

12 Publié en 1607, son essai sur les voyages comprend la liste des choses à voir et à décrire en voyage. Voir Francis Bacon, Essais, Paris : Aubier, 1948, 91.

13[…] there is a monarch on the French throne that furnishes discourse for all Europe”, Guardian 104 (lettre datée du 15 mai).

14 Guardian 101 (lettre non datée).

15I do not believe, as good a poet as you are, that you can make finer landskips that those about the King’s Houses, or with all your descriptions raise a more magnificent palace that Versailles. I am however so singular as to prefer Fontainebleau to all the rest. It situated among rocks and woods, that give you a fine variety of salvage [sic] prospects. The King has humour’d the genius of the place, and only made use of so much art as is necessary to help and regulate nature, without reforming her too much. The cascades seem to break through the clefts and cracks of rocks that are covered over with moss, and looks as if they were piled one upon another by accident. There is an artificial wildness in the meadows, walks and canals; and the garden, instead of a wall, is fenced on the lower end by a natural mound of rock-work that strikes the eye very agreeably. For my part, I think there is something more charming in these rude heaps of stone than in so many statues, and would as soon see a river winding through woods and meadows, as when it is tossed up in so many whimsical figures at Versailles”. Ibid. 101. Sur cette question, voir A. Bony, « L’esthétique paysagère d’Addison », Bulletin de la Société d’études anglo-américaines des XVIIe et XVIIIe siècles 52 (juin 2001), 105-106.

16 J. Addison, Guardian 101, (lettre datée du 15 mai).

17 Voir Linda Colley, Britons. Forging the Nation 1707-1837, Londres : Vintage, 1996, 35.

18For the people ; All those that have any kinde of profession or Trade live well: but for the mere peasants that labour the ground, they are onely Spunges to the King, to the Church and the Nobilitie […]”, Sir Thomas Overbury, Observations in his Travailes, 1626. Cité par John Lough in France observed in the Seventeenth Century by British Travellers, Stocksfield : Oriel Press, 1985, 34.

19There is nothing to be met with in the country but mirth and poverty. Every one sings, laughs, and starves”, J. Addison, Guardian 101, (lettre datée du 15 mai).

20[…] I think there is not upon the Earth, a richer Countrey, and poorer people”, James Howell, Instructions for Forreine Travell, cité par John Lough in France observed […] by British Travellers, op.cit., 34.

21 Voir John Lough, France observed […] by British Travellers, op. cit., 34-44.

22 Voir Jeremy Black, The British Abroad, op. cit., 224.

23 Ibidem, 223.

24The people are, however, the happiest in the world, and enjoy, from the benefit of their climate natural constitution, such a perpetual gladness of heart and easiness of temper as even Liberty and Plenty cannot bestow on those of other nations”, Guardian 101, (lettre datée du 15 mai).

25The face of the whole country, where I now am, is at this season pleasant beyond imagination. I cannot but fancy the birds of this place, as well as the men, a great deal merrier than those of our own nation. I am sure the French year has got the start of ours more in the works of Nature than in the new stile. I have past one march in my life without being ruffled by the winds, and one April without being washed with rains”, Guardian 104 (lettre datée du 20 mai).

26 Addison fait explicitement référence au spleen : “I cannot end my letter without observing, that from what I have already seen of the world, I cannot but mark a particular set of distinction upon those who abound most in the virtues of their nation, and least with its imperfections. When therefore I see the good sense of an Englishman in its highest perfection, without any mixture of the spleen, I hope you will excuse me if I admire the character, and am ambitious of subscribing my self, SIR, Yours”, Guardian 101 (lettre datée du 15 mai).

27 Voir G.S. Rousseau, “Science” in Pat Rogers (Dir.), The Eighteenth Century, Londres : Methuen, 1978, 186-189. De nombreux voyageurs français commenteront d’ailleurs sur le spleen anglais, articulant topos descriptif et réalité. Voir Éric Gidal, “Civic melancholy : English gloom and French Enlightenment”, Eighteenth-Century Studies 37, 1, 2003, 23-45.

28 Ainsi dans le Spectateur 179, Addison évoque la relation entre son lectorat et sa manière d’écrire et il observe que : “[…] the Gloominess in which sometimes the Minds of the best Men are involved, very often stands in need of such little Incitements to Mirth and Laughter, as are apt to disperse Melancholy, and put our Faculties in good Humour. To which some will add, that the British Climate, more than any other, makes Entertainments of this Nature in a manner necessary”.

29 Dans le Spectateur 26, Addison évoque une promenade dans le cimetière de l’abbaye de Westminster. Si l’atmosphère de l’endroit peut être la source d’un tel sentiment pour certains, elle ne l’est pas pour l’essayiste qui se place dans une position esthétique qui n’est pas sans rappeler celle de la théorie des plaisirs de l’imagination qu’il développera plus tard (Spectateur 411-421).

30 Guardian 101, (lettre non datée).

31 Guardian 104, (lettre datée du 20 mai).

32 Ainsi chez l’Écossais John Lauder dans son Journals with his Observations on Public Affairs and other Memoranda : “We have bein whiles amazed to hear how copiously and richly the poor peasants in their meetings on another would expresse themselves and compliment, their very language bearing them to it; so that a man might have sein more civility in their expressions (as to gesture its usually not very seimly) than may be fund in the first compliments on a rencontre betuixt 2 Scots Gentlemen tolerably well breed”, cité par John Lough in France observed […] by British Travellers, op.cit., 38.

33 Guardian 101, (lettre datée du 15 mai).

34 Pour les observations des voyageurs sur la religion et la politique continentales, voir J. Black, The Grand Tour, op.cit., 222-223.

35 Alain Bony parle d’un « […] mythe de fondation […] acte de naissance de l’Angleterre moderne », The Spectator, op.cit., 25.

36 G.S. Rousseau, art. cit., 187.

37 John Arbuthnot, Essay concerning the Effects of the Air on Human Bodies, Londres : J. Tonson, 1751, 148.

38 Nous entendons « stéréotype » dans le sens que lui donne D-H Pageaux dans La Littérature générale et comparée, op.cit., 62-63.

39 L’expression est de Jean Ehrard. Voir L’Idée de la nature en France, Paris : Albin Michel, 691.

40 The Works of the late right honorable Joseph Addison, Birmingham : J. Baskerville, 1761, vol. I, 61 (titre abrégé par Works).

41 Ibidem, 76.

42 Ibid., 76.

43 Addison, Works, op. cit., Vol. IV., 283.

44After having considered that the French are the constant and most dangerous enemies to the British nation, and that the danger from them is now greater than ever[…]”, Ibid., preface, non paginée.

45 On pourrait y lire la métaphore latente d’une ville assiégée par des hordes de barbares.

46 Tzvetan Todorov, Nous et les autres. La réflexion humaine sur la diversité française, Paris : Seuil, 1989, 242.

47 Ce qui reprend la métaphore de la ville assiégée par des barbares.

48 Comme le constate Erin Mackie : “[…] the Spectator and the Tatler, both wartime publications, translate the ongoing political and military battles against the French onto the domestic and social theater of cultural war”, The Commerce of Everyday life, Boston : Bedford/St.Martin’s, 1998, 24.

49 Jean de La Bruyère, Les Caractères, Paris : Gallimard coll. Folio Classique, 1997, 179.

50 J. Addison, The Spectator, 57.

51 Pour Addison, cet extrait est “[…] one of the most elegant pieces of raillery and satire which I have ever read”. J. Addison, Ibidem.

52 La Bruyère, Les Caractères, op. cit., 178.

53 Comme le souligne Erin MacKie, le fait que l’accent soit porté sur une certaine idée de la fausseté (vestimentaire et idéologique) n’est pas étranger au souvenir combattu dans ces journaux de la francophilie de la cour de Charles II. Voir The Commerce of Everyday Life, op. cit., 24.

54 Il est à noter également qu’une lecture ultérieure du texte dans un contexte historique différent bénéficierait des mêmes effets. Steele et Addison avaient pour objectif la publication en volumes de leurs écrits.

55I believe the English are a much wiser nation, the French are undoubtedly much more happy. Their old men in particular are, I believe, the most agreeable in the world. An antediluvian could not have more life and briskness in him as threescore and ten: For that fire and levity which makes the young ones scarce conversable, when a little wasted and tempered by years, makes a very pleasant and gay old age. Besides, this national fault of being too talkative looks natural and graceful in one that has grey hairs to countenance it”, Guardian 101, (lettre non paginée).

56 Tant il est admis que « […] c’est toujours une réflexion sur l’altérité qui précède et permet toute définition identitaire », Marc Augé, Pour une anthropologie des mondes contemporains, Paris : Aubier, 1994, 84.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Antoine Eche, « Joseph Addison en voyage : quelques remarques sur la France ou la mise en intrigue de l’identité anglaise », Revue LISA/LISA e-journal [En ligne], vol. XIII-n°3 | 2015, mis en ligne le 17 juillet 2015, consulté le 25 septembre 2017. URL : http://lisa.revues.org/8698 ; DOI : 10.4000/lisa.8698

Haut de page

Auteur

Antoine Eche

Antoine Eche est Assistant Professor à l’université Mount Royal à Calgary, Canada. Il est également membre associé de l’équipe de recherche Interactions Culturelles et Discursives de l’université de Tours (E.A. 6297). Il a publié plusieurs articles sur les représentations ethnographiques et géographiques à l’œuvre dans la littérature de voyage au XVIIIe siècle. Il a récemment édité un ouvrage collectif sur Jean-Jacques Rousseau (Jean-Jacques Rousseau : sélections, mimétismes et controverses, Paris, Le Manuscrit, 2014). Il rédige actuellement un ouvrage sur les représentations de l’altérité dans l’Histoire générale des voyages de l’abbé Prévost.

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la Revue LISA / LISA e-journal sont mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Revues.org