Navigation – Plan du site
Culture et société

Cabool (1842) d’Alexander Burnes : du récit de voyage au plaidoyer politique ?

Is Alexander Burnes’ Cabool (1842) a Travel Narrative or a Political Manifesto?
Nadine André

Résumés

Cet article se propose d’analyser le contenu du récit de la mission à Kaboul (1836-1838) destiné au grand public et s’interroge sur la véritable intention de son auteur alors que s’éternise l’occupation de la capitale afghane. Il évoque la nécessité d’assurer la sécurité à la frontière nord-ouest du sous-continent indien, de maintenir un équilibre délicat entre les États voisins de cette frontière, de contrer la menace que représentent la Perse et la Russie tout en plaçant ces questions dans le contexte plus large des relations entre la Grande-Bretagne et la Russie. Il tente également d’évaluer dans quelle mesure le regard porté par l’officier sur les régions traversées reflète ou, au contraire, se démarque des objectifs politiques des autorités britanniques dans la seconde moitié des années 1830.

Haut de page

Texte intégral

1Cabool, a Personal Narrative of a Journey to, and Residence in that City, in the Years 1836, 7 and 8, est un ouvrage publié à titre posthume, en 1842, à Londres, par l’éditeur John Murray. Il ne s’agit pas du récit de la découverte d’une région puisque Burnes a déjà effectué une mission au Sind et au Panjab en 1831 et une autre du Panjab à l’Afghanistan, l’Asie centrale et la Perse en 1832-1833. Il s’est ensuite régulièrement rendu au Sind où il a mené les négociations qui ont permis d’obtenir pour les « marchands venus de l’Hindoustan » un droit de navigation commerciale exclusif sur l’Indus et l’adoption de droits de transit et de douane qui n’entravent pas le commerce.

2La mission de 1836-1838 a pour objectif officiel d’approfondir les connaissances sur l’Indus, de promouvoir le développement du commerce, notamment en sélectionnant un site propice à l’installation d’une foire annuelle, et de développer avec les États voisins des relations permettant d’atteindre ces objectifs. Son but officieux est politique et stratégique. Il s’agit de s’informer des dispositions des souverains locaux vis-à-vis des Britanniques dans un contexte de rivalité grandissante avec la Russie, qui instrumentalise la Perse, et de collecter autant d’informations que possible.

3Trois ans se sont écoulés entre la mission et la préparation du manuscrit pour publication. Or, la position de Burnes, qui a accédé à la célébrité en 1834 avec la publication de son récit de voyage à Boukhara, a considérablement évolué à son retour dans le sous-continent en 1835. Elle devient même délicate à la suite de la nomination, en 1836, au poste de gouverneur général de Lord Auckland, un proche de Palmerston, le ministre des affaires étrangères de Lord Melbourne. Burnes est certes considéré comme un expert de la frontière nord-ouest du sous-continent, mais la politique menée vis-à-vis de l’Afghanistan est surtout conditionnée par les positions adoptées par ses voisins immédiats ainsi que par la Russie et elle dépend de différentes autorités qui ont bien du mal à s’entendre sur une politique commune et à long terme.

4L’on peut donc s’interroger sur le contenu de l’ouvrage et sur la véritable intention de Burnes. Cabool est-il un simple récit de voyage, un plaidoyer pro domo ou un testament littéraire visant à restaurer la réputation de son auteur alors que l’histoire n’est pas encore totalement écrite ? Il convient également d’évaluer dans quelle mesure le regard porté par l’officier sur les régions traversées reflète ou, au contraire, se démarque des objectifs politiques des autorités britanniques dans la seconde moitié des années 1830.

« …souvenirs personnels d’un pays fort intéressant que j’ai traversé et dans lequel j’ai vécu… »1

  • 1 A. Burnes, Cabool, Being a Personal Narrative of a Journey to, and Residence in that City, (...)

5Au premier abord, Burnes endosse une fois encore le rôle de l’officier-diplomate-explorateur. Son récit, comme le précédent, s’inscrit dans la tradition des récits de voyage tirés de rapports officiels. Ce type de publication est l’un des moyens traditionnels employés par les serviteurs de l’East India Company pour faire évoluer leur carrière. C’est aussi une manière de rappeler que l’auteur est un expert de la région concernée. Il a notamment été le premier Britannique à remonter l’Indus jusqu’au Panjab. Il tire de son rapport officiel sur la mission au Sind et à Kaboul un récit destiné au grand public dont il souhaite satisfaire la curiosité pour des populations et des régions peu connues, l’histoire, la géographie, l’anthropologie, intérêt renforcé, dit-il, par les événements récents qui y sont survenus.

6Le ton du récit est agréable et doit beaucoup à la personnalité de son auteur, sa curiosité intellectuelle, son goût du contact humain et de l’écriture. Il précise qu’il ne s’agit pas d’un catalogue puisqu’il ne mentionne que des éléments nouveaux, c’est-à-dire qui ne figurent ni dans son ouvrage précédent, ni dans l’ouvrage de Mountstuart Elphinstone sur l’Afghanistan qui, à l’époque, fait référence. Burnes annonce un récit qui repose sur ses souvenirs personnels. Pourtant, cette description ne rend qu’imparfaitement compte du contenu de l’ouvrage où l’analyse prend souvent le pas sur la description. Sont également cités des extraits des missives ou rapports rédigés par deux de ses collaborateurs, le Dr Lord et le lieutenant Wood, ainsi que les nombreux témoignages de marchands, agents diplomatiques ou mollahs qui ont visité les régions où les membres de la mission n’ont pu se rendre.

  • 2 Ces États sont très divisés. Certains ont peu de contacts entre eux mais ont des relations (...)

7Se pose ensuite la question de l’adéquation entre le titre de l’ouvrage et son contenu. Burnes opte une nouvelle fois pour un titre qui met en avant une capitale. Mais le récit va bien au-delà de la zone géographique annoncée puisque quatre chapitres sont consacrés au Sind, deux au Panjab et cinq à l’Afghanistan, Burnes décrivant ou mentionnant au passage les États mineurs (Bahawalpur et Kalat) qui sont, au moins nominalement, leurs vassaux ainsi que les tribus béloutches et afghanes incontrôlables (l’historiographie les qualifie traditionnellement de « turbulentes »). Viennent ensuite les petits États afghans et ouzbeks situés au nord du royaume de Kaboul, puis les trois khanats d’Asie centrale, Khiva, Boukhara et Kokand2. Au-delà vivent des tribus cosaques qui annoncent l’Empire russe. Il rappelle que beaucoup reste à faire pour parvenir à une meilleure connaissance de cette vaste région.

  • 3 « Central Asia, comprising Bokhara, Cabool, Persia, the River Indus, & countries eastward (...)

8L’ouvrage est complété par six appendices sur des sujets très divers qui vont de la navigation sur l’Indus à un glossaire de la langue cafre ou à un essai sur la physiognomonie telle qu’elle est pratiquée par les Orientaux. Il comporte de superbes illustrations représentant notamment des acteurs du récit originaires des régions visitées. Il renvoie enfin à la carte que Burnes a amendée à son retour de Boukhara et qui a été publiée à Londres par J. Arrowsmith en 18343.

9De fait, ne relève guère du récit de voyage ou du guide traditionnels l’analyse que livre Burnes des relations entre le gouvernement de l’Inde et ces États situés entre le sous-continent, la Perse et la Russie, ainsi que des rapports qu’ils entretiennent entre eux (la subordination officielle n’excluant pas l’affrontement). De même, lorsqu’il décrit les groupes, classes ou populations de chaque État, leurs costumes et leurs mœurs, leurs différences religieuses, leurs relations ou rapports de force, l’asservissement de certains à d’autres, il fait apparaître les divisions politiques, ethniques et religieuses et évoque indirectement les leviers sur lesquels peuvent jouer les Britanniques pour contrer les influences persane et russe. En mettant l’accent sur le motif officieux de la mission, le titre attise la curiosité du lecteur et le renvoie à la Russophobie alors très en vogue en Grande-Bretagne et au Grand Jeu.

10Le ton du récit semble de prime abord marqué par l’optimisme et, en cela, s’inscrit dans la continuité des rapports précédents. Cette nouvelle mission permet à Burnes de montrer combien, depuis 1831, la situation a évolué dans un sens favorable aux Britanniques. Après plusieurs années de tractations, des accords ont enfin été conclus, les émirs du Sind sont moins soupçonneux et semblent, comme la population, mieux disposés.

  • 4 Le Panjab, au contraire, est prospère et mis en valeur. Son souverain est un allié qui exer (...)

11La description des territoires traversés permet de faire des comparaisons implicites entre les trois principaux royaumes voisins de la frontière du nord-ouest. Le Sind pâtit de la comparaison avec le Panjab, qu’il s’agisse de la description du pays et de ses richesses, de la population, des souverains ou de la manière dont ils exercent le pouvoir. Le premier est misérable car mis en coupe réglée et laissé à l’abandon par des émirs divisés, tyranniques et rapaces qui se déclarent impuissants à contrôler les tribus qui vivent du pillage. Les habitants aussi sont présentés sous un jour peu flatteur : ils sont ignorants, superstitieux, leur moralité laisse parfois à désirer, certains s’adonnent à la boisson ou à la mendicité active et ils convertissent de force des hindous à l’islam4. Le gouvernement du Sind n’est, de toute évidence, pas satisfaisant et le royaume ne pourrait que bénéficier d’une présence britannique accrue.

  • 5 A. Burnes, Cabool, op. cit., 64.

12La population a d’ailleurs déjà pris acte de l’influence britannique, comme le rapporte Burnes en la citant : « …maintenant que nous étions devenus les maîtres du pays… »5. Il est sollicité par des habitants ou des marchands qui viennent lui demander de rendre une justice que ne dispensent pas les émirs, sur des questions de propriété foncière notamment, ou d’assumer officiellement le pouvoir, ce qui permettrait de mettre le Sind en valeur et d’assurer sa prospérité. Contraint de leur répondre que les Britanniques ne se mêlent pas des affaires internes des pays avec lesquels ils ont conclu des traités, Burnes remarque que cette explication ne les convainc guère.

  • 6 Le commerce des êtres humains et l’esclavage sont des éléments essentiels de l’économie des (...)

13La conviction qu’à Burnes de la supériorité morale, scientifique et militaire des Britanniques transparaît dans le récit. Outre les bienfaits de la médecine occidentale dont ils font profiter au fil de la mission les habitants comme les souverains, ils apparaissent implicitement comme garants de la liberté religieuse (qui n’est assurée dans aucun des États évoqués où l’on rapporte des cas de conversion forcée, de discrimination, voire de persécution) et de l’égalité entre les communautés (même en Afghanistan où l’esprit républicain que se plaît à relever Burnes cache de profondes divisions ethniques et religieuses – ceux qui n’appartiennent pas à l’ethnie pachtoune sunnite majoritaire sont, dans le meilleur des cas, des citoyens de seconde catégorie et les Qizilbash, chiites, à la situation délicate n’échappent pas à cette règle). La condition féminine, souvent désastreuse, est évoquée à plusieurs reprises, mais on touche là aux limites de l’interventionnisme et à la neutralité officielle de la Compagnie pour ce qui concerne les questions religieuses (le sati n’a été interdit en Inde britannique qu’en 1829 et l’approche retenue repose davantage sur l’incitation que sur la contrainte). Le seul discours militant que se permet Burnes concerne le commerce des êtres humains et l’esclavage dont il tente de montrer toute l’horreur à ses interlocuteurs pour qui il s’agit avant tout d’une question commerciale et non d’humanité6. Mais il est vrai que la question revêt aussi une importance stratégique pour les Britanniques puisque les Russes justifient leur présence en Asie centrale par la volonté de mettre un terme à la capture de sujets persans et russes et d’obtenir la libération des esclaves.

14La présence britannique assurerait surtout l’ordre et la sécurité, indispensables au commerce : Burnes rappelle que les émirs ont déjà été priés de mettre au pas les chefs des tribus prédatrices. Si les déclarations d’amitié que certains de ces chefs lui ont faites et si la politique consistant à les impliquer dans une certaine mesure dans le projet commercial pour qu’ils voient leur intérêt à adopter une conduite plus pacifique n’amènent pas d’améliorations, alors il faudra exiger des émirs qu’ils y mettent bon ordre. On espère aussi qu’une fois le site de la foire, qui doit se trouver en terrain neutre, choisi et placé sous la responsabilité d’un officier britannique, cette présence militaire les tiendra en respect tout comme elle rassurera et attirera les marchands.

15Par contre, il est impossible de faire grief à Ranjit Singh ou à Dost Mohammed de n’avoir aucune autorité sur les tribus qui vivent entre le Panjab et le royaume de Kaboul. Force est de constater qu’à Peshawar, les méthodes brutales, que Burnes évoque pudiquement, du général Avitabile, cet hôte délicieux, permettent d’assurer le calme. Mais à Khyber, il faut recourir aux pots-de-vin pour espérer traverser les défilés dans des conditions de sécurité toutes relatives.

16Burnes se montre optimiste aussi quant aux objectifs commerciaux de la mission. Homme de son temps, il est convaincu des vertus du laisser-faire alors que les droits de transit et de douane constituent une source de revenu non négligeable pour les souverains locaux. Conscients de l’importance que revêt le sujet pour les Britanniques, Ranjit Singh et le nawab de Bahawalpur ont été les premiers à accéder à leurs demandes. Sous la pression, les émirs du Sind ont à leur tour, en 1832 et 1834, accepté l’ouverture du fleuve, artère vitale, à la navigation commerciale ainsi que des droits limités même s’ils craignent, non sans raison, que ces concessions n’aient à terme pour conséquence l’absorption de leur royaume par les Britanniques.

17Selon Burnes, le projet de foire annuelle offrira davantage de débouchés aux marchandises britanniques en évitant notamment aux marchands locaux d’avoir à aller jusqu’à Calcutta pour trouver certains produits et permettra de détourner de la foire russe de Nijni Novgorod une partie du commerce régional.

18Relancé au début des années 1820, ce projet repose, au Sind, sur la présence de la communauté hindoue de Shikarpur, qui est à la tête d’un vaste réseau financier s’étendant de l’Asie centrale au sous-continent (l’Empire ottoman et la Chine en sont exclus), et de la communauté marchande afghane lohani qui effectue chaque année une migration du Sind à Kaboul et assure le lien commercial entre le sous-continent et l’Asie centrale.

19Pas un instant, pourtant, Burnes n’évoque la possibilité que les Lohani, surtout, puissent voir d’un mauvais œil la mise en place de navettes sur l’Indus qui interféreront, au moins en partie, avec leur activité. Les deux communautés, qui ont déjà leurs routes et leurs réseaux, n’ont pas forcément intérêt à perdre leur position de quasi-monopole sur le commerce dans une région qu’il faut comprendre au sens large.

  • 7 A. Burnes, Cabool, op. cit., 296.

20Il convient aussi de faire œuvre pédagogique. Burnes déplore l’« ignorance lamentable »7 des marchands sindiens dont la plupart pensent que les traités déjà conclus comme les projets de développement commercial visent à les exclure et à favoriser les étrangers. Il faut donc les inciter à prendre part à ces échanges.

21Enfin, sans doute Burnes se montre-t-il trop optimiste concernant la navigation sur l’Indus dont le lieutenant Wood établira qu’elle n’est pas aussi aisée qu’il y paraît pour des raisons physiques et climatiques davantage que pour des raisons de sécurité. Mais Burnes ne dit-il pas, au fond, ce que les autorités à Calcutta comme à Londres brûlent d’entendre ? En cela, son ouvrage est en apparence conforme aux attentes.

22Les questions commerciales amènent à considérer les équilibres politiques dans la région, question beaucoup plus délicate mais évoquée sur le même ton léger. Pourtant, le passage de la mission met en émoi les simples chefs de tribus comme les souverains les plus puissants.

  • 8 A. Burnes, Cabool, op. cit., 62. Voir à cet égard l’illustration « Béloutches au travail ».

23Les chefs des tribus responsables de pillages, dont les membres sont présentés comme n’étant guère mieux que des « barbares »8, tentent de tirer parti de l’influence croissante de la Compagnie dans la région. Ayant des contentieux avec les souverains dont ils sont en théorie les feudataires, qu’il s’agisse des déprédations qu’ils commettent ou du tribut qu’ils refusent de verser, ces chefs espèrent ainsi échapper aux représailles en se plaçant sous la protection britannique. Aussi viennent-ils spontanément faire acte d’allégeance et promettre l’obéissance. Certains contribuent aussi à faciliter l’avancée de la mission.

  • 9 Les Cafres du Badakshan, en particulier, attisent la curiosité des Européens qui les croien (...)

24Burnes en profite pour nouer des contacts avec des chefs qu’il n’a pas encore rencontrés, tel le khan de Kalat. Cela conduit parfois à des situations cocasses. Le représentant d’un chef dont l’État jouxte le Cafiristan remarque un jour l’intérêt que Burnes porte aux Cafres9. Aussi, lorsqu’il lui donne la lettre dans laquelle le chef fait allégeance à la Compagnie et propose de lui verser le tribut habituel, offre-t-il spontanément de remplacer les chevaux…par des Cafres !

25Tenu en respect par les émirs de Boukhara et de Kaboul, le Mir de Kunduz, dont le revenu provient principalement du pillage et du commerce des êtres humains et qui est connu pour être très hostile aux Européens (Burnes en a fait les frais en 1832), change lui aussi radicalement d’attitude et donne de nombreuses preuves de bonne volonté. La raison officielle de ce revirement est l’aide médicale qu’il sollicite pour son frère. Enfin, les chefs des petits États du nord de l’Afghanistan se déclarent prêts, contre rétribution, à mettre leurs troupes à la disposition des Britanniques pour contenir les Persans au moment du siège de Herat.

  • 10 Le Sind se compose de trois régions. Chacune est gouvernée par un représentant d’une branch (...)

26Pour leur part, les souverains veulent s’assurer qu’ils n’ont rien à craindre des Britanniques. Ainsi l’émir de Khairpur se montre une fois encore le mieux disposé des dirigeants du Sind. Très accueillant, il renouvelle sa demande d’une alliance plus forte avec le gouvernement de l’Inde. Conscient que la mission traverse le royaume alors même que les émirs d’Hyderabad essaient de prendre l’ascendant sur les deux autres émirs10, tentative qui échoue, Burnes se trouve dans une situation inconfortable et refuse de prendre un tel engagement.

27Enfin, le nawab de Bahawalpur ainsi que Ranjit Singh et Dost Mohammed, les ennemis irréductibles, rivalisent d’impatience pour que Burnes soit leur hôte. Ranjit redoute, à tort, que la Compagnie ne souhaite s’emparer de certains de ses territoires. Pour sa part, Dost, qui est à la tête du royaume de Kaboul (l’une des trois principautés constitutives de l’Afghanistan), est bien disposé envers les Britanniques mais fragilisé par la perte de Peshawar en 1834 et la menace que font peser sur lui les ambitions territoriales de Ranjit Singh. Sa demande d’aide à Lord Auckland, en 1836, a été rejetée en vertu de la politique officielle de non-ingérence dans les affaires internes des États voisins indépendants. Pourtant, l’annonce du siège de Herat, en novembre 1837, rend cruciale pour les Britanniques la question de l’entente avec les Afghans.

28L’ouvrage montre en tout cas que l’objectif officiel, commercial, de la mission est en bonne voie d’être atteint au Sind comme au Panjab. Des sites propices à l’installation d’une foire annuelle ont été identifiés et les relations établies avec tous ceux qui vivent à proximité du fleuve devraient rendre possible de mettre un terme aux déprédations et à l’insécurité qui prévalait jusqu’alors. Pour sa part, l’Afghanistan n’a, certes, ni les ressources ni les richesses de ses voisins, mais les Afghans sont présentés comme entreprenants. Les droits de douane à Kaboul sont supérieurs à ceux en vigueur à Boukhara, mais les marchands semblent ne pas encore s’en plaindre dans la mesure où Dost assure la sécurité des échanges et veille à ne pas trop exiger du commerce de crainte de le détourner. Lui comme l’émir de Boukhara voient leur intérêt à ce que la route commerciale qui les relie ne soit pas abandonnée, comme le confirmera l’intervention ordonnée par Dost à Kunduz en 1838.

29Les difficultés qui subsistent concernent la zone tribale frontalière dangereuse et aux routes en mauvais état que les Lohani doivent traverser pour se rendre à Kaboul et les persécutions dont font depuis peu l’objet, à Astrakan et à Boukhara, les hindous de Shikarpur en raison de leur religion.

Les objectifs réels de la mission et de Cabool

  • 11 A. Burnes, Cabool, op. cit., 262.
  • 12 Voir à cet égard l’anecdote concernant la « grandeur de la nation anglaise » (son d (...)

30Des menaces plus graves que celles qui viennent d’être évoquées pèsent par ailleurs sur la région. Les marchands locaux confirment la présence d’étrangers, russes notamment, à proximité immédiate du sous-continent. Cela rend le besoin de renseignement d’autant plus urgent. Mais c’est surtout l’arrivée à Kaboul pendant la mission de Burnes du lieutenant Vitkevitch, un agent venu proposer à Dost Mohammed le soutien de la Russie, qui déclenche une lutte d’influence acharnée que le récit ne laisse apparaître qu’en filigrane, radicalise les positions et enclenche un engrenage qui s’avérera fatal. Burnes ne fait pas mystère des moyens (division, pressions ou menaces à peine voilées, subterfuges) auxquels il a recours pour parvenir à ses fins. Il s’agit là d’une constante chez les Britanniques, mais pas chez les Russes qui ne publient pas le résultat de leurs explorations, comme le remarque Vitkevitch11. Il est vrai que les serviteurs de la Compagnie jouissent encore, pour peu de temps, d’un certain prestige12.

31La mission permet donc de collecter des informations et de prendre ou renouveler des contacts pour atteindre les objectifs fixés et régler les problèmes identifiés, qu’ils soient commerciaux ou politiques. Pour mettre en place un vaste réseau d’informateurs, Burnes n’a souvent que l’embarras du choix puisque lui et ses collaborateurs sont régulièrement assaillis par des banquiers, marchands ou prêteurs qui tentent eux aussi de connaître les intentions britanniques et sont autant d’obligés. C’est ainsi qu’au Sind, il obtient des informations sur les vues de la Perse sur Herat et Kandahar. Les membres de la mission voyagent également autant qu’il est possible de le faire. Burnes séjourne à Kaboul, puis se rend au Kohistan en compagnie du lieutenant Wood. Il envoie le lieutenant Leech et le Dr  Lord, déguisés en autochtones, explorer l’Hindou Kouch, puis Lord et Wood se renseigner sur le Pamir et la source de l’Oxus (l’Amou-Darya). Avec la permission du souverain de Kunduz, Lord se rend jusqu’à Khulm et Mazar. Enfin, Burnes prend l’initiative d’envoyer Leech à Kandahar avec un objectif politique considéré comme essentiel et qui consiste à convaincre les chefs de cesser leurs relations avec la Perse et à obtenir leur ralliement. Cette mission est un échec et Burnes se fera tancer par Auckland pour avoir pris une initiative intempestive qui sera néanmoins saluée ultérieurement par les autorités à Londres ! Lorsque, pour des raisons de sécurité, les membres de la mission ne peuvent mener leurs explorations et investigations plus avant, ils confient ces tâches à des agents. Lord en envoie ainsi un dans les petits États afghans indépendants situés au nord-ouest de l’Afghanistan et jusqu’au campement persan et Burnes charge un seyid d’accomplir un périple au Turkestan.

32Chaque partie tâte littéralement et métaphoriquement le terrain pour évaluer la situation et la place de chacun dans le nouvel ordre régional qui se dessine. Si au Sind les émirs, à partir de 1832, ont accepté certaines des exigences britanniques, c’est dans l’espoir d’assurer la protection de leur royaume contre leurs deux puissants voisins. Ils redoutent surtout les ambitions territoriales de Ranjit Singh et la perte de revenu qui en découlerait, notamment s’il s’emparait de Shikarpur. Mais ils ne sont pas parvenus à surmonter leurs propres dissensions. Il a donc été facile de jouer de ces dernières tout en agitant la menace que représentent pour eux le souverain sikh ainsi que leurs anciens suzerains, les Afghans.

  • 13 « Ils semblaient de nouveau prêts et désireux de nous accueillir comme leurs dirigeants. (...)

33Le récit fait apparaître le statut très flou du Sind et l’ambiguïté du discours officiel britannique : lorsque Burnes répond aux Sindiens ou le Dr Lord au Mir de Kunduz que les Britanniques ne s’immiscent pas dans les affaires intérieures de leurs alliés, ils omettent de dire qu’en fait, l’ingérence est de plus en plus fréquente. Ensuite, si Burnes présente a posteriori le Sind comme un État tributaire en vertu des traités conclus en 1839 et 1841 (il ne manque pas, d’ailleurs, de préciser que cette soumission a comblé les vœux des habitants), le royaume est pourtant, à cette date-là, toujours de jure un État indépendant13. Mais les objectifs politiques et commerciaux ont bien été atteints puisqu’en 1838, les émirs acceptent enfin par traité l’ouverture d’une résidence britannique à Hyderabad et la cession de la forteresse de Bukkhar. Cela répond aux attentes des autorités à Londres qui sont catégoriquement opposées à toute nouvelle expansion territoriale. Burnes a appliqué avec zèle vis-à-vis du Sind une politique cynique et coercitive. Cela n’empêchera pas le royaume d’être conquis militairement et annexé en 1843, pendant le mandat de Lord Ellenborough, gouverneur général et ancien président de l’India Board.

  • 14 Membre du Conseil Suprême du gouvernement de l’Inde (1827-1835) et gouverneur général par i (...)

34Ennemi juré des émirs comme de Dost Mohammed pour des raisons à la fois politiques et religieuses, le souverain du Panjab est depuis 1809 un allié fiable. Plusieurs problèmes se posent néanmoins. Le premier, comme au Sind, est de sécuriser l’Indus et ses abords qui sont désertés au lieu d’être mis en valeur en raison du désordre permanent causé par les raids menés par certaines tribus et leurs affrontements incessants avec les troupes de Ranjit Singh ; ce dernier est en outre également harcelé par les Ghazi, des combattants musulmans. Cette résistance tribale farouche l’empêche de s’emparer des territoires situés sur la rive droite de l’Indus. Burnes a bien conscience que Ranjit met à profit ces disputes pour s’approcher de Shikarpur, qu’il convoite de longue date. Il convient donc de continuer à le contenir en douceur. Il s’agit là, comme ne manque pas de le faire remarquer Charles Metcalfe14, d’une violation du traité conclu en 1809 qui, en théorie, laisse les mains libres à Ranjit sur la rive droite de la Sutlej. Mais l’importance stratégique accordée au Sind depuis le début des années 1830 a amené le gouvernement de l’Inde à informer Ranjit qu’il s’agissait désormais d’une chasse gardée britannique et qu’il devait renoncer à s’en emparer. C’est une des raisons pour lesquelles on ne saurait en plus lui demander de restituer Peshawar à Dost Mohammed.

35Ensuite, la disparition prochaine de Ranjit est un facteur d’instabilité qu’il est urgent d’anticiper. Pour sécuriser la région frontalière du nord-ouest, les Britanniques doivent ne laisser ni l’Indus ni les cols aux mains d’un seul État. Il est donc impératif de maintenir l’équilibre Sind-Panjab-Afghanistan en continuant de mener une politique de division tout en affirmant officiellement que l’on garantit l’intégrité territoriale de chaque État.

36Chacune des parties tente de s’accommoder au mieux des exigences de l’autre. Burnes évoque sans s’appesantir le mécontentement de Ranjit Singh qui voit les Britanniques s’interposer entre le Sind et lui, ce qui ne l’empêche pas de leur faire une excellente réception. Les membres de la mission connaissent d’autres moments délicats, par exemple lorsqu’ils arrivent sur les lieux d’un affrontement entre tribus rebelles et troupes sikhes, alors qu’ils sont en bons termes avec les unes et les autres. La neutralité s’impose dans ce cas. Dans d’autres cas, confrontés à l’hostilité de certains habitants ou à une situation tendue dans des régions où règne l’insécurité, ils sont contraints de rebrousser chemin.

37Deux fronts, surtout, sont source d’inquiétude. Le premier se situe à la frontière, contestée par les Afghans, entre l’Afghanistan et le Panjab. La mission se trouve ainsi de nouveau dans une situation inconfortable et est retardée lorsque survient la bataille de Jamrud (30 avril 1837). Le second, plus éloigné mais lourd de menaces, est celui de Herat dont Burnes apprend pendant la mission le siège par les Persans conseillés par les Russes. Il est donc indispensable de s’assurer de la bonne volonté du souverain afghan. Justement, la popularité de Dost Mohammed pâtit du peu de moyens dont il dispose pour se prémunir de la menace persane à l’ouest et de l’expansionnisme territorial de Ranjit Singh à l’est. Affaibli par la perte de ses provinces, l’émir de Kaboul espère une alliance avec les Britanniques pour préserver ce qui subsiste de l’Afghanistan et attend d’eux qu’ils interviennent auprès du souverain sikh pour que lui soit restituée la province de Peshawar. Cette attente est partagée par d’autres Afghans plus modestes que rencontre Burnes. Cette demande n’ayant aucune chance d’aboutir, il convient d’apporter à Dost d’autres assurances pour obtenir son soutien.

38C’est à ce point que l’analyse de la situation politique et géopolitique amène Burnes à se démarquer de la politique officielle adoptée par Palmerston et Auckland. D’une part, le gouvernement à Londres, estimant les relations avec la Russie globalement satisfaisantes au plan européen, ne souhaite pas mener avec elle des négociations visant à parvenir à un règlement diplomatique de la question de l’Asie centrale. D’autre part, Auckland prétend continuer à mener vis-à-vis de l’Afghanistan une politique neutre. Pourtant, son prédécesseur, William Bentinck, a, en 1833-1834, officieusement soutenu l’une des tentatives de Shah Shuja, ancien souverain Saddozaï déposé, pour renverser Dost et reconquérir le trône de Kaboul.

39Auckland, qui exigeait déjà de Dost qu’il mène une politique amicale envers les Britanniques (or la missive de Dost à Auckland de 1836 n’avait pas d’autre objectif) et qu’il renonce à Peshawar sans aucune contrepartie, adopte une position plus rigide encore en raison de la présence de Vitkevitch à Kaboul, puis à Kandahar. Dans ces conditions, mener à bien la mission est une gageure.

  • 15 A. Burnes, Cabool, op. cit., 369-380.

40L’appendice 3 (« Notes sur Kaboul »)15, qui complète le chapitre 11, permet à Burnes, qui a eu de nombreux entretiens avec le souverain ainsi qu’avec des personnages influents, de donner une tournure nettement plus politique à son récit. Mêlant vues personnelles et analyses politiques, il apporte de très utiles éléments sur la situation de Dost Mohammed, sa position vis-à-vis des différentes populations et classes de la société afghane ainsi que ses relations avec les États voisins. Burnes est sans doute possible séduit par l’Afghanistan, parfois comparé à son Écosse natale, et par Dost dont il sait qu’il dirige son royaume d’une main de fer. L’ordre et la sécurité sont, à ses yeux, à ce prix. Il estime ainsi que son gouvernement n’est pas aussi oppressif qu’il pourrait l’être vu sa situation politique, militaire et financière.

41S’il ne cache rien des nombreuses divisions qui affectent le royaume, Burnes prend soin d’insister sur des aspects auxquels il sait les Britanniques, qui se veulent éclairés, sensibles : il évoque le caractère républicain du système politique et l’indépendance des tribus censés distinguer le gouvernement afghan des despotismes orientaux. Il étaie son soutien à Dost par des arguments politiques, économiques et géostratégiques. Il rappelle que si celui-ci n’est pas assez fort pour conquérir les pays voisins, il l’est suffisamment pour s’en prémunir. Pour peu que l’on soutienne l’émir, seul capable, selon lui, de fédérer les tribus, ce royaume ami serait uni, donc fort, et constituerait un rempart solide contre les visées persane et russe, alors que la fragmentation l’affaiblirait. Il revient enfin sur le fait que le commerce se porterait mieux si le souverain n’avait plus à dépenser les faibles moyens dont il dispose pour se garder de ses adversaires.

42Ce plaidoyer en faveur de l’émir afghan, extrait de l’un de ses rapports officiels et qui reprend les recommandations faites dans ses missives à William Macnaghten notamment, est l’occasion pour Burnes de rappeler la teneur exacte de sa correspondance de 1837-1838. Il permet de mesurer combien la politique officielle menée par Auckland et Palmerston a pris le contre-pied de ces recommandations. Pour Auckland, il ne saurait être question de revenir sur les accords passés avec Ranjit. Mais le gouverneur général exige surtout la soumission de Dost et des autres souverains tout en n’étant prêt à aucune concession. Pire, le ton de la lettre qu’il adresse en janvier 1838 à Dost est perçu comme outrageant. La riposte ne tarde pas. L’émir se tourne vers les Russes autant par crainte que par intérêt. Burnes n’insiste pas, cependant, sur le fait que l’échec de la mission à Kaboul résulte non d’un choix délibéré de Dost mais des exigences d’Auckland jugées inacceptables par les Afghans. Peu après son retour, Burnes a d’ailleurs la surprise de découvrir que la mission n’avait pas vocation à réussir. Comme pour ce qui concerne les relations avec la Perse, il y a une inadéquation manifeste entre les objectifs que se fixent les autorités britanniques et les moyens qu’elles sont prêtes à consentir pour les atteindre. Cela fait à chaque fois le jeu de la Russie.

43Burnes n’évoque pas non plus dans le récit la situation critique dans laquelle se trouve la mission une fois Dost rallié aux Russes. Seule la protection que leur accorde le souverain de Kaboul leur permet de rejoindre le Panjab et d’échapper au massacre que certains de ses conseillers lui ont suggéré. L’ouvrage n’a pas vocation à inquiéter le lecteur. Néanmoins, ceux qui connaissent la question afghane savent lire entre les lignes.

Conclusion

44Le récit fait apparaître la difficulté qu’il y a à imposer sans, pour l’heure, recourir à la force l’influence britannique à la frontière du nord-ouest, les enjeux majeurs de la confrontation entre la Grande-Bretagne et la Russie, l’absence de volonté de ces deux pays de parvenir à un règlement diplomatique et enfin les divergences entre les différentes autorités britanniques elles-mêmes.

45Il y a ainsi une certaine ironie à ce que le principal obstacle au projet de développement commercial le long de l’Indus promu par les gouvernements britannique et de l’Inde soit en fin de compte mis par la présidence de Bombay qui le retardera, arguant de la concurrence qu’il constitue pour ses intérêts. Pourtant, une fois n’est pas coutume, en 1836, les objectifs politiques respectifs du gouvernement britannique et du gouvernement de l’Inde, tous deux soucieux de contrer l’avancée russe, et de la présidence de Bombay, traditionnellement interventionniste pour ce qui concerne le Sind, coïncidaient. Ensuite, si en 1843 Lord Ellenborough finit par annexer le Sind au terme d’un bref conflit et contre l’avis du Directoire, ce qui motive son rappel, le royaume n’est pas rendu à ses souverains pour autant.

46Quelques années plus tard, en 1851, Lord Dalhousie, le gouverneur général, met en place une navette fluviale entre Karachi et Multan et abolit les taxes de transit et les droits de douane à l’exportation sur l’Indus. Ce n’est qu’en 1859 qu’est imposée l’idée que Karachi est le port qui doit desservir le Panjab. Mais la proposition faite en 1856 par Dalhousie de faire du Sind et du Panjab une seule et même province dans un souci de simplification administrative et de renforcement de la sécurité intérieure ainsi que de la défense de la frontière sera plusieurs fois rejetée avant d’être finalement enterrée en 1889. Les relations directes entre la présidence de Bombay et l’India Board fonctionnent une fois encore au détriment du gouvernement de l’Inde et de l’intérêt du sous-continent dans son ensemble. On peut difficilement trouver exemple plus flagrant de contradiction entre les directives que l’India Board donne au gouvernement de l’Inde et les décisions qu’il prend.

47Pour ce qui concerne le royaume de Kaboul au plan politique, en 1838, en accord avec Palmerston, Auckland change radicalement de position et ordonne, malgré la levée du siège de Herat, l’invasion de l’Afghanistan pour chasser du trône Dost Mohammed et le remplacer par Shah Shuja, souverain légitime par deux fois déposé et très impopulaire, mais censé être plus malléable (il est de longue date pensionnaire du gouvernement de l’Inde). Coûteuse et risquée, l’intervention est critiquée à Londres, l’occupation s’éternise et la situation se dégrade rapidement.

  • 16 A. Burnes, Cabool, op. cit., v.

48Quel est donc l’objectif de Burnes, alors second de William Macnaghten, alors Envoyé du gouverneur général, lorsqu’il met la dernière main au manuscrit de Cabool? Déclarer d’emblée que « du temps a passé depuis qu’ont été rédigées [ces] pages »16 lui permet, certes, de prendre une certaine distance avec le récit. Mais plusieurs remarques disséminées dans le texte concernant l’évolution de la situation depuis la mission rappellent au lecteur que la narration date de 1841 et non de 1838.

  • 17 A. Burnes, Cabool, op. cit., v.

49Burnes annonce ensuite un récit qui n’a pas d’objectifs politiques et prévient contre la tentation de porter un jugement hâtif sur la politique menée : « Il n’est cependant pas pour l’instant dans mes intentions de m’appesantir sur les questions politiques. Ce n’est que dans un avenir lointain qu’un jugement fondé pourra être porté sur les choix politiques que nous avons opérés ; mais les voyageurs qui traversent ces contrées auront contribué à ouvrir la voie à l’observateur politique si, dans l’intervalle, ils parviennent à restituer, peu ou prou, le caractère et le génie du peuple parmi lequel les circonstances nous ont désormais placés. »17

  • 18 A. Burnes, Cabool, op. cit., 275.

50Cabool est, à titre personnel, l’ouvrage de la désillusion. Burnes se décrit alors en privé comme un « oisif grassement rétribué » dont les conseils sont ignorés par Macnaghten. Non content d’avoir prôné une politique qui ne parvient pas à porter ses fruits, l’Envoyé s’obstine à ignorer les conseils comme les avertissements de ses subordonnés. Un point ne fait pas de doute en tout cas : Cabool est bien plus qu’un simple récit de voyage. Malgré la levée du siège de Herat, évoquée brièvement, Burnes a échoué à convaincre Auckland ainsi que le gouvernement à Londres d’opter pour un Afghanistan unifié. Il énonce cet échec d’une manière remarquablement laconique : « Le gouvernement britannique, qui ne doutait pas du succès des mesures qu’il avait prises en Perse, n’accordait aucune valeur à une alliance avec l’Afghanistan. »18 Si le « nous » l’associe à la politique retenue, en 1841 Burnes marque sa distance avec celle-ci. Le récit est un constat d’échec et l’occasion de rappeler ses recommandations initiales alors que le désastre menace.

51Cabool est aussi pour Burnes une manière détournée de rappeler la teneur de ses dépêches officielles et donc de corriger les propos que Palmerston et Hobhouse, le président de l’India Board, ont tenté de lui prêter en tronquant les missives citées dans le rapport parlementaire publié en 1839, connu sous le nom de « Garbled Blue Book », pour donner l’impression que c’est sur ses conseils qu’ils ont arrêté leur politique. L’analyse de la situation qu’il propose permet au lecteur de mesurer le peu de cas qui a été fait de ses analyses et recommandations.

52Burnes ne s’appesantit pas, cependant, sur les moyens qu’il a dû employer pour imposer l’influence qu’exigeaient les autorités à Calcutta comme à Londres. Car il est aussi le serviteur zélé qui a affaibli les émirs, collecté des informations et noué des contacts dont les autorités se sont servies pour mener une politique définie à l’avance qu’il désapprouve mais au service de laquelle, après une résistance initiale, il s’est mis pour ne pas mettre un terme prématuré à sa carrière. A l’automne 1841, alors que Macnaghten s’apprête à prendre la tête de la présidence de Bombay, Burnes espère encore lui succéder au poste d’Envoyé.

  • 19 Le Dr Lord a déjà fait les frais de cette politique puisqu’il a été assassiné en novembre (...)

53Mais il est vrai que le désastre n’est pas encore intervenu19. Au moment de la rédaction de l’ouvrage, la force d’occupation britannique est juste en position d’échec, harcelée par les Afghans en dehors de Kaboul et recevant des rumeurs d’insurrection de plus en plus insistantes. Burnes a, lui, évolué d’une position interventionniste à une position attentiste. Son assassinat le 2 novembre 1841 marque le début du soulèvement à Kaboul qui culmine avec la retraite et l’anéantissement du contingent britannique. Avec la disparition de Ranjit Singh en juin 1839 et la première guerre afghane (1838-1842), les difficultés des Britanniques à la frontière du nord-ouest ne font que commencer.

Haut de page

Bibliographie

Sources primaires

Ouvrages

ABBOTT James, Sind, A Re-Interpretation of the Unhappy Valley, University of Bombay. London, New York, H. Milford: Oxford University Press, 1924.

BURNES Alexander, Travels into Bokhara, Being the Account of a Journey from India to Cabool, Tartary and Persia 1831 to 1833. Also, Narrative of a Voyage on the Indus, from the Sea to Lahore Performed under the Orders of the Supreme Government of India in the Years 1831, 1832, and 1833, 3 vols. London : John Murray, 1834.

BURNES Alexander, Cabool, Being a Personal Narrative of a Journey to, and Residence in that City, in the Years 1836, 7 and 8, New Delhi: Munshiram Manoharlal, 2001 (London: John Murray, 1842).

BURNES Alexander, LEECH Robert, LORD Perceval Barton & John WOOD, Reports and Papers. Political, Geographical, & Commercial Submitted to Government, Employed on Missions in 1835-36-37, in Scinde, Affghanistan, and Adjacent countries, Printed by Order of Government, Calcutta: G.H. Huttmann, Military Orphan Press, 1839.

BURNES Alexander, Mission à Kaboul, La Relation de sir Alexander Burnes (1836-1838), Préface de Michael BARRY, Traduction, dossier historique et notes de Nadine ANDRÉ, Paris : Chandeigne, 2012.

BURNES James, A Narrative of a Visit to the Court of Sind; a Sketch of the History of Cutch, from its First Connexion with the British Government in India till the Conclusion of the Treaty of 1819; and Some Remarks on the Medical Topography of Bhooj, Kessinger Publishing, 2009 (Edinburgh: John Stark, 1831; 1e ed.: Narrative of a Visit to the Court of Sinde, Bombay: Summachar Press, 1829).

BURTON Richard Francis, Sind, or the Unhappy Valley, London: Richard Bentley, 1851.

CONOLLY Lt. Arthur, Journey to the North of India Overland from England through Russia, Persia and Afghanistan, 2 vols., London: Richard Bentley, 1834.

Dry Leaves from Young Egypt, Being a Glance at Sindh Before the Arrival of Sir Charles Napier, by an Ex-Political [EASTWICK Edward Backhouse], London: James Madden, 1845.

ELPHINSTONE Mountstuart, An Account of the Kingdom of Caubul and its Dependencies in Persia, Tartary and India, Comprising a View of the Afghaun Nation and a History of the Dooraunee Monarchy, London: Longman, Hurst, Hees, Orme and Brown & J. Murray, 1815.

LAL Mohan, Journal of a tour through the Punjab, Afghanistan, Turkistan, Khorasan and part of Persia in company with Lt Burnes, and Dr Gerard, Calcutta, 1834.

LAL Mohan, Travels in the Panjab, Afghanistan and Turkistan: to Balkh, Bokhara, and Herat. And a Visit to Great Britain and Germany, Kessinger Publishing, 2009 (London: William H. Allen, 1846).

POTTINGER George, Sir Henry Pottinger, First Governor of Hong Kong, New York: St Martin’s Press, 1997.

POTTINGER Henry, Travels in Beloochistan and Sinde, With an introduction by Rosie Vaughan, Oxford in Asia Historical reprints, Karachi: Oxford University Press, 2002 (London: Hurst, Rees, Orme, and Brown, 1816).

WOOD John, A Personal Narrative of a Journey to the Source of the River Oxus by the Route of the Indus, Kabul, and Badakhshan, Performed under the Sanction of the Supreme Government of India, in the Years 1836, 1837, and 1838, London: John Murray, 1841.

Sources secondaires

Ouvrages

ANDRÉ Nadine, L’Inde de Lord Dalhousie, 1848-1856. Le sous-continent indien, nation en devenir, Langues, Cultures et Sociétés (EA3709), Lyon : Université Jean Moulin-Lyon 3, 2007.

BAYLY Christopher Alan, Empire and Information, Intelligence Gathering and Social Communication in India, 1780-1870, Cambridge Studies in Indian History and Society, Cambridge: Cambridge University Press, 1996.

DURAND Henry Marion, The First Afghan War and its Causes, London: Longmans, Green and Co., 1879.

HOPKIRK Peter, The Great Game: The Struggle for Empire in Central Asia, London: John Murray, 1990.

HUTTENBACK Robert, British Relations with Sinde, 1799-1843: an Anatomy of Imperialism, Berkeley: University of California Press, 1962.

KAYE John William, Lives of Indian Officers: Illustrative of the History of the Civil and Military Services of India, 2 vols., London: A. Strahan & Bell and Daldy, 1867.

LUNT James, Bokhara Burnes, London: Faber & New York: Barnes and Noble, 1969.

MARX Karl, ENGELS Friedrich, Du Colonialisme en Asie : Inde, Perse, Afghanistan, Paris : Mille et Une Nuits, 2002.

MEYER Karl E., BRYSAC, Shareen BLAIR, Tournament of Shadows, the Great Game and the Race for Empire in Central Asia, Washington, D.C.: Counterpoint, 1999.

MOON Penderel, The British Conquest and Dominion of India, London: Duckworth, 1989.

YAPP M.E., Strategies of British India: Britain, Iran and Afghanistan, 1798-1850, Oxford: Clarendon Press, 1980.

Haut de page

Notes

1 A. Burnes, Cabool, Being a Personal Narrative of a Journey to, and Residence in that City, in the Years 1836, 7 and 8, v.

2 Ces États sont très divisés. Certains ont peu de contacts entre eux mais ont des relations diplomatiques régulières, voire des accords, avec l’Empire ottoman et/ou la Chine.

3 « Central Asia, comprising Bokhara, Cabool, Persia, the River Indus, & countries eastward of it; constructed from numerous authentic documents, but principally from the original M.S. surveys of Lieut. Alexr. Burnes, F.R.S. to whom this map is most respectfully dedicated, by his obliged servant, J. Arrowsmith », London, 16 June 1834. Publiée (gravure 29) dans London Atlas of Universal Geography, Vol. 3. London: J. Arrowsmith, 1834 (1832-1846).

4 Le Panjab, au contraire, est prospère et mis en valeur. Son souverain est un allié qui exerce un pouvoir fort tout en restant humain. C’est au Panjab que la discrimination religieuse semble s’exercer de la manière la moins forte et les hindous ont, note Burnes, gagné à être gouvernés par les sikhs plutôt que par les musulmans.

5 A. Burnes, Cabool, op. cit., 64.

6 Le commerce des êtres humains et l’esclavage sont des éléments essentiels de l’économie des États situés au nord du royaume de Kaboul, au Turkestan et en Asie centrale. En font principalement les frais les Persans ainsi que les populations minoritaires hazara, tadjik et cafre.

7 A. Burnes, Cabool, op. cit., 296.

8 A. Burnes, Cabool, op. cit., 62. Voir à cet égard l’illustration « Béloutches au travail ».

9 Les Cafres du Badakshan, en particulier, attisent la curiosité des Européens qui les croient descendants des Macédoniens d’Alexandre. Les Cafres eux-mêmes se plaisent à rappeler aux Britanniques qu’ils sont frères.

10 Le Sind se compose de trois régions. Chacune est gouvernée par un représentant d’une branche de la famille Talpour.

11 A. Burnes, Cabool, op. cit., 262.

12 Voir à cet égard l’anecdote concernant la « grandeur de la nation anglaise » (son désintéressement, ou ce qui est perçu comme tel) rapportée par Burnes à l’occasion de sa rencontre avec un mollah vieil ami d’Elphinstone. A. Burnes, Cabool, op. cit., 251-252.

13 « Ils semblaient de nouveau prêts et désireux de nous accueillir comme leurs dirigeants. Leurs vœux n’ont pas tardé à être exaucés, puisque le Sind n’est plus seulement lié à la Grande-Bretagne par une factorerie, mais est devenu l’un des États tributaires de notre puissant empire des Indes. » Burnes, Cabool, op. cit., 4-5. Cf. R. Huttenback, British Relations with Sinde, 1799-1843: an Anatomy of Imperialism, Berkeley: University of California Press, 1962, 54.

14 Membre du Conseil Suprême du gouvernement de l’Inde (1827-1835) et gouverneur général par intérim (1835-1836). Les autorités à Londres l’écartent de la tête du gouvernement de l’Inde pour nommer Lord Auckland.

15 A. Burnes, Cabool, op. cit., 369-380.

16 A. Burnes, Cabool, op. cit., v.

17 A. Burnes, Cabool, op. cit., v.

18 A. Burnes, Cabool, op. cit., 275.

19 Le Dr Lord a déjà fait les frais de cette politique puisqu’il a été assassiné en novembre 1840.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Nadine André, « Cabool (1842) d’Alexander Burnes : du récit de voyage au plaidoyer politique ? », Revue LISA/LISA e-journal [En ligne], Media, culture, histoire, Culture et société, mis en ligne le 18 février 2015, consulté le 20 octobre 2017. URL : http://lisa.revues.org/7137

Haut de page

Auteur

Nadine André

Université Grenoble-Alpes. Nadine André est Maître de Conférences en anglais à l’université Stendhal Grenoble 3. Elle est l’auteur d’une thèse intitulée « Politique territoriale et enjeux stratégiques sous le mandat de Lord Dalhousie en Inde (1848-1856) » soutenue en 2003 et d’articles sur l’Inde britannique de la première moitié du XIXe siècle. Sa dernière publication est : Alexander BURNES, Mission à Kaboul, La Relation de sir Alexander Burnes (1836-1838), Préface de Michael Barry, Traduction, dossier historique et notes de Nadine André, Paris : Chandeigne, 2012.

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la Revue LISA / LISA e-journal sont mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Revues.org