Navigation – Plan du site
Regards croisés sur les deux premières guerres mondiales

« La propagande soviétique de 1917 à 1991 : paix et désarmement au service de l’idéologie ? »

Soviet Propaganda from 1917 to 1991: Peace and Disarmament Serving an Ideology?
Jacques Le Bourgeois
p. 94-123

Résumé

From the decree on Peace in 1917 to Gorbatchev’s “Zero option” in 1987, the themes of Peace and then of disarmament, were recurrent and fundamental topics in Soviet propaganda. After Trotsky suggested the idea of peace without arms, from 1918 the USSR quickly came back to a more pragmatic conception by setting up a powerful Red Army which Stalin, as well as his successors, kept reinforcing, while championing the struggle against militarism. Crowned with glory thanks to its victory over Nazism, soon after World War II, the USSR went so far as to promote the set of pacifist themes as a central pillar of its doctrine; it became its universal standard bearer. But even if the theme, generous and idealistic as it might be, mobilized sincere sympathisers, it also gave rise to serious doubts, for it lent itself to ambiguous interpretations. The USSR no longer contented itself with national defence, it was arming itself excessively and was becoming a nuclear superpower. And the “Peace” for which the homonymous movement campaigned was then perceived no longer as a praiseworthy aim but as a concept serving an ideology. Oddly enough it was when the USSR disarmed that the regime collapsed, as if paradoxically Peace and disarmament were incompatible with the doctrine. But without resorting to a shortcut that is furthermore fallacious, we find it interesting to show, thanks to posters of Soviet propaganda and in the light of the historical context, from 1917 to 1991, how the set of themes was instrumentalized, while being at the same time the very essence of a doctrine which presented millenarian aspects. Indeed, the Soviet Peace is not basically of the same nature as the capitalist peace. For some, absolute Peace is a myth, for others, the Peace that is offered is only relative and unacceptable.

Haut de page

Texte intégral

1Du décret sur la Paix de octobre 1917 à l’option « Zéro » de Gorbatchev en 1987, le thème de la Paix, puis celui du désarmement ont été des sujets récurrents et fondamentaux de la propagande soviétique. Après l’idée d’une paix sans arme proposée par Trotsky, l’URSS est rapidement revenue à une conception plus pragmatique dès 1918, en mettant sur pied une Armée rouge forte que Staline, comme ses successeurs, ne cessera de renforcer, tout en se faisant le champion de la lutte contre le militarisme. Auréolée par sa victoire sur le nazisme, l’URSS allait même développer au lendemain de la Seconde Guerre mondiale la thématique pacifiste comme un pilier fondamental de son idéologie ; elle s’en fit le porte-drapeau mondial. Mais le thème aussi généreux fût-il, s’il entraîna une mobilisation de sympathisants sincères, suscita aussi des doutes sérieux, car il se prêtait à des interprétations ambiguës. L’URSS ne se contentait plus de se défendre, elle se surarmait et devenait une superpuissance nucléaire. Et la « Paix », pour laquelle militait le mouvement qu’elle avait porté sur les fonds baptismaux, était alors perçue non plus comme une finalité louable, mais comme un concept au service de l’idéologie. Curieusement, c’est au moment où l’URSS désarme que le régime s’effondre, comme si paradoxalement Paix et désarmement semblaient incompatibles avec la doctrine. Mais sans tomber dans un raccourci par ailleurs fallacieux, il nous paraît intéressant de montrer au travers des affiches de propagande soviétique et à l’éclairage du contexte historique, de 1917 à 1991, comment la thématique est instrumentalisée, tout en étant l’essence même d’une doctrine aux accents millénaristes. Car sur le fond, la Paix soviétique n’est pas de même nature que la Paix capitaliste. Pour les uns, la Paix absolue est un mythe, pour les autres, la paix proposée n’est que relative, donc inacceptable.

2Nous vous proposons de redécouvrir, au travers d’un échantillon d’affiches de la propagande soviétique, ce que fut la thématique pacifiste et son corollaire, le désarmement. Nous avons distingué trois périodes correspondant chacune à une interprétation possible de ces deux thèmes : la première va de la Révolution à la fin de la Seconde Guerre mondiale, la seconde correspond à la guerre froide, la troisième à la Perestroïka.

De la Paix bolchevique  à la fin de la Seconde Guerre mondiale – Paix et Armement : enjeux politiques et impératifs de survie

3Dès la Révolution bolchevique, la Paix est un enjeu politique que les propagandes vont se disputer, révélant autant les divergences d’interprétation faites sur cette thématique que les impératifs de survie du régime face à la réaction anti-révolutionnaire qui va marquer les débuts de l’Histoire soviétique. Il s’ensuit un choix politique axé sur la défense et l’idée que la Paix, présentée initialement comme absolue, est devenue une Paix armée par nécessité, prélude à la révolution mondiale. Avec les années Trente, la thématique pacifique s’efface et laisse sa place au spectre de la guerre. L’URSS brandit la menace du fascisme et démontre la nécessité de s’armer face au militarisme. Pendant près de 20 ans, on ne parlera plus de Paix. Ce n’est qu’au cours de la dernière année de guerre, lorsque la perspective de la victoire se dessine que la thématique réapparaît, mais de façon suggestive, complètement différente, bien vivante, radieuse, sublimée par la victoire.

1 – La période bolchevique

4La thématique pacifiste est fondamentale, même si elle n’occupe qu’une place dérisoire dans la production des affiches de propagande, de l’ordre de 1 à 2% au cours de la période bolchevique, c’est-à-dire de la révolution en 1917 à la fin de la guerre civile en 1921. Pendant la période de la NEP, de 1921 à 1929, nous n’observons plus d’affiches traitant de cette thématique.

  • 1  Nicolas Werth, Histoire de l’Union soviétique, Paris : PUF, 2001, 131.

5Elle est, avec l’idée de restituer la terre aux paysans, l’un des deux thèmes de la campagne bolchevique. C’est pourquoi, elle fait l’objet d’un des deux premiers décrets votés par le 2ème Congrès des soviets, au cours de la nuit de la prise du pouvoir, le 25 octobre 1917. Mais la notion pose immédiatement problème, car elle comporte des ambiguïtés profondes, sources de malentendus et d’interprétations. Les termes du décret sont ceux-ci: « Le gouvernement ouvrier et paysan, issu de la Révolution du 25 octobre, appuyé sur les soviets, invite tous les peuples et leurs gouvernements à ouvrir sans délai les négociations d’une Paix juste et démocratique »1. Il met fin à la diplomatie secrète et présente une Paix sans annexion, ni contribution. Il est de plus précisé que la proposition engage un renoncement à toute domination non consentie sur des nations qu’elles fussent situées en Europe ou Outre-Mer. Le texte allait avoir une portée immense, car la décision russe signifiait la fin d’un conflit qui durait depuis 3 ans ; il remettait en cause les termes traditionnels de la politique étrangère qui se fondait non plus sur des relations d’État à État, mais entre les peuples et posait le problème des empires coloniaux. Les Alliés y virent à la fois une trahison et la menace d’une révolution sur  leurs propres territoires et les Allemands la possibilité de reporter tout leur effort sur le seul front occidental. Les premiers ne répondirent même pas à la proposition bolchevique, quant à l’Empire allemand, il  l’accepta immédiatement, mais avec l’idée d’imposer ses conditions. Au sein même du parti des révolutionnaires, allait se développer un vif débat et émerger une opposition qui se fit de plus en plus radicale, au motif que les  termes du décret n’étaient pas conformes aux propositions initiales. Les bolcheviques s’étaient en effet opposés au gouvernement provisoire de Kerenski, après l’insurrection de février 1917, en se prononçant pour une Paix immédiate, certes, mais comme « prélude à la révolution mondiale ». Cette affiche parue en 1920, intitulée « Pour la  Paix des peuples dans le combat contre la bourgeoisie de tous les pays », reflète parfaitement cette idée.

Pour la Paix des peuples, La RSFSR dans le combat contre la bourgeoisie de tous les pays

Pour la Paix des peuples, La RSFSR dans le combat contre la bourgeoisie de tous les pays

Anonyme, 1920

6Elle représente un jeune militant brandissant le drapeau de la révolution prolétarienne dans le monde et démontre qu’il n’y aura de Paix qu’au terme de la lutte des classes. Or le décret d’octobre parlait de « négociations ». Cette autre affiche électorale parue avant la Révolution fait état des promesses du parti : « la Paix pour tous et la terre aux paysans ». Comme nous pouvons le remarquer, la notion de Paix soulève d’emblée beaucoup de questions et de malentendus.

La RSFSR dans le combat contre la bourgeoisie de tous les pays

La RSFSR dans le combat contre la bourgeoisie de tous les pays

Anonyme, 1920

7Une autre affiche, intitulée « Le prix du sang » et réalisée par Pasternak sera utilisée également sur le thème anti-guerre.

Le prix du sang dans une guerre impérialiste

Le prix du sang dans une guerre impérialiste

Pasternak, 1918

  • 2  Affiche du Musée central des Forces Armées russes de Moscou.

8Pour la petite histoire, cette affiche fut en fait réalisée en 1915 dans le cadre d’une collecte au bénéfice des victimes de la guerre. Le dessin eut un immense succès et fut tiré à plusieurs centaines de milliers d’exemplaires, y compris en cartes postales. Après la prise du pouvoir par les Bolcheviques, l’œuvre fut déclarée propriété de l’État et fut exploitée par la propagande bolchevique. C’est ainsi qu’à l’été 1918, Pasternak allait découvrir le dessin de son soldat sous un autre titre, « Le prix du sang », dans le cadre d’une campagne anti-guerre2. La Paix est alors utilisée autant à des fins électorales qu’au service d’une stratégie. Elle est aussi attendue avec impatience par tout un peuple assailli de souffrances après trois longues années de guerre.

  • 3  Leonard Schapiro, De Lénine à Staline, Paris : NRF, 1967, 216.
  • 4  Nicolas Werth, 1917, Rossii Revoloutsia, Moscou : Istopia otkrytii, AST, Asriel, 2003.

9Dans les faits, le document signé par Lénine s’inscrivait toujours dans la stratégie de révolution mondiale, mais il correspondait à un choix tactique qui devait permettre au pouvoir bolchevique de s’établir. Il perdait du terrain pour gagner du temps3. Il aurait préféré s’en tenir à son idée de paix sans conditions, mais il avait compris qu’il se heurtait à des impératifs de survie. Les Allemands vont en effet exiger des conditions draconiennes. Les pourparlers débutent le 3 décembre, l’armistice est signé le 15 et les négociations débutent le 22. Les débats, au sein du comité révolutionnaire, sur l’acceptation des propositions allemandes traînent en longueur, au point que le 10 février 1918, Trotsky propose une solution inédite : il déclare que, tout en refusant de signer la paix annexionniste, l’état de guerre avec les empires centraux est terminé. Il pense anticiper un ultimatum allemand en déclarant une situation de « non-guerre ». Mais le 18 février, les Allemands reprennent l’offensive, menacent Petrograd. Ils ne seront contenus que le 23 février au prix d’un sursaut patriotique étonnant tant l’armée russe est désorganisée. Le 3 mars 1918 sera finalement signée la paix par le traité de Brest Litovsk qui allait avoir pour conséquence la perte par la Russie de ses territoires en Finlande, en zone baltique, en Bessarabie, ainsi que l’Ukraine, territoires que, à l’exception de cette dernière récupérée plus tôt, l’URSS ne reconquerra  qu’en 1939 avec la signature du pacte germano-soviétique. La Paix absolue annoncée n’est plus qu’une paix relative imposée ; la Russie a perdu une importante partie de son territoire (près de 20%) ainsi que les 2/3 de ses ressources minières et agricoles et voit se développer les prémices d’une guerre civile. Pour cela, les bolcheviques sont considérés comme des traîtres, à la Patrie par les partisans de la lutte contre les Allemands, à la solidarité alliée par les pays de l’Entente qui, par ailleurs, les honnit, car porteurs du germe de la révolution prolétarienne mondiale, enfin traîtres à la cause par les partisans les plus radicaux de la révolution mondiale. On ira même jusqu’à accuser les Bolcheviques d’être des agents de l’Allemagne. On se gaussera de cette paix à l’instar de cette caricature parue dans un journal allemand peu après la signature du traité4.

10On peut ainsi observer que les affiches de propagande bolchevique ne révèlent que deux aspects du discours, la fin de la guerre, donc la représentation concrète de ce à quoi aspire le peuple, et le but ultime, c’est-à-dire la révolution mondiale. Toutes les péripéties circonstancielles, les adaptations et les contre-temps ne sont pas évoqués. On ne conserve que l’essentiel. Le choix de ce thème est à la fois démagogique et tactique, voire stratégique. Par ailleurs, il s’agit bien d’un discours à double vocation, à l’attention du public intérieur et du prolétariat mondial. La Paix est d’entrée controversée, car ambiguë. Mais elle est un enjeu vital pour la survie du nouveau régime.

11La thématique pacifiste va, à partir du moment où la Paix est signée, disparaître du paysage propagandiste bolchevique à des fins de mobilisation. Nous la retrouverons, au cours de la guerre civile, pour dénoncer les agissements ennemis. La Paix servait jusque-là de capteur, elle va devenir un repoussoir. On pourrait parler de guerre de propagande sur ce thème. Pour la partie bolchevique, les deux thématiques qui vont la supplanter sont la défense de la Révolution et son extension dans le monde, et l’armement.

12Compte tenu du développement de la guerre civile qui commence dès novembre 1917 et de l’offensive allemande de février 1918, le régime bolchevique a besoin de se doter de moyens de défense pour survivre. Il crée l’Armée rouge le 28 janvier 1918 et va adopter dès lors une politique visant à sa consolidation et à son armement. De la notion de Paix absolue, posée comme principe fondamental, nous entrons dès l’été 1918 dans un contexte de « communisme de guerre » où prévalent les notions de défense et d’armement, où la paix n’est plus qu’un symbole que se disputent les camps opposés : les Rouges, d’un côté, et les Blancs, de l’autre, soutenus par les Occidentaux. La campagne de propagande bolchevique au cours des années de guerre civile est axée essentiellement sur la thématique militaire.

  • 5  Affiche du Musée d’Histoire contemporaine de la BDIC à Paris.

13On prône l’armement, la mobilisation pour la défense. « Tout pour le front ! », « Qu’as-tu fait pour le front ? » sont les slogans récurrents, associés à des attaques incessantes contre les ennemis, les armées blanches et leurs soutiens étrangers. L’URSS est présentée sous la forme d’un camp assiégé, comme la décrit Moor dans cette affiche parue en 19205.

La Russie soviétique est un camp assiégé, Tous à sa défense!

La Russie soviétique est un camp assiégé, Tous à sa défense!

D.S. Moor, 1919

14Les puissances occidentales et la ligue des nations sont accusées de soutenir la contre révolution tout en proposant la paix. La thématique pacifique devient le cœur d’une lutte entre propagandes, présentée sous des éclairages contradictoires selon le camp où l’on se trouve. Les Bolcheviques dénoncent la Paix proposée par l’Entente. Ainsi cette affiche de Deni « l’Entente sous le masque de la Paix », ou cette autre de Malutyin, « Ils offrent la Paix d’une main, mais donnent des fusils aux Polonais de l’autre ! ».

Aux Russes, d’une main ils proposent la Paix, de l’autre,  ils donnent des armes aux Polonais

Aux Russes, d’une main ils proposent la Paix, de l’autre,  ils donnent des armes aux Polonais

Malyutin I. A., 1920

L’entente sous le masque de la Paix

L’entente sous le masque de la Paix

Deni V., 1920

  • 6  Butnik Siverski B.S., Советсий плакат 1918-1921, Эпохи гражданской воины, Moscou : Издательство Вс (...)

15Dans celle-ci découverte par Butnik Siverski6, on ironise sur les offres de paix des occidentaux après la victoire sur les Polonais. On remarquera que la Paix est représentée sous une forme indéfinissable : une sorte d’oiseau ayant dans son bec une branche d’olivier, qui n’est pas sans rappeler l’image biblique de la colombe signifiant la fin du déluge à Noé.

« À la poursuite de la Paix! »

« À la poursuite de la Paix! »

Mikourkov I., 1920, OuralRosta

  • 7  Affiche du MHC de la BDIC à Paris. Il s’agit d’une caricature de Trotsky représenté sous les trait (...)

16De son côté, l’OSWAG, organisme de propagande blanc, dénonce le caractère fallacieux de la Paix promise par les bolcheviques, à l’instar de cette affiche parue en 19207.

Paix et liberté au pays des soviets !

Paix et liberté au pays des soviets !

Anonyme, 1920

  • 8  Le Komintern ou « Internationale communiste » est une organisation ayant pour but de développer le (...)
  • 9  Affiches de la Librairie Nationale russe à Moscou dont il existe des copies au MHC de la BDIC à Pa (...)

17À la fin de la guerre civile, la thématique pacifique a véritablement disparu du panorama. Elle a laissé la place au thème de la révolution mondiale qui se développe ouvertement à partir du début de l’année 1919. Si les Bolcheviques lancent un appel pour la Paix au Président Wilson, au moment même où se déroulent les négociations qui vont déboucher sur le traité de Versailles en juin 1919, c’est encore pour permettre la survie du régime alors sérieusement menacé par les armées blanches et les forces alliées qui avaient débarqué sur le territoire russe. En fait, ils profitent de cet épisode pour lancer en même temps le projet de création d’une nouvelle Internationale. Ce sera fait le 4 mars 1919 avec l’ouverture du Premier Congrès de la 3ème Internationale Communiste, le KOMINTERN8,  qui va se traduire, notamment l’année suivante, lors du 2ème congrès, par le développement d’une campagne très active prônant la révolution mondiale qui effacera définitivement la thématique pacifiste, et révélera du même coup le caractère ambigu de la diplomatie soviétique : diplomatie classique, d’une part, et action propagandiste et clandestine, de l’autre9.

Nous détruirons les frontières entre les pays !

Nous détruirons les frontières entre les pays !

Anonyme, 1920

À l’aube de la Révolution mondiale !

À l’aube de la Révolution mondiale !

Vkhutemas, 1921

18Dans les faits, la Russie soviétique est encore isolée. Elle va peu à peu restaurer ses relations avec les pays européens. Mais elle ne participe pas à l’organisation de la Société des Nations et n’y entrera qu’en 1934.

19Pendant les années de NEP, de 1921 à 1929, la thématique pacifique n’apparaît plus de façon franche. On remarque toutefois quelques affiches à l’instar de celle-ci faite en 1925 disant « non à la guerre impérialiste ».

Nous, l’URSS et les travailleurs du monde entier, disons: ‘À bas la guerre impérialiste’

Nous, l’URSS et les travailleurs du monde entier, disons: ‘À bas la guerre impérialiste’

Anonyme, 1925, Bakou

20Seuls subsistent, et encore de façon mineure, le thème de la nécessité de disposer d’une armée puissante et celui relançant de temps à autre l’idée de la révolution mondiale.

2 – La période stalinienne

21La période stalinienne commence véritablement en 1929 (date du changement d’orientation politique avec l’abandon de la NEP) et se termine en 1953, année de la mort de Staline. Mais pour le domaine qui nous intéresse, nous arrêterons l’étude de cette période à l’année 1946. En effet, dès l’année 1947, commence ce que l’on a appelé la guerre froide. Avec elle, la notion de Paix va subir des interprétations nouvelles. De 1929 à 1946, la thématique pacifiste occupe moins de 2% de la production d’affiches et toutes celles qui y sont consacrées correspondent aux dernières années de la Grande Guerre Patriotique. En effet, l’avant-guerre est placée sous le thème de la menace de conflit et de la nécessité de l’armement face au militarisme allemand. À celle-ci succèdent les années de guerre où la thématique est essentiellement militaire. Nous retrouvons d’ailleurs les accents de la guerre civile : « Tout pour le front ! ».

  • 10  Nina Baburina, The Soviet Political Poster 1917-1980, London: Penguin, 1985. Copie d’une affiche e (...)

22Au cours des années Trente, le slogan qui revient de manière récurrente est la menace de guerre. La Paix paraît si fragile qu’à aucun moment la propagande ne la mentionne, sauf implicitement. Mais de quelle paix s’agit-il ? Là est la question. Dès 1929, une affiche de Zernova, intitulée « À bas la guerre impérialiste » suggère la portée de la notion de Paix10.

À bas la guerre impérialiste !

À bas la guerre impérialiste !

Zernova E.D., 1929

23Elle reprend la déclaration que Staline avait faite lors du 6ème Congrès du Parti en juillet 1928. Il avait souligné les contradictions du système capitaliste et les menaces qu’elles représentaient pour la paix. L’affiche distingue lutte des classes et guerre impérialiste ; la première est un combat pour la libération, la seconde pour la domination. Dans ces conditions, la Paix ne peut être totale, absolue, qu’au terme de la lutte des classes et la paix impérialiste n’est qu’une paix relative. La conséquence est qu’il est nécessaire de s’armer. Lutter pour la paix revient à renforcer sa sécurité. C’est le thème qui sera retenu de manière systématique par la propagande pour justifier certains équipements militaires comme les dirigeables, à l’image de cette affiche faite en 1930 « Osoaviakhim un pilier de la paix mondiale, un élément de la défense soviétique ! » ou plus tard les chars.

OSOVIAKHIM, pilier de la Paix mondiale, pilier de la défense soviétique

OSOVIAKHIM, pilier de la Paix mondiale, pilier de la défense soviétique

Anonyme, 1930

24De même, une autre affiche de Liubimov fait de l’Armée rouge « la muraille de la construction pacifique de l’URSS ».

25Non seulement les forces armées soviétiques garantissent la Paix, mais l’URSS annonce que son développement est fondamentalement pacifique. À partir de 1933, la menace de guerre devient de plus en plus prégnante et la thématique pacifiste, même implicite, disparaît alors complètement. Le discours propagandiste est consacré à l’armement et à la préparation à la guerre. Nous assistons alors à une campagne de glorification de l’Armée rouge.

  • 11  Choix politique qui va se traduire par la participation de certains partis communistes européens à (...)
  • 12  Affiche du Musée central des Forces Armées russes.

26Une caractéristique de la thématique pacifique de la période stalinienne est son interprétation soit sous un vocable différent, soit au prix d’un parcours héroïque. Tout d’abord, l’idée de Révolution universelle ne s’affiche plus de manière ostentatoire, même dans la propagande du KOMINTERN. À partir de 1934, l’action politique est fondée sur l’idée du front anti-fasciste11 et plutôt que de paix, on parle de « fraternité des peuples », à l’instar de cette affiche parue en 193512.

Fraternité des peuples !

Fraternité des peuples !

Smoukrovitch P., 1935

27Nous remarquons ainsi la rémanence de la relation entre les peuples et non entre les États, ainsi que l’émergence de la notion de fraternité, terme de portée universelle et à connotation religieuse qui sous-entend l’inadéquation de la notion de Paix au sens capitaliste, y compris celle prônée par l’Église, considérée par la propagande soviétique comme l’un des protagonistes de l’action anti-soviétique. En fait, la stratégie fondamentale demeure, mais sa formulation s’adapte.

28Au cours de la guerre, nous observons une autre caractéristique de la notion de paix, mais cette fois à vocation essentiellement interne. Son atteinte passe par un chemin difficile, des épreuves. Il n’y a de paix qu’au-delà des souffrances. La Paix ne s’obtient pas d’un claquement de doigts, elle se conquiert. On oserait même dire, elle se mérite. C’est le chemin qui sera parcouru au cours de la guerre et qui est implicitement affirmé dans une affiche de Golovanov faite en 1942 : « Pour l’honneur des femmes, la vie des enfants, pour le bonheur de leurs parents, pour nos paysages et nos prés, tue l’ennemi occupant ! ».

29Nous nous situons alors en pleine campagne haineuse contre l’Allemand, mais il est symptomatique de constater que le mythe du bonheur, effleuré ici à travers l’image des paysages et des prés, passe par le meurtre de l’ennemi, de même que la paix passera par l’éradication du fascisme, et au-delà, sera atteinte par le triomphe du communisme sur le capitalisme. Il faudra attendre le début de l’année 1944 pour que les affiches osent parler de Paix accessible. Mais elle demeure toujours implicite et s’exprime à travers les notions de liberté et de bonheur.

Revenez au plus vite dans votre Patrie, Soviétiques libérés. Vous êtes délivrés du poids de l’esclavage fasciste !

Revenez au plus vite dans votre Patrie, Soviétiques libérés. Vous êtes délivrés du poids de l’esclavage fasciste !

Ivanov V., 1944

30Cette affiche représentant la mère Patrie battant le rappel de ses enfants suggère, au travers de l’arrière-plan composé de paysages verdoyants et de villes en plein essor, une description symbolique de ce que doit être la vie, la guerre terminée. On remarquera  toutefois qu’elle  est  dépouillée de son caractère idéologique. La Paix suggérée se vit matériellement et se perçoit dans la joie. C’est davantage la victoire, la liberté retrouvée, la fin des souffrances qui sont honorées, fêtées, exaltées, comme le suggère cette affiche parue en 1945 représentant le retour du soldat dans son foyer. Si la victoire a sublimé l’histoire des combats et des combattants, elle a également magnifié la notion de Paix. Car dans cette atmosphère populaire en 1945, il y a également de la fierté, de la confiance en soi mais aussi de la confiance dans le régime. À la fin de la guerre, la thématique idéologique réapparaît dans les affiches de propagande et la Paix, du même coup, s’en retrouve imprégnée comme en témoigne cette affiche de Goloub faite en 1946 et intitulée « Notre printemps rouge ! ».

Notre printemps rouge !

Notre printemps rouge !

Goloub P. et Tchernov A., 1946

31Elle représente des jeunes gens dansant dans la rue à l’occasion de la première fête du 1er mai d’après-guerre. Le texte précise : « Regarde, tout le pays soviétique danse et chante. Pour toi, il n’y a pas plus beau ni plus rieur que notre printemps rouge ! ».

La guerre froide : Paix et désarmement, instruments idéologiques

32À partir de 1947, le ton change. Nous entrons dans l’ère de la guerre froide. Les Alliés d’hier s’opposent sur la façon de régler les conséquences de la guerre, puis font valoir leurs divergences idéologiques. La lutte s’engage pour l’extension de leur influence à l’échelle planétaire et s’exacerbe dans une compétition où la propagande joue un rôle majeur. Dans ces conditions la thématique de la Paix et, notion nouvelle, celle du désarmement vont prendre une place privilégiée, mais aussi particulièrement ambiguë. Nous constatons en effet une différence nette entre les affiches de propagande qui vont véhiculer de manière constante une tonalité pacifiste quasiment inchangée du début à la fin de la guerre froide et une action politique plus sinueuse, voire en totale contradiction avec le discours. Les affiches vont être le miroir de cette bataille du verbe et de l’image, reflet aux nuances variées selon la crispation ou non de la relation, mais préserveront jusqu’à l’arrivée au pouvoir de Gorbatchev, en 1985, une caractéristique constante : la paix et le désarmement servent de vecteurs à la propagation de l’idéologie plus qu’ils ne sont des finalités objectives.

33Dès 1946, la méfiance à l’égard des alliés et le spectre d’une guerre possible revient à l’image de cette affiche de Govorkov, éditée en 1947, « Soyons sur nos gardes ! », dédiée à l’Armée rouge, destinée à entretenir l’esprit de veille.

Soyons sur nos gardes !

Soyons sur nos gardes !

Govorkov, 1947

34Cette affiche suscite surtout la méfiance à l’égard de l’autre, mais sous-entend également la nécessité de poursuivre l’effort militaire. Ensuite, en 1947, le fauteur de guerre est clairement désigné par cette affiche de Govorkov : « Ne fais pas de bêtises ! ».

Ne fais pas de bêtises !

Ne fais pas de bêtises !

Govorkov, 1947

  • 13  Lors de nos recherches à Moscou, nous avons retrouvé dans les archives du GARF le texte d’un expos (...)

35Elle représente un militaire soviétique, jeune, qui, avec beaucoup de sang-froid et de tact, empêche un vieil homme sous les traits duquel on reconnaît un américain, qui s’apprête à lancer une bombe atomique. La composition est intéressante, car elle montre avec humour la bêtise des Américains, présentés comme des agresseurs et dépeint les Russes sous des traits raisonnables. Cette affiche illustre parfaitement la nouvelle politique de l’URSS qui fonde son action dans le monde sur une attitude pacifique, s’appuyant sur l’admiration qui lui est portée grâce à sa victoire sur le nazisme13. C’est également la première fois où l’on évoque ainsi l’arme atomique. L’affiche s’adresse autant au public soviétique qu’étranger. Dans une analyse au deuxième degré, il faut y voir la démonstration que le capitalisme engendre la guerre et le communisme la Paix. Du même coup, la propagande va pouvoir, d’une part, justifier la politique d’équipement militaire (l’Armée rouge est « en alerte pour la Paix ! » déclare cette affiche de Koretski), d’autre part, accentuer son action pacifiste, en démontrant le caractère militariste et agressif américain tout en valorisant le comportement exemplaire soviétique.

Soyons en alerte pour la Paix !

Soyons en alerte pour la Paix !

Koretski, 1948

  • 14  Le KOMINFORM, bureau d’information des partis communistes, est créé en septembre 1947, au cours de (...)
  • 15  Le rapport de Souslov exposé lors de la conférence de Matra (Hongrie), le 29 novembre 1949, sur «  (...)
  • 16  Averell Harriman, Paix avec la Russie, Paris : Arthaud, 1960.
  • 17  Andreï Sakharov, Mémoires, Paris : éditions du Seuil, 1990, 56.

36On peut reconnaître l’intelligence de cette propagande qui, par son humour, son habileté, rompt avec les accusations à l’emporte-pièce, voire grossières, qui caractérisaient les affiches d’avant-guerre. Les attaques contre les Américains se multiplient en particulier dans le cadre de la guerre de Corée. Nous nous situons alors dans la période où la tension des relations entre l’URSS et les États-Unis atteint son paroxysme. L’affrontement va croissant et éclate d’abord avec la crise de Berlin, puis atteint un pic avec la guerre de Corée. À la chasse aux communistes lancée par MacCarthy aux États-Unis, répond une propagande soviétique tout autant virulente. Les Occidentaux s’alarment de l’extension communiste qui se vérifie en Europe de l’Est et les Soviétiques brandissent le spectre de l’encerclement, se fondant d’ailleurs sur la politique du « containment » prônée par Truman. C’est au cours de cette période que l’URSS crée le KOMINFORM14 dont le journal « Pour une Paix durable », titre choisi par Staline lui-même, sert à la diffusion des slogans du PCUS aux autres partis communistes et lance, dès 1950, le Mouvement de la Paix15. Toute l’action propagandiste s’appuie sur cette thématique pour dénoncer les actions anti-soviétiques et anti-communistes du camp occidental et relancer la stratégie d’extension de l’idéologie dans le monde. Comme le souligne l’ex-ambassadeur des États-Unis à Moscou, Averell Harriman, Staline a repris sous une forme nouvelle la stratégie de la révolution mondiale. Cette fois, il ne s’agit pas de donner un visage inquiétant du communisme, mais, profitant de l’image victorieuse de l’URSS d’après-guerre, de développer une stratégie de conquête en profitant des faiblesses de l’adversaire. Le régime soviétique ne craint plus pour sa survie ; Staline lui-même, comme il l’a déclaré en 1945, est convaincu de son efficacité et de sa puissance. Mais il est persuadé que la victoire du communisme jaillira des « bourbiers du capitalisme » et toute la propagande pacifiste va contribuer à entretenir l’image de ces bourbiers16. Par ailleurs, il importe de souligner que tous les peuples, en 1945, n’ont qu’une idée en tête : la Paix. La population soviétique, en particulier, qui a terriblement souffert de la guerre, est très sensible à l’argumentaire pacifiste17. À ce sentiment s’ajoute la peur croissante de l’arme nucléaire que, jusqu’en 1949, seuls les Américains possèdent.

37La propagande pacifiste va s’organiser dès cette période et revêtir souvent une tonalité frénétique. Nous retrouvons des affiches rappelant la propagande antinazie de la guerre. Les appels à la Paix, la peur de la guerre, l’horreur du nucléaire font florès. Mais rien ne transpire de l’arme atomique dont se dote l’URSS dès 1949. L’ONU, organisme nouvellement créé pour garantir la Paix dans le monde, est elle aussi décriée. Le peuple est obligé de taper du poing sur la table pour se faire entendre à l’image de cette affiche.

Nous exigeons la Paix !

Nous exigeons la Paix !

Koretski V., 1950

Nous défendons la Paix !

Nous défendons la Paix !

Lavrov L., 1950

38Cette image n’est pas sans nous rappeler le fameux épisode, en 1960, où Khrouchtchev martela de sa chaussure la table de conférence onusienne. Le Mouvement de la Paix rassemblant des intellectuels et des scientifiques de renom international est soutenu avec vigueur. L’URSS, sans en revendiquer ouvertement la paternité, s’affiche comme le pays le plus farouchement attaché à son action. Ce qui est nouveau au cours de cette période est le fait que la Paix se matérialise ; elle s’affiche avec une symbolique qui pourtant n’est pas nouvelle, car la colombe de Picasso n’est qu’une reprise du thème biblique. Mais sa médiatisation à l’échelle mondiale, exacerbée par la peur du nucléaire, contrastant également avec la récente expérience douloureuse de la guerre, est telle que ce symbole de propagande va se cristalliser pour devenir l’unique référence. En outre, comme tout symbole, la colombe va subir les outrages des caricaturistes. Nous allons ainsi assister à une guerre des Paix : Efimov, en 1953, déguise une bombe atomique en volatile pacifique aux couleurs américaines.

La colombe de Washington !

La colombe de Washington !

Efimov B., 1953

  • 18  Voir archives du RGANI, fonds 17, opus 132, delo 507, ll 18-19 (archives du Comité central du PCUS (...)

39La propagande pacifiste est l’objet d’une attention extrême de la part du PCUS, à l’instar de ce que nous découvrons dans les archives du Parti en 1952, ce qui montre bien l’importance de cette thématique. À l’occasion d’une réunion du Comité central le 9 janvier 1952, est abordé le thème de la propagande pour la Paix. Les documents d’archives font état d’un manque d’enthousiasme, de lacunes en terme d’organisation. Souslov est alors le responsable du département d’AGITPROP et de l’idéologie. Les conclusions sont caractéristiques : on met sur pied une véritable campagne d’action sur le thème de la paix. Pour cela, on fixe les axes de la campagne, on détermine les secteurs d’action, les slogans ; enfin, dans un style très militaire qui reflète bien le fonctionnement de cet organisme, on prévoit la réunion de tous les rédacteurs de journaux afin de leur donner les directives en ce sens18.

40La mort de Staline, en 1953, n’affecte en rien cette thématique. Nous dirions même qu’elle s’amplifie, tout en prenant des formes nouvelles. On ressuscite les techniques de la propagande de guerre : les effets sur la  sensibilité du public, l’incitation à la peur, à la panique. Mais le culte du chef laisse la place aux valeurs fondamentales de l’idéologie. Si nous abordons un nouvel épisode de la guerre froide, la propagande diffuse ses slogans pacifistes avec une passion débridée. Tous les porte-paroles sont en action, principalement les femmes et les enfants. Ce sont eux qui appellent les hommes ou les adultes à la raison. On joue avec le sentiment. Quoi de plus touchant que le portrait d’une enfant se voilant le visage, effrayée par l’explosion d’une arme nucléaire. Quoi de plus normal et de plus frappant qu’une femme endeuillée par la mort de ses proches au cours de la guerre se mobilise pour la Paix et exprime sa révolte contre tous ceux qui incitent à la Guerre ! On s’engage dans la lutte pour la Paix, comme dans une bataille féroce. On parle de « combattant pour la Paix », généralement citoyen anonyme mais engagé, jeune, désarmé face à une répression agressive, comme le démontre cette affiche datant de 1980.

Non! Quand les combattants pour la Paix sont forts, alors notre avenir sera sans guerre

Non! Quand les combattants pour la Paix sont forts, alors notre avenir sera sans guerre

Anonyme, 1980

Nous avons besoin de Paix !

Nous avons besoin de Paix !

Terechtchenko N., 1955

41Les camps sont clairement différenciés. D’un côté, se trouvent les fauteurs de guerre : les États-Unis et l’OTAN sont les cibles privilégiées. De l’autre, les faiseurs de paix : il s’agit alors de l’URSS et du camp des pays socialistes. Dans tous les cas, l’URSS se présente comme le porte-drapeau de la Paix, le protecteur des faibles contre les dominants, des opprimés contre les agresseurs. Il est intéressant de voir la manière dont on oppose les deux constitutions. Derrière celle des États-Unis se cache un revolver, symbole de l’agressivité américaine, alors que celle de l’URSS est placée sous le signe de la colombe pacifique, à l’instar de ces deux affiches toutes les deux parues en 1981.

La Constitution américaine

La Constitution américaine

Kajdane E., 1981

Pour la Paix, Constitution de l’URSS

Pour la Paix, Constitution de l’URSS

Abezgus U.V., 1981

42La Paix s’imprègne alors de sa connotation idéologique originelle : elle ne peut exister qu’au terme d’une lutte des classes. On parle de paix entre les peuples, version soviétique, et non de paix entre les pays, version capitaliste. Aux guerres impérialistes assorties de paix qui n’en sont pas, sinon relatives, on oppose la lutte des classes qui débouche sur la Paix absolue. Car toute la finalité de l’action se situe là : la lutte pour l’extension de l’idéologie communiste à l’échelle mondiale.

43La période de la guerre froide va se caractériser par des pics, notamment avec la crise de Cuba en 1962 que dénonce avec force la propagande, (« Pas la guerre » crie cette enfant.), ou avec la guerre du Vietnam à partir du milieu des années 1960 au cours de laquelle l’URSS entre dans une véritable croisade mondiale contre la guerre, mais aussi par des phases de détente, notamment lorsqu’il s’agira de parler de coexistence pacifique ou des négociations sur le désarmement.

Pas de guerre !

Pas de guerre !

Ivanov V.S., 1962

Arrêtez les assassins !

Arrêtez les assassins !

Illisible, 1967

  • 19  Nikita Khrouchtchev, Souvenirs, Paris : éditions Robert Laffont, 1971, 480.
  • 20 Les accords  SALT pour Strategic Arms Limitation Talks marquent le sommet de la politique de détent (...)
  • 21  Technique que l’on qualifiera de « mirvage » initiée par les Américains qui consiste à multiplier (...)
  • 22  En 1977, les Soviétiques déploient 330 SS20, missiles de portée intermédiaire (entre 1000 et 5000 (...)

44S’agissant de la première qui caractérise la période de Khrouchtchev, il est symptomatique de constater le décalage entre la propagande pacifiste qui se développe, au cours de quelques années, de 1953 à la fin 1956, moins marquée idéologiquement à l’instar de certaines affiches, le discours diplomatique officiel qui se fonde sur l’idée d’une réduction des armements et le sentiment intime qu’exprime Khrouchtchev lui-même dans ses Mémoires19. Il ne croit pas à la coexistence pacifique entre les deux idéologies. Il est convaincu, d’une part, de l’inéluctabilité d’une lutte à mort entre elles, d’autre part, de la victoire à terme de l’idéologie communiste. S’agissant de la seconde, il est intéressant de souligner le décalage entre le discours officiel prônant la détente et le désarmement qui va se traduire, le 26 mai 1972, par la signature des accords SALT20 et l’action ambiguë des Soviétiques qui poursuivent leur équipement nucléaire, en augmentant notamment le nombre de leurs ogives nucléaires21, tout en entreprenant un voyage spatial en coopération avec les États-Unis en 1975, puis en modifiant à la fin des années 1970 leurs forces nucléaires en Europe avec le déploiement des SS2022, missiles soit-disant tactiques, mais à capacité intercontinentale, processus qui va entraîner la crise des euromissiles. Pendant toute cette dernière période, celle du régime de Brejnev puis d’Andropov et enfin de Tchernenko, la propagande pacifiste demeure immuable : l’URSS fait valoir son action en faveur d’un véritable désarmement, se fait le porte-drapeau de la paix dans le monde et montre du doigt les réticences américaines. La crise des euromissiles en 1978 est en soi exemplaire. En effet, les Occidentaux sont qualifiés de provocateurs. On les accuse de ne pas donner suite à des propositions de désarmement dans le cadre des négociations portant sur le retrait des SS20, puis d’être à l’origine du déséquilibre des forces en Europe par la mise en place des Pershing 2 et des missiles CRUISE, comme le démontre cette affiche réalisée en 1984.

Voici d’où vient la menace contre la Paix !

Voici d’où vient la menace contre la Paix !

Leonov You, 1984

  • 23  Mikhaïl Gorbatchev, Mémoires, Paris : éditions du Rocher, 1985, 559.

45Une campagne pacifiste massive est organisée dans toute l’Europe ; les États-Unis et les États européens qui ont accepté l’implantation des missiles américains sont dénoncés avec virulence, mais rien n’est dit sur les SS20. Dans ses mémoires, Gorbatchev, lui-même reconnaîtra « l’irresponsabilité des dirigeants politiques et militaires soviétiques »23 qui ont estimé normale la mise en place des SS20, comme une forme de modernisation de leur parc de missiles à capacité nucléaire, alors qu’ils allaient à l’encontre des termes mêmes de l’Arms control. En 1983, on dénonce le projet américain de « guerre des étoiles », mais on a tu, entre-temps, l’intervention armée soviétique en Afghanistan en décembre 1979. On souligne la mauvaise volonté américaine, comme le montre cette affiche « Mythe et réalité » réalisée en 1984, mais on se garde bien, autant en URSS qu’à l’étranger, de faire état de ses propres entorses aux engagements pris.

Mythe et réalité

Mythe et réalité

Slepoukhine V., 1984

  • 24  Andreï Gromyko, The Overseas Expansion of Capital, Past and Present, Izdatielstvo Mysl Moscou, 198 (...)

46Il est vrai que toute cette politique répond autant à la sincère prise de conscience des effets néfastes du surarmement qu’à une finalité, la victoire du communisme dans le monde. Mais elle est aussi le fait d’une stratégie qui s’appuie sur une interprétation particulière et fondée de l’attitude des Américains. Pour cela, il est intéressant de se reporter aux écrits de Andreï Gromyko qui fut le Ministre des Affaires Étrangères soviétiques pendant pratiquement toute cette période et qui, par sa longévité et son expérience, nous livre une appréciation pertinente de la situation. Bien que ce soit son opinion personnelle, il est vraisemblable que ce soit l’une des clés qui nous expliquent la démarche des Soviétiques. L’idée qu’il développe dans son ouvrage The Overseas Expansion of Capital 24 est la suivante. Le capital américain n’a qu’un objectif, la conquête du marché mondial. Il est essentiellement fondé sur la constitution d’un réseau planétaire réalisé à l’aide de prêts, de subventions, puis, plus tard, la constitution de multinationales aux mains du capital américain dominé par le complexe militaro-industriel. Dans cette perspective, la campagne pacifiste engagée par l’URSS vise à dénoncer les ambitions militaristes américaines tout en faisant valoir sa doctrine pacifique. Du même coup, l’action en faveur du désarmement permettra de ruiner l’influence du lobby militaro-industriel, donc du capital américain, en s’attaquant à ses forces vives, en l’occurrence les industries d’armement. Curieusement, c’est l’URSS qui sera prise à son propre piège, comme nous le constaterons au cours de la Perestroïka.

47Nous remarquons ainsi qu’à un projet initial par nature agressif, celui d’une révolution mondiale, qui fait peur, les Soviétiques ont substitué habilement une politique qui consiste à dénoncer les contradictions du capitalisme, à utiliser une thématique pacifiste, aux accents millénaristes, mais démagogique. Il ne s’agit plus de conquérir, mais d’attirer, de captiver. On joue sur l’aura qu’avait l’URSS au lendemain de la Seconde Guerre mondiale, puis sur l’image de sa puissance, pour promouvoir ce message, répondant en même temps non plus à une perspective mythique de la Paix, mais à sa préservation concrète. Par la suite, on saisit toutes les occasions pour dénoncer les défauts de l’adversaire en prenant soin d’occulter les siens. Le désarmement n’est pas encore un impératif, car les Soviétiques ont confiance en leur capacité et sont intimement persuadés de pouvoir non seulement faire la concurrence avec les Américains, mais de les dépasser, comme ce fut le cas dans le domaine spatial. Le désarmement reste de l’ordre du discours, mis à part les premiers actes concrets comme la décision de mettre fin aux essais ou la fixation de plafonds. Ces mesures ne sont que des gestes politiques aux effets très limités. D’ailleurs, les experts, examinant rétrospectivement cette période, parleront davantage de limitation de l’armement que de désarmement. Les deux notions, Paix et désarmement, ont pour seul objectif : servir l’idéologie, la promouvoir pour en faire l’anti-thèse irréfutable du capitalisme.

La Perestroïka : La Paix et le désarmement – enjeux politiques et impératifs de survie

  • 25  Ce projet, intitulé IDS (Identification and Defense System), est en effet présenté par la propagan (...)

48Les thèmes de la Paix et du désarmement vont, au cours des années de Perestroïka, de 1985 à 1991, être des thématiques fondamentales de la propagande gorbatchévienne. Ils vont occuper près de 14% de la production des affiches. Ils s’inscrivent en fait dans une action à double visage : d’une part, combattre le projet américain de « guerre des étoiles »25, d’autre part, soutenir les propositions de Gorbatchev dans le cadre de sa politique étrangère. Nous verrons que les affiches sont adressées autant au public soviétique qu’étranger, mais que la finalité est unique, permettre la survie de l’idéologie, voire de l’État soviétique. Nous constatons que si l’agence de publication de l’État, Plakat, y contribue principalement au moins jusqu’en 1989, d’autres organismes indépendants vont y participer. C’est l’effet Glasnost qui va faire changer la propagande de nature. En effet, d’une action propagandiste classique, nous assistons à sa mutation en une sorte de communication politique de caractère occidental, dépouillée de sa connotation idéologique.

  • 26  Mikhaïl Gorbatchev, Mémoires, op. cit., 221.

49Au moment où, le 11 mars 1985, Gorbatchev est élu Secrétaire Général du parti et devient donc le premier personnage de l’URSS, il est confronté à trois problèmes de sécurité extérieure : la guerre en Afghanistan, la crise des euromissiles et le projet IDS américain. Mais, il doit surtout faire face à des difficultés économiques internes très sérieuses. Il va faire de la Paix et surtout du désarmement son cheval de bataille pour surmonter et résoudre ces difficultés. Cette nouvelle politique, baptisée « Nouvelle pensée », va s’exprimer dès le Plenum d’avril 1985. Voici les termes du discours de Gorbatchev sur la politique extérieure : « Nous voulons l’arrêt et non la poursuite de la course aux armements et nous proposons donc de geler les arsenaux militaires, de cesser tout déploiement ultérieur des missiles ; nous sommes favorables à une réduction importante et effective des stocks d’armement et non à la création de nouveaux systèmes d’armement »26. La campagne de propagande va être lancée sur ces bases et nous observons, en 1986, la diffusion de nombreuses affiches sur cette thématique à l’occasion du congrès du Parti qui va entériner les thèses de Gorbatchev. On peut constater que la notion de Paix demeure alors empreinte de sa connotation idéologique, à l’instar de cette affiche représentant Lénine sur un arrière-plan orné du décret sur la Paix voté en 1917.

Lénine, Octobre, La Paix !

Lénine, Octobre, La Paix !

Palka You., 1987

50En dépit de la sincérité de la proposition que Gorbatchev avancera officiellement lors de la conférence de Genève, l’idée paraît n’être qu’un prolongement de tout ce qui s’est fait jusqu’à maintenant. Dans les esprits, la propagande reste la propagande. Et celle-ci use de tous les artifices pour faire passer le message. Le graphisme est pourtant le reflet d’une grande créativité, soulignant l’effort fait sur ce domaine. Dès 1985, paraît la fameuse affiche disant « non »  au projet IDS américain, une navette américaine décrivant autour de la terre une orbite en forme de bombe.

Non !

Non !

Diev You., 1985

Jeux dangereux !

Jeux dangereux !

KMO, 1986

51Cette autre intitulée « Jeux dangereux » faite par un collectif d’artistes soviétiques, rédigée en anglais et parvenue au PCI de Venise suggère que les États-Unis et l’OTAN jouent avec la vie comme on joue aux dés.

52Les images servent à faire peur, comme le démontre cette affiche décrivant le retour d’un soldat d’Afghanistan.

« Je suis revenu, maman ! »

« Je suis revenu, maman ! »

Tentin You., 1989

53Mais on remarquera la nouveauté : d’une part, on parle ouvertement de cette guerre, d’autre part, on ose présenter le mort non comme un héros, mais comme une victime. On cherche autant à toucher la sensibilité du public en faisant appel à des porte-paroles comme les femmes, les jeunes, les enfants, voire les nouveaux-nés qu’à toucher la raison, la compréhension. Observons ces affiches relatives à la Paix, cette institutrice parlant de ce thème à l’école, ou cette table appelant aux négociations ou ce casque servant de nid à trois nouveaux nés.

Aujourd’hui, dans la leçon…!

Aujourd’hui, dans la leçon…!

Anonyme, 1989

Pourquoi sont-ils contre le désarmement?

Pourquoi sont-ils contre le désarmement?

Vlanov O.A., 1989

54Le ton est parfois humoristique à l’instar de cette affiche sur le désarmement « Pourquoi sont-ils contre le désarmement ? ».

55Elle utilise le fameux personnage de Rambo, icône cinématographique représentant la puissance américaine, gendarme du monde, opposant ainsi habilement la thématique romanesque alors en vogue aux États-Unis au discours sincère et grave engagé par l’URSS. Le décalage est si net entre ce personnage et celui de l’institutrice vue plus tôt que l’effet est sans appel, car l’idée suggérée est que la position américaine n’est guère sérieuse face à celle de l’URSS.

  • 27  Mikhaïl Gorbatchev, Mémoires, op. cit., 505.

56La notion de Paix peut être associée à un symbole politique, voire imprégnée de sa connotation idéologique comme elle peut en être totalement dépouillée. Sur l’ensemble, l’idée que l’on retient est que l’URSS demeure le « porte-parole mondial de la Paix », à l’instar de cette affiche de Goutor parue en 1987 et les fauteurs de guerre sont les États-Unis et l’OTAN. Il est vrai que jusque-là la propagande pacifiste soviétique, en particulier parce qu’elle était assortie de la symbolique idéologique, notamment le rappel du fameux décret sur la Paix, suggérait des doutes auprès des Occidentaux. Gorbatchev lui-même s’alarmera de cette réticence : « Ce fut le cas, par exemple, de ma proposition du 15 janvier 1986 [Sommet de Genève] de libérer complètement l’humanité de la menace nucléaire. Elle fut accueillie par des soupçons et des sarcasmes comme un nouvel argument de propagande »27. Plus tard son idée de « maison commune », en parlant de l’Europe, fut interprétée comme une nouvelle tentative de reprendre l’initiative sur le théâtre européen en prônant un désarmement nucléaire et en redonnant du même coup l’avantage à l’URSS dont les forces conventionnelles y étaient largement supérieures. Il est vrai que l’affiche réalisée à cette occasion pouvait, par son enracinement dans l’idéologie, susciter encore des doutes.

La Paix pour tous les peuples: Notre maison commune, l’URSS

La Paix pour tous les peuples: Notre maison commune, l’URSS

Anonyme, 1986

  • 28  Ibidem, 526-528.

57L’idée de champion de la Paix paraissait d’autant moins crédible que l’URSS s’était enlisée dans le conflit afghan, présenté alors par les médias occidentaux comme le Vietnam soviétique. A t-il été intentionnel, ne l’a-t-il pas été ? Nous n’avons pas de documents permettant de l’affirmer. Toujours est-il que nous allons assister à une sorte de dépouillement idéologique de la thématique pacifique et de la disparition progressive de l’image du fauteur de guerre. C’est ainsi que nous allons voir de nombreuses affiches appelant à la Paix totalement vierges de tout symbole politique. Le partage semble se faire après le sommet de Reykjavik qui eut lieu du 10 au 12 octobre 1986. La propagande cède le pas à la sincérité et à l’émotion face à des perspectives de progrès et de paix, mais son interprétation demeure ternie par l’habitude propagandiste et les artifices du marchandage. Face aux atermoiements de Reagan, Gorbatchev écrit plus tard que « la nouvelle Union soviétique n’avait nullement l’intention de faire de la propagande et voulait réellement trouver une solution au problème du désarmement »28. Mais la différence n’est pas suffisamment nette pour affirmer qu’il y a un avant et un après 1987 dans ce domaine. En fait, nous observons que cela va dépendre du public visé. L’affiche conserve sa symbolique idéologique s’il est soviétique, et s’il est étranger, elle en est dépourvue. Dans le premier cas, il s’agit d’inscrire la nouvelle politique dans une sorte de continuité idéologique afin de conserver une cohérence, afin de ne pas s’aliéner la tendance conservatrice opposée à tout reniement de la doctrine et à toute atteinte à la puissance soviétique. Dans le second, il s’agit de montrer un visage universaliste.

  • 29  Chiffres cités par Mikhaïl Gorbatchev, Mémoires, op. cit., 281.

58Il convient, en effet, de souligner que la proposition de Paix et de désarmement de Gorbatchev est autant pragmatique que dogmatique. Elle est pragmatique, car il avait parfaitement compris que le budget de la défense, évalué entre 16 et 40%29 du budget de l’État selon les sources et les critères pris en compte, appauvrissait l’URSS et qu’il était impossible de suivre les États-Unis sur le chemin sur lequel Reagan voulait l’entraîner. Il n’avait d’autre solution que d’avancer sur la voie d’un désarmement plus poussé, non seulement en poursuivant ce qui avait été entrepris dans le domaine du nucléaire avec les accords SALT et d’innover en s’engageant plus nettement encore sur le projet de désarmement en Europe, notamment celui des forces conventionnelles dans le cadre de ce qu’il avait appelé « la maison européenne ». C’était cela et parvenir à résoudre son problème économique, appliquer la Perestroïka. Sinon, c’était conduire l’URSS à un appauvrissement inéluctable. Elle est dogmatique, car en s’engageant plus nettement sur la voie du désarmement, il va à la rencontre d’une aspiration universelle et préserve l’association des notions de Paix avec celle du Communisme. En dénonçant le projet américain tout en progressant sur la voie du désarmement, il réussissait une double opération : il rendait à l’URSS et au communisme leurs lettres de noblesse en terme de défenseurs de la Paix et il menait à bien sa politique de Perestroïka en contraignant les forces armées soviétiques à réduire leur format en concertation avec leurs adversaires, sans trop affecter ni leur dignité, ni leur parité. En fait, il prenait l’opinion mondiale à témoin de sa démarche et s’appuyait sur elle pour faire avancer ses idées et surtout mener à bien sa politique intérieure. La Paix et le désarmement redevenaient alors des enjeux politiques et des impératifs de survie.


  

  • 30  « Si tu veux la Paix, prépare la guerre ».

59Cette rétrospective en images des 74 années du régime soviétique permet de montrer l’importance fondamentale qu’occupait la thématique pacifique dans la propagande soviétique. On constate effectivement que la notion, assortie à celle du désarmement qui ne devient une réalité qu’à partir de 1986, a réellement été utilisée à des fins idéologiques. Les dirigeants bolcheviques s’en sont servis pour parvenir au pouvoir, puis l’ont abandonnée lorsqu’il s’est agi de se défendre, puis de consolider le régime, reprenant à leur profit le vieil adage romain « Si vis pacem, para bellum »30. Dès la fin de la Seconde Guerre mondiale, leurs successeurs ont habilement joué avec le thème, souvent de manière outrancière,  comptant sur lui pour affirmer la justesse de leur cause, utilisant tous les artifices que la propagande leur offrait. Nous ne pouvons que constater une étonnante continuité de la thématique originelle, se fondant ainsi sur ce qu’écrivait Lénine en 1916 : « C’est seulement après qu’il aura désarmé la bourgeoisie que le prolétariat pourra, sans trahir sa mission historique universelle, jeter à la ferraille toutes les armes en général ». Mais les Soviétiques pouvaient-ils faire autrement ? Pouvaient-ils échapper à la redoutable spirale du surarmement, exacerbée par l’arme nucléaire, considérée alors comme l’arme absolue dont les Puissances ont cherché à s’en préserver l’exclusivité ? Sans doute non, car il s’agissait bien, comme l’ont écrit chacun de leur côté, Harriman et Khrouchtchev, d’une lutte à mort entre deux idéologies. Et pour revenir au raccourci fallacieux avancé dans notre introduction sur l’illusoire compatibilité entre communisme et Paix, que, à l’éclairage de cette dramatique situation, nous continuons de qualifier de fallacieux, car bien d’autres raisons ont contribué à l’effondrement de l’URSS, il importerait plutôt d’orienter nos réflexions sur l’incompatibilité de ces deux conceptions avec le monde dans lequel nous vivons. Car à cette quête de paix dans un  monde dont l’Histoire se résume en une succession de conflits et de guerres, à une conception  mythique d’une société idéale qui s’avère utopique, l’Humanité n’a su opposer qu’une logique du fort au faible. N’est-ce pas plutôt sur une révision de nos échelles de valeur que nous devrions porter nos regards et nos recherches afin d’apporter véritablement une réponse à notre attente ?

Haut de page

Bibliographie

Baburina Nina, The Soviet political Poster 1917-1980, London : Penguin, 1985.

BUTNIK Sivetski B.S., Sovietskii plakat 1918-1921, epokhi grajdanskoë voiny, Moscou : Izdatielstvo vsie soiouznoë hijnii papy, 1960.

Furet François, Le Passé d’une illusion, Paris : Calmann-Lévy, 1995.

Gorbatchev Mikhaïl, Mémoires, Paris : éditions du Rocher, 1985.

Gromyko Andreï, The Overseas Expansion of Capital, Past and Present, Izdatielstvo Mysl Moscou, 1985.

Harriman Averell, Paix avec la Russie, Paris : Arthaud, 1960.

Khrouchtchev Nikita, Souvenirs, Paris : éditions Robert Laffont, 1971.

Marcou Lily, Le Kominform », Paris : Presses de la Fondation des Sciences politiques, 1977.

Sakharov Andreï, Mémoires, Paris : éditions du Seuil, 1990.

Schapiro Leonard, De Lénine à Staline, Paris : NRF, 1967.

Werth Nicolas, Histoire de l’Union soviétique, Paris : PUF, 2001.

Werth Nicolas, 1917, Rossii Revoloutsia, Moscou : Istopia otkrytii, AST , Asriel, 2003.

Winock Michel (dir.), Le Temps de la guerre froide, Paris : éditions du Seuil, 1994.

Sources

Les affiches proviennent des fonds du Musée central des Forces Armées Russes de Moscou et du Musée d’Histoire contemporaine de la BDIC à Paris.

Les documents d’archives cités proviennent du RGANI à Moscou, fonds 17 opis 132, delo 507 et du GARF fonds 8581 opis 2 delo 203 pièce 753 du 3 mars 1948.

Haut de page

Notes

1  Nicolas Werth, Histoire de l’Union soviétique, Paris : PUF, 2001, 131.

2  Affiche du Musée central des Forces Armées russes de Moscou.

3  Leonard Schapiro, De Lénine à Staline, Paris : NRF, 1967, 216.

4  Nicolas Werth, 1917, Rossii Revoloutsia, Moscou : Istopia otkrytii, AST, Asriel, 2003.

5  Affiche du Musée d’Histoire contemporaine de la BDIC à Paris.

6  Butnik Siverski B.S., Советсий плакат 1918-1921, Эпохи гражданской воины, Moscou : Издательство Все союзной книжной палаты, 1960.

7  Affiche du MHC de la BDIC à Paris. Il s’agit d’une caricature de Trotsky représenté sous les traits d’un personnage sanguinaire portant l’étoile juive. Nous constatons ici l’accusation portée contre le judéo-bolchevisme. Les troupes asiatiques en arrière-plan rappellent le soutien apporté par une unité mongole aux bolcheviques lors de la conquête de Moscou et dont la propagande blanche va amplifier les exactions cultivant le mythe des hordes tatares combattues par les Russes pour l’indépendance de ce qui allait devenir le grand duché de Moscovie. On peut au passage souligner l’instrumentalisation systématique des mythes ancestraux par la propagande.

8  Le Komintern ou « Internationale communiste » est une organisation ayant pour but de développer le communisme dans le monde. Elle oriente, soutient et cordonne l’action des partis communistes dans le monde. Elle sera dissoute par Staline en 1943.

9  Affiches de la Librairie Nationale russe à Moscou dont il existe des copies au MHC de la BDIC à Paris.

10  Nina Baburina, The Soviet Political Poster 1917-1980, London: Penguin, 1985. Copie d’une affiche existant au Musée central des Forces armées russes de Moscou.

11  Choix politique qui va se traduire par la participation de certains partis communistes européens à l’action gouvernementale, notamment en France avec le Front populaire en 1936.

12  Affiche du Musée central des Forces Armées russes.

13  Lors de nos recherches à Moscou, nous avons retrouvé dans les archives du GARF le texte d’un exposé préparé par le SOVINFORM BURO qui explicite de manière claire cette nouvelle orientation politique, fondement de toute la politique de propagande à vocation internationale pour la durée de la guerre froide.

14  Le KOMINFORM, bureau d’information des partis communistes, est créé en septembre 1947, au cours de la réunion du 22 au 29 septembre à Sklarska en Pologne. Bien que n’ayant pas la même influence que le KOMINTERN dissous en 1943, ce fut un organisme de propagande et de coordination des partis communistes dans le monde. Il va notamment coordonner le mouvement de la Paix dès le début des années 1950. Il sera dissous  en 1956. Voir à son sujet l’ouvrage de Lily Marcou, Le Kominform, Paris : Presses de la Fondation des Sciences politiques, 1977.

15  Le rapport de Souslov exposé lors de la conférence de Matra (Hongrie), le 29 novembre 1949, sur « La défense de la paix et la lutte contre les fauteurs de guerre » peut être considéré comme le document doctrinal fondamental du « Mouvement de la Paix » qui se développe au même moment. Cette thèse est corroborée par la déclaration de Jeannine Verdès Leroux dans un entretien avec Véronique Sales sur l’Appel de Stockholm, voir article « Qui a signé l’appel de Stockholm ? » paru dans Michel Winock (dir.), Le Temps de la guerre froide, Paris : éditions du Seuil, 1994, 113 à 116.

16  Averell Harriman, Paix avec la Russie, Paris : Arthaud, 1960.

17  Andreï Sakharov, Mémoires, Paris : éditions du Seuil, 1990, 56.

18  Voir archives du RGANI, fonds 17, opus 132, delo 507, ll 18-19 (archives du Comité central du PCUS). Ce document précise notamment les points suivants en terme d’effort de propagande : nécessité de vigilance et de réactivité des masses contre les agresseurs impérialistes, effort dans tous les domaines, culturel, industriel et économique, le succès des mouvements pacifiques doivent faire l’objet d’articles de presse, l’attitude pacifique de l’URSS repose sur sa puissance dissuasive, le peuple soviétique soutient la sécurité des peuples dans le monde entier, une nouvelle guerre mondiale entraînera l’effondrement du capitalisme.

19  Nikita Khrouchtchev, Souvenirs, Paris : éditions Robert Laffont, 1971, 480.

20 Les accords  SALT pour Strategic Arms Limitation Talks marquent le sommet de la politique de détente entamée entre les deux superpuissances depuis l’année 1963. Spectaculaires, ces accords sont en fait très limités et seront rapidement contournés. Néanmoins, ils s’inscrivent dans un processus de détente dont les étapes principales sont le fameux téléphone rouge en 1963, puis le traité de non-prolifération conclu en juillet 1968.

21  Technique que l’on qualifiera de « mirvage » initiée par les Américains qui consiste à multiplier le nombre de charges pour une même ogive.

22  En 1977, les Soviétiques déploient 330 SS20, missiles de portée intermédiaire (entre 1000 et 5000 kilomètres) qui échappent à l’Arms control, fixé dans la cadre des traités SALT.

23  Mikhaïl Gorbatchev, Mémoires, Paris : éditions du Rocher, 1985, 559.

24  Andreï Gromyko, The Overseas Expansion of Capital, Past and Present, Izdatielstvo Mysl Moscou, 1985.

25  Ce projet, intitulé IDS (Identification and Defense System), est en effet présenté par la propagande comme celui de « guerre des étoiles ».

26  Mikhaïl Gorbatchev, Mémoires, op. cit., 221.

27  Mikhaïl Gorbatchev, Mémoires, op. cit., 505.

28  Ibidem, 526-528.

29  Chiffres cités par Mikhaïl Gorbatchev, Mémoires, op. cit., 281.

30  « Si tu veux la Paix, prépare la guerre ».

Haut de page

Table des illustrations

Titre Pour la Paix des peuples, La RSFSR dans le combat contre la bourgeoisie de tous les pays
Crédits Anonyme, 1920
URL http://lisa.revues.org/docannexe/image/499/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 48k
Titre La RSFSR dans le combat contre la bourgeoisie de tous les pays
Crédits Anonyme, 1920
URL http://lisa.revues.org/docannexe/image/499/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 32k
Titre Le prix du sang dans une guerre impérialiste
Crédits Pasternak, 1918
URL http://lisa.revues.org/docannexe/image/499/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 12k
Titre Caricature
URL http://lisa.revues.org/docannexe/image/499/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 52k
Titre La Russie soviétique est un camp assiégé, Tous à sa défense!
Crédits D.S. Moor, 1919
URL http://lisa.revues.org/docannexe/image/499/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 36k
Titre Aux Russes, d’une main ils proposent la Paix, de l’autre,  ils donnent des armes aux Polonais
Crédits Malyutin I. A., 1920
URL http://lisa.revues.org/docannexe/image/499/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 28k
Titre L’entente sous le masque de la Paix
Crédits Deni V., 1920
URL http://lisa.revues.org/docannexe/image/499/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 96k
Titre « À la poursuite de la Paix! »
Crédits Mikourkov I., 1920, OuralRosta
URL http://lisa.revues.org/docannexe/image/499/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 100k
Titre Paix et liberté au pays des soviets !
Crédits Anonyme, 1920
URL http://lisa.revues.org/docannexe/image/499/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 40k
Titre Nous détruirons les frontières entre les pays !
Crédits Anonyme, 1920
URL http://lisa.revues.org/docannexe/image/499/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 124k
Titre À l’aube de la Révolution mondiale !
Crédits Vkhutemas, 1921
URL http://lisa.revues.org/docannexe/image/499/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 104k
Titre Nous, l’URSS et les travailleurs du monde entier, disons: ‘À bas la guerre impérialiste’
Crédits Anonyme, 1925, Bakou
URL http://lisa.revues.org/docannexe/image/499/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 20k
Titre À bas la guerre impérialiste !
Crédits Zernova E.D., 1929
URL http://lisa.revues.org/docannexe/image/499/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 124k
Titre OSOVIAKHIM, pilier de la Paix mondiale, pilier de la défense soviétique
Crédits Anonyme, 1930
URL http://lisa.revues.org/docannexe/image/499/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 20k
Titre Fraternité des peuples !
Crédits Smoukrovitch P., 1935
URL http://lisa.revues.org/docannexe/image/499/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 124k
Titre Revenez au plus vite dans votre Patrie, Soviétiques libérés. Vous êtes délivrés du poids de l’esclavage fasciste !
Crédits Ivanov V., 1944
URL http://lisa.revues.org/docannexe/image/499/img-16.jpg
Fichier image/jpeg, 116k
Titre Notre printemps rouge !
Crédits Goloub P. et Tchernov A., 1946
URL http://lisa.revues.org/docannexe/image/499/img-17.jpg
Fichier image/jpeg, 120k
Titre Soyons sur nos gardes !
Crédits Govorkov, 1947
URL http://lisa.revues.org/docannexe/image/499/img-18.jpg
Fichier image/jpeg, 88k
Titre Ne fais pas de bêtises !
Crédits Govorkov, 1947
URL http://lisa.revues.org/docannexe/image/499/img-19.jpg
Fichier image/jpeg, 84k
Titre Soyons en alerte pour la Paix !
Crédits Koretski, 1948
URL http://lisa.revues.org/docannexe/image/499/img-20.jpg
Fichier image/jpeg, 100k
Titre Nous exigeons la Paix !
Crédits Koretski V., 1950
URL http://lisa.revues.org/docannexe/image/499/img-21.jpg
Fichier image/jpeg, 32k
Titre Nous défendons la Paix !
Crédits Lavrov L., 1950
URL http://lisa.revues.org/docannexe/image/499/img-22.jpg
Fichier image/jpeg, 72k
Titre La colombe de Washington !
Crédits Efimov B., 1953
URL http://lisa.revues.org/docannexe/image/499/img-23.jpg
Fichier image/jpeg, 92k
Titre Non! Quand les combattants pour la Paix sont forts, alors notre avenir sera sans guerre
Crédits Anonyme, 1980
URL http://lisa.revues.org/docannexe/image/499/img-24.jpg
Fichier image/jpeg, 24k
Titre Nous avons besoin de Paix !
Crédits Terechtchenko N., 1955
URL http://lisa.revues.org/docannexe/image/499/img-25.jpg
Fichier image/jpeg, 68k
Titre La Constitution américaine
Crédits Kajdane E., 1981
URL http://lisa.revues.org/docannexe/image/499/img-26.jpg
Fichier image/jpeg, 208k
Titre Pour la Paix, Constitution de l’URSS
Crédits Abezgus U.V., 1981
URL http://lisa.revues.org/docannexe/image/499/img-27.jpg
Fichier image/jpeg, 20k
Titre Pas de guerre !
Crédits Ivanov V.S., 1962
URL http://lisa.revues.org/docannexe/image/499/img-28.jpg
Fichier image/jpeg, 16k
Titre Arrêtez les assassins !
Crédits Illisible, 1967
URL http://lisa.revues.org/docannexe/image/499/img-29.jpg
Fichier image/jpeg, 28k
Titre Voici d’où vient la menace contre la Paix !
Crédits Leonov You, 1984
URL http://lisa.revues.org/docannexe/image/499/img-30.jpg
Fichier image/jpeg, 172k
Titre Mythe et réalité
Crédits Slepoukhine V., 1984
URL http://lisa.revues.org/docannexe/image/499/img-31.jpg
Fichier image/jpeg, 68k
Titre Lénine, Octobre, La Paix !
Crédits Palka You., 1987
URL http://lisa.revues.org/docannexe/image/499/img-32.jpg
Fichier image/jpeg, 116k
Titre Non !
Crédits Diev You., 1985
URL http://lisa.revues.org/docannexe/image/499/img-33.jpg
Fichier image/jpeg, 112k
Titre Jeux dangereux !
Crédits KMO, 1986
URL http://lisa.revues.org/docannexe/image/499/img-34.jpg
Fichier image/jpeg, 108k
Titre « Je suis revenu, maman ! »
Crédits Tentin You., 1989
URL http://lisa.revues.org/docannexe/image/499/img-35.jpg
Fichier image/jpeg, 28k
Titre Aujourd’hui, dans la leçon…!
Crédits Anonyme, 1989
URL http://lisa.revues.org/docannexe/image/499/img-36.jpg
Fichier image/jpeg, 24k
Titre Pourquoi sont-ils contre le désarmement?
Crédits Vlanov O.A., 1989
URL http://lisa.revues.org/docannexe/image/499/img-37.jpg
Fichier image/jpeg, 36k
Titre La Paix pour tous les peuples: Notre maison commune, l’URSS
Crédits Anonyme, 1986
URL http://lisa.revues.org/docannexe/image/499/img-38.jpg
Fichier image/jpeg, 41k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Jacques Le Bourgeois, « « La propagande soviétique de 1917 à 1991 : paix et désarmement au service de l’idéologie ? » », Revue LISA/LISA e-journal, Vol. VI – n°1 | 2008, 94-123.

Référence électronique

Jacques Le Bourgeois, « « La propagande soviétique de 1917 à 1991 : paix et désarmement au service de l’idéologie ? » », Revue LISA/LISA e-journal [En ligne], Vol. VI – n°1 | 2008, mis en ligne le 18 juin 2009, consulté le 16 octobre 2017. URL : http://lisa.revues.org/499 ; DOI : 10.4000/lisa.499

Haut de page

Auteur

Jacques Le Bourgeois

Dr. (Caen, France)
Jacques Le Bourgeois, né en 1949 en Normandie, est à la retraite et vit au Chili. Titulaire d’un DEA d’Histoire et d’un DEA de relations internationales,  il est en 3ème année de thèse d’Histoire contemporaine, inscrit à l’Université de Caen, pour l’obtention de son doctorat. Sa thèse, soutenue au début du mois de novembre 2007, traite de la propagande soviétique au travers des affiches de 1917 à 1991.

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la Revue LISA / LISA e-journal sont mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Revues.org