Navigation – Plan du site
La fabrique de l’Histoire : témoignages et représentations de la Seconde Guerre ‎mondiale ‎

Guerres et violences à l’abbaye d’Ardenne

Wars and Violence at Ardenne Abbey
Yves Chevrefils Desbiolles
p. 235-248

Résumé

Ardenne Abbey (on the outskirts of Caen, Basse-Normandie, France) is nowadays the headquarters of the Institut Mémoires de l’Édition Contemporaine, which houses archives dedicated to the intellectual life of the twentieth century. The mission of the IMEC is well suited to such a place: the images associated with the word “abbey” revolve around the idea of Peace through study, prayer or choral singing. This idyllic vision of an abbey, however, is in no way a protection against the vicissitudes of history. Perhaps even the contrary. An abbey, through what it represents, often becomes a symbolic target that makes it the victim of all sorts of violence. Before focusing on the Second World War, which almost led to its final disappearance, this article discusses the history of Ardenne Abbey from the Middle Ages to the modern era, in the light of the dark topic of violence.

Haut de page

Texte intégral

1Située sur la commune de Saint-Germain-la-Blanche-Herbe, aux portes de Caen, Ardenne est la troisième grande abbaye de l’agglomération caennaise, la seule « abbaye aux champs » d’un ensemble qui comprend l’abbaye aux Dames et l’abbaye aux Hommes, toutes deux situées aujourd’hui en bordure du centre moderne de la ville de Caen. L’abbaye d’Ardenne, encore récemment propriété privée, restait peu accessible jusqu’à ce que le Conseil régional de Basse-Normandie décide de l’acquérir au début des années 1990. Inaugurée par une campagne de fouilles archéologiques dans le sous-sol de l’abbatiale en 1998, la réhabilitation complète de l’abbaye d’Ardenne s’est achevée en 2004 avec l’installation de l’Institut Mémoires de l’Édition Contemporaine (IMEC).

2Créé à la fin de 1988 à l’initiative de chercheurs et de professionnels de l’édition, l’IMEC rassemble des fonds d’archives consacrés aux différents acteurs de la vie du livre et de l’écrit du XXe siècle : éditeurs, écrivains, intellectuels, artistes..., mission qui sied bien à un lieu tel qu’une abbaye. Les images associées à ce mot – abbaye – tournent le plus souvent autour de l’idée d’apaisement par l’étude, la prière ou le chant. Cette vision idyllique, bien sûr, ne protège aucune abbaye des vicissitudes de l’histoire. Avant de relater ce que fut pour elle la seconde guerre mondiale, résumons l’histoire de l’abbaye d’Ardenne à la lumière sombre de ce thème, celui de la violence.

Moyen Âge : méfaits de la soldatesque

3La légende entourant l’origine de l’abbaye d’Ardenne est d’une douceur convenue : dans son sommeil, Asceline, épouse de Youf, notable caennais habitant la place du Marché (aujourd’hui place Saint-Sauveur), aurait par trois fois entendu la Vierge les exhorter, son mari et elle, à donner une part de leurs biens considérables à l’Église. Ce qui fut rêvé fut fait et c’est ainsi que le lieudit Ardenna devint vers 1120 le refuge d’un petit nombre d’anachorètes avant d’accéder au statut de prieuré vers 1140 et d’abbaye vers 1160.

  • 1 Lucien Musset, « Essai sur la bourgeoisie caennaise (1150-1250) », dans Recueil d’études offert en (...)

4En vérité, une forme de violence se cache derrière cette légende. Youf du Marché, en effet, fut l’un des quatre bourgeois de Caen ayant secrètement négocié en 1105 avec Henri 1er l’ouverture des portes de la ville aux troupes anglaises. Ce qui, certes, lui valut les faveurs du roi et des terres en Angleterre, mais aussi, chez d’autres, une réputation de traître. Youf a-t-il voulu y remédier par la générosité1 ? La question peut être posée.

5La présence anglaise sur le continent signe — on le sait — l’apparition en France d’un sentiment national. Cette évolution constitue le substrat de la guerre de Cent Ans. En 1346, les troupes anglaises dévastent l’abbaye d’Ardenne avant d’emporter Caen. Ce premier siège de l’abbaye force les religieux à se réfugier dans une de leurs maisons de Caen, celle de la rue Gémare. Chemin qu’ils devront refaire au cours des décennies suivantes, notamment lorsque Henri V entreprend la reconquête du duché de Normandie que les Français, entre temps, avaient peu à peu repris. Un chroniqueur, Eugène Liot, nous dit :

  • 2 Eugène Liot, Excursions à l’abbaye d’Ardenne (près Caen) de l’ordre Prémontré, Caen, Imprimerie Ade (...)

Ce fut pendant les premiers jours du siège de Caen, le 14 septembre 1417, qu’une bande de gens d’armes du roi Henri V, portant la croix rouge et commandée par le capitaine Venables, le plus redouté de tous les pillards, s’avança vers l’abbaye d’Ardenne avec deux bombardes (chaque bombarde traînée par neuf bœufs). Venables les met en batterie en face des portes d’entrée de l’abbaye et ouvrit le feu vers deux heures de l’après-midi. À la quatrième décharge, une des bombardes fit explosion au moment où l’on mettait le feu à la poudre avec la baguette de fer rougie au feu et blessa plusieurs hommes. Furieux, ces pillards se précipitèrent sur les portes, achevèrent à coups de hache ce que les boulets de pierre avaient commencé… Entrés dans le monastère, ils n’eurent pas à triompher du nombre, de l’obstination, du courage d’un ennemi. Les moines, qui les avaient vus venir du haut des petites tourelles de l’église, s’étaient empressés de quitter leurs habits religieux pour se vêtir de vêtements de paysans et, déguisés de la sorte, ils purent se sauver...2 

6Quelques années plus tard, le 5 juin 1450, le roi Charles VII, venu pour libérer la ville des Anglais, s’établit à Ardenne et y séjourna tout le temps du siège — un mois pendant lequel l’abbaye d’Ardenne se trouva au cœur d’une manœuvre d’encerclement de Caen par les troupes françaises. C’est aussi à l’abbaye d’Ardenne que le roi reçut l’hommage des seigneurs du pays, la ville s’étant rendue sans coup férir. La suite du roi de France, dans son bel apparat, s’éloigne alors de l’abbaye d’Ardenne pour aller à la rencontre des notables de Caen.

  • 3 Pierre Carel, Histoire de la ville de Caen depuis Philippe-Auguste jusqu’à Charles IX, Paris, Champ (...)

En tête marchaient les archers conduits par Théobald de Valperga, bailli de Lyon, et le seigneur de Preully. On remarquait, dans le cortège qui précédait le roy, Guillaume Juvénal des Ursins, chancelier de France, ayant sur chaque épaule trois rubans d’or et trois bandes d’hermine ; Pierre de Fontenil, écuyer du roy, couvert de l’armure complète de fer, et portant sur la tête un chapeau de velours vermeil fourré d’hermine et pointu par devant ; Poton de Xaintrailles, bailli de Berry ; Richemont, connétable, portant devant lui la grande épée, insigne de sa dignité. Puis paraissait le roy, monté sur un cheval de bataille couvert jusqu’aux pieds de velours azur semé de fleurs de lys d’or brodées. Il portait un chapeau de castor de velours vermeil au sommet duquel il y avait une houppe de fils d’or et devant un magnifique diamant. À droite du roy chevauchait René d’Anjou, roy de Sicile, et à sa gauche Charles d’Anjou, comte du Maine. Derrière eux venaient les pages avec leurs casques ornés de plumes d’autruche. […] La marche était fermée par une compagnie d’ordonnance de 100 lances3.

7Cet épisode, qui précède de peu la fin de la guerre de Cent Ans en 1453, valut à l’abbaye la présence du lys de France dans ses armes : une vierge d’or sur fond d’azur tenant son fils sur son bras et dans l’autre un rameau.

Époque moderne : violences religieuses, mutinerie de misérables

8Les guerres de religion qui ont endeuillé le XVIe siècle, ont de nouveau obligé par deux fois les chanoines d’Ardenne à trouver refuge dans la ville de Caen. En 1562, l’église abbatiale est mise à sac.

  • 4 Extrait de Historia fundationis et restaurationis abbatiae Sanctae Mariae de Ardena prope Cadomum, (...)

Ardenne gisait misérable, presque détruite et dépouillée de tous ses biens, et en outre mise au pillage par des étrangers. L’église, ô douleur ! saccagée et profanée, était devenue une étable pour le bétail ; […] et, ce qui est pire, les lieux réguliers eux-mêmes […] abritaient désormais les divertissements et les fréquentations de l’un et de l’autre sexe. Le jardin qui avait été consacré à la vie religieuse servait aux paysans de pâturage. Bref on n’y pouvait plus trouver aucun vestige de la religion, sauf peut-être deux ou trois religieux comme échappés au naufrage de la persécution hérétique, successivement séparés les uns des autres et n’ayant plus aucune communauté de vie ou de costume, qui portaient sans doute l’habit blanc, mais dans un tel état de saleté et de désordre qu’ils avaient plutôt l’air de meuniers que de chanoines prémontrés4

L’abbaye d’Ardenne est restée de longues années à l’état de quasi-ruine jusqu’à ce qu’un réformateur, Jean de La Croix, commence vers 1595 son œuvre de restauration. Sous l’abbatiat de Jean de La Croix, l’abbaye d’Ardenne redeviendra — comme au XIIIe siècle — l’une des abbayes les plus puissantes du nord-ouest de la France. Cette prospérité, alliée au devoir de charité assumé par les chanoines, rendait l’abbaye d’Ardenne populaire auprès des indigents de la région. Trois fois par semaine, les chanoines distribuaient pain et grain aux pauvres qui se présentaient à la porte Saint-Norbert. Cela n’allait pas sans difficultés. L’ordre et la discipline exigés par les chanoines pour mener cette bonne action, s’accordent peu avec l’impatience d’une assemblée de manants pour qui la débrouille et la gouaille constituent un mode de survie. C’est ainsi qu’un lundi de 1699, jour de Pentecôte où la distribution habituelle de vivres avait été suspendue, « les pauvres se mutinèrent » — dit un document conservé aux Archives départementales du Calvados — et tentèrent de forcer la grande porte Saint-Norbert au point d’en faire plier les barres de fer. Les chanoines en furent si effrayés qu’ils mirent au point un mode d’accès à l’aumône exigeant de chaque personne se présentant à la porte Saint-Norbert un billet accordé à l’avance aux familles des bourgs entourant l’abbaye.

  • 5 Archives départementales du Calvados, série Abbaye d’Ardenne.

Cette manière de faire l’aumône a paru bien utile aux pauvres et avantageuse pour la maison : les pauvres ne perdent point de temps à attendre leur pain, au lieu qu’autrefois on voyait de grands garçons, de grandes filles et femmes attendre quelquefois plus de trois heures et passer ce temps à dire des contes, à médire, à faire plusieurs actions peu honnêtes. […] Lorsqu’on assemble une si grande quantité de pauvres, ils pillent insolemment la campagne, dans la multitude il se trouve plusieurs fripons inconnus qui volent, on évite cet inconvénient en donnant l’aumône par billets. Dans une année de disette il est dangereux d’assembler un si grand nombre de pauvres, dont plusieurs sont insolents et assez disposés à piller les maisons5.

Révolution française : quatre canons pour une église

9Moins d’un siècle plus tard, la Révolution française met un terme à la présence religieuse à l’abbaye d’Ardenne. La sécularisation de l’abbaye donne lieu à l’épisode le plus inattendu de l’histoire de l’abbaye. Vendue comme bien national en mai 1791 à un négociant de Paris, l’abbaye, huit ans plus tard, passe entre d’autres mains, celles d’un Anglais, William Russell.

10William Russell appartient à la Unitarian Church, une église prônant un christianisme de type rationnel, ce qui, par association d’idées, le pousse à adhérer aux principes de la Révolution française. Après que des émeutiers royalistes eurent incendié sa maison de Birmingham en 1791, Russell quitte l’Angleterre dans l’espoir de gagner les États-Unis d’Amérique. Son navire est cependant arraisonné par la marine française ; William Russell et les siens sont emprisonnés pendant près de cinq mois à Brest jusqu’à ce que, après moult représentations, le Comité de salut public soit finalement assuré de sa véritable identité et surtout de son statut d’ami de la Révolution. La lecture des « Russell Papers » conservés à la British Library de Londres nous permet de comprendre que pour hâter sa libération, William Russell a promis d’acheter l’abbaye d’Ardenne et de la transformer en une entreprise de production de fonte, projet qui ne verra jamais le jour, mais qui permettra à Russell — considéré comme félon à la couronne britannique — de couler des jours heureux à l’abbaye d’Ardenne.

11Gentleman Farmer avant l’heure, William Russell n’a cependant pas que des amis à Saint-Germain-la-Blanche-Herbe. En 1805, le maire de la commune — agacé par le fait que Russell, homme d’affaire avisé, transforme les vergers en terres à blé, céréale qui se vend mieux sur le marché de Caen — conteste dans une lettre adressée au préfet du Calvados la légalité de travaux qu’effectue Russell à l’abbaye d’Ardenne.

  • 6 Archives départementales du Calvados, cadastre.

29 germinal an 13 [19 avril 1805], le premier de l’Empire
Monsieur le Préfet,
J’ai l’honneur de vous observer qu’on peut loger en cas d’agression dix-mil hommes à Ardenne, que la même maison en a logé cinq cents au sortir du camp de Vaussieux. Je vous supplie d’observer de plus que le bâtiment en fait une hauteur, et qu’il est visible à huit lieux de tous côtés. De plus il y a au milieu du bâtiment une plateforme de dessus laquelle on voit la mer et les vaisseaux de plus, quoique éloignée de trois lieux, et sur laquelle plateforme on peut poser au moins quatre canons à cause de sa solidité. J’attends pour votre bon plaisir une réponse si besoin m’y opposer ou non. /
J’ai l’honneur d’être avec respect, Monsieur le Préfet, votre très humble et obéissant serviteur.
Charles Mauville, Maire6

12Cette lettre n’aura aucune conséquence fâcheuse pour Russell, mais elle anticipe de manière étrange les considérations tactiques que feront 140 ans plus tard des soldats qui établiront leur quartier général à l’abbaye d’Ardenne.

Les combats de juin 1944

13Le 7 juin 1944, au lendemain du débarquement des forces alliées sur les côtes de Basse-Normandie, des unités de la douzième division SS-Panzer Hitlerjugend investissent l’abbaye d’Ardenne. Celle-ci devient le point de départ d’une puissante contre-attaque allemande dans le secteur dévolu à l’armée canadienne. Du haut de ses tours octogonales — le maire de Saint-Germain-la-Blanche-Herbe en 1805 vient de nous le dire —, l’église d’Ardenne constitue un poste d’observation idéal. Entre la mer et l’abbaye, le regard domine la plaine et repère sans difficulté, les mouvements des troupes canadiennes.

1. Observateurs allemands au sommet de l’une des tours de l’abbaye d’Ardenne.

1. Observateurs allemands au sommet de l’une des tours de l’abbaye d’Ardenne.

© Bundesarchiv.

Les combats sont acharnés. Le quartier général et la salle des cartes de la division SS sont installés dans les bâtiments situés de part et d’autre de la porte Saint-Norbert.

2. Officiers allemands devant la porte Saint-Norbert.

2. Officiers allemands devant la porte Saint-Norbert.

© Bundesarchiv.

Un centre de communication prend place dans l’ancien cellier, sous le farinier où est également installé un poste de secours. Les petits véhicules blindés sont rangés dans la grange aux dîmes. Durant un mois, la douzième division allemande résistera aux assauts des Canadiens, empêchant toute progression des troupes alliées vers la ville de Caen.

14La prise de l’abbaye par les soldats du Regina Rifle Regiment, renforcé par une compagnie du Winnipeg Rifle Regiment, le 8 juillet 1944, facilite dès le lendemain la libération d’une grande partie de la ville de Caen. Bien que les Allemands aient réussi à décrocher en évacuant la plupart des blessés de l’abbaye, le sol est jonché de cadavres. Lorsqu’ils franchissent ses murs, les soldats canadiens découvrent une abbaye profondément mutilée par les intenses bombardements d’artillerie — ceux des alliés — qui ont précédé leur arrivée. Les Allemands à leur tour tirent au mortier sur l’abbaye. Ce jour-là, deux cents soldats canadiens sont tués ou blessés. On peut imaginer que les pertes ont été au moins aussi importantes du côté allemand. Le capitaine Gordon Brown commandait le détachement canadien :

  • 7 Gordon Brown, « The Capture of the Abbaye d’Ardenne by the Regina Rifle, 8 July 1944 », Canadian Mi (...)

Aux premières heures du jour, j’ai pris des dispositions afin que les compagnies Able et Dog se retranchent dans l’abbaye et occupent ses bâtiments. La vieille église, comme les autres constructions, avaient été durement touchées ; les parties incendiées brûlaient encore. Ces bâtiments offraient une certaine protection contre les tirs d’obus dirigés vers nous à partir du sud de Carpiquet. Ces obus de gros calibre continuaient néanmoins à percevoir leur due : un tir a touché le lieutenant Al Law et son ordonnance, tuant le soldat et laissant Al inconscient. Malgré ces bombardements occasionnels, nous avons jeté un coup d’oeil ici et là à l’intérieur de l’abbaye et fait un certain nombre de découvertes intéressantes. Nous avons vu un important central téléphonique de campagne détruit par un tir direct. Plusieurs cadavres de SS gisaient près de là et ailleurs dans l’abbaye. Dans un garage se trouvaient deux motocyclettes appartenant au Regina Rifle, qui nous avaient été pris à Bretteville un mois plus tôt, ainsi que des véhicules civils certainement confisqués par les hommes de Kurt Meyer. Évidemment, nous ignorions alors tout des soldats du North Nova Scotia Highlanders qui avaient été enterrés quelque part sous nos pieds. Hec Jones m’emmena jusqu’à un dépôt d’alcool autrefois gardé par un berger allemand. Il avait tué le chien avant de découvrir cette imposante réserve de vins, de champagnes et de spiritueux. Il me guida également jusqu’à un lieu qui – je pense – avait été la chambre à coucher de Kurt Meyer. À côté d’un lit joliment fait, il y avait une corbeille de cerises. Nous avons bu du champagne et mangé les cerises. Je me suis ensuite assoupi. Hec m’a laissé seul afin que je trouve un peu de ce sommeil dont j’avais tant besoin. Je ne me suis jamais excusé pour ce comportement. Je n’aurais peut-être pas dû céder à la tentation de boire et de dormir à un tel moment. Cependant, il faut bien admettre que j’étais au bord de l’épuisement physique et mental après avoir vécu un mois dans un enfer total7.

Le capitaine Gordon Brown vient de le laisser entendre : les corps de vingt soldats canadiens seront exhumés à l’automne 1944 et au printemps 1945 dans cinq fosses creusées dans le jardin d’agrément de la famille Vico ou autour de celui-ci. La plupart de ces soldats ont été exécutés les 7 et 8 juin après avoir été brutalement interrogés à l’intérieur de l’ancienne église de l’abbaye. Leurs noms sont aujourd’hui inscrits sur un monument érigé en 1984 derrière l’aile ouest des bâtiments agricoles.

3. Photographie extraite de l’ouvrage de Ian J. Campbell, Murder at the Abbaye. The Story of Twenty Canadian Soldiers murdered at the Abbaye d’Ardenne, Ottawa.

3. Photographie extraite de l’ouvrage de Ian J. Campbell, Murder at the Abbaye. The Story of Twenty Canadian Soldiers murdered at the Abbaye d’Ardenne, Ottawa.

The Golden Dog Press, 1996.

La Résistance

15Cet épisode particulièrement dramatique de la bataille de Caen ne doit pas nous faire oublier que l’abbaye d’Ardenne a également été un lieu de résistance à l’occupation nazie de la France. Tôt après l’arrivée des troupes allemandes en Normandie en 1940, la famille Vico, installée dans la vieille ferme de l’abbaye d’Ardenne depuis le début des années 1920, participe activement à des opérations de résistance. Jacques Vico, âgé de dix-huit ans, est recruté par l’OCM (Organisation civile et militaire clandestine).

4. Fausse carte d’identité de Jacques Vico au nom d’André Vitran.

4. Fausse carte d’identité de Jacques Vico au nom d’André Vitran.

(collection Jacques Vico).

À partir d’avril 1943, il constitue progressivement un dépôt d’armes à l’abbaye d’Ardenne : avec ses compagnons, il réceptionne des colis parachutés par des avions anglais et les cache dans les bâtiments de ferme. Là, il organise des réunions où l’on s’initie à la manipulation des armes, à l’utilisation des explosifs et aux techniques de sabotage. Son père, Roland Vico, est maire de Saint-Germain-la-Blanche-Herbe. Il fournit à de nombreux résistants ou réfractaires au travail obligatoire en Allemagne les faux papiers dont ils ont besoin. Le 16 décembre 1943, il est arrêté par la Gestapo, puis déporté au camp de Mauthausen, en Autriche. L’arrestation de son père obligera Jacques Vico, en une nuit avec l’aide de son jeune frère, Jean-Marie, et de quelques amis, à transporter en lieu sûr toutes les armes et les munitions hors de l’abbaye. Le 17 décembre 1943, au petit matin, Jacques Vico quitte l’abbaye d’Ardenne avec son frère. Quelques heures plus tard, l’abbaye est cernée par la Gestapo. Leur mère, Francine Vico, est arrêtée et internée plusieurs mois à la prison de Caen.

16De retour dans leur propriété dévastée en septembre 1944, Francine Vico et ses plus jeunes enfants tentent de réorganiser leur vie dans de petites chambres de fortune installées dans les anciens bâtiments agricoles. En ramassant des branches dans le jardin d’agrément, le petit Michel Vico découvre à fleur de terre un os de mâchoire, celle d’un soldat canadien. Trois corps sont d’abord localisés, puis d’autres…

Une longue restauration

17Dès 1944, avant toute intervention des pouvoirs publics, les familles de l’abbaye d’Ardenne réalisent de manière précaire, avec les pauvres matériaux disponibles, la mise hors d’eau des bâtiments d’habitation. La Ligue urbaine et rurale pour l’aménagement du cadre de la vie française, association présidée par l’écrivain Paul Claudel, est la première, avant même la fin de la guerre, à donner dans une lettre adressée au Service des monuments historiques une description des dégradations subies par l’abbaye d’Ardenne et à réclamer une intervention urgente de l’État.

Paris, le 15 mars 1945
Monsieur le Directeur général,
Un membre de notre Conseil d’administration s’étant rendu spécialement pour visiter cet édifice, dont l’état lui avait été signalé comme inquiétant à la suite des événements de guerre, nous nous permettons d’attirer votre attention sur les points suivant :
PORCHE D’ENTRÉE – A reçu de nombreux projectiles, mais il est facilement réparable : les nervures de pierre de la voûte du vestibule de ce porche sont détruites en plusieurs endroits, ce qui compromet gravement la solidité de l’ensemble du porche. Des lézardes très apparentes témoignent d’un danger imminent d’écroulement. Il y aurait donc lieu que cette voûte soit étayée le plus tôt possible.

5. La porte de Bayeux.

5. La porte de Bayeux.

© Médiathèque de l’architecture et du patrimoine (Paris), série « Restauration d’édifice du Calvados ».

GRANGE – La très importante charpente a pris feu entraînant la destruction d’environ la moitié des colonnes de pierre qui la soutenaient. Il faudrait que les colonnes intactes et celles réparables soient le plus rapidement possible protégées de la pluie par l’établissement d’un toit provisoire et que soient rangées soigneusement les fragments de colonnes épars sur le sol, qui pourraient être utilisés pour la réfection des colonnes démolies. Ces mesures conservatoires permettraient de restaurer par la suite ce bâtiment, qui par ses dimensions, la pureté de ses lignes et la beauté harmonieuse de son ordonnance est un monument extrêmement rare de l’architecture religieuse normande.

6. La grange aux dîmes.

6. La grange aux dîmes.

© Médiathèque de l’architecture et du patrimoine (Paris), série « Restauration d’édifice du Calvados ».

CHAPELLE – L’ensemble du bâtiment paraît solide : seule la façade a reçu des coups et la rosace s’est écroulée. Il y aurait lieu néanmoins que ce monument soit examiné très minutieusement et qu’éventuellement la façade soit étayée.

7. L’église.

7. L’église.

© Médiathèque de l’architecture et du patrimoine (Paris), série « Restauration d’édifice du Calvados ».

  • 8 Médiathèque de l’architecture et du patrimoine, série Restauration d’édifice du Calvados.

BÂTIMENT D’HABITATION [la porte Saint-Norbert] — Seule la toiture a souffert : il faudrait que la réfection soit entreprise le plus rapidement possible ou tout au moins qu’elle soit mise hors d’eau dans les parties abîmées afin que ce très beau bâtiment qui complète l’ensemble de l’abbaye, ne se détériore petit à petit8.

8. La porte Saint-Norbert, plan par Marcel Poutaraud, architecte en chef des monuments historiques.

8. La porte Saint-Norbert, plan par Marcel Poutaraud, architecte en chef des monuments historiques.

© Médiathèque de l’architecture et du patrimoine (Paris), série « Restauration d’édifice du Calvados ».

18La suite de la lettre met également en garde l’État contre les risques de vandalisme et insiste sur la nécessité de réaliser rapidement des travaux de première urgence afin de stabiliser l’état de l’abbaye en prévision des vastes travaux de restauration à venir. En 1947, le classement « monument historique » de la quasi-totalité des bâtiments — permettant aux différents propriétaires de restaurer tout le bâti grâce aux dommages de guerre — lance les travaux de reconstruction de l’abbaye d’Ardenne. Ceux-ci s’étaleront sur plus de trente-cinq ans, ponctués par de longues périodes de suspension. La responsabilité de la reconstruction de l’abbaye d’Ardenne est confiée à l’architecte en chef des monuments historiques Marcel Poutaraud (1885-1966).

19Commencée dès 1945, la restauration de l’église ne sera terminée qu’en 1981. La grange aux dîmes sera refaite à la toute fin des années 1960. Les habitations et les bâtiments agricoles seront terminés en 1956. Jusqu’aux années 1990, la question lancinante de la réaffectation de l’abbaye d’Ardenne à un usage plus conforme à son statut patrimonial a plus d’une fois été évoquée dans la presse, dans les rapports administratifs des services de l’État ou ceux de la commune de Saint-Germain-la-Blanche-Herbe. À partir des années 1970, les propositions se multiplient : centre de loisirs municipal, école d’architecture, mairie, église paroissiale, crématorium, hôtel, réserve pour les musées de Caen, direction régionale des affaires culturelles, centre de chorégraphie contemporaine... Un projet d’université franco-américaine qui n’est pas arrivé à son terme, a néanmoins donné l’occasion au Conseil régional de Basse-Normandie d’opérer un remembrement de l’abbaye d’Ardenne au milieu des années quatre-vingt-dix et de lancer une première vague de restauration (la porte de Bayeux, la maison de maître, les écuries, le farinier). La seconde vague de restauration (église abbatiale, grange aux dîmes, pressoir) débutera en 1999 par une importante campagne de fouilles archéologiques.

9. La nef principale de l’église aujourd’hui.

9. La nef principale de l’église aujourd’hui.

© Bruno Decaris, architecte en chef des monuments historiques, 2004.

10.La nef principale de l’église en 1933.

10.La nef principale de l’église en 1933.

20En accueillant l’IMEC, l’abbaye d’Ardenne, désormais rétablie dans son unité, retrouve un rôle intellectuel et culturel qui prolonge de façon singulière sa vocation primitive : du côté de l’église abbatiale, là où autrefois le silence et la prière étaient de rigueur, archivistes, bibliothécaires et chercheurs trouvent le calme et la sérénité propices à leur travail ; de l’autre côté, dans la grande cour de ferme, là où les « travaux et les jours » imposaient leur rythme tout au long de la semaine, colloques, expositions, conférences et spectacles sont proposés aux visiteurs. La double identité de l’IMEC — recherche et mise en valeur des fonds d’archives qui lui sont confiés — se coule avec harmonie dans la partition architecturale de l’abbaye.

Haut de page

Bibliographie

BONNET Philippe, Les Constructions de l’ordre de Prémontré en France aux XVIIe et XVIIIe siècles, Paris : Arts et Métiers graphiques, coll. « Bibliothèque de la Société française d’archéologie », 1983.

CHEVREFILS DESBIOLLES Yves, Abbaye d’Ardenne. Histoires du XIIe au XXe siècle, préface par Olivier Corpet, Paris : IMEC éditeur, 2007.

Haut de page

Notes

1 Lucien Musset, « Essai sur la bourgeoisie caennaise (1150-1250) », dans Recueil d’études offert en hommage au doyen Michel de Boüard, vol. 2, Annales de Normandie, 1982, 409-436.

2 Eugène Liot, Excursions à l’abbaye d’Ardenne (près Caen) de l’ordre Prémontré, Caen, Imprimerie Adeline, 1899, 67-68.

3 Pierre Carel, Histoire de la ville de Caen depuis Philippe-Auguste jusqu’à Charles IX, Paris, Champion, 1886, 159.

4 Extrait de Historia fundationis et restaurationis abbatiae Sanctae Mariae de Ardena prope Cadomum, Musée des beaux-arts de Caen, collection Mancel, manuscrit 77, (traduit par Élie Lambert, 1938, 228-230).

5 Archives départementales du Calvados, série Abbaye d’Ardenne.

6 Archives départementales du Calvados, cadastre.

7 Gordon Brown, « The Capture of the Abbaye d’Ardenne by the Regina Rifle, 8 July 1944 », Canadian Military Journal, 1995, 98 : “At about dawn, I made arrangements for both Able and Dog Companies to occupy the entire Abbey grounds and buildings and dig in. The ancient church and other buildings were badly battered and some fires were still smouldering. However, they provided some protection from the shelling that guns south of Carpiquet still subjected us to. The heavy calibre shells were, nonetheless, continuing to take their toll. Lieutenant Al Law and his batman were struck by a large shell, leaving the rifleman dead and Al unconscious. [...] Despite the periodic shelling, we had a chance to look around the Abbey. We found a number of interesting items. There was a large telephone exchange (military) that had been badly smashed by a direct hit. Several dead SS were there, and in other places throughout the grounds. We found two Regina Rifle motorcycles in a garage. They had been captured from us at Bretteville a month earlier. There were a number of civilian vehicles which had no doubt been expropriated by Kurt Meyer’s men. We were unaware then, of course, of the murdered North Nova Scotia Highlanders who were buried somewhere below our feet. Hec Jones led me to a liquor cache, a room where he had found a German shepherd guarding the door. He had killed the dogand found an enormous supply of wines, champagne and liquor. He also took me toa room which I assume had been Kurt Meyer’s bedroom. A bed was nicely made up and there was a basket of cherries beside it. We drank some champagne and ate the cherries before I dozed off. Hec left, permitting me to get some much needed sleep. I made no apologies for my behaviour. Perhaps I should not have yielded to drink and sleep at this time. However I must admit that I was on the brink of mental and physical exhaustion, after a month of sheer hell.”

8 Médiathèque de l’architecture et du patrimoine, série Restauration d’édifice du Calvados.

Haut de page

Table des illustrations

Titre 1. Observateurs allemands au sommet de l’une des tours de l’abbaye d’Ardenne.
Crédits © Bundesarchiv.
URL http://lisa.revues.org/docannexe/image/4975/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 36k
Titre 2. Officiers allemands devant la porte Saint-Norbert.
Crédits © Bundesarchiv.
URL http://lisa.revues.org/docannexe/image/4975/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 36k
Titre 3. Photographie extraite de l’ouvrage de Ian J. Campbell, Murder at the Abbaye. The Story of Twenty Canadian Soldiers murdered at the Abbaye d’Ardenne, Ottawa.
Crédits The Golden Dog Press, 1996.
URL http://lisa.revues.org/docannexe/image/4975/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 44k
Titre 4. Fausse carte d’identité de Jacques Vico au nom d’André Vitran.
Crédits (collection Jacques Vico).
URL http://lisa.revues.org/docannexe/image/4975/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 32k
Titre 5. La porte de Bayeux.
Crédits © Médiathèque de l’architecture et du patrimoine (Paris), série « Restauration d’édifice du Calvados ».
URL http://lisa.revues.org/docannexe/image/4975/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 40k
Titre 6. La grange aux dîmes.
Crédits © Médiathèque de l’architecture et du patrimoine (Paris), série « Restauration d’édifice du Calvados ».
URL http://lisa.revues.org/docannexe/image/4975/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 24k
Titre 7. L’église.
Crédits © Médiathèque de l’architecture et du patrimoine (Paris), série « Restauration d’édifice du Calvados ».
URL http://lisa.revues.org/docannexe/image/4975/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 48k
Titre 8. La porte Saint-Norbert, plan par Marcel Poutaraud, architecte en chef des monuments historiques.
Crédits © Médiathèque de l’architecture et du patrimoine (Paris), série « Restauration d’édifice du Calvados ».
URL http://lisa.revues.org/docannexe/image/4975/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 64k
Titre 9. La nef principale de l’église aujourd’hui.
Crédits © Bruno Decaris, architecte en chef des monuments historiques, 2004.
URL http://lisa.revues.org/docannexe/image/4975/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 44k
Titre 10.La nef principale de l’église en 1933.
URL http://lisa.revues.org/docannexe/image/4975/img-10.png
Fichier image/png, 469k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Yves Chevrefils Desbiolles, « Guerres et violences à l’abbaye d’Ardenne », Revue LISA/LISA e-journal, Vol. X – n° 1 | -1, 235-248.

Référence électronique

Yves Chevrefils Desbiolles, « Guerres et violences à l’abbaye d’Ardenne », Revue LISA/LISA e-journal [En ligne], Vol. X – n° 1 | 2012, mis en ligne le 13 mars 2012, consulté le 19 septembre 2014. URL : http://lisa.revues.org/4975 ; DOI : 10.4000/lisa.4975

Haut de page

Auteur

Yves Chevrefils Desbiolles

Docteur en histoire de l’art, Yves Chevrefils Desbiolles est responsable des fonds artistiques à l’Institut Mémoires de l’Édition Contemporaine (IMEC). Ses travaux récents renouvellent le regard critique porté sur des personnalités du monde des arts (André Fougeron, Christian Dotremont, Jean Hélion, Waldemar-George) à partir d’aspects singuliers repérés dans leurs archives. Auteur d’un ouvrage de référence sur les revues d’art, il a aussi publié aux éditions de l’IMEC, L’Abbaye d’Ardenne. Histoires du XIIe au XXe siècle (voir <yves-chevrefils-desbiolles.blogspot.com>).

Haut de page

Droits d’auteur

© Presses Universitaires de Rennes

Haut de page
  • Revues.org