Navigation – Plan du site
Regards croisés sur les deux premières guerres mondiales

J. B. Priestley, artiste de propagande à la radio : au service de quelles idées ?

The 1940 Postscripts: Government Propaganda vs. Priestley’s Political and Philosophical Ideology?
Cécile Vallée
p. 65-93

Résumé

J.B Priestley’s Sunday Postscript, broadcast on the Home Service of the BBC every Sunday evening from June to October 1940, was one of the major propaganda programmes of the period. Priestley’s adeptness at putting government propaganda into broadcasting terms and sustaining morale on the Home Front was paradoxically accompanied by a controversial political “indiscipline”. His galvanising propaganda consisted in praising the qualities of the ordinary citizen, painting an idealised picture of the “soldiers” on the home Front and of their fight, in promoting the values for which they were fighting and, at the same time, demonising the Nazi enemy, but it sometimes verged on subversive political ideology. His obvious attempts at propagating the vision of a New Jerusalem with its socialist innuendoes were judged as going against the war effort and against national unity. Indeed, the fight against capitalism and the creation of a new world order were not exactly part of the government’s agenda. Notwithstanding, there is another, more philosophical, dimension to Priestley’s 1940 Postscripts which must not be neglected: that of the beauty of the English countryside, and the wonder such beauty should inspire. The Postscripts are also a eulogy to humour, joy, and human relationships, as well as to the community spirit and the continuity of English history, a eulogy to art and knowledge, philosophy and humanities, and, last but not least, to poetry and the power of emotions. Priestley’s artful mixture of poetical and political fervour was an undeniable source of inspiration for the listeners of 1940 and his Postscripts remain to this day in people’s hearts and minds. In the following pages we shall try to analyse their contents, with a view to making a distinction between what is clearly government propaganda and what is Priestley’s own philosophy of life and ideology.

Haut de page

Texte intégral

  • 1  John Boynton Priestley (1894-1984), né dans le Yorkshire, diplômé de l’université de Cambridge en (...)

1L‘outil de communication qu’est la radio établit un contact direct, privilégié et intime, par l’intermédiaire de la voix, lien entre locuteur et auditeur. Pendant la Seconde Guerre mondiale, période durant laquelle la BBC, on le sait, acquit ses lettres de noblesse, la puissance de l’impact était renforcée par une attitude psychologique plus réceptive de l’auditeur, avide de nouvelles, mais aussi de réconfort, réceptivité qui était encore plus grande le soir, pendant et après l’écoute du bulletin d’information. La qualité de l’intervention radiophonique dépendait également de la capacité de l’intervenant à se rapprocher au maximum de son auditeur. Le choix de l’intervenant et la place d’une émission dans la plage horaire étaient donc des facteurs capitaux, qui conditionnaient l’efficacité de la communication, et, par conséquent, de la propagande. Les responsables de la BBC, qui mettaient en place la propagande qui leur était dictée par le Ministère de l’Information, en étaient bien sûr parfaitement conscients. C’est donc tout à fait logiquement qu’ils placèrent l’émission de propagande par excellence qu’était le « post-scriptum du dimanche » à une heure de grande écoute, après les informations de 21h00. Le Sunday Postscript durait environ 7 minutes : pas trop long, pour garder l’attention des auditeurs, mais assez long pour faire passer la propagande du moment. L’émission était donc idéalement située pour donner à l’outil radiophonique une efficacité maximum. C’est dire la responsabilité de J. B. Priestley1, volontaire pour se mettre au service du gouvernement en juin 1940, et la grande susceptibilité du même gouvernement quant à la teneur de cette allocution si « sensible », support d’une propagande indirecte qui se voulait essentielle pour le moral de la nation. Après une première émission le 5 juin, un mercredi, au lendemain de la Débâcle de Dunkerque, J. B. Priestley commença donc une première série de Sunday Postscripts. Il fera 20 allocutions en tout, dont la dernière fut diffusée le 20 octobre 1940.

  • 2  La BBC, à la demande du Ministère de l’Information, fait régulièrement des listes et des bilans.
  • 3  Priestley exprime, de manière plus générale et plus personnelle, l’objectif de ses allocutions dan (...)

2Classée parmi les « émissions de propagande2 », l’émission a pour objectif de donner à la population une sorte d’élan spirituel, une inspiration, la motivation nécessaire pour tenir bon face à la menace ennemie3. En même temps, elle permet de traiter de manière indirecte, autrement dit discrète ou subtile, quelques points de propagande d’actualité.

  • 4  Soit en tout près de 26 000 mots et 2 heures 30 de passage à l’antenne.

3S’il ravit certains (sa popularité en tant qu’homme de radio est proche de celle de Winston Churchill, puisque près du tiers de la population l’écoute), Priestley va vite déranger. En effet, sa popularité croissante, due à ses talents de conteur, de propagandiste, d’homme de radio allait le conduire à dépasser ses prérogatives, en quelque sorte. L’artiste, porté par son discours, porté par l’espérance, se sentant pousser des ailes, allait, naïvement peut-être, voler plus loin et oser se projeter dans un avenir dont, le moins que l’on puisse dire, les autorités de l’époque n’approuvaient pas les couleurs. Dans quelle mesure, sur cette corde raide de la propagande, J. B. Priestley allait-il dans le « droit chemin », du soutien au moral de la population et dans le sens de la propagande gouvernementale et dans quelle mesure s’en éloignait-il pour exprimer ses propres idées ? A-t-on raison de voir en Priestley un agitateur socialiste, ou un homme de gauche engagé, muselé par l’Establishment ? Pour répondre à ces questions, il faut bien sûr revenir au texte, à l’ensemble de sa production4, et éviter de ne s’attacher qu’à certains détails. Dans le cadre de cet article, j’avancerai un certain nombre de réflexions sur les Postscripts de J. B. Priestley diffusés chaque semaine de juin à octobre 1940, puis je tenterai de faire la part des choses entre ce qui relève de la propagande correspondant aux instructions gouvernementales et les idées propres à J. B. Priestley.

La genèse des Postscripts

  • 5  Plus tard connu sous le nom de James Joyce, Haw-Haw était un aristocrate britannique – le sobrique (...)
  • 6  L’idée qu’il fallait un certain nombre de commentateurs, et non un seul, fut suggérée au départ, p (...)
  • 7  Le premier (qui devait rester anonyme) fut Norman Birkett, éminent avocat, qui remplit, semble-t-i (...)
  • 8  Remarque de Maconachie (Director of Talks) à Nicolls, 1er janvier 1940 (Asa Briggs, War of Words, (...)
  • 9  Birkett à Barnes, 21 janvier 40 (Ibidem).

4Quelques mots tout d’abord sur la genèse de l’émission. Dès le mois de janvier 1940, le Ministère de l’Information comme la BBC se penchaient sur la question suivante : comment contrecarrer la propagande allemande du fameux Lord Haw Haw5, et en particulier ses critiques de la politique économique et sociale du gouvernement, du taux de chômage, des privilèges de certaines classes. Il fallait réagir à ses tentatives visant à saper le moral des Britanniques et la réputation de leur gouvernement et mettre en place une alternative, pour éviter que les auditeurs britanniques n’écoutent ses accusations et ses mensonges après le bulletin d’information de 21 heures6. L’idée était de faire naître une personnalité de la radio, qui ferait un commentaire hebdomadaire sur un thème précis, répondant ainsi indirectement à Haw Haw, et créerait progressivement un lien privilégié avec ses auditeurs. On trouve ainsi les germes des Postscripts le 8 janvier 1940 dans l’émission Once a week, avec un intervenant appelé Onlooker7. Dès l’origine, l’idée d’une telle émission ne faisait pas l’unanimité à la BBC. Tout d’abord, ce commentaire hebdomadaire devait rester d’ordre général : or, un bon nombre de questions « d’ordre général » était soumis à la censure, voire exclu de toute discussion8. Ensuite, la cible principale de Haw Haw, les questions d’ordre social, étaient par essence sujettes à controverse et ne pouvaient par conséquent être traitées sans un contrôle serré de la part du gouvernement. Le premier intervenant de Once a Week, Norman Birkett, avait bien senti les difficultés futures : on touchait aux racines de la politique intérieure, il fallait éviter que l’émission ne devienne une plate-forme de propagande politique. Haw Haw n’était-il pas considéré par certains auditeurs comme une sorte de chef de l’opposition à cause précisément de ses critiques à l’encontre de la politique sociale du gouvernement9 ? Ne serait-il pas préférable de donner la parole à plusieurs intervenants, plutôt qu’un seul ? On ne lui répondit pas vraiment, et pourtant, la suite de l’émission, comme nous allons le voir, confirmera ses inquiétudes.

  • 10  Les thèmes de propagande, comme les intervenants étaient suggérés par le Ministère et acceptés par (...)
  • 11  Le livre devait être diffusé à l’antenne en plusieurs épisodes.

5C’est en mars 1940 que la série fut rebaptisée Postscripts. Après une première série d’allocutions de Maurice Healy, célèbre avocat, la BBC cherche un contraste, une nouvelle voix, une nouvelle approche, un intervenant d’une origine sociale différente10. C’est là que Priestley « entre en scène ». Son nom avait été mentionné plusieurs fois parmi les intervenants possibles durant les longs mois de la genèse de l’émission. Il était d’ailleurs déjà passé à l’antenne le 3 septembre 1939 pour lire le premier chapitre de son roman Let the People Sing11. Il allait devenir « la plus grande personnalité de la radio de 1940. »

Priestley collaborateur ?

  • 12  Selon les prévisions officielles, l’invasion serait précédée de bombardements massifs auxquels la (...)

6Priestley était loin d’être un novice en matière de propagande. En effet, il avait déjà écrit des articles pour le compte du Ministère de l’Information. Lorsqu’il proposa à nouveau ses services, en mai 1940, le contexte avait changé : c’était la fin de la Drôle de Guerre et Haw Haw avait moins de succès. Le Ministère de l’Information resserrait son contrôle sur la BBC, puis après l’évacuation des troupes britanniques de Dunkerque, le 4 juin 1940, commençait à se préoccuper plus sérieusement du moral des troupes de l’intérieur. En effet, le danger d’une invasion allemande se rapprochait, et l’heure était à la préparation psychologique de la population : il s’agissait de renforcer leur détermination à repousser l’envahisseur12 ; pour cela, il était nécessaire de modifier les comportements, de combattre les réticences de la population à obéir aux instructions données, de lutter contre les rumeurs et les ragots, mais aussi contre la panique et le défaitisme. Ces priorités dans le cadre général de ce que l’on appelait le « soutien du moral » de la population nécessitaient la mise en place d’une politique de propagande.

  • 13  “fear, confusion, suspicion, class feeling and defeatism.

7Celle-ci fut définie plus précisément en mai 1940. Le 22 mai, le Ministère de l’Information avait mis sur pied un comité chargé du moral des troupes de l’intérieur, le Home Morale Committee en prévision du pire, c’est-à-dire d’un certain nombre de dangers que l’on identifiait comme étant la peur, la confusion, les soupçons, l’animosité entre les classes et le défaitisme13, des sentiments exacerbés, bien sûr, par la propagande allemande. Voyons comment et dans quelle mesure J. B. Priestley collabore, dans ses Postcripts, à cette propagande gouvernementale.

8Selon les autorités, la meilleure façon de lutter contre la peur était d’éviter l’exhortation, et non seulement de réconforter, d’encourager, mais aussi de donner des instructions. En effet, la grogne semblait essentiellement due au manque de consignes. C’est précisément ce que reconnaît Priestley dans son allocution du 30 juin. En bon propagandiste, il utilise la métaphore et se met du côté des citoyens ordinaires. De l’autre côté d’une barrière imaginaire se trouvent l’administration, les autorités, coupées du monde ordinaire, lointaines et vivant à part, et n’apparaissant que pour donner des consignes. Très bien, évidemment, et tout citoyen obéit ; mais il voudrait bien quelques nouvelles de la guerre, et ces gens-là ne semblent pas disposés à en donner. L’intelligence du propagandiste consiste à se mettre ainsi, dès le départ, du côté de celui auquel il s’adresse. De cette manière, l’auditeur pourra mettre toutes ses rancunes et ses critiques derrière l’image de la barrière. Il est bien évident que l’administration, ou les autorités en général, ne sont pas décriées. Comme toujours en matière de propagande, il s’agit d’encourager le public à agir dans un certain sens. Les sentiments et les pensées de l’auditeur, auxquels le propagandiste semblait faire écho jusqu’ici sont aussitôt remis sur le droit chemin :

  • 14 Sunday Postscript, 30 juin 1940. Les transcripts originaux sont disponibles au BBC Written Archives (...)

Is this too fanciful? Then I’ll speak plainer. I think there is still too much pretence in some official quarters that what we are living through now is really a kind of ordinary life, only much drearier; and the idea in such quarters is to try and make it drearier still. Now if I’d my way I’d reverse this. I’d tell people to forget their old ordinary life because, ultimately, anyhow, we’ll either have a better life than that, or bust; and I’d order them about a bit—stop doing that, come and do this. If we’re in a fortress, then let’s behave like members of a garrison and not like members of a club during spring cleaning14.

9Ce que fait Priestley ici est très simple : il répond à un besoin de consignes gouvernementales, exprimé, semble-t-il, par ses concitoyens à ce moment-là. En même temps, il tente de contrecarrer le sentiment de lassitude ambiant. Il est bien évident que les autorités n’essayent nullement de « rendre la vie plus terne encore qu’elle ne l’est ». Priestley le sait parfaitement. Il se fait l’écho d’un mécontentement général enregistré dans l’opinion, et tente de la corriger, en accord avec les instructions du Ministère.

10Un autre thème récurrent traité par Priestley en accord avec le Ministère de l’Information était le travail,c’est-à-dire la participation à l’effort de guerre, qui rejoint bien sûr l’obéissance aux consignes. L’objectif principal de la politique en matière d’utilisation des ressources humaines du pays était de rééquilibrer la machine de production pour assurer la survie du pays, tout en consacrant un maximum d’efforts à l’industrie de l’armement, à la machine de guerre. Nul besoin d’une propagande sophistiquée pour persuader la population de la validité de ce principe : si la survie était en jeu, elle était psychologiquement prête à le croire. Les conséquences pratiques sur la vie quotidienne et les efforts individuels nécessaires qui en découlaient étaient, par contre, plus difficiles à faire accepter.

  • 15  Les 16 juin, 30 juin, 21 juillet, 11 août, 25 août, 8 septembre, 15 septembre, 22 septembre et 6 o (...)
  • 16  On a abusé de cette citation. C’est un élément de la propagande qui doit être mis en relation avec (...)

11Priestley fait souvent allusion au thème du travail, puisque l’on trouve 7 références au mot « factory » (au singulier ou au pluriel), 13 au mot « work » et 5 au mot « working ». Le travail est mentionné dans 9 allocutions15 sur les 20, et particulièrement développé dans celle du 25 août.Sur quel mode ? Dans l’allocution du 30 juin, Priestley vante les mérites du travail, mais dans la bonne humeur : “We want hard work, but not hard looks16. Le thème du travail dans la bonne humeur revient également dans l’émission du 11 août, assorti d’un hommage appuyé au Ministère du Travail et à l’émissionMusic while you workqui passe dans les usines pour donner aux ouvriers du cœur à l’ouvrage :

  • 17 Sunday Postscript, 11 août 1940, BBC Written Archives Centre.

The people have said to authority here: ‘This is our war, command us; put great burdens on our shoulders’. And authority, it should reply to the people: ‘If nothing is too great for you to bear, then nothing is too good for you to have. Whatever men have devised to uplift you heart, set fire to the imagination and release the spirit that you shall have’17.

Encore une fois, on aurait tort de voir dans cet extrait une critique du gouvernement. Au contraire, Priestley collabore ici à la politique de propagande officielle.

  • 18  Un thème que l’on retrouvait régulièrement dans d’autres émissions, comme « John Hilton Talking », (...)

12Non seulement on encourageait la productivité, mais il fallait changer les attitudes, faire accepter l’idée d’une main d’œuvre féminine généralisée, dans des secteurs et à des postes habituellement réservés aux hommes ; tenter de changer les mentalités, cela signifiait également faire accepter la valeur des femmes sur les lieux de travail, c’est-à-dire lutter contre les préjugés des hommes. Puis, une fois le recrutement opéré, il était nécessaire d’assurer une productivité maximum en motivant ouvriers et ouvrières, en soutenant leur moral. Lorsque, le 11 août, Priestley brosse un tableau flatteur des femmes au travail, de leur courage, de leur endurance, et bien sûr de leur féminité préservée18, il suit toujours la propagande gouvernementale. Le 8 septembre 1940, il s’attache aux comportements abusifs de certains, qui continuent à travailler pendant les alertes contrairement aux instructions gouvernementales. L’émission du 25 septembre reste, elle aussi, parfaitement en accord avec la politique générale, et s’inscrit dans le cadre de la propagande de stimulation des efforts de chacun, puisque Priestley illustre le slogan « carrying on ».

  • 19  Le 6 juillet, la BBC avait déjà reçu l’instruction de continuer de diffuser des allocutions et des (...)
  • 20  Le 23 juillet, la BBC reçut en effet un ordre du Ministère de ne plus insérer de slogans entre les (...)
  • 21  Les dangers identifiés par le Home Morale Committee de mai 1940 étaient : “fear, confusion, suspic (...)
  • 22  Barnes à Ryan, 25 mai 40, BBC Written Archives Centre, R34/702/1 Propaganda Programme Arrangements

13La lutte contre les rumeurs était un autre axe de la propagande au cours de l’été 1940. Inventer ou colporter des rumeurs, ou encore divulguer des informations secrètes étaient des comportements inacceptables et dangereux qui donnaient lieu à des campagnes menées avec vigueur. Naturellement, pendant l’été 1940, la première campagne battait son plein19. Une campagne visant à inciter les bavards à tenir leur langue, à « rejoindre la colonne silencieuse » fut lancée le 11 juillet par Duff Cooper, le Ministre de l’Information. Au bout de deux semaines de campagne, on trouva que l’exhortation avait atteint ses limites et que la propagande devait être plus subtile. On fit donc appel à Priestley20. Le 23 juin, celui-ci avait déjà dénoncé la cinquième colonne. Il s’attache au sujet des rumeurs dans son allocution du 25 août. Pour une fois, il transmet des consignes à ses auditeurs : il ne faut pas revenir dans les zones bombardées et empêcher les pompiers de faire leur travail, il ne faut pas être pendu à la radio pour attendre les mauvaises nouvelles, et surtout, il ne faut pas écouter les bêtises que l’on entend à la radio ennemie. Le renforcement de la campagne d’action contre les rumeurs, visant à contrecarrer la propagande allemande était lié à la lutte contre ce que le gouvernement appelait  « la confusion et les soupçons »21. Or, sur ce thème, le danger venait de l’utilisation de mauvais intervenants et de l’abondance de discours officiels vides de sens22. On invite donc Priestley, qui est déjà très populaire, à participer à cette campagne, ce qu’il fait dans son allocution du 25 août. Le ton et la voix seront justes :

  • 23 Sunday Postscript, 25 août 1940, BBC Written Archives Centre.

What I’m going to suggest is what seems to me the best way of mentally coping with this war. But before I do that, I’ll tell you the worst way—how to drive yourself half barmy. You do this—God help you!—by chaining your mind to the procession of events, by reading in ten different newspapers and hearing in five news broadcasts about the same eleven Heinkels and seven Messerschmitts, by never stopping wondering in a dreary kind of fashion—you know— “wonder what they’ll try next,” by opening your mind to nothing but idiotic rumours or lying enemy propaganda. Now the best way is the opposite of this. Don’t be dragged along in that slow procession23.

  • 24 Sunday Postscript, 16 juin 1940, BBC Written Archives Centre.

14Le comité ministériel de mai 1940 insistait également sur la nécessité du respect à l’égard des préposés à la Défense Passive, des Home Guards et de toute autre personne faisant partie des autorités locales. Il fallait donc rehausser leur image pour qu’ils soient pris au sérieux par la population. C’est ce que fait Priestley, par exemple, le 16 juin 1940, dans le cadre d’une allocution qui fait également partie de la préparation psychologique de la population à la menace de l’invasion. Il se lance dans un discours qui se veut rassurant. Il met en scène les Local Defence Volunteers dont il fait partie dans son village, qui sont postés en haut d’une colline ; les volontaires ont afflué, précise-t-il, chacun prend son tour de garde, tous les représentants de la communauté sont unis.  Oui, il y a le danger, la menace des avions ennemis, mais le sens de la communauté et de l’histoire et la qualité des hommes rend l’atmosphère presque confortable24. Le thème de l’invasion est donc traité de manière rassurante, la menace mise en perspective. Celle-ci est bien réelle, mais l’homme de la campagne, simple et « sain » d’esprit prend les choses de manière naturelle ; il y a toujours eu des menaces (Napoléon est passé par là !) et ils ont toujours défendu leur village ; ils feront la même chose, tout simplement. Le sentiment de communauté et de continuité de l’histoire de l’Angleterre apporteront la victoire.

And I felt, out in the night on the hilltop, that the watch they kept then was only yesterday; that all this raiding and threat of invasion, though menacing and dangerous enough, was not some horror big enough to split the world—but merely our particular testing time; what we must face, as our forefathers faced such things, in order to enjoy our own again. It would come down upon us; it would be terrible; but it would pass.

  • 25  Maconachie à Ryan, 28 mai 1940, BBC Written Archives Centre, R34/702/1 Propaganda Programme Arrang (...)
  • 26   Un thème « explosif » politiquement, bien sûr, comme nous le verrons plus loin.
  • 27  Une préoccupation d’Attlee, comme le confie Nicolson dans son journal, Diaries and Letters, le 3 j (...)

15La mise en avant du « sens de la communauté et de l’entraide », autre objectif de nature propagandiste25 était aussi un thème cher à Priestley, que l’on retrouve dans les allocutions des 16 juin, 21 juillet et 6 octobre26. Encore une fois, ce n’est pas un hasard. Le quatrième danger défini par les autorités au mois de mai 1940 était, en effet, le manque d’harmonie sociale, l’animosité entre les classes, que la propagande allemande faisait tout pour attiser. Inutile de dire que, dans ces conditions, ce n’était pas le moment de dresser les classes les unes contre les autres ou d’attiser davantage les jalousies ou les critiques. L’heure n’était pas à la promotion de la justice sociale ou encore aux revendications de la classe ouvrière, mais plutôt à l’unité, qui devait être encouragée dans les cœurs et les esprits. La BBC devait elle-même faire un effort et remédier à une pratique dangereuse : l’utilisation quasi systématique d’accents socialement et culturellement marqués. Il fallait que l’on entende davantage à l’antenne des voix appartenant à la classe ouvrière27. Un J. B. Priestley qui, avec son accent du Yorkshire, se présentait systématiquement comme un homme du peuple, un homme comme tout le monde, qui parlait comme le peuple, faisait, là encore, parfaitement l’affaire. Son discours réconfortant, l’insistance sur le sentiment d’unité et l’esprit de communauté étaient parfaitement en accord avec les instructions gouvernementales.

16Comme toujours en matière de propagande, il fallait modifier les attitudes de la population. En s’identifiant à un intervenant qui parlait leur langage et semblait refléter leurs préoccupations, le public devait pouvoir adopter une attitude différente. Une des techniques de la propagande consistait donc à mettre en avant des qualités, une attitude, ou des comportements idéaux, en affirmant qu’ils étaient ceux de la grande majorité, de manière à encourager l’émulation. Ainsi, à côté de la propagande « ciblée », le Ministère de l’Information voulait que les autocritiques et le doute décelés dans l’opinion fassent place à l’auto-éloge et à la confiance. C’est dans cette propagande plus diffuse de mobilisation des troupes de l’intérieur qu’excellait Priestley. Ce grand élan qu’il a donné au peuple britannique (à l’instar de cet autre artiste de la propagande qu’était Winston Churchill) passait essentiellement, nous allons le voir, par une mise en valeur systématique du peuple britannique, une mise en contraste récurrente des bons et des méchants, du bon et du mauvais, une construction manichéenne aux dimensions à la fois humaines et idéologiques.

Un tableau manichéen

  • 28  La BBC a bien entendu largement participé au mythe du « peuple en guerre » développé par Angus Cal (...)
  • 29 Sunday Postscript,30 juin 1940, BBC Written Archives Centre.
  • 30  « humorous » est utilisé 2 fois, et il y a 7 références à l’humour.
  • 31  2 références.
  • 32  10 références, 8 « cheerful », 2 « cheerfully ».
  • 33  3 références au mot « joy ».
  • 34  L’adjectif est utilisé 8 fois.
  • 35  « friendly » est utilisé 5 fois.
  • 36  utilisé 3 fois.
  • 37  « a good people », « goodness », 2 références ; pas moins de 14 utilisations de l’adjectif « kind  (...)
  • 38  11 références à « courage », 7 à « spirit ».
  • 39  2 références à « determination », 3 à « determined », 2 à « resolution ».
  • 40  3 références au mot « energy ».
  • 41  3 références à « confidence ».

17Il s’agissait tout d’abord de brosser un tableau idéalisé des Britanniques, de projeter une image quasi idyllique de la Grande-Bretagne28. La propagande de motivation conduisait à une héroïsation permanente du citoyen britannique ordinaire sur les ondes de la BBC. Elle n’était pas propre à Priestley, mais elle revient comme un leitmotiv dans ses allocutions. Si l’on fait un repérage lexical dans les Sunday Postscripts, que trouve-t-on ? Tout d’abord, un flot assez impressionnant de qualités est déversé sur l’auditeur. Le « caractère national »29 est régulièrement décrit. Le Britannique ou plus souvent « l’Anglais » est par définition plein d’humour30, simple31, gai32, joyeux33, « décent »34, amical35, tolérant36, et surtout, gentil, voire bon37. Le peuple est aussi empli de courage38, de détermination39, d’énergie40 et de confiance41. A force de l’entendre, ne finit-on pas par y croire ? L’objectif de cette propagande est bien de toucher les cœurs et les esprits, et la flatterie est sans aucun doute un moyen de persuasion efficace, et un puissant moteur de l’action. L’élan est donné, par exemple, dans l’allocution du 30 juin :

  • 42 Sunday Postscript, 30 juin 1940, BBC Written Archives Centre.

We want hard work, but not hard looks; we need long endurance, but not long faces. It isn’t woolly, pussy footed officialdom that will win this war, but the courage, endurance, rising spirits of the British people. And we’re still, as we always have been, at heart, an imaginative and romantic people. And now that is the touch we need42.

Il met alors en scène le personnage allégorique de « Two Ton Annie », une vieille femme obèse et infirme, qui pourtant se tient droite sur sa civière, fait preuve d’une force de caractère incroyable, et qui, de surcroît, a gardé sa gaieté. Elle est un exemple pour tous:

  • 43  Ibidem.

She was a roaring and indomitable old lioness, and whenever she was carried there was a cheerful tumult; and as she roared out repartee she saluted the grinning crowd like a raffish old empress. Yes, she was old, fat, helplessly lame and was being taken away from her familiar surroundings, a sick woman, far from home. But she gave no sign of any inward distress, but was her grand, uproarious self. She did all our hearts good that day, and I said then that although Britannia can put up a good fight, Two Ton Annie and all her kind can put up a better one43.

18Une fois le peuple combattant glorifié, à travers le personnage symbolique de « Two Ton Annie », l’opposition manichéenne revient inexorablement :

  • 44  Ibid.

I said that if it comes to a struggle between them and worried, semi-neurotic, police-ridden populations for ever raising their hands in solemnly idiotic salutes, standing to attention while the radio screams blasphemous nonsense at them, these people will emerge victorious because their sort of life brings kindness, humour and courage, and the other sort of life doesn’t. Kindness, humour and courage are mightily sustaining qualities. They prevent that breakdown inside upon which our enemies with their screaming bogy-machines always depend44.

  • 45  Maconachie à Ryan, 28 mai 1940, BBC Written Archives Centre, R34/702/1 Propaganda Programme Arrang (...)
  • 46 “some short and simple statement of war aims” (Asa Briggs, War of Words,op. cit., 207). Rapport du (...)

19En effet, on voulait provoquer un changement dans les esprits, susciter la colère et l’agressivité contre l’ennemi, activité immémoriale en matière de propagande. Il fallait encourager un état d’esprit agressif face à l’invasion et faire comprendre à la population que cette guerre était différente de la précédente, que cette fois, la défaite serait synonyme d’extermination45. Cette cinquième menace, définie en mai 1940, était appelée, très globalement, le défaitisme. Il s’agissait de lutter contre l’idée d’un compromis possible avec l’Allemagne en montrant les conséquences dramatiques sur toute la population si l’ennemi venait à gagner la guerre, et en même temps dire à la population pourquoi il fallait se battre ; les objectifs devaient être présentés de manière claire et simple46.

  • 47  Une nouvelle station allemande, Workers Challenge fut lancée en juillet 40, immédiatement perçue c (...)
  • 48  “to heighten the intensity of the personal anger felt by the individual British citizen against th (...)
  • 49  “A good deal of the war-anger felt by the British people is not at present directed consciously ag (...)

20Pour la Commission chargée du moral de la nation, le défaitisme touchait tout d’abord la classe ouvrière, dont une bonne partie pensait qu’Hitler ne pouvait pas être pire que le capitalisme actuel. En juillet 1940, la propagande allemande à l’intention des Britanniques jouait d’ailleurs la carte de l’anti-capitalisme47. Une petite partie des classes moyennes faisait également preuve de défaitisme, c’est-à-dire ne réalisait pas l’importance du danger et ses conséquences. Après ce diagnostic, il fut décidé de lancer « une campagne de la colère » – autrement dit de poursuivre la campagne de haine – « pour intensifier la colère de chaque citoyen britannique contre le peuple allemand et contre l’Allemagne – de façon à augmenter l’effort de guerre et à préparer le public britannique à n’importe quelle crise »48.Selon le rapport du Ministère, « une bonne partie de la colère des Britanniques n’est pas pour l’instant consciemment dirigée contre les Allemands. Notre tâche est donc de faire en sorte qu’elle se focalise contre les Allemands, et en même temps de leur donner l’impression que leur mouvement de colère est spontané. En d’autres termes, nous voulons qu’ils aient l’impression que ce sentiment de colère grandit naturellement »49.

  • 50  Sauf 5 d’entre elles, les 28 juillet, 11 août, 8 septembre, 15 septembre et 6 octobre.

21Tout en dirigeant la haine de la population vers l’ennemi, il fallait donner l’impression aux auditeurs que ce qu’ils entendaient n’était finalement que l’expression de leurs propres sentiments. La propagande à l’état pur ! Sur ce thème, Priestley n’avait d’égal que Winston Churchill. Le tableau qu’il peint des Nazis et de l’Allemagne est d’une noirceur telle qu’elle ne peut susciter, chez l’auditeur, que la haine de l’ennemi. C’est peu dire, en effet, que la condamnation du Nazisme et des Nazis est un thème récurrent dans les allocutions de Priestley. On la retrouve presque toutes les semaines50 avec une intensité et des volumes variables. Les mots et expressions qu’il utilise pour qualifier le Nazisme et les Nazis sont d’une violence et d’une noirceur extrêmes. Le Nazi sort en rampant d’un monde souterrain ou de l’enfer où il voue un culte au pouvoir et à la mort. C’est la bête, c’est le mal dans toute son horreur. C’est à vous en donner la nausée, ce qui était bien sûr l’objectif. Le tableau ne pourrait guère être plus noir : la folie meurtrière, le désespoir, la violence, la cruauté, la bestialité, la sauvagerie… tout n’est que hurlements, menaces, tortures, horreurs, destructions et meurtres.

abnormal; neurotic (2); unhealthy; unhappiness; unpleasant (5)
ambitious; over-ambitious; small-hearted; cold-eyed; thin-lipped; black hearts; hardened youths
half-doped; crack-brained; crazy; insane (3); lunatic (4); lunacy; lunatics; mad (2) madness
tormented; tormented spirit; haunted (2)
despairing (3); despair (6); darkening despair
violent (3); violence (2); cruel (4)
bullies (2); bully; bullying (2); brutes
hell (4); hellish; evil (9)
perverted (2); corruption (2); crawlingly corrupt
blood-stained basements (2); cellars; back rooms (4); obscure corners; underworld (2)
crawling out of the woodwork; dark (4); crept (2)
beast; beastliness; savage; savagery; pack of ravening wolves; barking
screaming (8); shouting (4); lies; lying (4); broken promises; endless deceit; machine (4)
police uniforms; power (10); power worshippers
gang (4); gangster (2); plot; plotting
menace; threat (3); threatened (6)
torture (3); murder (2); persecution; tormenting; blood
destroy; destruction (6); poisoned
horror (2); terror (3)
disease; death (4); death-worship

22Ce repérage lexical ne donne cependant pas toute la mesure de l’art rhétorique de J. B. Priestley, de ses envolées oratoires sur la bête nazie dont voici un exemple, extrait de son allocution du 23 juin 1940 :

  • 51 Sunday Postscript, 23 juin 1940, BBC Written Archives Centre.On peut écouter cette allocution de J. (...)

I don’t pretend to any notable consistency, but it’s a fact—and cold print can prove it—that about Hitler and the Nazis I have always held the same opinion—the opinion that they were evil, and that the time must come when either we must destroy them or they would destroy us. They were no more to be compromised with than typhoid fever is to be compromised with. You might as well try to come to an amicable settlement with a pack of ravening wolves. My feeling from the first, I think, had nothing to do with economics or politics, but was really moral—or, if you like, religious. Here, in these cruel figures who emerged from the underworld, who promptly destroyed the cultural life of their country, turned workers into serfs again, trained boys to be brutes, brushed away the last specks of honour, organised two vast new government departments—one for systematic lying, the other for equally systematic torture; and even perverted and poisoned the life of the family, so that even school children became police spies at the very dinner table—here, I say, was something that cut deeper than economic disagreements and political differences.
Here, I felt, was the growing corruption, the darkling despair of our modern world, shaping itself into one vast dark face—a German dark face
51 […]

23Cette guerre était un combat entre les bons et les méchants, entre le bien et le mal. Nazi et Nazisme étaient inséparables :

But you see, Nazi-ism is not really a political philosophy but an attitude of mind—the expression in political life of a certain unpleasant temperament—of the man who hates Democracy, reasonable argument, tolerance, patience and humorous equality—of the man who loves bluster, uniforms and bodyguards and fast cars, plotting in back rooms, shouting and bullying, taking it out of all the people who have made him feel inferior. It’s not really a balanced, grown-up attitude of mind at all; it belongs to people who can’t find their way out of adolescence overgrown, tormenting, cruel schoolboys—middle-aged ‘dead end kids’. That’s why the gang spirit is so marked among Nazis; and it explains too, why there has always seemed something unhealthy, abnormal, perverted, crawlingly corrupt, about them and all their activities.

24Encore une fois, c’est tout à fait en accord avec la politique gouvernementale que Priestley prônait l’unité nationale contre l’ennemi nazi, chantait les louanges du petit peuple et encourageait la confiance. Il faisait donc parfaitement l’affaire dans ce contexte de propagande. On le voit déjà, cependant, la dénonciation de ce que l’on appelle l’idéologie nazie – terme que Priestley récuse – est de nature politique, mais elle est aussi morale, sociale et humaine. 

  • 52  Un terme récurrent, bien sûr, puisque l’on trouve 4 utilisations de « fighting for », 10 utilisati (...)
  • 53  Il y a 4 références au mot « civilisation ».

25Le combat52 du peuple britannique héroïque a pourtant une dimension idéologique plus classique : c’est un combat pour la défense de certaines valeurs, les valeurs incarnées par la Grande-Bretagne. Tout d’abord, Priestley se fait l’écho de la « défense de la civilisation »53. Il qualifie la Grande-Bretagne, de « dernier rempart de la civilisation » (le 30 juin) ; affirme « nous menons un grand combat pour l’avenir de notre civilisation » (le 8 septembre) ou encore qu’il « faut sauver notre civilisation » (le 20 octobre). Il n’y a donc que trois allusions. Le mot « démocratie », quant à lui, n’est utilisé que deux fois. Le 23 juin : « le Nazi est un homme qui hait la Démocratie », et le 20 octobre : « il faut montrer que la démocratie n’est pas morte, il faut libérer cette force créatrice ».

26Trouve-t-on plus de références à la liberté? Cinq seulement. Une allusion le 9 juin : « les Nazis sont prêts à sacrifier la liberté ». Une autre, plutôt vague, le 23 juin : « l’Angleterre, la Grande-Bretagne, l’Empire tout entier ne cesse de tendre vers de nouvelles expressions de la liberté » ; le 25 août : « les peuples de l’Europe centrale ont renoncé à rechercher la liberté » ; le 15 septembre : « nous sommes au cœur d’un combat suprême pour la défense de la liberté du monde entier » et enfin, le même jour, « Londres est capitale de la liberté qui s’est déjà levée par le passé pour la défendre, et non seulement sa propre liberté, mais celle de tous les hommes ».

  • 54  On trouve encore « God bless you », à l’intention des pilotes de la R.A.F. le 28 juillet et God he (...)

27Quelle place accorde-t-il à Dieu, à la religion, au Christianisme ? Le terme « Christian » n’est mentionné qu’une seule fois, le 15 septembre : « St Paul est le symbole de la morale Chrétienne » ; par ailleurs, il y a 6 références à Dieu. Le 9 juin : « l’homme ordinaire va détruire le mal, le frapper comme les anges de la colère de Dieu » ; le 30 juin : « le peuple est bon et veut de tout son cœur faire la volonté de Dieu » ; et, enfin, le 7 juillet, où Priestley lance un cri de bataille bien connu : “Cry: ‘God for Harry, England and Saint George’54. Voilà encore un thème qui n’est pas propre à Priestley, mais bien caractéristique de la propagande de guerre : on se bat pour une cause juste, et il faut donner au combat des soldats du Front intérieur une dimension spirituelle. Cette guerre étant un combat entre le bien et le mal, la dimension religieuse, chrétienne est donc tout naturellement présente.

28Priestley affirme donc bien que l’on se bat pour la sauvegarde de certaines valeurs, mais il est intéressant de remarquer que les grandes idées, les grands mots ne sont pas très fréquents dans les Postscripts. Par contre, ils sont fréquemment placés à la fin, qui est souvent construite comme un crescendo qui va du particulier, de l’ordinaire au général et au plus exalté. Ce sont des mouvements classiques du discours mobilisateur.

Priestley, artiste de propagande

29La propagande mobilisatrice de Priestley passe donc à la fois par l’apologie du citoyen ordinaire, l’éloge de l’homme de la rue, l’idéalisation des combattants et de leur combat et la dénonciation de l’ennemi, ainsi que par l’expression des valeurs à défendre. Mais ses Postscripts relèvent délibérément dela propagande « indirecte », une propagande qui, pour être efficace doit être subtile, ce qui signifie aussi éloignée que possible de l’exhortation, du discours officiel ou de l’énonciation pure et simple de grandes idées ou d’une idéologie vides de sens. Il s’agit de toucher les cœurs et les esprits, de parler aux émotions des auditeurs, et ces auditeurs ne sont pas des intellectuels.

30Tout l’art de Priestley réside précisément dans sa capacité à parler à l’homme ordinaire. Sa technique habituelle consiste à mettre des mots dans la bouche de son auditeur – en espérant qu’en effet, il exprime les pensées du citoyen moyen, qui se reconnaîtra. Il inclut les points de propagande essentiels qu’il veut faire passer, et ce toujours dans le langage de l’homme de la rue.

31La teneur propagandiste des Postscripts ne fait, on le voit, aucun doute : ils visaient bien à forger des attitudes, à unifier des sentiments, des façons de penser ou de voir une situation donnée, à former les esprits, à diriger les cœurs. La multitude d’expressions indiquant l’opinion et les sentiments est d’ailleurs impressionnante. Priestley exprime ses propres sentiments (« I feel » : 9 références ; « I felt » : 3 références ; « my feeling » : 9 références) ou ses propres opinions (« I said » : 5 références ; « I say » : 8 références ; « I think » : 14 références ; « I thought » : 2 références ; « my own mind » : 1 fois ; « my opinion » : 3 fois). La personnalisation du discours est un trait récurrent : le conteur se fait témoin,  homme ordinaire, penseur, philosophe (23 utilisations de « my »), mais en même temps, par glissement, porte-parole d’un peuple (on note 34 utilisations de « our » et pas moins de 71 utilisations de « we »). Ce rapprochement permanent explique en partie la popularité et l’efficacité de J. B. Priestley. Mais qu’est-ce qui fait de lui un véritable artiste de propagande ?

32On peut dire que les Sunday Postscripts de J. B. Priestley ont cette particularité de réunir toutes les qualités nécessaires visant un impact maximum sur l’auditeur. En effet, cet artiste de propagande ne se contente pas de ces atouts inhérents au mode de communication qu’est la radio et à la situation de guerre. Il les utilise et les amplifie. Pour se rapprocher de l’auditeur et créer une atmosphère d’intimité maximale, l’intervenant doit effectivement lui parler à l’oreille, et adopter un style et un ton familiers. Presque systématiquement, Priestley attire l’attention de son auditeur en le plaçant dès le départ dans une situation familière, et en l’invitant, de cette manière, à s’identifier à la voix qu’il entend. Le phénomène d’identification est également encouragé par cette utilisation quasi systématique de la première personne – une technique, qui, bien entendu, va de pair avec l’atmosphère et le ton familiers.

33De même, les anecdotes « révélatrices » que Priestley utilise permettent non seulement de renforcer le ton de la familiarité, mais aussi de donner cette dimension de réel à son discours, pour faire passer les généralités, ou autres assertions d’ordre moral ou politique. Chaque allocution contient, en effet, au moins une anecdote, presque toujours située au début ou vers la fin de l’intervention. Ces anecdotes sont comme des touches (plus ou moins grandes) de réalité, autour desquelles s’enroule le discours de la propagande. C’est ainsi que l’auditeur suivra sa pensée et, on peut l’espérer, adoptera les attitudes et opinions exprimées, par un processus d’entraînement dans le courant du discours.

34Celui-ci est presque toujours ancré dans la vie quotidienne. Il inclut souvent des événements ordinaires, des expériences de la vie de tous les jours : soirée au coin du feu avec un petit whisky, promenades au bord d’un lac, une cane avec ses petits, la beauté éternelle de la nature en toute saison. En soi, ces éléments porteurs de simplicité, de chaleur, de beauté, de joie, d’émerveillement sont là parce qu’ils sont « bons pour le moral ». Il rappelle implicitement à l’auditeur qu’il faut savoir apprécier ces choses-là. Il est certain également que tout cela correspond effectivement à la « philosophie de la vie » de J. B. Priestley, un écrivain qui se défend d’être un intellectuel, un Yorkshireman proche de ses racines et ancré dans son pays, un amoureux de la poésie et de la vie, tout simplement. Mais cet ancrage dans le connu et l’agréable a aussi une fonction essentielle pour l’efficacité de la propagande, à savoir l’utilisation de la note sentimentale qui va accrocher l’auditeur, et de la vraisemblance qui rendra le message plus crédible politiquement, donc plus efficace – ou plus dangereux.

Priestley le subversif ?

  • 55  Et plus grandes encore en 1941. Témoin cette remarque de Harold Nicolson dans ses mémoires, datée (...)
  • 56  Comme le souligne le Professeur Nicolas Hawkes, le fils de la deuxième femme de Priestley, Jacquet (...)

35Les Postscripts de J. B. Priestley sont sans doute plus connus, en effet, pour leur côté « subversif ». La BBC appréciait ses services, mais les pressions politiques visant à l’interdire d’antenne étaient déjà grandes en 194055 – même si, comme il le dira dans son autobiographie, Margin Released, c’est volontairement qu’il a mis fin à ses allocutions en octobre 194056. Que dit Priestley de si politiquement inacceptable dans ses allocutions de juin à octobre 1940 ? La trame générale telle qu’elle apparaît dans les Postscripts peut se résumer ainsi : il fait une critique générale de la société d’avant-guerre dont rien ne mérite d’être gardé (mais il n’entre pas dans le détail). On ne se bat pas, dit-il, pour retourner en arrière, pour revenir au passé, mais pour construire un monde meilleur. C’est ce qu’il dit à ses auditeurs dès le 30 juin :

  • 57 Sunday Postscript,30 juin 1940, BBC Written Archives Centre.

I’d tell people to forget their old ordinary life because, ultimately, anyhow, we’ll either have a better life than that, or bust.57

Puis à nouveau le 14 juillet :

  • 58 Sunday Postscript, 14 juillet 1940, BBC Written Archives Centre.

[…] move our minds and hearts towards steadfast courage and faith and hope, because we’re ready to accept all this: […]; this hour of trial and testing —if we know that we can march forward —not merely to recover what has been lost, but to something better than we’ve ever known before.58

  • 59  Priestley fait 5 fois référence au mot « noble » ; 6 fois au mot « future ».

On se bat pour construire un monde plus noble59 :

  • 60 Sunday Postscript, 14 juillet 1940, BBC Written Archives Centre.

And now I say to all of you who are listening: for in your common will there is an even mightier magician. This Margate I saw was saddening and hateful; but its new silence and desolation should be thought of as a bridge leading us to a better Margate in a better England, in a nobler world. We’re not fighting to restore the past; it was the past that brought us to this heavy hour; but we are fighting to rid ourselves and the world of the evil encumbrances of these Nazis so that we can plan and create a noble future for all our species.60

36Ces généralités idéalistes des 30 juin et 14 juillet ne peuvent qu’inspirer l’auditeur et on ne peut pas encore vraiment y trouver à redire. Mais la semaine suivante, Priestley se fait plus précis. C’est le système tout entier qu’il faut changer :

This brings us to the second, and more truthful, way of looking at this war. That is, to regard this war as one chapter in a tremendous history, the history of a changing world, the breakdown of one vast system and the building up of another and better one. In this view of things Hitler and Mussolini have been thrown up by this breakdown of a world system. […]. We have to get rid of these intolerable nuisances but not so that we can go back to anything. There’s nothing that really worked that we can go back to. But so that we can go forward, without all the shouting and stamping and bullying and murder, and really plan and build up a nobler world in which ordinary, decent folk can not only find justice and security but also beauty and delight. […] But we can’t go forward and build up this new world order, and this is our real war aim, unless we begin to think differently, and my own personal view, for what it’s worth, is that we must stop thinking in terms of property and power and begin thinking in terms of community and creation.

  • 61  On peut noter que le mot « world » est utilisé 33 fois dans ses allocutions.
  • 62  Le 28 juillet, il continue, en dénonçant le travail facile et la course au profit : “the scramble (...)

37Plus précisément, il suggère de rejeter ce monde fondé sur le pouvoir et l’argent61, de rejeter la propriété, le profit et l’appât du gain62 pour les remplacer par l’esprit de communauté (on trouve 9 références à ce terme), le partage et la création (5 références). Il faut créer « un nouvel ordre mondial ». Cette émission du 21 juillet 1940 est très certainement la plus « explosive ». Non seulement il affirme qu’il est nécessaire de planifier le monde d’après-guerre dès maintenant (il le dit trois fois), mais il met en avant le bien de la société par opposition aux intérêts individuels. Plus précisément, dans le contexte de guerre, non seulement il montre du doigt (comme le fera Churchill) ceux qui se sont enfuis aux États-Unis, mais il suggère de réquisitionner leur maison, que cela leur plaise ou non :

  • 63 Sunday Postscript, 21 juillet 1940, BBC Written Archives Centre.

And now we’ll take the change from property to community. Property is that old-fashioned way of thinking of a country as a thing, and a collection of things on that thing, all owned by certain people and constituting property; instead of thinking of a country as the home of a living society, and considering the welfare of that society, the community itself, as the first test. […] There are hundreds of working men not far from here who urgently need ground for allotments so that they can produce a bit more food. Also, we may soon need more houses for billeting. Therefore, I say, that house and garden ought to be used whether the owner, who’s gone to America, likes it or not.[…]
Now, the war, because it demands a huge collective effort, is compelling us to change not only our ordinary, social and economic habits, but also our habits of thought. We’re actually changing over from the property view to the sense of community, which simply means that we realise we’re all in the same boat. But, and this is the point, that boat can serve not only as our defence against Nazi aggression, but as an ark in which we can all finally land in a better world […] I tell you, there is stirring in us now, a desire which could soon become a controlled but passionate determination to remodel and recreate this life of ours, to make it the glorious beginning of a new world order, so that we might soon be so fully and happily engrossed in our great task that if Hitler and his gang suddenly disappeared we’d hardly notice that they’d gone
63.

Les thèmes abordés dans cette allocution du 21 juillet, à savoir, la lutte contre les critiques à l’égard de l’administration, l’appel à l’unité nationale, la destruction de la peste Nazie… sont, tout du moins au début, tout à fait en accord avec la propagande gouvernementale. Les techniques utilisées sont toujours les mêmes : on raconte, sur un ton familier, une anecdote typique où l’auditeur se reconnaîtra. On commence par aller dans le sens des idées reçues, on abonde dans le sens des opinions de l’auditeur moyen ; on insiste, même, mais c’est pour mieux aller à l’encontre de ces idées, par la suite. Tolérance et respect de l’autorité ; pas de ressentiment mais unité dans l’effort ; il faut accepter l’autre, même s’il est dans le camp de l’administration. En fait, il n’y a qu’un seul camp possible pour les Britanniques, et qu’un seul ennemi. Chacun dans sa spécialité, et avec sa spécificité, doit mettre tous ses efforts au service de la cause ; l’heure n’est pas à la confrontation interne.

  • 64  Il faut, bien sûr, regarder au-delà de la règle en vigueur sous le gouvernement de coalition, au n (...)
  • 65 Sunday Postscript, 21 juillet 1940, BBC Written Archives Centre.
  • 66  Il continuera sur ces voies tendancieuses, et cela lui vaudra d’être « remercié » par la Corporati (...)

38Par contre, le deuxième volet de l’allocution, bien que s’inscrivant en continuité avec l’idée de conflit, constitue une coupure, dans le ton et dans le style. On sent bien que Priestley se démarque de la ligne de propagande gouvernementale, qu’il ne se contente plus d’illustrer les « points de propagande » nécessaires à ce moment-là, mais qu’il profite du microphone pour aller plus loin dans l’expression de sa vision des objectifs ultimes du combat. La vision présentée est toujours double, et l’auditeur, loin d’être amené à réfléchir, est entraîné sur l’un ou l’autre chemin. Le premier, gouvernemental, est exagérément schématisé, mais sans doute proche de la vérité, quoique la propagande officielle n’ait jamais clairement proposé un retour à la situation d’avant guerre ! Par contre, il est clair qu’elle reste particulièrement vague quant à l’après-guerre. Sur ce point, Winston Churchill était catégorique, et ses instructions à la BBC particulièrement strictes : pas de controverse, c’est-à-dire pas de politique, avant que la victoire sur le Nazisme ne soit acquise64. Priestley ne voit pas les choses de la même façon : il veut détruire l’ancien monde, construire un monde nouveau, un nouvel ordre mondial. Cette guerre n’est pas une terrible parenthèse. La vérité, c’est que la guerre est un chapitre d’une formidable Histoire, l’histoire d’un monde qui change (ou qui va changer), l’écroulement d’un vaste système et la construction d’un autre système, un système meilleur65. Rien ne marchait avant, il n’est donc pas question de revenir en arrière. Il faut, au contraire, aller de l’avant, planifier et construire un mode plus noble dans lequel les gens ordinaires trouveront non seulement la justice et la sécurité (dans cet ordre), mais aussi la beauté et la joie. La beauté et la joie… pour l’instant rien de bien méchant. Juste un idéalisme ? Non, la suite est autrement plus subversive. Tout d’abord, ce n’est pas une utopie : il faut avancer et construire ce nouvel ordre mondial, et c’est ça le véritable but de cette guerre (c’est son opinion personnelle, bien sûr, il insiste). Et pour le construire, il faut se mettre à penser différemment. Et là, les termes deviennent explosifs : « we must stop thinking in terms of property and power and begin thinking in terms of community and creation ».Non seulement Priestley fait preuve ici d’une indépendance politique qui va à l’encontre de l’avis du Premier Ministre, mais il s’avance tout à fait clairement sur la voie du communisme66 !

39Il est intéressant de se poser la question du volume des déclarations « tendancieuses », mais aussi de se demander si Priestley continue sur la même veine, dans les Postscripts suivants ou si, au contraire, il « s’assagit ». La réponse n’est pas simple. On peut noter, cependant, que l’émission qui suit celle, « explosive », du 21 juillet, est assez similaire, quoique moins marquée politiquement. Les thèmes de propagande abordés sont, d’une part, les pilotes de la R.A.F., héros nationaux ; d’autre part, la défense de la stratégie des bombardements britanniques. La R.A.F. lâche ses bombes de manière précise, sur des cibles stratégiques, uniquement. On projette également une image romantique de la vie de pilote, on rend hommage à leur talent, à leur dévouement, à leur endurance et à leur esprit de sacrifice. S’il est clair que tout ceci suit la ligne de propagande gouvernementale habituelle, l’image idéaliste, caractérisée par la vertu du partage, par opposition au monde égoïste des affaires, est néanmoins à la limite du politique. La population civile doit exprimer sa reconnaissance en construisant un monde meilleur que celui qui a suivi la Première Guerre mondiale, un monde d’entraide et de coopération, à l’image de la mentalité qui règne à présent. Priestley fait d’ailleurs allusion aux lettres des « fascistes » qui veulent l’interdire d’antenne parce qu’il tente de lancer les bases d’un monde meilleur. Il répond aux critiques, et continue sur sa voie. Aller plus loin sur le chemin de la reconstruction, et propager la vision d’une « Nouvelle Jérusalem » aux accents socialisants est encore considéré comme allant à l’encontre de l’effort de guerre et de l’unité nationale !

40Plus tard, dans son émission du 11 août, il dénonce les abus et les privilèges. Il fera plusieurs fois allusion aux « planqués » au cours de l’été 1940. Il aborde également le thème du travail, thème qui, on l’imagine aisément peut vite glisser vers la controverse, et exprime clairement son soutien à la classe ouvrière :

Comfortable persons who feel that munitions workers are being overpaid and coddled, should accept the Government offer of training and try for a job in the factories themselves.[…]

  • 67  Il n’y a qu’une seule affirmation de ce genre ; une référence à « economic injustice », une autre (...)

41Dans cette allocution du 11 août, il encourage bien le travail, en accord avec la politique gouvernementale, mais il marche sur le fil du rasoir ! La flatterie et l’encouragement sont là, il remplit donc son rôle, mais par petites touches, il casse la démocratie britannique. Il reste donc fidèle à ses principes et à ses idées, à son admiration pour le peuple et les ouvriers, pour l’histoire et la littérature anglaises, mais il lance des piques… Il critique le gouvernement de manière plus ou moins sous-entendue en affirmant qu’il faut donner une reconnaissance sociale à ceux qui se sacrifient pour la survie de la nation. Ce sacrifice ne doit pas être vain, la société d’après-guerre doit leur apporter la justice, la sécurité et le bonheur67.

42Le 25 août 1940, il persiste et signe. Il a reçu, dit-il à ses auditeurs, de nombreuses lettres lui reprochant ses idées par trop socialisantes. Tout allait bien tant qu’il restait sur « Two Ton Annie » et l’éloge du peuple mais il exprime maintenant des idées ! L’ironie cache certainement une grande colère et n’est ni plus ni moins qu’un pied de nez à ses détracteurs.  C’est sans doute le meilleur exemple de la liberté que Priestley prend sur les ondes, et on imagine également la colère dans certains milieux que cette allocution a pu provoquer ! Il se permet même le luxe de conseiller à ses auditeurs de lire l’ouvrage de Peter Drucker The end of Economic man. La propagande politique subversive est à son comble !

  • 68  Allocution dans laquelle il résume ses motivations et le contenu des précédentes.

43Pour ce qui est du volume, on peut dire qu’il représente environ 1000 mots sur les 30 000 environ qui constituent l’ensemble de ses Postscripts. Au-delà du contenu « subversif » qui se passe de davantage de commentaires, on peut dire que les messages sont assez simples. On peut également remarquer un certain nombre de choses : d’abord il reste très discret dans ses premières allocutions ; ensuite, celles qui sont les plus « subversives » sont suivies d’autres, plus sages, comme s’il rentrait dans le rang. Et enfin, bien qu’il énonce parfois ses idées de manière très explicite, elles ne sont pas souvent développées et sont souvent, au contraire, assez générales. Il n’en demeure pas moins que ses attaques contre l’ordre établi, contre « l’Establishment » furent assez virulentes au goût de certains pour faire scandale ! Outre des lettres de « fascistes » (sic), Priestley fut l’objet de nombreuses pressions politiques et fut rappelé à l’ordre par le Ministre de l’Information. Il se permet néanmoins le luxe de répondre à ses détracteurs dans le cadre même de sa dernière allocution, le 20 octobre68.

  • 69 Sunday Postscript, 20 octobre 1940, BBC Written Archives Centre.

Stupid persons have frequently accused me in public of—I use their own words—taking advantage of my position to bring party politics into my talks. This is extremely ironical because I am not a member of any political party. […]. It’s not I, but they, who put party before country, for I’ve never even learnt to think in terms of a political party. And the most I’ve asked for in these talks is that we should mean what we say; be really democratic, for example, while fighting for democracy; and that we should make some attempt to discover the deeper causes of this war and to try and find a remedy for them, thus making this a colossal battle, not only against something, but also for something positive and good. If all this, together with certain obvious elements of social justice and decency seems to you Socialism, Communism or Anarchy, then you are at liberty to call me a Socialist, a Communist or an Anarchist, though I would implore you to stop merely pasting on labels and instead to think a little69.

  • 70  “He was not a defiant rebel by nature, and I believe he was willing to trim his sails in order to (...)

Il n’a rien dit de bien méchant ! Oui mais voilà, il occupe une plage horaire privilégiée, il a le monopole des Postscripts, et en plus il est populaire. Si, d’après Nicolas Hawkes, Priestley n’avait pas l’âme d’un rebelle et était tout à fait prêt à moduler son discours, à adoucir ses critiques pour calmer le jeu70, on sent pourtant sa déception, sa frustration, voire son dépit dans ses mémoires : il n’a pas pu s’exprimer librement, faire une place assez grande à sa philosophie politique, et ne tire aucune gloire de ses Postscripts pourtant si populaires à l’époque.

44Peut-on voir derrière les critiques que Priestley dit venir des auditeurs des critiques des autorités elles-mêmes ? Comment expliquer alors qu’il ait pu ainsi faire un tel pied de nez aux censeurs sur les ondes, sachant que les scripts étaient passés à la censure et pouvaient être interrompus au moindre faux-pas ? On peut à coup sûr se réjouir de l’audace de Priestley et de la liberté (relative) qu’il  eut d’exprimer des idées qui allaient à l’encontre de celles du Premier Ministre et d’autres membres du Gouvernement. Le thème de la reconstruction et les divergences politiques n’auront véritablement de droit d’antenne qu’à partir  de l’année 1942, voire 1943. Priestley fut l’un des seuls à pouvoir s’exprimer ainsi. Il faut dire que le volume de la dissension était bien maigre, et que les pavés dans la mare étaient somme toute peu nombreux. Il n’en reste pas moins que Priestley exerçait essentiellement son talent au service de la propagande officielle. De plus, ce sont ses élans poétiques et l’inspiration qu’il donnait à ses auditeurs qui restent aujourd’hui dans les mémoires. N’est-il pas symptomatique que les deux allocutions dont les gens se souviennent encore soient précisément les moins riches en controverse, à savoir celle du 5 juin sur le Miracle de Dunkerque et celle du 29 septembre sur la résistance symbolique d’une tourte géante dans une petite épicerie de Bradford ?

Priestley l’humaniste

45Malgré le contenu incontestablement politique de ces Postscripts, il me semble que ces émissions étaient davantage le reflet de la philosophie de Priestley, une philosophie essentiellement humaniste, qui s’appuie sur des valeurs aux dimensions universelles. Il était donc, semble-t-il, moins souvent contestataire que philosophe. En effet, derrière le tableau manichéen brossé pour satisfaire les demandes de propagande du moment, se dessine clairement une vision idéale de l’homme et de ses qualités, et de la société qui doit en découler. Si le nazisme est, pour Priestley, symptomatique d’un état d’esprit, de ce qu’il y a de plus mauvais en l’homme, il donne à croire que ce qu’il y a de bon en l’homme, que ce qu’il y a de bon sur cette terre peut et doit prévaloir.

  • 71  Il y a 12 références au mot « hope ».

46La lecture ou l’écoute attentive de l’ensemble des Postscripts de 1940 ne devraient donc pas nous conduire à ne retenir que les quelques allusions politiques que contiennent ces allocutions. Non seulement la vision de Priestley s’apparente davantage à un humanisme chrétien qu’à un socialisme engagé, mais les idées contenues dans ses Postscripts sont celles d’un poète inspiré, qui célèbre l’espoir71, la victoire de la vie et de la poésie.

47Parfois, en effet, il faut pouvoir oublier la menace, et regarder attentivement la vie autour de soi. C’est ce que Priestley encourage son auditeur à faire dans une de ses allocutions les plus réussies, où il met en scène une cane et ses canetons, allégorie de la victoire de la vie, de l’espoir et de la poésie sur l’horreur de la guerre :

  • 72 Sunday Postscript, 7 juillet 1940, BBC Written Archives Centre.

Then we saw on the pond, like a tiny, feathered flotilla, a duck accompanied by her minute ducklings, just squeaking specks of yellow fluff. We joined the fascinated spectators; we forgot the war, the imminence of invasion, the doubts about the French Fleet, the melancholy antics of the Bordeaux Government.
Our eyes, and ears, and our imagination were caught and held by those triumphant little parcels of life. […]
She hadn’t asked anybody’s advice or permission; she hadn’t told to herself it was too late or too difficult; nobody had told her to “Go to it” and that “it all depended on her”. She had gone to it, a triumphant little servant of that life, mysterious, fruitful, beautiful, which expresses itself as a man writes a poem-now in vast galaxies of flaming suns, now in a tiny brood of ducklings squeaking in the dusk.
And if we forgot the war for a moment, afterwards we returned to think of it with a new courage, as if by that pond we’d been given a sign72.

48Le « we », qui correspond ici aux témoins de la scène a évidemment valeur universelle. Dans chacune de ses allocutions, Priestley se présente comme un témoin qui fait profiter l’auditeur de son expérience, partage sa vision, mais le « je » se transforme toujours progressivement – voire insidieusement – en « nous », signifiant à la fois l’union entre locuteur et auditeur, et l’unité d’un peuple, de toute une nation.

  • 73 Sunday Postscript, 23 juin 1940, BBC Written Archives Centre.

49Le rejet et la condamnation virulente de la violence, des abus de pouvoir, de la soif du pouvoir ont valeur universelle, et l’on imagine très bien qu’ils aient été facilement acceptés par les auditeurs, d’autant plus qu’ils étaient « adossés » à la dénonciation des Nazis. Plus généralement, la vision, la philosophie qui apparaît est plus humaniste que chrétienne (il y a d’ailleurs, on l’a vu, peu d’allusions à Dieu ou à la religion). La foi apparaît plutôt comme une foi en l’homme, comme l’espoir d’un monde meilleur. En fait, Priestley fait l’éloge de ce qui est bon, de ce qui est vrai, de la beauté de la nature, des bonheurs simples de ce monde. Voilà en effet, les thèmes récurrents des Postscripts de 1940: la beauté de la nature et de la campagne anglaise, l’émerveillement devant la beauté de cette nature immémoriale, l’humour, la joie, et les relations humaines, le sentiment de communauté et de continuité de l’histoire de l’Angleterre, la liberté, le savoir, l’art, la philosophie et les lettres, la poésie et la force de l’émotion, mais aussi l’argumentation logique, la raison, la tolérance, la patience... et ce qu’il appelle « humorous equality »73.

  • 74  Le mot est utilisé 10 fois.
  • 75  Même si Priestley se défend d’être un idéaliste : “I am a realistI have more than once been descr (...)

50Même si tout ce qu’il y a de bon, de vrai, de désirable est presque systématiquement associé à la Grande-Bretagne, même si c’est bien l’éloge du peuple britannique que fait Priestley, les idéaux humains et de société ont véritablement valeur universelle. En effet, les oppositions simplistes entre la joie et la peine, le rêve et la réalité, la paix et la légèreté du ciel et la mort qui pèse toujours, le nazi et l’homme ordinaire, n’ont pour but et pour effet que de brosser un tableau manichéen dans lequel l’auditeur ne peut que faire le choix de garder le bon et le beau. Il faut consacrer toute son énergie à refuser « l’autre visage » de l’homme et de la société, qui est la négation de tout ce qu’il y a de bon en l’homme. Ce peuple romantique et plein d’imagination, naturellement gentil, plein d’humour, et de courage, Priestley y croit très certainement en 1940. S’il remplit son rôle d’inspirateur avec poésie et brio, c’est qu’il exprime sincèrement ce à quoi il croit profondément. Lorsqu’il célèbre la joie de la création et fait l’apologie de la pensée et de l’imagination74, il exprime ses convictions profondes d’écrivain humaniste. Le monde meilleur auquel il aspire, et dont il veut faire partager la vision à ses auditeurs est un monde idéal, en effet75, mais un monde qu’il sent poindre en 1940. Les prémices de cette nouvelle Jérusalem sont là, et  l’espoir d’un monde meilleur se fonde sur les qualités du peuple britannique telles qu’elles se manifestent en 1940 :

  • 76 Sunday Postscript, 30 juin 1940, BBC Written Archives Centre.

Through the fading mists there emerge the simple, kindly, humorous, brave faces of the ordinary British folk—a good people, deeply religious at heart, not only when they’re kneeling in our little grey country churches, but also when they’re toiling at their machines or sweating under loads in the threatened dockyards.
Yes, a good people who, deep in their hearts, only wish to do what they feel is God’s will. On them, on us, on all of you listening to me now, there rests the responsibility of manning this last great defence of our liberal civilisation. Already the future historians are fastening their gaze upon us, seeing us all in that clear and searching light of the great moments of history. That light may discover innumerable past follies and weaknesses of policy and national endeavour, but here and now, as the spirit of the people rises to meet the challenge, I believe that it will find no flaw in the senses, courage and endurance of those people
76.

Le message est politique, voire idéologique, mais il est aussi émotionnel, poétique et spirituel. C’est donc ce qu’il y a de plus profond en l’homme, ses qualités spirituelles, qui conduira à la victoire sur le désespoir :

  • 77 Sunday Postscript, 4 août 1940, BBC Written Archives Centre.Le mot « Despair » est utilisé 6 fois.

To oppose these men and their evil doctrine we must not only summon our armed forces, wave our flags and sing our national anthems, but we must go deeper and, by an almost mystical act of will, hold to our faith and our hope. We have to fight this great battle not only with guns in daylight, but alone in the night, communing with our souls, strengthening our faith that in common men everywhere there is a spring of innocent aspiration and good will that shall not be sealed. […] whoever shares this faith and hope, no matter to what race they belong or what language they speak, let them be welcomed as allies. And this test remains for all policies from now on. If such policies, and all the actions resulting from them, enlarge and strengthen this faith, this great hope, then they will help us to victory, the only victory worth having, the final conquest of despair77.

51Priestley a-t-il su, comme on le lit partout, « refléter l’état d’esprit de la population britannique en ces mois difficiles de 1940 » ? C’est impossible à dire, et là n’est pas la question. A-t-il profité, comme on l’en a accusé à l’époque, de sa grande popularité et de ses talents d’homme de radio pour promulguer une idéologie de gauche subversive ? Il ressort clairement de l’analyse du contenu de ces Postscripts que Priestley aspirait à un idéal de société, mais il est indissociable d’une dimension à la fois plus simple et plus profonde : la vie, les rires, l’humour, la chaleur humaine, ne doivent pas s’éteindre. Le « bon » chemin, est celui qui mène à la chaleur, à l’amitié, au réconfort… Autrement dit, c’est l’homme, la nature et la vie qui sont au centre de sa philosophie.

  • 78  En octobre 1940, après 20 émissions, il avait épuisé l’exercice, en quelque sorte, dit-il dans Mar (...)

52Tant qu’il restait sur un mode général, sur les objectifs généraux de la propagande définis par le gouvernement, Priestley était inoffensif ; mieux, il était, presque naturellement en parfait accord avec ce que l’on attendait de lui. Son aisance et sa rapidité à préparer ses allocutions montrent bien sûr ses talents, mais jamais il ne se serait plié à l’exercice si on lui avait demandé de dire des choses contraires à ses convictions personnelles78.

53On peut sans doute dire que Priestley utilise la propagande officielle, qui veut insister sur l’esprit de communauté, l’unité pour le bien de tous, l’absence de frictions sociales, l’effort de tous pour le bien commun etc. qui doit servir l’effort de guerre, pour projeter sa vision d’une société meilleure. On peut sans doute arguer que les qualités extraordinaires du Britannique moyen, telles qu’elles étaient présentées dans le discours de propagande étaient effectivement pour Priestley un tremplin politique qu’il utilisait pour aller plus loin. Mais il nous semble qu’au-delà des impératifs de propagande qui expliquent le contenu thématique et les techniques de persuasion utilisées par Priestley, on peut déceler des traits récurrents dans ses allocutions qui font de lui plus qu’un artiste de propagande, et autre chose qu’un homme de gauche auquel on pourrait coller une étiquette : il semble osciller entre un pessimisme profond, un désespoir face à la violence et à la destruction (ancré dans le traumatisme de la Première Guerre mondiale), face à l’homme machine déshumanisé, à l’humanité qui court à sa perte et un optimisme, un idéalisme, voire un utopisme exalté, un espoir extraordinaire en l’avenir de l’homme, en ses qualités d’âme, l’espoir d’un monde nouveau, d’un homme nouveau tel qu’il semble se dessiner dans le petit peuple de la Grande-Bretagne en 1940.

54La richesse des allocutions de ce grand homme de radio n’a été que suggérée ici, et pourrait encore être développée, même si Priestley lui-même accordait peu de crédit à ses Postscripts. Ne dit-il pas dans ses mémoires,

  • 79  J. B. Priestley, Margin Released, op. cit., 216.

Those Sunday night ‘Postscripts’ that were so ridiculously over-praised. They took about ten minutes to deliver, usually between half an hour and an hour to write. […] They were nothing more than spoken essays, designed to have a very broad and classless appeal.79

  • 80  L’adjectif « good » est utilisé 19 fois,« right », 10 fois.

La rapidité et la spontanéité de l’écriture ne sont-elles pas un signe que Priestley était bel et bien un artiste de propagande et un grand homme de radio ? Il était aussi, plus qu’un idéologue, un humaniste convaincu. Dans ses Postscripts, la poésie de l’ordinaire et la beauté de la nature côtoient la grandeur et la profondeur de l’homme et le rejet de la laideur sous toutes ses formes. L’écrivain met son imagination au service des Britanniques et de l’humanité toute entière pour proclamer avec force son espoir en la victoire du bon, du beau, et du bien80. Sa philosophie politique et sa philosophie de la vie ne font qu’un.

Haut de page

Notes

1  John Boynton Priestley (1894-1984), né dans le Yorkshire, diplômé de l’université de Cambridge en histoire et en sciences politiques, essayiste et écrivain. En 1942, il formera le Common Wealth Party, qui met l’accent notamment sur la démocratie, la collectivisation des terres et la moralisation du politique.

2  La BBC, à la demande du Ministère de l’Information, fait régulièrement des listes et des bilans.

3  Priestley exprime, de manière plus générale et plus personnelle, l’objectif de ses allocutions dans l’une d’entre elles, le 25 août 1940 :“what seems to me the best way of mentally coping with this war”. 

4  Soit en tout près de 26 000 mots et 2 heures 30 de passage à l’antenne.

5  Plus tard connu sous le nom de James Joyce, Haw-Haw était un aristocrate britannique – le sobriquet qui lui fut donné venait de son accent – qui avait épousé la « cause » des Nazis. Il fut condamné à mort pour trahison à la fin de la guerre. Selon une enquête de fin janvier 40, un Britannique sur 6 écoutait Haw Haw régulièrement, 3 de temps en temps et 2 jamais. Pour comparaison, 4 Britanniques sur 6, à savoir près de 23 millions de personnes, écoutaient les nouvelles de la BBC (Asa Briggs, War of Words, London: Oxford University Press,1970, 155).

6  L’idée qu’il fallait un certain nombre de commentateurs, et non un seul, fut suggérée au départ, puis rejetée, pour être finalement reprise après le limogeage de Priestley en 1941 (Ibidem, 153).

7  Le premier (qui devait rester anonyme) fut Norman Birkett, éminent avocat, qui remplit, semble-t-il, son rôle raisonnablement bien, mais était loin de faire l’unanimité.

8  Remarque de Maconachie (Director of Talks) à Nicolls, 1er janvier 1940 (Asa Briggs, War of Words, op. cit., 155).

9  Birkett à Barnes, 21 janvier 40 (Ibidem).

10  Les thèmes de propagande, comme les intervenants étaient suggérés par le Ministère et acceptés par la BBC ou inversement. Puisqu’il fallait rassurer avec grande efficacité, les intervenants devaient gagner la confiance des auditeurs, ce qui nécessitait une intervention dans la durée. On utilisait des intervenants rassurants, comme Onlooker, John Hilton, etc. plutôt que des experts ou des personnages officiels, dont une grande partie des auditeurs se méfiait. Leur tendance à adopter un style et une approche correspondant à leur fonction les éloignait de l’auditeur moyen.

11  Le livre devait être diffusé à l’antenne en plusieurs épisodes.

12  Selon les prévisions officielles, l’invasion serait précédée de bombardements massifs auxquels la population devait pouvoir résister. Sir Adrian Boult, un officiel du Ministère de l’Information informa ainsi la BBC, le 29 mai 1940, de la nécessité de « préparer le public, psychologiquement » aux attaques aériennes. Directeur-Adjoint de la Section des Emissions Parlées au Directeur (Barnes), 3 juin 1940. BBC Written Archives Centre, R51/397/4 Talks Policy.

13  “fear, confusion, suspicion, class feeling and defeatism.

14 Sunday Postscript, 30 juin 1940. Les transcripts originaux sont disponibles au BBC Written Archives Centre. L’ensemble des Postscripts de 1940 a été publié cette année-là sous le titre Britain Speaks.  

15  Les 16 juin, 30 juin, 21 juillet, 11 août, 25 août, 8 septembre, 15 septembre, 22 septembre et 6 octobre.

16  On a abusé de cette citation. C’est un élément de la propagande qui doit être mis en relation avec l’éloge du Ministère du Travail. La critique du gouvernement sous-jacente est bien légère ! Au contraire, cela faisait partie des techniques de gestion de l’opinion que d’admettre quelques fausses notes.

17 Sunday Postscript, 11 août 1940, BBC Written Archives Centre.

18  Un thème que l’on retrouvait régulièrement dans d’autres émissions, comme « John Hilton Talking », par exemple.

19  Le 6 juillet, la BBC avait déjà reçu l’instruction de continuer de diffuser des allocutions et des anecdotes sur les rumeurs. Le 8 juillet, juste avant le lancement de la nouvelle campagne, une réunion eut lieu au Ministère de l’Information pour fixer ses objectifs et son plan. La campagne radiophonique commença le 11 juillet 1940.Les instructions étaient les suivantes : “The propaganda will consist in urging the public to ‘join the silent column’. You must be prepared and translate as best you can in broadcast terms the propaganda themes which have been fixed by the MoI”.Contrôleur de la Radio nationale (C(H), Ryan) à son Adjoint, 8 juillet 1940, BBC Written Archives Centre, R51/397/4 Talks Policy.

20  Le 23 juillet, la BBC reçut en effet un ordre du Ministère de ne plus insérer de slogans entre les émissions, et de ne plus faire de références à l’expression « la colonne silencieuse ». Pour assurer un impact maximum, il fallait utiliser des personnalités connues comme J. B. Priestley, D. L. Sayers et A. P. Herbert. Ceux-ci incluraient non plus des slogans, mais « de la propagande indirecte » (indirect propaganda) dans leurs interventions. Contrôleur de la Radio nationale (C(H), Ryan) au Directeur-Général, 23 juillet 1940. Les décisions avaient été prises au Ministère de l’Information le matin. BBC Written Archives Centre, R34/702/1 Propaganda Programme Arrangements.

21  Les dangers identifiés par le Home Morale Committee de mai 1940 étaient : “fear, confusion, suspicion, class feeling and defeatism” (Asa Briggs, War of Words, op. cit., 206).

22  Barnes à Ryan, 25 mai 40, BBC Written Archives Centre, R34/702/1 Propaganda Programme Arrangements.

23 Sunday Postscript, 25 août 1940, BBC Written Archives Centre.

24 Sunday Postscript, 16 juin 1940, BBC Written Archives Centre.

25  Maconachie à Ryan, 28 mai 1940, BBC Written Archives Centre, R34/702/1 Propaganda Programme Arrangements.

26   Un thème « explosif » politiquement, bien sûr, comme nous le verrons plus loin.

27  Une préoccupation d’Attlee, comme le confie Nicolson dans son journal, Diaries and Letters, le 3 juillet 1940 : “Attlee is worried about the BBC retaining its class voice and personnel and would like to see a far greater infiltration of working class speakers” (Asa Briggs, War of Words, op. cit., 207).

28  La BBC a bien entendu largement participé au mythe du « peuple en guerre » développé par Angus Calder dans The Myth of the Blitz, London: Jonathan Cape, 1991.

29 Sunday Postscript,30 juin 1940, BBC Written Archives Centre.

30  « humorous » est utilisé 2 fois, et il y a 7 références à l’humour.

31  2 références.

32  10 références, 8 « cheerful », 2 « cheerfully ».

33  3 références au mot « joy ».

34  L’adjectif est utilisé 8 fois.

35  « friendly » est utilisé 5 fois.

36  utilisé 3 fois.

37  « a good people », « goodness », 2 références ; pas moins de 14 utilisations de l’adjectif « kind », une de « kindly » et 3 de « kindness ».

38  11 références à « courage », 7 à « spirit ».

39  2 références à « determination », 3 à « determined », 2 à « resolution ».

40  3 références au mot « energy ».

41  3 références à « confidence ».

42 Sunday Postscript, 30 juin 1940, BBC Written Archives Centre.

43  Ibidem.

44  Ibid.

45  Maconachie à Ryan, 28 mai 1940, BBC Written Archives Centre, R34/702/1 Propaganda Programme Arrangements. 

46 “some short and simple statement of war aims” (Asa Briggs, War of Words,op. cit., 207). Rapport du Home Morale Emergency Committee  transmis au Policy Committee  du MoI le 4 juin 1940.

47  Une nouvelle station allemande, Workers Challenge fut lancée en juillet 40, immédiatement perçue comme un danger politique par le MoI : “It raises the Communist banner” (Asa Briggs, War of Words, op. cit., 209). On comprend que les idées exprimées par Priestley ne soient pas du tout les bienvenues à ce moment-là !

48  “to heighten the intensity of the personal anger felt by the individual British citizen against the German people and Germanyas a factor in increasing the war effort and in preparing the British public for every emergency. Home Morale Emergency Committee, Draft Scheme for Broadcasting. Asa Briggs, War of Words, op. cit., 209.

49  “A good deal of the war-anger felt by the British people is not at present directed consciously against the Germans. It is our task to focus all war anger as directly as possible against the Germans and in such a way that it appears to come quite spontaneously from the people themselves. In other words, we want the people to feel that it is their anger which is growing of its own accord. Report of the Ministry of Information General Production Division, “Anger Campaign”, referred to at the Ministry Policy Committee, 17 juin 1940, Ibidem.

50  Sauf 5 d’entre elles, les 28 juillet, 11 août, 8 septembre, 15 septembre et 6 octobre.

51 Sunday Postscript, 23 juin 1940, BBC Written Archives Centre.On peut écouter cette allocution de J. B. Priestley (ainsi que celle du mercredi 5 juin sur Dunkerque) sur BBC-Bradford and West Yorkshire-features-Listen up! (< http://www.bbc.co.uk >)

52  Un terme récurrent, bien sûr, puisque l’on trouve 4 utilisations de « fighting for », 10 utilisations du mot « fighting », et 15 du mot « fight ».

53  Il y a 4 références au mot « civilisation ».

54  On trouve encore « God bless you », à l’intention des pilotes de la R.A.F. le 28 juillet et God help you! à l’intention des auditeurs le 25 août.

55  Et plus grandes encore en 1941. Témoin cette remarque de Harold Nicolson dans ses mémoires, datée du 16 décembre 1941: “Harry Strauss attacks me on the grounds that the BBC is almost wholly left-wing. The Conservative view is never presented. It is difficult to tell him that most of the right-wing people make bad broadcasters. Let them find their own Priestley”. Harold Nicolson, Diaries and Letters, 197. Asa Briggs, War of Words, op. cit., 329.

56  Comme le souligne le Professeur Nicolas Hawkes, le fils de la deuxième femme de Priestley, Jacquetta, il y a un certain nombre d’erreurs qui circulent sur ces Postscripts, et il faut absolument revenir aux sources (courriel de Nicolas Hawkes à moi-même, 26 septembre 2006). Nicolas Hawkes a récemment épluché les Archives de la BBC pour faire enfin la lumière sur la question controversée du limogeage de J. B. Priestley en 1941. Il a dévoilé le résultat de ses recherches lors d’une conférence à l’Université de Bradford au mois de mars 2006 et le tout sera révélé dans le cadre d’une publication des Postscripts de 1941 par la J. B. Priestley Society.

57 Sunday Postscript,30 juin 1940, BBC Written Archives Centre.

58 Sunday Postscript, 14 juillet 1940, BBC Written Archives Centre.

59  Priestley fait 5 fois référence au mot « noble » ; 6 fois au mot « future ».

60 Sunday Postscript, 14 juillet 1940, BBC Written Archives Centre.

61  On peut noter que le mot « world » est utilisé 33 fois dans ses allocutions.

62  Le 28 juillet, il continue, en dénonçant le travail facile et la course au profit : “the scramble for easy jobs and quick profits.

63 Sunday Postscript, 21 juillet 1940, BBC Written Archives Centre.

64  Il faut, bien sûr, regarder au-delà de la règle en vigueur sous le gouvernement de coalition, au nom de l’unité nationale, autrement dit de la nécessité absolue de ne pas provoquer de divisions nocives à l’effort de guerre. Il est bien évident que c’était le Premier Ministre lui-même qui avait mis un veto politique sur le droit de discussion des sujets controversés à l’antenne. La preuve en est, que même le projet de loi de Beveridge sur la Sécurité Sociale put tout juste être présenté au microphone ! En fait, il faut attendre la fin de l’année 1943 pour entendre quelque début de véritable débat sur les ondes nationales. Là encore, ce fut grâce à l’insistance de la Corporation elle-même, qui fit valoir non seulement le désir des auditeurs, mais aussi la réputation de la radio nationale – et donc du pays – pour obtenir la levée de l’interdiction. Churchill grommelait toujours.

65 Sunday Postscript, 21 juillet 1940, BBC Written Archives Centre.

66  Il continuera sur ces voies tendancieuses, et cela lui vaudra d’être « remercié » par la Corporation en 1941.

67  Il n’y a qu’une seule affirmation de ce genre ; une référence à « economic injustice », une autre à « social justice ».

68  Allocution dans laquelle il résume ses motivations et le contenu des précédentes.

69 Sunday Postscript, 20 octobre 1940, BBC Written Archives Centre.

70  “He was not a defiant rebel by nature, and I believe he was willing to trim his sails in order to stay afloat.” Courriel de Nicolas Hawkes à moi-même, 10 octobre 2006.

71  Il y a 12 références au mot « hope ».

72 Sunday Postscript, 7 juillet 1940, BBC Written Archives Centre.

73 Sunday Postscript, 23 juin 1940, BBC Written Archives Centre.

74  Le mot est utilisé 10 fois.

75  Même si Priestley se défend d’être un idéaliste : “I am a realistI have more than once been described as an idealist, but this is quite wrong”. J. B. Priestley, Margin Released, London: Heineman, 1962, 149.

76 Sunday Postscript, 30 juin 1940, BBC Written Archives Centre.

77 Sunday Postscript, 4 août 1940, BBC Written Archives Centre.Le mot « Despair » est utilisé 6 fois.

78  En octobre 1940, après 20 émissions, il avait épuisé l’exercice, en quelque sorte, dit-il dans Margin Released et voulait laisser la place à d’autres pour ne pas mobiliser l’antenne.

79  J. B. Priestley, Margin Released, op. cit., 216.

80  L’adjectif « good » est utilisé 19 fois,« right », 10 fois.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Cécile Vallée, « J. B. Priestley, artiste de propagande à la radio : au service de quelles idées ? », Revue LISA/LISA e-journal, Vol. VI – n°1 | 2008, 65-93.

Référence électronique

Cécile Vallée, « J. B. Priestley, artiste de propagande à la radio : au service de quelles idées ? », Revue LISA/LISA e-journal [En ligne], Vol. VI – n°1 | 2008, mis en ligne le 01 janvier 2008, consulté le 30 octobre 2014. URL : http://lisa.revues.org/497 ; DOI : 10.4000/lisa.497

Haut de page

Auteur

Cécile Vallée

Dr., (Rouen, France)
Cécile Vallée est maître de conférences au Département d’Anglais de l’Université de Rouen. Elle a soutenu, en 1995, une thèse de doctorat intitulée « La BBC, outil de la propagande gouvernementale pendant la Seconde Guerre Mondiale ; 1938-1943 ». Ses travaux portent, pour l’essentiel, sur la BBC, le contrôle des médias et la propagande pendant la Seconde Guerre mondiale. Elle est, entre autres, l’auteur de « Contrôle de la vérité et vérité du contrôle : une question d’image », Trompe l’œil, Cercles, Rouen : PU de Rouen, 1999, 167-189 ; « Propagande et moral », La société anglaise en guerre : septembre 1939 - août 1945, Cercles, n°226 Rouen : PU de Rouen, 1996, 141-182 ; « Propagande et anti-germanisme à la BBC », Contre le nazisme ou contre l’Allemagne? Cercles, Rouen : PU de Rouen, 1997, 47-57.

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Presses Universitaires de Rennes

Haut de page
  • Revues.org