Navigation – Plan du site
La Grande Guerre : témoignages, évocations et culte du souvenir‎

George Desvallières et la Grande Guerre

George Desvallières and the First World War
Catherine Ambroselli de Bayser
p. 34-50

Résumé

George Desvallières (1861-1950) took part in the 1914-18 War as battalion commander with the “Bataillon Des Vosges”, and depicted its tragic history on his return from the front. From 1883, he became a fully recognised artist with his painting being presented at all major Paris exhibitions. Founder, Vice-President, then President of the “Salon d’Automne”, he became known as a discoverer of young talents, and obtained recognition for both cubists and fauvists. At the start of the First World War, Desvallières joined up as a volunteer. Very quickly his men acknowledged him to be an unsurpassed leader, and demanded of his superiors that he be kept in his post, which was at first only a temporary appointment. Desvallières led his “chasseurs” across the Alsatian mountains for four years with determination, courage and a kindness recognised by all on the front. In March 1915, his seventeen-year- old son Daniel was killed in action a few miles away from his father. This loss affected him deeply, but thanks to his convert’s faith, he was able to sublimate this terrible ordeal. All his post-war work is centred on the theme of the soldier’s sacrifice for his country, which he assimilates to the sacrifice of Christ on the Cross. Some of his canvases are directly related to the War and to his son’s death, and his impressive wall-paintings on a similar theme made a profound impact on contemporary public opinion. The “Drapeau du Sacré-Coeur” (Banner of the Sacred Heart) at the Church of Notre Dame de Verneuil (1919) was the starting point for these murals. There followed such monumental works of pictorial expression as the Saint Privat Chapel in the Gard region (1920-1925), which will be discussed in this paper, the stained-glass windows at the Douaumont Ossuary (1927), the decoration of Wittenheim Church in Alsace (1929-1931), the Chapel of the Cité Saint Yves (1931) and the Way of the Cross at the Holy Spirit Church (1935) in Paris.
* “George” without the “s” because of his Scottish ancestry.

Haut de page

Texte intégral

1Peintre jusqu’à près de 90 ans, George Desvallières (1861-1950) a traversé les trois guerres de 1870, 1914 et 1940. Il a 53 ans lorsque, pendant la Première Guerre mondiale, il part comme officier de réserve en Alsace pour défendre la barrière des Vosges. Il est alors un artiste reconnu dans les différents salons de peinture parisiens où il expose depuis vingt ans. Chef de file du Salon d’Automne, il y a défendu les fauves, les cubistes et les artistes décorateurs. Mais en cet été 1914, un nouveau destin l’attend : chef de bataillon, il va mener les hommes au combat, ce qui transformera durablement sa vie de peintre.

Le Chef de Bataillon George Desvallières, Commandant du 6è BATCP, juin 1918, photo, archives privées.

Le Chef de Bataillon George Desvallières, Commandant du 6è BATCP, juin 1918, photo, archives privées.

I - Voir Desvallières aujourd’hui

  • 1 Catherine Ambroselli-de Bayser,  Paris : Somogy-Éditions d’art, 2003. Voir également <www.georgedes (...)

2De son vivant, George Desvallières occupait une place importante dans le monde de l’art, sur les cimaises et dans les publications artistiques. Depuis la parution de George Desvallièreset le Salon d’Automne1, cet artiste aux multiples facettes apparaît de nouveau dans les expositions.

Couverture du livre George Desvallières et le Salon d’Automne

Couverture du livre George Desvallières et le Salon d’Automne
  • 2 Apollon et Daphné, 1890,huile sur toile (3,50 x 2,50 m), Reims, musée des Beaux-arts, photo Christi (...)

3En novembre 2009, Apollon et Daphné2, étonnant sujet mythologique, trône ainsi au musée des Beaux-Arts de Reims : Apollon apparaît dans le soleil, tendant une branche de laurier vers une Daphné peu habituelle.

Apollon et Daphné

Apollon et Daphné
  • 3 Sonneurs de trompe, 1909, huile sur papier marouflé (1,44 x 0,80 m), collection particulière.
  • 4 La Toilette de Nausicaa, 1899, pastel (0,97 x 1,34 m), Paris, musée d’Orsay.
  • 5 Tireurs d’arc, 1895, pastel (1,39 x 2,32 m), Paris, musée d’Orsay.
  • 6 Albert Garreau, George Desvallières, Angoulême : Les Amis de Saint François, 1942, 43.

4Au même moment, au musée des Beaux-Arts de Nantes, l’exposition « Fascinante Italie » présente l’une des plus belles œuvres de Desvallières, Sonneurs de trompe3. En octobre 2008, lors de l’exposition « Le mystère et l’éclat. Pastels du musée d’Orsay », les deux plus grands pastels, La toilette de Nausicaa4 et Tireurs d’arc5 sont signés Desvallières : « Pour ces nus, écrit-il, j’ai fait beaucoup d’études d’après nature. J’admirais fort Rodin, le sentiment qu’il avait du corps humain »6.

Sonneurs de trompe

Sonneurs de trompe

5Une créature du Moulin Rouge de Desvallières côtoie la Buveuse accoudée (1901) de Picasso dans la première salle de l’exposition « Wien-Paris », au musée du Belvédère, à Vienne, en octobre 2007. La détresse de ces femmes qu’il peint depuis son passage à Londres, en 1903, l’interpelle au plus profond de son être et participera à sa conversion de 1905. Il y voit désormais le Christ incarné qui partage les souffrances de l’humanité.

  • 7 Le Sacré-Cœur, 1905, huile sur papier marouflé (1,06 x 71,8 m), coll. part., photo P. Henriot.
  • 8 Léon Bloy, L’Invendable, 1904-1907, Paris : Le Mercure de France, 1904, 174-175.

6Le Sacré-Cœur7 exposé au Salon des indépendants de 1906 a fait couler beaucoup d’encre. Léon Bloy dira : « Vous avez fait ce que personne, aujourd’hui, ne saurait faire. Vous avez fait un Sacré-Cœur à pleurer et à trembler. Vous avez déchaîné un lion […], le Cœur de Jésus avait besoin d’un peintre […]. À force d’amour et de foi, vous avez été jugé digne d’entrevoir le Pélican rouge, le Pélican qui se saigne pour ses petits »8. Vision du Christ de la Passion couronné d’épines au-dessus de Pigalle, ouvrant de ses deux mains son cœur ; vision de celui qui donne sa vie pour ses frères comme le berger donne la sienne pour ses brebis : ce sera la vision religieuse du peintre sur la guerre, celle du soldat qui fait le don de sa vie.

  • 9 La Sainte Face, 1925, huile sur toile (trois panneaux de 77 x 195 x 7,5 cm), Cité du Vatican, Musée (...)
  • 10 La Victoire, la France de 1918, 1935-1936, laine et soie (3,41 x 2,35 m), coll. du Mobilier nationa (...)

7Citons enfin l’exposition « Années folles, années d’ordre, l’Art déco de Reims à New York », au musée des Beaux-Arts de Reims, en octobre 2006. Plusieurs œuvres majeures de Desvallières y sont remises à l’honneur par David Liot, le conservateur. Parmi elles, s’impose le magnifique triptyque de La Sainte Face9, prêté par les Musées du Vatican — ce qui est assez rare pour être souligné. L’imposante tapisserie La Victoire, la France de 191810 est présentée à l’entrée : la Victoire personnifiée brandissant un sceptre fleuri trône en haut de la scène ; contre son épaule, un chasseur alpin repose dans la lumière, enveloppé dans le drapeau tricolore, le nouveau suaire des soldats morts – une représentation allégorique, et très réaliste, de la paix.

II - Le soldat

  • 11 Op. cit.

8Desvallières a toujours lutté pour défendre ses idées d’avant-garde. Il s’est d’abord illustré dans son fervent combat pour le Salon d’Automne, que retrace George Desvallières et le Salon d’Automne11: prenant la défense des peintres de talent écartés des salons officiels, il les a lui-même placés à l’honneur, sous le feu des critiques. En exposant ses célèbres « Femmes de Londres » et du Moulin-Rouge, qui montrent les splendeurs et la décadence de la vie nocturne à la manière de Rouault ou de Toulouse-Lautrec, il a aussi activement témoigné de la condition des femmes dans les théâtres et les music-halls. Après sa conversion, enfin, il a œuvré au renouvellement de l’art chrétien, entraînant à sa suite les jeunes artistes : son grand combat d’après 1918.

Volontaire

  • 12 Arch. Arm. Ter. n° 12.85.12.
  • 13 Archives privées.

9Après la guerre de 1870, le patriotisme de sa famille l’a déjà poussé à s’engager : parallèlement à sa vie d’artiste, il a suivi des préparations militaires dès l’âge de 19 ans. Volontaire pendant un an (de novembre 1880 à novembre 1881), il a régulièrement accompli ses périodes jusqu’à la Première Guerre mondiale. Il est déclaré « apte à rendre de bons services comme officier de réserve », et fait partie des bataillons alpins territoriaux de chasseurs à pied (BATCP), créés en 1893. En 1901, il obtient un certificat d’aptitude au grade de capitaine du 6e BATCP, avec la mention « Bien »12. Dans ses notes, on trouve les instructions du chef de bataillon Mirepoix concernant des manœuvres dans les Alpes, en juillet 1904 : « Programme de deux périodes, une offensive et une défensive en pays de montagne, image fidèle de la guerre, donc pénible, donc ménager les hommes et les animaux »13.

La guerre

10Les quatre ans à venir vont donner naissance à une exceptionnelle correspondance, en cours de transcription pour la parution de George Desvallières et la Grande Guerre (plus d’un millier de lettres, photographies et autres documents). Dans ses écrits, il répète qu’il est avant tout commandant, meneur et soutien de ses chasseurs.

1914

11Le 1er août, la France mobilise. Desvallières et sa famille sont en vacances en Normandie, à Varengeville-sur-Mer, chez leurs amis Ménard. Il doit rejoindre Nice, lieu de son incorporation. La séparation est cruelle. Il descend vers le sud. Son fils aîné Richard rejoint le 13e régiment de dragons et part vers le nord, où il mènera une campagne difficile.

12Le 4 août, Desvallières arrive à Nice pour diriger les 300 hommes de la 3e compagnie. Frédéric François-Marsal est le commandant du 6e bataillon.

13Dans plusieurs lettres, Daniel, son fils de 17 ans, le supplie de le laisser s’engager. Le 13 septembre, Desvallières cède. Incorporé au 6e bataillon, dans la 4e compagnie, Daniel fait sa préparation militaire à Nice.

1915

14Le 23 janvier, le commandant Marsal quitte Nice pour intégrer l’État-major du général Joffre. Desvallières prend provisoirement le commandement du bataillon.

15Le 29 janvier, Daniel quitte Nice avec sa compagnie pour le front des Vosges.

16Le 15 février, Desvallières prend la même direction.

17Le 17 février, il arrive à Bussang.

18Le 18 février, à Saint-Amarin, dans la vallée, il retrouve Daniel, qui rentre d’un violent combat au Sudel :

  • 14 Lettre de George Desvallières à Marguerite, Saint-Amarin, 19 février 1915.

En arrivant, ma chère femme, je me trouve en face d’un grand diable de poilu (sans barbe) couvert de boue, noir, les mains plus foncées encore, des sortes de bottes de peau aux pieds, une calotte en tricot sur la tête, le fusil, les cartouchières, le fond de culotte, le devant, tout cela gris de bourbe ; et une figure si joyeuse, une si charmante figure guerrière ! Il s’était battu toute la journée la veille, il était content de lui, cela se voyait14.

19Avant que Daniel regagne le front, ils partagent ensemble un moment de prière dans l’église du village. Commandant le 6e bataillon territorial de chasseurs (BATCP), Desvallières est appuyé au début sur le 68e bataillon de chasseurs alpins (BCA). Il est basé à Rochedure, près du Sudel, dans des conditions difficiles. Mais il prend à cœur sa mission, parcourt des tranchées qu’il organise et surveille avec ardeur. Il restera trois ans avec ses chasseurs sous la mitraille et les tempêtes de neige, aux alentours de l’Hartmannswillerkopf, au nord de Mulhouse, en changeant plusieurs fois de secteur.

La mort du fils

20Après leur rencontre à Saint-Amarin, Daniel a quitté le secteur du Sudel pour monter vers le nord. Les combats sont très violents. Un mois après les retrouvailles avec son père, il est tué par un obus dans l’attaque par les Allemands du Grand Reichackerkopf, au nord de Munster.

  • 15 Lettre du lieutenant-colonel Lanson à Collardelle, 2 mai 1915, et lettre de Collardelle à Desvalliè (...)
  • 16 Lettre de George Desvallières à son fils Richard, 24 mai 1915.
  • 17 Lettre de George Desvallières à sa femme Marguerite, 8 mai 1915.
  • 18 Lettre de George Desvallières à son fils Richard, 21 mai 1915.

21Le 7 mai, le colonel Lanson transmet à Desvallières la nouvelle de la mort de son fils « hardi et courageux »15, survenue le 19 mars. Desvallières écrit la nouvelle à sa femme et à ses enfants. Il trouve la consolation dans la foi partagée avec sa famille. « Notre Daniel n’est pas mort même si un obus […] l’a anéanti, Daniel vit en Notre Seigneur Jésus-Christ »16, dit-il à son fils Richard ; « […] Cela n’empêche pas de pleurer mais que nos larmes ne soient pas désespérées »17, à sa femme Marguerite. À Richard, il ajoute que cette mort héroïque donne l’exemple d’un « esprit de sacrifice rare et complet […], sacrifice consenti »18. Daniel s’était engagé, il répétait qu’il était prêt à verser son sang pour son pays et ses frères.

22Pendant le printemps et l’été 1915, un échange de lettres poignantes montre le soutien mutuel que tous tentent de s’apporter dans l’éloignement et la détresse.

23Début septembre, un changement de secteur empêche Desvallières de prendre une permission pour la naissance de France, son sixième enfant, née le 10. Il arrive à la fin du mois. Au même moment, il est promu chef de bataillon à titre définitif.

1916

24Fin mars, il change de secteur et monte vers l’Hilsenfirst, en face du Reichackerkopf, où Daniel est mort. Dans ce secteur des Vosges très enneigé, il doit parcourir quotidiennement de longues marches avec d’importants dénivelés pour atteindre et surveiller ses tranchées. Il est décoré de la Croix de guerre à Breifirst.

25Le 18 mai, première citation à l’ordre de la brigade :

  • 19 Arch. Arm. Ter. n° 12.85.12.

Chargé de faire effectuer des reconnaissances d’officiers dans le secteur de son bataillon, est sorti en plein jour de ses tranchées pour étudier avec les officiers qui en étaient chargés les terrains des reconnaissances. Surpris par une patrouille ennemie, a fait preuve d’un sang-froid et d’un courage qui ont permis de ramener deux officiers grièvement blessés. 18 mai 191619.

26Après plusieurs changements de secteurs, dans des paysages bouleversés dont il trace quelques croquis, 1916 s’achève par des travaux de première ligne, sous une neige toujours abondante.

1917

27L’hiver et le printemps 1917 sont froids.

28Au printemps, Desvallières admire la nature qui lui donne encore des fleurs à contempler, malgré les circonstances. Il envoie des dessins à sa famille ; Marguerite reçoit plusieurs petits croquis. Il ne peint jamais la guerre.

  • 20 Arch. Arm. Ter. n° 12.85.12.

29Pendant l’été 1917, le commandant du secteur Nord le félicite pour sa précieuse collaboration dans la défense de la zone dont il a la garde : « Les chasseurs du beau bataillon qu’il a l’honneur de commander ont rivalisé de zèle et d’entrain et ont montré ce que le pays peut attendre d’eux en toutes circonstances »20.

1918

30En février, il reçoit une deuxième citation.

31Le 9 août, alors qu’il se trouve près de Barcelonnette depuis le 25 juillet, il obtient la Légion d’honneur à titre militaire, avec la citation suivante :

  • 21 Journal officiel, 9 août 1918.

Officier supérieur d’un courage et d’un sang-froid remarquables ; a su communiquer à son bataillon, qu’il commande depuis plus de trois ans, l’esprit de devoir dont il est animé. A réussi, dans les différents secteurs tenus pas sa troupe, à repousser les tentatives de l’ennemi, montrant un entrain superbe, sous des bombardements parfois très violents21.

32Son ami le sculpteur Paul Moreau-Vauthier, l’un de ses lieutenants, rapporte dansL’Art et les Artistes, en octobre 1927 :

  • 22 Pierre Ladoue, Peintre et Apôtre, George Desvallières, Bruxelles : Éditions Foyer Notre-Dame, 1952, (...)

Il gravissait comme un chamois les pentes ravinées des Vosges. Son bataillon adorait ce chef affable, courageux et bon, exemple quotidien d’énergie et de patient héroïsme. Durant le pénible hiver de 1916-1917 où, en Alsace, le thermomètre se maintint de longs jours à 28 degrés au-dessous de zéro, il ne cessa de parcourir les amoncellements de neige et de glace, apportant à tous le réconfort de sa parole familière et la contagion de son indéfectible confiance, sous les intarissables bombardements22.

III - Peindre après la guerre

Le Drapeau du Sacré-Cœur

Le Drapeau du Sacré-Cœur
  • 23 Le Drapeau du Sacré-Cœur, 1918-1919, huile sur toile (2,95 x 2,25 m), église de Verneuil-sur-Avre, (...)
  • 24 Véronique David et Catherine Ambroselli De Bayser, « Les monuments aux morts d’églises, les exemple (...)

33Desvallières fait le vœu qu’à son retour, il ne peindra plus que des sujets religieux. Ses pinceaux, il les reprendra pour rendre hommage à ceux qu’il a laissés sur le champ de bataille : il compose le Drapeau du Sacré-Cœur23 en 1918, qui sera exposé au printemps 1919 au Salon national des beaux-arts, avant de devenir le monument aux morts de Verneuil-sur-Avre24. Ce n’est plus sur Paris que le Christ ouvre son cœur de ses deux mains ; il le donne sur le champ de bataille. Sur fond du ciel noir de cette guerre sanglante qu’il vient de traverser, au sommet d’une montagne couverte d’un enchevêtrement d’arbres déchiquetés et de fils de fer barbelés, Desvallières place le Christ de la Passion qui brandit son cœur dans la main droite et le pose sur le blanc du drapeau tricolore. Le manteau et le béret de Daniel reposent sur son fusil, avec les deux roses qu’il portait à la boutonnière à son départ de Nice.

34Le Christ prend la place des poilus qui ont versé leur sang, qui ont aimé comme lui jusqu’à donner leur vie. Tel est le sens du « sacrifice », non pas quelque chose de négatif : il s’agit de « faire » du « sacré », c’est ce que Desvallières « fait » dans les œuvres magistrales qu’il peint après-guerre, grandes compositions isolées ou ensembles : la chapelle de Saint-Privat, dans le Gard (1919-1925), les vitraux de l’Ossuaire de Douaumont, en Lorraine (1927), l’église de Wittenheim, en Alsace (1929-1931), ou la chapelle de la Cité Saint-Yves, à Paris (1931).

La chapelle de Saint Privat (1919-1925)

35De 1919 à 1925, Desvallières consacre toute son énergie de peintre témoin de guerre dans la réalisation de la commande que son ami Jacques Rouché lui passe, à son retour du front, pour la chapelle de son château de Saint-Privat, dans le Gard. Il écrit :

  • 25 George Desvallières, Discours à l’occasion de son entrée à l’Institut, Paris, archives privées, 193 (...)

Quand la guerre arriva, Rouché me rendit encore un bien grand service, car pendant cette période, je n’ai pas besoin de vous dire que je ne m’occupais guère de peinture, je m’interdisais d’ailleurs toute espèce d’observation du drame qui pesait autour de moi, et même je me disais : je ne ferai plus que des Vierges roses et bleues. Je reviens à Paris lors de la démobilisation et je rencontre Rouché : « Enchanté de vous voir, j’ai justement une chapelle dans le Midi et je voudrais y placer un tableau… » Je pensai : voici le moment de placer ma petite Vierge rose et bleue. Il ne me laisse pas le temps de finir : « … Un tableau sur la guerre ». Patatras !
Il avait raison. Je voulais garder en moi-même l’histoire des grandes angoisses, des deuils, des tristesses, des chagrins et des misères de toutes sortes, et garder une tenue qui empêcherait toute espèce de faiblesse. J’aurais continué cette manière de faire et je crois que j’aurais manqué à mon devoir : il faut, pour les autres, extérioriser toutes les souffrances par lesquelles on est passé ; il faut qu’ils les connaissent. Je dis alors à Rouché : « Pour parler de la guerre, il me faut les quatre murs de votre chapelle ». « – Prenez les quatre murs »25.

George Desvallières (au centre) avec Jacques et Berthe Rouché, Saint-Privat, 1925, photo, archives privées.

George Desvallières (au centre) avec Jacques et Berthe Rouché, Saint-Privat, 1925, photo, archives privées.
  • 26 George Desvallières, Panneaux décoratifs pour une chapelle privée appartenant à M. Jacques Rouché,c (...)
  • 27 Ibid., 4.

36L’année de leur finition, les trois premiers panneaux peints sur toile voyagent pour être exposés dans les Salons officiels. En avril 1925, ils sont présentés ensemble au musée des Arts décoratifs de Paris lors d’une importante et très remarquée « Exposition personnelle de George Desvallières ». Dans la préface du catalogue26, Desvallières décrit l’œuvre de manière détaillée. « Toute la décoration de cette chapelle doit retentir d’un bruit de combat. […] C’est la lutte passionnée de l’humanité pour reconquérir son paradis perdu »27.

La chapelle

37Dans toute sa majesté, Dieu le Père occupe l’ensemble du chœur. Il accueille les deux sacrifices : le sacrifice des poilus, à droite, le Sacrifice de son Fils, à gauche.

  • 28 Dieu le Père, 1920,huile marouflée sur toile (3,75 x 5,33 m), photo P. Henriot.

Dieu le Père28 couvre le mur du chœur, photographie P. Henriot

Dieu le Père28 couvre le mur du chœur, photographie P. Henriot
  • 29 Psaume XIX, 6.

38À l’image du soleil, Dieu rayonne. Desvallières s’appuie sur le psaume29 qu’il inscrit dans la partie supérieure : « In sole posuit tabernaculum suum », « Dans le soleil, il a posé son tabernacle », sa demeure. La représentation des vignes et des fruits, symboles du nouveau Paradis, lui a été suggérée par la végétation luxuriante du Midi, où se trouve Saint-Privat. De sa main ouverte, le Père accueille le soldat et l’infirmière dans le manteau de Miséricorde de Jésus et de Marie. Agenouillés, égaux dans le sacrifice et purifiés par lui, le nouveau couple participe à la Rédemption : « REDEMPTIO », inscrit dans la partie inférieure droite. De son poing fermé, en revanche, il repousse Adam et Ève, séduits par le serpent, perdus par la désobéissance, l’oubli de l’amour divin. Chassés du Paradis terrestre par l’archange, ils sont empêtrés dans les ronces de leur faute : « CULPA », inscrit dans la partie inférieure gauche.

39En avril 1923, le panneau a été transporté aux États-Unis pour être exposé au Carnegie Institute, à Pittsburgh (Pennsylvanie). Desvallières y est accueilli triomphalement, en peintre héros de guerre. Un voyage mémorable. Parmi les articles qui lui sont consacrés, celui paru dans le Pittsburgh Sun du 16 mars 1923: « Noted French Artist is coming here soon. Desvallières, Famous Painter and Soldier » rapporte la dernière citation du 9 août 1918, précédemment évoquée. Le New York Times Magazine du 29 avril 1923 parle de « la plus saisissante des toiles françaises, qui fait que les autres semblent très loin de l’âme de l’art ».

  • 30 Le Sacrifice de la guerre, 1922, huile sur toile marouflée (3,75 x 12,73 m), photo P. Henriot.

Le Sacrifice de la guerre30 couvre toute la longueur du mur de droite, photographie P. Henriot

Le Sacrifice de la guerre30 couvre toute la longueur du mur de droite, photographie P. Henriot

40L’artiste reprend Le Drapeau du Sacré-Cœur de 1919 et place le Christ au centre des combats, tenant le drapeau tricolore dans lequel il met son cœur qui a tant aimé les hommes, le cœur de tous les combattants. Il apparaît au milieu d’un éclatement d’obus, dans une forêt des Vosges apocalyptique, entraînant dans son élan la foule des héros qui se sont sacrifiés au combat, de l’enfer des sombres tranchées vers une élévation lumineuse dans le ciel. Dans la partie inférieure, le peintre a inscrit la dynamique de ce mouvement qui résonne : « L’ASCENSION – 1914 – LE SACRIFICE – L’ASSAUT – 1918 ».

L’Assaut (détail du Sacrifice de la Guerre, 1922, mur de droite), photo R. Ghezelbash.

L’Assaut (détail du Sacrifice de la Guerre, 1922, mur de droite), photo R. Ghezelbash.
  • 31 Psaume CXXIV, 7.

41Desvallières peint la guerre qu’il a vécue dans les tranchées des Vosges. À droite, il surveille l’assaut à venir avec ses vétérans, derrière les « arbres catastrophes », qu’il nomme ainsi pour exprimer la nature défigurée. À gauche, c’est l’ascension des soldats. Soutenus par les infirmières qui les accompagnent dans leurs souffrances et dans leur mort, les poilus sortent des tranchées comme s’ils sortaient de leurs tombeaux. Ils sont accueillis au Paradis par les clairons des anges. L’âme, représentée par une petite figure blanche, s’évade de la prison du corps : enfin libre, dans la paix du ciel, elle voit la vérité. Dans la partie supérieure, sur toute la longueur, Desvallières a repris le psaume31 : « LAQUEUS CONTRITUS EST ET NOS LIBERATI SUMUS », « Le filet s’est déchiré et nous avons été libérés ».

  • 32 Le Grand Sacrifice du calvaire, 1924, huile sur toile marouflée (3,75 x 12,73 m), photo P. Henriot. (...)

Le Grand Sacrifice du calvaire32 couvre toute la longueur du mur de gauche, photographie P. Henriot.

Le Grand Sacrifice du calvaire32 couvre toute la longueur du mur de gauche, photographie P. Henriot.

42En face du sacrifice du poilu, il place le Sacrifice du Christ. Sur fond de ciel tragique, le Christ sur la croix encadré par les deux larrons domine la scène : il attire vers lui toute l’humanité qui lutte dans la douleur. « TOUT EST CONSOMMÉ » (Jean, XIX, 30), la dernière parole du Christ sur la croix est écrite dans la partie inférieure. À droite du calvaire figure le premier crime de l’humanité, celui de « CAÏN ET ABEL ». Caïn porte la main sur son frère Abel, symbole de toutes les guerres. Le troupeau d’Abel se disperse, c’est la désolation. Isolée, une brebis égarée crie sa détresse tournée vers la croix ; elle a trouvé son Berger. Dans le fond, l’arche de Noé et le Déluge. Au centre, aux pieds de son fils crucifié, la Vierge s’évanouit dans les bras de saint Jean. Marie-Madeleine manifeste son repentir. À gauche, le païen reconnaît la divinité du Christ. À l’arrière-plan, les soldats sont les chrétiens « armés » pour un combat spirituel : témoigner auprès des hommes jusqu’où va l’amour divin. Puis « LES SAINTES FEMMES » viennent au tombeau : à l’écoute de l’ange qui leur annonce la Résurrection, elles sont éblouies par le rayonnement divin. C’est la lumière de la Vie, dont elles sont les premiers témoins.

  • 33 Les Donateurs, 1925, huile sur toile marouflée (3,75 x 5,33 m).

Les Donateurs33(détail) sur le mur du fond, photo R. Ghezelbash

Les Donateurs33(détail) sur le mur du fond, photo R. Ghezelbash

43Derrière le grand rideau de l’Opéra qu’il dirige, Jacques Rouché et sa famille regardent le déroulement de la guerre et le message transmis par l’artiste-soldat. À gauche de la porte se tiennent Jacques et Berthe, les parents, leur fille, infirmière pendant la guerre, et ses deux enfants.

Le message de Saint-Privat

Le poilu et l’infirmière (détail de Dieu le Père, 1920, mur du choeur), photo R. Ghezelbash

Le poilu et l’infirmière (détail de Dieu le Père, 1920, mur du choeur), photo R. Ghezelbash

44 « Je vous donne un commandement nouveau : que vous vous aimiez les uns les autres ; comme je vous ai aimés, que vous aussi, vous vous aimiez les uns les autres » (Jean, XIII, 34). « Personne n’a de plus grand amour que celui qui livre sa vie pour ses amis » (Jean, XV, 13). Ces deux paroles du Christ rapportées par saint Jean dans son Évangile font partie du discours d’adieu aux apôtres avant la Passion. Elles sont vécues par les soldats qui partent mourir au combat. Le poilu a aimé comme le Christ jusqu’à donner sa vie pour ses frères, et ce commandement « nouveau » qu’il vit lui permet de faire, à son image, toute chose nouvelle.

Palmes des martyres (détail du Sacrifice de la guerre, 1922, mur de gauche), photo R. Ghezelbash

Palmes des martyres (détail du Sacrifice de la guerre, 1922, mur de gauche), photo R. Ghezelbash
  • 34 Jean-Philippe Rey, « Desvallières et la guerre de 1914-1918 », Société de l’histoire de l’art franç (...)

45Ainsi, le Christ partage avec le combattant ses titres34 de nouvel Adam, nouvel Abel, nouveau Noé. Nouvel Adam, le combattant est un nouvel homme pour les autres, associé à l’infirmière, « nouvelle Ève » dévouée au soulagement des blessés. Le poilu et l’infirmière sont alors accueillis, bénis par le Père, réconfortés dans le manteau du Christ et réchauffés par l’amour de Marie. Nouvel Abel, désormais actif puisque le soldat donne sa vie pour les autres, le juste injustement tué monte au Paradis avec tous ses frères d’armes. Nouveau Noé, il traverse avec eux les eaux de la mort par le baptême du sang et reçoit les palmes du martyre.

  • 35 Je remercie Monsieur Régis Ghezelbash, réalisateur producteur, pour les magnifiques photographies d (...)

La Résurrection (détail du Grand Sacrifice du Calvaire, 1924, mur de droite), photo R. Ghezelbash35

La Résurrection (détail du Grand Sacrifice du Calvaire, 1924, mur de droite), photo R. Ghezelbash35

46George Desvallières a traversé l’obscurité de la Grande Guerre avec ses chasseurs qu’il mena avec un courage et une humanité remarquables. Nous en avons de nombreux témoignages mais ce qu’il laisse en priorité sont ses œuvres d’après-guerre dont Saint-Privat est un magnifique écho. L’ombre de cette épreuve qu’il a vécue se profile jusqu’à la fin de ses jours dans sa peinture qu’il veut malgré tout lumineuse, comme croyant converti. L’espoir l’emporte toujours. La souffrance est transfigurée. Pour lui, l’amour est plus fort que la mort.

Haut de page

Notes

1 Catherine Ambroselli-de Bayser,  Paris : Somogy-Éditions d’art, 2003. Voir également <www.georgedesvallieres.com>.

2 Apollon et Daphné, 1890,huile sur toile (3,50 x 2,50 m), Reims, musée des Beaux-arts, photo Christian Devleeschauwer.

3 Sonneurs de trompe, 1909, huile sur papier marouflé (1,44 x 0,80 m), collection particulière.

4 La Toilette de Nausicaa, 1899, pastel (0,97 x 1,34 m), Paris, musée d’Orsay.

5 Tireurs d’arc, 1895, pastel (1,39 x 2,32 m), Paris, musée d’Orsay.

6 Albert Garreau, George Desvallières, Angoulême : Les Amis de Saint François, 1942, 43.

7 Le Sacré-Cœur, 1905, huile sur papier marouflé (1,06 x 71,8 m), coll. part., photo P. Henriot.

8 Léon Bloy, L’Invendable, 1904-1907, Paris : Le Mercure de France, 1904, 174-175.

9 La Sainte Face, 1925, huile sur toile (trois panneaux de 77 x 195 x 7,5 cm), Cité du Vatican, Musées du Vatican.

10 La Victoire, la France de 1918, 1935-1936, laine et soie (3,41 x 2,35 m), coll. du Mobilier national.

11 Op. cit.

12 Arch. Arm. Ter. n° 12.85.12.

13 Archives privées.

14 Lettre de George Desvallières à Marguerite, Saint-Amarin, 19 février 1915.

15 Lettre du lieutenant-colonel Lanson à Collardelle, 2 mai 1915, et lettre de Collardelle à Desvallières, 7 mai 1915.

16 Lettre de George Desvallières à son fils Richard, 24 mai 1915.

17 Lettre de George Desvallières à sa femme Marguerite, 8 mai 1915.

18 Lettre de George Desvallières à son fils Richard, 21 mai 1915.

19 Arch. Arm. Ter. n° 12.85.12.

20 Arch. Arm. Ter. n° 12.85.12.

21 Journal officiel, 9 août 1918.

22 Pierre Ladoue, Peintre et Apôtre, George Desvallières, Bruxelles : Éditions Foyer Notre-Dame, 1952, 8.

23 Le Drapeau du Sacré-Cœur, 1918-1919, huile sur toile (2,95 x 2,25 m), église de Verneuil-sur-Avre, photo P. Henriot.

24 Véronique David et Catherine Ambroselli De Bayser, « Les monuments aux morts d’églises, les exemples de George Desvallières, Maurice Denis et Henri Marret », George Desvallières, Le Point Riche, n° 4, juin 2006, 6-14.

25 George Desvallières, Discours à l’occasion de son entrée à l’Institut, Paris, archives privées, 1930.

26 George Desvallières, Panneaux décoratifs pour une chapelle privée appartenant à M. Jacques Rouché,catalogue de l’exposition « Œuvres de Desvallières, peintures, pastels, dessins (1890-1925) », 4-19 avril 1925, musée des Arts décoratifs, Palais du Louvre – Pavillon de Marsan. Frazier-Soye, 1925, 3-6.

27 Ibid., 4.

28 Dieu le Père, 1920,huile marouflée sur toile (3,75 x 5,33 m), photo P. Henriot.

29 Psaume XIX, 6.

30 Le Sacrifice de la guerre, 1922, huile sur toile marouflée (3,75 x 12,73 m), photo P. Henriot.

31 Psaume CXXIV, 7.

32 Le Grand Sacrifice du calvaire, 1924, huile sur toile marouflée (3,75 x 12,73 m), photo P. Henriot.

33 Les Donateurs, 1925, huile sur toile marouflée (3,75 x 5,33 m).

34 Jean-Philippe Rey, « Desvallières et la guerre de 1914-1918 », Société de l’histoire de l’art français, 6 février 1988.

35 Je remercie Monsieur Régis Ghezelbash, réalisateur producteur, pour les magnifiques photographies de Saint-Privat projetées pendant la conférence de l’université de Caen, le 28 mai 2010. Inspiré lui aussi par la vision de la guerre de Desvallières, il envisage de la transmettre à travers d’autres images contemporaines.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Le Chef de Bataillon George Desvallières, Commandant du 6è BATCP, juin 1918, photo, archives privées.
URL http://lisa.revues.org/docannexe/image/4828/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 44k
Titre Couverture du livre George Desvallières et le Salon d’Automne
URL http://lisa.revues.org/docannexe/image/4828/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 64k
Titre Apollon et Daphné
URL http://lisa.revues.org/docannexe/image/4828/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 52k
Titre Sonneurs de trompe
URL http://lisa.revues.org/docannexe/image/4828/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 108k
Titre Le Sacré-Cœur
URL http://lisa.revues.org/docannexe/image/4828/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 64k
Titre Le Drapeau du Sacré-Cœur
URL http://lisa.revues.org/docannexe/image/4828/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 44k
Titre George Desvallières (au centre) avec Jacques et Berthe Rouché, Saint-Privat, 1925, photo, archives privées.
URL http://lisa.revues.org/docannexe/image/4828/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 36k
Titre Dieu le Père28 couvre le mur du chœur, photographie P. Henriot
URL http://lisa.revues.org/docannexe/image/4828/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 140k
Titre Le Sacrifice de la guerre30 couvre toute la longueur du mur de droite, photographie P. Henriot
URL http://lisa.revues.org/docannexe/image/4828/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 140k
Titre L’Assaut (détail du Sacrifice de la Guerre, 1922, mur de droite), photo R. Ghezelbash.
URL http://lisa.revues.org/docannexe/image/4828/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 48k
Titre Le Grand Sacrifice du calvaire32 couvre toute la longueur du mur de gauche, photographie P. Henriot.
URL http://lisa.revues.org/docannexe/image/4828/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 276k
Titre Les Donateurs33(détail) sur le mur du fond, photo R. Ghezelbash
URL http://lisa.revues.org/docannexe/image/4828/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 36k
Titre Le poilu et l’infirmière (détail de Dieu le Père, 1920, mur du choeur), photo R. Ghezelbash
URL http://lisa.revues.org/docannexe/image/4828/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 52k
Titre Palmes des martyres (détail du Sacrifice de la guerre, 1922, mur de gauche), photo R. Ghezelbash
URL http://lisa.revues.org/docannexe/image/4828/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 48k
Titre La Résurrection (détail du Grand Sacrifice du Calvaire, 1924, mur de droite), photo R. Ghezelbash35
URL http://lisa.revues.org/docannexe/image/4828/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 66k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Catherine Ambroselli de Bayser, « George Desvallières et la Grande Guerre », Revue LISA/LISA e-journal, Vol. X – n° 1 | -1, 34-50.

Référence électronique

Catherine Ambroselli de Bayser, « George Desvallières et la Grande Guerre », Revue LISA/LISA e-journal [En ligne], Vol. X – n° 1 | 2012, mis en ligne le 13 mars 2012, consulté le 20 avril 2014. URL : http://lisa.revues.org/4828 ; DOI : 10.4000/lisa.4828

Haut de page

Auteur

Catherine Ambroselli de Bayser

Théologienne diplômée de l’Institut Catholique de Paris, spécialisée dans la recherche biblique, Catherine Ambroselli de Bayser, après avoir animé les équipes internationales du Cercle Saint Jean-Baptiste et des groupes de réflexion biblique (1967-1994), a entrepris depuis 1995 un travail d’archiviste sur le peintre George Desvallières (1861-1950). Responsable du Catalogue Raisonné de l’artiste dont elle a constitué le fonds, elle a entrepris parallèlement une trilogie d’ouvrages :George Desvallières et le Salon d’Automne, paru aux éditions Somogy en 2003, George Desvallières et La Grande Guerreen préparation et George Desvallières et l’Art Sacré à paraître. Elle participe aux publications, expositions et catalogues qui présentent les œuvres de Desvallières, en collaboration avec les chercheurs, pour les musées nationaux, les édifices religieux et privés. Actuellement, tout en poursuivant la finition du Catalogue Raisonné, elle concentre ses recherches sur la période de la Grande Guerre pendant laquelle Desvallières s’est engagé comme officier sur le front d’Alsace. Cette époque sera déterminante pour sa peinture d’après-guerre qu’il consacrera à l’Art Sacré.

Haut de page

Droits d’auteur

© Presses Universitaires de Rennes

Haut de page
  • Revues.org