Navigation – Plan du site

The UK political landscape in the 21st century: players, strategies, stakes

Panorama du paysage politique britannique au XXIe siècle : acteurs, stratégies, enjeux
David Haigron

English

Academic studies devoted to contemporary British politics usually focus on either a single or a series of electoral campaigns (psephology, with a thematic approach); a leader, a party (chronological monograph) or a set of parties (usually limited to the three main parties); a political philosophy or school of thought (anarchism, trade unionism, liberalism, conservatism, nationalism, euroscepticism, fascism…). Much rarer are works offering to embrace a more comprehensive thematic spectrum in a synchronic perspective.

The project is to map, in as much detail as possible, the British political landscape in the early 21st century, i.e. to present the players (major, minority, national parties, party factions, trade unions, federations, pressure groups, think tanks, etc.) who, on the electoral and media centre-stage, on its fringe or in the Westminster lobbies, try to impose their agendas and influence the public debate in a way that serves their own purposes. The field of research therefore stretches from the extreme-right to the far-left and includes both registered parties and organisations whose action is mainly political (influencing the elected representatives, mobilizing the citizens, taking an active part in public life outside officially constituted groups, etc.).

Submissions are invited which examine the contemporary British political landscape and enable the readers to have a better understanding of its fabric. To this purpose, authors may decide to explore the following points:

1) Ideology and identity

  • What is the ideological background (thinkers, theorists, events, etc.) on which the identity of the party/organisation is founded?

  • What does the party/organisation now stand for? What are the core values that provide coherence to the group? Is the latter still faithful to its original values (resilience, mutation, rebirth, etc.)?

  • Is it possible to establish a sociological profile of its members?

2) Agendas and strategies

  • What are the official objectives of the party/organisation in today’s socioeconomic and political context?

  • What methods does it favour to promote its ideology or carry out its action (election, lobbying, information, etc.)?

  • What means of communication does it use (media, network, etc.)?

  • Who is its target audience (voters, militants, elected representatives, opinion leaders, etc.)?

  • What image does it try to project and how is it generally perceived?

3) Achievements and stakes

  • What are the party’s/organisation’s achievements and how influential is it in the early 21st century?

  • What role does it intend to play on the British political scene?

  • To what extent can its action produce dramatic economic, social or political changes?

Other approaches may be considered (comparative study between various parties, analysis of the interactions between political parties and lobbies or think tanks, etc.). Interdisciplinary researches are welcome (psephology, cultural studies, communication studies, government and political studies, political science, political psychology, etc.) and, in this case, collective contributions may be accepted.

The articles should be written in English and include a selective bibliography listing the reference works published on the chosen topic as well as the latest researches carried out in this field. They should be sent together with a short biography of the author(s) (max. 200 words), an abstract (max. 300 words) and a selection of keywords (major references, actors and events). The articles should not exceed 75 000 signs (excluding footnotes, appendices and bibliography). Please follow the norms for presentation indicated on the LISA e-journal website.

Please send your proposals (maximum one A4 page) together with a short biography to David Haigron (david_haigron@yahoo.fr) by 1st November 2010.

Français

Les études consacrées à la politique britannique contemporaine se concentrent principalement, au choix, sur une campagne électorale ou une série d’élections (« psephologie », selon une approche thématique), sur un leader, un parti (monographie chronologique) ou un ensemble de partis (avec, en général, une présentation croisée ou juxtaposée des trois principales formations), sur un courant de pensée ou une philosophie politique (anarchisme, syndicalisme, libéralisme, conservatisme, nationalisme, euroscepticisme, fascisme, etc.), etc. Plus rares sont les ouvrages se proposant d’embrasser un spectre thématique plus large dans une perspective synchronique.

Notre projet est de dresser une cartographie la plus détaillée possible du paysage politique britannique en ce début de XXIe siècle en présentant les acteurs (partis « à vocation majoritaire », partis minoritaires, régionaux et nationalistes, factions au sein d’un parti, syndicats, fédérations, groupes de pression, think tanks, etc.) qui, sur le devant de la scène médiatique et électorale, à sa marge ou dans les coulisses de Westminster, cherchent à imposer leurs priorités (agenda) et à influencer le débat public. Le champ couvert s’étendra donc de l’extrême gauche à l’extrême droite et inclura les partis institutionnels ainsi que des mouvements ou des associations dont l’action se revendique majoritairement comme politique (influencer les élus, mobiliser les citoyens, participer activement à la vie de la Cité en dehors de formations institutionnelles classiques).

Les articles doivent analyser et permettre de mieux comprendre de quoi se compose le paysage politique britannique contemporain. Dans cette optique, les auteurs sont invités à articuler leur contribution autour des pistes suivantes :

1) Idéologie et identité

  • Sur quel socle idéologique et identitaire (penseurs, théoriciens, événements, etc.) le parti ou le mouvement s’est-il construit ?

  • Sur quelles valeurs essentielles se fonde aujourd’hui la cohérence du groupe ? Son identité actuelle est-elle fidèle à ses valeurs baptismales (constance, mutation, renaissance, etc.) ?

  • Peut-on dresser un profil sociologique de ses membres ?

2) Objectifs et stratégies

  • Quels sont les objectifs affichés du parti/mouvement dans le contexte socioéconomique et politique contemporain ?

  • Quels moyens privilégie-t-il pour diffuser ses idées et/ou exercer son action (élection, pression, information, etc.) ?

  • Quels moyens de communication utilise-t-il (médias, réseaux, etc.) ?

  • À qui s’adresse-t-il (électeurs, militants, élus, leaders d’opinion, etc.) ?

  • Quelle image cherche-t-il à donner de lui-même et comment est-il perçu ?

3) Réalisations et enjeux

  • Sur quel bilan ce parti/mouvement s’appuie-t-il et que représente-t-il en ce début de XXIe siècle ?

  • Quel rôle entend-t-il jouer sur la scène politique britannique ?

  • En quoi son action peut-elle être vecteur de transformations économiques, sociales ou politiques profondes ?

D’autres approches peuvent être envisagées (étude comparative entre différents partis, étude des interactions entre partis politiques et groupes de pression ou think tanks, etc.). Les perspectives pluri- et/ou transdisciplinaires sont encouragées (psephologie, histoire culturelle, sciences de la communication, science politique, psychologie politique, etc.) et, dans ce cadre, les co-écritures d’article peuvent être envisagées.

La langue de rédaction sera l’anglais. Chaque contribution devra inclure une bibliographie sélective répertoriant les ouvrages de référence sur le thème abordé et faisant état des publications les plus récentes dans le domaine concerné. Chaque article sera accompagné d’un courte bio-bibliographie de l’auteur (max. 200 mots), d’un résumé (max. 300 mots) et d’une liste de mots-clés (thèmes, personnalités et événements emblématiques cités). Les articles seront limités à 75 000 signes (notes de bas de page, annexes et bibliographie non comprises). Les auteurs sont priés de respecter les normes de présentation de la Revue LISA.

Merci d’envoyer vos propositions d’articles (une page A4 maximum), accompagnées d’une courte bio-bibliographie à David Haigron (david_haigron@yahoo.fr) avant le 1er novembre 2010.

  • Revues.org