Navigation – Plan du site
Les relations économiques extérieures des Etats-Unis
12

Les relations économiques sino-américaines pendant les années Bush (2001-2008) : vers une stratégie de « dissuasion économique » ?

US-China Relations during the Bush Presidency, 2001-2008: Towards a Strategy of “Economic Deterrence”?
Juliette Bourdin
p. 221-242

Résumés

Au cours de la présidence de George W. Bush, les relations économiques sino-américaines se sont caractérisées par une interdépendance croissante, tant au niveau des enjeux commerciaux que des enjeux financiers. Si les questions du déficit de la balance commerciale et des droits de la propriété intellectuelle faisaient déjà débat pendant la présidence de Bill Clinton, en revanche les questions financières de la valeur du renminbi et des réserves chinoises de bons du Trésor sont apparues pendant les années Bush. Alors que l’administration Bush prônait initialement une stratégie de « congagement » (endiguement/ engagement) et définissait la Chine comme un « concurrent stratégique », non seulement le 11-Septembre a modifié les priorités immédiates de Washington mais, du fait de l’interdépendance économique sino-américaine, il semble que la « dissuasion économique » soit désormais la seule stratégie réaliste dans les relations entre Washington et Pékin.

Haut de page

Texte intégral

  • 1  Voir le bilan dressé à la fin du premier mandat Bush, Juliette Bourdin, « Les relations sino-améri (...)

1Au cours de la campagne présidentielle de 2000, George W. Bush donna le ton en affirmant que la Chine n’était pas un « partenaire stratégique », mais un « concurrent stratégique ». D’emblée, la politique chinoise de l’administration Bush se caractérisa par un net durcissement, et les tenants de la théorie de la « menace chinoise » (China Threat) occupaient de plus en plus la scène médiatique. Le climat était ouvertement hostile, jusqu’à ce que les attentats du 11 septembre 2001 bouleversent la donne : non seulement la Chine n’a plus été la première cible de Washington, mais les États-Unis ont même cherché à obtenir sa coopération dans la « guerre contre le terrorisme »1.

2Ainsi, les aléas du contexte international ont été favorables à la reprise d’une politique pragmatique envers Pékin, et les relations sino-américaines ont finalement suivi un chemin bien différent de celui qui se profilait pendant les premiers mois de George W. Bush à la Maison-Blanche.

3Du point de vue économique, les relations entre les États-Unis et la Chine se sont caractérisées plus que jamais par une interdépendance économique qui s’est très largement accentuée durant les années Bush, tant sur le plan des échanges commerciaux que financiers. Cette interdépendance économique toujours plus étroite a ainsi eu pour double effet d’alimenter les tensions en réduisant une certaine marge de manœuvre, mais aussi de les apaiser en incitant les deux pays à négocier leurs nombreux intérêts en commun.

  • 2  Voir notamment Condoleezza Rice, “Promoting the National Interest”, Foreign Affairs, vol. 79, n° 1 (...)

4Dès 2000, les Républicains néoconservateurs préconisaient une stratégie de congagement vis-à-vis de la Chine2 : c’est-à-dire appliquer soit une stratégie de containment (l’« endiguement » de la Guerre froide), soit une politique d’Engagement (prônée par Bill Clinton), selon que la Chine se comporte de façon hostile ou amicale. Mais avec une interdépendance économique croissante et une marge de manœuvre plus limitée, la seule stratégie réaliste pour les États-Unis et la Chine ne serait-elle pas celle de la « dissuasion économique » ?

L’interdépendance économique entre les États-Unis et la Chine

5Amorcée pendant les années Clinton, cette interdépendance économique s’est considérablement accrue au cours des années Bush et s’articule autour de plusieurs enjeux, autant commerciaux que financiers.

Les enjeux commerciaux

6Les deux principaux enjeux commerciaux qui caractérisent les relations économiques sino-américaines sont le déséquilibre de la balance commerciale et la question des droits de la propriété intellectuelle (DPI). Pendant les années Clinton, l’objectif était de négocier au plus près des intérêts américains les modalités d’accession de la Chine à l’Organisation mondiale du commerce (OMC), officialisée fin 2001 ; pendant les années Bush, l’objectif aura été de contrôler l’application stricte des règles de l’OMC et des accords bilatéraux sino-américains.

Le déficit de la balance commerciale des États-Unis

7Bien qu’ils soient les principaux architectes du système économique actuel – caractérisé par la mondialisation, la déréglementation et l’ouverture des marchés –, les États-Unis en ont néanmoins subi certaines conséquences, notamment le très fort creusement de leur déficit commercial global qui, conjointement à la faiblesse du taux d’épargne des ménages et à l’augmentation des dépenses militaires (guerres en Afghanistan et en Irak), a largement aggravé la dette publique du pays. De même, après avoir augmenté tout au long des années 1990, le déficit commercial des États-Unis avec la Chine a littéralement explosé pendant les années Bush.

  • 3  US Census Bureau, “Top Trading Partners—Total Trade, Exports, Imports—Year-to-Date”, décembre 2007 (...)

8Quelques chiffres permettent d’illustrer cette nouvelle donne. Tout d’abord, bien que les exportations américaines à destination de la Chine aient connu une progression notable, puisque la Chine (qui représentait 5,6 % du total des exportations américaines en 2007) était déjà classée en troisième position derrière le Canada et le Mexique, les importations de produits chinois ont continué d’augmenter au point que la Chine a ravi au Canada, fin 2007, le titre de fournisseur principal des États-Unis en représentant 16,5 % du total de leurs importations3 (voir tableau 1 et graphique 1). Dès 2000, la Chine avait détrôné le Japon en devenant le pays avec lequel les États-Unis enregistraient leur plus fort déficit commercial, et fin 2006, elle était devenue le deuxième partenaire principal des États-Unis devant le Mexique (somme des importations et des exportations).

9Le fort creusement du déficit commercial des États-Unis avec la Chine suite à l’entrée de cette dernière dans l’OMC rappelle les effets de la mise en place de l’ALENA (Accord de libre-échange nord-américain) en 1994 en faveur du Canada et du Mexique. Malgré l’ouverture de son marché aux exportations étrangères et les douloureuses réformes que la Chine a accepté de mettre en œuvre, sa compétitivité n’a pas semblé subir d’érosion notable depuis son entrée à l’OMC, et ses produits ont continué de pénétrer les marchés occidentaux.

  • 4  C’est pourquoi Xu Xianquan critique notamment la règle de l’origine dans les calculs de la balance (...)
  • 5  Françoise Lemoine, L’Économie chinoise, Paris : La Découverte, coll. Repères, 2003, 89-90 ; Gar (...)

10Il faut, cependant, nuancer ce tableau. En effet, la Chine s’inscrit dans la chaîne de production asiatique dont elle est le dernier maillon en tant qu’« atelier d’assemblage du monde »4. La Chine exporte certes très massivement vers les États-Unis, mais elle importe également en quantités considérables, de ses voisins asiatiques, ce dont elle a besoin pour fabriquer les produits destinés à l’exportation. Une baisse des exportations chinoises affecterait également tous les partenaires commerciaux de la Chine, à commencer par le Japon, la Corée du Sud, mais aussi les pays de l’ASEAN (Association of Southeast Asian Nations). Ainsi, le déficit structurel que les États-Unis enregistrent avec la Chine correspond au déficit chronique qu’ils connaissent depuis longtemps avec les pays asiatiques5.

  • 6  À noter que le secrétaire au Trésor, Henry M. Paulson, a contesté la validité de cet argument chin (...)
  • 7  Xu Xianquan, op. cit., 242-243.

11En raison des peurs qu’il génère, le déficit commercial devient un problème de nature plus politique – notamment en alimentant les débats de politique intérieure – que purement économique. Aux critiques de Washington, Pékin répond d’une part que les États-Unis sont responsables de ce déséquilibre dans la mesure où ils refusent de vendre aux Chinois certains produits de haute technologie6 et, d’autre part, que leur déficit global serait encore plus important s’ils devaient importer d’autres pays les produits que la Chine leur fournit à très bas prix7. Il est vrai que non seulement les produits chinois satisfont l’appétit de consommation des Américains et permettent de limiter l’inflation, mais ils concurrencent les produits des pays en voie de développement (par exemple, le Mexique) plutôt que ceux des États-Unis.

12Le déficit commercial sert aisément d’argument aux États-Unis pour critiquer Pékin ou justifier des mesures protectionnistes. Pourtant, ces velléités protectionnistes ne sauraient les protéger de la compétitivité chinoise et risqueraient surtout d’affecter l’ensemble de la région asiatique, elle aussi de plus en plus interdépendante et dont la croissance économique repose dans une large mesure sur l’accès au marché américain. Il semble que ce ne soit pas tant la question du déficit commercial que celle, plus aiguë, de leur endettement qui peut à terme poser un problème non seulement à l’économie américaine mais aussi à l’économie mondiale.

Tableau 1

Le commerce sino-américain, 1990-2007 (en millions de dollars)

Années

Exportations

Importations

  Solde

2007

65 236

321  443

-256 207

2006

55 186

287 774

-232 588

2005

41 925

243 470

-201 545

2004

34 744

196 682

-161 938

2003

28 368

152 436

-124 068

2002

22 128

125 193

-103 065

2001

19 182

102 278

-83 096

2000

16 185

100 018

-83 833

1999

13 111

81 788

-68 677

1998

14 241

71 169

-56 927

1997

12 862

62 558

-49 695

1996

11 993

51 513

-39 520

1995

11 754

45 543

-33 790

1994

9 282

38 787

-29 505

1993

8 763

31 540

-22 777

1992

7 418

25 728

-18 309

1991

6 278

18 969

-12 691

1990

4 806

15 237

-10 431

Source : United States Census Bureau, <http://www.census.gov>

Graphique 1

Graphique 1

Source : United States Census Bureau, <http://www.census.gov>

Le respect des droits de la propriété intellectuelle

  • 8  Voir Juliette Bourdin, « L’innovation dans les relations sino-américaines : le cas des droits de l (...)

13Le problème du déficit commercial soulève la question de la compétitivité de l’économie américaine et celle des droits de la propriété intellectuelle (DPI), car en tant qu’« économie du savoir », la compétitivité des États-Unis ne se manifeste plus tant au niveau de la production des biens de consommation que dans leurs capacités en matière d’innovation. En tant que leaders dans l’exportation des services et des produits de haute technologie, les États-Unis espèrent justement rééquilibrer leur balance commerciale en ce qui concerne les biens industriels de consommation courante. Ceci explique pourquoi le respect des droits de la propriété intellectuelle est pour eux un enjeu primordial et un des principaux motifs de contentieux avec la Chine où la contrefaçon et le piratage sont endémiques8.

14Depuis le début des années 1990, les États-Unis accusent la Chine de ne pas respecter les DPI, et dans le sillage de leurs prédécesseurs, les Représentants au commerce (USTR – United States Trade Representative) de l’administration Bush ont continué de faire pression sur la Chine à ce sujet, jusqu’à la placer de nouveau en tête de la “Priority Watch List” de la Special 3019 depuis 200510. La même année, l’administration Bush a mis en place le réseau STOP ! (Strategy Targeting Organized Piracy) qui réunit plusieurs organismes gouvernementaux et départements (Commerce, Justice) afin de lutter contre le piratage en assistant les entreprises américaines, en renforçant les saisies aux douanes, et en poursuivant les négociations et les pressions sur les pays laxistes en la matière11.

15Il faut dire que les États-Unis misent sur le potentiel du « marché du milliard » chinois, où les entreprises américaines espèrent générer d’énormes profits. Par ailleurs, la très forte compétitivité chinoise, en termes de coûts de production et de capacités d’exportation, rend l’application des DPI d’autant plus importante. Certes, la Chine n’est pas le seul pays à être laxiste en matière de protection de la propriété intellectuelle, mais d’après les chiffres publiés par le réseau STOP, elle représentait 81 % du total de la valeur des saisies aux douanes en 2007, et donc un énorme manque à gagner pour les États-Unis (voir graphique 2).

Graphique 2

Graphique 2

Source : STOP et Bush Administration, “Strategy for Targeting Organized Piracy: Accomplishments and Initiatives”, Office of the U.S. IPR Coordinator, 3 septembre 2007, <http://www.stopfakes.gov/​pdf/​Memo_STOP_Sheet_September_2007.pdf>, consulté le 11 septembre 2008.

  • 12  Sur le problème de l’imitation comme un autre manque à gagner, voir Donald L. Evans, “China Presse (...)

16De surcroît, l’imitation devient une autre source d’inquiétude, puisque non seulement les DPI ne sont pas respectés, mais les imitations chinoises peuvent même concurrencer les produits américains et gagner des parts de marché. En plus du déficit chronique de leur balance commerciale avec la Chine, les États-Unis voient dans l’imitation pure et simple de leurs innovations non seulement une violation inadmissible du droit, mais aussi une menace pour la bonne marche de leur économie12.

  • 13  Le détail des plaintes est donné plus loin. Voir infra, note 30.

17Finalement, les États-Unis ont décidé de faire pression sur la Chine en déposant, le 10 avril 2007, deux plaintes auprès de l’Organe de règlement des différends de l’OMC au sujet du non-respect des droits de la propriété intellectuelle13.

18Les questions du déficit commercial et des droits de la propriété intellectuelle étaient cependant apparues au cours des années Clinton ; en revanche, une caractéristique spécifique aux années Bush s’est manifestée à travers une interdépendance financière croissante.

Les enjeux financiers

19Aux questions d’ordre commercial s’ajoutent plus que jamais celles d’ordre financier, en particulier la question de la valeur de la devise chinoise et celle des réserves chinoises de bons du Trésor américains.

La question du taux de la devise chinoise

  • 14  Voir Robert Sutter, “Why Does China Matter?”, Washington Quarterly, vol. 27, n° 1, hiver 2003-04, (...)

20Parmi les enjeux financiers, la question du taux de change de la monnaie chinoise (le renminbi – RMB – ou yuan) est devenue à partir de 2003 un nouveau motif de contentieux dans les relations sino-américaines. En effet, Washington a accusé Pékin de manipuler la valeur de sa monnaie, afin de bénéficier d’un surcroît de compétitivité pour ses exportations, aggravant le déficit commercial des États-Unis et provoquant des pertes d’emplois pour leur industrie14. Mais le problème est particulièrement complexe en raison des énormes réserves chinoises d’or et de devises étrangères en général, et de bons du Trésor en particulier, qui permettent à Pékin d’avoir une certaine marge de manœuvre vis-à-vis des fluctuations boursières.

  • 15  Françoise Lemoine, L’Économie chinoise, op.cit., 101-102.

21Il faut rappeler que le cours du renminbi était indexé sur celui du dollar et que son taux de change (de 8,277 renminbi pour un dollar américain) était resté fixe depuis 1994. Or, la baisse du cours du dollar en 2002 a entraîné celle du renminbi et provoqué des plaintes de la communauté internationale, et surtout des États-Unis qui ont exigé une réévaluation du yuan à la hausse15.

  • 16  US-China Economic and Security Review Commission, “China’s Industrial, Investment and Exchange Rat (...)
  • 17  G. C. Hufbauer, Y. Wong & K. Sheth, op. cit., 13-14.

22Lorsqu’elle rendit les résultats de son enquête auprès du Congrès en septembre 2003, la U.S.-China Economic and Security Review Commission accusa la Chine de maintenir volontairement sa devise entre 15 % et 40 % en dessous de sa valeur réelle, notamment en acquérant des dollars américains (pour un montant estimé à 120 milliards par an) afin d’empêcher la hausse du RMB. La commission recommandait alors au département du Trésor d’engager au plus vite des négociations avec Pékin pour mettre un terme à cette concurrence déloyale qui encouragerait les délocalisations et nuirait à l’industrie américaine16. À partir de début 2004, la National Association of Manufacturers (NAM) et la Fair Currency Alliance (FCA – à laquelle a succédé la China Currency Coalition, CCC) se sont lancées dans un lobbying intense auprès de l’administration et du Congrès pour exiger des mesures de rétorsion17.

23Les possibilités étaient soit de réévaluer le renminbi, soit d’abandonner la parité fixe et laisser flotter la monnaie, soit de l’indexer sur un panier de monnaies. Subissant de fortes pressions, Pékin a fini par opter pour cette dernière solution en 2005, et la valeur du renminbi, désormais indexée sur un panier de devises, a progressivement augmenté.

  • 18  Très critique des pressions américaines pour une réévaluation, Albert Keidel considérait que la pa (...)

24Les autorités chinoises, qui n’ont pas oublié les leçons de la crise asiatique de 1997-1998, ont longuement hésité avant de s’y résoudre, car elles craignaient qu’une augmentation du renminbi n’affecte leurs capacités exportatrices et notamment les entreprises chinoises locales déjà fragiles, que cela provoque éventuellement une déflation qui freinerait la consommation et donc la croissance, et que cela menace encore plus un système bancaire également fragile18.

  • 19  Françoise Lemoine, « Le yuan doit-il être réévalué ? », Centre d’études prospectives et d’informat (...)

25Si de nombreux analystes ont admis que la devise chinoise était probablement surévaluée, en revanche ils ont douté qu’un changement de son taux de change ait de réelles retombées bénéfiques pour l’économie américaine. Tout d’abord, la compétitivité chinoise ne se résume pas à la faiblesse du RMB, ce qu’a semblé démontrer, en 2003, le rééquilibrage de sa balance commerciale en faveur d’un certain nombre de ses partenaires commerciaux. Par ailleurs, cette compétitivité est largement due à l’implantation des entreprises étrangères en Chine, puisqu’elles représentent environ 50 % des exportations du pays. De plus, malgré l’augmentation de la valeur du RMB par rapport aux autres devises asiatiques lors de la crise financière de 1997-1998, la Chine a continué d’exporter massivement, et la pléthore de main-d’œuvre chinoise pourrait compenser une réévaluation du yuan à la hausse par une baisse des salaires. Enfin, sachant que les entreprises étrangères implantées en Chine sont à l’origine de la moitié des exportations chinoises et qu’elles importent elles-mêmes beaucoup pour produire en Chine, l’effet d’une hausse du yuan serait relativement faible sur les capacités exportatrices du pays19.

  • 20  Yong Deng & Thomas G. Moore, “China Views Globalization: Toward a New Great-Power politics?”, Wash (...)

26Washington a montré sa vision à court terme des enjeux économiques, car la priorité chinoise reste de réformer et de solidifier son système bancaire avant d’envisager de laisser flotter sa devise, et il est à douter qu’une déstabilisation des cours soit dans l’intérêt des États-Unis. Par ailleurs, malgré ses performances remarquables, l’économie chinoise demeure fragile et toute baisse de la croissance économique pourrait s’avérer fatale. D’ailleurs, les pays de l’ASEAN, l’Australie, le Japon, ou encore le Fonds monétaire international (FMI) n’ont pas apporté leur soutien à Washington dans cette controverse20.

27Malgré la réévaluation du RMB, les chiffres du déficit commercial démontrent que la Chine est restée largement compétitive. En réalité, les difficultés de l’économie américaine trouveraient plutôt leur source, entre autres, dans la faiblesse du taux d’épargne des ménages : les États-Unis doivent faire appel aux capitaux étrangers pour pouvoir investir et maintenir la croissance par la consommation. Des capitaux que lui fournit entre autres… la Chine.

Les réserves chinoises de bons du Trésor américains

28La Chine est devenue le deuxième acquéreur étranger de bons du Trésor américains et semble, une fois de plus, sur le point de détrôner le Japon. Si, en 2000, les réserves chinoises de bons du Trésor s’élevaient seulement à 5,9 % de la somme des bons du Trésor détenus à l’étranger en 2000, elles ont atteint 20,2 % en 2007 (voir tableau 2 et graphique 3). De plus, la Chine possède les plus importantes réserves d’or et de devises étrangères au monde : selon les estimations publiées fin 2007, ces réserves s’élevaient à 1 534 milliards de dollars21.

29Ceci donne lieu à une situation paradoxale, à savoir qu’en achetant les bons du Trésor, la Chine donne aux États-Unis les moyens financiers d’acquérir les produits chinois à bas prix dont les États-Unis ont besoin pour satisfaire la demande des consommateurs et pour maîtriser l’inflation. Mais la Chine a impérativement besoin d’avoir accès au marché américain pour ses exportations, et ce afin de maintenir la croissance économique.

  • 22  D’ailleurs, Clinton décrivait le même phénomène à propos du Japon en 1993. Voir Bill Clinton, “Rem (...)
  • 23  K.C. Fung, Lawrence J. Lau, & Joseph S. Lee, U.S. Direct Investment in China, Washington, DC: The (...)

30La question de la devise chinoise est liée à celle de l’achat des bons du Trésor par Pékin : en effet, un certain nombre d’experts ont mis en avant le fait que l’achat des bons du Trésor par la Chine (notamment afin de protéger sa devise) a favorisé dans une large mesure la baisse des taux d’intérêt à long terme aux États-Unis, ce qui a contribué en retour à stimuler la croissance économique du pays22. À moins que les États-Unis ne décident de s’attaquer au problème structurel de leur dette publique, il n’est donc pas sûr qu’une réévaluation du yuan soit totalement à leur avantage. De surcroît, les États-Unis pourraient se trouver dans une situation financière encore plus délicate si les autorités chinoises décidaient de vendre subitement et massivement leurs bons du Trésor, par exemple pour défendre leur monnaie qui subirait alors les fluctuations du marché et d’éventuelles attaques spéculatives23.

  • 24  “The result is a historically unusual relationship in which the rising power, developing China, pr (...)

31En d’autres termes, l’interdépendance financière entre la Chine et les États-Unis est telle que ces derniers devraient plutôt anticiper les retombées sur leur propre économie d’éventuels changements de politique monétaire qu’ils exigent de Pékin. Certains experts décrivent ainsi une « relation inhabituelle, historiquement, dans laquelle la puissance émergente, la Chine en développement, fournit à la fois les exportations (deuxième fournisseur principal) et les prêts (deuxième détenteur étranger de la dette gouvernementale) à la superpuissance, les États-Unis industrialisés »24. Effectivement, avec la crise financière qui a éclaté depuis septembre 2008, les États-Unis craignent que Pékin ne veuille plus jouer le rôle de créancier.

Tableau 2

Les dix premiers détenteurs étrangers de bons du Trésor américains en 2007

Rang

Pays

Réserves de bons du Trésor (en milliards de $)

1

Japon

617,8

2

Chine

416,2

3

Royaume-Uni (1)

119

4

Exportateurs de pétrole (2)

110,8

5

Centres bancaires des Caraïbes (3)

66,4

6

Brésil

60,7

7

Luxembourg

59,7

8

Taiwan

57,5

9

Hong Kong

57,4

10

Corée du Sud

57

TOTAL

2141,3

(1) Inclut les îles Anglo-Normandes et l’île de Man.

(2) C’est-à-dire l’Équateur, le Venezuela, l’Indonésie, le Bahreïn, l’Iran, l’Iraq, le Koweït,  l’Oman, le Qatar, l’Arabie saoudite, les Émirats arabes unis, l’Algérie, le Gabon, la Libye, et le Nigeria.

(3) C’est-à-dire les Bahamas, les Bermudes, les îles Caïmans, les Antilles néerlandaises et  le Panama.

Source: US Department of the Treasury / Federal Reserve Board, “Major Foreign Holders of Treasury Securities,” 23 avril 2007, <http://www.treas.gov/​tic/​mfh.txt>, consulté le 15 mai 2007.

Graphique 3

Graphique 3

Source: US Department of the Treasury / Federal Reserve Board, “Major Foreign Holders of Treasury Securities”, 23 avril 2007, <http://www.treas.gov/​tic/​mfh.txt>, consulté le 15 mai 2007.

32À noter que ces dix pays possèdent à eux seuls 75,5 % des bons du Trésor détenus à l’étranger.

Du congagement à une stratégie de « dissuasion économique » ?

33Contre toute attente, la Chine est l’un des pays qui ont le plus promu le libre-échange à l’américaine, pour la simple raison que la croissance économique chinoise – et de ce fait la stabilité politique et sociale du pays – dépend de l’accès aux marchés extérieurs. Sa volonté d’intégrer l’OMC en a été la manifestation la plus évidente. De plus, tandis que le Japon a subi une très longue récession qui a commencé au début des années 1990, la Chine a pris le relais en tant que moteur de l’économie régionale asiatique, et donc de l’économie mondiale.

34La Chine est peut-être toujours perçue comme un rival, mais les États-Unis ne semblent plus avoir d’autre choix que de la considérer comme un partenaire puisqu’ils sont plus que jamais contraints de négocier avec elle. D’ailleurs, l’idée même de la menacer, pour une raison ou pour une autre, de sanctions économiques, n’est plus concevable.

35Initialement, la politique chinoise de l’administration Bush semble avoir suivi, dans une certaine mesure, la stratégie de congagement préconisée dès l’année 2000 : « engager » la Chine à s’intégrer dans le système économique mondial et à y participer activement et positivement – ce qui s’est traduit, d’une part, par la volonté de renforcer la coopération bilatérale, et d’autre part, par le recours à l’Organe de règlement des différends de l’OMC si les négociations bilatérales n’ont pas été fructueuses. « Endiguer » la Chine si elle menace les intérêts américains, notamment géopolitiques et stratégiques. Mais là encore, les attentats du 11-Septembre ont eu pour effet de changer radicalement les priorités de l’administration Bush qui a même considéré la Chine comme un partenaire dans la « guerre contre le terrorisme ».

36Mais au-delà des considérations géopolitiques, l’interdépendance économique qui lie désormais les États-Unis et la Chine rend de facto bien difficile de concevoir une stratégie d’endiguement. Si les États-Unis doivent définir une stratégie vis-à-vis du partenaire/rival que représente la Chine, il semble qu’une stratégie que l’on pourrait définir par l’expression de « dissuasion économique » soit nettement plus réaliste.

Unilatéralisme, bilatéralisme, et règlement des différends à l’OMC

  • 25  Fereydoun Khavand, « La diplomatie commerciale dans les nouveaux rapports de force », in Pascal Ch (...)
  • 26  Voir OMC, « Règlement des différends : Affaire DS252 – États-Unis – Mesures de sauvegarde définiti (...)

37Au cours du premier mandat de George W. Bush, les États-Unis ont montré une certaine propension à agir unilatéralement vis-à-vis de leurs partenaires commerciaux, tout en dénonçant les entraves de leurs concurrents aux règles du commerce25. L’unilatéralisme de l’administration Bush s’est clairement exprimé lorsqu’elle a décidé du relèvement des barrières tarifaires sur l’acier en 2002, provoquant le tollé de la communauté internationale et le dépôt d’une plainte de nombreux membres de l’OMC, parmi lesquels la Chine a figuré. Sachant que l’OMC condamnerait cette mesure, les États-Unis ont cherché à gagner du temps grâce à la procédure longue et fastidieuse des règlements des différends à l’OMC26. En ce qui concerne plus spécifiquement la Chine, les États-Unis ont démontré leur unilatéralisme par le recours régulier à la Special 301.

  • 27  US Trade Representative, “The US-China JCCT: Outcomes of Major US Trade Concerns”, 21 avril 2004, (...)
  • 28  US Department of the Treasury, “Fact Sheet Creation of the US-China Strategic Economic Dialogue”, (...)

38Pendant les années Bush, la Chine a fait l’objet d’une très grande attention aux États-Unis, comme en témoignent les nombreuses commissions qui lui sont exclusivement dédiées (par exemple, le USTR Report to Congress on China’s WTO Compliance publié chaque année depuis 2002). Pareillement, les commissions bilatérales chargées de poursuivre les négociations avec la Chine ont été renforcées : depuis 2003, le Représentant au commerce est associé au département du Commerce pour les rencontres annuelles de la US-China Joint Commission on Commerce and Trade27, et en septembre 2006, George W. Bush et Hu Jintao ont annoncé la création du US-China Strategic Economic Dialogue qui vient s’ajouter aux commissions déjà existantes, mais implique une plus grande participation des exécutifs américain et chinois sur la base de rencontres biannuelles28. Tout cecitémoigne non seulement de l’importance croissante des relations économiques sino-américaines, mais aussi de la volonté commune de régler les différends bilatéralement.

39Les États-Unis ont fait en sorte de profiter de leur statut d’unique superpuissance pour protéger leurs intérêts et pour imposer leurs vues sur les règles du commerce international. Pourtant, bien qu’ils soient les initiateurs de la création de l’OMC, les États-Unis se méfient des institutions multilatérales et ne cachent pas qu’ils favorisent toujours les négociations de leurs intérêts au niveau bilatéral :

  • 29  “The Administration remains committed to resolving the United States’ concerns through all availab (...)

L’administration reste déterminée à résoudre les problèmes des États-Unis [avec la Chine] par tous les moyens disponibles et préfère résoudre ces problèmes au travers de consultations bilatérales au moment opportun et de façon efficace. Toutefois, si les efforts bilatéraux ne s’avèrent pas fructueux, l’administration est tout à fait prête à faire valoir les droits des États-Unis par d’autres moyens, dont le règlement des différends à l’OMC29.

  • 30  Voir OMC, « Règlement des différends : Affaire DS309 – Chine – Taxes sur la valeur ajoutée frappan (...)

40Effectivement, lorsque les négociations bilatérales ont échoué ou lorsqu’ils ont considéré que la Chine ne se conformait pas assez rapidement et efficacement aux règles internationales, les États-Unis n’ont pas hésité à déposer plainte auprès de l’OMC pour faire pression sur Pékin, comme ils l’ont fait à six reprises. Mais il est intéressant de noter que Washington et Pékin ont finalement préféré trouver un accord bilatéral à deux reprises (les autres affaires, plus récentes, étaient encore en cours de règlement à la fin des années Bush)30.

  • 31  Pour les trois différends, voir OMC, « Règlement des différends : Affaire DS252 – États-Unis – Mes (...)

41La Chine, quant à elle, n’a déposé que trois plaintes contre les États-Unis auprès de l’Organe de règlements des différends de l’OMC : après la plainte déposée au sujet des barrières tarifaires sur l’acier en 2002, la Chine a attendu 2007 pour déposer plainte de nouveau contre les États-Unis, cette fois-ci au sujet des droits antidumping (2007 et 2008)31.

Une stratégie de « dissuasion économique » ?

  • 32  L’expression de « dissuasion économique » commence d’ailleurs à se diffuser, comme l’a indiqué Jon (...)

42L’action américaine a été caractérisée à la fois par la volonté d’ouvrir le dialogue –interdépendance oblige – et par les plaintes répétées contre la « concurrence déloyale » dont la Chine aurait fait preuve. Il semble donc que les deux pays aient oscillé entre l’action pragmatique permettant le règlement des différends (une stratégie « gagnant-gagnant »), et une stratégie qu’on pourrait qualifier de « dissuasion économique » (economic deterrence, en référence à la stratégie de « dissuasion nucléaire »)32. En effet, des deux volets qui forment la stratégie de « congagement », seul l’engagement est concevable. Au vu de l’interdépendance qui lie étroitement les deux pays, la menace d’« endiguement » ne ressemblerait au mieux qu’à un bluff peu convaincant de la part de Washington, puisque attaquer la Chine économiquement équivaudrait de facto à menacer pareillement l’économie américaine.

  • 33  Cette expression vient de la stratégie conçue dans les années 1960 par le secrétaire à la Défense (...)

43Pour reprendre de façon métaphorique – et non sans une pointe d’humour – une autre stratégie développée au cours de la Guerre froide, les deux pays ont les moyens de mettre en place une stratégie de « dissuasion économique », et ce afin d’éviter, économiquement, une Mutual Assured Destruction (MAD – « Destruction mutuelle assurée »)33. L’interdépendance économique implique effectivement que la Chine et les États-Unis possèdent tous deux des leviers pour se menacer mutuellement.

  • 34  Consulté sur le site du candidat républicain, John McCain et Sarah Palin, “National Security”, <ht (...)
  • 35  Voir Barack Obama, et Joe Biden, “Barack Obama and Joe Biden: Protecting U.S. Interests and Advanc (...)

44Deux phénomènes sont d’ailleurs tout à fait révélateurs : d’une part, les tenants de la théorie de la « menace chinoise » n’ont certes pas totalement disparu, mais ils se sont montrés plus discrets et leurs discours ont été moins véhéments au vu de la réalité de l’interdépendance sino-américaine. D’autre part, alors que la Chine était utilisée comme argument de campagne par les candidats rivaux pour critiquer les administrations sortantes (et ce jusqu’à l’élection de George W. Bush en 2000), il est tout à fait remarquable que, pour une fois, les deux candidats aux élections présidentielles de 2008 soient restés assez discrets sur la question chinoise et qu’ils aient évité de dangereuses déclarations qui pouvaient éventuellement faire gagner des voix, mais risquaient d’empoisonner une relation bilatérale aussi stratégique que délicate. Plus précisément, au cours de la campagne, John McCain a adopté une ligne politique plutôt traditionnelle chez les Républicains en présentant la Chine et la Russie comme des puissances rivales dont il veut prévenir l’émergence34. Barack Obama, en revanche, a fait sienne la politique clintonienne de l’engagement vis-à-vis de la Chine35.

45Ainsi, l’on peut dire que la place de la Chine dans le monde, son rôle de moteur de l’économie mondiale, et surtout l’interdépendance économique sino-américaine, ont fini par imposer une plus grande pondération à Washington. C’est bien ce que la crise financière, qui a commencé en septembre 2008, a mis en lumière :

  • 36  “With the United States heavily dependent on China to buy the Treasury bonds needed to finance a b (...)

Étant donné que les États-Unis sont fortement dépendants de la Chine pour acheter les bons du Trésor nécessaires au financement du sauvetage du système financier américain, l’administration Bush a arrêté de critiquer les politiques commerciale et monétaire chinoises36.

  • 37  Il semble même que l’administration Bush ait mis en place un plan de sauvetage du système financie (...)
  • 38  “Superpowers do not normally ask their diplomats to reassure other nations on questions of credit- (...)
  • 39  Ibid.

46En effet, un certain nombre d’observateurs ont fait remarquer que cette crise a largement affaibli les États-Unis qui, au final, se voient littéralement « dépendants » du bon vouloir des créditeurs étrangers pour financer le sauvetage du système financier américain37, créant de ce fait une situation paradoxale que l’ancien secrétaire au Trésor, Lawrence Summers, résumait ainsi : « En temps normal, les superpuissances ne demandent pas à leurs diplomates de rassurer les autres nations à propos de leur solvabilité »38. Et pourtant, c’est peut-être justement de cette interdépendance que viendra le « salut » des États-Unis, puisque dans l’immédiat, il n’est aucunement dans l’intérêt de Pékin de laisser l’économie américaine s’effondrer sous peine de voir sa propre économie suivre le même chemin. C’est là ce que Lawrence Summers a défini comme l’« équilibre financier de la terreur » (the financial balance of terror)39… autrement dit, la « dissuasion économique ».

Conclusion

47La Chine est-elle le « partenaire » ou le « rival » des États-Unis ? À la fin des années Bush, il semblait que la question ne puisse plus être posée en ces termes : l’interdépendance commerciale sino-américaine obligeait les deux pays à coopérer sous peine de mettre en péril leur propre économie et donc leurs propres intérêts, et la « dissuasion économique » semblait être la seule stratégie valable pour l’un comme pour l’autre. C’est bien ce que la crise financière a mis en relief depuis septembre 2008, et le nouveau président qui a pris ses fonctions à la Maison-Blanche, Barack Obama – qui avait justement prôné une politique d’engagement pendant sa campagne – a hérité de cette relation d’interdépendance sino-américaine avec laquelle il doit composer.

48Sur le moyen ou long terme, l’avenir des relations sino-américaines devrait dépendre des effets et des leçons de cette crise, de la façon dont chaque pays réussira ou non à y résister, et surtout de la manière dont les deux pays répondront au défi de la vulnérabilité intrinsèque à l’interdépendance : sur le long terme, la Chine pourrait décider de favoriser le développement de son marché intérieur et d’orienter différemment sa politique commerciale et monétaire afin de ne plus dépendre dangereusement du marché et du dollar américains ; les États-Unis pourraient décider de s’attaquer à leur déficit public afin de ne pas se retrouver en position d’infériorité – humiliante pour une superpuissance – pour négocier le financement de leur grave crise financière auprès des créditeurs étrangers. Toutefois, à moyen terme, le scénario le plus probable est que la « dissuasion économique » continue de faire ses effets et mène Washington et Pékin à la table des négociations pour gérer ensemble les crises qui affectent mutuellement leurs économies.

Haut de page

Bibliographie

Des DOI (Digital Object Identifier) sont automatiquement ajoutés aux références par Bilbo, l'outil d'annotation bibliographique d'OpenEdition.
Les utilisateurs des institutions abonnées à l'un des programmes freemium d'OpenEdition peuvent télécharger les références bibliographiques pour lesquelles Bilbo a trouvé un DOI.
Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible pour les institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : access@openedition.org.

BOURDIN Juliette, « Les relations sino-américaines sous le mandat de George W. Bush, 2001-2004 », CERVEPAS, communication présentée le 19 novembre 2004, <http://cervepas.univ-paris3.fr/articles-et-communications/article-juliette-bourdin.pdf>.

Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible pour les institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : access@openedition.org.

BOURDIN Juliette, « L’innovation dans les relations sino-américaines : le cas des droits de la propriété intellectuelle », in Martine AZUELOS & Marie-Claude ESPOSITO (Dir.), Les Économies anglo-saxonnes et l'innovation : ressorts, enjeux, influences, Revue LISA/LISA e-journal, vol. IV, n° 1, 2006, 88-108.
DOI : 10.4000/lisa.2178

BRADSHER Keith, “China Plans to Bolster Its Slowing Economy”, The New York Times, 21 octobre 2008, 9.

CIA WORLD FACTBOOK, “Rank Order—Reserves of Foreign Exchange and Gold”, <https://www.cia.gov/library/publications/the-world-factbook/rankorder/2188rank.html>, consulté le 10 octobre 2008.

CLINTON Bill, “Remarks by the President to Students and Faculty of Waseda University—Tokyo, Japan”, 7 juillet 1993, The White House, Office of the Press Secretary, <http://clinton6.nara.gov/1993/07/1993-07-07-presidents-speech-to-waseda-university.html/>, consulté le 3 juin 2006.

DAVIS Bob, “The Financial Crisis – The Outlook: Financial Troubles Humble US”, The Wall Street Journal, 28 septembre 2008, A2.

DENG Yong & Thomas G. MOORE, “China Views Globalization: Toward a New Great-Power politics?”, Washington Quarterly, vol. 27, n° 3, été 2004, 116-136.

Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible pour les institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : access@openedition.org.

ECKAUS Richard S., “Should China Appreciate the Yuan?”, Harvard China Review, printemps 2004, 46.
DOI : 10.2139/ssrn.527902

EVANS Donald L., “China Pressed to Forcefully Attack Intellectual Property Theft”, US International Information Programs, 13 janvier 2005, <http://usinfo.state.gov/ei/Archive/2005/Jan/14-57930.html>, consulté le 3 mai 2005.

FUNG K.C., Lawrence J. LAU, & Joseph S. LEE, U.S. Direct Investment in China, Washington, DC: The AEI Press, 2004.

GELB Catherine, “The Value of the Renminbi”, The China Business Review, septembre-octobre 2003, 53-54.

HUFBAUER Gary Clyde, Yee WONG & Ketki SHETH, US-China Trade Disputes: Rising Tide, Rising Stakes, Institute for International Economics, Policy Analyses in International Economics 78, août 2006.

KEIDEL Albert, “US-China Business Council, “The Experts Weigh In”, The China Business Review, mai-juin 2005, 12.

KHAVAND Fereydoun, « La diplomatie commerciale dans les nouveaux rapports de force », in CHAIGNEAU Pascal (Dir.), Enjeux diplomatiques et stratégiques 2004, CEDS (Centre d’études diplomatiques et stratégiques), Paris : Economica, 2004, 91-101.

LEMOINE Françoise, L’économie chinoise, Paris : La Découverte, coll. Repères, 2003.

LEMOINE Françoise, « Le yuan doit-il être réévalué ? », Centre d’études prospectives et d’informations internationales, La Lettre du CEPII, n° 227, octobre 2003, 1-4.

McCAIN John, & Sarah PALIN, “National Security”, <http://www.johnmccain.com> (site officiel du candidat républicain aux élections présidentielles de 2008, consulté le 29 juillet 2008) (page également archivée à l’adresse suivante : <http://www.civnet.org/UserFiles/File/Alex/JohnMcCain%20com%20-%20National%20Security.pdf>.)

OBAMA Barack, & Joe BIDEN, “Barack Obama and Joe Biden: Protecting US Interests and Advancing American Values in Our Relationship with China”, juin 2008, <http://www.barackobama.com/pdf/FactSheetChina.pdf>, consulté le 29 juillet 2008.

ORGANISATION MONDIALE DU COMMERCE, « Portail de règlement des différends », <http://www.wto.org/French/tratop_f/dispu_f/dispu_f.htm>, consulté le 30 septembre 2008.

PAULSON Henry M., Jr., “A Strategic Economic Engagement: Strengthening U.S.-Chinese Ties”, Foreign Affairs, vol. 87, n° 5, septembre-octobre 2008, 59-77.

PROJECT FOR THE NEW AMERICAN CENTURY, Rebuilding America’s Defenses: Strategy, Forces and Resources for a New Century, septembre 2000, <http://www.newamericancentury.org/publicationsreports.htm>, consulté le 15 janvier 2006.

Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible pour les institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : access@openedition.org.

RICE Condoleezza, “Promoting the National Interest”, Foreign Affairs, vol. 79, n° 1, janvier-février 2000, 45-62.
DOI : 10.2307/20049613

ROTHKOPF David, “9/11 Was Big. This Is Bigger”, The Washington Post, 5 octobre 2008, B01.

STOP (Strategy Targeting Organized Piracy), <http://www.stopfakes.gov/>.

STOP et BUSH ADMINISTRATION, “Strategy for Targeting Organized Piracy: Accomplishments and Initiatives”, Office of the U.S. IPR Coordinator, septembre 2007, <http://www.stopfakes.gov/pdf/Memo_STOP_Sheet_September_2007.pdf>, consulté le 11 septembre 2008.

SUNG Yun-wing [SONG Enrong], The Emergence of Greater China: The Economic Integration of Mainland China, Taiwan and Hong Kong, Houndmills, Basingstoke, Hampshire; New York, NY: Palgrave Macmillan, 2005.

Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible pour les institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : access@openedition.org.

SUTTER Robert, “Why Does China Matter?”, Washington Quarterly, vol. 27, n° 1, hiver 2003-04, 75-89.
DOI : 10.1162/016366003322596936

US CENSUS BUREAU, “Top Trading Partners—Total Trade, Exports, Imports—Year-to-Date”, décembre 2007, <http://www.census.gov/foreign-trade/statistics/highlights/top/top0712.html>, consulté le 3 septembre 2008.

US-CHINA ECONOMIC AND SECURITY REVIEW COMMISSION, “China’s Industrial, Investment and Exchange Rate Policies: Impact on the United States—Hearing before the U.S.-China Economic and Security Review Commission”, 108e Congrès, 1re Session, 25 septembre 2003.

US CONGRESS, “America and Asia in a Changing World: Hearing before the Subcommittee of the Committee on International Relations House of Representatives”, 109e Congrès, 2e Session, 21septembre 2006.

US DEPARTMENT OF THE TREASURY, “Fact Sheet Creation of the US-China Strategic Economic Dialogue”, 20 septembre 2006, <http://www.ustreas.gov/press/releases/hp107.htm>, consulté le 15 novembre 2006.

US DEPARTMENT OF THE TREASURY/FEDERAL RESERVE BOARD, “Major Foreign Holders of Treasury Securities”, 23 avril 2007, <http://www.treas.gov/tic/mfh.txt>, consulté le 15 mai 2007.

US TRADE REPRESENTATIVE (USTR), “2003 Report to Congress on China’s WTO Compliance”, 11 décembre 2003, 8.

USTR, “The US-China JCCT: Outcomes of Major US Trade Concerns”, 21 avril 2004, <http://www.ustr.gov/Document_Library/Fact_Sheets/2004/Section_Index.html>, consulté le 20 septembre 2005.

USTR, “Results of Out-of-Cycle Review on China”, 2005 Special 301 Report, <http://www.ustr.gov/assets/Document_Library/Reports_Publications/2005/2005_Special_301/asset_upload_file835_7647.pdf>, consulté le 14 septembre 2008.

USTR, 2008 Special 301 Report, 2008, <http://www.ustr.gov/assets/Document_Library/Reports_Publications/2008/2008_Special_301_Report/asset_upload_file553_14869.pdf>, consulté le 14 septembre 2008.

XU Xianquan, “Sino-US Economic and Trade Relations”, in CHEN Shuxun & WOLF Charles, Jr., China, the United States, and the Global Economy, Santa Monica, California: Rand, 2001, 237-252.

YARDLEY Jim Yardley, & BRADSHER Keith, “China, an Engine of Growth, Faces a Global Slump”, The New York Times, 23 octobre 2008, 6.

Haut de page

Notes

1  Voir le bilan dressé à la fin du premier mandat Bush, Juliette Bourdin, « Les relations sino-américaines sous le mandat de George W. Bush, 2001-2004 », CERVEPAS, communication présentée le 19 novembre 2004, <http://cervepas.univ-paris3.fr/articles-et-communications/article-juliette-bourdin.pdf>.

2  Voir notamment Condoleezza Rice, “Promoting the National Interest”, Foreign Affairs, vol. 79, n° 1, janvier-février 2000, 57; Project for the New American Century, Rebuilding America’s Defenses: Strategy, Forces and Resources for a New Century, septembre 2000, <http://www.newamericancentury.org/publicationsreports.htm>, consulté le 15 janvier 2006.

3  US Census Bureau, “Top Trading Partners—Total Trade, Exports, Imports—Year-to-Date”, décembre 2007, <http://www.census.gov/foreign-trade/statistics/highlights/top/top0712.html>, consulté le 3 septembre 2008.

4  C’est pourquoi Xu Xianquan critique notamment la règle de l’origine dans les calculs de la balance commerciale, étant donné que la mondialisation rend plus opaque la lecture des importations et exportations. Voir Xu Xianquan, “Sino-US Economic and Trade Relations”, in Chen Shuxun et Charles Wolf, Jr., China, the United States, and the Global Economy, Santa Monica, California: Rand, 2001, 241-246.

5  Françoise Lemoine, L’Économie chinoise, Paris : La Découverte, coll. Repères, 2003, 89-90 ; Gary Clyde Hufbauer, Yee Wong & Ketki Sheth, US-China Trade Disputes: Rising Tide, Rising Stakes, Institute for International Economics, Policy Analyses in International Economics 78, août 2006, 6.

6  À noter que le secrétaire au Trésor, Henry M. Paulson, a contesté la validité de cet argument chinois. Henry M. Paulson, Jr., “A Strategic Economic Engagement: Strengthening US-Chinese Ties”, Foreign Affairs, vol. 87, n° 5, septembre-octobre 2008, 73.

7  Xu Xianquan, op. cit., 242-243.

8  Voir Juliette Bourdin, « L’innovation dans les relations sino-américaines : le cas des droits de la propriété intellectuelle », in Martine Azuelos & Marie-Claude Esposito (Dir.), Les Économies anglo-saxonnes et l'innovation : ressorts, enjeux, influences, Revue LISA/LISA e-journal, vol. IV, n° 1, 2006, 88-108.

9  La Special 301 (Trade Act de 1974 et Omnibus Trade and Competitiveness Act de 1988) permet aux États-Unis d’user de rétorsion contre les États qui ne respecteraient pas les DPI. Avec la Special 301, les services des représentants américains au Commerce ont pour mission de dresser chaque année une « liste rouge » des pays où les DPI sont les plus menacés, d’exiger de ces mêmes pays une meilleure protection de la propriété intellectuelle et, le cas échéant, de les menacer de sanctions si aucune amélioration n’est constatée.

10 USTR, “Results of Out-of-Cycle Review on China”, 2005 Special 301 Report, <http://www.ustr.gov/assets/Document_Library/Reports_Publications/2005/2005_Special_301/asset_upload_file835_7647.pdf>, consulté le 14 septembre 2008. En 2008, le rapport du Représentant au commerce a annoncé que la Chine est maintenue sur la “Priority Watch List”, USTR, 2008 Special 301 Report, <http://www.ustr.gov/assets/Document_Library/Reports_Publications/2008/2008_Special_301_Report/asset_upload_file553_14869.pdf>, consulté le 14 septembre 2008.

11  Voir le site Internet, <http://www.stopfakes.gov/>.

12  Sur le problème de l’imitation comme un autre manque à gagner, voir Donald L. Evans, “China Pressed to Forcefully Attack Intellectual Property Theft”, US International Information Programs, 13 janvier 2005, <http://usinfo.state.gov/ei/Archive/2005/Jan/14-57930.html>, consulté le 3 mai 2005.

13  Le détail des plaintes est donné plus loin. Voir infra, note 30.

14  Voir Robert Sutter, “Why Does China Matter?”, Washington Quarterly, vol. 27, n° 1, hiver 2003-04, 79-80.

15  Françoise Lemoine, L’Économie chinoise, op.cit., 101-102.

16  US-China Economic and Security Review Commission, “China’s Industrial, Investment and Exchange Rate Policies: Impact on the United States—Hearing before the US-China Economic and Security Review Commission”, 108e Congrès, 1re Session, 25 septembre 2003, iii.

17  G. C. Hufbauer, Y. Wong & K. Sheth, op. cit., 13-14.

18  Très critique des pressions américaines pour une réévaluation, Albert Keidel considérait que la parité fixe était adaptée à l’économie chinoise. Voir US-China Business Council, “The Experts Weigh In”, The China Business Review, mai-juin 2005, 12. De même, Richard S. Eckaus comprenait la prudence des autorités chinoises vis-à-vis des dangers que pourrait présenter une monnaie flottante. Voir Richard S. Eckaus, “Should China Appreciate the Yuan?”, Harvard China Review, printemps 2004, 46. C’était aussi l’avis d’Alan Greenspan avant qu’il ne se rallie à la position du département du Trésor. G. C. Hufbauer, Y. Wong & K. Sheth, op. cit., 14.

19  Françoise Lemoine, « Le yuan doit-il être réévalué ? », Centre d’études prospectives et d’informations internationales, La Lettre du CEPII, n° 227, octobre 2003, 1-4 ; et Catherine Gelb, “The Value of the Renminbi”, The China Business Review, septembre-octobre 2003, 53-54.

20  Yong Deng & Thomas G. Moore, “China Views Globalization: Toward a New Great-Power politics?”, Washington Quarterly, vol. 27, n° 3, été 2004, 131-132 ; F. Lemoine, « Le yuan doit-il être réévalué ? », op. cit., 3.

21  CIA World Factbook, “Rank Order—Reserves of Foreign Exchange and Gold”, <https://www.cia.gov/library/publications/the-world-factbook/rankorder/2188rank.html>, consulté le 10 octobre 2008.

22  D’ailleurs, Clinton décrivait le même phénomène à propos du Japon en 1993. Voir Bill Clinton, “Remarks by the President to Students and Faculty of Waseda University—Tokyo, Japan”, 7 juillet 1993, The White House, Office of the Press Secretary, <http://clinton6.nara.gov/1993/07/1993-07-07-presidents-speech-to-waseda-university.html/>, consulté le 3 juin 2006.

23  K.C. Fung, Lawrence J. Lau, & Joseph S. Lee, U.S. Direct Investment in China, Washington, DC: The AEI Press, 2004, 126.

24  “The result is a historically unusual relationship in which the rising power, developing China, provides both exports (second-leading supplier) and loans (second-leading foreign holder of government debt) to the superpower, the industrialized United States.” Y. Deng & T. G. Moore, op. cit., 132.

25  Fereydoun Khavand, « La diplomatie commerciale dans les nouveaux rapports de force », in Pascal Chaigneau (Dir.), Enjeux diplomatiques et stratégiques 2004, CEDS (Centre d’études diplomatiques et stratégiques), Paris : Economica, 2004, 95.

26  Voir OMC, « Règlement des différends : Affaire DS252 – États-Unis – Mesures de sauvegarde définitives à l’importation de certains produits en acier ».

27  US Trade Representative, “The US-China JCCT: Outcomes of Major US Trade Concerns”, 21 avril 2004, <http://www.ustr.gov/Document_Library/Fact_Sheets/2004/Section_Index.html>, consulté le 20 septembre 2005.

28  US Department of the Treasury, “Fact Sheet Creation of the US-China Strategic Economic Dialogue”, 20 septembre 2006, <http://www.ustreas.gov/press/releases/hp107.htm>, consulté le 15 novembre 2006.

29  “The Administration remains committed to resolving the United States’ concerns through all available means. The Administration’s preference is to resolve those concerns through bilateral consultations in a timely and effective manner. If bilateral efforts are not successful, however, the Administration is fully prepared to enforce U.S rights through other means, including dispute resolution at the WTO.” USTR, “2003 Report to Congress on China’s WTO Compliance”, 11 décembre 2003, 8.

30  Voir OMC, « Règlement des différends : Affaire DS309 – Chine – Taxes sur la valeur ajoutée frappant les circuits intégrés » (reçue le 18 mars 2004) pour laquelle une solution bilatérale a été trouvée ; « Affaire DS340 – Chine – Mesures affectant les importations de pièces automobiles » (reçue le 30 mars 2006) ; « Affaire DS358 – Chine – Certaines mesures accordant des remboursements, réductions ou exonérations d’impôts et autres versements » (reçue le 2 février 2007) pour laquelle une solution bilatérale a été trouvée en décembre 2007 ; « Affaire DS362 – Chine – Mesures affectant la protection et le respect des droits de propriété intellectuelle » (reçue le 10 avril 2007) ; « Affaire DS363 – Chine – Mesures affectant les droits de commercialisation et les services de distribution pour certaines publications et certains produits de divertissement audiovisuels » (reçue le 10 avril 2007) ; « Affaire DS373 – Chine – Mesures affectant les services d’informations financières et les fournisseurs étrangers d'informations financières » (reçue le 3 mars 2008).

31  Pour les trois différends, voir OMC, « Règlement des différends : Affaire DS252 – États-Unis – Mesures de sauvegarde définitives à l’importation de certains produits en acier (reçue le 26 mars 2002) ; « Affaire DS368 – États-Unis – Déterminations préliminaires en matière de droits antidumping et compensateurs concernant les feuilles de papier couché sans bois en provenance de Chine » (reçue le 14 septembre 2007) ; « Affaire DS379 – États-Unis – Droits antidumping et droits compensateurs définitifs visant certains produits en provenance de la Chine » (reçue le 19 septembre 2008).

32  L’expression de « dissuasion économique » commence d’ailleurs à se diffuser, comme l’a indiqué Jonathan D. Pollack au Congrès, US Congress, “America and Asia in a Changing World: Hearing before the Subcommittee of the Committee on International Relations House of Representatives”, 109e Congrès, 2e Session, 21 septembre 2006, 39.

33  Cette expression vient de la stratégie conçue dans les années 1960 par le secrétaire à la Défense Robert S. McNamara, notamment après la crise des missiles de Cuba en 1962.

34  Consulté sur le site du candidat républicain, John McCain et Sarah Palin, “National Security”, <http://www.johnmccain.com>, consulté le 29 juillet 2008) (page également archivée à l’adresse suivante : <http://www.civnet.org/UserFiles/File/Alex/JohnMcCain%20com%20-%20National%20Security.pdf>.)

35  Voir Barack Obama, et Joe Biden, “Barack Obama and Joe Biden: Protecting U.S. Interests and Advancing American Values in Our Relationship with China”, juin 2008, <http://www.barackobama.com/pdf/FactSheetChina.pdf>, consulté le 29 juillet 2008.

36  “With the United States heavily dependent on China to buy the Treasury bonds needed to finance a bailout of the American financial system, the Bush administration has stopped criticizing China’s trade and currency policies.” Keith Bradsher, “China Plans to Bolster Its Slowing Economy”, The New York Times, 21 octobre 2008, 9. Voir également Jim Yardley & Keith Bradsher, “China, an Engine of Growth, Faces a Global Slump”, The New York Times, 23 octobre 2008, 6.

37  Il semble même que l’administration Bush ait mis en place un plan de sauvetage du système financier entre autres parce que la Chine aurait menacé de ne pas continuer à acquérir des bons du Trésor si Washington ne stabilisait pas les marchés. Voir David Rothkopf, “9/11 Was Big. This Is Bigger”, The Washington Post, 5 octobre 2008, B01.

38  “Superpowers do not normally ask their diplomats to reassure other nations on questions of credit-worthiness.” Lawrence Summers cité par Bob Davis, “The Financial Crisis – The Outlook: Financial Troubles Humble U.S.”, The Wall Street Journal, 28 septembre 2008, A2.

39  Ibid.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Graphique 1
Crédits Source : United States Census Bureau, <http://www.census.gov>
URL http://lisa.revues.org/docannexe/image/3436/img-1.png
Fichier image/png, 5,1k
Titre Graphique 2
Crédits Source : STOP et Bush Administration, “Strategy for Targeting Organized Piracy: Accomplishments and Initiatives”, Office of the U.S. IPR Coordinator, 3 septembre 2007, <http://www.stopfakes.gov/​pdf/​Memo_STOP_Sheet_September_2007.pdf>, consulté le 11 septembre 2008.
URL http://lisa.revues.org/docannexe/image/3436/img-2.png
Fichier image/png, 5,8k
Titre Graphique 3
Crédits Source: US Department of the Treasury / Federal Reserve Board, “Major Foreign Holders of Treasury Securities”, 23 avril 2007, <http://www.treas.gov/​tic/​mfh.txt>, consulté le 15 mai 2007.
URL http://lisa.revues.org/docannexe/image/3436/img-3.png
Fichier image/png, 8,3k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Juliette Bourdin, « Les relations économiques sino-américaines pendant les années Bush (2001-2008) : vers une stratégie de « dissuasion économique » ? », Revue LISA/LISA e-journal, Vol. VIII - n°1 | -1, 221-242.

Référence électronique

Juliette Bourdin, « Les relations économiques sino-américaines pendant les années Bush (2001-2008) : vers une stratégie de « dissuasion économique » ? », Revue LISA/LISA e-journal [En ligne], Vol. VIII - n°1 | 2010, document 12, mis en ligne le 04 mars 2010, consulté le 19 décembre 2014. URL : http://lisa.revues.org/3436 ; DOI : 10.4000/lisa.3436

Haut de page

Auteur

Juliette Bourdin

Juliette Bourdin est Maître de conférences en civilisation américaine à l’Université Paris VIII – Saint-Denis. En 2007, elle a soutenu une thèse sur « Les relations sino-américaines de Tiananmen à la présidence de George W. Bush (1989-2006): une analyse des enjeux économiques et stratégiques à la lumière de l’Histoire », à l’Université de la Sorbonne Nouvelle. Elle participe également aux travaux de recherche du CERVEPAS (Centre d’Études et de Recherche sur la vie économique des pays anglo-saxons).

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Presses Universitaires de Rennes

Haut de page
  • Revues.org