Navigation – Plan du site
Monde du travail, questions sociales et sociétales
7

L’environnement naturel et le changement climatique pendant les années Bush : la pertinence d’une différenciation des échelles territoriales

Climate Change and the Natural Environment in the Bush Years: The Relevance of Territorial Scale Differentiation
Cynthia Ghorra-Gobin
p. 124-137

Résumés

L’attitude de l’administration fédérale au cours des huit années de l’administration Bush contraste avec celle du contexte des années 1960-1970 pour ce qui concerne la prise en compte de l’environnement naturel dans les décisions économiques. Toutefois, cet engagement limité du président Bush sur la question du changement climatique dans les débats internationaux n’a pas pour autant réduit les capacités de mobilisation des États et des villes sur ce thème.

Haut de page

Texte intégral

  • 1    Rachel Carson, Silent Spring, Londres : Penguin Books, 1962.

1La thématique de l’environnement naturel en général et celle du changement climatique de ce début de XXIe siècle s’inscrivent en grande partie dans la lignée d’un débat scientifique et politique remontant aux années 1960-1970. Tout américaniste se souvient de l’ouvrage magistral de Rachel Carson1 adressant une critique acerbe au capitalisme industriel non pour prendre la défense de la classe ouvrière (un courant des sciences sociales remontant à la fin du XIXe siècle), mais pour la non-prise en considération de la nature dans les choix techniques et les décisions économiques, dans deux secteurs stratégiques pour la croissance économique, l’industrie et l’agriculture. Carson, une scientifique reconnue travaillant au sein de l’administration fédérale (Fish and Wildlife Service) fut aussitôt vilipendée par la presse qui la qualifia d’« hystérique ». Les patrons de quelques entreprises de produits chimiques s’étaient même organisés pour empêcher un temps la publication du livre. Puis compte tenu du rythme de vente enregistré par cet ouvrage, le président Kennedy se résigna à le lire et à organiser une conférence de presse où il annonça la création d’une commission ayant pour mission de prendre en compte les critiques énoncées dans Silent Spring afin de définir le positionnement de l’État fédéral sur la prise en compte de la thématique environnementale et le rôle qu’il devait jouer. L’État fédéral opta pour la création d’une administration fédérale dédiée à la question de l’environnement qui fut mise en place en 1970, sous la présidence de Nixon. Plus tard, la création de l’EPA (Environmental Protection Agency) servit de modèle à d’autres États.

2La pensée de Rachel Carson, qui a initié un mouvement politique accordant toute sa légitimité à une prise en compte explicite de la question environnementale dans les décisions économiques et qui a placé les États-Unis à l’avant-garde d’un mouvement mondial, présente l’originalité de resituer l’être humain et les sociétés dans le contexte naturel et s’avère une pensée toujours d’actualité. La nature n’est pas un simple cadre dans lequel évoluent les sociétés mais est en interaction avec celles-ci. Dans les chapitres 12 et 15, intitulés «The Human Price» et «Nature Fights Back», Rachel Carson écrit :

The balance of nature is not a status quo; it is fluid, ever shifting, in a constant state of adjustment. Man, too, is part of this balance, sometimes the balance is in his favour; sometimes it is shifted to his disadvantage.

If Darwin were alive today the insect world would delight with its impressive verification of the survival of the fittest. Under the stress of intensive chemical spraying the weaker members of the insect population are being weeded out. Now in many areas and among many species only the strong and fit remain to defy our efforts to control them.

  • 2    Al Gore, Earth in Balance, Forging a New Common Purpose, Londres : Earthscan, 1992.
  • 3   L’Anthropocène est le terme créé et utilisé par certains scientifiques, dont Paul Crutzen, pour d (...)
  • 4    Dans l’ensemble, les scientifiques partagent la thèse de Crutzen mais se méfient de sa  proposit (...)

3Ces deux extraits de l’ouvrage publié en 1962 – qui plus tard a largement influencé le travail d’Al Gore2 – anticipent avec clarté la formulation en 2000 de la notion de l’ère anthropocène. L’ère anthropocène se définit comme l’ère terrestre – ayant succédé à l’ère holocène – où les activités humaines participent désormais de la force géologique, comme le définit le prix Nobel de chimie Paul Joseph Crutzen, reconnu pour ses travaux sur l’altération de la couche d’ozone, et son ami Eugene F. Stoermer3. Depuis le début du régime industriel, explique la thèse de Crutzen, les activités humaines auraient modifié sensiblement la biosphère ainsi que la géologie planétaire4. La thèse de Crutzen n’est pas si différente de celle défendue depuis vingt ans par James Hansen, un climatologue de renommée mondiale qui dirige le Goddard Institute for Space Studies, un laboratoire de la NASA.

4Aussi après avoir mis en évidence le positionnement d’avant-garde de l’administration fédérale dans les années 1960-1970 au sujet de la prise en compte de l’environnement naturel dans les décisions économiques, l’analyse souligne le contraste entre une attitude a priori de laisser-faire du président Bush et les capacités d’organisation et de mobilisation des États et des villes.

La stratégie de l’État fédéral

5Les États-Unis sont perçus comme un pays assez paradoxal : en effet, l’« empreinte écologique » d’un Américain est largement supérieure à l’empreinte écologique d’un Européen, d’un Africain ou d’un Asiatique et l’opinion publique mondiale a l’impression que les Américains ne sont pas prêts à remettre en cause leur mode de vie. En fait, le président Bush a opté pour une stratégie politique peu aisée mais qui semble porter ses fruits consistant à inclure les pays émergents dans les accords internationaux.

Principaux pays émetteurs de CO² en 2005 (en millions de tonnes)

USA*

5 817

Chine

5 060

Russie

1 544

Japon

1 214

Inde

1 147

Allemagne

813

Canada

549

Royaume-Uni

530

Total monde

27 136

* 5% de la population mondiale

Source : Agence Internationale de l’Energie

Le président Bush semble ignorer le changement climatique

6 Le président Bush n’a pas ratifié le protocole de Kyoto entré en vigueur en 2005 et signé par 160 pays. Ce positionnement a été expliqué dans un document de l’Office of the Press Secretary du 16 avril 2008 dans lequel le président Bush considère que son administration a opté pour une approche rationnelle et équilibrée s’inscrivant par ailleurs dans la perspective du progrès technologique :

[…] my administration has taken a rational, balanced approach to these serious challenges. We believe we need to strengthen our energy security. We believe we need to grow our economy. We believe the only way to achieve these goals is through advances in technology…

[…] a number of nations around the world were preparing to implement the flawed approach of Kyoto Protocol in 1997 but the Senate took a look at the Kyoto approach and passed a resolution opposing this approach by a 95% to nothing vote…

  • 5  “Remarks by the President on Climate Change, April 16, 2008”. <http://www.climatevision.gov/statem (...)

[…] the impact of this agreement, however, would have required the United States to limit our economic growth […] and to shift American jobs to other countries—while allowing major developing nations to increase their emissions. Countries like China and India are experiencing rapid economic growth—and that’s good for their people and it’s good for the world. This also means that they are emitting increasingly large quantities of greenhouse gases which have consequences for the entire global climate5.

  • 6     Cette thématique fut toutefois réintroduite en 2005 au sein du G8 grâce à la diligence de  Tony (...)
  • 7     Cette décision prise en mai 2007 fut annoncée lors de la rencontre du G8 à Heiligendamm (Allema (...)

7À son arrivée à la Maison Blanche en 2001, le président Bush avait refusé de prendre la perspective des accords de Kyoto sérieusement et exigé du G8 d’éviter de mettre la thématique du changement climatique à l’ordre du jour pour la cantonner dans le cadre des discussions au sein des Nations Unies6. Mais en 2007, le président George W. Bush semble changer d’attitude en invitant à Washington 16 pays ainsi que l’Union Européenne et l’Organisation des Nations Unies à une conférence internationale sur le climat les 27 et 28 septembre pour discuter du changement climatique7. D’où l’usage du terme MEM (major economies meetings) ou Energy Security and CC meetings, pour qualifier ces rencontres réunissant 17 pays, responsables ensemble de 80 % de la production de GES (gaz à effet de serre). Il est alors question de discuter d’un calendrier visant la réduction des GES. Outre les pays membres du G8 (États-Unis, Royaume-Uni, Canada, France, Allemagne, Italie, Japon, Russie), la conférence inclut la Chine, l’Inde, l’Indonésie, la Corée du Sud, le Mexique, le Brésil, l’Afrique du Sud et l’Australie, et se donne pour objectif de préparer la conférence des Nations Unies de décembre 2007 à Bali. Ces deux rencontres internationales n’ont pas vraiment représenté une avancée majeure aux yeux de l’opinion publique mondiale. Toutefois, il faut retenir qu’elles ont permis aux pays émergents de se joindre aux pays industrialisés et que les deux groupes se sont mis d’accord pour mettre au point des indicateurs quantifiables afin d’évaluer les mesures nationales visant à réduire la production de GES. À Bali, l’Union Européenne a proposé une réduction des émissions de GES des pays développés de l’ordre de 25 % à 40 % à l’horizon 2020 en prenant comme année de référence 1990. Ce chiffre s’appuyait sur le rapport du Groupe Intergouvernemental sur l’Évolution du Climat (GIEC) souhaitant limiter à 2°C le réchauffement climatique à l’horizon 2050, mais il n’a pas été accepté par les États-Unis.

8Après Washington en 2007, les 16 pays et l’Union Européenne se sont retrouvés dans le cadre de la conférence de Paris les 17 et 18 avril 2008 pour une deuxième rencontre, au cours de laquelle le président Bush a affirmé une fois de plus qu’il fallait réduire les GES et imaginer un accord-cadre international pour l’après 2012. En fait, le président Bush a une fois de plus déclaré qu’il fallait que l’ensemble des pays responsables de 80 % des émissions de GES et de 80 % de la consommation électrique s’efforcent de briser le lien entre croissance économique et GES. L’idée d’un « découplage » entre croissance économique et pollution a ainsi fait son chemin et a autorisé une nouvelle phase des échanges internationaux : il était dit de manière explicite que tout pays enregistrant une croissance économique devait participer aux accords internationaux visant à réduire les GES. Après la réunion du printemps 2008 à Paris (réunion limitée à quelques pays), les ministres de 150 États se sont retrouvés au mois d’août 2008 à Accra (non loin du bassin forestier du Congo) dans le cadre des Nations Unies. Cette réunion se donnait pour objectif de préparer celle de Poznan (Pologne) prévue pour décembre 2008, la dernière réunion avant la signature d’un accord international à Copenhague en 2009. Les réunions internationales des Nations Unies sont placées sous la direction d’Yvo de Boer, le secrétaire exécutif de la Convention des Nations Unies sur les changements climatiques (CNUCC), et l’accord de Copenhague (2009) est destiné à prendre la suite du protocole de Kyoto qui se termine en 2012.

Expliquer l’amorce du revirement à partir de 2007

9Au printemps 2008, Bush s’est engagé à réduire le taux de croissance des émissions de GES et à faire en sorte qu’il tende vers zéro à l’horizon 2025. Ces mesures, bien qu’intéressantes, sont loin d’être équivalentes à celles proposées par l’Union Européenne qui a pris l’engagement de réduire de 20 % ses GES d’ici 2020. Mais elles signalent l’amorce d’un revirement du côté de l’État fédéral. La multiplication des ouragans ayant détruit une grande partie de La Nouvelle-Orléans et entraîné de nombreux décès et victimes ainsi que la publication de nouveaux résultats de recherche par les scientifiques du GIEC ont contribué à modifier les représentations d’une opinion publique de plus en plus sensible à ce thème.

  • 8    L’échelle de Saffir-Simpson est l’échelle de classification de l’intensité des cyclones tropicau (...)
  • 9     En effet pour qu’un cyclone puisse se former, la mer doit être à une température d’au moins 26° (...)
  • 10   Les intempéries touchent également le sud des États-Unis comme la Géorgie et la Floride ainsi que (...)

10Les dégâts occasionnés par les ouragans, qui ont dévasté les côtes américaines en 2004 et en 2005, ont relancé la polémique scientifique sur l’augmentation de l’activité cyclonique et sur les causes de son intensité. Les données relevées entre le 1er juin et le 30 novembre 2005 indiquent que vingt-sept tempêtes tropicales se sont formées dans l’Atlantique nord (la moyenne se situant entre 10 et 11) et que quinze d’entre elles ont évolué en ouragans. Trois d’entre elles ont atteint le cinquième et ultime degré de l’échelle de Saffir-Simpson, avec des vents approchant ou dépassant les 300 km/h8. La saison 2005 succédait à celle de 2004 également jugée exceptionnelle. Mais si deux saisons violentes ne sont pas en mesure de former une tendance, la majorité des climatologues s’accordent pour dire que depuis 1995, le bassin de l’Atlantique nord a connu un plus grand nombre de phénomènes cycloniques et de plus en plus violents. L’énergie moyenne dissipée par les cyclones tend également à augmenter : les vents sont plus rapides et la durée de vie du cyclone s’allonge en raison de la forte augmentation des températures de surface des eaux océaniques9. Le bassin de l’Atlantique nord est au centre de l’attention en raison de la présence de puits de pétrole et d’infrastructures pétrolières installées autour du golfe du Mexique10.

  • 11  Ce point de vue est confirmé par le Center for Naval Analysis qui confirme que l’armée américaine (...)

11La publicisation des travaux scientifiques du GIEC a modifié les réflexions menées au sein de l’armée américaine (US Army) qui a confirmé l’impératif de repenser la stratégie américaine en fonction de la nouvelle donne, le changement climatique. Pour le commandement de l’armée américaine, les États-Unis doivent passer de la guerre contre le terrorisme à la notion de « sécurité soutenable » et prendre désormais en compte les facteurs de déstabilisation liés aux sécheresses, épidémies et manques d’eau. En effet, une situation d’urgence peut entraîner de grands pays à s’approprier les ressources hydriques contrôlées ou utilisées par ses voisins. Il est également noté que l’ouverture prochaine d’une route maritime traversant l’océan Arctique libéré de la banquise, est perçu comme un enjeu stratégique. Pour l’Institute for Defense Analysis, l’armée doit se préparer à des opérations humanitaires, adapter ses infrastructures côtières et élaborer une structure énergétique11.

  • 12   Jared Diamond, Collapse. How Societies Choose To Fail or Succeed, Londres: Penguin Books, 2005. T (...)
  • 13    Le documentaire d’Al Gore s’intitule Une vérité qui dérange et il a été diffusé en 2007. (...)

12Ce virement s’explique également par la diffusion de l’ouvrage du géographe de l’Université de Californie à Los Angeles (UCLA), Jared Diamond12, intitulé Effondrement, ainsi que du film d’Al Gore13. En optant pour une démarche d’archéologue, le géographe Diamond a associé l’idée du déclin d’une civilisation à son incapacité à prendre en compte le changement climatique. Son analyse s’appuie sur une comparaison entre l’histoire du peuple Maya et des civilisations urbaines de l’Inde et du Proche-Orient. Le film d’Al Gore, et plus précisément la carte indiquant la hausse du niveau des océans et les risques et dangers pour les infrastructures urbaines de certaines villes, a sensibilisé l’opinion publique et décidé les élus à s’engager dans de nouvelles politiques urbaines et des programmes d’adaptation.

13Toutefois, outre la catastrophe Katrina et les résultats des travaux scientifiques, l’amorce d’un revirement du président Bush n’est pas étrangère aux décisions de la Cour Suprême qui a infligé, le 2 avril 2007, un revers à George Bush par 5 voix contre 4. Les sages de la nation ont donné tort à l’Agence de protection de l’environnement (EPA) qui, sous l’administration Bush, avait estimé qu’elle n’était pas tenue de mesurer ni de réglementer les émissions de GES. Le Massachusetts avait porté plainte avec l’appui de 11 États en soutenant que les gaz étaient des polluants et que l’État fédéral se devait de les combattre en vertu de la loi sur la propreté de l’air (1972). Sans se prononcer sur le lien entre GES et changement climatique, la Cour Suprême a jugé que l’EPA avait bien autorité pour réguler les émissions provoquées par le transport automobile et que si elle ne voulait pas le faire, elle devait présenter des arguments scientifiques. Face à cette déclaration, les constructeurs automobiles ont souhaité la mise au point de normes fédérales devant désormais s’imposer à tous les secteurs de l’économie.

  • 14    Voir le site <www.us-cap.org>.

14À partir de 2007, le Natural Resources Defense Council et d’autres associations comme le World Resources Institute ont été à l’initiative du US Climate Action Partnership qui réunit vingt-sept entreprises américaines (telles que Caterpillar, Alcoa et General Electric) et s’est prononcé en faveur d’une réduction des gaz à effet de serre des industriels de 60 % pour le milieu du siècle14. L’objectif de la coalition revient à souligner l’engagement des entreprises et son souhait d’exercer un pouvoir de lobby auprès des membres de la Chambre des Représentants en faveur d’une législation précise sur ce sujet. Les entreprises américaines exigent l’établissement de normes de la part de l’État fédéral afin de revoir de manière efficace et performante les critères de gestion et de se doter d’une gestion stratégique dans le domaine. En février 2007, deux géants américains également qualifiés de « grands pollueurs », DuPont, et PG&E (la compagnie privée de gaz et d’électricité californienne), ont demandé à la commission de l’environnement de la Chambre des représentants, de prendre en compte leur demande de normes fédérales ainsi que la création d’une bourse des émissions.

15Les industriels se sont tournés vers l’État fédéral parce qu’ils craignaient de se retrouver face à un patchwork de règlements à l’initiative de chacun des États fédérés et parce qu’ils se souciaient, par ailleurs, d’intégrer le changement climatique pour se positionner sur le marché global.

Les États fédérés et les acteurs locaux : un positionnement autre

  • 15    Paul Hawken, The Ecology of Commerce, Collins, collection Business, 1994.
  • 16   Consulter le site <www.nrdc.org>. Cette association non lucrative (non-profit corporation), qui d (...)
  • 17      <www.thecro.com>, The Corporate Responsibility Officer, consulté le 18 novembre 2008.   (...)

16Contrairement à l’État fédéral, les États fédérés et les acteurs locaux ont saisi les enjeux du changement climatique et des rencontres internationales autour de ce thème, parallèlement aux entreprises. Les associations de défense de l’environnement insistent sur le rôle pionnier de l’ouvrage de Paul Hawkenparu en 1994, qui a permis aux entreprises de prendre conscience de l’état de l’environnement dans leurs stratégies15. Certaines d’entre elles, comme le Natural Resources Defense Council localisé à New York16 et le World Resource Institute, n’ont pas hésité à se rapprocher des entreprises pour les aider à innover. Par ailleurs, une revue publiée en ligne, Corporate Responsibility Officer, indique tous les ans les cent meilleures entreprises américaines prenant en compte l’environnement : en 2008, Intel, spécialiste des composants électroniques s’est retrouvé au premier rang17. Aussi, sans se limiter uniquement à la prise en compte du « risque environnemental », les responsables des entreprises pour l’environnement, ou sustainability officers, commencent à travailler conjointement avec des ONG. Les médias citent facilement l’exemple de Google, en raison du positionnement affirmé de ses fondateurs Sergey Brin et Larry Page pour se situer dans la catégorie des entrepreneurs « écoresponsables ». D’ailleurs, le siège social de cette entreprise, localisé à Mountain Views (Silicon Valley), est en train de se parer de panneaux photovoltaïques. On parle ainsi du Googleplex.

Les États fédérés

17Parmi les États fédérés, la Californie se positionne de manière paradoxale : tout en se situant au douzièmerang des États pollueurs au niveau mondial et tout en étant reconnue coupable de 10 % du total des CO² émis par les États-Unis, elle se qualifie d’État Clean Tech (Clean Technologies). Ce statut s’explique en raison du montant des investissements financiers en faveur de l’innovation technologique visant à réduire la production de GES afin de permettre l’avènement d’une économie sobre en carbone. Les industries de haute technologie de l’État ont organisé le Clean Tech Investor Summit à Palm Springs (Californie du sud) en 2007 où figuraient Arnold Schwarzenegger et Al Gore. La paternité de l’expression Clean Tech Revolution, également utilisée par les médias, revient aux entrepreneurs Ron Pernick et Clint Wilder dans leur ouvrage Clean Tech Revolution où ils font ainsi référence à l’usage d’énergies propres comme les énergies, éolienne, solaire, les biocarburants et l’hydrogène. De nombreuses start ups de la Silicon Valley et de la Sacramento Valley s’y consacrent. Le gouverneur républicain de la Californie doit d’ailleurs sa réélection, en novembre 2007, à son programme en faveur de l’environnement visant à réduire de 20 % les GES d’ici à 2020.

  • 18     Voir le site <www.gosolarcalifornia.org>, consulté le 18 novembre 2008. Ce programme a été étab (...)

18La Californie a ainsi mis au point un programme baptisé California Solar Energy, permettant aux propriétaires de logements de bénéficier de crédits d’impôts s’ils investissent dans des énergies renouvelables18. Les fournisseurs d’électricité, Edison et Pacific Gas & Electric, ont mis en service un ambitieux programme de net metering, soit des compteurs informatisés qui calculent la consommation nette. Un logement consommant plus de courant qu’il n’en produit peut s’alimenter sur le réseau électrique et le compteur relève la consommation. Mais si ce même bâtiment consomme moins d’électricité qu’il n’en génère, il peut le revendre au réseau au même tarif que celui acheté. Les viticulteurs de la Nappa Valley sont branchés sur ce système. La Californie exige également des fournisseurs d’électricité qu’ils incluent 20 % d’énergies renouvelables (éoliennes ou biomasse ou énergie solaire). L’État accorde des avantages fiscaux aux fournisseurs d’électricité qui sont en mesure de faire baisser la consommation de leurs clients. On parle ainsi des green enclaves au sein de l’État de Californie, pendant que d’autres dénomment la Silicon Valley a biocluster.

  • 19     Voir le site <www.nesea.org>, consulté le 18 novembre 2008.
  • 20     Voir le site <www.theclimateregistry.org>, consulté le 18 novembre 2008.

19La Californie, tout en étant exemplaire, n’est pas le seul État fédéré à inclure le changement climatique dans sa stratégie de développement. Sept États de la côte ont également choisi de limiter la production de GES et neuf États ont rejoint la Californie en imposant l’usage de voitures propres. Les sept États de la mégalopole américaine – qui va de Boston à Washington – ont établi un programme commun, Northeast States for Coordination Air Use, qui propose une baisse de 10 % des émissions de CO² d’ici 2019. On parle d’un mini Kyoto19. Le Texas est devenu l’État qui produit le plus d’énergie à partir d’éoliennes, une place qui jusqu’en 2007 était détenue par la Californie. Il s’est doté d’offshore wind farms en important des turbines pour le moment made in Europe. Des industriels texans souhaitent d’ailleurs se lancer dans la production industrielle de ces engins. La liste des États ayant mené des actions et programmes pour diminuer les émissions de GES n’est pas limitée à quelques-uns comme l’indique le site du Climate Registry qui regroupe 31 États20.

Les villes

  • 21     Voir le site <www.usmayors.org/climateprotection>, consulté le 18 novembre 2008.
  • 22     Voir le site <www.cdproject.net>, consulté le  18 novembre 2008. (...)

20Les grandes villes d’Amérique se sont emparées de la thématique du changement climatique. En octobre 2005, l’année de la signature du protocole de Kyoto, 323 maires ont annoncé qu’ils prendraient des mesures allant dans le sens du protocole de Kyoto. Suite à l’appel du maire de la ville de Seattle, Greg Nickels, ils se sont réunis en octobre 2006 à Santa Barbara pour y tenir une Conférence sur le thème de l’environnement, au cours de laquelle la US Mayors Climate Protection Agency a été adopté à l’unanimité21. Le programme prévoit de réduire de 7 % les GES d’ici 2012. La plupart des villes ont décidé de procéder à un renouvellement progressif du parc automobile municipal en achetant des véhicules propres et en contraignant les usines à respecter le plafond légal. À Santa Barbara, il fut question de signaler par un tracé bleu sur les façades des bâtiments, le niveau de la mer si la fonte des neiges de l’Arctique s’accélérait afin de sensibiliser l’opinion publique. Le maire de Los Angeles, Antonio Villaraigosa, a choisi de planter un million d’arbres dans sa ville d’ici la fin de son mandat tout en encourageant les entreprises à se doter de bâtiments réduisant la facture énergétique. Au cours de l’été 2008, vingt et une grandes villes américaines ont annoncé qu’elles allaient mesurer leurs émissions de GES, en d’autres termes établir un Bilan Carbone en faisant appel au Carbon Disclosure Project, un consortium de 385 investisseurs basé à Londres et ayant mis au point une méthodologie pour procéder à l’évaluation de la production de GES22. Les villes ont demandé que chacun de leurs services ou départements administratifs et opérationnels soient ainsi évalués.

  • 23     Consulter le site <www.nyc.gov>, consulté le 18 novembre 2008.

21À New York, suite au rapport du GIEC publié en avril 2007 et annonçant l’élévation du niveau de la mer, le maire Michael Bloomberg s’est entouré d’une commission de scientifiques, d’experts et d’urbanistes, le Sustainability Advisory Board,pour mettre au point un programme23. Il souhaite œuvrer pour la mixité sociale et se propose de faire en sorte que tout ménage réside à dix minutes à pied d’un parc. L’ancien maire de Londres Ken Livingstone avait lancé en 2005, soit avant l’élection de Boris Johnson, l’idée d’une Conférence de maires sur le changement climatique qui aurait lieu tous les deux ans afin de permettre des échanges d’informations entre les administrations et les chercheurs. La première s’est tenue à Londres en 2007 et la seconde deux ans plus tard (2009) à New York. En 2008, le maire de Chicago, Richard Daley, et le maire de New York, Michael Bloomberg, ont également créé des Task Forces regroupant les services de la ville, des agences gouvernementales et entreprises privées pour travailler plus précisément sur les risques liés au changement climatique et mesurer la vulnérabilité de la population. Certaines villes américaines participent aux travaux de l’Organisation internationale des Cités et Gouvernements Locaux Unis (CGLU, United Cities and Local Governments), association reconnue par les Nations Unies et l’OCDE, qui sera un partenaire des États pour la signature de l’accord international de Copenhague faisant suite aux accords de Kyoto, soit pour la période après 2012. Il est vrai que les villes de la planète produisent 80 % des GES et consomment 75 % de l’énergie.

22Les villes américaines sont également mises en scène dans des revues professionnelles comme Green Building. La ville d’Austin est souvent mise en scène en raison des travaux menés dans le bâtiment de la mairie où les façades sont parées de panneaux photovoltaïques. La mairie d’Austin figure ainsi comme le premier bâtiment public ayant reçu le label LEED (Leadership in Energy and Environmental Design), un label conféré par le US Green Building Council. Les revues professionnelles citent le nom de l’architecte Ray Kappe, d’Ocean Park (Californie), pour ses capacités à utiliser différents types de technologie verte. Kappe parle de maison « zéro carbone » et de construction verte et durable.

  • 24     Voir le site <www.texasbusinessforcleanair.org>, consulté le 18 novembre 2008.

23Les médias américains ont, par ailleurs, largement relaté l’histoire de la bataille qui a opposé en 2006 Charles Anderson, représentant à l’Assemblée législative du Texas, à Texas Utilities, TXU, premier fournisseur d’électricité du Texas. Le conflit a commencé au moment où TXU a annoncé la construction d’une centrale à charbon dans le comté de Waco dont la population se situe autour de 140 000 habitants. La ville de Waco est connue pour avoir accueilli la secte des Davidiens (dont le bâtiment fit l’objet d’une attaque par la police) et pour être habitée majoritairement par des Républicains. Le culte dominant est le baptisme et la majorité de la population a voté pour le président Bush en 2000 et 2004. L’ancien président Jimmy Carter (lui aussi un fervent baptiste), a organisé en 2005 une convention à Atlanta au cours de laquelle il a invité des écologistes de Waco, comme Mary Darden. Suite à cette convention baptiste et suite au cyclone Katrina, les Baptistes ont commencé à se mobiliser en faveur du changement climatique et de la prise en compte de l’environnement dans les décisions stratégiques. Charles Anderson, un Républicain du Texas, a alors pris l’initiative de remettre en cause la décision de TXU et a choisi de se rapprocher de l’association Keep Waco Green. Des hommes d’affaires texans ont de leur côté crée le Texas Business for Clean Air24. La coalition des forces en présence a permis de faire capoter le projet de TXU et, au début de l’année 2008, TXU a été repris par un fonds d’investissement. Cette histoire locale permet d’illustrer le positionnement des Évangéliques américains du sud en faveur du changement climatique. L’État fédéral a exprimé une certaine sympathie pour la cause du changement climatique après la mobilisation de l’opinion publique suite au désastre de Katrina à partir de 2005 alors que les États fédérés et les villes avaient déjà commencé à y travailler.

Le changement climatique à l’heure des années Bush : le contraste entre l’État fédéral et les États fédérés risque-t-il de se réduire ?

  • 25   Il faut préciser que si le point de vue de Hansen a été fortement contesté au sein de son institu (...)

24Contrairement aux années 1960-1970, pendant les années Bush, les États-Unis n’ont pas vraiment été à l’avant-garde d’une dynamique sociale, politique et économique visant à inclure le changement climatique dans ses stratégies de développement. Le président Bush a refusé de signer le protocole de Kyoto mais il n’a pas pour autant empêcher toute recherche sur cette thématique. L’État fédéral a versé 3 milliards de dollars pour la recherche de nouvelles technologies et 2 milliards pour l’étude du climat25. Sur la thématique du changement climatique, le président Bush a en fait adopté une attitude principalement politique, visant à inclure les pays émergents (notamment les puissances émergentes comme la Chine, l’Inde et le Brésil) dans les négociations internationales alors que jusque-là les accords (comme le confirment les accords de Kyoto) n’avaient concerné que les pays industrialisés. Le président Bush a reconnu l’importance stratégique des pays émergents dans les négociations internationales.

25Le contraste entre l’État fédéral et les États fédérés risque de se réduire après la fin de la présidence de George W. Bush dans la mesure où le changement climatique ne s’inscrit pas dans le clivage républicain/démocrate. En 2008, les deux candidats à la Maison Blanche étaient en faveur d’une politique visant à réduire la production de GES. Certains médias ont d’ailleurs repris plusieurs fois l’argument du candidat républicain affirmant combien la question de l’énergie relevait d’un impératif politique. Ce dernier avait rejoint Joe Lieberman (un ancien démocrate) pour élaborer une loi visant à imposer une limite aux émissions de GES. À la fin de son mandat le président Bush, préoccupé par l’image d’un président peu soucieux de l’environnement, souhaitait être à l’initiative de la préservation d’une « réserve marine » au cœur du Pacifique. Il s’agit d’un espace de 2,3 millions de km2 concernant les îles Samoa américaines et les Mariannes du Nord, concentrant une grande diversité d’espèces, de coraux et d’écosystèmes. En lançant cette idée d’une grande réserve marine désignée « marine national monument »  soit le principe d’un « monument national » en vue de la conservation marine, le président a tenté de se donner l’image d’un homme politique soucieux de la biodiversité naturelle et in fine de la préservation de la planète Terre.

Haut de page

Bibliographie

BUSH George W., “Remarks by the President on Climate Change, April 16, 2008”, <http://www.climatevision.gov/statements/statements_041608.html>, consulté en août 2008.

CARSON R., Silent Spring, Londres : Penguin Books, 1962 (2000).

DIAMOND Jared, Collapse. How Societies Choose To Fail or Succeed, Londres: Penguin Books, 2005. Traduction française Effondrement : Comment les sociétés décident de leur disparition ou de leur survie, Paris : Gallimard, 2007.

FELLOUS Jean-Louis & Catherine GAUTIER, Comprendre le changement climatique, Paris : Odile Jacob, 2007.

GORE Al, An Inconvenient Truth: The Planetary Emergency of Global Warming and What We Can Do About it, New York: Rodale Books, 2006.

GORE Al, Earth in Balance, Forging a New Common Purpose, Londres : Earthscan, 1992.

HAWKEN Paul, Amory LOVINS & L. Hunter LOVINS, Natural Capitalism, Londres: Earthscan, 1999.

HAWKEN Paul, The Ecology of Commerce, New York: HarperCollins, 1994.

PERNICK Ron & Clint WILDER, Clean Tech Revolution, New York: HarperCollins, 2007.

Haut de page

Notes

1    Rachel Carson, Silent Spring, Londres : Penguin Books, 1962.

2    Al Gore, Earth in Balance, Forging a New Common Purpose, Londres : Earthscan, 1992.

3   L’Anthropocène est le terme créé et utilisé par certains scientifiques, dont Paul Crutzen, pour désigner une nouvelle ère géologique, qui aurait débuté vers 1800, avec la révolution industrielle, et où l’action de l’espèce humaine est devenue une force géophysique agissant sur la planète. Cette ère nouvelle a été déclenchée par le déstockage de ressources fossiles enfouies, telles que le charbon, puis le pétrole et le gaz naturel. Elle est caractérisée par l’impact devenu majeur de l’homme sur le système terrestre (y compris climatique). L’anthropocène succèderait ainsi à l’holocène qui avait débuté il y a dix mille ans.

4    Dans l’ensemble, les scientifiques partagent la thèse de Crutzen mais se méfient de sa  proposition consistant à « climatiser la planète ». Crutzen suggère de se lancer dans des opérations de géo-ingénierie sous la forme de projections massives de soufre dans la stratosphère afin de réduire le réchauffement climatique puisque le soufre a pour effet d’abaisser la température terrestre. La perspective d’une solution reposant sur la géo-ingénierie fait l’objet d’un débat entre scientifiques à l’échelle mondiale. De nombreux experts estiment qu’une solution de type géo-ingénierie ne prend pas en considération les coûts et risques collatéraux et de ce fait devrait être écartée.

5  “Remarks by the President on Climate Change, April 16, 2008”. <http://www.climatevision.gov/statements/statements_041608.html>, consulté en août 2008.

6     Cette thématique fut toutefois réintroduite en 2005 au sein du G8 grâce à la diligence de  Tony Blair.

7     Cette décision prise en mai 2007 fut annoncée lors de la rencontre du G8 à Heiligendamm (Allemagne) en juin 2007.

8    L’échelle de Saffir-Simpson est l’échelle de classification de l’intensité des cyclones tropicaux se formant dans l’hémisphère ouest, incluant les bassins cycloniques de l’océan Atlantique et de l’océan Pacifique Nord à l’est de la ligne de changement de date, qu’on nomme ouragans.

9     En effet pour qu’un cyclone puisse se former, la mer doit être à une température d’au moins 26°C, sur une profondeur de 50 mètres. Des constats identiques sont faits pour le Pacifique ouest, où les typhons (alors que le terme d’ouragan est réservé à l’Atlantique) concernant notamment la Chine ont entraîné une forte mortalité mais également des déplacements de populations d’une grande ampleur.

10   Les intempéries touchent également le sud des États-Unis comme la Géorgie et la Floride ainsi que la Californie en proie à la sécheresse et à des incendies. En mai 2007, 300 hectares des 1 700 hectares du parc Griffith à Los Angeles ont brûlé et l’Île de Catalina (océan Pacifique) a également été brûlée. En Floride, des incendies de forêts ont touché 60 000 hectares sans compter le déficit en eau.

11  Ce point de vue est confirmé par le Center for Naval Analysis qui confirme que l’armée américaine est le premier consommateur mondial d’énergie (qui lui coûte 11 milliards de dollars par an). Consulter les sites de <www.cna.org/>, organisme remontant à la Deuxième Guerre mondiale ainsi que de <www.ida.org/>, organisme datant de la Guerre froide.

12   Jared Diamond, Collapse. How Societies Choose To Fail or Succeed, Londres: Penguin Books, 2005. Traduction française Effondrement : Comment les sociétés décident de leur disparition ou de leur survie, Paris : Gallimard, 2007.

13    Le documentaire d’Al Gore s’intitule Une vérité qui dérange et il a été diffusé en 2007.

14    Voir le site <www.us-cap.org>.

15    Paul Hawken, The Ecology of Commerce, Collins, collection Business, 1994.

16   Consulter le site <www.nrdc.org>. Cette association non lucrative (non-profit corporation), qui date de 1970, inclut les sections Green Business, Green Living et Greening Advisor. Voir le site WRI: <www.wri.org>.

17      <www.thecro.com>, The Corporate Responsibility Officer, consulté le 18 novembre 2008.  

18     Voir le site <www.gosolarcalifornia.org>, consulté le 18 novembre 2008. Ce programme a été établi par la California Public Utilities Commission et l’Energy Commission.

19     Voir le site <www.nesea.org>, consulté le 18 novembre 2008.

20     Voir le site <www.theclimateregistry.org>, consulté le 18 novembre 2008.

21     Voir le site <www.usmayors.org/climateprotection>, consulté le 18 novembre 2008.

22     Voir le site <www.cdproject.net>, consulté le  18 novembre 2008.

23     Consulter le site <www.nyc.gov>, consulté le 18 novembre 2008.

24     Voir le site <www.texasbusinessforcleanair.org>, consulté le 18 novembre 2008.

25   Il faut préciser que si le point de vue de Hansen a été fortement contesté au sein de son institution, il a été maintenu dans ses fonctions de directeur du Goddard Institute for Sopace Studies (GISS). De nombreux scientifiques affirment également que si la thèse de Hansen est confirmée aujourd’hui par l’ensemble de la communauté scientifique, elle relevait plus en 1988 de l’ordre de la prophétie.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

La Revue LISA/LISA e-journal, Vol. VIII - n°1, 2010  

Référence électronique

Cynthia Ghorra-Gobin, « L’environnement naturel et le changement climatique pendant les années Bush : la pertinence d’une différenciation des échelles territoriales », Revue LISA/LISA e-journal [En ligne], Vol. VIII - n°1 | 2010, document 7, mis en ligne le 04 mars 2010, consulté le 19 avril 2014. URL : http://lisa.revues.org/3397 ; DOI : 10.4000/lisa.3397

Haut de page

Auteur

Cynthia Ghorra-Gobin

Cynthia Ghorra-Gobin is a geographer and an Americanist affiliated to the CNRS, where she is director of research. She teaches at the University of Paris-Sorbonne and at the Institute of Political Studies (Sciences Po). Her research mainly focuses on cities in the United States and takes a multi-dimensional approach, integrating social, cultural, spatial and environmental perspectives. She has edited the Dictionnaire des mondialisations (Colin, 2006) and co-authored Géopolitique des Amériques  (Sedes, 2008).

Haut de page

Droits d’auteur

© Presses Universitaires de Rennes

Haut de page
  • Revues.org