Navigation – Plan du site
Monde du travail, questions sociales et sociétales
5

Pauvreté et politique sociale : le bilan des années Bush 

Poverty and Public Policy: An Assessment of the Bush Years
Taoufik Djebali
p. 86-104

Résumés

Neuf jours après son investiture, G. W. Bush lançait son programme relatif aux Faith-Based Initiatives (FBI), une partie prenante de son « conservatisme compatissant ». Les FBI constituent une rupture avec la tradition monétariste reaganienne, même si elles s’appuient sur le rejet de l’État et la réduction du budget social. Le rôle des FBI est d’aider les organisations caritatives, notamment religieuses, à s’investir davantage dans le travail social.  Le bilan de la politique sociale de G. Bush est plutôt mitigé. La pauvreté a fortement augmenté et les promesses budgétaires en faveur des Faith-Based Organizations n’ont pas été tenues. Pire, les accusations contre les dérives des FBI fusent. L’administration Bush est accusée d’avoir utilisé les FBI et l’argent public pour obtenir des gains politiques et mettre en place un système de financement occulte en faveur des républicains et leurs alliés.

Haut de page

Texte intégral

1Les questions relatives à la politique étrangère et à la crise financière et économique ont dominé les années Bush, alors que, jamais depuis les années 1960, une présidence n’a suscité autant d’intérêt et d’espoir en matière sociale. Cependant, pour diverses raisons, entreprendre l’évaluation de la politique sociale mise en place par l’administration Bush est une tâche ingrate. Car, les contours de la politique sociale ne sont pas toujours clairs. Des problèmes et des mesures qui touchent à la sphère financière, économique ou même militaire, peuvent affecter directement ou indirectement la question sociale. Définir les mesures sociales à considérer quand on évoque la pauvreté n’est pas aisé. Dans le cas américain, peut-on, par exemple, prendre en compte la réforme de Medicare (2003) ou la réforme de l’éducation avec le programme No Child Left Behind pour évaluer l’impact de la politique sociale de Bush sur la pauvreté ? D’autre part, le taux de pauvreté n’est pas nécessairement le résultat de la politique sociale de l’administration en exercice. Il peut varier en fonction de la conjoncture économique nationale et internationale. En effet, les crises financières provoquent ou aggravent la crise économique, qui, elle-même est génératrice de chômage et de pauvreté. Le schéma global de la pauvreté peut aussi dépendre des mesures prises par les gouvernements précédents. Ainsi, les taux de pauvreté observés sous la présidence Bush sont étroitement liés à la réforme du Welfare de 1996. Enfin, la tâche est d’autant plus ardue qu’écrire sur le temps présent nous empêche d’avoir suffisamment un recul nécessaire pour une évaluation la plus objective et complète possible. Cet article a comme ambition de rendre compte autant que faire se peut de l’état de la pauvreté aux États-Unis, des mesures prises par l’administration Bush, de leur idéologie sous-jacente et d’en proposer une évaluation.

La politique sociale en place

2Les attaques contre les pauvres, amorcées depuis la fin des années 1960, ont mis fin à un principe rooseveltien plaçant l’individu au centre de la politique sociale et de l’action gouvernementale. Ces attaques ont atteint leur paroxysme sous le président Reagan qui n’avait pas manqué une occasion pour critiquer les pauvres (notamment afro-américains) vivant, selon lui, aux crochets de l’assistance publique. Il a constamment dénoncé la dislocation de l’institution familiale et du lien social ainsi que la « générosité » de la politique d’assistance publique, responsable selon lui du désinvestissement vis-à-vis du travail. Reprenant cette analyse à son compte, Clinton s’est présenté en 1992 en tant que réformateur qui allait « mettre un terme à l’aide sociale telle que nous la connaissons » (« The end of Welfare as we know it »). Voyant les élections de 1996 s’approcher, Clinton, suivant les conseils de ses experts en stratégie politique, Stanley Greenberg et Dick Harris, signa le Personal Responsibility and Work Opportunity Reconciliation Act (PRWORA). Si l’adoption de ce projet, concocté par les conservateurs du parti républicain, pouvait être contestée idéologiquement et socialement, on ne peut qu’admettre son efficacité politique. En adoptant le projet, Clinton a tout simplement enlevé aux républicains un argument de campagne.

3La réforme de 1996, qui a pris effet en janvier 1997, a apporté les modifications suivantes au système de protection sociale :

  1. l’arrêt de la participation fédérale (matching grants) au financement du programme d’allocation familiale, Aid to Families with Dependent Children (AFDC) : ce programme, devenu Temporary Assistance for Needy Families (TANF), est désormais financé par les États qui perçoivent une dotation globale (block grant);

  2. les États ont la tâche de concevoir les programmes d’aide aux démunis avec une obligation de mettre le plus de pauvres possible au travail ;

    • 1  Plus de 90 % des personnes concernées par cette réforme sont des femmes seules avec enfants. Voir  (...)

    des restrictions sont imposées aux mères célibataires1. La durée d’assistance est réduite à deux ans successifs et ne peut dépasser cinq ans au cours d’une vie entière.

4Le débat qui a porté sur cette réforme a été digne du débat sur le New Deal dans les années 1930. Il a fait apparaître au grand jour les clivages idéologiques, politiques et raciaux. G. W. Bush a hérité en 2001 d’un système d’aide sociale « réformé » selon les souhaits des républicains au Congrès. Une chose est sûre, les inquiétudes de la gauche et de quelques démocrates, parmi lesquels Daniel Patrick Moynihan (à l’origine de la Guerre contre la pauvreté des années 1960), qui prévoyaient une augmentation du nombre d’enfants pauvres de l’ordre de 2,5 millions, se sont avérées exagérées. Le nombre de bénéficiaires de l’assistance publique a diminué régulièrement entre 1994 et 2001 pour atteindre le niveau le plus bas depuis 30 ans malgré l’augmentation du nombre de foyers monoparentaux. D’autres indicateurs sociaux montrent également une amélioration : le taux d’intégration des mères célibataires sur le marché du travail est passé de 44 % en 1994 à 66 % en 2001. De surcroît, les revenus et les salaires ont connu une augmentation supérieure à la baisse du budget d’aide sociale. Ainsi, le revenu moyen d’une mère célibataire, qui avait stagné autour de 18 000 dollars entre le milieu des années 1980 et le milieu des années 1990, a atteint presque 23 000 dollars en 2001. Par ailleurs, la pauvreté des ménages dont le chef est une femme, a atteint des niveaux historiquement bas à la fin des années 1990.

  • 2   Selon le Professeur François Vaillancourt, une décision prise au Québec de baisser les tarifs des (...)
  • 3   Ce terme, utilisé d’abord par l’anthropologue marxiste Oscar Lewis et par le journaliste-écrivain (...)

5Ce bilan, à première vue positif, ne doit pas nous faire oublier que la baisse du taux de pauvreté a été plus faible que l’augmentation du taux d’emploi ; ce qui veut dire qu’un certain nombre de femmes qui avaient accepté d’intégrer le marché de l’emploi se sont retrouvées avec des salaires trop bas. On note qu’après la mise en œuvre de la réforme, la proportion de travailleurs pauvres a augmenté fortement. On parle de plus en plus des travailleurs pauvres (working poor). Les mères célibataires, quand elles obtiennent le soutien logistique nécessaire pour leurs enfants (crèches, garderies…), semblent préférer le travail à l’assistance2, une pratique qui contredit les chantres de la « culture de la pauvreté3 » pour qui les pauvres sont paresseux et oisifs.

  • 4   Lire, à titre d’exemples, les ouvrages suivants : Douglas Glasgow, The Black Underclass: Poverty, (...)

6Le lien entre chômage et pauvreté, avéré par la plupart des études sociologiques4, s’est accentué en l’absence de l’aide sociale. À cela s’ajoute le phénomène grandissant des femmes qui travaillent pour des salaires tellement bas qu’elles n’arrivent pas à atteindre le seuil de pauvreté. Cela n’a pas empêché l’ancien président Clinton de faire des éloges appuyés à sa réforme. À l’occasion du dixième anniversaire de la promulgation de la loi de 1996, Clinton écrit dans le New York Times :

  • 5   Bill Clinton, “How We Ended Welfare, Together”, The New York Times, 22 août 2006, <http://www.nyt (...)

The last 10 years have shown that we did in fact end Welfare as we knew it, creating a new beginning for millions of Americans. In the past decade, Welfare rolls have dropped substantially, from 12.2 million in 1996 to 4.5 million today. At the same time, caseloads declined by 54%. Sixty percent of mothers who left welfare found work, far surpassing predictions of experts5.

  • 6   Idem.

7Dans le même article, Clinton attribue la baisse de la pauvreté infantile à sa réforme. Les chiffres de l’an 2000 furent les plus bas depuis 1979. Quant au nombre d’Américains bénéficiant du Welfare, il a été le plus bas depuis quatre décennies. Enfin, Clinton affirme qu’en huit ans, le nombre de personnes ayant pu s’extraire de la pauvreté pour rejoindre la classe moyenne a été 100 fois supérieur à celui connu pendant les douze années qui ont précédé sa présidence. Il conclut : « Bien sûr la croissance économique a aidé, mais notre politique a fait la différence »6.

8Clinton n’a pas été le seul à manifester une certaine joie après la publication des chiffres sur la pauvreté et l’emploi des mères seules avec enfants. Beaucoup de ceux qui avaient dénoncé la réforme ont fini par en reconnaître le bien-fondé à la fin des années 1990. Cependant, l’optimisme et le triomphalisme débordants de Clinton et de beaucoup d’autres hommes politiques doivent être relativisés. La question principale qu’il faut se poser est la suivante : quelle est la part de la croissance économique dans l’explication des bons chiffres sur le Welfare et la pauvreté ? Autrement dit, que se passerait-il en cas de stagnation ou de récession économiques ? Une partie de la réponse réside dans la comparaison de la période Clinton, une période de forte croissance, avec la période Bush, une période émaillée par différentes récessions et ralentissements économiques. Notons d’emblée que la réforme du Welfare, d’inspiration républicaine, a limité la marge de manœuvre de l’administration Bush. En effet, une réforme en profondeur du système de protection sociale aurait été mal venue cinq ans après celle de 1996. Cependant, Bush n’avait pas renoncé à la question sociale pendant la campagne électorale de 2000. Au contraire, la question sociale, l’exclusion, la marginalité ont été au centre de son « conservatisme compatissant ».

Le « conservatisme compatissant » : une alternative à l’État-providence ?

9Le projet de George W. Bush ne prévoyait pas un bouleversement des structures de l’assistance sociale. Il ne prévoyait pas non plus le désengagement de l’État à l’image des thèses classiques des conservateurs américains. Même la gauche américaine a été désarçonnée par le discours socialisant de Bush. Cela dit, l’intervention de l’État prônée par Bush est différente de celle défendue par la majorité des démocrates. Pour Bush, l’État n’est qu’un instrument pour encourager les initiatives privées, renforcer la charité et financer les organisations religieuses qui ont vocation à s’occuper des pauvres et des marginaux. Les propos tenus dans un document publié par la Maison Blanche en janvier 2001 sont dignes d’un discours prononcé par un homme politique de gauche :

  • 7   White House, Rallying the Armies of Compassion (Rapport préfacé par le président Bush), janvier 2 (...)

America is rich materially, but there remains too much poverty and despair amidst abundance. Government can rally a military, but it cannot put hope in our hearts or a sense of purpose in our lives. Government has solemn responsibility to help meet the needs of poor Americans and distressed neighborhoods, but it does not have a monopoly on compassion7.

  • 8    Idem.

10Après avoir brossé un tableau inquiétant de la vie sociale aux États-Unis (pauvreté, crime, drogue, prison, naissances hors mariage…), la Maison Blanche demande un rôle plus actif pour l’État. Dans la même lignée que la réforme de 1996 et les idées républicaines classiques, Bush critique la bureaucratie créée par le système du Welfare et appelle à la dévolution des programmes d’aide sociale8.

11Le gouvernement fédéral, replacé au centre du dispositif sociopolitique, aurait l’obligation de venir en aide aux organisations et aux associations, notamment religieuses, pour qu’elles aient les moyens financiers et juridiques pour assurer des services en faveur des exclus et des marginaux. Pour Bush, ces organisations constituent des corps intermédiaires entre l’État et le citoyen. Elles sont par conséquent plus proches des gens, plus conscientes de leurs besoins et mieux placées pour trouver les remèdes adéquats. Le diagnostic de Bush est donc sans appel : l’État, trop bureaucratique, trop dépensier, trop déconnecté de la réalité sociale ne serait pas capable de piloter la politique sociale. Bref, dénoncer le rôle traditionnel du gouvernement fédéral en matière de protection sociale, valoriser l’initiative privée, renforcer et encourager le travail des organisations religieuses ; tel est l’axe principal de la politique contre l’exclusion de Bush. Ainsi, la compassion et l’amour sont les deux maîtres mots du discours social du président républicain. Ces mots, empruntés au discours religieux sur la charité chrétienne et la compassion pour les pauvres, nous renvoient non seulement à la Bible en tant que source d’inspiration pour l’administration Bush mais également à la période antérieure au New Deal, quand le sort des pauvres se jouait dans les églises et les synagogues. De ce fait, le « conservatisme compatissant » de Bush, certes ancré dans la tradition et l’histoire américaines, est la négation de la conception rooseveltienne de la politique sociale et la ressuscitation de l’approche religieuse dans ce domaine.

  • 9   Lire Edward Banfield, The Unheavenly City, Boston: Little Brown & Company, 1970;Charles Murray, L (...)
  • 10    Cette offensive a été menée par Newt Gingrich, chef de file des républicains au Congrès.
  • 11   David Stockman était le représentant républicain de l’État du Michigan jusqu’à 1981. Devenu direc (...)
  • 12    Le successeur de Berger et Neuhaus, le théologien Michael Novak, a supprimé le Big Business de s (...)

12Au-delà de la question théorique, le « conservatisme compatissant », qui s’est traduit concrètement par la mise en place de l’Office of Faith-Based Initiatives à la Maison Blanche en janvier 2001, a représenté une forme de sous-traitance de la question sociale. Il s’agit également d’une étape importante dans le processus de privatisation des services aux pauvres, amorcé depuis les années Reagan. Mais contrairement à l’approche classique des conservateurs américains, défendue dans une littérature abondante dans les années 1970 et les années 19809 et par une offensive politique dans les années 199010, l’approche défendue par Bush n’est pas monétariste, ni d’ailleurs méprisante vis-à-vis des pauvres, du moins sur le plan théorique et rhétorique. Les références philosophiques et intellectuelles de Bush ne sont plus David Stockman, George Gilder, Charles Murray mais le Christ, Peter Berger, John Neuhaus et Marvin Olasky11. Pour les auteurs conservateurs « monétaristes » ou « compatissants », beaucoup de problèmes sociaux, y compris la pauvreté, sont le résultat de la place dominante du Big Government, Big Business, Big Labor (ce que Berger et Neuhaus appellent Megastructures) dans la vie de l’individu. La solution serait de modifier la structure de la politique sociale et de privilégier les structures intermédiaires, c’est-à-dire la famille, les associations, les Églises, etc.12.

  • 13    P. Berger & J. Neuhaus, To Empower People, op. cit.

13Plus tard, Marvin Olasky, juif converti au christianisme et marxiste converti à l’évangélisme, a structuré les idées conservatrices qui allaient influencer le programme social de Bush13. C’est ainsi que les Faith-Based Initiatives (FBI) sont devenues la pierre angulaire du programme politique de George W. Bush. Ce sont bien les FBI qui constituent une rupture avec le conservatisme reaganien. Certes, il y a une continuité idéologique entre les deux conservatismes, mais l’administration Bush est allée plus loin que n’importe quelle autre administration républicaine dans la réduction d’impôts, la réforme de Medicare et la tentative de privatiser le système de retraite (Social Security). Bref, la politique de Bush a été pendant huit ans un conservatisme monétariste classique présenté, rhétoriquement, avec un visage humain (conservatisme compatissant). C’est cette association entre des modèles différents qui a fait son originalité et son succès, du moins politique puisqu’il a permis à Bush de s’approprier la question sociale et d’affaiblir les démocrates sur leur propre terrain.

Le conservatisme compatissant mis à l’épreuve

14Même si les FBI n’ont pas réussi l’examen de passage au Congrès, George Bush les a imposées par décret. Dès 2001, les structures administratives, le financement et le personnel étaient en place. Cependant, pendant quelques années, le travail des FBI s’est limité à la coordination, les contacts et les évaluations. Dans un discours à la White House Conference on Faith-Based and Community Initiatives, tenue à Philadelphie en décembre 2002, Bush affirmait que la réforme du Welfare de 1996 n’était pas suffisante, elle devait être complétée par l’intervention des organisations caritatives. L’urgence n’était pas le sort des pauvres mais celui des organisations religieuses, victimes, selon lui, de la discrimination de l’État. Dans le même discours, Bush déclare avoir demandé à la Federal Emergency Management Agency (FEMA), au Department of Housing and Urban Development(HUD) et au Department of Health and Human Services (HHS) de s’ouvrir aux associations religieuses et de collaborer avec les organisations caritatives. L’efficacité des organisations religieuses a été prouvée, à son avis, tout au long de l’histoire américaine, dans des domaines divers tels que l’esclavage, le travail des enfants et l’inégalité raciale et sexuelle. Débarrassé de ces maux, les Faith-Based Organizations (FBO) seraient de nos jours capables d’être à la pointe du combat contre la pauvreté et l’exclusion.

  • 14   Anne Farris, Richard P. Nathan & David J. Wright, Washington, DC: Roundtable on Religion  and Soc (...)

15L’offensive religieuse et conservatrice n’a pas été contrecarrée par la gauche américaine, à court d’idées, incapable de défendre même le bilan social des démocrates et réticente à critiquer les FBI dont la légitimité est historique et culturelle. Pour cette raison, très peu de voix se sont élevées pour dénoncer ou même évaluer le véritable impact des FBI. Les rares études scientifiques qui se sont attelées à l’évaluation des FBI, ont cependant relevé l’exagération de leur impact positif : « Les études scientifiques sont en cours, mais la Maison Blanche s’appuie largement sur des preuves anecdotiques pour affirmer que le travail des FBI produit de meilleurs résultats à long terme »14, trouve-t-on dans un rapport.

  • 15    Idem.

16Il est surprenant de voir que les affirmations de Bush et de ses partisans concernant l’efficacité « avérée » des FBI n’ont jamais été remises en cause. Le dénigrement du service public et les éloges répétés aux FBI, à force d’être martelés sans contre-arguments, sont devenus partie prenante de l’imaginaire collectif. D’ailleurs, Sheila S. Kennedy, professeur à l’université de l’Indiana-Perdue, a exprimé sa surprise suite à l’étude faite par son unité de recherche pour évaluer les FBI. Cette étude a trouvé que les FBI ne procuraient aucun avantage. Au contraire, les personnes issues des centres tenus par ces FBI, une fois sur le marché de l’emploi, travaillent peu et bénéficient rarement d’une couverture médicale15.

  • 16   Sur ce dernier point, lire David Kuo (ancien directeur adjoint des FBI), Tempting Faith: An Insid (...)

17Cette étude, qui a porté essentiellement sur le job-training, est certes trop limitée pour pouvoir être utilisée contre ou en faveur des FBI. Cependant, elle suffit à remettre en question la pensée unique sur cette politique. De toute manière, en l’absence d’organisme de contrôle des fonds et des programmes des FBI, il est quasiment impossible d’évaluer leur action de façon pertinente. L’impact sur la pauvreté ne peut se mesurer par le nombre de soupes populaires servies ni par les nuitées offertes aux sans-abri. Il est également inconcevable d’évaluer l’impact des FBO en fonction de leur budget, une pratique courante chez les hommes politiques républicains. En effet, une partie de ce budget a servi, selon quelques études, à augmenter les salaires des employés des FBO, à agrandir et à décorer les locaux, pour ne pas parler de cooptation politique16.

  • 17   Anne Farris, Claire Hughes, “Durability of Bush Administration’s Faith-Based Effort at Issue in 2 (...)
  • 18   Lire le rapport de Lisa M. Montiel & David J. Wright, Getting a Piece of the Pie: Federal Grants (...)
  • 19   Idem.
  • 20   Idem.

18L’autre caractéristique des FBI est que, contrairement aux programmes fédéraux, elles ne sont ni centralisées, ni universelles. Leurs actions varient d’un État à l’autre, d’une région à l’autre et même d’une ville à l’autre. Très récemment, la Maison Blanche a parlé de 35 gouverneurs et de plus de 100 maires qui ont créé des bureaux de liaison avec les FBO, ce qui implique une certaine concentration géographique des FBI. Depuis 2002, 206 millions de dollars ont été attribués à 4,300 organisations caritatives17. Si l’on s’en tient au programme Welfare-to-Work, les organisations caritatives à caractère religieux avaient obtenu entre 2 % et 3 % du budget fédéral alloué à ce programme au milieu des années 1990, contre 11 % sous la présidence Bush. Mais étrangement, cette augmentation ne s’est pas traduite par une augmentation réelle du budget puisque les dépenses fédérales globales ont chuté, notamment entre 2002 et 200418. L’administration Bush a cherché à faire croire à une augmentation du budget global alors que l’augmentation n’était que relative. En fait, la valeur réelle du financement des FBO a baissé au cours de la même période19. Par ailleurs, toutes les organisations religieuses qui offrent des services sociaux n’obtiennent pas l’aide de l’État. Seules 7,1 % d’entre elles offrent ces services avec l’argent public. Selon Jean Green de l’Université de Akron (Ohio), ces organisations voudraient bien obtenir des fonds publics, mais pour des questions idéologiques et pratiques, ne le peuvent pas en raison des locaux trop exigus, du personnel peu nombreux et de la peur de la mainmise de l’État, etc.20.

  • 21   Courtney Burke, James Fossett & Thomas Gais, Funding Faith-Based Social Services in a Time of Fis (...)

19Dans un rapport publié en 2004, intitulé Funding Faith-Based Services in a Time of Fiscal Pressures, Courtney Burke et ses collègues affirment que le travail des FBO et leur efficacité sont étroitement liés à la situation fiscale et économique du pays21. Les FBO, bien que discrètes et limitées dans les années 1990, avaient bénéficié de la croissance économique. L’ironie du sort est qu’au moment où l’administration Bush a mis l’accent sur les FBI dans la lutte contre la pauvreté et l’exclusion, la situation fiscale s’est nettement détériorée, provocant une baisse inévitable du budget des FBI.

20Il faut lier cette situation à l’augmentation fulgurante du budget de Medicaid et de Medicare, deux programmes fédéraux de services médicaux pour les pauvres et les personnes âgées. Il ne serait pas étonnant de voir que l’augmentation du budget social obligatoire (mandatory), c’est-à-dire la sécurité sociale et les services de santé, affecte le budget alloué aux FBO. De plus, la possible corrélation entre le budget alloué aux FBO et la situation fiscale et économique des États est de mauvais augure pour les plus démunis. C’est effectivement dans les moments difficiles qu’ils ont le plus besoin d’aide. Or, on s’aperçoit que les gouvernements américains font des coupes sombres surtout dans le budget social quand il y a des difficultés budgétaires.

21Avec l’ouragan Katrina (août-septembre 2005), les FBO avaient trouvé leur marque en effectuant un travail de soutien et d’aide aux pauvres et aux sinistrés, incapables de se prendre en charge et de fuir la ville de la Nouvelle-Orléans. Le désarroi des responsables fédéraux et la confusion autour des mesures à mettre en œuvre pour faire face à la catastrophe naturelle ont été évidents. Le gouverneur de la Louisiane n’a trouvé comme solution que d’appeler la population à prier pour que l’ouragan soit rétrogradé au niveau 2 (au moment où il était classé niveau 4). Bref, à tous les échelons, les responsables politiques ont fait preuve d’incompétence si ce n’est d’indifférence. Au-delà de la catastrophe humanitaire de la Nouvelle-Orléans, Katrina a mis en lumière le danger du désengagement public, d’une part, et l’étendue de la misère et de l’inégalité raciale aux États-Unis, d’autre part.

  • 22    Lire Cooperman Alan & Elizabeth Williamson, “FEMA Plans to Reimburse Faith Groups for Aid”, Wash (...)

22Les conservateurs et les partisans des FBI ont trouvé dans les événements de Katrina une raison pour dénoncer une fois de plus l’impuissance du gouvernement, la lourdeur de la bureaucratie et la nécessité de renforcer les FBO. Ainsi, FEMA et bien d’autres organismes d’État ont décidé, après la fin des secours, de renflouer les caisses des FBO et de les récompenser par des dotations financières importantes22.

  • 23 Voir MSNBC, “After Katrina, More Faith-Based Initiatives Seen”, 31 octobre 2005, <http://www.msnbc. (...)

23Avec près de 500 000 personnes qui avaient trouvé refuge dans des centres gérés par des FBO pendant l’ouragan, la victoire des FBI est apparue comme évidente. Selon Tim Pawlenty, gouverneur républicain du Minnesota, « la réponse des Églises à l’ouragan Katrina a montré que les groupes religieux peuvent aider les gens d’une manière que le gouvernement ne peut pas égaler »23. Quand on sait que le gouvernement avait bloqué, à la porte de la ville, les secouristes de la Croix Rouge et les centaines de bus qui venaient chercher les sinistrés de Katrina, on peut se demander si les responsables politiques républicains ne cherchaient pas la victoire politique et idéologique des FBI dans ce contexte de catastrophe naturelle.

Économie et politique sociale

24Les FBI, l’axe central de la politique sociale de Bush, sont le fruit d’une démarche plutôt confuse et dont les résultats sont très difficiles à estimer. Certes les FBO ont pu aider des individus qui en avaient besoin : des drogués en quête de cure de désintoxication, des malades du Sida en mal d’acceptation, des SDF vivant dans l’errance et des laissés-pour-compte à la recherche d’un réconfort. Peut-on pour autant affirmer que les FBO sont un moyen de lutte contre la pauvreté ? Il est permis d’en douter. Les pauvres ne sont pas nécessairement des malades ni des sans-abri. La pauvreté n’est pas nécessairement le résultat d’une défaillance personnelle temporaire qui pourrait être solutionnée par la soupe populaire ou le sermon d’un prêtre. Une action contre la pauvreté exige, en effet, une démarche étudiée et multidimensionnelle. Elle doit également aborder les questions structurelles qui sont, en partie, du moins, à l’origine de ce fléau. À cet égard, les FBI, proposées par Bush, sont dignes d’une solution de « bricolage », plutôt que d’une véritable action sociale.

25Ce qui est sûr, c’est que la Guerre contre la pauvreté de Johnson, les mesures adoptées dans le cadre de l’OBRA (Omnibus Budget Reconciliation Act, 1981) sous l’administration Reagan et dans le cadre du PRWORA (Personal Responsibility and Work Opportunity Reconciliation Act, 1996) sous l’administration Clinton, malgré leurs limites, s’inscrivent dans une démarche qui s’attaque de front à la question de la pauvreté. Les FBI, bien que stimulantes idéologiquement et intellectuellement, ne semblent pas affecter directement l’état de la pauvreté aux États-Unis. On remarque d’ailleurs que les indicateurs sociaux se sont détériorés depuis l’arrivée de Bush au pouvoir.

Pauvreté et assistance aux États-Unis entre 1994 et 2008

Année

Personnes pauvres

Personnes pauvres (en famille)

Personnes pauvres (familles dont le chef est une femme)

Enfants pauvres (familles dont le chef est une femme)

Bénéficiaires de AFDC/TANF

Nombre en milliers

%

Nombre en milliers

%

Nombre en milliers

%

Nombre en milliers

%

Nombre de familles en milliers

Nombre de bénéficiaires en milliers

2008

39 829

13,2

28 564

11,5

13 812

31,4

7 614

43,4

1 633

3 732

2007

37 276

12,5

26 509

10,8

13 478

30,7

7 567

42,9

1700

3 969

2006

36 460

12,3

25 915

10,6

13 199

30,5

7 360

42,0

1 807

4 230

2005

36 950

12,6

26 068

10,8

13 153

31,1

7 230

42,6

1 909

4 492

2004

37 040

12,7

26 544

11,0

12 832

30,5

7 165

41,8

1 981

4 745

2003

34 861

12,5

25 684

10,8

12 413

30,0

7 113

41,7

2 024

4 929

2002

34 570

12,1

24 534

10,4

11 657

28,8

6 593

39,6

2 047

5 064

2001

32 907

11,7

23 215

9,9

11 223

28,6

6 359

39,2

2 104

5 359

2000

31 054

11,3

22 015

9,6

10 425

27,9

6 129

39,7

2 215

5 778

1999

32 258

11,8

23 396

10,2

11 607

30,4

6 625

41,8

2 554

6 824

1998

34 476

12,7

25 370

11,2

12 907

33,1

7 663

46,1

3 050

8 347

1997

35 574

13,3

26 217

11,6

13 494

35,1

7 951

49,0

3 740

10 376

1996

36 529

13,7

27 376

12,2

12 750

44,3

8 011

49,3

4 434

12 321

1995

36 425

13,8

27 501

12,3

13 096

44,8

8 368

50,2

4 791

13 418

1994

38 059

14,5

28 985

13,1

13 313

47,2

8 442

53,0

5 033

14 161

Source : Chiffres rassemblés par l’auteur à partir de différents tableaux (1995-2006) du U.S. Bureau of the Census, Current Population, <http://www.census.gov/​hhes/​www/​poverty/​detailedpovtabs.html>. Pour les chiffres sur TANF, voir US DHHS, Administration for Children and Families, Caseload Data 2000-2009, <http://www.acf.hhs.gov/​programs/​ofa/​data-reports/​caseload/​caseload_recent.html>

  • 24  Rapport du Working Poor Families Project, Working Hard, Still Falling Short, 2008, <http://www.wor (...)
  • 25    Cité dans Ellen Simon, “Report: Working Poor Increased from 2002 to 2006”, Businessweek, 14 octo (...)

26Le dernier rapport du Working Families Project a mis l’accent sur l’augmentation du nombre des working poor 24. Les emplois qui offrent des salaires en dessous du seuil de pauvreté sont passés de 24,7 millions (soit 19 % de l’ensemble des emplois) en 2002 à 29,4 millions (22 %) en 2006. Brandon Roberts, co-auteur de ce rapport, conclut : « la nouvelle la plus surprenante et la plus alarmante est que le nombre et le pourcentage des familles à faible revenu ont augmenté pendant cette période […]. C’était une période de forte et de solide croissance »25.

  • 26    Cette augmentation est due à la baisse des revenus des foyers  composés de femmes seules. L’étud (...)

27Par ailleurs, le rapport du US Bureau of the Census publié en 2008, même s’il indique que le nombre de personnes sans couverture médicale a baissé pour la première fois sous la présidence Bush, relève que la pauvreté infantile a augmenté à un moment où l’Amérique continuait à créer des emplois dans un contexte économique favorable26. Avec la récente crise financière et la récession économique qui frappaient les États-Unis à la fin des années Bush, il y avait fort à parier que le nombre des working poor et des enfants pauvres augmenterait dans les mois et peut-être les années à venir. En effet, la récession économique se traduit très souvent par l’augmentation du chômage et l’écrasement des salaires, notamment les plus bas.

  • 27    Idem.
  • 28    Cité dans “US Poverty Rate Remains Unchanged”, The New York Times, 30 août 2006.

28Mettant l’accent sur la différence entre les années Clinton et celles de Bush, le célèbre spécialiste de la pauvreté, Sheldon Danziger, écrit que dans les années 1990, « les employeurs avaient embauché des travailleurs qu’ils n’auraient jamais embauché dans des conditions économiques habituelles […]. Nous n’avons plus revu cette situation depuis huit ans »27. Notons que pendant les années Bush, même la croissance économique n’a pas généré plus de richesse pour les pauvres. Selon Robert Greenstein, c’est la première fois qu’on observe après quatre ans de croissance, un taux de pauvreté plus élevé qu’au moment où l’économie touchait le fond28. Il est clair qu’une partie de la population a décroché et qu’une autre reste sous-employée ou mal payée.

29En réponse à ce constat, fait à partir des chiffres du bureau de recensement, le représentant Joe Barton pointe du doigt les immigrés qui, à son avis, provoquent la chute des revenus et des salaires, notamment ceux des travailleurs peu qualifiés. Pour expliquer les mauvais chiffres de la couverture médicale, Barton précise :

  • 29    Idem.

As the Census Bureau report (August 29, 2006) indicated, the group most likely to be without health insurance in America, is in fact, not American at all […]. Non-citizens swell the ranks of the uninsured dramatically when they arrive in America with hopes and dreams, but without insurance29.

30Il est vrai que le tiers des immigrés (en situation régulière ou irrégulière) n’est pas couvert par une assurance maladie, mais cela n’aurait pas une grande incidence ni sur l’ampleur ni sur la tendance globale du phénomène. De plus, le nombre d’immigrants qui entrent aux États-Unis n’a pas connu une variation importante ces dernières années.

  • 30  “Downward Mobility” (editorial), TheNew York Times, 30 août 2006, <http://www.nytimes.com/2006/08/ (...)
  • 31     Idem.

31L’étude des taux de croissance et des taux de pauvreté sous l’administration Bush montre que la forte croissance économique n’est pas nécessairement la solution à la pauvreté, à l’inégalité et à l’absence d’assurance maladie. Certes, les récessions sont associées à plus de pauvreté et plus de marginalité, mais en l’absence d’une politique d’accompagnement, les pauvres ne semblent pas bénéficier directement de la croissance. Le New York Times commente ce phénomène : “[…] growth alone is not an answer to the economic and social ills of poverty […]. What have been missing are government policies that help to ensure that the benefits of growth are broadly shared—like strong support for public education, a progressive income tax, affordable health care, a higher minimum wage and other labor protections30. Le journal ajoute, à juste titre : “President Bush is unlikely to push those changes, wed as he is to tax cuts that mainly benefit the wealthy. But the economic agenda for the next president couldn’t be clearer31.

Conclusion

  • 32   En dollars constants de 2003. Ces chiffres portent sur les plus importantes réductions d’impôts d (...)
  • 33    Voir Edmund L. Andrews, “Tax Cuts Offer Most for Very Rich, Study Says”, The New York Times, 8 j (...)
  • 34  Paul Krugman, “Bush Tax Cut Mythology”, The New York Times, 14 janvier 2008,  <http://krugman.blog (...)

32La réduction d’impôts mise en œuvre sous l’administration Bush est sans précédent dans l’histoire américaine (188,10 milliards de dollars contre 68,7 milliards sous Reagan et 54,9 milliards sous Kennedy32). Cette politique, qui a favorisé les plus riches aux États-Unis33, s’inscrit dans la droite ligne de l’économie de l’offre (Supply-Side Economics), très populaire depuis les années 1980. Paul Krugman affirme que la croissance économique sous l’administration Bush n’a rien à voir avec la politique fiscale des républicains. Selon lui, c’est le boom de l’immobilier qui a dopé l’économie américaine34.

33On sait que la bulle spéculative s’est dégonflée dans l’immobilier, donnant lieu à une réaction en chaîne qui s’est traduite en fin de compte par l’accentuation du processus de marginalisation et de désaffiliation, entraînant dans cette spirale descendante des catégories sociales jusque-là à l’abri. On voit apparaître partout des campements pour accueillir des milliers d’Américains ayant perdu leur maison faute d’avoir remboursé leur crédit immobilier. D’ailleurs, ce phénomène qui prend de l’ampleur avec l’aggravation de la crise économique est au centre du débat politique aux États-Unis. Dans ce sens, le président démocrate Barack Obama vient de proposer un moratoire sur les expulsions.

34Au cœur de la tempête financière, les FBI ont été « oubliées ». L’augmentation du budget alloué aux programmes Medicaid, Medicare et aux Food Stamps, qui échappe à la restriction du système des Block Grants, dans un contexte caractérisé par un déficit budgétaire de près de 500 milliards de dollars pour 2008 (l’année fiscale se terminant le 30 septembre), met plus de pression sur les programmes sociaux tels que TANF et SCHIP (State Children’s Health Insurance Program). Les États qui avaient décidé de passer outre les consignes fédérales sur TANF se trouvent face à un véritable dilemme : exclure les pauvres ou baisser l’aide attribuée à chaque bénéficiaire.

35L’ironie du sort est que, dans ce contexte de marasme économique et de crise financière, les FBO vont peut-être devenir le seul recours des pauvres. D’autant que les FBI, malgré leur efficacité discutable, vont, selon toute vraisemblance, faire partie du paysage sociopolitique sous l’actuelle administration. En effet, Obama a annoncé le 1er juillet 2008 dans un discours prononcé dans l’Ohio, qu’il allait renforcer les FBI :

  • 35    Blog officiel de Barack Obama. Community Blog : <http://my.barackobama.com/page/community/post/a (...)

[…] I believe that change comes not from the top-down, but from the bottom-up, and few are closer to the people than our churches, synagogues, temples, and mosques […]. The fact is, the challenges we face today—from saving our planet to ending poverty—are simply too big for government to solve alone. We need all hands on deck35.

36Les FBI vont certainement faire partie de l’héritage bushiste, non pas parce qu’elles sont socialement efficaces mais parce qu’elles sont politiquement incontournables.

Haut de page

Bibliographie

Des DOI sont automatiquement ajoutés aux références par Bilbo, l'outil d'annotation bibliographique d'OpenEdition.
Les utilisateurs des institutions qui sont abonnées à un des programmes freemium d'OpenEdition peuvent télécharger les références bibliographiques pour lequelles Bilbo a trouvé un DOI.
Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible aux institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : contact@openedition.org

Banfield Edward, The Unheavenly City, Boston: Little Brown & Company, 1970.

BERGER Peter & John Neuhaus, To Empower People: The Role of Mediating Structures in Public Policy, Washington, DC: American Enterprise Institute, 1977.

BURKE Courtney, James Fossett & Thomas GAIS, Funding Faith-Based Social Services in a Time of Fiscal Pressure, Washington, DC: The Roundtable on Religion and Social Policy, octobre 2004, <http://www.socialpolicyandreligion.org/docs/general/10-26-02_Funding_FB_SS-Fiscal%20Pressures.pdf>, consulté le 25 octobre 2008.

Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible aux institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : contact@openedition.org

Carlson-Thies Stanley, “Charitable Choice: Bringing Religion Back into American Welfare”, Journal of Policy History, Vol. 13, No. 1, 2001, 109-132.
DOI : 10.1353/jph.2001.0020

Carroll James, “Church, State, And Katrina”, The Boston Globe, 13 septembre 2005, <http://www.religionandsocialpolicy.org/news/09-12-2005_Hurricane_Katrina_Roundup.cfm>, consulté le 25 octobre 2008.

CLINTON Bill, “How We Ended Welfare, Together”, The New York Times, 22 août 2006, <http://www.nytimes.com/2006/08/22/opinion/22clinton.html?pagewanted=print>, consulté le 15 mai 2009.

Cooperman Alan & Elizabeth Williamson, “FEMA Plans to Reimburse Faith Groups for Aid”, Washington Post, 27 septembre 2005, <http://www.washingtonpost.com/wp-dyn/content/article/2005/09/26/AR2005092601799_pf.html>, consulté le 25 octobre 2008.

CURRIE Janet, The Invisible Safety Net, Princeton: Princeton UP, 2006.

DiLulio John, Jr, “The Political Theory of Compassionate Conservatism”, Weekly Standard, 23 août 1999.

FARRIS Anne & Claire Hughes, “Durability of Bush Administration’s Faith-Based Effort at Issue in 2008”, Washington, DC: The Roundtable on Religion and Social Welfare Policy, 15 janvier 2008, <http://www.religionandsocialpolicy.org/news/article.cfm?id=7551>, consulté le 25 octobre 2008.

Farris Anne, Richard P. NATHAN & David J. WRIGHT, The Expanding Administrative Presidency: George W. Bush and the Faith-Based Initiative, Washington, DC: Roundtable on Religion and Social Welfare Policy, août 2004, 6 <http://www.religionandsocialpolicy.org/docs/policy/FB_Administrative_Presidency_Report_10_08_04.pdf>, consulté le 30 octobre 2008.

Formicola Jo Renee, Mary C. Segers & Paul Weber, Faith-Based Initiatives and the Bush Administration: The Good, the Bad, the Ugly, Lanham: Rowman and Littlefield, 2003.

Goldsmith Stephen, The Twenty-First Century: Resurrecting Urban America, Washington, DC: Regnery, 1997.

Goodstein Laurie, “A President Puts His Faith in Providence”, The New York Times, 9 février 2003, <http://www.nytimes.com/2003/02/09/weekinreview/09GOOD.html>, consulté le 15 mai 2009.

Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible aux institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : contact@openedition.org

Handler Joel & Yeheskel HANSENFELD, Blame Welfare, Ignore Poverty and Inequality, Cambridge: Cambridge UP, 2007.
DOI : 10.1017/CBO9780511511493

Kirkpatrick David, “Black Pastors Backing Bush are Rare, but not Alone”, The New York Times, 5 octobre 2004; <http://www.nytimes.com/2004/10/05/politics/campaign/05church.html>, consulté le 15 mai 2009.

Kuo David, Tempting Faith: An Inside Story of Political Seduction, New York: Free Press, 2006.

Magnet Myron, The Dream and the Nightmare: The Sixties’ Legacy to the Underclass, San Francisco: The Encounter Books, 1993.

Mead Laurence, Beyond Entitlement. The Social Obligations of Citizenship, New York: Free Press, 1986.

MONSMA Stephen, Putting Faith in Partnership, Ann Arbor: The U of Michigan P, 2004.

MONTIEL Lisa & David J. Wright, Getting a Piece of the Pie: Federal Grants to Faith-Based Social Service Organizations Washington, DC: The Roundtable on Religion and Social Policy, février 2006 <http://www.socialpolicyandreligion.org/docs/research/federal_grants_report_2-14-06.pdf>, consulté le 26 octobre 2008.

Murray Charles, Losing Ground. American Social Policy, 1950-1980, New York: Basic Books, 1984.

NOVAK Michael, Toward a Theology of the Corporation: Studies in Religion, Philosophy, and Public Policy, Washington, DC: American Enterprise Institute, 1991.

Olasky Marvin, Compassionate Conservatism: What it is, What it Does, and How it Can Transform America, New York: The Free Press, 2000.

Olasky Marvin, Renewing American Compassion: How Compassion for the Needy can Turn Ordinary Citizens into Heroes, Washington, DC: Regnery Publishing, 1997.

Olasky Marvin, The Tragedy of American Compassion, Washington, DC: Regnery Publishing, 1992.

Solomon Lewis D., In God We Trust: Faith-Based Organizations and the Quest to Solve America’s Social Ills, Lanham: Lexington Books, 2003.

Suskind Ron, “Why Are These Men Laughing?”, Esquire, 13 août 2007, <http://www.esquire.com/features/ESQ0103-JAN_ROVE_rev_2>, consulté le 25 octobre 2008.

Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible aux institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : contact@openedition.org

Wallace Sherri & Angela Lewis, “Compassionate Conservatism and African Americans: Politics Puts Faith to Work and Gains New Allies?”, Journal of African American Studies Vol.10, No. 4, juillet 2007, 75-93.
DOI : 10.1007/s12111-007-9009-2

White House, Rallying the Armies of Compassion (Rapport préfacé par le président Bush), janvier 2001, <http://www.whitehouse.gov/news/reports/faithbased.pdf>, consulté le 27 octobre 2008.

Working Poor Families Project, Working Hard, Still Falling Short, Rapport de 2008 <http://www.workingpoorfamilies.org/pdfs/NatReport08.pdf>, consulté le 29 octobre 2008.

Haut de page

Notes

1  Plus de 90 % des personnes concernées par cette réforme sont des femmes seules avec enfants. Voir : Fareen Parvez, « Women, Poverty and Welfare Reform », Sociologists for Women in Society, 15 août 2002, <http://www.socwomen.org/socactivism/factwelfare.pdf>, consulté le 15 février 2010.

2   Selon le Professeur François Vaillancourt, une décision prise au Québec de baisser les tarifs des crèches a eu comme effet immédiat la forte arrivée des mères sur le marché de l’emploi.

3   Ce terme, utilisé d’abord par l’anthropologue marxiste Oscar Lewis et par le journaliste-écrivain socialiste Michael Harrington, a été largement utilisé ces dernières décennies par les conservateurs pour dénoncer la politique du Welfare. Le problème selon ces conservateurs réside dans la culture inadaptée des pauvres. Ainsi, les programmes d’assistance ne serviraient à rien.

4   Lire, à titre d’exemples, les ouvrages suivants : Douglas Glasgow, The Black Underclass: Poverty, Unemployment, and Entrapment of Ghetto Youth, New York : Vintage Books, 1981 ; Organisation internationale du travail, Chômage et pauvreté dans un monde en crise : rapport d'un groupe d'experts sur l'emploi, Genève : BIT, 1985 ; William J. Wilson, The Truly Disadvantaged, Chicago : University of Chicago Press, 1987 ; William J. Wilson, When Work Disappears , New York : Vintage Books, 1997.

5   Bill Clinton, “How We Ended Welfare, Together”, The New York Times, 22 août 2006, <http://www.nytimes.com/2006/08/22/opinion/22clinton.html?pagewanted=print>, consulté le 15 mai 2009.

6   Idem.

7   White House, Rallying the Armies of Compassion (Rapport préfacé par le président Bush), janvier 2001, <http://www.whitehouse.gov/news/reports/faithbased.pdf>, consulté le 27 octobre 2008.

8    Idem.

9   Lire Edward Banfield, The Unheavenly City, Boston: Little Brown & Company, 1970;Charles Murray, Losing Ground. American Social Policy, 1950-1980, New York: Basic Books, 1984; Lawrence Mead, Beyond Entitlement. The Social Obligations of Citizenship, New York: Free Press, 1986.

10    Cette offensive a été menée par Newt Gingrich, chef de file des républicains au Congrès.

11   David Stockman était le représentant républicain de l’État du Michigan jusqu’à 1981. Devenu directeur influent de l’Office of Management and Budget sous Reagan, il a mis en place une politique économique fondée sur la Supply-Side Economics. George Gilder est un militant républicain qui avait publié un ouvrage devenu célèbre Wealth and Poverty, New York: Basic Books, 1981. Charles Murray, politologue conservateur respecté, est connu surtout pour son livre Losing Ground, op.cit. Peter Berger, sociologue de renom et John Neuhaus, homme d’Église et écrivain, ont publié ensemble, To Empower People: The Role of Mediating Structures in Public Policy, Washington, DC: American Enterprise Institute, 1977.

12    Le successeur de Berger et Neuhaus, le théologien Michael Novak, a supprimé le Big Business de son analyse. Voir Michael Novak, Toward a Theology of the Corporation: Studies in Religion, Philosophy, and Public Policy, Washington, DC: American Enterprise Institute, 1991.

13    P. Berger & J. Neuhaus, To Empower People, op. cit.

14   Anne Farris, Richard P. Nathan & David J. Wright, Washington, DC: Roundtable on Religion  and Social Welfare Policy, août 2004, 6,

<http://www.religionandsocialpolicy.org/docs/policy/FB_Administrative_Presidency_Report_10_08_04.pdf>, consulté le 30 octobre 2008.

Alan Cooperman, “Faith-Based Charities May not Be Better, Study Indicates”, The Washington Post, May 25, 2003, <http://www.washingtonpost.com/ac2/wp-dyn/A35615-2003May24>, consulté le 25 octobre 2008.

15    Idem.

16   Sur ce dernier point, lire David Kuo (ancien directeur adjoint des FBI), Tempting Faith: An Inside Story of Political Seduction, New York: Free Press, 2006.

17   Anne Farris, Claire Hughes, “Durability of Bush Administration’s Faith-Based Effort at Issue in 2008”, Washington, DC: The Roundtable on Religion and Social Welfare Policy, 15 janvier, 2008, <http://www.religionandsocialpolicy.org/news/article.cfm?id=7551>, consulté le 25 octobre 2008.

18   Lire le rapport de Lisa M. Montiel & David J. Wright, Getting a Piece of the Pie: Federal Grants to Faith-Based Social Service Organizations, Washington, DC: The Roundtable on Religion and Social Policy, février 2006, <http://www.socialpolicyandreligion.org/docs/research/federal_grants_report_2-14-06.pdf>, consulté le 26 octobre 2008.

19   Idem.

20   Idem.

21   Courtney Burke, James Fossett & Thomas Gais, Funding Faith-Based Social Services in a Time of Fiscal Pressure, Washington, DC: The Roundtable on Religion and Social Policy, octobre 2004, <http://www.socialpolicyandreligion.org/docs/general/10-26-02_Funding_FB_SS-Fiscal%20Pressures.pdf>, consulté le 25 octobre 2008.

22    Lire Cooperman Alan & Elizabeth Williamson, “FEMA Plans to Reimburse Faith Groups for Aid”, Washington Post, 27 septembre 2005, <http://www.washingtonpost.com/wp-dyn/content/article/2005/09/26/AR2005092601799_pf.html> ; Max Blumenthal, “Pat Robertson’s Katrina Cash”, The Nation, 7 septembre 2005 <http://www.thenation.com/doc/20050919/blumenthal> ; Thomas Edsall, “Grants Flow to Bush Allies on Social Issues”, Washington Post, 22 mars 2006, <http://www.washingtonpost.com/wp-dyn/content/article/2006/03/21/AR2006032101723_pf.html> ; Bill Berkowitz, “FEMA Finds Faith in the Aftermath of Hurricane Katrina”, Media Transparency, 20 octobre 2005, <http://www.mediatransparency.org/story.php?storyID=89>, consultés le 25 octobre 2008.

23 Voir MSNBC, “After Katrina, More Faith-Based Initiatives Seen”, 31 octobre 2005, <http://www.msnbc.msn.com/id/9852785/>, consulté le 24 mai 2009.

24  Rapport du Working Poor Families Project, Working Hard, Still Falling Short, 2008, <http://www.workingpoorfamilies.org/pdfs/NatReport08.pdf>, consulté le 29 octobre 2008.

25    Cité dans Ellen Simon, “Report: Working Poor Increased from 2002 to 2006”, Businessweek, 14 octobre, 2008, <http://www.businessweek.com/ap/financialnews/D93QBLFG1.html>, consulté le 27 octobre 2008.

26    Cette augmentation est due à la baisse des revenus des foyers  composés de femmes seules. L’étude du Bureau of the Census a été faite en février, mars et avril 2007. Lire Ron Scherer, “Census: Income Rose, Middle Class Grew in 2007”, Christian Science Monitor, 27 août 2008, <http://www.csmonitor.com/Money/2008/0827/p01s07-usec.html>, consulté le 28 octobre 2008.

27    Idem.

28    Cité dans “US Poverty Rate Remains Unchanged”, The New York Times, 30 août 2006.

29    Idem.

30  “Downward Mobility” (editorial), TheNew York Times, 30 août 2006, <http://www.nytimes.com/2006/08/30/opinion/30wed1.html?_r=1&scp=3&sq=Downward%20Mobility&st=cse&oref=slogin>, consulté le 25 octobre 2008.

31     Idem.

32   En dollars constants de 2003. Ces chiffres portent sur les plus importantes réductions d’impôts depuis la Deuxième Guerre mondiale. Voir William Ahern, Comparing the Kennedy, Reagan and Bush Tax Cuts, Washington, DC: Tax Foundation, 24 août 2004, <http://www.taxfoundation.org/files/ff15.pdf>.

33    Voir Edmund L. Andrews, “Tax Cuts Offer Most for Very Rich, Study Says”, The New York Times, 8 janvier 2007, <http://www.nytimes.com/2007/01/08/washington/08tax.html>, consulté le 25 octobre 2008.

34  Paul Krugman, “Bush Tax Cut Mythology”, The New York Times, 14 janvier 2008,  <http://krugman.blogs.nytimes.com/2008/01/14/bush-tax-cut-mythology/>, consulté le 25 octobre 2008.

35    Blog officiel de Barack Obama. Community Blog : <http://my.barackobama.com/page/community/post/amandascott/gG5xY3>, consulté le 25 octobre 2008.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

La Revue LISA/LISA e-journal, Vol. VIII - n°1, 2010  

Référence électronique

Taoufik Djebali, « Pauvreté et politique sociale : le bilan des années Bush  », Revue LISA/LISA e-journal [En ligne], Vol. VIII - n°1 | 2010, document 5, mis en ligne le 04 mars 2010, consulté le 24 avril 2014. URL : http://lisa.revues.org/3342 ; DOI : 10.4000/lisa.3342

Haut de page

Auteur

Taoufik Djebali

Taoufik Djebali est titulaire d’une maîtrise d’anglais de l’Université de Tunis, d’un DEA en sociologie de l’École des Hautes Études en Sciences Sociales et d’un doctorat en civilisation américaine de l’Université Paris-Sorbonne (Paris 4). Actuellement maître de conférences à l’Université de Caen, il a publié de nombreux articles sur la société et l’économie américaine et appartient aux centres de recherche LSA (Université de Caen) et CERVEPAS (Sorbonne Nouvelle – Paris 3).

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Presses Universitaires de Rennes

Haut de page
  • Revues.org