Navigation – Plan du site
Théories et méthodes au croisement des disciplines

Vers une théorie décisionnelle de la traduction

Toward a Decision-driven Translation Theory
Christine Durieux
p. 349-367

Résumé

Until now, research on translation was within the framework of a formal theory paradigm. An extension of structuralism, linguistic theories of translation claim complete objectivity. In opposition to that hyperpositivism, interpretive theories open widely to constructivism. The translator acts as an intermediary in the communication chain and, to that end, activates an inference engine in order to build the meaning of the text to be translated. However, if the translating process may be defined as a sequence of decisions, decision-making is not the result of a purely rational reasoning relying on strict inference rules but the outcome of a mechanism ruled by bounded rationality. The decision-making process is governed by selective attention and controlled by emotions, hence situating the translating process between reason and emotion.

Haut de page

Texte intégral

Ainsi la science n’est pas seulement une accumulation de vérités vraies. Disons plus, à la suite de Popper : elle est un champ toujours ouvert où se combattent non seulement les théories mais les principes d’explication, c’est-à-dire aussi les visions du monde et les postulats métaphysiques.
Edgar Morin (1990 : 24)

Introduction

  • 1  En 1734, Voltaire publie ses Lettres philosophiques, qui sont à la fois une sorte de reportage sur (...)
  • 2  Plusieurs auteurs érudits ont publié une histoire de la traduction et des traducteurs. A cet égard (...)

1Traductologie : le mot a été forgé, semble-t-il, par Brian Harris en 1972 opportunément pour dénommer une réflexion qui commençait à acquérir de la substance et à prendre forme. Certes, le débat entre fidélité à la lettre et fidélité à l’esprit remonte sans doute à l’Antiquité et s’est poursuivi jusqu’à nos jours, traversant les modes et les idées dominantes, donnant lieu à une terminologie variée. A cet égard, après la Querelle des Anciens et des Modernes, on ne saurait passer sous silence « les belles infidèles » du XVIIe siècle pour lesquelles, d’ailleurs, le goût perdure au XVIIIe siècle, à en juger par la prise de position de Voltaire (1734)1 : « Malheur aux faiseurs de traductions littérales, qui en traduisant chaque parole énervent le sens ! C’est bien là qu’on peut dire que la lettre tue, et que l’esprit vivifie ». Toutefois, il ne s’agit encore que d’une opinion sur la manière de traduire. A cette ouverture parfois démesurée et excentrique vers la liberté dans la traduction, où tout est permis, succède un retour dominant à la littéralité au XIXe siècle, que confirme l’Avertissement de l’éditeur de la traduction de l’Iliade par Leconte de Lisle (1866) : « Le temps des traductions infidèles est passé. Il se fait un retour manifeste vers l’exactitude du sens et la littéralité ». A cette époque encore, à part quelques brillants traités sur l’art de traduire ou la manière de (bien) traduire2, il n’y a guère que les préfaces d’œuvres traduites et les critiques de traduction qui fournissent des informations sur la pratique de la traduction, et encore s’agit-il plutôt d’appréciations impressionnistes de ce que devrait être une « bonne » traduction. Les points de vue exprimés relèvent plus d’un positionnement dogmatique que d’une réflexion sur la traduction en tant que processus. C’est au courant du XXe siècle que la traduction cesse d’être perçue exclusivement comme un art et commence à être considérée aussi comme une discipline. Toutefois, le débat n’est pas tranché et les oppositions subsistent entre partisans de la littéralité la plus grande possible tant que la langue d’arrivée ne s’en trouve pas pervertie, et partisans d’une réécriture présentant la même fluidité que la rédaction du texte original et suscitant les mêmes émotions chez le lecteur. Le présent développement se positionne délibérément en dehors de ce débat stérile et tente de retracer l’évolution de la réflexion traductologique depuis son ancrage dans le structuralisme jusqu’à son inscription actuelle dans le paradigme de la complexité.

Les théories linguistiques

  • 3  Ce point de vue est défendu avec force par Peter Newmark dans A Textbook of Translation, New York/ (...)

2Dans le prolongement du structuralisme, les théories linguistiques de la traduction prétendent à une grande objectivité. C’est sans doute leur principale revendication. De fait, l’objet de la traduction est la langue, c’est-à-dire l’expression verbale concrétisée par des graphismes noirs sur fond blanc pour prendre l’exemple le plus courant du texte écrit, imprimé sur papier. Les défenseurs de ces théories remarquent que la seule matière objective sur laquelle le traducteur puisse travailler, c’est bien un ensemble de mots agencés en phrases3. Le traducteur a donc pour tâche de traduire des mots et/ou des groupes de mots. Dans ce cas, il focalise son attention sur la langue, au sens saussurien du terme.

  • 4  Les linguistes eux-mêmes ont conscience de cette limite de leur champ d’investigation. C’est ce qu (...)

3Dans cette optique, le texte est considéré comme une entité fermée, vu en une seule dimension. Le texte est constitué de mots qui se succèdent pour former des syntagmes, eux-mêmes articulés pour former des phrases qui à leur tour s’enchaînent. Bref, le texte est ramené à une séquentialité de phrases. D’ailleurs, on remarque que l’objet de la linguistique est le mot, le syntagme ou la phrase ; les études linguistiques ne vont guère au-delà4. Dans leur souci d’objectivité, les tenants de cette position théorique voient le texte, en tant qu’objet d’investigation, comme une entité autonome, extérieure à l’observateur et totalement indépendante de lui. Il y a donc disjonction entre le sujet traduisant et l’objet traduit. En outre, si le texte est considéré comme une entité isolée, autonome, indépendante du lecteur, il est aussi perçu comme étant indépendant de tous les autres textes qui ont pu exister avant lui et qui existeront après lui.

4Vu sous cet angle, le texte ne véhicule qu’un seul sens, celui qui a été voulu par l’auteur et qu’il a codé en utilisant des éléments linguistiques dont la seule lecture doit permettre la reconstruction du sens. Le présupposé fondamental est ici qu’un sens ne peut être codé que d’une seule manière, donnant lieu à une production linguistique décodable de façon réversible pour redonner le sens initial. Ainsi, l’ensemble de mots qui constitue le texte est une réalité objective qu’il y a lieu de transcoder pour en donner une traduction « fidèle ». Le sens étant censé être dans les mots et leur agencement (lexique + syntaxe), il y a pratiquement une sorte de relation obligée entre la présence des mots et leur place dans la phrase et la traduction qu’il y a lieu d’en donner.

5Cette conception du texte conduit à considérer qu’il est possible de l’appréhender de façon fragmentaire. En effet, il est vu dans une seule dimension – sa dimension horizontale – qui correspond à la présentation séquentielle des mots composant les phrases et des phrases composant le texte. De ce fait, le texte peut être décomposé en éléments ou en unités élémentaires de signification, chacune d’elles pouvant faire l’objet d’une analyse séparée et, donc, d’une traduction dans une autre langue.

6Les phrases, ou le texte à traduire réduit à une succession de phrases, sont transcodées d’une langue à l’autre. L’opération consiste à puiser des correspondances lexicales pré-établies répertoriées dans des dictionnaires bilingues ou apprises par coeur et à appliquer des règles de syntaxe de la langue d’arrivée pour assurer le bon agencement des correspondances adoptées. Traduire revient alors à repérer des éléments préexistants et à les positionner et les imbriquer à la manière d’un puzzle de façon à se rapprocher le plus possible de l’image virtuelle du texte à reconstituer dans la langue d’arrivée. Il s’agit donc d’un processus linéaire qui porte sur une entité fermée. Par exemple, la traduction scolaire porte sur des fragments de textes isolés. L’exercice lui-même procède par découpage de l’extrait de texte à traduire en fragments plus petits, généralement de la taille d’une phrase ou d’une proposition si la phrase est jugée trop longue pour être traitée en bloc. Le présupposé est qu’il est ensuite possible de ré-agréger les fragments traduits, ou plutôt transcodés, pour reconstituer le tout. Dans ce cas, le tout est égal à la somme des parties. La traduction présente ainsi des caractères de prévisibilité et de réversibilité. C’est cette conception de la traduction qui est à l’origine des travaux sur la traduction automatique, et qui a mené à l’impasse que l’on constate encore aujourd’hui.

  • 5  Cette approche, très répandue en milieu scolaire et universitaire, a donné lieu au comparatisme. L (...)

7En effet, dans le cadre de la théorie linguistique de la traduction, l’approche est contrastive. Par contrastivité, nous entendons la recherche de correspondances entre deux langues. De fait, selon cette théorie, la traduction se fait par la mise en regard des formes d’expression dans la langue source et dans la langue cible5. Il s’agit de correspondances pré-établies, consignées antérieurement à la traduction. L’opération traduisante consiste en quelque sorte à puiser dans un catalogue de correspondances interlinguistiques les termes et les tournures voulues. Cette approche implique une démarche de type transcodage. De fait, la traduction au sens de l’opération traduisante est vue comme la conversion d’un code linguistique en un autre code linguistique et l’outil idéal pour réaliser ce type de conversion est bien entendu le dictionnaire bilingue. Le présupposé est là encore la réversibilité, puisqu’il est entendu qu’il y a bijection  entre les mots d’une langue et leur correspondance dans l’autre langue (par exemple, dans l’extrait donné plus bas : ligne line et jaune  yellow).

  • 6  Les manuels couramment recommandés pour les études de langues vivantes étrangères se situent dans (...)

8L’évaluation apporte un autre exemple d’application de la propriété analogique de réversibilité. Selon la théorie linguistique, l’évaluation d’une traduction se fait par rapport au texte de départ. Il s’agit de voir si, dans la traduction produite, on retrouve bien tous les éléments présents dans le texte original. D’ailleurs, certains auteurs vont jusqu’à affirmer que le gage d’une bonne traduction est la possibilité de faire une traduction inverse permettant de retrouver les formulations mêmes du texte original. De plus, la référence par rapport à laquelle une traduction est évaluée est un corrigé-type unique (Durieux, 2005b). De fait, la théorie linguistique est plus particulièrement appliquée comme justification méthodologique dans le cas de l’enseignement / apprentissage des langues étrangères6 et l’évaluation d’une traduction se fait alors par référence au corrigé préparé par l’enseignant. Ce corrigé étant censé représenter la traduction idéale, l’évaluation se fait par rapport à cette traduction idéale, tout écart par rapport à cette référence donnant lieu à une sanction sous forme de points défalqués de la note maximale envisageable.

9On peut alors s’interroger sur ce qu’est la qualité en traduction.  Toujours dans ce même cadre théorique, la qualité d’une traduction est appréciée sur le plan intrinsèque, c’est-à-dire uniquement dans sa dimension linguistique par rapport au texte original. Que toutes les unités linguistiques aient bien été transcodées, et la traduction est réputée être de qualité. Il découle naturellement de ce qui précède que la fidélité en traduction est une fidélité à l’émission du texte, une fidélité à la forme du texte original, une fidélité à la lettre. Dans ce cadre, la finalité de la traduction est normalement l’enseignement/apprentissage des langues étrangères. En effet, c’est là que la théorie linguistique de la traduction s’applique le mieux. Le seul lecteur du résultat de l’exercice de traduction est l’enseignant. Celui-ci apprécie la prestation de ses élèves en fonction de ce qu’il leur a enseigné et de ce qu’ils sont censés avoir appris. Dans les études de langues étrangères, la traduction est utilisée comme contrôle des connaissances, ce qui justifie le rôle de la traduction littérale généralement pratiquée et attendue.

10Les postulats sous-jacents aux théories linguistiques de la traduction sont notamment que tout est présent dans le texte original, que le sens est dans les mots, qu’en cas de polysémie, le contexte à lui seul permet de lever l’ambiguïté et que pour effectuer une traduction il convient de mobiliser des connaissances linguistiques. Ainsi la thèse de l’autonomie du sens et la thèse de la dépendance contextuelle mènent naturellement à l’adoption du principe instructionnel. La croyance en la validité de ce principe conduit à adopter une démarche ascendante (bottom up) de construction du sens. Cette démarche analytique procède par repérage de marqueurs et de connecteurs de nature à permettre un calcul du sens, considérant que les connexions logico-sémantiques sont censées assurer la lisibilité linéaire d’une séquence. Ainsi, le sens d’un énoncé résulte du traitement des seules instructions linguistiques présentes dans le contexte. Tout se passe donc en milieu fermé. Le texte-objet renferme à la fois les instructions pour le décodage d’un premier niveau de sens (co-texte) et les instructions pour le passage (obligé par le contexte) à un second niveau de sens. L’extrait ci-dessous de l’éditorial consacré à « l’affaire des fausses cellules souches » en donne un exemple :

Il est à présent certain que le célèbre scientifique sud-coréen Hwang Woo-suk n’a jamais créé de cellules souches spécifiques à des patients, malgré ses affirmations dans la prestigieuse revue Science en mai 2005. Avec cette imposture scientifique, la ligne jaune a été franchie.

11Ainsi, au premier niveau, l’adjectif jaune est reconnu comme épithète de ligne, suscitant une compréhension de type : un trait de couleur jaune. Au second niveau, avec la prise en compte du contexte, la ligne jaune est comprise comme une limite au-delà de laquelle il n’aurait pas fallu s’aventurer par analogie avec la ligne jaune qui, dans le code de la route, matérialise une limite à ne pas franchir.

Les théories interprétatives

12Face à l’ultrapositivisme des théories linguistiques de la traduction, les théories interprétatives font la part belle au constructivisme en impliquant tous les acteurs de la communication. De fait, alors que les théories linguistiques ne s’intéressent qu’à la langue, les théories interprétatives remettent l’être humain au cœur de la communication : « Dans la définition de l’opération de traduction, on en était venu à faire abstraction de l’homme qui traduit et des mécanismes cérébraux mis en jeu, pour n’examiner que les langues et ne voir dans l’opération de traduction qu’une réaction de substitution d’une langue à l’autre » (Seleskovitch, 1984 : 294). En totale opposition aux théories linguistiques, les théories interprétatives se positionnent résolument dans une logique de communication. Avec la négation de la thèse de l’autonomie du sens et de la stricte dépendance contextuelle, c’est une première rupture épistémique qui s’opère. Dans sa version initiale, le paradigme interprétatif est le résultat de l’observation théorisée d’une pratique professionnelle d’interprétation de conférence. C’est ainsi qu’un processus de raisonnement inductif aboutit à une forme de doxa.

  • 7  Sur ce point, voir Umberto Eco, L’Œuvre ouverte, Paris : Seuil, 1965 ; et Lector in fabula, Paris  (...)

13La position interprétative prend en quelque sorte le contre-pied de l’argument linguistique. Dans ce cadre, l’objet de la traduction n’est plus le dire, n’est plus la langue, n’est plus l’expression linguistique, mais le vouloir-dire, désignant ce que veut dire le texte. On retrouve là presque l’opposition saussurienne entre langue et parole. Ce sur quoi va porter la traduction, ce ne sont plus les mots mais la production de l’acte langagier replacée dans la situation de communication. Il y a donc lieu de ne pas s’en tenir aux mots, mais de rechercher le sens qui se dégage des mots. En quelque sorte, les mots ne sont que des stimuli qui permettent au lecteur de construire un sens. Dans l’interaction entre le texte et le lecteur, ce dernier mobilise ce qu’il sait du sujet et de la situation de communication puis projette son savoir et globalement son acquis cognitif qu’il fait fusionner avec le résultat de son décodage linguistique du texte pour faire émerger un sens. Ce processus a pour effet de conférer au texte à traduire une certaine part de la subjectivité du traducteur, celui-ci participant activement à la construction du sens – ou  vouloir-dire – en y apportant un peu de lui-même7. Dans ce cadre, le texte apparaît comme une entité ouverte ; il peut véhiculer plusieurs sens. De fait, comme le sens naît, dans la tête du lecteur, d’une fusion des connaissances linguistiques et des connaissances thématiques ainsi que des connaissances liées à la situation de communication, aux conditions d’énonciation, etc., chaque lecteur – et le traducteur est un lecteur particulier –  projette sur le texte son propre bagage cognitif.

  • 8  A Montréal, les lignes de métro sont numérotées, mais elles sont surtout identifiées par une coule (...)

14En fait, dans l’exemple précédent sur l’affaire de fausses cellules souches, le traducteur comprend d’emblée que la ligne jaune est une limite à ne pas franchir, parce qu’il sait que la communauté scientifique juge inacceptable cette forme de fraude scientifique. Le traducteur  ne procède pas par décodage d’un sens propre suivi d’un repérage d’indices dans le contexte –  … n’a jamais créé … malgré ses affirmations… cette imposture scientifique... – pour construire un sens cohérent. Les mots ne suffisent pas à interpréter ligne jaune comme signifiant limite à ne pas franchir, ce sont les connaissances du monde que possède le traducteur qui lui permettent d’interpréter correctement cet énoncé, sans y voir une référence possible au code de la route ou à une des lignes de métro de Montréal8.

15Le postulat sur lequel repose la version initiale de la théorie interprétative de la traduction est l’existence d’une phase de déverbalisation entre la phase de compréhension et la phase de réexpression. Cette démarche en trois temps a l’immense mérite, sur le plan pédagogique, de faire admettre aux apprentis interprètes et traducteurs que l’opération traduisante n’est pas un simple exercice de transcodage, de conversion d’un code linguistique en un autre code linguistique, mais qu’elle consiste à appréhender le sens qu’il convient ensuite de réexprimer (Seleskovitch, 1984). Cette phase intermédiaire implique une rupture entre la langue de départ et la langue d’arrivée. Fondée sur une intuition, la déverbalisation est alors érigée en théorie.

16La croyance en cette forme de théorisation fondée sur l’observation de sa propre pratique professionnelle conduit à cautionner la méthode des protocoles verbaux (Think aloud protocols) pour expliquer – scientifiquement, croit-on – le fonctionnement des mécanismes mentaux chez le traducteur. L’idée de départ est que, de même que l’observation de la prestation de l’interprète de conférence permet d’inférer ce qui se passe dans son cerveau, de même le sujet est parfaitement conscient de ce qu’il fait et une simple introspection doit pouvoir livrer la clé de ce qui se passe dans la boîte noire. Ces croyances ont bien sûr montré leurs limites et la version initiale de la théorie interprétative a servi de substrat à une version plus avancée.

  • 9  Nous avons développé un parallèle entre les conditions d’exercice du métier de traducteur et d’int (...)
  • 10  Nous avons illustré cette position théorique dans « La créativité en traduction technique », Heide (...)

17Cette version avancée, fonctionnelle et adaptative, trouve son ancrage dans le modèle de Reiss et Vermeer (1984) fondateur de la Skopostheorie. Ce paradigme théorique est plus particulièrement applicable à  la traduction écrite. En effet, les différences majeures entre la tâche de l’interprète de conférence et celle du traducteur relèvent des circonstances de la communication. L’interprète bénéficie d’une identité de temps, de lieu et de destinataires dans la communication alors que le traducteur travaille nécessairement en différé par rapport à la production du texte original et s’adresse à une communauté de lecteurs différente des destinataires du texte original9. Ces différentiels peuvent s’accompagner d’un décalage du Skopos, c’est-à-dire de la fonction du texte. De ce fait, le destinataire de la traduction, avec l’effet que l’on veut produire sur lui et la réaction que l’on souhaite susciter chez lui, devient un paramètre pris en compte dans l’opération traduisante. En conséquence, l’adaptation n’est pas considérée comme un ajout à la traduction intervenant après sa production, mais comme une phase intégrée à l’opération traduisante. Cette dimension adaptative offre au traducteur une grande liberté et lui permet de laisser libre cours à sa créativité10. D’ailleurs, l’évaluation de la traduction se fait alors par rapport à la fonctionnalité du texte d’arrivée. L’évaluation d’une traduction passe donc par une appréciation de son utilité fonctionnelle, et comme il existe bien souvent plusieurs manières d’exprimer un vouloir-dire de façon correcte et de telle sorte que le lecteur puisse le comprendre et l’utiliser, il y a plusieurs traductions possibles. Est considérée comme une traduction possible, une traduction qui satisfait aux critères de transparence, d’efficacité et de fonctionnalité, autrement dit une traduction que le lecteur peut assimiler d’emblée à un texte rédigé spontanément par un locuteur natif, qui véhicule effectivement le même vouloir-dire que le texte original et dont le lecteur peut se servir. Puisque plusieurs traductions d’un même texte sont possibles, la qualité d’une traduction est appréciée sur le plan extrinsèque, c’est-à-dire dans son adéquation à la situation de communication. Cette théorie fonctionnaliste de la traduction ne renie pas le fondement de la théorie interprétative qui souligne le rôle primordial joué par les compléments cognitifs dans la construction du sens et qui fait du sens l’objet-même de la traduction. Elle va au-delà de la doxa relative à l’interprétation de conférence en ouvrant la réflexion aux conditions de la traduction écrite.

  • 11  Cette troisième dimension n’est pas sans rappeler la notion d’intertextualité, développée par Juli (...)
  • 12  Nous avons longuement développé l’application de l’approche documentaire dans notre livre Fondemen (...)

18De fait, la traduction écrite porte sur des textes. A cet égard, il y a lieu de préciser ce que l’on entend par texte. Loin d’être une entité isolée, le texte se trouve interconnecté avec d’autres textes dans des relations dites intertextuelles qui conduisent, par un appel de référence, à conférer un sens éventuellement particulier à l’expression linguistique pure. On voit alors que la lecture consiste à construire un sens qui est fonction de l’acquis cognitif du lecteur. Avec la prise en compte d’un large contexte thématique et situationnel, et de son interconnexion dans un réseau d’autres textes, le texte est considéré dans ses trois dimensions. A la dimension horizontale, correspondant au critère de connexion, c’est-à-dire à la succession de phrases s’enchaînant séquentiellement, il y a lieu d’ajouter une dimension verticale, correspondant au critère de cohésion, qui est l’articulation des idées à l’intérieur du texte : autrement dit, la dynamique du texte. Il faut encore ajouter une troisième dimension, qui est une dimension transversale, correspondant au critère de cohérence et qui met en jeu les liens qu’entretient le texte à traduire avec d’autres textes produits avant lui11. De ce fait, il n’est plus question d’appréhender le texte de façon fragmentaire et séquentielle, car une telle démarche méconnaîtrait la deuxième et la troisième dimension du texte. La démarche ne peut donc être que globale. A ce stade, on peut souligner que le texte présente une synergie dans laquelle le tout est supérieur à la somme des parties. Ainsi, on peut affirmer que le sens d’un énoncé est supérieur à la somme des significations des mots qui le composent. Cela influe sur l’approche traductologique : il n’est plus question de rechercher des correspondances de langue, mais des équivalences de discours. Autrement dit, on va se poser la question de savoir comment un locuteur natif de la langue cible exprimerait spontanément le vouloir-dire identifié dans le texte original. Cette recherche d’équivalence ne se fait donc pas dans des dictionnaires, mais dans de la documentation (Durieux, 2007). Idéalement, l’approche documentaire se fait dans les deux langues : la langue source et la langue cible. Bien entendu, il ne s’agit pas de trouver des textes préalablement traduits, mais des textes rédigés de façon spontanée sur un même thème par des locuteurs natifs de chacune des deux langues. Ce qui est intéressant, ce n’est pas la mise en regard de deux textes équivalents, mais le repérage de modes d’expression spontanés sur un même sujet, par des locuteurs natifs. Ainsi, pour la traduction, l’approche documentaire permet non seulement de comprendre de quoi traite le texte puisque l’exploitation de la documentation fournit un complément d’informations thématiques, mais aussi et surtout de découvrir comment naturellement ces connaissances s’expriment dans l’une et l’autre langue12. La démarche qui en découle est bien entendu une réécriture, une re-création, une nouvelle production d’un texte ayant sa structure propre.

19Le postulat est que tout texte a une mission à remplir auprès des lecteurs. Le traducteur professionnel est investi d’un rôle d’intermédiateur dans la chaîne de communication et la finalité de la traduction est de faire comprendre au lecteur, de le faire réagir et de le faire agir en conséquence.

20Toutefois, cette approche herméneutique de la saisie du sens remet en cause la notion de déverbalisation. De fait, qu’est-ce qu’une pensée nue sans support verbal ? L’affirmation de l’existence d’une phase de déverbalisation s’intercalant entre compréhension et réexpression n’est guère tenable, le sens déverbalisé flottant entre deux langues un peu comme on peut être assis entre deux chaises. De plus, comment concevoir une opération délibérée de déverbalisation, postérieure à la compréhension ? Il semblerait logique de considérer que l’accès au sens impliquant des actions constantes de référenciation se fait bien au cours de la phase de compréhension et non après. Cette critique de la déverbalisation entraîne une deuxième rupture épistémique qui conduit à construire un nouveau paradigme théorique.

Les théories inférentielles

21L’application du principe inférentiel vient efficacement se substituer au concept flou de déverbalisation pour expliquer l’absence de contact entre les langues et l’articulation de l’opération traduisante autour du sens. Il est alors possible de proposer une version progressiste fortement influencée par les sciences cognitives.

  • 13  Nous avons déjà développé cette idée en faisant valoir que, si le processus canonique de prise de (...)

22La démarche mise en œuvre pour exécuter une traduction – considérée comme un acte de communication interlinguistique et interculturelle – revêt la forme d’une succession de prises de décisions13. Tout au long de l’opération traduisante, les décisions s’enchaînent : décisions subconscientes et décisions délibérées. Spontanément, le traducteur n’accorde pas la même importance à toutes les unités lexicales composant le texte à traduire, en quelque sorte il décide de ce qui lui paraît majeur, de ce qui va retenir son attention, de ce sur quoi il va se  focaliser pour appréhender le sens. Les décisions subconscientes tendent à se situer plutôt au cours de la phase de compréhension, et les décisions délibérées plutôt au cours de la phase de réexpression lorsque le traducteur doit effectuer un choix parmi les formulations possibles pour produire la traduction la plus efficace. Il semble, en effet, que les correspondances linguistiques dûment répertoriées, y compris dans les dictionnaires les plus prestigieux, ne s’imposent pas de façon obligatoire au traducteur ; c’est le traducteur qui a le dernier mot, c’est lui qui décide d’adopter une correspondance pré-existante ou au contraire de créer une équivalence. A cet égard, réfuter le principe instructionnel de calcul du sens (répondant aux théories linguistiques) pour adopter le principe inférentiel de construction du sens (répondant aux théories interprétatives) est déjà une première étape dans l’évolution de la réflexion traductologique. L’approche inférentielle explique les effets de sens par des principes pragmatiques. La construction du sens n’est pas le produit de la signification des mots composant l’énoncé, mais le résultat d’un processus inférentiel, c’est-à-dire d’un raisonnement logique, exploitant à la fois les informations linguistiques et des informations non-linguistiques telles que la connaissance du sujet traité et des facteurs circonstanciels de la communication, et les composantes para-linguistiques du texte. Le mécanisme mental mis en oeuvre chez le traducteur est de type si ... alors ; c’est le modèle du moteur d’inférence adopté en intelligence artificielle. Ce processus implique une récupération en mémoire de connaissances extérieures au texte. Les inférences sont en quelque sorte des informations activées bien qu’elles ne soient pas mentionnées explicitement. Une fusion des inférences produites et des informations explicites s’opère, qui aboutit à la construction structurée d’un sens. L’idée avancée intuitivement par les théories interprétatives de la traduction est que la construction du sens se fait par mobilisation et fusion des connaissances linguistiques activées par la lecture du texte à traduire et des connaissances thématiques préalablement acquises et stockées en mémoire par le traducteur, afin d’aboutir à un tout cohérent. Toutefois, dans la pratique professionnelle courante, cette fusion se réalise non pas à l’issue d’un long calcul, mais de façon spontanée et assure la saisie du sens selon le principe de pertinence (Sperber et Wilson, 1986). Le sens global le plus probable et pertinent est celui qui résulte du traitement de l’information présentant le coût cognitif le plus faible. Le sens perçu s’impose à l’esprit ; il se détache comme une image ressort sur un fond. A cet égard, on peut convoquer la théorie de la Gestalt. C’est d’ailleurs le seul fondement théorique plausible pour expliquer la performance de l’interprète de conférence en interprétation simultanée : en quelque sorte, il surfe sur la vague du sens.

23Si l’on reprend l’exemple de l’affaire des fausses cellules souches, dans ce contexte, la ligne jaune est immédiatement perçue comme étant une limite immatérielle à ne pas franchir, sans passer par la représentation mentale d’une ligne jaune déroulée sur une chaussée. De fait, dans l’extrait ci-dessous d’un article traitant de « la police de la pensée » à propos du débat sur la colonisation, on peut lire :

Pour nombre de chercheurs, c’est avec le procès intenté à Olivier P-G, paisible savant devenu à son corps défendant le symbole de la liberté menacée, que la ligne blanche est franchie.

24Cette fois, la ligne est blanche, elle a changé de couleur, mais la compréhension est immédiatement, là encore, une limite immatérielle au-delà de laquelle il n’aurait pas fallu s’aventurer. Avec un autre changement de couleur, la référenciation renvoie encore immédiatement à une limite à ne pas dépasser :

SFR franchit la ligne rouge en ciblant les enfants de 11 ans. En adoptant une posture commerciale agressive, l’opérateur est à mille lieues du principe de précaution.

25Avec la couleur rouge, le danger que constitue la transgression de la limite est-il plus grave ? On pourrait le penser à lire ce qu’a titré la presse à propos de la guerre israélo-libanaise de l’été 2006 :

Israël a franchi la ligne rouge : demain l’Apocalypse ?

26Cette ligne rouge est bien immatérielle et renvoie à un acte de guerre, mais on remarque aussi qu’en entrant au Sud Liban l’armée israélienne a franchi la « ligne bleue » c’est-à-dire la frontière tracée par l’ONU entre le Liban et Israël. Quelle que soit la couleur de la ligne, la compréhension de la réalité est globale et immédiate ; il n’y a pas de calcul du sens à partir des unités linguistiques, mais bien une saisie spontanée du sens pertinent grâce à l’apport de connaissances du monde et de la situation évoquée.

27Dans une visée pédagogique, notamment dans le cadre de la formation de futurs traducteurs professionnels, il est utile de mettre en évidence la construction du sens selon un processus inférentiel. L’efficacité de la recherche documentaire pour effectuer des traductions n’est plus à démontrer, encore faut-il exploiter judicieusement les informations recueillies et les mobiliser sous forme de connaissances pour pouvoir faire tourner le moteur d’inférence. Dans ce cadre, le raisonnement logique s’impose comme premier outil du traducteur ; le développement d’exemples réels témoigne de l’utilité de la démarche canalisée dans un strict enchaînement de propositions régi par la logique (Durieux, 1990). En fait, cette attitude doit beaucoup à la théorie de l’enquête de John Dewey (1938). Celle-ci articule cinq étapes successives : « (i) a felt difficulty ; (ii) its location and definition ; (iii) suggestion of possible solution ; (iv) development by reasoning of the bearings of the suggestion ; (v) further observation and experiment leading to its acceptance or rejection ; that is the conclusion of belief or disbelief » (Dewey, 1991 : 72). Son application à l’opération traduisante présente une pertinence visible. La mise en évidence d’un raisonnement logique aboutissant à la prise de décision permet de s’affranchir du concept flou de déverbalisation et de tenter d’éclairer le processus de compréhension.

28Le postulat est que tout traitement de l’information est le fait du raisonnement. D’ailleurs, les systèmes d’intelligence artificielle appliquent ce principe. De plus, sur la base du modèle de Kintsch et Van Dijk (1978), plus récemment Kintsch (1993) intègre les processus inférentiels dans un modèle théorique plus général de la compréhension.  

29Toutefois, à ce stade, la réflexion reste ancrée dans un paradigme formaliste, certes d’un autre ordre que dans le cas des théories linguistiques de la traduction, mais néanmoins contrainte par un processus purement rationnel obéissant à des règles d’inférence strictement appliquées.

Les théories décisionnelles

30Dès lors qu’on s’intéresse au fonctionnement de l’esprit humain, il y a lieu de faire intervenir le principe de rationalité limitée, et ce sera la troisième rupture épistémique. En effet, certes la traduction est une succession de prises de décisions, mais ces décisions ne sont pas le résultat d’un processus purement rationnel faisant appel à un raisonnement fondé sur des règles d’inférence rigoureuses. A cet égard, il y a lieu de formuler deux réserves. Déjà aux seules décisions sérielles, il apparaît pertinent d’ajouter les traitements parallèles effectués par le cerveau humain. De plus, à côté de la toute puissance du raisonnement logique qui exerce une forte attirance comme concept de rationalité idéale, il est opportun de faire une place à l’attention sélective pilotée par l’affect qui influe sur les croyances et les préférences et joue un rôle clé dans la prise de décision. « Nous émergeons d’un siècle soumis à la puissance de la raison. … cette puissance de la raison nous a fait croire que la décision était le produit du raisonnement » (Berthoz,2003 : 7-8).

  • 14  Il s’agit d’une méthode d’inférence statistique fondée sur une évaluation de probabilités. La prob (...)

31C’est sans doute dans le domaine économique qu’est apparu pour la première fois le concept de rationalité limitée (Simon, 1959) qui venait remettre en cause le principe d’inférence optimal bayesien14. Ainsi, par exemple, le consommateur n’achète pas un produit au terme d’une analyse complètement rationnelle de la situation, mais en se laissant influencer par ses préférences et ses croyances. Ce sont ses propres valeurs qui vont guider son interprétation des attributs d’un produit ou d’un service faisant l’objet de son analyse. Cette remarque est tout à fait transposable à l’opération traduisante. Non seulement les connaissances acquises du traducteur le guident dans son accès au sens du contenu du texte à traduire, mais aussi tout son système de valeurs intervient dans le processus d’interprétation-compréhension et contribue à l’orienter.

32De plus, la démarche du traducteur est pilotée par l’attention. En fait, l’attention est une fonction cognitive complexe qui implique un processus de sélection. Or, dès lors qu’il y a sélection, il y a décision. Ainsi, les décisions qui s’enchaînent pour conférer sa substance à l’opération traduisante et permettre son déroulement ne procèdent pas uniquement d’une analyse purement rationnelle, mais sont influencées par tout un environnement personnel soumis aux valeurs et aux humeurs. « Décider, c’est établir un équilibre délicat entre la puissance de l’émotion et la force de la cognition » (Berthoz, 2003 : 307). Présentant l’attention comme un ensemble d’activités cognitives lié à la manière dont le système cognitif traite l’information, Camus (1996) propose d’établir une distinction entre deux modes de traitement : d’une part, les processus automatiques, rapides, parallèles, subconscients et, d’autre part, les processus contrôlés, lents, sériels, délibérés. Ces deux modes se trouvent sollicités dans l’opération traduisante : le premier lorsque le traducteur n’éprouve pas de difficulté et effectue la traduction de façon fluide, auquel cas il fait effectivement appel à des automatismes ; le second lorsque la compréhension ou l’expression n’est plus spontanée et que le traducteur doit mener une recherche ou une réflexion méthodique pour résoudre le problème auquel il se heurte.

  • 15  Dans sa théorie des modèles mentaux, Johnson-Laird propose trois types de représentation : les pro (...)
  • 16  Nous avons déjà montré comment la représentation schématique des informations saisies dans le text (...)

33La résolution de problèmes ne se réduirait pas à des opérations logiques mais ferait appel à un raisonnement sous forme de propositions fondées sur des modèles mentaux (Johnson-Laird (1993). Avec sa théorie des modèles mentaux15, lui aussi remet en cause l’efficacité de l’inférence comme mode de raisonnement de nature à aboutir à une décision. En effet, il détache l’inférence de la déduction pour l’assimiler à l’induction, avec les limites que présente tout raisonnement inductif. La logique ne peut pas déterminer la seule solution donnée à un problème parmi l’infinie variété des solutions possibles. En outre, l’être humain n’est pas un logicien né ; il fait des erreurs. Et le traducteur n’est pas différent, ce n’est pas non plus un décideur idéalement rationnel. Pour pallier cette carence, l’expérience prouve que l’utilisation de diagrammes est une formidable aide à la décision, ce qui confirme l’idée d’un processus efficace autre que le seul moteur d’inférence16. En effet, le raisonnement logique est par nature sériel, linéaire et séquentiel, alors que le diagramme relève d’une spatialisation résultant d’un traitement parallèle. Or, il a été démontré que la représentation spatiale a la capacité d’aider la mémoire, d’étayer la prise de décision et de faciliter la réflexion. C’est le cas, bien connu, de la figure en géométrie.

34Une piste complémentaire est ouverte avec les théories de l’appréciation de Magda Arnold (1960) puis de Lazarus (2001). Dans cette optique, pendant la délibération qui précède la décision, l’être humain apprécie les éléments qui sont en jeu. Cette activité d’appréciation (appraisal) cognitive précèderait le jugement, et donc la prise de décision, et serait essentielle dans l’apparition d’une émotion. Avant de réagir de façon émotionnelle, le sujet prendrait en considération : d’une part, des composantes primaires – par exemple, la pertinence et la cohérence par rapport au but recherché – et, d’autre part, des composantes secondaires – par exemple, le blâme ou l’approbation.

35L’idée selon laquelle des mécanismes d’évaluation et d’appréciation contrôlent les émotions a suscité un large débat. Autrement dit, dans la chronologie, les émotions interviendraient dans le prolongement de la perception et de l’appréciation et détermineraient la décision. Ainsi, l’émotion n’est pas seulement une réaction, mais une préparation à agir (Berthoz, 2003). Ce point de vue est aussi celui de Damasio (1995, 1999) qui confirme que l’émotion ne serait pas une réaction mais un outil pour préparer l’action. L’émotion est un outil pour la décision, c’est un instrument puissant de prédiction d’un cerveau qui anticipe et projette ses intentions. En fait, en conférant des poids différents aux diverses options possibles, les émotions se révèlent indispensables à la prise de décision et à la mise en œuvre de comportements rationnels.

36L’émotion activerait les mécanismes de l’attention sélective et induirait non pas une déformation du monde perçu mais une sélection des objets perçus ou négligés  dans le monde, elle modifierait profondément la mise en relation de la mémoire avec la perception du présent.  L’émotion, guide de l’action, serait donc un filtre perceptif. « Ce mécanisme est fondamental pour la décision puisque nos décisions dépendent beaucoup de ce que nous percevons, de ce que notre cerveau échantillonne dans le monde et de la façon dont il met en relation les objets perçus avec le passé » (Berthoz, 2003 : 347).

37En résumé, le schéma ci-dessous pourrait avantageusement se substituer aux schémas courants en deux ou trois phases censés illustrer l’opération traduisante.

traducteur

perception

appréciation

émotion

attention sélective

traitement de l’information

décision

Conclusion

  • 17  Nous avons montré dans une précédente contribution que l’opération traduisante était un processus (...)

38En conclusion, ce développement vise à montrer l’évolution et la dynamique de la réflexion traductologique, qui tend à s’éloigner des strictes contraintes linguistiques pour s’inscrire dans le paradigme de la complexité17 et prendre en compte le facteur émotionnel dans la communication interlinguistique et interculturelle. Les repères indiqués ici marquent en fait de véritables ruptures épistémiques. D’abord, entre les théories linguistiques et les théories interprétatives, la rupture porte sur la nature du sens et son indépendance par rapport aux significations des unités linguistiques. Ensuite, entre la version initiale de la théorie interprétative de la traduction et la version avancée, la rupture porte sur la notion-clé de déverbalisation. La critique de la déverbalisation conduit à réfuter cette notion et à expliquer la construction du sens par un mécanisme inférentiel mettant en œuvre un raisonnement logique rigoureux. Enfin, en rupture avec ce paradigme formaliste, dans le sillage des sciences cognitives apparaît un nouveau cadre théorique récusant la toute puissance de la raison et intégrant l’émotion dans toute activité cognitive. Cette ouverture mène à la formulation d’une nouvelle théorie de la traduction qui s’articule autour de la décision régie par l’affect.

Haut de page

Bibliographie

ARNOLD Magda B., Emotion and Personality, vol. 1, Psychological Aspects, New York: Columbia University Press, 1960.

BERTHOZ Alain, La Décision, Paris : Odile Jacob, 2003.

CAMUS Jean-François, La Psychologie cognitive de l’attention, Paris : Armand Colin, 1996.

DAMASIO Antonio, L’Erreur de Descartes, Paris : Odile Jacob, 1995.

------, Le Sentiment même de soi, Paris : Odile Jacob, 1999.

DEWEY John, Logic : The Theory of Enquiry, Holt & Co, 1938, [trad. française : Logique – La théorie de l’enquête, Paris : PUF, 1967].

------, How We Think, New York: Prometheus Books, 1991, [éd. originale : Lexington, MA., D.C.: Heath, 1910].

DURIEUX Ch., « Le raisonnement logique: premier outil du traducteur », in Etudes Traductologiques, Minard, 1990, 189-200.

------, « Traduction et linguistique textuelle », Terminologie et Traduction, Commission des Communautés Européennes, Bruxelles, No. 1, 1997, 48-62.

------, « La traduction, exemple d’application de la prise de décisions sous contraintes », in Les décisions sous contraintes, Caen : Presses Universitaires de Caen, 2003, 169-182.

------, « La traduction : illustration d’un processus complexe », in Complexité, Bernard Cadet (dir.), Caen : Presses Universitaires de Caen, 2005a, 179-192.

------, « L’enseignement de la traduction : enjeux et démarches », Meta,vol. 50/1, Montréal, 2005b, 36-47.

------, « Le dictionnaire bilingue : quel outil pour le traducteur ? », Actes du colloque Sens propre et sens figuré, Tunis : Dar al-Mouna, 2007, 101-110.

GIGERENZER Gerd & Reinhard STELTEN, Bounded Rationality. The Adaptive Toolbox, Cambridge: MIT Press, 2001.

JOHNSON-LAIRD Philip & Eldar SHAFIR, « The Interaction between Reasoning and Decision Making: An Introduction », Cognition, No. 49, 1993, 1-9.

JOHNSON-LAIRD Philip, “Mental Models and Deduction”, Trends in Cognitive Science, Vol. 5, No. 10, 2001, 434-442.

KINTSCH Walter & Teun VAN DIJK, « Towards a Model of Discourse Comprehension and Production », Psychological Review, 85, 1978, 363-394.

KINTSCH Walter, “Information Accretion and Reduction in Text Processing, Inferences”, Discourse Processes, 16, 1993, 193-202.

LAZARUS Richard, « Relational Meaning and Discrete Emotions » in Appraisal Processes in Emotion, Oxford: Oxford University Press, 2001, 41 sq.

MORIN Edgar, Science avec conscience, Paris : Fayard, 1990.

REISS Katharina & Hans J. VERMEER, Grundlegung einer allgemeinen Translationtheorie, Tübingen: Niemeyer, 1984.

SELESKOVITCH Danica & Marianne LEDERER, Interpréter pour traduire, Paris : Didier Erudition, 1984, 294-308.

SIMON Herbert, “Theories of Decision Making in Economics and Behavioural Science”, American Economic Review, No. 49, 1959, 253-280.

SPERBER Dan & Deirdre WILSON, Relevance, Communication and Cognition, Oxford: Basil Blackwell, 1986, [trad. fr. La pertinence. Communication et cognition, Paris: Ed. de Minuit, 1989].

Haut de page

Notes

1  En 1734, Voltaire publie ses Lettres philosophiques, qui sont à la fois une sorte de reportage sur ce qu’il a observé en Angleterre pendant ses trois années d’exil et une critique de la société française de l’époque. Cette citation est extraite de la Dix-huitième lettre, sur la tragédie.

2  Plusieurs auteurs érudits ont publié une histoire de la traduction et des traducteurs. A cet égard, voir Michel Ballard, De Cicéron à Benjamin. Traducteurs, traductions, réflexions, Lille : Presses Universitaires de Lille, 1992 ; Christian Balliu, Les traducteurs transparents. La traduction en France à l’époque classique, Bruxelles : Les Editions du Hazard, 2002 ; Paul Horguelin, Anthologie de la manière de traduire,  Montréal : Linguatech, 1981.

3  Ce point de vue est défendu avec force par Peter Newmark dans A Textbook of Translation, New York/Londres: Prentice Hall, 1988 : “We do translate words because there is nothing else to translate; there are only the words on the page; there is nothing else there” (73).

4  Les linguistes eux-mêmes ont conscience de cette limite de leur champ d’investigation. C’est ce que confirme Catherine Fuchs : « C’est la phrase que les théories linguistiques ont, pour la plupart, adoptée comme unité d’analyse », dans Aspects de l’ambiguïté et de la paraphrase dans les langues naturelles, Berne : Peter Lang, 1985, 20.

5  Cette approche, très répandue en milieu scolaire et universitaire, a donné lieu au comparatisme. L’illustration type de l’application de cette approche au couple de langues anglais-français  se trouve dans des manuels tels que : J. P. Vinay & J. Darbelnet, Stylistique comparée du français et de l’anglais, Paris : Didier, 1968, reéd. 1976 ; et Jacqueline Guillemin-Flescher, Syntaxe comparée du français et de l’anglais, Paris : Ophrys, 1981 reéd. 1986. Ces deux ouvrages préconisent une approche contrastive et érigent le comparatisme en méthode de traduction.  

6  Les manuels couramment recommandés pour les études de langues vivantes étrangères se situent dans ce cadre théorique, comme en témoigne le livre très utilisé de Hélène Chuquet et Michel Paillard, Approche linguistique des problèmes de traduction, Paris : Ophrys, 1989.

7  Sur ce point, voir Umberto Eco, L’Œuvre ouverte, Paris : Seuil, 1965 ; et Lector in fabula, Paris : Grasset, 1985.

8  A Montréal, les lignes de métro sont numérotées, mais elles sont surtout identifiées par une couleur : ligne verte, ligne orange, ligne bleue et ligne jaune.

9  Nous avons développé un parallèle entre les conditions d’exercice du métier de traducteur et d’interprète dans « Interprétation et traduction : similitudes et divergences », in Hommage à Hasan-Ali Yücel, Publication de l’Université technique de Yildiz et de la Commission nationale Turque de l’Unesco, 1996, 173-182.

10  Nous avons illustré cette position théorique dans « La créativité en traduction technique », Heidelberg : TextContext, 9-19, 1991, qui reprend le texte d’une conférence donnée à l’Université d’Heidelberg en décembre 1990 à l’invitation de Pr. Hans Vermeer.

11  Cette troisième dimension n’est pas sans rappeler la notion d’intertextualité, développée par Julia Kristeva dans Recherches pour une sémanalyse, Paris : Seuil, 1978, selon laquelle un texte est toujours second, c’est-à-dire qu’il résulte d’une part d’emprunts à un modèle. Plus récemment, Anne Reboul dans son Dictionnaire encyclopédique de pragmatique, Paris : Seuil, 1994, définit la dimension intertextuelle comme « la capacité d’un discours à s’associer aux (ou à se dissocier des) autres discours sur le même thème » (324).

12  Nous avons longuement développé l’application de l’approche documentaire dans notre livre Fondement didactique de la traduction technique, Paris : Didier Erudition (1988, 2ème éd. 2009). En particulier, le chapitre 2, consacré à ce sujet, démontre, exemples à l’appui, l’efficacité de cette démarche pour l’exécution de traductions. « Seule une documentation sérieuse permet de comprendre de quoi on parle et comment on en parle » (69).

13  Nous avons déjà développé cette idée en faisant valoir que, si le processus canonique de prise de décision est effectivement applicable, il se déroule dans un cadre soumis à tout un jeu de contraintes (Durieux, 2003).

14  Il s’agit d’une méthode d’inférence statistique fondée sur une évaluation de probabilités. La probabilité attachée à un évènement est fonction des conditions (elles-mêmes affectées de probabilités) dans lesquelles peut se produire l’évènement en question. C’est une méthode d’aide à la décision qui permet de réviser ses choix au fur et à mesure de l’information acquise sur leurs conséquences.

15  Dans sa théorie des modèles mentaux, Johnson-Laird propose trois types de représentation : les propositions, qui représentent le monde sous forme de chaînes de symboles ; les modèles mentaux, qui présentent une structure analogue au monde ; et les images, qui reflètent les caractéristiques perceptibles des réalités faisant l’objet des modèles. Les expressions linguistiques sont d’abord transformées en représentations sous forme de propositions. Puis, la sémantique du langage mental crée des correspondances entre propositions et modèles mentaux, c’est-à-dire que les représentations sous forme de propositions sont interprétées en modèles mentaux.

16  Nous avons déjà montré comment la représentation schématique des informations saisies dans le texte à traduire au fil de la lecture aide à la prise de décisions traductologiques (Durieux, 1997) et nous avons illustré notre propos en appliquant la méthode préconisée à des extraits de textes réels.

17  Nous avons montré dans une précédente contribution que l’opération traduisante était un processus complexe, impliquant une longue phase d’instabilité entre deux états stables concrétisés par le texte original et la traduction produite (Durieux, 2005a).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Christine Durieux, « Vers une théorie décisionnelle de la traduction », Revue LISA/LISA e-journal, Vol. VII – n°3 | 2009, 349-367.

Référence électronique

Christine Durieux, « Vers une théorie décisionnelle de la traduction », Revue LISA/LISA e-journal [En ligne], Vol. VII – n°3 | 2009, mis en ligne le 19 mai 2009, consulté le 24 septembre 2017. URL : http://lisa.revues.org/119 ; DOI : 10.4000/lisa.119

Haut de page

Auteur

Christine Durieux

Professeur, (Caen, France)
Ancienne élève de l’Ecole supérieure de traducteurs et d’interprètes (ESIT) de l’Université Paris III, Docteur en traductologie, habilitée à diriger des recherches, Christine Durieux est en poste à l’Université de Caen depuis 1995. Elle est actuellement membre du bureau du PPF Modesco (modélisation en sciences cognitives) et de l’équipe de direction de la Maison de la recherche en sciences humaines (UMS 843 – CNRS) de l’Université de Caen, et à l’origine de la création du Master conjoint franco-hellénique Sciences de la traduction, et coordonnateur du réseau des Masters franco-helléniques. Expert auprès du Ministère des Affaires étrangères pour la coopération culturelle et interuniversitaire, avec pour principales réalisations : la création de l’Ecole doctorale franco-algérienne, et la mise en place d’un Master sciences de la traduction à l’Université Royale de Phnom Penh avec extension à l’Université Nationale du Laos et à l’Université d’HoChiMinhVille, elle est également l’auteur de Apprendre à Traduire (2ème édition, La Maison du Dictionnaire, 2009) et de Fondement didactique de la traduction technique, réédité dans la même collection. Cet ouvrage, édité initialement en 1988 par Didier-Erudition, a été traduit dans plusieurs langues et sa traduction en arabe (2007, OAT, Beyrouth) a été distinguée par un prix de traduction. A ces deux livres s’ajoutent deux monographies bilingues, la direction d’ouvrages collectifs et  près d’une centaine d’articles traitant de traductologie publiés dans des revues spécialisées françaises et étrangères de portée internationale.

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la Revue LISA / LISA e-journal sont mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Revues.org