Navigation – Plan du site
Fiction, fictions

L’Incipit de Jane Eyre : l’annonce d’une quête

The Incipit of Jane Eyre as Herald of the Heroine’s Quest
Elise Ouvrard
p. 198-207

Résumé

Jane Eyre, a fictitious autobiography published by Charlotte Brontë in 1847, starts with the description of a little girl enthralled by the reading of The History of British Birds. However the child is disturbed by John Reed’s noisy entrance and this interruption can be considered as the limit of the incipit according to the definition that Andrea Del Lungo gives of the term in L’Incipit Romanesque. In this first unit of text, what is quite striking is that the ekphrasis enables the narrator to give a thematic, poetic and aesthetic orientation to the novel that is being written. Indeed by describing the pictures of the book by Thomas Bewick, Jane Eyre not only gives an idea of her miserable existence but also heralds the quest she is about to undertake.

Haut de page

Texte intégral

  • 1  Andrea Del Lungo, L’Incipit romanesque, Paris : Éditions du Seuil, 2003, 51-52.

1Selon l’acception qu’attestent les dictionnaires, le terme « incipit » fait référence à la première phrase, ou même aux premiers mots d’une œuvre littéraire. Il s’insérait en effet dans la formule latine qu’utilisaient les copistes pour commencer les manuscrits médiévaux (« Incipit liber… ») ou signaler le début d’un nouveau texte tout en précisant son origine, le nom de l’auteur ainsi que le sujet traité. Abordant le problème théorique des frontières de l’incipit, Andrea Del Lungo indique la nécessité d’adapter ce terme dans le domaine de la critique qui amène à « prendre en considération une première unité de texte, dont l’ampleur peut être très variable » et ajoute qu ‘un « critère de découpage est, par conséquent, la recherche d’un effet de clôture ou d’une fracture, soit formelle soit thématique, isolant cette première unité »1.

  • 2  L’édition utilisée est la suivante : Charlotte Brontë, Jane Eyre, New York : W. W. Norton & Compan (...)

2Jane Eyre, autobiographie fictive publiée par Charlotte Brontë en 1847, s’ouvre sur la description que fait l’héroïne éponyme d’une scène de son enfance : la petite fille est plongée dans la lecture de The History of British Birds de Thomas Bewick (1804), lecture que vient interrompre John Reed. La narration fait alors état d’un critère formel de délimitation possible de l’incipit, à savoir le passage à un dialogue ; la voix du fils aîné de la famille se fait entendre et éclate alors le conflit verbal, puis physique entre les deux enfants. Sous la plume de Charlotte Brontë, cette première unité de texte, du début du roman à « The breakfast-room door opened »2 (7), permet à la narratrice adulte non seulement de se définir en tant qu’héroïne, mais aussi et surtout d’établir un pacte de lecture avec son destinataire auquel elle s’adressera d’ailleurs directement par la suite. La mise en abyme apparaît alors comme une stratégie thématique, poétique et esthétique contribuant à donner une orientation essentielle au roman en cours d’écriture : celle de la quête.


  

3Dès les premières lignes, l’héroïne se couvre d’un voile d’anti-héroïne dans la mesure où elle apparaît plutôt comme le « vilain petit canard » ; dans le contraste qui l’oppose aux demoiselles Reed, Jane souligne d’emblée son « infériorité physique » et se démarque ainsi des personnages féminins des romans de l’époque. L’absence de correspondance avec les critères de beauté et d’élégance alors en vogue renvoie à un choix revendiqué de la part de Charlotte Brontë qui avait pour intention de créer un nouveau type d’héroïne :

  • 3  Harriet Martineau, « Death of Currer Bell » [1855], in T. J. Wise & J. A. Symington (eds.), The Br (...)

She once told her sisters that they were wrong – even morally wrong – in making their heroines beautiful, as a matter of course. They replied that it was impossible to make a heroine interesting on any other terms. Her answer was, “I will prove to you that you are wrong. I will show you a heroine as small and plain as myself who shall be as interesting as yours.” “Hence, ‘Jane Eyre’,” said she in telling the anecdote; “but she is not myself, any further than that”3.

Cette infériorité de Jane est renforcée par l’accumulation d’adjectifs au comparatif, degré qu’affectionne particulièrement Mrs. Reed dans son discours au sujet de l’orpheline recueillie chez elle et qui insiste sur les changements à effectuer, sur l’évolution à suivre : « to acquire a more sociable and childlike disposition, a more attractive and sprightly manner—something lighter, franker, more natural, as it were » (5). Le verdict sur l’apparence de Jane ne s’améliorera pas ensuite, et ce, qu’il soit exprimé par l’héroïne elle-même ou par d’autres personnages tels que St John Rivers, dont elle fait la connaissance dans la dernière partie du roman : « Ill or well, she would always be plain. The grace and harmony of beauty are quite wanting in those features » (339).

4Inférieure physiquement et socialement, l’héroïne se retrouve seule face au groupe que constituent les trois enfants Reed et leur mère rassemblés autour du feu. Malgré la réserve émise par la narratrice quant à cette harmonie qui ne serait qu’une façade (« for the time neither quarrelling nor crying » (5), le tableau vivant tel que le présente la narration hypotypotique semble idyllique. Or, Jane n’est pas autorisée à entrer dans le cadre, comme le révèle l’hyperbaton qui met l’accent sur son exclusion : « Me, she had dispensed from joining the group » (5). L’antéposition du pronom personnel « me », séparé du reste de la phrase par une virgule, isole d’autant plus la petite fille de la famille, que ce soit sur le plan linguistique ou spatial. L’ironie des propos de Mrs. Reed est flagrante, comme en témoigne le choix des verbes « dispense » ou « regret » (« she regretted to be under the necessity of keeping me at a distance ») et l’humiliation annoncée dès le premier paragraphe (« a heart saddened by the chidings of Bessie ») se trouve mise en valeur dans l’échange que la petite fille a ensuite avec sa tante puisque cette dernière la réduit tout simplement au silence.

5Dans la manière qu’a Jane d’interpeller Mrs. Reed, le lecteur perçoit cependant la volonté de remettre en cause l’autorité familiale en ce qu’elle serait fondée sur un principe d’injustice : « What does Bessie say I have done ? » (5). Cette prise de parole révèle la force de caractère du personnage qui entend rétablir la vérité. L’héroïne se démarque donc des objectifs visés pour elle par sa mère adoptive et s’inscrit très tôt dans un autre parcours, que viennent nourrir ses lectures. Les connotations morales et religieuses des deux ouvrages cités dans cet incipit (7), Pamela, or Virtue Rewarded et The History of Henry, Earl of Moreland (version courte de The Fool of Quality de Henry Brookes qui, selon John Wesley, instillait la bienveillance et la reconnaissance à l’égard de Dieu), mettent en effet l’accent sur les principes et valeurs qui contribuent à l’éducation de Jane et représentent un atout important pour compenser son infériorité. Le roman de Samuel Richardson permet aussi d’envisager un avenir meilleur pour l’héroïne de Jane Eyre, à l’instar de Pamela qui, d’une situation initiale difficile et même désespérée, accède au plus haut rang de la société et peut jouir d’une vie conjugale accomplie dans la vertu et la morale. La référence aux contes de fées (7) participe de cette même potentialité de renversement, d’autant plus que les termes « love » et « adventure » contrastent sérieusement avec la description de l’environnement dans lequel la scène se situe.


  

  • 4  Jean-Jacques Lecercle, « Combien coûte le premier pas ? Une théorie annonciative de l’incipit », i (...)

6Dans sa théorie annonciative de l’incipit, Jean-Jacques Lecercle s’intéresse particulièrement au lieu, « pas seulement l’espace contenant une scène, mais le lieu figural, un espace topologique, où se déploient les figures, où les symboles et les couleurs se répondent »4. Si le rideau derrière lequel se réfugie l’enfant matérialise d’une certaine manière la barrière sociale qui la sépare des Reed, il offre aussi à Jane la possibilité de trouver son propre cadre. Or ce cadre qui ne la coupe pas de la réalité, comprise comme l’espace de la scène (« not separating me from the drear November day »), l’amène cependant à plonger dans un autre monde, celui de la fiction, véritable espace topologique dans les échos qu’il offre au premier.

7L’environnement tel qu’il est dépeint dans les deux premiers paragraphes du roman s’apparente à une situation mortifère qu’introduit l’adjectif « leafless » (le suffixe privatif renforce ici l’absence de vie) et que confirment les champs lexicaux du froid (« cold » / « winter » / « chilly » / « raw » / « nipped ») et de l’obscurité (« sombre » / « twilight »). La description des conditions climatiques picturalise les sentiments qu’éprouve l’enfant au cœur de l’atmosphère oppressante de Gateshead. Spectatrice de la tempête qui se déchaîne, Jane semble indiquer plus loin la perte de perspectives, avec cet horizon qui s’embrume : « Afar, it offered a pale blank of mist and cloud » (6). Seuls les éléments participant à l’agitation climatique sont animés ; aussi la pluie est-elle post-modifiée par les formes en –ing « penetrating » (5) ou « sweeping » (6). Le mouvement humain, lui, est proscrit, comme le montre la première phrase négative du roman : « There was no possibility of taking a walk that day » (5). Jane, de fait, se cantonne dans cet espace clairement délimité par le rideau, d’une part, et les vitres, de l’autre, et l’adjectif « shrined » confirme à l’évidence son immobilité. La seule échappatoire possible réside donc dans ces pages du livre de Bewick dont les images entrent en correspondance avec l’espace réel.

8L’ekphrasis à laquelle se livre la narratrice dans cet incipit insiste en effet sur l’impression de froid déjà suscitée ; non seulement la toponymie provoque un déplacement vers le grand nord (« Lapland, Siberia […] Iceland, Greenland »), mais la chaîne sémantique des termes « frost » « snow » « glazed » « cold » et « ice » accentue le phénomène, et ce d’autant plus que l’assonance en /ai/ de « Alpine heights above heights » vient faire résonner ce dernier. Quant à l’obscurité soulignée précédemment, elle est suggérée par l’occurrence du mot « eventide » et la tonalité sombre de la description des vignettes avec, par exemple, l’adjectif épithète « black » qui s’affiche comme une certitude à côté du nom très vague « thing » qu’il qualifie. Les obstacles se dressent face à la lumière de la lune (« glancing through bars ») et la blancheur du paysage est associée à la mort (« these death-white realms »). Si la narratrice met en valeur le caractère hostile et destructeur de l’environnement avec la répétition de « broken », elle en souligne également l’aspect mortifère avec l’évocation du cimetière et du gibet. L’espace du livre lu par le personnage entre alors en correspondance avec celui du récit écrit par la narratrice, correspondance que vient renforcer la pathetic fallacy. En conférant des sentiments plutôt humains aux éléments du décor du livre de Bewick, Jane fait part de sa situation personnelle et décrit en quelque sorte sa propre existence, comme en témoigne l’adjectif « forlorn » qui évoque le malheur et la solitude. A ce sujet, les rocs peuvent être perçus comme des corrélats objectifs, pour reprendre l’expression de T. S. Eliot, dans la mesure où la narratrice insiste à deux reprises sur leur caractère isolé : « the solitary rocks » et « the rock standing up alone ».

9D’une certaine manière, Jane humanise ce décor minéral, végétal et animal qu’elle parcourt des yeux et dont elle se crée une représentation mentale : « I formed an idea of my own ». Le pronom personnel « I », homophonique du terme « eye », parsème la description (« I could not pass quite as a blank » / « Nor could I pass unnoticed ») et établit Jane comme l’auteur du parcours. En quête de sens (« gave significance ») et d’émotions (« it was an object of terror »), l’enfant évolue dans cet espace topologique ; immobile physiquement, Jane s’engage dans un voyage sur le plan mental et il n’est pas anodin que les vers du poète écossais Thomson, cités par Bewick, retiennent son attention :

Where the Northern Ocean, in vast whirls,
Boils round the naked, melancholy isles
Of farthest Thule; and the Atlantic surge
Pours in among the stormy Hebrides.

Si les différentes vignettes décrites frappent par leur aspect statique, qu’il s’agisse des réservoirs de gel et de neige, ou du cimetière et de la juxtaposition d’éléments qui s’y ajoute, cet extrait du recueil Seasons souligne la violence du monde océanique en plein mouvement. Le bouillonnement aquatique est mis en valeur par le trochée du deuxième vers qui renforce la puissance du verbe « boil » ainsi que par les termes « whirls » et « surge » situés en fin de vers. Dans le choix de cet extrait de poème transparaît également l’animation intérieure de Jane, de son esprit, puisque c’est le verbe « float » qui est associé à ce dernier, et l’adjectif « stormy », tout en éclairant la tempête qui balaie les alentours de Gateshead, pourrait préfigurer l’agitation qui va régner au sein même de la demeure. L’aventure livresque révèle à Jane des horizons insoupçonnés et ouvre de nouvelles perspectives, avec le recours au superlatif « farthest » ; elle nourrit le désir qui s’exprimera plus tard d’aller explorer cet ailleurs. Pour le lecteur, l’ekphrasis apparaît également comme un seuil, comme la création d’un chemin, celui que la narratrice construit dans le pacte de lecture.


  

  • 5  D’après la formule de Gérard Genette, Seuils, Paris : Éditions du Seuil, 1987, 20.
  • 6  Philippe Lejeune, Le Pacte autobiographique, Paris : Éditions du Seuil, 1996, 15.

10Dans le « péritexte éditorial »5, le titre du roman de Charlotte Brontë (publié en fait sous le pseudonyme de Currer Bell) est accompagné de la précision « An Autobiography ». Cette indication paratextuelle ne trompe pas le lecteur qui sait pertinemment qu’il n’y a pas « identité de l’auteur, du narrateur et du personnage », condition nécessaire au genre selon Philippe Lejeune6. Il n’en demeure pas moins que dans la narration interne que lui a confiée l’auteur, Jane entend donner l’illusion du genre autobiographique et l’incipit, censé fournir les premières informations sur la nature du texte, glisse les premiers indices : « child as I was » / « like all the half-comprehended notions that float dim through children’s brains ». Jane porte un regard rétrospectif sur son histoire et son récit prend pour point de départ l’enfance, c’est-à-dire la période pour laquelle temps narré et temps narratif sont les plus éloignés possibles. La narratrice laisse le lecteur entrer dans l’histoire et ne lui donne pour l’instant aucun élément sur l’art qu’elle utilise pour la raconter, comme c’est le cas au chapitre 10 qui s’ouvre sur une réflexion métatextuelle :

Hitherto, I have recorded in detail the events of my insignificant existence: to the first ten years of my life, I have given as many chapters. But this is not to be a regular autobiography: I am only bound to invoke memory where I know her responses will possess some degree of interest; therefore I now pass a space of eight years almost in silence: a few lines only are necessary to keep up the links of connection(70).

Dans l’incipit, Jane se met avant tout en scène, et le rideau, qu’on retrouvera à Thornfield, participe de l’ornement théâtral du récit, comme en témoigne les commentaires sur l’action elle-même (« the play is played out », 172) ou sur le processus d’écriture : « A new chapter in a novel is something like a new scene in a play » (79). La narratrice plante le décor et le rouge du tissu protégeant Jane annonce la couleur d’une autre mise en scène, celle de la chambre où l’enfant se retrouve enfermée ; punie, Jane est cernée par les murs fauves, la table pourpre et le baldaquin grenat qui contrastent à nouveau avec le blanc, un blanc aveuglant, celui du lit de mort de Mr. Reed. Dans l’incipit, la frayeur n’est que passagère : « the fiend pinning down the thief’s pack behind him I passed over quickly » (6) et les sentiments qui dominent dans les deux derniers paragraphes sont connotés positivement.

  • 7  J.-J. Lecercle, op. cit. , 15.
  • 8  Maurice Blanchot, Le Livre à venir, Paris : Gallimard, 1986, 280.

11La narratrice associe en effet la lecture à un moment de bien-être. Les contes de Bessie tels qu’ils apparaissent en toile de fond offrent un épisode lumineux dans le quotidien sombre de l’orpheline : « sometimes » et « when she chanced to be » soulignent la rareté de tels moments tandis que la répétition de l’adjectif « interesting » et l’expression « eager attention » mettent l’accent sur la prédilection de l’auditoire pour ces mondes imaginaires. Quant à l’ouvrage de Bewick, c’est Jane qui l’a choisi de même qu’elle a délibérément pris place sur ce promontoire : « I mounted the window-seat », avec cette importance du pronom personnel « » qu’on retrouve dans le dernier paragraphe : « With Bewick on my knee, I was then happy : happy at least in my way ». Or, ce bonheur subjectif pourrait se lire comme l’objet de la quête, comme l’achèvement du temps du récit puisque, comme l’affirme Jean-Jacques Lecercle, « au niveau narratif, au niveau du roman, il n’y a que deux points de capiton, qui bouclent l’histoire : à la fin de l’incipit, et à la fin du roman »7. De par sa nature de seuil, l’incipit renvoie au passage du silence à la parole, de la page blanche aux premiers mots et implique un retour au silence à venir. En effet, selon Maurice Blanchot, « la narration impose la sécurité d’une histoire bien circonscrite qui, ayant eu un commencement, va avec certitude vers le bonheur d’une fin, fût-elle malheureuse »8. Dans le pacte établi par la narratrice avec le destinataire de son récit, Jane tisse un fil entre temps narratif et temps narré qui oriente la lecture vers le point où ils coïncideront. Or, si l’incipit s’achève sur un sentiment de joie intérieure, il s’ouvre également sur l’idée de contentement avec « glad ». Paradoxalement, la dramatisation du malheur initial se trouve donc encadrée par un bonheur en puissance, comme si la microstructure du passage reflétait en quelque sorte la macrostructure du roman. De « glad » à « happy », la quête s’annonce cependant riche en rebondissements.

  • 9  Le mot « endure » apparaît dans une lettre datée de juin 1839 : « I have never yet quitted a place (...)

12Les obstacles apparaissent dès les premières lignes puisque le terme « walk » qui pourrait préfigurer le pèlerinage potentiel de l’héroïne est accompagné d’une négation dans l’une et l’autre de ses occurrences. Par ailleurs, les différentes vignettes donnent une idée des épreuves à affronter, à commencer par le froid (« the multiplied rigors of extreme cold ») qui fait partie des souffrances endurées à Gateshead (« nipped fingers and toes ») et qui sera encore plus mordant à Lowood. Le voyage qui n’est pour l’instant que mental rend compte également des difficultés possibles avec les adjectifs « dreary », « bleak » ou « desolate ». Mais c’est surtout l’interruption provoquée par l’entrée en scène de John Reed qui compromet dans l’immédiat les chances de Jane de profiter de ce moment ; le bonheur apparaît ici de courte durée : « I feared nothing but interruption and that came too soon », et donc instable. C’est le verbe « opened » qui, paradoxalement, referme la parenthèse enchantée et replonge Jane dans la réalité, une réalité menaçante dans laquelle il lui faudra se battre. Sous la plume de Charlotte Brontë, l’existence apparaît en effet comme une lutte accompagnée de souffrance, ainsi que le montrent les termes « strive » et « endure » qui ponctuent sa correspondance9 et que Jane reprend plus tard à son compte face à Rochester : « we were born to strive and endure » (270).


  

  • 10  A. Del Lungo, op. cit., 14.
  • 11  Miriam Allott (ed.), Charlotte Brontë: Jane Eyre and Villette, A Casebook, Londres : Macmillan Pre (...)

13L’incipit de Jane Eyre permet au lecteur de prendre conscience de la quête qui sera au cœur du roman : non seulement il définit l’héroïne, mais il fait allusion à l’objet visé, à savoir le bonheur, sans oublier de prendre en considération les moyens d’y parvenir. C’est ici la lecture et l’imaginaire qui sont sources de joie, et le personnage a donc son rôle à jouer dans le parcours qu’il doit suivre et pour lequel obstacles et difficultés ne manquent pas. Cette orientation donnée au récit fait partie du pouvoir de « séduction ineffable » dont doit jouer l’incipit, pour reprendre les termes d’Andrea Del Lungo : « l’incipit demande inéluctablement l’adhésion du lecteur à la parole du texte, ainsi qu’une implication émotive dans l ‘univers romanesque »10. L’isotopie du lacunaire nourrie par la série de tournures négatives, le suffixe privatif et la préposition de l’exclusion dans le premier paragraphe capte immanquablement l’attention du lecteur qui perçoit rapidement combien la situation initiale est douloureuse et les aspirations légitimes. Aujourd’hui comme hier, ce qui frappe de prime abord, c’est d’ailleurs cette capacité de Charlotte Brontë à entraîner le lecteur jusqu’au terme de la quête, comme en témoigne une des premières critiques du roman, publiée dans la revue The Critic, Journal of British and Foreign Literature : « It is a story of surpassing interest, riveting the attention from the very first chapter, and sustaining it by a copiousness of incident rare indeed in our modern English school of novelists »11.

Haut de page

Bibliographie

Allott Miriam (ed.), Charlotte Brontë : Jane Eyre and Villette, A Casebook, Londres : Macmillan Press Ltd, 1973.

Blanchot Maurice, Le Livre à venir, Paris : Gallimard, 1986.

Brontë Charlotte, Jane Eyre, New York : W. W. Norton & Company, 2001 [1847].

Del Lungo Andrea, L’Incipit romanesque, Paris : Éditions du Seuil, 2003.

Genette Gérard, Seuils, Paris : Éditions du Seuil, 1987.

Lejeune Philippe, Le Pacte autobiographique, Paris : Éditions du Seuil, 1996.

Louvel Liliane (dir.), L’Incipit, Poitiers : La Licorne, 1997.

Smith Margaret (ed.), The Letters of Charlotte Brontë: with a Selection of Letters by Family and Friends, Volume I, 1829-1847, Oxford : Clarendon Press, 1995.

Smith Margaret (ed.), The Letters of Charlotte Brontë: with a Selection of Letters by Family and Friends, Volume II, 1848-1851, Oxford : Clarendon Press, 2000.

Wise T. J. & J. A. Symington (eds.), The Brontës: Their Lives, Friendships and Correspondence IV, Oxford : Shakespeare Head Press, 1933.

Haut de page

Notes

1  Andrea Del Lungo, L’Incipit romanesque, Paris : Éditions du Seuil, 2003, 51-52.

2  L’édition utilisée est la suivante : Charlotte Brontë, Jane Eyre, New York : W. W. Norton & Company, 2001 [1847].

3  Harriet Martineau, « Death of Currer Bell » [1855], in T. J. Wise & J. A. Symington (eds.), The Brontës: Their Lives, Friendships and Correspondence IV, Oxford : Shakespeare Head Press, 1933, 182.

4  Jean-Jacques Lecercle, « Combien coûte le premier pas ? Une théorie annonciative de l’incipit », in Liliane Louvel (dir.), L’Incipit, Poitiers : La Licorne, 1997, 16.

5  D’après la formule de Gérard Genette, Seuils, Paris : Éditions du Seuil, 1987, 20.

6  Philippe Lejeune, Le Pacte autobiographique, Paris : Éditions du Seuil, 1996, 15.

7  J.-J. Lecercle, op. cit. , 15.

8  Maurice Blanchot, Le Livre à venir, Paris : Gallimard, 1986, 280.

9  Le mot « endure » apparaît dans une lettre datée de juin 1839 : « I have never yet quitted a place without gaining a friend—Adversity is a good school—the Poor are born to labour and the Dependent to endure », Margaret Smith, The Letters of Charlotte Brontë : with a Selection of Letters by Family and Friends, Volume I, 1829-1847, Oxford : Clarendon Press, 1995, 193-194 ; dix ans plus tard, Charlotte l’associe à celui de « strive » pour exprimer sa réticence à propos d’un voyage à Londres qu’elle se prépare à effectuer : « I know what the effect and what the pain will be—how wretched I shall often feel—how thin and haggard I shall get—but he who shuns suffering will never win victory. If I mean to improve—I must strive and endure », Margaret Smith, The Letters of Charlotte Brontë : with a Selection of Letters by Family and Friends, Volume II, 1848-1851, Oxford : Clarendon Press, 2000, 384.

10  A. Del Lungo, op. cit., 14.

11  Miriam Allott (ed.), Charlotte Brontë: Jane Eyre and Villette, A Casebook, Londres : Macmillan Press Ltd, 1973, 46.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Elise Ouvrard, « L’Incipit de Jane Eyre : l’annonce d’une quête », Revue LISA/LISA e-journal, Vol. VII – n°3 | 2009, 198-207.

Référence électronique

Elise Ouvrard, « L’Incipit de Jane Eyre : l’annonce d’une quête », Revue LISA/LISA e-journal [En ligne], Vol. VII – n°3 | 2009, mis en ligne le 25 mai 2009, consulté le 27 mai 2017. URL : http://lisa.revues.org/102 ; DOI : 10.4000/lisa.102

Haut de page

Auteur

Elise Ouvrard

Dr., (Caen, France)
Élise Ouvrard, agrégée en littérature, est Maître de Conférences à l’Université de Caen. Elle est l’auteur d’une thèse intitulée « Expériences pédagogique et salutaire dans les romans des sœurs Brontë : l’engagement féminin », soutenue à Caen en décembre 2006, sous la direction du Professeur René Gallet. Ses recherches actuelles concernent les romans des femmes-écrivains britanniques du XIXe siècle et notamment la relation qu’ils entretiennent avec la société et les grands courants de pensée de l’époque.

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la Revue LISA / LISA e-journal sont mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Revues.org