Navigation – Plan du site
Recension

Guillemette Bolens, L’Humour et le savoir des corps

Alain Kerhervé
Référence(s) :

Guillemette Bolens, L’Humour et le savoir des corps. Don Quichotte, Tristram Shandy et le rire du lecteur , 2016, 176 pages, Rennes : PUR, ISBN : 978-2-7535-4867-1

Texte intégral

1L’ouvrage de Guillemette Bolens, professeur de littérature anglaise et de littérature comparée à l’université de Genêve, dont la recherche porte sur l’histoire du corps, l’analyse des gestes, la cognition motrice et l’intelligence kinésique dans l’art et la littérature, se présente sous la forme d’un volume de 176 pages, comprenant une bibliographie sélective et un index des noms et notions. La couverture arbore le célèbre portrait de Laurence Sterne par Sir Joshua Reynolds, conservé à la National Gallery.

2L’analyse débute par une longue introduction de trente-huit pages, qui vise à tisser des liens entre les concepts pluri-disciplinaires sur lesquels s’appuie la réflexion et les deux œuvres principales analysées : Tristram Shandy de Laurence Sterne et Don Quichotte de Cervantès. L’approche combine les études narratologiques (Genette est cité à de nombreuses reprises), cognitives (Bullinger) et sociohistoriques (Barthes) pour montrer que « l’humour en interaction s’associe toujours à un certain tempo et un certain tonus » (p. 14). Les deux parties sont ensuite respectivement consacrées à chacun des deux ouvrages concernés : Don Quichotte (60 pages) puis Tristram Shandy (46 pages). Le premier, dont la ligne directrice concerne le « tonus corporel » (p. 47) s’attache à montrer comment l’humour de Cervantès relève de différentes dynamiques corporelles : le dialogue tonique qui remonte à la chanson de Rolland tout d’abord, le savoir sensorimoteur ensuite, qui interroge des paramètres sociaux et religieux de l’époque. Le second chapitre, guidé par la notion de « tempo narratif » montre comment la vitesse des paroles et les silences de l’œuvre de Sterne se situent au croisement du kinésique et du discursif, la gestuelle et l’émission verbale étant liées. Une partie de l’analyse s’appuie sur la place occupée par le forceps à la fois dans l’ouvrage mais aussi dans le contexte sociohistorique des années 1760, une autre sur la posture de Walter alors qu’il vient d’apprendre que le forceps a écrasé le nez de son fils (IV,2), un moment commenté à la fois en termes d’ekphrasis et d’effet de réel, dont Sterne joue, en connivence jubilatoire, avec son lecteur. Une courte conclusion termine l’ensemble plaçant le « dialogue tonique » qui est au cœur des deux ouvrages sous le signe de Rolland Barthes.

3Tout au long de l’ouvrage, il est fort agréable de constater que le texte des deux auteurs se voit accorder de larges extraits (35, 41, 56, 63, 78, 82, 89, 93, 114-115, 116, 118, 127-128, 132, 137, 144-145), dans la langue d’origine et sous forme de traduction, qui permettent de mieux comprendre le « style kinésique » (la manière de mettre en jeu les dynamiques corporelles du récit et des personnages) qui est au cœur de la thèse de Guillemette Bolens (34). Les extraits sont remis en contexte et commentés avec précision. L’ensemble en est à la fois plaisant et stimulant intellectuellement.

4Quelques formulations surprennent par la modernité des références convoquées ou l’oralité de la langue choisie, par exemple  : « un adolescent habitué au skateboard » (p. 21), « leur stamina, leur mojo, appelez cela comme vous voudrez » (p. 24), « les identifications de don Quichotte avec les héros épiques [...] font penser [...] à un fan moderne de super héros, qui se déguiserait avec la cape de Superman, mais aussi le masque de Batman et les gants lanceurs de fils d’araignée de Spiderman. Trop difficile de choisir, il met tout. » (p. 59). Comme par mimétisme, le style de l’analyse rejoint parfois celui des deux auteurs analysés : « Mais restons pour l’instant avec Cervantès. Et au lieu de tourner la page et d’enjamber cet arrêt sur image pour commencer la deuxième partie du récit [...] revenons au tout début du roman... » (63-64) ; « Pour observer cet aspect, passons par les orteils d’Emma Bovary, ils nous conduiront à Barthes » (148). Ce qui relève d’un style imagé s’accompagne toutefois parfois de raccourcis come celui qui réduit Hogarth au statut de « dessinateur anglais » (16).

5Le parti pris de l’analyse comparée ainsi que l’ampleur de la littérature critique sur Tristram Shandy et sur Don Quichotte expliquent sans doute encore l’absence de référence à des analyses anciennes (Alan Howes, « Laurence Sterne, Rabelais and Cervantes. The two kinds of laughter in Tristram Shandy », Laurence Sterne. Riddles and mysteries, Valerie Grosvenor Mayer (dir.), London-Totowa, Vision-Barnes & Noble, 1984, 39-56) ou plus récentes portant sur Tristram Shandy notamment : Hilarion’s Asse. Sterne and Humour (Bandry-Scubbi and De Voogd eds., Cambridge Scholars Publishing, 2013). L’ample bibliographie et l’érudition du propos attestent néanmoins une véritable maîtrise conceptuelle.

6En conclusion, l’approche comparatiste est intéressante, tout comme l’éclairage pluri-disciplinaire. À ces titres, pour l’universitaire angliciste, l’ouvrage pourra constituer une introduction intellectuellement stimulante à d’autres écrits critiques plus spécialisés sur l’œuvre de Sterne et son intertexte en général, sur Tristram Shandy en particulier.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Alain Kerhervé, « Guillemette Bolens, L’Humour et le savoir des corps », Revue LISA/LISA e-journal [En ligne], vol. XV-n°1 | 2017, mis en ligne le 06 septembre 2017, consulté le 24 septembre 2017. URL : http://lisa.revues.org/9118

Haut de page

Auteur

Alain Kerhervé

Alain Kerhervé est Professeur d’anglais à l’Université de Bretagne Occidentale (Brest), spécialiste en littérature et civilisation britanniques du 18e siècle.

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la Revue LISA / LISA e-journal sont mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Revues.org