Navigation – Plan du site

La croissance sans limite : un paradigme américain proche de sa fin ?

Boundless Growth: A Dying American Paradigm?
Pierre Arnaud

Résumés

Pour des raisons qui tiennent aux conditions particulières du développement de la nation, les Américains conçoivent l’économie comme un champ sans limite. Cela engendre des comportements, notamment en matière de consommation et d’endettement, qui dynamisent l’économie, favorise la croissance et les rebonds à l’issue d’une récession. Cependant, ce processus n’est soutenable qu’en raison du rôle international du dollar qui draine une partie de l’épargne mondiale vers les USA. La montée en puissance de la Chine et d’autres émergents pourrait à terme remettre en cause la domination du dollar. Les bouleversements qui en résulteraient ne seraient pas seulement économiques. Ils remettraient aussi en cause certains fondamentaux culturels américains.

Haut de page

Texte intégral

1« Be hungry, be foolish » C’est ainsi que Steve Jobs concluait une allocution adressée à de jeunes diplômés de l’université de Stanford en 20051. Être insatiable et insouciant. Cette injonction nous apparaît typiquement américaine. On y entend l’esprit dynamique, le primat de la conquête matérielle qu’on associe naturellement avec la culture américaine.

2Cette recommandation révèle aussi une perception particulière de l’économie : celle d’un champ sans limite, dans lequel l’enrichissement des uns ne se fait jamais au détriment des autres, car il y a assez de ressources pour servir chacun sans restriction. Un ordre social dans lequel on reconnaît l’appétit insatiable comme une valeur positive ne peut se concevoir que dans un espace illimité.

  • 2 André Orléan, L’Empire de la valeur, Paris : Seuil, 2011.

3La rationalité économique, telle qu’elle est inscrite dans le modèle classique, tend à nous montrer le comportement des agents économiques comme strictement subordonné à la maximisation d’avantages matériels mesurables et classables en une hiérarchie de préférences. Mais limiter les motivations des agents à cela uniquement, c’est en réalité appliquer la notion de rationalité au-delà de son rôle originel d’archétype. Comme le montrent les travaux critiques d’André Orléan, on peut modéliser les comportements économiques en intégrant des affects fort éloignés du rationnel, par exemple le mimétisme2.

4Les représentations culturelles qui marquent par exemple le rapport à l’autre, les conceptions de la solidarité ou la perception du territoire font partie des éléments qui infléchissent les comportements économiques. La perception de l’économie comme un champ illimité s’enracine dans l’histoire américaine, et trouve des développements concrets variés suivant les époques. C’est cette évolution qu’il s’agit de retracer ici, avant de s’interroger sur son devenir au XXIe siècle. Face à la crise dans lesquels les États-Unis sont entrés en 2008, à la montée des pays émergents et aux défis écologiques, ce paradigme peut-il encore jouer son rôle dynamique ?

Aux origines de l’économie illimitée

  • 3 John K. Galbraith, Economie hétérodoxe, Paris : Seuil, 2007, 313.
  • 4 Ibidem, 314.

5L’économiste John K. Galbraith constate que « le XIXe siècle n’a pas suscité de dissertations économiques sophistiquées aux États-Unis, et certainement pas durant les premières décennies du siècle dernier »3. Selon lui, cela tient aux conditions rencontrées par les premiers Européens du Nouveau Monde. Ceux-ci reproduisent les traditions d’habitat de leurs pays d’origine. Ils tendent à s’installer sur des hauteurs. Avec l’expansion de la population, ils redescendent vers les vallées, où la terre est plus fertile. Ainsi vivent-ils une expérience unique, qui dément les thèses de Ricardo ou Malthus : l’augmentation de l’exploitation des ressources ne s’accompagne pas de rendements décroissants, mais au contraire de rendements croissants. « Une population en pleine expansion était en train de partager des quantités de vivres qui, au lieu d’être stables ou de plus en plus réduites, croissaient rapidement »4. Ce phénomène, associé à l’espace disponible, produit un effet d’abondance sans borne qui à coup sûr marque les esprits.

6À l’inverse, on ne peut qu’être frappé par la vision contrainte de l’économie qui imprègne les écrits des premiers économistes européens, qu’il s’agisse des rendements décroissants chez Ricardo, ou des conceptions de Malthus, selon qui l’insuffisance des ressources joue comme un régulateur démographique à travers la misère, la famine et la mortalité.

7Par ailleurs, en Europe, l’industrialisation bousculait des structures pré-existantes, et produisait la brutale remise en cause de situations acquises. L’artisan concurrencé par la production industrielle, qui fermait son atelier pour vendre sa force de travail à un employeur, subissait un déclassement douloureux et visible. Les Européens pris dans la révolution industrielle observaient une redistribution : pour que certains gagnent, d’autres devaient perdre.

8Ils en tiraient une vision de l’économie comme un jeu à somme nulle. À l’inverse, aux USA, l’industrialisation participait à l’exploitation de nouveaux espaces. Les fortunes accumulées par les businessmen se confondaient avec la construction de la nation. Le succès de l’entrepreneur semblait contribuer à la création de nouvelles opportunités pour ceux qui attendaient encore leur heure. C’est ainsi que le businessman émerge dans la culture américaine comme figure quasi exclusive du succès. Son enrichissement parfois spectaculaire ne se fait pas au détriment des autres, mais au contraire s’ajoute au bien commun, défini essentiellement dans sa dimension matérielle.

  • 5 Daniel Boorstin, Histoire des Américains, Paris : Robert Laffont, 1991 [1973], 501.

L’homme d’affaires américain – produit mais aussi créateur des villes nouvelles de l’Ouest américain, entre la guerre d’Indépendance et la guerre civile – n’était pas la version du banquier, du marchand ou du manufacturier européen. Cet Américain, ni Fugger, ni Médicis, ni Rothschild, ni Arkwright, était quelqu’un de radicalement différent. Sa carrière et ses idéaux symbolisent l’idée que les Américains se font de la communauté, car l’homme d’affaires est né et a grandi au milieu de ce grand courant qui, en Amérique, voit l’apparition des villes pendant la période la plus dynamique de son développement5.

  • 6 Ibid.

9Figure emblématique, le businessman porte jusqu’au fondement de l’identité nationale cette perception de l’économie comme un champ illimité d’opportunités, où l’intérêt privé, même dans son expression la plus égoïste et radicale, ne porte pas préjudice à la chose publique, puisque « [l]es vieux antagonismes – prospérité personnelle, prospérité publique ; vie privée, vie publique – n’existaient plus »6.

Du self-made man au self made consumer : les premières contradictions

  • 7 En 1890, le Census Bureau, sur la foi de son dernier recensement, déclare qu’il n’y a plus de front (...)

10Le paradigme de l’économie illimitée va affronter une première crise entre la fin du XIXe et le début du XXe siècle, avec la fermeture de la Frontière7, l’unification du marché national américain grâce au transport ferroviaire et la concentration industrielle qui en résulte.

11Là où existait un territoire morcelé et en constante expansion, qui offrait un nombre croissant d’opportunités pour l’individu entreprenant, se substitue un espace fini, rapidement unifié par le chemin de fer, dont le développement est fulgurant. De quarante-huit mille kilomètres en 1860, le réseau passe à trois cent vingt mille kilomètres quarante ans plus tard. L’industrie du rail invente aussi les procédés organisationnels qui permettent le contrôle des entreprises à grande échelle, et elle est la première à s’affranchir d’un financement strictement régional, faisant massivement appel à l’épargne nationale et même internationale, ce qui aura un impact décisif sur le développement de Wall Street (Chandler, 2001). Tout ceci permet l’émergence d’une production à l’échelle nationale. Industrialisation et économies d’échelle abaissent les coûts de revient tout en imposant des investissements très lourds pour être concurrentiel. La concentration érige des barrières à l’entrée qui limitent le champ d’opportunités pour l’entrepreneur en puissance.

12D’un autre côté, ces puissantes unités de production manifestent des besoins de main-d’œuvre considérables. L’avenir qui se dessine pour l’Américain moyen est donc celui d’un employé salarié, pris dans la pyramide hiérarchique d’administrations entrepreneuriales complexes.

  • 8 Jocelyn Wills, « Respectable Mediocrity: The Everyday Life of an Ordinary American Striver, 1876-18 (...)

13Pour la majorité, il n’est plus question d’atteindre l’idéal de la réussite en tant qu’entrepreneur indépendant. Ce changement dans la nature du travail n’est pas sans susciter de la frustration. Non que le salarié soit nécessairement relégué dans la misère matérielle. Dans l’Amérique de la deuxième moitié du XIXe siècle, un employé pouvait vivre décemment. Mais il ressentait son état comme une « médiocrité respectable », ainsi que l’exprime Jocelyn Wills dans son analyse des carnets intimes d’un Américain moyen entre 1876 et 18908. En 1887, Michael J. Boyle, employé dans un prestigieux magasin de Saint Paul, Minnesota, déplore l’insuffisance de son salaire, qui se monte à mille cinq cent dollars annuels, à une époque où le salaire moyen est de 475 dollars pour les salariés des secteurs autres que l’agriculture. Ce qu’il regrette en réalité, c’est son statut de salarié, qui ne lui accorde qu’une respectabilité de second ordre, en quelque sorte.

14D’une certaine manière, à la fin de la conquête territoriale répond la finitude du destin économique de la grande majorité des Américains. Industrialisation et taylorisme augmentent la productivité du travail tout en réduisant les gratifications sociales qu’on peut en attendre. Les employés voient leur pouvoir d’achat croître (salaires plus élevés, prix réduits) mais qualitativement leur vie professionnelle perd son lustre. L’insatisfaction qui découle du hiatus entre la réalité et des aspirations marquées par le paradigme de l’illimité se mesure par une désaffection vis-à-vis du travail au début du XXe siècle.

  • 9 Jeremy Rifkin, La Fin du travail, Paris, La Découverte / Poche, 2006 [1995], 41.

Au début du XXe siècle, les économistes observaient que la plupart des travailleurs se contentaient très bien de gagner juste assez pour satisfaire leurs besoins élémentaires et quelques plaisirs, après quoi ils préféraient voir augmenter leur temps de loisir plutôt que leurs heures de travail et leur salaire. […] Le fait que les gens préféraient troquer les heures supplémentaires de travail contre des heures supplémentaires de loisir se changea en une source d’inquiétude majeure et en un véritable fléau pour les industriels, dont les stocks de marchandises s’entassaient rapidement dans tous les ateliers et entrepôts du pays9.

  • 10 Ibid., 40.

15Pour résoudre cette contradiction, le monde des affaires s’attacha à convaincre « ceux qui travaillaient encore d’acheter plus et épargner moins […]. Une croisade s’élança pour faire entendre l’« évangile de la consommation » aux travailleurs américains : ils devaient devenir une « masse » de consommateurs »10.

  • 11 Lendol Calder, Financing the American Dream, A Cultural History of Consumer Credit, Princeton: Prin (...)

16Ainsi, l’émergence du consumérisme serait le résultat d’un effort organisé par les industriels. Mais si cet effort de propagande avait été en contradiction avec la sensibilité du public, il aurait sans doute échoué. Lendol Calder décrit une redéfinition du rêve américain qui, au début du XXe siècle, cesse d’être une aspiration au statut de petit producteur indépendant pour se transformer en l’espoir d’accéder à l’abondance matérielle. En d’autres termes, le rêve d’un destin entrepreneurial à la portée de tous dans un champ illimité d’opportunité devait se transformer en celui de l’acquisition illimitée des biens qui symbolisaient l’enrichissement du businessman11.

  • 12 Gary Cross, An All Consuming Century, Why Commercialism Won in America, New York, Columbia UP, 2000 (...)
  • 13 Ibid., 26-27.

17Cross illustre l’émergence d’une notion de luxe « démocratique » en prenant l’exemple de l’automobile12. En 1900, elle était un jouet pour les riches, dont le prix représentait plus de quinze fois le salaire annuel médian. Mais en 1908, alors que le salaire annuel médian était de 450 dollars Ford proposait la Ford T pour 950 dollars ; un coût qui se réduirait à 290 dollars en 192413. Le symbole le plus visible du millionnaire avait été mis à la portée du plus grand nombre. En fait, un des moteurs de l’émergence du consumérisme aux USA, une génération avant l’Europe, c’est le refus d’une destinée bornée, perception fondamentalement contraire aux croyances américaines. Taylor promeut les bienfaits de son organisation scientifique du travail en invoquant la possibilité de créer une abondance telle que la question de la répartition devient caduque :

  • 14 Daniel Boorstin, Histoire des Américains, op. cit., 1254.

Les deux parties cessent désormais de se laisser obnubiler par le problème de la répartition des bénéfices qui a perdu son caractère crucial ; leur souci commun est maintenant celui d’augmenter le volume du bénéfice jusqu’au point où la question de sa répartition cesse d’être une pomme de discorde14.

18Ce qui émerge donc au cours du premier quart du XXe siècle, ce n’est pas l’idée que l’économie pourra répondre aux besoins finis des hommes, mais plutôt que l’économie pourra accompagner dans un développement sans limite les désirs insatiables des consommateurs. Non sans quelque ironie, cette thèse est parfaitement exprimée en 1929, juste avant le krach, par les conclusions du Comité sur les changements économiques récents, mis en place par le président Hoover :

  • 15 Cité dans Jeremy Rifkin, La fin du travail, 46-47.

L’enquête démontre de façon sûre ce que l’on avait longtemps tenu pour vrai en théorie, à savoir que les désirs sont insatiables ; qu’un désir satisfait ouvre la voie à un autre. Pour conclure, nous dirons qu’au plan économique un champ sans limite s’offre à nous ; de nouveaux besoins ouvriront sans cesse la voie à d’autres plus nouveaux encore, dès que les premiers seront satisfaits. […] La publicité et autres moyens promotionnels […] ont attelé la production à une puissance motrice quantifiable. […] Il semble que nous pouvons continuer à augmenter l’activité. […] Notre situation est heureuse, notre élan extraordinaire15.

  • 16 Voir Gary Cross, An All Consuming Century, Why Commercialism Won in America, 29.
  • 17 Ibid., 71.

19Pour que le credo d’une économie sans limite puisse se prolonger à travers la consommation, il fallait que l’individu se libère de la contrainte du revenu. Le crédit à la consommation émerge dès les années 20 aux USA : 75 % des automobiles, 70% de l’ameublement, 75 % des postes de radio, 80 % des phonographes, 80 % des appareils ménagers, et 90 % des pianos sont alors achetés par le biais du crédit16. C’est une dynamique si puissante que même la Grande Dépression ne parvient pas à l’interrompre entièrement. Relativement peu de ménages firent défaut sur leur crédit à la consommation. Et si la vente de certains objets baissait (fours, machines à laver), d’autres connaissaient une progression rapide : le nombre de réfrigérateurs était multiplié par sept, et celui des foyers équipés de radios passait de 12 à 28 millions17.

  • 18 Lizabeth Cohen, Making A New Deal: Industrial Workers in Chicago, 1919-1939, New York : Cambridge U (...)

20Lizabeth Cohen montre comment, dans l’entre-deux guerres, la généralisation du crédit doit beaucoup aux classes moyennes qui y ont recours en pariant sur une augmentation de leurs revenus à venir pour couvrir leurs créances18. En quelque sorte, le consommateur s’endette dans la même optique que l’entrepreneur qui emprunte sur la foi des revenus que lui procurera la somme prêtée, ainsi que le souligne Calder :

  • 19 Lendol Calder, Financing the American Dream, A Cultural History of Consumer Credit, op.cit., 27.

Quand les consommateurs américains du XXe siècle adoptèrent l’endettement comme style de vie, ils suivaient la trace du colon du XVIIe, du planteur du XVIIIe, des fermiers et petits entrepreneurs du XIXe. On l’oublie trop souvent, mais de Plymouth Rock à aujourd’hui, le rêve américain a souvent nécessité une hypothèque sur l’avenir19.

21Ici, on voit se brouiller la frontière entre le comportement de l’entrepreneur qui produit des richesses et celui du consommateur qui les utilise pour son plaisir. Ce qui réunit le consommateur et l’entrepreneur, c’est le pari sur l’avenir, la croyance dans les promesses d’un futur qui permet d’échapper aux limites matérielles du présent. Cet amalgame libère le crédit du stigmate qui le marque dans l’éthique protestante et lui permet de jouer un rôle déterminant dans l’économie.

La fuite dans les déséquilibres

  • 20 Lizabeth Cohen, Making A New Deal: Industrial Workers in Chicago, 1919-1939, op.cit.,

22L’après-guerre est marqué par une montée historique de l’endettement des ménages, qui se décompose en deux phases. La première, qui s’achève à la fin des années soixante, correspond à la suburbanisation des États-Unis : une période au cours de laquelle la propriété d’une maison individuelle se trouve à la portée d’un nombre croissant de foyers. Grâce aux politiques publiques, taux d’intérêt faibles pour les vétérans, garanties des crédits immobiliers, déductions fiscales des taux d’intérêt, programme de construction d’autoroutes20, le rêve américain s’incarne pour toute une génération dans le suburban home, avec son cortège d’équipements payés à crédit : électroménager, mobilier, automobile. Il s’agit en quelque sorte d’une nouvelle expansion territoriale, à la faveur de laquelle les foyers gagnent un nouvel espace et ouvrent une nouvelle dimension au consumérisme.

23L’endettement se stabilise au cours des années 70, avant de repartir à la hausse dans les années 80. Cette deuxième phase voit le ratio d’endettement des ménages passer de 40 % à 100 % du PIB en 2008. L’analyse de cette seconde période est plus complexe que la première. Dans l’après-guerre, le taux d’endettement des ménages s’accompagnait d’une croissance des revenus, d’un recul de la pauvreté et de la précarité et d’un égalitarisme largement incarné dans un idéal de consumérisme démocratique.

  • 21 Ibid., 24.

Le modèle américain était d’autant plus séduisant qu’il promettait d’atteindre une société plus égalitaire sans recourir à une politique agressive de répartition des richesses. On considérait plutôt qu’une croissance économique perpétuelle, fondée sur la progression parallèle de la productivité et du pouvoir d’achat, permettrait d’accroître le gâteau sans avoir à réduire la part de chacun21.

  • 22 Voir David Kotz, « Neoliberalism and the US Economic Expansion of the 1990s », Monthly Review, vol. (...)
  • 23 Voir Jacob S. Hacker, The Great Risk Shift: The new economic insecurity and the decline of the Amer (...)

24Se rejouait ici l’utopie taylorienne d’une abondance telle que la question du partage devenait caduque. Dans ces conditions, s’endetter en pariant sur ses revenus futurs est raisonnable. Mais l’endettement des années 80, plus radical encore que celui des années 60, se développe dans un contexte fort différent : revenus stagnants pour un nombre croissant de foyers22, inégalités en augmentation et forte élévation de l’insécurité économique. La proportion d’Américains subissant une baisse de 50 % ou plus de leurs revenus d’une année sur l’autre était de 2,7 % en 1973. Elle s’élevait à près de 10 % au début des années 200023.

  • 24 Elizabeth Warren & Tyagi Amelia Warren, « What’s Hurting the Middle Class: The myth of overspending (...)

25Dans de telles circonstances, est-ce que les Américains empruntaient toujours plus pour maintenir l’utopie d’une expansion sans limite de leur aisance matérielle ? Ou compensaient-ils simplement des revenus défaillants ? Pour Elizabeth Warren, fondatrice du Consumer Financial Protection Bureau, le mythe de l’économie illimitée est bien caduc. Car si entre la génération des années 70 et celle d’aujourd’hui, les foyers ont vu leur revenus augmenter significativement (+75 %) essentiellement grâce à l’apport d’un deuxième salaire, et si la valeur relative certains postes de dépense a baissé (−22 % pour l’alimentation, −44 % pour l’habillement), d’autres pèsent beaucoup plus lourd aujourd’hui (+69 % pour le crédit hypothécaire, + 90%) pour l’assurance-santé et + 38 % pour les impôts. Donc la conclusion s’impose : les foyers ont eu recours au crédit essentiellement pour faire face à des charges croissantes dans un contexte de revenus stagnants24. Ceci est particulièrement vrai pour les foyers avec enfants. Dans les quartiers bénéficiant de bonnes écoles, les prix de l’immobilier flambent sous l’effet de la demande, obligeant les familles à pratiquer une surenchère coûteuse pour assurer à leur progéniture un enseignement de qualité.

26Cette démonstration est sans aucun doute convaincante, mais elle le serait encore plus si on pouvait affirmer que face à ce surcroît de charges, les Américains avaient réduit leur consommation. Or, la consommation de biens durables a augmenté plus rapidement que le PIB.

Indicateurs d’évolution de la croissance de la consommation aux Etats-Unis, 1992-2007

PIB / habitant


($ courants)

Ventes au détail


($ courants)

Consommation finale


(millions de $ courants)

1992

24 527

1 815 716

4 236 900

2007

46 627

4 005 798

9 806 300

Ratio 1992/2007

1,9

2,21

2,31

Source : US Census Bureau et Annual Retail Trade Survey

  • 25 Voir Jacques Sapir, L’économie politique internationale de la crise et la question du « nouveau Bre (...)

27Par ailleurs, une partie des prêts hypothécaires a en réalité servi à financer la consommation, et non le logement, par le biais d’hypothèques secondaires qui permettaient de monétiser l’excédent de valeur des logements dans un marché en forte hausse. En 2007, on pouvait estimer que la quasi-totalité de la croissance du PIB tenait à la consommation financée par ce biais25.

28L’endettement contemporain des Américains sert donc des objectifs multiples : couverture de dépenses de base en hausse, certes, mais aussi satisfaction des « désirs insatiables » tels qu’évoqués dès 1929. La dette a donc permis de perpétuer le processus selon lequel « au plan économique, un champ sans limite s’offre à nous », prolongeant ainsi une dynamique remarquable en dépit de déséquilibres croissants.

Le paradigme menacé ?

29La question qui se pose est de savoir si cette dynamique peut perdurer. Puisque celle-ci s’articule autour de l’endettement, tout dépend de la propension des débiteurs à continuer à s’endetter d’une part, et de la tolérance des créditeurs à maintenir leur exposition.

Les débiteurs

  • 26 Voir Federal Reserve Bank of New York, Quarterly Report on Household Debt and Credit, February 2014 (...)

30Si l’on observe l’évolution récente, on peut dire que la crise a eu un effet temporaire sur les comportements du public américain. Après plusieurs années de baisse tendancielle, la dette des ménages a recommencé à augmenter à partir du deuxième trimestre de 2013. Entre le deuxième et le troisième trimestre, la dette totale des ménages augmentait de 241 milliards de dollars, soit la plus forte hausse depuis 2007. Les emprunts immobiliers croissaient de 3,3%, et sur l’ensemble de l’année les crédits hors immobilier gagnaient pas moins de 7%26.

  • 27 Ce n’est qu’à partir de 2014 que le nombre des bénéficiaires de food stamps a commencé à légèremen (...)
  • 28 Voir Federal Reserve Bank of St Louis, Economic Research, Civilian Labor Force Participation Rate <(...)

31Pourtant, en dépit de la reprise économique, de nombreux Américains connaissaient encore des conditions précaires. Ainsi, en 2013, 23 millions de foyers recevaient une assistance alimentaire, soit 722 mille de plus qu’en 2012. Par comparaison, ils n’étaient que 15 millions à en bénéficier en 200927. Quant à la baisse du taux de chômage, elle était en partie attribuable au découragement de ceux qui renonçaient à chercher du travail. Le taux de participation au marché du travail, en baisse tendancielle depuis le début des années 2000, s’établissait à 62,9 % en janvier 2015. C’était 3,1 points de moins qu’avant la crise, et beaucoup moins que le record de 67,3 % atteint en mars 200028.

  • 29 Pew Research Center, « Fewer, Poorer, Gloomier, The Lost Decade of the Middle Class », 22 août 2012 (...)
  • 30 Ibid.

32Appétit pour la consommation et propension à l’endettement demeuraient donc, malgré une dégradation sur le long terme des conditions de la classe moyenne : baisse des revenus, baisse encore plus forte du patrimoine, augmentation du nombre de personnes se comptant dans les rangs de la classe défavorisée, avec une aggravation particulièrement nette au cours des années 2000-2010, que le Pew Research Center appelait une « décennie perdue »29. Mais si 85 % des personnes interrogées par le Pew Research Center déclaraient qu’il était plus difficile de maintenir un statut de classe moyenne en 2012 que dix ans auparavant, elles étaient 67 % à maintenir que « la plupart des gens qui veulent progresser peuvent y arriver s’ils sont prêts à travailler dur ». Et 55 % d’entre elles se déclaraient très ou assez optimistes quant à l’avenir à long terme de la nation30.

33Ainsi se dessine une situation clivée : ceux dont la situation s’est concrètement dégradée au cours des vingt dernières années continuent de se projeter dans un avenir qui porte en lui une expansion suffisante pour garantir le progrès pour tous. Cette contradiction illustre la dynamique d’une croyance qui voile la leçon de l’expérience. On peut donc en conclure que les facteurs culturels qui soutiennent la dynamique consumériste américaine n’ont pas été significativement affectés par la crise de 2008, ce qui est reflété par la reprise du crédit à la consommation.

Les créditeurs

  • 31 US Government Accountability Office, Fiscal Outlook: Understanding the Federal Debt, <http://www.ga (...)
  • 32 Voir Department of the Treasury, Federal Reserve Bank of New York, Board of Governors of the Federa (...)
  • 33 Martin Feldstein, « Quantitative Easing and America’s Economic Rebound », Project Syndicate, 24 fév (...)

34Cependant, la limite à l’expansion sans fin du consumérisme états-unien pourrait venir de l’extérieur. En 2012, le Government Accountability Office estimait que les investisseurs internationaux détenaient 48,5 % de la dette fédérale31. Entre 2012 et 2013, le total de la dette détenue à l’étranger augmentait encore, de 13 261 à 14 410 milliards de dollars32. Or, consommation, endettement des ménages et endettement public sont liés. En 2010 déjà, l’amorce de reprise devait beaucoup au rachat de titres à long terme par la Fed dans le cadre de la deuxième opération d’assouplissement quantitatif (QE2) : la baisse des taux encourageait la bourse et par effet de richesse, relançait la consommation des ménages33.

35Dans ces conditions, la dépendance vis-à-vis des investisseurs étrangers est évidente. Qu’ils s’engagent pour maintenir un taux de change favorable, garant d’un accès facilité au marché des consommateurs américains, ou pour placer leur épargne dans un refuge sûr, tous faisaient le double pari de la solvabilité et de la croissance maintenue des États-Unis. Or ce pari ne pouvait être gagné seulement par une consommation dynamique, puisque celle-ci contribuait aux déséquilibres extérieurs du pays.

  • 34 « America’s economy. Points of light », The Economist, 14 juillet 2012, 20.
  • 35 Voir Alternatives économiques, n° 317, 3.

36Au deuxième semestre 2012, plusieurs indices pouvaient faire croire à une reprise américaine plus vertueuse, c’est-à-dire moins exclusivement tirée par la consommation. La nouvelle abondance de gaz extrait nationalement par la technique de fracturation permettait aux Américains de payer moins de 3 dollars par million de BTU, contre plus de $10 en Europe et en Asie. Cet avantage de prix jouait évidemment en faveur de la production industrielle : sidérurgie mais aussi pétrochimie. L’American Chemistry Council répertoriait 30 milliards de dollars d’investissements nouveaux dans la production d’éthylène, et estimait que cela générerait directement dix-sept mille emplois bien payés, ainsi que de nombreux emplois indirects34. Plus généralement, la production industrielle était revenue à 2 points de son niveau d’avant la crise, alors qu’il manquait 13 points à la zone euro pour retrouver la situation d’avant 200835.

  • 36 Voir Alternatives économiques, n° 317, 20.
  • 37 Voir Frankfurt School-UNEP Centre/BNEF, Global Trends in Renewable Energy Investment 2014, <http:// (...)

37Ce renouveau présentait cependant un caractère paradoxal, car s’appuyant sur une énergie fossile. En matière d’énergie renouvelable, les investissements américains en 2011 étaient de moitié inférieurs à ceux de l’Europe, et même légèrement en dessous de ceux de la Chine36. En 2013, après deux années consécutives de baisse mondiale, l’écart s’était resserré avec l’Europe, mais accru avec la Chine, et l’ordre demeurait inchangé, à savoir que la Chine et l’Europe devançaient les USA37.

  • 38 Jeremy Rifkin, La fin du travail, op. cit.
  • 39 Voir Michael A. Levi, « The Case for Natural Gas Exports », The New York Times, August 15, 2012, <h (...)

38L’Amérique n’était-elle pas en train de se laisser distancier dans ce que Jeremy Rifkin appelle la troisième révolution industrielle38 ? Et n’étaient-ils pas à rebours de leur vocation de pionniers technologiques quand ils envisageaient d’exporter leur gaz, avec des revenus potentiels estimés par certains à 3 milliards de dollars par an39 ?

  • 40 « America’s economy. Points of light », op. cit., 18.
  • 41 Voir United States Department of Commerce, “U.S. Exports Hit New Annual Record, Reaching $2.35 Tri (...)

39Il n’en demeure pas moins que dès 2012, les exportations pesaient pour 43 % de la croissance, alors qu’elles n’avaient joué qu’un rôle marginal aux cours des deux dernières reprises (1991-1994 et 2002-2004), qui avaient fait la part belle à la consommation. Un changement d’autant plus remarquable que la destination de ces flux se trouvait principalement dans les pays émergents, là où le potentiel est le plus fort. Si les exportations augmentaient de 20 % avec la zone OCDE, elles croissaient de 51 % avec l’Amérique Latine et de 53 % avec la Chine, qui devenait le troisième marché d’exportation des USA derrière le Canada et le Mexique40. Cette tendance se confirmait en 2013 et 2014, avec de nouveaux records d’exportations, évaluées à 2350 milliards de dollars en 2014, soit une hausse de 760 milliards de dollars depuis 200941.

Conclusion : sur le fil du rasoir

40La conclusion à tirer de ces observations est ambiguë. D’une part, le relatif redéploiement industriel stimulé par la baisse des coûts énergétiques peut se poursuivre, et ce faisant raffermir la position exportatrice des USA. On tendrait alors vers un modèle de croissance plus équilibré, avec une moindre dépendance à l’endettement. Mais par ailleurs, on voit, sur les années 2013 et 2014, comment reprise économique et reprise de l’endettement des ménages entretiennent une dynamique de rétroaction positive. En d’autres termes, les éléments de reprises « vertueux » déclenchent les facteurs qui le sont moins (endettement) et se combinent avec eux.

41Ce processus est évidemment lié à la perception culturelle de l’économie comme un champ sans limite, qui conduit les agents économiques américains à des anticipations plus optimistes qu’en Europe, qui plus est à un stade plus précoce du cycle des affaires. Cette tendance culturelle renforce l’efficacité de la politique monétaire généreuse de la Fed, en cela qu’elle atténue les effets de thésaurisation.

42Il y a indéniablement un aspect positif à cette dynamique. Mais cela signifie qu’on ne peut concevoir actuellement une reprise américaine sans aggravation des déficits. Or ceux-ci ne sont viables qu’en raison du rôle international du dollar. Comme l’a montré la crise de 2008, les placements étrangers en titres libellés en dollars ne financent pas que le déficit public. La vente internationale de dettes privées sous forme titrisée a participé au financement des emprunts consentis aux ménages américains.

43Le rôle international du dollar n’est pas immédiatement menacé. Mais la croissance de l’économie chinoise, par effet de taille et en raison de sa part dans les échanges internationaux, devrait à moyen terme au moins remettre en cause l’exclusivité du dollar comme devise de réserve et d’échange. De nombreux signes montrent une montée progressive du Yuan : accords bilatéraux entre la Chine et ses partenaires commerciaux pour l’emploi des devises nationales dans le cadre de leurs échanges, ou encore ouverture de chambres de compensation pour les transactions en Yuan par certaines banques occidentales.

44À mesure que les transactions internationales se reconfigureront autour d’alternatives au dollar, la nécessité de tenir des réserves en dollars se réduira, au moins en termes relatifs. C’est un processus lent, ne serait-ce qu’en raison de la masse de réserves actuellement accumulées en devises américaines, mais il est indéniable que la diversification a commencé.

45Un monde « dédollarisé » rendrait insoutenable les niveaux d’endettement, public et privé, des États-Unis. Or aujourd’hui la croyance culturelle dans l’économie sans limite trouve sa réalisation concrète dans l’endettement. Dit autrement, le rôle international du dollar a partie liée avec certains fondamentaux culturels nationaux.

46Le mouvement de réindustrialisation basé sur la baisse des coûts énergétiques, s’il se confirme, donne les moyens aux USA de se redéployer de manière plus équilibrée dans l’économie internationale. Mais cela implique aussi des changements de comportement qui touchent aux cœurs des croyances américaines. Dans les années de la Grande Dépression, les États-Unis ont montré qu’ils étaient capables de se réinventer. Le passage d’une perspective économique darwinienne au modèle social-démocrate Rooseveltien était un changement paradigmatique. C’est un défi de même ampleur qui attend les USA au cours du XXIe siècle.

Haut de page

Bibliographie

BOORSTIN Daniel, Histoire des Américains, Paris : Robert Laffont, 1991 [1973].

CALDER Lendol, Financing the American Dream, A Cultural History of Consumer Credit, Princeton : Princeton UP, 1999.

CHANDLER Jr. Alfred D., « America on Track. The Railroads : The First Modern Business Entreprises, 1850s-1860s », in Jack Beatty (Dir.), Colossus, How The Corporation Changed America, New York : Broadway Books, 2001, 95-112.

COHEN Lizabeth, « La république des consommateurs », Les grands dossiers des sciences humaines, n°22, 2011, 24-29.

COHEN Lizabeth, Making A New Deal: Industrial Workers in Chicago, 1919-1939, New York: Cambridge UP, 1990.

CROSS Gary, An All Consuming Century, Why Commercialism Won in America, New York: Columbia UP, 2000.

ECONOMIST (THE), « America’s economy. Points of light », 14 juillet 2012, 20.

FEDERAL RESERVE BANK OF NEYW YORK, Quarterly Report on Household Debt and Credit, February 2014. <http://www.newyorkfed.org/householdcredit/2013-Q4/HHDC_2013Q4.pdf>, consulté le 10 février 2015.

FELDSTEIN Martin, « Quantitative Easing and America’s Economic Rebound », Project Syndicate, 24 février 2011, <http://www.project-syndicate.org/commentary/quantitative-easing-and-america-s-economic-rebound>, consulté le 10 février 2015.

GALBRAITH John K., Economie hétérodoxe, Paris : Seuil, 2007.

HACKER Jacob S., The Great Risk Shift: The new economic insecurity and the decline of the American dream, New York : Oxford UP, 2008.

KOTZ David, « Neoliberalism and the US Economic Expansion of the 1990s », Monthly Review, vol. 54, n° 11, avril 2003, 15-33.

LEVI Michael A., « The Case for Natural Gas Exports », The New York Times, August 15, 2012, <http://www.nytimes.com/2012/08/16/opinion/the-case-for-natural-gas-exports.html>, consulté le 10 février 2015.

ORLEAN André, L’Empire de la valeur, Paris : Seuil, 2011.

RIFKIN Jeremy, La Fin du travail, Paris, La Découverte / Poche, 2006 [1995].

PEW RESEARCH CENTER, « Fewer, Poorer, Gloomier, The Lost Decade of the Middle Class », 22 août 2012, <http://www.pewsocialtrends.org/files/2012/08/pew-social-trends-lost-decade-of-the-middle-class.pdf>, consulté le 10 février 2015.

SAPIR Jacques, L’économie politique internationale de la crise et la question du “nouveau Bretton Woods” : Leçons pour des temps de crise, document de travail, 2008, <http://www.lhivic.org/travaux/articles/sapir_brettonWoods2.pdf>, consulté le 10 février 2015.

WARREN Elizabeth & Tyagi Amelia WARREN, « What’s Hurting the Middle Class: The myth of overspending obscures the real problem », Boston Review, 1er septembre 2005, 6-11.

Wills Jocelyn, « Respectable Mediocrity : The Everyday Life of an Ordinary American Striver, 1876-1890 », Journal of Social History, vol. 37, n° 2, 2003, 323-349.

Haut de page

Notes

1 Texte du discours disponible sur le site de l’Université de Stanford <http://news.stanford.edu/news/2005/june15/jobs-061505.html>, consulté le 10 février 2015.

2 André Orléan, L’Empire de la valeur, Paris : Seuil, 2011.

3 John K. Galbraith, Economie hétérodoxe, Paris : Seuil, 2007, 313.

4 Ibidem, 314.

5 Daniel Boorstin, Histoire des Américains, Paris : Robert Laffont, 1991 [1973], 501.

6 Ibid.

7 En 1890, le Census Bureau, sur la foi de son dernier recensement, déclare qu’il n’y a plus de front contigu de développement vers l’ouest. La conquête de l’ouest est donc achevée. Cette annonce va engendrer une certaine inquiétude et un débat, notamment autour de l’article de l’historien Frederick Jackson Turner, publié en 1893, « The Significance of the Frontier in American History ». Toutefois, la première liaison ferroviaire transcontinentale était achevée en 1869, et dès 1870, des marchandises pouvaient traverser les États-Unis à bord du même wagon. Voir Alfred D. Chandler Jr., « America on Track. The Railroads : The First Modern Business Entreprises, 1850s-1860s », in Jack Beatty (Dir.), Colossus, How The Corporation Changed America, New York : Broadway Books, 2001, 102.

8 Jocelyn Wills, « Respectable Mediocrity: The Everyday Life of an Ordinary American Striver, 1876-1890 », Journal of Social History, vol. 37, n° 2, 2003, 323-349.

9 Jeremy Rifkin, La Fin du travail, Paris, La Découverte / Poche, 2006 [1995], 41.

10 Ibid., 40.

11 Lendol Calder, Financing the American Dream, A Cultural History of Consumer Credit, Princeton: Princeton UP, 1999.

12 Gary Cross, An All Consuming Century, Why Commercialism Won in America, New York, Columbia UP, 2000, 25.

13 Ibid., 26-27.

14 Daniel Boorstin, Histoire des Américains, op. cit., 1254.

15 Cité dans Jeremy Rifkin, La fin du travail, 46-47.

16 Voir Gary Cross, An All Consuming Century, Why Commercialism Won in America, 29.

17 Ibid., 71.

18 Lizabeth Cohen, Making A New Deal: Industrial Workers in Chicago, 1919-1939, New York : Cambridge UP, 1990, 104.

19 Lendol Calder, Financing the American Dream, A Cultural History of Consumer Credit, op.cit., 27.

20 Lizabeth Cohen, Making A New Deal: Industrial Workers in Chicago, 1919-1939, op.cit.,

21 Ibid., 24.

22 Voir David Kotz, « Neoliberalism and the US Economic Expansion of the 1990s », Monthly Review, vol. 54, n° 11, avril 2003, 15-33.

23 Voir Jacob S. Hacker, The Great Risk Shift: The new economic insecurity and the decline of the American dream, New York : Oxford UP, 2008, 31.

24 Elizabeth Warren & Tyagi Amelia Warren, « What’s Hurting the Middle Class: The myth of overspending obscures the real problem », Boston Review, 1er septembre 2005, 6-11.

25 Voir Jacques Sapir, L’économie politique internationale de la crise et la question du « nouveau Bretton Woods »: Leçons pour des temps de crise, document de travail, 2008, <http://www.lhivic.org/travaux/articles/sapir_brettonWoods2.pdf>, consulté le 15 février 2015.

26 Voir Federal Reserve Bank of New York, Quarterly Report on Household Debt and Credit, February 2014. <http://www.newyorkfed.org/householdcredit/2013-Q4/HHDC_2013Q4.pdf>, consulté le 10 février 2015.

27 Ce n’est qu’à partir de 2014 que le nombre des bénéficiaires de food stamps a commencé à légèrement refluer. Voir USDA, Food and Nutrition Service, Supplemental Nutrition Assistance Program, <http://www.fns.usda.gov/pd/supplemental-nutrition-assistance-program-snap >, consulté le 10 février 2015.

28 Voir Federal Reserve Bank of St Louis, Economic Research, Civilian Labor Force Participation Rate <http://research.stlouisfed.org/fred2/series/CIVPART>, consulté le 10 février 2015.

29 Pew Research Center, « Fewer, Poorer, Gloomier, The Lost Decade of the Middle Class », 22 août 2012, <http://www.pewsocialtrends.org/files/2012/08/pew-social-trends-lost-decade-of-the-middle-class.pdf>, consulté le 10 février 2015.

30 Ibid.

31 US Government Accountability Office, Fiscal Outlook: Understanding the Federal Debt, <http://www.gao.gov/fiscal_outlook/understanding_federal_debt/overview - t=1>, consulté le 10 février 2015.

32 Voir Department of the Treasury, Federal Reserve Bank of New York, Board of Governors of the Federal Reserve System, « Foreign Portfolio Holdings of U.S. Securities as of June 30, 2013 », avril 2014, <http://www.treasury.gov/ticdata/Publish/shla2013r.pdf>, consulté le 10 février 2015.

33 Martin Feldstein, « Quantitative Easing and America’s Economic Rebound », Project Syndicate, 24 février 2011, <http://www.project-syndicate.org/commentary/quantitative-easing-and-america-s-economic-rebound>, consulté le 10 février 2015.

34 « America’s economy. Points of light », The Economist, 14 juillet 2012, 20.

35 Voir Alternatives économiques, n° 317, 3.

36 Voir Alternatives économiques, n° 317, 20.

37 Voir Frankfurt School-UNEP Centre/BNEF, Global Trends in Renewable Energy Investment 2014, <http://www.fs-unep-centre.org>, consulté le 10 février 2015.

38 Jeremy Rifkin, La fin du travail, op. cit.

39 Voir Michael A. Levi, « The Case for Natural Gas Exports », The New York Times, August 15, 2012, <http://www.nytimes.com/2012/08/16/opinion/the-case-for-natural-gas-exports.html>, consulté le 10 février 2015.

40 « America’s economy. Points of light », op. cit., 18.

41 Voir United States Department of Commerce, “U.S. Exports Hit New Annual Record, Reaching $2.35 Trillion in 2014 », 5 février 2015, <http://www.commerce.gov/news/press-releases/2015/02/05/us-exports-hit-new-annual-record-reaching-235-trillion-2014>, consulté le 10 février 2015.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Pierre Arnaud, « La croissance sans limite : un paradigme américain proche de sa fin ? », Revue LISA/LISA e-journal [En ligne], vol. XIII-n°2 | 2015, mis en ligne le 20 mars 2015, consulté le 26 juin 2017. URL : http://lisa.revues.org/8444 ; DOI : 10.4000/lisa.8444

Haut de page

Auteur

Pierre Arnaud

Pierre Arnaud est maître de conférences en civilisation américaine à l’université Paris Ouest Nanterre la Défense, spécialiste des TIC et de l’économie américaine dans ses dimensions sociales et culturelles. Avant de rejoindre l’université, il a enseigné pendant treize ans à l’ESCP Europe. Ses travaux les plus récents portent sur l’économie des USA dans une perspective comparatiste, autour de problématiques telles que les dynamiques sociales de la consommation, les inégalités, les perceptions culturelles de l’économie.

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la Revue LISA / LISA e-journal sont mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Revues.org