Navigation – Plan du site
Images et média

Géraldine Chouard, Eudora Welty et la photographie : Naissance d’une vision

Paris : Michel Houdiard, 2012, 178 pages, ISBN 978-2356920676
Eliane Elmaleh
Référence(s) :

Géraldine Chouard, Eudora Welty et la photographie : Naissance d’une vision, Paris : Michel Houdiard, 2012, 178 pages, ISBN 978-2356920676

Entrées d’index

Index géographique :

États-Unis

Index chronologique :

XXe siècle
Haut de page

Texte intégral

1Si les travaux photographiques d’Eudora Welty datent pour la plupart des années 1930, ils ne furent découverts par le public américain que vers les années 1970 et 1980, avec la publication des ouvrages One Time, One Place : Mississippi in the Depression (1971) et Photographs (1989), nous apprend Géraldine Chouard dans son livre consacré à Eudora Welty et la photographie, Naissance d’une vision. C’est en effet en 1933, en tant qu’agent de la Works Progress Administration de Roosevelt qu’Eudora Welty quadrille le Mississippi pour prendre des photographies qui seront censées témoigner de la Grande Dépression. L’auteur nous fait découvrir ainsi une facette cachée d’une figure majeure de la littérature américaine du sud, contemporaine de Carson McCullers et Flannery O’Connor, née à Jackson dans le Mississippi en 1909, douze ans après William Faulkner, qui prendra quant à lui le titre de grand écrivain du Sud.

2L’ouvrage de Géraldine Chouard montre l’ampleur et la richesse des travaux photographiques de Welty qui, loin d’entrer en conflit avec ses productions littéraires, les complètent, aident à leur compréhension et assurent la cohérence de son œuvre. La photographie en effet, telle que la concevait Welty, n’était en aucun cas une simple illustration de son travail de fiction ; l’auteur montre bien que les textes et images forment un système complexe tendant à une compréhension et une élucidation réciproque.

3Le travail de Géraldine Chouard est extrêmement bien documenté. La bibliographie, spécialisée sur Eudora Welty et la photographie, témoigne non seulement de sa connaissance magistrale de l’œuvre de l’écrivaine-photographe, mais aussi de ses capacités à utiliser avec une extrême justesse les outils critiques de l’analyse photographique : Barthes, Baudrillard, Lacan, Levinas sont quelques-uns des auteurs dont Géraldine Chouard utilise les théories avec brio. Par ailleurs, elle connaît tout autant les œuvres littéraires de Welty dont elle parsème cet ouvrage, faisant un va-et-vient entre photographies, romans et nouvelles dont elle donne quelques analyses pertinentes. L’important travail sur archives qu’elle a effectué pour faire découvrir des photographies de Welty inédites en France, les notes de bas de page précises et détaillées, sont par ailleurs autant d’éléments qui attestent bien que cet ouvrage est un véritable travail de chercheur.

4Naissance d’une vision comporte 178 pages à l’écriture condensée (deux colonnes de textes à chaque page) mais extrêmement lisible, puisque le format est plus large que long. Le choix des quarante photographies présentées en incise, entre les chapitres trois et quatre est excellent. Toutes prises durant les années 1930, elles témoignent de l’immense talent de Welty et, au fur et à mesure que le lecteur tourne les pages, elles aiguisent son désir de mieux connaître cette artiste, dont il découvre avec étonnement qu’elle avait l’envergure d’un Walker Evans.

5Les chapitres suivent un enchaînement logique, expliquant comment s’est forgé le regard de Welty et son goût prononcé dès l’enfance, non seulement pour l’image mais aussi pour « l’image dans la lettre », si bien représentée dans les enluminures, qu’elle mettra plus tard en œuvre dans ses photographies d’enseignes commerciales. Géraldine Chouard nous apprend également l’intérêt familial pour la photographie, depuis le père, grâce auquel elle s’équipera très tôt d’un appareil photo, au grand-père qui fut photographe professionnel en Virginie dans les années 1880. L’étude que fait Géraldine Chouard de l’arrière-plan historique, permet cependant de comprendre le choix que fit Welty pour l’écriture, dès 1936, avec la publication de sa nouvelle « Death of a Traveling Salesman » (« Mort d’un voyageur de commerce »). Le chapitre que l’auteur consacre au reportage photographique mené par Eudora Welty dans le cadre de la Works Progress Administration, atteste de ses connaissances historiques approfondies. L’histoire des États-unis de Roosevelt, du fonctionnement de la Works Progress Administration, celle du sud du pays, des Afro-Américains, de la photographie américaine ou encore l’histoire de l’art américain, se mêlent pour enrichir la description qu’elle fait de l’apport de Welty à ce reportage d’investigation de la Grande Dépression. L’auteur n’hésite pas, en outre, à établir des comparaisons avec d’autres grands photographes de la période, qu’ils soient américains (Margaret Bourke-White ou Dorothea Lange) ou français (Henri Cartier-Bresson et Robert Doisneau). La partie consacrée aux photographies de Welty sur la population rurale noire du Mississippi est extrêmement bien documentée et rappelle l’apport d’artistes comme Ben Shahn qui furent désignés par le gouvernement pour documenter la pauvreté du Sud, dont étaient largement victimes les Noirs américains dans une Amérique ségréguée. Enfin, dans le chapitre où elle aborde « l’image au pied de la lettre », Géraldine Chouard explique bien le lien entre les photographies et les œuvres littéraires de Welty ; elle propose quelques analyses fines de ses nouvelles et romans qui la classent indubitablement comme critique littéraire, spécialiste de l’écrivaine.

6L’ouvrage de Géraldine Chouard est d’un intérêt certain, non seulement pour un public averti mais aussi pour un public plus large car il est abordable, agréable à lire, clair et informé. Pas de théorisation excessive ni de jargon intellectuel dans cet ouvrage ; le style de l’auteur est à la fois fluide et soutenu. Elle tisse une trame historique, artistique, photographique et littéraire qui donne à l’ouvrage toute son originalité et à Eudora Welty la place qu’elle mérite au sein des grands photographes américains du XXe siècle.

7Recension par Eliane Elmaleh (Université du Maine, Le Mans)

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Eliane Elmaleh, « Géraldine Chouard, Eudora Welty et la photographie : Naissance d’une vision », Revue LISA/LISA e-journal [En ligne], Media, culture, histoire, Images et média, mis en ligne le 25 janvier 2013, consulté le 19 septembre 2017. URL : http://lisa.revues.org/5094

Haut de page

Auteur

Eliane Elmaleh

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la Revue LISA / LISA e-journal sont mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Revues.org