Navigation – Plan du site
Culture et société

Le radicalisme de Michael Moore

Michael Moore’s Radicalism
Jean-Marie Ruiz

Résumé

Michael Moore is famous and popular in many European countries, where he is seen as a critic of American culture. However, his main thesis, which is repeatedly expressed in his films and books, does not primarily criticize American popular culture or political tradition. Rather, this article argues that Moore’s thought may best be analysed through the American tradition of radicalism, whose origin dates back to Thomas Paine. Obviously, Moore is a contemporary radical who uses the modern media to reach as many people as possible. Yet some aspects of his rationale are surprisingly close to 18th century American radicalism.

Haut de page

Entrées d’index

Index chronologique :

20th century, XXe siècle

Index thématique et géographique :

culture, États-Unis, media, médias, société, society, United States
Haut de page

Texte intégral

1Le public français connaît bien Michael Moore, aussi bien semble-t-il que le public britannique et allemand, deux pays européens où ses livres se sont particulièrement bien vendus. En France, c’est surtout un de ses films, Bowling for Columbine, qui explique sa popularité, mais c’est aussi le personnage de Michael Moore, qui est un des acteurs de ce film, qui attire la sympathie du public français et européen – personnage en partie décalé par rapport à l’image que nous avons des américains : moins patriotique et chauvin, moins enclin à donner des leçons, moins sûr de lui et de la supériorité du modèle américain. En partie décalé seulement, car d’autres caractéristiques du personnage sont plus conformes à l’image des Américains en Europe : son côté corpulent, son franc parler, sa casquette vissée sur la tête et le peu d’attention qu’il accorde à sa tenue vestimentaire. Ce sont ces deux aspects contrastés de son personnage – à la fois l’allure et le style américain et sa critique de la culture et des valeurs américaines (particulièrement patente dans son discours très médiatisé lors de la remise des Oscars en 2003) qui le rendent tout aussi sympathique auprès du public européen que détestable aux yeux des conservateurs et des nationalistes américains.

  • 1 L’acteur Charlton Heston fut Président de la National Rifle Association, le puissant lobby des arme (...)

2Mais si son image est aussi importante que son message, quel est exactement ce message ? Est-il cohérent ou varie-t-il selon les films et les livres ? Pour le public français, cette question est d’autant plus importante que Bowling for Columbine, l’œuvre la plus connue de Moore en France, est assez ambiguë. Certes, on voit dans ce film qu’il critique le rôle des armes à feu dans la culture contemporaine et l’histoire des Etats-Unis, et plus généralement le rôle des médias et des lobbies, qui créent selon lui en grande partie cette peur des autres qui poussent les citoyens des Etats-Unis à s’armer. Mais, dans ce film, Moore semble au total poser plus de questions qu’il n’apporte de réponses. Le film apparaît à première vue comme un long questionnement sur les causes de la violence par armes à feu, et il faut l’analyser en détails – ce qui n’est pas facile pour un film qui se présente comme un documentaire, avec des multiples facettes et peu de liaisons formelles entre elles – pour parvenir à décrypter sa réponse, ou du moins dire si, parmi toutes les causes potentielles qu’il suggère, une est tenue pour plus importante que les autres. Une analyse plus fouillée du film semble indiquer que oui, mais cette prise de position n’est jamais très explicite et apparaît plutôt en filigrane, comme la résultante de l’élimination de toutes les autres causes potentielles. Moore commence en effet par explorer le rôle de l’histoire des Etats-Unis, elle-même violente, mais il rejette tout déterminisme historique en faisant remarquer que beaucoup de pays, notamment occidentaux, ont eu une histoire violente mais ont actuellement un taux de mortalité par homicide bien inférieur à celui des Etats-Unis. Moore ne croit pas plus que la télévision et les médias soient, par eux-mêmes, responsables de cette violence et rejette aussi l’idée parfois exprimée, notamment par Charlton Heston1 dans le film, qu’elle soit liée à la grande diversité ethnique qui caractérise la population des Etats-Unis. Il s’oppose à ces deux arguments en comparant les Etats-Unis au Canada, pays dont le taux de mortalité par arme à feu est très inférieur à celui des Etats-Unis alors même qu’il est lui aussi caractérisé par une population ethniquement très hétérogène et, d’autre part, où les armes à feu sont tout aussi prisés qu’aux Etats-Unis.

3Moore en vient finalement à privilégier une cause tout à fait différente: le manque de solidarité de la société américaine et l’individualisme érigé en valeur suprême. Cette analyse est d’autant plus intéressante, voire surprenante, que contrairement à la culture française, la culture dominante états-unienne conçoit l’individualisme comme un phénomène positif, à la fois pour l’individu lui-même mais aussi pour la société. En effet, pour nombre d’Américains, ce sont les individus qui font que la société est ce qu’elle est – bonne ou mauvaise, vertueuse ou décadente, généreuse ou égoïste, etc.… – et non pas l’Etat comme les français sont traditionnellement plus enclins à le croire. La première illustration apparaît en fait au tout début du film, lorsque Moore suggère que les lycéens responsables de la tuerie sont le produit d’une société trop prompte à considérer que ceux qui n’avaient pas de bons résultats scolaires étaient des « losers » condamnés à l’échec. Pour le cinéaste cette mentalité fait beaucoup de dégâts dans la société et pousse à la violence ceux qui sont ainsi stigmatisés et qui perdent tout espoir de réussir dans la vie. Mais son argument va plus loin : c’est aussi et surtout le manque de solidarité institutionnalisé qu’il juge responsable des actes de violence individuels. C’est le démantèlement de l’Etat providence initié dans les années 80 mais aussi poursuivi par Bill Clinton, un Démocrate, et la destruction du système de protection sociale progressivement et péniblement mis en place aux Etats-Unis par Franklin Roosevelt et Lyndon Johnson. Moore dit clairement que la tragédie du lycée Columbine Littleton, Colorado) est la conséquence de cette politique erronée en se référant à une autre tragédie en milieu scolaire, à savoir la mort d’un enfant de maternelle tué par un de ses camarades qui avait ramené une arme à feu de la maison. Bien qu’implicite, le message est tout à fait clair : ce n’est pas la mère (qui élève seule son enfant) qui est responsable, mais le gouvernement qui l’oblige à travailler loin de chez elle pour un salaire de misère au lieu de lui permettre de s’en occuper convenablement en lui versant des indemnités de chômage. Plus généralement, Moore veut montrer dans ce film que le démantèlement du système de protection sociale a produit les conditions psychologiques de la violence, c’est-à-dire l’insécurité et la peur. Là encore, il se sert de la comparaison avec le Canada, pays dont le système de protection sociale est beaucoup plus développé qu’aux Etats-Unis. Les Canadiens interviewés dans le film insistent sur le fait qu’ils n’ont pas peur, et le réalisateur le prouve en allant vérifier que leur porte n’est pas fermée à clé. Puis, Moore montre qu’au Canada il n’y a pas vraiment de pauvreté, les quartiers et les maisons les plus pauvres, y compris les logements subventionnées de type HLM, étant très décents. La conclusion est donc évidente : là où il existe une politique sociale, il n’y a pas d’insécurité, et donc pas de violence ; inversement, là où le capitalisme a le champ libre, la peur est créée artificiellement par les média à des fins commerciales. Aux Etats-Unis, les séries sont souvent violentes et montrent des crimes parce que les producteurs savent qu’ils gagneront de l’argent en faisant appel aux pulsions primitives des téléspectateurs et feront de l’audience.

4C’est donc une vision des choses typiquement « libérale », au sens politique et américain du terme (progressiste), opposée au laissez-faire, qui sous-tend Bowling for Columbine, et qui postule que l’environnement influence plus les individus que l’inverse. Et c’est bien une critique d’ordre politique plus que culturelle que véhicule ce film, critique qui est d’ailleurs beaucoup plus « radicale » que « libérale » et qui correspond plutôt à ce que nous appelons l’extrême gauche en France, en cela qu’elle implique une critique radicale du capitalisme. L’analyse de l’ensemble des productions littéraires et cinématographiques de Michael Moore montre clairement que son propos n’est pas de remédier aux défauts inhérents du système, mais bien d’en changer. La critique du capitalisme constitue en effet une constante dans toutes ses productions, qui peuvent d’ailleurs être considérées comme différents supports destinés à faire passer le même message et la même analyse.

5Son premier film, Roger and Me, réalisé en 1989, le plus gros succès de tous les temps pour un film documentaire (également reconnu par le milieu professionnel puisqu’il s’est vu décerné le Prix du Meilleur Documentaire par le New York Film Critics Circle) est une critique féroce des multinationales et des délocalisations et une analyse des conséquences sociales des licenciements massifs qui en résultent. (Roger est Roger Smith, le patron de General Motors, responsable de la fermeture de l’usine automobile de Flint, Michigan – ville natale de Moore – et du licenciement de 30 000 personnes dans une ville qui en compte 150 000) Dans Canadian Bacon, sorti en 1995 – le seul film de fiction réalisé par Moore et aussi son seul échec commercial – le président des Etats-Unis déclare la guerre au Canada essentiellement pour des raisons économiques : la fin de la guerre froide étant fatale pour le complexe militaro-industriel, elle est à l’origine d’une crise économique et de la baisse de popularité du président, qui déclare alors la guerre pour redevenir populaire. Ici encore c’est la cupidité inhérente au système capitaliste qui est mise en cause, selon une analyse qui serait reprise bien des années plus tard dans son dernier film, Farenheit 9/11. Vient ensuite The Big One, en 1998, par lequel Moore va renouer avec le film de style documentaire et avec le succès commercial. Le thème reste cependant similaire, puisqu’il s’agit de montrer les pratiques douteuses de certaines multinationales et les conséquences sociales qui en découlent, et qui engendrent une tiers-mondialisation des Etats-Unis. Bowling for Columbine se situe par conséquent dans la même ligne que ses films précédents : même si c’est le problème des armes à feu qui est traité principalement, ce problème est présenté comme la conséquence du capitalisme débridé et amoral qui prévaudrait aux Etats-Unis, quel que soit le gouvernement.

  • 2 Les références qui suivent se rapportent aux deux éditions suivantes: Michael Moore, Dude, Where is (...)
  • 3 Ces comparaisons sont exprimées dans Stupid White Men, 214-216.
  • 4 Voir Stupid White Men, 215 et Dude, Where is My Country, 149.

6Si l’on doutait du caractère radical du discours de Moore dans son œuvre cinématographique, la lecture de ses ouvrages en fournirait d’autres illustrations peut-être plus manifestes encore. Je me référerai surtout à ses deux derniers livres, qui ont connu un franc succès en Amérique et en Europe : Stupid White Men, paru aux Etats-Unis en 2001 et en France sous le titre Mike contre attaque et Dude, Where’s my Country, paru en 2003 aux US et également paru en version française sous le titre Tous aux abris.2Ces deux livres sont une critique très caustique du monde politique et économique américains contemporains, et de la remise en cause de l’Etat providence par les deux partis majoritaires, à propos desquels Moore n’hésite pas à parler de blanc bonnet et bonnet blanc, ou même de la différence entre la peste et le choléra. Dans la culture anglo-américaine, les images sont un peu différentes mais le sens est le même : les Américains auraient en effet le choix entre « castor oil » (équivalent de notre huile de foie de morue) et « cherry-flavored Robitussin », un sirop particulièrement désagréable que tous les Américains ont en mémoire depuis leur enfance. Ailleurs il évoque aussi la différence entre des cafards – « roaches » – (les Républicains) et des termites (les Démocrates, qui font autant si ce n’est plus de dégâts mais de façon plus discrète, et par là même plus dangereuse).3 Les cibles principales de Michael Moore sont, dans ses films comme dans ses livres, les partis majoritaires gestionnaires, l’establishment comme dirait certains en France pour parler des partis qui se sont succédés au pouvoir. Volontiers provocateur, Moore écrit que Bill Clinton fut le meilleur président Républicain, que George Bush n’a fait que poursuivre la politique mise en œuvre par Clinton, et que cela est normal puisque tous deux servent en fait les mêmes intérêts, ceux des grandes entreprises qui ont financé leurs campagnes.4 Aucun ne se soucierait de l’intérêt du peuple, dans sa très grande majorité, mais seraient aux ordres d’une minorité, désignée par Moore comme « les riches » ou « Corporate America », les premiers représentant 1% de la population, tandis que la deuxième est évaluée à 10% de la population des Etats-Unis. Les administrations républicaines ou démocrates sont depuis longtemps des marionnettes aux mains des plus grandes fortunes et des plus grandes entreprises et les présidents des Etats-Unis doivent être considérés comme leur représentant, les républicains ouvertement, les démocrates discrètement, ce qui est encore plus honteux parce qu’ils mentent encore plus au peuple américain, c’est-à-dire à 90% des électeurs.

  • 5 Voir par exemple le chapitre intitulé « Idiot Nation », dans Stupid White Men.
  • 6 Dude, where is my Country, voir le chapitre intitulé « A Liberal Paradise », 165-182.
  • 7 Voir Stupid White Men, 103-115.

7Ce raisonnement permet à Michael Moore d’affirmer que les gouvernements ne représentent pas le peuple américain, et que celui-ci n’est pas du tout conservateur, même lorsque les dirigeants les plus conservateurs sont élus. Contrairement à ce que l’on pourrait être tenté de croire, en lisant par exemple le titre de certains chapitres de ses livres, 5 ce n’est pas la culture, la mentalité américaine, ou l’Américain moyen qu’il prend pour cible. Dans Dude, Where’s my Country, il décrit les Américains, et la vraie Amérique (en France on serait tentés de dire l’Amérique d’en bas) comme fondamentalement bons, généreux, humanistes. Cette Amérique là, nous explique-t-il sondages à l’appui, est dans sa grande majorité libérale puisqu’une majorité d’Américains veut promouvoir l’égalité des races, le droit des femmes, le syndicalisme, l’écologie, et est contre toute discrimination fondée sur l’orientation sexuelle. 80% d’entre eux, précise encore Moore, est en faveur d’une couverture médicale universelle. Ce n’est que parce qu’ils sont manipulés que les conservateurs arrivent néanmoins au pouvoir. Manipulés par les média, qui arrivent à les persuader qu’ils sont une minorité et qui présentent le libéralisme comme le dernier refuge des « losers » et associe le conservatisme à l’Amérique mainstream. Ce qui fait que la grande majorité des Américains a honte et refuse d’admettre qu’elle est libérale, pour le plus grand plaisir des conservateurs, qui passe pour être majoritaires alors qu’ils ne sont qu’une infime minorité. 6 D’autre part, les Américains sont manipulables parce qu’ils ne reçoivent plus une éducation convenable. Comme les autres institutions publiques, l’école est selon lui au service du capitalisme et elle sert les intérêts des grandes entreprises, comme le montre leur présence dans le milieu scolaire, le partenariat entreprise/éducation, et l’utilisation croissante de la télévision et d’internet à l’école, qui conditionnent les enfants dès le plus jeune âge. Moore va même jusqu’à suggérer que les chefs d’établissement scolaires américains sont eux-mêmes les suppôts de l’Amérique des affaires, et détruisent volontairement tout esprit critique en formant des futurs citoyens soumis, incapables de remettre en question l’ordre établi. Les responsables des établissements scolaires seraient en quelque sorte les laveurs de cerveau de l’ordre capitaliste, et prépareraient la future manipulation des adultes orchestrées par les capitalistes avec cette fois la complicité des hommes politiques. 7

  • 8 Voir Stupid White Men, 260 et Dude Where is My Country, 96-98.

8Toujours dans Dude, Where’s my Country, Moore décrit les différentes méthodes utilisées par la minorité (les plus riches) pour s’emparer du pouvoir dans un système démocratique qui est censé représenter la majorité. La première étape, la plus facile, consiste à acheter les hommes politiques en finançant leur campagnes électorales, puis en leur accordant faveurs et privilèges une fois qu’ils sont élus, et enfin en leur assurant une lucrative reconversion dans leurs entreprises lorsqu’ils quittent leur fonction politique (phénomène il est vrai plus courant aux US qu’en France où les carrières politiques sont beaucoup plus longues). Ne laissant aucune part au hasard, cette minorité « arrose » de façon égale les représentants des deux partis majoritaires, de telle sorte que le vainqueur soit toujours son protégé. Vient ensuite la deuxième étape, plus ardue, qui consiste à persuader une majorité d’électeurs, en les trompant, qu’ils doivent voter pour l’un des deux partis majoritaires. Pour cela la minorité dispose de plusieurs instruments : les média, toujours là pour relayer leurs messages, la peur en partie générée par les média mais aussi par l’establishment politique, et la religion, qui est l’allié objectif des conservateurs, même si ces derniers n’ont pour Dieu que la Convoitise et l’appât du gain, et pour religion le Capitalisme. La deuxième stratégie, qui consiste à manipuler l’électorat par la peur – un des arguments majeurs développés dans Bowling for Columbine est justement que la violence est le ré sultat de cette peur artificiellement créée par les médias et le pouvoir en place – est particulièrement à l’œuvre depuis les attentas du 11 septembre 2001. Comme le personnage Le leader dans l’œuvre futuriste d’Orwell, 1984, le président actuel utilise la menace d’une guerre permanente pour maintenir le citoyen dans un état de peur perpétuelle, obtenir les pleins pouvoirs et restreindre les libertés individuelles. De fait le taux de confiance dans le Président Bush, plus imposant lorsque Moore écrivait son livre qu’il ne l’est actuellement, ne reflète nullement un consensus quant à sa politique mais seulement la peur du terrorisme.8 Cette vision des choses est non seulement très américaine, dans sa conception de l’Etat ennemi des libertés individuelles, mais elle montre aussi que pour Moore, la politique étrangère est dictée par des considérations de politique intérieure et vise essentiellement à servir les intérêts capitalistes. Son interprétation des attentats terroristes à New York est tout aussi typique de l’extrême gauche américaine et européenne : à savoir d’une part que les terroristes sont les créatures des Etats-Unis, qui tel Frankenstein se retournent contre leur maître, et d’autre part que ces attentats sont la conséquence logique de la politique impérialiste américaine dans le monde, qui exploite les pays les plus pauvres et les maintient dans la pauvreté en soutenant les dictateurs favorables à l’intérêt des Etats-Unis. D’où sa formule, utilisée comme intitulé de chapitre dans Dude Where is my Country : « pour arrêter le terrorisme, les Etats-Unis doivent cesser d’être eux-mêmes des terroristes ».

  • 9 Moore écrit que cette minorité, les 1% d’Américains les plus riches, détestent la démocratie parce (...)
  • 10 Voir le chapitre « Horatio Alger Must Die », dans Dude Where is My Country, 137-156.

9Pour mettre un terme à ce qui s’apparente à un complot de la minorité pour usurper le pouvoir et saper la démocratie, 9 Michael Moore envisage plusieurs solutions. Il faut d’abord, en finir avec l’un des mythes fondateurs des Etats-Unis, le Rêve américain, qui n’est autre qu’un conte de fée destiné à faire miroiter au peuple que lui aussi peut un jour accéder à la richesse. Bien qu’il n’y ait qu’une chance sur un million pour que cela devienne réalité, écrit Moore, (Dude, 144) ce mythe est entretenu par la petite minorité parce qu’il conforte son pouvoir. Il faut donc déboulonner la statue d’Horatio Alger, dont la devise « From Rags to Riches » a fait de ce leurre une doctrine populaire à la gloire du capitalisme. Il convient d’autre part d’en finir avec un faux bipartisme et une démocratie qui n’en a que le nom, et donc changer le système par une révolution radicale, au sens anglais et dix-huitièmiste de ce terme. Il faut en effet revenir aux sources, à la formule We, the People, utilisée par les Pères fondateurs dans la Déclaration d’indépendance de 1776 et qui suggère que le peuple lui-même exerce le pouvoir. En d’autres termes, le peuple dépossédé de ses droits doit réaliser qu’il est manipulé et utiliser son droit de vote pour élire quelqu’un qui les représentera vraiment, qui soit l’un d’entre eux, qui ne les trahira pas. 10

  • 11 Voir le chapitre « A Liberal Paradise » dans Dude, Where is My Country. Pour les références au « bo (...)
  • 12 Ibid, 172 : « the revolution is at hand ».

10Cette référence aux Pères fondateurs est d’autant plus intéressante que l’on peut distinguer chez Michael Moore une similitude, probablement voulue, avec un des plus influents révolutionnaires américains : Tom Paine. Comme ce dernier, c’est au nom du « bon sens » (common sense ) qu’il pourfend la pensée conservatrice. (Est-ce faire preuve de bon sens que d’accepter que des millions de personnes n’aient pas d’assurance maladie ? Est-ce en accord avec le bon sens que de tolérer que les domaines de la presse et de l’information soient, à ce point, monopolistiques ? Est-ce que le fait qu’une minorité contrôle une majorité est conforme au bon sens ?) Egalement comme Paine, Moore veut convaincre ses concitoyens que la voie libérale est la seule solution à leurs problèmes et qu’il n’y a pas d’alternatives possibles. Paine s’opposait à la monarchie et présentait le républicanisme comme le seul système politique rationnel. De la même façon, Moore voudrait convaincre les Américains que le conservatisme et le capitalisme sont aujourd’hui des reliques du passé, qu’ils doivent utiliser leur droit de vote (Paine parlait quant à lui des droits naturels) pour s’en débarrasser et instaurer une vrai démocratie. Faisant fi de l’importance du principe de représentation aux yeux des Pères fondateurs américains et de son rôle crucial dans l’évolution de la pensée politique occidentale de la fin du XVIIIe siècle, Moore suggère que le seul système véritablement démocratique (et par là le plus fidèle à la tradition politique des Etats-Unis) est la démocratie directe, qui est maintenant facilitée par internet, et dont Moore lui-même se sert pour toucher le plus grand nombre. 11 Dans le même chapitre que dans celui où il parle de common sense, Moore appelle d’ailleurs lui aussi de ses vœux une révolution, sans toutefois apporter plus de précision.12

11En dernière analyse, on peut dire que la pensée de Paine et de Moore présentent toutes deux un certain degré de manichéisme. Paine rendait la monarchie responsable de tous les maux dont souffrait les sociétés, comme Moore a tendance à faire du capitalisme la cause de tous les problèmes sociaux - et des Etats-Unis, en tant que nation phare du capitalisme, la cause de tous les problèmes dans le monde. Ce penchant commun pour la caricature est indissociable du but à atteindre, car Michael Moore a certainement la même prétention que Paine : éclairer le peuple, l’éduquer en lui inculquant les principes fondamentaux sur lesquels une vrai société libérale doit être construite. Moore est souvent décrit comme le porte-drapeaux de la gauche radicale, comme un vulgarisateur d’un Noam Chomsky (ses critiques disent aussi qu’il fait du « Chomsky pour les enfants », plus grand public, plus simplificateur et plus drôle). On peut aussi le voir comme un pamphlétaire des temps modernes qui utilise les média et la rhétorique d’aujourd’hui pour convaincre le plus grand nombre, comme Paine le faisait jadis avec ses pamphlets, qui étaient d’ailleurs à l’époque aussi accessibles au plus grand nombre que le sont aujourd’hui les films ou internet. C’est donc surtout le style et la rhétorique qui les différencient : Moore privilégie l’humour, tandis qu’au 18e siècle Paine comptait surtout sur la raison pour influencer ses compatriotes. En cela, Paine représentait le visage du radicalisme au XVIIIe siècle, tout comme Moore symbolise celui du radicalisme d’aujourd’hui.

Haut de page

Notes

1 L’acteur Charlton Heston fut Président de la National Rifle Association, le puissant lobby des armes à feu aux Etats-Unis, de 1998 à 2003.

2 Les références qui suivent se rapportent aux deux éditions suivantes: Michael Moore, Dude, Where is My Country, Penguin Books, 2003. Michael Moore, Stupid White Men, Penguin Books, 2002.

3 Ces comparaisons sont exprimées dans Stupid White Men, 214-216.

4 Voir Stupid White Men, 215 et Dude, Where is My Country, 149.

5 Voir par exemple le chapitre intitulé « Idiot Nation », dans Stupid White Men.

6 Dude, where is my Country, voir le chapitre intitulé « A Liberal Paradise », 165-182.

7 Voir Stupid White Men, 103-115.

8 Voir Stupid White Men, 260 et Dude Where is My Country, 96-98.

9 Moore écrit que cette minorité, les 1% d’Américains les plus riches, détestent la démocratie parce qu’elle les oblige à déployer des efforts considérables pour tromper le plus grand nombre, cf. Dude Where is My Country, 154 -155.

10 Voir le chapitre « Horatio Alger Must Die », dans Dude Where is My Country, 137-156.

11 Voir le chapitre « A Liberal Paradise » dans Dude, Where is My Country. Pour les références au « bon sens », voir en particulier la page 180.

12 Ibid, 172 : « the revolution is at hand ».

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Jean-Marie Ruiz, « Le radicalisme de Michael Moore », Revue LISA/LISA e-journal [En ligne], Media, culture, histoire, Culture et société, mis en ligne le 01 janvier 2004, consulté le 27 mars 2017. URL : http://lisa.revues.org/907

Haut de page

Auteur

Jean-Marie Ruiz

Dr. (Chambéry, France)
Jean-Marie Ruiz, Maître de conférences en civilisation américaine à l’Université de Savoie, est spécialiste de l’histoire des idées politiques américaines. Il a récemment publié : « Etats-Unis, Amérique du Nord, hémisphère occidental : le territoire du système américain selon John Quincy Adams et Henry Clay ». RFEA, n°101 (septembre 2004) et “Is the European Union on the Way to its Philadelphia ?”, dans Véronique Béghain et Marc Chénetier, The US of/in Europe, The Cultural Shuttle, VU University Press, 2004.

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la Revue LISA / LISA e-journal sont mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Revues.org