Navigation – Plan du site

Le patrimoine industriel au Royaume-Uni : mutations, reconversions et représentations

Industrial Heritage in the UK : Mutations, Conversions and Representations
Aurore Caignet, Renée Dickason et Tim Edensor

Le patrimoine industriel au Royaume-Uni : mutations, reconversions et représentations

Depuis le milieu des années cinquante, un intérêt grandissant existe pour l’étude, la protection et la conservation du patrimoine industriel au Royaume-Uni qui est, en outre, souvent considéré comme étant précurseur quant à l’exploration de l’importance et des potentialités de ce type de vestiges historiques. La montée d’une prise de conscience s’est accompagnée du développement de l’archéologie industrielle en tant que discipline à part entière, conduisant ensuite à percevoir le patrimoine industriel comme une ressource pour la régénération et pour une réflexion globale sur la protection de la mémoire d’un passé collectif. La découverte du potentiel économique et social de bâtiments à l’abandon ira de pair avec le développement de musées (vivants), mais aussi avec une recrudescence de politiques de renouvellement urbain mises en place dans un contexte de désindustrialisation et de préoccupations relatives au développement durable ou au tourisme vert.

Ce numéro de la Revue LISA se focalisera donc sur les infrastructures industrielles tels que les anciennes manufactures textiles, usines ou entrepôts (que ces bâtiments soient classés ou non), ainsi que sur leur environnement immédiat lorsqu’ils font partie d’un paysage et/ou sont situés dans une zone de conservation. La qualité palimpsestique de ce passé industriel fait partie intégrante de mémoires populaires et collectives conservées grâce à des initiatives muséales, que ce soit dans le secteur privé, public ou associatif mais aussi à travers des films de fiction ou des documentaires, des sites internet ou les réseaux sociaux. La nostalgie pour un pan glorieux de l’histoire britannique joue un rôle dans le désir de préserver et de célébrer les talents exceptionnels, un remarquable savoir-faire, et, plus généralement, les caractéristiques marquantes d’une civilisation passée.

Seront les bienvenues des contributions cherchant à explorer les changements survenus dans le champ du patrimoine industriel et de sa conservation, ainsi que leur rôle déterminant dans la provision d’espaces dédiés au tourisme, à la culture, et en lien avec la régénération urbaine, tout en gardant à l’esprit les conflits potentiels qui découlent de la relation entre ces différents processus. Un portrait plus détaillé des visions contrastées d’un patrimoine autrefois délaissé pourra être dressé en analysant les représentations de la société industrielle et des traces matérielles de l’industrie afin de mettre en évidence des mutations dans la façon de dépeindre et de percevoir le patrimoine industriel depuis les débuts de la révolution industrielle.

La perspective choisie pour ce numéro de la Revue LISA sera inter- et pluri-disciplinaire, et articulée autour d’une variété d’approches issues de la géographie culturelle, de l’histoire culturelle, de l’histoire de l’art, de l’étude des médias, des études urbaines, des études du patrimoine, de l’architecture, etc. Des propositions d’analyses comparatives entre le Royaume-Uni et d’autres aires géographiques ou pays seront également appréciées.

Quelques pistes de réflexion possibles (mais non exclusives) :

  • La conservation d’artefacts industriels et de collections industrielles et techniques.

  • Les représentations d’une société industrielle en voie de disparition et de son patrimoine : visions du passé industriel, de ses acteurs et de ses traces matérielles dans les paysages urbains et ruraux.

  • Conserver la mémoire du passé industriel : projets éducatifs, réseaux sociaux, fictions ou documentaires cinématographiques ou télévisuels, festivals, attractions, expositions muséales, souvenirs…

  • Ruines industrielles et paysages post-industriels : des actes créatifs au contact de témoins physiques du passé, de leur altérité et instabilité.

  • Le recyclage culturel et patrimonial des bâtiments industriels et de leur environnement immédiat.

  • De nouvelles fonctions pour les bâtiments industriels inoccupés : le discours du développement urbain durable ou de la régénération imaginative de sites délaissés ou vacants.

  • La réinterprétation de sites industriels à des fins créatives : s’interroger sur l’inventivité, la viabilité et la durabilité de ce type de projet.

  • Conservation et reconversions : les conflits entre priorités architecturales, culturelles, historiques, économiques, et les opportunités promotionnelles.

  • La contribution du patrimoine industriel envers le tourisme et l’emploi dans des espaces post-industriels.

  • Le passé et/ou patrimoine industriels comme source d’inspiration pour la mode, le design, la décoration, ou le style de vie.

Merci d’envoyer vos propositions (résumé et biographie de 500 mots maximum) à Aurore Caignet, Renée Dickason et Tim Edensor avant le 1er mars 2018 et de soumettre vos articles pour le 1er octobre 2018.

Les articles ne doivent pas excéder 6 000 mots et seront accompagnés d’une courte notice biographique (200 mots maximum) ainsi que d’un résumé (300 mots maximum). Concernant les soumissions, celles-ci doivent respecter les normes de présentation consultables sur le site internet de la Revue LISA (<https://lisa.revues.org/159>), ISSN: 1762-6153, Presses Universitaires de Rennes, Revues.org.

Industrial Heritage in the UK : Mutations, Conversions and Representations

Since the mid-1950s, the UK has witnessed a growing interest in the study, protection and conservation of industrial heritage, and is often considered as a leader in the exploration of the significance and potentialities of such historical remains. This rise in public awareness was accompanied by the development of industrial archaeology as a discipline in its own right, which later led to industrial heritage being seen as a resource for regeneration and for a global reflexion on the protection of memories of the collective past. The discovery of the economic and social potential of derelict buildings has gone hand in hand with the development of (living) museums, with a surge in urban renewal policies in the context of deindustrialization and with preoccupations with sustainable development or green tourism.

This LISA e-journal issue will thus focus on industrial infrastructures such as former textile mills, factories or warehouses – whether listed or not – along with their surroundings when they constitute a landscape and/or are integrated into a conservation area. The palimpsestic quality of this industrial past is integral to popular and collective memories that are kept alive through museum initiatives whether in the private, public or charitable sectors but also through fictional or documentary films, web sites or the social media. Nostalgia for a glorious past era of British history contributes to the desire to preserve and celebrate the unique skills, the impressive know-how and more generally the salient traits of a bygone civilization.

We welcome contributions aiming to explore changes in the field of industrial heritage and industrial conservation and their instrumental role in the provision of spaces for tourism, culture, and urban regeneration, while bearing in mind the potential conflicts arising from the relationship between these various processes. Examining representations of industrial society and the tangible traces of industry in order to foreground mutations in how industrial heritage has been depicted and perceived since the beginning of the industrial revolution thus offers a more comprehensive picture of the contrasting visions of a once neglected heritage.

The perspective chosen for this Revue LISA / LISA e-journal issue is inter- and pluri-disciplinary, articulated around a variety of approaches including cultural geography, cultural history, art history, media studies, urban studies, heritage studies, architecture, etc.. Studies offering comparisons between the UK and other geographical area(s) or country/ies, are also welcome.

Possible themes thus include (but are not limited to):

  • Care of industrial and technical collections, the conservation of industrial artefacts.

  • Representations of a vanishing industrial society and its heritage: depicting the industrial past, its people and its physical reminders in urban and rural landscapes.

  • Memorizing the industrial past: educational projects, social media, TV or cinematic fictions or documentaries, festivals, attractions, museum developments, memorabilia…

  • Industrial ruins and post-industrial landscapes: creative acts inspired by engagements with physical testimonies to the past, their otherness and unstable state.

  • Recycling industrial buildings and their immediate environment through culture and heritage.

  • New functions for vacant industrial buildings: the discourse of sustainable urban development or of imaginative regeneration of derelict or unused sites.

  • Reinterpreting industrial sites for creative uses: questioning the inventiveness, viability and durability of adaptive re-use by such projects.

  • Conservation and conversions: conflicts arising between architectural, cultural, historical, economic and promotional priorities.

  • The contribution of industrial heritage to tourism and employment in post-industrial areas.

  • Industrial heritage/past as an inspiration for fashion, design, decoration or life style …

Proposals (abstract and bio, not exceeding 500 words) should be sent to Aurore Caignet, Renée Dickason et Tim Edensor by 1st March 2018. The deadline for completed articles is 1st October 2018.

Contributions should not exceed 6,000 words in length and should be sent together with a short biography of the author (max. 200 words) and an abstract (max. 300 words). For submissions, you are invited to read and follow the norms for presentation indicated on the peer-reviewed Revue LISA / LISA e-journal website (< https://lisa.revues.org/159 >), ISSN: 1762-6153, Presses Universitaires de Rennes, Revues.org.

  • Revues.org