Skip to navigation – Site map

Le biopic du sportif américain

American Sports Biopics
Rémi Fontanel

Abstracts

This paper focuses on the specificities of biographical films dedicated to American sportsmen. Referring to more than fifty American films, it analyses the formal narrative and aesthetic elements that underlie the construction of sports heroes and celebrities, paying attention to the stories behind their public achievements. Golf, baseball, American football, athletics and boxing (to evoke only the five most popular sports within this subgenre) underpin sports adventures and intensely singular existential experiences. These cinematographic epics are steeped in such values as perseverance, sacrifice, belief in destiny, boldness, courage, etc., the man behind the athlete existing only in relation to the particular community he represents, challenges or dreams to fit in. Most of these biographical pictures are characterized by the figure of the sportsman represented as a committed figure, driven by a sense of revolt and fighting. On the other hand, they dramatize his personal path to success by highlighting the obstacles to overcome (racism, disease, accident, etc.), paving the way towards a progressive or populist symbol for the nation.

Top of page

Full text

  • 1 Nous considérerons comme « américains », aussi bien les films étudiés (leurs réalisateurs) q (...)

1Le sport a toujours intéressé le cinéma et plus particulièrement la boxe anglaise, le football, le football américain, le golf, le surf, l’athlétisme, le base-ball et le basket-ball qui sont, selon les époques et les cinématographies, les disciplines que l’on croise le plus fréquemment dans le cinéma américain1. Le rugby, la lutte, le hockey sur glace, le cyclisme et l’hippisme sont dans une moindre mesure convoqués, bien moins que ne le sont l’alpinisme et la course automobile qui offrent matière à l’intensité dramaturgique nécessaire aux récits d’action et d’aventure (l’accident et la mort faisant partie intégrante de ces pratiques qualifiées d’« extrêmes »).

  • 2 Les films sur la boxe anglaise sont nombreux. Sans évoquer les biographies pour le moment, o (...)
  • 3 Voir le dossier « Le sport au cinéma » in site Web du ciné-club de Caen (Dir. Jean-Luc (...)
  • 4 Film datant de 1894, en noir et blanc, d’une durée de 37 secondes et réalisé à nouveau (...)
  • 5 Le film est également connu sous le titre Corbett and Courtney Before the Kinetograph (...)
  • 6 Le Black Maria est le surnom donné au premier studio de prises de vue de l’histoire du ciném (...)
  • 7 Le film n’est pas pour autant un autobiopic car il ne repose pas sur la vie des acteurs qui (...)

2La boxe anglaise a un statut particulier non seulement par la grande quantité de films, documentaires et fictionnels, qu’elle a permis2, mais aussi parce qu’elle fut au centre des toutes premières expérimentations techniques liées à la restitution du mouvement. En 1891, le britannique William K. L. Dickson réalise Men Boxing, « l’un des tous premiers films du cinéma et le premier mettant en scène un sport »3. En 1893, à l’aide de son phénakistiscope, Edward Muybridge propose une très courte séquence de dessins animés, intitulée Athletes Boxing, qui reconstitue un enchaînement clôturé par un direct du droit. On peut également évoquer le documentaire intitulé Leonard-Cushing Fight consacré au combat de boxe entre Mike Leonard et Jack Cushing et immortalisé à nouveau par William K. L. Dickson mais grâce au kinétoscope4. On notera enfin The Corbett-Courtney Fight5, composé de six parties qui constituèrent également les six rounds (une minute pour chacun étant donné la durée d’une bobine 35 mm) d’un combat spécialement organisé le 7 septembre 1894 dans les studios Black Maria6. S’affrontèrent alors le champion du monde des poids lourds James J. Corbett et l’un de ses nombreux outsiders (Peter Courtney). Ce film revêt un statut particulier dans la mesure où il fut conçu pour les seuls besoins du cinéma et par conséquent réglé sur les exigences de dispositions particulières organisées au préalable ; les boxeurs professionnels y interprètent leur propre rôle devant la caméra7.

  • 8 La Sortie des usines Lumière, soit la première des trois versions.
  • 9 Jacqueline Nacache confirme l’importance du cinéma de genre dans le cinéma classique h (...)
  • 10 Voir Laurent Véray, « Aux origines du spectacle sportif télévisé : le cas des vues Lumière » (...)

3Enfin, notons que le 20 mars 1895, un jour après le tournage de la première vue Lumière8, le britannique Robert W. Paul filme une course d’aviron entre deux équipes universitaires (le film s’intitule The Oxford and Cambridge University Boat Race). En Europe, mais davantage aux États-Unis (sous l’impulsion des studios hollywoodiens et de leur politique), suivront de nombreux films plaçant le sport au cœur de récits très variés et généralement en accord avec le genre dominant au moment où ils furent conçus (la comédie, le film historique, le péplum, mais surtout le film noir et le mélodrame dans les années 1940 et 19509). Ainsi, pour n’évoquer que les vues Lumière10 ou le film burlesque (Buster Keaton, Charlie Chaplin), le film de propagande (Leni Riefenstahl) ou le film d’action (Jet Li, Bruce Lee, Stephen Chow si l’on considère les seuls arts martiaux), le sport a d’une certaine façon et à des degrés divers, toujours participé à élaborer et/ou nourrir des genres déterminés.

  • 11 Martin Barnier, « L’“invention” du biopic : Dieterle et la Warner », in Rémi Fontanel (...)

4Le genre biopic a connu une période riche et décisive dans les années 1930, sous l’impulsion de la Warner qui constitua une équipe spécialement chargée d’élaborer des projets biographiques de qualité11. Outre-Atlantique, l’idée était alors de mettre en avant des personnalités courageuses, inventives, déterminées, parfois entêtées, marginales et même névrosées ; des personnalités ayant donc réellement existé, pas forcément toujours de nationalité américaine (Pasteur, Zola, Juarez, etc.) et dont l’invention, l’action et surtout la pensée progressiste furent décisives pour la société voire l’humanité. Il s’agissait alors de redonner une forme d’espoir à la population américaine, de construire des modèles de conduites après la crise qui suivit le crash boursier de 1929. Comme l’a fort bien expliqué Michel Cieutat, les studios et en particulier la Warner ont fait du biopic un « genre antidépresseur » car construit sur des récits faisant

  • 12 Michel Cieutat, « Les biopics de 1930 à 1960, ou le dopage d’une nation », Positif n° 540, f (...)

l’apologie du succès et de la gloire, deux valeurs propres à entretenir le moral national à l’heure où frappaient successivement le chômage […], la Seconde Guerre mondiale […], les dangers du totalitarisme […]. Une manière habile de se tourner vers l’Histoire pour rappeler au public que seule la foi en l’individu pourvu d’un talent d’origine quasi divine (la bonne vieille croyance puritaine en la prédestination selon Calvin) doit prévaloir en toutes circonstances, bonnes ou mauvaises12.

  • 13 William Dieterle, « Do Films Have a Pedagogical Mission for the Masses? », Decision, v (...)

5Cette aptitude thérapeutique a également partie liée avec un « ancrage au présent », soit un contact rapproché avec les enjeux sociétaux de l’époque. Le biopic tel qu’il a été pris en charge par la Warner, met en avant toutes les formes de combats généralement individuels en faveur du progrès, celui des idées (contre l’immobilisme), de la justice (contre les inégalités quelles qu’elles soient), et de la vérité (contre les manipulations idéologiques). Le genre a (toujours eu) la capacité d’embrasser les mouvements sociétaux de son époque. C’est là l’une de ses grandes caractéristiques que de proposer (et pour la première fois de manière plus soutenue dans des années 1930), « des films qui stimul[ai]ent les spectateurs au lieu de les endormir face aux réalités de la vie »13. Cette phrase de William Dieterle, cinéaste qui contribua au développement du film biographique au sein de la Warner, permet de saisir le célèbre slogan de la firme (« good films, good citizenship » / « les bons films font les bons citoyens »), et à travers lui la présence dominante de personnalités en lien avec le pouvoir ou la science. Comme l’a exposé Martin Barnier :

  • 14 Martin Barnier, op. cit., 35.

Chacun des personnages de cette série de biopics, conçus de 1935 à 1940, était sûr de détenir une vérité qui heurtait ses confrères. Cela pouvait correspondre au mythe du self-made man glorifié par le cinéma hollywoodien. C’était également la mise en avant de la lutte d’un homme isolé et progressiste (dans un sens très large) face à un entourage réactionnaire. Pasteur, Zola, Florence Nightingale, Juarez, Erhlich ou Reuter sont porteurs d’une « vision ». La défense de la démocratie et aussi de l’individu face à la raison d’Etat ou au racisme, – toutes ces idées qui n’affleuraient que très timidement dans les films d’Hollywood –, deviennent le sujet central des biopics Warner des années 193014.

  • 15 George F. Custen, Bio/Pics. How Hollywood Constructed History, New Brunswick : Rutgers Unive (...)
  • 16 Raphaëlle Moine, « Le genre biopic », in Rémi Fontanel (Dir.), op. cit., 24.
  • 17 Steve Neale, op. cit., 61. Cité in Raphaëlle Moine, op. cit., 24.

6S’appuyant sur les analyses de George F. Custen et de Steve Neale15, Raphaëlle Moine rappelle néanmoins et à juste titre que le genre biopic a connu une inflexion dès le milieu des années 1940. Ce sont, note-t-elle, « les personnages liés à l’entertainment qui s’y taillent la part du lion après la seconde guerre mondiale »16. Pour Steve Neale, ce changement s’explique par le fait que « le biopic d’avant-guerre tend à s’adresser à ses spectateurs comme à des citoyens, alors que celui d’après-guerre tend à s’adresser à eux comme à des consommateurs de la culture populaire »17.

  • 18 On peut citer, par exemple, les deux films sur la vie de Jackie Robinson, premier joueur de (...)

7La figure si populaire du sportif a commencé à être véritablement investie par le genre biopic à partir du milieu des années 1940 et au début des années 1950. Sont réalisés les films qui compteront le plus pour ce sous-genre ; ils inspireront même de nombreux remakes, principalement dans les années 1990-200018. Ces deux périodes sont les plus riches en terme de production et cela peut s’expliquer par le contexte économique, social et culturel américain : le mouvement pour les droits civiques, la lutte contre le racisme, les bouleversements économiques mondiaux, les conséquences de l’effondrement du bloc soviétique après les années 1990 et le besoin de réaffirmer des valeurs communes, universelles à travers le destin d’un individu (le fameux self-made man) et de la communauté qu’il représente… toutes choses que le sport peut relayer par le biais de la dramaturgie hollywoodienne. Les scénaristes ont largement exploité la figure du sportif avec l’idée plus générale d’exporter une « éthique patriotique », articulant la nécessité du respect de la liberté individuelle à l’édification d’une vision communautaire à l’échelle de la nation.

8Sport et cinéma sont liés par des éléments formels et narratifs, qui fournissent par ailleurs de manière prégnante les éléments nécessaires à la construction du genre biopic (ses mouvements narratifs, ses traits formels, ses enjeux poétiques, ses thèmes politiques et sa capacité critique) :

  • 19 Hélène Valmary « Le Biopic sportif », in Rémi Fontanel (Dir.), op. cit., 214.

9– Le sport implique le déplacement, la vitesse, le rythme, la gestion d’un espace (le terrain, le ring, etc.) comme celle d’une durée (celle de l’endurance comme de l’épreuve en elle-même). Le cinéma, art du mouvement et du montage, y est évidemment sensible19. Par ailleurs, le sport mobilise technique et stratégie, effort et souffrance, dépassement de soi et esprit de conquête. Le cinéma (art du récit) et plus particulièrement le genre biopic (art de la fable, de « la leçon de vie », de « romans d’apprentissage ») ont toujours su s’en emparer pour articuler la réalité d’une histoire et l’édification de sa légende.

10– L’histoire du sportif et de ses performances est surtout celle d’un être humain dont la vie et ses nombreux combats vont offrir une matière dramaturgique que le genre biopic va pleinement s’approprier pour raconter la société et ses (r)évolutions politiques.

11Ces deux axes constituent les deux principales orientations de notre analyse qui reposera sur la totalité ou quasi-totalité des films biographiques américains consacrés aux différents types de sportifs. Il s’agit d’un corpus de 46 films incluant parfois des récits inspirés par des histoires ou aventures collectives plus qu’individuelles, sport en équipe oblige…

De la performance à la légende : (1) filmer le sport

12Le cinéma peut utiliser mais aussi afficher voire exhiber tous les moyens qui sont les siens (sur les plans du filmage et du montage) pour rendre compte du mouvement, de la vitesse, du geste, du déplacement, de la posture, de l’effort, de l’énergie, de l’adresse mobilisés par l’athlète dans le cadre de sa pratique. Le spectacle d’une épreuve est représenté de multiples façons et parfois de manière « démesurée » pour les besoins de la dramatisation. De nombreux effets soutiennent le suspense qui envahit l’ultime compétition, le match final… et finalement l’exploit qui viendra marquer l’Histoire.

13Le biopic a profité des évolutions technologiques du cinéma pour répondre essentiellement à deux défis :

  • 20 Sur la vie de James J. Braddock, champion mondial poids lourd de boxe professionnelle de 1 (...)
  • 21 Sur la vie de Vince Papale (Mark Wahlberg) qui intégra, malgré un « âge avancé » l’équipe (...)
  • 22 Sur la vie du boxeur professionnel Micky Ward (Mark Wahlberg), champion du monde W (...)

14– Les effets spéciaux numériques développés depuis les années 1990 permettent de créer l’ambiance des tribunes dans les stades par l’insertion d’images d’archives, alors que les plans serrés et/ou les incrustations en fond étaient utilisés pour rendre l’effet de la foule (The Pride of the Yankees, 1942 et The Stratton Story, 1949, deux films de Sam Wood et respectivement consacrés aux joueurs de base-ball Lou Gehrig et Monty Stratton). Une foule nombreuse dont l’engouement est d’autant plus nécessaire qu’il permet l’identification des spectateurs que nous sommes, sensibles à la grandeur de la prouesse réalisée en étant même parfois invités à partager l’angoisse des proches lors du match suprême qui viendra souvent clore le récit et parfois une carrière (des enfants à côté d’un poste de radio dans Cinderella Man, David O. Russell, 200520 ; des amis réunis dans un bar et devant le petit écran dans Invincible, Ericson Core, 200621; une famille soudée devant sa télévision dans The Fighter, David O. Russell, 201022).

  • 23 Nous pensons au film Rush de Ron Howard (2013) sur la rivalité, durant les années (...)
  • 24 Sur la relation entre Jay Moriarity qui, accompagné par son mentor (Frosty Henson) (...)
  • 25 Sur la vie de la surfeuse hawaïenne Bethany Hamilton.
  • 26 Sur l’aventure des Z-Boys, jeunes américains qui ont eu, dans les années 1970, une grande (...)
  • 27 Sur la vie du footballeur noir américain Ernie Davis, meilleur joueur de sa génération qui (...)
  • 28 Julien Herbreteau, « Histoires de boxeurs », in Rémi Fontanel (Dir.), op. cit., 21 (...)

15– Les caméras embarquées, les drones et les différents outils pouvant être mobilisés lors de la prise de vue et lors du montage restituent certaines sensations. Les activités qui reposent sur la glisse ou la vitesse23, et en premier lieu le surf et le skate-board, peuvent compter sur des images impressionnantes au cœur du rouleau de la vague (Chasing Maverick, Michael Apted et Curtis Hanson, 201224), sur des plans immergés dans l’eau au plus près de la planche, sur des vues aériennes de la mer (Soul Surfer, Sean McNamara, 201125) ou sur des mouvements d’appareil qui épousent les figures de freestyle des skateurs (Lords of Dogtown, Catherine Hardwicke, 200526). Quant aux sports plus « violents » tels le football américain et la boxe, ils offrent différents types de scènes d’action qui font parfois penser aux films de guerre et aux péplums, notamment à leurs batailles rangées et combats de gladiateurs. The Express (Gary Felder, 200827) insiste sur la férocité des joutes (courses, corps-à-corps et chutes) qui sont sur-découpées, filmées en caméra portée et bougée, avec quelques ralentis et des passages rapides d’une échelle à l’autre. Les plans sont entrecoupés de flashs blancs et de bruitages (type « flashs photographiques ») qui insistent sur la grande brutalité de l’action. Le montage très vif est à la hauteur de l’énergie déployée sur le terrain ; une énergie exacerbée par la présence d’un joueur de couleur qui attise les passions (la haine comme le soutien). Filmage heurté, alternance entre les sportifs et les spectateurs exaltés, sons étouffés (car provenant d’un point d’écoute qui se veut subjectif, celui du personnage) et montage rapide créent une dynamique que l’on retrouve de manière soutenue dans Cinderella Man et Raging Bull (Martin Scorsese, 1980). Concernant ces deux films, Julien Herbreteau écrit justement que les deux cinéastes « choisissent tous deux de montrer de façon très esthétisée, des combats d’une extrême violence (loin de ce qu’était la réalité de ces matchs) comme pour marquer avec force la dimension spectaculaire du sport certes, mais également la férocité de ses champions »28. Cette démarche permet aussi d’accorder la manière dont sont mises en scène et montées ces séquences sportives à la grandeur de l’exploit réalisé ; une adéquation qui semble d’autant plus nécessaire dans le cas de l’athlète. En effet, le genre biopic repose sur le parcours d’un individu engagé dans des combats qui se soldent toujours par des défaites et des victoires. Or, ces désillusions comme ces succès jalonnent aussi une carrière sportive faisant ainsi évoluer l’homme et le sportif, son sport et la société. 

  • 29 Voir le chapitre « Des récurrences esthétiques » qu’elle consacre à l’acteur et à la mise (...)

16Le biopic va également rendre « cinégénique » des sports qui ne le sont pas (ou alors bien moins que d’autres). Créer la légende nécessite que soit « rehaussée » esthétiquement la performance quand bien même celle-ci reste unique dans l’histoire du sport concerné. On pense au golf ou au base-ball dont la durée d’une partie peut avoisiner les quatre heures et dont le déroulement ne cesse d’être interrompu par des faits de jeu divers. The Greatest Game Ever Played (Bill Paxton, 2005) et Bobby Jones: Stroke of Genius (Rowdy Herrington, 2004), respectivement consacrés aux golfeurs américains Francis Ouimet et Bobby Jones, utilisent différents moyens techniques pour dynamiser la pratique de ce sport et par conséquent révéler l’immense et singulier talent des deux sportifs. Sont ainsi privilégiés des ralentis ou des accélérés sur les swings et sur les trajectoires des balles. Sont également fréquents des plans au ras du sol, des bruitages amplifiés (comme une sorte de souffle et de coup mêlés que l’on retrouve par ailleurs dans la boxe), des mouvements secs et des plans rapides pour marquer l’intensité de la frappe ainsi que des inserts sur la balle et sur la tête du club pour souligner la précision d’un putt final (push ou pull). Avant cette ultime phase de jeu, ce sont parfois, comme dans The Greatest Game Ever Played, des plans anamorphiques qui établissent un lien visuel (impossible dans la réalité) entre le regard du golfeur et le drapeau visé. Comme le note fort à propos Hélène Valmary29, le premier swing de Francis Ouimet (dans le film de Paxton) précédé puis, accompagné d’un mouvement de caméra, charge le geste d’une vitesse qui, d’emblée, dit beaucoup sur la compétence et la détermination du sportif. Hélène Valmary rappelle également la présence soutenue de ralentis dans le film consacré à Bobby Jones. Cette dilatation du temps élève à une dimension supérieure qui peut marquer plusieurs intentions. Premièrement, le ralenti permet de décomposer le mouvement et d’offrir au spectateur un regard privilégié sur un geste ou une séquence de jeu (le spectateur peut ainsi vivre de près un moment unique qui a marqué l’Histoire du sport). Ce type d’effets (comme d’autres y compris sonores) contribue par ailleurs à distinguer le champion des autres compétiteurs. Deuxièmement, les scènes ralenties prennent une tournure nostalgique et travaillent ce lien sentimental avec ce qui s’est déroulé (le retour au passé et la prise de conscience du chemin parcouru comme à la fin de Prefontaine de Steve James – 1997, où les images d’archives du sportif prolongent celles de la fiction qui se termine sur ses obsèques organisées sur une piste d’athlétisme). Dans le film sur Bobby Jones, la dernière phase du tournoi se déroule au ralenti.

  • 30 Ibidem, 209.

Le héros arrive sur le terrain, regarde d’un côté puis de l’autre et y revoit, en contre-champ, un moment de son enfance et de son adolescence. Le ralenti fige le temps et accentue celui du souvenir. De même qu’à la fin de Jim Thorpe, le visage de Lancaster est gelé par l’image avant que ne surviennent ses souvenirs, visuels et auditifs30.

17Enfin, comme nous le développerons dans la seconde partie de ce texte, le ralenti peut également servir la description psychologique du sportif (ou plutôt de « l’homme qui est en lui » jusqu’à ce qu’il prenne le pas sur l’athlète). On pense évidemment au ralenti de Raging Bull lorsque Jake La Motta, les bras tendus le long de la corde du ring, encaisse les coups de Sugar Ray Robinson. Le ralenti contribue à construire la figure sacrificielle du boxeur qui, à ce moment-là, décide de lui-même de subir la punition qu’il pense mériter pour le mal qu’il a perpétré en dehors du ring (et notamment dans le cadre de relations conjugales compliquées)31.

De la performance à la légende : (2) raconter l’exploit

  • 32 Sur l’histoire de deux entraîneurs de football américain (Herman Boone/Denzel Washington e (...)

18Dans de nombreux films, la légende se construit sur un exploit, c’est-à-dire une action décisive ou un geste particulier qui va sceller une destinée : un touch down dans les dernières minutes d’un match alors que tout semble perdu (Remember the Titans, Boaz Yakin, 200032) ; un home run extraordinaire ou une base atteinte in extrémis qui fait basculer le cours d’un match (dans les deux biographies filmées de Jackie Robinson) ; un putt qui va mettre à l’épreuve les nerfs d’un golfeur généralement trop doué pour respecter les règles de sa discipline. Ces scènes structurent le parcours du sportif jusqu’à l’épreuve finale, point culminant de la dramatisation du récit avant la sortie sous les applaudissements, les adieux, les éloges, le moment de la reconnaissance et de la communion ou alors avant un départ plus discret mais toujours honorable (notamment dans The Joe Louis Story) avec l’idée du devoir accompli. Un ralenti, un arrêt sur image ou un cadrage particulier contribue à inscrire le sportif dans l’Histoire, celle de son sport mais surtout celle de son pays.

  • 33 Sur la vie de Billy Beane (Brad Pitt), manager général des Oakland Athletics qui révolutio (...)
  • 34 Sur la vie de Jim Thorpe (Burt Lancaster), athlète américain d’ascendance amérindi (...)
  • 35 Sur le parcours Rudy Ruettiger dit « Rudy » qui parvint à intégrer l’équipe universitaire (...)
  • 36 Sur la vie de Steve Prefontaine, coureur de demi-fond américain. Notons qu’il existe un (...)
  • 37 Hélène Valmary, op. cit., 210.
  • 38 Inspiré de la véritable histoire du champion de boxe noir Jack Johnson dans le con (...)

19Le mythe s’édifie à travers l’image de l’homme seul qui quitte le stade sous l’ovation de la foule. C’est le cas pour Lou Gehrig (Gary Cooper) dans The Pride of the Yankees qui « nous » quitte de dos en donnant le sentiment d’une grande humilité. Le champion peut également retrouver les lieux de l’enfance (une rue ou un terrain vague), le calme d’un green ou d’une pelouse qui fut le lieu des rêves de l’enfance ou des exploits passés (The Greatest Game Ever Played ; Le Stratège, Bennett Miller, 201133). L’histoire peut également se terminer avec des ralentis ou des mouvements de caméras ascendants qui propulsent le personnage et le spectateur dans un autre espace-temps, celui de la postérité (Jim Thorpe: All-American, Michael Curtiz, 195134 ; Rudy, David Anspaugh, 199335 ; Without Limits, Robert Towne, 199836). Dans The Stratton Story, le dernier geste du joueur de baseball Monty Stratton (James Stewart) le place comme lanceur et immédiatement comme défenseur puisqu’il récupère la balle depuis son monticule qu’il transmet à son partenaire juste avant que le batteur n’atteigne la première base. Suit un plan de son visage qui exprime le bonheur et la surprise d’entendre la réaction du public, admiratif et reconnaissant. Un dernier plan en plongée, très large, montre le personnage rejoint par ses coéquipiers qui le congratulent et l’entourent (la prise de hauteur et la largeur du plan sont à la mesure de l’histoire qui vient d’être contée37). C’est le sentiment opposé qui s’installe à la fin de The Great White Hope (Martin Ritt, 197038). Contraint de perdre son match contre un adversaire blanc afin de garder sa liberté, le boxeur noir Jack Jefferson quitte le stade alors que la foule porte en triomphe son champion, le nouveau « grand espoir blanc » de l’Amérique. Dans le même plan, on voit le vainqueur du match truqué, nouvel héros de l’Amérique et le vaincu (soutenu par deux proches) qui s’enfonce dans un long couloir. Au premier plan, sont présentes les affiches du match le montrant combattif, le poing levé, images qui contrastent alors avec son état physique et psychologique : il a perdu le match, mais il a surtout perdu sa fierté et son honneur. Une photographie clôt le film avant le générique final et rappelle la réalité des faits à travers l’existence du boxeur qui a inspiré l’histoire, Jack Johnson.

20La présence des images d’archives est bien plus forte dans les biopics de sportif que dans les autres types de biopics; elle illustre le rôle des médias dans le récit des exploits sportifs. Articles de journaux, actualités dans les salles de cinéma, retransmission en direct au sein du petit écran et commentaires radiophoniques sont des outils narratifs récurrents ; des commentaires « en live » structurent le déroulement de l’épreuve, en désignent les points de tension, les enjeux, les subtilités, et participent surtout à la création du suspense et par là-même de la légende en train de s’édifier « au présent » : Rudy va-t-il faire son entrée sur le terrain ? Bobby Jones va-t-il marquer ce point et remporter le Grand Chelem ? Jackie Robinson sera-t-il à la hauteur du défi qui l’attend ? Francis Ouimet va-t-il rattraper son handicap et remporter l’US Open ? Le caractère exceptionnel de ce qui se déroule sur le stade est ainsi exposé, contextualisé historiquement (année, saison, classement, etc.) et décrit avec une énergie et une émotion surdimensionnées (The Jackie Robinson Story, The Express, Rudy, Without Limits, Seabiscuit, 42, Unbroken, etc.).

  • 39 Sur l’histoire du célèbre cheval de courses américain racontée à travers celles de son joc (...)

21Le biopic sportif intègre les images d’archives de trois manières. Première utilisation : les archives sont assumées comme telles dans le film de fiction. Elles ne cherchent pas à se faire passer pour autre chose que ce qu’elles sont. Elles représentent « une sorte d’ailleurs », une ouverture au sein de la représentation en ce sens qu’elles se distinguent, de par leur présence et leur nature, des images fabriquées pour les besoins de la fiction. Ces « vraies » images d’archives débordent la représentation fictionnelle en manifestant, par leur dimension documentaire, l’ancrage historique des faits relatés. Le film 42 s’ouvre avec le commentaire du biographe de Jackie Robinson ; ses paroles, tirées de l’ouvrage qu’il a consacré au joueur de base-ball, proposent une description de l’Amérique de l’après-guerre illustrée par de vrais documents d’époque. The Express utilise divers documents d’époque pour marquer les grands mouvements narratifs du film intègrent : la plupart des images d’archives (supporters, foule, stades, etc.) précède les matchs importants comme pour insister sur leur caractère historique, mais certaines n’ont aucun lien avec le sport et construisent le contexte historique, en l’occurrence la lutte de la communauté afro-américaine. Au moment où l’équipe arrive au Texas en bus pour jouer un match qui s’annonce tendu, les plans du personnage Ernie Davis côtoient ceux, authentiques, de différentes personnes dont Martin Luther King. Ces images, parfois montées en accolade, donnent le ton d’une époque comme dans Seabiscuit (Gary Ross, 200339) dont l’histoire se déroule dans les années 1930, en pleine crise économique et sociale. Ce sont des photographies qui nous sont offertes avec l’idée d’un album dont les pages se tournent. Au premier « coup d’œil », le spectateur saisit l’ampleur du désastre qui suit le crash boursier.

22Deuxième forme de présence des archives au sein du film : elles sont proposées en toute fin, après ou au sein même du générique. Elles sont définitivement « archives », « documents », et s’assument comme telles. Contrairement au premier cas de figure, elles n’apportent plus rien au récit fictionnel. Elles sont une sorte de prolongement, de clin d’œil qui a pour vocation, d’une part, à présenter les personnages, les situations qui ont inspiré la fiction, et d’autre part, à valider les faits. Ces documents viennent mettre en avant le travail de recherche du cinéaste et de son scénariste.

  • 40 Sur l’histoire de Michael Oher, jeune noir américain qui trouve sa voie grâce à l’amour de (...)
  • 41 Sur la reconstruction et l’aventure collective d’une équipe de football américain (...)

23Ce sont généralement des photographies ou vidéos personnelles (y compris familiales) dont le grain de la pellicule, les couleurs et les formats témoignent de l’authenticité : ce type d’images présente les personnes de la famille qui ont inspiré The Blind Side (John Lee Hancock, 200940) ; des enregistrements vidéo décrivent l’ambiance de stade et les courses de Vince Papale, finalement porté en triomphe par ses coéquipiers dans la séquence finale d’Invincible ; Soul Surfer retient des scènes du quotidien qui correspondent en tous points à certains passages que la fiction a repris à son compte (la fiction dit son « respect » de la réalité). Dans We are Marshall (McG, 200641), qui n’est certes pas un biopic au sens strict du terme mais qui reste inspiré d’une histoire vraie, le générique propose un montage d’images positionnées côte à côte qui permettent de rapprocher les personnes ayant inspiré les personnages de la fiction et les acteurs qui les ont incarnés. L’archive atteste par la comparaison que la fiction garde un lien étroit avec la réalité des faits.

  • 42 Sur la vie de Rubin Carter dit « Hurricane » (Denzel Washington), boxeur afro-américain (...)

24La fin du film The Hurricane (Norman Jewison, 200042) montre de vraies images du boxeur Rubin Carter, recevant de la WBC (World Boxing Council) une ceinture de champion du monde en 1993, visant à compenser l’erreur judiciaire qu’il a subie et qui constitue la matière première du récit. De façon générale, l’archive et les mentions écrites qui l’accompagnent permettent, lorsqu’elles sont placées en conclusion, de transmettre les informations sur les suites de l’aventure : une vie plus paisible que le cinéma ne cherchera pas à raconter.

  • 43 Sur la vie du boxeur Joe Louis, douze fois champion du monde des poids lourds (entre 1937 (...)

25Troisième et dernier type de présence : l’archive se mélange avec les images créées pour la fiction. Elles se fondent et se confondent dans la masse jusqu’à élaborer une sorte d’hybridation qui efface les frontières et place le spectateur dans une situation étrange, « à cheval » entre ce qui relève de la pure invention et de la stricte réalité. Souvent, elles apparaissent dans un poste de télévision, à travers un commentaire radiophonique d’époque ou des images de journaux. Ce procédé permet ainsi d’éviter des reconstitutions trop ambitieuses et probablement trop coûteuses ; les images attestent les événements relatés. C’est ainsi que des liens visuels très subtils s’opèrent entre une image d’archive et sa reconstitution à travers un geste, un mouvement, une phase de jeu. Dans la séquence texane du film The Express, les images de la fiction se transforment en archives par des effets de décoloration et créent ainsi de faux documents d’époque tout en les mêlant aux vrais. Dans Seabiscuit, les exploits du cheval sont racontés dans les actualités diffusées au sein des salles de cinéma, où de fausses images d’archives (en noir et blanc, retouchées, type « vieux film », etc.) sont mélangées à de vrais documents d’époque. Dans The Joe Louis Story (Robert Gordon, 195343), la presque totalité des entraînements et combats sur le ring sont des documents authentiques qui permettent de voir le véritable Joe Louis à l’œuvre. Dans le reste de la fiction qui le montre au quotidien, l’acteur Coley Wallace joue le rôle du champion. Les images d’archives sont nombreuses et parfois entrecoupées de plans réalisés pour la fiction qui permettent, dans le cadre d’enchaînements très étudiés, de se rapprocher des deux acteurs et de les reconnaître sur le ring, même dans le cadre de plans très brefs. Cette présence abondante procure une dimension quasi-documentaire à un film qui démarre avec une enquête journalistique et biographique comme dans 42 ou Cobb (Ron Shelton, 1994), portrait filmique sans concession consacré au joueur de base-ball Ty Cobb.

De l’individu à la nation : (1) les combats d’une vie

  • 44 Headin’ Home (Lawrence C. Windom, 1920), sur et avec Babe Ruth qui s'inspirerait de sa pro (...)

26Le biopic de sportif semble justifié par la performance sportive qu’il retrace. Deux biopics ont, par exemple, été consacrés à celui qui est considéré, encore aujourd’hui, comme le plus grand joueur de base-ball de tous les temps : Babe Ruth, surnommé « The Bambino », « The Sultan of Swat » ou plus simplement « The Babe », marqua son sport de 1915 à 1932 en remportant 7 championnats nationaux, démonstration d’une technique hors du commun, notamment au lancer de batte. The Babe Ruth Story (Roy Del Ruth, 1948) et The Babe (Arthur Hiller, 1992) lui sont consacrés et présentent un personnage généreux mais également déconcertant tant il apparaît comme incorrigible, parfois impertinent et souvent imprévisible sur le terrain comme en dehors. 44

27Cependant, ce qui se déroule sur le ring ou sur le stade ne suffit pas à engager la production d’une biographie filmée. L’intérêt accordé au footballeur américain Vince Papale (Invincible) ou au surfeur Jay Moriarity (Chasing Maverick) est lié à d’autres raisons que leurs seules prouesses sportives : ces hommes incarnent des valeurs que le biopic met en lumière. Les défis que le personnage doit relever mobilisent des valeurs essentielles à sa construction : sa bravoure (tous les films ou presque), son sens de l’effort (Invincible) et son honnêteté (Bobby Jones: Stroke of Genius), ainsi que sa clémence (Unbroken), sa persévérance (Rudy) et sa générosité (The Blind Side) pour ne citer que ces traits de caractère et ces films comme exemples. Sont ainsi connectés ce qui se passe dans l’arène et ce qui y est vécu à l’extérieur (le courage – Cinderella Man ou la férocité – Raging Bull, trouvent leur origine dans les expériences d’une vie personnelle perturbée).

  • 45 Sur la vie de Freddie Steinmark, champion de football américain et reconnu comme tel dans (...)
  • 46 Sur la vie du boxeur et héros de la seconde guerre mondiale Barney Ross (Cameron Mitchell) (...)

28L’activité et la prouesse sportives ne sont rien sans une mise en perspective avec les réalités d’une existence souvent douloureuse et riche en combats qu’il faut pouvoir mener. Les leviers dramaturgiques sont en outre nombreux et variés : le chômage, la pauvreté voire la misère (The Joe Louis Story, Invincible, Cinderella Man, The Blind Side) ; l’accident dramatique qui n’empêchera pas de continuer à pratiquer le sport (l’attaque d’un requin et la perte d’une jambe pour la surfeuse hawaïenne Bethany Hamilton dans Soul Surfer ; l’accident de chasse et l’amputation de la jambe droite dans The Stratton Story ; la chute de cheval et ses séquelles irréversibles dans The Legend of Seabiscuit, David Butler, 1949 et Seabiscuit ; la blessure intérieure comme la perte d’un être cher  dans Jim Thorpe: All-American, Seabiscuit) ; les relations familiales compliquées (un divorce dans The Joe Louis Story, la violence conjugale dans The Great White Hope, Raging Bull et Monkey on my Back) ; la maladie incurable (sclérose en plaque dans The Pride of the Yankees ; leucémie dans The Express ; cancer des os dans My All American, Angelo Pizzo, 201545 et autres problèmes d’ordre neurologique dans Bobby Jones: Stroke of Genius ; les problèmes d’ordre psychologique : paranoïa, schizophrénie et leurs conséquences dans Jim Thorpe: All-American, Raging Bull, et Monkey on my Back, André de Toth, 195746) ; la condition sociale et lutte contre le racisme au sujet. Dans les biopics de sportifs qui connaissent le racisme ou le handicap physique, le sport devient un levier qui permet de retrouver une dignité, une raison d’être, un équilibre familial et une cause partagée, dépassant ainsi le sentiment d’égoïsme qui, souvent, accompagne le sportif et sa soif de conquêtes.

29La bande annonce The Greatest promet ainsi de raconter l’histoire d’une « figure controversée » mais également de la personne « la plus célèbre du monde » : l’autobiopic retrace la vie de Mohamed Ali qui y interprète son propre rôle. Puis, la présentation insiste sur le récit de « la vie derrière la légende » et le portrait de « l’homme derrière le mythe ». Les épreuves extra-sportives apportent une densité dramaturgique nécessaire au récit en dévoilant « l’envers du décor », démarche qui permet d’humaniser le « héros » (terme employé dans la bande-annonce citée précédemment).

  • 47 Julien Herbreteau, op. cit., 214.

30Les biopics de sportifs assument pleinement ce qui fait généralement la marque du genre. Premièrement, la prédestination de l’individu qui, dès l’enfance, est appelé à réaliser de grandes choses : les deux frappes à la batte des deux jeunes Babe Ruth (The Babe) et de Lou Gehrig (The Pride of the Yankees) qui brisent le vitrail de l’église pour le premier et la vitrine d’une épicerie pour le second (dans le cas de Gehrig, la mère peu fortunée remboursera afin de transmettre la bonne éducation à son fils) ; la facilité avec laquelle le petit Jackie Robinson (dans le film d’Alfred E. Green) rattrape les balles que deux adultes blancs lui lancent ; les courses incroyables des jeunes Jim Thorpe, Louis Zamperini, Steve Prefontaine (dans Without Limits) et Ernie Davis (The Express) qui, pour sa part, veut échapper aux garçons racistes qui le menacent, etc. Deuxièmement, il s’agit d’exposer un parcours noble et mémorable, jonché d’expériences humaines les plus diverses. The Joe Louis Story se conclut sur un flash-back qui rappelle les grands moments de la vie du champion avant qu’il ne redevienne un homme arpentant, seul et anonyme, les rues de la ville. Le commentaire dit alors ceci : « Joe a perdu sa femme, son titre, son argent et bien aimé “Chappie” [son manager et ami], mais le plus important est qu’il s’est trouvé lui-même ». Ce film et quelques autres, peu nombreux, tendent vers une fin moins « optimiste » ; Raging Bull est, comme Julien Herbreteau le souligne, « plus proche de la réalité que bien des biographies filmées, […] sombre, tourné autant vers l’âme torturée de l’homme que vers ses exploits sportifs »47. Le film est autant un portrait qu’une biographie, tant il met en avant la personnalité du sportif, dimension très présente dans Basketball Diaries (Scott Kalvert, 1995). Dans ce film, le sport ne peut rien pour la jeunesse, et en particulier pour Jim Caroll (Leonardo Di Caprio), doué au basketball mais qui connaîtra une descente aux enfers à cause de la drogue. Il se fera connaître pour ses poèmes, ses romans et son journal intime (The Basketball Diaries, 1977) qui inspirera le film. Dépeindre la psychologie d’une personnalité est un aspect nécessaire au récit et dans bien des cas cela suffit à justifier le geste biographique ; c’est le cas pour Cobb.

  • 48 « Angelina Jolie veut filmer l’histoire incroyable de l’invincible Louis Zamperini », in É (...)

31Cette façon de concevoir le récit permettrait donc au biopic de s’engager davantage vers le portrait. Angelina Jolie s’intéresse davantage à l’histoire personnelle de Louis Zamperini qu’à son record du monde au 5000 mètres des Jeux Olympiques de Berlin en 1936. Le titre du film, Unbroken (2014), évoque le tempérament de l’homme, prisonnier des japonais pendant la seconde guerre mondiale, à travers cette histoire « d’héroïsme, d’humanité, de foi et de courage »48. C’est aussi le portrait de la jeunesse américaine que propose Somebody Up There Likes Me (Robert Wise, 1956), film consacré à l’ascension du boxeur Rocky Barbella, plus connu sous le nom de Rocky Graziano « marqué par la haine » (titre français).

  • 49 Gentleman Jim (Raoul Walsh, 1942) est basé sur l’histoire James John Corbett (Erro (...)

32Gentleman Jim (Raoul Walsh, 1942) propose quant à lui une description psychologique fine et passionnante du boxeur James J. Corbett49. Courageux, plein d’énergie, drôle et sociable, le personnage est également arrogant, imprévisible, parfois insaisissable. Il est quoi qu’il en soit un vrai gentleman, ce qu’il prouve à la fin du film en disant son admiration à Sullivan, son adversaire qui ne l’avait pourtant pas ménagé avant leur affrontement. Comme Walsh, mais de manière beaucoup plus poussée, Martin Ritt, dans The Great White Hope, élabore le caractère d’un homme révolté (le titre français est L’Insurgé) mais très ambigu. La scène dans laquelle on le voit faire le pitre et finalement se moquer de sa propre condition d’homme de couleur face à des officiers heureux du divertissement improvisé, reste assez troublante. De même que la scène où il congédie avec violence sa femme dont il espère qu’elle parviendra à le détester pour parvenir à le quitter.

33Dans la plupart des cas, ce qui compte le plus est l’apport de l’homme à son sport, un apport qui dépasse la technique ou le résultat. Bobby Jones fut surnommé le « Mozart du golf », Jim Thorpe et James J. Corbett (et son jeu de jambes impressionnant) ont respectivement modernisé le football américain et la boxe anglaise en leur donnant un autre visage (un autre esprit surtout) que celui qu’on leur connaissait jusqu’alors (celui de la brutalité qui empêchait toute technicité). Plus encore, Steve Prefontaine, coureur américain ayant remporté la médaille d’or du 5000 mètres aux jeux panaméricains de Cali en 1971 tout en détenant de nombreux records américains entre 1970 et 1975, est connu pour avoir fait de son sport le moyen d’une réflexion spirituelle sur le monde. Courir était un mode de vie, d’être-au-monde et il en ressentait la nécessité au plus profond de son être (« Ne pas aller au fond de soi, c’est un peu renier son talent », disait-t-il). Dans Without Limits, son coach (le fondateur de la marque Nike, Bill Bowerman) lui demande de tester de nouvelles chaussures. Il reviendra après plusieurs heures de course en pleine nature. Il aura finalement décidé de s’écouter, de se laisser conduire par son seul désir de courir sans contrainte, sans limites comme le met en avant l’un des titres des deux films biographiques qui lui ont été consacrés ; cette idée de liberté deviendra l’un des arguments marketing majeurs des grandes marques américaines de chaussures de course à pied qui favoriseront le « run happy » ou le « free run » et le « fun run » dans le cas de Nike. Les scènes d’interviews (de fausses archives) disséminées tout au long du récit de Prefontaine (Steve James, 1997) ne servent qu’à éclairer la personnalité du coureur, à alimenter une mémoire tout en mettant en lumière un caractère, un esprit, une âme. Dans Soul Surfer (titre éloquent), l’accident que subit la jeune surfeuse l’oblige à travailler sur elle-même. C’est par le biais de la religion (avoir foi en Dieu, c’est avoir foi en soi) et d’un voyage humanitaire qui deviendra finalement initiatique (dans une Thaïlande dévastée par le tsunami de 2004) que Bethany Hamilton pourra à nouveau retrouver sa planche et affronter sa peur, la mer ainsi que ses adversaires. Et dans Chasing Mavericks, grâce à l’aide de son mentor Frosty Hesson, Jay Moriarity parviendra à surfer la vague qu’il convoite après s’être entraîné mais surtout après avoir compris que le surf était un art de vivre, en s’appuyant sur les quatre piliers que sont le physique, le mental, l’émotion, la spiritualité. Il doit savoir les saisir et les équilibrer pour affronter la vague, ce qui revient finalement à s’engager dans les autres défis qui s’imposent à lui (un père absent, une histoire d’amour, etc.).

  • 50 Voir Fabienne Lesage, « Foxcatcher », Revue Desports n° 8, 100-101.

34Le mentor fait partie des personnages récurrents au sein de la biographie filmée du sportif. Il est un(e) ami(e) (Leigh Anne Tuohy – The Blind Side), un entraîneur (Dick Vermeil – Invincible), un agent (Branch Rickey Directeur du club des Dodgers – 42), un « père » (Ben Schwartzwalder – The Express), un soutien (le prêtre dans Rudy), et parfois tout cela en même temps (Jack « Chappie » Blackburn – The Joe Louis Story) jusqu’aux relations troubles voire parfois malsaines – on pense à Foxcatcher (Bennet Miller, 2014) sur l’histoire des lutteurs et frères Schultz engagés par le riche mécène et cyclothymique John du Pont50. Les sportifs peuvent également avoir des modèles comme Henry Vardon pour Bobby Jones ou Francis Ouimet (Bobby Jones: Stroke of Genius) ou Jackie Robinson pour Ernie Davis (The Express) qui admire les exploits du joueur de baseball à la télévision (les images d’archives sont authentiques).

  • 51 Notre traduction.

35Si le mentor est généralement un modèle pour le sportif, ce dernier est un exemple à suivre pour le spectateur. Le commentaire en voix-off qui clôt le récit de The Stratton Story insiste sur cette idée : « Monty Stratton n’a pas juste remporté des victoires sportives. Sa victoire est plus grande encore. Il a joué et gagné tout en menant une vie riche et intense. Il est encore une inspiration à nous tous. Il est la preuve vivante de ce qu’un homme peut accomplir s’il a le courage et la détermination de refuser la défaite »51. Le titre français du film sur Stratton est Un Homme change son destin, et souvent, c’est le peuple américain qu’on interpelle à travers le parcours d’un individu.

De l’individu à la nation : (2) les victoires d’un peuple

  • 52 David Da Silva, Le Populisme américain au cinéma. De D. W. Griffith à Clint Eastwo (...)

36Comme l’explique David Da Silva dans son ouvrage Le Populisme américain au cinéma, le destin de Monty Stratton, joueur de base-ball amputé d’une jambe après un accident de chasse est « une belle occasion de rappeler aux soldats gravement blessés par la guerre qu’ils doivent également lutter pour se réinsérer socialement »52. Le biopic peut être amené à fournir des modèles de conduite tout en insistant sur la nécessité de l’union nationale, et celui consacré au sportif, plus que tous les autres types de biopics, joue ce rôle à la fois pédagogique et donc politique. Cinderella Man et Seabiscuit se déroulent tous deux dans le contexte de la Grande Dépression et mettent en exergue, de manière performative, cette dimension « éducative » et évidemment patriotique.

37Le sport est, dans certaines cultures du moins (on pense évidemment à celles de l’Amérique du Nord), le miroir d’une époque, le condensateur des mouvements d’une société. Est ainsi régulièrement mise en avant la vie d’un homme dont le combat, par son caractère universel, nourrit jusqu’à parfois le déborder, son parcours d’athlète. Le sport concentre les enjeux de toute une société à travers les aventures d’un seul individu. Porteur des valeurs de la nation américaine qui est parfois incohérente avec les principes qu’elle veut défendre, l’athlète est une « figure politique » en ce sens que son engagement sportif est souvent l’idée d’une élévation sociale et d’une lutte, même silencieuse, contre les inégalités et les préjugés (les deux étant parfois liés).

38Rudy est l’histoire d’un jeune garçon qui refuse l’avenir à l’usine qui s’impose à lui. Contre l’avis de sa famille, il travaille dur pour entrer à l’université Notre Dame et y intégrer son équipe de football américain (« Fighting Irish ») dont il a vu tous les matchs à la télévision lorsqu’il était enfant. Le seul véritable enjeu du film repose sur son accession au sein de l’établissement ; il rentrera sur le terrain une seule fois, à la fin d’un match déjà gagné, et sera ainsi mis à l’honneur par ses coéquipiers pour sa persévérance et non ses qualités de joueur. Dans Jim Thorpe: All-American, c’est exactement l’inverse : le père dit à son fils qu’il doit prendre en main son destin pour sortir de sa condition ; il doit quitter la réserve indienne et le peu d’avenir qu’elle peut lui offrir. La discussion à la caféteria de l’université entre Thorpe et son entraîneur est d’une grande violence dans la manière dont une culture semble valoir mieux qu’une autre : l’entraîneur lui fait comprendre qu’il peut faire mieux que ceux de sa tribu qui, pour vivre, font du tissage et vendent des couvertures à la station ferroviaire de la région. Le sport peut lui permettre d’intégrer l’école Carlisle, et ensuite de trouver la meilleure des voies pour son épanouissement personnel. Il lui permet d’accéder aux études, et inversement, c’est en persévérant dans ses études qu’il pourra continuer à pratiquer l’athlétisme. Le personnage est ainsi filmé devant l’entrée du campus de la Carlisle Indian School, près d’un panneau qui rappelle les principes de liberté et égalité censées accompagner chaque homme tout au long de sa vie. La voix-off dit cependant au même moment que Jim Thorpe devra se plier aux règles de l’établissement après avoir connu le grand air. Indien dont l’éducation et la culture ne sont pas les meilleurs atouts pour sa réussite sociale, Jim Thorpe saura s’investir et s’adapter jusqu’à conquérir le cœur d’une jeune femme blanche et américaine dont la condition sociale est tout autre. L’un ne va pas sans l’autre. Le sport est donc le moyen de l’élévation sociale, un tremplin pour un avenir meilleur, et finalement la seule manière de faire de son rêve une réalité (quand bien même ce rêve est celui d’une population et de sa culture dominante).

  • 53 La création du héros populiste s’appuie sur ce genre de descriptions, de distincti (...)

39Le discours politique qui innerve ce type de films repose évidemment sur l’idée que tout est possible aux États-Unis pour quiconque s’en donne les moyens et croit en ses capacités. C’est là aussi l’idée principale d’Invincible. Vince Papale, trop âgé pour intégrer une équipe de football américain, tente sa chance lors d’un recrutement au cours duquel tout citoyen, quel qu’il soit, peut postuler. Il sera repéré et recruté non pas pour sa technique ou son talent mais pour son engagement, son appétit, sa soif de conquête. Cet homme au chômage fera ni plus ni moins l’expérience du rêve américain. Bobby Jones: Stroke of Genius et The Greatest Game Ever Played défendent d’une certaine manière le statut des amateurs qui battront les professionnels de leur discipline et parfois même à l’extérieur, en Angleterre pour Francis Ouimet, renforçant ainsi l’idée d’une Amérique sans complexe, forte et conquérante. Comme James J. Corbett dans Gentleman Jim (côté boxe anglaise), Bobby Jones et Francis Ouimet sont des hommes issus du peuple, peu fortunés, qui s’imposeront face à une aristocratie arrogante, désobligeante et soucieuse de préserver ses privilèges53. Le sportif a un pouvoir de transgression que peu d’individus peuvent revendiquer, et parfois il le fait contre l’avis de ses proches. Le père de Ouimet, modeste ouvrier, est un obstacle pour le jeune golfeur dans le film de Paxton jusqu’à leurs retrouvailles lors du sacre final. Ce sont deux mondes opposés qui s’unissent.

40Dans The Jackie Robinson Story, comme dans The Pride of the Yankees, les mères n’acceptent pas la voie du sport empruntée par leur fils. Leurs attentes et leurs espoirs sont en adéquation avec leur statut social : le sport n’est pas une chose sérieuse et l’argent et la célébrité représentent des objectifs irréalistes et malsains pour quiconque voudrait accéder au bonheur. Les sportifs sauront s’en souvenir à chaque étape de leur vie. L’histoire de The Blind Side est quelque peu différente. Elle insiste en effet sur le dévouement, la générosité, les sacrifices d’une famille aisée qui accompagne un jeune noir, Michael Oher, pauvre et sans foyer. On peut y voir un discours à certains égards incommodant tant il insiste sur le parcours d’un homme noir qui s’élève grâce au soutien des Blancs. Rudy, Jim Thorpe et d’autres se débrouillent seuls avec comme seuls soutiens leur foi et leur travail. Le jeune Michael Oher bénéficiera, quant à lui, de l’aide de Leigh Anne Tuohy. Derrière le dévouement de cette femme, on saisit la nécessité qu’elle a de rendre à son prochain ce que Dieu lui a accordé (elle veut faire l’expérience des vertus qui poussent à faire le bien d’autrui). Son protégé (qu’elle adoptera officiellement) deviendra l’un des meilleurs joueurs de football américain et intègrera l’université grâce à ses performances sportives. On ne peut pas parler pour autant d’un accomplissement étant entendu que Oher n’avait pas formulé le désir d’une telle réussite dans le sport (c’est une classe sociale qui délivre de manière directive la « recette du bonheur »). Il s’agit pourtant d’une victoire sur le destin, comme le générique de fin le rappelle en présentant de vraies images d’archives du jeune étudiant foulant la pelouse du campus.

  • 54 « Un moyen de rappeler à la classe moyenne ruinée dans les salles qu’elle peut enc (...)
  • 55 « Toutes les valeurs morales peuvent s’investir dans le sport : endurance, sang-froid, tém (...)

41Au-delà de ces réussites personnelles, c’est bien un modèle de société qui est vanté. La famille et l’école sont les piliers, les fondements de l’épanouissement individuel. Les victoires du sportif sont celles d’une culture et des idées qu’elle défend. Le message est ainsi clairement transmis et assez conservateur dans l’esprit tant il rappelle que l’homme de couleur a davantage de chance de trouver sa place dans la société grâce au sport que par le biais de ses études. Et pour qu’il le soit assurément, certains réalisateurs n’hésitent pas à les inscrire dans des discours qui viendront saluer les performances sportives, les qualités humaines et à travers elles, les principes qui fondent les valeurs d’une nation. Il s’agit d’une causerie d’avant-match dans un vestiaire (The Express, Remember the Titans) ou d’une allocution officielle lors d’un hommage rendu sous les drapeaux ; des drapeaux dont la présence régulière lors des honneurs accentuent la dimension patriotique d’un moment de communion solennel. Comme le rappelle David Da Silva, ce type de scènes fut au cœur des films tournés lors de la Grande Dépression54. Le caractère doublement mythologique que Roland Barthes décèle dans l’épreuve cycliste du Tour de France peut, à bien des égards, concerner l’ensemble des sports, surtout lorsqu’ils sont médiatisés55. Pour le mythologue français, le Tour de France est une épopée, un spectacle :

  • 56 Roland Barthes, « Le Tour de France comme épopée », ibidem, 118-119.

Un mythe total, donc ambigu […], un mythe d’expression et mythe de projection, réaliste et utopique tout en même temps. Le Tour exprime et libère les Français à travers une fable unique où les impostures traditionnelles (psychologie des essences, morale du combat, magisme des éléments et des forces, hiérarchie des surhommes et des domestiques) se mêlent à des formes d’intérêt positif, à l’image utopique d’un monde qui cherche obstinément à se réconcilier par le spectacle d’une clarté totale des rapports entre l’homme, les hommes et la Nature. Ceci n’empêche pas le Tour d’être un fait national fascinant, dans la mesure où l’épopée exprime ce moment fragile de l’Histoire où l’homme, même maladroit, dupé, à travers des fables impures, prévoit tout de même à sa façon une adéquation parfaite entre lui, la communauté et l’univers56.

42Le sport serait donc le lieu d’une expression mythologique fondée sur la vision (fictionnalisée, fabulée) où les hommes donneraient l’impression d’une réconciliation avec les valeurs d’une culture nationale certes, mais aussi avec le monde, la nature, l’univers.

43Dans Jim Thorpe: All-American, la lettre que le Président des Etats-Unis William Howard Taft adresse à Jim Thorpe, lue en public par un ami lors d’une cérémonie, fait l’éloge de ses qualités : sa droiture (une manière de vivre et de penser irréprochable) et ses qualités (le sens de l’effort et de la perfection) font de lui « le meilleur ‘type’ de citoyen américain ». Coach Carter s’intéresse également à l’aventure d’un groupe de jeunes défavorisés, pris en charge par un entraîneur de basketball aux méthodes très radicales. Comme seule alternative à la rue et ses violences (les gangs et leurs trafics de drogue), il ne reste guère que le sport et à travers lui la découverte de l’autre (l’amitié, la solidarité, etc.) et de soi. Le même discours sous-tend l’histoire d’un contrôleur judiciaire qui décide de créer une équipe de football avec des jeunes détenus récidivistes, considérés comme dangereux, dans Gridiron Gang (Phil Joanou, 2006). Cette expérience sportive sera le moyen d’inculquer des valeurs nécessaires à leur réintégration sociale (le titre français, Rédemption, est on ne peut plus éloquent). Le combat se mènera sur le terrain, au sein même de l’équipe, et en dehors également, lorsqu’il faudra convaincre les entraîneurs des équipes adverses qu’une telle aventure est possible.

44La question du racisme est au cœur de bon nombre de films consacrés à la figure du sportif, The Great White Hope étant un film à part car à charge contre le système politique américain qui détruisit la carrière et la vie du boxeur afro-américain Jack Johnson. Le film est en ce sens très engagé et sans concession (y compris dans la « violence » de certaines scènes) à l’égard du gouvernement qui fit tout son possible pour que la victoire revienne à un boxeur blanc, représentant des valeurs d’une société ségrégationniste. The Hurricane se concentre sur le cas d’un ancien sportif, ancien voyou, emprisonné pour un fait (un meurtre) qu’il n’a pas commis. Sur fond de racisme, l’homme très controversé à cause d’un passé difficile, fera les frais de la partialité d’une police implacable et d’une cour fédérale du New Jersey soupçonnée d’être corrompue. Il sera finalement innocenté par une autre cour fédérale (la justice est sauve car « le ministère de la justice est le plus solide pilier de Dieu » comme le rappelle l’inscription sur le fronton du tribunal à la fin du film). Il est surtout aidé par un jeune adolescent de couleur, comme lui, qui croit en son innocence. Ce filtre énonciatif est non seulement le moyen de revenir sur le passé du prisonnier via son autobiographie, mais également d’installer des discussions (sur le monde, la vérité, etc.).

  • 57 À l’heure où nous rédigeons ce texte, on annonce la sortie d’un film biographique (...)
  • 58 « The Jordan publicity machine has regularly taken the line that Jordan ‘transcends (...)

45Remember the Titans fonctionne sur le même registre : le défi sportif comme moyen de changer son regard sur l’autre et sur soi-même. Un entraîneur afro-américain prend les rênes d’une équipe de football universitaire et est secondé par un collègue, blanc, en poste depuis longtemps. Deux camps se dressent l’un contre l’autre : les étudiants de couleur et les autres. Au fil des entraînements et des compétitions, des épreuves et des victoires sur le terrain, les jeunes apprendront à se connaître, deviendront amis et feront changer les mentalités d’une petite ville peu habituée à une telle mixité. La bataille du terrain contre l’équipe adversaire se transformera au fur et à mesure en combat collectif contre un autre ennemi : le racisme. C’est aussi le combat de Jackie Robinson. Dans The Jackie Robinson Story et 42, le sportif fait d’abord la douloureuse expérience du racisme au sein de sa propre équipe. Ses coéquipiers ne l’acceptent pas. Ses performances sur le terrain feront évoluer les mentalités jusqu’à obtenir le soutien de ses camarades face aux attaques extérieures57. Lors des matchs, la tension est au plus haut, les insultes fusent de tous les côtés. Dans 42, le joueur contient sa colère jusqu’à ce qu’il explose en dehors du terrain. Le manager de l’équipe Branch Rickey (qui l’a engagé avec l’idée – un peu trop affirmée – de faire évoluer les consciences au sein de son sport) le retrouve et le convainc de ne laisser paraître ni sa souffrance ni sa colère sur le terrain. Sous couvert de sagesse – ne pas faire le jeu des racistes qui sauront s’emparer de toute réaction qui sera considérée comme agressive –, il n’en reste pas moins que la position conservatrice du manager est évidemment contestable en ce sens qu’elle maintient d’une certaine manière une situation qu’il faut savoir accepter publiquement afin de la faire vaciller « autrement ». Cependant, cette attitude se justifie dans le film par l’idée qu’il doit être perçu non plus comme un noir mais bien comme un sportif et donc un homme dont la couleur de peau n’existe plus. Le sport comme moyen de transcender les différences : cette idée a évidemment fait son chemin, dans les années 1990, lorsque les médias et le marketing s’en emparèrent. Aux USA, Michael Jordan fut le premier sportif afro-américain à être ainsi exposé. Il le fut comme « singularité » capable de transcender les différences culturelles, sociales et ethniques, se qualifiant lui-même comme un « être humain pluriel », « concentré » de toutes les diversités de son pays58.

46Dans 42 comme dans The Express, le combat doit être silencieux et mené de biais. Ce n’est pas l’homme qui fera changer les choses mais bien le sportif qui conquerra les cœurs des spectateurs et fera changer leur manière de considérer les personnes de couleur. Ces deux films fonctionnent sur le même principe et cumulent les scènes d’humiliation et de révolte rentrée qui construisent le visage d’une Amérique confrontée à ses démons (ségrégation dans les lieux publics, etc.). Dans les films consacrés à Ali, il s’agit bien de faire le portrait d’un homme engagé politiquement (il refuse de s’engager dans les forces armées). Plus encore, chez Michael Mann cet engagement trouve son aboutissement lors de son séjour en Afrique (au Zaïre). Il découvre les racines d’un peuple auquel il se sent appartenir. Sa course dans les rues de la ville montre un homme désireux de s’ouvrir à une culture, à une terre avec lesquelles il garde un lien charnel. Cette expérience sera l’un des moments décisifs dans sa vie. Ce qu’il parviendra à faire sur le ring en tant qu’américain aura évidemment été soutenu par ce qu’il aura vu de ses yeux, en tant qu’africain, au contact d’un continent dont il portera la cause.

  • 59 Sur les questions sociohistoriques, culturelles et politiques en lien avec le spor (...)

47La fin en deux temps du film The Jackie Robinson Story fait l’éloge du modèle américain. L’athlète lui-même (Jackie Robinson joue son propre rôle) explique ce qu’il a accompli en tant qu’Afro-Américain pour inspirer d’autres personnes. Sur des images du Capitole et de la statue de la Liberté, il dit être certain que tous les Américains peuvent vivre ensemble, unis. Une voix-off va plus loin encore et rappelle que l’histoire de Jackie Robinson est la victoire de tout un peuple, car chaque enfant de ce pays peut espérer une même destinée59.

Conclusion

  • 60 Combat « progressiste », visionnaire dans le cas des biopics produits par la Warner dans l (...)

L’activité sportive proprement dite convoque certes une technique, un apprentissage ainsi qu’une maîtrise physique et psychique, mais elle peut aussi engager une aventure humaine mêlant désirs, combats, petites et grandes victoires et désillusions personnelles. De toute évidence, le biopic se distingue des autres films sur le sport par un discours politiquement marqué car fortement emblématisé par une personnalité ayant existé dont l’attitude et le parcours exemplaires servent de modèles pour la nation américaine. Ancré dans son époque, soucieux de prendre le pouls d’une société en pleine mutation, le biopic du sportif américain repose donc, assez souvent, sur l’histoire d’un combat individuel qui est également et d’une certaine façon celui de tout un pays60.

  • 61 Ils sont accessibles via les éditions DVD et la VOD généralement un an après la diffusion (...)

Le combat progressiste des grandes figures qui ont été au centre des productions de la Warner dans les années 1930, fut remplacé, dans les années 1940-1950, par un combat qui semble au premier abord moins déterminant pour l’humanité, mais qui contient une grande force symbolique et une influence immense sur les spectateurs de cinéma comme des compétitions sportives. De nombreux films cités dans notre texte, notamment ceux concernant le base-ball et le football américain, ne sont pas sortis sur les écrans français ou européens61. Contrairement à d’autres personnalités mises en scène par le biopic, le sportif a cette caractéristique qu’il promet, de toute évidence, le divertissement populaire convoité par les studios américains après la Seconde guerre mondiale, tout en portant les enjeux politiques de la nation américaine. Ainsi, l’athlète dont le récit doit s’ouvrir à la légende, est le symbole populaire, parfois populiste, d’une culture qui voudrait affirmer, voire revendiquer, à travers lui, ses valeurs, sa croyance en l’humanité et sa vision des principes universels.

Top of page

Bibliography

ANDREWS David L., Michael Jordan, Inc.: Corporate Sport, Media Culture, and Late Modern America, Albany : SUNY, 2001.

BARNIER Martin, « L’“invention” du biopic : Dieterle et la Warner », in Rémi Fontanel (Dir.), Biopic : de la réalité la fiction, Coll. CinémAction n° 139, Condé-sur-Noireau : Charles Corlet, 2011, 28-36.

BARTHES Roland, Le Sport et les hommes, Montréal : Presses Universitaires de Montréal, 2004.

BARTHES Roland, Mythologies, Coll. Points Essais, Paris : Seuil, 1957.

CAMY Julien et CAMY Gérard, Sport et cinéma, Paris : Éditions du Bailli de Suffren, 2016.

CARRINGTON Ben, Race, Sports and Politics: the Sporting Black Diaspora, London : Sage, 2010.

CIEUTAT Michel, « Les biopics de 1930 à 1960, ou le dopage d’une nation », Positif, n° 540, février 2006, 83.

CUSTEN George F., Bio/Pics. How Hollywood Constructed History, New Brunswick : Rutgers University Press, 1992.

DA SILVA David, Le Populisme américain au cinéma. De D. W. Griffith à Clint Eastwood. Un héros populiste pour unir ou diviser le peuple, La Madeleine, France : LettMotif, 2015.

DIETERLE William, « Do Films Have a Pedagogical Mission for the Masses? », Decision, vol. 1, n° 4, New York, April 1941, 85.

HERBRETEAU Julien, « Histoires de boxeurs », in Rémi Fontanel (Dir.), Biopic : de la réalité la fiction, Coll. CinémAction, n° 139, Condé-sur-Noireau : Charles Corlet, 2011, 211-216.

JAY Kathryn, More than Just a Game: Sports in American Life since 1940, New York : Columbia University Press, 2004.

LESAGE Fabienne, « Foxcatcher », Revue Desports n° 8, 100-101.

MAGAN James A. & Andrew RITCHIE (eds.), Ethnicity, Sport, Identity: Struggles for Status, London : Routledge, 2004.

NACACHE Jacqueline, Le Film hollywoodien classique, Paris : Armand Colin, Collection 128, 2008.

NEALE Steve, Genre and Hollywood, London & New York: Routledge, 2000.

VALMARY Hélène, « Le Biopic sportif », in Rémi Fontanel (Dir.), Biopic : de la réalité la fiction, Coll. CinémAction n° 139, Condé-sur-Noireau : Charles Corlet, 2011, 204-210.

VERAY Laurent, « Aux origines du spectacle sportif télévisé : le cas des vues Lumière », in Laurent Veray et Pierre Simonet (Dirs.), Montrer le sport, photographie, cinéma, télévision, Paris : INSEP, 2000.

Sitographie

Chester Ronny, « Raging Bull », <http://www.dvdclassik.com/critique/raging-bull-scorsese>, consulté le 10 novembre 2015.

« Angelina Jolie veut filmer l’histoire incroyable de l’invincible Louis Zamperini », in Écran Noir.fr, 20 décembre 2012. <http://ecrannoir.fr/blog/blog/2012/12/20/angelina-jolie-veut-filmer-lhistoire-incroyable-de-linvincible-louis-zamperini/>, consulté le 18 janvier 2016.

Dossier « Le sport au cinéma » in site Web du ciné-club de Caen (dir. Jean-Luc Lacuve) : <http://www.cineclubdecaen.com/analyse/cinemaetsport.htm>, consulté le 10 novembre 2015.

Top of page

Notes

1 Nous considérerons comme « américains », aussi bien les films étudiés (leurs réalisateurs) que les sportifs biographiés. Ainsi, pour exemples, The Program (2015), film sur le cycliste américain Lance Armstrong réalisé par le britannique Stephen Frears ou Pele: Birth of a Legend (2016), film consacré au footballeur argentin Pelé et réalisé par les américains Michael Zimbalist et Jeff Zimbalist, ne seront pas abordés. Idem pour Million Dollar Arm de Craig Gillespie (2014) sur l’histoire de Rinku Singh et Dinesh Patel, deux indiens détectés et soutenus par l’agent J. B. Bernstein dans leur aventure américaine et sportive au sein de la ligue mineure de base-ball.

2 Les films sur la boxe anglaise sont nombreux. Sans évoquer les biographies pour le moment, on peut indiquer, parmi les plus marquants : The Champ (King Vidor, 1931), Champion (Mark Robson, 1949), The Set-up (Robert Wise, 1949), Killer’s Kiss (Stanley Kubrick, 1955), The Harder They Fall (Mark Robson, 1959), Requiem for a Heavyweight (Ralph Nelson, 1962), Fat City (John Huston, 1972), The Champ (Franco Zeffirelli, 1979), Million Dollar Baby (Clint Eastwood, 2004), Southpaw (Antoine Fuqua, 2014) pour les fictions, ainsi que When We Were Kings (Leon Gast, 1996), Tyson (James Toback, 2008), Boxing Gym (Frederick Wiseman, 2010) pour les films documentaires.

3 Voir le dossier « Le sport au cinéma » in site Web du ciné-club de Caen (Dir. Jean-Luc Lacuve) : <http://www.cineclubdecaen.com/analyse/cinemaetsport.htm>, consulté le 10 novembre 2015.

Men Boxing fut tourné au printemps 1891 grâce au kinétographe de Thomas Edison. La durée est inconnue (5 secondes ont été conservées). Les boxeurs seraient des employés d’Edison.

4 Film datant de 1894, en noir et blanc, d’une durée de 37 secondes et réalisé à nouveau par William K. L. Dickson mais cette fois-ci grâce au kinétoscope.

5 Le film est également connu sous le titre Corbett and Courtney Before the Kinetograph (Corbett et Courtney devant le Kinétographe).

6 Le Black Maria est le surnom donné au premier studio de prises de vue de l’histoire du cinéma. Il fut fondé par Thomas Edison et était situé à Orange dans le New Jersey.

7 Le film n’est pas pour autant un autobiopic car il ne repose pas sur la vie des acteurs qui interprètent leur propre rôle à l'écran.

8 La Sortie des usines Lumière, soit la première des trois versions.

9 Jacqueline Nacache confirme l’importance du cinéma de genre dans le cinéma classique hollywoodien en rappelant également la singularité d’une unité qui se fonde aussi sur des recoupements divers. Pour le film biographique, elle note avec justesse que le genre a tendance à « se rabattre vers le mélodrame ou la fresque historique. » Jacqueline Nacache, Le Film hollywoodien classique, Coll. 128, Paris : Armand Colin, 2008, 18.

10 Voir Laurent Véray, « Aux origines du spectacle sportif télévisé : le cas des vues Lumière », in Laurent Véray et Pierre Simonet (Dir.), Montrer le sport, photographie, cinéma, télévision, Paris : INSEP, 2000. Julien et Gérard Camy, Sport et cinéma, Paris : Éditions du Bailli de Suffren, 2016.

11 Martin Barnier, « L’“invention” du biopic : Dieterle et la Warner », in Rémi Fontanel (Dir.), Biopic : de la réalité la fiction, Coll. CinémAction n° 139, Condé-sur-Noireau : Éditions Charles Corlet, 2011, 28-36.

12 Michel Cieutat, « Les biopics de 1930 à 1960, ou le dopage d’une nation », Positif n° 540, février 2006, 83.

13 William Dieterle, « Do Films Have a Pedagogical Mission for the Masses? », Decision, vol. 1, n° 4, New York, April 1941, 85. Cité in Martin Barnier, op. cit., 35.

14 Martin Barnier, op. cit., 35.

15 George F. Custen, Bio/Pics. How Hollywood Constructed History, New Brunswick : Rutgers University Press, 1992. Steve Neale, Genre and Hollywood, London & New York : Routledge, 2000.

16 Raphaëlle Moine, « Le genre biopic », in Rémi Fontanel (Dir.), op. cit., 24.

17 Steve Neale, op. cit., 61. Cité in Raphaëlle Moine, op. cit., 24.

18 On peut citer, par exemple, les deux films sur la vie de Jackie Robinson, premier joueur de base-ball afro-américain à avoir joué, dès 1947, en première league (The Jackie Robinson Story de Alfred E. Green, 1950 et 42 de Brian Helgeland, 2013), ainsi que les deux films sur le cheval de course Seabiscuit (The Story of Seabiscuit de David Butler, 1949 et Seabiscuit de Gary Ross, 2003), basés plus sur l’entourage (propriétaire, entraîneur, joker) du cheval que sur le cheval de course lui-même.

19 Hélène Valmary « Le Biopic sportif », in Rémi Fontanel (Dir.), op. cit., 214.

20 Sur la vie de James J. Braddock, champion mondial poids lourd de boxe professionnelle de 1935 à 1937.

21 Sur la vie de Vince Papale (Mark Wahlberg) qui intégra, malgré un « âge avancé » l’équipe de football américain de Philadelphie (les Eagles) dans les années 1970.

22 Sur la vie du boxeur professionnel Micky Ward (Mark Wahlberg), champion du monde WBU en 2000 (son parcours sportif et sa relation avec son demi-frère Dicky Eklund (Christian Bale)).

23 Nous pensons au film Rush de Ron Howard (2013) sur la rivalité, durant les années 1970, des deux pilotes de courses de Formule 1, James Hunt (britannique) et Niki Lauda (autrichien).

24 Sur la relation entre Jay Moriarity qui, accompagné par son mentor (Frosty Henson), surfa l’une des plus grandes vagues du monde (la « Maverick), à Santa Cruz en Californie (USA). Le titre du film empêche d’ailleurs de concevoir la biographie d’une personne en particulier (Jay Moriarity) sans qu’elle soit en lien avec une autre (Frosty Henson) dont le rôle sera déterminant.

25 Sur la vie de la surfeuse hawaïenne Bethany Hamilton.

26 Sur l’aventure des Z-Boys, jeunes américains qui ont eu, dans les années 1970, une grande influence sur la pratique du skate-board.

27 Sur la vie du footballeur noir américain Ernie Davis, meilleur joueur de sa génération qui mourra d’une leucémie. Il joua le championnat universitaire américain et fut le premier afro-américain à remporter le très convoité Heisman Trophy grâce au soutien de son coach Ben Schwartzwalder.

28 Julien Herbreteau, « Histoires de boxeurs », in Rémi Fontanel (Dir.), op. cit., 214.

29 Voir le chapitre « Des récurrences esthétiques » qu’elle consacre à l’acteur et à la mise en scène de l’exploit sportif (choix de mise en scène et de montage pour rendre compte des gestes et actions restituées sont ainsi analysés avec finesse et justesse). Hélène Valmary, op. cit., 207-209.

30 Ibidem, 209.

31 Ronny Chester, « Raging Bull », in www.dvdclassik.com. <http://www.dvdclassik.com/critique/raging-bull-scorsese>, consulté le 10 novembre 2015.

32 Sur l’histoire de deux entraîneurs de football américain (Herman Boone/Denzel Washington et Bill Yoast/Will Patton) à la tête de l’équipe d’un lycée de Virginie où les tensions raciales constituent les enjeux de l’aventure sportive et humaine que vivra le groupe mais aussi la population de la ville.

33 Sur la vie de Billy Beane (Brad Pitt), manager général des Oakland Athletics qui révolutionna, par ses méthodes, le monde du baseball. À noter également les biopics liés au sport qui s’intéressent aux managers, agents, entraîneurs autant sinon plus qu’aux athlètes eux-mêmes. Parmi eux, citons comme exemple Against the Ropes de Charles Dutton (2004) sur l’engagement de Jackie Kallen au service du boxeur Luther Shaw. Kallen fut la première femme à s’investir dans les « affaires » du monde très masculin de la boxe anglaise. Voir <http://www.rogerebert.com/reviews/against-the-ropes-2004>, consulté le 10 novembre 2015.

34 Sur la vie de Jim Thorpe (Burt Lancaster), athlète américain d’ascendance amérindienne, joueur de baseball, de basket-ball et de football américain, qui remporta le pentathlon et le décathlon aux Jeux Olympiques d’été de 1912.

35 Sur le parcours Rudy Ruettiger dit « Rudy » qui parvint à intégrer l’équipe universitaire de football américain des Notre Dame Fighting Irish malgré une situation personnelle peu propice à un tel objectif.

36 Sur la vie de Steve Prefontaine, coureur de demi-fond américain. Notons qu’il existe un autre biopic, intitulé Prefontaine et réalisé par Steve James (1997) avec Jared Leto dans le rôle principal.

37 Hélène Valmary, op. cit., 210.

38 Inspiré de la véritable histoire du champion de boxe noir Jack Johnson dans le contexte de l’Amérique ségrégationniste.

39 Sur l’histoire du célèbre cheval de courses américain racontée à travers celles de son jockey, de son entraîneur et de son propriétaire dans les années 1930-1940.

40 Sur l’histoire de Michael Oher, jeune noir américain qui trouve sa voie grâce à l’amour de sa famille adoptive et à son talent pour le football américain (principalement pour sa capacité défensive et sa protection du quaterback de son équipe).

41 Sur la reconstruction et l’aventure collective d’une équipe de football américain et de ses supporters après un crash aérien qui tua 75 joueurs et entraîneurs de l’université Marshall Thundering Herd.

42 Sur la vie de Rubin Carter dit « Hurricane » (Denzel Washington), boxeur afro-américain condamné à la perpétuité pour un triple meurtre qu’il n’avait pas commis.

43 Sur la vie du boxeur Joe Louis, douze fois champion du monde des poids lourds (entre 1937 et 1949).

44 Headin’ Home (Lawrence C. Windom, 1920), sur et avec Babe Ruth qui s'inspirerait de sa propre vie. Pour être complet, notons également une autre fiction (un « film perdu ») avec Babe Ruth à nouveau dans le rôle principal : Babe Comes Home de Ted Wilde (1927). Babe Ruth ne joue pas son propre rôle mais un personnage nommé Babe Dugan. Parce que ce personnage fictionnel est également un joueur de base-ball, le film est davantage une autofiction qu’un auto/biopic. Parmi les autres autobiopics recensés, citons The Bob Mathias Story (Francis D. Lyon, 1954), film basé sur la vie du double vainqueur du décathlon aux Jeux olympiques de 1948 et 1952, Harmon of Michigan (Alfred E. Green, 1941) sur et avec Tom Harmon, joueur de football américain à la fin des années 1930, ou encore The Greatest (Tom Gries et Monte Hellman, 1977) sur et avec Mohamed Ali et The Jackie Robinson Story, deux films sur lesquels nous reviendrons plus loin.

45 Sur la vie de Freddie Steinmark, champion de football américain et reconnu comme tel dans son collège qui se voit diagnostiquer un cancer des os après avoir remporté le titre national en 1969.

46 Sur la vie du boxeur et héros de la seconde guerre mondiale Barney Ross (Cameron Mitchell) et les ravages de sa dépendance à la morphine.

47 Julien Herbreteau, op. cit., 214.

48 « Angelina Jolie veut filmer l’histoire incroyable de l’invincible Louis Zamperini », in Écran Noir.fr, 20 décembre 2012. <http://ecrannoir.fr/blog/blog/2012/12/20/angelina-jolie-veut-filmer-lhistoire-incroyable-de-linvincible-louis-zamperini/>, consulté le 18 janvier 2016.

49 Gentleman Jim (Raoul Walsh, 1942) est basé sur l’histoire James John Corbett (Errol Flynn), boxeur américain devenu champion du monde des poids lourds en battant John L. Sullivan en 1892. Il fut aussi acteur et entraîneur de boxe à l’Olympic Club de San Francisco.

50 Voir Fabienne Lesage, « Foxcatcher », Revue Desports n° 8, 100-101.

51 Notre traduction.

52 David Da Silva, Le Populisme américain au cinéma. De D. W. Griffith à Clint Eastwood. Un héros populiste pour unir ou diviser le peuple, La Madeleine : LettMotif, 2015, 194.

53 La création du héros populiste s’appuie sur ce genre de descriptions, de distinctions entre des classes sociales dont l’une, élitiste (bourgeoise, aristocrate, éduquée, etc.) est souvent caricaturée et sert de contrepoint à la construction d’une représentation plus charitable du peuple.

54 « Un moyen de rappeler à la classe moyenne ruinée dans les salles qu’elle peut encore espérer la fameuse ascension sociale en Amérique. » David Da Silva, op. cit., 194.

55 « Toutes les valeurs morales peuvent s’investir dans le sport : endurance, sang-froid, témérité, courage. Les grands joueurs sont des héros et non des vedettes. […] Il faut se rappeler que tout ce qui arrive au joueur, arrive au spectateur. Mais alors qu’au théâtre, le spectateur n’est qu’un voyeur, dans le sport c’est un acteur. […] Enfin il y a dans l’homme des forces, des conflits, des joies et des angoisses : le sport les exprime, les libère, les brûle, sans jamais les laisser rien détruire. Dans le sport, l’homme vit le combat fatal de la vie, mais ce combat est éloigné par le spectacle, réduit à ses formes, débarrassé de ses effets, de ses dangers et de ses hontes : il perd la nocivité, non son éclat ou son sens. » Roland Barthes, Le Sport et les hommes, Montréal : Presses Universitaires de Montréal, 2004, 57 ; 65 ; 67. Les propos de Barthes sont les commentaires du film d’Hubert Aquin.

56 Roland Barthes, « Le Tour de France comme épopée », ibidem, 118-119.

57 À l’heure où nous rédigeons ce texte, on annonce la sortie d’un film biographique (Woodlawn, d’Andrew Erwin et Jon Erwin) sur la vie de Tony Nathan, joueur de football afro-américain qui, à la fin des années 1970, fut l’un des premiers joueurs de couleur à intégrer la Woodlawn High School (Birmingham, Alabama). Les synopsis relèvent les mêmes enjeux narratifs relevés dans The Express ou 42.

58 « The Jordan publicity machine has regularly taken the line that Jordan ‘transcends race’ and commentators have claimed that Jordan is ‘transracial’. Jordan himself usually plays it both ways in interviews, admitting that he recognizes he is black but calling upon people to see him as a human being (see, for example, the interview with Larry King on CNN, 1996). Yet, as a cultural signifier, as the ‘universal singular’ who represents more general social significance (Denzin, 1996, using Sartre’s term), Jordan is a highly polysemic signifier who encodes conflicting meanings and values. Michael Jordan is both an example of what Berlant (1994) calls the ‘national symbolic’ (see the discussion in Cole, 1996) and the ‘global popular’ (see the discussion in Kellner 1995 and Andrews, 1996). Jordan embodies national values of hard work, competitiveness, ambition, and success. As a black superstar, he presents the fantasy that anyone can make it in the society of competition and status, that one can climb the class ladder and overcome the limitations of race and class. »  David L. Andrews, Michael Jordan, Inc.: Corporate Sport, Media Culture, and Late Modern America, Albany, SUNY, 2001, 48.

59 Sur les questions sociohistoriques, culturelles et politiques en lien avec le sport au sein de la société américaine voir, notamment : James A. Mangan & Andrew Ritchie (eds.), Ethnicity, Sport, Identity: Struggles for Status, London : Routledge, 2004 ; Kathryn Jay, More than Just a Game: Sports in American Life since 1940, New York : Columbia University Press, 2004 ; Ben Carrington, Race, Sports and Politics: the Sporting Black Diaspora, London : Sage, 2010.

60 Combat « progressiste », visionnaire dans le cas des biopics produits par la Warner dans les années 1930.

61 Ils sont accessibles via les éditions DVD et la VOD généralement un an après la diffusion en salles.

Top of page

References

Electronic reference

Rémi Fontanel, « Le biopic du sportif américain », Revue LISA/LISA e-journal [Online], vol. XIV-n°2 | 2016, Online since 13 December 2016, connection on 25 May 2017. URL : http://lisa.revues.org/8965 ; DOI : 10.4000/lisa.8965

Top of page

About the author

Rémi Fontanel

Rémi Fontanel is an Associate Professor at the University of Lyon (France). He is the author of Formes de l’insaisissable. Le Cinéma de Maurice Pialat (Aléas, 2004) and Patrick Dewaere, le funambule (Scope, coll. Jeux d’Acteurs, 2010). He has also edited a collective book on Claire Denis’s films entitled Le Cinéma de Claire Denis ou l’énigme des sens (Aléas, 2008). His work focuses on the relationship between reality and fiction (autofiction, etc.). His current research is centered on the biopic and it has resulted in various works, including an issue of CinémAction (Biopic : de la réalité à la fiction, Charles Corlet, 2011) and two co-editions Les Biopics du pouvoir politique de l’antiquité au XIXe siècle. Hommes et femmes de pouvoir à l’écran (edited with Martin Barnier, Aléas, 2010) and Biopics de tueurs. Killers in Biopics (edited with Martin Barnier, Trudy Bolter, Rémi Fontanel, Isabelle Le Corff, Alter éditions, 2014, online).

Top of page

Copyright

Licence Creative Commons
Les contenus de la Revue LISA / LISA e-journal sont mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Top of page
  • Revues.org