Navigation – Plan du site
Culture et société

« Un épagneul, une femme et un noyer, plus nous les battons, meilleurs ils sont »1 : Frances Power Cobbe, la féminité et l’altérité

“A spaniel, a woman and a walnut tree, the more they are beaten, the better they be”: Frances Power Cobbe, Femininity and Otherness
Émilie Dardenne

Résumé

Frances Power Cobbe was a remarkable Victorian and a very assertive woman, who was praised for both her astute feminist mind and her tenacious fight against animal experiments. She utterly disapproved of women being ranked as creatures whose whole existence depended on their relationship with another individual. She deplored their “wretched proverbial similarity to spaniels and walnut-trees”. In her writings, she tackled the theme of violence, especially that committed within the home by malicious husbands and she took strong exception to “the notion that a man’s wife is his PROPERTY”, because of the stigma attached to such a belief and because it made women—as well as animals—morally inferior to men.

The following article provides an insight into Frances Power Cobbe’s perspective on domestic violence and her in-depth exploration of the concepts of femininity and otherness. It begins by explaining how the authoress of “Wife Torture in England” became the spokeswoman of beaten wives and it goes on to study her vision of femininity as conveyed through her discussion of violence, cruelty, appropriation, otherness and the fate of animals. The article concludes by trying to shed light on the image of femininity that Cobbe wishes to extol.

Haut de page

Entrées d’index

Index chronologique :

18th century, XVIIIe siècle

Index thématique et géographique :

art, culture, Grande-Bretagne, Great Britain, literature, littérature
Haut de page

Texte intégral

  • 1 Traduction du dicton anglais « a spaniel, a woman and a walnut tree, the more they are beaten, the (...)
  • 2 Pour plus de détails sur la biographie de Cobbe, on pourra se reporter à Barbara Caine, Victorian F (...)

1Frances Power Cobbe2 (1822-1904) figure parmi les auteures les plus prolifiques de la deuxième moitié du XIXe siècle en matière de droits des femmes. Son esprit piquant, son style inimitable continuent de donner à ses articles un ton saisissant. Journaliste de renom, sa plume faisait d’elle l’une des voix féminines victoriennes les mieux entendues. L’intérêt qu’elle portait à la religion et aux questions éthiques lui faisait dire, à tort ou à raison, qu’elle faisait autorité sur la question de la nature des femmes, de leur rôle social, de leurs responsabilités citoyennes et de statut de célibataires ou d’épouses.

  • 3 La Society for the Prevention of Cruelty to Animals fut créée en 1824 ; en 1840, la reine Victoria (...)
  • 4 Référence au titre de l’article de Frances Power Cobbe, « Schadenfreude », Contemporary Review, vol (...)

2Par ailleurs, notamment à partir du milieu des années 1870, le nom de Frances Power Cobbe fut associé à une autre cause qui occupa considérablement son temps et son énergie : la lutte contre la vivisection. De la rédaction de la première pétition adressée à la RSPCA3 en 1875 à sa mort en 1904, Cobbe n’a eu de cesse de combattre ce qu’elle estimait être une des pire manifestations de la cruauté humaine, la « Schadenfreude »4 qui animait, selon elle, les physiologistes victoriens dans leurs laboratoires. À la différence de son engagement féministe ponctuel, elle a fait preuve d’une étonnante constance dans son combat pour les animaux.

3La situation des femmes et des animaux présentent dans le discours cobbien certaines similitudes, notamment quand Cobbe analyse leur sort en terme de violence et d’appropriation. Elle parle de la cruauté, de l’inhumanité, voire de la torture dont elles et ils sont victimes, et souligne l’altérité, l’incompressible et fondamentale différence qui semble les condamner, et qui rabaisse les représentantes du sexe dit faible au statut de bêtes, en les excluant du genre humain. Au travers de cet article, nous tenterons d’explorer la pensée cobbienne, en partant de l’analyse que fait l’auteure de la violence conjugale et de la cruauté qui la sous-tend. Nous pourrons ensuite étudier sa vision de l’altérité et de la féminité, y compris sa propre féminité, pour comprendre quel(s) lien(s) Cobbe établit entre féminité et animalité, et finalement définir quelle image de la féminité elle souhaite voir exaltée.

« La Torture conjugale en Angleterre »

4Alors que Cobbe acceptait nombre des idées dominantes de l’époque victorienne en matière de devoirs pour les femmes, en particulier ceux qui incombent à une fille envers ses parents, elle rejetait celles qui concernaient les épouses. C’était surtout le cadre légal et moral du mariage qui la révoltait dans le sens où il ne laissait aucune autonomie aux femmes une fois mariées. Dans la pensée de Cobbe, la question de la violence conjugale fait partie intégrante de cette question du mariage, du statut inférieur dévolu aux épouses. Le fait qu’elles ne jouissaient d’aucun droit, qu’elles étaient considérées comme subordonnées à la volonté de leur mari, autorisait de nombreux abus et une maltraitance presque quotidienne, banalisée, des femmes victoriennes. C’est ce qu’elle souligne dans un article devenu célèbre, intitulé « La Torture conjugale en Angleterre » (« Wife Torture in England ») :

  • 5 Cette citation, de même que les suivantes, a été traduite par nos soins. Version d’origine : « The (...)

5La représentation générale des femmes en tant que sexe est déjà déplorable, mais sur le sujet qui nous intéresse, la dévalorisation particulière des épouses est directement à l’origine des actes de violence qu’elles endurent. L’idée que l’épouse d’un homme est sa PROPRIÉTÉ, dans le sens que son cheval est sa propriété […] est la source tragique de maux et de souffrances incommensurables. Les hommes enclins à la violence, et de nombreux hommes qui par ailleurs ne sont pas violents, sont plus ou moins persuadés que leur femme est leur chose et ils sont alors prêts à demander sur un ton indigné (comme on peut le lire à l’envi dans les rapports de police) à toute personne qui s’interpose entre eux et leur femme : « Ne suis-je pas libre de faire ce que je veux de ce qui m’appartient ? » Parfois même, on invoque au nom des hommes pauvres le fait qu’ils ne possèdent rien d’autre que leurs femmes, et que, par conséquent, il est d’autant plus difficile de toucher à l’exercice de leur pouvoir dans ce domaine limité5.

  • 6 Au moment où il était déjà question d’amender le Matrimonial Causes Act de 1853, et de permettre au (...)

6C’est à la fin des années 1870 que Frances Power Cobbe entreprit de dénoncer les abus conjugaux. Elle avait compris que l’émancipation féminine ne s’accomplirait pas seulement par le droit aux études, le droit de vote ou le droit de posséder des biens propres. Elle dénonçait en outre le fait que la violence domestique n’était, quoi qu’on en pense, pas l’apanage des miséreux et des classes laborieuses, même si c’est dans ces milieux que l’on observait les cas de maltraitance les plus fréquents et les plus graves. Elle évoquait cette question comme procédant du système culturel britannique. En effet, si l’agression d’un homme par un individu du même sexe était un délit sérieux, tout acte de violence exercé à l’encontre d’une femme, notamment celui perpétré par l’époux à l’encontre de son épouse, cessait, aux yeux de l’opinion publique d’être un délit. La « tyrannie conjugale », pour reprendre l’expression de Cobbe, bénéficiait ainsi d’un statut légal à part : sans être encouragée, elle était tolérée voire autorisée. Certains hommes d’Eglise estimaient que la violence domestique était un phénomène tout à fait normal et acceptable au regard des principes chrétiens6.

7La maltraitance conjugale était à ce point ancrée dans l’esprit des Britanniques comme pratique qui relevait de la norme et du quotidien, que certains magazines, Punch en particulier, la traitaient non pas avec le sérieux auquel on aurait pu s’attendre mais avec dérision, décrivant avec complaisance les maris violents comme de pauvres bougres pathétiques, et leurs épouses comme des mégères insupportables qui méritaient bien leur sort parce qu’elles étaient responsables de leur infortune.

  • 7 Par exemple M. D. A. Freeman qui, dans son ouvrage Violence in the Home : A Socio-Legal Study, Farn (...)

8Fondant sa réflexion sur des rapports de police qui font état de plusieurs centaines de cas de violence domestique par an, Cobbe se livre dans son article « La Torture conjugale en Angleterre » (« Wife Torture in England »), à un travail de documentation et de dénonciation pour conclure que la majorité des abus en la matière prennent place dans les « kicking districts », les quartiers sensibles des grandes villes, où prévalent l’insécurité et l’alcoolisme, et qui sont donc particulièrement exposés à la surenchère de la violence. Cependant, la promiscuité, l’alcool, la prostitution, toujours incriminés par les réformateurs sociaux, ne sont que la partie visible de l’iceberg : la principale cause de la violence domestique n’est pas, selon Cobbe, due à la pauvreté mais au sexisme, encouragé par la passivité des pouvoirs publics. Les historiens ont souvent mal lu ou ont simplement négligé les écrits de Cobbe7 car elle fut la première des réformatrices à analyser avec clarté la relation de causalité entre subordination féminine et violence domestique. Si Cobbe intitule son article « La Torture conjugale » (« Wife Torture ») de préférence à « la violence conjugale » (« wife-beating ») c’est parce que cette violence prend une telle ampleur dans les quartiers pauvres que les femmes n’y sont pas simplement battues, elles y sont littéralement torturées.

9Dans l’analyse qu’elle fait de la violence conjugale, ce que Cobbe souhaite mettre en relief, c’est que ce n’est pas uniquement parce que qu’ils sont pauvres ou alcooliques que des maris battent, violent, assassinent leurs femmes, mais aussi parce que l’environnement culturel est sexiste et légitime leur domination. Les hommes frappent leurs compagnes, certes sous le coup de la colère ou sous l’emprise de l’alcool, mais aussi parce qu’ils cherchent à se conformer à l’image de la masculinité et de la féminité qu’on leur a proposée et qu’ils se sont construite.

10La solution à ce mal endémique ne réside pas, selon elle, dans une punition physique par le fouet des mauvais maris. Elle explique :

  • 8 « If flogging were added to the present penalties of wife-beating, the great difficulty which meets (...)

Ajouter le fouet aux autres sanctions prises contre les maris violents, c’est multiplier par deux la grande difficulté à laquelle se heurtent tous les efforts pour enrayer cette pratique. Cette difficulté réside dans le fait de persuader les femmes (dont le témoignage est dans la plupart des cas indispensable) de témoigner contre leur mari8.

  • 9 Elle était intitulée : An Act for the Better Prevention and Punishment of Aggravated Assaults Upon (...)

11Il serait bien plus efficace et souhaitable, selon elle, d’amender les lois antérieures : le Matrimonial Causes Act de 1857 (loi sur le divorce) et surtout celle de 18539. Cette loi présentait l’avantage de rendre possible la dissolution d’un mariage si l’on parvenait à prouver que le mari s’était rendu coupable d’inceste, de viol, de sodomie, de bigamie, de bestialité ou de cruauté. Elle resta pratiquement lettre morte pendant vingt années car le processus d’application s’avérait compliqué et coûteux, excluant ipso facto la défense des femmes des classes sociales défavorisées, qui pourtant souffraient de violences conjugales répétées ; elles n’avaient donc quasiment jamais accès à la protection que la loi était censée leur garantir.

12En 1874, le Colonel Egerton Leigh fit mettre à l’ordre du jour de la Chambre des Communes la question de la violence domestique. L’année suivante, un rapport confirma que la loi de 1853 était inefficace ; mais aucune suite ne fut cependant donnée à la question. C’est alors que Cobbe se lance dans la bataille. Son but n’est pas tant de parvenir à éradiquer la violence conjugale – elle a des racines trop profondes et elle est d’autant plus difficile à éradiquer que les victimes, culpabilisées, refusent de porter plainte – que de faire en sorte de protéger les femmes dont les maris ont déjà été condamnés pour coups et blessures. En 1878 son projet reçoit l’aval du Parlement. L’une des clauses du Matrimonial Causes Act, voté en mai 1878, stipule qu’une femme battue par son mari est en droit d’être protégée à condition qu’elle puisse prouver de manière certaine qu’elle est victime de maltraitance et que sa vie est en danger. Un ordre de protection est alors délivré par les autorités judiciaires. La garde des enfants lui est confiée et le mari indigne est contraint de verser une allocation hebdomadaire à sa famille. Les épouses les plus démunies allaient enfin bénéficier de la même protection que les plus fortunées.

Altérité et animalité

13Si Cobbe s’est acharnée à dénoncer la violence envers les femmes, elle a aussi eu à cœur de mettre en lumière celle dont étaient victimes les animaux de laboratoire. Le même sursaut instinctif d’une militante piquée au vif avait déclenché chez elle un besoin d’exprimer sa révolte. Les similitudes entre les deux types de vices sont par ailleurs multiples et éclatent à plusieurs niveaux, comme le prouve son argumentation ultérieure. L’une de ces similitudes réside dans l’altérité définitive qui sert à condamner et à dominer les femmes et les animaux en les dépréciant systématiquement. Elle ne fut d’ailleurs pas la première à dénoncer l’étroite marge de la cruauté envers les humains aux souffrances infligées aux animaux. Ainsi sa collègue antivivisectionniste Elizabeth Blackwell, convaincue que la pratique de la vivisection endurcissait le cœur des hommes et les rendait sourds aux plaintes de leurs semblables déclarait-elle en 1891 :

  • 10 « The practice of recklessly sacrificing animal life for the gratification, either of curiosity, ex (...)

Le fait de sacrifier ainsi inconsidérément la vie animale, pour satisfaire la curiosité, l’exaltation ou la cruauté, tend inévitablement à engendrer un automatisme de l’esprit qui détériore fatalement tous les rapports que nous entretenons avec des créatures inférieures ou sans défense10.

  • 11 Votée en 1822, cette loi, plus connue sous le nom de Martin’s Act, interdisait tout acte de cruauté (...)

14L’idée qu’un comportement violent envers un animal ou des animaux pouvait conduire au meurtre d’une compagne était un thème récurrent dans la littérature et les arts britanniques des XVIIIe et XIXe siècles. Pour preuve, rappelons la célèbre œuvre du peintre William Hogarth, The Four Stages of Cruelty (1751) qui, dans un souci moralisateur et avec la verve caricaturale qu’il chérit, conjugue maltraitance animale et maltraitance féminine. Dans la première peinture, le personnage Tom Nero nous est montré en train de torturer un chien à l’aide d’une flèche ; un jeune garçon essaie de l’en empêcher alors qu’autour de lui d’autres jeunes hommes maltraitent différents animaux. Dans le deuxième tableau Tom Nero, devenu cocher, est représenté fouettant un cheval qui vient de s’écrouler d’épuisement, au même moment, un passant note son nom pour porter plainte contre lui auprès des autorités. Dans le troisième tableau, Cruelty in Perfection, Tom Nero est arrêté pour divers méfaits dont le meurtre de sa maîtresse, qui était enceinte. Il est condamné à la pendaison. Dans le quatrième et dernier tableau, The Reward of Cruelty, le corps de Tom Nero est, comme c’était souvent le cas à cette époque pour les cadavres des criminels de son espèce, livré au chirurgiens qui le dissèquent. Son cœur ayant été jeté à terre, un chien affamé s’en empare pour le dévorer. À en croire certains historiens de l’art (et afin que justice soit parfaitement rendue), le Tom Nero représenté dans ce dernier volet serait toujours vivant, la punition suprême et la terreur des criminels étant de survivre à leur pendaison et d’être toujours conscient au moment de la dissection. À travers ces célèbres peintures, c’est toute l’aspiration du peuple britannique qui est ici montrée : celle de la première nation au monde qui sut protéger ses animaux domestiques11.

15D’ailleurs, au regard de la loi, ceux-ci étaient mieux protégés que certains êtres humains. Ce n’est en effet qu’en 1853 que la loi intitulée Act for the Better Prevention and Punishment of Aggravated Assaults upon Women and Children fut adoptée par le Parlement britannique. Elle étendit aux femmes la protection dont jouissaient déjà certains animaux après le vote de Martin’s Act. Avant 1853, les enfants et les femmes étaient moins bien protégés contre les coups et les blessures infligés par leurs pères ou leurs maris que les chevaux et le bétail des traitements abusifs de leurs propriétaires. Le rapprochement entre les femmes et les animaux est à nouveau patent car la cruauté des hommes à leur égard paraît désormais condamnable.

16Par ailleurs, Cobbe souligne le fait que c’est la même logique qui préside aux blagues douteuses faites à propos des femmes battues et à la manière de voir les animaux qui oseraient se rebeller un instant contre l’autorité de leur « propriétaire » :

  • 12 « Where is the hidden fun of this and scores of similar allusions, which sound like the cracking of (...)

En quoi ces allusions [aux femmes battues], et des dizaines d’autres, qui ressemblent au fouet claquant aux oreilles des chiens tapis dans leur niche, seraient-elles secrètement drôles ? J’imagine que leur joyeuseté réside dans la conviction, tellement agréable pour ceux qui jouissent d’une force physique supérieure, que, quoi qu’il arrive, si la raison et l’éloquence échouent, il y aura toujours un dernier recours, et que cet expédient ultime est entre leurs mains12.

17Les animaux victimes de vivisection ne peuvent se défendre tout seuls. De la même manière, les femmes victimes de maris violents sont la plupart du temps psychologiquement et socialement incapables de porter plainte contre leurs maris, il leur faut des porte-parole. Comparant ici la situation des deux catégories de victimes, Cobbe, porte-parole efficace s’il en est, met en évidence le fait que la violence conjugale et la vivisection sont deux formes de cruauté, mais que la première est ancestrale alors que la seconde vient seulement de se développer à grande échelle :

  • 13 « It was only in 1829, in the 9th George IV., that the Act […] authorized a man ’to chastise his wi (...)

C’est seulement en 1829, dans la neuvième année du règne de George IV, que la loi qui […] autorisait un homme « à battre sa femme avec tout instrument raisonnable », a été supprimée. Non que l’on assiste, comme dans le cas de la vivisection animale, à la naissance d’une nouvelle passion pour la cruauté, car il s’agit d’une passion ancienne, qui trouve son origine dans les époques lointaines de capture des femmes et de polygamie barbares, et qui persiste encore dans les recoins obscurs de notre pays13.

  • 14 « A spaniel, a woman and a walnut tree, the more they’re beaten, the better they be ».

18Les animaux et les femmes paraissent également considérés comme des êtres naturellement inférieurs et naturellement enclins à chérir leur infériorité. Ainsi, dans cet extrait de son fameux article sur la torture conjugale, Cobbe donne-t-elle tristement raison au vieux dicton « un épagneul, une femme et un noyer, plus nous les battons, meilleurs ils sont » 14 , quand elle dénonce la situation des femmes battues, leurs réactions et celles de leur entourage :

  • 15 « Of course the ideas of the suffering wives are cast in the same mould as those of their companion (...)

Il va de soi que les façons de penser des femmes maltraitées sont formées sur le même modèle que celles de leur compagnon. Elles trouvent naturel qu’un mari soit une brute violente, et on peut les entendre dire, quand un étranger les a malmenées avec une violence extrême, qu’elles n’ont « jamais été aussi maltraitées, même par leur propre mari ». Le lien malheureux que le proverbe établit entre elles, les épagneuls et les noyers, la spontanéité avec laquelle elles se retournent pour rembarrer un passant qui s’est interposé en leur faveur, fournit bien sûr aux lâches une excuse toute prête propre à justifier leur « non-intervention », et prouve de manière éclatante à quel point le fer de leurs chaînes a rongé leur âme. Un monsieur de Liverpool particulièrement expérimenté écrit : « Les femmes du Lancashire aiment terriblement les mauvais maris. C’est dorénavant presque un truisme de dire que nos femmes sont comme les chiens, plus on les bat et plus elles nous aiment ». 15

  • 16 Le philosophe Cary Wolfe propose une autre formulation de cette hiérarchisation qui fait sens ici e (...)

19Elle fustige la dangereuse légèreté de ceux qui ne voient dans la maltraitance féminine qu’un problème minime et qui condamnent les victimes plus que les bourreaux. D’après elle, la violence envers les femmes et les animaux est motivée par leur altérité et leur relativité : ce sont des créatures exclues de la sphère de considération éthique réservée aux hommes, elles n’existent qu’au travers de la relation qu’elles entretiennent avec un autre individu. D’ailleurs, dans ce passage, l’interpénétration des différentes sphères (humaine, animale et même végétale) est flagrante. À trois reprises des êtres humains sont rabaissés au statut de bêtes : d’abord les maris, « brutes violentes ». On peut voir là une déshumanisation des classes laborieuses, mais c’est surtout la déshumanisation du groupe des femmes qui transparaît plus loin, au travers des deux comparaisons qui assimilent par deux fois les femmes à des chiens. On perçoit bien ici par ordre décroissant, la hiérarchie établie entre les catégories d’êtres : masculin, féminin, animal. Un égal mépris semblait unir le sort des femmes victoriennes, dont on met ainsi en doute l’humanité, et celui des animaux, que l’on peut légitimement assujettir puisque qu’ils ne sont pas des hommes et ne sont donc pas des êtres rationnels16.

  • 17 Elizabeth Spelman, « Woman as Body : Ancient and Contemporary Views », Feminist Studies, vol. 8, n° (...)

20La philosophe Elizabeth Spelman a inventé le terme « stomatophobia »17 pour définir cet amalgame établi entre les femmes, les enfants, les animaux et tout ce qui relève de la « nature », un amalgame qui les ravale au rang de simples enveloppes charnelles et les oppose au masculin, à l’adulte, à l’humain, à la culture. Issue de la pensée occidentale qui oppose le corps à l’âme et célèbre la faculté de penser, la « stomatophobie » est une idéologie à l’œuvre dans des relations binaires maître/esclave, homme/femme, père/enfant, humain/animal, où le second élément, corps vide, est sujet du premier, car dépourvu d’âme et/ou de raison. Elle permet d’expliquer la similitude de traitement des femmes et des animaux aux mains des hommes, une similitude encore soulignée par Cobbe dans un article rédigé pour l’ouvrage collectif Woman’s Work and Woman’s Culture, où elle dénonce avec force que la théorie qui veut que les animaux ne soient que des créatures au service de l’être humain est aussi absurde que l’idée selon laquelle les femmes n’existent que pour servir leurs maris. Le parallèle entre la situation des représentants du règne animal et celle du sexe féminin est donc le fondement du raisonnement cobbien, qui transparaît clairement dans cette citation essentielle, où anthropocentrisme et phallocentrisme sont également stigmatisés :

  • 18 « The old hypothesis that the beasts were made chiefly for the use of man is as completely exploded (...)

L’ancien postulat selon lequel les animaux existent d’abord pour servir l’homme est aussi complètement discrédité que le principe analogue selon lequel les étoiles existent pour que nos nuits soient plus claires, et pour guider nos navires. Même de ces animaux que nous nous sommes pleinement appropriés on n’oserait plus dire qu’ils ont été « créés » uniquement nous servir. L’ingénieur qui a déclaré devant une commission de la Chambre des Communes que « les rivières ont été créées dans le but d’alimenter les canaux de navigation » a été moins ridiculisé que ne le serait un prêtre enseignant à ses fidèles paysans que leurs chevaux n’existent que pour les emmener au marché, ou leurs chats que pour éliminer les souris et épargner leur fromage. Mais, si l’on admet que les chevaux et les chats furent créés, d’abord, pour leur bien-être propre, et seulement en second lieu pour qu’ils servent leur maître, il est pour le moins illogique de supposer que la plus stupide des femmes a été envoyée sur terre par le Tout-Puissant essentiellement pour procurer du réconfort à John ou James ; ou même que Robert ou Richard puisse avoir une mère à qui devoir la vie […]. Si ces théories sont absurdes, il en résulte qu’il n’est pas trop présomptueux de chercher ailleurs que dans les intérêts de l’homme l’ultime raison d’être de la femme18.

21D’ailleurs, ce rapprochement était corroboré par d’autres personnalités victoriennes qui se sont intéressées à la question de l’émancipation féminine. En 1868, Richard Marden Pankhurst, avocat féministe et époux de l’influente suffragette Emmeline Pankhurst, alla jusqu’à déclarer que l’oppression des femmes était plus proche du traitement des animaux domestiques que du sort réservé aux criminels et aux fous :

  • 19 « Those who compare the potitical status of women to that of criminals, lunatics, and idiots, give (...)

Ceux qui comparent le statut politique des femmes à celui des criminels, des fous et des idiots présentent les choses sous un jour trop avantageux. La comparaison véritable est celle formulée par le Juge Byles […], quand il a assimilé la condition politique des femmes à celle des chiens et des chevaux. Après avoir rejeté avec mépris et indignation le droit des femmes à l’humanité, il a déclaré : « Je ne laisserai pas dire qu’une femme peut être un homme, sauf dans un traité de zoologie, ou aussi longtemps qu’elle ne sera pas réduite à l’état de restes fossilisés », et de poursuivre en ravalant les droits politiques des femmes à ceux des animaux domestiques19.

22Paradoxalement, au temps du règne de la reine Victoria, l’humanité demeure toujours par essence masculine, c’est le vieux soupçon de l’animalité foncière du genre féminin, et c’est ce que Cobbe juge intolérable. Les hommes définissent les femmes non pas en elles-mêmes mais en ce qu’elles sont des êtres subordonnés :

  • 20 « One moment on a pedestal, the next in the mire ; the woman is adored while she gives pleasure, de (...)

Un instant elle est portée aux nues, l’instant d’après là voilà traînée dans la boue ; la femme est adorée tant qu’elle donne du plaisir et méprisée quand elle cesse d’en procurer. La difficulté légendaire de glisser une blague dans le crâne d’un Ecossais n’est rien comparée à celle qu’on éprouve à persuader de tels hommes que la femme est un être humain – si humble soit-il – et non un simple auxiliaire ou un simple appendice d’humanité ; qu’elle a dû être créée, et qu’elle doit jouir de ce droit, dans le but de vivre une existence propre, et n’existe pas seulement pour servir quelqu’un d’autre […]20.

  • 21 Pour plus de détails sur le rapprochement entre sexisme et spécisme, voir l’article de Yves Bonnard (...)

23Par ailleurs, la culture occidentale, depuis le siècle des lumières, semble traiter le rapport entre l’être humain et la nature de manière dichotomique, de telle sorte que l’identité humaine est construite comme étant « hors de la nature ». Ce clivage obéit à une logique de négation de l’autre. Il s’agit d’une hiérarchisation tenace : l’altérité qui, à la période victorienne, caractérise les femmes et les animaux semble définitive et non évolutive, car elle est inscrite dans leurs parties génitales et dans leur incapacité à s’exprimer par la parole (et/ou leur pilosité, leur manière de se déplacer etc.)21. Ce sont les qualités du maître, du mari, du propriétaire, du père – de celui qui domine – qui servent de référence. Les autres sont définis par rapport à lui, en ce que leurs caractéristiques sont des négations ou des répliques imparfaites des attributs humains, masculins, paternels.

Frances Power Cobbe et la féminité

24Pour Cobbe, le fait de s’engager contre la vivisection signifiait qu’elle intervenait à partir d’une position de dominante. En revanche, dans son discours sur les femmes et la féminité, elle semble s’exprimer à partir d’une position de dominée. Pourtant, son ton paternaliste porterait à croire le contraire : elle semblait même s’exclure du lot des femmes mariées, spoliées, battues, subjuguées, ayant elle-même choisi de ne pas se marier, de vivre hors des schémas classiques trop marqués par le phallocentrisme. Convaincue que son esprit frondeur lui avait évité de tomber dans le piège tendu par la société patriarcale, qui emprisonnait la grande majorité des ses consœurs, elle critiquait les hommes pour leur sexisme et se démarquait des femmes en tant que groupe. Dans un univers cobbien dénué d’hommes, les femmes, trop faibles, trop soumises, trop dépendantes, ne lui sont pas tout à fait égales. Il apparaît ici de manière flagrante que Cobbe analyse de l’extérieur l’univers féminin. Elle montre ainsi les fêlures du système d’oppression et les limites de la catégorisation binaire systématique :

  • 22 « But it would be idle to veil from myself that the path of progress on which women have now entere (...)

Il serait futile de me cacher que la voie du progrès désormais empruntée par les femmes, et que nous nous sommes efforcées d’ouvrir pour elles, est une route qui mène à une abrupte Montagne de Difficultés, qui bifurque là à droite, ici à gauche, et débouche sur toutes sortes de bourbiers et de précipices. Les dangers sont en effet si nombreux et graves de toute part, que je ne saurais blâmer celles qui croient qu’elles ont davantage à redouter qu’à espérer de ce mouvement, et qui poussent autour de nous des cris d’alarme plutôt que des hourras d’encouragement22.

25Cobbe semble ainsi se considérer comme un être à part. Par ailleurs, elle était déterminée à trouver crédit auprès de son lectorat et il fallait donc qu’elle apparaisse comme une figure d’autorité.

26De façon générale, Cobbe avait bien conscience que celui ou celle qui prend parti pour des dominés hérite plus ou moins du mépris dont ils/elles sont victimes. L’antivivisectionniste est ainsi ramené à une figure de dominé(e), et on le/la targue de sensiblerie. La féministe qui dénonce les violences conjugales fait elle aussi, à l’instar des victimes, l’objet de railleries en tout genre. Les antivivisectionnistes et les militantes pour les droits des femmes étaient exposés par ailleurs aux mêmes agressions : jets d’œufs pourris et de pierres, bordées d’insultes et d’obscénités. Les uns étaient vilipendés par les étudiants en médecine, les autres par les membres des classes laborieuses, qui n’éprouvaient que mépris à leur égard et reproduisaient sur le plan social la violence conjugale subie par les femmes dans l’intimité de leur foyer. Mais cela n’a jamais empêché notre militante de se consacrer à la protection des femmes et des animaux. Elle avait tout à fait conscience que son discours était celui d’un précurseur.

  • 23 Simone de Beauvoir, Le Deuxième sexe. vol. I. Les Faits et les mythes, Paris : Gallimard, 1949, 13- (...)

27Les obstacles qui se dressaient sur le chemin des féministes victoriennes étaient de nature variée. L’un d’entre eux, et non des moindres, voulait que les femmes mariées deviennent la propriété de leur conjoint. Dans le droit anglais du XIXe siècle, jusqu’aux victoires féministes de 1870 et 1882 (adoption par le Parlement des Married Women’s Property Acts), les femmes étaient effectivement traitées comme la propriété de leurs époux. Comment comprendre ce besoin d’appropriation des femmes – et des animaux – par certains hommes ? On peut ici dépasser l’analyse victorienne de Cobbe et postuler une explication qui résiderait dans l’image que ces derniers ont de leurs corps, du corps de leur compagne et de celui des animaux. Comme l’a souligné le philosophe Yves Bonnardel, si l’individu masculin se perçoit comme ayant un corps, qu’il possède et dont il se sert, il perçoit par contre l’animal et la femme comme étant un corps. Parce qu’ils se veulent doués de conscience et de raison, les hommes maîtrisent leur corps, le disciplinent, le civilisent. Contrairement aux femmes, aux enfants, aux “sauvages” et aux animaux qui, disent-ils, sont les jouets de leurs instincts et de leurs pulsions corporelles, ils possèdent leur corps et peuvent le soumettre. Les hommes sont alors propriétaires d’eux-mêmes et du monde, les autres êtres sont les jouets de leurs bas instincts. Des féministes telles que Simone de Beauvoir ont aussi fait remarquer que les hommes se perçoivent comme ayant un sexe, et qu’ils perçoivent en revanche les femmes comme étant un sexe dont ils usent. L’essence des femmes, c’est leur sexe : il constitue leur nature, leur fonction, leur essence23. D’ailleurs, les êtres humains qui ne sont pas des hommes, c’est-à-dire les femmes, sont baptisées « The Sex » à la période victorienne.

28Voilà donc, dans un monde phallocentrique et anthropocentrique, comment les femmes ont été réduites à leur seule féminité, et les animaux à leur animalité. Tous, de leur naissance à leur mort, sont soumis à cette condition physiologique. Si elle n’avait pas formulé les choses en ces termes, issus d’une réflexion qui s’est développée dans la seconde moitié du XXe siècle, l’analyse de Cobbe portait déjà en elle les germes d’une telle interprétation, notamment quand elle évoque les concepts d’appropriation (une femme ne devrait pas être considérée comme la propriété de son mari), d’altérité (une femme est un être autonome et non subalterne, elle a des droits et une existence propre) et d’humanité (une femme est aussi un être humain). C’est pourquoi, dans la perspective féministe essentialiste qui est la sienne, elle appelle à une meilleure valorisation de la féminité et des valeurs qui lui sont associées : la compassion, la sympathie et la tendresse.

29À contre-courant des valeurs montantes dans la Grande-Bretagne de la seconde moitié de la période victorienne, elle propose à l’admiration la noblesse des sentiments et du cœur contre le rationalisme austère des scientifiques. Le changement qu’elle suggère ne pourra se faire que par l’émancipation politique des femmes ; le pays et ses laissés pour compte, femmes et animaux, en seront les premiers bénéficiaires. En un mot, résume-t-elle, les femmes sont meilleures que les hommes, au plan de la générosité et de la bonté d’âme. Ce sont là des caractéristiques qui font la force de la féminité, des qualités et non des travers à dénigrer.

30Il ne s’agit donc pas de faire en sorte que les femmes aient voix au chapitre au même titre que les hommes, mais de permettre aux femmes de défaire ce que les hommes ont mal fait, de faire ce qu’ils ont omis de faire et de combattre les vices qu’ils ne savent pas réprimer eux-mêmes : la violence « brutale », c’est-à-dire animalisée, et la cruauté barbare. C’est donc pour apporter un contrepoids aux hommes et non pas pour être comme et avec eux que Frances Power Cobbe souhaite voir célébrer la féminité, comme elle le clame ici, en arguant pour le droit de vote des femmes :

  • 24 « Give us the right as well as the will to soften this hard world. Let not every ruffian costermong (...)

31Donnez-nous le droit et la volonté d’attendrir ce monde si dur. On ne peut laisser ainsi le moindre voyou, marchand des quatre saisons, qui torture son âne et assassine sa femme, avoir voix au chapitre dans l’élaboration des lois de notre pays, alors qu’aucune voix féminine ne peut être exprimée en faveur de la pitié et de la tendresse. 24

Haut de page

Bibliographie

BEAUVOIR, Simone de, Le Deuxième sexe. vol. I. Les Faits et les mythes, Paris : Gallimard, 1949.

BLACKWELL, Elizabeth, Erroneous Method in Medical Education, Londres : The Moral Reform Union, 1891.

BONNARDEL, Yves, « Et si l’humain valait l’homme ? Antisexisme et antispécisme : rapport d’un dominant » in WELZER-LANG, Daniel, Nouvelles approches des hommes et du masculin, Toulouse : Presses Universitaires du Mirail, 2000, 291-304.

CAINE, Barbara, Victorian Feminists, Oxford : Oxford U.P., 1992.

COBBE, Frances Power, « The Final Cause of Women », in BUTLER, Josephine E., Woman’s Work and Woman’s Culture, Londres : Macmillan, 1869, 1-26.

COBBE, Frances Power, « Remonstrance », Animal World, septembre 1870, 13.

COBBE, Frances Power « Wife-Beating », Spectator, 5 janvier 1878, 14.

COBBE, Frances Power, « Wife Torture in England », Contemporary Review, vol. 32, 1878, 55-87.

COBBE, Frances Power, The Duties of Women, Londres et Edimbourg : Williams and Norgate, 1881.

SPELMAN, Elizabeth, « Woman as Body : Ancient and Contemporary Views », Feminist Studies, vol. 8, n°1, printemps 1982, 109-131.

WILLIAMSON, Lori, Power and Protest : Frances Power Cobbe and VictorianSociety, Londres : Oram Press, 2004.

WOLFE, Cary, Animal Rites. American Culture, the Discourse of Species, andPosthumanist Theory, Chicago et Londres : U. of Chicago P., 2004.

Haut de page

Notes

1 Traduction du dicton anglais « a spaniel, a woman and a walnut tree, the more they are beaten, the better they be ».

2 Pour plus de détails sur la biographie de Cobbe, on pourra se reporter à Barbara Caine, Victorian Feminists, Oxford : Oxford U.P., 1992 et à Lori Williamson, Power and Protest : Frances Power Cobbe and Victorian Society, Londres : Oram Press, 2004.

3 La Society for the Prevention of Cruelty to Animals fut créée en 1824 ; en 1840, la reine Victoria lui octroya le titre royal. Elle fut par la suite plus connue par son acronyme : RSPCA.

4 Référence au titre de l’article de Frances Power Cobbe, « Schadenfreude », Contemporary Review, vol. 71, 1902, 655-666. La Schadenfreude est terme allemand qui signifie « plaisir dans la souffrance d’autrui ».

5 Cette citation, de même que les suivantes, a été traduite par nos soins. Version d’origine : « The general depiction of women as a sex is bad enough, but in the matter we are considering, the special depreciation of wives is more directly responsible for the outrage they endure. The notion that a man’s wife is his PROPERTY, in the sense in which a horse is his property […] is the fatal root of incalculable evil and misery. Every brutal-minded man, and many a man who in other relations of life is not brutal, entertains more or less vaguely the notion that his wife is his thing, and is ready to ask with indignation (as we read again and again in the police reports), of any one who interferes with his treatment of her, ’May I not do what I will with my own ?’ It is even sometimes pleaded on behalf of poor men, that they possess nothing else but their wives, and that consequently, it seems doubly hard to meddle with the exercise of power in this narrow sphere ». Frances Power Cobbe, « Wife Torture in England », Contemporary Review, vol. 32, 1878, 62. C’est nous qui utilisons les italiques.

6 Au moment où il était déjà question d’amender le Matrimonial Causes Act de 1853, et de permettre aux magistrats de protéger les femmes battues, le révérend F.W. Harper écrivait au Spectator, le 26 Janvier 1878 que, s’il devait devenir une femme, il préfèrerait être cruellement battu par son mari, plutôt que de voir un étranger s’interposer entre eux.

7 Par exemple M. D. A. Freeman qui, dans son ouvrage Violence in the Home : A Socio-Legal Study, Farnborough : Saxon House, 1979, 128-129, déclare injustement qu’aucun des réformateurs du XIXe n’avait compris le lien entre violence domestique et subordination féminine, alors que Frances Power Cobbe écrivait dès 1878 dans le courrier des lecteurs du Spectator que le mépris dans lequel les hommes des classes laborieuses tenaient les femmes était à l’origine des actes de violence qu’elles subissaient. « […] One of the chief causes of outrages on women is the deconsideration and contempt wherewith they are regarded by the lower class of men ». Frances Power Cobbe,« Wife-Beating », Spectator, 5 janvier 1878, 14.

8 « If flogging were added to the present penalties of wife-beating, the great difficulty which meets all efforts to stop the practice would be doubled. That difficulty is the inducing of the women (whose evidence is in most instances indispensable) to bear testimony against their husbands ». Frances Power Cobbe, « Wife Torture in England », op. cit., 80.

9 Elle était intitulée : An Act for the Better Prevention and Punishment of Aggravated Assaults Upon Women and Children, and for Preventing Delay and Expense in the Administration of the Criminal Law.

10 « The practice of recklessly sacrificing animal life for the gratification, either of curiosity, excitement, or cruelty, tends inevitably to create a habit of mind which affects injuriously all our relations with inferior or helpless classes of creatures ». Elizabeth Blackwell, Erroneous Method in Medical Education, Londres : The Moral Reform Union, 1891, 6.

11 Votée en 1822, cette loi, plus connue sous le nom de Martin’s Act, interdisait tout acte de cruauté envers les animaux domestiques (les chevaux et le bétail essentiellement).

12 « Where is the hidden fun of this and scores of similar allusions, which sound like the cracking of whips over the cowering dogs in a kennel? I imagine it lies in the sense, so pleasant to the owners of superior physical strength, that after all, if reason and eloquence should fail, there is always an ultima ratio, and that that final appeal lies in their hands ». Frances Power Cobbe, « Wife Torture in England », op. cit., 57.

13 « It was only in 1829, in the 9th George IV., that the Act […] authorized a man ’to chastise his wife with any reasonable instrument’, was erased from our Statute-Book. It is not as in the case of the Vivisection of Animals, that a new passion of cruelty is arising, but only that an old one, having its origin in the remotest epochs of barbarian wife-capture and polygamy, yet lingers in the dark places of the land ». Frances Power Cobbe, « Wife Torture in England », op. cit., 64.

14 « A spaniel, a woman and a walnut tree, the more they’re beaten, the better they be ».

15 « Of course the ideas of the suffering wives are cast in the same mould as those of their companions. They take it for granted that a husband is a beating animal, and may be heard to remark when extraordinarily ill-treated by a stranger,—that they ’never were so badly used, no not by their own ’usbands’. Their wretched proverbial similarity to spaniels and walnut-trees, the readiness with which they sometimes turn around and snap at a bystander who has interfered on their behalf, of course affords to cowardly people a welcome excuse for the policy of ’non-intervention’, and forms the culminating proof of how far the iron of their fetters has eaten into their souls. A specially experienced gentleman writes from Liverpool : ’The women of Lancashire are awfully fond of bad husbands. It has become quite a truism that our women are like dogs, the more you beat them, the more they love you.’ » Frances Power Cobbe,« Wife Torture in England », op. cit., 64. C’est l’auteure qui utilise les italiques.

16 Le philosophe Cary Wolfe propose une autre formulation de cette hiérarchisation qui fait sens ici et dépasse l’opposition binaire humain/animal. Il explique comment la culture occidentale définit et classe les concepts d’espèce, d’animalité et d’humanité en quatre catégories : les animaux animalisés, les animaux humanisés (il y inclut les animaux dits de compagnie), les être humains animalisés (on pourrait y inclure les femmes mais aussi les enfants, les êtres dits de couleur, les personnes atteintes de troubles mentaux etc.) et, au sommet, les êtres humains humanisés, souverains et imperturbables. Cary Wolfe, Animal Rites. American Culture, the Discourse of Species, and Posthumanist Theory, Chicago et Londres : U. of Chicago P., 2004, 101.

17 Elizabeth Spelman, « Woman as Body : Ancient and Contemporary Views », Feminist Studies, vol. 8, n°1, printemps 1982, 109-131.

18 « The old hypothesis that the beasts were made chiefly for the use of man is as completely exploded as the parallel notion that the stars exist to add to our winter nights’ illumination, and to afford guidance to our ships. Even the animals most completely appropriated by us would hardly be described by anyone now as “made” for our use alone. The engineer who stated before a Committee of the House of Commons that “rivers were created on purpose to feed navigable canals” was less ridiculed than would be the clergyman who should teach the farmers of his congregation that their horses were created merely that they might carry them to market, or their cats that they might destroy the mice and save their cheese. But, if it be admitted as regards horses and cats that they were made, first, for their own enjoyment, and only secondly to serve their masters, it is, to say the least, illogical to suppose that the most stupid of human females has been called into being by the Almighty principally to the end that John or James should have the comfort of a wife ; nay, even that Robert or Richard should owe their birth to her as their mother […]. If these ideas be absurd, then it follows that we are not arrogating too much in seeking elsewhere than in the interests of Man the ultimate raison d’être of Woman ». Frances Power Cobbe, « The Final Cause of Women », in Josephine E. Butler, Woman’s Work and Woman’s Culture, Londres : Macmillan, 1869, 22.

19 « Those who compare the potitical status of women to that of criminals, lunatics, and idiots, give too favourable view of the facts. The true comparison is that which was used by Mr. Justice Byles in Court of Queen’s bench, when he likened the political condition of women to that of dogs and horses. After indignantly scouting the claims of women to humanity :  »I will not« , said the Judge,  »allow that woman can be man, unless in a zoological treatise, or until she is reduced to the condition of fossil remains,«  he proceeded to level the political rights of women to those of the domestic animals ». Cité dans Carol Bauer et Lawrence Ritt , Free and Ennobled : Source Readings in Development of Victorian Feminism, Oxford : Pergamon Press, 1979, 226.

20 « One moment on a pedestal, the next in the mire ; the woman is adored while she gives pleasure, despised the moment she ceases to do so. The proverbial difficulty of introducing a joke into the skull of a Scotchman is nothing to that of getting into the mind of such men that a woman is a human being—however humble—not a mere adjunct and appendage of humanity ; and that she must have been created, and has a right to live for ends of her own ; not for the ends of another […] ». Frances Power Cobbe, « Wife Torture in England », op. cit., 63. C’est nous qui utilisons les italiques.

21 Pour plus de détails sur le rapprochement entre sexisme et spécisme, voir l’article de Yves Bonnardel, « Et si l’humain valait l’homme ? Antisexisme et antispécisme : rapport d’un dominant » in Daniel Welzer-Lang, Nouvelles approches des hommes et du masculin, Toulouse : Presses Universitaires du Mirail, 2000, 291-304.

22 « But it would be idle to veil from myself that the path of progress on which women have now entered, and which we have done our best to open for them, is a road which leads up a steep Hill of Difficulty, and from which there are turnings to the right and the left, running down into all manner of quagmires and precipices. So many indeed, and so grave are the dangers on either hand, that I cannot blame those who see more to fear than to hope from the movement in question, and raise around us rather a cry of alarm than a cheer of encouragement ». Frances Power Cobbe, The Duties of Women, Londres et Edimbourg : Williams and Norgate, 1881, iii. C’est nous qui utilisons les italiques.

23 Simone de Beauvoir, Le Deuxième sexe. vol. I. Les Faits et les mythes, Paris : Gallimard, 1949, 13-14.

24 « Give us the right as well as the will to soften this hard world. Let not every ruffian costermonger who tortures his ass, and kills his wife, have a voice in making the laws of our country, while no woman’s vote can be registered on the side of mercy and tenderness ». COBBE, Frances Power « Remonstrance », Animal World, Septembre 1870, 13. C’est nous qui utilisons les italiques.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Émilie Dardenne, « « Un épagneul, une femme et un noyer, plus nous les battons, meilleurs ils sont » : Frances Power Cobbe, la féminité et l’altérité », Revue LISA/LISA e-journal [En ligne], Media, culture, histoire, Culture et société, mis en ligne le 01 janvier 2005, consulté le 26 mars 2017. URL : http://lisa.revues.org/890

Haut de page

Auteur

Émilie Dardenne

Dr., (Rennes, France)
Emilie Dardenne est PRAG à l’Université de Rennes II. Elle a soutenu en décembre 2003 une thèse de doctorat intitulée « Frances Power Cobbe (1822-1904) : militante victorienne. Deux causes, un engagement ». Ses recherches portent sur les concepts d’humanité et d’animalité à la période victorienne.

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la Revue LISA / LISA e-journal sont mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Revues.org