Skip to navigation – Site map

Les spécificités du kitsch dans le cinéma anglophone

The specificities of kitsch in the cinema of English-speaking countries
Nicole Cloarec and Isabelle Le Corff

Appel en français

Le Kitch a souvent été utilisé négativement par l’élite pour signifier le mauvais goût ou tout style d’art exploitant les émotions et les icônes populaires, style dévolu au grand public peu cultivé. Cependant il est également perçu comme un élément incontournable de la démocratie culturelle. Le concept peut tout aussi bien désigner une esthétique ringarde et désuète que son recyclage humoristique et sa subversion ironique, chevauchant ainsi les notions de camp et de postmodernisme. Le kitsch n’est pas une notion plus claire en termes d’idéologies politiques. L’écrivain autrichien Hermann Broch considérait en effet le kitsch comme l’expression du fascisme tandis que pour l’écrivain tchèque Milan Kundera, le kitsch est le vernis culturel des dictatures communistes.

Alors que la notion a longtemps été utilisée dans les théories sur l’art en général, elle a jusqu’à présent été très négligée en études cinématographiques. Cela est d’autant plus étonnant que la définition du kitsch comme une forme de culture de masse conçue pour susciter l’engouement populaire s’applique particulièrement bien au cinéma lui-même. Le kitsch cristallise en effet le statut ambivalent du cinéma comme média de masse et comme art, s’appuyant fortement sur des conventions tout en les recyclant et les subvertissant. Critiqué pour sa propension à offrir des gratifications émotionnelles immédiates, le cinéma est lui aussi mal vu pour les sous-entendus idéologiques qu’il véhicule.

Dans ce numéro de la Revue LISA/LISA e-journal (<http://lisa.revues.org/>), nous invitons les auteurs à explorer les spécificités du kitsch dans le cinéma des pays anglophones :

  • Quelles sont les expressions du kitsch dans les films produits dans l’aire culturelle anglo-saxonne ?

  • Y a-t-il une spécificité liée à l’excentricité anglo-saxonne par rapport à d’autres parties du monde ? Des différences sont-elles perceptibles au sein de cette aire culturelle ?

  • Quels sont les critères utilisés pour définir le kitsch dans ces cultures?

  • À quelles fins des genres cinématographiques spécifiques / des cinéastes particuliers se réfèrent-ils au kitsch ?

  • Comment la notion de kitsch révèle-t-elle des conventions esthétiques, des idéologies politiques ou des préjugés sociaux sous-jacents ?

  • Quelles sont les stratégies utilisées pour recycler et subvertir le kitsch ?

Les contributeurs pourront traiter de films, de filmographies, de séries télévisées en interrogeant leur artificialité et en explorant les jugements esthétiques qui permettent de les classer dans une appartenance au kitsch.

Les propositions (entre 250 et 500 mots) accompagnées d’une note biographique, sont à adresser à Nicole Cloarec (mailto:nicole.cloarec@univ-rennes1.fr) et Isabelle Le Corff (mailto:isabelle.le-corff@univ-brest.fr) pour le 1er juin 2015. Les articles seront à remettre pour le 1er novembre 2015.

Call for paper in english

Kitsch has often been used negatively by the elite to signify any type of bad taste, any style of low-brow, crowd-pleasing art exploiting stock emotions and popular icons, yet it has also been perceived as an inevitable aspect of cultural democracy. The concept may just as well refer to corny outmoded or retro aesthetics as to their humorous recycling and ironic subversion, overlapping with notions of camp and postmodernism. The idea of kitsch is not clearer in terms of political ideologies. The Austrian writer Hermann Broch considered kitsch as the expression of fascism while for the Check writer Milan Kundera, kitsch is synonymous with the cultural veneer of communist dictatorships.

While the notion has long been used in theorizing upon art in general, it has so far been much neglected in film studies. This is all the more surprising since the definition of kitsch as a form of mass culture devised to have popular appeal is one that is well suited to cinema itself. Indeed, kitsch crystallizes the ambivalent status of cinema as mass media and art, relying heavily on conventions yet recycling and subverting them, sneered at for offering instantaneous emotional gratification yet equally frowned upon for conveying ideological subtexts.

In this issue of Revue LISA/LISA e-journal (<http://lisa.revues.org/>) contributors are invited to explore and study the specificity of kitsch in the cinema of English-speaking countries:

  • What are the expressions of kitsch in films from the Anglo-Saxon cultural area?

  • Is there a specificity related to the Anglo-Saxon eccentricity compared to other parts of the world? Are there differences within this cultural area?

  • What are the criteria used to define kitsch in these cultures?

  • For what purposes do specific film genres / filmmakers refer to kitsch?

  • How can the notion of kitsch reveal underlying aesthetic conventions, social prejudice or political ideologies in films?

  • What are the strategies used to recycle and subvert it?

Confronting films, filmographies and/or TV series, we will explore their impurity and artificiality and dwell upon the aesthetic judgments that make them or aspects of them qualify as kitsch.

Abstracts (between 250 and 500 words) as well as a short biographical notice should be addressed to Nicole Cloarec (nicole.cloarec@univ-rennes1.fr) and Isabelle Le Corff (mailto:isabelle.le-corff@univ-brest.fr) by June 1, 2015. Completed papers will be due November 1, 2015.

Bibliography

Bibliographie sélective / Selected References

Arrault Valérie, L’Empire du kitsch, Klincksieck, Paris, 2010.

Danto, Arthur, The Philosophical Disenfranchisement of Art, New York, Columbia University Press, 1986.

Genin, Christophe, Kitsch dans l’âme, Paris. Vrin, 2010.

Kulka, Tomas, Kitsch and Art, The Pennsylvania State University, 2002.

Mathijs Ernest, Sexton Jamie, Cult Cinema, Blackwell Publishing, 2011.

Moles, Abraham, Psychologie du Kitsch : l’art du bonheur. Ed Denoël-Gonthier, 1977.

Sontag, Susan, « Note on “Camp” », in S. Sontag, Against Interpretation: and other essays, New York, Farrar Straus & Giroux, 1964.

Top of page
  • Revues.org