Navigation – Plan du site
Mémoires de guerre

Sur les traces de John MacCrae, ou l’inscription dans l’espace public du souvenir d’un combattant de 1914-1918

Following the Traces of John MacCrae : How the Memory of a First World War Soldier is Engraved in Public Space
Emmanuelle Danchin

Résumés

John MacCrae (1872-1918), engagé volontaire dans le corps d’armée canadien dès 1914, est à l’origine du choix du symbole du coquelicot adopté dès 1921 par les pays du Commonwealth en souvenir des combattants tombés sur le champ de bataille. En partant de l’exemple de Wimereux dans le Pas-de-Calais, où il est enterré, il s’agira de voir ce qui perdure du souvenir de cet homme. Peut-on considérer Wimereux comme un lieu de mémoire ou de commémoration ? Quelles traces subsistent aujourd’hui de son passage ? Depuis quand et où est-il honoré ? Qui honore-t-on exactement ? En quoi ce lieu diffère-t-il des autres lieux qui lui sont consacrés ? L’exemple de MacCrae sera aussi l’occasion de réfléchir à la constitution de traces matérielles et immatérielles (internet), ainsi qu’à la circulation d’icônes, qui construisent dans le temps des traces mémorielles dans l’espace public. Ce qui importe, en effet, n’est pas tant le personnage que ses traces et ce qu’elles nous disent aujourd’hui d’un conflit maintenant centenaire.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 John MacCrae, s’il revenait parmi nous, serait certainement surpris d’apprendre que quelqu’un lui a (...)

1Cet article s’inscrit dans le cadre d’un travail plus vaste en cours d’élaboration qui entend prendre appui sur la figure de John MacCrae (1872-1918), médecin militaire de l’armée canadienne décédé en 1918, pour mieux réfléchir la notion de traces mémorielles, terme qu’il convient de définir. La trace est ce qui subsiste d’un passé, en l’occurrence ici celui d’un homme. Elle peut être matérielle (une archive, un objet), être inscrite dans la matière (la pierre), marquer un territoire (une stèle, un monument qui induit une architecture, une épigraphie), être valorisées par d’autres, voire susciter à son tour la production de nouvelles traces. Mais la trace peut aussi être immatérielle, se référer alors à un savoir, un savoir-faire, voire être virtuelle (un site internet, un document numérique1). Dès lors qu’elle contribue à ne pas faire tomber dans l’oubli ce qu’elle remémore, la trace peut être considérée comme mémorielle. La trace mémorielle est donc un résidu du passé, formé à l’époque ou à partir d’autres résidus, qui marque de manière pérenne ou éphémère un espace et continue d’évoquer un personnage ou un fait.

  • 2 Ces blockhaus qui servirent de postes de secours avancés n’existaient pas encore en 1915 lorsque Jo (...)
  • 3 John MacCrae a commencé à écrire des poèmes alors qu’il était étudiant au Guelph Collegiate Institu (...)

2Trois lieux portent aujourd’hui encore la trace matérielle du passage de John MacCrae [fig. 1] : sa maison natale de Guelph, en Ontario, au Canada ; les postes de secours le long du canal de l’Yperlee2, près de Boezingue, en Belgique où il officia comme médecin en 1915 et en même temps lieu présumé de la rédaction de son plus fameux poème In Flander’s Fields qui passa à la postérité3 ; enfin, le carré militaire du Commonwealth du cimetière communal de Wimereux, près de Boulogne-sur-Mer, en France, où il est enterré depuis 1918 et dont il sera question ici.

Fig. 1 : Principaux lieux de passage de John MacCrae.

Fig. 1 : Principaux lieux de passage de John MacCrae.

Carte réalisée à partir d’un planisphère vierge et d’un montage photos.

3Nous considérons la trace comme un résidu à observer. Aussi, avons-nous choisi d’interroger les traces qui subsistent à Wimereux de John MacCrae, que ces traces soient contemporaines de la Première Guerre mondiale ou plus tardives. Pour cela, nous avons cherché à comprendre comment elles s’étaient constituées depuis 1918 et ce que ces traces construisaient.

De la trace laissée aux traces produites

Trace laissée par John MacCrae à Wimereux

4John MacCrae a 41 ans quand la guerre éclate en août 1914 [fig. 2] ; il se trouve alors en route pour l’Angleterre. La Grande-Bretagne venant de déclarer la guerre à l’Allemagne, le Canada entre du coup juridiquement et mécaniquement dans le conflit.

Fig. 2 : Portrait de John MacCrae, autour de 1914.

Fig. 2 : Portrait de John MacCrae, autour de 1914.

C-19919, Bibliothèque et Archives du Canada.

  • 4 Dossier militaire de John MacCrae, Attestation paper, box 5202, Archives publiques du Canada, Ottaw (...)
  • 5 Dossier militaire de John MacCrae, ApCO. L’hôpital général canadien n° 3 est créé et équipé, par l’ (...)

5Il télégraphie son engagement et se porte volontaire. Il s’engage officiellement le 22 septembre 1914 dans le Corps expéditionnaire canadien et intègre la 1ère Brigade d’artillerie (First Brigade of Artillery of the Canadian Expeditionary Forces) comme chirurgien de brigade4. Il est déjà un médecin et un militaire expérimenté puisqu’il a servi dans l’artillerie durant la seconde guerre des Boers, qu’il quitte en 1904 avec le grade de major. Il est envoyé à la fin de l’année 1914, après un passage par l’Angleterre (Bristol), près de Ypres en Belgique, où il restera jusqu’au printemps 1915, avant d’être nommé à l’hôpital général canadien n° 3 en Angleterre, hôpital qui sera ensuite transféré en juin 1915 à Dannes-Camiers5, sur la côte d’Opale, en France. En décembre 1915, son poème In Flanders Fields [fig. 3] paraît de manière anonyme dans le journal The Punch.

Fig. 3a : Poème In Flanders Fields, The Punch, or the London Charivari, 8 décembre 1915, p. 498.

Fig. 3a : Poème In Flanders Fields, The Punch, or the London Charivari, 8 décembre 1915, p. 498.

Fig. 3b : Poème In Flanders Fields, The Punch, or the London Charivari, 8 décembre 1915, p. 498.

Fig. 3b : Poème In Flanders Fields, The Punch, or the London Charivari, 8 décembre 1915, p. 498.
  • 6 D’après sa fiche médicale, il a séjourné par exemple à l’hôpital no°3 du Tréport en 1915, en Anglet (...)
  • 7 Dossier militaire, ApCO.
  • 8 L’hôtel Splendid servait alors d’annexe au General Hospital no 14.

6Il fait ponctuellement de courts séjours à l’hôpital pour se soigner d’une mauvaise bronchite6. Il intègre ensuite, en 1916, l’hôpital général canadien no 3 transféré entre-temps à Boulogne-sur-Mer. En janvier 1918, il est question de le nommer consultant médical de la Première armée britannique, mais il décède quelques semaines plus tard, d’une méningite aggravée par une pneumonie7 à l’hôtel Splendid de Wimereux8 [fig. 4, 5] qui servait alors d’annexe à l’hôpital général no 14 (General Hospital no 14).

Fig. 4 : Carte postale du Casino et de l’hôtel Splendid (General Hospital n°14)

Fig. 4 : Carte postale du Casino et de l’hôtel Splendid (General Hospital n°14)

coll. particulière.

Fig. 5 : Photographie de la tombe de John MacCrae et du cimetière militaire en janvier 1918.

Fig. 5 : Photographie de la tombe de John MacCrae et du cimetière militaire en janvier 1918.
  • 9 Au total, 3 017 corps sont inhumés, dont 2 841 soldats du Commonwealth, 7 infirmières et 170 soldat (...)
  • 10 Un carré militaire est un groupe de tombes de soldats morts pour la France que l’État a rétrocédé à (...)

7Comme les autres malades ou blessés décédés dans les hôpitaux sanitaires de Wimereux, il est enterré au cimetière communal, dans le carré sanitaire réservé dès octobre 1914 à cet effet. Il repose donc parmi les soldats et officiers britanniques, canadiens, australiens, néo-zélandais et sud-africains, mais aussi parmi les infirmières et militaires allemands9. Ce cimetière sanitaire de l’arrière devient après la guerre un carré militaire du Commonwealth10.

  • 11 Ces symboles sont : le trèfle pour les Irlandais, le soleil levant pour les Australiens, le chardon (...)
  • 12 Fiche de soldat en ligne sur le site de la bibliothèque et archive du Canada : <www.collectionscana (...)
  • 13 Dans les cimetières militaires du Commonwealth, l’abri des pèlerins, bâtiment en dur comprenant un (...)

8Sa stèle [fig. 6, 7] est la première et seule trace matérielle directe de son passage à Wimereux et dans la région. Cette stèle de marbre blanc, qui a remplacé au milieu des années 1920 la croix de bois initiale, est porteuse d’indications mémorielles. Elle fournit des indices biologiques : le nom de famille (MacCrae), le prénom (John), le sexe (masculin) et la date de décès (28 janvier 1918). Elle livre également des indices de type informatif : le grade (lieutenant-colonel), la nationalité reconnaissable à l’emblème du régiment encerclée11 (la feuille d’érable désigne le Canada), la religion (le christianisme, sans préciser pour autant qu’il était presbytérien12). Ces informations se trouvent également inscrites dans le registre des sépultures en libre accès dans l’abri des pèlerins13 du cimetière. Ce livret fournit le numéro d’immatriculation de la tombe et de l’allée, informations qui permettent de localiser son emplacement.

Phot. Emmanuelle Danchin © E. Danchin.

Fig. 6

Fig. 7 : Page du registre des sépultures.

Fig. 7 : Page du registre des sépultures.

Phot. Emmanuelle Danchin © E. Danchin.

Les hommages rendus à John MacCrae

9C’est autour de cette tombe que progressivement des traces mémorielles se sont constituées.

  • 14 Nous n’avons pas trouvé dans la presse de mention d’un hommage officiel plus précoce, même si le ro (...)
  • 15 La FIDAC est fondée le 26 novembre 1920 par Charles Bertrand qui en devient le premier président. V (...)

10Les premiers hommages officiels commencent vraisemblablement en 1938, pour le 20e anniversaire de la mort de John MacCrae14. À l’initiative de la Fédération interalliée des anciens combattants (FIDAC15), une cérémonie est ainsi organisée le 30 janvier 1938 à 15 heures, au cimetière communal de Wimereux.

  • 16 Dossier John MacCrae, 3 K 394, archives municipales de Boulogne-sur-Mer (AMB).
  • 17 Plaquette du programme, 3 K 394, AMB.
  • 18 « La FIDAC à Wimereux honore la mémoire du colonel-poète canadien John Mac Crae », Le Petit Parisie (...)
  • 19 Lettre d’André Boulard, secrétaire FIDAC, du 21 janvier 1938, dossier John MacCrae, 3 K 394, AMB.

11Dédiée au médecin colonel MacCrae, auteur du poème In Flanders Fields, la cérémonie fut alors radiodiffusée16. La délégation arrivée à 11 heures à Boulogne-sur-Mer se rendit d’abord au monument aux morts de la ville pour un dépôt de gerbes. Après le déjeuner, pris au Casino, un autre dépôt fut effectué au monument aux morts de Wimereux. La délégation alla ensuite au cimetière pour une cérémonie censée durer 30 minutes, format imposée pour la radiodiffusion17. Là, les grandes lignes de la biographie de MacCrae furent rappelées par Aimé Goudaert, président de la Section française de la FIDAC, par Bernahrd Ragner, vice-commandeur en France de l’American Légion, et par le père Philippe Roy18. Le poème fut lu sur sa tombe et les hymnes français, britannique et canadien19 joués. Ces deux ingrédients – lecture du poème, hymne national canadien – se retrouveront désormais dans la plupart des cérémonies officielles rendues à son intention.

  • 20 The British Journal of Nursing, janvier 1939 : 4.
  • 21 “Memorial for Soldier Poet”, Scrapebook, archives Guelph Museums, 38.

12C’est l’année suivante semble-t-il, en 193920, pour l’Armistice Day, qu’un pèlerinage annuel se mit en place sur la tombe de John MacCrae. À cette occasion, des coquelicots des Flandres furent dispersés et son poème lu. Cette même année, un monument en pierre calcaire fut érigé à l’entrée du cimetière reprenant un vers du poème In Flanders Fields, celui qui commence par « We are the dead21 » [fig. 8].

Fig. 8 : Photographie du monument à John MacCrae au carré militaire communal, 1939.

Fig. 8 : Photographie du monument à John MacCrae au carré militaire communal, 1939.

Phot. Emmanuelle Danchin © E. Danchin.

  • 22 « Wimereux, hommage à Mac Crae », La Semaine dans le Boulonnais, n° 45, 5 novembre 2008 : 29, « 90e(...)
  • 23 Wilfried Owen est un poète britannique mort en novembre 1918.
  • 24 « Le réveil des commémorations », L’Écho 62, 24 octobre 2008, en ligne sur <www.echo62.com/actu2096(...)

13En 2008, pour le 90e anniversaire de la fin de la guerre, une autre cérémonie réunit l’après-midi au cimetière de Wimereux ceux qui souhaitaient honorer la mémoire du médecin, soldat et poète John MacCrae. Un dépôt de gerbe eut lieu devant la tombe, suivi de la lecture du poème de MacCrae par le comédien Laurent Cappe22. À 16h30, dans les salons des Jardins de la Baie Saint-Jean, les écrits de différents poètes, dont ceux de John MacCrae et de Wilfried Owen23, furent ensuite lus, accompagnés d’œuvres musicales originales composées par le Quatuor Nemrana, jeunes créateurs inspirés par le sujet24.

  • 25 Extrait du registre du conseil municipal de Wimereux, séance du 29 décembre 1960 : 254, Archives mu (...)
  • 26 Il s’agit de la rue de Verdun, de la rue Georges Clémenceau au sud-ouest de la ville, en contrebas (...)

14Entre ces deux dates, le conseil municipal de Wimereux décida le 29 décembre 1960 de voter en séance ordinaire25 la dénomination officielle de trois nouvelles voies liées à la Première Guerre mondiale26, dont l’une dédiée à John MacCrae. La création de cette nouvelle rue, en contrebas du cimetière, permit de nommer officiellement le sentier de terre reliant le chemin rural du Courgain au chemin rural des Oies. La colline était alors peu urbanisée et les friches et les garennes encore nombreuses.

  • 27 Dominique Badariotti, « Les noms de rue en géographie. Plaidoyer pour une recherche sur les odonyme (...)
  • 28 Dans le cas de l’attribution d’un patronyme célèbre, il est d’usage de le faire au moins 5 ans aprè (...)

15La dénomination d’une nouvelle voie par un conseil municipal est en principe réservée à des personnalités qui se sont illustrées pour la collectivité27. John MacCrae s’est distingué certes par son dévouement envers les soldats blessés, dans le cadre de son service dans les hôpitaux généraux, mais non envers la localité wimereusienne. Il est par ailleurs devenu, sans le vouloir et grâce à son poème, l’initiateur d’un symbole, le coquelicot, devenu pour les pays du Commonwealth l’emblème du sacrifice des soldats. Pour les élus, le choix de cette dénomination s’expliqua donc à l’époque par la fierté d’honorer un médecin enterré à Wimereux et devenu célèbre pour l’un de ses poèmes. Cette décision permit ainsi, même si elle peut être jugée tardive28 – 42 ans après la mort de MacCrae – d’inscrire dans l’espace public le nom de cette figure locale.

16Par cette décision, John MacCrae, médecin canadien mort en service d’une méningite, enterré au cimetière sanitaire de Wimereux, s’inséra dès lors dans les odonymes de la commune.

  • 29 Les registres des visiteurs sont la seule source permettant de mesurer les allées et venues au cime (...)
  • 30 Il est difficile d’évaluer statistiquement la venue des visiteurs, car d’une part, seul le registre (...)
  • 31 Ces tendances sont dressées à partir du registre des visiteurs, seule source à même de nous renseig (...)

17Quant aux hommages privés, les registres de visiteurs29 n’ayant pas été conservés par la Commonwealth War Graves Commission, nous n’avons pas pu déterminer quand ces hommages ont débuté30. Le travail que nous menons depuis 2012, qui prend notamment appui sur les registres actuels, laisse cependant apparaître un passage régulier de personnes originaires majoritairement du Canada et de Belgique31.

18D’après ces registres, ceux qui se rendent aujourd’hui au cimetière de Wimereux, viennent avant tout rendre hommage à un membre de leur famille enterré là : un père, un grand-père, un arrière-grand-père, un grand-oncle, un arrière grand-oncle..., soit 91 % des visiteurs ; le nombre restant vient pour John MacCrae.

19Ils déposent sur sa stèle aussi bien des couronnes, des croix de bois avec coquelicot, de simples coquelicots, des stickers, que des drapeaux, des pins, de la terre d’Ontario, ou encore des objets confectionnés manuellement (cadre de verre à son effigie accompagné du poème, coquelicot de tissu accompagné d’un message manuscrit) [fig. 9]. Ils apposent parfois leur signature et quelques mots dans le registre des visiteurs.

Fig. 9 : Photographies de la tombe de John MacCrae.

Fig. 9 : Photographies de la tombe de John MacCrae.

Phot. Emmanuelle Danchin © E. Danchin.

  • 32 Nous traduisons : « Ne pas oublier (Mc Crae) ». Peut-être une référence au poème Recessional de Rud (...)
  • 33 Nous traduisons : « Se souvenir SPECIALEMENT de Mac Crea et de tous les soldats ».

20Ces marques de passage manifestent le fait qu’ils n’oublient pas celui qui a disparu en ces lieux. Les commentaires des registres vont dans ce sens : « Lest not forget (Mc Crae)32 [sic] », écrivent deux Canadiens originaires de Yellowknige et Calgary le 29 juin 2012 ; « SPECIAL ! Remembering J. Mc Créa [sic] and all soldiers33 », écrit un habitant d’Anvers le 13 décembre 2013.

21Enfin, la Légion royale canadienne, qui organise depuis 1928 des pèlerinages en France34, a ajouté depuis 2007 une étape à son parcours : Wimereux. En 2007, le pèlerinage s’est en effet achevé par la visite du cimetière communal. Aucune cérémonie particulière n’était prévue, alors que durant les deux semaines précédentes les pèlerins avaient été acteurs de nombreuses cérémonies, déposant tantôt une couronne, tantôt des croix, comme au cénotaphe de Buron près de Caen, ville libérée par les Canadiens en 1944 au début de la bataille de Normandie, ou comme à la porte de Ménin à Ypres. Le poème In Flanders Fields fut tout de même récité sur la tombe de John MacCrae. Le groupe se promena ensuite une dernière fois dans le cimetière du Commonwealth et certains pèlerins dessinèrent même la pierre tombale de MacCrae35.

22Cet hommage rendu à John MacCrae n’a rien d’officiel36 – la municipalité de Wimereux n’est ni prévenue, ni conviée – mais il met au centre la lecture du poème In Flanders Fields, acte commun aux autres cérémonies officielles. Dans le cadre de ces pèlerinages, un hommage est cependant déjà rendu au médecin lors du passage au cimetière d’Essex Farm en Belgique, ce qui soulève la question de ce que l’on commémore sur un lieu.

Des hommages multiples pour des mémoires plurielles

23Les traces matérielles constituées à Wimereux autour de John MacCrae, qu’elles soient contemporaines de la guerre ou plus tardives, soulèvent la question de leur interprétation : qui désignent-elles exactement, quels aspects de la vie de John MacCrae valorisent-elles ? Mettent-elles en avant l’officier, le médecin, le poète ? Quelle est la réception de ces traces et que construisent-elles chez ceux qui y sont confrontés ?

Pour les Wimereusiens

  • 37 Nous n’avons pu pour le moment interroger que 23 personnes, dont des membres du personnel de la mai (...)
  • 38 Le premier cimetière communal, appelé aujourd’hui l’ancien cimetière, commence à se constituer à pa (...)

24D’une manière assez confuse, les Wimereusiens interrogés37 savent que John MacCrae était médecin et qu’il est enterré à Wimereux. Mais en dehors de ceux qui assistent à la cérémonie du 11 novembre, peu savent que sa tombe se trouve au carré communal de l’ancien cimetière. Ce cimetière, créé en 190438, ne connaît plus d’inhumations depuis les années 1960, époque où un deuxième cimetière fut ouvert dans les nouveaux quartiers de Wimereux. Ceux qui ont encore un membre de leur famille enterré au cimetière ancien savent que dans l’enceinte se trouve un carré militaire, mais ne l’ont pas forcément visité. Ceux qui y arrivent par hasard ne le trouvent pas immédiatement [fig. 10, 11] : la croix du sacrifice et l’abri des pèlerins sont les deux seuls repaires matériels un tant soit peu visibles sur ce terrain qui descend en pente douce. Aucun muret ne délimite nettement l’enceinte du cimetière militaire, comme c’est le cas habituellement. Le terrain étant sableux, les stèles sont par ailleurs posées à même le sol et non plantées horizontalement ce qui accentue le manque de visibilité du carré militaire.

Fig. 10 : Photographie du cimetière communal de Wimereux.

Fig. 10 : Photographie du cimetière communal de Wimereux.

Phot. Emmanuelle Danchin © E. Danchin.

Fig. 11 : Photographie du cimetière communal de Wimereux.

Fig. 11 : Photographie du cimetière communal de Wimereux.

Phot. Emmanuelle Danchin © E. Danchin.

  • 39 Depuis 1927, la cérémonie se passe en deux temps : dans un premier temps autour du monument aux mor (...)

25Ceux qui assistent aux cérémonies du 11 novembre et suivent le cortège jusque l’ancien cimetière39 passent par la rue MacCrae [fig. 12] où ils sont accueillis, depuis 2009, par une immense banderole sur laquelle est inscrite la phrase suivante : « En mémoire du lieutenant-colonel MacCrae ». Déroulée exclusivement ce matin-là et retirée aussitôt après la cérémonie cette banderole soulève une question : pour qui défile-t-on ?, pour John MacCrae ou pour rendre hommage aux soldats du Commonwealth enterrés quelques centaines de mètres plus loin au carré militaire ?

Fig. 12a : Photographies de la rue MacCrae à Wimereux.

Fig. 12a : Photographies de la rue MacCrae à Wimereux.

Phot. Emmanuelle Danchin © E. Danchin.

Fig. 12b : Photographies de la rue MacCrae à Wimereux.

Fig. 12b : Photographies de la rue MacCrae à Wimereux.

Phot. Emmanuelle Danchin © E. Danchin.

  • 40 Cette confusion existe déjà en 1960 dans le registre de délibération du conseil municipal, chargé à (...)

26Souvent, les Wimereusiens le croient colonel ; c’est le cas par exemple du maire et du préposé aux cérémonies. Cette croyance est aussi véhiculée par l’Office du tourisme de Wimereux qui fournit un plan de la ville portant la mention « rue du colonel John MacCrae40 ».

27D’autres, enfin, savent juste qu’il existe une rue MacCrae, sans être forcément capable de la localiser et pensent même qu’elle s’est toujours appelée ainsi, bien qu’elle date de 1966.

  • 41 La communauté locale britannique fut importante à Wimereux jusqu’à la Seconde Guerre mondiale. Les (...)

28Les cérémonies officielles organisées par la municipalité à l’occasion du 11 novembre, et du 90e anniversaire de la fin de la guerre montrent en tous cas le souhait d’inscrire John MacCrae comme une figure locale et sont l’occasion de réaffirmer les liens avec la communauté britannique41.

Pour les visiteurs

29Le cimetière de Wimereux est ouvert 7 jours sur 7, de 8 heures du matin à 17 heures. Seules les rencontres ponctuelles au carré militaire avec des pèlerins, la lecture du registre des visiteurs et les traces laissées par eux et photographiées tous les 15 jours nous permettent de saisir la manière dont John MacCrae est perçu aujourd’hui.

  • 42 Ces statistiques ont été réalisées à partir du registre des visiteurs, pour la période du 30 mai 20 (...)
  • 43 Nous entendons poursuivre cette piste au Canada.

309 % des visiteurs annuels viennent rendre hommage à MacCrae à Wimereux. Ils sont principalement originaires du Canada (53,3 %) et de Belgique (30 %) et plus particulièrement d’Ontario et de Flandre maritime42. Cela conforte l’idée, qui reste à valider43, que John MacCrae n’est pas connu dans l’ensemble du monde anglo-saxon, ni de la Belgique, mais plutôt dans les provinces anglophones du Canada et en Flandre maritime, là où l’empreinte britannique est la plus forte.

  • 44 Nous traduisons : « John MacCrae avec beaucoup de dignité et de sérénité ».
  • 45 Nous traduisons : « Rendons hommage à J. Mac Rae et à tous les soldats qui reposent ici ».
  • 46 Nous traduisons : « Il est bon finalement de te voir ici J. McCrae ».

31La lecture des mentions apposées dans le registre laissent entendre que c’est avant tout l’homme qui est honoré par ces visiteurs de passage. « John McCrae with a lot of dignity and serenity44 », écrit un Gantois le 30 mai 2014. « Paying a tribute to J. Mac Rae [sic] and all the soldiers resting here45 » écrit un Valenciennois le 25 avril 2014. « Rembering Lt Col. John McCrae », explique un Canadien de l’Ontario, le 31 août 2013. « Good to finaly see you J. McCrae46 », écrit un visiteur du Nouveau-Brunswick, le 18 mai 2013.

  • 47 Le Red Ensign est l’ancien drapeau du Canada, bien qu’il n’ait jamais été officiellement adopté par (...)

32On constate aussi à travers les objets déposés, une forme de réappropriation de la personne de John MacCrae qui passe par la tombe. Elle se traduit par la pose de drapeaux [fig. 13] qui, selon les modèles, associent John MacCrae au Canada – dans ce cas un drapeau à la feuille d’érable est planté au pied de la tombe – ou à l’époque de l’histoire où le Canada était très lié avec le Royaume-Uni (1868-1922) – dans ce cas le Red Ensign47, mêlé aux armoiries des quatre différentes provinces du Canada, est planté au pied de la tombe – ou encore à la province anglophone de l’Ontario – dans ce cas le drapeau figurant sur fond rouge le blason composé de trois feuilles d’érable d’or (qui représentent le Canada) sur un fond vert et au sommet une croix de Saint-Georges représentant l’Angleterre, est planté au pied de la tombe.

Fig. 13 : Photographies de drapeaux sur la tombe de John MacCrae.

Fig. 13 : Photographies de drapeaux sur la tombe de John MacCrae.

Phot. Emmanuelle Danchin © E. Danchin.

  • 48 6 drapeaux à feuilles d’érables ont été plantés contre 1 Red Enseign et 1 drapeau de l’Ontario depu (...)
  • 49 Les visiteurs canadiens viennent des provinces d’Ontario (6), d’Alberta (4), de Calgary (4), du Nou (...)
  • 50 Nous avons réfléchi à la manière d’interpréter ces dépôts. Un questionnaire à destination des visit (...)

33Dans tous les cas, il s’agit tantôt de faire de MacCrae un héros canadien, tantôt d’en faire un symbole de l’unité du Commonwealth. Le drapeau à feuille d’érable l’emporte cependant48. La majorité des visiteurs viennent des provinces anglophones du Canada49 et la venue d’aussi loin de visiteurs qui ont traversé l’Atlantique et qui font une étape à Wimereux interpelle50.

34Le coquelicot figure aussi en bonne place parmi les objets déposés sur la tombe. Qu’il se présente sous la forme d’une simple fleur en tissu ou en feutrine, monté sur une croix de bois ou en couronne, il rappelle le poème de MacCrae.

  • 51 Nous traduisons : « Dans les champs des Flandres, les coquelicots sont parsemés de lots en lots au (...)

« In Flanders fields, the poopy blow, between the crosses row and row…51 ».

  • 52 Il n’existe pas de lieu de vente de poppy à Wimereux, le plus proche se trouve à Montreuil-sur-Mer, (...)

35Achetés ou confectionnés à l’avance52, ils font directement allusion à ce poème et ces dépôts peuvent être interprétés comme un hommage à au poète John MacCrae.

Vers la constitution d’un lieu de mémoire ?

364 itinéraires de mémoire ont été créés et mis en ligne sur le site internet bilingue franco-anglais Nord-Pas-de-Calaischeminsdemémoire14-18 [fig. 14]. Ces chemins virtuels ponctués de 52 étapes sont l’aboutissement d’une réflexion menée par le ministère français de la Défense dans les années 2000 sur la mise en valeur touristique cohérente et attractive du patrimoine mémoriel français.

Fig. 14 : Les chemins de mémoire dans le Pas-de-Calais

Fig. 14 : Les chemins de mémoire dans le Pas-de-Calais

D’après une capture d’écran du site : <

37http://www.cheminsdememoire-nordpasdecalais.fr/​les-chemins/​le-front.html

38Ils mettent principalement en avant les nécropoles, les mémoriaux et les vestiges de guerre de cette région. L’un de ces chemins – intitulé « Le littoral base arrière des armées alliées (de Sangatte à Montreuil-sur-Mer) » – longe les côtes de la Manche et passe par Wimereux où le carré militaire du cimetière communal est répertorié, ainsi que la tombe de John MacCrae.

39Ce chemin virtuel est producteur de mémoire. Il indique et balise en effet les lieux à visiter et dont il faut se souvenir53. L’itinéraire virtuel est ainsi une trace numérique qui ravive une mémoire en valorisant les traces de guerre et en engendrant à son tour d’autres traces : des flux touristiques et le réveil d’un intérêt pour la période. Il est en outre accessible par l’outil internet qui permet de préparer à distance sa venue en livrant des informations sur des « points d’appui » au préalable identifiés, symboliques et considérés comme incontournables54. Il permet aussi de pointer du doigt et de rendre visible localement une particularité et constitue une offre complémentaire à un tourisme balnéaire déjà existant. L’office du tourisme de Wimereux interrogé à ce propos souligne que les demandes de renseignements sur le cimetière, sur John MacCrae et sur la localisation des anciens hôpitaux, que rien ne signale, sont croissantes depuis janvier 201455.

  • 56 Stephen MacGreal, Boesinghe, Londres : Pen & Sword Books Ltd, 2010, 164.
  • 57 25 Albertina markers ont été érigées entre 1984 et 1988 pour commémorer la mort du roi Albert Ier.
  • 58 Ces blockhaus n’existaient pas au début de la guerre quand John MacCrae exerça comme médecin. Ils f (...)
  • 59 Stephen MacGreal, Boesinghe, Londres : Pen & Sword Books Ltd, 2010, 208 p.

40Jusqu’à présent, seules les communes de Boezinghe en Belgique et de Guelph au Canada possédaient un monument commémoratif ou un bâtiment qui lui était entièrement consacré. Dans le cimetière d’Essex Farm, près du village de Boezinghe [fig. 15, 16], une borne (Albertina marker) a, par exemple, été érigée en 198556 pour commémorer le lieu de la rédaction du poème In Flanders Fields. Elle se présente sous la forme d’un losange de pierre57 sur lequel est gravée l’inscription : « John MacCrae In Flanders Fields », la date du 3 mai 1915 et un coquelicot. Non loin de là, près des blockhaus qui servirent à partir de 1916 de poste de secours avancé (Advanced Dressing Station58), un mémorial à John MacCrae a été inauguré en 2005. Ce petit monument est surmonté d’une plaque de bronze sur laquelle sont inscrits son poème et un résumé de sa carrière en plusieurs langues59.

Fig. 15 : Photographie du cimetière d’Essex Farm.

Fig. 15 : Photographie du cimetière d’Essex Farm.

Phot. Emmanuelle Danchin © E. Danchin.

Fig. 16 : Photographie du monument au lieutenant-colonel McCrae, Boezinghe, Belgique.

Fig. 16 : Photographie du monument au lieutenant-colonel McCrae, Boezinghe, Belgique.

Phot. Emmanuelle Danchin © E. Danchin.

  • 60 Le musée est devenu en 1983 le Guelph Museum. Il se situe à deux pas du jardin commémoratif (memori (...)
  • 61 Pour un aperçu des collections, voir le site du Guelph Civic Museum : <http://guelph.ca/museum/>.

41À Guelph, en Ontario, au Canada [fig. 17, 18], sa maison natale sauvée de la démolition en 1966 a été transformée en musée en 196860. Il n’y séjourna qu’une année. Elle abrite depuis une vaste collection d’objets et de souvenirs associés à la vie de sa famille61.

Fig. 17 : Photographie du jardin de mémoire de John MacCrae, Guelph, Canada.

Fig. 17 : Photographie du jardin de mémoire de John MacCrae, Guelph, Canada.

© tous droits réservés.

Fig. 18 : Photographie de la maison natale de John MacCrae, Guelph, Canada.

Fig. 18 : Photographie de la maison natale de John MacCrae, Guelph, Canada.

© tous droits réservés.

42Depuis juin 2015, une stèle a été inaugurée à Camiers dans le Pas-de-Calais à sa mémoire et la rue des Usines a été rebaptisée rue John MacCrae62. C’est à Camiers en effet que MacCrae a officié comme chef des services médicaux de l’hôpital canadien n°3 dès le 19 juin 1915 avant que celui-ci soit transféré à Boulogne-sur-Mer.

43Rien cependant de comparable, pour le moment, à ce qui existe déjà dans la Somme pour le poète Wilfried Owen. La Wilfred Owen Association organise en effet chaque 4 novembre, à Ors, une journée de commémoration de la mort de l’écrivain. L’association, qui s’est principalement fixée pour but de faire rayonner l’œuvre et l’histoire de Wilfried Owen au niveau local et international63, s’occupe aussi de la Maison forestière inaugurée en octobre 2011, dans la cave de laquelle Wilfried Owen aurait passé sa dernière nuit et écrit sa dernière lettre.

  • 64 L’association a été fondée en 2002.

44Il existe juste, depuis quatre ans, un parcours de mémoire à Wimereux sur les Première et Seconde Guerres mondiales, que l’Association du fort de la Crèche64 a mis en place pour la période estivale uniquement. Cette promenade pédestre commentée de 2 heures permet de découvrir, photos et documents à l’appui, les camps sanitaires de 1914-1918 et des vestiges du mur de l’Atlantique. Elle évoque aussi la figure locale de John MacCrae sans pour autant passer par le cimetière.

  • 65 Dans les Éparges, à Saint-Remy-la-Calonne, il figure dans le jardin littéraire crée en 2011 qui pré (...)

45Pour l’instant, il existe donc seulement à Wimereux une cérémonie annuelle liée au 11 novembre et des hommages ponctuels au cours desquels son nom et son poème sont invoqués65. Ils s’ajoutent aux traces matérielles de son passage déjà inscrites dans l’espace public wimereusien.

46La localité de Wimereux n’est pas un lieu de mémoire à proprement parlé relatif à John MacCrae, mais sa tombe est un relai de mémoire pour des visiteurs de toutes nationalités, surtout anglophones.

47C’est à partir d’elle, sur elle et autour d’elle que se sont constitués au fil du temps des hommages officiels comme privés, qui perpétuent la mémoire de cet homme à l’origine involontaire du symbole du coquelicot comme fleur du sacrifice. C’est plutôt au poète canadien que l’on rend hommage aujourd’hui à Wimereux.

  • 66 Article de Yves Le Manner, « Les trois zones : le front, la zone occupée, la zone non-occupée », en (...)

48Comme le rappelle Yves Le Maner, ancien directeur du site de la Coupole aujourd’hui chargé des commémorations du centenaire dans la région : « si l’on excepte de rares zones volontairement laissées à l’abandon (dans la Somme et, surtout, autour de Verdun), la seule trace d’ampleur qui reste de la zone de guerre de 14-18, est avant tout les cimetières militaires : on en compte plusieurs milliers sur toute la ligne de front66 ». Ailleurs, comme à Wimereux, ce sont le monument aux morts et le nom des rues qui révèlent l’impact d’une guerre dont est célébré le centenaire aujourd’hui.

49Concernant John MacCrae, la stèle reste bien la trace première de son passage à Wimereux. Cela semble se confirmer avec l’inauguration de la stèle de Camiers dont il était question précédemment. Cette trace est un relai qui lui-même a conduit à la constitution de nouvelles traces. MacCrae n’est peut-être en apparence que l’homme d’un poème resté mémorable, mais il est aussi à l’origine du choix du coquelicot comme fleur du souvenir. Pourtant, son nom n’est pas systématiquement associé à cette fleur.

50Maintenant, qui se souvient aujourd’hui de Charlotte Malleterre et Suzanne Leenhard, à l’initiative du bleuet ?

  • 67 Le poppy est d’abord adopté en 1919 par diverses associations patriotiques américaines, puis à la C (...)
  • 68 Suzanne Lenhardt, infirmière-major à l’hôpital militaire des Invalides et Charlotte Malleterre, fil (...)
  • 69 Il est arboré le 11 novembre au Canada et en Australie et la semaine du 11 novembre en Grande-Breta (...)

51Le symbole perdure, celui qui en est l’auteur plus difficilement. Le poppy est devenu au début des années 192067 le symbole du souvenir et du sacrifice des combattants du Commonwealth tombés sur le champ de bataille, au même titre que le bleuet est devenu en 193568 celui des morts pour la France. Il est, depuis, arboré lors du Armistice Day devenu Remembrance Day69 et déposé au pied des monuments aux morts de certaines communes françaises pour le Remembrance Sunday (dimanche le plus proche du 11 novembre), des cénotaphes (Whitehall à Londres), des autels du sacrifice dans les cimetières et carrés militaires, sous forme de croix, de couronnes, de bouquets, de chapelets. Il est aussi déposé ponctuellement toute l’année sur les tombes de soldats par des pèlerins et des visiteurs qui, en groupes organisés, en famille ou individuellement, parcourent encore les cimetières militaires et les mémoriaux.

52La pièce frappée en 2010 par la Monnaie royale canadienne [Fig. 19] pour le 65e anniversaire de la fin de la Deuxième Guerre mondiale70 et, plus récemment, l’usage fait pour la première fois lors des manifestations du 8 mai 2014 et 2015 à Kiev, en Ukraine, du coquelicot et non du ruban de Saint-Georges71, montrent que cette fleur peut devenir de manière éphémère un symbole international à la mémoire de ceux qui sont morts à la guerre.

Fig. 19a : Pièce de 25 cents avec Coquelicot (2008) pour le 90e anniversaire de l’Armistice

Fig. 19a : Pièce de 25 cents avec Coquelicot (2008) pour le 90e anniversaire de l’Armistice

© numicanada (tous droits réservés) et photographie cdvr.org.ua ©Sergey Мишакин, 2014 (tous droits réservés).

Fig. 19a : Pièce de 25 cents avec Coquelicot (2008) pour le 90e anniversaire de l’Armistice

Fig. 19a : Pièce de 25 cents avec Coquelicot (2008) pour le 90e anniversaire de l’Armistice

© numicanada (tous droits réservés) et photographie cdvr.org.ua ©Sergey Мишакин, 2014 (tous droits réservés).

Haut de page

Notes

1 John MacCrae, s’il revenait parmi nous, serait certainement surpris d’apprendre que quelqu’un lui a ouvert une page facebook.

2 Ces blockhaus qui servirent de postes de secours avancés n’existaient pas encore en 1915 lorsque John MacCrae s’y trouvait. Les services sanitaires étaient abrités sous des tentes.

3 John MacCrae a commencé à écrire des poèmes alors qu’il était étudiant au Guelph Collegiate Institute. In Flander’s Fields fut l’avant-dernier poème qu’il écrivit. Voir le site des Anciens combattants canadiens [en ligne : <www.veterans.gc.ca/fra/histoire/premiereguerre/mccrae>, consulté le 16 mai 2013.

4 Dossier militaire de John MacCrae, Attestation paper, box 5202, Archives publiques du Canada, Ottawa (ApCO).

5 Dossier militaire de John MacCrae, ApCO. L’hôpital général canadien n° 3 est créé et équipé, par l’université McGill de Montréal, juste après le début de la guerre. L’unité est ensuite transférée en mai 1915 jusque Liverpool, en Angleterre, puis en juin 1915 à Dannes-Camiers, dans le Pas-de-Calais, avant un nouveau transfert, le 28 janvier 1916, dans les locaux du collège des Jésuites de Boulogne-sur-Mer où il fonctionnera jusqu’à la fin de la guerre.

6 D’après sa fiche médicale, il a séjourné par exemple à l’hôpital no°3 du Tréport en 1915, en Angleterre en 1915, il est hospitalisé le 14 novembre 1916 à l’hôpital général no°14 de Wimereux pour une bronchite sévère, puis a séjourné jusqu’au 13 décembre 1917 dans une maison de convalescence (Michelham Convalescent home) pour officiers anglais, au cap Martin, dans le Midi.

7 Dossier militaire, ApCO.

8 L’hôtel Splendid servait alors d’annexe au General Hospital no 14.

9 Au total, 3 017 corps sont inhumés, dont 2 841 soldats du Commonwealth, 7 infirmières et 170 soldats de l’armée allemande.

10 Un carré militaire est un groupe de tombes de soldats morts pour la France que l’État a rétrocédé à une association (Souvenir français, la British War Graves Commission) qui a la charge de l’entretenir, et perçoit directement du ministère des Anciens combattants une certaine somme d’argent pour cela. La rétrocession a lieu en 1918, mais dès 1915, les concessions de terrains furent organisées par Fabian Ware, à l’origine de la création de l’Imperial War Commission en 1917.

11 Ces symboles sont : le trèfle pour les Irlandais, le soleil levant pour les Australiens, le chardon pour les Écossais, le poireau pour les Gallois, la feuille de kiwi pour les Néozélandais et la feuille d’érable pour le Canada.

12 Fiche de soldat en ligne sur le site de la bibliothèque et archive du Canada : <www.collectionscanada.gc.ca>.

13 Dans les cimetières militaires du Commonwealth, l’abri des pèlerins, bâtiment en dur comprenant un banc pour s’asseoir, un coffre avec le registre des sépultures et des visiteurs (Visitors Book) et une plaque avec un historique et une carte du front, est l’un des lieux de recueillement avec la Pierre du souvenir (War stone) et la Croix du sacrifice plantée de l’épée de Saint-Georges.

14 Nous n’avons pas trouvé dans la presse de mention d’un hommage officiel plus précoce, même si le roi Georges V et la reine Marie vinrent sur sa tombe le 13 mai 1922 dans le Boulonnais, dans le cadre d’un pèlerinage privé qui dura 3 jours. Pour plus de détails, voir par exemple « Le pèlerinage du roi d’Angleterre », Le Figaro, no 134, 14 mai 1922 : 3.

15 La FIDAC est fondée le 26 novembre 1920 par Charles Bertrand qui en devient le premier président. Vont s’y affilier des associations d’anciens combattants de France (6 associations dont l’UNC et l’UF), de Belgique (FNC), du Royaume-Uni (British Empire Service League, puis British Legion), des États-Unis (American Legion), d’Italie, de Serbie, de Roumanie (Unlunea Nationala a Fostilor Luptatori) et de Tchécoslovaquie (Association Druzina). Active dans les années 1920 et 1930, cette fédération se dote en 1925 d’une branche féminine pour les orphelins de guerre. Son but est de promouvoir la paix et de venir en aide aux mutilés et blessés de guerre.

16 Dossier John MacCrae, 3 K 394, archives municipales de Boulogne-sur-Mer (AMB).

17 Plaquette du programme, 3 K 394, AMB.

18 « La FIDAC à Wimereux honore la mémoire du colonel-poète canadien John Mac Crae », Le Petit Parisien, no 22251, 31 janvier 1938 : 3, « Le 20e anniversaire de la mort du médecin-colonel John McCrae de l’armée canadienne », La Voix du combattant et de la jeunesse, n° 968, 5 février 1938 : 3.

19 Lettre d’André Boulard, secrétaire FIDAC, du 21 janvier 1938, dossier John MacCrae, 3 K 394, AMB.

20 The British Journal of Nursing, janvier 1939 : 4.

21 “Memorial for Soldier Poet”, Scrapebook, archives Guelph Museums, 38.

22 « Wimereux, hommage à Mac Crae », La Semaine dans le Boulonnais, n° 45, 5 novembre 2008 : 29, « 90e anniversaire de la fin de la Première Guerre mondiale. Hommage à John Mac Crae », La Semaine dans le Boulonnais, no 46, 12 novembre 2008 : 31.

23 Wilfried Owen est un poète britannique mort en novembre 1918.

24 « Le réveil des commémorations », L’Écho 62, 24 octobre 2008, en ligne sur <www.echo62.com/actu2096>, consulté le 12 février 2014. Dans le cadre du spectacle « Des plumes contre des canons », le quatuor Nemrana a interprété quelques pièces pour cordes et le comédien Christian Fromont a lu des lettres ou des poèmes de soldats envoyés depuis le front.

25 Extrait du registre du conseil municipal de Wimereux, séance du 29 décembre 1960 : 254, Archives municipales de Wimereux (AMW).

26 Il s’agit de la rue de Verdun, de la rue Georges Clémenceau au sud-ouest de la ville, en contrebas de la gare, et de la rue du colonel MacCrae en contrebas de l’ancien cimetière.

27 Dominique Badariotti, « Les noms de rue en géographie. Plaidoyer pour une recherche sur les odonymes, Annales de géographie, no 625, 2002 : 289.

28 Dans le cas de l’attribution d’un patronyme célèbre, il est d’usage de le faire au moins 5 ans après sa mort. Dans le cas de John MacCrae, la dénomination a été proposée 42 ans après sa mort.

29 Les registres des visiteurs sont la seule source permettant de mesurer les allées et venues au cimetière.

30 Il est difficile d’évaluer statistiquement la venue des visiteurs, car d’une part, seul le registre permet de garder la trace de leur venue, or tout le monde n’y appose pas son nom, et, d’autre part, parce que l’Imperial War Graves Commission ne conserve pas ces registres, seule trace de ceux qui viennent depuis 100 ans rendre un hommage aux morts de ce cimetière.

31 Ces tendances sont dressées à partir du registre des visiteurs, seule source à même de nous renseigner sur l’origine des visiteurs et leurs intentions. Le cimetière ne se trouvant pas sur un site marchand payant, il n’est pas possible d’obtenir d’autres statistiques sur la provenance des visiteurs. L’Office du tourisme de Wimereux, situé en centre-ville, mesure les entrées dans son bureau, mais ne fait pas la distinction entre ceux qui viennent là demander un renseignement, un horaire de bus ou un plan de la ville, et ceux qui cherchent l’emplacement du cimetière.

32 Nous traduisons : « Ne pas oublier (Mc Crae) ». Peut-être une référence au poème Recessional de Rudyard Kipling ou à l’Ode of Remembrance tirée du poème de Laurence Binyon For the Fallen de 1914 ?

33 Nous traduisons : « Se souvenir SPECIALEMENT de Mac Crea et de tous les soldats ».

34 Avec une interruption semble-t-il entre 1937 et 1960. Depuis 1997, ces pèlerinages ne sont plus annuels pour des raisons financières, mais ont lieu tous les deux ans.

35 <http://www.legionmagazine.com/fr/index.php/2011/11/tant-a-apprendre/>, consulté le 8 juillet 2013.

36 <http://www.on.legion.ca/youth/por.asp>, consulté le 8 juillet 2013.

37 Nous n’avons pu pour le moment interroger que 23 personnes, dont des membres du personnel de la mairie (5), de l’Office du tourisme (3), des parents dont les enfants sont scolarisés à l’école primaire (5), des personnes retraitées (5), des actifs (5).

38 Le premier cimetière communal, appelé aujourd’hui l’ancien cimetière, commence à se constituer à partir de 1909 – date du premier enterrement. Dès 1904, des concessions à perpétuité sont cependant accordées. Voir registre des délibérations du conseil municipal, séance du 16 avril 1904, « Établissement du cimetière » : 1, AMW.

39 Depuis 1927, la cérémonie se passe en deux temps : dans un premier temps autour du monument aux morts communal, dans un deuxième temps au carré militaire de l’ancien cimetière.

40 Cette confusion existe déjà en 1960 dans le registre de délibération du conseil municipal, chargé à l’époque de créer de nouveaux odonymes.

41 La communauté locale britannique fut importante à Wimereux jusqu’à la Seconde Guerre mondiale. Les liens de jumelage depuis 20 ans avec la municipalité de Herne Bay, dans le Kent, ont renforcé ces liens distendus dans le temps. La British Legion est de même encore présente, même si la section de Boulogne n’existe plus depuis 1980 (?).

42 Ces statistiques ont été réalisées à partir du registre des visiteurs, pour la période du 30 mai 2012 au 7 juin 2014.

43 Nous entendons poursuivre cette piste au Canada.

44 Nous traduisons : « John MacCrae avec beaucoup de dignité et de sérénité ».

45 Nous traduisons : « Rendons hommage à J. Mac Rae et à tous les soldats qui reposent ici ».

46 Nous traduisons : « Il est bon finalement de te voir ici J. McCrae ».

47 Le Red Ensign est l’ancien drapeau du Canada, bien qu’il n’ait jamais été officiellement adopté par le Parlement du Canada. Il s’agit d’un Red Ensign britannique, avec l’Union Jack dans le canton et l’écu des armoiries du Canada dans le battant.

48 6 drapeaux à feuilles d’érables ont été plantés contre 1 Red Enseign et 1 drapeau de l’Ontario depuis 2012, auxquelles il faut ajouter des drapeaux à feuilles d’érables sous forme de pins (1), confectionné sur un carton (1), sous forme d’un coquelicot monté sur une croix de bois blanche avec en son centre la feuille d’érable (1), ou d’insignes en tissu avec scratch (2).

49 Les visiteurs canadiens viennent des provinces d’Ontario (6), d’Alberta (4), de Calgary (4), du Nouveau-Brunswick (1) et du Labrador (1).

50 Nous avons réfléchi à la manière d’interpréter ces dépôts. Un questionnaire à destination des visiteurs est en cours d’élaboration.

51 Nous traduisons : « Dans les champs des Flandres, les coquelicots sont parsemés de lots en lots au milieu des croix… ».

52 Il n’existe pas de lieu de vente de poppy à Wimereux, le plus proche se trouve à Montreuil-sur-Mer, à 45 kilomètres de là.

53 Voir <http://www.cheminsdememoire-nordpasdecalais.fr/visiter-les-sites.html>.

54 Sur le site en ligne, 4 onglets donnent accès à une carte de la région où sont affichés les tracés des itinéraires, à des articles permettant d’aller plus loin dans la compréhension des épisodes qui se sont déroulés localement (sur les champs de bataille, les nations en guerres, les grandes batailles), à des parcours locaux de randonnées pédestres et de cyclotourisme (en cours d’élaboration et pour le moment concentrés sur le bassin minier) et aux évènements culturels liés au centenaire (expositions).

55 Le passage de toute personne entrant dans l’Office du tourisme est enregistré par une cellule électronique. Pour le reste, il s’agit du ressenti du personnel d’accueil ; certains d’entre eux travaillent là depuis 14 ans.

56 Stephen MacGreal, Boesinghe, Londres : Pen & Sword Books Ltd, 2010, 164.

57 25 Albertina markers ont été érigées entre 1984 et 1988 pour commémorer la mort du roi Albert Ier.

58 Ces blockhaus n’existaient pas au début de la guerre quand John MacCrae exerça comme médecin. Ils furent créés en 1916. Restaurés de 1992 à 1995, ils furent inaugurés le 3 mai 1995, pour le 80e anniversaire de la rédaction du poème.

59 Stephen MacGreal, Boesinghe, Londres : Pen & Sword Books Ltd, 2010, 208 p.

60 Le musée est devenu en 1983 le Guelph Museum. Il se situe à deux pas du jardin commémoratif (memorial garden) créé en 1946.

61 Pour un aperçu des collections, voir le site du Guelph Civic Museum : <http://guelph.ca/museum/>.

62 <http://www.lavoixdunord.fr/region/camiers-une-stele-en-hommage-a-un-militaire-et-poete-ia36b49120n2902233>.

63 Pour plus de détails, voir leur site internet : <http://www.wilfredowen.org.uk/home/>, consulté le 18 septembre 2013.

64 L’association a été fondée en 2002.

65 Dans les Éparges, à Saint-Remy-la-Calonne, il figure dans le jardin littéraire crée en 2011 qui présente des extraits de textes de 16 écrivains-combattants de nationalités française, allemande, anglaise et canadienne.

66 Article de Yves Le Manner, « Les trois zones : le front, la zone occupée, la zone non-occupée », en ligne sur <http://www.cheminsdememoire-nordpasdecalais.fr/comprendre-et-approfondir/le-champ-de-bataille/les-trois-zones-le-front-la-zone-occupee-la-zone-non-occupee.html>, consulté le 26 février 2014.

67 Le poppy est d’abord adopté en 1919 par diverses associations patriotiques américaines, puis à la Convention de Cleveland par l’American Legion en septembre 1920 et l’année suivante par The Great War Veterans’ Association of Canada (5 juillet 1921) et par The Earl Haig’s British Legion Appeal Fund en Angleterre, le Returned Soldiers and Sailors Imperial League en Australie et la New Zealand Returned Soldiers and Sailors Association à l’automne de la même année, enfin en 1922, par les Veterans of Foreign Wars aux États-Unis.

68 Suzanne Lenhardt, infirmière-major à l’hôpital militaire des Invalides et Charlotte Malleterre, fille du général Niox, émues par les souffrances qu’enduraient les blessés de guerre dont elles avaient la charge soucieuse de leur redonner une place active au sein de la société, décidèrent dès 1916 de faire confectionner le bleuet dans des ateliers. Vendu au public à diverses occasions, les revenus générés par cette activité permettaient de donner à ces hommes un petit revenu. Il fallut cependant attendre 1935 pour que l’État officialise la vente du Bleuet de France chaque 11 novembre partout en France.

69 Il est arboré le 11 novembre au Canada et en Australie et la semaine du 11 novembre en Grande-Bretagne. La campagne de collecte de fonds commence deux semaines avant le 11 novembre.

70 Voir à ce propos : <http://www.mint.ca/store/news/la-monnaie-royale-canadienne-souligne-le-65e-anniversaire-de-la-fin-de-la-seconde-guerre-mondiale-avec-une-piece-de-circulation-de-25-cents-ornee-de-deux-coquelicots-rouge-vif-10500002?cat=News+releases&nId=700002&parentnId=600004&nodeGroup=About+the+Mint&lang=fr_CA#.U4shSChkzYE>.

71 « Le Jour de la Victoire en Ukraine », en ligne sur <http://fr.ria.ru/world/20140509/201174123.html> et « L’Ukraine adopte le coquelicot pour les 70 ans de la capitulation des nazis », en ligne sur <http://m.radio-canada.ca/nouvelles/International/2015/05/08/004-anniversaire-capitulation-allemagne-nazie-ukraine-russie.shtml>.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1 : Principaux lieux de passage de John MacCrae.
Crédits Carte réalisée à partir d’un planisphère vierge et d’un montage photos.
URL http://lisa.revues.org/docannexe/image/8789/img-1.png
Fichier image/png, 82k
Titre Fig. 2 : Portrait de John MacCrae, autour de 1914.
Crédits C-19919, Bibliothèque et Archives du Canada.
URL http://lisa.revues.org/docannexe/image/8789/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 21k
Titre Fig. 3a : Poème In Flanders Fields, The Punch, or the London Charivari, 8 décembre 1915, p. 498.
URL http://lisa.revues.org/docannexe/image/8789/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 347k
Titre Fig. 3b : Poème In Flanders Fields, The Punch, or the London Charivari, 8 décembre 1915, p. 498.
URL http://lisa.revues.org/docannexe/image/8789/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 197k
Titre Fig. 4 : Carte postale du Casino et de l’hôtel Splendid (General Hospital n°14)
Crédits coll. particulière.
URL http://lisa.revues.org/docannexe/image/8789/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 75k
Titre Fig. 5 : Photographie de la tombe de John MacCrae et du cimetière militaire en janvier 1918.
URL http://lisa.revues.org/docannexe/image/8789/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 46k
Crédits Phot. Emmanuelle Danchin © E. Danchin.
URL http://lisa.revues.org/docannexe/image/8789/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 462k
Titre Fig. 7 : Page du registre des sépultures.
Crédits Phot. Emmanuelle Danchin © E. Danchin.
URL http://lisa.revues.org/docannexe/image/8789/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 440k
Titre Fig. 8 : Photographie du monument à John MacCrae au carré militaire communal, 1939.
Crédits Phot. Emmanuelle Danchin © E. Danchin.
URL http://lisa.revues.org/docannexe/image/8789/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 363k
Titre Fig. 9 : Photographies de la tombe de John MacCrae.
Crédits Phot. Emmanuelle Danchin © E. Danchin.
URL http://lisa.revues.org/docannexe/image/8789/img-10.png
Fichier image/png, 302k
Titre Fig. 10 : Photographie du cimetière communal de Wimereux.
Crédits Phot. Emmanuelle Danchin © E. Danchin.
URL http://lisa.revues.org/docannexe/image/8789/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 233k
Titre Fig. 11 : Photographie du cimetière communal de Wimereux.
Crédits Phot. Emmanuelle Danchin © E. Danchin.
URL http://lisa.revues.org/docannexe/image/8789/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 265k
Titre Fig. 12a : Photographies de la rue MacCrae à Wimereux.
Crédits Phot. Emmanuelle Danchin © E. Danchin.
URL http://lisa.revues.org/docannexe/image/8789/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 426k
Titre Fig. 12b : Photographies de la rue MacCrae à Wimereux.
Crédits Phot. Emmanuelle Danchin © E. Danchin.
URL http://lisa.revues.org/docannexe/image/8789/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 215k
Titre Fig. 13 : Photographies de drapeaux sur la tombe de John MacCrae.
Crédits Phot. Emmanuelle Danchin © E. Danchin.
URL http://lisa.revues.org/docannexe/image/8789/img-15.png
Fichier image/png, 328k
Titre Fig. 14 : Les chemins de mémoire dans le Pas-de-Calais
Crédits D’après une capture d’écran du site : <
URL http://lisa.revues.org/docannexe/image/8789/img-16.png
Fichier image/png, 194k
Titre Fig. 15 : Photographie du cimetière d’Essex Farm.
Crédits Phot. Emmanuelle Danchin © E. Danchin.
URL http://lisa.revues.org/docannexe/image/8789/img-17.jpg
Fichier image/jpeg, 1,2M
Titre Fig. 16 : Photographie du monument au lieutenant-colonel McCrae, Boezinghe, Belgique.
Crédits Phot. Emmanuelle Danchin © E. Danchin.
URL http://lisa.revues.org/docannexe/image/8789/img-18.jpg
Fichier image/jpeg, 1,4M
Titre Fig. 17 : Photographie du jardin de mémoire de John MacCrae, Guelph, Canada.
Crédits © tous droits réservés.
URL http://lisa.revues.org/docannexe/image/8789/img-19.jpg
Fichier image/jpeg, 217k
Titre Fig. 18 : Photographie de la maison natale de John MacCrae, Guelph, Canada.
Crédits © tous droits réservés.
URL http://lisa.revues.org/docannexe/image/8789/img-20.jpg
Fichier image/jpeg, 175k
Titre Fig. 19a : Pièce de 25 cents avec Coquelicot (2008) pour le 90e anniversaire de l’Armistice
Crédits © numicanada (tous droits réservés) et photographie cdvr.org.ua ©Sergey Мишакин, 2014 (tous droits réservés).
URL http://lisa.revues.org/docannexe/image/8789/img-21.jpg
Fichier image/jpeg, 25k
Titre Fig. 19a : Pièce de 25 cents avec Coquelicot (2008) pour le 90e anniversaire de l’Armistice
Crédits © numicanada (tous droits réservés) et photographie cdvr.org.ua ©Sergey Мишакин, 2014 (tous droits réservés).
URL http://lisa.revues.org/docannexe/image/8789/img-22.jpg
Fichier image/jpeg, 17k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Emmanuelle Danchin, « Sur les traces de John MacCrae, ou l’inscription dans l’espace public du souvenir d’un combattant de 1914-1918 », Revue LISA/LISA e-journal [En ligne], Media, culture, histoire, Mémoires de guerre, mis en ligne le 04 septembre 2015, consulté le 23 novembre 2017. URL : http://lisa.revues.org/8789

Haut de page

Auteur

Emmanuelle Danchin

Paris 1, France. Emmanuelle Danchin est docteur en histoire contemporaine et en histoire, art et archéologie. Elle est chercheur partenaire à l’UMR 8138 de l’IRICE (Identités, relations internationales et civilisations de l’Europe). Ses premiers travaux ont porté sur les destructions matérielles de la Première Guerre mondiale. Elle s’intéresse aussi aux représentations de la guerre et à la valorisation de ses vestiges. Ses nouveaux chantiers portent sur les traces mémorielles et sur la constitution des espaces de mémoire. Son travail de thèse, Les Ruines de guerre(1914-1921), paraîtra aux PUR en septembre 2015. Ses articles sont accessibles sur le site : . Emmanuelle Danchin holds a doctorate in Contemporary History and in History, Art History and Archaeology. She is an associate researcher at IRICE (Identities, International Relations and Civilizations of Europe), UMR 8138, Paris, France. She first worked on material destruction in the First World War. She is also interested in representations of war and in remains of war. Her current research explores traces of memory and the construction of spaces of commemoration. Her PhD, Destructions of War (1914-1921), is to be published in September 2015 by Rennes University Press. Her articles can be read on her webpage : .

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la Revue LISA / LISA e-journal sont mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Revues.org