Navigation – Plan du site
Rencontrer l’autre, penser le soi

Le concept de « Britishness » dans les emblèmes de Henry Peacham (1612) : vers une reconquête identitaire ?

Reconquering Identity? The Issue of “Britishness” and the Emblems of Henry Peacham (1612)
Julie Corre

Résumés

Henry Peacham fait de sa collection d’emblèmes, Minerva Britanna (1612), la revendication artistique d’une identité britannique qui lui préexiste. L’artiste inscrit cette préoccupation au cœur de son œuvre pour en faire l’essence même de son écriture. Peacham affirme ainsi l’existence d’une identité « britannique » qui se serait construite à travers l’Histoire. Tout d’abord, la question de l’insularité permet à l’artiste de montrer comme cette identité se serait forgée à travers une relation particulière avec le Continent. Mais Peacham scrute également de près la construction d’un sentiment identitaire britannique à la faveur du projet d’Union entre l’Angleterre et l’Écosse au début du XVIIe siècle. Les emblèmes de Peacham visent ainsi à proposer un certain nombre de repères historiques, afin de contrer toute éventuelle objection de la part des détracteurs du projet d’Union.

Haut de page

Entrées d’index

Index de mots-clés :

identité, emblèmes, Peacham Henry, union

Index by keywords :

identity, emblems, Peacham Henry, union, insularity

Index géographique :

Grande-Bretagne, Great Britain

Index chronologique :

XVIIe siècle, 17th century
Haut de page

Texte intégral

1Minerva Britanna sort des presses londoniennes en 1612. Œuvre composite, variée et riche, ce livre d’emblèmes est composé par l’emblémiste Henry Peacham. Dédié au jeune prince Henri, fils aîné du roi Jacques, le recueil propose une analyse politique des premières années du règne anglais de Jacques. L’auteur endosse également le rôle de conseiller du jeune Henri en lui prodiguant de nombreux conseils afin que celui-ci se prépare à succéder à son père, faisant ainsi de Minerva Britanna un véritable « miroir aux princes ». Enfin, l’artiste pose également la question de l’identité britannique dans un pays où l’union avec l’Écosse n’est pas sans susciter un certain nombre de critiques. On retrouve, parsemés çà et là, des emblèmes traitant de la question identitaire à plusieurs niveaux. L’emblémiste s’interroge à la fois sur les liens qu’entretient l’île avec ses voisins du Continent, puis sur les rapports entre les différents pays qui la composent, afin de proposer sa propre vision de ce qui constitue véritablement l’identité britannique. Nous verrons que c’est à travers l’Histoire et un certain nombre de figures nationales que Peacham, qui veut fédérer les peuples de l’île autour de valeurs communes, croit voir poindre l’essence même d’un esprit britannique. Il s’agira dans un premier temps de cerner quelle relation l’Angleterre entretient avec ses voisins continentaux et nous examinerons à ce sujet la notion d’insularité comme étant constitutive d’un esprit « britannique », selon l’emblémiste. Notre réflexion nous amènera ensuite à considérer la question des liens qu’entretiennent entre eux les pays de l’île, c’est-à-dire l’Angleterre, le Pays de Galles et l’Écosse. Nous nous pencherons plus précisément sur le projet d’union entre les nations anglaise et écossaise afin d’apprécier toute la complexité de la construction d’une nation « britannique ». Enfin, nous verrons comment Peacham tente de surmonter les obstacles liés à cette question de l’identité nationale en se tournant vers l’Histoire et en utilisant divers symboles et figures allégoriques afin de rassembler les peuples autour de valeurs éthiques qui définissent chez lui le cœur même d’une identité commune que l’on pourra appeler « britannique ».

La nation face au Continent et la question de l’insularité

2En Angleterre, si le XVIIe siècle est celui des grands voyages vers le Nouveau-Monde et des premières implantations pèlerines, cet élan vers l’ouest s’accompagne paradoxalement et simultanément d’un profond désir de repli national. Si les regards se tournent vers l’ouest, la nation anglaise semble également s’interroger sur les propres limites de son territoire et notamment sur les liens qu’elle entretient avec les pays du Continent. Minerva Britanna est écrite à cette époque charnière, marquée par une soif impérialiste d’expansion transocéanique, comme l’attestent les nombreux voyages d’exploration et la création de Jamestown en 1607 en Virginie, mais également largement empreinte d’une revendication identitaire où se mêlent sentiment insulaire et quête d’indépendance, tant sur sur le plan culturel que politique.

  • 1They being, (I doubt not) as ingenious, and happy in their invention, as the best (...)
  • 2 Keith M. Brown, “The vanishing emperor: British Kingship and its decline 1603-1707” in Roge (...)
  • 3 Philipp Wolf, “The Emergence of National Identity in Early Modern England: Causes and Ideol (...)
  • 4 Henry Peacham, op. cit., “Hence they terme us Tramontani Sempii, Simple and of dull concei (...)
  • 5 C. Uhlig, op. cit, 98.
  • 6 Peacham, op. cit., “[...] nor our Soile so barren as that we neede to borrow from their Su (...)

3Dans son adresse liminaire, le ton vindicatif d’Henry Peacham interpelle le lecteur. En effet, l’auteur déplore que les Anglais soient peu nombreux à se risquer à la composition emblématique. C’est là un fait déroutant pour l’auteur qui affirme, non sans une pointe de chauvinisme, que ses compatriotes sont « je n’en doute point, aussi ingénieux et heureux à la tâche, que les meilleurs de ces Français ou Italiens »1. L’enjeu de son œuvre est donc de démontrer que les artistes anglais peuvent rivaliser avec les plus grands emblémistes continentaux. Les accents nationalistes de Minerva Britanna semblent bien être au cœur de la genèse artistique de l’ouvrage. L’adresse au lecteur, texte capital pour qui tente de comprendre le message de l’auteur, permet d’affirmer que le projet artistique va bien au-delà du seul désir de composer un « miroir au prince ». Il ne s’agit pas non plus seulement de proposer une analyse politique des premières années du règne de Jacques Ier. Keith Brown cite en effet Minerva Britanna lorsqu’il évoque la présence, dans un certain nombre de livres illustrés, de ce qui relève d’une pseudo « dimension britannique »2. Chez Peacham, il est cependant moins question de l’ « identité britannique » en tant que telle que du potentiel artistique des Anglais, puisque le terme d’« Englishman », tel qu’il est utilisé par l’auteur, peut également désigner plus généralement l’ensemble des habitants des îles britanniques. Qu’en est-il donc de cet accent nationaliste et de la question connexe de l’identité nationale ? Selon Philipp Wolf, à la base de tout désir d’identité nationale, on retrouve un profond sentiment d’infériorité3. Wolf cite notamment Henry Peacham, non pas dans son rôle d’artiste emblémiste, mais en tant qu’éducateur. En effet, à l’époque de Peacham, il était encore mal vu d’écrire en anglais, langue encore parfois qualifiée de barbare, à l’inverse du latin, conçu comme la langue des élites et de la noblesse de plume. Cela ne manquait pas d’agacer Peacham qui revendiquait l’utilisation systématique de l’anglais. Dans l’adresse au lecteur, ce sentiment d’infériorité ne concerne pas la langue anglaise : « Ainsi nous appellent-ils [les Italiens et les Français] Tramontani Sempii, simples d’esprit aux idées ennuyeuses, alors que cela n’a rien à voir avec le climat, pas plus qu’avec notre constitution corporelle, comme ils le prétendent[...] »4. Les Anglais seraient-ils moins doués que leurs voisins continentaux à cause du climat ? L’auteur emblémiste s’insurge contre de telles idées. Non seulement il rejette ces stéréotypes aussi invraisemblables qu’infondés, mais il en vient à son tour à dévaloriser leurs auteurs. Or, le fait d’émettre des opinions péjoratives sur un autre groupe d’individus est également, selon Claus Uhlig, lié à la formation d’une identité nationale5. Les termes choisis par Peacham pour désigner ses voisins continentaux sont acerbes et caustiques : « […] notre sol n’est pas assez stérile pour que l’on ait besoin d’emprunter à ces cervelles brûlées par le soleil le meilleur de notre création »6. Le lecteur lit bien, dans cette adresse qui lui est destinée, le caractère vindicatif de l’auteur qui veut non seulement louer la grandeur de son pays, mais encore creuser un fossé assez profond avec le Continent, condition sine qua non à la valorisation d’une production artistique nationale. C’est sur ce point qu’en considérant l’œuvre de Peacham, le lecteur comprend que son désir d’indépendance vis-à-vis du continent demeure chimérique, particulièrement en ce qui concerne la production emblémique, laquelle est encore largement tributaire des grands emblémistes continentaux comme Alciat, Cesare Ripa ou d’autres théoriciens de l’image. Cependant, si Peacham se réclame des plus grands, en citant notamment ses sources dans les marges de ses emblèmes, il n’est pas anodin qu’il fabrique lui-même ses propres plaques de bois. En effet, il rompt ainsi avec une pratique très répandue qui voulait que les emblémistes anglais empruntent les plaques d’artistes continentaux et se contentent de les copier, créant de la sorte un rapport de dépendance qui contredisait le désir d’indépendance créatrice exprimé par Peacham. On voit bien à travers quelques extraits de cette adresse au lecteur que l’auteur souhaite non seulement mettre en avant le fait que l’Angleterre n’est pas en reste dans le monde de la création, mais qu’il désire également – à travers divers emblèmes – exprimer la fierté qu’il ressent pour son pays en soulignant ce que celui-ci peut avoir d’exceptionnel. Dans l’emblème 98, qui a pour sujet principal l’université d’Oxford, l’emblémiste cherche par exemple à prouver que cette dernière est un véritable modèle pour le reste de l’Europe.

  • 7 Tous les emblèmes proviennent des Special Collections de Middlebury College, reproduits a (...)

Fig. 1 : Emblème 987

Fig. 1 : Emblème 987
  • 8 Emblème 98, §2 : “[…] that Europe may admire, the gratious Lampe that on thy b (...)

4Cette main qui sort des nuages est celle de Dieu. Il semble ainsi exposer aux yeux du monde ce joyau de connaissance et d’érudition qu’est l’Université d’Oxford. Les vers de l’artiste sont tout aussi laudatifs : « […] que l’Europe puisse admirer la gracieuse lumière qui brille sur ton front »8. Tout cela nous amène à croire qu’en effet, les Anglais ne sont pas ces « simples d’esprit aux idées ennuyeuses » dont parlent les peuples latins. Ils écrivent également de bons recueils d’emblèmes, savent désormais produire leurs propres plaques de bois et brillent à travers l’Europe grâce à leur érudition.

  • 9 Jenny Wormald, “The union of 1603”, in Roger A. Mason (Dir.), Scots and Britons : Scottis (...)

5Cependant, la « guerre froide » entre l’île et le continent ne semble pas se jouer uniquement sur un terrain artistique ou philosophique. En effet, à de nombreuses reprises dans Minerva Britanna le lecteur comprend que les rapports ont souvent été tendus avec les pays du Continent et que les choses n’ont pas beaucoup changé en ce début de XVIIe siècle. Ce désir d’indépendance de la part de l’Angleterre est également une des interprétations du schisme anglican. Selon Jenny Wormald, en affirmant le caractère impérial du royaume d’Angleterre, l’Acte de restriction des appels de 1533, souligne que celui-ci n’est en aucun cas soumis à une autorité extérieure, quelle qu’elle soit9. Dans les emblèmes de Peacham, il s’agit de véritables rapports de force avec le Continent. Un des leitmotive du Minerva Britanna est cet appel au repli sur soi, et cette invocation princière qu’il faut protéger son royaume avant tout des invasions étrangères. Peacham reprend ainsi dans son emblème 31 la fameuse herse de Beaufort, emblème du roi Henri VIII.

Fig. 2 : Emblème 31

Fig. 2 : Emblème 31
  • 10 Emblème 31, §2 : “Bee thou, as this Port-cullies, unto thine”.
  • 11 Douglas Bush, Mythology and the Renaissance Tradition in English Poetry, New Yo (...)
  • 12 Cité par G. P. Akrigg in “England in 1609”, The Huntington Library Quarterly, Vol. 14, n  (...)
  • 13 Idem, 78 : “the sea serves as a wall”.

6Destinée au roi Jacques, l’injonction est sans équivoque : « Soyez envers votre royaume comme cette herse »10. L’heure est à la protection de son peuple. Voilà le message d’Henry Peacham. Ces rapports tendus avec le Continent sont également liés au caractère insulaire du royaume. Dans près d’un cinquième des emblèmes du recueil on peut remarquer la présence du motif aquatique. L’insularité qui caractérise le royaume d’Angleterre, ou plus exactement la Grande-Bretagne, est évidemment une donnée purement géographique. Cependant, celle-ci semble bien avoir un rôle important à jouer dans la construction d’une identité nationale. Ce caractère insulaire – qui semble faire la force de la nation – est cependant perçu négativement par certains. L’humaniste italien Battista Guarino, au XVe siècle, insistait sur les conséquences de cette insularité et affirmait que cet isolement était néfaste pour la nation anglaise, car celle-ci se trouvait ainsi « en dehors du monde » et des principaux pôles intellectuels et artistiques du Continent11. À l’inverse, le journal de bord du baron d’Offenbach, Georg von Schwartzstät, lors de sa traversée de la Manche en 1609, s’extasie devant « la plus grande île du monde »12. Lorsqu’il visite Canterbury, l’absence de fortification retient tout particulièrement son attention et le baron conclut que la ville n’en a pas besoin car « la mer sert de mur »13. En Angleterre, l’insularité, véritable bénédiction des dieux, est très largement célébrée. En 1611, John Speed fait publier The Theatre of the Empire Great Britain. Ses vers sont élogieux :

  • 14 John Speed, The Theatre of the Empire Great Britain, 1611, cité par Herbert Gra (...)

Fleuris, belle Albion, gloire du Nord,
Chérie entre les bras de Neptune,
Tel un joyau, te voilà coupée du monde
Afin de mieux te préserver et te défendre de tous les maux14.

  • 15 Ben Jonson, The Masque of Blackness, 1605. Cité par Keith M. Brown, op. cit, 83 : “a worl (...)
  • 16 William Camden, Britannia, 1607 :“the most famous Iland, without comparison, of the whole (...)

7On retrouve bien cette idée que l’insularité est synonyme de salut, de protection contre les ingérences étrangères, ce qui nous renvoie à notre point de départ, c’est-à-dire à ce fait que le XVIIe siècle est également marqué par un fort désir de repli national. Un autre poète, Ben Jonson, un des grands favoris de Jacques Ier, brille lui aussi par sa verve encomiastique. Ainsi dans The Masque of blackness de 1605, il décrit la Grande-Bretagne comme « un monde coupé du monde »15. L’œuvre de William Camden, Britannia, reprend également le topos de l’île. Publiée pour la première fois en 1586, cette œuvre propose une description historique de la Grande-Bretagne et de l’Irlande. Décrivant ce qu’il nomme « Britaine », Camden en souligne notamment l’isolement. Il s’émerveille devant ces îles britanniques qui sont, selon lui, incomparables16. Si la Grande-Bretagne se distingue par cette mer qui la tient à l’écart du Continent, elle est également décrite comme fertile, et présentée comme un véritable Eden. Dans Minerva Britanna, de nombreux emblèmes concernent le monde paysan et dépeignent une terre aux ressources abondantes. L’emblème 89 rend hommage à William Stallenge, premier anglais à avoir développé la production de soie en Angleterre. Dans l’emblème 185, le monde de la ville est déprécié au bénéfice de la campagne qui apporte à l’homme tout ce dont il a besoin.

Fig. 3 : Emblème 185

Fig. 3 : Emblème 185
  • 17 Samuel Daniel, The order and solemnitie of the creation of the High and mightie (...)
  • 18 Philipp Wolf, op. cit., 163.
  • 19 Herbert Grabes, op. cit., 175.

8L’image, extrêmement chargée, présente un pays au relief varié comme l’attestent les montagnes sur la droite, les collines à gauche, la plaine et les étendues d’eau au centre et à gauche. Les villages se mêlent aux champs cultivés (à droite) et la présence de bétail (en bas à gauche) atteste de la variété de l’agriculture britannique. Cet emblème aux accents bucoliques corrobore ce qui est dit par ailleurs de la richesse du sol insulaire. Comme l’écrit Samuel Daniel : « les côtes de Cambria, belles et agréables, découvertes par surprise, en ce printemps déjà mûr, abondaient de richesses en tous genres »17. Parfois décrite comme un jardin clos, un hortus conclusus18, l’île est très souvent dépeinte comme un véritable Eden. C’est notamment le cas chez Robert Greene dans son œuvre The Spanish Masquerado (1589)19. Vivant sur une terre fertile, riche et suffisamment abritée des remous du Continent, le peuple anglais semble ainsi jouir d’une existence paisible, que seul un isolement pérenne saura garantir. Le message de Peacham va dans ce sens, sans aucun doute, à une époque où la conquête du Nouveau-Monde est encore un enjeu important et où l’empire britannique peut gagner en envergure. L’heure est à la construction nationale, à l’élaboration d’un empire interne fort, capable de soutenir une entreprise transocéanique à la hauteur des aspirations du roi.

Un royaume composite, une identité unique ?

  • 20 Plus précisément, entre 1535 et 1542, une série d’actes parlementaires furent adoptés afin (...)

9Jusqu’ici, nous nous sommes penchés sur le développement d’un patriotisme anglais chez Peacham, puis nous avons considéré la Grande-Bretagne en tant qu’île, sans pour autant nous attacher à décrire les relations intra-nationales, c’est-à-dire les liens qu’entretiennent entre eux les différents « pays » de l’île, à savoir l’Angleterre, le Pays de Galles et l’Écosse. Car si la nation cherche à prendre de la distance avec le Continent et à démontrer sa grandeur, elle sait qu’elle abrite en son sein des conflits fratricides qu’elle doit impérativement résoudre si elle veut constituer un empire capable de soutenir une expansion transocéanique durable. Comment un pays qui connaît les dissensions et les guerres intestines peut-il prétendre conquérir le Nouveau-Monde ? Si la question galloise semble être réglée depuis 153620, le problème de l’Écosse se pose à nouveau dès 1603 lorsque Jacques VI d’Écosse devient Jacques Ier d’Angleterre. Pour le roi, le projet d’Union va devenir une véritable croisade, puisque Jacques est désireux de voir s’unir non seulement les armes mais également les cœurs de deux pays aux relations si conflictuelles.

10Minerva Britanna propose une analyse politique du début du règne de Jacques puisque le recueil est publié en 1612. À tour de rôle, les questions de politique intérieure, étrangère, économique, religieuse sont scrutées par l’emblémiste. Dans cet ouvrage de propagande, Peacham s’efforce de présenter sous le meilleur jour les projets du roi : c’est notamment le cas du projet d’Union. Afin de faire accepter un projet qui n’allait pas de soi, l’emblémiste use d’un certain nombre d’arguments. Ainsi rappelle-t-il à ses lecteurs que l’Union entre l’Écosse et l’Angleterre est voulue par Dieu. C’est notamment l’objet de l’emblème 12.

Fig. 4 : Emblème 12

Fig. 4 : Emblème 12
  • 21 La Bible de Jérusalem, Paris : Les éditions du Cerf, 1986, I- Corinthiens 3 : 6-7.

11Cette main qui sort des nuages est celle de Dieu qui arrose un plant bigarré, mêlant plant de chardon et de rosier, tous deux symboles respectifs des nations écossaise et anglaise. Le titre de l’emblème est révélateur (« Quae plantavi irrigabo ») puisqu’il signifie littéralement « j’arroserai ce que tu as planté ». Cette phrase biblique permet à l’emblémiste de montrer à ses lecteurs que le projet d’Union est béni par Dieu. En effet, on la retrouve dans la première lettre aux Corinthiens : « Moi, j’ai planté, Apollos a arrosé ; mais c’est Dieu qui donnait la croissance. Ainsi donc, ni celui qui plante n’est quelque chose, ni celui qui arrose, mais celui qui donne la croissance : Dieu »21. Comment peut-on alors s’opposer au dessein de Dieu ? Si celui-ci désire cette Union, c’est que celle-ci est bonne pour tous. L’emblémiste s’appuie ensuite sur un autre argument, citant l’exemple de l’Irlande. C’est le cas dans l’emblème 45.

Fig. 5 : Emblème 45

Fig. 5 : Emblème 45

12Les vers qui accompagnent l’emblème sont sans équivoque :

  • 22 Emblème 45, §2 : “While I lay bathed in my native blood / And yeelded nought save harsh, (...)

Alors même que je baignais dans mon propre sang,
Et ne produisais rien que de rudes et diaboliques sons :
Et que je n’avais d’autre espoir que celui des Cieux
Grand Souverain, vous avez eu pitié de mes blessures
Vous m’avez réparée et avec une clef d’ivoire
Avez réaccordé mes cordes qui s’étaient détendues ou qui avaient cassé22.

  • 23 Michael Drayton, A gratulatorie poem to the majesty of King James. Printed by James Rober (...)

13Jacques est ainsi célébré comme le providentiel luthier qui a sauvé cette pauvre terre d’Irlande. Pour le roi, l’annexion de la terre irlandaise est un de ses plus grands succès. Voici notamment ce qu’écrit Michael Drayton, dès 1603, au sujet de la question irlandaise: « Ton royaume d’Irlande, une terre bien fertile, assujettie par ta main glorieuse »23. Présentant ainsi le succès de l’entreprise jacobéenne de l’autre côté de la mer irlandaise, Peacham vise à rassurer le peuple écossais sur les bénéfices qu’il saura tirer de cette association salvatrice si l’Union devenait réalité. La tâche est cependant ardue. Le projet d’Union ne semble en aucun cas faire l’unanimité, d’où ce besoin réel de propagande. Au-delà des grandes différences entre les deux pays – lesquelles sont totalement occultées par le roi ainsi que par les artistes œuvrant en faveur du projet d’union – les peuples ne s’aiment pas. Or sans amitié, pas d’union véritable. Des deux côtés règnent méfiance et suspicion quant à ce projet d’union. Comme l’explique Henry Spelman, au sujet des craintes du peuple anglais :

  • 24 Bruce Galloway, The Union of England and Scotland, 1603-1608 in Irène Carrier, (...)

[…] nombre de leurs nobles et éminents gentilshommes tenteront de s’immiscer au sein de la Cour. Et ils auraient raison car qui ne désire pas jouir de l’influence du Prince ? Mais nous verrons nos maisons, nos terres, nos biens nous échapper, la Cité de Londres et les campagnes seront repeuplées d’Écossais et la Cour en sera remplie. Et comme ils ont la permission du prince de quémander et que les lois leur donnent le droit de se servir, non seulement obtiendront-ils le droit de s’établir et d’hériter aux quatre coins de l’Angleterre, mais ils pourront siéger au sein du gouvernement24.

  • 25 J. D. Mackie, A History of Scotland, Harmondsworth : Penguin Books, 1978, 174 : “The Scot (...)
  • 26 Roger A. Mason, “Scotland, Elizabethan England and the Idea of Britain” in Transactions (...)

14Objets d’un certain nombre de préjugés, les Écossais étaient le plus souvent indésirables sur le sol anglais. Comme le dit très justement J. D. Mackie, ils demeuraient non seulement des étrangers en Angleterre, mais de surcroît, de « bien impopulaires étrangers »25 ! En Écosse, on voyait l’Union comme une ultime étape dans le processus de colonisation anglaise des îles britanniques. Avec une certaine lucidité, les Écossais évoquaient les cas de l’Irlande et du Pays de Galles afin de montrer que derrière l’Union, il y avait bien une volonté d’expansion territoriale et politique. Comme le souligne Roger A. Mason : « on a clairement l’impression que l’année 1603 a été perçue, et l’est peut-être toujours, comme celle de l’absorption pure et simple de l’Écosse dans un système impérial anglais en pleine expansion »26. Le véritable défi pour Peacham (comme pour tous ceux qui voulaient faire accepter ce projet des deux côtés de la frontière anglo-écossaise) était de souligner les éléments fédérateurs qui pourraient rassembler les deux patries et montrer qu’au-delà de leurs différences, les deux pays avaient bien des choses en commun. Pour ce faire, Peacham a recours à la fameuse métaphore du mariage, également exploitée par le roi lui-même. Nous avions déjà vu comment les pieds de chardons et de rosiers se mêlaient afin de ne former qu’une seule plante (fig. 4). Dans l’emblème 41 l’image d’union et de concorde est représentée par un myrte et un grenadier et a pour thème l’amitié entre les peuples voisins :

Fig. 6 : Emblème 41

Fig. 6 : Emblème 41

15Les vers de l’emblème plaident pour la bonne entente entre voisins, et visent à alimenter les arguments des unionistes. Ainsi lit-on dans le deuxième sizain :

  • 27 Emblème 41, §2 : “Which doth declare, how neighbours should unite/ Themselves t (...)

Ceci [l’union du grenadier et du myrte] nous montre la façon dont les voisins devraient s’unir
Ensemble, dans l’amour amical
Et ne pas exercer leur hargne l’un sur l’autre,
Tels des tyrans quand rien ne vient justifier une telle haine27.

  • 28 Jane Dawson, “Anglo-Scottish Protestant culture and integration in sixteenth-ce (...)

16L’enjeu dans cet emblème est de démontrer que la concorde entre les deux pays est non seulement possible, mais qu’elle va de soi, qu’elle est naturelle. Si certains invoquent la langue commune (éludant la question du gaélique et des dialectes écossais), d’autres affirment que l’Écosse et l’Angleterre partagent une même culture. Cependant, comme le rappelle Jane Dawson, si les Écossais étaient amenés à lire les mêmes textes, et donc, à penser comme leurs voisins anglais, ce n’était pas par choix, mais bien par obligation28.

  • 29 J. H. Elliott, “A Europe of Composite Monarchies”, Past and Present, n°137, Oxford, (...)
  • 30 Ibidem, 61.

17Une des raisons susceptibles d’expliquer l’échec du projet d’union semble tenir à la manière dont le projet fut présenté tant aux Anglais qu’aux Écossais. Le roi n’a jamais été très clair sur ce qu’il souhaitait. Quid de la question du système législatif écossais, bien distinct de celui de son voisin du sud ? Quid de la question de l’Église ? Deux types d’Union sont possibles entre les deux pays. Selon J. H Elliott, en effet, l’union peut soit prendre la forme d’une incorporation (c’est le cas notamment du Pays de Galles qui jouit des mêmes droits que l’Angleterre), soit suivre un modèle dit d’acque principaliter, où chaque entité est traitée distinctement, même après l’acte d’union29. Pour Jacques, le modèle d’acque principaliter est meilleur30. Si donc l’union prévue avec l’Écosse n’entame en rien les spécificités culturelles, politiques, législatives et religieuses de celle-ci, on peut s’étonner qu’un certain nombre d’emblèmes proposent une approche qui rappelle l’union conclue avec le peuple gallois. L’image de l’emblème 11 montre les armes de cette Grande-Bretagne tant désirée par Jacques.

Fig. 7 : Emblème 11

Fig. 7 : Emblème 11
  • 31 C. V. Wedgwood, “Anglo-Scottish Relations (1603-1640)”, Transactions of the Royal Histori (...)
  • 32 Ibidem.
  • 33 Diana Newton, The Making of the Jacobean Regime, James VI and I and the government of Eng (...)

18On y voit deux lions soutenant une couronne impériale (couronne en forme de globe). Peacham (ou l’éditeur) nous indique dans la marge que l’un est rouge (celui de gauche) et l’autre est de la couleur de l’or (celui de droite). Une autre indication dans la marge nous indique que les lions représentent les lions anglais et écossais. Or il semblerait que le lion n’ait jamais été le symbole de l’Écosse, mais uniquement celui de l’Angleterre. Dès son accession en 1603, l’union de facto entre les deux pays contraignit le roi à adopter de nouvelles armoiries. Ainsi, les armes de l’Angleterre qui représentaient deux lions, et celles de l’Écosse où figuraient deux licornes, furent entièrement remaniées, d’où les nouvelles armoiries souvent appelées « le lion et la licorne ». Or ici, on comprend bien que les armes ont été calquées sur le modèle anglais uniquement. Où est la licorne écossaise ? Le problème qui semble donc se poser est celui de la diversité au sein d’un royaume que le roi entend unifier. Comment concilier à la fois la nature essentiellement composite de ce royaume de Grande-Bretagne et la volonté d’unir un peuple aux coutumes très diverses sous un seul et même nom, celui de « Britanniques » ? Cependant, lorsque le nom de Grande-Bretagne fut choisi, il semble qu’il ait admis certaines distinctions. Ainsi, selon C. V. Wedgwood, on parlait de « North Britain » ou de « South Britain » pour désigner l’Écosse ou l’Angleterre31. En même temps, l’adoption d’un seul et même drapeau posait la question de l’ordre dans la superposition des croix de saint Georges et de saint André. Problème sans fin, puisque dans tous les cas, l’ordre adopté serait perçu comme un affront par le pays dont la croix se trouverait « écrasée » par celle de l’autre, et c’est bien ce qui advint lorsque la croix de saint George fut superposée à la croix de saint André32. Le cas des terres frontalières entre l’Écosse et l’Angleterre – communément appelées « Borders » – souleva également de nombreuses objections. En 1605, une commission royale fut créée afin de gérer les problèmes de ces fameuses « Borders ». Composée de cinq membres anglais et de cinq Écossais, la commission était censée prévenir toute rébellion, toute violence et maintenir la paix dans cette région frontalière. Mais il semble que les membres de cette commission n’aient jamais vraiment tenté de résoudre le problème, se contentant de prévenir tout débordement public33. De plus, le roi resta sans doute très évasif sur les questions qui intéressaient principalement les deux parties. En effet, rien n’était clair au sujet des lois écossaises et du système législatif anglais. Rien ne fut dit concernant la question de l’Église, ou le devenir de certains privilèges écossais. Si cette tactique avait le mérite de brouiller les pistes, le manque de précision eut raison de ce projet d’envergure qu’était l’Union.

19On comprend donc que l’Union entre l’Écosse et l’Angleterre se soit heurtée à un certain nombre d’obstacles, qu’ils soient philosophiques, historiques, religieux ou simplement politiques. Il semble qu’une union égalitaire se soit surtout révélée impossible dans un royaume où l’Angleterre jouait le rôle principal et où l’Écosse aurait inévitablement été reléguée au second plan. Mariage de deux moitiés inégales, l’union anglo-écossaise ne pouvait que rencontrer une certaine opposition au sein même du Parlement anglais. C’est Nicolo Molin, ambassadeur vénitien en Angleterre, qui rapporte les objections anglaises, le 28 avril 1604, soit un an après l’accession de Jacques Ier. Selon lui :

  • 34 Irène Carrier, James VI and I, King of Great Britain, Cambridge : Cambridge University Pr (...)

[…] les Anglais sont prêts à accepter, mais seulement à condition que les quatre grandes fonctions – Lord High Constable, Lord Chancellor, Lord Keeper et Lord Chamberlain – soient toujours occupées par des Anglais, et qu’aucun Écossais ne puisse être nommé à une fonction importante avant une période de douze ans […] La deuxième difficulté est l’insistance des Anglais à ce qu’aucun pair écossais ne puisse être anobli en Angleterre alors que les Écossais réclament les mêmes droits à être anoblis que les Anglais […]. La troisième difficulté est la revendication anglaise que l’Écosse soit taxée de la même façon que l’Angleterre […]34.

  • 35 Jenny Wormald, “The Creation of Britain: Multiple Kingdom or Core and Colonies ?”, Transa (...)
  • 36 Jane Dawson, op. cit, 107.
  • 37 Roger A. Mason, op. cit., 281 : “They had experience enough of being, as it were, in bed (...)

20On voit clairement l’attitude anglaise face à ce projet d’Union : d’un côté, ils désirent que l’Écosse soit logée à la même enseigne que l’Angleterre en matière de taxation de la population, mais de l’autre, ils souhaitent conserver leurs privilèges politiques et assurer leur place au sein du gouvernement. Ils veulent une union qui les arrange : une union à leur profit. De plus, l’Angleterre était tout à fait consciente d’être plus riche que son voisin du Nord. Pour les Anglais, l’union menaçait leur hégémonie car en s’alliant avec un voisin pauvre, quel(s) profit(s) pouvaient-ils espérer tirer de la situation ? Chez les Écossais, la peur de l’annexion alla croissant. Dans l’emblème 11 de Peacham, on voit bien comment le lion a remplacé la licorne, symbole de l’identité écossaise. Selon Jenny Wormald, l’union des couronnes n’a pas produit les effets attendus, mais elle a suscité la peur et la méfiance des deux côtés35. On peut cependant nuancer le propos en précisant que les Écossais ne nourrissaient pas les mêmes peurs que les Anglais. Il ne s’agissait pas pour l’Écosse de perdre son hégémonie, mais d’être littéralement engloutie, annexée, bafouée et reléguée au rang de colonie. Pour justifier ses craintes, l’Écosse pouvait s’appuyer sur le précédent que constituaient l’annexion du Pays de Galles et celle de l’Irlande et rappeler la manière dont le géant anglais avait conquis les pays voisins. Le projet d’Union visait donc à constituer un empire britannique, un État fort, mais qui serait dominé par l’Angleterre36. Lucides, les Écossais savaient qu’ils ne pourraient pas lutter contre un ennemi aussi puissant que l’Angleterre. Comme le dit Roger Mason, « ils avaient suffisamment d’expérience et savaient très bien qu’ils partageaient leur couche avec un éléphant »37.

21Mariages d’inégaux et d’étrangers, mariage arrangé sans amour, le projet d’union semble porter en lui son propre échec. Les efforts du roi ou ceux de propagandistes tels que Peacham ne parvinrent pas à répondre aux objections formulées de part et d’autre, ni à rassembler les éléments fédérateurs qui eussent pu rendre cette union possible. Dans son recueil d’emblèmes, Peacham va donc avoir recours à un tout autre argument. En effet, seule l’Histoire peut apporter au projet d’Union une justification fédératrice. En démontrant que la Grande-Bretagne a existé par le passé et que l’Écosse et l’Angleterre partagent un passé commun, Peacham tente ainsi de montrer que l’identité nationale « britannique » n’est pas à construire, mais à retrouver.

Justifications historiques et ethnogénisme : la reconquête identitaire

22Les références au passé et les considérations ethnogéniques sont monnaie courante aux XVIe et XVIIe siècles. Dans les emblèmes de Peacham – comme c’est le cas chez de nombreux autres auteurs en ce début de XVIIe siècle – les références ethnogéniques et les rappels à l’histoire vont permettre à l’emblémiste d’affirmer que les îles britanniques partagent une même histoire, et aussi que les habitants de la Grande-Bretagne sont tous issus de la même lignée, et qu’ils sont tous habités par les mêmes valeurs. C’est à ce prix qu’une ébauche d’identité nationale est possible. C’est donc vers le passé que l’emblémiste se tourne afin de trouver les éléments fédérateurs susceptibles de créer une cohésion entre les peuples de l’île.

23Si les différents « pays » qui composent la Grande-Bretagne sont très différents les uns des autres, comme on a pu le voir, ils ont cependant souvent combattu dans le même camp. Dès la seconde moitié du XVIe siècle, la Grande-Bretagne se rassemble derrière la bannière de la doctrine protestante. Marquée par deux figures importantes, John Knox et James Stewart, l’Écosse ne fut pas épargnée par la vague luthérienne, même si la reine – Marie Stuart – demeura toujours catholique tout en essayant de réformer la Kirk écossaise dans le sens d’un protestantisme modéré. Son mariage avec James Hepburn suscita la colère de la noblesse écossaise qui se souleva contre la reine. Marie fut emprisonnée, puis elle s’exila en Angleterre et fut finalement exécutée en 1587. Pays catholique dont les liens avec la France avaient été relativement forts, l’Écosse devint ainsi un pays réformé, protestant, nettement moins modéré que son voisin du sud. Les deux pays ont donc au moins cette double caractéristique commune : leur rejet du Catholicisme et leur adoption, à quelques décennies d’écart, de la foi protestante. Dans son pamphlet en faveur du projet d’Union, John Gordon fait notamment référence à cette religion commune :

  • 38 John Gordon, England and Scotlands happinesse in being reduced to vnitie of religion, vnder (...)

Sire, les peuples des îles de Grande-Bretagne n’étaient pas unis de par leur religion […] mais ont longtemps été montés les uns contre les autres, dans une mer de discorde, de dissensions et de guerres cruelles, contre la volonté et la loi de Dieu […] Mais à présent que la lumière de la parole de Dieu, la vraie vénération d’un seul Dieu a pris profondément racine en leurs cœurs sous le règne de la feue Reine […] ils n’ont plus qu’un seul cœur38.

  • 39 Carol Z. Wiener, “The Beleaguered Isle : A Study of Elizabethan and Early Jacobean (...)

24Selon Gordon, l’union entre les deux pays est possible car tous deux sont protestants. Mais qu’en est-il du Pays de Galles ? Rattaché à l’Angleterre dès 1536, le pays subit les mêmes bouleversements religieux que l’Angleterre elle-même. Dès le milieu des années 1530, la réforme a pris pied en Angleterre et elle continue à se développer après la mort d’Henri VIII. La reine Élisabeth fait passer une loi prévoyant la traduction de la Bible et de la liturgie en gallois. Ainsi, en 1567, le Book of Common Prayer et le Nouveau-Testament sont traduits en langue galloise, ce qui facilite énormément le développement de la culture protestante au Pays de Galles. On peut donc dire qu’au XVIIe siècle, la Grande-Bretagne est entièrement protestante, bien qu’à des degrés divers. Cette caractéristique commune prend également la forme d’un vif sentiment anticatholique. Cette méfiance – pour ne pas dire cette haine – envers les Catholiques constitue d’ailleurs l’un des traits distinctifs de l’ébauche d’une identité nationale, comme l’a démontré Carol Z. Wiener39. Dans l’un de ses emblèmes les plus intéressants, Peacham a recours à une référence historique qui renforce cette analyse. En effet, dans l’emblème 108, l’image semble renvoyer à la défaite de « l’Invincible Armada » en 1588, dont on sait combien elle fut utilisée par les protestants dans leur lutte contre les catholiques.

Fig. 8 : Emblème 108

Fig. 8 : Emblème 108
  • 40 Emblème 11, §2 : “On common foe, let now your force be tri’de”.

25On y voit très clairement une femme repousser du pied un navire de la Renaissance. La femme – une reine puisqu’elle tient un sceptre – porte une cuirasse et ses cheveux détachés lui donnent l’apparence d’une guerrière. Cette image représente le refus de l’invasion. On peut donc, sans grand risque, supposer qu’il s’agit bien d’une représentation de cet épisode où culminent anti-catholicisme et haine des Espagnols. L’Écosse, l’Angleterre et le Pays de Galles ont tous un ennemi commun, à savoir le Pape et l’obscurantisme religieux qu’ils rattachent à la vieille Foi. L’emblème peut donc jouer un rôle fédérateur, puisqu’il est porteur de cet anti-catholicisme qui est un trait commun à tous les « britanniques ». Dans l’emblème 11, les vers incitent Écossais et Anglais à diriger leur force belliqueuse contre un « ennemi commun »40. C’est donc dans la lutte et le combat que l’esprit britannique semble pouvoir s’exprimer le mieux.

  • 41 Jean Seznec, La Survivance des dieux antiques. Essai sur le rôle de la traditio (...)

26Si Henry Peacham choisit des emblèmes qui renvoient à des événements récents, il utilise aussi des symboles et des figures qui s’enracinent dans un passé bien plus lointain. L’objectif est clair : il s’agit en effet pour l’artiste de remonter à une époque où il n’y avait ni Écossais, ni Gallois, ni Anglais, mais une seule et même lignée, et où les peuples de l’île partageaient un ensemble de traits communs. Jean Seznec parle de « fables ethnogéniques ». Il explique en effet que l’ethnogénisme consiste à chercher dans le passé antique des témoins, des ancêtres, des « géniteurs »41. Or c’est bien ce que fait Peacham dans l’emblème 108 (Fig. 8). Dédié à Britannia, l’emblème évoque la libération du joug romain. En l’occurrence, Britannia ne désigne pas une personne mais la province qui recouvrait l’Angleterre, le Pays de Galles et le sud de l’Écosse. Pour les Romains, cette province constituait la limite septentrionale du monde connu après que Claudien, entre 43 et 47, eut conquis l’île et pris le titre de Britannicus. Dans l’emblème 108, il est donc question d’une libération, d’où ce pied qui repousse un bateau. Le premier sizain de Peacham nous conte justement cette époque où la province Britannia était dirigée par les troupes romaines :

  • 42 Emblème 108, §1 : “With haire dishevel’d, and in mournefull wife, / Who spurnes a shippe, (...)

Les cheveux défaits, et telle une épouse éplorée
Repoussant un bateau, un sceptre à la main,
Britannia est ainsi représentée dans les arts antiques,
À l’époque où les Romains ont envahi sa terre42.

  • 43 Certains avancent que la reine et ses deux filles furent violées par des soldats romains (...)
  • 44 Celeste Turner Wright, “The Elizabethan Female Worthies”, Studies in Philology, Vol. 43, (...)
  • 45 Julie Crawford, “Fletcher’s ‘The Tragedie of Bonducca’ and the Anxieties of the Masculine (...)

27Ce que Peacham nomme allégoriquement Britannia est en réalité Boudicca ou Boadicée, l’épouse de Prasutagus, roi des Icènes, lequel légua son royaume à l’empereur romain vers 60. Ayant été humiliée par les Romains, Boadicée décide de provoquer un soulèvement populaire43. Attaquant tour à tour Colchester, puis les légions venues de Lincoln et enfin celles de Londres, les Icènes sont finalement battus par les Romains et la reine se donne la mort en avalant du poison. On comprend aisément que le symbole conserve toute sa force à l’époque de Peacham – celle d’une femme qui repousse l’envahisseur romain : l’allusion à Élisabeth est transparente. Pour Celeste Turner Wright : « comme Zénobie (ou comme Élisabeth se confrontant à l’Armada), [Boadicée] s’est adressée à son peuple habillée telle une guerrière. Elle a mené bataille en réunissant non seulement des hommes, mais des milliers de femmes guerrières »44. Pour Julie Crawford, la reine Boadicée est l’une des représentations allégoriques les plus évidentes de la reine Tudor45.

  • 46 Celeste Turner Wright, “The Elizabethan Female Worthies”, op. cit., 629.
  • 47 Ibidem, 638.
  • 48 George L. Mosse, Nationalism and Sexuality : Respectability and Abnormal Sexuality in Mod (...)

28Mais il existe également une autre figure fédératrice dont use et abuse Peacham. Il s’agit bien entendu de la déesse éponyme, Minerve, qui donne son nom à l’ouvrage de l’emblémiste. Selon Celeste Turner Wright, elle fait partie de ces figures féminines exemplaires par leur courage et leur capacité à mener la bataille46. De plus, tandis que Boadicée est souvent décrite comme une femme bestiale, corpulente, d’aspect terrible, Minerve est au contraire louée pour son intelligence47. Il n’est pas interdit de penser que le titre de l’ouvrage contient un jeu de mots sur Britannia/Britanna, et que Peacham désigne ainsi obliquement l’épouse du roi, Anne. On voit comment les figures fédératrices que sont Boadicée, Minerve et même Élisabeth transcendent les considérations politiques soulevées par la question de l’identité nationale. Ce que ces figures représentent, ce sont des valeurs de bravoure, d’intelligence et d’indépendance. Peacham se sert donc de ces figures pour rassembler les peuples de l’île autour de ce nucléus de qualités dans lesquelles Écossais, Gallois et Anglais peuvent se reconnaître. Le but de Peacham était bien de démontrer qu’en forgeant une identité britannique commune, en créant une seule et même Grande-Bretagne, le roi ne faisait que respecter un schéma historique de continuité, que le schisme anglican était venu renforcer. Que ces figures soient des femmes et que Minerva Britanna puisse se lire comme un hommage à la reine Anne, invite à penser que ce sont ces femmes qui garantissent la continuité du lien. Si la femme est matrice, c’est-à-dire mère du peuple, elle devient, chez l’emblémiste, un véritable symbole national. Comme l’explique George L. Mosse « la femme, en tant que symbole national, était la gardienne de la continuité et de l’immutabilité de la nation, l’incarnation de sa respectabilité »48.

Conclusion

  • 49 Linda Colley, “Mapping British identities : Speed’s Theatre of the Empire of Great (...)
  • 50 Sur ce point, voir Sarah Barber, “A State of Britishness ?”, in Steven G. Ellis et (...)

29C’est en sondant l’Histoire que Peacham, comme d’autres auteurs, tente de définir des traits britanniques distinctifs. Il espère ainsi forger un sentiment identitaire commun et rendre possible la construction d’un royaume unifié. Nous avons vu comment l’île de Grande-Bretagne au XVIIe siècle est déchirée entre un désir d’expansion vers l’ouest et un besoin de repli national. Ces mouvements simultanés d’expansion, d’inclusion, d’exclusion et d’extension font du XVIIe siècle le siècle du rapport à l’Autre en Grande-Bretagne. Mais le rapport à l’Autre, ce n’est pas seulement le rapport à l’homme rouge, au sauvage d’Amérique. Pour les Anglais, c’est également l’appréhension des peuples qui les entourent, qu’ils soient continentaux ou qu’il s’agisse de leurs propres voisins du Nord. Si certains historiens affirment que l’identité britannique ne commença à se forger que bien plus tard, soit après la Guerre Civile pour Linda Colley49 ou dans les années 1750 pour David Hayton50, il y a bien, chez Peacham et quelques autres auteurs, une quête de traits fédérateurs susceptibles de rassembler les peuples de l’île autour de valeurs communes, qu’il s’agisse de l’insularité, de l’anti-catholicisme ou de ces qualités morales qu’incarnent Boadicée, Minerve ou Élisabeth. Ce recours au passé, cet intérêt pour la tradition traduisent non seulement une quête de stabilité et de continuité, mais également un nationalisme latent qui cherche à s’exprimer autrement que dans le feu et le sang de la guerre.

Haut de page

Bibliographie

AKRIGG G. P., “England in 1609”, in The Huntington Library Quarterly, Vol. 14, n°1, 1950.

BUSH Douglas, Mythology and the Renaissance Tradition in English Poetry, New York : W.W. Norton and Company, 1963.

CAMDEN William, Britannia, 1607, <http://www.philological.bham.ac.uk/cambrit>, consulté le 16 octobre 2014.

CARRIER Irène, James VI and I, King of Great Britain, Cambridge : Cambridge University Press, 1998.

DANIEL Samuel, The order and solemnitie of the creation of the High and mightie Prince Henrie, eldest sonne to our sacred soueraigne, Prince of VVales, Duke of Cornewall, Earle of Chester, &c. As it was celebrated in the Parliament House, on Munday the fourth of Iunne last past. Together with the ceremonies of the Knights of the Bath, and other matters of speciall regard, incident to the same. Whereunto is annexed the royall maske, presented by the Queene and her ladies, on Wednesday at night following, 1610.

ELLIS Steven G. et Sarah BARBER (Dir.), Conquest and Union, Fashioning a British State, 1485-1725, New York : Longman, 2001.

GORDON John, England and Scotlands happinesse in being reduced to vnitie of religion, vnder our invincible monarke King Iames, 1604.

GRABES Herbert (Dir.), Writing the Early Modern English Nation, The Transformations of National Identity in Sixteenth and Seventeenth Century England, Costerus New Series 137, Amsterdam : Rodopi, 2001.

MASON Roger A. (Dir.), Scots and Britons : Scottish political thought and the union of 1603, Cambridge : Cambridge University Press, 1994.

NEWTON Diana, The Making of the Jacobean Regime, James VI and I and the government of England 1603-1625, Woodbridge : The Boydell Press, 2005.

PEACHAM Henry, Minerva Britanna or a Garden of Heroical Devises furnished and adorned with Emblems and Impresas of sundry natures, newly devised, moralized and published, Londres : W. Dight, 1612.

SEZNEC Jean, La Survivance des Dieux antiques. Essai sur le rôle de la tradition mythologique dans l’humanisme et dans l’art de la Renaissance, Londres : The Warburg Institute, 1999.

TURNER WRIGHT Celeste, “The Elizabethan Female Worthies”, Studies in Philology, Vol. 43, n 4, 1946.

WEDGWOOD Cicely V., “Anglo-Scottish Relations (1603-1640)”, Transactions of the Royal Historical Society, Fourth Series, Vol. 32, Royal Historical Society, 1950.

WIENER Carol Z., “The Beleaguered Isle : A Study of Elizabethan and Early Jacobean Anti-Catholicism”, Past & Present, n°51, 1971.

WORMALD Jenny, “The union of 1603” in A. Roger MASON (Dir.), Scots and Britons: Scottish political thought and the union of 1603, Cambridge : Cambridge University Press, 1994.

WORMALD Jenny, “The Creation of Britain: Multiple Kingdom or Core and Colonies ?”, Transactions of the Royal Historical Society, Sixth Series, Vol. 2, Royal Historical Society, 1992.

Haut de page

Notes

1They being, (I doubt not) as ingenious, and happy in their invention, as the best French or Italian of them all”, sans numéro de page. Toutes les références à Minerva Britanna renvoient à l’édition citée en bibliographie, Henry Peacham, Minerva Britanna or a Garden of Heroical Devises furnished and adorned with Emblems and Impresas of sundry natures, newly devised, moralized and published, Londres : W. Dight, 1612.

2 Keith M. Brown, “The vanishing emperor: British Kingship and its decline 1603-1707” in Roger A. Mason (Dir.), Scots and Britons : Scottish political thought and the union of 1603, Cambridge : Cambridge University Press, 1994, 81.

3 Philipp Wolf, “The Emergence of National Identity in Early Modern England: Causes and Ideological Representations” in Herbert Grabes (Dir.), Writing the Early Modern English Nation, The Transformations of National Identity in Sixteenth and Seventeenth Century England, Costerus New Series 137, Rodopi : Amsterdam, 2001, 168.

4 Henry Peacham, op. cit., “Hence they terme us Tramontani Sempii, Simple and of dull conceipt, when the fault is neither in the Climate, nor as they would have it, in the constitution of our bodies […]”, non paginé.

5 C. Uhlig, op. cit, 98.

6 Peacham, op. cit., “[...] nor our Soile so barren as that we neede to borrow from their Sunne-burnt braines, our best Invention”.

7 Tous les emblèmes proviennent des Special Collections de Middlebury College, reproduits avec l’aimable autorisation de Timothy Billings. Ils sont disponibles à l’adresse suivante, <https://archive.org/details/minervabritannao00peac>, consultée le 9 mai 2015.

8 Emblème 98, §2 : “[…] that Europe may admire, the gratious Lampe that on thy brow doth shine”.

9 Jenny Wormald, “The union of 1603”, in Roger A. Mason (Dir.), Scots and Britons : Scottish political thought and the union of 1603, Cambridge : Cambridge University Press, 1994, 22.

10 Emblème 31, §2 : “Bee thou, as this Port-cullies, unto thine”.

11 Douglas Bush, Mythology and the Renaissance Tradition in English Poetry, New York : Norton and Company, 1963, 24.

12 Cité par G. P. Akrigg in “England in 1609”, The Huntington Library Quarterly, Vol. 14, n 1, 1950, 77 : “the largest island in the world”.

13 Idem, 78 : “the sea serves as a wall”.

14 John Speed, The Theatre of the Empire Great Britain, 1611, cité par Herbert Grabes in Writing the Early Modern English Nation, The Transformations of National Identity in Sixteenth and Seventeenth Century England, Costerus New Series 137, Amsterdam : Rodopi, 2001, 176 : “Flourish faire Albion, glory of the North, / Neptunes darling helde between his armes; / Devided from the world as better worth, / Kept for himeselfe, defended from alls harmes”.

15 Ben Jonson, The Masque of Blackness, 1605. Cité par Keith M. Brown, op. cit, 83 : “a world divided from the world”. On retrouve la même idée chez Shakespeare, notamment dans Richard II (Acte II, scène 1).

16 William Camden, Britannia, 1607 :“the most famous Iland, without comparison, of the whole world; severed from the continent of Europe by the interflowing of the Ocean”. Source en ligne, <http://www.philological.bham.ac.uk/cambrit>, consultée le 16 octobre 2014.

17 Samuel Daniel, The order and solemnitie of the creation of the High and mightie Prince Henrie, 1610. “The sweete, and pleasant Shores of Cambria, found / By an unusuall, and most forward Spring / Of comfort, wherewith all things did abound”.

18 Philipp Wolf, op. cit., 163.

19 Herbert Grabes, op. cit., 175.

20 Plus précisément, entre 1535 et 1542, une série d’actes parlementaires furent adoptés afin que le système légal gallois soit annexé au système anglais et qu’un État appelé « Angleterre et Pays de Galles » soit créé. L’Acte pour les Lois & la Justice à être administrés au Pays de Galles comme dans son Royaume a été adopté en 1536 et complété en 1543 par l’Acte sur certaines Ordonnances dans le Dominion et la Principauté de Galles de leurs Majestés.

21 La Bible de Jérusalem, Paris : Les éditions du Cerf, 1986, I- Corinthiens 3 : 6-7.

22 Emblème 45, §2 : “While I lay bathed in my native blood / And yeelded nought save harsh, & hellish soundes: / And save from Heaven, I had no hope of good, / Thou pittiedst (Dread Sovereigne) my woundes, / Repair’dst my ruine, and with Ivorie key, / Didst tune my stringes, that slackt or broken lay.”

23 Michael Drayton, A gratulatorie poem to the majesty of King James. Printed by James Roberts, London, 1603 : “Thy Realme of Ireland, a most fertile Land, / Brought in subjection to thy glorious hand”.

24 Bruce Galloway, The Union of England and Scotland, 1603-1608 in Irène Carrier, James VI and I, King of Great Britain, Cambridge : Cambridge University Press, 1998, 32 : “[…] many of their nobles and principal gentlemen will strive to creep themselves as near the Court as they can. And reason they should for who does not desire the influence of the prince. But our houses, our lands, our livings, shall be brought up in all places, the City and the country shall be replenished with Scots : the Court shall abound with them. And they having the favours of the prince to beg and capacity by the laws to take, shall not only obtain leases and inheritances in all parts of England but the offices of state and government also.

25 J. D. Mackie, A History of Scotland, Harmondsworth : Penguin Books, 1978, 174 : “The Scots were aliens in England, and unpopular aliens at that.”

26 Roger A. Mason, “Scotland, Elizabethan England and the Idea of Britain” in Transactions of the Royal Historical Society, Sixth Series, Vol. 14, 2004, 280 : “there is clearly a sense in which 1603 was – and perhaps still is – viewed simply as the absorption of Scotland into an expanding English imperial system”.

27 Emblème 41, §2 : “Which doth declare, how neighbours should unite/ Themselves together, in all friendly love ; / And not like Tyrants, exercise their spight, / On one another, when no cause doth move.”

28 Jane Dawson, “Anglo-Scottish Protestant culture and integration in sixteenth-century Britain”, in Steven G. Ellis et Sarah Barber (Dir.), Conquest and Union, Fashioning a British State, 1485-1725, New York : Longman, 2001.

29 J. H. Elliott, “A Europe of Composite Monarchies”, Past and Present, n°137, Oxford, Oxford University Press, 1992, 52.

30 Ibidem, 61.

31 C. V. Wedgwood, “Anglo-Scottish Relations (1603-1640)”, Transactions of the Royal Historical Society, Fourth Series, Vol. 32, The Royal Historical Society, 1950, 33.

32 Ibidem.

33 Diana Newton, The Making of the Jacobean Regime, James VI and I and the government of England 1603-1625, Woodbridge : The Boydell Press, 2005, 99-102.

34 Irène Carrier, James VI and I, King of Great Britain, Cambridge : Cambridge University Press, 1998, 34 : “[…] the English are willing to agree, but only on condition that the four great offices of Lord High Constable, Lord Chancellor, Lord Keeper, and Lord Chamberlain shall always be held by the English, and that no Scotsman may be appointed to any English office till the expiry of twelve years[…] The second difficulty is that the English insist that Scottish Peers shall not rank in England, while the Scots claim equal rank for their peerage with that of English […]. The third difficulty is that the English claim that Scotland shall be taxed as England is taxed […]”.

35 Jenny Wormald, “The Creation of Britain: Multiple Kingdom or Core and Colonies ?”, Transactions of the Royal Historical Society, Sixth Series, Vol.2, Royal Historical Society, 1992, 177 : “The union of the crowns of England and Scotland had produced not the child of peace and harmony, but the monstrous progeny of fear and distrust”.

36 Jane Dawson, op. cit, 107.

37 Roger A. Mason, op. cit., 281 : “They had experience enough of being, as it were, in bed with an elephant”.

38 John Gordon, England and Scotlands happinesse in being reduced to vnitie of religion, vnder our invincible monarke King Iames, 1604 : “The people (SIRE) of the Ilands of great Brittaine, were not united in religion, but they have beene long banded one agaynst an other, in a Sea of discords, discentions, and cruell warres, against the decree and lawe of God […]. But now that the light of the Gospell, the true worshippe of one God hath taken lively and sure roote in their heartes under the fortunate raygne of the deceased Queene […] they are become of one heart”.

39 Carol Z. Wiener, “The Beleaguered Isle : A Study of Elizabethan and Early Jacobean Anti-Catholicism”, Past & Present, n°51, Oxford : Oxford University Press, 1971, 27.

40 Emblème 11, §2 : “On common foe, let now your force be tri’de”.

41 Jean Seznec, La Survivance des dieux antiques. Essai sur le rôle de la tradition mythologique dans l’humanisme et dans l’art de la Renaissance. The Warburg Institute, London, 1999, 22.

42 Emblème 108, §1 : “With haire dishevel’d, and in mournefull wife, / Who spurnes a shippe, with Scepter in her hand : / Thus Britaine’s drawen in old Antiquities, / What time the Romanes, overran her land.

43 Certains avancent que la reine et ses deux filles furent violées par des soldats romains et que la reine fut flagellée par la suite, ce qui aurait véritablement déclenché la rébellion.

44 Celeste Turner Wright, “The Elizabethan Female Worthies”, Studies in Philology, Vol. 43, n°4, University of North Carolina Press, 1946, 631 : “Like Zenobia (or like Elizabeth confronting the Armada), she addressed her army in a warrior’s garb. She led to battle not only men but, perhaps, thousands of female warriors”.

45 Julie Crawford, “Fletcher’s ‘The Tragedie of Bonducca’ and the Anxieties of the Masculine Government of James I”, Studies in English Literature, 1500-1900, Vol. 39, n°2, Tudor and Stuart Drama, 1999, 359 : “Boadicea is in many ways the prototypical Amazonian female worthy and thus the most appropriate and deployable allegorical representation of Queen Elizabeth”.

46 Celeste Turner Wright, “The Elizabethan Female Worthies”, op. cit., 629.

47 Ibidem, 638.

48 George L. Mosse, Nationalism and Sexuality : Respectability and Abnormal Sexuality in Modern Europe, New York, Howard Fertig, 1985, in Jodi Mikalachki, “The Masculine Romance of Roman Britain : Cymbeline and Early Modern English Nationalism”, Shakespeare Quarterly, Vol. 46, n°3, 1995, 306 : “Woman as a national symbol was the guardian of the continuity and immutability of the nation, the embodiment of its respectability”.

49 Linda Colley, “Mapping British identities : Speed’s Theatre of the Empire of Great Britaine”, in David J. Baker et Willy Maley (Dir.), British identities and English Renaissance literature, Cambridge : Cambridge University Press, 2002, 143.

50 Sur ce point, voir Sarah Barber, “A State of Britishness ?”, in Steven G. Ellis et Sarah Barber (Dir.), Conquest and Union, Fashioning a British State, 1485-1725, New York : Longman, 2001, 306.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1 : Emblème 987
URL http://lisa.revues.org/docannexe/image/8748/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 228k
Titre Fig. 2 : Emblème 31
URL http://lisa.revues.org/docannexe/image/8748/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 467k
Titre Fig. 3 : Emblème 185
URL http://lisa.revues.org/docannexe/image/8748/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 600k
Titre Fig. 4 : Emblème 12
URL http://lisa.revues.org/docannexe/image/8748/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 447k
Titre Fig. 5 : Emblème 45
URL http://lisa.revues.org/docannexe/image/8748/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 485k
Titre Fig. 6 : Emblème 41
URL http://lisa.revues.org/docannexe/image/8748/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 490k
Titre Fig. 7 : Emblème 11
URL http://lisa.revues.org/docannexe/image/8748/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 379k
Titre Fig. 8 : Emblème 108
URL http://lisa.revues.org/docannexe/image/8748/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 499k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Julie Corre, « Le concept de « Britishness » dans les emblèmes de Henry Peacham (1612) : vers une reconquête identitaire ? », Revue LISA/LISA e-journal [En ligne], vol. XIII-n°3 | 2015, mis en ligne le 17 juillet 2015, consulté le 25 juillet 2017. URL : http://lisa.revues.org/8748 ; DOI : 10.4000/lisa.8748

Haut de page

Auteur

Julie Corre

Agrégée d’anglais, Julie Corre a soutenu sa thèse de doctorat en 2013 sur l’emblémiste Henry Peacham, sur lequel elle a publié plusieurs articles, dont « La peinture de la vertu royale comme horizon du recueil d’emblèmes de Henry Peacham, Minerva Britanna (1612) », (Lyon : ENS LSH, 2011) et « Mensonge, hypocrisie et calomnie : le faux témoignage dans l’art emblématique de la Renaissance » (Clermont-Ferrand : CERHAC, 2011).

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la Revue LISA / LISA e-journal sont mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Revues.org