Navigation – Plan du site

L’anglais d’Afrique du Sud : indigénisation et affirmation politique. Le cas du Dictionary of South African English on Historical Principles

South African English: indigenization and political assertion—the case of the Dictionary of South African English on Historical Principles
Bernard Cros

Résumés

Le Dictionary of South African English on Historical Principles (DSAEHP) entendait à sa parution en 1996 refléter la réalité linguistique de l’anglais en Afrique du Sud, langue de contact non majoritaire peu utilisée comme langue première. Tout comme l’anglais était lié à la lutte antiapartheid et devint indispensable au sortir des années d’oppression comme lingua franca des élites politiques, ce dictionnaire, élaboré à l’université Rhodes à Grahamstown, foyer progressiste anglophone, est associé à la posture antiapartheid caractéristique des intellectuels libéraux anglophones locaux et devait contribuer à construire le nouveau modèle démocratique. Le présent article s’interroge sur la place de ce dictionnaire, objet historiquement constitué, dans la lexicographie sud-africaine, sur le rendu du contenu lexical spécifique de l’anglais sud-africain qu’il opère, et sur la vision du monde particulière qu’il offre en tant qu’outil de construction symbolique reflétant les aspirations et présupposés de ses auteurs.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Henri Meschonnic, Des mots et des mondes, Paris : Hatier, 1991, 16.
  • 2 La constitution provisoire de 1993, définitivement adoptée en 1996, reconnaît 11 langu (...)

1Paru en 1996, le Dictionary of South African English on Historical Principles (DSAEHP) entend refléter la réalité linguistique de l’anglais sud-africain (ASA) et sans doute tout autant la culture du pays dans laquelle il se déploie. Comment, en le parcourant, ne pas adhérer à la définition d’Henri Meschonnic ? « Dictionnaires, encyclopédies, grammaires sont […] à merveille les lieux où lire entre les lignes, où reconnaître, plus facilement qu’ailleurs, les conflits, les masquages des conflits, les clichés qui font l’album de famille d’une culture1 ». La légitimité de l’entreprise n’allait pas forcément de soi car l’anglais n’est en Afrique du Sud qu’une langue de contact non majoritaire parlée comme langue première par moins de 10% de la population (environ 4 million de personnes). Toutefois, il est la langue importée au XIXe siècle par les colons britanniques qui ont largement contribué à construire l’Afrique du Sud moderne, langue officielle de la colonie du Cap dès 1822, puis en 1910 de l’Union sud-africaine à parité avec le néerlandais (remplacé par l’afrikaans en 1925), et enfin de la République en 1961, devenant au fil du temps l’outil principal des échanges politiques et économiques ; d’autre part, il est actuellement la principale lingua franca du pays, notamment en zones urbaines où sa maîtrise minimale est souvent indispensable. Doté d’une certaine neutralité liée à l’absence de revendications culturelles ou politiques fortes de ceux dont il était la langue maternelle, l’anglais fut volontiers employé dès les années 1920 dans les villes, puis dans les réserves et, à compter des années 1960, dans les bantoustans (ou homelands), au détriment de l’afrikaans, langue de l’apartheid et de l’oppression. Il fut aussi le langage de la lutte antiapartheid et de ses leaders, qu’il contribua à populariser dans le monde entier. Paradoxalement, le statut positif de l’anglais a été malmené à l’arrivée de la démocratie sous l’effet des enjeux symboliques et politiques du débat sur les langues. Selon la Constitution établie en 19932, cultures et langues locales doivent toutes être promues en tant que telles, non dans le but de les maintenir étanches. Leur défense est mentionnée explicitement dans la Constitution, mais c’est bien le développement des langues africaines qu’il fallait favoriser grâce par exemple au Pan South African Language Board (PanSALB), qui chapeaute des comités régionaux et des commissions lexicographiques pour chaque langue. Si l’une d’entre elles semblait n’avoir besoin d’aucune protection et encore moins d’aide, c’était bien l’anglais, dont l’hégémonie est parfois dénoncée, surtout par les défenseurs de l’afrikaans, qui se vivent désormais comme victimes du monstre anglais et se trouvent des points communs avec les locuteurs bantous.

  • 3 Albie Sachs, « Language Rights in the New Constitution », South African Constitution Studies (...)

2Pourtant, dans les faits, tout ramène à l’anglais : sa qualité de langue de communication dans un pays multiculturel, son efficacité dans le monde, le coût d’un plurilinguisme véritable, etc. L’opinion publique noire exige souvent que les enfants apprennent un « bon » anglais, même si les professeurs qualifiés manquent. Tous les colloques et débats qui ont eu lieu sur l’avenir des langues pendant la période de démocratisation se sont invariablement déroulés en anglais. Les débats parlementaires sont majoritairement en anglais. Quiconque le maîtrise vraiment a de meilleures chances de réussite sociale parce qu’il possède une clé culturelle importante et à l’inverse peut se retrouver exclu s’il ne le connaît pas. Albie Sachs, célèbre avocat de militants anti-apartheid, co-auteur de la Constitution de 1993, puis juge à la Cour constitutionnelle entre 1994 et 2009, le remarquait avec force : « The omnipresence of English can be inconvenient and suffocating and induce a sense of disempowerment and exclusion. In a sense, all language rights are rights against English, which in the modern world is such a powerful language that it needs no protection at all »3.

3L’anglais sud-africain mérite donc un dictionnaire dédié, en complément de dictionnaires d’anglais généraux, soit britanniques, variété dominante en Afrique du Sud, soit américains, qui se sont implantés sur le marché avec l’expansion de la télévision et d’internet. Dans la Préface, les auteurs assignent ouvertement à l’ouvrage trois objectifs à leur dictionnaire :

4Le premier est terminologique. Le DSAEHP rend compte de ce qui fait l’anglais d’Afrique du Sud aujourd’hui : comme toute langue en contexte plurilingue, son originalité tient

  • aux emprunts aux autres langues qui se trouvent à son contact ;

  • aux transformations apportées au lexique de l’anglais britannique, qui en constitue la base ;

  • et aux inventions et néologismes.

5Le deuxième est historique. C’est bien un dictionnaire « on historical principles » : basé sur l’exemple du prestigieux Oxford English Dictionary (OED), il a pour fonction de rendre compte de l’histoire lexicographique de la langue anglaise d’Afrique du Sud. Le matériau étudié en fait aussi un dictionnaire culturel recensant les originalités et les néologismes, et d’usages culturels parce qu’il explique les emplois. Dans l’Afrique du Sud contemporaine, devenue démocratique et multiraciale, les échanges interculturels se nourrissent de programmes télévisés, de publicité, de journaux populaires et d’internet.

6Le troisième est politique. Dans la Préface, Penny Silva, responsable du projet, s’inscrit dans la droite ligne de l’engagement antiapartheid des intellectuels libéraux d’antan. Le DSAEHP est donc un objet historiquement constitué, qui paraît deux ans après les premières élections au suffrage universel en Afrique du Sud dans une période politiquement exceptionnelle, celle de la mise en place de la démocratie. En outre, l’anglais, associé positivement à la lutte anti-apartheid, continue dans la même trace en participant à la construction du paradigme démocratique en tant qu’outil des négociations entre élites politiques. La constitution du dictionnaire doit aussi être replacée dans son contexte d’élaboration au sein du département d’anglais de l’université anglophone Rhodes à Grahamstown, connue pour être un foyer d’opinions progressistes. Par ailleurs, la centralité de l’anglais dans la société fait des dictionnaires des outils importants dans l’Afrique du Sud postapartheid, notamment dans les écoles (« There is […] a growing need for a range of English dictionaries », xvi).

7On s’interrogera donc en premier lieu sur la place de ce dictionnaire dans la lexicographie nationale et anglophone, car il n’est pas premier à avoir tenté de rendre compte de l’ASA. Ensuite, on s’intéressera au rendu du contenu lexical spécifique de l’ASA, défini par les apports des autres langues, dans un pays dont le contexte plurilingue est constitutif de l’identité, et par l’interprétation particulière de mots anglais préexistants. Enfin, en tant qu’outil de construction symbolique d’un ordre linguistique et politique, il offre une vision du monde particulière reflétant les aspirations et présupposés de ses auteurs, ce qui implique de s’intéresser à ses conditions de production.

Lexicographie : tradition, historique et principes du DSAEHP

  • 4 L’Australian National Dictionary paraît ainsi en 1988, pendant les célébrations du (...)
  • 5 Rufus H. Gouws, “Situating A Dictionary of South African English on Historical Pri (...)

8S’il s’étend, l’anglais change souvent de propriétaire et prend des identités multiples. Le DSAEHP s’inscrit dans une tradition lexicographique vivace des pays de langue anglaise qui voient fleurir depuis plus de deux siècles des dictionnaires d’anglais « régionaux » (les « World Englishes »), comme le Webster (États-Unis, 1828), le Austral English (Australie, 1898), le Macquarie Dictionary (Australie et Nouvelle-Zélande, 1971), le Australian National Dictionary (1988), le Australian Oxford Dictionary (1999), au Canada le Beginner's Dictionary (1962), le Intermediate Dictionary (1964), le Senior Dictionary (1967) et le Dictionary of Canadianisms on Historical Principles (1967), le Heinemann New Zealand Dictionary (1979), le Dictionary of New Zealand English (1997) ou encore le Dictionary of Caribbean English Usage (2003). Dans tous ces pays, auxquels on peut rajouter l’Irlande, l’Inde, le Ghana et le Nigéria par exemple, l’anglais a connu une indigénisation lexicale au contact d’environnements linguistiques divers, au point de susciter le besoin d’en recenser les particularités. Dans les pays où l’anglais domine, soit numériquement, soit socialement, ces dictionnaires contribuent à l’identité et à la culture nationales par la mise en commun de corpus lexicographiques unifiés, notamment dans des territoires gigantesques comme l’Australie ou le Canada où l’habitat est très dispersé4. Le contexte linguistique diffère cependant car l’anglais, quoique officiel, n’est pas la langue maternelle de 90% de la population sud-africaine, mais il n’en reste pas moins que par sa somme lexicale ancrée dans une réalité culturelle aussi forte, le DSAEHP a bien sûr pour effet de souligner « un nationalisme sud-africain5 ».

9L’anglais intègre d’abord et avant tout, tant chronologiquement que quantitativement, des termes issus de la langue du « frère ennemi », l’afrikaans, appelé en anglais Cape Dutch jusqu’au début du XXe siècle. Les contacts limités entre blancs et noirs et l’absence de repères communs retardèrent longtemps l’entrée de termes bantous, alors que Britanniques et Boers se côtoyaient sans cesse. Dans leurs « Remerciements », les auteurs du DSAEHP reconnaissent leur « dette considérable » (vi) vis-à-vis du travail pionnier de Charles Pettman, révérend méthodiste venu d’Angleterre en 1875, qui publie en 1913 Africanderisms, A Glossary of South African Colloquial Words and Phrases and of Place and Other Names. Ce tout premier dictionnaire entérinant l’existence d’un anglais sud-africain parut trois ans après la fondation de l’Union sud-africaine qui scellait la réconciliation blanche après la Guerre des Boers (1899-1902). En 1934, Carel Pieter Swart rédigea une thèse complétant le travail de Pettman (A Supplement to the Rev. Charles Pettman's Glossary). Il fallut ensuite attendre les années 1960, au plus fort de la pression en faveur de l’afrikaans, pour que l’anglais local reprît une certaine vigueur universitaire. La English Academy of Southern Africa, seule « académie anglaise » du monde, fut fondée en 1961, puis MDW Jeffreys publia trois volumes d’Africanderisms entre 1964 et 1970,, tandis que quelques entrées spécifiquement sud-africaines rejoignaient les colonnes de l’OED.

10C’est toutefois en 1969 que le premier effort scientifique moderne organisé et d’envergure vit le jour avec la fondation du Dictionary Unit for South African English (DU) au sein du English Institute (bientôt Institute for the Study of English in Africa), créé en 1964 à l’université Rhodes. Avec sa tête le Britannique William Branford, professeur de linguistique et de langue anglaise, cette équipe travaillait sur les questions liées à la langue anglaise dans le contexte de l’Afrique du Sud, comme son statut de langue 1 et de langue 2, son enseignement, sa diffusion, son évolution etc. Le Dictionary Unit se définit actuellement ainsi :

a Research Institute with a strong practical bias. The Institute should sponsor research, collect information and organize training both for post-graduate students at the University and for teachers in service. [It] fulfils the aims of its founders in large-scale research and implementation projects in English education, in the publication of journals devoted to English language and literature in Africa and South Africa, and by providing a research base for scholars in the field covered by the Institute6.

11Le travail de compilation documentaire a pour objet d’être mis en pratique par l’élaboration d’outils tels que glossaires et dictionnaires à l’attention du public. Branford travaillait de manière empirique en s’appuyant sur des citations qu’il compilait lui-même avec un assistant, mais aussi sur les suggestions proposées par les lecteurs d’un magazine, Personality, dans le cadre d’un concours sur les « meilleurs mots d’anglais sud-africain ». Les projets envisagés évoluèrent. D’abord, au début des années 1970, un glossaire de quelque 2 000 mots typiquement sud-africains pour le ministère de l’Education fut envisagé, quoique jamais publié, comme préliminaire à un dictionnaire historique. En 1978 paraît la première des quatre éditions du Dictionary of South African English, qui, selon son auteur, la linguiste Jean Branford, était plus descriptif que prescriptif. « It is intended to be useful ; but unlike many […] intended to give pleasure also » (xiv). Toutefois, une perspective historique est déjà envisagée : « to provide an historical record of the South African element in the English vocabulary from its first appearances in the language down to the present day » (Ibid.). En 1986, W. Branford publia le South African Pocket Oxford Dictionary, adaptation de la 7e édition (1984) du Pocket Oxford Dictionary of Current English, qui contient environ 2 500 termes purement sud-africains. Dès les années 1970, le DSAEHP se plaça ouvertement sous l’égide de l’OED, à la fois modèle lexicographique et caution intellectuelle. W. Branford, qui noua un dialogue étroit avec Oxford University Press (OUP), en intégra l’équipe éditoriale en 1984 pour l’anglais sud-africain, avant d’y publier le dictionnaire de poche déjà mentionné. Les discussions pour publier le DSAEHP à OUP furent lancées en 1990 par Penny Silva, devenue chef du projet et qui prit la succession à Branford auprès de l’OED.

  • 7 Toutes les citations, revérifiées et sourcées, ont été intégrées dans une base de (...)
  • 8 Dans un dictionnaire, une vedette est le mot placé en tête de l’entrée.

12Le dictionnaire comporte 810 pages, dont un appareil introductif de 30 pages comprenant remerciements, introduction, présentation du Dictionary Unit, caractéristiques de l’anglais en Afrique du Sud (historique, influence de l’anglais, variétés), deux cartes de l’Afrique du Sud (1910-1994 et depuis 1994), prononciation de l’ASA, conventions, abréviations, et à la fin une bibliographie sélective de 14 pages. Un peu plus de 8 000 entrées sont intégrées. Le critère d’inclusion tient à la fréquence des lemmes dans environ 47 000 citations répertoriées7. Les sources utilisées sont extrêmement variées, qu’il s’agisse des modes de fabrication ou de diffusion : journaux, magazines, lettres, ouvrages de référence, manuels scolaires, affiches, radio, télévision, publicité, prospectus, conférences et discours, fiction, conversations informelles etc. Pour les vedettes8 des emprunts, les auteurs ont choisi d’utiliser les graphies les plus fréquentes en anglais, même si elles diffèrent de la graphie standard de la langue d’origine (viii), reflétant ainsi la réalité de l’anglais écrit (par exemple, le terme désignant la langue xhosa sera orthographié xhosa au lieu de isiXhosa). La maîtrise limitée des langues africaines chez les anglophones qu’il s’agisse de leur graphie ou de leur prononciation rend ces simplifications obligatoires (« English speakers display confusion over the complex prefixes and concords which are an integral part of Sintu languages », ix).

13D’un point de vue lexicographique, le DSAEHP reprend étroitement les principes de l’OED, tels que décrits par James Murray, son inventeur, en 1884 :

  • 9 James A. H. Murray, A New English Dictionary on Historical Principles, Vol. 1, Oxford: Cla (...)

The aim of this Dictionary is (1) to show, with regard to each individual word, when, how, in what shape, and with what signification, it became English, what development of form and meaning it has since received; which of its uses have, in the course of time, become obsolete, and which still survive; what new uses have since arisen and when: (2) to illustrate these facts by a series of quotations ranging from the first known occurrence of the word to the latest, or down to the present day; the word being thus made to exhibit its own history and meaning: and (3) to treat the etymology of each word9.

14Ni la Préface du DSAEHP ni aucun des autres textes n’explique clairement ces objectifs, et on ne trouve pas non plus de mode d’emploi des entrées expliquant leur constitution et leur logique. Toutefois, l’observation du dictionnaire les révèle clairement. Comme pour l’OED, l’intention n’est pas de fabriquer un dictionnaire synchronique, c’est-à-dire donnant les significations des mots au moment de la parution, mais diachronique et historique, pour mettre à jour l’archéologie des mots, retracer leur formation et leur évolution graphique, ce qui implique de donner leur étymologie et d’expliquer leurs emplois en contexte depuis leur apparition à partir de citations remontant au XVIe siècle. L’ordre de présentation des citations est chronologique et révèle l’objectif sociolinguistique du lexicographe et social du dictionnaire.

L’anglais d’Afrique du Sud : une normativité hybride

  • 10 Voir L.W. Lanham, “English in South Africa”, in R. Baily et M. Gorlach (dirs..) English as a world (...)

15On le constate, historiquement, les dictionnaires et glossaires d’ASA ont fait la part belle aux apports du hollandais et de l’afrikaans, mais la libéralisation de la société a obligé l’équipe du DSAEHP à intégrer les autres langues du pays, même les définitions des mots bantous semblent souvent moins élaborées, la tradition lexicographique de ces langues étant comparativement plus faible. Jusqu’aux années 1960, les anglophones sud-africains, encore très liés au Royaume-Uni, se considéraient comme les détenteurs légitimes de l’anglais, auquel on reconnaissait des « variations standard », l’une « authentique », proche du « BBC Home Service », l’autre provinciale, basée sur la langue des colons arrivés sur les côtes de la colonie du Cap et du Natal au XIXe siècle. Le paradoxe est que le succès de l’anglais comme langue de contact a entraîné le développement de plusieurs variétés qui se côtoient aujourd’hui comme autant de « normes légitimes », alors que les colons n’ont jamais été numériquement supérieurs. Plusieurs de ces formes ou « standards », influencées par l’ordre sociopolitique et éducatif imposé sous l’apartheid qui rassemblait les locuteurs selon leur langue et leur fonction envisagée dans la société, dépendent toujours de l’affiliation sociale ou ethnique du locuteur. Tant au plan linguistique que phonologique, on glisse depuis le Conservative White South African English vers le General White SAfE (considéré comme l’acrolecte), puis vers le Extreme, Respectable ou Broad SAfE (proche de la langue seconde pratiquée par les Afrikaners), et enfin vers les « variations non standard », qui sont surtout pratiquées par les Indiens, les métis (Cape Flats ou Coloured English) et les noirs10. Ces ethnolectes, qu’on pourrait classer dans la famille des New Englishes, c’est-à-dire des anglais seconds (L2) appris à l’école et qui se sont développés en dehors des territoires appartenant à la sphère blanche anglo-saxonne (comme en Asie du sud-est, aux Caraïbes et en Afrique), se caractérisent par leur porosité lexicale et grammaticale car ils sont souvent parlés entre personnes ne possédant pas d’autre langue commune ou pour s’adresser aux anglophones natifs.

16L’ASA est donc protéiforme et les auteurs ont choisi de refléter cette diversité : « All varieties of English are represented in this dictionary » (vii). En tant que dictionnaire cherchant à refléter les pratiques socioculturelles des populations, il est vecteur d’une normativité inhérente, tout en devant intégrer les variations reconnues. Or le plurilinguisme et le code-switching ou (« ad hoc borrowing », vii), c’est-à-dire l’alternance et le mélange de codes linguistiques différents, font partie de la vie de tous les jours, chez soi (home language) comme dans les autres contextes sociaux, notamment au travail. Bien loin d’adhérer aux idéologies de la séparation, les Sud-Africains ont donc toujours pratiqué souvent deux, trois voire quatre langues, une situation qui incite certains linguistes à rejeter la catégorie « langue maternelle » dans le cadre de l’Afrique du Sud. Or, en 1996, 39% des Sud-Africains affirmant parler au moins deux home languages disaient utiliser l’anglais, très loin devant l’afrikaans (19,5%). On peut donc raisonnablement estimer qu’une bonne moitié de la population l’utilise désormais régulièrement dans différents contextes. L’anglais est un des enjeux de l’enseignement en Afrique du Sud car il est identifié comme l’outil indispensable de réussite scolaire et sociale, et constitue de fait la langue dominante dans les domaines clés de la vie nationale : économie, commerce, sciences et technologie, médias, politique, contacts internationaux et enseignement. Il est logiquement la langue principale de l’enseignement secondaire et du supérieur.

17Ce dictionnaire prend en compte la richesse culturelle d’un territoire où les idiomes s’enrichissent d’une part mutuellement au contact les uns des autres, d’autre part selon les réalités locales et les développements historiques, culturels et politiques. La flore, la faune et la géographie locales font l’objet de nombreuses entrées (protea, wildebeest, veld), tout comme les références socioculturelles communes (braai, lobola, tokoloshe, kwela, mbube). Les mots et expressions peuvent être empruntés aux autres langues locales (lekker, muti, indaba, trek), préexistant en anglais mais ayant pris une signification particulière (comrade, necklace, now-now, robot, location, township), ou traduits littéralement (la tournure progressive he was busy + BV-ing est expliquée comme venant de l’afrikaans hy was besig om te + BV: il était en train de + INF). Certains ont même connu un destin international (springbok, apartheid, bantustan, gumboot dancing, ubuntu).

18Le DSAEHP se débat avec une normativité qui lui échappe, ou plutôt reconnaît que la norme de l’ASA qu’il adopte est hybride. L’un des problèmes qui lui est posé est d’ailleurs l’écrasement de la perspective. Il fait la part belle aux emplois oraux, peu ou pas « sédimentés » ou « cristallisés », et remet en question la norme de l’anglais qui était considérée comme dominante jusqu’alors. De fait, les articles tendent à lister des définitions très diverses qui ne les hiérarchisent pas forcément culturellement et socialement (quelle est la norme ?), hormis selon la chronologie, qui est la règle de l’OED. La problématique linguistique doit tenir compte du fait qu’il y a en Afrique du Sud beaucoup de code-switching. On passe d’une langue à une autre ou bien on les mélange au sein même d’une phrase en fonction de la situation et de ce qu’on sait de ses interlocuteurs. Cette caractéristique est mentionnée explicitement dans la Préface comme étant à la fois une des difficultés et une des caractéristiques centrales de l’ASA : « Many borrowings are not yet truly integrated into S. Afr. Eng. but the decision has been taken to record such words, often marked as unassimilated (||), in order to document the S. Afr. Eng. vocabulary as comprehensively as possible » (vii-viii). Les auteurs sont donc tout aussi soucieux de la précision que de l’exhaustivité, quitte à intégrer des termes qui pourraient vite disparaître.

La non-neutralité du dictionnaire : progressisme et « nation Arc-en-Ciel »

19Contrairement à ce que son statut de « référence » (reference book) pourrait laisser croire, un dictionnaire n’est pas un objet neutre. Les valeurs de ses rédacteurs y transparaissent et contribuent à renforcer un certain type de système culturel. La neutralité scientifique, peut-être une gageure, est d’abord battue en brèche par les liens financiers du Dictionary Unit avec l’État, dont on connaît le contrôle politique qu’il exerce en Afrique du Sud sur les services publics depuis fort longtemps. Le DU reçut d’abord une subvention du Human Sciences Research Council (HSRC), institut de recherche public en humanités et sciences sociales fondée en 1968, avant que le ministère de l’Éducation prenne le relais en 1976. En 1991, le DU devint une association à but non lucratif tout en demeurant un institut de recherche, toujours financé par l’Etat. En 1994, il passe sous la bannière du ministère des Arts, de la Culture, de la Science et de la Technologie, plus précisément du PanSALB. Les « Remerciements » mentionnent aussi les « généreuses donations » de l’Anglo-American, de De Beers, de la First National Bank, du Gencor Trust (bâtiment, machines), de la Gold Fields (mines), de Molteno Brothers (agroalimentaire), de la PG Foundation et du patron de l’Anglo-American (Gavin Reilly). Il est difficile de dire dans quelle mesure les chercheurs sont conscients de ces rattachements, mais leur travail est forcément, même si c’est inconscient, contraint.

  • 11 Le necklace, ou supplice du collier, peut-être le pire symbole de cette époque, consistait (...)

20Fondamentalement, le DSAEHP reflète surtout les opinions progressistes de ses auteurs, lesquels lui fixent ouvertement des objectifs qui vont bien au-delà des intentions liées aux usages traditionnels du dictionnaire. La vocation à refléter les réalités sociopolitiques et culturelles de la société ne date pas de 1996. La préface rappelle que les premiers pas ont été effectués en 1969 « au sommet de l’apartheid » (« during the height of the apartheid era », vii). Quand sortit le South African Pocket Oxford Dictionary en 1986, le pays était en plein état d’urgence et subissait une vague de violence considérable, dans les townships notamment, où s’affrontaient les agents de l’ANC et ceux de l’Inkatha, parti zoulou largement instrumentalisé et manipulé par les services de sécurité de l’apartheid. Dans sa préface, William Branford évoquait l’inclusion douloureuse autant que nécessaire de cette réalité dans l’ouvrage : « The emerging vocabulary of civil conflict, such as necklace »11. Le dictionnaire reflétait donc les changements sociopolitiques, mais devait aussi contribuer à la création d’une société meilleure (« Beyond this lies, we hope, the vocabulary of a new and better South Africa » (xi)). Dans le DSAEHP, ce sont les conséquences de l’apartheid qui sont convoquées pour expliquer la variété lexicale de l’ASA alors en pleine transition démocratique : « ‘separate development’ ensured that varieties of English developed separately, the vocabulary or English usage of each group being only partially understandable to others ». La diversité de l’anglais sud-africain doit être analysée à l’aune de la ségrégation pour en permettre la compréhension fine par des gens qui ne l’ont pas connue ou n’en ont jamais eu conscience :

[…] the provenance of regional or ‘group’ vocabulary is provided wherever a word is not widely familiar to South Africans. If these descriptions sometimes seem uncomfortably like racial labels, this is because the Group Areas Act ensured that for over forty years people were geographically segregated along racial lines (ix).

21Les auteurs espèrent ainsi voir les « barrières linguistiques du passé se dissoudre » (« blurring of the linguistic barriers of the past »). Terminé fin 1994, « année des premières élections démocratiques du pays » (vii) comme le précise l’introduction, le dictionnaire possède donc une visée démocratique assumée : « The editors have made a conscious attempt to give voice not only to the documented utterances of powerful men, but also to the daily speech of ordinary people—men, women and children who are identified as ‘informants’ in the text […] » (vii. C’est moi qui souligne). L’équipe du DSAEHP qui a traversé l’histoire récente depuis l’apogée de l’apartheid jusqu’à l’avènement de la démocratie poursuit de fait dans la veine libérale typique des anglophones sud-africains. Dans un gigantesque élan d’ambition enthousiaste, ils lui donnent pour but d’améliorer la communication, de faciliter l’accès à l’école, de changer la perception de l’anglais sud-africain, d’ouvrir les perspectives historiques et politiques et enfin, pas moins que de créer une nouvelle Afrique du Sud ! Ils sont désormais libérés de la censure, et peuvent utiliser librement les productions de Steve Biko, Nelson Mandela et d’autres leaders de la libération, un élargissement du réservoir de citations qui enrichira d’autant le dictionnaire (la bibliographie constitue à cet égard une source fort utile). Sans être tous des militants anti-apartheid, une majorité d’anglophones étaient des progressistes, si bien que les citations utilisées ont été produites par ce groupe, ce qui oriente encore le ton général du dictionnaire. La définition du mot « group » est à cet égard intéressante. Il renvoie au Group Areas Act de 1950, loi clé de l’apartheid qui créait la catégorisation raciale de la population, en trois, puis quatre « groupes statutaires » (« statutory groups ») régissant la vie des individus en tout : blanc, noir, métis, asiatique (essentiellement indien). Comme attribut, « group » définit un substantif en fonction de cette réalité. Les sources sont de deux ordres :

  • les textes de lois en ayant concrètement défini le périmètre législatif et des extraits de presse qui en décrivent les effets de manière plus ou moins neutre ;

  • des points de vue, quasiment tous dénonciateurs.

  • 12 Le terme African est souvent utilisé en parallèle, mais contrairement aux autres ne fut ja (...)

22On en vient nécessairement à la dimension délicate du multiculturalisme de l’Afrique du Sud. La taxonomie raciale de l’histoire du pays est des plus compliquées pour les observateurs, à commencer par les chercheurs qui doivent sélectionner les vocables les plus efficaces et en comprendre les implications. Les entrées les plus longues du DSAEHP concernent de fait ces termes « ethniques » ou « raciaux », seuls ou en association avec des épithètes, dans des mots composés ou des collocations. La définition élargie de Boer occupe ainsi 25 colonnes, Kaffir 24, Black 18, Hottentot 10, Afrikaner 10, African 8, White 6, Bantu 6, English 4, boy 4, Coloured 2,5. Tous ces termes sont historicisés et contextualisés de manière à en circonscrire précisément la portée par des « notes d’usage » insérées en début d’article qui sont censées aider le lecteur à saisir des sens qui varient considérablement selon l’époque, le contexte d’énonciation (politique, scientifique, juridique, conversation courante, registre familier ou péjoratif etc.) voire selon les textes juridiques, une loi pouvant en contredire une autre quelques temps plus tard. Cela s’applique aussi à l’argot et aux insultes raciales, taboues et fortement politisées, mais aussi aisément identifiables entre Sud-Africains. Le traitement du lemme Bantu résume aussi assez bien la démarche des auteurs du dictionnaire. Le lexème que l’on retrouve sous diverses graphies (bantu, buntu, mutu, muntu) dans les langues auxquelles il a donné leur nom signifie « ensemble d’hommes ». Le linguiste allemand Wilhelm Bleek (1827-1875) le popularisa en inventant la Bantuistik, c’est-à-dire la linguistique des langues bantoues, ensemble d’environ 500 idiomes qui s’étendent du Nigéria à l’Afrique du Sud. Le mot fut ensuite emprunté par les anthropologues pour décrire les peuples parlant ces langues, avant d’être choisi par le gouvernement afrikaner pour désigner les Noirs dans la législation et le vocabulaire officiel de l’apartheid. Le recours à la linguistique témoignait alors de la volonté d’objectivation du gouvernement d’apartheid, justifiée par une approche soi-disant « scientifique ». Historiquement, le mot s’inscrit dans une suite de termes employés d’abord par l’administration pour décrire les noirs et repris par la population, chacun renvoyant le précédent dans le domaine du familier puis de l’insulte. Jusqu’au XIXe siècle, on utilise largement le mot kaffir, mot arabe signifiant « infidèle » et d’abord employé pour décrire uniquement les Xhosas, puis native jusqu’aux années 1950 (mot parfois toujours employé par des Afrikaners âgés), Bantu jusqu’à la fin des années 1970, et enfin black depuis lors12. Or avant même la définition du terme dans le corps du dictionnaire, l’historique du mot bantu est rappelé dans la préface, ce qui en indique d’ailleurs la centralité, pour en expliquer le rejet massif par la population. Ce terme est de fait lié dans les esprits à la Bantu education (Bantu Education Act 1953), mode et système d’enseignement au rabais pour les noirs en fonction de la place qui leur était dévolue dans la société (pas de mathématiques au delà du primaire par exemple), ainsi qu’au projet du « Grand apartheid » et sa constellation de « bantoustans ». Or les auteurs entérinent cette disqualification du mot au-delà de toute considération de neutralité, « même quand il est employé dans son acception linguistique ». La définition du terme comprend ainsi un commentaire orienté sur sa nature totalement inacceptable : « Originally a neutral term used also by blacks of themselves, ‘Bantu’ became increasingly unacceptable once it had become a part of the terminology of apartheid » (45). L’Afrique du Sud n’est pas pour eux un terrain neutre.

  • 13 Buntu Mfenyana, “Neo Sintu Dynamic”, Challenge, 1.
  • 14 « The question has generated lengthy discussion and some dissension among the Unit (...)

23La dernière partie de la préface situe le DSAEHP vis-à-vis des emprunts aux langues bantoues dans cette même perspective sous le titre « Borrowings from the Sintu (Bantu) languages ». Le terme Sintu a été forgé à la fin des années 1970 par un sociolinguiste noir, Buntu Mfenyana, pour débarrasser le terme Bantu de ses connotations péjoratives et douloureuses pour les noirs. Il est cité dans la définition du mot : « Let us make a conscious effort to grow away from referring to the Sintu languages as Bantu »13. Cette désignation raciale imposée par un régime raciste et rendue péjorative par l’histoire doit donc être remplacée par un terme, forgé par un Sud-Africain noir dans un contexte de combat politique. Penny Silva, la directrice du projet, explique sans ambages que cette position a été adoptée pour cette raison : « Several prominent black South African academics have stated a preference for the form Sintu (which reflects the Nguni prefix –isi, denoting language and culture) » (ix. C’est moi qui souligne). Le mot Bantu doit perdre sa position dans la langue au motif qu’il choque les noirs d’Afrique du Sud en leur rappelant l’apartheid. Il est enfermé dans sa coquille historique, même quand il est employé dans son acception première neutre, c’est-à-dire linguistique. Cette hésitation est indiquée par la manière dont le terme est employé dans le dictionnaire, car il est systématiquement suivi du mot Bantu entre parenthèses. Or la légitimité du vocable Sintu est limitée en dehors de l’Afrique du Sud et le terme n’a absolument pas fait florès depuis son apparition. La question de sa pertinence scientifique et l’impression qu’il s’agit surtout d’une concession politiquement correcte à des collègues noirs est renforcée par l’aveu que ce choix a causé des dissensions au sein de l’équipe14. Cependant, l’auteur reconnaît que la dynamique sociale et historique de la langue permettra peut-être au mot de reprendre une place autre, dans une phrase qui sonne comme une concession aux arguments des opposants à ce « tandem » Sintu (Bantu) employé nulle part ailleurs : « It is possible that Bantu will one day re-enter the South African scholarly vocabulary when some of the pain and anger of the apartheid era has receded ». L’adjectif scholarly souligne à quel point il s’agit d’une querelle de clercs et on peut douter que la majorité des noirs s’en soucient. Cet emploi signale en tout cas la soumission au nouvel ordre démocratique qu’on peut sans doute rapprocher des entreprises d’africanisation des toponymes européens depuis la fin des années 1990 (la Northern Province est devenue le Limpopo, l’Eastern Transvaal le Mpumalanga etc.). Le dictionnaire s’ancre donc franchement dans la démarche progressiste vis-à-vis des cultures et des langues de l’Afrique du Sud démocratique, cette « tendance à la correction » — « tendency towards ‘correctness’ » (ix) —, le substantif correctness pouvant s’appliquer à la teneur linguistique autant que politique d’un terme.

24La dimension politique se pose enfin à propos de l’anglicisation et de la standardisation en anglais des termes issus des langues bantoues. Ainsi, dans la littérature officielle de la « Nouvelle Afrique du Sud », les lemmes décrivant les ethnonymes (zoulou, xhosa, venda, tsonga etc.) sont souvent augmentés de préfixes, essentiels dans ces langues. Ainsi, en zoulou, la langue est le isiZulu, la région le KwaZulu, la personne umZulu, le peuple amaZulu etc. Certains de ces préfixes, aux règles parfois complexes (un Motswana, des Batswana), donnent lieu à une définition spécifique (aba-, ama-, imi-, isi-, kwa-, um- etc.), expliquant l’étymologie et l’usage notamment par rapport à l’anglais. Un certain nombre de ces graphies sont donc mentionnées dans le dictionnaire, mais les préfixes entrent en conflit avec la classification alphabétique anglaise traditionnelle et leur nombre élevé interdit toute exhaustivité. Certains emplois peuvent se faire au détriment de la pratique anglaise, comme celui des préfixes indiquant le pluriel (amaXhosa plutôt que Xhosas) et les capitalisations des racines, possibles mais pas forcément fixées (on trouve aussi bien tshiVenda que Tshivenda). Le DSAEH favorise, de fait, pour ces ethnonymes leur graphie historique en anglais, c’est-à-dire leurs seules racines, plus maniables pour les anglophones blancs, bien que l’anglais, comme nous l’avons signalé plus haut, soit désormais employé régulièrement par des locuteurs de langues bantoues pour qui ces préfixes sont parfaitement naturels. La question de la norme se pose ici en termes tout autant linguistiques que politiques. Mais si le DSAEH encourage la pratique dominante, il signale aussi l’existence de ce que la directrice du dictionnaire décrit comme « l’orthographe acceptée pour les langues sources » (ix). Autrement dit, l’ouvrage, par cette marque de respect retrouvé pour ces cultures, prépare un éventuel changement de paradigme, mais ne le prescrit pas. On constate d’ailleurs que ces préfixes sont entrés dans la pratique pour décrire les langues — on parle facilement de isiXhosa ou de Xitsonga — mais pas les peuples ni les territoires, souvent associés aux bantoustans, à l’exception du KwaZulu, qui fait partie du nom d’une région actuelle (KwaZulu-Natal).

Conclusion

25Un dictionnaire ayant une fonction intrinsèquement normative, le standard qu’il propose est le principe même de son élaboration. Il représente ainsi une autorité lexicale pratique et il la diffuse. Or cette autorité est subordonnée à une approche idéologique très Rainbow Nation qui va dans le sens d’une « indigénisation politique », c’est-à-dire une concession enthousiaste aux idéaux des premiers temps de la « Nouvelle Afrique du Sud ». New South Africa fait d’ailleurs l’objet d’une définition qui se termine par « Now often used ironically ». La véritable ironie, c’est que l’expression puisse être considérée comme telle fin 1994, date de rendu du manuscrit, soit quelques mois seulement après les premières élections libres.

  • 15 Eric Hobsbawm et Terence Ranger (dir.), The Invention of Tradition, Cambridge : Cambridge (...)

26Malgré sa position minoritaire, l’anglais contribue à la production de l’identité du fait de sa riche hybridité lexicale et syntaxique qui en fait un reflet de la société diverse qui le pratique. L’emprunt, qui peut être considéré comme signe d’abâtardissement, confère à la langue une valeur transculturelle, donc nationale : il « l’indigénise ». Ces mots étrangers qui ont pénétré l’anglais d’Afrique du Sud sont en fait communs à l’ensemble des Sud-Africains. L’utilisation de mots issus d’une langue seconde est possible parce qu’on suppose que ses interlocuteurs les comprennent. En effet, il s’agit d’emprunts de langues géographiquement et socialement voisines, ce qui permet d’utiliser des mots supposés connus de tous dans le même contexte sociolinguistique. Le terme viva, venu du portugais du Mozambique et d’Angola dans les années 1980 pour célébrer une personne ou un événement (« Viva Mandela, viva! »), peut s’employer dans toutes les langues du pays et sera compris pour ce qu’il est.) Emprunts et code-switching sont rendus possibles par l’existence d’un fond culturel national commun. Un mot zoulou ou afrikaans qui entre dans l’anglais entre aussi dans les autres langues, si bien que le DSAEHP reflète tout autant la pratique de l’anglais sud-africain que ce qu’on pourrait appeler une « métalangue sud-africaine » employé par les résidents du lieu par-delà les frontières linguistiques. Des mots comme indaba (zoulou, « réunion ») ou lekker (afrikaans, « super ») sont par exemple employés et compris par tous les Sud-Africains. Au même titre que le drapeau, l’hymne ou les couleurs des équipes sportives, ce dictionnaire « national » se veut rassembleur, constitutif de la communauté nationale et de « l’invention de la tradition15 » de la Nouvelle Afrique du Sud. C’est pour cela que le DSAEHP est aussi un dictionnaire culturel de l’Afrique du Sud. Il est tout autant un dictionnaire d’anglais d’Afrique du Sud qu’un dictionnaire sud-africain ayant l’anglais pour support. Depuis sa publication en 1996, bien d’autres mots se sont imposés dans la société sud-africaine au gré de l’actualité : makwerekwere (origine obscure : étranger), Bafana Bafana et Banyana Banyana (zoulou : joueurs et joueuses des équipes nationales de football), Amabokoboko (zoulou sur lemme afrikaans bok : joueurs de l’équipe nationale de rugby), Proteas (cricketeurs sud-africains), vuvuzela (zoulou : trompette), lekarapa/makarapa (xhosa : casque de mineur décoré porté par les supporters de football), ayoba (dialecte des townships : génial !), laduma (zoulou : but !), corrective rape, Black Economic Empowerment et Broad-based Black Economic Empowerment (politiques d’emploi pro-noires), black diamond (noir de la classe moyenne émergente), tenderpreneur (homme politique corrompu) etc.

  • 16 Saint Molakeng, The Sowetan, 29 Oct. 1997, 17.

27C’est peut-être le destin de l’anglais d’Afrique du Sud : se voir approprié par tous ceux qui veulent l’utiliser. Ce dictionnaire peut donc se concevoir comme un symbole du nouvel ordre national au même titre que le drapeau ou l’hymne. À son propos, un journaliste noir écrivit : « Publishing a dictionary of words which are as exclusively South African as pap en wors [porridge and sausage] frees indigenous people from balking at using their own version of the English language. This book recognizes, traces, documents, celebrates and elevates our English. It is an affirmation of this eclectic language and the freedom of a people16 ».

Haut de page

Bibliographie

DU TOIT S. J., Patriot Woordeboek: Afrikaans-Engels, Paarl: D.F. Du Toit, 1902, réédition H.J.J.M. van der Merwe, Pretoria, J.L. van Schaik, 1968.

DU TOIT, S. J., Patriotic Dictionary English-Afrikaans, Paarl: D.F. Du Toit, 1904.

GERICKE W., “Vroee woordelyste en woordeboeke in verband met Afrikaans”, Lexicos, Vol 1, 1991, 104-112.

GERICKE W., 1993. “South African English”, English Today Vol. 9 No. 1, 27-33.

BEETON DR & Helen DORNER, 1975. A Dictionary of English Usage in Southern Africa, Cape Town, Oxford University Press.

DE KLERK Vivian (ed.), Varieties of English Around the World, Focus on South Africa, Vol. 15, Amsterdam: John Benjamins, 1996.

BRANFORD Jean, A Dictionary of South African English, Cape Town, Oxford UP, 1978, 1980, 1987, 1991.

GOUWS Rufus H., “Situating A Dictionary of South African English on Historical Principles within a More Comprehensive Lexicographic Process”, Lexikos 9, 1999, 269-282.

HIBBERT Liesel, “A Dictionary of South African English on Historical Principles: A Case of Lexical Invasion or Corpus Enhancement?”, Lexikos 7, 1999, 265-276.

HICKS Sheila, “Firming Up the Foundations: Reflections on Verifying the Quotations in a Historical Dictionary, with Reference to A Dictionary of South African English on Historical Principles”, Lexikos 20, 2010, 248-271.

JEFFREYS M.D.W., “Africanderisms”, Africana Notes and News/Africana Aantekeninge en Nuus 16(2), 1964, 43-95.

JEFFREYS M.D.W., “Africanderisms II”, Africana Notes and News/Africana Aantekeninge en Nuus 17(5), 1967, 216-220.

JEFFREYS M.D.W., “Africanderisms III”, Africana Notes and News/Africana Aantekeninge en Nuus 19(1), 1970, 29-41.

LANHAM L.W. & C. MACDONALD, The Standard in South African English and its Social History, Heidelberg: Julius Groos Verlag, 1979.

LANHAM L.W., “English in South Africa”, in BAILY R. & GORLACH M. (eds.), English as a world language, Ann Arbor: University of Michigan Press, 1982.

MeschonniC Henri, Des mots et des mondes, Paris : Hatier, 1991.

MESTHRIE R., “South African Indian English: Some characteristic features”, English Usage in South Africa, Vol. 19 (1), 1988, 1-11

MURPHY Lynne, “Defining People: Race and Ethnicity in South African English Dictionaries”, International Journal of Lexicography, 11 (1), 1998, 1-33.

MURRAY James A. H., A New English Dictionary on Historical Principles, Vol. 1, Oxford: Clarendon Press, 1884.

PETTMAN Charles, Africanderisms, A Glossary of South African Colloquial Words and Phrases and of Place and Other Names, Londres, Longmans, Green & Co, 1913.

SOUTH AFRICA, Population Census 1991, Report No. 03-01-22, Pretoria: Central Statistical Service, 1991.

RHODES UNIVERSITY DICTIONARY UNIT, South African Concise Oxford Dictionary, Cape Town: Oxford University Press Southern Africa, 2002.

REY Christophe & Philippe REYNÉS, Dictionnaires, norme(s) et sociolinguistique, Paris, L'Harmattan, 2012.

SACHS Albie, “Language Rights in the New Constitution”, South African Constitution Studies Centre, Bellville: University of the Western Cape, 1994.

SILVA, Penny & Rhodes University Dictionary Unit for South African English (eds.), A Dictionary of South African English on Historical Principles, Oxford: Oxford University Press, 1996.

SOUTH AFRICA, Constitution of the Republic of South Africa Pretoria, Government Printer, 1996.

SWART Carel Pieter, A Supplement to the Rev. Charles Pettman's Glossary of South African Colloquial Words and Phrases and of Place and Other Names, Pretoria: UNISA, 1934.

WILSON Francis & Dominique PERROT, “Outlook On Century: South Africa 1870–1970”, Lovedale: Lovedale Press & Sprocas, 1973.

Haut de page

Notes

1 Henri Meschonnic, Des mots et des mondes, Paris : Hatier, 1991, 16.

2 La constitution provisoire de 1993, définitivement adoptée en 1996, reconnaît 11 langues officielles sur le territoire national. En pratique, chaque région a adoptée deux, trois ou quatre langues. Selon le recensement de 2011, les plus parlées sont le zoulou (langue maternelle de 22,7% des Sud-Africains), le xhosa (16%) et l’afrikaans (13,5%). L’anglais arrive en quatrième position (9,6%). Les neuf langues noires officielles appartiennent à la famille des langues bantoues.

3 Albie Sachs, « Language Rights in the New Constitution », South African Constitution Studies Centre, Bellville: University of the Western Cape, 1994, 1.

4 L’Australian National Dictionary paraît ainsi en 1988, pendant les célébrations du bicentenaire de l’arrivée des Britanniques à Botany Bay.

5 Rufus H. Gouws, “Situating A Dictionary of South African English on Historical Principles within a More Comprehensive Lexicographic Process”, Lexikos 9, 1999, 281.

6 Institute for the Study of English in Africa, <http://www.ru.ac.za/isea/about/>, 2014. Consulté le 10 février 2014.

7 Toutes les citations, revérifiées et sourcées, ont été intégrées dans une base de données numérisée entre 2006 et 2011, de manière à la rendre facilement utilisable. Le DSAE on Historical Principles peut légitimement être considéré comme s’inscrivant dans la famille de la linguistique de corpus.

8 Dans un dictionnaire, une vedette est le mot placé en tête de l’entrée.

9 James A. H. Murray, A New English Dictionary on Historical Principles, Vol. 1, Oxford: Clarendon Press, 1884, vi.

10 Voir L.W. Lanham, “English in South Africa”, in R. Baily et M. Gorlach (dirs..) English as a world language, Ann Arbor : University of Michigan Press, 1982.

11 Le necklace, ou supplice du collier, peut-être le pire symbole de cette époque, consistait à placer un pneu autour du cou d’une victime, à l’asperger d’essence et à l’enflammer.

12 Le terme African est souvent utilisé en parallèle, mais contrairement aux autres ne fut jamais employé par l’État. Il est plus neutre car son sens fondamentalement géographique évite le rapport à la pigmentation. Un Blanc né en Afrique peut légitimement se dire Africain. En revanche, dès les années 1950 les mouvements dits « africanistes » se le sont appropriés pour définir les seules personnes à la peau noire issues du continent africain.

13 Buntu Mfenyana, “Neo Sintu Dynamic”, Challenge, 1.

14 « The question has generated lengthy discussion and some dissension among the Unit’s staff. Our decision has been to use the terms in tandem in this edition », DSAEHP, ix.

15 Eric Hobsbawm et Terence Ranger (dir.), The Invention of Tradition, Cambridge : Cambridge UP, 1983.

16 Saint Molakeng, The Sowetan, 29 Oct. 1997, 17.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Bernard Cros, « L’anglais d’Afrique du Sud : indigénisation et affirmation politique. Le cas du Dictionary of South African English on Historical Principles », Revue LISA/LISA e-journal [En ligne], vol. XIII-n°1 | 2015, mis en ligne le 18 février 2015, consulté le 19 octobre 2017. URL : http://lisa.revues.org/8615

Haut de page

Auteur

Bernard Cros

Bernard Cros, agrégé et ancien élève de l’ENS Fontenay-Saint-Cloud, est maître de conférences à l’université Paris Ouest Nanterre, où il enseigne la civilisation de la Grande-Bretagne et du Commonwealth. Au sein du Centre de Recherche Anglophone (CREA), il étudie la manière dont l’Afrique du Sud post-apartheid construit son identité nationale en s’intéressant à différents phénomènes sociaux et culturels tels que la danse, la musique et surtout le sport, et à l’impact des catégories de « race », de classe et de genre. Il prépare actuellement un ouvrage sur l’importance socioculturelle du rugby en Afrique du Sud.

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la Revue LISA / LISA e-journal sont mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Revues.org