Navigation – Plan du site

Rire des mots de l’étranger dans The Real Life of Sebastian Knight et Pnin de Vladimir Nabokov

Laughing at foreigners’ words in Vladimir Nabokov’s The Real Life of Sebastian Knight and Pnin
Julie Loison-Charles

Résumés

Dans les romans américains de Nabokov, les personnages principaux sont majoritairement non-anglophones mais ils font preuve d’une grande maîtrise de l’anglais. Pourtant, dans The Real Life of Sebastian Knight et Pnin, l’anglais des étrangers est un idiolecte étrange : leur interlangue est truffée d’erreurs, ce qui fait d’eux la cible du rire; cependant, leur marginalité linguistique tend à disparaître au fur et à mesure qu’ils révèlent, par leur étrangeté même, la richesse de la langue anglaise, ce qui estompe leur exclusion sociale et linguistique; finalement, les tensions entre deux types de complicité textuelle redéfinissent le rire pour lui donner une dimension morale.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Vladimir Nabokov, The Real Life of Sebastian Knight, in Brian Boyd (ed.), Novels and M (...)
  • 2 V. Nabokov, Pnin, in Brian Boyd (ed.), Novels, 1955-1962, New York: Library of America (...)

1Dans les romans américains de Nabokov, les personnages principaux ne sont jamais des anglophones natifs bien que la plupart d’entre eux fassent preuve d’une grande maîtrise de l’anglais. Pourtant, dans deux de ses romans, les étrangers se révèlent comme tels par leur maniement hésitant de la langue anglaise : The Real Life of Sebastian Knight1, qui semble métaphoriser, à travers l’écrivain russo-américain éponyme, la transition linguistique de Nabokov lui-même qui composait là son premier roman en anglais après huit livres écrits en russe, sa langue maternelle ; et Pnin2, son quatrième roman américain, dont le professeur russe éponyme est de loin le personnage nabokovien à éprouver le plus de difficultés avec la langue de Shakespeare.

  • 3 L’étrangéité est le caractère de ce qui est étranger alors que l’étrangeté est le caractère (...)
  • 4 V. Nabokov, Pnin, op. cit., 397. C’est moi qui souligne.

2Après avoir quitté leur Russie natale, Pnin et Sebastian Knight se sont tous deux installés dans un pays anglophone et en sont devenus citoyens : si Pnin a obtenu le passeport américain après avoir immigré aux États-Unis, Sebastian avait déjà la nationalité britannique par sa mère quand il est allé vivre en Angleterre. Cependant, malgré leur appartenance à leur pays d’adoption respectifs, ils restent tous deux marqués du sceau de l’étrangéité3 car ils se trouvent en marge de la communauté linguistique des anglophones natifs. Dans ces deux romans, ce sont également les narrateurs qui sont étrangers. Dans The Real Life of Sebastian Knight, le narrateur V. est le demi-frère russe de Knight et il écrit sa biographie pour démontrer que celui-ci n’était pas un écrivain anglais mais russe : il souligne donc régulièrement que, malgré sa belle prose en anglais, Sebastian faisait des erreurs dans cette langue, tout comme il en fait lui-même dans cette langue qui lui reste étrangère. Quant au narrateur de Pnin, s’il est lui aussi russe, il est présenté comme « a prominent Anglo-Russian writer4 » et il révèle dans son récit sa grande dextérité en anglais. Il s’oppose ainsi aux trois autres personnages étrangers puisqu’il est le seul à avoir réussi son intégration linguistique. Cette relation d’exclusion ou d’inclusion d’un cercle est au cœur de la notion d’étranger, comme l’a souligné la critique nabokovienne Lara Delage-Toriel dans un article portant sur Pnin :

  • 5 Lara Delage-Toriel, « “A Shadow behind the Heart” : l’Étranger au cœur de l’intime dans Pnin(...)

Que l’étranger soit du domaine du “foreign” ou du “strange”, force est de constater à quel point la notion elle-même ne repose au fond sur rien d’autre que la désignation d’un intérieur et d’un extérieur, à quoi s’ajoute, dans le cadre du rapport entre soi et l’autre, une dynamique d’inclusion / exclusion5.

3Si les personnages nabokoviens produisent de nombreux mots étrangers (« foreign »), c’est plus particulièrement leur anglais étrange qui nous intéresse ici dans sa relation au rire.

4Si dans ces deux romans, l’anglais étrange des étrangers fait d’eux la cible du rire des autres personnages et des lecteurs, nous verrons que leur étrangeté linguistique tend à disparaître pour leur permettre de révéler la langue anglaise dans toute sa richesse ; finalement, nous étudierons les procédés de suspension du rire pour souligner que le rire peut avoir une dimension morale.

L’anglais des étrangers, cible du rire

5Les étrangers des deux romans étudiés essaient tant bien que mal de parler anglais comme des natifs, mais leurs nombreuses erreurs révèlent la différence entre la norme linguistique attendue et leur propre version de l’anglais. En didactique, c’est le terme d’« interlangue » qui est employé pour désigner l’idiolecte d’un locuteur non-natif ; on lit d’ailleurs dans son préfixe le stade intermédiaire dans lequel l’étranger est a priori cantonné :

  • 6 Klaus Vogel, L’Interlangue: la langue de l’apprenant, Jean-Michel Brohée et Jean-Paul Conf (...)

Par interlangue nous entendons la langue qui se forme chez un apprenant d’une langue étrangère à mesure qu’il est confronté à des éléments de la langue-cible, sans pour autant qu’elle coïncide totalement avec cette langue-cible6.

6C’est bien la non-coïncidence entre la norme de l’anglais et la langue truffée d’erreurs de ces personnages qui suscite leur exclusion, bien souvent par le biais du rire.

Les erreurs de l’étranger

  • 7 « Il en existe une deuxième [distinction], entre les calembours dans lesquels (...)

7Il faut distinguer les erreurs de deux manières. Tout d’abord, les erreurs commises dans le texte par ces non-natifs sont de trois types : erreur de prononciation, de syntaxe et de vocabulaire. De plus, en suivant ces différentes erreurs, nous soulignerons une autre distinction qui s’inspire des travaux de Jacqueline Henry sur les calembours7 : soit l’inscription de l’erreur est faite in praesentia, c’est-à-dire que l’anglais normé est inscrit à proximité de l’erreur ou bien que la déformation est signalée par un commentaire métalinguistique par un personnage ou le narrateur ; soit l’inscription est faite in absentia, et c’est donc au lecteur de reconstruire ce que l’étranger a voulu dire en anglais.

Prononciation fautive

  • 8 V. Nabokov, The Real Life of Sebastian Knight, op. cit., 98.

8Dans The Real Life of Sebastian Knight, le narrateur rencontre un Français, Silbermann, qui commet toutes les erreurs typiques des francophones parlant anglais : « “Now I sell ledder—you know—ledder balls, for odders to play. Old! No force! Also hound-muzzles and fings like dat8.” » Ici, les deux prononciations du « th » anglais sont réduites en <d> par l’étranger, ce qui oblige le lecteur à reconstruire les mots grâce aux indications fournies en cotexte comme « balls » et « play ». Le rire est notamment provoqué par l’apparition du comparatif de « odd » ─ « odder » ─ dans la transcription de « others », ce qui souligne l’étrangeté de l’erreur. Pnin éprouve le même type de difficulté à se faire comprendre, ce qui conduit à un quiproquo quand il appelle une potentielle logeuse:

  • 9 V. Nabokov, Pnin, op. cit., 318.

“You are,” suggested the voice warily, “Mrs Fire?”
“No,” said Joan, and hung up. […]
“What was that telephone call?”
“Somebody wanting Mrs Feuer or Fayer. Look here, if you deliberately neglect everything George—” [Dr O. G. Helm, their family doctor].
“Joan,” said Laurence, who felt much better after that opalescent rasher, “Joan, my dear, you are aware aren’t you, that you told Margaret Thayer yesterday you wanted a roomer9?”

9Ici, Pnin appelle Joan Clements par le mauvais nom (il donne celui de la personne lui ayant communiqué les coordonnées de la logeuse), et de plus il écorche ce nom. La déformation phonologique de Pnin sera corrigée en plusieurs étapes par les personnages anglophones : avant même que Laurence Clements ne signale à sa femme qu’il fallait comprendre « Thayer », celle-ci se rapproche du bon mot en traduisant d’abord le « Fire » anglais en feu allemand (« Feuer ») puis en modifiant les voyelles en « Fayer ». Son mari, habitué à travailler avec des collègues étrangers, n’aura plus qu’à réinstaurer le « th » anglais pour inscrire in praesentia le nom visé par Pnin.

  • 10 V. Nabokov, The Real Life of Sebastian Knight, op. cit., 37.
  • 11 V. Nabokov, Pnin, op. cit., 352.

10Les étrangers opèrent également des déplacements d’accent tonique qui ne peuvent être retranscrits et devront donc être explicités par le narrateur. Ainsi, V. rapporte que Sebastian « misplaced the accent in such words as “interesting” or “laboratory10 », tandis que dans Pnin, le narrateur explique la surprise de Pnin quand il vérifie la prononciation de « interested » dans le Webster : « [it] did not place the stress accent on the third syllable, as he did. He sought a list of errata at the back, failed to find one11. » L’erreur de ces deux étrangers est en réalité due à une interférence de la prononciation russe, puisque « interesno » est accentué sur la troisième syllabe, et non sur la première comme en anglais.

Erreurs syntaxiques

11Si les erreurs de prononciation sont les plus répandues dans les deux romans étudiés, certaines fautes de syntaxe mettent en lumière la difficulté que présentent, pour les non-anglophones, les différents temps et aspects de l’anglais. Ainsi, quand Pnin discute de sa potentielle promotion avec un collègue, il s’avère ne pas maîtriser le present perfect :

  • 12 V. Nabokov, Pnin, op. cit., 418-419.

“Naturally, I am expecting that I will get tenure at last,” said Pnin rather slyly. “I am now Assistant Professor nine years. Years run. Soon I will be Assistant Emeritus. Hagen, why are you silent?” […]
“You say, Timofey, you have been here for nine years12.”

12La reprise par Hagen souligne in praesentia l’erreur de Pnin, qui est le fruit d’un calque du russe. Quant au Français rencontré dans le train par V. dans The Real Life of Sebastian Knight, il a lui aussi des difficultés avec la conjugaison anglaise :

  • 13 V. Nabokov, The Real Life of Sebastian Knight, op. cit., 98.

“Are you voyaging farr?” he inquired in a coaxing super-polite voice.
“Well,” I said, “this train does not go farther than Strasbourg, does it?”
“No; I mean, meant in generahl. You are a traveller13?”

13Son hésitation entre le présent simple et le prétérit est inscrite dans le texte et retrace à la fois la conjugaison en train de se faire mais aussi l’appréhension de l’erreur : l’emploi consécutif des deux temps lui assure qu’une des deux formes sera la bonne. 

Les problèmes de vocabulaire

  • 14 V. Nabokov, The Real Life of Sebastian Knight, op. cit., 37.

14Si l’on s’intéresse maintenant aux erreurs lexicales, on constate que certaines sont dues à des interférences sur l’anglais des différentes langues que les personnages parlent. Ainsi, dans l’exemple suivant, les deux erreurs de Sebastian sont calquées sur le français : « he made queer mistakes, saying, for instance, “I have seized a cold” or “that fellow is sympathetic” —merely meaning that he was a nice Chap14. »

15Par ailleurs, certaines erreurs font apparaître des jeux de mots involontaires des personnages, comme quand Pnin essaie de réemployer une expression idiomatique :

  • 15 V. Nabokov, Pnin, op. cit., 325.

Laurence, on going up to his study one day, a secret and sacred lair cunningly carved out of the attic, was incensed to find the mellow lights on and fat-naped Pnin braced on his thin legs serenely browsing in a corner: “Excuse me, I only am grazing,” as the gentle intruder (whose English was growing richer at a surprising pace) remarked, glancing over the higher of his two shoulders15.

16Ici, c’est la description préliminaire de Pnin par le narrateur (« browsing in a corner ») qui inscrit in praesentia le calembour involontaire de Pnin. Cet amoureux des dictionnaires a vraisemblablement retenu la polysémie de « browse », c’est-à-dire l’idée de consultation et celle du mode d’alimentation du bétail, mais comme cette description alimentaire peut également s’appliquer à « graze », il a inversé les deux mots, ce qui transforme l’universitaire en bovin. Le narrateur contribue à cette comparaison animalière par sa description de Pnin (« fat-naped Pnin braced on his thin legs »), alors qu’il feint l’admiration entre parenthèses, « (whose English was growing richer at a surprising pace) », et ce malgré le mauvais ordre de ses mots.

17Si les narrateurs soulignent ainsi les erreurs des étrangers, c’est pour servir leur propos : pour le narrateur de Pnin, il s’agit de tourner son compatriote en dérision, tandis que pour V., le but est d’exclure Sebastian Knight de la communauté des anglophones afin que sa russité soit enfin reconnue. Dans les deux cas, le comique créé est social, dans le sens où Bergson l’a défini.

Le rire social

18Chez Bergson, le rire permet de rendre plus marquées les notions d’inclusion et surtout d’exclusion hors du groupe :

  • 16 Henri Bergson, Le Rire : essai sur la signification du comique, Frédéric Worms (Dir.), P (...)

Par la crainte qu’il inspire, il réprime les excentricités […] il poursuit (inconsciemment, et même immoralement dans beaucoup de cas particuliers) un but utile de perfectionnement général16

  • 17 V. Nabokov, Pnin, op. cit., 322.
  • 18 H. Bergson, idem, 20.

19C’est tout particulièrement dans Pnin que le comique est mis en œuvre pour permettre l’exclusion sociale du professeur de russe. Les deux figures qui mettent en place ce rire à son encontre sont bien sûr le narrateur et, au sein de la diégèse, le Professeur Jack Cockerell, qui ne cesse d’imiter Pnin sur le campus de leur université. Il participe donc activement à la stigmatisation de Pnin dans le monde universitaire américain, ou plutôt hors de celui-ci, ralentissant donc son intégration. Cockerell est justement professeur d’anglais, qui est une position emblématique pour incarner le rejet et la moquerie de ceux qui ne maîtrise pas parfaitement cette langue. On apprend par le narrateur qu’il est « one of the greatest, if not the greatest, mimics of Pnin on the campus17. » Plus qu’une imitation, il s’agit en fait chez Cockerell plutôt de caricature, notamment si l’on reprend la définition de Bergson : « L’art du caricaturiste est de saisir ce mouvement imperceptible, et de le rendre visible à tous les yeux en l’agrandissant18. » Dans la citation suivante où Cockerell singe Pnin, cette dimension excessive de la caricature transparaît grâce à l’accumulation des segments décrivant les imitations et à la répétition anaphorique du nom de Pnin :

  • 19 V. Nabokov, Pnin, op. cit., 432.

I must admit that Jack Cockerell impersonated Pnin to perfection. He went on for at least two hours, showing me everything—Pnin teaching, Pnin eating, Pnin ogling a co-ed, Pnin narrating the epic of the electric fan which he had imprudently set going on a glass shelf right above the bathtub into which its vibration had almost caused it to fall; Pnin trying to convince Professor Wynn, the ornithologist who hardly knew him, that they were old pals, Tim and Tom—and Wynn leaping to the conclusion that this was somebody impersonating Professor Pnin. It was all built, of course, around the Pninian gesture and the Pninian wild English19.

  • 20 V. Nabokov, Pnin, op. cit., 420.

20Si le narrateur se plaît à rire de son compatriote, c’est qu’il a réussi à transcender son statut d’étranger pour être invité par le département d’anglais (et non de russe) de l’université pour y enseigner : utiliser Pnin comme faire-valoir lui permet donc de faire son autopromotion (il se nomme lui-même « the fascinating lecturer20 »). Et dans The Real Life of Sebastian Knight, Sebastian comme V. écrivent dans un anglais remarquable : les erreurs de Sebastian sont toujours rapportés par son demi-frère en seconde main et pour servir son propos, tandis que le narrateur ne fait que rapporter avoir des difficultés en anglais, alors qu’il fait preuve d’une grande dextérité dans son écriture. Ces personnages démontrent ainsi que les erreurs peuvent être éradiquées et surtout que le statut d’étranger dans la langue peut s’estomper.

La disparition de l’étrangeté : l’étranger créateur du rire

L’interlangue créatif

21Dans son ouvrage sur l’interlangue, Vogel rappelle que l’étude de la langue parlée par les étrangers ne doit pas être limitée à l’analyse des erreurs et que l’interlangue doit être vue dans toute sa dimension :

  • 21 K. Vogel, idem, 20.

Pour apprécier la correction linguistique d’une interlangue, on peut partir du principe qu’elle se situe sur une échelle dont le sommet est la norme correspondant au système de la langue-cible (donc le degré absolu de correction), et dont la base serait […] un écart plus ou moins important par rapport à la norme de la langue-cible21.

22On soulignera que non seulement les étrangers peuvent atteindre une maîtrise parfaite de l’anglais, mais également qu’ils peuvent parvenir à en jouer bien mieux que des natifs :

  • 22 Elizabeth Klosty Beaujour, Alien Tongues: Bilingual Russian Writers of the “Fi (...)

Numerous recent studies strongly suggest that bilingualism confers a continuing advantage for tasks involving metalinguistic awareness, or separating word sounds from word meaning, generating synonyms, being sensitive to communicative needs, and perceiving new sounds22.

23C’est parce que Nabokov était bilingue qu’il avait cet œil d’étranger et qu’il était capable de voir la violence interne de l’anglais et de la faire apparaître mieux que ne le pourraient des monolingues anglophones. Jean-Jacques Lecercle a souligné cet aller-retour entre cette perception et l’action qui permet de faire ressortir le « reste » dissimulé dans la langue :

  • 23 Jean-Jacques Lecercle, The Violence of Language, London: Routledge, 1990, 60-61.

Such is the language game that the remainder induces us to play—not only being naughty with language, but doing violence to it, which begins when we become aware of its violence23.

24Les personnages étrangers – et derrière eux, Nabokov – révèlent donc souvent la richesse de l’anglais en faisant des jeux de mots inattendus ou en remotivant des expressions figées.

La maîtrise des étrangers sur l’anglais

  • 24 V. Nabokov, Pnin, op. cit., 320.

25Dans Pnin, le narrateur s’adonne à de nombreux calembours pour démontrer son intégration linguistique. Ainsi, contrairement à Pnin qui parle de « currents of air24 », le narrateur se sert correctement du mot « draughts » en décrivant les conséquences d’un courant d’air sur Pnin et glisse même un jeu de mots de son cru :

  • 25 V. Nabokov, Pnin, op. cit., 311.

Could it be pneumonia this time? He had been chilled to the bone a couple of days before in one of those hearty American draughts that a host treats his guests to after the second round of drinks on a windy night25.

26Ici, la présence de « pneumonia » et « chilled » pousse à lire le mot « draughts » dans le sens de « courants d’air », tandis que, dans la suite de la phrase, le contexte festif et l’expression « round of drinks » encouragent à y lire le deuxième sens de « bière pression », « breuvage ». La lecture se fait encore plus dynamique à la fin puisque le premier sens est réinscrit par l’adjectif « windy ».

27Dans The Real Life of Sebastian Knight, le narrateur russe V. se montre également capable de remotiver des expressions idiomatiques en anglais. Ainsi, il emploie dans un premier temps l’expression « to pull someone’s leg » quand il exprime ses critiques sur le premier biographe de son frère, Mr Goodman, à qui il reproche notamment de ne pas avoir perçu l’humour de Sebastian dans les anecdotes qu’il lui a rapportées :

  • 26 V. Nabokov, The Real Life of Sebastian Knight, op. cit., 49.

The first of these stories […] depicts Sebastian showing a girl-friend from London the sights of Cambridge. “And this is the Dean’s window,” he said; then smashing the pane with a stone, he added: “And this is the Dean.” Needless to say that Sebastian has been pulling Mr Goodman’s leg: the story is as old as the University itself26.

28Après avoir retracé trois autres cas de « mise en boîte » et employé à deux reprises l’expression « to pull someone’s leg », V. entame une cinquième anecdote mais s’interrompt et littéralise l’expression figurée littérale :

  • 27 V. Nabokov, The Real Life of Sebastian Knight, op. cit., 50.

Fifth:
But I think we had better stop, or else Mr Goodman might be in danger of becoming a centipede. Let us have him remain quadrupedal27.

29V. tire donc de Goodman autant de jambes que le nombre de fois où l’expression « pull someone’s leg » peut être employée, et s’il a la délicatesse de s’arrêter avant d’avoir transformé Goodman en arthropode, il redéfinit cependant cet homme comme étant à quatre pattes, à savoir un âne, le prêtant ainsi au rire du lecteur.

  • 28 Pour la complexité des déplacements de l’instance de narrataire à celle de lecteur dans (...)

30Que ce soit quand les narrateurs assimilés font des bons mots ou quand ils soulignent les faux pas linguistiques de leurs personnages étrangers, ils s’inscrivent à la fois comme appartenant à la communauté anglophone de leur destinataire mais également comme partageant le même rire avec leur lecteur. Ce rire exclut donc l’étranger une nouvelle fois tout en créant une complicité entre le narrateur et le narrataire28.

La complicité narrateur / narrataire

31La connivence créée entre ces deux instances textuelles repose sur la conscience d’une communauté linguistique partagée et sur le plaisir que le lecteur trouvera quand il parviendra à déchiffrer les bons mots laissés pour lui dans le texte. Dans ce cas, le lecteur éprouvera ce que le linguiste Ruggero Druetta appelle la validation jubilatoire :

  • 29 Ruggero Druetta, « Quand le français s’amuse avec ses... maux : calembours, holorimes, c (...)

La validation jubilatoire […] est alors déclenchée à la fois par le fait d’avoir trouvé (auto-valorisation/auto-estime) et par le contenu de la trouvaille elle-même, dans la mesure où le décodeur réussit à établir le bon lien entre cette trouvaille et la lecture de base, plus ou moins anodine, et à susciter la connotation appropriée (d’où l’effet de connivence29).

32La complicité qui s’installe entre le narrateur et le lecteur est censée se faire aux frais du personnage étranger puisqu’il est exclu de cette complicité et est souvent transformé en cible du rire. Or, dans les deux romans et en particulier dans Pnin, le rire s’avère être à double tranchant puisqu’il permet d’arrêter, de suspendre l’exclusion de l’étranger.

La suspension du rire

La dimension morale du rire

33À la lecture de Pnin, le lecteur a souvent le sourire aux lèvres mais, contrairement à l’objectif apparemment railleur du narrateur, ce n’est pas un rire moqueur qui est dirigé contre ce personnage. Nabokov soulignait d’ailleurs son objectif de faire coexister le comique apparent avec une réelle dimension humaine :

  • 30 V. Nabokov, Vladimir Nabokov, Selected Letters, 1940-1977, Dmitri Nabokov et Matthew Jos (...)

[I had the] purpose to create a character, comic, physically inattractive—grotesque, if you like—but then have him emerge, in juxtaposition to so-called “normal” individuals, as by far the more human, the more important, and, on a moral plane, the more attractive one. Whatever Pnin is, he certainly is least of all a clown30.

34Le verbe « emerge » implique une lente apparition de cette dimension humaine dans le roman. En effet, si les bourdes de Pnin sont présentes à presque chaque page au début du roman, ils se font de plus en plus rares au fur et à mesure de la lecture pour laisser une place grandissante à son aspect normal et humain, ce qui suscite de l’empathie pour Pnin. Ce type de complicité ira à l’encontre de celle apparemment créée contre lui par le narrateur.

35La dimension humaine de Pnin apparaît dès les premières pages par sa bonhommie qui est visible justement par son rire, qui le rend extrêmement sympathique au lecteur mais également auprès de ses étudiants :

  • 31 V. Nabokov, Pnin, op. cit., 303-304.

He was not altogether miscast as a teacher of Russian. He was beloved not for any essential ability but for those unforgettable digressions of his, when he would remove his glasses to beam at the past while massaging the lenses of the present. Nostalgic excursions in broken English. Autobiographical tidbits. How Pnin came to the Soedinyonnïe Shtatï (the United States). “Examination on ship before landing. Very well! ‘Nothing to declare?’ ‘Nothing.’ Very well! Then political questions. He asks. ‘Are you anarchist?’ I answer” —time out on the part of the narrator for a spell of cosy mute mirth—“ ‘First what do we understand under “Anarchism”? Anarchism practical, metaphysical, theoretical, mystical, abstractical, individual, social? When I was young,’ I say, ‘all this had for me signification.’ So we had a very interesting discussion, in consequence of which I passed two whole weeks on Ellis Island” —abdomen beginning to heave; heaving; narrator convulsed31.

36Les qualités de Pnin le rendent donc attachant, comme l’indiquent les adjectifs « beloved » ou « unforgettable » ; celui-ci, bien que portant sur les digressions, renvoie en réalité par hypallage à Pnin. C’est également un passage très poétique puisque la nostalgie – sujet central dans l’écriture nabokovienne – est décrite par le biais des lunettes qui sont présentées comme une trace du vieillissement de Pnin et qui permettent de visualiser Pnin, radieux et perdu dans ses souvenirs (« beam at the past »). L’humour de ses propos provient notamment du décalage entre son enfermement politique d’une part (« we had a very interesting discussion, in consequence of which I passed two whole weeks on Ellis Island ») et d’autre part sa tentative de philosopher avec l’agent-frontière à l’époque, ou encore son hilarité au moment du récit. Cette hilarité est mise en présence par la description très physique de ce rire qui aurait tendance à se propager au lecteur quand il visualise son impossibilité à parler (« time out on the part of the narrator for a spell of cosy mute mirth ») et les soubresauts qui commencent à l’agiter et sur lesquels le récit insiste par la répétition (« abdomen beginning to heave; heaving »). Pris par ce rire bienveillant, le lecteur ne remarquera pas les fautes d’anglais de Pnin (pour n’en citer que deux, l’emploi du verbe « passed » ou la position des adjectifs après le nom « anarchism »). Le passage continuera avec une description de l’hilarité partagée par tous ses étudiants et leur transformation physique :

  • 32 V. Nabokov, Pnin, op. cit., 304-305.

Presently the fun would become too much for him; pear-shaped tears would trickle down his tanned cheeks. Not only his shocking teeth but also an astonishing amount of pink upper-gum tissue would suddenly pop out, as if a jack-in-the-box had been sprung, and his hand would fly to his mouth, while his big shoulders shook and rolled. And although the speech he smothered behind his dancing hand was now doubly unintelligible to the class, his complete surrender to his own merriment would prove irresistible. By the time he was helpless with it he would have his students in stitches, with abrupt barks of clockwork hilarity coming from Charles and a dazzling flow of unsuspected lovely laughter transfiguring Josephine, who was not pretty, while Eileen, who was, dissolved in a jelly of unbecoming giggles32.

37C’est ce rire sincère et bon enfant, l’image du « jack-in-the-box » qui, dès le début, gagne le lecteur à la cause de Pnin et explique qu’il ne sera jamais victime d’un rire sarcastique et cruel mais deviendra aux yeux du lecteur, pour reprendre les mots de Nabokov, « by far the more human, the more important, and, on a moral place, the more attractive [character] ».

  • 33 V. Nabokov, The Real Life of Sebastian Knight, op. cit., 99.
  • 34 V. Nabokov, The Real Life of Sebastian Knight, op. cit., 103-104.
  • 35 V. Nabokov, The Real Life of Sebastian Knight, op. cit., 98.

38On trouve dans The Real Life of Sebastian Knight l’esquisse de ce rire salvateur, et indirectement de Pnin, chez Silbermann, le passager français mentionné précédemment. Comme pour Pnin, ses qualités humaines sont soulignées (sa tentative de protéger V.33 en le décourageant d’enquêter sur le passé amoureux de son frère, ou encore les maigres honoraires qu’il lui demande après avoir mené cette enquête34) et les erreurs de langue passeront au second plan. Voici la scène où il me semble que ce Silbermann nous laisse entrevoir le futur Pnin et son rire salvateur, dont on se rappellera le « mute mirth » et le « narrator convulsed » : « “Once, you know,” he said, and was convulsed with silent laughter, “once, you know, I fling, flung de ball from ‘out’ direct into goal35.” » Chez Silbermann comme chez Pnin, la bonhommie manifestée dans le rire presque enfantin du souvenir aide à trouver ces personnages sympathiques et à rire avec eux quand ils s’esclaffent.

39En permettant l’empathie pour ces personnages d’étranger, Nabokov désamorce les procédés de moquerie. En effet, dans son ouvrage sur le rire, Bergson souligne la différence entre le comique et le tragique par la présence du détachement :

  • 36 H. Bergson, ibid., 4.

Essayez, un moment, de vous intéresser à tout ce qui se dit et tout ce qui se fait, agissez, en imagination, avec ceux qui agissent, sentez avec ceux qui sentent, donnez enfin à votre sympathie son plus large épanouissement : comme sous un coup de baguette magique vous verrez les objets les plus légers prendre du poids, et une coloration sévère passer sur toutes les choses. Détachez-vous maintenant, assistez à la vie en spectateur indifférent : bien des drames tourneront à la comédie. […] Le comique exige donc enfin, pour produire tout son effet, quelque chose comme une anesthésie momentanée du cœur36.

  • 37 « He detested the belly laughs Cervantes canted his readers to derive from his hero’s di (...)

40Par conséquent, si notre cœur n’est pas anesthésié et que l’on ressent de l’empathie pour ces personnages, c’est un rire bienveillant qui nous fera sourire de leurs erreurs et non un rire cruel. Nabokov reprochait d’ailleurs ce rire à Cervantes, qu’il le dirigeait selon lui contre Don Quixote37.

41Si le rire est salvateur pour ces étrangers, il l’est également pour le lecteur quand il ouvre une bifurcation hors du tragique. Si le lecteur avait réussir à rire des mots des étrangers, il lui sera impossible de rire de leurs maux.

Fuir le tragique par le rire

42Un des moments les plus poignants du roman Pnin met en scène le désespoir du professeur après une visite de son ex-femme. Lui qui pensait que l’amour de sa vie revenait vers lui découvre qu’elle veut seulement lui demander de financer les études du fils qu’elle a eu avec son second mari, pour qui elle a quitté Pnin. C’est donc un homme désespéré que Joan Clements, la logeuse de Pnin, trouve chez elle, alors qu’il recherche un moyen d’oublier son chagrin :

  • 38 V. Nabokov, Pnin, op. cit., 339.

“I search, John, for the viscous and sawdust,” he said tragically.
“I am afraid there is no soda,” she answered with her lucid Anglo-Saxon restraint. “But there is plenty of whisky in the dining-room cabinet. However, I suggest we both have some nice hot tea instead.” […]
Pnin, his head on his arm, started to beat the table with his loosely clenched fist.
“I haf nofing,” wailed Pnin between loud, damp sniffs, “I haf nofing left, nofing, nofing38!”

43On remarque ici une très forte condensation de déformations de la langue anglaise qui devraient nous faire sourire : « I search […] for », à mi-chemin entre « look for » et « search », les nombreuses erreurs de prononciation telles que « haf » ou l’absence de diphtongue qui transforme Joan en homme, « John », et surtout « viscous and sawdust », rectifié in praesentia par son interlocutrice anglophone. Pourtant, le lecteur ne peut en rire car la douleur de Pnin est si évidente qu’une « anesthésie momentanée » du cœur est ici impossible : on est bel et bien dans le tragique, et non dans le comique. La critique Leona Toker souligne que le calembour involontaire « viscous and sawdust » ne peut être qu’une stratégie d’évitement de la part du narrateur :

  • 39 Leona Toker, « Self-Conscious Paralepsis in Vladimir Nabokov’s Pnin and “Recruiting” », (...)

No Russian could possibly make such a mispronunciation (the Russian word for “soda” sounds very much like the English one), yet the betrayal of linguistic verisimilitude is obviously intentional, since it sharply contrasts with the virtuoso handling of the bilingual situation in other parts of the novel. The narrator is clowning in order to distance himself from the character’s pain and escape the grip of “participative emotion39.

44Or, on note justement que ce jeu de mots est suivi de l’indication, par le narrateur, du tragique de la situation : « “I search, John, for the viscous and sawdust,” he said tragically ».

45C’est ce genre d’aller-retour entre comique et tragique qui est mis en œuvre tout au long du roman pour faire de Pnin le personnage le plus attachant, à notre sens, de toute l’œuvre américaine de Nabokov.

Conclusion

  • 40 Lettre à Madame Straus, envoyée en novembre 1908. Marcel Proust, Correspondance, vol. 8, é (...)

46On a souvent accusé Nabokov d’être très sarcastique et de se montrer pédant par son utilisation, parfois excessive, des mots étrangers. Or, il me semble que l’intérêt humain de Nabokov apparaît dans ses romans par le tableau de ces étrangers dont l’identité est remise en question par les tentatives d’exclusion à leur encontre : dans The Real Life of Sebastian Knight, le portrait d’un écrivain déchiré entre son identité russe et ses tentatives d’intégration linguistique et littéraire renvoie en abyme à la transition linguistique de Nabokov, tandis que dans Pnin, l’auteur met dos à dos l’étranger intégré mesquin qu’il prétend être dans ses doubles littéraires (tel que le narrateur) et dans ses interviews, et l’étranger déchiré entre un chez lui qu’il a perdu et une terre d’adoption qui ne le voit que comme un étranger dans la langue. En montrant la richesse des mots des étrangers comme un possible renouveau de la langue anglaise, Nabokov rappelle le propos de Proust : « La seule manière de défendre la langue, c’est de l’attaquer40 ».

Haut de page

Bibliographie

BEAUJOUR Elizabeth Klosty, Alien Tongues: Bilingual Russian Writers of the “First” Emigration, Ithaca: Cornell University Press, 1989.

BERGSON Henri, Le Rire : essai sur la signification du comique, Frédéric WORMS (Dir.), Paris, Presses universitaires de France, 2007 [1900].

BOYD Brian, Vladimir Nabokov: the American Years, Princeton: Princeton University Press, 1991.

COUTURIER Maurice, Nabokov ou la tyrannie de l’auteur, Paris : Seuil, 1993.

DELAGE-TORIEL Lara, « “A Shadow behind the Heart” : l’Étranger au cœur de l’intime dans Pnin de Nabokov », in Annick CIZEL et Denise GINFRAY (Dir.), Revue LISA/LISA e-journal, Vol. 7, n°2, 2009, 130-141, <http://lisa.revues.org/335>.

DRUETTA Ruggero, « Quand le français s’amuse avec ses... maux : calembours, holorimes, contrepèteries et tutti quanti », in Publifarum, n°6, 2007,
<http://www.publifarum.farum.it/ezine_articles.php?art_id=24>.

HENRY Jacqueline, La Traduction des jeux de mots, Paris: Presses Sorbonne Nouvelle, 2003.

LECERCLE Jean-Jacques, The Violence of Language, London: Routledge, 1990.

NABOKOV Vladimir, The Real Life of Sebastian Knight, in Brian BOYD (ed.), Novels and Memoirs, 1941-1951, New York: Library of America, 1996 [1941].

NABOKOV Vladimir, Pnin, in Brian BOYD (ed.), Novels, 1955-1962, New York: Library of America, 1996 [1957].

NABOKOV Vladimir, Vladimir Nabokov, Selected Letters, 1940-1977, Dmitri NABOKOV et Matthew Joseph BRUCCOLI (eds.), Londres: Vintage, 1991.

NABOKOV Vladimir, Lectures on Literature, Fredson BOWERS (ed.), San Diego: Harcourt, 1982.

PROUST Marcel, Correspondance, vol. 8, éd. Philip Kolb, Paris: Plon, 1981.

TOKER Leona, « Self-Conscious Paralepsis in Vladimir Nabokov’s Pnin and “Recruiting” », in Poetics Today, 7, 1986, 459-469.

VOGEL Klaus, L’Interlangue : la langue de l’apprenant, Jean-Michel Brohée et Jean-Paul Confais (trad.), Toulouse : Presses universitaires du Mirail, 1995.

Haut de page

Notes

1 Vladimir Nabokov, The Real Life of Sebastian Knight, in Brian Boyd (ed.), Novels and Memoirs, 1941-1951, New York: Library of America, 1996 [1941].

2 V. Nabokov, Pnin, in Brian Boyd (ed.), Novels, 1955-1962, New York: Library of America, 1996 [1957].

3 L’étrangéité est le caractère de ce qui est étranger alors que l’étrangeté est le caractère de ce qui est étrange.

4 V. Nabokov, Pnin, op. cit., 397. C’est moi qui souligne.

5 Lara Delage-Toriel, « “A Shadow behind the Heart” : l’Étranger au cœur de l’intime dans Pnin de Nabokov », in Annick Cizel et Denise Ginfray (Dir.), Revue LISA/LISA e-journal, Vol. 7, n°2, 2009, 130-141, <http://lisa.revues.org/335>.

6 Klaus Vogel, L’Interlangue: la langue de l’apprenant, Jean-Michel Brohée et Jean-Paul Confais (Trad.), Toulouse: Presses universitaires du Mirail, 1995, 19.

7 « Il en existe une deuxième [distinction], entre les calembours dans lesquels la plurivocité est exploitée implicitement, c'est-à-dire au travers d’un seul terme qui en sous-entend un autre, et les calembours dans lesquels la plurivocité est exploitée explicitement ; les termes sur lesquels porte le jeu sont alors co-occurrents. Dans le premier cas, on parle de calembours in absentia (…), alors que dans le second, on parle de calembours in praesentia. » Jacqueline Henry, La Traduction des jeux de mots, Paris: Presses Sorbonne Nouvelle, 2003, 26-27.

8 V. Nabokov, The Real Life of Sebastian Knight, op. cit., 98.

9 V. Nabokov, Pnin, op. cit., 318.

10 V. Nabokov, The Real Life of Sebastian Knight, op. cit., 37.

11 V. Nabokov, Pnin, op. cit., 352.

12 V. Nabokov, Pnin, op. cit., 418-419.

13 V. Nabokov, The Real Life of Sebastian Knight, op. cit., 98.

14 V. Nabokov, The Real Life of Sebastian Knight, op. cit., 37.

15 V. Nabokov, Pnin, op. cit., 325.

16 Henri Bergson, Le Rire : essai sur la signification du comique, Frédéric Worms (Dir.), Paris, Presses universitaires de France, 2007 [1900], 15-16.

17 V. Nabokov, Pnin, op. cit., 322.

18 H. Bergson, idem, 20.

19 V. Nabokov, Pnin, op. cit., 432.

20 V. Nabokov, Pnin, op. cit., 420.

21 K. Vogel, idem, 20.

22 Elizabeth Klosty Beaujour, Alien Tongues: Bilingual Russian Writers of the “First” Emigration, Ithaca: Cornell University Press, 1989, 16.

23 Jean-Jacques Lecercle, The Violence of Language, London: Routledge, 1990, 60-61.

24 V. Nabokov, Pnin, op. cit., 320.

25 V. Nabokov, Pnin, op. cit., 311.

26 V. Nabokov, The Real Life of Sebastian Knight, op. cit., 49.

27 V. Nabokov, The Real Life of Sebastian Knight, op. cit., 50.

28 Pour la complexité des déplacements de l’instance de narrataire à celle de lecteur dans l’œuvre de Nabokov, voir Maurice Couturier, Nabokov ou la tyrannie de l’auteur, Paris : Seuil, 1993, 185-187.

29 Ruggero Druetta, « Quand le français s’amuse avec ses... maux : calembours, holorimes, contrepèteries et tutti quanti », in Publifarum, n°6, 2007, <http://www.publifarum.farum.it/ezine_articles.php?art_id=24>.

30 V. Nabokov, Vladimir Nabokov, Selected Letters, 1940-1977, Dmitri Nabokov et Matthew Joseph Bruccoli (eds), Londres: Vintage, 1991, 178.

31 V. Nabokov, Pnin, op. cit., 303-304.

32 V. Nabokov, Pnin, op. cit., 304-305.

33 V. Nabokov, The Real Life of Sebastian Knight, op. cit., 99.

34 V. Nabokov, The Real Life of Sebastian Knight, op. cit., 103-104.

35 V. Nabokov, The Real Life of Sebastian Knight, op. cit., 98.

36 H. Bergson, ibid., 4.

37 « He detested the belly laughs Cervantes canted his readers to derive from his hero’s disconfiture, and he repeatedly compared the vicious “fun” of the book with Christ’s humiliation and crucifixion, with the Spanish Inquisition, with modern bullfighting. » Brian Boyd, Vladimir Nabokov: The American Years, Princeton: Princeton University Press, 1991, 213.

38 V. Nabokov, Pnin, op. cit., 339.

39 Leona Toker, « Self-Conscious Paralepsis in Vladimir Nabokov’s Pnin and “Recruiting” », in Poetics Today, 7, 1986, 465. L’expression « participative emotion » est employée par Nabokov dans V. Nabokov, Lectures on Literature, Fredson Bowers (ed.), San Diego: Harcourt, 1982, 98.

40 Lettre à Madame Straus, envoyée en novembre 1908. Marcel Proust, Correspondance, vol. 8, éd. Philip Kolb, Paris: Plon, 1981, 277.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Julie Loison-Charles, « Rire des mots de l’étranger dans The Real Life of Sebastian Knight et Pnin de Vladimir Nabokov », Revue LISA/LISA e-journal [En ligne], vol. XIII-n°1 | 2015, mis en ligne le 18 février 2015, consulté le 22 mars 2017. URL : http://lisa.revues.org/8574 ; DOI : 10.4000/lisa.8574

Haut de page

Auteur

Julie Loison-Charles

Julie Loison-Charles, agrégée d’anglais, est ATER à l’Université de Paris Ouest La Défense Nanterre. Elle a soutenu son doctorat en littérature américaine sur l’utilisation des mots étrangers dans l’œuvre américaine de Nabokov, incorporant à son étude littéraire des approches traductologiques, stylistiques et psycholinguistiques. Elle est l’auteur d’articles sur l’hétéroglossie dans les romans américains de Nabokov et sur la traduction et auto-traduction en russe et en français de ses jeux de mots et alternances codiques.

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la Revue LISA / LISA e-journal sont mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Revues.org