Navigation – Plan du site

La consommation collaborative aux États-Unis

Collaborative Consumption in the United States
Marie-Christine Pauwels

Résumés

Cet article tente de décrypter l’une des évolutions les plus marquantes de la société de consommation aux États-Unis aujourd’hui : l’émergence de la consommation collaborative. Face aux dérives de l’hyperconsommation, cette nouvelle façon de consommer a explosé sur la Toile grâce aux réseaux sociaux et aux plateformes participatives. Dans ce modèle économique où l’utilisation du produit prime sur sa possession, biens et services sont distribués/ loués/ échangés/donnés/vendus par et pour une communauté d’utilisateurs sur une place de marché virtuelle, et la consommation se veut mieux maîtrisée, plus responsable, et moins axée sur le gaspillage. Est-ce un nouveau phénomène de mode ou une transformation plus profonde du modèle de capitalisme marchand qui sous-tend la société américaine ?

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Gilles Lipovetsky, Le Bonheur paradoxal: Essai sur la société d’hyperconsommation, Paris : Gallimar (...)
  • 2 Richard Layard, “What is happiness? Are we getting happier?”, in Lionel Robbins Memorial Lectures, (...)
  • 3 Barry Schwartz, The Paradox of Choice – Why More is Less, New York : Harper Collins, 2004.

1Si certaines des conséquences de l’hyperconsommation américaine, pour reprendre l’expression de Gilles Lipovetsky dans son essai Le bonheur paradoxal1 – surendettement des ménages, surexploitation des ressources naturelles – sont bien connues et documentées, d’autres sont plus surprenantes et inattendues. Ainsi, l’économiste britannique Richard Layard, dont les travaux portent sur la nouvelle science de l’économie du bonheur, démontre qu’au-delà d’un certain seuil, l’augmentation du niveau de vie et des revenus n’accroît pas le bien-être des individus, mais lui devient même inversement proportionnelle2. Pour le psychologue Barry Schwartz3, l’offre pléthorique de produits dont dispose le consommateur américain serait désormais davantage source de désarroi et d’angoisse que de satisfaction. La fameuse quête hédoniste – « the pursuit of happiness » – inscrite au cœur de la Déclaration d’Indépendance, et dont le modèle capitaliste américain a défini les contours en l’associant étroitement à l’économie de marché, à la consommation et à la possession de biens matériels, aurait-elle atteint ses limites en ce début de XXIe siècle ? Une autre manière de consommer est-elle envisageable ?

2Des courants hostiles à la société de consommation, voire ouvertement anticapitalistes, les États-Unis en ont connus plusieurs, mais jamais au point de remettre fondamentalement en cause le modèle dominant. Cela dit, les nouveaux modes de consommation qui voient actuellement le jour sur Internet grâce aux réseaux sociaux et aux plateformes participatives s’inscrivent, eux, dans une dynamique très différente que nous allons étudier de manière plus approfondie. En substituant au modèle de consommation basé sur l’accumulation de biens matériels un modèle axé sur l’échange (marchand ou non) et le partage de biens et de services, ces derniers sont en effet à l’origine d’une manière de consommer autrement, une sorte de révolution douce surnommée consommation collaborative ou économie peer-to-peer. Cette nouvelle économie du partage se rattache par certains côtés à l’économie de fonctionnalité selon laquelle on n’achète pas un bien mais son usage.

Définition

  • 4 Marcus Felson & Joe L. Spaeth, « Community Structure and Collaborative Consumption: A routine acti (...)
  • 5 Rachel Botsman & Roo Rogers, What’s Mine Is Yours: The Rise of Collaborative Consumption, New York (...)
  • 6 Rachel Botsman & Roo Rogers, Collaborative Consumption website, <http://www.collaborativeconsumpti (...)

3Mentionnée dès 1978 dans un article portant sur le covoiturage par deux sociologues américains, Marcus Felson et Joe L. Spaeth, l’expression de consommation collaborative réapparaît quelque trente ans plus tard sous la plume d’un certain Ray Algar, consultant en marketing et finance dans un article paru en 2007 dans la revue Leisure Reports4. Il y souligne le nouveau pouvoir des consommateurs qui, mieux informés grâce aux réseaux sociaux, peuvent peser sur les prix des services proposés en se regroupant en communautés virtuelles. L’expression est ensuite reprise et popularisée par un duo de consultants en management et nouvelles technologies spécialisé dans les réseaux sociaux, Rachel Botsman et Roo Rogers dans un ouvrage paru en 20105. Dans cet ouvrage ainsi que sur leur site éponyme6, ils analysent les multiples développements de cette économie parallèle, location, don, troc, vente, etc., ainsi que le caractère exponentiel du développement de nouvelles communautés d’utilisateurs faisant affaire entre eux sur des places de marché virtuelles.

  • 7 Dans un système d’échange local (SEL), des individus habitant le même secteur géographique échangen (...)
  • 8 Christopher Anderson, The Long Tail: Why the Future of Business is Selling Less of More, New York  (...)

4Si la notion de partage ou d’échange de biens et services existe depuis toujours (bibliothèques, laveries automatiques, systèmes d’échange locaux – les SEL7 – etc.), l’arrivée à maturité d’Internet et d’applications mobiles telles que la géolocalisation permet une démultiplication quasi à l’infini de nouveaux usages. L’entreprise est dès lors capable non seulement d’atteindre rapidement la masse critique d’utilisateurs nécessaire à la rentabilité de son projet en ligne, mais peut également compter sur une synchronisation presque parfaite entre l’offre et la demande. Dans son ouvrage The Long Tail, Chris Anderson explique ainsi comment la réduction des coûts induite par Internet en matière de distribution, voire de production, justifie désormais la prospection de micromarchés considérés jusqu’alors comme insignifiants, que ce soit dans le domaine des loisirs, des médias, des transports, de la mode, de l’alimentaire, de l’électroménager, ou même de l’utilisation de l’espace (stockage, parking, bureaux partagés, etc.)8.

Trois grands axes

  • 9 Rachel Botsman & Roo Rogers, What’s Mine Is Yours: The Rise of Collaborative Consumption, op. cit.

5D’après Botsman et Rogers9, ce nouveau phénomène peut s’appréhender selon trois grands axes. Le premier est l’axe du partage des biens et services. L’utilisateur n’acquiert plus le bien mais son usage. Des ressources sous-utilisées telles que les automobiles (une voiture reste en moyenne 23 heures sur 24 au garage), le gros électroménager, le matériel de jardinage ou de bricolage (une perceuse achetée en magasin sera utilisée environ 15 minutes en tout et pour tout et dort dans un placard le reste du temps) circulent entre différents consommateurs. La plate-forme d’échange de voitures Zipcar et le site d’autopartage RelayRides se sont construits sur ce modèle par exemple. Le deuxième axe est celui des marchés redistributifs, qui allongent la durée de vie d’un produit successivement acquis par plusieurs utilisateurs. E-Bay et Craigslist, pionniers de ces sites d’échange, ont fait de nombreux émules, payants ou gratuits, très populaires dans des domaines où la durée de vie du produit est par définition courte (layette, jouets pour enfants). Swap.com, plate-forme de troc entre particuliers, Thredup, site d’échange de vêtements d’enfants et Freecycle sont les trois leaders du marché aux États-Unis.

6Le troisième axe est celui des modes de vie collaboratifs, où s’échangent de l’argent, du temps, des savoirs ou de l’espace. Parmi les sites les plus connus, citons Prosper.com ou Lending Club pour le prêts d’argent entre particuliers, Airbnb et Couchsurfing pour louer une chambre chez l’habitant, Kickstarter, site d’investissements collaboratifs sur lequel les internautes financent en ligne les projets d’artistes en herbe, Taskrabbit qui permet à l’usager de déléguer à un autre particulier ses démarches administratives ou de lui faire ses courses, Grubwithus qui offre à des inconnus l’option de partager un déjeuner dans le même quartier, ou encore Zimride, spécialisé dans le covoiturage entre étudiants.

  • 10 Et elle commence à s’étendre dans les autres pays industrialisés. En France, le site Zilok propose (...)

7Ce phénomène connaît aussi un engouement très important dans les autres pays anglo-saxons10. Au Royaume-Uni, Parkatmyhouse permet aux particuliers de louer leur place de parking ou leur garage (par exemple, 35 livres par semaine chez un particulier qui habite près de l’aéroport de Heathrow) ; et dans un pays connu pour son amour du jardinage, Landshare connaît un succès certain en mettant en contact les propriétaires de jardins et les jardiniers en herbe.

Un phénomène basé sur la confiance

  • 11 Francis Fukuyama, Trust: the Social Virtues and the Creation of Prosperity, New York : Simon & Sch (...)

8La consommation collaborative est fondée sur un système de réseaux à la fois distribués (par opposition aux réseaux centralisés/décentralisés) et autorégulés qui regroupent des agents autonomes et reposent sur un élément essentiel, la confiance. En effet, l’un des éléments les plus remarquables dans le succès de ces nouveaux marchés collaboratifs est le fait que des usagers qui ne se connaissent pas, ne se sont jamais rencontrés, habitent parfois à l’autre bout du pays (voire à l’autre bout du monde), et se dissimulent parfois derrière des pseudonymes étranges se fassent aussi aveuglément confiance. Celle-ci est en fait rendue possible grâce à un système de réputation virtuelle, un véritable profil numérique qui se crée sur la Toile, alimenté par les commentaires des autres usagers. Initialement mis en place par e-Bay, il permet aux réseaux de s’autocontrôler, en excluant les tricheurs ou les usagers non fiables, et transforme la notion de gouvernance. En ce sens, la consommation collaborative illustre parfaitement les théories développées par Francis Fukuyama dans son best-seller de 1995, à savoir, le rôle fondamental dans le développement des sociétés contemporaines de la confiance et de la capacité des individus à coopérer de façon spontanée, c’est-à-dire sur la base de valeurs partagées et informelles11.

Une remise en cause de la société de consommation ?

9Même si la crise a indéniablement servi d’accélérateur à ces sites d’échange qui proposent des solutions pour dépenser moins en consommant mieux, ne nous y trompons pas : ce modèle participatif émergent n’est pas né d’une contestation anticapitaliste ou anti productiviste. Il ne prône pas la mise en commun des biens de production, pas plus qu’il ne fait l’apologie du socialisme, qui comme chacun sait, reste un mot tabou aux États-Unis.

10Loin de signifier la fin de la société marchande, la consommation collaborative témoigne plutôt de l’essoufflement d’un certain modèle de consommation incontrôlée, l’ère du « toujours plus », au profit d’une forme de consommation mieux maîtrisée et surtout dématérialisée. L’utilisation du produit prime sur sa possession, une évolution que Jeremy Rifkin avait déjà entrevue en 2000 :

  • 12 The role of property is changing radically. The implications for society are enormous and far-reac (...)

Le rôle de la propriété est en train de subir une transformation radicale. Les conséquences de cette révolution sont d’une importance et d’une portée fondamentales pour notre société. […] On peut penser que d’ici à vingt-cinq ans l’idée même de propriété paraîtra singulièrement limitée, voire complètement démodée, à un nombre croissant d’entreprises et de consommateurs. […]
C’est de l’accès plus que de la propriété que dépendra désormais notre statut social12.

11En revanche, si le terme de révolution paraît un peu excessif, on peut tout de même y voir une remise en cause de certains des paradigmes qui définissent le modèle capitaliste américain, en particulier la possession de biens matériels comme signes extérieurs de richesse et de statut social, ainsi que la notion d’obsolescence programmée.

Redéfinir la consommation ostentatoire

  • 13 Federal Highway Administration, Highway Statistics 2012, Distribution of Licensed Drivers - 2012 b (...)
  • 14 Donna St George, « Teens not the driving force they used to be », Washington Post, 24 janvier 2010, (...)
  • 15 Thornstein Veblen, The Theory of the Leisure Class, New York : McMillan, 1899.

12Dans la consommation collaborative, c’est la notion même de statut social qui change, puisque ces nouveaux modes de consommation axés sur l’échange et le partage sont perçus comme socialement valorisants. Ce qui devient tendance, c’est de maîtriser ces nouveaux codes de l’éphémère et du transitoire, non pas pour consommer moins, mais pour consommer de manière différente. Si le nombre de permis de conduire délivré aux jeunes de 16 ans est en forte baisse depuis 25 ans – 28,2 % de cette classe d’âge l’ont obtenu en 2012 contre 44,7 % en 198813– n’est-ce pas le signe que pour de nombreux jeunes, posséder sa propre voiture n’est plus le marqueur social qu’il était autrefois, synonyme de richesse et de pouvoir ? Telle est l’une des conclusions d’un article paru dans le Washington Post en 201014. Ces nouveaux utilisateurs redéfinissent ainsi la fameuse consommation ostentatoire (conspicuous consumption) décrite à la fin du XIXe siècle par Thornstein Veblen15 en la découplant de la notion de possession.

  • 16 Journée de protestation contre les gaspillages de la société de consommation, elle tombe juste aprè (...)

13Mais la consommation collaborative diffère fondamentalement des mouvements hostiles à la société de consommation qui prônent soit le renoncement pur et simple aux biens matériels ou tout au moins une décélération de la consommation. Certes vertueuse, l’idéologie qui sous-tend ces courants est malheureusement trop radicale pour séduire, à long terme, le public américain – qui adhère réellement au « Buy Nothing Day »16 ? À l’inverse, la consommation collaborative n’encourage pas la décroissance, et ne doit pas non plus être confondue avec le capitalisme vert. Loin d’une contreculture hostile à la société de consommation, le mouvement s’apparente à une cyberculture marchande mieux adaptée à nos modes de vie nomades, où l’individu cherche efficacité et rentabilité mais sans pour autant se priver ni sacrifier son mode de vie. Et de la maîtrise de ce consumérisme intelligent découle un nouveau statut social gratifiant puisque c’est la définition même du standing qui change. Dans la mode et le prêt-à-porter, domaines où la visibilité de ces nouveaux comportements est extrêmement forte, les sites de location de sacs ou de bijoux de mode comme Avelle, ou les sites de vide-dressing connaissent un succès fulgurant auprès de consommatrices avides de s’offrir des articles de marque sans se ruiner.

14Dans un article consacré à la question en 2010, The Economist, avec son sens inné de la formule, détourne la fameuse maxime Keeping up with the Joneses en Teaming up with the Joneses, ou comment s’associer pour consommer malin17. Mais les motivations restent intéressées car ces néo-consommateurs sont avant tout mus par la volonté de réaliser une bonne affaire. Louer sa voiture à un voisin sur un site d’auto-partage au lieu de la laisser inutilisée dans son garage permet aussi de diminuer les frais liés à la possession et à l’entretien d’un véhicule par exemple. D’après le site d’auto-partage Relayrides, un véhicule loué par un particulier peut rapporter jusqu’à 250 dollars par mois à son propriétaire. Toutes ces formes de partage ont en commun d’être des inventions pragmatiques pour utiliser les ressources de manière plus efficiente et plus pratique pour le consommateur.

  • 18 Gilles Lipovetsky, Le Bonheur paradoxal: Essai sur la société d’hyperconsommation, op. cit.

15La consommation collaborative n’est donc pas synonyme de retour en arrière, pas plus qu’elle ne signifie la fin du turbo-consommateur dont parlait Lipovetsky18. Elle s’inscrit même dans un cadre capitaliste tout ce qu’il y a de plus traditionnel. En effet, à la différence des processus participatifs « purs » tels que Wikipedia ou le logiciel libre Linux, l’infrastructure peer-to-peer est ici mise au service d’une économie marchande, comme en témoignent les levées de fonds impressionnantes réussies par certaines de ces startups (5 millions de dollars pour RelayRides, 7 millions d’euros pour Airbnb et Thredup, 1,5 million pour Grubwithus). En avril 2011, Zipcar faisait son entrée en bourse, et si l’on en croit les consultants Frost & Sullivan interviewés dans l’article de The Economist précité, 4,4 millions d’Américains seront membres d’un club de partage d’automobiles d’ici à 2016, soit 10 fois plus qu’en 2012. En 2010, Airbnb (créé en 2008) connaissait un taux de croissance de 800 % et 500 millions de dollars se sont échangés sur les plate-formes de prêts entre particuliers aux États-Unis. Le potentiel de croissance de ces sites est donc absolument phénoménal.

16La consommation collaborative marque le passage d’une économie de propriété vers une économie de fonctionnalité. Et du fait que le statut social ne dépend plus aussi étroitement de la possession de biens matériels, intérêt individuel et bien collectif convergent, ce qui enclenche un cercle vertueux. Mais ne nous leurrons pas. Même si nombre de ces projets collaboratifs gravitent autour de l’économie sociale et solidaire (comme par exemple le réseau mondial à but non lucratif de recyclage Freecycle ou le site de partage de logements Couchsurfing), cet effet vertueux n’est qu’une conséquence heureuse – le terme anglais de serendipity est ici tout à fait approprié – de la meilleure optimisation des ressources induite par ce système de collaboration entre particuliers. La consommation collaborative intègre les règles du jeu capitaliste, à défaut d’en épouser les dérives puisque la création de valeur est désolidarisée de la production matérielle.

L’obsolescence programmée en question

17La consommation collaborative remet également en cause une notion sur laquelle repose le modèle économique de nombreuses industries de produits finis depuis la fin de la Seconde Guerre mondiale, à savoir, l’obsolescence programmée19. Dans ce système, d’abord développé à grande échelle dans l’industrie automobile, la durée de vie des produits est délibérément écourtée afin de favoriser leur remplacement. Or dans la consommation collaborative, c’est au contraire l’allongement du cycle de vie des produits qui est recherché. Celui qui vend le service, prête l’objet ou échange le produit a tout intérêt ce que les biens soient solides, durables, recyclables et sûrs (dans le cadre du transport notamment). Indirectement, la consommation collaborative rejoint les préceptes du développement durable.

  • 20 Christopher Anderson, The Long Tail: Why the Future of Business is Selling Less of More, op. cit.

18Mais là encore, n’y voyons pas la fin de la société de consommation, tout d’abord parce que la consommation collaborative entraîne un accroissement de la demande et une expansion vers de nouveaux marchés. En effet, pour reprendre le principe de la « longue traîne »20, les coûts de stockage et de distribution sont faibles, et il devient ainsi rentable de mettre sur le marché des produits peu demandés ; Netflix par exemple, base sa rentabilité sur un catalogue bien plus large que celui des magasins traditionnels et grâce à ses entrepôts centralisés, peut baisser les coûts de stockage. Le coût de distribution d’un film est identique, qu’il s’agisse d’un film populaire ou d’une œuvre plus confidentielle.

19Ensuite parce qu’un second marché, celui de la location entre particuliers, est en train d’émerger et de se structurer, chaque participant devenant une sorte de mini-entrepreneur. Pionniers du genre, la Californie et l’Oregon viennent de passer des lois simplifiant les démarches d’assurance pour les sites d’auto partage, par exemple.

Une concurrence pour les marques

  • 21 Yochai Benkler, The Wealth of Networks: How Social Production Transforms Markets and Freedom, New H (...)

20Yochai Benkler, professeur de droit entrepreneurial à Harvard, a démontré par le biais d’une analyse des coûts de transaction et d’information que lorsque les coûts de départ sont distribués ou faibles, les processus de peer production sont en fait plus efficaces que le marché21. Cette désintermédiation, court-circuitant les marques traditionnelles et les intermédiaires, induit des bouleversements sur toute la chaîne de production, de distribution et en bout de la chaîne de consommation. Et se solde par une destruction de valeur pour certains secteurs traditionnels comme par exemple celui de la presse d’annonces, décimée par un site comme Craigslist.

  • 22 En France, Intermarché, Castorama et Ikea proposent déjà leur système de covoiturage, Peugeot avec (...)

21Les grandes marques ont bien compris que ce nouveau modèle reposait sur la simplicité d’utilisation, l’absence de contrainte, l’instantanéité de la transaction, et le coût réduit. Il devient ainsi plus rentable de se procurer de la layette sur ThredUp plutôt que de se précipiter chez Baby Gap pour l’acheter neuve au prix fort, ou de dénicher une perceuse sur NeighborGoods plutôt que de débourser 100 dollars pour en acheter une chez Target. Pour séduire et fidéliser ces nouveaux consommateurs nomades et imprévisibles, elles commencent d’ailleurs à s’y intéresser. Distributeurs et constructeurs automobiles ont été les premiers à investir cette économie du partage, y compris en Europe22.

De la socialisation en ligne à la socialisation réelle

22Mais, pourrait-on rétorquer, la consommation collaborative, est-ce finalement autre chose que la réinvention de notions vieilles comme le monde que sont le partage, le troc, l’échange, la convivialité, réappropriées et optimalisées grâce à Internet et aux nouvelles technologies ?

23Face aux prophéties de Jeremy Rifkin qui évoquait en 2000 les dangers d’une société de consommateurs manipulés par les marques où la notion de propriété aurait disparu au profit du simple usage, y voyant pour conséquences la désintégration de la responsabilité et de l’autonomie, la consommation collaborative démontre que le contraire est aussi possible. Grâce au Web, paradoxalement, se crée un modèle économique plus axé sur l’humain, qui réinvente les valeurs de proximité et renforce le tissu associatif.

24On assiste en effet à la réactivation et à la renaissance de pratiques locales et anciennes de partage et d’échange communautaire, tel le troc entre voisins ou l’échange de menus services (Taskrabbit). C’est la proximité qui fait la force de réseaux sociaux comme Gobble – des voisins fans de cuisine s’échangent de bons petits plats – ou de Grubwithus avec sa formule de déjeuner-partagé ; à l’identique, le site RelayRides, qui opère aujourd’hui à San Francisco et Boston privilégie la location de véhicules dans un périmètre très local (la voiture louée doit se situer dans un rayon de 500 mètres) et le site Landshare met en contact les amoureux du jardinage habitant le même quartier.

Conclusion

  • 23 Voir Hubert Guillaud, « La montée de la collaboration collaborative », Le Monde, 24 septembre 2010, (...)

25La consommation collaborative permet de rompre l’anonymat contemporain puisque grâce aux réseaux sociaux, on va sur Internet pour sortir d’Internet. Les utilisateurs se rencontrent d’abord par écran interposé, puis, parfois, en chair et en os, comme autrefois les habitants se retrouvaient sur la place du village. Ironiquement, le village local renaît grâce au village global. « Le web ramène le business à l’individu à mesure que les sociétés de commerce en ligne deviennent plus petites, plus spécialisées, de niches. Paradoxalement, le web nous ramène à un modèle d’affaires centré sur l’humain » analyse Paul Zak, directeur du Centre pour les études en neuroéconomie de la Claremont Graduate University23.

26Convivialité, resocialisation : ces notions que l’on pensait définitivement enterrées à l’ère du tout numérique et de l’atomisation des individus isolés devant leur écran réapparaissent au contraire avec force, et au final, la consommation collaborative débouche non seulement sur la création de valeur économique grâce à l’optimisation de ressources inutilisées ou mal utilisées, mais aussi sur la création de valeur sociale.

Haut de page

Bibliographie

ALGAR Ray, « Collaborative Consumption », Leisure Reports, avril 2007, 16-17.

ANDERSON Christopher, The Long Tail: Why the Future of Business is Selling Less of More, New York: Hyperion Books, 2006.

BENKLER Yochai, The Wealth of Networks: How Social Production Transforms Markets and Freedom, New Haven : Yale UP, 2006.

BOTSMAN Rachel & Roo ROGERS, What’s Mine Is Yours: The Rise of Collaborative Consumption, New York : HarperCollins, 2010.

BOTSMAN Rachel & Roo ROGERS, Collaborative Consumption website, <http://www.collaborativeconsumption.com/index.php>, consulté le 10 février 2015.

ECONOMIST (THE), “Teaming up with the Joneses”, 22 avril 2010, <http://www.economist.com/node/15954416>, consulté le 10 février 2015.

FEDERAL HIGHWAY ADMINISTRATION, Highway Statistics 2012, Distribution of Licensed Drivers – 2012 by Sex and Percentage in Each Age Group and Relation to Population, janvier 2014, <http://www.fhwa.dot.gov/policyinformation/statistics/2012/pdf/dl20.pdf>, consulté le 10 février 2015.

FELSON Marcus & Joe L. SPAETH, « Community Structure and Collaborative Consumption: A routine activity approach », American Behavioral Scientist, vol. 21, mars-avril 1978, 614-24.

FUKUYAMA Francis, Trust: the Social Virtues and the Creation of Prosperity, New York : Simon & Schuster, 1995.

GRANOVETTER Mark, « The Strength of Weak Ties », American Journal of Sociology, vol. 78, n° 6, mai 1973, 1360-1380.

GUILLAUD Hubert, « La montée de la collaboration collaborative », Le Monde, 24 septembre 2010, <http://www.lemonde.fr/technologies/article/2010/09/24/la-montee-de-la-consommation-collaborative_1415781_651865.html>, consulté le 10 février 2015.

LAYARD Richard, “What is happiness? Are we getting happier?”, in Lionel Robbins Memorial Lectures, the London School of Economics, 3 mars 2003, <http://eprints.lse.ac.uk/47425>, consulté le 10 février 2015.

LIPOVETSKY Gilles, Le Bonheur paradoxal: Essai sur la société d’hyperconsommation, Paris : Gallimard, 2006.

LONDON Bernard, Ending the Depression Through Planned Obsolescence, [1932], <http://upload.wikimedia.org/wikipedia/commons/2/27/London_(1932)_Ending_the_depression_through_planned_obsolescence.pdf>, consulté le 10 février 2015.

RIFKIN Jeremy, The Age of Access: The New Culture of Hypercapitalism, Where All of Life is a Paid-For Experience, New York: Putnam Publishing Group, 2000.

SCHWARTZ Barry, The Paradox of Choice – Why More is Less, New York : Harper Collins, 2004.

ST GEORGE Donna, « Teens not the driving force they used to be », Washington Post, 24 janvier 2010, <http://articles.washingtonpost.com/2010-01-24/news/36867590_1_study-of-young-drivers-rob-foss-drive-smart>, consulté le 10 février 2015.

VEBLEN Thornstein, The Theory of the Leisure Class, New York : McMillan, 1899.

Haut de page

Notes

1 Gilles Lipovetsky, Le Bonheur paradoxal: Essai sur la société d’hyperconsommation, Paris : Gallimard, 2006.

2 Richard Layard, “What is happiness? Are we getting happier?”, in Lionel Robbins Memorial Lectures, the London School of Economics, 3 mars 2003, <http://eprints.lse.ac.uk/47425>, consulté le 24 septembre 2014.

3 Barry Schwartz, The Paradox of Choice – Why More is Less, New York : Harper Collins, 2004.

4 Marcus Felson & Joe L. Spaeth, « Community Structure and Collaborative Consumption: A routine activity approach », American Behavioral Scientist, vol. 21, mars-avril 1978, 614-24  ; Ray Algar, « Collaborative Consumption », Leisure Reports, avril 2007, 16-17.

5 Rachel Botsman & Roo Rogers, What’s Mine Is Yours: The Rise of Collaborative Consumption, New York : HarperCollins, 2010.

6 Rachel Botsman & Roo Rogers, Collaborative Consumption website, <http://www.collaborativeconsumption.com/index.php>, consulté le 10 février 2015.

7 Dans un système d’échange local (SEL), des individus habitant le même secteur géographique échangent compétences, savoir-faire et produits au sein d’un groupe fermé, le plus souvent une association.

8 Christopher Anderson, The Long Tail: Why the Future of Business is Selling Less of More, New York : Hyperion Books, 2006.

9 Rachel Botsman & Roo Rogers, What’s Mine Is Yours: The Rise of Collaborative Consumption, op. cit.

10 Et elle commence à s’étendre dans les autres pays industrialisés. En France, le site Zilok propose la location-partage d’objets entre particuliers (né en 2007, il référence 200 000 objets et 100 000 utilisateurs) à des prix 40 % moins chers que chez les loueurs classiques. Citons également Ecojouet.fr (location de jouets), Monsieurparking.com pour le co-stationnement, chambralouer.com, Louerunetudiant.com, Livop, VoiturLib, CitizenCar, Buzzcar, Vélib, et depuis l’automne 2011 à Paris Autolib. Mais aussi Groupon ou VentePrivée.com qui sont des plateformes de services d’achats groupés, ou Leboncoin.fr qui permet la revente d’objets entre particuliers.

11 Francis Fukuyama, Trust: the Social Virtues and the Creation of Prosperity, New York : Simon & Schuster, 1995.Voir aussi Mark Granovetter, qui développe l’idée selon laquelle les liens dits « faibles », c’est-à-dire de simples connaissances, sont en fait « forts » dans la mesure où, s’ils sont diversifiés, ils permettent de pénétrer d’autres réseaux sociaux. Mark Granovetter, « The Strength of Weak Ties », American Journal of Sociology, vol. 78, n° 6, mai 1973, 1360-1380.

12 The role of property is changing radically. The implications for society are enormous and far-reaching (3) […] It is likely that for a growing number of enterprises and consumers, the very idea of ownership will seem limited, even old-fashioned, 25 years from now (6). […] It is, in other words, access rather than mere ownership that increasingly determines one’s status in the coming age.” Jeremy Rifkin, The Age of Access: The New Culture of Hypercapitalism, Where All of Life is a Paid-For Experience, New York : Putnam Publishing Group, 2000, 111.

13 Federal Highway Administration, Highway Statistics 2012, Distribution of Licensed Drivers - 2012 by Sex and Percentage in Each Age Group and Relation to Population, janvier 2014, <http://www.fhwa.dot.gov/policyinformation/statistics/2012/pdf/dl20.pdf>, consulté le 10 février 2015.

14 Donna St George, « Teens not the driving force they used to be », Washington Post, 24 janvier 2010, <http://articles.washingtonpost.com/2010-01-24/news/36867590_1_study-of-young-drivers-rob-foss-drive-smart>, consulté le 10 février 2015.

15 Thornstein Veblen, The Theory of the Leisure Class, New York : McMillan, 1899.

16 Journée de protestation contre les gaspillages de la société de consommation, elle tombe juste après la fête de Thanksgiving. Mais ce même jour, nommé Black Friday, marque aussi le coup d’envoi de la frénésie d’achats de la période de Noël.

17 The Economist, “Teaming up with the Joneses”, 22 avril 2010, <http://www.economist.com/node/15954416>, consulté le 10 février 2015.

18 Gilles Lipovetsky, Le Bonheur paradoxal: Essai sur la société d’hyperconsommation, op. cit.

19 Bernard London, Ending the Depression Through Planned Obsolescence, [1932], <http://upload.wikimedia.org/wikipedia/commons/2/27/London_(1932)_Ending_the_depression_through_planned_obsolescence.pdf>, consulté le 10 février 2015.

20 Christopher Anderson, The Long Tail: Why the Future of Business is Selling Less of More, op. cit.

21 Yochai Benkler, The Wealth of Networks: How Social Production Transforms Markets and Freedom, New Haven : Yale UP, 2006.

22 En France, Intermarché, Castorama et Ikea proposent déjà leur système de covoiturage, Peugeot avec Mu et Citroën avec Multicity ont lancé leurs offres de mobilité, et Norauto, sous le nom Mobivia, s’est complètement réorganisé pour devenir un opérateur de mobilité ; en Allemagne, BMW (DriveNow) et Volkswagen ont eux aussi ouvert des sites d’auto-partage.

23 Voir Hubert Guillaud, « La montée de la collaboration collaborative », Le Monde, 24 septembre 2010, <http://www.lemonde.fr/technologies/article/2010/09/24/la-montee-de-la-consommation-collaborative_1415781_651865.html>, consulté le 10 février 2015.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Marie-Christine Pauwels, « La consommation collaborative aux États-Unis », Revue LISA/LISA e-journal [En ligne], vol. XIII-n°2 | 2015, mis en ligne le 20 mars 2015, consulté le 22 août 2017. URL : http://lisa.revues.org/8455 ; DOI : 10.4000/lisa.8455

Haut de page

Auteur

Marie-Christine Pauwels

Marie-Christine Pauwels est maître de conférences à l’Université de Paris Ouest Nanterre la Défense, où elle enseigne la civilisation américaine en LEA. Elle est l’auteur de plusieurs ouvrages à destination du public étudiant parus chez Hachette (Le Rêve américain, Civilisation américaine, Civilisation des Etats-Unis) et a publié de nombreux articles portant sur les questions d’identité et d’intégration des minorités ethniques, parus dans des revues américaines ou françaises ou dans des ouvrages collectifs.

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la Revue LISA / LISA e-journal sont mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Revues.org