Navigation – Plan du site

L’Irlande : crise économique, crise des valeurs ?

Ireland: Economic crisis, crisis in values?
Vanessa Boullet

Résumés

L’Irlande a connu de 2008 à 2013 une crise économique et financière. De profonds changements de l’économie irlandaise depuis les années 1960 ont permis les succès économiques des années 1990-2000. Mais ils ont aussi pu in fine emmener l’Irlande dans une modification du référentiel de valeurs morales, conduisant certains acteurs clé de l’économie à privilégier l’enrichissement personnel au détriment de certains principes éthiques. Dans quelle mesure est-il permis d’affirmer que l’ampleur de la crise économique traduit une crise morale de la très catholique Irlande ? Comment la société, la politique et l’économie irlandaise ont-elles réagi à la période faste du Tigre celtique, puis à la crise qui lui a succédé ? Un capitalisme régulé est-il une solution pour que la République d’Irlande continue à bénéficier des opportunités du capitalisme, sans subir les dérives associées ?

Haut de page

Texte intégral

  • 1 À prix constants 2012 le PIB de l’Irlande s’est effondré de 2,6 % en 2008, 6,4 % en 2009 et 0,3 % e (...)

1Les Irlandais ont découvert – ou redécouvert pour les plus âgés – les affres de la crise économique. L’éclatement de la bulle immobilière en République d’Irlande en 2008 a conduit à une crise financière puis économique et enfin à une crise de la dette souveraine à l’automne 20101. Alors que certaines économies européennes, notamment les pays du nord de l’Europe et de l’Est sont aujourd’hui sorties de la crise, les économies européennes périphériques (l’Espagne, la Grèce, l’Irlande et le Portugal) en souffrent encore fortement.

  • 2 « The economic crisis was ‘fundamentally a collapse of ethics.’ It is fundamentally fuelled by an (...)

2Que le système capitaliste « anglo-saxon » tel qu’il s’est développé depuis les années 1980, sur fond de déréglementation et de recherche de rentabilité financière maximale, ait été mis en cause pendant cette crise, cela ne fait pas de doute pour les observateurs irlandais. Mais à lire les commentaires que la crise a suscités en Irlande, on ne peut qu’être frappé par l’accent qu’ils mettent sur le fait que ce contexte a favorisé des défaillances éthiques et que ce sont ces défaillances qui ont été à l’origine de la crise. C’est la position adoptée par Mary McAleese, Présidente de la République d’Irlande de 1997 à 2011, lorsqu’elle déclare en mars 2010 : « la crise économique est fondamentalement une faillite de l’éthique. Elle a été principalement alimentée par une crise éthique, par une prise de distance avec les préoccupations sociales et un virage en direction des intérêts égoïstes »2. Ray Kinsella, professeur de finance à University College Dublin partage ce point de vue :

  • 3 « The failures of economics, of regulation and standards of corporate governance, are however essen (...)

Les défaillances de l’économie, de la réglementation et des normes de gouvernance d’entreprise sont toutefois secondaires dans les causes de la crise. La raison première repose sur la faillite de l’éthique, pas seulement de celle des affaires mais de l’Éthique3.

  • 4 Voir Samuel Mercier, L’éthique dans les entreprises, Paris : La Découverte, 2004, 5.
  • 5 On pense notamment à cette affirmation de l’Encyclique Pacem in Terris : « On ne saurait en aucune (...)

3Le terme « éthique » désigne un « ensemble de règles de conduite partagées et typiques d’une société donnée »4 et, appliqué au milieu des affaires et à l’économie, il implique généralement une réflexion qui intervient en amont de l’action et qui a pour ambition de distinguer la bonne et la mauvaise façon d’agir. Or, dans une société si fortement marquée par le fait religieux que celle de la République d’Irlande, la notion de bien et de mal est nécessairement influencée par les valeurs portées par le catholicisme. Par « faillite de l’éthique », Mary McAleese et Ray Kinsella pointent du doigt l’enrichissement personnel (« intérêts égoïstes ») par opposition à l’intérêt supérieur de la nation (« préoccupations sociales »), rejoignant ainsi la notion de « bien commun », en particulier dans le sens que lui confère la morale chrétienne5. En partant de ces jugements, on se propose ici de voir dans quelle mesure il est permis d’affirmer que l’ampleur de la crise économique découle d’une crise morale de la très catholique Irlande. Le cas échéant, le phénomène reflète-t-il une spécificité propre à ce pays au sein du monde anglophone et quel en a été l’impact sur la société, la politique et l’économie ? Quelles leçons peut-on en tirer pour l’après-crise en République d’Irlande ?

La modification du référentiel de valeurs : éthique et valeurs morales catholiques

  • 6 Voir Vanessa Boullet, La planification en Irlande (1958-1972). Méthodologies et mythologie de la mo (...)
  • 7 Au recensement de 2006, près de 3,7 millions d’Irlandais (sur 4,2 millions) déclarent être catholiq (...)
  • 8 Voir Eoin O’Mahony, « Mind the Gap: Measuring religiosity in Ireland », Studies: an Irish Quarterly (...)
  • 9 CSO, Census 2006, op. cit.

4À partir des années 1950, l’Irlande a modernisé son économie en adoptant le libre-échange6. Cette politique, poursuivie par les gouvernements successifs, a mené aux succès du Tigre celtique dans les années 2000. Au cours de cette période, le nombre de personnes se déclarant catholiques a diminué : 86 % en 2006 contre 94 % en 19617. Les messes sont de moins en moins fréquentées : la proportion d’Irlandais s’y rendant régulièrement passe de 91 % en 1970 à 63 % en 20068. Enfin, si lors du recensement de 1961, moins de 7 000 personnes déclarent n’avoir aucune religion, ce chiffre dépasse 256 000 en 2006, soit 7 % de la population. Cette proportion est la plus élevée dans les professions intellectuelles et chez les 50-59 ans (9,6 % et 8,9 %), qui sont justement les populations ayant le plus de probabilité d’occuper des postes à responsabilité dans les entreprises et les administrations9.

  • 10 Voir les rapports suivants : Ferns Report en 2005, Ryan Report en 2009, Rapport de la Commission d’ (...)
  • 11 Dermot Keogh, « The Catholic Church since the 1950s » in Leslie Woodcock Tentler (Dir.), The Churc (...)
  • 12 Max Weber, L’éthique protestante et l’esprit du capitalisme, Paris : Gallimard, 2004 [1905]. Franci (...)
  • 13 « Quand tant de peuples ont faim, quand tant de foyers souffrent de la misère, quand tant d’hommes (...)

5L’affaiblissement de la pierre angulaire du référentiel de valeurs morales se traduit nécessairement par une perte de repères ou par la définition de nouveaux repères. Les débats et les référendums sur la contraception et le divorce (au cours des années 1980 et 1990), les abus sexuels perpétrés à l’encontre des enfants par des membres du clergé (révélés par plusieurs scandales dans les années 199010) et enfin, la montée en puissance du Tigre celtique ont concouru à l’affaiblissement de l’autorité de l’Église à partir des années 198011. En effet, la prospérité apportée par le Tigre celtique a transformé la République d’Irlande en introduisant une géographie plus urbaine, de nouveaux modes de vie et surtout à travers une augmentation importante de sa confiance en l’avenir. Des auteurs comme Max Weber (1905), et plus récemment Francis Fukuyama (1995), ont attribué la montée du capitalisme aux États-Unis et au Royaume-Uni à l’influence des idées protestantes, qui valorisent le travail plus que la dévotion et considèrent que la confiance en soi est une preuve d’une prédestination au salut12. Fukuyama a aussi noté que plus une société se sécularise, plus les contrôles éthiques et moraux qui réglementent les profits s’assouplissent. Or la société irlandaise connaît non seulement un affaiblissement du catholicisme mais aussi une montée en puissance d’une vision protestante du monde du travail. Celle-ci est probablement accélérée par les investissements directs étrangers (IDE). En effet, les entreprises américaines ou britanniques qui investissent fortement en Irlande à partir des années 1990 envoient souvent des dirigeants, dont certains sont d’anciens Irlandais qui ont vécu dix ou vingt ans à l’étranger et qui reviennent en Irlande avec la volonté de réussir ostensiblement, ce que la morale catholique réprouve13. Ce changement d’attitude vis-à-vis de la morale catholique et de l’enrichissement a-t-il provoqué des excès et des dérives éthiques ?

Excès et dérives éthiques

Les individus : priorité donnée à l’enrichissement personnel

  • 14 Soit 7,6 milliards de livres irlandaises ou environ 10 millions d’euros (pour 300 000 comptes). Voi (...)

6L’évolution du référentiel moral s’est accélérée avec la prospérité de la fin des années 1980 qui a pu décomplexer certaines personnes et modifier leur perception de la notion de bien et de mal. Par exemple, se soustraire à l’impôt, outil de cohésion et de progrès social, est plus culpabilisant quand le pays va mal que quand le pays connaît une prospérité sans précédent. En 1998, un scandale d’évasion fiscale éclate : la détention par des résidents de comptes épargne de non-résidents. L’objectif des titulaires est de ne pas payer d’impôts sur les intérêts de ces comptes. Cette pratique s’est généralisée dans le milieu des hommes d’affaires, des banquiers et des comptables dans les années 1990 si bien qu’en 1997, 17 % de l’épargne irlandaise est détenue par des (faux) « non-résidents »14.

  • 15 Ian Kehoe & David Clerkin, “Revenue sheds light on details of complex tax avoidance schemes”, The (...)

7La deuxième grande affaire d’évasion fiscale en Irlande est liée aux comptes offshore de la banque Ansbacher détenus aux îles Caïman. Contrairement aux comptes de faux non-résidents, ce procédé d’évasion fiscale est réservé aux Irlandais les plus fortunés. Il leur permet de déposer de l’argent aux îles Caïman et d’emprunter de l’argent à une banque dublinoise à hauteur du montant déposé dans ce paradis fiscal. Ils peuvent ainsi non seulement disposer de leur argent comme s’il était dans une banque et en sus déduire les intérêts de leurs impôts car le débit est présenté comme un emprunt15. Ces deux procédés d’évasion fiscale, les plus connus en Irlande, sont loin d’être les seuls. Ils existaient également auparavant mais dans une moindre mesure.

8Cette recherche de l’intérêt personnel au détriment de la communauté n’épargne pas non plus ceux qui ont vocation à représenter l’intérêt public. En effet au sein de la liste16 des titulaires de comptes offshore, on trouve entre autres un premier ministre (Charles Haughey), un député (Denis Foley, Fianna Fáil, North Kerry), plusieurs entrepreneurs dans la construction, dont Tony Barry, l’ancien directeur de CRH, une des plus grandes entreprises irlandaises, et l’un des membres du conseil d’administration de la banque centrale de 1973 à 198317.

9Ces pratiques témoignent d’une absence de solidarité nationale de la part de certains Irlandais, dont des représentants de la République, qui est sévèrement critiquée par la morale catholique, comme le rappelle l’encyclique Populorum Progressio :

On ne saurait dès lors admettre que des citoyens pourvus de revenus abondants, provenant des ressources et de l’activité nationales, en transfèrent une part considérable à l’étranger pour leur seul avantage personnel, sans souci du tort évident qu’ils font par-là subir à leur patrie18.

  • 19 The Comptroller and Auditor General, Special Report, op. cit., chapitre 4.

10De plus, il est intéressant de noter qu’il ne s’agit pas seulement d’opérations réalisées par une poignée de grandes fortunes : le scandale des comptes de faux non-résidents concerne environ 8 % de la population, soit une partie de la classe moyenne supérieure19.

11L’évasion fiscale n’est pas le seul mal dont souffre l’Irlande. Les tribunaux (Flood et Mahon) ont également révélé des affaires de corruption, qui témoignent de la proximité et des liens financiers existant entre le monde des affaires et les organisations politiques, notamment pour des délivrances de permis de construire ou des modifications de plans d’urbanisme. Au-delà de son caractère illégal et contraire à l’éthique, la corruption incite les décideurs politiques à prendre des décisions à court-terme, pouvant aller à l’encontre de l’intérêt général à long terme.

Une politique de laisser-faire : « don’t rock the boat »

12Pourquoi les autorités politiques ou administratives, qui étaient pourtant au courant, n’ont-elles réagi qu’après les révélations de la presse et de la justice ?

  • 20 Fintan O’Toole, Ship of Fools, op. cit., 50.
  • 21 Comme la Banque centrale irlandaise, le Financial Regulator (IFSRA, créé en 2003), le Irish Auditin (...)
  • 22 « The bank is in effect offering a special service which assists persons to transfer funds, on whic (...)
  • 23 Voir Fintan O’Toole, Ship of Fools, op. cit., 47.

13Tout d’abord les banques n’avaient pas intérêt à lutter contre l’évasion fiscale. En effet, comme la pratique des comptes de faux non-résidents était très répandue, les banques ne voulaient pas perdre de bons clients ou des parts de marchés. Seule la Bank of Ireland a demandé un justificatif de résidence ; mais après avoir perdu 120 millions de livres irlandaises d’épargne, elle s’est résignée à imiter ses concurrents20 et à négliger l’éthique. Les instances de réglementation21, quant à elles, semblent avoir eu peu de volonté de dénouer ces pratiques complexes. Ainsi, à propos des comptes offshore Ansbacher, la Banque centrale irlandaise était au courant du procédé mais elle n’est pas intervenue en raison de la nature « délicate » du problème22. L’utilisation de ce qualificatif est d’autant plus troublante qu’elle fait référence au fait que les banques étaient probablement des complices actifs du système. Par ailleurs, quand le président de la Bank of Ireland, Mark Hely-Hutchinson, s’émeut auprès de la Banque centrale que la compétition entre les banques réduit l’éthique comme peau de chagrin, la Banque centrale n’intervient pas non plus : elle considère que sa mission est de s’assurer que les banques soient solvables et que les questions d’évasion fiscale ne relèvent pas de son domaine d’attribution23. Toutefois, l’enquête du Dáil sur ce scandale contredit ce point et rappelle en 1999 l’importance de l’éthique :

  • 24 « The Sub-Committee finds (...) the Central Bank had an inappropriate and outmoded approach to supe (...)

La sous-commission estime […] que la Banque centrale a eu une approche inappropriée et dépassée en ce qui concerne les questions de surveillance […]. Elle ne s’est guère préoccupée d’éthique et de surveillance et elle s’est contentée d’un contrôle prudentiel traditionnel manquant de recul24.

  • 25 Voir Fintan O’Toole, Ship of Fools, op. cit., 51.
  • 26 « We were broadly aware of the fact that people were avoiding tax. And all this had to be corrected (...)

14Ces constats amènent à penser que les dirigeants politiques et économiques partagent peut-être le même postulat : ce qui est bon pour les entreprises et les banques irlandaises est bon pour le pays. Ainsi, on peut remarquer que le Ministère des Finances, qui était également au courant comme l’évoquent des comptes rendus de réunions25, n’est pas intervenu ouvertement car il a estimé que son rôle était de soutenir les banques plutôt que de les contraindre ou de s’assurer du respect de règles éthiques, abandonnant de facto le principe de réglementation. De plus au cours d’une période de prospérité sans précédent, qui aurait voulu prendre le risque d’être vilipendé comme celui qui a tué le Tigre celtique ? Maurice O’Connell, gouverneur de la Banque centrale de 1994 à 2002, déclare : « Nous étions de manière générale au courant que les Irlandais pratiquaient l’évasion fiscale. Nous devions remédier à cela : c’était mal. Tout le monde s’accordait à dire que c’était mal. Mais, mon Dieu, il ne fallait surtout pas déstabiliser le navire. Le navire étant les taux de change »26. Ceci est aussi vrai pour les hommes politiques : bien qu’ils soient élus pour gérer les affaires du pays et pour réfléchir à plus long terme sur ce qui est bon pour le pays ou pas, ils n’ont pas intérêt à arrêter la fête. Jouer l’oiseau de mauvaise augure en disant aux Irlandais qu’ils doivent être plus raisonnables est une forte prise de risque électoral. Ainsi, dans les années 1990 et 2000, une distanciation par rapport à l’éthique s’est développée, principalement à cause d’une priorité donnée aux intérêts individuels ou à la perception d’un intérêt supérieur comme la préservation des taux de change et de la peur face à la remise en cause du status quo. L’application des règles a laissé la place au joyeux laisser-faire.

15Cette attitude de laisser-faire et de manquement à l’éthique se retrouve dans le marché immobilier. Depuis les années 1960, beaucoup d’Irlandais accèdent à la propriété. Le pourcentage de propriétaires de leur logement se stabilise au début des années 1990 à un peu moins de 80 %. Or, au début des années 2000, le marché immobilier connaît une flambée (graphique 1) : le nombre annuel de constructions augmente très vite (courbe noire), passant de 30 000 par an en 1995 à 93 000 en 2006, pic de la bulle immobilière, ce qui est beaucoup plus que le besoin lié à la création de nouveaux foyers (courbe grise) (environ 25 000 par an depuis 1997) ou au renouvellement du parc immobilier (environ 15 000 par an dans les années 1970 et 1980). Il en résulte qu’en 2009, on estime à 228 000 le nombre de logements inoccupés27.

Graphique 1 – Nombre de logements construits par rapport au nombre de nouveaux foyers (1970-2012)

Graphique 1 – Nombre de logements construits par rapport au nombre de nouveaux foyers (1970-2012)

Source : Analyse Vanessa Boullet d’après les données du Department of Environment, Community and Local Government, 2011, et de The Economist Intelligence Unit, 2011.

16En parallèle, les prix augmentent très rapidement (courbe noire, graphique 2), plus vite que les revenus des Irlandais. Or, d’un point de vue économique, puisque l’offre est supérieure à la demande immobilière, rien ne justifie cette hausse de prix si ce n’est l’augmentation du pouvoir d’achat des Irlandais due en partie à la prospérité mais aussi à l’abondance de l’offre de crédit. Le graphique 2 montre en effet que l’augmentation des prix est largement soutenue par l’emprunt (courbe grise). Il en résulte que l’endettement des Irlandais augmente beaucoup plus vite que la richesse nationale comme en témoigne le graphique 3.

Graphique 2 – Prix des logements et montant d’un prêt moyen en Irlande (1970-2011) (en euros)

Graphique 2 – Prix des logements et montant d’un prêt moyen en Irlande (1970-2011) (en euros)

Source : Department of Environment, Community and Local Government, 2012.

Graphique 3 – Volume des prêts et PIB (2000-2008)

Graphique 3 – Volume des prêts et PIB (2000-2008)

Source : Peter Nyberg, Commission of Investigation into the Banking Sector in Ireland, Dublin : Stationery Office, 2011, 13.

17Bien que les banques soient fortement exposées au secteur de l’immobilier via les particuliers et les prêts consentis aux entreprises du secteur, les autorités réglementaires ne sont pas intervenues. Pourtant dès 2005 l’explosion du volume des prêts annonçait des déséquilibres financiers et macroéconomiques insoutenables, mais les régulateurs ont préféré laisser faire. Or les crises qui suivent les déséquilibres économiques ont généralement un impact social important et moralement injuste car ceux qui ont bénéficié du déséquilibre ne sont généralement pas ceux qui souffrent lors du retour à la normale. Mais une fois le phénomène de « bulle immobilière » enclenché, personne n’a eu intérêt à l’arrêter :

  • Les Irlandais étaient ravis car ils pouvaient devenir propriétaires d’un logement moderne et la forte augmentation de la valeur de leur maison valorisait leur patrimoine (effet de richesse).

  • Les caisses de l’État étaient alimentées par l’impôt de 7 % sur la valeur des acquisitions immobilières pour les logements entre 125 000 euros et 1 million d’euros (à l’exception des primo-accèdants).

  • Les hommes politiques avaient plus de chance d’être réélus par des citoyens satisfaits de leur nouvelle prospérité apparente.

  • 28 Peter Nyberg, Commission of Investigation into the Banking Sector in Ireland, Dublin : Stationery O (...)
  • 29 Rapports annuels de CRH : en 2000, CRH opérait dans 19 pays, contre 35 en 2011.
  • 30 Fortune, Global 500, 2011 <http://fortune.com/global500/2011/crh-plc-428/, consulté le 10 février 2 (...)
  • 31 Peter Nyberg, Commission of Investigation into the Banking Sector in Ireland, op. cit., ii.

18De manière générale, l’économie du pays profitait de la bulle immobilière puisque 12 % de la population travaillait dans le secteur de la construction, qui représentait 20 % du PIB28. De plus, les entreprises liées à ce secteur prospéraient et se développaient à l’international, à l’image de CRH29, la seule entreprise irlandaise dans le classement Global 500 de Fortune en 201130. Il en allait de même pour les banques irlandaises dont certaines étaient tout particulièrement admirées31. En conséquence, la bulle immobilière avait un effet positif apparent pour le pays, confirmant certainement dans les esprits – du moins à court terme – qu’il fallait laisser-faire, ce qui crée un certain parallèle avec les scandales de corruption ou d’évasion fiscale des années 1980 et 1990.

19Ainsi, dans les années 1990 et 2000, les Irlandais ont le sentiment de vivre dans un pays de cocagne où tout est possible. Or, les risques se sont accumulés, notamment sur le marché immobilier et dans le secteur de la construction, mais les signaux d’alerte n’ont pas été assez forts pour contrer une confiance inébranlable dans la prospérité du pays ou les intérêts particuliers. En effet, comme pour les pratiques d’évasion fiscale, certains pouvaient avoir des doutes, mais comme tout le pays bénéficiait de cette bulle, personne ne voulait voir et encore moins agir, ce qui a inéluctablement conduit à la crise. Comment éviter que cela se reproduise ?

Mettre en œuvre un nouveau système de capitalisme « moral » : régulation par l’État… et par les électeurs 

  • 32 Par analogie avec la régulation des systèmes mécaniques complexes ou des organismes vivants.

20Avant de répondre à cette question, il convient de s’interroger sur la nécessité d’éviter les crises. Ne constituent-elles pas un élément de régulation de l’économie de marché ? Certes, mais l’Irlande est-elle prête à assumer les conséquences sociales de crises économiques ? La République d’Irlande a en effet beaucoup souffert socialement des précédentes crises. Les manifestations de 2010 et 2011 et le changement de gouvernement en février 2011 montrent que les Irlandais ne sont pas prêts à accepter les conséquences sociales d’une crise financière et que par conséquent les hommes politiques doivent parvenir à les prévenir et donc s’interroger sur le rôle de l’État comme régulateur32 des économies modernes.

  • 33 Par réglementation, on entend : « sustained and focused control exercised by a public agency over a (...)
  • 34 George Redmond, Ray Burke and Liam Lawlor.
  • 35 La notion d’aléa moral (moral hazard, en anglais) est apparue au XVIIe siècle. L’économiste écossa (...)
  • 36 C’est seulement après la nomination de Michael Noonan comme ministre des Finances (mars 2011) que l (...)
  • 37 Voir The Irish Independent, « Federation to review ethics code with member banks » 25 juillet 2003 (...)
  • 38 Voir Joint Committee on Economic and Regulatory Affairs, Debates, 29 avril 2008, <http://193.178.1. (...)
  • 39 Ciara Brown et Ciara & Colin Scott, “Regulation in Ireland: History, Structure, Style and Reform”, (...)

21La réglementation33 n’est efficace que s’il existe un mécanisme de sanction en cas de faute. Or, suite aux enquêtes réalisées par les tribunaux dans les années 1990 et 2000, seule une poignée d’hommes ont été emprisonnés34 ; d’autres ont juste eu à rembourser les impôts et le fisc irlandais a offert plusieurs amnisties fiscales en 1988, 1993 et à nouveau en 2010. Cette absence de sanctions a engendré un sentiment d’impunité, qui rappelle la notion d’aléa moral35 : ceux qui dépassent les limites éthiques risquent au plus de devoir rendre une partie de l’avantage indûment acquis. Cela n’a pas pu être sans impact sur l’attitude générale des personnes occupant des postes à responsabilité, notamment dans les banques. Ainsi on peut remarquer que certains dirigeants aux commandes en 2008 étaient toujours en poste en 201136. Par ailleurs, suite aux enquêtes sur les évasions fiscales, un code de l’éthique a été mis en place en 1999 et a été renforcé en 200337. Mais peut-il être crédible dans un contexte dans lequel le risque de sanction divine n’est plus un critère et que les sanctions pénales ou pécuniaires sont quasiment inexistantes ? Cette absence de sanction dans la jurisprudence a d’ailleurs peut-être joué dans les décisions des régulateurs de ne rien faire alors même qu’ils percevaient le problème : ils ont peut-être craint de ne pas in fine obtenir de sanction et donc d’être perçus comme ceux qui ont grippé le système pour rien. Peut-être ont-ils été influencés par la tradition de négociation et conciliation des accords de partenariats sociaux dans les années 1980, et ont choisi d’éviter le conflit38. Les régulateurs ont préféré une “approche consultative et collaborative”, qui par essence ne peut conduire qu’à des avertissements et non à de réelles sanctions39, et renoncent à appliquer les règles mises en place et les sanctions prévues par le code de l’éthique et la législation.

  • 40 Peter Nyberg, Commission of Investigation into the Banking Sector in Ireland, op. cit., 63.

22Une telle approche peut s’expliquer aussi par la culture corporatiste irlandaise dans laquelle les affaires se font au sein d’une élite politique et économique. Ce gentlemen’s club induit également une absence systémique de remise en cause et une forme de pensée unique, qui freinent toute tentative d’analyse réaliste de la situation économique, sauf si elle va dans le sens de la majorité. De plus, la culture du secret au sein du gouvernement et de l’administration peut faciliter la corruption et va à l’encontre d’un mouvement mondial de volonté de transparence des entreprises et des institutions. Pour mettre le système sous contrôle, la commission d’enquête sur la crise du système bancaire est d’avis que les autorités de réglementation doivent donc développer une forme de scepticisme professionnel40 qui ne relève pas de l’opposition de principe mais d’une démarche intellectuelle, d’un doute méthodologique, afin que les autorités ne prennent pas les rapports des acteurs économiques pour argent comptant. Le rapprochement récent du régulateur financier et de la Banque Centrale pourrait sembler contraire à cet objectif, mais il peut répondre à une autre difficulté. En effet, un manque de clarté sur les responsabilités respectives des régulateurs a pu gêner, ou servir de prétexte, à une instance qui ne souhaitait pas empiéter sur les responsabilités d’une autre. Or la responsabilité claire des régulateurs et des décideurs doit aller de pair avec la responsabilité des entreprises.

23Enfin, les instances de réglementation de l’économie ont peut-être un rôle à jouer pour que l’Irlande dans son ensemble maîtrise mieux les problématiques économiques complexes, ainsi que leurs interactions avec la société et la politique. L’Irlande a par le passé tenté de planifier son développement économique et cet outil n’est peut-être plus adapté au monde actuel, plus complexe et plus interconnecté. Cela ne signifie pas pour autant que l’État doit abandonner tout rôle dans le pilotage de l’économie nationale car les instances de réglementation devraient chercher à comprendre ces nouvelles problématiques et partager cette compréhension avec les citoyens irlandais, afin qu’ils les appréhendent mieux et puissent exercer leur pouvoir démocratique en connaissance de cause. En effet, toute réforme ne pourra se faire que si les Irlandais la soutiennent. Cela implique qu’ils soient prêts à sanctionner leurs élus s’ils ne s’engagent pas dans la voie de la réforme, ou s’ils ne s’y tiennent pas. Or, cela n’est pas chose aisée car l’homo economicus veut voir avant tout la prospérité économique et ne se soucie pas toujours des moyens mis en œuvre. Afin qu’il équilibre l’adhésion aux convictions politiques tout en ayant une saine attitude de doute, il convient de lui donner les moyens de comprendre les enjeux socio-économiques associés.

Conclusion

24Dans les dernières décennies, l’Irlande et son référentiel de valeurs morales ont profondément changé. Au cours des années prospères, un nombre non négligeable d’Irlandais, dont beaucoup d’acteurs clé de l’économie, ont pris leurs distances avec certains principes éthiques, ce qui a contribué à d’autres excès et in fine à la crise. Ces errements ne sont pas nécessairement nouveaux, mais l’ampleur de la crise qui a suivi et les moyens modernes de diffusion de l’information les ont rendus inacceptables aux yeux du public. De plus, les défaillances individuelles n’ont pas été empêchées ni sanctionnées du fait d’une défaillance collective du système de réglementation. Pourtant cette période n’a pas été complètement néfaste du point de vue économique, puisque le pays s’est indéniablement enrichi : même après la crise son PNB par habitant reste nettement supérieure à sa valeur de 1980, 1990 ou 2000. Mais pendant ces années, les Irlandais se sont crus riches et une fois que la bulle a éclaté l’atterrissage a été difficile : ils ont constaté qu’ils ont surtout augmenté leur endettement et qu’il faudra de nombreuses années pour que leur patrimoine revienne au niveau élevé du début des années 2000. Ils en concluent que négliger les problématiques éthiques peut être rentable à court terme, mais soulève des difficultés à plus long terme.

Graphique 4 – Richesse des ménages irlandais (en US dollars)

Graphique 4 – Richesse des ménages irlandais (en US dollars)

Source : EIU, 2011

25Cela amène donc à s’interroger sur le modèle de développement irlandais, sur la réglementation des affaires et de leur éthique par une autorité supérieure, qui ne peut plus être l’Église et doit donc être l’État. Le pays pourrait dès lors s’orienter vers le développement d’un capitalisme régulateur, qui se caractérise par une insistance sur les règles et l’utilisation de nouveaux procédés de surveillance (Levi-Faur, 2005). On retournerait alors à un rôle régulateur de l’État présentant quelques similitudes avec ce que l’Irlande a connu dans les années 1960. Ce nouveau modèle ne pourra cependant émerger que si les plus hautes instances de l’État initient un mouvement et obtiennent le soutien continu des Irlandais. Or si les Irlandais sont actuellement favorables au changement car ils réalisent la profondeur de la crise, il n’est pas sûr qu’ils le soient encore dans quelques années lorsque la situation se sera améliorée.

Haut de page

Bibliographie

BOULLET Vanessa, La planification en Irlande (1958-1972). Méthodologies et mythologie de la modernisation économique, thèse de doctorat soutenue à l’Université de Paris-Ouest Nanterre La Défense, novembre 2008.

BROWN Ciara & Colin SCOTT, “Regulation in Ireland: History, Structure, Style and Reform”, UCD Geary Institute, Discussion Paper Series, 2010.

BYRNE Elaine, Political Corruption in Ireland, 1922-2010, Dublin : Manchester Press, 2012.

COMPTROLLER and AUDITOR GENERAL (The), Special Report: Investigation into Administration of Deposit Interest Retention Tax & Related Matters during period 1 January 86 to 1 December 98, juillet 1999, <http://www.audgen.gov.ie/viewdoc.asp?DocID=223&CatID=4&StartDate=1+January+2014>, consulté le 10 février 2015.

CENTRAL STATISTICS OFFICE (CSO), National Income – Annual data <http://www.cso.ie/multiquicktables/quickTables.aspx?id=n1302>, consulté le 10 février 2015.

CENTRAL STATISTICS OFFICE (CSO), National Income – Annual data <http://www.cso.ie/multiquicktables/quickTables.aspx?id=n1302>, consulté le 10 février 2015.

CENTRAL STATISTICS OFFICE (CSO), « Population classified by religion for relevant censuses from 1881 to 2006 », Census 2006, vol. 13, table 1, <http://www.cso.ie/en/census/census2006reports/census2006-volume13-religion>, consulté 10 février 2015.

DEPARTMENT of ENVIRONMENT, COMMUNITY and LOCAL GOVERNMENT, « Loan payments - all agencies » et « House prices 1970-Date », in « Latest House Prices, Loans and Profile of Borrowers Statistics », <http://www.environ.ie/en/Publications/StatisticsandRegularPublications/HousingStatistics>, consulté le 10 février 2015.

DEPARTMENT of ENVIRONMENT, COMMUNITY and LOCAL GOVERNMENT, Table 1 « Total house completions from 1970 to date », in « Latest House Building and Private Rented Statistics », <http://www.environ.ie/en/Publications/StatisticsandRegularPublications/HousingStatistics/>, consulté le 10 février 2015.

DEPARTMENT of ENVIRONMENT, HERITAGE and LOCAL GOVERNMENT, Housing Market Overview 2009, 2009, 4, <http://www.environ.ie/en/Publications/StatisticsandRegularPublications/HousingStatistics/FileDownLoad,23310,en.pdf>, consulté le 10 février 2015.

FORTUNE, Global 500, 2011, 2011 <http://fortune.com/global500/2011/crh-plc-428/>, consulté le 10 février 2015.

FUKUYAMA Francis, Trust: The Social Virtues and the Creation of Prosperity, New York : The Free Press, 1995.

HEALY Alison, « Financial crisis ‘a collapse of ethics’ », The Irish Times, 3 mars 2010, 9.

HIGH COURT (The), Report of the Inspectors Appointed to Enquire into the Affairs of Ansbacher (Cayman) Limited, Dublin : Stationery Office, 2002.

IRISH INDEPENDENT (The), « Federation to review ethics code with member banks » 25 juillet 2003, <http://www.independent.ie/business/irish/federation-to-review-ethics-code-with-member-banks-25940303.html>, consulté le 10 février 2015.

IRISH INDEPENDENT (The), « Don’t look to banking inquiry for real justice », 20 janvier 2010, <http://www.independent.ie/lifestyle/property-homes/dont-look-to-banking-inquiry-for-real-justice-26627266.html>, consulté le 10 février 2015.

IRISH INDEPENDENT (The), « Central Bank to give pre-crisis directors initial written warning », 9 juin 2011, <http://www.independent.ie/business/irish/central-bank-to-give-precrisis-directors-initial-written-warning-26740796.html>, consulté le 10 février 2015.

JOINT COMITTEE on ECONOMIC and REGULATORY AFFAIRS, Debates, 29 avril 2008, <http://193.178.1.238/DDebate.aspx?F=ERJ20080429.XML&Ex=All&Page=2>, consulté le 10 février 2015.

KEHOE Ian & David CLERKIN, “Revenue sheds light on details of complex tax avoidance schemes”, The Sunday Business Post, 11 juillet 2010, <http://www.sbpost.ie/news/ireland/revenue-sheds-light-on-details-of-complex-tax-avoidance-schemes-50444.html>, consulté le 10 février 2015.

KEOGH Dermot, « The Catholic Church since the 1950s » in Leslie Woodcock Tentler (Dir.), The Church Confronts Modernity: Catholicism since 1950 in the United States, Ireland and Quebec, Washington, DC. : The Catholic University of American Press, 2007, 93-149.

KINSELLA Ray & Maurice KINSELLA, « Ethical Causes and Implications of the Global Financial Crisis in Ireland: Political Contagion and Political Transformation », Studies: an Irish Quarterly Review, vol. 98, n° 391, automne 2009, 285-308.

LEVI-FAUR David, « The Global Diffusion of Regulatory Capitalism », The Annals of the American Academy of Political and Social Science, vol. 598, n° 6, 2005, 12-32.

MERCIER Samuel, L’éthique dans les entreprises, Paris : La Découverte, 2004.

NYBERG Peter, Commission of Investigation into the Banking Sector in Ireland, Dublin : Stationery Office, 2011.

O’MAHONY Eoin, « Mind the Gap: Measuring religiosity in Ireland », Studies: an Irish Quarterly Review, vol. 97, n° 385, 2008, 87-97.

O’TOOLE Fintan, Ship of Fools, Dublin : Faber & Faber, 2009.

OIRECHTAS COMMITTEE of PUBLIC ACCOUNTS, DIRT Inquiry Report, Dublin: Stationery Office, 1999.

PAPE JEAN XXIII, Encyclique Pacem in Terris, 1963, <http://w2.vatican.va/content/john-xxiii/fr/encyclicals/documents/hf_j-xxiii_enc_11041963_pacem.html>, consulté le 10 février 2015.

PAPE PAUL VI, 1967, Encyclique Populorum Progressio, <http://w2.vatican.va/content/paul-vi/fr/encyclicals/documents/hf_p-vi_enc_26031967_populorum.html>, consulté le 10 février 2015.

WEBER Max, L’éthique protestante et l’esprit du capitalisme, Paris : Gallimard, 2004 [1905].

Haut de page

Notes

1 À prix constants 2012 le PIB de l’Irlande s’est effondré de 2,6 % en 2008, 6,4 % en 2009 et 0,3 % en 2010. En 2011, il croit de 2,8 %, chute à nouveau de 0,3 % en 2012 et renoue avec une croissance positive (+ 0,3 %) en 2013 (chiffres du Central Statistics Office (CSO), National Income – Annual data <http://www.cso.ie/multiquicktables/quickTables.aspx?id=n1302>, consulté le 10 février 2015). Le déficit budgétaire atteint 0 % du PIB en 2008, 13,9 % en 2009, 32,4 % en 2010, 12,6 % en 2011, 8,0 % en 2012 et 5,7 % en 2013 (CSO, Government Finance Statistics - Annual <http://www.cso.ie/en/releasesandpublications/er/gfsa/governmentfinancestatisticsoctober2014/ - .VPRKshwYfls>, consulté le 10 février 2015). Le chômage passe de 4,5 % en janvier 2007 à 15,0 % en décembre 2011. En février 2014, il s’élevait toujours à 12,0 % (CSO, Seasonally Adjusted Standardised Unemployment Rates <http://www.cso.ie/multiquicktables/quickTables.aspx?id=lrm03_lra03>, consulté le 10 février 2015).

2 « The economic crisis was ‘fundamentally a collapse of ethics.’ It is fundamentally fuelled by an ethical crisis, by a movement away from social concern, by a movement right into the heart of selfish concern ». Mary McAleese, quoted in Alison Healy, « Financial crisis ‘a collapse of ethics’ », The Irish Times, 3 mars 2010, 9.

3 « The failures of economics, of regulation and standards of corporate governance, are however essentially secondary causes of the crisis. The root cause lay in a failure of ethics - not just business ethics, but Ethics ». Ray Kinsella & Maurice Kinsella, « Ethical Causes and Implications of the Global Financial Crisis in Ireland: Political Contagion and Political Transformation », Studies: an Irish Quarterly Review, vol. 98, n° 391, automne 2009, 285.

4 Voir Samuel Mercier, L’éthique dans les entreprises, Paris : La Découverte, 2004, 5.

5 On pense notamment à cette affirmation de l’Encyclique Pacem in Terris : « On ne saurait en aucune façon permettre que l’autorité civile tourne au profit d’un seul ou d’un petit nombre, car elle a été instituée pour le bien commun de tous » (Pape Jean XXIII, Pacem in Terris, 1963, §56).

6 Voir Vanessa Boullet, La planification en Irlande (1958-1972). Méthodologies et mythologie de la modernisation économique, thèse de doctorat soutenue à l’Université de Paris–Ouest Nanterre La Défense, novembre 2008.

7 Au recensement de 2006, près de 3,7 millions d’Irlandais (sur 4,2 millions) déclarent être catholiques. Voir CSO, « Population classified by religion for relevant censuses from 1881 to 2006 », Census 2006, vol. 13, table 1, <http://www.cso.ie/en/census/census2006reports/census2006-volume13-religion>, consulté le 10 février 2015.

8 Voir Eoin O’Mahony, « Mind the Gap: Measuring religiosity in Ireland », Studies: an Irish Quarterly Review, vol. 97, n° 385, 2008, 87-97.

9 CSO, Census 2006, op. cit.

10 Voir les rapports suivants : Ferns Report en 2005, Ryan Report en 2009, Rapport de la Commission d’Enquête dans le Diocèse de Dublin en 2009.

11 Dermot Keogh, « The Catholic Church since the 1950s » in Leslie Woodcock Tentler (Dir.), The Church Confronts Modernity: Catholicism since 1950 in the United States, Ireland and Quebec, Washington, DC. : The Catholic University of American Press, 2007, 93-149.

12 Max Weber, L’éthique protestante et l’esprit du capitalisme, Paris : Gallimard, 2004 [1905]. Francis Fukuyama, Trust: The Social Virtues and the Creation of Prosperity, New York : The Free Press, 1995.

13 « Quand tant de peuples ont faim, quand tant de foyers souffrent de la misère, quand tant d’hommes demeurent plongés dans l’ignorance, quand tant d’écoles, d’hôpitaux, d’habitations dignes de ce nom demeurent à construire, tout gaspillage public ou privé, toute dépense d’ostentation nationale ou personnelle, toute course épuisante aux armements devient un scandale intolérable » (Pape Paul VI, 1967, § 53).

14 Soit 7,6 milliards de livres irlandaises ou environ 10 millions d’euros (pour 300 000 comptes). Voir The Comptroller and Auditor General, Special Report: Investigation into Administration of Deposit Interest Retention Tax & Related Matters during period 1 January 86 to 1 December 98, juillet 1999, chapitre 4, <http://www.audgen.gov.ie/viewdoc.asp?DocID=223&CatID=4&StartDate=1+January+2014>, consulté le 10 février 2015.

15 Ian Kehoe & David Clerkin, “Revenue sheds light on details of complex tax avoidance schemes”, The Sunday Business Post, 11 juillet 2010, <http://www.sbpost.ie/news/ireland/revenue-sheds-light-on-details-of-complex-tax-avoidance-schemes-50444.html>, (accès réservé) consulté le 10 février 2015.

16 La liste se trouve sur le site suivant <http://fr.scribd.com/doc/23685167/Ansbacher-Report - scribd>, consulté le 4 mars 2015.

17 Ken O’Reilly-Hyland a précisé avoir notifié au Ministre des Finances qu’il détenait un compte aux Iles Caïman lors de sa nomination, sans que cela semble poser problème au ministre. Voir Fintan O’Toole, Ship of Fools, Dublin : Faber & Faber, 2009, 60.

18 Pape Paul VI, 1967, Encyclique Populorum Progressio, §24 <http://w2.vatican.va/content/paul-vi/fr/encyclicals/documents/hf_p-vi_enc_26031967_populorum.html>, consulté le 10 février 2015.

19 The Comptroller and Auditor General, Special Report, op. cit., chapitre 4.

20 Fintan O’Toole, Ship of Fools, op. cit., 50.

21 Comme la Banque centrale irlandaise, le Financial Regulator (IFSRA, créé en 2003), le Irish Auditing and Accounting Supervisory Body (créé en 2005) et le Ministère des finances.

22 « The bank is in effect offering a special service which assists persons to transfer funds, on which tax has been avoided, to offshore tax havens. The possibility of the bank abusing its position as an authorised dealer in providing this service cannot be ignored. In view of the delicate nature of these matters we did not pursue the matter further » (The High Court, Report of the Inspectors Appointed to Enquire into the Affairs of Ansbacher (Cayman) Limited, Dublin: Stationery Office, 2002, 454.

23 Voir Fintan O’Toole, Ship of Fools, op. cit., 47.

24 « The Sub-Committee finds (...) the Central Bank had an inappropriate and outmoded approach to supervision given the growing sophistication of banking and the changing role of banks in society. There was an insufficient concern with ethics and supervision other than from the standpoint of a traditional and narrow concern with prudential supervision in the Central Bank ». Oireachtas Committee of Public Accounts, DIRT Inquiry Report, Dublin: Stationery Office, 1999, 38.

25 Voir Fintan O’Toole, Ship of Fools, op. cit., 51.

26 « We were broadly aware of the fact that people were avoiding tax. And all this had to be corrected, this was wrong. Everybody agreed it was wrong. For God’s sake, whatever you do, don’t rock the boat. The boat being the exchange rate ». The Comptroller and Auditor General, Special Report, op. cit., chapitre 6.

27 Department of Environment, Housing Market Overview 2009, 2009, 4, <http://www.environ.ie/en/Publications/StatisticsandRegularPublications/HousingStatistics/FileDownLoad,23310,en.pdf>, consulté le 10 février 2015.

28 Peter Nyberg, Commission of Investigation into the Banking Sector in Ireland, Dublin : Stationery Office, 2011, 60.

29 Rapports annuels de CRH : en 2000, CRH opérait dans 19 pays, contre 35 en 2011.

30 Fortune, Global 500, 2011 <http://fortune.com/global500/2011/crh-plc-428/>, consulté le 10 février 2015. En fait cette liste compte deux entreprises qui ont leurs sièges sociaux en Irlande, CRH et Accenture. Accenture a déménagé son siège social en 2009, vraisemblablement pour des raisons fiscales car ce siège était auparavant aux Bermudes (et avant cela en Suisse) et ce déménagement a fait suite à la mise en place de lois anti-paradis fiscaux aux Etats-Unis. En 2014, seul 0,3% de l’effectif mondial d’Accenture travaillait en Irlande. <http://www.accenture.com/ie-en/company/overview/Pages/faq-ireland.aspx>, consulté le 4 mars 2015.

31 Peter Nyberg, Commission of Investigation into the Banking Sector in Ireland, op. cit., ii.

32 Par analogie avec la régulation des systèmes mécaniques complexes ou des organismes vivants.

33 Par réglementation, on entend : « sustained and focused control exercised by a public agency over activities that are valued by the community. This definition chimes with popular understanding of regulation as a set of act ivities performed by regulatory agencies » (Ciara Brown et Ciara & Colin Scott, “Regulation in Ireland: History, Structure, Style and Reform”, UCD Geary Institute, Discussion Paper Series, 2010, 1).

34 George Redmond, Ray Burke and Liam Lawlor.

35 La notion d’aléa moral (moral hazard, en anglais) est apparue au XVIIe siècle. L’économiste écossais Adam Smith explique que l’aléa moral résulte de la maximisation de l’intérêt individuel sans prise en compte des conséquences défavorables de la décision sur l’intérêt collectif.

36 C’est seulement après la nomination de Michael Noonan comme ministre des Finances (mars 2011) que la BCI lance des enquêtes afin de déterminer si les 40 principaux dirigeants des banques aidées par l’État en 2008 qui n’ont pas démissionné de leur propre chef peuvent rester à leurs fonctions. The Irish Independent, « Central Bank to give pre-crisis directors initial written warning », 9 juin 2011, <http://www.independent.ie/business/irish/central-bank-to-give-precrisis-directors-initial-written-warning-26740796.html>, consulté le 10 février 2015.

37 Voir The Irish Independent, « Federation to review ethics code with member banks » 25 juillet 2003, <http://www.independent.ie/business/irish/federation-to-review-ethics-code-with-member-banks-25940303.html>, consulté le le 10 février 2015 ; et The Irish Independent, « Don’t look to banking inquiry for real justice », 20 janvier 2010, <http://www.independent.ie/lifestyle/property-homes/dont-look-to-banking-inquiry-for-real-justice-26627266.html>, consulté le 10 février 2015.

38 Voir Joint Committee on Economic and Regulatory Affairs, Debates, 29 avril 2008, <http://193.178.1.238/DDebate.aspx?F=ERJ20080429.XML&Ex=All&Page=2>, consulté le 10 février 2015 : « Dans tout ce que nous entreprenons, nous croyons qu’une approche régulatrice reposant sur un large consensus de la part de toutes les parties prenantes est la meilleure méthode. Ainsi, nous mettons en oeuvre une approche consultative et collaborative (...) notre engagement est positif et constructif » (“In undertaking all our work, we believe a regulatory approach grounded in a broad consensus among all stakeholders is the best way. For this reason, we operate a consultative and collaborative approach (...) this engagement is positive and constructive” [Soulignements ajoutés par l’auteur].

39 Ciara Brown et Ciara & Colin Scott, “Regulation in Ireland: History, Structure, Style and Reform”, op. cit., 32.

40 Peter Nyberg, Commission of Investigation into the Banking Sector in Ireland, op. cit., 63.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Graphique 1 – Nombre de logements construits par rapport au nombre de nouveaux foyers (1970-2012)
Légende Source : Analyse Vanessa Boullet d’après les données du Department of Environment, Community and Local Government, 2011, et de The Economist Intelligence Unit, 2011.
URL http://lisa.revues.org/docannexe/image/8414/img-1.PNG
Fichier image/png, 20k
Titre Graphique 2 – Prix des logements et montant d’un prêt moyen en Irlande (1970-2011) (en euros)
Légende Source : Department of Environment, Community and Local Government, 2012.
URL http://lisa.revues.org/docannexe/image/8414/img-2.PNG
Fichier image/png, 40k
Titre Graphique 3 – Volume des prêts et PIB (2000-2008)
Légende Source : Peter Nyberg, Commission of Investigation into the Banking Sector in Ireland, Dublin : Stationery Office, 2011, 13.
URL http://lisa.revues.org/docannexe/image/8414/img-3.png
Fichier image/png, 111k
Titre Graphique 4 – Richesse des ménages irlandais (en US dollars)
Légende Source : EIU, 2011
URL http://lisa.revues.org/docannexe/image/8414/img-4.PNG
Fichier image/png, 23k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Vanessa Boullet, « L’Irlande : crise économique, crise des valeurs ? », Revue LISA/LISA e-journal [En ligne], vol. XIII-n°2 | 2015, mis en ligne le 20 mars 2015, consulté le 23 mars 2017. URL : http://lisa.revues.org/8414 ; DOI : 10.4000/lisa.8414

Haut de page

Auteur

Vanessa Boullet

Vanessa Boullet est maître de conférences à l’Université de Lorraine (site de Nancy). Sa thèse intitulée « La planification en Irlande (1958-1972), méthodologies et mythologie de la modernisation économique » a obtenu en 2009 le Prix Richelieu de la Chancellerie des Universités de Paris. Elle continue de travailler sur la modernisation économique irlandaise depuis les années 1950 et travaille également sur la crise économique actuelle en Irlande (2008-2013). Elle est membre titulaire de l’équipe de recherche d’IDEA (Interdisciplinarité dans les études anglophones) de l’Université de Lorraine et membre associé du CERVEPAS. Elle enseigne l’anglais des affaires, la civilisation et l’économie des pays anglo-saxons.

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la Revue LISA / LISA e-journal sont mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Revues.org