Navigation – Plan du site

Éthique et crise du capitalisme financier anglo-saxon

Ethics and the Crisis of Anglo-Saxon Financial Capitalism
Valérie Peyronel

Résumés

La crise financière qui a démarré fin 2007 a pointé du doigt le manque d’éthique du capitalisme à l’anglo-saxonne. Cet article analyse tout d’abord la signification du mot « éthique » et, en particulier, la différence entre éthique et morale. Il propose ensuite d’analyser si, et dans quelle mesure, le capitalisme peut fonctionner sans éthique, en portant une attention particulière au rôle des pouvoirs publics.

Haut de page

Texte intégral

1Dans un contexte de globalisation caractérisé par des liens d’interdépendance de plus en plus nombreux, complexes et étroits, la plupart des économies ont été touchées par la crise financière puis économique enclenchée à partir du milieu de l’année 2007. Les bastions du capitalisme financier anglo-saxon que sont les États-Unis et le Royaume-Uni n’ont pas été épargnés, tout comme l’Irlande, Tigre Celtique pourtant si longtemps cité en exemple, mais dont le développement du système bancaire et financier s’est aligné sur le modèle anglo-saxon.

  • 1 En témoigne une virulente tribune signée par Thierry Philippon dans le Nouvel Observateur du (...)

2Le propre d’une crise est de susciter des interrogations, en particulier sur les causes de l’événement, d’inciter à désigner des coupables (qu’il s’agisse de personnes, d’institutions, ou de phénomènes) et, dans le meilleur des cas, d’encourager les procédures de remédiation. Très vite, les accusations ont dénoncé le capitalisme financier débridé, particulièrement de type anglo-saxon caractérisé, entre autres éléments, par l’absence de contrôle et de régulation par les États et conforté par un libéralisme débridé1. Mais une fois analysées les failles techniques ou mécaniques d’un système devenu éminemment complexe, les débats et les remises en question ont également mis en lumière les malversations ou défaillances humaines, à l’échelle individuelle, comme dans le cas de Madoff, ou à l’échelle collective dans le cas de faillites des banques et autres établissements financiers, notamment aux États-Unis, au Royaume-Uni et en Irlande. Les catastrophes humaines et sociales entraînées par la crise ont, d’une certaine manière, conduit à un recentrage des discours sur la notion de responsabilité sociale, une responsabilité qui doit être celle des acteurs de la vie économique et financière, tant au niveau individuel qu’institutionnel. L’éthique et la morale sont apparues comme une nécessité dont on redécouvrait la pertinence pour le bon fonctionnement des économies et des sociétés, en même temps que surgissaient des interrogations sur leur compatibilité avec ce système financier capitaliste de type anglo-saxon, moins régulé que le capitalisme de type continental, plus favorable à la spéculation parce que plus orienté vers l’actionnariat et les profits à court terme.

3Après nous être interrogé sur le sens donné au mot éthique, de manière à éclairer la distinction entre éthique et morale, nous tenterons de déterminer si l’on peut attendre du capitalisme, et en particulier du capitalisme financier de type anglo-saxon, en tant que système ou en tant que paradigme, qu’il soit éthique. Nous nous interrogerons enfin sur le rôle qu’a pu jouer le facteur humain dans la crise déclenchée en 2007, sur la nécessaire remise en question de certains comportements et sur les moteurs et les freins qui pourraient présider à la mise en œuvre d’un nouveau capitalisme éthique.

4La comparaison des sources étymologiques grecque et latine du mot « éthique » est révélatrice de deux acceptions assez différentes : en grec ethos fait référence au lieu de vie, aux habitudes, aux mœurs, au caractère ; en latin ethicus signifie la morale, entendue comme une discipline philosophique pratique (action) et normative (règles). Un certain nombre de philosophes distinguent en effet la morale de l’éthique, en ce sens que la morale doit impérativement distinguer le Bien du Mal, tandis que l’éthique fait du Bien et du Mal des notions plus relatives qui doivent tenir compte de contextes donnés. Ainsi, pour Gilles Deleuze, il n’y a pas forcément de correspondance entre le Bien et le Mal, notions absolues, d’une part, et le Bon et le Mauvais, notions plus relatives, d’autre part (Deleuze, 1980). Paul Ricoeur propose, quant à lui, de distinguer les deux notions de la manière suivante :

  • 2 Paul Ricoeur, « Ethique et morale », in Paul Ricoeur, Soi-même comme un autre, Paris : Seuil, (...)

Faut-il distinguer entre moral et éthique ? À vrai dire, rien dans l’étymologie ou dans l’histoire de l’emploi des mots ne l’impose : l’un vient du latin, l’autre du grec ancien, et les deux renvoient à l’idée de mœurs (ethos, mores). On peut toutefois discerner une nuance, selon que l’on met l’accent sur ce qui est estimé bon ou sur ce qui s’impose comme obligatoire. C’est par convention que je réserverai le terme d’ « éthique » pour la visée d’une vie accomplie sous le signe des actions estimées bonnes, et celui de « morale » pour le côté obligatoire, marqué par des normes, des obligations, des interdictions caractérisées à la fois par une exigence d’universalité et par un effet de contrainte. On reconnaîtra aisément dans la distinction entre visée de la vie bonne et obéissance aux normes l’opposition entre deux héritages : l’héritage aristotélicien, où l’éthique est caractérisée par sa perspective téléologique (de telos, signifiant « fin ») ; et un héritage kantien, où la morale est définie par le caractère d’obligation de la norme, donc par un point de vue déontologique (déontologique signifiant précisément « devoir »)2.

  • 3 Cette approche est celle également développée par les philosophes Spinoza ou Aristote dans le (...)

5L’approche téléologique, à laquelle Paul Ricoeur réserve donc le terme d’« éthique », met l’accent sur les buts et les finalités d’une décision. Ainsi une action est-elle jugée bonne ou mauvaise en fonction du résultat auquel elle aboutit et non en fonction de la conduite tenue3. En revanche, dans l’acception déontologique de l’éthique, qu’il nomme, par convention, « morale », Paul Ricoeur introduit la notion d’un devoir, d’une obligation de se conformer à ce qui est défini comme bien, et ce quelle que soit la conséquence qui pourrait en résulter. André Comte Sponville rejoint Paul Ricoeur en utilisant aussi les notions de devoir et de norme pour distinguer la morale de l’éthique, distinction que camoufle cependant l’usage interchangeable couramment fait de ces deux mots :

  • 4 André Comte-Sponville, Le capitalisme est-il moral ?, Paris : Albin Michel, 2004, 10.

En français, les deux mots de morale et éthique sont parfaitement interchangeables. Mais un mot ne tient pas lieu de concept.[…] je vous propose, quitte à simplifier beaucoup, d’entendre par « morale » tout ce qu’on fait par devoir et par « éthique » tout ce qu’on fait par amour. C’est-à-dire que cet ordre éthique est structuré par le désir lui-même, dans la double détermination (nature/culture) et la double polarisation (plaisir/souffrance ; joie/tristesse) de sa puissance d’agir4.

  • 5 Bernard Esambert est membre du Collège de l’Autorité des marchés financiers (AMF).

6Plus récemment, et plus particulièrement à la lumière de la crise financière et des dérives comportementales qu’elle a mises en lumière, l’éthique a été associée à la notion de justice, comme l’explique Bernard Esambert5 dans Éthique et crise financière :

  • 6 Bernard Esambert, Éthique et crise financière, Paris : L’Harmattan, 2009, 37.

Le mot qui a déclenché cette idée d’éthique dans la crise que nous vivons, c’est le mot de justice. […] La crise a mis en évidence des faits qui préexistaient en termes de comportement, et il est clair qu’il y a quelque chose d’absolument insupportable dans ce manque de solidarité dans la crise6.

7Il ressort de l’étude de ces quelques définitions qu’il est parfois difficile de distinguer l’éthique de la morale. Il semble que l’on donne souvent au terme éthique le seul sens d’un devoir de faire le Bien, de manière absolue et quelles qu’en soient les conséquences, alors même qu’il s’agit là plutôt de morale, tandis que l’on doit plutôt entendre par éthique un comportement tout-à-la fois choisi et dicté par un objectif que l’on estime bon, ce qui donne à l’éthique une valeur plus relative. Nous admettrons donc, pour la suite de cette analyse, que selon les auteurs que nous serons amenés à citer, l’un ou l’autre des deux termes, morale ou éthique, ait pu être utilisé sans que la distinction étymologique, essentiellement construite sur la notion de devoir, n’ait été clairement présente à leur esprit.

  • 7 Cato Institute, fondé en 1977 <http://www.cato.org>.
  • 8The ethics of capitalism are undemanding because they operate primarily on the abundant supp (...)
  • 9 André Comte-Sponville, Le capitalisme est-il moral ?, op. cit., 47-70.

8Le capitalisme peut-il triompher sans se préoccuper d’éthique, c’est-à-dire du caractère « bon » ou « mauvais » des actions entreprises et des effets qu’elles entraînent ? C’est l’opinion exprimée par William Niskanen, président honoraire du Cato Institute, think tank américain de tendance ultra libérale spécialisé dans l’étude des politiques publiques qui défend les idées de liberté individuelle et d’intervention limitée des gouvernements7. Dans un article intitulé « The Undemanding Ethics of Capitalism », il argue en effet que le moteur du capitalisme étant la satisfaction des seuls « intérêts particuliers », les préoccupations éthiques ne peuvent qu’être secondaires : « L’éthique du capitalisme est dénuée d’exigence car elle est essentiellement orientée vers la satisfaction abondante d’intérêts particuliers »8. Posant la question de la « moralisation » du capitalisme à la lumière d’une analyse du fonctionnement des sociétés, André Comte-Sponville réfute également l’idée que le capitalisme puisse être moral. Il démontre en effet que certains rouages de la société ne sont pas nécessairement soumis à l’ordre moral. Il identifie quatre ordres qui, dans une société donnée, encadrent l’action : l’ordre techno-scientifique, qui est structuré, intérieurement, par l’opposition du possible et de l’impossible ; l’ordre juridico-politique (la loi, l’État), qui est structuré par l’opposition entre ce que la loi autorise : (« légal ») et ce qu’elle interdit (« illégal ») ; l’ordre de la morale, qui doit compléter les deux autres et empêcher que le peuple n’ait tous les droits (y compris celui de nuire) ou qu’il n’existe des « salauds légalistes » ; l’ordre éthique9. Or certains de ces ordres ne peuvent être régis par des liens d’interdépendance, en particulier l’ordre technico-scientifique et l’ordre moral :

  • 10 Ibidem, 71.

Prétendre que le capitalisme est moral ou même vouloir qu’il le soit, ce serait prétendre que l’ordre n°1 (l’ordre techno-scientifique) est intrinsèquement soumis à l’ordre n°3 (l’ordre de la morale). [Or] le possible et l’impossible, le possiblement vrai et le certainement faux, n’ont que faire du bien et du mal10.

9Et de rappeler que pour Karl Marx, l’impossibilité de moraliser l’économie capitaliste n’offrait pas d’autre option que sa suppression :

  • 11 Ibid., 80.

Le but de Marx, au fond, fut de moraliser l’économie : il voulait que l’ordre technico-scientifique soit enfin soumis à l’ordre moral […] Marx voulait en finir avec l’injustice, non par une simple politique de redistribution, dont il percevait les limites, encore moins en comptant sur la conscience morale des individus, à laquelle il ne croyait guère, mais en inventant un autre système économique, qui rendrait enfin les êtres humains économiquement égaux11.

  • 12 Au moment où il écrit ces lignes, K.H. Klaer est secrétaire d’état aux affaires fédéral (...)

10Cette analyse trouve un écho sous la plume du socialiste allemand Karl Heinz Klaer12 qui décrit le capitalisme comme un système exclusivement tourné vers la rentabilité et la création de richesse et, par conséquent, intrinsèquement dénué de tout sens moral, c’est-à-dire d’une obligation de faire le Bien, ou de sens éthique, dans le sens d’une recherche d’un objectif que l’on « estime bon » pour reprendre la définition de Comte-Sponville :

  • 13In capitalism, there is no other goal than profit, and there can be no other goal because pr (...)

Dans le capitalisme, il n’y a pas d’autre objectif que le profit, et il ne peut y en avoir d’autre car la recherche du profit est l’essence du capitalisme. […] Dans ce contexte, il faut prendre en compte deux forces extrêmement puissantes à l’œuvre dans l’économie mondiale : la pression incessante exercée sur les organisations pour qu’elles augmentent continuellement leurs profits et la concurrence féroce qui règne sur les marchés13.

11Pour les auteurs précédemment cités, le capitalisme ne pourrait donc se définir ni dans ses objectifs, ni dans son fonctionnement, en termes de poursuite du Bien érigé en valeur absolue, où de devoirs qui s’imposeraient pour atteindre un tel objectif. Ainsi le contexte de concurrence acharnée et de recherche absolue du profit qui caractérise le capitalisme contemporain, en particulier dans le cadre libéral propre au capitalisme financier de type anglo-saxon, encourage-t-il cette course au profit, essence même du capitalisme et auquel ne s’oppose, d’un point de vue systémique, aucune limite.

  • 14 Pascal Salin est professeur émérite d’économie à l’Université Paris Dauphine et ancien présid (...)
  • 15 Pascal Salin, in « Est-ce la fin du capitalisme financier de type anglo-saxon ? Six éco (...)

12Pour certains analystes, notamment libéraux, la satisfaction des intérêts particuliers peut au contraire parer le capitalisme de vertus positives, dans la mesure où il contribue utilement au fonctionnement de la société. Ainsi Pascal Salin14 estime-t-il que, le capitalisme financier, outre qu’il n’est pas « seulement anglo-saxon », mais « universel », a « de beaux jours devant lui, tout simplement parce qu’il n’est pas une création arbitraire, comme pouvait l’être un système de type soviétique. Ce capitalisme-là est l’expression d’innombrables processus spontanés créés pour répondre aux besoins des êtres humains »15. Une opinion relayée par The Economist qui souligne l’apport du cycle de création de richesse engendré par les entreprises privées et le risque qu’implique leur stigmatisation systématique ou qu’impliquerait la disparition de leur action, quand bien même celle-ci ne serait motivée que par la simple recherche du profit :

  • 16A dangerous myth is gaining ground: that unadorned capitalism fails to serve the public inte (...)

Un mythe dangereux gagne du terrain, mythe selon lequel le capitalisme pur ne peut servir l’intérêt public. La recherche du profit n’est pas une bonne chose, si l’on suit la logique de la Responsabilité Sociale des Entreprises (RSE) : d’où la tentation de transformer les entreprises en instruments des politiques sociales. En fait, c’est le contraire qui est vrai. La principale contribution des entreprises à la société est précisément liée à ces profits (et aux produits, services, salaires et idées créés par le capitalisme concurrentiel). Si l’affaire des entreprises n’est plus de faire des affaires, nous y perdons tous16.

  • 17 André Comte-Sponville, « Le capitalisme est-il moral ? », Forum events, 28 mars 2000, <(...)
  • 18 « L’économie n’est pas une personne qui aurait sa volonté, ses préférences, ses buts. Comment (...)
  • 19 Dominique Plihon, in « Est-ce la fin du capitalisme financier de type anglo-saxon ? Six écono (...)
  • 20 André Comte-Sponville, Le capitalisme est-il moral ?, op. cit., 75.
  • 21 Jean-Francis Pécresse est éditorialiste aux Échos.
  • 22 Jean-Francis Pécresse, Éthique et crise financière, Paris : L’Harmattan, 2009, 47.

13Force est cependant de reconnaître que les dérives du capitalisme, telles que révélées par la crise déclenchée en 2007, et leurs conséquences sur la société sont à la source de ce regain d’interrogations sur la possibilité de lier capitalisme et éthique. Si, en tant que système, le capitalisme n’est pas doté de la capacité de juger d’actions et de leur bien-fondé et s’il est en ce sens « foncièrement amoral »17, c’est-à-dire dénué de morale18, en revanche, l’usage qu’en font les individus peut être plus ou moins dicté par des règles « éthiques », c’est-à-dire susceptibles d’orienter leurs actions et leurs décisions en fonction de ce qu’ils estiment bon pour autrui et pour la société au sens large. Pour mettre fin au capitalisme de « spéculation et de prédation, préjudiciable à la société » dénoncé par Dominique Plihon19, il convient, en effet, de replacer les acteurs et leurs agissements / actions au centre de la réflexion et du débat. Ainsi le facteur humain, c’est-à-dire ce qui relève des décisions humaines, individuellement ou collectivement, est-il la clé de voûte : « À nous, qui sommes assurément des sujets, d’être moraux, ici et maintenant, sans rêver que l’économie, en tant que processus, le devienne »20. « Moraliser le capitalisme » n’aurait pas de sens, mais moraliser les conduites, ou les rendre plus éthiques, en a bien un. C’est une vision que partage le journaliste Jean-Francis Pécresse21, pour qui les « dérives » du capitalisme financier ayant entraîné la crise actuelle n’étaient pas inhérentes au système lui-même, mais bien à l’usage qui en avait été fait : « La crise actuelle me semble être moins une crise du capitalisme, pas même du capitalisme financier, que celle d’une perversion du capitalisme, qui consiste à rémunérer le capital au-delà de ce qui est l’intérêt de l’entreprise capitalistique22.

  • 23I believe the mortgage crisis competitive pressures were so great that mortgage loan profess (...)
  • 24 Max E. Mazerman enseigne à la Harvard Business School et Ann E. Tenbrunsel au Mendoza College (...)

14Lorsque Karl Heinz Klaer ou William Niskanen décrivent un capitalisme orienté vers la poursuite de l’intérêt particulier, ils font en effet référence à l’action humaine qui sous-tend le fonctionnement de ce système. Par conséquent il s’agit, non pour le système en tant que tel, mais bien pour ses utilisateurs de faire un usage éthique du capitalisme ; c’est-à-dire d’orienter leurs actions en fonction de ce qu’ils jugent bon pour la société. Une notion certes toute relative, contrairement à l’ordre moral qui tend à définir de manière absolue le Bien et le Mal. Une notion dont on peut également douter de la compatibilité avec la recherche de profit inhérente au système capitaliste. Mais au moins la question de la « responsabilité » (accountability) humaine est-elle ainsi posée. Ainsi, cherchant à identifier les responsables des dérives du système capitaliste, plusieurs auteurs expliquent-ils ces dernières par une perte de repères, elle-même engendrée par le fonctionnement de systèmes économiques de plus en plus concurrentiels et orientés vers le seul profit. John Bernard évoque ainsi des professionnels des prêts hypothécaires qui, en raison de la pression concurrentielle, auraient « détourné les yeux » plutôt que d’examiner attentivement « la capacité financière des acheteurs »23. Max H. Bazerman et Ann E. Tenbrunsel24 qualifient d’« aveuglement motivé » (motivated blindness) cette attitude induite, pour les acteurs qui y opèrent, par le contexte de concurrence acharnée :

  • 25In the run-up to the financial crisis, corporate boards, auditing firms, credit-rating agenc (...)

Pendant la période qui a précédé la crise, les conseils d’administration, les auditeurs, les agences de notation et toutes les autres parties prenantes avaient un accès aisé à des informations catastrophiques qu’ils auraient dû remarquer et signaler. Cependant, ils ne l’ont pas fait, au moins en partie en raison d’un « aveuglement motivé » - la tendance à négliger toute information qui va à l’encontre de son propre intérêt25.

15Ces analyses semblent donc mettre en lumière l’impossibilité de concilier activité capitaliste et recherche du profit maximal, d’une part, et conduite éthique à la recherche du bien pour autrui ou pour la société au sens plus large, d’autre part : les individus qui participent au fonctionnement du système capitaliste ont bien la capacité de penser leurs actions en termes éthiques, mais ils ne l’exercent pas spontanément. Convient-il alors, ou est-il possible, d’élaborer un cadre qui les y engage, ou les y oblige en imposant les limites éthiques de l’exercice débridé du capitalisme ? Et dans l’affirmative, quel doit être ou quel peut être ce cadre et par qui doit-il être imposé, en particulier si l’on tient compte du caractère relatif du raisonnement éthique ?

  • 26 Cette revue scientifique, fondée en 1971 à l’université de Western Illinois, et vendue (...)
  • 27deals with the whole society. Macro issues familiar to economists would include the moral as (...)
  • 28 “…relationships between pairs of individuals. The rightness or wrongness of a business person (...)

16Dans un article publié en 2000, à l’issue d’une longue période d’euphorie économique, l’économiste américain Richard E. Hattwick, fondateur du Journal of Socio-Economics26, soulevait la question de l’éthique du capitalisme et distinguait deux niveaux de responsabilités éthiques : un niveau macro-éthique, « ayant trait à l’ensemble de la société. Les questions ‘macro’ avec lesquelles les économistes se sont familiarisés [incluant] les aspects moraux des modèles de distribution des revenus et du chômage cyclique »27 et un niveau micro-éthique qui concerne « les relations entre paires d’individus, comme par exemple ce qui est bien ou mal dans les transactions avec un client ou un employé »28. Hattwick soulignait que les responsabilités individuelles des uns et des autres devaient être clairement délimitées et n’étaient pas interchangeables :

  • 29In general, micro and macro ethical issues should not be mixed. That is an individual (...)

En général, les questions macro- ou micro-éthiques ne devraient pas être mélangées. Un employeur individuel ne devrait pas être condamné en raison d’un système national de distribution des revenus moralement inacceptable ou du chômage causé par une récession. En revanche il devrait être tenu de respecter des normes morales qui soient plausibles en fonction des contraintes imposées par le système économique29.

17Dans les dysfonctionnements du capitalisme, il convient donc de distinguer des responsabilités individuelles et des responsabilités institutionnelles, ces dernières étant le fait d’institutions publiques comme privées.

  • 30Greed and gravity are always with us and capitalist markets usually channel self-interest in (...)

La cupidité est toujours là et les marchés capitalistes orientent habituellement les intérêts particuliers vers des comportements mutuellement bénéfiques. Parfois, les institutions publiques et privées dont la responsabilité est de contrôler les comportements économiques, ne jouent leur rôle qu’après que d’autres parties n’aient subi de lourdes pertes30.

18Idéalement, en effet, l’élan éthique devrait être impulsé par des praticiens de l’économie capitaliste, orientant leurs prises de décisions et leurs actions en fonction des conséquences de ces dernières sur une société qui, in fine, forme le socle même de leur action, qu’il s’agisse des consommateurs, des épargnants, des fournisseurs, des clients, des salariés. Tout comme William Niskanen, David Cameron, s’exprimant en tant que chef du parti conservateur d’opposition lors d’un entretien rapporté par le Guardian du 2 janvier 2009, ne remettait pas en cause la doctrine libérale qui a sous-tendu le développement de ce capitalisme financier anglo-saxon si décrié. Mais se référant a minima aux imprudences, et plus sûrement à la course aux profits et aux conduites spéculatives ayant entraîné la fragilisation, dans certains cas la faillite, du système financier, il rappelait la responsabilité du monde des affaires dans la crise financière :

  • 31I don’t think the answer to the current crisis is to tear up the market system and go (...)

Je ne pense pas que la réponse à la crise actuelle soit de réduire en miettes le système de marché actuel et de revenir à un socialisme tel que celui des années 1970, mais nous avons vraiment besoin d’un capitalisme plus éthique au sein duquel nous admettons que le monde des affaires (business) a de réelles responsabilités31.

  • 32 Karl Heinz Klaer, “The ethics of capitalism”, op. cit., 32.
  • 33 Ancienne secrétaire générale du syndicat CFDT, Nicole Notat s’est ensuite engagée dans la déf (...)
  • 34 Henri Atlan, Nicole Notat & Joseph Maïla, « L’éthique comme frontière », Supplément à (...)

19Quelles que soient les différences dans leurs approches, responsables politiques, syndicalistes ou philosophes s’accordent cependant sur le rôle que l’État ne peut se dispenser de jouer. Il est en effet le garant en dernier ressort et ne devrait pas se soustraire à la responsabilité qui est la sienne de favoriser le développement harmonieux de la société, et de garantir le bien-être du « citoyen », fondement même de l’action « politique ». Ainsi Karl Heinz Klaer regrette-t-il que le système capitaliste des trente dernières années ait « affaibli le système politique et sa capacité à élaborer des lois », en particulier pour « réguler le capitalisme au-delà du profit (beyond profit) »32 ; tandis que Nicole Notat33 déplore le fonctionnement segmenté des institutions internationales et le « manque de pouvoir au niveau mondial, un déséquilibre entre le pouvoir et la puissance économique et financière et la puissance politique »34. Déjà bien avant le déclenchement de la crise, c’est également une « réhabilitation du politique » qu’André Comte-Sponville appelait de ses vœux

  • 35 André Comte-Sponville, « Le capitalisme est-il moral ? », op. cit.

L’urgence aujourd’hui est de réhabiliter le politique. Nous nous retrouvons pris entre la barbarie technocratique libérale des uns et l’angélisme moralisateur des autres, représenté par la caricature de la World Company. Il faut sortir de cette opposition car nous avons besoin et de l’économie et de la morale. Or l’économie n’a pas de morale et la morale n’est pas rentable. La politique est donc le médiateur indispensable entre les deux35.

20Commentant les décisions de plusieurs chefs d’État (Nicolas Sarkozy, Barack Obama, Gordon Brown) de demander aux cadres dirigeants des banques ayant bénéficié de l’aide de l’État de ne pas s’attribuer de bonus ou de plafonner leurs rémunérations, Jean-Francis Pécresse notait certes en 2009 l’expression d’une volonté nouvelle des détenteurs du pouvoir politique et d’une amorce de rééquilibrage en faveur du rôle de l’État :

  • 36 Jean-Francis Pécresse, Éthique et crise financière, op. cit., 45.

Ces décisions ont un élément commun qui est de soumettre la sphère économique à une éthique collective dont, en quelque sorte, l’État garantirait le respect. Le fait que le pouvoir politique soit maintenant prêt à dénoncer ce genre de comportements est une nouveauté dans l’histoire récente du capitalisme occidental36.

  • 37 Ann E. Tenbrunsel & David M. Messick, “Sanctioning Systems, Decision Frames, and Cooperation (...)

21Une définition plus précise de ce que signifie une « éthique collective » et de la manière dont l’État peut en « garantir le respect » s’impose cependant. Pour certains analystes, en effet, le simple usage de pénalités pour punir les contrevenants à un cadre légal imposé par l’État n’est pas de nature à stimuler la conscience éthique des agents économiques. Dans un contexte capitaliste, en particulier, où l’objectif du profit, du retour sur investissement (yield) est primordial, David Messick et Ann Tenbrunsel ont ainsi démontré que le risque d’encourir une sanction financière en dérogeant à la règle transforme le dilemme éthique du coupable potentiel (qui hésite entre ce qu’il est bon ou mauvais d’entreprendre) en dilemme purement financier (ce qui, entre respecter la loi et y contrevenir est le plus coûteux)37.

22La crise a amplement démontré que face aux pressions de la concurrence et de la rentabilité à tout prix, les dérives sont inévitables : rien ne garantit que le sursaut éthique soit suffisant pour assurer l’équilibre entre la recherche du profit qui caractérise le capitalisme, en particulier le capitalisme financier, et le développement harmonieux de la société ou des sociétés qui lui permettent de se développer. La mise en place d’un cadre légal qui pose des limites est essentielle et c’est là que se situe le rôle tant législatif qu’exécutif d’un État responsable, mais également courageux et lucide, et non pas de simples « agences de réglementation qui étaient censées nous mettre en garde contre les dangers de tout ceci [des paris énormes – des primes énormes – au péril de l’argent des autres] mais ont détourné le regard ou n’avaient pas le pouvoir de regarder du tout »38. Encore faut-il que, d’une part, le cadre ainsi posé par l’État soit adapté aux réalités de l’économie capitaliste et, d’autre part, ce cadre soit accepté, digéré en quelque sorte par les acteurs. Les retards successifs dans la mise en oeuvre de la Financial Conduct Authority en remplacement de la FSA au Royaume-Uni (Financial Services Act 2012-201339), les débats qui ont entouré le vote du Central Bank Reform Act 201040 en Irlande ou les déboires de l’exécutif américain pour procéder à la mise en oeuvre du Dodd-Franck Act41, voté le 21 juillet 2010, par un congrès alors majoritairement démocrate mais passé à la majorité républicaine – traditionnellement liée aux milieux financiers – aux élections de novembre de la même année, témoignent de la résistance du monde des affaires et d’une certaine partie des autorités politiques à la limitation et au contrôle des activités capitalistes dans un contexte de liberté des marchés particulièrement caractéristique des économies de type anglo-saxon. Alors même que, selon Benjamin Bruyas, chargé de médiation pour Nes&Cité, la loi Dodd-Frank, dont la mise en application suscite pourtant bien des réticences de la part des milieux libéraux, ne serait pas même assez protectrice des intérêts du citoyen :

  • 42 Adrian Z.T. Poszar, A. Ashcraft & H. Boesky, 2010, Shadow Banking, Federal Reserve Bank (...)
  • 43 Benjamin Bruyas, « Le Dodd-Frank Act, premier ou dernier pas de la re-régulation, Bully Pulpi (...)

L’une des faiblesses principales de cette loi est qu’elle ne s’oppose que très peu au shadow banking system, c’est-à-dire à toutes les activités bancaires ou financières réalisées sans cadre légal, c’est-à-dire sans accès à la banque centrale. Selon une étude réalisée en 201042, ce secteur financier parallèle aurait dépassé en taille le secteur bancaire traditionnel. Cela pose un problème dans la mesure où, de fait, des sommes très importantes passent par la sphère financière sans être régulées43.

23À défaut d’un cadre éthique universel, susceptible de s’appliquer à tous les pans de l’activité capitaliste, il est donc essentiel de créer les ressorts intrinsèques d’une dynamique éthique. Si la recherche du profit demeure l’objectif premier de l’activité capitaliste, il importe, pour que capitalisme et conduite éthique de ses praticiens, individuels ou institutionnels, soient compatibles, qu’il n’y ait pas de contradiction entre la conduite éthique et la recherche du profit. Certains observateurs, comme Devin D. Stewart, directeur du Carnegie Council for Ethics in International Affairs, ont certes semblé déceler, au plus fort de la crise, un frémissement éthique émanant des acteurs du monde des affaires :

  • 44 Devin D. Stewart, “Is Ethical Capitalism Possible?”, Policy Innovations, The Carnegie Council for E (...)

aujourd’hui, il existe des signes encourageants d’une culture business plus éthique (ethically minded). La responsabilité sociale des entreprises, par exemple, gagne du terrain, tout comme sa contrepartie financière, l’investissement socialement responsable, a pris de l’importance : il ne s’agit pas d’un concept nouveau44.

  • 45 À ce titre, on peut consulter, par exemple, le site de Upfront Mortgage Brokers <http://www.u (...)
  • 46 Noreena Hertz, The Silent Takeover : Global Capitalism and the Death of Democracy, New (...)

24Mais les réticences peuvent s’avérer nombreuses, dans la mesure ou la mise en œuvre des règles éthiques seraient perçues comme contraires, ou à tout le moins néfastes, à la réalisation du profit qui reste l’objectif premier du capitalisme et son essence même. Ainsi si l’éthique peut être utilisée comme un outil de marketing45, ou un produit d’appel pour attirer une clientèle particulièrement sensible à cette question, le coût de sa mise en œuvre (ne serait-ce qu’en limitant la recherche de profit maximal) crée également, pour l’entreprise qui le supporte, une situation de « désavantage comparatif ». Ce désavantage ne peut être éliminé que si tous les acteurs se conforment aux mêmes règles éthiques. Le modèle de « capitalisme coopératif » (co-op capitalism), préconisé par Noreena Hertz, répond, en théorie, à ces exigences : il enjoint les entreprises, les gouvernements, les ONGs, et le public de concevoir de nouvelles structures financières et de nouveaux modèles économiques (business) plus flexibles (adaptive) qui pourraient tenir compte à la fois du profit et des objectifs sociaux46. Mais ce type de modèle n’est, pour l’instant, que peu compatible avec le cadre libéral qui a encouragé le développement du capitalisme de type anglo-saxon.

Haut de page

Bibliographie

ATLAN Henri, Nicole NOTAT & Joseph MAÏLA, « L’éthique comme frontière », Supplément à la revue Esprit, octobre 2006.

BAZERMAN Max H. & Ann E. TENBRUNSEL, “Stumbling Into Bad Behavior”, New York Times, 20 avril 2011, <http://www.nytimes.com/2011/04/21/opinion/21bazerman.html?_r=0>, consulté le 10 février 2015.

BERNARD John, “The Price of Capitalism without Ethics: the US Credit Crisis”, Salem-News.com., 9 octobre 2008, <http://www.salem-news.com/articles/october092008/10x_report_10-9-08.php>, consulté le 10 février 2015.

BRUYAS Benjamin, « Le Dodd-Frank Act, premier ou dernier pas de la re-régulation, Bully Pulpit, 4 mai 2012, <http://www.bullypulpit.fr/2012/05/le-dodd-franck-act-premier-ou-dernier-pas-de-la-re-regulation>, consulté le 10 février 2015.

CAMERON David, “David Cameron calls for more ethical capitalism to emerge from recession”, The Guardian, 2 janvier 2009, <http://www.guardian.co.uk/politics/2009/jan/02/cameron-capitalism>, consulté le 10 février 2015.

COMTE-SPONVILLE André, « Le capitalisme est-il moral ? », Forum events, 28 mars 2000, <http://www.forum-events.com/debats/synthese-andre-comte-sponville-29-18.html>, consulté le 10 février 2015.

COMTE-SPONVILLE André, Le capitalisme est-il moral ?, Paris : Albin Michel, 2004.

DELEUZE Gilles, « Spinoza : Ontologie, éthique », Les cours de Gilles Deleuze, 21 décembre 1980, <http://www.webdeleuze.com/php/texte.php?cle=26&groupe=Spinoza&langue=1>, consulté le 10 février 2015.

ECONOMIST (THE), “How good should your business be?”, 17 janvier 2008, <http://www.economist.com/node/10533974>, consulté le 10 février 2015.

ESAMBERT Bernard, Éthique et crise financière, Paris : L’Harmattan, 2009.

HATTWICK Richard E., “The Ethics of Capitalism”, Journal of Business Leadership, vol. 11, 2000, 91-114.

HERTZ Noreena, The Silent Takeover : Global Capitalism and the Death of Democracy, New York: Harper Business, 2002.

KLAER Karl Heinz, “The ethics of capitalism”, Social Journal Europe, été 2009, 32-35.

OBAMA Barack, “Remarks by the President on the Economy in Osawatomie, Kansas”, The White House, Office of the Press Secretary, 6 décembre 2011, <http://www.whitehouse.gov/the-press-office/2011/12/06/remarks-president-economy-osawatomie-kansas>, consulté le 10 février 2015.

NISKANEN William A., « The Undemanding Ethics of Capitalism », Cato Journal, vol. 29, n°3, automne 2009, 559-565.

PECRESSE Jean-Francis, Éthique et crise financière, Paris : L’Harmattan, 2009.

PHILIPPON Thierry, « La défaite du capitalisme financier anglo-saxon », Le Nouvel Observateur, 2 avril 2009, <http://tempsreel.nouvelobs.com/opinions/20090402.OBS1885/la-defaite-du-capitalisme-financier-anglo-saxon.html>, consulté le 10 février 2015.

PLIHON Dominique, in « Est-ce la fin du capitalisme financier de type anglo-saxon ? Six économistes répondent », Le Monde, 1er octobre 2008, <http://www.lemonde.fr/economie/article/2008/09/30/est-ce-la-fin-du-capitalisme-financier-de-type-anglo-saxon-six-economistes-repondent_1101231_3234.html#>, consulté le 10 février 2015.

RICOEUR Paul, « Ethique et morale », in Paul RICOEUR, Soi-même comme un autre, Paris : Seuil, 1990, 200-201.

SALIN Pascal, in « Est-ce la fin du capitalisme financier de type anglo-saxon ? Six économistes répondent », Le Monde, 1er octobre 2008, <http://www.lemonde.fr/economie/article/2008/09/30/est-ce-la-fin-du-capitalisme-financier-de-type-anglo-saxon-six-economistes-repondent_1101231_3234.html#>, consulté le 10 février 2015.

STEWART Devin D., “Is Ethical Capitalism Possible?”, Policy Innovations, The Carnegie Council for Ethics in International Affairs, 28 janvier 2009, <http://www.policyinnovations.org/ideas/commentary/data/000105>, consulté le consulté le 10 février 2015.

TENBRUNSEL Ann E. & David M. MESSICK, “Sanctioning Systems, Decision Frames, and Cooperation”, Administrative Science Quarterly, vol. 44, n° 4, décembre 1999, 684-707.

Haut de page

Notes

1 En témoigne une virulente tribune signée par Thierry Philippon dans le Nouvel Observateur du 2 avril 2009 :« L’effondrement des principales banques américaines, sauvées avec l’argent du contribuable américain, la faillite d’établissements britanniques, que Gordon Brown a dû nationaliser en urgence, a fait perdre de leur morgue aux tenants de la dérégulation ». Thierry Philippon, « La défaite du capitalisme financier anglo-saxon », Le Nouvel Observateur, 2 avril 2009, <http://tempsreel.nouvelobs.com/opinions/20090402.OBS1885/la-defaite-du-capitalisme-financier-anglo-saxon.html>, consulté le 10 février 2015.

2 Paul Ricoeur, « Ethique et morale », in Paul Ricoeur, Soi-même comme un autre, Paris : Seuil, 1990, 200.

3 Cette approche est celle également développée par les philosophes Spinoza ou Aristote dans leur exploration de la recherche du bonheur.

4 André Comte-Sponville, Le capitalisme est-il moral ?, Paris : Albin Michel, 2004, 10.

5 Bernard Esambert est membre du Collège de l’Autorité des marchés financiers (AMF).

6 Bernard Esambert, Éthique et crise financière, Paris : L’Harmattan, 2009, 37.

7 Cato Institute, fondé en 1977 <http://www.cato.org>.

8The ethics of capitalism are undemanding because they operate primarily on the abundant supply of self-interest.” William A. Niskanen, « The Undemanding Ethics of Capitalism », Cato Journal, vol. 29, n° 3, automne 2009, 564.

9 André Comte-Sponville, Le capitalisme est-il moral ?, op. cit., 47-70.

10 Ibidem, 71.

11 Ibid., 80.

12 Au moment où il écrit ces lignes, K.H. Klaer est secrétaire d’état aux affaires fédérales et européennes du land de Rhénanie-Palatinat et vice-président du groupe socialiste au Comité des régions de l’Union européenne.

13In capitalism, there is no other goal than profit, and there can be no other goal because profit-making is the essence of capitalism. […] Within this context, it is worth acknowledging two extremely powerful forces behind the world economy: the relentless pressure on organisations to continually maximise earnings and the fiercely competitive markets.” Karl Heinz Klaer, “The ethics of capitalism”, Social Journal Europe, été 2009, 33.

14 Pascal Salin est professeur émérite d’économie à l’Université Paris Dauphine et ancien président de la société du Mont-Pélerin fondée par F. Hayek <https://www.montpelerin.org>.

15 Pascal Salin, in « Est-ce la fin du capitalisme financier de type anglo-saxon ? Six économistes répondent », Le Monde, 1er octobre 2008, <http://www.lemonde.fr/economie/article/2008/09/30/est-ce-la-fin-du-capitalisme-financier-de-type-anglo-saxon-six-economistes-repondent_1101231_3234.html#>, consulté le 10 février 2015.

16A dangerous myth is gaining ground: that unadorned capitalism fails to serve the public interest. Profits are not good, goes the logic of much CSR (Corporate Social Responsibility): hence the attraction of turning companies into instruments of social policy. In fact, the opposite is true. The main contribution of companies to society comes precisely from those profits (and the products, services, salaries and ideas that competitive capitalism creates). If the business of business stops being business, we all lose.” “How good should your business be?”, The Economist, 17 janvier 2008, <http://www.economist.com/node/10533974>, consulté le 10 février 2015.

17 André Comte-Sponville, « Le capitalisme est-il moral ? », Forum events, 28 mars 2000, <http://www.forum-events.com/debats/synthese-andre-comte-sponville-29-18.html>, consulté le 21 septembre 2014.

18 « L’économie n’est pas une personne qui aurait sa volonté, ses préférences, ses buts. Comment aurait-elle une morale ? » (André Comte-Sponville, Le capitalisme est-il moral ?, op. cit., 75).

19 Dominique Plihon, in « Est-ce la fin du capitalisme financier de type anglo-saxon ? Six économistes répondent », Le Monde, 1er octobre 2008, op. cit. Dominique Plihon est professeur d’économie financière à l’université Paris XIII, militant altermondialiste et membre du conseil scientifique d’Attac (Association pour la taxation des transactions financières et pour l’action citoyenne <http://www.france.attac.org>).

20 André Comte-Sponville, Le capitalisme est-il moral ?, op. cit., 75.

21 Jean-Francis Pécresse est éditorialiste aux Échos.

22 Jean-Francis Pécresse, Éthique et crise financière, Paris : L’Harmattan, 2009, 47.

23I believe the mortgage crisis competitive pressures were so great that mortgage loan professionals began to ‘look the other way’ with regard to financial qualifications of their buyers.” John Bernard, “The Price of Capitalism without Ethics: the US Credit Crisis”, Salem-News.com., 9 octobre 2008, <http://www.salem-news.com/articles/october092008/10x_report_10-9-08.php>, consulté le 10 février 2015.

24 Max E. Mazerman enseigne à la Harvard Business School et Ann E. Tenbrunsel au Mendoza College of Business de l’université de Notre Dame (Indiana). Tous deux sont spécialistes d’éthique des affaires (business ethics) et auteurs de Blind Spots: Why We Fail to Do What’s Right and What to Do about It, Princeton: Princeton UP, 2012.

25In the run-up to the financial crisis, corporate boards, auditing firms, credit-rating agencies and other parties had easy access to damning data that they should have noticed and reported. Yet they didn’t do so, at least in part because of ‘motivated blindness’ – the tendency to overlook information that works against one’s best interest.” Max H. Bazerman & Ann E. Tenbrunsel, “Stumbling Into Bad Behavior”, New York Times, 20 avril 2011, <http://www.nytimes.com/2011/04/21/opinion/21bazerman.html?_r=0>, consulté le 10 février 2015.

26 Cette revue scientifique, fondée en 1971 à l’université de Western Illinois, et vendue au groupe Elsevier en 2000, était initialement connue sous le titre de The Journal of Behavioral Economics, <http://www.journals.elsevier.com/journal-of-socio-economics/>. Richard E. Hattwick fut aussi directeur du Center for Business and Economic Research de l’Université de Western Illinois.

27deals with the whole society. Macro issues familiar to economists would include the moral aspects of patterns of income distribution and cyclical unemployment.” Richard E. Hattwick, “The Ethics of Capitalism”, Journal of Business Leadership, vol. 11, 2000, 92.

28 “…relationships between pairs of individuals. The rightness or wrongness of a business person’s dealings with a customer or employee would be example.” Ibidem.

29In general, micro and macro ethical issues should not be mixed. That is an individual employer should not receive condemnation for a morally unacceptable national pattern of income distribution or for unemployment caused by a recession. Instead, the employer should be held to moral standards that are achievable within the constraints imposed by the economic system.” Ibid.

30Greed and gravity are always with us and capitalist markets usually channel self-interest into mutually beneficial behavior. On occasion, the public and private institutions that have the responsibility to monitor economic behavior fail to perform their roles before there are large losses to other parties.” William A. Niskanen, « The Undemanding Ethics of Capitalism », op. cit., 559.

31I don’t think the answer to the current crisis is to tear up the market system and go back to the 1970s-style socialism, but we do need a more ethical capitalism in which we recognise that business has real responsibilities.” David Cameron, “David Cameron calls for more ethical capitalism to emerge from recession”, The Guardian, 2 janvier 2009, <http://www.guardian.co.uk/politics/2009/jan/02/cameron-capitalism>, consulté le 10 février 2015.

32 Karl Heinz Klaer, “The ethics of capitalism”, op. cit., 32.

33 Ancienne secrétaire générale du syndicat CFDT, Nicole Notat s’est ensuite engagée dans la défense du développement durable.

34 Henri Atlan, Nicole Notat & Joseph Maïla, « L’éthique comme frontière », Supplément à la revue Esprit, octobre 2006, 15.

35 André Comte-Sponville, « Le capitalisme est-il moral ? », op. cit.

36 Jean-Francis Pécresse, Éthique et crise financière, op. cit., 45.

37 Ann E. Tenbrunsel & David M. Messick, “Sanctioning Systems, Decision Frames, and Cooperation”, Administrative Science Quarterly, vol. 44, n° 4, décembre 1999, 684-707.

38Regulators who were supposed to warn us about the dangers of all this [Huge bets – huge bonuses – made with other people’s money on the line], but looked the other way or didn’t have the authority to look at all.” Barack Obama, “Remarks by the President on the Economy in Osawatomie, Kansas”, The White House, Office of the Press Secretary, 6 décembre 2011, <http://www.whitehouse.gov/the-press-office/2011/12/06/remarks-president-economy-osawatomie-kansas>, consulté le 10 février 2015.

39 La Financial Services Bill (HL 25) a reçu l’autorisation royale le 19 décembre 2012 <http://www.publications.parliament.uk/pa/bills/lbill/2012-2013/0025/lbill_2012-20130025_en_1.htm>, consulté le 10 février 2015.

40 Central Bank Reform Act 2010 <http://www.irishstatutebook.ie/2010/en/act/pub/0023/index.html>, consulté le 10 février 2015..

41 Dodd-Franck Wall Street Reform and Consumer Protection Act, 2010 (H.R. 4173) (“An Act To promote the financial stability of the United States by improving accountability and transparency in the financial system, to end ‘too big to fail’, to protect the American taxpayer by ending bailouts, to protect consumers from abusive financial services practices, and for other purposes”). <http://www.sec.gov/about/laws/wallstreetreform-cpa.pdf>, consulté le 10 février 2015.

42 Adrian Z.T. Poszar, A. Ashcraft & H. Boesky, 2010, Shadow Banking, Federal Reserve Bank of New York, Staff Report n° 458, <http://www.ny.frb.org/research/staff_reports/sr458.pdf>, consulté le 21 février 2015.

43 Benjamin Bruyas, « Le Dodd-Frank Act, premier ou dernier pas de la re-régulation, Bully Pulpit, 4 mai 2012, <http://www.bullypulpit.fr/2012/05/le-dodd-franck-act-premier-ou-dernier-pas-de-la-re-regulation>, consulté le 10 février 2015.

44 Devin D. Stewart, “Is Ethical Capitalism Possible?”, Policy Innovations, The Carnegie Council for Ethics in International Affairs, 28 janvier 2009, <http://www.policyinnovations.org/ideas/commentary/data/000105>, consulté le 10 février 2015.

45 À ce titre, on peut consulter, par exemple, le site de Upfront Mortgage Brokers <http://www.upfrontmortgagebrokers.org/about-us/>.

46 Noreena Hertz, The Silent Takeover : Global Capitalism and the Death of Democracy, New York : Harper Business, 2002. L’auteure s’appuie, par exemple, sur le cas de l’Emilie Romagne en Italie, dont l’économie est en grande partie bâtie sur le modèle coopératif.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Valérie Peyronel, « Éthique et crise du capitalisme financier anglo-saxon », Revue LISA/LISA e-journal [En ligne], vol. XIII-n°2 | 2015, mis en ligne le 20 mars 2015, consulté le 24 mars 2017. URL : http://lisa.revues.org/8407 ; DOI : 10.4000/lisa.8407

Haut de page

Auteur

Valérie Peyronel

Valérie Peyronel est professeur de civilisation britannique et irlandaise à l’Université Sorbonne Nouvelle - Paris 3 où elle dirige le CERVEPAS. Elle est spécialiste des questions économiques en Irlande et au Royaume-Uni et ses recherches portent également sur l’Irlande du Nord : relations communautaires et questions économiques. Elle a co-dirigé La crise financière et les économies du monde anglophone (PSN, 2010) et est présidente de l’Association nationale des Langues Etrangères Appliquées (ANLEA).

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la Revue LISA / LISA e-journal sont mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Revues.org