Navigation – Plan du site

Les États-Unis, le Canada et la grande récession de 2007-2009 : un continent, deux ensembles de politiques économiques

Canada, the United States, and the Great Recession of 2007-2009: One continent, two sets of economic policies
Pierre Martin et François Vaillancourt

Résumés

L’objet de ce texte est d’examiner les politiques économiques adoptées respectivement par le Canada et les États-Unis suite au choc économique et financier qui a frappé l’ensemble de l’économie mondiale entre 2007 et 2009. Vus d’Europe, le Canada et les États-Unis sont souvent présentés comme deux pays dont les politiques se ressemblent. En effet, il s’agit dans les deux cas de fédérations relativement décentralisées, de tradition anglo-saxonne, où les partis clairement identifiés à la gauche n’ont jamais occupé une place importante, du moins au niveau fédéral, et dont les économies sont étroitement intégrées. Pourtant, les politiques adoptées pour répondre à ce choc présentent des différences notables entre ces deux pays. Dans l’ensemble, il apparaît que le modèle économique canadien, marqué entre autres par un certain conservatisme dans le domaine financier à l’échelle nationale et une plus grande flexibilité des politiques fiscales au niveau des unités fédérées, a permis à l’économie du Canada de mieux s’en tirer que celle des États-Unis.

Haut de page

Entrées d’index

Index by keywords :

economic policies, great recession

Index géographique :

Canada, United States, États-Unis

Index chronologique :

XXIe siècle, 21st century
Haut de page

Texte intégral

1Le choc économique et financier qui a frappé l’ensemble de l’économie mondiale entre 2007 et 2009 et dont les suites continuent à se faire sentir partout dans le monde représente une occasion propice pour faire ressortir les points communs et les contrastes entre les politiques économiques de différents pays et le processus politiques qui mènent à leur adoption. Vus d’Europe, le Canada et les États-Unis sont souvent présentés comme deux cas assez proches dont les politiques se ressemblent. En effet, il s’agit dans les deux cas de fédérations relativement décentralisées, de tradition anglo-saxonne, où les partis clairement identifiés à la gauche n’ont jamais occupé une place importante, du moins au niveau fédéral, et dont les économies sont étroitement intégrées. Pourtant, l’ampleur des chocs économiques de 2007-2009 et les politiques adoptées pour y répondre présentent des différences notables entre ces deux pays, qu’il convient de bien comprendre pour illustrer une facette importante du thème de cet ouvrage, soit la diversité du monde économique anglo-saxon. Le texte se divise en trois parties. La première décrit brièvement le choc et ses effets dans les deux pays. La seconde présente quelques-unes des principales politiques publiques mises en œuvre en réponse à la récession et ses séquelles. La troisième identifie quelques éléments qui permettent d’expliquer et de comprendre ces différences.

Les chocs économiques américain et canadien

2Aux États-Unis, le choc économique a eu son origine dans le dégonflement brutal d’une bulle immobilière, mais un tel dégonflement ne s’est pas produit au Canada. Le graphique 1 illustre l’évolution du prix des maisons dans les deux économies de 2000 à 2011. On y observe une chute marquée aux États-Unis entre 2006 et 2009 et une croissance ralentie au Canada dans la même période.

Graphique 1. Évolution des prix de l’immobilier résidentiel aux États-Unis et au Canada, 2000-2011

Graphique 1. Évolution des prix de l’immobilier résidentiel aux États-Unis et au Canada, 2000-2011

Source : calculs des auteurs

  • 1 McKinsey Global Institute, An Economy that Works: Job Creation and America’s Future, Washington, M (...)

3Le choc économique s’est concrétisé dans les deux pays par une baisse temporaire marquée de l’activité économique mesuré par le niveau du Produit Intérieur Brut (présenté sous forme d’indice au graphique 2) et par une baisse du taux d’emploi (le pourcentage de la population en âge de travailler présenté au graphique 3). Il est à noter que l’impact de la récession a été plus soudain et plus sévère aux États-Unis et que la reprise s’y est avérée plus lente. Les effets négatifs du choc économique sur l’emploi, notamment, ont été plus prononcés et plus durables aux États-Unis. En fait les pertes d’emplois enregistrées aux États-Unis dans le cadre de cette récession et de ses séquelles ont été environ deux fois plus importantes que pour la pire récession depuis la Seconde Guerre mondiale et le retour de l’économie au niveau d’emploi d’avant la récession, lorsqu’il sera effectif, aura été plus long que pour toutes les autres récessions1.

Graphique 2. Évolution du PIB aux États-Unis et au Canada, 2000-2011

Graphique 2. Évolution du PIB aux États-Unis et au Canada, 2000-2011

Source : Federal Reserve Economic Data (variables GDPC1 et CANRGDPQDSNAQ, indice T4 2007 = 100) <http://research.stlouisfed.org>.

Graphique 3. Taux d’emploi de la population civile aux États-Unis et au Canada, 2001-2011

Graphique 3. Taux d’emploi de la population civile aux États-Unis et au Canada, 2001-2011

Source : calcul des auteurs

4Ces chocs économiques ont eu des impacts différenciés entre les États américains et les provinces canadiennes. Nous présentons au graphique 4 le taux annuel de chômage en 2007 soit avant le choc économique et en 2010 pour chaque État et chaque province ; les États et provinces y sont rangés en ordre descendant selon le taux de chômage de 2010. Dans les deux pays, ce sont les régions bénéficiant des activités associées au pétrole, au gaz naturel et aux ressources minières, dont l’Alberta et la Saskatchewan, les Dakotas et le Montana, qui se sont le mieux tirées d’affaires. À l’opposé, les régions fortement touchées par l’éclatement de la bulle immobilière (dont le Nevada, la Californie ou la Floride) ou par la chute de la demande dans l’industrie automobile (le Michigan et l’Ontario en particulier) ont connu des hausses importantes du chômage.

5

Graphique 4. Taux de chômage des États américains et des provinces canadiennes, 2007 et 2010

Graphique 4. Taux de chômage des États américains et des provinces canadiennes, 2007 et 2010

Source : OCDE.statOCDE.stat à la fin 2011

Politiques publiques

6Les gouvernements américains et canadiens, tant au niveau fédéral qu’au niveau des États et des provinces, ont réagi de façon à la fois similaire et différente à cette crise Nous traitons tout d’abord de la politique monétaire puis de la politique fiscale.

Politique monétaire

7La première dimension de la réaction des gouvernements fédéraux concerne la politique monétaire. Sur ce plan, les deux banques centrales ont adopté un comportement similaire en fixant leur taux d’escompte à un niveau très bas depuis 2009, tel que présenté au graphique 5. Le taux américain est donc à 0.125 % et le taux canadien à 1.0 % à la fin 2011.

Graphique 5. Évolution des taux d’escompte de la Réserve fédérale américaine et de la Banque du Canada, 2005-2011

Graphique 5. Évolution des taux d’escompte de la Réserve fédérale américaine et de la Banque du Canada, 2005-2011

Source : Federal Reserve Board et Banque du Canada.

  • 2 Pour plus d’information, voir Vladimir Klyuev, Phil de Imus et Krishna Srinivasan, Unconventional C (...)
  • 3 Pour plus d’information, voir « What is the Federal Reserve’s maturity extension program (referred (...)
  • 4 Voir U.S. Department of the Treasury, Financial Stability, Troubled Assets Relief Programs (TARP), (...)

8Par contre la Réserve Fédérale américaine s’est livrée à deux opérations d’accroissement de la masse monétaire dite Quantitative Easing2 et à des opérations dites « twist »3 pour abaisser les taux d’intérêt à long terme alors que la Banque du Canada s’en est tenue à une baisse du taux d’intérêt directeur. On doit aussi noter que les banques canadiennes n’ont pas eu besoin du soutien du gouvernement alors que certaines banques américaines ont reçu un soutien financier massif dans le cadre du Troubled Assets Relief Program4.

Politique fiscale

  • 5 Leslie Shiell & Robin Somerville, Bailouts and Subsidies: The Economics of Assisting the Automotiv (...)

9Tournons-nous maintenant vers la politique fiscale, soit les dépenses et recettes publiques. Notons tout d’abord une politique commune aux deux pays. La décision du gouvernement fédéral américain de venir en aide à GM et Chrysler a entraîné une politique similaire du gouvernement fédéral canadien et de celui de l’Ontario5. Le degré d’imbrication des deux industries ne laissait guère le choix au gouvernement canadien. Examinons maintenant chaque pays.

La politique fiscale américaine

10Moins d’un mois après son investiture, le président Barack Obama a signé l’American Recovery and Reinvestment Act of 2009 (ARRA) le 17 février 2009. Ce programme d’une ampleur sans précédent prévoyait une injection de 787 milliards de dollars dans l’économie américaine. Le tiers du plan de relance, soit 288 milliards de dollars, consistait en une réduction des taxes et impôts fédéraux. Par ailleurs, afin de venir en aide aux chômeurs et aux États qui ont la responsabilité de l’assurance chômage aux États-Unis, 224 milliards de dollars leur furent alloués, principalement en transferts Medicaid pour les États et en extension de la période d’assurance chômage. Finalement 275 milliards de dollars visent des secteurs spécifiques de l’économie. L’ARRA suivait le Economic Stimulus Act adopté au début de 2008, lors de la dernière année de la présidence de G.W. Bush, qui pour l’essentiel versait 152 milliards de dollars aux ménages américains.

La politique fiscale canadienne

11Le 27 janvier 2009, le gouvernement conservateur de Stephen Harper présentait son Plan d’action économique du Canada. Toutes proportions gardées, il s’agissait d’un engagement beaucoup moins important qu’aux États-Unis. Ses principaux éléments étaient : 8,3 milliards de dollars de dépenses en formation de la main d’œuvre ; 7,8 milliards de dollars pour stimuler le secteur de la construction ; 12 milliards de dollars pour des projets d’infrastructure avec un financement qui engageait pour un tiers chacun les gouvernements locaux, provinciaux et fédéral; 7,5 milliards de dollars pour les secteurs, les régions et les collectivités touchés par le choc économique. Contrairement au plan de relance américain, qui prévoyait un soutien aux dépenses courantes des États, celui du Canada se limitait à un soutien aux dépenses d’infrastructures locales avec financement tripartite. De plus, les coupures d’impôts ne sont pas financées par ce programme au Canada alors qu’elles le sont aux États-Unis.

12Le graphique 6 présent les surplus et déficits par ordre de gouvernement aux États-Unis et au Canada. A son examen on constate, dans un premier temps, que le déficit fédéral américain est beaucoup plus important que le déficit fédéral canadien depuis 2001 et que cet écart s’accentue de façon marquée à partir de 2008. Par contre, les déficits des provinces et gouvernements locaux canadiens sont plus importants que ceux des États et gouvernements locaux américains depuis 2008. Plus généralement, pris dans leur ensemble les États et gouvernements locaux américains voient leurs soldes budgétaires fluctuer très près de l’équilibre sur toute la période 2000-2010. Il faut toutefois noter que plusieurs États ont des restrictions légales ou constitutionnelles qui empêchent leurs gouvernements de produire des budgets déficitaires, ce qui les force à faire des compressions de dépenses draconiennes lorsque les recettes fiscales sont à la baisse.

Graphique 6 : Évolution des soldes budgétaires en proportion du PIB au Canada et aux États-Unis, 1999-2011

Graphique 6 : Évolution des soldes budgétaires en proportion du PIB au Canada et aux États-Unis, 1999-2011

Source : calcul des auteurs

Le contexte politique

  • 7 Voir Ministère des Finances Canada, « Le budget de 2009 : Le Plan d’action économique du Canada », (...)

13Une autre différence qui ne ressort pas des chiffres a trait au contexte politique. Au Canada, un gouvernement conservateur minoritaire a été réélu le 14 octobre 2008, trois semaines avant l’élection américaine. Peu de temps après l’élection, en novembre 2008, le gouvernement de Stephen Harper annonçait son intention de ne pas mettre en place de mesures particulières de relance économique. Cette attitude a provoqué l’ire de l’opposition, qui brandissait en fin d’année la menace de renverser le gouvernement et de confier les rênes du pouvoir à une coalition de deux des partis battus le 15 octobre soit le parti Libéral et le Nouveau Parti Démocratique, coalition qui aurait bénéficié de l’appui d’un tiers parti, le Bloc Québécois. Pour contrer cette menace, le gouvernement Harper a suspendu les travaux du Parlement et entrepris de réviser sa stratégie économique (Radio Canada, 2008). Dans un budget d’urgence présenté le 27 janvier 2009, le ministre des Finances Tom Flaherty annonçait un virage important et faisait des concessions majeures à l’opposition qui réclamait à grands cris la mise en place d’une politique de stimulation économique7. Le plan de relance du gouvernement conservateur répondait bien sûr à un impératif de survie politique immédiat, mais il était aussi clair que les conditions économiques canadiennes se détérioraient rapidement au tournant de l’année 2009. Le principal parti d’opposition à Ottawa, le Parti libéral, qui craignait à juste titre une baisse de ses appuis dans l’hypothèse d’une élection anticipée, fournit donc au Parti conservateur la caution parlementaire qui lui a permis de mettre en œuvre son plan de relance entre 2009 et 2011.

14Aux États-Unis, l’appui à l’ARRA au Congrès provient essentiellement des démocrates. Au Sénat, tous les sénateurs démocrates ainsi que trois sénateurs républicains l’ont appuyé mais à la Chambre des représentants, aucun représentant républicain ne l’a appuyé et sept représentants démocrates ont voté contre. Les gouverneurs des États américains ont aussi fait connaître leur position face à l’ARRA. Dans ce cas, la situation financière des États a joué un rôle. Quatre gouverneurs républicains se sont joints à 14 gouverneurs démocrates pour endosser l’ARRA ; les États de ces quatre gouverneurs étaient parmi ceux qui faisaient face aux déficits les plus importants. Par contre, onze gouverneurs républicains et un démocrate ont publiquement indiqué avoir des hésitations à accepter des fonds ARRA, craignant que ceci ne modifie de façon permanente à la hausse leur niveau de dépense publique, particulièrement pour l’assurance chômage. Une analyse de divers indicateurs économiques ne permet pas d’expliquer ces choix des gouverneurs par la santé de leur économie ou de leurs finances publiques. L’idéologie et le positionnement pour des fins électorales à court ou moyen terme semblent par contre jouer un rôle.

15Donc, même si les mesures proposées par l’administration Obama ne présentaient pas de différences fondamentales avec celles qui avaient été mises en œuvre par son prédécesseur George W. Bush, l’opposition républicaine au Congrès a fait de ce plan de relance un symbole du gonflement du rôle de l’État dans l’économie de la part des démocrates. La mise en place de ce programme, en plus de la réforme ambitieuse du système d’assurance santé défendue par l’administration Obama pendant la même période, a provoqué un vaste mouvement de mobilisation des forces de droite, sous la bannière du Tea Party, qui a contribué à priver le parti démocrate de sa majorité à la Chambre des représentants. C’est pourquoi l’État fédéral américain n’a pas été en mesure de renchérir pendant la deuxième moitié du premier mandat du président Obama avec de nouvelles mesures fiscales expansionnistes. De plus, pendant cette seconde moitié de mandat, il est rapidement devenu clair que les républicains n’hésiteraient pas à bloquer au Congrès le vote de toute mesure expansionniste qui pourrait avoir pour effet de stimuler l’économie à court terme et de faciliter ainsi la réélection du président Obama.

Pourquoi les différences ?

16Plusieurs facteurs expliquent les différences entre les deux pays quant à l’ampleur du choc économique qu’ils ont subi et à la nature des politiques publiques mises en œuvre par leurs gouvernements respectifs. D’abord, la politique publique américaine a depuis longtemps comme objectif prioritaire l’extension de la propriété foncière au plus grand nombre possible, comme le démontrent diverses mesures dont la déductibilité des intérêts hypothécaires dans le calcul du revenu imposable des individus et familles et la réglementation publique des hypothèques (Fannie Mae et Freddie Mac entre autres). Ce n’est pas le cas du Canada, où les politiques d’accès à la propriété sont marquées au sceau d’une plus grande prudence.

17Deuxièmement, le marché bancaire des États-Unis est plus concurrentiel et plus fragmenté géographiquement que celui du Canada. Le système bancaire canadien s’apparente à un oligopole avec des obstacles à l’entrée des banques étrangères et une bonne diversification géographique des prêts et dépôts. Par conséquent, les banques canadiennes sont plus aptes à résister à un choc économique localisé ou limité à quelques provinces. À l’opposé, les banques américaines, dont les activités sont beaucoup plus concentrées géographiquement, s’avèrent plus vulnérables à de telles crises localisées ou concentrées dans quelques États. Même si les banques vulnérables ne sont pas d’envergure nationale, leur échec peut avoir de profondes répercussions sur l’ensemble du système bancaire des États-Unis.

18Une troisième différence importante entre les deux pays a trait à la situation des finances publiques au moment du choc. Le gouvernement fédéral canadien est en surplus depuis 1997 (environ 1% du PIB par année) et le gouvernement fédéral américain en déficit depuis 2001. Ceci a des conséquences sur l’accumulation de la dette publique comme présenté au graphique 7. La situation canadienne s’explique par la crainte d’une sanction des marchés financiers, celle des États-Unis par l’absence de telles sanctions visant la monnaie internationale de réserve, la plus grosse économie au monde et la première puissance militaire. En d’autres termes, le portefeuille de devises de la banque centrale de Chine compte proportionnellement plus de dollars américains que de dollars canadiens.

19Les mandats implicites ou explicites des banques centrales. La Federal Reserve Bank des États-Unis a pour mandat de favoriser simultanément le plein emploi et la stabilité des prix alors que la Banque du Canada a pour mandat la stabilité des prix, utilisant une cible explicite d’inflation. Par conséquent, la Réserve fédérale américaine a tendance à adopter une attitude plus interventionniste en situation de crise et elle possède plus d’instruments à cette fin.

20La crise a également permis de mettre au jour une différence fondamentale entre le cadre légal qui régit le recours aux déficits et à l’endettement dans les États américains en comparaison avec les provinces canadiennes. Les États ont beaucoup moins de marge de manœuvre dans ce sens que les provinces. Il faut toutefois souligner que ces dernières, au Canada, prennent une part plus large de la responsabilité des politiques sociales ou de santé, où la présence fédérale est beaucoup plus importante aux États-Unis. En situation de crise, les contraintes légales à l’endettement des États font en sorte que ceux-ci ne peuvent pas s’engager dans des dépenses contra-cycliques au même titre que le gouvernement fédéral. En fait, au plus fort des efforts de relance du gouvernement Obama en réponse aux chocs économiques, la plupart des États réduisaient leurs dépenses, ce qui équivalait en quelque sorte à ramer à contre-sens.

21Finalement, il convient de souligner une différence majeure entre les deux systèmes politiques. Au Canada, la fusion des pouvoirs législatifs et exécutifs permet au Premier ministre et à son parti majoritaire de mettre en œuvre de leur programme politique. Même dans une situation de gouvernement minoritaire, l’impératif de survie politique des principaux acteurs parlementaires les contraint généralement à faire les concessions nécessaires à l’adoption des mesures qui peuvent s’imposer en période de crise. C’est ce qui s’est produit, par exemple, au moment de l’adoption du plan de relance canadien en réponse aux chocs économiques de 2007-08. Aux États-Unis, par contre, la séparation des pouvoirs rend plus difficile, et parfois impossible, l’arrimage entre l’exécutif et le législatif. Pendant presque toute la période de l’après-guerre, le caractère centriste des partis politiques américains leur permettait de suivre un certain consensus dans la définition des principales orientations de politiques publiques, mais la polarisation qui caractérise le système politique américain depuis quelques années a rompu cet équilibre.

Graphique 7. Dette publique nette, Canada et Etats-Unis (en % du PIB), 2000-2008

Graphique 7. Dette publique nette, Canada et Etats-Unis (en % du PIB), 2000-2008

Source : calcul des auteurs

Conclusion

22Bien que les économies du Canada et des États-Unis soient toutes deux de tradition anglo-saxonne, il existe d’importantes différences dans le cadre institutionnel et légal, de même que dans le contexte idéologique, et ces différences se répercutent sur le contenu des politiques économiques. L’épisode du choc économique de 2007 qui affecte l’ensemble de l’économie mondiale depuis 2007 permet d’illustrer certaines de ces différences. Dans l’ensemble, il apparaît que le modèle économique canadien, marqué entre autres par un certain conservatisme dans le domaine financier à l’échelle nationale et une plus grande flexibilité des politiques fiscales au niveau des unités fédérées, a permis à l’économie du Canada de mieux s’en tirer que celle des États-Unis.

Haut de page

Bibliographie

GERTLER Mark & Peter KARADI, « QE 1 vs. 2 vs. 3...: A Framework for Analyzing Large-Scale Asset Purchases as a Monetary Policy Tool », International Journal of Central Banking, vol. 9, n° S1, janvier 2013, 5-53.

KLYUEV Vladimir, Phil DE IMUS et Krishna SRINIVASAN, Unconventional Choices for Unconventional Times: Credit and Quantitative Easing in Advanced Economies, International Monetary Fund, 2009, <http://www.imf.org/external/pubs/ft/spn/2009/spn0927.pdf >, consulté le 10 février 2015.

MCKINSEY GLOBAL INSTITUTE, An Economy that Works: Job Creation and America’s Future, Washington: MGI, 2011,10.

MINISTERE DES FINANCES CANADA, « Allocution de l’honorable Jim Flaherty, ministre des Finances, lors d’une séance conjointe de l’Empire Club of Canada et du Canadian Club of Toronto », 29 octobre 2008, <http://www.fin.gc.ca/n08/08-084_1-fra.asp>, consulté le 10 février 2015.

MINISTERE DES FINANCES CANADA, « Le gouvernement du Canada maintient un leadership économique fort et responsable », 27 novembre 2008, <http://www.fin.gc.ca/n08/08-095-fra.asp>, consulté le 10 février 2015.

MINISTERE DES FINANCES CANADA, « Le budget de 2009 : Le Plan d’action économique du Canada », 27 janvier 2009, <http://www.fin.gc.ca/n08/09-011-fra.asp>, consulté le 10 février 2015.

MINISTERE DES FINANCES CANADA, « Le FMI appuie les mesures de stimulation prévues par le Plan d’action économique du Canada », 11 mars 2009, <http://www.fin.gc.ca/n08/09-028-fra.asp>, consulté le 10 février 2015.

RADIO Canada, « Stephen Harper annonce la prorogation du Parlement », 4 décembre 2008, <http://www.radio-canada.ca/nouvelles/Politique/2008/12/04/001-harper-gg.shtml>, consulté le 10 février 2015.

SHIELL Leslie & Robin SOMERVILLE, Bailouts and Subsidies: The Economics of Assisting the Automotive Sector in Canada, IRPP Study n° 28, mars 2012, <http://www.irpp.org/pubs/IRPPstudy/IRPP_Study_no28.pdf>, consulté le 10 février 2015.

U.S. CONGRESSIONAL BUDGET OFFICE, Report on the Troubled Assets Relief Program, 17 avril 2014, <https://www.cbo.gov/publication/45260>, consulté le 10 février 2015.

U.S. DEPARTMENT OF THE TREASURY, Financial Stability, Troubled Assets Relief Programs (TARP), <http://www.treasury.gov/initiatives/financial-stability/programs/Pages/default.aspx>, consulté le 10 février 2015.

Haut de page

Notes

1 McKinsey Global Institute, An Economy that Works: Job Creation and America’s Future, Washington, MGI, 2011, 10.

2 Pour plus d’information, voir Vladimir Klyuev, Phil de Imus et Krishna Srinivasan, Unconventional Choices for Unconventional Times: Credit and Quantitative Easing in Advanced Economies, International Monetary Fund, 2009 <http://www.imf.org/external/pubs/ft/spn/2009/spn0927.pdf>, consulté le 10 février 2015 ; et Mark Gertler & Peter Karadi, « QE 1 vs. 2 vs. 3...: A Framework for Analyzing Large-Scale Asset Purchases as a Monetary Policy Tool », International Journal of Central Banking, vol. 9, n° S1, janvier 2012, 5-53.

3 Pour plus d’information, voir « What is the Federal Reserve’s maturity extension program (referred to by some as "operation twist") and what is its purpose? », <http://www.federalreserve.gov/faqs/money_15070.htm>, consulté le 10 février 2015.

4 Voir U.S. Department of the Treasury, Financial Stability, Troubled Assets Relief Programs (TARP), <http://www.treasury.gov/initiatives/financial-stability/programs/Pages/default.aspx>, consulté le 10 février 2015; et U.S. Congressional Budget Office, Report on the Troubled Asset Relief Program, 17 avril 2014, <https://www.cbo.gov/publication/45260>, consulté le 10 février 2015.

5 Leslie Shiell & Robin Somerville, Bailouts and Subsidies: The Economics of Assisting the Automotive Sector in Canada, IRPP Study n° 28, 21 mars 2012, <http://irpp.org/wp-content/uploads/assets/research/competitiveness/bailouts-and-subsidies/IRPP-Study-no28.pdf>, consulté le 10 février 2015.

7 Voir Ministère des Finances Canada, « Le budget de 2009 : Le Plan d’action économique du Canada », 27 janvier 2009, <http://www.fin.gc.ca/n08/09-011-fra.asp>, consulté le 10 février 2015 ; et Ministère des Finances Canada, « Le FMI appuie les mesures de stimulation prévues par le Plan d’action économique du Canada », 11 mars 2009, <http://www.fin.gc.ca/n08/09-028-fra.asp>, consulté le 10 février 2015.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Graphique 1. Évolution des prix de l’immobilier résidentiel aux États-Unis et au Canada, 2000-2011
Légende Source : calculs des auteurs
URL http://lisa.revues.org/docannexe/image/8307/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 47k
Titre Graphique 2. Évolution du PIB aux États-Unis et au Canada, 2000-2011
Légende Source : Federal Reserve Economic Data (variables GDPC1 et CANRGDPQDSNAQ, indice T4 2007 = 100) <http://research.stlouisfed.org>.
URL http://lisa.revues.org/docannexe/image/8307/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 39k
Titre Graphique 3. Taux d’emploi de la population civile aux États-Unis et au Canada, 2001-2011
Légende Source : calcul des auteurs
URL http://lisa.revues.org/docannexe/image/8307/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 52k
Titre Graphique 4. Taux de chômage des États américains et des provinces canadiennes, 2007 et 2010
Légende Source : OCDE.statOCDE.stat à la fin 2011
URL http://lisa.revues.org/docannexe/image/8307/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 106k
Titre Graphique 5. Évolution des taux d’escompte de la Réserve fédérale américaine et de la Banque du Canada, 2005-2011
Légende Source : Federal Reserve Board et Banque du Canada.
URL http://lisa.revues.org/docannexe/image/8307/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 31k
Titre Graphique 6 : Évolution des soldes budgétaires en proportion du PIB au Canada et aux États-Unis, 1999-2011
Légende Source : calcul des auteurs
URL http://lisa.revues.org/docannexe/image/8307/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 60k
Titre Graphique 7. Dette publique nette, Canada et Etats-Unis (en % du PIB), 2000-2008
Légende Source : calcul des auteurs
URL http://lisa.revues.org/docannexe/image/8307/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 43k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Pierre Martin et François Vaillancourt, « Les États-Unis, le Canada et la grande récession de 2007-2009 : un continent, deux ensembles de politiques économiques », Revue LISA/LISA e-journal [En ligne], vol. XIII-n°2 | 2015, mis en ligne le 20 mars 2015, consulté le 22 août 2017. URL : http://lisa.revues.org/8307 ; DOI : 10.4000/lisa.8307

Haut de page

Auteurs

Pierre Martin

Pierre Martin est professeur titulaire de science politique à l’Université de Montréal et directeur de la Chaire d’études politiques et économiques américaines au CÉRIUM (Centre d’étude et de recherches internationales de l’Université de Montréal). Sa recherche et ses enseignements portent, entre autres, sur la politique aux États-Unis, l’économie politique internationale, l’analyse de l’opinion publique et les méthodes de recherche en science politique.

Articles du même auteur

François Vaillancourt

François Vaillancourt est Fellow au CIRANO (Centre interuniversitaire de recherche en analyse des organisations) et professeur émérite de sciences économiques à l’Université de Montréal. Il a publié de nombreuses études dans le champ des politiques publiques, notamment le fédéralisme fiscal, l’imposition et les politiques linguistiques. Il a aussi été consultant pour des organismes canadiens et internationaux, dont l’AFD, l’OCDE, le PNUD et la Banque mondiale.

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la Revue LISA / LISA e-journal sont mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Revues.org