Navigation – Plan du site
Introduction

Introduction

Charlotte Borie et Elise Ouvrard
p. 1-6

Entrées d’index

Index chronologique :

XIXe siècle, XXe siècle

Index thématique et géographique :

littérature, histoire des idées, cinéma, société, Grande-Bretagne
Haut de page

Texte intégral

  • 1  Elizabeth Imlay cite un passage du Journal of our Life in the Highlands 1846-61 de la Reine Victor (...)

1Profondément ancré dans les préoccupations de son époque, Jane Eyre a pourtant l’intemporalité des chefs-d’œuvre canoniques, et surtout la puissance d’évocation et de continuation de toutes les grandes figures originelles. Après un premier échec littéraire avec The Professor, Charlotte Brontë parvient, en 1847, à publier un roman qui fait immédiatement parler de lui et ne s’attire que des réactions passionnées. Beaucoup de critiques détestent ce texte invraisemblable sans identité propre, ne sachant si c’est une maternité ou une paternité qu’il faut attribuer à son auteur. D’aucuns le jugent scandaleux, voire immoral, mais beaucoup se laissent emporter par cette histoire, jusqu’à la reine Victoria elle-même, qui ne parvient pas à se déprendre de sa lecture1.

2Odile Boucher-Rivalain retrace les raisons de ce succès, en observant, d’une part, le positionnement stratégique et le talent de son auteur et, d’autre part, la manière dont la critique reçut l’œuvre à sa sortie. Son article révèle la véritable rencontre qui eut lieu entre une femme à l’identité déguisée et au savoir-faire encore non reconnu, et un monde intellectuel et littéraire à la fois séduit et étonné par cette œuvre qui, à bien des égards, satisfaisait les attentes du lectorat victorien, tout en les bousculant sans ménagement.

  • 2  Charlotte Brontë, Jane Eyre, New York : W. W. Norton & Company, 2001 [1847], 216.

3Aussi la revendication féminine qui dépasse le clivage des genres puisqu’elle implique une égalité d’ordre ontologique selon l’héroïne (« we stood at God’s feet, equal—as we are ! »2) illustre-t-elle le caractère innovant du roman qui va jusqu’à ériger le féminin comme pilier essentiel dans un univers fictionnel et contextuel marqué par le patriarcat. Dans une perspective psychocritique, Max Véga-Ritter éclaire la construction d’un désir et d’une loi proprement féminins à l’œuvre dans le roman. Son analyse prend pour point d’origine le schéma familial tronqué, morcelé, qui sert d’environnement à l’enfant Jane, et met en évidence, à partir de ce modèle de départ, toutes les quêtes marquées au sceau du féminin qui sous-tendent le texte.

4Malgré ses aspects les plus novateurs, Jane Eyre s’inscrit dans son temps, dans les luttes, les goûts et les contraintes qui forgent son époque. Le roman est même très fortement ancré dans la tradition sur le plan littéraire. Nombre d’études ont mis en évidence la filiation du texte avec le genre gothique, le conte de fées ou le roman de formation, pour ne citer que quelques influences parmi les plus évidentes. En effet, Jane Eyre sait, en quelque sorte, rendre hommage aux textes qui ont formé l’esprit de son auteur, comme en témoigne la réappropriation du schéma bunyanesque, mais sait également retravailler l’héritage qu’il accepte pour l’adapter à son époque et lui insuffler, dans le même temps de nouvelles valeurs intemporelles. Jean Berton, en se focalisant sur le personnage de St John Rivers, nous donne un aperçu de cette complexe alchimie dont Charlotte Brontë manie parfaitement les recettes. Son article amène à voir dans la figure de St John Rivers une réminiscence d’un personnage issu d’un roman de l’auteur écossais James Hogg, The Private Memoirs and Confessions of a Justified Sinner (1824). Brossant le diptyque aux couleurs du gothique et le plaçant sous le signe d’une duplicité et d’une puissance démoniaque et mortifère partagées, Jean Berton s’attache surtout à replacer les deux personnages dans leur contexte religieux, et rattache ainsi St. John Rivers aux évangélistes calvinistes.

5Jane Eyre est donc aussi un outil de réécriture ; le texte se laisse pénétrer par l’influence de ses ancêtres plus ou moins anciens, et fait apparaître tout le palimpseste de l’histoire littéraire qui a participé à lui donner vie. Jane Eyre est un texte placé sous le signe de l’ouverture, sur le plan historico-littéraire bien sûr, mais également sur le plan générique. Fonctionnant comme une charnière entre l’avant et l’après, le roman est mouvement perpétuel, texte en progression comme nous propose de le voir Stéphanie Bernard. Jane, elle-même centrale et marginale, traverse tous les temps du roman, notamment par son ubiquité entre temps narré et temps narratif. Ouvert in medias res,ponctué de nouveaux départs – géographiques, ontologiques, discursifs – jalonné par des symétries et des effets de miroir, le roman peut se lire comme un infini recommencement, un texte ouvert aux quatre vents, à ce qui le précède comme à ce qui le suit, et cette lecture de Stéphanie Bernard ne peut qu’être confirmée par le nombre considérable d’œuvres inspirées de Jane Eyre qui ont proliféré depuis sa parution.

  • 3  James Olney, Metaphors of Self. The Meaning of Autobiography, Princeton NJ : Princeton University (...)

6Un des facteurs de la persistance de Jane Eyre est sans doute, comme le souligne Patsy Stoneman dans son article sur Jane Eyre dans l’entre-deux-guerres, le grand héritage que Charlotte Brontë laisse derrière elle à travers une structure diégétique qui déchaîne le pouvoir de l’imagination. Peut-être même, qu’au-delà d’un héritage, Brontë lègue une question, une béance : « archetypes, like poems, contain no inheritable human experience, for that cannot be transferred or inherited, but open possibilities of response »3. Dans cette perspective de legs, les articles de Patsy Stoneman, Marta Miquel-Baldellou et Adrienne Gavin explorent comment d’autres romans réutilisent la triade mythique qui sert de colonne vertébrale au roman de Charlotte Brontë. à travers une lecture parallèle de Jane Eyre et de Paul Ferroll de Caroline Clive,  Adrienne Gavin se place à la charnière de la question de la réécriture, en démontrant avec beaucoup de précision en quoi le texte de Clive est en relation de filiation avec celui de Brontë, mais également en quoi l’air de famille qui les rapproche ne relève pas de la copie-conforme. Pour Adrienne Gavin, Paul Ferroll n’est pas un descendant qui serait le portrait craché de son père (ou de sa mère ?), mais bien plutôt un rejeton moderne au sens où il a sa propre existence en dehors de celle qui a rendu possible son émergence. En abordant Rebecca, Marta Miquel-Baldellou fait un constat proche de celui d’Adrienne Gavin. Elle parvient à démontrer comment la répétition de la double figure composée par Jane et Bertha (à la fois antithétique et complémentaire) fait écho aux contextes de chacune des deux œuvres mises en regard, mais elle insiste aussi clairement sur l’indépendance que prend Rebecca par rapport à Jane Eyre : la logique spatio-temporelle linéaire qui structure le roman de Brontë se transforme en une circularité qui met en abîme la notion même de réécriture.

7En examinant quatre romans postérieurs inspirés du schéma de Jane Eyre, Patsy Stoneman choisit, elle, de montrer comment la réappropriation de ce schéma signe l’évolution de l’esprit social en ce qui concerne les possibilités pour les femmes de réagir aux situations personnelles, matrimoniales voire professionnelles dans lesquelles elles se trouvent à une époque donnée. Grâce à un jeu subtil de variations par rapport à la trame de départ, les quatre romans parviennent, d’après Stoneman, à réinventer des scénarios qui soient en lien étroit avec la modernité naissante. Cette historicisation du motif central de Jane Eyre, le triangle amoureux cerné de mystère,offre par ailleurs un éclairage symbolique mais aussi contextuel sur l’œuvre source, en filigrane.

  • 4  Si l’on peut se permettre ce néologisme formé à partir de la pair Ur-texte / hypotexte.

8Ainsi, nous le voyons, Jane Eyre est un texte qui se prête à la réappropriation afin de servir de nouvelles idéologies ou de nouvelles esthétiques par exemple. D’infimes variations dans la mise en scène de l’histoire ouvrent des horizons variés aux hypo-artistes4 pour transmettre leur vision personnelle et leurs propres messages.

9C’est dans cette perspective que Delphine Letort propose d’examiner les divergences d’interprétation existant dans les adaptations cinématographiques de Jane Eyre par Stevenson (1944) et Zeffirelli (1996). A travers une étude synoptique du roman et des deux adaptations qui s’attache à examiner les grandes thématiques ou les épisodes clés de l’œuvre, Delphine Letort parvient à mettre en évidence les choix éditoriaux des deux cinéastes ainsi que leur réinvention de scènes clés du roman, révélant ainsi les lignes idéologiques, tant sur l’œuvre que sur le médium, qui traversent ces deux œuvres.

10Il est vrai que le roman, dont on constate qu’il se prête parfaitement à la réécriture romanesque, est également une planche d’appel intéressante pour des continuations d’autres natures, par exemple cinématographiques, et l’une des raisons de cette facilité est que le champ visuel est très sollicité par les tropes et les thèmes du roman. Isabelle Van Peteghem s’intéresse particulièrement au motif du miroir et à la manière dont on le retrouve comme dispositif central du jeu de la transposition du texte vers le cinéma chez Zeffirelli. S’inspirant de l’idée de « mise hors de soi-même » qu’utilise Lacan pour caractériser le stade du miroir, son article insiste sur le dédoublement multiple que suggèrent dans le film les scènes de miroir, de la chambre rouge au reflet de l’héroïne en robe de mariée, sans oublier la mise en abyme du visage de Mrs. Fairfax qui accompagne un discours sur la dualité du maître de Thornfield.

  • 5  Pour une analyse détaillée de Wide Sargasso Sea, on pourra se reporter à l’ouvrage de Sylvie Maure (...)
  • 6  Le terme est emprunté à Onega et Gutleben dans l’ouvrage desquels est théorisée et appliquée la no (...)

11Inspirateur de réécritures ou d’adaptations, le roman de Charlotte Brontë suscite également des œuvres qui s’apparentent plus à des commentaires de celui-ci, en ne reprenant pas, par exemple, la trame diégétique telle quelle mais en la greffant ou la tissant plutôt à l’œuvre nouvelle qui fait alors un renvoi à Jane Eyre sans chercher à le répéter. On pense bien sûr, dans cette perspective, à Wide Sargasso Sea (1966), le roman qui permet à Jean Rhys d’offrir une existence au personnage bafoué de Bertha Rochester, en amont du moment où le lecteur la découvre dans Jane Eyre. Ainsi, en ménageant cette suture entre les deux textes (et en plaçant, qui plus est, le sien dans un temps antérieur à celui de Jane Eyre), Jean Rhys met en place une dénonciation du sort réservé à Bertha, et commente autant qu’elle éclaire5, par réfraction6, le contexte victorien. Loin de la gravité mise en œuvre dans Wide Sargasso Sea, on trouve The Eyre Affair de Jasper Fforde (2003). Épisode d’une série au cœur de laquelle on retrouve toujours la même héroïne, The Eyre Affair fait apparaître Jane Eyre et son héroïne dans son intrigue, et fait s’immiscer Thursday Next dans les interstices de l’Ur-texte comme pour modifier l’interprétation de certains épisodes par le lecteur averti. Yen-Mai Tran-Gervat évoque dans son article le jeu entre les deux textes, jeu placé sous le signe de la parodie qui ouvre un espace pour une critique colorée d’humour de Jane Eyre par Jasper Fforde. En examinant les phénomènes diégétiques, thématiques, et narratologiques abordés dans The Eyre Affair, Yen-Mai Tran-Gervat propose aussi de voir dans le roman de Jasper Fforde un effort pour replacer Jane Eyre dans le contexte de féminisme qui animait Charlotte Brontë à l’époque et qui n’est, évidemment, pas encore éteint aujourd’hui.

12L’approche de Jasper Fforde donne lieu à un roman qui peut sembler tout à fait déconnecté de l’univers représenté dans Jane Eyre, avec ses accents de science fiction. Il est vrai que malgré l’ancrage avéré et revendiqué dans le roman de Charlotte Brontë, le jeu parodique qui leur sert de dénominateur commun place The Eyre Affair dans un statut singulier et oxymorique fait d’autant de continuation que de rupture. Il en va de même, selon Laurent Bury, de l’œuvre picturale de Paula Rego. Laurent Bury centre son article sur les malentendus créatifs (évidemment volontaires) que Paula Rego exploite pour fournir des illustrations qui n’en sont pas au roman de Charlotte Brontë. En nous rappelant que le statut même d’illustration reste une donnée mouvante, Laurent Bury nous montre comment la seule vraie fidélité de l’œuvre de Rego à celle de Brontë, c’est cette capacité à détourner la source que l’on cherche à exploiter afin de créer quelque chose de bien à soi. De la même manière que Jane édite les textes qu’elle cite pour en orienter – voire en pervertir – le sens, Rego, à son instar, joue sur les scènes qu’elle illustre pour fournir des visions qui peuvent parfois sembler relativement déconnectées du texte qui les a inspirées.

13A travers les onze articles que renferme ce numéro de la Revue LISA/LISA e-journal, nous voyons à quel point Jane Eyre se trouve, dans une lignée littéraire, à la place très nodale qui serait celle d’une matriarche si nous n’étions pas dans une métaphore. Extrêmement idiosyncratique mais tendant à l’universel, ce roman qui fait le pont entre la tradition littéraire et l’innovation, ménage une place décisive aux préoccupations de son temps dans un traitement intemporel, et gagne véritablement à cet égard la force d’un archétype littéraire, un fondement, une origine, un modèle. Cette force, loin de stériliser le champ littéraire – comme si rien ne pouvait égaler cette œuvre pionnière – insuffle encore aujourd’hui à de nombreux artistes une inspiration et une énergie qui leur permettent de revisiter ce texte canonique tout en prenant leur indépendance et en générant, à travers le jeu, plus ou moins sérieux, de leur propre sensibilité artistique, des œuvres qui, elles aussi, se révèleront peut-être des points de ramification dans la grande dynastie fondée par Jane Eyre.

Haut de page

Notes

1  Elizabeth Imlay cite un passage du Journal of our Life in the Highlands 1846-61 de la Reine Victoria, publié en 1868 : “began reading Jane Eyre to my dear Albert. We remained up reading in Jane Eyre till 1/2 past 11—quite creepy from the awful account of what happened the night before the marriage”, in Elizabeth Imlay, “The Brontës”, A Handbook to Gothic Literature, New York : New York University Press, 1998.

2  Charlotte Brontë, Jane Eyre, New York : W. W. Norton & Company, 2001 [1847], 216.

3  James Olney, Metaphors of Self. The Meaning of Autobiography, Princeton NJ : Princeton University Press, 1972, 46.

4  Si l’on peut se permettre ce néologisme formé à partir de la pair Ur-texte / hypotexte.

5  Pour une analyse détaillée de Wide Sargasso Sea, on pourra se reporter à l’ouvrage de Sylvie Maurel, Jean Rhys, Londres : Macmillan Press, 1998.

6  Le terme est emprunté à Onega et Gutleben dans l’ouvrage desquels est théorisée et appliquée la notion de « refraction » pour mettre en évidence la réciprocité d’éclairage et d’influence que les Ur-textes et les hypotextes partagent dans les phénomènes d’intertextualité. Susana Onega & Christian Gutleben (eds.), Refracting the Canon in Contemporary British Literature and Film, Amsterdam, Rodopi, 2004.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

La Revue LISA/LISA e-journal, Vol. VII - n°4, 2009 

Référence électronique

Charlotte Borie et Elise Ouvrard, « Introduction », Revue LISA/LISA e-journal [En ligne], Vol. VII – n°4 | 2009, mis en ligne le 28 juillet 2009, consulté le 27 mai 2017. URL : http://lisa.revues.org/828 ; DOI : 10.4000/lisa.828

Haut de page

Auteurs

Charlotte Borie

Charlotte Borie, agrégée d’anglais, membre du CAS à l’université Toulouse 2-le Mirail et lectrice de français à St John’s College, Cambridge, rédige actuellement une thèse sur l’intériorité chez Charlotte et Emily Brontë. Elle est l’auteur de plusieurs articles qui s’intéressent tour à tour aux écritures poétique, fictionnelle et épistolaire des deux sœurs. Elle a également collaboré au volume Ellipses/agrégation sur Jane Eyre (dir. Laurent Bury et Dominique Sipière, 2008) en abordant la question de la picturalité dans le roman.

Elise Ouvrard

Élise Ouvrard,agrégée d’anglais, est Maître de Conférences à l’Université de Caen et membre du Centre LSA de l’équipe ERIBIA. Elle est l’auteur d’une thèse intitulée « Expériences pédagogique et salutaire dans les romans des sœurs Brontë : l’engagement féminin », soutenue à Caen en décembre 2006, sous la direction du Professeur René Gallet. Ses recherches actuelles concernent les romans des femmes-écrivains britanniques du XIXe siècle et notamment la relation qu’ils entretiennent avec la société et les grands courants de pensée de l’époque.

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la Revue LISA / LISA e-journal sont mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Revues.org