Navigation – Plan du site

Microfinance et capitalisme : la mission de prêter aux pauvres exclut-elle la recherche du profit ? Le cas des États-Unis et de l’Inde

Microfinance and Capitalism: Does the Mission of Lending to the Poor Exclude Seeking Profit? The Case of the United States and India
Régine Hollander

Résumés

La microfinance permet aux micro-entrepreneurs de devenir des acteurs économiques auto-suffisants au lieu de s’en remettre à la charité ou à l’aide sociale pour subvenir à leurs besoins essentiels. Les prêts ne sont jamais des dons et les emprunteurs sont tenus de rembourser. La microfinance s’inscrit donc dans une économie de marché. Il existe néanmoins deux approches, un modèle à but non-lucratif qui vise, sans l’atteindre toujours, la rentabilité, et un modèle qui conduit à une introduction en bourse et, si possible, des bénéfices. Dans les deux cas, le risque encouru par les institutions prêteuses et les coûts administratifs élevés impliquent des taux d’intérêt supérieurs aux taux consentis par les banques. Cet article compare les deux approches ancrées dans les contextes économiques de deux pays très éloignés en termes de développement et de niveau de vie, l’Inde et les États-Unis. Quel que soit le modèle, conclut-il, ce dernier doit garantir la survie de l’institution prêteuse quelle que soit la conjoncture.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Le mouvement Occupy Wall Street a été lancé le 11 septembre 2011 sur Liberty Square à Manhattan, ma (...)
  • 2 Le concept des 3 P ou triple bottom line a été inventé par John Elkington, co-fondateur de SustainA (...)

1Alors qu’ébranlé par la crise financière, ce qu’on appelle en France le capitalisme « anglo-saxon » cherchait à se redéfinir, les gouvernements venant au secours des institutions financières tout en cherchant à limiter leur champ d’action, l’éthique a pris une place croissante dans les préoccupations des législateurs sous l’effet de la vindicte populaire. Pour ceux qui, par exemple, soutenaient les mouvements d’occupation de Wall Street et de la City de Londres1, le mot « capitalisme » évoquait l’exploitation de 99 % de la société par 1 % de privilégiés et de décideurs. Les évolutions, tant structurelles que conjoncturelles, qui ont suivi n’ont pas suffi à les apaiser. Pour certains, la responsabilité sociale des entreprises ou l’idée d’un capitalisme éthique demeure un outil de marketing, du greenwashing. D’autres, en revanche, pensent que le capitalisme peut tenir compte des parties prenantes et que les entreprises doivent se préoccuper des 3 P (People, Planet and Profit)2.

2Mais comment insérer dans ce débat la microfinance qui s’adresse en priorité aux moins favorisés ? La spécificité de ce système est d’attribuer des prêts de faibles montants à des petits entrepreneurs qui ne présentent aucune garantie en termes de solvabilité et n’ont donc pas accès aux prêts bancaires traditionnels. La microfinance permet ainsi à ces derniers d’être des acteurs économiques auto-suffisants au lieu de s’en remettre à un État-providence pour subvenir à leurs besoins essentiels. D’abord présente dans les pays pauvres, elle est maintenant utilisée dans les pays riches, avec toutefois une différence fondamentale dans les pratiques, selon que les modèles excluent ou non la recherche du profit (Knowledge@Wharton, 2011 ; Shreiner and Morduch, 2002 ; Schreiner and Woller, 2003 ; Schreiner, 2004). On pourra donc se demander si le capitalisme et la microfinance, telle qu’elle est pratiquée aux États-Unis ou dans d’autres pays anglophones comme l’Inde, sont complémentaires, interdépendants ou antithétiques.

Microfinance et modèle de capitalisme « anglo-saxon »

  • 3 Voir, sur ce point, l’introduction de ce numéro et l’article « Le capitalisme à l’âge global : les (...)
  • 4 Daniel Royot (Dir.), Dictionnaire des États-Unis, Paris : Larousse, 2010.

3Les définitions du capitalisme sont souvent chargées de connotations, selon le point de vue des économistes3. Mais tous s’accordent sur ses principes généraux rappelés par Martine Azuelos dans la rubrique « Capitalisme » du Dictionnaire des États-Unis4 : la propriété privée des moyens de production, la coordination de l’activité économique par les marchés et le respect des droits de propriété. Il n’y a rien dans ces principes qui s’oppose aux buts de la microfinance. Le petit entrepreneur bénéficiaire d’un micro-prêt est, lorsqu’il a remboursé, propriétaire de ses moyens de production et, dans un État de droit, protégé à ce titre par la loi de son pays. En outre, le succès ou l’échec de son activité dépend de la qualité de son offre, de la demande et de la concurrence. On pourrait donc dire que le bénéficiaire d’un micro-crédit est un micro-capitaliste puisqu’il tire un revenu du capital qu’il a engagé dans son entreprise.

  • 5 Colloques internationaux « Nouveau monde, nouveau capitalisme », organisés à Paris les 8 et 9 janvi (...)
  • 6 M. S. Emran, A. K. M. Mahbub Morshed & Joseph E. Stiglitz, « Microfinance and Missing Markets », 20 (...)
  • 7 Amartya Sen, Development as Freedom, New York : Knopf, 1999. Voir, sur ce point, l’article de Nadee (...)
  • 8 John Rawls, A Theory of Justice, Cambridge, Mass. : Belknap Press, 1971.

4En 2009, 2010, 2011 et 2012, quatre colloques se sont tenus à Paris sur ce que pourrait être un « nouveau » capitalisme5. Ils réunissaient des hommes d’affaires, des personnalités politiques et des économistes de renom, dont, pour la première édition, deux prix Nobel d’économie, le spécialiste de l’économie du bien-être et du développement humain, Amartya Sen (1998), et Joseph Stiglitz (2001) connu des non-spécialistes pour sa critique de la mondialisation. Les formes de capitalisme éthique que prônent ces deux économistes ne sont pas en contradiction avec la pratique de la microfinance. Les travaux de Stiglitz sur les asymétries d’information ont, comme nous le verrons, une incidence en microfinance, le danger étant une sélection adverse (ou anti-sélection) ou un aléa moral6, c’est-à-dire que ceux qui acceptent de payer de très forts taux d’intérêt sont, soit les moins solvables et les plus susceptibles de se déclarer en défaut, soit ceux qui n’ont pas l’intention de rembourser. L’approche par les capabilités d’Amartya Sen7, propose, comme l’avait fait celle de John Rawls dans A Theory of Justice8, d’évaluer le statut des individus dans la société moins à l’aune de leur utilité et de leurs revenus que par la liberté et la possibilité qu’ils ont d’être et de faire ce qu’ils ont raison de valoriser. La microfinance permet à l’emprunteur de bénéficier de l’une des cinq libertés instrumentales décrites par Sen, la liberté d’avoir accès aux ressources économiques à des fins de consommation, de production et d’échange. Elle donne aux micro-entrepreneurs une place dans la société, leur apportant ainsi, outre la liberté, des bénéfices difficiles à quantifier, tels que la dignité et le respect d’eux-mêmes.

  • 9 Mohammad Yunus est le fondateur de la Grameen Bank du Bangladesh qu’il dirigeait jusqu’en 2011. Sui (...)

5Muhammad Yunus, qui, malgré la controverse récente9, demeure un pionnier de la microfinance, résume ainsi, sans y adhérer, la philosophie du capitalisme :

  • 10 Muhammad Yunus, Creating a World Without Poverty. Social Business and the Future of Capitalism, New (...)

Voici, en résumé, la philosophie du capitalisme que pratiquement tout économiste, cadre d‘entreprise, expert en stratégie et auteur spécialisé dans le monde des affaires tiennent pour acquise :
Une vie meilleure pour les gens de ce monde – y compris un allégement de la souffrance causée par l’inégalité – ne peut provenir que d’une croissance économique robuste.
La croissance économique ne peut être alimentée que par des investissements en capitaux dans le cadre d’un libre marché ouvert à la concurrence.
L’argent destiné aux investissements ne peut être attiré que par des sociétés qui sont gérées de manière à maximiser le retour sur capital.
Le retour sur capital ne peut être maximisé que par des sociétés qui font de la maximisation du profit leur seul objectif. 10

  • 11 Ibidem, 243.

6Yunus appelle de ses voeux un avenir du capitalisme dans lequel les entreprises sociales auront leur place. Il ne s’agirait pas pour l’entreprise de renoncer à la rentabilité – ni pour les investisseurs de faire la charité –, mais de réinvestir tous les bénéfices de manière à profiter au plus grand nombre possible de parties prenantes, et d’améliorer la qualité de ses produits ou services. « L’entreprise sociale sera une société sans déficit et sans dividende » (a non-loss, non-dividend company), déclare Yunus dans son discours lors de la cérémonie de remise du Prix Nobel de la Paix à Oslo, le 10 décembre 200611. Et il attend aussi de cette entreprise un comportement éco-responsable.

  • 12 Yunus a entrepris de mettre ses idées en pratique au Bangladesh en établissant des partenariats ent (...)

7Il ne rejette donc pas le capitalisme, mais envisage son évolution vers un système qui tiendrait compte de la nature multi-dimensionnelle des êtres humains qui, selon lui, ne recherchent pas seulement le profit, mais ont aussi à coeur de maximiser les biens sociaux et de créer des entreprises sociales, mettant ainsi un terme à la pauvreté12.

  • 13 Margaret Sherrard Sherrarden, Cynthia K. Sanders & Michael Sherraden, Kitchen Capitalism. Microente (...)
  • 14If they choose, poor people also deserve a shot at capitalism. [...] for most entrepreneurs, rewar (...)

8Encore faudrait-il que les pauvres aient envie de créer une entreprise. Le micro-crédit part du principe que leur donner l’accès au crédit est suffisant pour les lancer. Margaret Sherrard Sherraden, Cynthia K. Sanders et Michael Sherraden soutiennent cette hypothèse et prônent ce qu’ils appellent « le capitalisme de la cuisine » (Kitchen Capitalism), c’est-à-dire toutes les activités rémunératrices que l’on peut pratiquer chez soi, ce qui permet à des foyers défavorisés de créer une micro-entreprise avec un investissement de départ réduit au minimum, celui que peut financer un micro-prêt13. « S’ils choisissent de le faire, les pauvres méritent aussi de pouvoir tenter leur chance au capitalisme. [...] pour la plupart des entrepreneurs, les récompenses vont au-delà des gains financiers. En d’autres termes, le capitalisme ne se limite pas au revenu14 », déclarent-ils. Il ne s’agit pas seulement de gagner de l’argent, mais de retrouver le respect de soi-même et de jouer un rôle actif dans la société.

Microfinance, philanthropie et charité

  • 15 La philanthropie n’est pas exclusivement réservée aux démunis, mais bénéficie aussi aux institution (...)
  • 16 La liste des donateurs qui contribuent au financement de l’institution de microfinance américaine A (...)

9Mais pourquoi prêter plutôt que donner ? On pourrait considérer que la microfinance, la philanthropie (pour certaines de ses missions) et la charité, sont apparentées. Certes elles partagent en partie15 la même cible et visent à pallier l’absence ou les lacunes d’un État-providence dans une économie de marché qui présente d’importants écarts de revenus entre les plus aisés et les démunis. Pourtant, la microfinance, dans son activité principale de micro-prêt, a une approche qui lui est propre puisque l’emprunteur doit rendre des comptes et a le devoir de rembourser. En revanche, la charité et la philanthropie n’exigent rien de leurs bénéficiaires en échange de leurs apports. La première vise à apporter une aide à court terme, par exemple, nourrir ceux qui ont faim ou donner un abri à ceux qui ont perdu leur logis à la suite d’une catastrophe naturelle ou d’une guerre. La seconde contribue à financer des projets à plus long terme, tels que des campagnes de vaccination, l’irrigation, les équipements et l’infrastructure, mais elle apporte aussi un soutien financier à d’autres organisations philanthropiques ou charitables, ainsi qu’aux institutions de microfinance (IMF) elles-mêmes16. Les trois fonctionnent donc en parallèle, sinon en symbiose avec le capitalisme, ce dernier les nourrissant tout en profitant d’elles lorsqu’elles produisent du capital humain et social.

10Cela dit, alors que la charité et la philanthropie peuvent s’intéresser à un certain nombre de domaines qui visent à améliorer le bien-être général, tels que la santé, l’éducation ou les arts, la microfinance s’adresse essentiellement à l’individu qui cherche des fonds pour créer ou développer une activité professionnelle. Par son effet immédiat sur la création de microentreprises, la microfinance est celle qui a les liens les plus proches avec le capitalisme. Dans les pays riches comme les États-Unis disposant d’un système d’aide sociale, si minime soit-il, elle permet de faire passer les pauvres du statut d’assistés à celui d’entrepreneurs, susceptibles à terme de créer des emplois et de consommer davantage. En Inde, et dans d’autres pays moins développés où elle autorise un entrepreneuriat de nécessité, elle offre une autre possibilité que la mendicité. Pour reprendre une image courante et filer la métaphore, la charité donne à un homme un poisson, la philanthropie lui apprend à pêcher et la microfinance lui permet d’acheter un bateau et des filets.

Inclure les exclus par la microfinance

  • 17 Voir Federal Deposit Insurance Corporation, « 2011 FDIC National Survey of Unbanked and Underbanked (...)
  • 18 Voir Régine Hollander, « Opening the door to entrepreneurship in the state of New Mexico, USA: Publ (...)

11Prêter des sommes modiques à de petits entrepreneurs est une étape intermédiaire qui permet à des individus défavorisés qui n’ont pas accès aux prêts bancaires de devenir des membres à part entière d’une économie de marché. Selon une enquête demandée au U.S. Census Bureau en juin 2011 par la Federal Deposit Insurance Corporation (FDIC), 8,2 % des ménages américains (21,4 % des ménages africains-américains et 20,1 % des ménages hispaniques), soit 10 millions de ménages et 17 millions d’individus, sont non-bancarisés aux États-Unis17. En outre, 20,1 % des ménages américains (33,9 % des ménages africains-américains et 28,6 % des ménages hispaniques), soit 24 millions de ménages et 51 millions d’individus, sont sous-bancarisés. Ils ont un compte en banque ou un compte d’épargne, mais ont recours à une source de finance informelle une à deux fois par an, mont-de-piété, par exemple, ou pay-day loans18. En Inde, où des centaines de millions d’individus sont sous- ou non-bancarisés, le micro-crédit est souvent la seule manière de briser le cycle de la pauvreté.

12Mais puisqu’il s’agit de prêter aux moins favorisés, est-il acceptable qu’une institution de microfinance se soucie de faire des bénéfices, à moins de les transformer immédiatement en prêts supplémentaires ? Pire, est-il concevable qu’elle émette des actions et verse des dividendes à des actionnaires ?

  • 19 SKS a été précédée dans cette voie par Banco Compartamos, IMF mexicaine qui s’est introduite en bou (...)

13Deux points de vue s’opposent clairement, celui que soutient Muhammad Yunus qui pense que devenir une société par actions fait perdre de vue aux IMF leur objectif de départ, et celui représenté par Vikram Akula, président et fondateur de SKS Microfinance, la première IMF indienne qui se soit introduite en bourse en août 201019.

14Selon Akula, à cause du modèle dominant non-lucratif, le secteur de la microfinance ne couvre que 19 % des besoins du marché en Inde (150 millions de foyers auraient besoin de 60 milliards de roupies). Seule une approche qui vise à engranger des bénéfices permet, à son avis, d’y remédier.

15Yunus, quant à lui, ne condamne pas le profit, mais l’usage qui en est fait. Pour alimenter le portefeuille de prêts, il demeure possible, comme le fait la Grameen Bank au Bangladesh, de se contenter des dépôts. Mais beaucoup d’IMF, dont Grameen America, qui a importé le modèle bengali aux États-Unis, ne sont pas (et ne peuvent pas être à cause de la législation) structurées comme des banques traditionnelles qui utilisent la trésorerie constituée par les dépôts pour financer leurs activités de prêts. Bien que le micro-crédit soit toujours à court ou moyen terme, les remboursements n’apportent pas assez de liquidités immédiates pour prêter à un grand nombre de petits emprunteurs. Il leur est donc nécessaire de lever des fonds qui peuvent provenir, soit de sources publiques ou privées (subventions, dons, etc.) et de prêts commerciaux, soit, comme l’IMF indienne SKS, de faire appel au marché des capitaux, choix qui intègre les IMF dans le système capitaliste qui les entoure.

Pratiques et modèles

  • 20 Voir Beatriz Armendariz & Jonathan Morduch, The Economics of Microfinance, Cambridge, MA: The MIT P (...)
  • 21 Voir Michel Lelart, « L’évolution de la finance informelle et ses conséquences sur l’évolution des (...)
  • 22 Ibidem, 11 et 13.

16Pour certains, faire appel au marché des capitaux constitue une dérive inacceptable, ce qui nous conduit à nous demander si la microfinance est prédestinée à suivre une autre voie ou si elle peut être une micro-image d’un système capitaliste dominant ? Rappelons que les IMF ne sont pas nées en adaptant le modèle de banque qui prévaut dans les pays riches, mais se sont développées à partir d’expériences menées dans des pays pauvres tels que la Bolivie ou le Bangladesh20. La microfinance s’apparente davantage à ses débuts à certaines formes de finance informelle (telle la tontine) qui, dans leur diversité de par le monde, font preuve de grandes capacités d’adaptation et d’innovation, et proposent une solution de remplacement à l’usure21. Toutefois, contrairement aux pratiques variées de petits groupes d’individus, le passage à la microfinance implique souvent (mais pas toujours) une institutionnalisation, et donc des approches encastrées dans un contexte particulier22.

  • 23 Voir Luz Gomez & Elaine L. Edgcomb, « A Newly Crowded Marketplace: How For-profit Lenders Are Servi (...)
  • 24 Accion USA, « Accion US Network », op. cit.. Les données chiffrées sont régulièrement actualisées (...)
  • 25 Grameen America, “Grameen America’s Impact”, 2013, <http://grameenamerica.org/impact, consulté en (...)

17Il faut reconnaître que la microfinance a un impact relativement limité aux États-Unis par rapport au succès qu’elle rencontre dans les pays moins favorisés, peut-être à cause des autres possibilités qui s’offrent aux petits entrepreneurs américains, tels que les cartes de crédit, ou les emprunts à la famille et à la communauté. Les IMF à but non lucratif qui opèrent aux États-Unis souffrent aussi de la concurrence croissante d’institutions spécialisées à but lucratif23. Selon l’Aspen Institute seuls 2 % des clients potentiels bénéficieraient de micro-crédit, alors que le pourcentage est de 17 % dans les pays pauvres. Des 362 IMF présentes aux États-Unis, celles qui constituent l’US Accion Network, c’est-à-dire Accion USA, et ses soeurs du Texas, de la région qui regroupe le Nouveau Mexique, l’Arizona et le Colorado, et de Chicago sont les plus importantes. Depuis sa création en 1991, ce réseau avait prêté 350 millions de dollars à 45 000 emprunteurs en 201324. Quant à Grameen America, qui s’est installée aux États-Unis en 2008, en janvier 2013 elle avait consenti 34 400 prêts qui totalisaient 66,2 millions de dollars à 14 000 entrepreneuses25.

  • 26 CGAP, « Indian Microfinance Goes Public: The SKS Initial Public Offering », 1er septembre 2010, <ht (...)
  • 27 La Banque mondiale chiffrait à 1,24 milliards la population de l’Inde en 2013, et celle des États- (...)

18Par comparaison, en Inde, le nombre de clients des IMF est passé de 10 millions en 2006 à 26,7 millions en 201026. Si par ailleurs l’on considère que les Indiens sont quatre fois plus nombreux que les Américains (311,6 millions)27, on peut conclure que la microfinance a une portée et un impact proportionnellement moins importants en Amérique du Nord.

19L’environnement économique et la demande ont donc fait évoluer les IMF américaines vers des modèles différents de ceux qui peuvent être observés dans des pays moins riches. D’abord les sommes prêtées sont plus élevées : elles atteignaient 5 100 $ en moyenne en 2013, avec un maximum de 35 000 dollars aux États-Unis28 pour un revenu moyen annuel médian de 48 820 dollars29, alors qu’elles atteignaient 200 $ en moyenne, avec un maximum de 2 000 $30 en Inde, pour un revenu moyen annuel médian de 1 410 dollars31. Ensuite, dans des pays comme les États-Unis, où l’on ne peut pas compter sur la pression du groupe restreint, les IMF ont peu de recours au système de caution solidaire (peer-group lending ou lending circles) pratiqué dans les pays pauvres32. Le crédit solidaire peut fonctionner au niveau d’une communauté soudée, mais n’est pas aussi efficace comme outil anti-pauvreté dans les pays riches, les emprunteurs étant plus isolés, moins susceptibles d’être exposés à la pression sociale de leurs pairs, et moins prêts à se porter garants d’autres emprunteurs qu’ils connaissent peu.

  • 33 Voir M.S. Sundara Rajan, « Reaching the unbanked », in Chandrashekhar Kochhar e& Phatak Chakrabarty (...)
  • 34 SKS, FAQs, op. cit.

20En Inde, en revanche, le système de caution solidaire est une pratique courante. Le concept de cercles de crédit, self-help groups, qui réduisent les coûts de transaction pour le prêteur et l’emprunteur, a été introduit en Inde dès 1989 par l’India Bank, en partenariat avec Tamil Nadu Women Development Corporation33. Forte d’un taux de remboursement de 95 %, la banque a mis ensuite en place à Chennai une succursale dédiée, Microsate Branch, pour appliquer le concept à des groupes des femmes les plus pauvres. Chez SKS, qui ne prête qu’aux femmes dont les revenus sont inférieurs à deux dollars par jour avant d’obtenir leur prêt34, les intéressées suivent une formation de trois jours en finance élémentaire et doivent réussir un examen avant de pouvoir demander un prêt. Le prêt est accordé à condition que l’emprunteuse soit acceptée par les autres membres du groupe et la responsabilité est partagée en cas de défaut de paiement.

  • 35 Voir Régine Hollander, « Opening the door to entrepreneurship in the state of New Mexico, USA: Publ (...)
  • 36 Voir Mark Schreiner, « Credit Scoring for Microfinance: Can It Work? », Journal of Microfinance, vo (...)

21Aux États-Unis, les organismes prêteurs traditionnels disposent d’outils pour évaluer la solvabilité de leurs clients à partir de leur passé d’emprunteurs et/ou d’utilisateurs de services bancaires. Les IMF américaines, qui s’adressent à des individus non ou sous-bancarisés qui ne présentent aucune garantie35, n’ont pas cette possibilité et, en l’absence de la caution solidaire, d’un historique sur les qualités de gestionnaire de l’emprunteur ou d’éléments prouvant la rentabilité de son projet professionnel, font face à une asymétrie d’information. Elles ont donc dû mettre en place des systèmes qui leur sont propres pour évaluer la solvabilité de ceux qui demandent un prêt. Il s’agit de mesurer les 3C du crédit, Character, Capacity, Capital, c’est-à-dire la personnalité et la réputation de l’emprunteur/se, sa capacité de rembourser et les garanties qu’il/elle présente. Mark Schreiner a été le premier à établir des modèles dans ce but36. Ces modèles peuvent prendre en compte des critères qualitatifs (subjective scoring), par exemple, le sens de la responsabilité personnelle ou la peur des sanctions, plutôt que quantitatifs (statistical scoring). Outre le profil des emprunteurs, les IMF américaines étudient également leur projet professionnel avant de leur accorder un prêt. Toutes les demandes de micro-crédit ne sont donc pas satisfaites, car les institutions de microfinance doivent s’assurer qu’elles auront un taux de remboursement élevé de manière à atteindre un triple objectif : assurer leur viabilité à long terme, prêter au plus grand nombre des plus pauvres et avoir un effet visible sur la qualité de vie de leurs clients.

  • 37 Au Bangladesh, la Grameen Bank collecte des dépôts. En revanche, sa jeune sœur, Grameen America n’e (...)
  • 38 Fondé par la Banque Mondiale en 1995, le CGAP (Consultative Group to Assist the Poor) établit des n (...)
  • 39 Les IMF indiennes paient de 11 à 15 % leurs prêts bancaires. Voir CGAP, « Les taux d’intérêt applic (...)

22Les IMF américaines doivent aussi faire face à des coûts bien plus élevés que les indiennes. Comme elles s’adressent souvent à des emprunteurs sans expérience, elles doivent prévoir la présence d’un consultant (loan officer) qui joue un rôle essentiel et entretient avec les clients des relations à long terme. Il peut guider les entrepreneurs trop ambitieux vers un projet intermédiaire et, lorsque leur premier emprunt a été remboursé, leur prêter des sommes plus importantes (stepped lending model). Pour pallier les graves erreurs de gestion d’entrepreneurs débutants, les IMF fournissent aussi une aide gratuite personnalisée (accompagnement juridique, formation en gestion et en comptabilité, etc.). En outre, l’administration de nombreux prêts de faibles montants implique des coûts très élevés par rapport à ceux des banques de détail. Les IMF doivent mobiliser davantage de personnel pour l’évaluation des profils des emprunteurs, l’administration des prêts, le recouvrement des impayés, etc. La faible concentration augmente le coût du marketing, le corolaire étant que les remboursements des emprunts ne couvrent pas les frais d’exploitation et que les IMF à but non lucratif ne sont pas auto-suffisantes et dépendent de dons et de subventions. Ajoutons que, ne disposant pas de dépôts pour alimenter leurs prêts37, comme le rappelle le CGAP38, elles « payent plus cher leurs ressources que les banques »39.

23D’où, semble-t-il, la nécessité de faire payer des taux d’intérêt supérieurs à ceux qui sont pratiqués par les banques pour se rapprocher, sans l’atteindre aux États-Unis, du taux de rentabilité. Certes, dans les pays riches comme dans les pays pauvres, les IMF à but non lucratif pratiquent des taux d’intérêt plus bas que les IMF à but lucratif qui se doivent de faire des bénéfices. Le CGAP indique toutefois que même ces dernières exigent des taux inférieurs à ceux des crédits à la consommation et des cartes de crédit, et bien moins élevés que ceux que pratiquent les prêteurs informels (usuriers, par exemple)40. En 2010, ils atteignaient 30 % pour SKS, Basix et Spandana dans les zones rurales et les bidonvilles en Inde (où les usuriers demandent 36 %)41 et, en 2013, de 8,99 à 15,99 % pour Accion USA42 aux États-Unis, où les taux exigés par les prêteurs de la finance informelle, selon que les États ont ou non des lois anti-usure, pouvaient atteindre 750 % de taux d’intérêt annualisés pour les avances sur salaire (pay-day loans) de deux semaines43.

  • 44 Voir CGAP, « Les taux d’intérêt applicables aux microcrédits », op. cit.

24Les pourcentages montrent que l’accès au crédit est plus important que son coût. La loi des rendements décroissants suggère qu’un pauvre qui commence avec un tout petit capital peut en tirer un profit proportionnellement plus élevé qu’un entrepreneur plus aguerri et plus ambitieux, chaque unité de capital supplémentaire ayant un rendement inférieur. Le pauvre peut donc payer un taux d’intérêt supérieur et, en contrepartie l’IMF prêteuse est compensée pour le risque qu’elle prend à prêter à quelqu’un qui n’a pas fait ses preuves44.

  • 45 Voir notamment OCDE, « La Constitution d’un patrimoine et la sortie de la pauvreté : introduction à (...)

25Pour renforcer la solvabilité et le sens des responsabilités des emprunteurs, les IMF américaines les encouragent à épargner. L’importance de l’épargne associée au micro-crédit est soulignée par de nombreux analystes45. L’épargne permet à la fois de se constituer un patrimoine (asset-buiding), preuve de la discipline et de la détermination de l’emprunteur, mais aussi constitue une garantie qui permet, en outre, d’emprunter à des taux plus bas (credit-building). Grameen America impose, par exemple, à ses clients de déposer au moins 2 dollars par semaine sur un compte d’épargne ouvert dans une banque partenaire, en échange de quoi ils reçoivent une carte de retrait.

  • 46 Abhijit V. Banerjee & Esther Duflo, Poor Economics: A Radical Rethinking of the Way to Fight Globa (...)

26Contrairement aux IMF américaines, les principales IMF indiennes ne sont pas autorisées par la réglementation à proposer des produits d’épargne. Certaines emprunteuses épargnent tout de même. Abhijit Banerjee et Esther Duflo rapportent que des Indiennes empruntent à un taux élevé à des IMF pour engranger du liquide dans des comptes d’épargne dont le taux d’intérêt est inférieur46. C’est une manière pour elles de se protéger contre la tentation (ou celle de leur entourage) de dépenser leurs revenus dès qu’ils leur sont versés. Les travaux d’Abhijit Banerjee et Esther Duflo montrent que même les très pauvres veulent et peuvent économiser.

  • 47 Laura Kozien, « Is the Microfinance Glass Half Full or Half Empty? », Social Earth, 19 mars 2010, <(...)
  • 48 Chiffre de 2013. Voir SKS, FAQ, op. cit.
  • 49 Grameen America, “Grameen America’s Impact”, 2013, op. cit.
  • 50 Accion USA, « Microfinance FAQs », op. cit. Ce taux est passé de 94-95 % avant la crise (chiffre ci (...)

27Néanmoins, quelle que soit la manière de procéder pour éviter les défauts de paiement, un faible pourcentage d’emprunteurs, certes croissant pendant la crise aux États-Unis, sont défaillants47. Les taux de remboursement seraient de 98 % en moyenne pour les IMF indiennes les plus importantes48. Aux États-Unis, Grameen America affirmait en 2013 ne pas avoir été touchée par le ralentissement économique et affichait un taux de remboursement de 99 % 49. En revanche Accion USA annonçait un taux de 89 %50, ce qui l’obligeait à dépendre davantage de donations et d’investissements socialement responsables au moment même où, à cause du ralentissement économique, les cordons des bourses (fussent-elles personnelles ou celles d’une entreprise) avaient plus de mal à se délier.

Fins et moyens

  • 51 Mark Schreiner, « Credit Scoring for Microfinance: Can It Work? », op. cit.
  • 52Depth is the social value of worth to users minus cost to users. Breadth counts users, length coun (...)
  • 53 Voir R. Edward Freeman, Strategic Management: A Stakeholder Approach, Boston: Pitman, 1984.

28Pour les raisons qui viennent d’être évoquées, les sources de financement des IMF américaines sont en général différentes de celles du sous-continent indien. Les moyens utilisés reflètent les deux approches distinctes déjà mentionnées et sont liés à la manière de quantifier les résultats et à une certaine vision des objectifs. Pour certains, il ne suffit pas d’additionner le nombre de bénéficiaires des prêts, le total des sommes prêtées ou le pourcentage de ces sommes qui a été remboursé ou est en cours de remboursement. Si la microfinance veut rester fidèle à sa mission d’être un dispositif anti-pauvreté, il faut aussi mesurer ce que Mark Schreiner appelle « depth of outreach » par opposition à « breadth of outreach »51. Ce sont deux des six aspects – la valeur, le coût, la profondeur, le nombre, la longueur et l’étendue (worth, cost, depth, breadth, length, and scope) – qu’il définit dans son cadre théorique pour analyser la portée et viabilité des programmes de microfinance52. En d’autres termes, il faut que les prêts soient consentis à un nombre aussi élevé que possible des clients les plus pauvres, plutôt qu’au plus grand nombre possible de clients, ce qui laisserait les plus démunis sans accès à l’emprunt. Ce souci de servir les plus pauvres n’est pas théoriquement en contradiction avec un nouveau capitalisme moral, tel que celui qui donne la priorité à la satisfaction des parties prenantes plutôt qu’à celle des actionnaires (stakeholder vs. shareholder value)53.

  • 54 Voir Internal revenue Service (IRS), Exemption Requirements - Section 501(c)(3) Organizations, 8 ja (...)

29Les institutions américaines à but non lucratif, comme Grameen America ou Accion USA, sont des organisations 501(c)(3) à qui le fisc permet de recevoir des dons déductibles des impôts, mais qui ne peuvent pas verser de dividendes à des actionnaires54. Elles fonctionnent avec des donations, des subventions, des prêts et des services en nature de la part d’individus, de fondations, de sociétés et d’organismes prêteurs. Leur souci est de prêter aux plus pauvres (depth of outreach), tout en essayant de s’approcher du seuil de rentabilité pour assurer leur survie et continuer à remplir leur mission.

30Ailleurs, certaines IMF, dont SKS en Inde, s’introduisent en bourse de manière à lever des capitaux qui leur permettront de réaliser des économies d’échelle et de satisfaire les besoins de prêts d’un plus grand nombre de micro-entrepreneurs potentiels. Pour plaire à leurs actionnaires, elles se préoccupent davantage du total des sommes prêtées (breadth of outreach) que du degré de la portée (depth of outreach). En effet, comme les moins pauvres sont plus solvables et qu’ils empruntent des montants plus élevés, cela limite le risque et fait baisser les coûts de gestion par effet d’économie d’échelle.

  • 55 « Une institution faîtière est une organisation de deuxième rang ou « grossiste » qui achemine des (...)

31Un certain nombre d’intermédiaires attirent non seulement des investisseurs publics, mais aussi des privés qui cherchent à prouver leur engagement en termes de responsabilité sociale. Des institutions faîtières (apex institutions)55, comme Friends of Women’s World Banking (FWWB) ou National Bank for Agriculture and Rural Development (NABARD) en Inde, acheminent les fonds des agences de développement et des fonds d’investissement en microfinance vers les IMF. Des grandes banques d’investissement, dont Citigroup et J.P. Morgan offrent, quant à elles, des services tels que les notations, l’assurance, les introductions en bourse et même l’émission d’obligations.

32Les IMF ont aussi recours à la titrisation pour accroître la liquidité de leur bilan. La titrisation de micro-crédit, certes encore assez rare pour les IMF américaines, implique l’intermédiation d’un véhicule ad hoc qui achète aux IMF des actifs (c’est-à-dire les emprunts qui servent de garantie aux titres émis), finançant leurs achats par l’émission de titres vendus à des investisseurs institutionnels.

Les limites du modèle à but lucratif

33Les approches antithétiques des IMF américaines à but non lucratif et de celles qui, comme l’Indienne SKS, s’introduisent en bourse, résument les contradictions inhérentes à la microfinance. Faut-il sacrifier l’altruisme à l’efficacité ? Faut-il s’en remettre aux marchés plutôt qu’à la charité et aux gouvernements ?

  • 56 Voir Soutik Biswas, « India’s Micro-finance suicide epidemic », BBC News, Medak, Andhra Pradesh, 1 (...)

34Les problèmes récents de SKS n’apportent pas de réponse à cette question. L’IMF a rencontré un succès spectaculaire juste avant son introduction en bourse en août 2010. Pourtant en juillet 2011, les actions SKS avaient baissé de 72 %. Suite à une vague de suicides d’emprunteurs incapables de rembourser des micro-emprunts, l’État de l’Andhra Pradesh, où opère SKS et qui compte le tiers des 30 millions de foyers bénéficiaires de micro-crédit en Inde, a renforcé la réglementation et encouragé les emprunteurs à ne plus rembourser leurs dettes56. Les taux de remboursement sont tombés à 10 % dans cet État. Les banques ont cessé de prêter à SKS. Mise en difficulté, cette IMF a dû réduire son portefeuille de prêts, ce qui a bénéficié, dit-on, aux usuriers qui ont accueilli ceux qui n’arrivaient plus à emprunter.

35On peut interpréter ce triste épisode de deux manières et y voir soit une faillite du modèle lucratif d’IMF, soit une faillite de l’État qui, par son intervention, prive les pauvres d’accès au crédit.

  • 57 CGAP, Portail Microfinance, « Obligations et titrisation », 2012, consulté en mars 2013.
  • 58 Ibid.
  • 59 Ibid.

36L’émission d’obligations est réservée à des IMF très matures qui peuvent se permettre de s’endetter, et de trouver des investisseurs qui croient en elles et sont avides de rendement57. Quant à la titrisation, dont on vantait tant les mérites jusqu’en 2007, la crise des subprimes a montré ses dangers. Pourtant, le CGAP y consacrait un paragraphe dans son Portail Microfinance en 201258. Cette manière d’accroître la liquidité du bilan et de multiplier ainsi le volume des prêts tout en réalisant des économies d’échelle dans leur gestion rapproche les IMF des organismes prêteurs traditionnels. Le GCAP notait toutefois que les banquiers hésitent à s’engager dans des opérations de titrisation en microfinance, « du fait de la taille relativement petite des transactions par rapport aux coûts de structuration élevés, de la difficulté de trouver un administrateur de remplacement, et surtout du nombre limité d’investisseurs pour ce type de titres »59.

37Car, malgré leur importance croissante, les IMF à but lucratif demeurent un investissement à haut risque, dont un endettement excessif ne mettrait pas en péril le système financier en général, mais pourrait facilement les placer en défaut de paiement. Même dans un environnement économique plus favorable, n’y aurait-il pas un danger pour elle de compter sur les marchés des capitaux pour servir la frange des plus démunis ?

Conclusion

38À une époque où le capitalisme connaît une crise qui sème le doute chez des économistes les plus éminents, il serait surprenant que la microfinance ne soit pas elle-même ébranlée. Le ralentissement économique, l’endettement public et privé, et l’assèchement des sources de financement conduit chacun à réexaminer la viabilité des modèles.

39Les institutions doivent tenir compte de deux facteurs qui ne leur permettent pas de fonctionner comme les banques traditionnelles, le risque et les coûts administratifs élevés. Le risque est dû, d’une part, à l’incertitude que l’emprunteur pourra réussir dans son entreprise et, d’autre part, à l’absence de garantie s’il échoue. Qu’il s’agisse de crédit solidaire (peer-group lending) ou d’une relation plus classique entre l’organisme prêteur et l’emprunteur, les contrats et les taux d’intérêt doivent tenir compte de ces facteurs.

40Quel que soit le modèle, il doit permettre à l’institution de survivre en période d’expansion comme en période de ralentissement économique. Même si les IMF font le choix de ne pas engranger de bénéfices, elles ne peuvent pas prêter à des micro-entrepreneurs qui travailleraient à perte. Certes, en microfinance, le retour sur investissement ne se mesure pas seulement en dollars ou en roupies, mais en capital social et humain.

41Y aurait-il un moment où la croissance d’une IMF détourne l’institution de sa mission d’origine ? Est-ce que l’idée d’un triple objectif de résultats (triple-bottom line), dans laquelle le mot profit apparaît à côté de celui de people et planet, n’est pas une manière de déguiser le loup en grand-mère ? Enfin la microfinance n’est-elle pas un moyen pour les grandes banques qui y participent de se donner une image sociale alors qu’elles apparaissent comme les méchants de l’histoire morale du capitalisme ? En définitive, seuls les petits entrepreneurs qui, à l’aide de micro-prêts, réussissent à rompre le cycle de la pauvreté peuvent nous dire si la fin justifie les moyens.

Haut de page

Bibliographie

ACCION USA, « About the Accion US Network », <http://www.accion.org/usa>, consulté le 29 mars 2013.

ACCION USA, « Loan Amounts, Interest Rates and Fees », <http://www.accionusa.org/home/small-business-loans/about-our-loans/loan-amounts-interest-rates-and-fees.aspx>, consulté 10 février 2015.

ACCION USA, « Microfinance FAQs », <http://www.accionusa.org/home/support-accion/about-accion/microfinance-faq.aspx#3>, consulté 10 février 2015.

ACCION USA, « Supporters of Accion », <http://www.accionusa.org/home/support-accion/about-accion/meet-our-supporters.aspx>, consulté le 10 février 2015.

ANON., « India calls on lenders to cut rates for poor », Financial Times, 26 septembre 2010, <http://www.ft.com> (accès réservé), consulté le 10 février 2015.

ARMENDARIZ Beatriz & Jonathan MORDUCH, The Economics of Microfinance, Cambridge, MA: The MIT Press, 2010.

BANERJEE Abhijit V. & Esther DUFLO, Poor Economics: A Radical Rethinking of the Way to Fight Global Poverty,
 New York City : Public Affairs, 2011.

BISWAS Soutik, « India’s Micro-finance suicide epidemic », BBC News, Medak, Andhra Pradesh, 16 décembre 2010, <http://www.bbc.co.uk/news/world-south-asia-11997571>, consulté le 10 février 2015.

CGAP, « Indian Microfinance Goes Public: The SKS Initial Public Offering », 1er septembre 2010, <http://www.cgap.org/publications/indian-microfinance-goes-public-sks-initial-public-offering>, consulté le 10 février 2015.

CGAP, « Les taux d'intérêt applicables aux microcrédits », EtudeSpéciales, n°1, janvier 1997, <http://www.cgap.org/sites/default/files/CGAP-Occasional-Paper-Microcredit-Interest-Rates-Nov-2002-French.pdf >, consulté le 10 février 2015.

CGAP, Portail Microfinance, « Les taux d’intérêt des microcrédits sont-ils abusifs ? », 2009, <http://www.microfinancegateway.org/fr/library/les-taux-d%C2%92intérêt-des-microcrédits-sont-ils-abusifs >, consulté le 10 février 2015.

CGAP, Portail Microfinance, « Obligations et titrisation », 2012, <http://www.lamicrofinance.org/resource_centers/outilsfinancement/instruments_de_financement/obligations_titrisation>, consulté en mars 2013.

EDGCOMB Elaine L. & Laura BARTON, Social Intermediation and Microfinance Programs: A Literature Review, Washington, D.C. : Development Alternatives, 1998.

ELKINGTON John, Cannibals with Forks: the Triple Bottom Line of 21st Century Business, Oxford: Capstone Publishing Ltd, 1997.

EMRAN M. S., A. K. M. MAHBUD MORSHED & Joseph E. STIGLITZ, « Microfinance and Missing Markets », 2007, <http://ssrn.com/abstract=1001309>, consulté le 10 février 2015.

FEDERAL DEPOSIT INSURANCE CORPORATION, « 2011 FDIC National Survey of Unbanked and Underbanked Households », September 2012, <https://www.fdic.gov/householdsurvey/2012_unbankedreport.pdf>, consulté le 10 février 2015.

Freeman R. Edward, Strategic Management: A Stakeholder Approach, Boston : Pitman, 1984.

GOMEZ Luz & Elaine L. EDGCOMB, « A Newly Crowded Marketplace: How For-profit Lenders Are Serving Microentrepreneurs », FIELD, Aspen Institute, 2011, <http://fieldus.org/Publications/ForProfitLenders.pdf>, consulté le 10 février 2015.

GOODWIN-GROEN Ruth P., « Les institutions faîtières et la microfinance », CGAP, Note sur la Microfinance, n°5, juillet 2002, <http://www.cgap.org/sites/default/files/CGAP-Donor-Brief-Apex-Institutions-in-Microfinance-Jul-2002-French.pdf>, consulté le 10 février 2015.

GRAMEEN AMERICA, « Grameen America Celebrates its Fifth Year in the United States », 2013, <http://grameenamerica.org/sites/default/files/Grameen%20America%20Celebrates%20its%20Fifth%20Year%20in%20the%20United%20States_2.pdf>, consulté le 10 février 2015.

GRAMEEN AMERICA, “Grameen America’s Impact”, 2013, <http://grameenamerica.org/impact>, consulté en mars 2013.

GRAMEEN AMERICA, FAQs, <grameenamerica.org/faq>, consulté le 10 février 2015.

HOLLANDER Régine, « Opening the door to entrepreneurship in the state of New Mexico, USA: Public incentives and micro-loans », Journal of Rural Enterprise and Management, vol. 4, n° 1, 2008, 7-19.

INTERNAL REVENUE SERVICE (IRS), Exemption Requirements - Section 501(c)(3) Organizations, 8 janvier 2015, <http://www.irs.gov/Charities-&-Non-Profits/Charitable-Organizations/Exemption-Requirements-Section-501(c)(3)-Organizations>, consulté le 10 février 2015.

KNOWLEDGE@WHARTON, « American Offshoots: Will Microfinance Ever Really Take Root in the U.S.? », 17 juin 2011, <http://knowledge.wharton.upenn.edu/article.cfm?articleid=2797>, consulté le 10 février 2015.

KOZIEN Laura, «Is the Microfinance Glass Half Full or Half Empty? », Social Earth, 19 mars 2010, <http://www.socialearth.org/is-the-microfinance-glass-half-full-or-half-empty>, consulté le 10 février 2015.

LELART Michel, « L’évolution de la finance informelle et ses conséquences sur l’évolution des systèmes financiers », Mondes en développement, n° 119, 2002, 9-20.

OCCUPY WALL STREET, <http://occupywallst.org/>, consulté le 10 février 2015.

OCDE, « La Constitution d’un patrimoine et la sortie de la pauvreté : introduction à un nouveau débat sur la politique du bien-être », 2004, <http://www.oecd.org/dataoecd/29/38/33617059.pdf>, consulté le 10 février 2015.

PAYDAY LOANS ONLINE RESOURCE, <http://www.paydayloansonlineresource.org/average-interest-rates-for-payday-loans/>, consulté en mars 2013.

RAWLS John, A Theory of Justice, Cambridge, Mass. : Belknap Press, 1971.

ROYOT Daniel (Dir.), Dictionnaire des États-Unis, Paris : Larousse, 2010.

SCHREINER Mark, « Aspects of outreach: a framework for discussion of the social benefits of microfinance », Journal of International Development, vol. 14, n° 5, 1999, 591-603.

SCHREINER Mark, « Credit Scoring for Microfinance: Can It Work? », Journal of Microfinance, vol. 2, n° 2, 2000, 105-118.

SCHREINER Mark, « Evaluation and Microenterprise Programs in the United States », Journal of Microfinance, vol. 4, n° 2, 2002, 67-91.

SCHREINER Mark & Jonathan Morduch, « Opportunities and Challenges for Microfinance in the United States », chapitre 1 in James Carr et Zhong Yi Tong (Dir.), Replicating Microfinance in the United States, Washington, D.C. : Fannie Mae Foundation, 2002.

SCHREINER Mark & Michael Sherraden, Can the Poor Save? Saving and Asset Accumulation in Individual Development Accounts, Piscataway, NJ : Transaction Publishers, 2006.

SCHREINER Mark & Gary Woller, « Microenterprise Development Programs in the United States and in the Developing World », World Development, vol. 31, n° 9, 2003, 1567-1580.

SEN Amartya, Development as Freedom, New York : Knopf, 1999.

SHERRARD SHERRADEN Margaret, Cynthia K. SANDERS & Michael SHERRADEN, Kitchen Capitalism. Microenterprise in Low-Income Households. New York: State University of New York Press, 2004.

SKS, FAQs, <http://www.sksindia.com/faq.php>, consulté le 29 mars 2013.

SUNDARA RAJAN M.S., « Reaching the unbanked », in Chandrashekhar KOCHHAR & Phatak CHAKRABARTY (Dir.), Financial Inclusion, New Dehli: Skoch Media Pvt Ltd, 2009, 89-92.

WORLD BANK, Data, Countries and Economies, <http://data.worldbank.org/country>, consulté le 29 mars 2013.

YUNUS Muhammad, Creating a World Without Poverty. Social Business and the Future of Capitalism, New York : PublicAffairs, 2007.

YUNUS CENTRE, Social Business, <http://www.muhammadyunus.org/index.php/social-business>, consulté le 10 février 2015.

Haut de page

Notes

1 Le mouvement Occupy Wall Street a été lancé le 11 septembre 2011 sur Liberty Square à Manhattan, mais s’est propagé dans d’autres villes des États-Unis et du reste du monde, en particulier la City de Londres.

2 Le concept des 3 P ou triple bottom line a été inventé par John Elkington, co-fondateur de SustainAbility (entreprise de conseil en stratégie de développement durable) et repris par la société pétrolière Shell dans son premier rapport sur le développement durable en 1997.

3 Voir, sur ce point, l’introduction de ce numéro et l’article « Le capitalisme à l’âge global : les mutations en cours transcendent-elles les spécificités nationales ? ».

4 Daniel Royot (Dir.), Dictionnaire des États-Unis, Paris : Larousse, 2010.

5 Colloques internationaux « Nouveau monde, nouveau capitalisme », organisés à Paris les 8 et 9 janvier 2009, les 7 et 8 janvier 2010, les 6 et 7 janvier 2011 et les 5 et 6 janvier 2012 par Eric Besson, ministre français de l’Industrie, de l’Énergie et de l’Économie numérique.

6 M. S. Emran, A. K. M. Mahbub Morshed & Joseph E. Stiglitz, « Microfinance and Missing Markets », 2007, <http://ssrn.com/abstract=1001309>, consulté le 10 février 2015.

7 Amartya Sen, Development as Freedom, New York : Knopf, 1999. Voir, sur ce point, l’article de Nadeera Rajapakse dans le present numéro de la revue LISA, « Bringing Ethics into the Capitalist Model: Amartya Sen’s Approach to Economic Theory and Financial Capitalism ».

8 John Rawls, A Theory of Justice, Cambridge, Mass. : Belknap Press, 1971.

9 Mohammad Yunus est le fondateur de la Grameen Bank du Bangladesh qu’il dirigeait jusqu’en 2011. Suite à un documentaire scandinave mettant en cause l’usage fait par cette banque d’une aide consentie par Norad, l’agence gouvernementale de développement d’Oslo, il a été démis de ses fonctions le 2 mars 2011. Son appel contre cette décision a été rejeté en avril 2011 par la Cour Suprême du Bangladesh.

10 Muhammad Yunus, Creating a World Without Poverty. Social Business and the Future of Capitalism, New York : PublicAffairs, 2007, 210.

11 Ibidem, 243.

12 Yunus a entrepris de mettre ses idées en pratique au Bangladesh en établissant des partenariats entre la Grameen Bank et, notamment, le Groupe Danone, Veolia, BASF et Intel. Il est aussi à l’origine de la construction de deux cliniques ophtalmologiques, les Grameen GC Eye Care Hospitals.

13 Margaret Sherrard Sherrarden, Cynthia K. Sanders & Michael Sherraden, Kitchen Capitalism. Microenterprise in Low-Income Households. New York : State University of New York Press, 2004. En haute-technologie, on devrait plutôt parler de « capitalisme de garage », pour se référer au lieu où ont débuté Microsoft ou Hewlett-Packard avec très peu de capitaux au départ. Il n’est donc pas exclu (bien que très rare puisque les spécialistes de ce domaine ont la possibilité de s’adresser à des fonds d’amorçage ou à des capital-risqueurs) que des micro-prêts puissent donner un coup d’envoi à de futurs géants.

14If they choose, poor people also deserve a shot at capitalism. [...] for most entrepreneurs, rewards go beyond financial gain. In other words, capitalism is about more than income.” Ibid., 200.

15 La philanthropie n’est pas exclusivement réservée aux démunis, mais bénéficie aussi aux institutions culturelles ou éducatives, à la recherche médicale, etc.

16 La liste des donateurs qui contribuent au financement de l’institution de microfinance américaine Accion USA comprend, par exemple, de nombreuses fondations. Voir Accion USA, « Accion US Network », <http://us.accion.org>, consulté le 10 février 2015.

17 Voir Federal Deposit Insurance Corporation, « 2011 FDIC National Survey of Unbanked and Underbanked Households », 2011, <https://www.fdic.gov/householdsurvey/>, consulté le 10 février 2015.

18 Voir Régine Hollander, « Opening the door to entrepreneurship in the state of New Mexico, USA: Public incentives and micro-loans », Journal of Rural Enterprise and Management, vol. 4, n° 1, 2008, 14.

19 SKS a été précédée dans cette voie par Banco Compartamos, IMF mexicaine qui s’est introduite en bourse en 2007.

20 Voir Beatriz Armendariz & Jonathan Morduch, The Economics of Microfinance, Cambridge, MA: The MIT Press, 2010, 2.

21 Voir Michel Lelart, « L’évolution de la finance informelle et ses conséquences sur l’évolution des systèmes financiers », Mondes en développement, n° 119, 2002, 11.

22 Ibidem, 11 et 13.

23 Voir Luz Gomez & Elaine L. Edgcomb, « A Newly Crowded Marketplace: How For-profit Lenders Are Serving Microentrepreneurs », FIELD, Aspen Institute, 2011, <http://fieldus.org/Publications/ForProfitLenders.pdf>, consulté le 10 février 2015. Parmi ces institutions à but lucratif, on peut citer Sam’s Club, Progreso Financiero, OUR Microlending et Financiera Confianza.

24 Accion USA, « Accion US Network », op. cit.. Les données chiffrées sont régulièrement actualisées sur ce site.

25 Grameen America, “Grameen America’s Impact”, 2013, <http://grameenamerica.org/impact>, consulté en mars 2013. Les données chiffrées sont régulièrement actualisées sur ce site.

26 CGAP, « Indian Microfinance Goes Public: The SKS Initial Public Offering », 1er septembre 2010, <http://www.cgap.org/publications/indian-microfinance-goes-public-sks-initial-public-offering>, consulté le 10 février 2015.

27 La Banque mondiale chiffrait à 1,24 milliards la population de l’Inde en 2013, et celle des États-Unis à 311,6 millions. Ces chiffres sont régulièrement mis à jour. Voir World Bank, Data, Countries and Economies, <http://data.worldbank.org/country>.

28 Accion USA, « Microfinance FAQs », <http://www.accionusa.org/home/support-accion/about-accion/microfinance-faq.aspx#3>, consulté en mars 2013.

29 World Bank, op. cit.

30 SKS, FAQs, <http://www.sksindia.com/faq.php>, consulté en mars 2013.

31 World Bank, op. cit.

32 Project Enterprise à New York, Washington CASH à Seattle et Grameen America sont des exceptions et ont recours à la constitution de cercles d’emprunteurs.

33 Voir M.S. Sundara Rajan, « Reaching the unbanked », in Chandrashekhar Kochhar e& Phatak Chakrabarty (Dir.), Financial Inclusion, New Dehli : Skoch Media Pvt Ltd, 2009, 89-92.

34 SKS, FAQs, op. cit.

35 Voir Régine Hollander, « Opening the door to entrepreneurship in the state of New Mexico, USA: Public incentives and micro-loans », op. cit.

36 Voir Mark Schreiner, « Credit Scoring for Microfinance: Can It Work? », Journal of Microfinance, vol. 2, n° 2, 2000, 105-118.

37 Au Bangladesh, la Grameen Bank collecte des dépôts. En revanche, sa jeune sœur, Grameen America n’est pas autorisée à le faire.

38 Fondé par la Banque Mondiale en 1995, le CGAP (Consultative Group to Assist the Poor) établit des normes et identifie les conduites exemplaires. Il conseille les gouvernements et les IMF.

39 Les IMF indiennes paient de 11 à 15 % leurs prêts bancaires. Voir CGAP, « Les taux d’intérêt applicables aux microcrédits », EtudeSpéciales, n°1, janvier 1997, <http://www.cgap.org/sites/default/files/CGAP-Occasional-Paper-Microcredit-Interest-Rates-Nov-2002-French.pdf >, consulté le 10 février 2015.

40 Ibidem.

41 Voir « India calls on lenders to cut rates for poor », Financial Times, 26 septembre 2010, <http://www.ft.com/intl/cms/s/0/77d6653c-c997-11df-b3d6-00144feab49a.html#axzz1YVEltNgO>, consulté le 10 février 2015.

42 Voir Accion USA, « Loan Amounts, Interest Rates and Fees », <http://www.accionusa.org/home/small-business-loans/about-our-loans/loan-amounts-interest-rates-and-fees.aspx>, consulté en mars 2013.

43 Voir Payday Loans Online Resource, <http://www.paydayloansonlineresource.org/average-interest-rates-for-payday-loans/>, consulté en mars 2013.

44 Voir CGAP, « Les taux d’intérêt applicables aux microcrédits », op. cit.

45 Voir notamment OCDE, « La Constitution d’un patrimoine et la sortie de la pauvreté : introduction à un nouveau débat sur la politique du bien-être », 2004, <http://www.oecd.org/dataoecd/29/38/33617059.pdf>, consulté le 10 février 2015 ; Elaine L. Edgcomb & Laura Barton, Social Intermediation and Microfinance Programs: A Literature Review, Washington, D.C. : Development Alternatives, 1998 ; Mark Schreiner & Jonathan Morduch, « Opportunities and Challenges for Microfinance in the United States », chapitre 1 in James Carr & Zhong Yi Tong (Dir.), Replicating Microfinance in the United States, Washington, D.C. : Fannie Mae Foundation, 2002 ; Mark Schreiner & Michael Sherraden, Can the Poor Save? Saving and Asset Accumulation in Individual Development Accounts, Piscataway, NJ : Transaction Publishers, 2006.

46 Abhijit V. Banerjee & Esther Duflo, Poor Economics: A Radical Rethinking of the Way to Fight Global Poverty,
 New York City : Public Affairs, 2011. Ces deux économistes du MIT sont spécialistes des expériences en double aveugle en économie de la pauvreté. Esther Duflo a été nommée membre du Comité pour le Développement Mondial par le Président Obama en janvier 2013.

47 Laura Kozien, « Is the Microfinance Glass Half Full or Half Empty? », Social Earth, 19 mars 2010, <http://www.socialearth.org/is-the-microfinance-glass-half-full-or-half-empty>, consulté le 10 février 2015. Suite à la crise financière et au ralentissement économique qui a suivi, les taux de remboursement ont baissé aux États-Unis.

48 Chiffre de 2013. Voir SKS, FAQ, op. cit.

49 Grameen America, “Grameen America’s Impact”, 2013, op. cit.

50 Accion USA, « Microfinance FAQs », op. cit. Ce taux est passé de 94-95 % avant la crise (chiffre cité dans Régine Hollander, « Opening the door to entrepreneurship in the state of New Mexico, USA: Public incentives and micro-loans », op. cit.) à 89 % en 2013 suite au ralentissement de l’économie américaine.

51 Mark Schreiner, « Credit Scoring for Microfinance: Can It Work? », op. cit.

52Depth is the social value of worth to users minus cost to users. Breadth counts users, length counts years of service, and scope counts types of contracts.” (Ibid.).

53 Voir R. Edward Freeman, Strategic Management: A Stakeholder Approach, Boston: Pitman, 1984.

54 Voir Internal revenue Service (IRS), Exemption Requirements - Section 501(c)(3) Organizations, 8 janvier 2015, <http://www.irs.gov/Charities-&-Non-Profits/Charitable-Organizations/Exemption-Requirements-Section-501(c)(3)-Organizations>, consulté le 10 février 2015.

55 « Une institution faîtière est une organisation de deuxième rang ou « grossiste » qui achemine des fonds (dons, prêts, garanties) vers de multiples institutions de microfinance (IMF) au sein d’un pays ou d’une région spécifique. Ce financement peut ou non être assorti de services d’assistance technique. » Définition donnée dans Ruth P. Goodwin-Groen, « Les institutions faîtières et la microfinance », CGAP, Note sur la Microfinance, n°5, juillet 2002, <http://www.cgap.org/sites/default/files/CGAP-Donor-Brief-Apex-Institutions-in-Microfinance-Jul-2002-French.pdf>, consulté le 10 février 2015.

56 Voir Soutik Biswas, « India’s Micro-finance suicide epidemic », BBC News, Medak, Andhra Pradesh, 16 décembre 2010, <http://www.bbc.co.uk/news/world-south-asia-11997571>, consulté le 10 février 2015.

57 CGAP, Portail Microfinance, « Obligations et titrisation », 2012, consulté en mars 2013.

58 Ibid.

59 Ibid.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Régine Hollander, « Microfinance et capitalisme : la mission de prêter aux pauvres exclut-elle la recherche du profit ? Le cas des États-Unis et de l’Inde », Revue LISA/LISA e-journal [En ligne], vol. XIII-n°2 | 2015, mis en ligne le 20 mars 2015, consulté le 28 avril 2017. URL : http://lisa.revues.org/8268 ; DOI : 10.4000/lisa.8268

Haut de page

Auteur

Régine Hollander

Régine Hollander est maître de conférences honoraire à l’Université Panthéon-Assas, Paris 2 et membre associé du CERVEPAS. Elle a enseigné l’anglais financier pendant de nombreuses années et est l’auteur de An Introduction to Financial English (Ellipses, 2013). Ses travaux de recherche portent essentiellement sur la microfinance, l’entrepreneuriat, et les petites et moyennes entreprises aux États-Unis.

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la Revue LISA / LISA e-journal sont mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Revues.org