Navigation – Plan du site
Images et média

La mise en image des magazines. Le choix crucial et victorieux des utilitaristes anglais dans les années 1830

Illustrating magazines: The crucial and victorious choice of British Utilitarians in the 1830s
Jean-Pierre Bacot

Résumé

In this article, I consider the birth of the first illustrated magazine in the context of editorial trends in England in the 1830s, a period of political and social change. Studying the relationship between the Penny Magazine and its competitors allows me to question the choices made by some political and religious interests concerning the use of images. I also show how the wish to diffuse an encyclopaedist culture to as many people as possible resulted in both the extension of readership towards the middle classes and a secularisation of knowledge. Finally, the article insists on the supranational character of the cultural imaginary that was constructed by magazines published in various countries, in the same format and with very similar content.

Haut de page

Entrées d’index

Index chronologique :

19th century, XIXe siècle

Index thématique et géographique :

culture, Grande-Bretagne, Great Britain, media, médias, société, society
Haut de page

Texte intégral

  • 1 Je remercie Brigitte Juanals, Fabien Granjon et Michèle Martin pour leurs remarques sur une premièr (...)

1Il est banal de souligner combien l’image, sous toutes ses formes, est aujourd’hui omniprésente dans les médias, même si, il y a peu, certains quotidiens européens, dits de qualité, comme The Times ou Le Monde, la refusaient encore. Dans cet article1, nous voudrions montrer comment, à une époque où la gravure constituait le mode principal d’illustration, différents courants de pensée ont opéré, à son propos, des choix de caractère technique et esthétique cruciaux et aux effets spectaculaires.

  • 2 La plupart des données historiques sont reprises de Jean-Pierre Bacot, Une Histoire oubliée. La pre (...)

2Dans le bouillonnement éditorial de l’Angleterre des années 1830, au sein des univers croisés de la presse et du livre, les points de vue divergèrent, en effet, quant à l’utilisation de cette image dans les magazines. A ce titre, la décision qui fut prise par certains de faire appel à la gravure, alors que d’autres la refusaient, eut de solides effets culturels et sociologiques2. Que ce fût sur un plan politique ou religieux, les deux aspects pouvant être liés, les modérés utilitaristes et les radicaux chartistes, les protestants rigoristes et les anglicans, s’emparèrent chacun de leur côté d’une nouvelle possibilité médiatique, mais ils n’en firent pas le même emploi. Les libertés nouvelles offertes en Grande-Bretagne après les changements politiques de 1831, d’une part, et la structuration de l’enseignement primaire, d’autre part, avaient rendu possible à la fois la fabrication, la diffusion et la réception de magazines à vocation vulgarisatrice. Une question simple, mais lourde de conséquences se posa immédiatement aux éditeurs concepteurs qui réagirent très vite à cette ouverture : fallait- illustrer ou non leur propos écrit ? Pourquoi certains firent-ils appel aux dessinateurs et aux graveurs et pas d’autres ? C’est à cette dernière question que nous voudrions essayer de répondre.

  • 3 Voir annexes.

3Le 31 mars 1832, parut à Londres le premier numéro du Penny Magazine. Il bénéficia de relais immédiats à New-York et à Boston, et comme nous le verrons, il connut aussi de rapides imitations dans certains pays d’Europe. Il fut publié sous l’égide de la Society for the Diffusion of Useful Knowledge, une association philanthropique et commerciale qui avait été fondée à Londres en 1824 par des anglicans utilitaristes désireux de participer activement à une promotion d’une éducation pour le plus grand nombre. A sa tête se trouvait Lord Henry Brougham, également fondateur de l’Université de Londres, né en Ecosse en 1778 et qui devait mourir sur la côte d’Azur en 1868. Figuraient à ses côtés le philosophe Jeremy Bentham (1748-1832), père de la philosophie utilitariste, et Charles Knight (1791-1873), cheville ouvrière de l’action éditoriale, entré dans la société en 1828. La Penny Cyclopaedia, publiée parallèlement entre 1833 et 1858 par cette même société, ainsi que les cartes qu’elle éditait, témoignaient de la même attitude pédagogique et volontariste. Il s’agissait, dans une sorte d’éducation permanente, de formation complémentaire, de proposer au lecteur, pour un petit prix, un véritable portefeuille de connaissances. Un ensemble d’une dizaine d’items comprenait chaque semaine des éléments d’histoire, de géographie, de sciences naturelles, notamment de botanique et de zoologie, d’architecture, etc., sans lien direct avec l’actualité (c’est en 1842 qu’apparut à Londres le premier magazine illustré d’actualité, l’Illustrated London News). Les sujets se suivaient sans autre cohérence de sommaire qu’un certain équilibre thématique établi progressivement. Loin du découpage habituel, thématique ou alphabétique d’une encyclopédie méthodique, le magazine alla rechercher pour son édition hebdomadaire et le supplément mensuel qu’il créa d’entrée dans la somme des connaissances disponibles et vulgarisables, suscitant la multiplication des travaux d’illustration3.

Le contexte et les éléments du choix

4Si l’histoire a tranché avec le succès de ce modèle de magazine illustré qui se forma autour du Penny Magazine, d’autres possibilités furent cependant tentées dans ce moment politiquement et socialement fort de développement des libertés publiques et d’établissement d’un pluralisme politique et philosophique pacifié. Ce furent ces conditions anglaises, privilégiées par rapport au reste de l’Europe, qui permirent l’émergence d’un tel produit éditorial. Mais le fond culturel qui fut alors cristallisé en Angleterre plongeait ses racines ailleurs, essentiellement en Ecosse et en France. De ces racines encyclopédistes, d’autres produits émergèrent au même moment, mais moins efficaces que le Penny Magazine.

5En France, la culture encyclopédique, principalement portée par une série de plus en plus impressionnante de gros volumes illustrés, connaissait au début des années 1830 une sorte d’impasse technique et économique. Le poids et le prix de l’encyclopédie dite « méthodique » de Panckoucke la rendaient, en effet, presque impossible à diffuser. Le premier à avoir compris en France, sans doute par des renseignements venus d’Outre Manche, la possibilité de relayer cette crise de gigantisme en la découpant en séquences, fut Emile de Girardin. Ce dernier était déjà spécialiste des coups de presse lorsqu’il lança à l’automne 1831 un Journal des connaissances utiles qui ne dura que cinq ans et qui, de ce fait, ne joua pas dans la constitution d’un public et la diffusion des connaissances un rôle d’importance. Cet échec s’explique aisément par le fait que l’appui de personnalités (essentiellement des journalistes et des parlementaires), dont il bénéficia pour son lancement ne constituait en aucune façon l’équivalent intellectuel, commercial et logistique de la Society for the Diffusion of Useful Knowledge. Il s’agissait d’un ensemble de soutiens, mais non point d’une organisation intellectuelle et commerciale. Mais plus encore, le refus ou l’impossibilité de Girardin de faire appel à la gravure tua son initiative dans l’œuf, d’autant plus qu’une concurrence illustrée ne tarda pas, comme on le verra, à apparaître à Paris, mais sur le modèle anglais. Son opportunisme se heurta à une mauvaise analyse de l’évolution non seulement de la presse, mais de l’évolution de l’éducation et des goûts du public.

  • 4 L’ouvrage d’Ephraïm Chambers parut avec un frontispice gravé par John Sturt d’après la gravure de S (...)

6Dans le même temps, en Ecosse, une autre tentative de mise en séquences de la connaissance encyclopédique apparut à Edimbourg, pour se répandre rapidement en Angleterre, notamment à travers un hebdomadaire qui connut une longue vie tranquille et commença à paraître le 4 février 1832, sous le titre de Chambers’s Edinburgh Journal. Ce fut l’œuvre des frères Robert (1802-1871) et William Chambers (1800-1883), une initiative qui s’appuyait sur un encyclopédisme écossais, relié depuis des décennies par la voix du livre, depuis plus longtemps que son équivalent français, comme en témoignait la naissance, dès 1728, de la Cyclopaedia or an Universal Dictionary of Arts and Sciences ; containing an explication of the terms, and an account of the things signified thereby, in the Several Arts, both Liberal and Mechanical; and the Several Sciences, Human and Divine, d’Ephraïm Chambers (1680-1740)4. Traduite en français sous la direction de Denis Diderot, elle fut à l’origine de l’idée d’une Encyclopédie française et en constitua même l’une des sources, pour les articles comme pour les planches, notamment celles qui furent consacrées aux sciences exactes. Suivit, bien plus tard, l’Encyclopedia Britannica dont la première édition s’échelonna entre 1768 et 1771.

7Le Chambers’s Edinburgh Journal, devint le Chambers Journal of Popular Literature, Science and Arts en 1854. Ce Journal continua sous ce titre sa carrière jusqu’en 1885, mais il devint rapidement « old fashionable ». La présence de la gravure dans les magazines était en effet devenue un standard. Même si ce nouveau modèle illustré ne tuait pas ipso facto les précédents, il les démodait. En se raidissant par rapport à leur homonyme encyclopédiste qui utilisait l’image, plus d’un siècle plus tôt, les frères Chambers la récusèrent.

8Les trois projets de magazines hebdomadaires de Knight, Girardin et des frères Chambers avaient avancé en parallèle, autorisés par le grand appel d’air qu’avaient créé les réformes politiques en Angleterre et, en France, les ouvertures consécutives à la révolution de 1830. Ces initiatives éditoriales relevaient de la même volonté de diffuser à un à prix très bas les éléments essentiels de la connaissance du monde, dans une optique à dominante pédagogique. Un seul de ces projets réussit pleinement, l’anglais, un autre vivota, l’écossais, le troisième mourut, le français. La réussite du Penny Magazine appela deux conséquences immédiates, d’une part son imitation, d’autre part sa mise en concurrence.

  • 5 "An Anglican alternative to the ’Penny Magazine’ and similar publications "; "the right use ofknowl (...)

9La diversification de l’offre de magazines illustrés commença en Angleterre du côté d’un certain traditionalisme religieux. Sans tarder, dès le 7 juillet de cette même année 1832, jugeant que l’Useful Knowledge proposée par le Penny Magazine, qui avait choisi une prudente et stricte neutralité politique et philosophique était par trop sécularisée, la Society for Promoting Christian Knowledge lança pour la contrer un Saturday Magazine. La plus ancienne mission anglicane et l’une des plus vieilles maisons d’édition britanniques, fondée en 1698 par un prêtre, Thomas Bray, proposa également un périodique illustré, mais destiné à fournir, selon son premier éditorial, « une alternative anglicane au Penny Magazine et aux publications du même genre » et à promouvoir « un bon usage de la connaissance et de l’étude des sciences naturelles5 ». Alors que le darwinisme n’avait pas encore commencé à secouer les esprits religieux, il y eut donc des anglicans pour noter la sécularisation qu’impliquait déjà la démarche de la Society et pour choisir de la concurrencer sur son propre terrain, ce que ne firent pas les catholiques latins, pourtant historiquement favorables à la propagande par l’image.

  • 6 J’emploie ici le concept de « sécularisation » comme mode de sortie douce des religions et/ou de dé (...)

10Cette composante sécularisante de l’action des utilitaristes anglais en matière éditoriale n’a peut-être pas été suffisamment notée. Beaucoup plus discrète que les batailles laïcisantes menées dans les pays latins dans le domaine de l’éducation6, elle n’en a pas moins sorti la transmission de la connaissance de ce qu’étaient jusque là ses vecteurs principaux, tout au moins à cette dimension : les Eglises. Le fait que la formule utilitariste et sécularisée l’ait emporté, non seulement sur le moment, mais dans la longue mémoire qui, jusqu’à nos jours, inscrit cette production dans l’histoire, ne fut pourtant pas indifférent dans l’évolution du paysage philosophique britannique. Sans qu’ils aient connu de concurrence de ce type, les magazines illustrés français ou allemands furent également sensibles à cette réalité religieuse dont ils évitèrent presque toujours de l’évoquer.

  • 7 Robert D. Altick, The English Common Reader: A Social History of the Mass Reading Public, 1800-1900 (...)
  • 8 Stanley Harrison, Poor Men ’s Guardians. A Survey of the Struggles for a Democratic NewspaperPress (...)
  • 9 Concrétisation du travail de sociétés philanthropiques d’éducation populaire, les Mechanics’Institu (...)
  • 10 Stanley Harrison, op.tit, 101-103.

11Dans un champ directement politique il faut aussi signaler qu’était né un peu plus tôt, en juillet 1831, un Poor Man’s Guardian, une publication fondée dans une mouvance chartiste par Henry Hetherington (1792-1848). Non seulement ce périodique ne comprenait pas d’images, mais, bien que se recommandant de la célèbre formule de Francis Bacon : « Knowledge is Power7 », il ne chercha pas à relayer de la connaissance encyclopédique. Stanley Harrisson détaille ce que furent les discussions parfois directes, parfois indirectes entre les animateurs de la Society for the Diffusion of Useful Knowledge et les chartistes regroupés autour du Poor Man’s Guardian, mais aussi, fugacement ce qui constitue le contenu des débats menés avec d’autres titres, comme National, a library for the people, qui, lui, se risqua à employer quelques rares illustrations8. Mais si la polémique porta sur le fait qui les journeymen and labourers n’étaient pas, ou mal représentés dans les « connaissances utiles », jugées trop bourgeoises, on ne trouve pas trace de débat entre libéraux et radicaux sur la question de l’image et sur sa dimension pédagogique, pas davantage qu’il n’y en avait eu quelque dix années auparavant au sein des Mechanics’ Institutes9 dont la structure éclata en Angleterre à cause de la tension entre classes moyennes et classes laborieuses10. Il semble que cette question de l’image ait été considérée comme secondaire, par rapport au caractère de classe des représentations.

12Il n’est pas question dans cet article de condamner des orientations choisies à l’époque par certains acteurs de la presse périodique anglaise, mais de constater que les courants qu’on dira, sans doute trop rapidement, radicaux, que ce soit sur un plan politique ou religieux, méprisaient ou négligeaient pour le moins une image jugée dégradante du message à transmettre, qu’il fût à dominante culturelle ou idéologique. Ils auraient eu en effet toute possibilité de faire appel aux dessinateurs et aux graveurs. Ils auraient même, dans ce cas, accéléré la constitution de groupes de spécialistes et pu bénéficier de la nouvelle configuration technique de la presse illustrée. La diffusion de leurs propres idées en fut, du coup, fort limitée, au profit de ce qu’ils dénonçaient. A la fin de son existence, le Poor Man’s Guardian ne diffusait que 22.000 exemplaires, le Penny Magazine en vendant 200.000 à la même époque et c’est la gravure qui faisait à elle seule bonne part de cette différence d’échelle.

13Il serait pour autant absurde de penser que le choix d’illustrer les textes de la presse magazine ait constitué le seul facteur déterminant d’une économie de la presse et du livre qui se trouvait alors en pleine évolution. La fin du Poor Man’s Guardian en 1835 ne tint pas en effet à son refus de l’image, mais à une répression politique qui vit ses machines démolies par la police. En revanche, le fait que le titre ait choisi un registre militant aura limité son influence, indépendamment de cette répression. Encore une fois, il ne s’agit pas de juger ici la valeur politique ou morale ce cette attitude, en l’occurrence le courage de s’opposer au pouvoir, mais uniquement de repérer l’efficacité des choix. Dans un contexte politique qui évoluait, les utilitaristes qui avaient déjà gagné la première manche, attendirent prudemment 1843 pour lancer un magazine d’actualité ; ils furent là aussi les premiers.

14Dès le début de son existence, le Penny Magazine qui devint en 1848 le Knight’s Penny Magazine, centupla les tirages des magazines apparus à la fin du XVIIe siècle lesquels, souvent mensuels, existaient dans nombre de pays européens, et se trouvaient de facto réservés à une élite de quelques centaines de lecteurs, dépassant très rarement le millier d’exemplaires. On peut citer comme principaux exemples de cette catégorie : le Gentleman’s Magazine (1731), le Monthly Magazine and British Register (1796), le New Monthly Magazine and Universal Register (1814), ou encore le Blackwood’s Edinburgh Magazine (1817). Le Penny Magazine se répandit en partie grâce au transport ferré, qui commençait à s’étendre en Angleterre, et aux routes maritimes, pour toucher l’ensemble du monde anglo-saxon et d’abord les Etats-Unis, avant que les nord-Américains ne développent des publications spécifiques. Son contenu encyclopédique, détaché de l’actualité qui le dispensait du paiement d’une taxe très handicapante qui ne disparut entièrement qu’en 1855, lui permettait également d’arriver sans inconvénient à ses lecteurs éloignés avec plusieurs semaines de retard. Il commença à régresser au milieu des années 1840, face à une nouvelle offre plus moderne, mais aussi plus contraignante, celle d’un hebdomadaire illustré porteur d’actualité, l’Illustrated London News.

Un lectorat de classe moyenne et un cercle vertueux

15Le succès des premiers magazines illustrés dans les années 1830 eut plusieurs conséquences. D’abord il relança pour bonne part l’économie de la presse et pour partie aussi celle du livre qui se trouvait à l’époque dans une crise aiguë. Au reste, ces fascicules hebdomadaires reliés semestriellement, souvent sur offre de l’éditeur, relevèrent-ils à la fois de la presse et du livre. Ce furent en fait des objets hybrides, par leur matérialité comme par leur contenu.

  • 11 Voir Rémy Blachon, La gravure sur bois au XIXe siècle ? L’âge du bois de bout, Editions de l’Amateu (...)

16La relance du métier de graveur sur bois que déclencha cette édition de magazines témoigne particulièrement de l’intersection des mondes de la presse et du livre, dans la mesure où les premiers spécialistes anglais de cette activité à être disponibles sur le nouveau marché travaillaient pour les deux types d’éditeurs. C’est à un graveur originaire de Newcastel, Thomas Bewick (1753-1828), mort quelques années avant que ce processus éditorial ne commence, que l’on dut cette disponibilité et la possibilité de relance d’un ancien métier, dans la mesure où il avait été le premier à populariser la technique dite du « bois de bout », laquelle facilitait grandement le travail artistique des graveurs et qu’il fut également le premier à former des disciples11.

17Le Penny Magazine fit mieux que dominer le marché britannique où le Saturday Magazine ouvertement anglican ne le concurrençait que faiblement. Il fit également école hors frontières et d’abord en France et en Allemagne. Il ne s’agit pas pour les éditeurs étrangers d’une simple inspiration, mais d’une véritable copie du modèle, tous les épigones respectant non seulement le format, in-quarto, mais aussi la maquette, la pagination, le rapport des textes et des images, le type de sujets traités.

18Cela commença en France. En février 1833, Edouard Charton (1807-1890) lança à Paris le Magasin Pittoresque. Cet ancien saint-simonien d’origine protestante avait déjà voyagé à cette époque en Angleterre et il ne cachait nullement qu’il s’inspirait fortement du modèle de magazine de Charles Knight. Il en fut de même en Saxe avec Johann Jakob Weber (1803-1880) qui, en mai 1833, produisit à Leipzig, la ville phare de l’édition germanique au XIXe siècle, le Pfennig Magazin. Editant son magazine chez Bossange, Weber se prévalait également d’une « Société pour l’élargissement des connaissances utiles à la collectivité » (Gesellschaft zur Verbreitung gemeinnütziger Kenntnisse), largement aussi virtuelle que celle de Girardin. Le titre allemand vécut jusqu’en 1855.

19Mais si Charton et Weber n’eurent aucune difficulté à trouver des sujets d’articles et des rédacteurs, voire des dessinateurs, ils mirent de longs mois à développer une activité de graveurs. Le décalage fut encore plus long pour les Allemands que pour les Français. L’organisation du travail de gravure prit la forme d’un atelier dédié principalement à la fourniture, chaque semaine de bois gravés. Charton confia le sien à un trio de spécialistes, Andrew, venu d’Angleterre, Best et Leloir et garantit ainsi la possibilité de produire un authentique magazine illustré et d’avoir des illustrations correspondant à ses textes. Mais il fut obligé dans un premier temps, comme Weber avant qu’il ne monte son propre atelier, de se servir à Londres en bois de second emploi, ce qui ne nuisit certes pas aux finances du Penny Magazine, mais handicapa la capacité de représenter graphiquement des éléments des patrimoines nationaux. Cette difficulté fut encore plus grande pour les imitations du modèle lancées difficilement dans d’autres pays d’Europe, notamment l’Italie, l’Espagne, la Suède, la Pologne et le Danemark, qui ne parvinrent pas à survivre plus de quelques années, faute d’un public et, surtout, faute d’une configuration éditoriale du type de celle qui existait en Angleterre, en France et dans les Etats allemands.

20Le choix d’un type de magazine hebdomadaire et illustré, propagateur de « connaissances utiles » se sera donc très vite imposé, aux dépens des formules plus austères ou plus engagées. Mais à qui s’adressaient vraiment ces huit pages qui offraient à l’abonné, chaque semestre, un ouvrage relié de plus de 200 pages ? Penny anglais, Pfennig allemand, même si Charton ne choisit pas d’indiquer la modicité du prix dans son titre français, il ne le vend pas moins à 10 centimes, deux sous, ce qui est alors très bon marché. Le public visé est donc large et populaire. Quant au lectorat effectivement atteint, même s’il fut très important, il se trouva en fait socialement plus restreint.

  • 12 Robert Altick, op.cit, 121.
  • 13 Jean-Pierre Bacot, op.cit., chapitre V, « L’actualité illustrée vient au peuple ».

21Charton reprit dans l’éditorial du premier numéro de son magazine la métaphore qu’avait choisie Knight quelques mois plus tôt dans celui qu’il dirigeait, comparant en termes communicationnels son initiative à l’émergence des diligences de rue qui avaient à Londres, comme à Paris, cassé les prix du transport urbain et avaient connu un succès immédiat, transportant toutes les catégories de la population. Mais cette comparaison avait ses limites. On sait en effet, grâce à une étude du Parlement britannique menée en 1851 sur les pratiques de lecture des classes basses de la société, que les magazines illustrés, même bon marché, étaient largement ignorés de la classe ouvrière et de la paysannerie12. L’avancée de l’Angleterre sur les autres pays en matière de scolarisation nous permet d’élargir cette donnée d’importance capitale à l’ensemble de l’Europe. On sait aussi, en matière de presse illustrée, que ce n’est qu’en 1861 en Angleterre avec le Penny Illustrated Paper et, en 1864, en France avec le Journal Illustré13, que les couches populaires furent effectivement touchées par un mélange d’actualité et de divertissement où la fonction de « connaissances utiles » avait largement disparu dans un format et une illustration augmentés, que ce fût par l’image ou par le texte.

  • 14 Cité par Marie-Laure Aurenche, Edouard Charton et l’invention du Magasin Pittoresque (1833-1870), P (...)

22L’éditorial du premier numéro du Penny Magazine mentionnait comme objectif : « reading for all ». Dans la même logique, Edouard Charton eut l’occasion de rappeler plus tard dans le premier numéro de l’année du Magasin Pittoresque en 186014 que la Society for the Diffusion of Useful Knowledge entendait s’adresser à la fois au patron et à l’ouvrier, en palliant les déficits de l’éducation scolaire pour promouvoir une « self-education » et qu’il avait repris cet idéal à son compte. Ce n’est pourtant pas cet objectif interclassiste qui fut accompli, mais un entre deux.

  • 15 Le titre survivra à Charton et tiendra jusqu’en 1923, puis reparaîtra entre 1937 et 1938.

23Pendant leur carrière, particulièrement longue pour ce qu’il en fut du Magasin Pittoresque15, beaucoup plus brève pour les autres qui n’allèrent guère au-delà des années 1850, en partie parce qu’ils furent démodés par les magazines d’actualité, les premiers magazines illustrés touchèrent donc essentiellement une petite bourgeoisie en voie de constitution, à laquelle ils contribuèrent à donner un capital culturel. En effet, les livres étant vendus très cher et les revues, comme les autres magazines restant confidentiels, cette catégorie sociale intermédiaire pouvait bénéficier en priorité des connaissances contenues dans les hebdomadaires illustrés, lesquelles offraient un rapport au vaste monde à travers ses paysages et ses monuments, les magazines traitant de l’évolution des sciences et des techniques en mettant souvent en valeur de grands personnages. Ils allaient au delà de l’apprentissage des langages et des rudiments d’histoire et de géographie qui structuraient l’enseignement primaire qui se trouvait alors en voie de massification. Dans des contextes politiques, philosophiques et sociaux différents selon les pays, ils participèrent également à une homogénéisation d’un espace culturel et imaginaire sinon européen, en tout cas supranational, étant entendu qu’en Allemagne ou en Italie, la nation n’était alors qu’en voie de constitution. Evitant l’actualité, libérés qu’ils étaient des contraintes de la censure, ils pouvaient diffuser leur production, dans ce registre éducationnel, en direction de centaines de milliers de lecteurs. Cet aspect nous paraît donc mériter d’être versé à la réflexion sur la constitution des publics au XIXe siècle.

  • 16 A ce sujet, Michèle Martin a produit une analyse comparative du rôle des magazines d’actualité pend (...)

24Au fil des années, le milieu professionnel des dessinateurs et, surtout, celui des graveurs s’étendirent et se renforcèrent avec les exigences accrues imposées par les magazines d’actualité et leur travail dans l’urgence. Les représentations du local devinrent donc possibles dans les supports qui suivaient encore le modèle du Penny Magazine et qui partagèrent leur contenu entre la construction d’un imaginaire national et celle d’un imaginaire supranational. Cette période privilégiée allait s’éteindre peu avant 1850, avec la montée des nationalismes dont la presse illustrée fut un support privilégié16.

  • 17 Jean-Pierre Bacot, «1848 et l’Illustration, la double naissance du reportage illustré et de la post (...)
  • 18 A signaler, cependant, le travail pionnier d’Hartwig Gebhardt, „Die Pfennig Magazine und ihre Bilde (...)

25Il apparaît donc possible de considérer que pendant une quinzaine d’années, en gros jusqu’en 1848 et le « printemps des peuples » qui toucha fort peu l’Angleterre, mais donna encore à des magazines illustrés d’actualité l’occasion de fonctionner en réseau17, un modèle né à Londres aura dominé le marché et, tous concurrents additionnés, aura produit près de 700.000 exemplaires par semaine en Europe. Bien des reliures semestrielles en auront été conservées et l’on peut considérer qu’avant leur arrivée dans les cabinets de lecture ou chez les bouquinistes, ces volumes auront été pour partie relus dans les familles. Se rattachant sur cet aspect au livre plutôt qu’à la presse, réputée jetable, ces magazines jouèrent en conséquence un rôle majeur dans la constitution des bibliothèques personnelles, des cultures et des mémoires, rôle que l’on peut considérer comme encore largement méconnu18.

26Si l’on revient à l’époque de la création du modèle, en 1832, on mesure combien, avec sa construction, des Anglicans modérés, progressistes, utilitaristes, commerçants, en un mot, des libéraux au sens originel du terme, ont effectué un choix judicieux qui les aura installés en position de domination aimable et unifiante, alors que dans d’autres registres, la désunion régnait entre les pays, les classes, les religions et leurs divers supports médiatiques. Bien des gravures auront circulé et passé les frontières, d’un magazine à l’autre. Or il est banal de souligner que ces images étaient indépendantes de la langue et qu’elles étaient donc susceptibles de rassembler des Anglais, des Français, des Allemands qui, fût-ce à distance de quelques mois, partageaient les mêmes représentations. Au surplus, les textes avaient un contenu équivalent. Un tel dispositif de caractère paradigmatique ne se reproduisit jamais, l’arrivée de l’actualité clivant les rédactions comme les publics, cela s’exacerbant au moment du déclenchement de la guerre de Crimée, en mars 1854.

27Il y eut donc, en Europe de l’Ouest et principalement en Angleterre, en France et en Allemagne, deux ou trois millions de lecteurs hebdomadaires d’un même type de sujets, illustrés selon la même esthétique, selon un mode d’apprentissage et de distraction inventé en Angleterre, indépendant des gouvernements et des églises, comme des politiques publiques d’éducation.

La réactivation écossaise de l’iconoclasme

28Depuis l’origine de la philosophie et, plus encore, de la théologie, l’ « iconophilie » et l’iconoclasme s’affrontent quant à la possibilité et la nécessité de représenter Dieu et le monde. Un nouvel épisode de ce combat qui perdure de nos jours en bien des pays aura eu lieu, en creux, dans l’Angleterre du début des années 1830. Du point de vue de l’image, les plus catholiques des protestants, mais aussi les plus sécularisés, auront choisi de mettre l’image au service de l’éducation, au moyen des médias à forte diffusion qu’ils inventèrent. Ils la placèrent dix années plus tard au service de l’information, avec des magazines plus onéreux à la vente, parce que plus chers à fabriquer et pour un public en conséquence restreint. La diffusion massive d’une combinaison de textes et d’images destinées à la « self-education » aura donc, en Europe occidentale et en Angleterre plus que nulle part ailleurs, précédé son emploi pour l’information et, plus tard, pour le divertissement. Mais bien que vendue très bon marché, elle n’aura pas concerné pour autant les couches populaires.

29Même si, trente ans plus tard, les mouvements d’éducation populaire, comme ceux qui portèrent la généralisation de l’enseignement primaire ne méprisèrent pas l’image, les classes ouvrières et paysannes n’auront donc pas pu bénéficier de cette médiatisation de la connaissance. Les magazines, pour philanthropes et unifiants que fussent leurs promoteurs utilitaristes, auront donc involontairement creusé un fossé culturel qui existait certes déjà avant eux. Mais ce fut au profit d’un public élargi, cent fois plus grand, répétons-le que celui des magazines et des revues du XVIIIe siècle. Le fossé culturel entre les classes fut donc également déplacé.

  • 19 Elle coûtait généralement 3 francs le volume, alors que le salaire moyen d’un ouvrier adulte était (...)

30Comme nous l’avons noté d’entrée de jeu, il nous est difficile, saturés que nous sommes aujourd’hui d’images en tout genre, de nous replonger dans ce qui était encore, dans le premier tiers du XIXe siècle un véritable désert iconographique. En effet, outre que l’anglicanisme et, plus encore, les différentes formes de protestantisme n’étaient pas en Angleterre et en Ecosse friandes de représentations illustrées, le livre, par ailleurs hors d’atteinte des bourses modestes, n’était que rarement agrémenté de gravures. Les premières collections créées à Londres par l’éditeur Joseph Cundall à partir de 1843 commencèrent timidement à les introduire dans des ouvrages principalement dédiés aux enfants. La Railway Library inaugurée par Routledge en 1848, première mouture de ce que l’on allait appeler le modèle Yellowback avec les productions de l’éditeur Edmund Evans en 1855, comme les Chambers Papers for the People, apparus en 1850, tous ces produits populaires négligeaient l’illustration qui prenait en revanche place dans certains livres de luxe. En France, c’est la Bibliothèque Rose, issue de la Bibliothèque de Gare de Louis Hachette, elle aussi imitée de l’Angleterre, qui fut la première à être largement illustrée, mais elle était également destinée aux enfants, coûtait assez cher19 et ne commença qu’en 1856.

  • 20 Voir Jean-Pierre Bacot, Une histoire oubliée... op. cit.

31Ce que nous avons appelé les deux premières générations de presse illustrée, qui furent inaugurées à Londres par le Penny Magazine en 1832 et l’Illustrated London News en 184320, proposèrent donc, pendant leur premier quart de siècle d’existence, l’immense majorité de l’offre d’illustrations. On peut dès lors conjecturer sans grand risque ce que fut la force d’imposition de leurs gravures dans la connaissance rationnelle, comme dans l’imaginaire, du fait de ce quasi monopole de la représentation. Ces publications illustrées auront engrangé un stock de connaissances, une habitude de la lecture, une acclimatation à une esthétique, aussi limitées que fussent les dimensions des gravures de presse de cette époque, bien que certaines fussent imprimées pleine page.

32Que ces images aient été éducatrices et pacifiques, avant l’arrivée des nationalismes dans les années 1850, ajoute à l’hypothèse selon laquelle le choix fait par les utilitaristes de la Society for the Diffusion of Useful Knowledge inspirés de Bentham eut d’heureuses conséquences et construisit un embryon d’identité culturelle européenne, ou plus exactement, supranationale, ce sur quoi nous allons revenir in fine.

  • 21 Anne-Marie Thiesse, La création des identités nationales, Europe XVIIIe-XXe siècles, Paris, Le Seui (...)
  • 22 Benedict Anderson L’imaginaire national. Réflexions sur l’origine et l’essor du nationalisme [1983] (...)

33A ce titre, si les travaux de Benedict Anderson sur l’imaginaire national, poursuivis en France par Anne-Marie Thiesse21, ont permis d’identifier les éléments centraux de la construction du nationalisme au XIXe siècle, parmi lesquels le rôle des médias tient une place centrale22, nul n’a noté, à notre connaissance, ce qui s’est également construit, à la fois avant et pendant ces constructions nationales dont la temporalité fut décalée selon les pays, comme communauté culturelle imaginaire supranationale.

  • 23 Daniel Raichvarg et Jean Jacques, Savants et ignorants. Une histoire de la vulgarisation des scienc (...)
  • 24 Ibid, 236.

34Publicistes, plutôt que journalistes, les rédacteurs du Penny Magazine et de ses imitateurs, à qui s’ajoutaient dessinateurs et graveurs, furent de grands vulgarisateurs. Dans leur démarche de diffusion de la connaissance, à la fois philanthrope et commerciale, les libéraux utilitaristes considérèrent, tout simplement, que l’illustration était utile. Daniel Raichvarg et Jean Jacques ont montré combien cette image avait été importante dans la diffusion de la connaissance scientifique au XIXe siècle23. Ils notent également qu’en France, la revue La Science pour tous, bien qu’elle affirmât utiliser des vignettes illustrées « pour représenter les objets qui paraissent le mériter », ne comportait encore en 1870 que quelques gravures par livraison24. Même si, dans ce même pays, le Magasin Pittoresque et ses concurrents le Magasin Universel (1833-1840) et surtout le Musée des Familles (1833-1900), ne traitaient pas uniquement de science « dure », ils ne la négligeaient pas et, dans ce registre comme dans d’autres, ils furent longtemps les seuls à en transmettre des éléments à des non spécialistes.

35Quant aux chartistes, on peut penser qu’ils étaient marqués par la primauté du journalisme sur le « publicisme ». Mais ils étaient également influencés par des formes anciennes d’iconoclasme, les mêmes que celles qui marquèrent les Chambers à la même époque et, en deçà, par les préventions idéologiques qu’ils entretenaient contre des libéraux. Ils jugeaient certes qu’ils ne représentaient pas le peuple à tous les sens du terme « représentation », mais, quant à l’utilisation du dessin et de la gravure ils gardaient trace des préventions protestantes et, plus profondément encore, bibliques, contre une image fonctionnant comme support de la pensée. Encore faut-il rappeler que la première encyclopédie écossaise fut bien illustrée et qu’il s’est donc agi, pour les frères Chambers d’un raidissement idéologique.

36Entre les deux positions, en l’absence sur le marché, dans cette bataille des magazines, des partisans des conservateurs, les Tories, les Anglicans traditionnels acceptèrent le nouvel enjeu, marquant s’il en était besoin que, surtout du côté de la High Church et de ses pompes, l’image ne posait pas problème. Ils firent en quelque sorte la part du feu et tentèrent, avec un succès mitigé, de diffuser un encyclopédisme incluant une dimension religieuse.

Conclusion

  • 25 Michèle Martin, idem.

37Le débat qui eut lieu entre les forces politiques et philosophiques anglaises et écossaises dans des années 1830, cette confrontation particulièrement importante dans l’évolution de la société britannique ont été largement documentés. En revanche, le parcours historique et géographique du modèle du Penny Magazine, imaginé et réalisé par la Society for the Diffusion of Useful Knowledge a été quelque peu négligé par la recherche. Ce parcours permet pourtant, au-delà d’une place retrouvée dans l’histoire de la presse et du livre, de tracer une autre ligne de fracture qui, certes, recoupe les divergences politiques ou philosophiques, mais inscrit surtout au premier plan la question de l’utilisation de l’image dans la transmission de la connaissance. La puissance du modèle, sur la forme comme sur le contenu, et son adoption ne varietur dans d’autres pays auront en effet impliqué, outre une poursuite de la démarche encyclopédiste, une sécularisation de la connaissance pour une clientèle élargie, à qui fut transmis un imaginaire culturel supranational. Cet aspect homogène, une lecture synchronique du Penny Magazine, du Magasin Pittoresque et du Pfennig Magazine permet de le constater aisément, pour n’envisager que les trois plus puissants vecteurs européens de ce type existant à cette époque. Le partage des connaissances par transmission verticale aura aussi relevé d’une certaine horizontalité, dans la mesure où les éditeurs, mais aussi les graveurs, situés aux deux bouts de la chaîne éditoriale auront assuré des circulations qui sont en voie de redécouverte25.

38Loin que nous sommes d’une prétention de réécriture de l’histoire anglaise et a fortiori européenne, nous pensons néanmoins que cette mise en évidence des caractéristiques et des conséquences d’un choix utilitariste débarrassé des pesanteurs idéologiques aura été « d’utile connaissance ». Elle montre que le choix de l’image, l’emploi de la gravure sur bois illustrant le texte, auront fortement marqué le paysage éditorial et pédagogique pendant une bonne dizaine d’années, puis, plus faiblement, auront continué d’agir dans la décennie suivante, avant que la primauté du national et la prégnance de l’actualité n’imposent une nouvelle configuration, de nouveaux médias et un nouvel agenda et ne les rejettent dans un injuste oubli.

Premier supplément mensuel du Penny Magazine (janvier 1833)

Premier supplément mensuel du Penny Magazine (janvier 1833)

Pfennig Magazin au début de sa troisième année (avril 1835)

Pfennig Magazin au début de sa troisième année (avril 1835)

Page intérieure du Magasin Pittoresque (avril 1834)

Page intérieure du Magasin Pittoresque (avril 1834)
Haut de page

Annexe

Ces trois exemples montrent l’identité de la mise en page du modèle anglais et de ses épigones (dimension réelle : circa 19 × 29 mm). Nous voyons ici le premier supplément mensuel du Penny Magazine (janvier 1833) où est présentée la mise en perspective de l’histoire du titre dans celle de l’imprimerie, le Pfennig Magazin au début de sa troisième année (avril 1835), offrant une représentation de l’arbre à pain (artocorpus intergrifolia) et une page intérieure du Magasin Pittoresque (avril 1834), avec une gravure sur la chasse au sanglier.

Haut de page

Notes

1 Je remercie Brigitte Juanals, Fabien Granjon et Michèle Martin pour leurs remarques sur une première version de ce texte, ainsi que Liz Libbrecht pour ses conseils linguistiques.

2 La plupart des données historiques sont reprises de Jean-Pierre Bacot, Une Histoire oubliée. La presse illustrée au XIXe siècle, Presses Universitaires de Limoges, Limoges, 2005.

3 Voir annexes.

4 L’ouvrage d’Ephraïm Chambers parut avec un frontispice gravé par John Sturt d’après la gravure de Sébastien Leclerc, l’Académie des sciences. Il comprend deux volumes regroupant des articles classés par ordre alphabétique, accompagnés de planches. La Cyclopaedia de Chambers a été le modèle de l’Encyclopédie.

5 "An Anglican alternative to the ’Penny Magazine’ and similar publications "; "the right use ofknowledge and the study of natural sciences".

6 J’emploie ici le concept de « sécularisation » comme mode de sortie douce des religions et/ou de désenchantement du monde dans un univers protestant, par rapport à celui de « laïcisation », recouvrant un mode plus heurté dans les sociétés catholiques. Pour une discussion de ces notions, voir Jean Bauberot, « Sécularisation et laïcisation », communication présentée le 4 novembre 2004 au Centro di Alti Studi in Scienze Religiose, de Piacenza.

7 Robert D. Altick, The English Common Reader: A Social History of the Mass Reading Public, 1800-1900, Columbus, Ohio Stade University Press, [1957], 1967.

8 Stanley Harrison, Poor Men ’s Guardians. A Survey of the Struggles for a Democratic NewspaperPress 1763-1973, London, Lawrence and Wishart, 1974.

9 Concrétisation du travail de sociétés philanthropiques d’éducation populaire, les Mechanics’Institutes furent créés pour proposer une formation à dominante technique aux adultes, en leur proposant également une bibliothèque. Le premier à être créé à Glasgow date de 1821, celui de Londres de 1823 et celui de Manchester de 1824. On en retrouva également rapidement aux Etats-Unis, en Australie et au Canada.

10 Stanley Harrison, op.tit, 101-103.

11 Voir Rémy Blachon, La gravure sur bois au XIXe siècle ? L’âge du bois de bout, Editions de l’Amateur, Paris, 2001 et Michèle Martin « La construction internationale de la gravure au XXe siècle », in Karine Taveaux-Grandpierre, Images et Libertés, Presses de l’Université de Vincennes, à paraître.

12 Robert Altick, op.cit, 121.

13 Jean-Pierre Bacot, op.cit., chapitre V, « L’actualité illustrée vient au peuple ».

14 Cité par Marie-Laure Aurenche, Edouard Charton et l’invention du Magasin Pittoresque (1833-1870), Paris, Honoré Champion, 2002.

15 Le titre survivra à Charton et tiendra jusqu’en 1923, puis reparaîtra entre 1937 et 1938.

16 A ce sujet, Michèle Martin a produit une analyse comparative du rôle des magazines d’actualité pendant la guerre franco-prussienne de 1870-1871. Images at War. Illustrated Periodicals and Constructed Nations, University of Toronto Press, Toronto, 2005. Voir aussi Jean-Pierre Bacot, « Le rôle des magazines illustrés dans la construction du nationalisme au XIXe siècle et au début du XXe siècle », Réseaux n° 107, 2001.

17 Jean-Pierre Bacot, «1848 et l’Illustration, la double naissance du reportage illustré et de la post réception des gravures », Marie-Eve Thérenty et Alain Vaillant (Dir.), Presses et Plumes, Journalisme et littérature, Nouveau Monde Editions, 2004.

18 A signaler, cependant, le travail pionnier d’Hartwig Gebhardt, „Die Pfennig Magazine und ihre Bilder. Zur Geschichte und Funktion eines illustrierten Massenmediums in der ersten Hâlfte des 19. Jahrhunderts", in Rolf Wilhelm Brenich und Andreas Hartman (Dir.), Populâre Bildmedien, Vortràge des 2. Symposiums fur Ethnologische Bildforschung, Reinhausen bei Gôttingen, Beitrage Fur Volkskunde in Niedersachsen, Gôttingen, 1986 et, plus récemment, Marie-Laure Aurenche, Edouard Charton..., op.cit., 2002.

19 Elle coûtait généralement 3 francs le volume, alors que le salaire moyen d’un ouvrier adulte était de 15 à 50 francs mensuels. Le Magasin Pittoresque était à 10 centimes la livraison, ce qui mettait le volume annuel à 6 francs. L’Illustration coûtait 75 centimes et l’abonnement annuel 42 francs.

20 Voir Jean-Pierre Bacot, Une histoire oubliée... op. cit.

21 Anne-Marie Thiesse, La création des identités nationales, Europe XVIIIe-XXe siècles, Paris, Le Seuil, 1999.

22 Benedict Anderson L’imaginaire national. Réflexions sur l’origine et l’essor du nationalisme [1983] (1996), Paris, La Découverte.

23 Daniel Raichvarg et Jean Jacques, Savants et ignorants. Une histoire de la vulgarisation des sciences, Paris, le Seuil, Points Sciences, 1991.

24 Ibid, 236.

25 Michèle Martin, idem.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Premier supplément mensuel du Penny Magazine (janvier 1833)
URL http://lisa.revues.org/docannexe/image/739/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 36k
Titre Pfennig Magazin au début de sa troisième année (avril 1835)
URL http://lisa.revues.org/docannexe/image/739/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 92k
Titre Page intérieure du Magasin Pittoresque (avril 1834)
URL http://lisa.revues.org/docannexe/image/739/img-3.png
Fichier image/png, 77k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Jean-Pierre Bacot, « La mise en image des magazines. Le choix crucial et victorieux des utilitaristes anglais dans les années 1830 », Revue LISA/LISA e-journal [En ligne], Media, culture, histoire, Images et média, mis en ligne le 01 janvier 2007, consulté le 23 août 2017. URL : http://lisa.revues.org/739

Haut de page

Auteur

Jean-Pierre Bacot

Dr. (Paris, France)
Jean-Pierre Bacot est Docteur en Sciences de l’Information et de la Communication, Habilité à Diriger des Recherches. Il est chercheur associé au laboratoire CIMEOS (Communications, Médiatisations, Organisations, Savoirs), à l’Université de Bourgogne. Il a publié La presse illustrée au XIXe siècle, une histoire oubliée, Presses Universitaires de Limoges 2005. A paraître (2007) : Les sociétés fraternelles, une histoire globale, Paris, Dervy.

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la Revue LISA / LISA e-journal sont mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Revues.org