Navigation – Plan du site
Literary studies – Varia

« ‘This, I told myself, was really Africa’. Des territoires et des femmes. Récits féminins de voyage en Afrique Australe à la fin du XIXe siècle »

“This, I told myself, was really Africa”. Of Territories and Women. Women’s Travel Narratives in Late 19th Century Southern Africa
Ludmila Ommundsen

Résumé

In Victorian Britain, travel writing was informed by an unprecedented colonial expansion – in particular, the “scramble for Africa” – and the rise of the women’s movement in the late 19th century. Fuelled by the notions of motherhood and domesticity that characterized late imperial society, the presence of women in colonies served the purpose of domesticating the South. Yet, as geographical conquest merges with sexual conquest, the narratives of some female travellers in Southern Africa unveil unexpected territories that manifest specific territorialities. Although conjuring up feminist utopias, weren’t these female writers trying to construct a conspicuous literary ghetto ?

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Geneviève Fraisse et Michelle Perrot, « Ordres et Libertés », in Georges Duby et Michelle Per (...)
  • 2 Cf. Les écrits de Darwin et de Spencer. “The chief distinction in the intellectual powers of (...)
  • 3 Au début du XXe siècle, l’Empire britannique s’étend sur près d’un quart de la Terre. E (...)
  • 4 Au milieu du XIXe siècle, le mouvement féministe britannique s’organise autour de Barbara Bod (...)

1Entre la Révolution française et la Première Guerre mondiale, le XIXe siècle est « le moment historique où la vie des femmes change, où plus exactement la perspective de la vie des femmes change »1. Le débat sur la Femme est vif en Grande-Bretagne. Les discours et représentations du monde littéraire, philosophique et scientifique la paralyse en lui assignant un domaine marqué par les normes et les interdits2. L’écriture du voyage se noue sur fond de conquête territoriale3 et de montée du mouvement féministe4.

  • 5 En avril 1900, Alfred Milner, gouverneur du Cap, reçoit un télégramme de Joseph Chamberlain l (...)
  • 6 Eleanor Tyrrell, South African Snapshots for English Girls, London : Gay & Hancock, 1910, 6. (...)
  • 7 Cité dans Jane Mackay & Pat Thane, « The Englishwoman », in Robert Colls & Philip Dodds (Ed.) (...)
  • 8 Cf. Gillian Whitlock, « ’Across the ‘South’ with Lady Barker », in Kate Darian-Smith, Liz (...)

2Avant la découverte des sites diamantifères dans le Griqualand à la fin des années 1860, l’Afrique du Sud ne jouit pas d’une grande popularité. Loin de constituer une destination très prisée l’émigrant britannique lui préfère les États-Unis et les colonies d’Amérique du Nord. Vingt ans plus tard, la richesse des mines aurifères du Witwatersrand exerce une fascination formidable sur les esprits masculins. Au tournant du siècle, malgré un engouement sensible dans les mois qui suivent la déclaration de guerre entre les Britanniques et les Boers5, l’intérêt féminin pour le pays reste faible. Selon Eleanor Tyrell, « Most people are quite unaware of the attractions of South Africa as a tourists’ land », l’Afrique du Sud n’ayant rien à envier aux plus beaux endroits à la mode en Europe, « Table Bay and Simon’s Bay are rivals to the Bay of Naples and the Aegean Sea. The Cape Riviera equals, if not surpass, the most lovely parts of the Mediterranean. […] Basutoland boasts of as grand scenery as Switzerland »6. Par ailleurs, en 1902, un article sur The Needs of South Africa insiste : « the emigration of women to South Africa has become a question of national importance »7. Dans une société impérialiste où s’épanouit le culte de la domesticité et de la maternité, la présence de femmes dans les colonies s’inscrit dans la domestication du Sud8. Or le récit de certaines voyageuses offre un modelage territorial d’une autre nature.

3Nous considérerons alternativement le livre de Mary-Anne Barker, A Year’s Housekeeping in South Africa (1877), qui suit son époux nommé secrétaire colonial dans le Natal, celui de Louisa Hutchinson In Tents in The Transvaal (1879), qui laisse son bébé en Angleterre pour partir en compagnie de son époux dans une expédition militaire qui les mène à la frontière du Natal, l’ouvrage de Sarah Heckford A Lady Trader in The Transvaal (1882), célibataire, qui, accompagné d’un jeune garçon de 16 ans, s’installe dans la province récemment annexée pour y exploiter une ferme et se lancer dans le commerce, celui de Florence Douglas Dixie In the Land of Misfortune (1882), première correspondante de guerre auprès du Morning Post qui l’envoie couvrir un soulèvement dans le Transvaal, celui d’Annie Martin, Home Life on an Ostrich Farm (1890) qui s’installe dans la région désertique du Karroo avec son époux pour y commencer un élevage d’autruches, l’écrit d’Alice Balfour, Twelve Hundred Miles in a Waggon (1895), célibataire, nièce de Lord Salisbury, soeur du futur Premier ministre, qui raconte les vicissitudes d’un voyage entre le Cap et les chutes Victoria et On Veldt and Farm : in Bechuanaland, Cape Colony, the Transvaal and Natal (1897), récit au titre révélateur d’un voyage effectué par une femme se dissimulant sous le pseudonyme de Frances Macnab. Enfin, nous citerons quelques extraits du séjour de Marianne North, célibataire passionnée de botanique, en Afrique du Sud au début des années 1880, tirés de Recollections of a Happy Life (1892). Dès le titre, les noms de contrées lointaines distillent un pouvoir exotique qui oriente vers l’étrange, voie aisée vers la fantaisie…

  • 9 “A certain tradition of images, cults, customs, rites and artefacts, as well as certain event (...)
  • 10 Gérard Lenclud, « Ethnologie et Paysage », in Claudie Voisenat (Dir.), Paysage pluriel, pour (...)
  • 11 Mary Russell, The Blessings of a Good Thick Skirt, London : Collins, 1988, 213.
  • 12 Edward W. Saïd, Culture and Imperialism, London : Vintage, 1994 [1993], 158.

4Le paysage et les images territoriales constituent les éléments constructeurs d’une culture et de l’identité d’un groupe9. Selon l’anthropologue Gérard Lenclud, le paysage renvoie à la fois à une réalité « objective », l’image de cette réalité, une réalité « subjective », « un fragment du monde sensible tel qu’il est pourvu de personnalité par une conscience » – et les références « culturellement et socialement élaborées » à partir desquelles cette image se forme10. Dans la Grande-Bretagne victorienne, l’histoire et la représentation de l’Empire sont au masculin. Ainsi que le montre Mary Russell un parallèle puissant de virilité agressive s’établit entre la conquête géographique et la conquête sexuelle : les paysages sont féminisés, attaqués, pénétrés, conquis et soumis11. Évidemment, les voyageuses victoriennes exercent également ce que Edward Saïd désigne par « the power to observe »12, elles s’approprient et, donc, dominent les territoires africains à travers leurs descriptions.

  • 13 Frances Macnab [pseud. Agnes Fraser], On Veldt and Farm, London : Edward Arnold, 1897, i.
  • 14 Louisa Hutchinson, In Tents in The Transvaal, London : Richard Bentley & Son, 1879, 224
  • 15 Sarah Heckord, A Lady Trader in The Transvaal, London : Sampson Low, Marston, Searle & (...)
  • 16 Alice Balfour, Twelve Hundred Miles in a Waggon, London : Edward Arnold, 1895, x.
  • 17 Annie Martin, Home Life on an Ostrich Farm, London : G. Philip, 1890, 9.
  • 18 David Le Breton, « Ouverture », in David Le Breton (Dir.), L’Aventure. La Passion des détours, Coll (...)

5Cependant, elles ne se glissent pas dans le rôle du conquistador, elles se considèrent plutôt comme des observatrices … imparfaites : leur récit est d’ailleurs fréquemment présenté comme une oeuvre condamnée au silence mais finalement déterrée et exposée dans sa flétrissure, une composition fonctionnelle à l’origine vulgaire, le désoeuvrement, ou au dessein peu prestigieux, celui de désennuyer. « There is no pretence at literary excellence »13, s’empresse d’avouer F. Macnab dans la préface de son récit. « These few pages pretend to no importance, and I have no higher aim than the amusement of an idle half-hour »14, déclare L. Hutchinson à la fin de son périple. « [T]he principal part of my book was written [ in the besieged camp of Pretoria] partly with a view to recording facts which might prove interesting, and possibly instructive, to a few, and partly to while away time »15, explique S. Heckford dans l’avant-dernier volet de ses aventures. « The following extracts are compiled from my letters and journals. They were written with no thought of publication, and do not pretend even to give a full account of our travels, much less an account of the country »16, signale A. Balfour dans son introduction. Dans les premières pages de son livre, A. Martin associe son départ en Afrique du Sud aux lectures de son enfance, « [T]he adventures of settlers in far-off lands had always from childhood been my favourite reading »17, inscrivant son récit dans la lignée des ouvrages pour enfants. Sous cette présentation naïve, apparaît en filigrane le message du peintre surréaliste Magritte dans La Clef Des Songes, à savoir le fossé toujours existant entre les choses vues et les mots qui leur sont attribués. En outre, cette ingénuité insiste sur une dimension particulière du récit, celle que distingue l’anthropologue David Le Breton : « Écrire sur l’aventure […] c’est écrire sur son enfance, […] c’est retrouver l’essence sans la pesanteur des interdits qui régnaient alors, se libérer des contraintes actuelles de l’identité sous l’égide de l’esprit d’alors »18.

  • 19 Robert Sack, Human Territoriality. Its Theory and History, Cambridge : Cambridge UP, 1986, 5. (...)

6Le récit de voyage est la manifestation d’une territorialité, définie par le géographe Robert Sack comme « a primary geographical expression of social power »19. Si dans les récits féminins envisagés, conquête géographique et conquête sexuelle se croisent et s’entrecroisent, la territorialité exprimée est d’un autre ordre que celle de leurs compatriotes masculins. Les paysages-territoires livrés sont des créations, le produit de circonstances particulières liées à un dessein déterminé.

  • 20 Macnab, op.cit., 101.
  • 21 Balfour, op.cit., 68.
  • 22 Maurice Bloch, « Devenir le paysage. La clarté pour les Zafimaniry », in Claudie Voisen (...)
  • 23 Darwin, op.cit., 571.
  • 24 Théorie qui s’enracine dans les travaux de Johann Jakob Bachofen, Mutterrecht (1861), Henry M (...)

7Les récits féminins de voyage ne sont pas de simples souvenirs de voyages que font briller quelques niaiseries exotiques. Les récits féminins de voyage évoquent le souvenir d’un itinéraire détourné où l’exploration géographique mène à la découverte du relief d’un autre territoire : a « country seemed only fit for savages and wild beasts »20, « a country unspoilt by the hand of man »21. Dans le débat sur le concept de paysage, l’anthropologue Maurice Bloch montre que la dimension esthétique ne peut être isolée du rapport au territoire22. Ainsi ce territoire des origines que l’homme n’a pas encore corrompu est celui où ne règne pas encore la loi du père. Pour les scientifiques victoriens, les pratiques des peuples dans les colonies renseignent sur l’enfance de la civilisation : « we are chiefly concerned with primeval times », écrit Charles Darwin « and the only means of forming a judgement on the subject is to study the habits of the existing semi-civilised and savage nations »23. En outre, dans le dernier tiers du XIXe siècle, à partir de spéculations anthropologiques, s’élabore une théorie du matriarcat selon laquelle, en des temps préhistoriques la loi de la mère organisait les sociétés24. Ainsi F. Macnab et A. Balfour se trouvent-elles à la frontière d’un territoire féminin où la nature et la liberté des instincts n’ont pas encore été traumatisées par la culture et un colonialisme métaphoriquement (ingénieusement ?) associés à la violence masculine.

  • 25 William. H. Davenport Adams, Celebrated Women Travellers of The Nineteenth Century, London : (...)
  • 26 Heckford, op.cit., 19-20, mon soulignement.
  • 27 Macnab, op.cit., 104.

8Comme l’exprime Davenport Adams : « Fettered as women are in highly civilized countries by restraints, obligations and responsibilities, which are often arbitrary and artificial […] it is natural enough that when the opportunity offers they should hail even a temporary emancipation through travel »25. La rupture est la source du voyage ; la marque de cette rupture subsiste dans les représentations. Un autre sentiment émane de la métamorphose de S. Heckford : « Harrismith looked like a dismal attempt at a town. I was fresh from European and Indian cities and towns then. Now after a little more than two years in the Transvaal, I have become sufficiently savage to think Harrismith, whenever I may next see it, quite a respectful attempt at one »26. La rupture n’est-elle pas également la destination du voyage puisque le même paysage est vu avec d’autres yeux ? Ainsi, des paysages et des êtres modelés selon une fantaisie secrète traduisent le mirage de la pensée chaotique de l’exploratrice qui surgit de cette démonstration de pouvoir que constitue une entreprise d’observation émancipatrice. F. Macnab ne se targue-t-elle pas, « This, I told myself, was really Africa – Africa as people at home could not know it ; Africa as even colonists did not know it ; Africa as the trippers and tourists who rattled through the country by train from one big town to the other never knew it, though they went home and wrote about it »27 ?

  • 28 Heckford, op.cit., 1.
  • 29 Hutchinson, op.cit., 6.
  • 30 Ibid., 20.
  • 31 Lady Mary-Anne Barker, A Year’s Housekeeping in South Africa, London : Macmillan & Co., 1894 (...)
  • 32 Barker, op.cit., 250.
  • 33 Ibid., 253.
  • 34 Ibid., 257.

9Si le voyage est une rupture avec le quotidien, alors il n’est guère étonnant de voir l’Afrique Australe prendre les contours d’une scène de théâtre où se profilent de singuliers acteurs. La première impression – critique – de S. Heckford est de se trouver sur une « drop-scene of an unknown opera »28. L. Hutchinson scrute les côtes du Natal à l’aide de jumelles de théâtre : « For the last two days we have been staring along past the coast of Kaffirland, immensely excited at being able to discern through operaglasses the dusky figures of the lords of the soil »29. À la sortie de Durban, elle se retrouvera dans le cadre artistique qui l’avait intriguée : « The scenery all around was lovely. [...] Kafirs were trotting about, looking, in their nondescript costumes, like some grotesque creatures in a pantomime »30. Ailleurs, lorsque M.A. Barker relate sa rencontre avec des sorcières zoulous, elle estime qu’elles ont fait « an excellent stage entrance »31. Plus loin, elle promeut au rang de spectacle des cérémonies de mariage. Elle leur attribue d’abord un caractère visuel puis les comptabilise pour ensuite les plonger dans une dimension onirique : « I have seen two Kaffir weddings lately […] The two extremes of circumstance, the rudest barbarism and the culminating smartness of civilization, seemed to jostle each other before my eyes as things do in a dream »32, déclare-t-elle. Enfin, elle les compare en s’exclamant, avec expertise, « I fear I took far more interest in a real Kafir marriage »33. Il y a donc le vrai et le faux spectacle… ; elle dira, d’ailleurs, quelques pages plus loin, « Ever since my arrival I have wanted to see a real Kafir kraal »34. Pour Marianne North, un voyage vers Port Elizabeth lui permet de voir aussi les acteurs d’un plateau démoniaque :

  • 35 Marianne North, A Vision of Eden : The Life and Work of Marianne North 1830-1890, New York : (...)

A long day’s trail took me to Port Elizabeth, through a perfectly new world of vegetation in Kafirland. Every now and then there was a clearing in which was a group of beehive-shaped huts […] Near them stalked the grandest figures in red drapery and feathers, like stage Mephistopheles, with women dressed to match, their arms and legs covered with metal rings. I had not expected to see such genuine savages so near civilisation. They seemed too good to be real.35

  • 36 Macnab, op.cit., 101-102.

10Dans un coin reculé du Bechuanaland, F. Macnab distingue des êtres fantastiques mi-femmes, mi-bêtes : « [T]he great pan of Morokwena lay before me in the valley […] The scene was a very wild one […] Native women clad in skins walked to and fro with pitchers on their heads, which in the distance added to their height and made them look grotesque »36.

  • 37 Shirley Foster, Across New Worlds : Nineteenth Century Women Travellers and Their Writi (...)

11Cette théâtralisation est peut être l’expression d’un voyage que Shirley Foster perçoit comme « the anticipated fulfilment of long-cherished dreams, often awakened in childhood ; the desire to enter a fairy-tale or legendary world, glamorised by the romantic imagination »37. Cette théâtralisation est surtout déterritorialisation. Dans une société patriarcale comme la société victorienne, marquée par une division policée, hiérarchisée et polarisée de l’espace – les sphères féminine et masculine recouvrant respectivement l’espace privé et l’espace public – le passage d’une sphère à l’autre engendre inévitablement le sentiment de n’être pas à sa place et de contester les relations de pouvoir qu’elles instaurent. Ainsi, l’environnement dramatique dans lequel se plongent les voyageuses est la traduction symbolique d’un franchissement : en forçant les verrous qui ferment l’espace domestique, les voyageuses quittent un modèle féminin uniformisé, normalisé et idéalisé pour se glisser dans la figure hors-sa place-traditionnelle.

  • 38 Heckford, op.cit., 140.
  • 39 Hutchinson, op.cit., 137.
  • 40 Karen R. Lawrence, Penelope Voyages. Women and Travel in the British Literary Tradition, Itha (...)
  • 41 Cf. Catherine Barnes Stevenson, Victorian Women Travellers in Africa, Boston : Twayne, (...)

12Une certaine défiance du patriarcat semble d’ailleurs perceptible dans le rapprochement qu’effectuent S. Heckford et L. Hutchinson avec le personnage mythique de Robinson Crusoë. S. Heckford habite une bicoque qui rivalise de simplicité avec l’abri du naufragé, « After experience of the same, I think a Robinson Crusoe cabin is nicer to read about than to live in »38, tandis que L. Hutchinson, s’humilie devant l’auteur célèbre comme pour mieux assimiler son existence à celle du héros, « Life in the laager [fortification] is remarkable for nothing so much as its wonderful monotony. […] It would take a Defoe to make the details of such an existence in the least readable »39. « If Robinson Crusoe was suitable literature for girls as well as for boys », écrit Karen Lawrence, « these boys’ adventures were strictly for future male imperialists »40. En rapprochant leur voyage de celui du personnage célèbre, dont l’origine se trouve, de fait, dans le mépris des conseils paternels, ces voyageuses gravent leur parcours dans la dissidence que véhicule également l’absence des personnages masculins ou l’amoindrissement de leur rôle dans l’itinéraire narratif de la voyageuse41.

  • 42 Peter Stallybrass & Allon White, The Politics and Poetics of Transgression, Ithaca : Cornell (...)
  • 43 Balfour, op.cit., 97.
  • 44 Barker, op.cit., 306.
  • 45 Hutchinson, op.cit., 105.
  • 46 Martin, op.cit., 72-97.

13Si le récit transforme, l’espace du voyage, le paysage en un théâtre pour une manifestation de pouvoir, il met parfois en scène une figure qui, à l’instar de celles que découvre F. Macnab, incarne la menace du grotesque, défini par Peter Stallybrass et Allon White comme « a boundary phenomenon of hybridization or inmixing, in which self and other become enmeshed in an inclusive, heterogenous, dangerously unstable zone »42. C’est la même menace qui se dresse lorsque les voyageuses subissent le déchaînement des forces de la nature : A. Balfour admet « I have not yet learned to sleep when the road […] is like the dry bed of a river full of boulders and everything jumps up and down in the waggon including its occupants »43, M.A. Barker se plaint que le soleil « beats too fiercely on one’s head to be pleasant »44, L. Huchinson manifeste « a state of semi-dissolution from the heat »45 et A. Martin décline le récit minutieux d’une lutte dans les 25 pages que compose le chapitre intitulé Climate of the Karroo46. Corporalité et territorialité se confondent. Le relief du corps offre un paysage en décomposition.

  • 47 Hutchinson, op.cit., 188-189.

14« These headless African hills, with their strange pyramidal outlines, have a boldness and even grandeur peculiarly their own »47, observe L. Hutchinson. Le dernier regard que porte F. Dixie sur le Zululand est emprunt de mysticisme naturaliste :

  • 48 Florence Dixie, In the Land of Misfortune, London : Richard Bentley & Son, 1882, 403.

Many a time, as we pushed on for Helpmakaar, I turned back to look at Zululand, whose rugged outlines were gradually fading astern. Twelve or thirteen miles from Rorke’s drift we began the ascent of a steep winding hill which connects the upper and lower Veldt together. […] As we ascended we could see that the summit was wrapped in a dense mist, which, contrasted with the clear shining valley we were leaving, was very remarkable […] This was our last glimpse of Zululand ; in another moment we had entered the clouds ; the bright fair land was hidden from our sight, perhaps for ever more.48

  • 49 Heckford, op.cit., 6.
  • 50 Hoxie Neale Fairchild, The Noble Savage. A Study in Romantic Naturalism, New York : Rus (...)

15À l’exception de S. Heckford qui, sans nier la profusion de « rocks and valleys and wooded ravines », avoue « I have often tried to make out in what this want of beauty, where there ought to be beauty, consisted »49 avec une certaine prolixité puisqu’elle consacre plus d’une page à la description d’un ciel sans relief et d’une terre sans couleur, l’Afrique du Sud fascine les voyageuses en leur donnant l’impression de proposer à la contemplation une beauté romantique. « To a large group of romanticists », dit Hoxie Fairchild, « Flowers and birds, mountains, grassy fields and streams, were felt to possess the untrammeled beauty, simplicity, spontaneity and unreflective goodness which find an echo in the heart of man wherever he casts off the perverting influences of civilization. Thus wild and semi-wild scenery became a body of symbols representing the romantic ideal of nature »50. Les ébauches de M. North éveillent la nostalgie sensuelle d’un paradis perdu. Dans un paysage vivifié par la beauté de ses plantes, trésors multicolores aux noms latins si exotiques, les humains, souvent nommés à l’aide d’initiales, deviennent des accidents insignifiants de la nature :

  • 51 North, op.cit., 201-202.

On arriving at Mrs B.’s, I found her husband and son-in-law had just arrived before me, and the latter at once arranged to take me up the mountain [...]. A cart took us as far as the pass leading to Simon’s bay […]. After that we went up tolerably straight, finding a succession of lovely flowers : scarlet heath, white with brown centre, a kind of broom, polygala, lovely sundews, and many rushlike plants, tough and good to haul myself up. Grand crags and rocks surrounded us as we reached the first great flat, then more rocks to climb, and the second flat was reached at about 3,000 feet above the sea. In the middle was the series of springs or streams, in which the Disa grandiflora delights to deep its roots. When I was there the plants were small and green, but flowerless. Near them were tall reddish heaths and blue broom, tall masses of Todea africana, asphodels, tritomas, and watsonias, as well as tiny crimson rosettes of drosera and utricularia [...]. We climbed still higher, but the clouds came down […] ; so we hunted among the rocks under the clouds and found the great Protea cynaroides, which had the biggest flower-head of all, larger than flowers of Magnolia grandiflora. It is somewhat like it in shape, only pink. The bush is the lowest of its tribe, only a couple of feet above the ground. Just then it had only its slender crimson buds on it, and those buds Mr. G. visited two successive months, but found them no bigger.51

  • 52 Albert Camus, Le Mythe de Sisyphe, Paris : Gallimard, 1976, 30.

16Cette géographie romanesque du manteau fleuri d’une montagne de la région du Cap réduit l’être humain à une espèce inférieure, voire une espèce en voie de disparition dans le sens de la célèbre phrase d’Albert Camus « Au fond de toute beauté gît quelque chose d’inhumain »52. L’odyssée végétale semble révéler une Arcadie sud-africaine en déshumanisation, une Afrique du Sud « habitée » de plantes qui, telle la Disa grandiflora, éprouvent des émotions. Juxtaposé aux initiales des hommes, le nom scientifique des fleurs rendent celles-ci les seules protagonistes du récit, les véritables maîtresses du sol.

17Ce romantisme n’exclut pas, s’il ne met pas mieux en évidence, la présence d’une inquiétante étrangeté. De la représentation des décors naturels suinte une angoisse :

  • 53 Hutchinson, op.cit., 82.

Eastcourt lies in a richly wooded valley, watered by the Bushmen’s river. The hills stand round it rank behind rank, the distant point seeming to melt into the clear blue sky. You come upon this view, after a sudden turn of the road, when you see the valley and the river flashing like a silver streak hundreds of feet below you. It is impossible not to be struck by the boldness and beauty of the scenery, which is never wearying to the eye ; but to the ear there is always a sense of something wanting, which makes itself painfully felt even amidst the most perfect country, where the trees and flowers are like the realization of dreams. This is caused by the absence of the song of birds.53

18Si M.A. Barker se réjouit de ce que « Now that we are close to ‘Fair Natal’ the country opens out and improves in beauty », son regard s’arrête sur les lieux d’un drame :

  • 54 Barker, op.cit., 40.

Presently, we came to a spot clearly marked by some odd-coloured tumbleddown rocks and the remains of a great iron butt, where more than a hundred years ago the Grosvenor, a splendid clipper was wrecked. There is a terrible story told, how the men nearly all perished, or were made away with ; and a few women got on shore, and carried off as prizes to the kraals of Kafir chieftains.54

  • 55 Dixie, op.cit., 15.

19Entre East London et Durban, F. Dixie dit son ravissement devant les accidents de la nature : « During the whole of the following day the coast line of Kaffraria, rocky and dangerous, continued to unfold its rough and rugged scenery to our delighted view »55. En s’enfonçant dans le Natal, elle plonge dans les ténèbres de son moi :

  • 56 Dixie, op.cit., 261.

[The driver] informed us that the district which we were about to pass was infested by deserters and cut-throats, who would make small bones about attacking and rifling Her Majesty’s mail, and murdering its occupants […]. I found myself even enjoying a pleasurable excitement, which every dark shadow or curiously shaped rock served to heighten and enhance.56

  • 57 Heckford, op.cit., 61.

20Quant à S. Heckford, elle se trouve à la façon d’un Gulliver ou d’une Alice dans le village miniature de Rustemberg : « It had three little shops as stores, and a little prison, and a little post-office, and three little churches […] and it had also numerous rose-hedges bounding its grassy streets and a missionary station and a mill »57.

  • 58 Macnab, op.cit., 106.
  • 59 Deborah Cameron (Ed.), The Feminist Critique of Language : A Reader, London : Routledge & (...)

21Rupture avec la Grande-Bretagne et glissade dans les entrailles de l’Afrique Australe stimulent l’émancipation de la voyageuse. Enveloppée d’une gangue romantique, l’expérience d’un espace à risques s’effectue dans le déroulement des péripéties de l’individu face à lui-même. « There is nothing which gives one a more human feeling than Africa, and the scenery enables one to grasp and understand human nature in a way that nothing else can do »58, écrit F. Macnab. À travers le regard jeté sur ces paysages une aventure intérieure se précise : la conquête difficile d’une nouvelle territorialité dans l’appropriation de valeurs « masculines » – effort, courage, maîtrise des peurs. Celle-ci conduit la voyageuse dans le domaine des ombres et des miroirs où vacille l’image inquiétante du dessein/destin libertaire. Une plume libre certes, dans le cas de L. Hutchinson, mais sans voix : « ’Speech’ and ‘Silence’ are powerful metaphor in feminist discourse, used to figure all the ways in which women are denied the right to express themselves freely. […] Silence can also mean censoring yourself for fear of being ridiculed, attacked or ignored »59. Le corps est certes libéré – pas libre – or, comme le rappelle subtilement Lady Barker, la sexualité de la femme est définie par l’espace dans lequel elle se trouve…

  • 60 Gill Valentine, « The geography of women’s fear », Area, 21(4), 1989, 385-390.
  • 61 Martin, op.cit., 242.
  • 62 North, op.cit., 202.

22La façon de percevoir certains lieux est un élement important dans la caractérisation des rapports entre les femmes et l’espace. Une S. Heckford géante ne semble plus le jouet de forces institutionnelles prêtes à l’écraser. En dérivant un plaisir non dissimulé dans la traversée d’une région à l’atmosphère lourde de menaces masculines qui renvoient symboliquement à la violence fondatrice des relations entre les sexes, F. Dixie met en scène un spectacle de renversement de pouvoir, une démonstration de puissance. En effet, selon Gill Valentine les femmes projettent dans certains espaces leur peur des hommes60. Ainsi, en évitant certains endroits à certains moments de la journée, elles renforcent le patriarcat en se soumettant au principe du respect des frontières de la sphère assignée à chaque sexe. L’anecdote que raconte A. Martin est assez révélatrice de ce point de vue : « At one place near Graaff-Reinet, the women never dared to go and fetch water unless accompanied by men ; for the baboons, which were very numerous would always chase and threaten any daughter of Eve who ventured, without masculine escort, near their haunts »61. Notons, toutefois, que la réduction d’un espace à peine localisé (l’emploi de « one » plutôt que « a » et celui de « near » est sans cardinalité), en fait, cyniquement, un lieu-fossil, voire un sanctuaire, de l’Âge d’Or du patriarcat… Par ailleurs, si l’Afrique du Sud animée de plantes de M. North offre la vision d’une pastorale, cette Afrique du Sud peut également être perçue comme un lieu féminisée par une démasculinisation dans la mesure où le pays semble avoir été envahi par les plantes, à l’image de la « little town of Ceres buried in its trees and gardens ». En nommant les espèces végétales rencontrées, de surcroît dans une terminologie latine, M. North déjoue subtilement l’itinéraire territorial patriarcal en le rationalisant ; elle le purge de toute projection « hystérique ». « I was told it was not safe to wander in the pass alone, because of the ‘black people’ », raconte-t-elle avant d’ajouter, « I thought they meant people, but they meant baboons ! »62 : pointe ironique ?

  • 63 Dixie, op.cit., 311.
  • 64In the meantime kind Mr. Y − had gone to fetch the witches − as everybody persisted in calli (...)
  • 65 Heckford, op. cit., 115.
  • 66 Ibid., 250.
  • 67 Macnab, op. cit., 88-89.
  • 68 Gillian Beer, « The dialogues of Alice : talk and tactics », in Michel Morel (Dir.), Le (...)
  • 69 “Biology and Woman’s Rights”, Popular Science Monthly, 14, 1879. Cité dans Teitelbaum, 1976,

23De quelques paysages, « somewhat in accord with the descriptions of the infernal regions »63 au climat hallucinatoire, surgit, un monde féminin aux teintes bibliques ou mythologiques. Des « Amazonian women »64 saluent M.A. Barker. S. Heckford est persuadée que l’Afrique est plantée de Médées : « The men who knew the Kaffirs best […] said they had no doubt that I was right in my conclusions ; that Kaffir women were quite capable of poisoning their own children in revenge upon their husbands »65. Quelques pages plus loin, elle rencontre une indigène « with a turn of the head and neck that reminded me of the hunting Diana of the Vatican »66. Dans un coin du Bechuanaland, F. Macnab décrit un rite d’initiation Meroquaile dont la perturbation rappelle l’épisode malheureux entre la susceptible Artémis et l’indiscret Actéon et dont la danse effrénée finale évoque le culte du Veau d’Or : « The girls […] are kept in seclusion till they marry. They are shut up in a kraal, and are taught to dancing. […] If they see a man watching them, their duty is to pursue him with thorn-bushes and kill him. […] The women’s dance […] concludes at midnight when a large clay ox is introduced. Round this idol they dance and howl or sing »67. Notons que la description mentionne, non pas un taureau ou un veau, mais un boeuf, un mâle adulte châtré. Certes l’irruption de ces scènes porteuses de déchaînement et de délires laisse penser que la voyageuse, comme Alice au pays des merveilles, « never fully experiences the satisfaction of such nice control on thought. She is deflected, tweaked, thrown into confusion by the logic-chopping of her assorted companions who all, however old, take themselves (as we all do) as normative »68. Ces figures féminines détentrices de pouvoir, qui semblent illustrer la théorie du matriarcat (cf. supra), sont auréolées de dramatique : l’Amazone est une tueuse, Médée un assassin, Artémis/Diane une chasseresse meurtrière et les adoratrices du boeuf d’argile des castratrices. Les masques féminins effrayants qui traversent ces récits de voyage ravivent les couleurs apocalyptiques des discours normatifs sur la nature féminine et les dangers relatifs à son altération : barbarie et stérilité. « The attempt to alter the present relations of the sexes », écrit Walter Bagehot, « is a struggle against Nature ; a war undertaken to reverse the very conditions under which not man alone, but all mammalian species have reached their present development »69.

  • 70 Sandra M. Gilbert & Susan Gubar, The Madwoman in the Attic. The woman writer and the ni (...)
  • 71 Steven Connor, « Myth and Meta-myth in Max Müller and Walter Pater », in John Barrie Bullen ( (...)
  • 72 Norman Fairclough, Language and Power, Harlow : Longman, 1989, 4.

24Si ces créatures incarnent les peurs et les angoisses masculines, elles représentent surtout des compositions mal définies, « female characters to whom male authors have denied any chance of self-explanation »70. Dans cette perspective, elles reflètent et renforcent l’utilisation que font les voyageuses des mythes et que Steven Connor met en avant lorsqu’il explique la fascination qu’exerce la mythologie sur Max Müller : « Mythology is ‘full’, concrete, and living, but is also corrupting and enfeebling ; mythological language both represents and travesties thought ; it is language which comes before and after thought. Mythology enacts the vitality of language, but also its errors and divisions »71. En effet, ces figures qui déambulent dans les paysages ne laissent-elles pas paraître la difficulté d’une inscription de la femme-hors-sa-place dans le langage ? Un langage dont l’imperfection réside dans son rapport au pouvoir, « language contributes to the dominion of some people by others »72, source de l’inadéquation que décèle Virginia Woolf :

  • 73 Virginia Woolf, Women and Writing, London : Women’s Press, 1979 [1929], 48. Mill fait aussi r (...)

It is still true that before a woman can write exactly as she wishes to write, she has many difficulties to face. To begin with, there is the technical difficulty – so simple apparently ; in reality so baffling – that the very form of the sentence does not fit her. It is a sentence made by men ; it is too pompous for women’s use. Yet in a novel, it covers so wide a stretch of ground, an ordinary and usual type of sentence has to be found to carry the reader on easily and naturally from one end to the other. And this a woman must make for herself, altering and adapting the current sentence until she writes one that takes the natural shape of her thought without crushing and distorting it.73

  • 74 Frances E. Colenso, History of The Zulu War and Its Origin, London : Chapman & Hall Ltd (...)

25Une inadéquation perpétuée dans l’inégalité que suggère le commentaire du Saturday Review à propos du livre écrit par un capitaine de l’armée britannique, The Zulus and the British Frontier, dont l’éditeur a choisi de faire la réclame à la fin de l’ouvrage de Frances Colenso, History of the Zulu War and its Origin (1880) : « Mr. Lucas expresses himself in a vigorous and manly style, without waste of words »74.

  • 75 Camus, op.cit., 30.

26L’une des étapes les plus impressionnantes du voyage de A. Balfour en Afrique du Sud est la traversée du col qui relie deux plateaux de l’Inlhobane dans le Zululand. Contrairement à F. Dixie qui insiste sur l’aspect hideux de l’endroit pour suggérer « l’hostilité primitive du monde, [qui] à travers des millénaires, remonte vers nous »75,

  • 76 Dixie, op.cit., 347.

Let my readers try and picture to themselves a sudden and abrupt slope, so steep as almost to be called perpendicular, and whose face is so rugged and rocky as to defy even the descent of man. If they can condense this into their imagination, they will have formed a true idea of the Devil’s Pass. To me it seemed as though nature had chosen this spot on which to perform her Gambols : vast masses of disjointed rocks and giant boulders lay piled, one on top of the other, for some 200 feet down, whence a narrow ledge joined the western portion of the mountain.76

27A. Balfour exploite la puissance fantasmatique du toponyme évocateur – libéré du moule étroit de la réalité rigide et contraignante – dans le récit d’un étrange voyageur rencontré sur place, homme sans nom mais déterminé par son emplacement, un génitif déterminatif reliant deux noms symboliques, l’ange déchu et une zone de passage, et qui, à l’instar de l’héroïne traverse le pays en chariot vers le Nord – l’identification est évidente :

  • 77 Balfour, op.cit., 204-205.

At the ‘Devil’s Pass’ we met a man whose terrible experiences some two or three years ago had often held over us in terrorem by Mr. G. Grey, when we did not show sufficient appreciation of the dangers of getting lost on the veldt. This man was travelling up country with a waggon, and got lost on the veldt for forty-six days. During all this time he was without fire and without food, beyond what an unarmed man could procure […]. He lived upon the frogs which he caught in the vley [pond] and ate raw, and on any roots and fruits that he could find […]. At night he crawled feet foremost into a deserted antbear’s hole, blocking up the entrance after him with a bundle of dry grass. Thus he existed till some Dutchmen happened to come across his spoor […] [and] rescued him. He was almost mad with want and privation when they found him, and could not give a coherent account of how he had lived all those awful weeks. He has now completely recovered.77

28« Devil », du grec diabolos, « celui qui divise », dérivé de diaballein, attaquer, accuser (qui traduit l’hébreu satan) renvoie à une parole d’opposition et de destruction. Est-ce un hasard si l’homme rencontré sur le col, est, par son anonymat, associé à ce nom ? Le parallèle établi entre cet homme diabolisé et Alice Balfour fait surgir l’image de l’ange du foyer déchu par un voyage au-delà d’un territoire policé. Le « Devil’s Pass », l’autorisation-tentation du diable c’est le « risque de vérité » : « Toute aventure a un goût solitaire » dit la philosophe Catherine Chalier,

  • 78 Catherine Chalier, « Le risque de vérité », in David Le Breton (Dir.), L’Aventure. La p (...)

mais, lorsqu’elle est celle de l’esprit, des émotions et du verbe, qu’elle s’exprime par un langage philosophique, littéraire ou mystique, elle se heurte au rejet violent de ceux qui marchent sur des chemins bien balisés et qui défendent la familiarité des rivages livrés aux émotions sans surprise, aux certitudes qui font autorité et aux pensées qui assurent une carrière respectable parmi les siens.78

  • 79 Balfour, op.cit., xi, mon soulignement.

29« The following extracts are compiled from my letters and journals […] Nearly everything personal has, of course, been omitted »79, dit A. Balfour dans son introduction : suggestion d’un jeu de piste dans des correspondances qui laissent parfois sortir de confuses paroles, dressant des forêts baudelairiennes de symboles qui observent la femme avec des regards familiers… Dans les récits féminins de voyages considérés dans notre étude, à côté des noms de lieux, qui ornent le titre de l’ouvrage, le début des lettres ou des chapitres, autant de marques spatiales qui sollicitent le pouvoir imaginatif du lecteur, surgissent des images de paysages, alliant l’espace concret, fruit de l’observation, et l’espace abstrait, construction de l’imagination culturellement orientée, qui ouvrent des espaces de liberté à l’intérieur de la société victorienne. L’écriture de ces paysages traduit la richesse et l’intensité de l’expérience du/de terrain. Face à la scène ordonnée et rassurante de la domesticité autour de laquelle la féminité est organisée et à partir de laquelle le pouvoir de la masculinité virile s’affirme, les récits font paraître des figures éphémères de la contestation, des expressions dramatisées d’une insoumission symbolique.

  • 80 Jean Raimond, La Littérature Anglaise, Coll. Que Sais-je, Paris : PUF, 1986, 80.
  • 81 Michelle Perrot, « Sortir », in Georges Duby et Michelle Perrot (Dir.), Histoire des fe (...)

30Ces récits féminins de voyage s’insèrent dans le mouvement littéraire de leur époque. « Au déclin de l’ère victorienne », écrit Jean Raimond, « correspond l’apparition progressive du roman moderne, roman de l’inquiétude, de la désintégration et de l’affranchissement des Consciences »80. Toutefois, ces récits distillent le souvenir d’un « voyage [qui] n’abolit pas toutes les frontières »81. En effet, si l’absence des compagnons dans le périple littéraire marque un éloignement émancipatoire, les paysages traversés laissent entrevoir l’émergence d’une fission de substitution. C’est la fission qu’évoque le critique d’art John Berger lorsqu’il observe,

  • 82 John Berger, Ways of Seeing, London : BBC & Penguin, 1977 [1972], 46-47.

A woman must continually watch herself. She is almost continually accompanied by her own image of herself […]. From earliest childhood she has been taught and persuaded to survey herself continually. And so she considers the surveyor and the surveyed within her as the two constituent yet always distinct elements of her identity as a woman […]. The surveyor of woman in herself is male : the surveyed female.82

31La territorialité que briguent ces femmes dans leur récit de voyage est composée d’une essence qui se mêle à celle qui anime le roman américain et britannique du tournant du siècle. Comme le fait remarquer Elaine Showalter,

  • 83 Elaine Schowalter, A Literature of Their Own. From Charlotte Brontë to Doris Lessing, London  (...)

During the intensely feminist period from 1880 to 1910, both British and American writers explored the theme of an Amazonian utopia, a country populated by women and entirely isolated from the male world […]. Feminist utopias were not visions of primary womanhood, free to define its own nature and culture, but flights from the male world to a culture defined in opposition to the male tradition.83

  • 84 Cf. Frederick W. Boal, « Ethnic residential segregation », in David T. Herbert & Ron J. (...)

32Une composition similaire à un détail près : l’enracinement dans un vécu réel …utopie certes mais pas uchronie… Enfin, l’ensemble de tous ces récits, espaces de liberté d’essence utopique mais non uchronique où la femme déjoue l’Empire/emprise masculin(e) selon des schémas qui se confondent et/ou se répondent, cet ensemble forme une sorte de territoire littéraire de ségrégation, un espace créateur d’une visibilité du groupe féminin (minorité culturelle) dans la mesure où, se soustrayant à la violence d’une culture patriarcale dominatrice, la territorialité est associée à une tentative de création et d’affirmation d’une identité féminine. Comme le ghetto, cette place littéraire territorialisée par un groupe spécifique est une réaction-manifestation d’inégalité sexuelle et reflète la distribution inique de pouvoir dans la société. Le récit féminin de voyage en Afrique Australe à la fin du XIXe siècle ne serait-il un ghetto « libertaire » de genre ?84

Haut de page

Notes

1 Geneviève Fraisse et Michelle Perrot, « Ordres et Libertés », in Georges Duby et Michelle Perrot (Dir.), Histoire des femmes en Occident, Le XIXe Siècle, vol. 4, Paris : Plon, 1991, 13-18, 13- 14.

2 Cf. Les écrits de Darwin et de Spencer. “The chief distinction in the intellectual powers of the two sexes is shewn by man’s attaining to a higher eminence in whatever he takes up – whether requiring deep thought, reason, or imagination or merely the use of the senses and hands”, Charles Darwin, The Descent of Man in Relation to Sex, London : Encyclopaedia Britannica Inc., 1952 [1871], 566. “Unless […] women furnish contingents to the army and navy such as men furnish, it is manifest that, ethically considered, the question of the equal ‘political rights’, so-called, of women, cannot be entertained until there is reached a state of permanent peace”, Herbert Spencer, The Principles of Ethics, Osnabruck : Otto Zeller, 1966 [1892, 1893], 156.

3 Au début du XXe siècle, l’Empire britannique s’étend sur près d’un quart de la Terre. En Afrique Australe, de 1795 à 1902, les Britanniques occupent et annexent le Cap de Bonne Espérance, le Natal, le Basutoland et le Zululand, ils forment la Rhodésie en s’emparant du Bechuanaland, du Matabeleland et du Mashonaland, enfin ils s’approprient le Transvaal et l’État libre d’Orange.

4 Au milieu du XIXe siècle, le mouvement féministe britannique s’organise autour de Barbara Bodichon, Dorothea Beale, Jessie Boucherett, Frances Buss, Emily Davies, Elizabeth Garett, Octavia Hill, Helen Taylor et Maria Rye. Grâce à son action, quelques victoires sont célébrées. Le Married Women Property Act de 1870 octroie à la femme mariée la maîtrise de ses revenus, celui de 1882 l’autorise à posséder des biens en son nom. À partir de 1891, à la suite d’une décision de la cour d’appel dans l’affaire Regina vs Jackson la loi ne permet plus à un époux de retenir sa conjointe contre son gré ou de l’emprisonner dans sa propre demeure.

5 En avril 1900, Alfred Milner, gouverneur du Cap, reçoit un télégramme de Joseph Chamberlain lui faisant part du mécontentement de la reine : “The Queen regrets to observe a large number of ladies now visiting South Africa, often without imperative reasons, and strongly disapproves of the hysterical spirit which seems to influence some of them to go where they are not wanted.” Telegram from Mr. Chamberlain to Sir Alfred Milner, 3 April 1900, Alfred Milner Papers, 73.

6 Eleanor Tyrrell, South African Snapshots for English Girls, London : Gay & Hancock, 1910, 6. L’ouvrage semble également destiné à encourager les émigrantes potentielles comme le suggère une nota bene à la fin de l’introduction : “Since this book went to press, a ‘Committee of Colonial Intelligence for Educated Women’ has been formed in London, under the auspices of H.R.H. Princess Christian of Schleswig-Holtsein, the Countess of Bective, the Lady Knightley of Fawsley, and Mrs. Norman Grosvenor. This organization aims at finding openings for, and supplying information to, educated women desirous of obtaining paid posts of usefulness overseas. Letters should be addressed to the Secretary c/o. Coutts’s Bank, 440, Strand, London, W.C. (xii)”.

7 Cité dans Jane Mackay & Pat Thane, « The Englishwoman », in Robert Colls & Philip Dodds (Ed.), Englishness : Politics and Culture 1880-1920, London : Croom Helm, 1986, 204.

8 Cf. Gillian Whitlock, « ’Across the ‘South’ with Lady Barker », in Kate Darian-Smith, Liz Gunner & Sarah Nuttall (Ed.), Text, Theory, Space. Land, literature and history in South Africa and Australia, London : Routledge, 1996, 65-80.

9 “A certain tradition of images, cults, customs, rites and artefacts, as well as certain events, heroes, landscapes and values, come to form a distinct repository of ethnic cultures, to be drawn upon selectively by successive generations of the community”, Anthony D. Smith, National Identity, London : Penguin, 1991, 38.

10 Gérard Lenclud, « Ethnologie et Paysage », in Claudie Voisenat (Dir.), Paysage pluriel, pour une approche ethnologique des paysages, Coll. Ethnologie de la France, Cahier n° 9, Paris : Éditions de la Maison des Sciences de l’Homme, 2001 [1995], 3-17, 4, 5,10.

11 Mary Russell, The Blessings of a Good Thick Skirt, London : Collins, 1988, 213.

12 Edward W. Saïd, Culture and Imperialism, London : Vintage, 1994 [1993], 158.

13 Frances Macnab [pseud. Agnes Fraser], On Veldt and Farm, London : Edward Arnold, 1897, i.

14 Louisa Hutchinson, In Tents in The Transvaal, London : Richard Bentley & Son, 1879, 224.

15 Sarah Heckord, A Lady Trader in The Transvaal, London : Sampson Low, Marston, Searle & Rivington, 1882, 375.

16 Alice Balfour, Twelve Hundred Miles in a Waggon, London : Edward Arnold, 1895, x.

17 Annie Martin, Home Life on an Ostrich Farm, London : G. Philip, 1890, 9.

18 David Le Breton, « Ouverture », in David Le Breton (Dir.), L’Aventure. La Passion des détours, Coll. Mutations n° 160, Paris : Editions Autrement, 1996, 13-71, 60.

19 Robert Sack, Human Territoriality. Its Theory and History, Cambridge : Cambridge UP, 1986, 5. Contrairement à la théorie du déterminisme biologique qui à partir de l’étude du comportement animal stipule que l’homme, dans son interaction quotidienne avec l’espace, est génétiquement programmé pour conquérir et défendre son espace (cf. le livre de l’anthropologue Robert Ardrey, The Territorial Imperative, A Personal Enquiry into the Animal Origins of Property and Nations, London : Collins, 1967), un autre courant de pensée en sciences sociales (représenté par Sack) avance l’idée selon laquelle le comportement territorial de l’homme est conditionné par l’environnement économique, social, politique et culturel dans lequel il se trouve.

20 Macnab, op.cit., 101.

21 Balfour, op.cit., 68.

22 Maurice Bloch, « Devenir le paysage. La clarté pour les Zafimaniry », in Claudie Voisenat (Dir.), Paysage pluriel, pour une approche ethnologique des paysages, Coll. Ethnologie de la France, Cahier n° 9, Paris : Éditions de la Maison des Sciences de l’Homme, 2001 [1995], 89-102.

23 Darwin, op.cit., 571.

24 Théorie qui s’enracine dans les travaux de Johann Jakob Bachofen, Mutterrecht (1861), Henry Maine, Ancient Law (1870) et Lewis Morgan, Ancient Society (1877), qui ont inspiré Friedrich Engels pour L’Origine de la famille, de la propriété privée et de l’État (1884) où il définit le renversement du matriarcat et l’apparition du patriarcat comme “la grande défaite historique du sexe féminin”.

25 William. H. Davenport Adams, Celebrated Women Travellers of The Nineteenth Century, London : W. Swan Sonnerschein, 1883, 11.

26 Heckford, op.cit., 19-20, mon soulignement.

27 Macnab, op.cit., 104.

28 Heckford, op.cit., 1.

29 Hutchinson, op.cit., 6.

30 Ibid., 20.

31 Lady Mary-Anne Barker, A Year’s Housekeeping in South Africa, London : Macmillan & Co., 1894 [1877], 172.

32 Barker, op.cit., 250.

33 Ibid., 253.

34 Ibid., 257.

35 Marianne North, A Vision of Eden : The Life and Work of Marianne North 1830-1890, New York : Holt, Rinehart & Winston, 1980, 207.

36 Macnab, op.cit., 101-102.

37 Shirley Foster, Across New Worlds : Nineteenth Century Women Travellers and Their Writings,

London : Harverster Wheatsheaf, 1991, 12.

38 Heckford, op.cit., 140.

39 Hutchinson, op.cit., 137.

40 Karen R. Lawrence, Penelope Voyages. Women and Travel in the British Literary Tradition, Ithaca & London : Cornell UP, 1994, 110.

41 Cf. Catherine Barnes Stevenson, Victorian Women Travellers in Africa, Boston : Twayne, 1982, 25.

42 Peter Stallybrass & Allon White, The Politics and Poetics of Transgression, Ithaca : Cornell UP, 1986, 193.

43 Balfour, op.cit., 97.

44 Barker, op.cit., 306.

45 Hutchinson, op.cit., 105.

46 Martin, op.cit., 72-97.

47 Hutchinson, op.cit., 188-189.

48 Florence Dixie, In the Land of Misfortune, London : Richard Bentley & Son, 1882, 403.

49 Heckford, op.cit., 6.

50 Hoxie Neale Fairchild, The Noble Savage. A Study in Romantic Naturalism, New York : Russell & Russell, 1961, 376.

51 North, op.cit., 201-202.

52 Albert Camus, Le Mythe de Sisyphe, Paris : Gallimard, 1976, 30.

53 Hutchinson, op.cit., 82.

54 Barker, op.cit., 40.

55 Dixie, op.cit., 15.

56 Dixie, op.cit., 261.

57 Heckford, op.cit., 61.

58 Macnab, op.cit., 106.

59 Deborah Cameron (Ed.), The Feminist Critique of Language : A Reader, London : Routledge & Kegan Paul, 1999 [1998], 3.

60 Gill Valentine, « The geography of women’s fear », Area, 21(4), 1989, 385-390.

61 Martin, op.cit., 242.

62 North, op.cit., 202.

63 Dixie, op.cit., 311.

64In the meantime kind Mr. Y − had gone to fetch the witches − as everybody persisted in calling them − and presently they appeared in full official dress, walking along in a measured stately step, keeping time and tune to the chanting of a body-guard of girls and women, who sang continuously ; in a sort of undertone, a monotonous kind of march. They made an excellent stage entrance. Grave, composed, erect, and dauntless of mien, these Amazonian women walked past the verandah, raising their hand as the men do with the low cry of “Inkosi” in salutation. Their pride is to be looked upon as men once they take up this dread profession, which is sometimes shared with them by men. They are permitted to bear shield and spear as warriors, and they hunt and kill with their own hands the wild beasts and reptiles whose skin they wear ”. Barker, op. cit., 172-3.

65 Heckford, op. cit., 115.

66 Ibid., 250.

67 Macnab, op. cit., 88-89.

68 Gillian Beer, « The dialogues of Alice : talk and tactics », in Michel Morel (Dir.), Lewis Carroll, jeux and enjeux critiques, Nancy : PU de Nancy, 2003, 107-116, 109.

69 “Biology and Woman’s Rights”, Popular Science Monthly, 14, 1879. Cité dans Teitelbaum, 1976,

70 Sandra M. Gilbert & Susan Gubar, The Madwoman in the Attic. The woman writer and the nineteenth century literary imagination, London & New Haven : Yale UP, 1984 [1979], 235.

71 Steven Connor, « Myth and Meta-myth in Max Müller and Walter Pater », in John Barrie Bullen (Ed.), The Sun is God. Painting, Literature and Mythology in the Nineteenth Century, Oxford : Clarendon Press, 1989, 199-222, 206.

72 Norman Fairclough, Language and Power, Harlow : Longman, 1989, 4.

73 Virginia Woolf, Women and Writing, London : Women’s Press, 1979 [1929], 48. Mill fait aussi référence à l’impérialisme culturel de l’homme : “If women lived in a different country from men and had never read any of their writings, they would have had a literature of their own. […] If women’s literature is destined to have a different collective character from that of men, depending on any difference of natural tendencies, much longer time is necessary than has yet elapsed, before it can emancipate itself from the influence of accepted models, and guide itself by its own impulse”, John Stuart Mill, « The Subjection of Women », in John Gray (Ed.), On Liberty and Other Essays, Oxford : Oxford UP, 1991 [1869], 471-582, 548-9.

74 Frances E. Colenso, History of The Zulu War and Its Origin, London : Chapman & Hall Ltd.,1880.

75 Camus, op.cit., 30.

76 Dixie, op.cit., 347.

77 Balfour, op.cit., 204-205.

78 Catherine Chalier, « Le risque de vérité », in David Le Breton (Dir.), L’Aventure. La passion des détours, Coll. Mutations n° 160, Paris : Éditions Autrement, 1996, 185-203, 188.

79 Balfour, op.cit., xi, mon soulignement.

80 Jean Raimond, La Littérature Anglaise, Coll. Que Sais-je, Paris : PUF, 1986, 80.

81 Michelle Perrot, « Sortir », in Georges Duby et Michelle Perrot (Dir.), Histoire des femmes en Occident. Le XIXe Siècle, vol. 4, Paris : Plon, 1991, 467-494, 485.

82 John Berger, Ways of Seeing, London : BBC & Penguin, 1977 [1972], 46-47.

83 Elaine Schowalter, A Literature of Their Own. From Charlotte Brontë to Doris Lessing, London : The Virago Press, 1999 [1977], 4.

84 Cf. Frederick W. Boal, « Ethnic residential segregation », in David T. Herbert & Ron J. Johnston (Ed.), Social Areas in Cities, London : Wiley, 1978, 57-95. Factors influencing ghetto Formation : Defence against attack by the majority group; Avoidance of the dominant culture in order for the minority to assert its own identity; Preservation of cultural norms and heritage, which is easier when one is part of a group; rather than an individual or lone household; Resistance to threat or assimilation can be enhanced through the use of a territorial strategy ;political representation may be obtainable as a consequence of significant numbers of thesame ethnic group residing in the same locality.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Ludmila Ommundsen, « « ‘This, I told myself, was really Africa’. Des territoires et des femmes. Récits féminins de voyage en Afrique Australe à la fin du XIXe siècle » », Revue LISA/LISA e-journal [En ligne], Écrivains, écritures, Literary studies – Varia, mis en ligne le 02 mars 2015, consulté le 26 septembre 2017. URL : http://lisa.revues.org/7171

Haut de page

Auteur

Ludmila Ommundsen

Le Havre, France. Ludmila Ommundsen wrote her doctoral thesis on women’s travel narratives in 19th century Southern Africa (University of Lille, 1999) while benefiting from a fellowship in South Africa (1994-1998). She is currently a lecturer at the University of Le Havre (France) and has published several articles on Victorian travellers and writers. Her research also focuses on post-apartheid South African literature and culture from a combined Gender and Cultural Studies perspective.

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la Revue LISA / LISA e-journal sont mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Revues.org