Navigation – Plan du site
Literary studies – Varia

Jean Rhys et Shani Mootoo ou la fragmentation de l’être

Jean Rhys and Shani Mootoo or a Fragmented Colonized Body
Freddy Marcin

Résumés

L’identité au sein d’une société coloniale ne se définit point par la singularité mais par la pluralité des origines. L’être devient alors une mosaïque identitaire en proie à de nombreux doutes et sombre inexorablement vers l’implosion et la folie demeurant la seule échappatoire d’un monde exigeant et fortement masculinisé. Dans ce présent article, nous étudierons à la lumière des stratégies discursives des littératures post coloniale et queer ainsi qu’à l’aide de la déconstruction et subversion des canons, la crise identitaire féminine des personnages principaux de Wide Sargasso Sea de Jean Rhys et de Cereus Blooms At Night de Shani Mootoo.

Haut de page

Texte intégral

1Le colonisé peut être vu comme un corps qui ne nous appartient pas, si bien que l’esprit se meurt à force de lutter pour reconquérir un corps bafoué et désabusé mais également déterritorialisé. La notion de perte est d’une importance capitale lorsqu’il est question du colonisé car ce dernier n’a plus aucun repère, il est perdu dans un monde qui lui semble autre, dans un lieu qui n’a point les mêmes codes de fonctionnement, les mêmes codes culturels et linguistiques, un lieu où la symbolique devient étrangère. Le colonisé semble être le perdant d’un combat déjà joué et déjà remporté par le colonisateur qui, de par sa force et sa dite supériorité, a déjà prédit et scellé le sort du subordonné. La colonisation semble être le point de départ d’un grand nombre de troubles existentiels car suite à cette dislocation de l’être souvent liée à une rupture familiale, la vie du colonisé est souvent vouée à l’échec allant de pair avec les vocables d’aliénation, de marginalisation, d’auto flagellation, d’exil, ou à une lente « mort de l’autre » comme l’affirme Rocchi (Rocchi, 2006,1). Car qui est l’autre à part cette réflexion floue du colonisateur, cet être incompris qui est en quête d’identité, cet être que l’on a condamné à vivre une vie à laquelle il n’aura pas droit au chapitre, cet être qui vivra en marge d’une société qui n’a point besoin de lui ? Autant de questionnements existentiels que les littératures post-coloniale et queer ont cherché à mettre en exergue afin d’apporter une réponse à la quête du colonisé. Shani Mootoo et Jean Rhys au travers de leurs ouvrages respectifs Cereus Blooms At Night (CBAN) et Wide Sargasso Sea (WSS), tentent à l’aide d’une réécriture mais également de la subversion des canons de re/donner une identité au colonisé ou du moins de faire re/naitre cet autre afin que le lecteur puisse comprendre les méandres de la vie du subordonné régie par la folie, le désarroi et le poids d’une figure masculine autoritaire forçant la femme à vivre dans l’ombre. Ces tropes communes aux deux auteures accentuent les horreurs engendrées par la colonisation qui détruit le colonisé qui ne peut ou ne veut se soumettre aux normes de la société et créera sa propre vérité dans un monde parallèle.

2Bien que les personnages principaux de ces deux ouvrages soient des femmes et qu’une lecture féministe semble aller de soi, il est judicieux d’allier la perspective féministe à la posture post coloniale car ces deux auteures ne cherchent pas tant à re/donner de la valeur à une femme bafouée et malmenée par une figure masculine autoritaire et destructrice, ces écrivaines cherchent au travers d’une métaphore filée associant l’homme à la puissance coloniale à montrer que ce système est synonyme de l’annihilation d’une population autre qui ne peut exister qu’au travers du silence et de la subordination. Par conséquent, la situation de dominé des femmes au sein de ces ouvrages face à l’homme s’étend à de multiples égards à la condition de subordination du colonisé face au colonisateur. Mais c’est également au travers de l’évolution épique des femmes acharnées et victimes de double colonisation que les stratégies d’écriture adoptées vont s’élever contre les diktats hégémoniques.

3L’objectif de ce présent article est de comprendre comment la subversion des canons ainsi que la de/construction littéraire offrent une plateforme discursive et protestataire ayant pour thème l’aliénation et la dégénérescence du colonisé aux auteures des littératures queer et postcoloniale.

Perte de repères et quête d’identité

Identité raciale et sociale

« White cocroach, go away, go away, no body want you go away » (Rhys, 2000, 20).

4Arrivé dans une société autre, le colonisé est en proie aux doutes et cherche à se raccrocher à l’aide de la mémoire à un semblant de réalité afin de re/conquérir le sens de sa vie. Jean Rhys et Shani Mootoo vont nous mettre face à ces questionnements essentiels et à cette quête identitaire déchirante. Alors que Mootoo au travers de la subversion des canons et de la déstabilisation des sexes cherchera à donner libre cours à la naissance d’un troisième sexe, au transgenre ou encore à ce que je qualifie d’hybridité sexuelle, Rhys cherchera à assembler les pièces du puzzle de la vie d’Antoinette, ce white cockroach, ni Britannique ni Caribéenne mais une sorte d’inbetween.

  • 1 Keep them, you cheating nigger.

5Bien que décrite comme étant une créole par de multiples chercheurs, Antoinette Cosway, d’origine européenne et née aux Antilles ne trouve point sa place dans ce monde colonial. La famille Cosway n’est point portée en estime par la communauté locale noire. Les membres de la famille de la protagoniste vivent dans une totale exclusion au sein d’une société qui ne veut pas ou plus d’eux à cause d’un ressentiment esclavagiste. Cette exclusion est d’autant plus féroce dans le cas d’Antoinette car en plus d’être ostracisée en tant que membre de la famille Cosway, Antoinette dès le début de l’ouvrage, est l’exclue de sa propre famille. En effet, l’attention toute entière de sa mère est tournée vers son fils malade Pierre. Se sentant mal aimée, incomprise et solitaire, Antoinette se tourne vers Christophine qui restera sa seule véritable alliée. Christophine, personnage emblématique et énigmatique, peut à de multiples égards être considérée comme une mère de substitution. De surcroît, Antoinette trouve un certain réconfort dans les doux méandres du cercle enfantin auprès de sa seule amie/ennemie Tia, fille de servante. Mais les origines raciales et statutaires viendront rapidement entraver cette relation fraternelle. En effet, lors d’une balade près du lac, la relation amicale s’envenime et laisse présager le mal être futur d’Antoinette ainsi que l’incompréhension et l’abandon des personnes qui lui seront proches. En lui dérobant des pièces de monnaie, Tia crée une brèche dans cette amitié métisse. Pour preuve, cet acte laisse remonter à la surface un antagonisme racial et historique car la réponse d’Antoinette allie directement la sphère capitaliste à celle de la race. Antoinette clame : « garde les, escroc de nègre » (Rhys, 21)1. Le terme cheating utilisé ici, laisse transparaitre les préjugés que la communauté blanche esclavagiste avait envers les Noirs considérés comme étant des êtres fainéants ne sachant que profiter de la bonté de certains maitres blancs. L’image historique de lazyness liée aux Noirs lors de l’esclavage semble fonder un symbolisme négatif dans l’imaginaire du Blanc.

  • 2 That’s not what she hear, she said she hear all we poor like beggar. We ate salt fish (...)
  • 3 She is ashamed of me what Tia said is true.

6Quoique très érudite pour son âge et consciente des conflits raciaux sévissant dans cette société, Tia incarne la voix du peuple noir. En effet, cette dernière lui rétorque d’un air supérieur et vainqueur : « ce n’est pas ce qu’elle a entendu, dit-elle, elle a entendu que nous ‘tions pauvres comme des mendiants. Nous mangeons du poisson salé – pas d’argent pour du poisson frais. La vieille maison coule, vous courrez avec des calebasses pour recueillir l’eau quand il pleut. Ya plein de blancs en Jamaïque, de vrais riches, ils ont de l’argent », mettant en lumière le désarroi financier de la famille Cosway en Jamaïque mais également son exclusion (Rhys, 21)2. Ce malencontreux épisode entre les amies a également un impact psychologique car de retour chez elle avec les habits de Tia, Antoinette remarque que sa mère reste silencieuse et se met immédiatement à penser : « elle a honte de moi, ce que Tia a dit est vrai » (Rhys, 23)3.

  • 4 A handful of drunken negroes.
  • 5 Coco a green parrot , didn’t talk very well, he could say qui est là, qui est là and (...)

7De surcroît, de nombreux symboles sont disséminés dans cet ouvrage formant un champ lexical autour de la quête d’identité. En effet, lors de la puissante et tragique révolte des Noirs dans la section 1 que Mason tente de minimiser en stipulant qu’il ne s’agit que d’« une poignée de nègres saouls » (Rhys, 32)4 ; un passage traite de Coco le perroquet, qui de prime abord est sans importance mais mérite une attention particulière. Il est dit que : « Coco, un perroquet vert, ne parlait pas très bien, tout ce qu’il pouvait dire c’était qui est là, qui est là et il se répondait à lui-même en disant ché Coco ché Coco » (Rhys, 35)5. Cette question existentielle sans réelle réponse sinon un retour sur soi fait écho au désir d’identité d’Antoinette qui cherche à savoir qui elle est vraiment et ne trouve aucune réponse cohérente. C’est probablement ce manque de réponse accolé à un ostracisme virulent et à l’oppression de la société toute entière incluant son mari qui la précipite dans la folie.

  • 6 I was glad to be like an English girl but I missed the taste of Christophine’s cookin (...)

8L’inbetweeness (ou hybridté culturelle) d’Antoinette se lit dans tous les instants de sa vie, car suite au second mariage d’Annette avec M. Mason et de la réhabilitation de Coulibri Estate, Antoinette affirme : « j’étais contente d’être comme une petite Anglaise mais le goût de la cuisine de Christophine me manquait » (Rhys, 30)6, témoignant du vacillement ou du déchirement sévissant en son être, ne sachant pas vers quelle culture elle doit se tourner, celle de ses ancêtres en Angleterre, une contrée lointaine qu’elle ne connait pas, ou la culture Antillaise qu’elle a appris à connaitre au travers du personnage protecteur de Christophine mais qui ne veut point d’elle.

  • 7 You have been shamefully deceived by the Mason family [...] they tell you perhaps tha (...)
  • 8 My name is not Bertha; why do you call me Bertha?
  • 9 I will be a different person when I live in England.

9Cet ouvrage est un exemple édifiant d’une stratégie de dé/voilement d’identité, car Daniel demi-frère d’Antoinette, dans une correspondance avec Rochester lui apprend : « Vous avez été honteusement trompé par la famille Mason [...] ils vous disent que le nom de votre femme est Mason mais ils ne vous disent pas quelle sorte de personnes étaient les Cosways » (Rhys, 79-80)7. Cependant, connait-il véritablement l’Antoinette qu’il cherche à décrire ? Est-il en pleine mesure de comprendre ce tiraillement culturel et ce mariage sans amour ? Cet acte n’est-il pas animé par la jalousie ? Quoiqu’il en soit cette lettre est lourde de conséquences pour l’avenir du mariage Rochester/ Antoinette car les soupçons du début de Rochester deviendront de plus en plus présents creusant une distance accrue entre les deux époux. De plus, Rochester entre pleinement dans ce jeu de dévoilement identitaire notamment lorsqu’il rebaptise Antoinette en Bertha. Rochester au travers de cette re/nominalisation lui arrache ses racines afin de lui façonner une nouvelle identité et de la différencier un peu plus de sa mère Annette. Cette nouvelle appellation est un véritable choc psychologique pour Antoinette qui finit par attester : « Je ne m’appelle pas Bertha, pourquoi m’appelez-vous Bertha ? » (Rhys, 111)8. Cette rébellion d’un instant, tendant vers un ancrage dans sa vie passée aurait pu faire croire à une affirmation identitaire ferme, néanmoins son personnage ne cessera d’évoluer car Antoinette ne sera plus jamais la même et deviendra après être devenue Bertha, the madwoman of the attic en Angleterre contrée, qui selon elle lui permettra de devenir une personne différente comme en témoignent ses propos lors d’une discussion avec Christophine, « Je serai une personne différente une fois en Angleterre » (Rhys, 92)9.

Gender and identities

  • 10 Both of Mala Ramchandin’s parents, Chandin and Sarah, descend from indentured laborers b (...)
  • 11 His island “foreignness” will distract from his perversion.

10L’hybridité culturelle et ethnique, la quête et transformation identitaire incarnées par l’évolution d’Antoinette/Bertha semblent être les thématiques d’où émanent les tourments qui pervertissent également l’essence des personnages de CBAN. « Les deux parents de Mala Ramchandin, Chandin et Sarah, descendent de travailleurs sous contrat amenés de l’Inde comme la "solution" économique à la fin de l’esclavage » (May, 2004, 5)10, entrainant comme dans le cas des Cosways des tensions raciales sur l’île. Mais la quête d’identité dans CBAN ne se cantonne pas à l’étude d’un seul personnage en proie aux doutes ; elle se poursuit au travers de la thématique de l’entre-deux et de l’indécision d’une identité sexuelle affirmée. La transsexualité est incarnée de manière remarquablement troublante par les personnages de Tyler et d’Otoh qui, de par un caractère atypique, seront les seuls à pouvoir comprendre Mala et à entrer dans son monde. En effet, étant la cible principale des attaques homophobes des habitants de Lantanacamara, Tyler mieux que quiconque peut comprendre la notion de rejet et l’impact du regard scrutateur et destructeur. C’est pourquoi à travers sa voix le lecteur comprendra mieux la souffrance de Mala. Le thème de l’Otherness dans son cas est d’autant plus prégnant car il fut poussé à l’exil en espérant que « son "étrangeté" détournerait l’attention de sa perversion » (May, 6), telle la couverture d’une tare par une autre11. Cependant, cet exil le met face à une quête identitaire profonde, car coupé de sa famille et de ses repères pour cacher son appartenance sexuelle, Tyler se met en situation d’exil face à lui-même, ne pouvant jamais se révéler au grand jour. Il ne s’agit donc plus d’une simple situation d’opposition contre la société mais d’une situation d’opposition face à son propre être pouvant engendrer des troubles psychiques sévères.

11Le lecteur de par son envie à la catégorisation est poussé à se demander s’il s’agit d’une femme ou d’un homme. Cependant la réponse n’est jamais claire car Tyler est, pour reprendre un terme cher à la théorie d’Homi K. Bhabha, à l’interstice de plusieurs genres flirtant avec ces derniers tout en refusant une intégration catégorielle pure. Afin de déconstruire et combattre la vision sexuelle manichéenne euro-centriste, dans CBAN le genre et la sexualité interagissent, se heurtent, dialoguent et se confrontent aux normes et aux carcans édités par la société jusqu’à se déconstruire totalement en déstabilisant le lecteur/colonisateur peu habitué à cette sexualité d’un nouveau genre. En effet, la mère de Mala, Sarah quitte le père Chandin pour vivre une relation amoureuse homosexuelle avec Lavinia Thoroughly. Ceci est le véritable déclenchement de la descente aux enfers de la famille Ramchandin d’une part pour le père bafoué, frustré et trompé mais également pour Mala qui perd non seulement sa mère mais également son point d’ancrage. Tentant de faire face à cet affront social mais aussi sexuel et en essayant de redonner sens à sa vie, Chandin méprend sa fille pour sa femme et force Mala à avoir des rapports sexuels initiant un inceste répété et contre nature. Les descriptions de ces actes par Mootoo sont effroyables et à la limite du soutenable. L’auteure en provoquant le dégout et le malaise du lecteur cherche à faire prendre la pleine mesure des horreurs de la colonisation dans tous ses états.

12Bien plus que dans WSS, ouvrage dans lequel la sexualité acquiert une place importante car Rochester homme fort et emblème du colonisateur est intrigué par la sexualité d’Antoinette ; ici, dans CBAN la sexualité se décline en homosexualité et transgenre et défie toute fixité. La sexualité intrigue jusqu’à créer non seulement un nouveau type sexuel mais également un nouveau personnage. En effet,

  • 12 Ambrose and Elsie’s daughter, Ambrosia, escapes into masculinity and grows up as a boy, (...)

La fille d’Ambroise et Elsie, Ambrosia, échappe à la masculinité et grandit comme un garçon, Ambroise; puis, à l’âge adulte, elle migre vers l’ambiguïté du genre comme Otoh (abréviation d’Otoh-boto, qui signifie « d’une part ... mais d’autre part ») : la vive imagination d’Ambrosia lui a donné à la fois la capacité d’imaginer de nombreux côtés d’un dilemme ... et l’incapacité frustrante de choisir (May, 6)12.

  • 13 Unlike Tyler, Otoh is sure of and confident in his gender identity, a reality that (...)
  • 14 Thus, gender and sexuality are fluid circumstances of human life, and their manifestatio (...)
  • 15 Gender-bending and migrating sexual desires in Mootoo also can be considered examples of (...)

13Cependant, le lecteur est également est droit de se demander si cette indécision sexuelle n’a pas été entrainée par l’attitude fort singulière et post traumatique d’Ambrose -père- lors de la découverte des abus de Chandin sur sa fille Mala. Cette indécision semble alors devenir la résultante d’un monde où les repères familiaux et sexuels sont bafoués et deviennent affreux et inavouables. Mais « Contrairement à Tyler, Otoh est sûr de lui et a confiance en son identité sexuelle, une réalité qui est sûrement due au soutien de ses parents, de sa capacité physique à passer pour un homme, et à l’amnésie délibérée de la communauté et de l’ignorance plus ou moins volontaire de son sexe biologique » (King, 2008, 587)13. La complexité de la thématique trans incarne toute la beauté créatrice de l’auteure et de l’ouvrage car au travers d’une subversion des canons en matière de relations sexuelles hommes/ femmes, le genre tout entier est remis en cause. En effet, dépassant les simples barrières de la différenciation physiologique et sexuelle entre les hommes et les femmes, le genre englobe beaucoup plus que de simples différences sexuelles, c’est un statut qui détermine les relations dans une société. De même, la sexualité est une construction sociale qui varie d’une culture à une autre. « Ainsi le genre et la sexualité sont des circonstances de la vie et leurs manifestations comme l’hétérosexualité ne sont pas des conditions naturelles biologiques mais des constructions qui manipulent une gamme de possibilités biologiques et sociales et qui peuvent changer au cours du temps » (Hurtado, 1999, 2)14. Mootoo crée un troisième genre, celui de l’entre deux, celui ayant des attributs des deux genres mais qui se réclame totalement indépendant en créant sa propre existence. « L’indétermination sexuelle ainsi que les désirs sexuels d’un autre genre chez Mootoo peuvent être considérés comme des exemples de modes non conventionnels d’exil et d’évasion » (May, 6)15. L’individu transgenre est celui qui est perdu et qui au travers de sa quête d’identité leurre tout le monde. Par curiosité littéraire le lecteur suit ce nouvel être d’un genre nouveau et en perd à son tour ses repères. CBAN opère comme un véritable vortex, par lequel les prérequis doivent transiter avant de sortir expurgés de tout carcan sociétal et laisser libre cours à une interprétation nouvelle. À l’instar de la symbolique du baptême où l’être est plongé dans les eaux avant de renaitre pur, les standards euro-centristes sont plongés dans cette création littéraire afin de nier la vision manichéenne, de valoriser et rendre son essence à l’hybridité sexuelle. Cependant, il ne faudrait pas croire que la description floue de la communauté gay/lesbian dans CBAN soit un éloge ou un manifeste, cette démarche s’inscrit pleinement dans une critique féministe et post coloniale de la société patriarcale.

  • 16 Mootoo makes it clear that Tyler is a trans person, that neither his gender identity nor (...)

Mootoo, énonce clairement que Tyler est une personne trans, que ni son identité sexuelle, ni son rôle social déterminé par son sexe ne correspondent aux attentes classiques de Lantanacamaran en matière de virilité et de masculinité. Notre premier indice est la transgression compte tenu de son choix de carrière, la fierté d’être « le seul homme de Lantanacamaran à n’avoir jamais été formé à la profession infirmière. » ... Tyler est lui-même conscient de sa « féminité inhabituelle » et de son attirance pour les hommes. Il déplore ce qu’il considère être son état, « ni homme ni femme mais une sorte d’entre-deux, une chose sans nom » (King, 586)16.

  • 17 Trans individuals also deliver other individuals and sometimes themselves or e (...)
  • 18 out of a desire to reveal [their ]secrets, [themselves], to this woman.

14C’est véritablement cette insaisissabilité du genre qui va permettre à Tyler, mis en marge de la société, d’approcher Mala afin de percer sa carapace pour nous livrer son histoire. C’est en alliant ces fragments de vie détruite par les diktats d’une société dominante, coloniale et destructrice aussi bien au travers de l’abus de certains hommes sur les femmes de leur entourage que par le rejet de celui/celle qui est différent ; que ces personnalités dirigent la trame narrative et se transforment au cours des pages. Ils interagissent et s’entraident afin de se re/découvrir et de re/vivre. « Les personnes trans libèrent également les individus qui les entourent. Ils se libèrent parfois eux-mêmes; il s’agit de libération mutuelle dans le sens d’une renaissance » (King, 584)17. Mala sera, en effet, la seule à qui Otoh dévoilera sa vraie identité en portant une robe, mais également la seule devant laquelle Tyler se dénudera pour enfiler une robe d’infirmière « provenant du désir de révéler leurs secrets, [eux-mêmes], à cette femme » (King, 587)18.

15Cependant et comme tout débat sur l’hybridité culturelle, raciale ou sexuelle qui s’inscrit dans une déconstruction des binarités, CBAN s’intègre dans la même dialectique à savoir l’opposition entre fixité et fluidité. En effet,

  • 19 The existence of labels such as [...]“feminine” and “masculine” are social constructions (...)

L’existence des catégories : « féminin » et « masculin » sont des constructions sociales, impliquant la non-existence de l’entre-deux. En totale opposition avec cela, Mootoo présente des personnages qui ne « correspondent » à aucun des deux sexes. Cereus Blooms At Night décrit la sexualité comme « une forme fluide d’identité et d’indétermination sexuelle » Mohammed, 2007, 2)19.

  • 20 The Otoh-Tyler union is a veritable coup-de-grace that restores the heterosexual binary (...)

16Néanmoins, la rencontre inéluctable des deux personnages hybrides repositionne d’une manière fortement atypique les relations humaines dans une catégorisation homme/femme qui va à l’encontre des relations énoncées dans l’ouvrage et ce dès le début à commencer par la relation homosexuelle de la mère de Mala et puis l’indécision sexuelle qui tourmente le lecteur dès qu’il se trouve face à Tyler et à Otoh. Cependant, Tyler n’en demeure pas moins un homme et Otoh une femme. Par conséquent, la fusion amoureuse de ces deux êtres se laisse enfermer dans une normalité que Mootoo a cherché à déconstruire. Nous sommes dès lors en droit de nous demander si cette normalité, émanant des carcans du colonialisme, qui a affligé tant de souffrances aux protagonistes ne finit par mettre nos propres pensées et nos aspirations à la liberté au pilori afin de nous enfermer dans un cercle vicieux dans lequel la normalité bien que l’on cherche à y échapper finit toujours par nous rattraper car « l’union Otoh-Tyler est un coup de grâce qui restaure le binarisme hétérosexuel comme étant la norme » (Mohammed,7)20. Mais en définitive, le travesti dans cet ouvrage n’est pas celui qui porte un habit que la société n’était pas en mesure d’attendre de lui. Le travesti est celui qui se sert de sa position d’homme respectable pour détruire la vie de son entourage en silence. Chandin devient véritablement celui qui joue sur deux tableaux, celui qui a un double rôle et visage. De par sa position d’homme et de père de famille, il ne peut être stigmatisé même si la population connait les horreurs qu’il inflige à sa fille alors que son âme est totalement troublée par sa condition d’être colonisé qui ne peut acquérir plus de pouvoir.

Pouvoir de la figure masculine et société coloniale

  • 21 Jean Rhys addresses this alienation by representing patriarchy as women’s Sargasso Se (...)

« Jean Rhys traite de cette aliénation en représentant le patriarcat comme la mer des Sargasses des femmes » (Kubitschek, 1987, 23)21.

17La subordination de la femme, son rôle limité aux fonctions domestiques, sa dévaluation, son incarnation en tant que femme pieuse et fragile sont autant de thématiques qui emplissent le discours de Rhys dans WSS et qui fondent par la même occasion sa critique de la femme de la société victorienne. En effet,

  • 22 Rhys tells the story of Antoinette – or Bertha – from a woman’s point of view, defendin (...)

Rhys raconte l’histoire d’Antoinette – ou Bertha – du point de vue d’une femme, en la défendant contre les préjugés du monde centré sur les hommes, où une femme qui ne vit pas selon les normes fixées pour elle, est considérée comme folle [...] Antoinette est la parfaite représentation de la victime de la domination masculine et de la subordination des femmes (Helenius, 2003, 1)22.

  • 23 A powerful metaphor for sexuality is the red dress that Antoinette herself loves, but w (...)

18À cause des diktats d’une société oppressante, Antoinette ne peut exister par ou pour elle-même. Son existence est définie au travers du rôle et de la fonction que la société coloniale veut bien lui accorder. Antoinette n’est même plus libre de ses propres pensées et désirs sexuels. Au sein de cette société, elle devient et/ou demeure l’ombre de l’homme aussi bien dans la vie quotidienne que pour ses propres aspirations personnelles, c’est pourquoi Rochester va tenter de refreiner les ardeurs sexuelles de sa femme. En effet, « une métaphore puissante pour la sexualité est la robe rouge qu’Antoinette aime, mais qui ne plaît pas à Rochester, sans doute parce qu’elle met l’accent sur sa sexualité et sa passion, et – dans l’esprit de Rochester – lui fait voir Antoinette comme une prostituée » (Helenius, 6)23. Le comportement d’Antoinette ne correspond point aux mœurs coloniales c’est pourquoi elle sera littéralement mise au pilori. Rochester en tant homme de la société victorienne ne comprend point pourquoi sa femme/subordonnée cherche à lui dérober son rôle de chef de famille. Cependant, comme l’affirme Cixous, c’est au travers de cette répression attractive ou du feeling of awe que Rochester décrit sa relation à Antoinette car :

  • 24 Men need to be afraid of women because it arouses them, and therefore (...)

Les hommes ont besoin d’avoir peur des femmes parce qu’elles les excitent, et par conséquent, ils associent la mort au sexe féminin comme « deux choses que l’on ne peut décrire » (Cixous 255). En effet, Rochester a besoin de détester Antoinette afin de garder sa propre santé mentale. On pourrait croire au fait que les hommes aient besoin d’associer les femmes à la mort afin de les contrôler – ils ont besoin de les « tuer » émotionnellement pour les supprimer, et c’est ce que Rochester fait à Antoinette (Helenius, 5)24

19L’annihilation de la femme par le sexe est également au cœur de CBAN, bien que la société victorienne ne soit pas mise en cause dans cet ouvrage. Néanmoins, la figure autoritaire de l’homme pesant de tout son poids sur le devenir de la femme est décrite de manière remarquable par Mootoo. La société coloniale fait perdre toute liberté à la femme car elle cherche à lui dicter les comportements à adopter ainsi que les règles de vie à suivre. Les femmes sont « doubly marginalized » au gré de l’humeur d’un mari ou d’un père autoritaire et destructeur mais également en raison d’un enfermement sociétal qui ne leur concède une existence qu’au travers d’un silencieux acquiescement (Helenius, 1). Cependant, le silence de Mala ne sera quant à lui point approbateur mais fortement inquisiteur et défiant, remettant en cause les diktats langagiers et sociétaux en opérant grâce au dévoilement un jeu linguistique avec le lecteur et les autres personnages.

20La maison de son enfance est l’incarnation du locus où la femme n’a point d’existence, le lieu où l’action devient abominable, le lieu d’horreurs journalières où le viol devient le symbole de la société colonisatrice qui tire avantage, abuse et détruit les colonisés et âmes sans défense. Le meurtre de Chandin, ainsi que la maison qui sera au fur et à mesure des pages laissée en décadence et en décrépitude seront de véritables emblèmes d’une critique à peine voilée exhortant à dépasser ces diktats coloniaux en laissant place à la liberté créatrice du colonisé incarnée par le jardin que Mala se construit afin d’échapper aux normes de la société patriarcale.

  • 25 Byronic desirable Byronic hero in Jane Eyre and villain extraordinaire (...)

21Comme chez Mootoo, la thématique de la nature obtient une place prépondérante dans l’ouvrage de Jean Rhys car le pouvoir de la société coloniale viendra s’immiscer dans le subconscient de la protagoniste afin de la déstabiliser ou de la hanter davantage au travers de rêves récurrents ayant lieu au milieu de la forêt. Alors que dans CBAN la nature, bien que désordonnée, procure à Mala un deuxième souffle de vie, dans WSS les rêves de forêt sont étouffants. En effet, ce rêve ou devrions-nous ce cauchemar incarne la prise au piège dans cette société patriarcale destructrice et privative de liberté corporelle mais également de pensée. Antoinette se retrouve seule dans une forêt immensément dense à suivre un homme. La description de ce passage comme une scène effrayante et froide fait directement écho à la future vie de Bertha dans la mesure où Antoinette s’engagera dans un mariage avec un homme qu’elle ne connait point et vivra dans un mariage sans amour avec un homme froid et distant. De plus, Grandbois, lieu de leur lune de miel, laisse transparaitre une fois de plus la froideur, l’immensité et l’incompréhension d’une vie future ainsi que son départ et son enfermement en Angleterre. Mais bien plus qu’une simple prémonition, cette forêt où la femme devient un petit objet à la merci des grands arbres et des inconnus est une métaphore de la condition de la femme qui est assujettie au pouvoir de l’homme qui dicte et façonne le parcours de la femme dans cette « phallogocentric society » (Helenius, 3) incarnée par « Edward Fairfax Rochester, séduisant héro Byronic dans Jane Eyre et méchant extraordinaire dans Wide Sargasso Sea » (Kubitschek, 23)25.

22Chandin, quant à lui, est décrit comme un vrai monstre, un être qui ne se préoccupe en rien de ses filles en faisant passer son propre bonheur, si toutefois nous pouvons percevoir une once de bonheur dans la vie de cet être brisé et tiraillé entre le départ de sa femme et son besoin existentiel d’exercer une quelconque forme de pouvoir sur un autre être. Chandin n’est rien d’autre que la parfaite représentation du colonisé, l’homme qui de par sa couleur ne peut aspirer accéder aux hautes sphères sociales mais qui en fonction de son genre garde un certain pouvoir qu’il exerce sur les figures féminines les plus proches en l’occurrence sur ses filles. La naissance du monstre Chandin est à chercher dans son enfance. En effet, son malaise et son besoin d’abus de la femme résident dans sa propre condition de colonisé et très probablement dans son rejet par la société dans laquelle il se meut. Son comportement tyrannique, abominable et destructeur envers sa fille nait de ce conflit existentiel avec ses origines ainsi que de sa position de subalterne. Kathleen Ho affirme :

  • 26 He is indoctrinated with the western teachings and ideals. However, he (...)

Il est endoctriné par les enseignements et idéaux occidentaux. Cependant, il ne peut être complètement assimilé à cause de sa couleur de peau. Par conséquent, comme le colonisé, il est étranger à la culture de ses parents et demeure éloigné de la culture dominante et de la religion colonisatrice européenne ... Il occupe un espace entre les cultures indienne et européenne dans lequel il aspire à se départir de son héritage indien (Ho, 2003, 1)26.

  • 27 His darkness is inescapable.

23En effet, la vie de Chandin est régie par les désirs prosélytes du révérend Thoroughly, qui devient la véritable figure masculine et colonisatrice qui façonnera et détruira la vie de Chandin et par extension la destinée de sa famille et de Mala. Vivant chez le révérend, Chandin reçoit un conditionnement qui le force peu à peu à se départir de son identité indienne et même à haïr ses origines. De plus, c’est à cause de cette idéalisation de la race européenne que Chandin vient à admirer et tombe amoureux de la fille du révérend, Lavinia. Néanmoins, son père de substitution s’oppose à cette miscegenation en prétextant un inceste si sa fille et son fils adoptif se mariaient. Cette opposition, cependant, ne réside pas tant dans les mœurs que dans un racisme flagrant et une protection de la pureté de la race européenne. Ce premier affront/rejet va déclencher la rage du jeune Chandin qui sera amené à se dégouter car « son origine ethnique est inévitable » (Ho, 1)27. En raison d’un statut non affirmé, Chandin sent un besoin irrépressible d’affirmer sa puissance sur des êtres fragiles. Il se tourne dès lors vers Sarah, jeune indienne, qui est d’une part marginalisée à cause de la subordination à la race européenne mais également à cause de sa condition de femme et par conséquent détient moins de pouvoir sociétal que Chandin. Exercé un pouvoir sexuel sur une femme, permet à Chandin de construire sa propre masculinité.

  • 28 Tyler is more caring and more emotionally intuitive than any of the female nurses or ot (...)

24Les hommes dans ces ouvrages sont décrits comme étant des brutes incarnant l’impact néfaste de la société coloniale sur les individus /subordonné(e)s. Cependant, la subversion des canons à laquelle s’adonne Mootoo, met en échec ces comportements fortement masculinisés car le révérend Thouroughly et Chandin en utilisant le pouvoir colonisateur et cette mission de conversion n’auront que comme résultat la peur et le dégout des individus les entourant, alors que Tyler et Otoh, émanant du troisième genre, auront une approche autre de la communion avec un être grâce à une sensibilité que les êtres issus de la norme sexuelle ne peuvent comprendre. Ces personnages vont chercher à comprendre et à libérer Mala de ses maux. En effet, « Tyler est plus attentionné et émotionnellement intuitif que n’importe quelle infirmière ou autre personnage masculin ou féminin de l’ouvrage » (King, 595)28.

La folie du colonisé

  • 29 Wide Sargasso Sea’s protagonist appears fragmented, insecure, and disoriented.

« Les protagonistes de Wide Sargasso Sea apparaissent comme étant fragmentés, peu sûrs d’eux et désorientés » (Mardorossian, 1999, 1072)29.

  • 30 Madness is usually taken to mean being outside the working logics of society and theref (...)

25Antoinette Bertha Mason, personnage fortement atypique et inquiétant suscitant la curiosité mais également la peur de Jane Eyre, personnage n’ayant point de vie propre, re/nait lors de WSS. Jean Rhys, offusquée de ce traitement parcellaire et lacunaire, revisite le canon littéraire de Charlotte Brontë et offre une vie pleine quoique sinueuse et troublée à ce personnage, véritable emblème du mal être du colonisé/ déterritorialisé. En effet, dans ces ouvrages la folie est bien plus qu’une simple perte de raison. La folie pour ces deux auteures n’est rien d’autre que la résultante d’une mosaïque d’événements malencontreux initiant l’othering et l’ostracisme du subordonné au sein d’une société coloniale et patriarcale décimant la femme qui ne peut et ne veut vivre avec des diktats imposés. « La folie signifie être hors des logiques fonctionnelles de la société et par conséquent être insignifiant plutôt qu’une alternative prégnante de sens » (May, 13)30. C’est au travers de sa folie et de son silence que Mala mettra en place une véritable stratégie discursive permettant au lecteur de comprendre sa vie. C’est également au travers d’un processus de réécriture ou de re/invention de la vie qui lui avait été supprimée que Rhys fait naitre Bertha en l’humanisant dans l’optique de la faire sortir de ce carcan imposé par la société victorienne pour comprendre comment cette dite société a précipité sa chute. Le thème de la folie ou de la fragilité mentale apparait dès le début de WSS et semble être une tare familiale dont Antoinette héritera. Bien que sa folie ne se confirme que vers la fin de l’ouvrage, de nombreuses références à ce thème sont disséminées dans la trame narrative au travers de la narration de la vie d’Annette mais également par l’intermédiaire des rêves et des images de chaleur et de feu. Cependant, il faut éviter de tomber dans le piège de la simple catégorisation comme Daniel a cherché à le faire croire à Rochester lors de l’envoi de ses lettres. Loin d’être un problème d’ordre médical, la folie de ces deux femmes est la résultante d’une vie de subordonnée poussée à son propre dégout et à sa propre destruction. L’autorité de la société coloniale au travers de la figure masculine sur les femmes, véritables incarnations du colonisé dans ces textes, accolée à la solitude, le rejet, l’isolation mais également les conflits raciaux et culturels poussent ces femmes à se couper inéluctablement de la vie sociale mais également de la vie réelle en vivant en parallèle dans un autre monde.

26La relation Antoinette/ Rochester est définie au travers de l’incompréhension, de la peur, du désir et du rejet. Une fois de plus ostracisée par l’homme qui était censé l’aimer et la protéger, Antoinette sombre dans la folie.

  • 31 In the beginning, Rochester wants to be good to his wife, but because he does not under (...)

Au début, Rochester veut être bon envers sa femme, mais parce qu’il ne la comprend pas, parce qu’il n’arrive ni à déchiffrer sa culture ni sa puissante sexualité, il finit par la craindre et la haïr. Antoinette se donne complètement à lui, même si elle a peur, ainsi il semble que c’est ce rejet de Rochester qui la détruit et la plonge dans la folie (Helenius, 2)31.

  • 32 Terme issu de la philosophie féministe désignant les critiques littéraires.
  • 33 Gynocritic Elaine Showalter states that in Victorian times, ‘[s]exual appetite was cons (...)

27De surcroît, « Elaine Showalter, gynocritique32, indique qu’à l’époque victorienne, l’appétit sexuel a été considéré comme l’un des principaux symptômes de la folie chez les femmes, et donc elle conclut que Bertha Mason a été considérée comme souffrant de troubles mentaux » (Helenius, 5)33. La folie de Mala semble être du même ordre, à savoir la résultante du poids et des abus de la figure masculine. Mala, confrontée à l’abandon du domicile familial par sa mère, aux duretés et abus répétitifs de son père s’enferme dans un monde dont elle est la seule à posséder la clef de lecture. Tyler ainsi que le lecteur chercheront à percer la carapace que la protagoniste s’est forgée. Toute la complexité de l’ouvrage réside dans ce jeu de découverte. Ici, la littérature ne cherche pas à exprimer un nouveau genre, mais cherche à faire entrer le lecteur dans un jeu avec l’auteure mais également avec les personnages afin de déceler le vrai du faux, le réel du virtuel. La folie semble être dans ces deux ouvrages le véritable indicateur humain, langagier, littéraire et spirituel du mal que la colonisation apporte au colonisé et notamment à la femme victime de double colonisation. La folie ici, n’est point une perte de raison ou d’un repère spatio-temporel; la folie est une nouvelle lecture des événements provenant de la raison du subordonné qui a pour une fois voix au chapitre de sa vie.

Liberté et enfermement

  • 34 Mason clipped his wings he grew very bad tempered.
  • 35 To outsiders, the garden is a space of chaotic, [...] and sensory (...)
  • 36 Like her garden, which is viewed by outsiders as disorderly, Mala (...)

28Le thème de la liberté /enfermement est singulièrement présent au cœur de ces deux ouvrages bien qu’il s’exprime de manière différente selon la perspective narrative. Dès le début de WSS, Annette se sent comme étouffée par cette atmosphère et tension raciale. Elle est fortement perturbée par les rumeurs d’une révolte d’esclaves grandissante et demande à Mason – son second mari – de quitter Coulibri Estate le plus rapidement possible. Antoinette affirme que : « my mother walked over to the window (‘Marooned’, said her straight narrow back, her carefully coiled hair. ‘Marooned’) » (Rhys, 22). Le terme « marooned »utilisé ici est très spécifique et signifie être abandonné sur une île déserte comme punition. L’utilisation de ce terme par Annette incarne de manière métaphorique son mal être dans une société où elle ne se sent plus être car devenue autre. Comme transmis à sa fille, Antoinette se sentira très vite emprisonnée par un mariage arrangé et sans amour mais également à cause de la totale dépendance financière à Rochester. Le mariage comme décrit par Rhys ne représente en rien un acte d’union dont l’amour est la seule constante primordiale. Le mariage au sein de WSS est intrinsèquement lié à la sphère capitaliste car au travers du mariage, la femme devient prisonnière de son nouveau mari en attendant un amour naissant qui ne bourgeonnera point. Les rêves/cauchemars d’Antoinette durant lesquels elle se retrouve apeurée dans la forêt avec un sentiment d’étouffement sont prémonitoires de sa future captivité comme nous l’avons démontré au préalable. De surcroit, un rapprochement entre Coco le perroquet et Antoinette est fortement évocateur. Bien plus qu’une quête identitaire similaire, la condition de captif de Coco fait écho à celle de Bertha. En effet, « Mason a coupé ses ailes, c’est à la suite de cela qu’il devient de mauvaise humeur » (Rhys, 35), témoignant de la volonté masculine de retirer toute forme de liberté à sa compagne qui vit dans une cage dorée et ne peut s’en échapper34. Le fait que les ailes de Coco soient coupées est facilement superposable au manque d’aisance financière d’Antoinette qui comme Coco finira sa vie dans une pièce close à attendre une lente agonie. Cependant, la stratégie adoptée par Mootoo est différente. Alors que le personnage principal de Rhys finira sa vie dans une pièce close et sombre, la prison de Mala est d’ordre mental. Face à tant de souffrance et de destructions, la seule alternative viable est de se retrancher sur elle-même et de re/créer un monde à part. Mala s’enferme à l’extérieur dans le jardin dans un monde psychédélique qui lui semble ordonné. Mala choisit son propre enfermement, sa maison, son cocon et refuse de vivre dans la maison où elle a tant souffert, dans un lieu imposé par son père et donc par les normes de la société. Les notions de vie et de mort, de perte et de gain, de souvenir et d’oubli, d’enfermement de liberté sont dans CBAN complexes car elles refusent la catégorisation et la normalité. En effet, Mootoo opère une réelle subversion de canons en basant son jeu linguistique sur des critères de normalité compréhensibles du lecteur lambda. Le jardin qui obtient une place prépondérante dans cet ouvrage en est un exemple édifiant car alors que : « Pour les étrangers, le jardin est un espace chaotique, [...] et d’agression sensorielle. Le jardin de Mala offre une économie alternative de l’être. (May, 8) [...] le jardin de Mala n’est clairement pas un espace défini par la dépossession et la torture: il est plutôt un espace de plaisir » (May, 9)35.Ce jardin est le symbole même d’une « subversive method of politicized resistance » (May, 10). Pour preuve, le voisinage est dérangé par cet aspect fortement désordonné voire à l’abandon mais également à cause de la senteur de la fleur Cereus qui s’invite dans chaque maison. C’est au travers de cette attitude de défiance et belliqueuse que Mala se réinvite une existence et une place à part entière au sein de la communauté quoi qu’incomprise et marquée au fer rouge. « À l’instar de son jardin, considéré par les étrangers comme désordonné, Mala également peut et est, perçue comme une exclue aussi désordonnée et folle qu’un oiseau sans cervelle » (May, 13)36.

Conclusion

29Les littératures queer et post-coloniale offrent à travers ces deux chefs-d’œuvre une véritable critique multi-vectorielle de la condition féminine au sein d’une société patriarcale cherchant à décimer les êtres doublement colonisés d’une part à cause de leur couleur et d’autre part, en raison du genre. Mettant en avant la fragmentation et l’isolation de l’être à travers une quête existentielle d’identité, Rhys et Mootoo mettent en exergue le fait que la colonisation a engendré de réelles tragédies en déterritorialisant un être, en l’arrachant à ses origines puis en l’implantant dans une société autre qui ne lui permet de vivre qu’au travers d’un silence forcé qui demeure à la fois approbateur et fortement inquisiteur.

30Alors qu’Antoinette peut croire lors de son mariage à une échappatoire de sa condition d’exclue, elle se retrouve dans un cercle vicieux avec un homme autoritaire et froid qui en fonction de ses agissements ne fera que la précipiter un peu vers une destruction programmée se traduisant dans Jane Eyre par la folie.

31Mala quant à elle subira des atrocités au sein même de son cercle familial et ne trouvera du réconfort et de l’aide qu’auprès de personnages incarnant un troisième genre. Le langage en lui-même dans CBAN est une vraie énigme faisant écho à la quête d’identité de la protagoniste. Pour preuve :

  • 37 The bulk of Cereus is dispatched in flashback mode and frequent shifts to omniscie (...)

La majeure partie de Cereus est ponctuée de flashbacks et de changements fréquents d’un point de vue omniscient à une narration à la troisième personne. Qui plus est, Tyler est considéré comme un point d’ancrage dans la trame narrative au présent et devient donc un guide pour le lecteur, ainsi qu’un personnage dont les batailles avec une identité sexuelle font écho aux transformations par lesquelles Mala passe pour se réapproprier sa propre identité (Yang, 1999, 12)37.

32C’est en mettant bout à bout les énigmes que l’on arrive à reconstruire non seulement l’aventure de Mala mais également à percer la vraie identité des personnages qui ont refusé de se laisser décrire de manière binaire dès la première rencontre avec le lecteur. La beauté de ces ouvrages réside dans la symbolique de la société patriarcale qui est omnisciente et dicte les schémas comportementaux des personnages, mais également au travers des stratégies narratives et discursives mises en place par les auteures pour mettre en échec cette dite société. Loin de se laisser dicter leurs conduites, au travers d’une subversion des canons et d’un processus de réécriture, les auteures offrent une nouvelle lecture et un nouveau souffle de vie aux protagonistes/femmes qui ne doivent plus être considérées comme des objets de la société patriarcale mais de véritables sujets vivants capables d’évoluer. Afin de comprendre les objectifs et la finalité de ces ouvrages le lecteur doit se départir des aprioris et de sa vison manichéenne pour espérer percer à jour la vie de Mala et d’Antoinette.

Haut de page

Bibliographie

HELENIUS Marja-Liisa, « Madwoman as the Imprisoned Other: Jean Rhys’s Wide Sargasso Sea in Light of French Feminist and Anglo-American Feminist Literary Theories », University of Helsinki, 2003.

HO Kathleen, « Chandin: the colonized », Northwestern University, 2003.

HURTADO Albert, « Sex, Gender, Culture, and a Great Event: The California Gold Rush », Pacific Historical Review, 68-1, 1999, 1-19.

KING Rosamond S., « Re/Presenting Self &Other: Trans Deliverance in Caribbean Texts », Callaloo, Vol. 31, No. 2, 2008, 581-599, <http://www.jstor.org/stable/27654840> (consulté le 19 mars 2014).

KUBITSCHEK Missy, « Charting the Empty Spaces of Jean Rhys’s Wide Sargasso Sea », A Journal of Women Studies, Vol. 9, No. 2, 1987, 23-28 <http://www.jstor.org/stable/3346184> (consulté le 04 février 2014).

MARDOROSSIAN Carine M., « Shutting up the Subaltern: Silences, Stereotypes, and Double-Entendre in Jean Rhys’s Wide Sargasso Sea », Callaloo, Vol. 22, No. 4, 1999, 1071-1090, <http://www.jstor.org/stable/3299872> (consulté le 10 mars 2014).

MAY Vivian M., « Dislocation and Desire in Shani Mootoo’s Cereus Blooms at Night », Studies in the Literary Imagination; Academic Journal, Vol. 37, Issue 2, 2004.

MOHAMMED Crista, « Subverting the Lesbian-Gay Agenda: A Re-examination of Shani Mootoo’s Cereus Blooms at Night », Caribbean review of gender studies, 1, 2007.

MOOTOO Shani, Cereus Blooms at Night, New York: Grove Atlantic, 1998.

RHYS Jean, Wide Sargasso Sea [1966], New York: Penguin classics, 2000.

ROCCHI Jean- Paul, « En exorde : The Other Bites the Dust: La mort de l’Autre : vers une épistémologie de l’identité », in Jean-Paul Rocchi (dir.), L’objet identité : épistémologie et transversalité. Les Cahiers Charles V, n° 40, juin 2006, 1-28.

WILSON Lucy, « European or Caribbean: Jean Rhys and the Language of Exile », A Journal of Women Studies, Vol. 10, No. 3, 1989, 68-72, <http://www.jstor.org/stable/3346446> (consulté le 05 février 2014).

YANG June Unjoo, « Dramas of DiasporaCereus Blooms at Night by Shani Mootoo; The Pagoda by Patricia Powell », The Women’s Review of Books, Vol. 16, No. 8, 1999, 11-12, <http://www.jstor.org/stable/4023191> (consulté le 19 mars 2014).

Haut de page

Notes

1 Keep them, you cheating nigger.

2 That’s not what she hear, she said she hear all we poor like beggar. We ate salt fish - no money for fresh fish. That old house so leaky , you run with calabash to catch water when it rain. Plenty white people in Jamaica. Real white people , they got gold money.

3 She is ashamed of me what Tia said is true.

4 A handful of drunken negroes.

5 Coco a green parrot , didn’t talk very well, he could say qui est là, qui est là and answer himself ché Coco, ché Coco .

6 I was glad to be like an English girl but I missed the taste of Christophine’s cooking.

7 You have been shamefully deceived by the Mason family [...] they tell you perhaps that your wife ‘s name is Cosway ... but they don’t tell you what sort of people were these Cosways.

8 My name is not Bertha; why do you call me Bertha?

9 I will be a different person when I live in England.

10 Both of Mala Ramchandin’s parents, Chandin and Sarah, descend from indentured laborers brought from India as the economic “solution” at the end of legalized slavery.

11 His island “foreignness” will distract from his perversion.

12 Ambrose and Elsie’s daughter, Ambrosia, escapes into masculinity and grows up as a boy, Ambrose; then, in young adulthood she migrates into gender ambiguity as Otoh (short for Otoh-boto, which stands for “on the one hand … but on the other”): “Ambrosia’s obviously vivid imagination gave him both the ability to imagine many sides of a dilemma … and the vexing inability to make up his mind”.

13 Unlike Tyler, Otoh is sure of and confident in his gender identity, a reality that is surely due to his parents’ support, his physical ability to pass as a man, and his community’s deliberate amnesia and more or less willful ignorance of his biological sex.

14 Thus, gender and sexuality are fluid circumstances of human life, and their manifestations-such as heterosexual monogamy-are not “natural” biological conditions but constructions that manipulate the range of biological and social possibilities and that change over time.

15 Gender-bending and migrating sexual desires in Mootoo also can be considered examples of unconventional modes of exile and escape.

16 Mootoo makes it clear that Tyler is a trans person, that neither his gender identity nor, increasingly, his gender expression fit the conventional Lantanacamaran expectations of manhood and masculinity. Our first hint is the gender transgression of his career choice, the emphasis on his being “the only Lantanacamaran man ever to have trained in the profession of nursing.”... Tyler is himself aware of his “unusual femininity” and his attraction to men, and laments what he considers to be his condition" neither properly man nor woman but some in-between, unnamed thing.

17 Trans individuals also deliver other individuals and sometimes themselves or each other in the sense of rebirth.

18 out of a desire to reveal [their ]secrets, [themselves], to this woman.

19 The existence of labels such as [...]“feminine” and “masculine” are social constructions, which imply the non-existence of anything in between. In direct contestation to this, Mootoo presents characters that “fit” neither side of the gender/sexuality binary [...] Cereus Blooms at Night depicts sexuality as “a fluid form of identity and sexual indeterminacy”.

20 The Otoh-Tyler union is a veritable coup-de-grace that restores the heterosexual binary as normative.

21 Jean Rhys addresses this alienation by representing patriarchy as women’s Sargasso Sea.

22 Rhys tells the story of Antoinette – or Bertha – from a woman’s point of view, defending her against the prejudices of the male-centered world, where a woman who does not live according to the standards set for her is deemed mad [...] Antoinette exemplifies the victim of male dominance and female subordination.

23 A powerful metaphor for sexuality is the red dress that Antoinette herself loves, but which does not please Rochester, undoubtedly because it emphasizes her sexuality and passion, and – in Rochester’s mind – makes her seem like a whore.

24 Men need to be afraid of women because it arouses them, and therefore they associate ‘death and the feminine sex’ as ‘two unpresentable things’ (Cixous 255). Indeed, Rochester needs to hate Antoinette to gain his own sanity. It could be argued that men need to associate women with death in order to control them – they need to ‘kill’them emotionally to suppress them, and that is what Rochester does to Antoinette.

25 Byronic desirable Byronic hero in Jane Eyre and villain extraordinaire in Wide Sargasso Sea.

26 He is indoctrinated with the western teachings and ideals. However, he is unable to completely assimilate because of his dark skin. Therefore, he, as the colonized is alienated from his parent’s culture as well as the dominating culture and religion of the European colonizing force... He occupies a space in between Indian and European cultures wherein he longs to completely divorce himself from his Indian heritage.

27 His darkness is inescapable.

28 Tyler is more caring and more emotionally intuitive than any of the female nurses or other male or female characters.

29 Wide Sargasso Sea’s protagonist appears fragmented, insecure, and disoriented.

30 Madness is usually taken to mean being outside the working logics of society and therefore [...] meaningless rather than signifying alternative.

31 In the beginning, Rochester wants to be good to his wife, but because he does not understand her, her culture or her powerful sexuality, he ends up fearing and then hating her. Antoinette gives herself to him completely, though she is afraid, and thus it seems to be Rochester’s rejection that finally destroys her and drives her into insanity.

32 Terme issu de la philosophie féministe désignant les critiques littéraires.

33 Gynocritic Elaine Showalter states that in Victorian times, ‘[s]exual appetite was considered one of the chief symptoms of moral insanity in women’, and therefore she concludes that Bertha Mason was seen as suffering from ‘moral madness’.

34 Mason clipped his wings he grew very bad tempered.

35 To outsiders, the garden is a space of chaotic, [...] and sensory assault. Mala’s garden offers an alternative economy of being. (May,8) [...] Mala’s garden is clearly not a space defined by dispossession and torture: rather, it is a space of pleasure.

36 Like her garden, which is viewed by outsiders as disorderly, Mala too can be, and is, perceived and therefore dismissed as disordered—“mad as a brainless bird”.

37 The bulk of Cereus is dispatched in flashback mode and frequent shifts to omniscient third-person narration. Most of all, Tyler functions as an anchor to the present frame story and hence a guide for the reader, as well as a figure whose struggles with gender identity mirror the transformations that Mala undergoes in reclaiming her self-image.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Freddy Marcin, « Jean Rhys et Shani Mootoo ou la fragmentation de l’être », Revue LISA/LISA e-journal [En ligne], Écrivains, écritures, Literary studies – Varia, mis en ligne le 18 février 2015, consulté le 23 avril 2017. URL : http://lisa.revues.org/7162

Haut de page

Auteur

Freddy Marcin

Après une Licence d’Anglais à l’université des Antilles et de la Guyane, il s’est dirigé vers l’université Paris VII pour entamer un Master d’Anglais (1ère année). De retour en Martinique, il a obtenu son Master (2ème année) en Anglais et interculturalité en parallèle avec une licence en Sciences de l’information et de la communication. En 2010, il a obtenu le CAPES et a été lauréat du contrat doctoral. Titulaire d’un doctorat en études anglophones et interculturalité, il enseigne depuis trois ans dans un lycée à vocation internationale de la Guadeloupe d'où il est originaire.

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la Revue LISA / LISA e-journal sont mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Revues.org