Navigation – Plan du site
Images et média

Familiarisation et dé-familiarisation : la figure de l’« étranger » dans la comédie indo-britannique

Familiarisation and De-Familiarisation: The Figure of the “Foreigner” in British-Asian Comedy
Amandine Ducray

Résumé

Though considered as a popular form of light entertainment, could not comedyalso be a means of “correcting customs by laughing at them” (castigat ridendomores)? This article, which focuses on three British-Asian comedies – East is East (Damien O’Donnell, 1999; screenplay by Ayub Khan Din), Bend It Like Beckham (Gurinder Chadha, 2002) and Bride and Prejudice (Gurinder Chadha, 2004) – aims, through a comparative analysis, at highlighting common discursive and iconographic trategies. Meant to make the audience laugh, these films nevertheless try to changeboth the representation and perception of British-Asian ethnic minorities as well as hose of so-called “indigenous” Britons themselves. By giving an ethnic dimension to he notions of “familiarisation” and “de-familiarisation” – essential to comedy at large– the three directors thus seem to have encouraged the emergence of mainstream BritishAsian cinema in Britain, whilst celebrating, through comedy, some fusion of identitiesbetween the “Other” and the “Self”.

Haut de page

Entrées d’index

Index chronologique :

20th century, XXe siècle

Index thématique et géographique :

culture, Grande-Bretagne, Great Britain, media, médias
Haut de page

Texte intégral

  • 1 Ces titres ont respectivement été traduits en français par Fish and Chips, Joue-la comme Beckham et (...)

1Le présent article porte sur trois comédies indo-britanniques ayant connu un succès populaire certain Outre-Manche en comptabilisant chacune environ deux millions de spectateurs lors de leur sortie en salle : East is East (Damien O’Donnell, 1999 ; scénario de Ayub Khan Din), Bend It Like Beckham (Gurinder Chadha, 2002) et Bride and Prejudice (Gurinder Chadha, 2004)1. Toutes semblent illustrer un courant cinématographique en plein essor depuis la fin des années quatre-vingt-dix et qui se poursuit dans le nouveau millénaire, à travers des productions telles que Anita and Me (Meera Syal, 2002) ou Chicken Tikka Masala (Harmage Singh Kalirai, 2005).

  • 2 Pour plus de détails sur le cinéma noir britannique, voir par exemple Kobena MERCER (Dir.), Black F (...)
  • 3 Créé en 1933, le BFI vise à assurer la préservation et la diffusion du patrimoine télévisuel et cin (...)
  • 4 Notons que le scénariste de East is East, Ayub Khan Din, joue successivement dans My Beautiful Laun (...)

2En partie inspiré par le cinéma britannique noir, dont celui du réalisateur originaire de Trinidad Horace Ové2, le cinéma indobritannique voit le jour dès les années soixante-dix. En 1974 est distribué A Private Enterprise, réalisé par Peter Smith, écrit par Dilip Hiro et produit par le British Film Institute (BFI)3. Contemporain de l’arrivée en masse de Sud-asiatiques issus de l’ancien Empire britannique – désormais le Commonwealth – ce film s’offre comme un portrait nuancé de l’expérience de l’immigration et du racisme, par ces « nouveaux » citoyens britanniques. L’intrigue est vraisemblable, l’approche se veut anthropologique et partiellement documentaire, l’action se déroulant dans la région de Birmingham, un centre industriel dans lequel ces derniers ont parfois effectivement été tentés de s’installer. Ce cinéma connaît un nouvel élan dans les années quatre-vingt, lorsqu’il bénéficie du financement offert aux ateliers composés de minorités ethniques, entre autres par Channel Four. Cette seconde vague de films est « engagée ». On pense notamment à My Beautiful Laundrette (Stephen Frears ; scénario de Hanif Kureishi, 1985), à Sammy and Rosie Get Laid (1987), où le réalisateur et le scénariste réitèrent leur collaboration4, ou encore aux courts-métrages de Pratibha Parmar, dont Sari Red (1988), caractérisé par un message que l’on pourrait cette fois-ci qualifier de « féministe ».

  • 5 Pour plus de détails à ce sujet, voir Barbara KORTE et Claudia STERNBERG, Bidding for the Mainstrea (...)

3La politique culturelle britannique change néanmoins au tournant des années quatre-vingt-dix. Les subventions se font rares et les réalisateurs issus de minorités se tournent vers des systèmes commerciaux traditionnels. Les productions s’adressent désormais à un public large et s’appuient sur des thématiques et des référents plus « familiers » aux spectateurs britanniques dans leur ensemble5. C’est ainsi le cas de Bhaji on the Beach (Gurinder Chadha, 1994), où un groupe de femmes d’origine indienne fait une excursion dans le célèbre parc d’attractions de Blackpool. Le « réalisme » des années soixante-dix et quatre-vingt cède progressivement le pas à la comédie. Il ne s’agit dès lors moins, semble-t-il, de dénoncer le racisme par un cinéma du « réel » que de faire rire de stéréotypes respectifs, d’aplanir les différences et, in fine, de « familiariser » les Britanniques avec certains éléments de la culture indienne. Les trois documents étudiés s’inscrivent dans cette démarche.

  • 6 “[Comedy] sets up the possibility of illumination – of seeing familiar things, familiar people, fam (...)

4Mick Eaton explique : « La comédie instaure une possibilité d’illumination en donnant à voir des notions, des personnages et des institutions familiers sous un nouvel éclairage. La discussion se complexifie : on ne se contente pas de reconnaître le familier, on le défamiliarise en même temps »6. Etant donné leur angle « ethnique », les trois œuvres cinématographiques analysées dans le présent article s’articulent toutes, de fait, autour d’un tiraillement entre la reconnaissance du familier et la possibilité d’une transgression de ce même familier. Oscillant tour à tour entre familiarisation et défamiliarisation, ces films placent en effet l’étrange et l’étranger au cœur de leur structure et de leurs thématiques selon un schéma parfois complexe sur lequel il paraît intéressant de s’interroger.

5On s’attachera à observer la façon dont est respectivement défini l’« étranger » dans East is East, dans Bend It Like Beckham et dans Bride and Prejudice. Est-il indien ou bien britannique ? Ces trois comédies reposent en tout cas sur un « face-à-face » sur lequel on se propose d’abord de se pencher. Un second volet sera consacré à la notion d’ « entre-deux », elle aussi intrinsèque aux trois films. On abordera enfin un aspect à la fois cinématographique et culturel que l’on suggère d’appeler le « tout-en-un » et dans lequel le mélange, très présent et varié, laisse se dessiner une fusion de l’ « Autre » et du « Soi » où la perception de l’altérité devient parfois même constitutive de celle de l’identité.

Le « Face-à-Face »

6Réalisés soit par des Britanniques d’origine indienne, soit à partir d’une collaboration entre Britanniques « de souche » et d’« adoption » – dans le cas de East is East – les trois films analysés ont un point de départ commun : la rencontre avec l’« étranger », un terme que l’on comprend, à un premier niveau d’analyse, comme désignant l’appartenance à un autre groupe ethnique, à une autre culture, autrement dit à une autre communauté. De l’« étranger », on bascule cependant bientôt à l’« étrange » dans ces comédies. Les mœurs et les valeurs de certains personnages sont ainsi littéralement incompréhensibles pour d’autres ; ils sont hors du commun, voire, puisqu’il s’agit bien de comédie, présentés comme anormaux et ex-centriques. Car le genre se fonde souvent sur la confrontation de binômes mal assortis. Ce ressort a été abondamment utilisé par de multiples duos ou ensembles comiques, de Laurel et Hardy aux Marx Brothers, aux Etats-Unis, en passant par des humoristes britanniques tels que Morecambe et Wise ou les Monty Pythons. Dans la comédie dite « ethnique », le contact frictionnel prend néanmoins presque systématiquement la forme spécifique d’un « face-à-face » entre représentants ethniques distincts.

  • 7 L’actrice participe au jury de ce même festival en 2004. Notons que le terme « Bollywood », la cont (...)
  • 8 « L’Orient est l’Orient, l’Occident est l’Occident et jamais ces deux mondes ne parviendront à se c (...)

7Ainsi, dans Bride and Prejudice (Gurinder Chadha, 2004), inspiré du fameux roman de Jane Austen, Pride and Prejudice (1813), l’héroïne Elizabeth devient Lalita, incarnée par l’actrice Aishwarya Rai, très populaire en Inde pour ses rôles dans des films bollywood, dont Devdas, primé à Cannes en 20027. Dans l’adaptation du roman par Gurinder Chadha, ce n’est donc plus le niveau social qui diffère entre Darcy et Lalita, mais l’origine. Bend It Like Beckham (2002), également réalisé par Chadha, accordait déjà une place centrale à la différence ethnique. C’est la rencontre entre Jess, une adolescente britannique d’origine indienne, et Jules, une jeune blanche, qui sert de déclencheur à l’intrigue. Précédemment exploré par Damien O’Donnell et Ayub Khan Din, dans East is East, où l’union matrimoniale entre une Britannique « de souche » et un immigré du sous-continent indien n’est pas sans impliquer quelques heurts, au sens figuré et au sens propre, ce comique de situation paraît constituer un point de départ commun aux trois œuvres. L’idée d’une confrontation est d’ailleurs directement suggérée par le titre du film de O’Donnell, qui renvoie à un aphorisme bien connu du public britannique, quelle que soit son origine : “East is East and West is West and Never the Twain Shall Meet”, extrait du poème de l’écrivain anglais Rudyard Kipling, The Ballad of East and West (1892)8.

  • 9 On y reviendra.

8Manifeste au niveau diégétique, le « face-à-face » résonne également en termes extra-diégétiques, jusque dans la conception et dans la réalisation de ces trois films. Contrairement aux attentes induites par le titre de East is East, le réalisateur britannique Damien O’Donnell et le scénariste Ayub Khan Din, de mère anglaise et de père pakistanais, initient de fait, d’abord entre eux, la possibilité d’un dialogue qu’ils offrent ensuite au public britannique dans son ensemble. Comme Gurinder Chadha dans Bend It Like Beckham et dans Bride and Prejudice, ils choisissent d’ouvrir la comédie « ethnique » à un cinéma familial et grand public. La notion d’« ouverture » est ici significative et s’illustre, entre autres, dans le choix de référents souvent tout droit issus d’un patrimoine culturel considéré comme britannique, voire « typiquement » britannique, dont ces auteurs possèdent une certaine maîtrise. Il ne paraît ainsi pas anodin qu’au moins deux de ces films se réfèrent, certes avec plus ou moins de liberté, à des « classiques » de la littérature anglaise. Moteur à part entière de l’intrigue dans ces trois comédies, la confrontation ethnique implique ainsi parfois une certaine admiration, dont la relation qui lie Jess à Jules, dans Bend It Like Beckham, paraît offrir une transposition prosaïque. Le respect pour l’« Autre » britannique est néanmoins mêlé de distance, d’une distanciation parfois active du réalisateur, à l’instar de celle dont semble faire preuve Gurinder Chadha dans son adaptation du roman austenien9.

  • 10 « Quel dommage qu’il ne soit pas Indien quand même ! ». Coup de foudre à Bollywood (Gurinder Chadha (...)
  • 11 « Ta sœur est sur le point de se fiancer et toi, tu restes là, à regarder ce skin head ! ». Joue-la (...)
  • 12 Le cliché fut fréquemment utilisé à partir des années soixante-dix. On pense notamment au personnag (...)

9Chez les personnages eux-mêmes, on remarque que cette distance se fait recul et que c’est bien souvent la méfiance qui l’emporte d’abord. L’affirmation répétée d’une dichotomie « nous »/« eux » qui caractérise le discours du père de famille pakistanais de East is East se retrouve en effet dans les deux comédies ultérieures. Dans Bride and Prejudice, l’union paraît d’abord impossible. Dès les premières scènes du film, une mère de famille indienne à l’affût d’un bon parti pour sa fille s’exclame, en apprenant l’avantageuse situation financière de Darcy : “Shame he is not Indian, though!10. Cette réflexion renseigne d’emblée le public sur qui est « étranger » dans le film. Le « non-(être) indien » distingue Darcy de la majorité des protagonistes et tend à l’ostraciser. L’« étranger » britannique fait d’ailleurs parfois même l’objet de stéréotypes, ce qui tend à inverser les schémas traditionnels connus des spectateurs OutreManche, à bouleverser les conventions collectivement appliquées en matière de comédie « ethnique » via une forme de défamiliarisation. Agacée par l’admiration affichée de sa fille pour le joueur de Manchester United, la mère de Jess, dans Bend It Like Beckham, remarque ainsi dès les premières minutes du film : “Your sister’s getting engaged and you’re sitting here watching this skinhead boy!11. Au portrait uniformisant de l’Indien, entre autres en ouvrier peu qualifié et limité intellectuellement12, succède alors, dans une concurrence des stéréotypes, celui du skinhead blanc.

  • 13 La réalisatrice fait partie de ces immigrés sud-asiatiques ayant vécu en Afrique orientale et qui, (...)
  • 14 « Et bien, maintenant que le yoga, les épices, les gourous spirituels et quantité d’autres produits (...)
  • 15 “For a good many Britons, multiculturalism is simply a shallow celebration of different goods and f (...)
  • 16 Le sari et les samosas relèvent de la culture indienne. Le premier désigne la pièce d’étoffe que le (...)

10Or si ces quelques réflexions tendent à indiquer que l’« étranger » est d’abord britannique dans ces trois films, le point de vue fait cependant parfois l’objet d’un déplacement. La double appartenance identitaire de Gurinder Chadha, voire sa triple appartenance puisque qu’elle est née en Inde, a grandi au Kenya puis immigré en l’Angleterre13, paraît lui procurer une aisance particulière dans la multiplicité des approches. La définition même de l’« étranger » est inévitablement remise en question dans les deux films de la réalisatrice retenus pour cette étude. Autant que des représentants britanniques, le terme peut recouvrir des individus d’origine indienne. Rencontrant pour la première fois Jess (Jesminder), la mère de Jules, dans Bend It Like Beckham, ne trouve ainsi rien de mieux à dire qu’elle a fait un curry la semaine précédente, tandis que (Lady) Catherine – devenue la mère de Darcy dans l’adaptation de Pride and Prejudice par Chadha – explique à Lalita-Elizabeth, qui l’invite à lui rendre visite en Inde pour découvrir son pays : “Well, with yoga and spices and Deepak Chopras and lots of other Eastern things here, I suppose there’s no point in travelling anymore14. Cette prétendue abolition des frontières géographiques, ce « village global » peut donc paradoxalement renforcer les clichés et, d’un même allant, les frontières culturelles. Elle assoit davantage encore, semble-t-il, la notion d’un « face-à-face » dans lequel chaque partie reste campée sur ses positions selon une logique de statu quo où un stéréotype en chasse un autre. Car l’approche britannique ou américaine des us et coutumes de la communauté sud-asiatique dans son ensemble ne s’opère ici qu’en surface. Il s’agit là de ce que Yasmin Alibhai-Brown nomme un « multiculturalisme consumériste » ou « de boutique », soit « […] une célébration superficielle de divers produits et de loisirs susceptibles de contenter un appétit insatiable et une consommation effrénée »15. Les deux commentaires cités retranscrivent de fait un engouement britannique, croissant à partir du milieu des années quatre-vingt-dix, pour une culture soi-disant exotique et souvent fantasmée – le “saris, samosas and steel-band syndrom” ou “3S syndrom” tel qu’il fut appelé à l’époque16. Généralement source de comique, le contraste culturel se manifeste donc essentiellement dans l’opposition de points de vue a priori incompatibles. Ainsi, dans East is East, lorsque le pasteur local prend congé du père de famille d’origine pakistanaise par un “God bless!”, ce dernier réplique par “Allah go with you!” L’incongruité de l’échange suscite le rire. Car si l’association, fondée sur du « familier », fait sens au niveau paradigmatique, elle aboutit sur du non-sens au niveau syntagmatique – i. e. sur de l’« étrange ».

11Le blocage qui découle du « face-à-face» central à ces trois comédies a néanmoins parfois des répercussions tragiques réelles auxquelles East is East et Bend It Like Beckham font particulièrement écho, tandis que Bride and Prejudice se focalise précisément sur les « préjugés », raciaux ou non.

  • 17 Voir note 4 du présent article.
  • 18 Cette personnalité très controversée de la scène politique britannique demeure particulièrement cél (...)
  • 19 « Je suis irlandais, Jess. Bien sûr que je sais ce que ça fait ». Joue-la comme Beckham (Gurinder C (...)

12Visiblement plus nourri du « réalisme social » favorisé par les cinéastes indo-britanniques des années quatre-vingt, dont le scénariste Hanif Kureishi, avec lequel Ayub Khan Din a travaillé en tant qu’acteur17, East is East se déroule à Salford, près de Manchester, à la fin des années soixante. Ce film est largement autobiographique pour Khan Din, ici scénariste, lui-même né d’une mère anglaise et d’un père pakistanais et ayant grandi dans cette région ouvrière du nord de l’Angleterre. La période choisie pour toile de fond à East is East est elle aussi significative ; la décennie a en particulier été marquée par l’influence d’Enoch Powell, Conservateur britannique ayant assumé une position proche de celle adoptée par l’extrême-droite. Connue pour ses discours prônant une politique de rapatriement des immigrés, cette figure politique apparaît d’ailleurs à travers des images d’archives insérées dans le film18. East is East retranscrit bien ce climat politique particulier, comportant plusieurs scènes dans lesquelles les personnages font l’objet de remarques et de pratiques discriminatoires, à l’entrée d’un night club, sur leur lieu de travail, ou encore dans la relation à leurs voisins. Avec le football dans Bend It Like Beckham, Gurinder Chadha trouve à son tour un terrain propice pour aborder les manifestations d’un racisme cette fois-ci sportif, contre lequel plusieurs personnalités, dont des footballeurs, se sont depuis unies. Le « face-à-face » ne se joue d’ailleurs pas exclusivement entre Indiens et Anglais dans ce dernier film. Vexée que l’arbitre lui ait injustement mis un carton rouge alors qu’elle se rebellait contre une joueuse insultante, Jess affirme à son entraîneur qu’il ne peut pas comprendre ce qu’elle a ressenti, ce dernier rétorque alors : “Jess, I am Irish. Of course I know what it feels like19.

13Qu’il soit source de comique ou permette de toucher à des sujets plus graves, le « face-à-face » entre deux communautés étrangères l’une à l’autre et étranges l’une pour l’autre est en tout cas essentiel dans la trame de ces trois comédies. En terme filmique, les techniques mises en œuvre pour donner à voir cette opposition se répercutent tant au niveau du découpage des plans et des séquences que dans le choix du décor et des costumes, aux couleurs plus chamarrées chez les personnages d’origine indienne de Bend It Like Beckham et de Bride and Prejudice. East is East mise quant à lui davantage sur le contraste entre ombre et lumière qui convient parfaitement à la thématique du secret, omniprésente dans le film. Car vivre dans un pays où l’on est considéré « étranger » nécessite parfois une délicate négociation entre rester dans l’ombre ou entrer dans la lumière, un choix entre deux pays, deux cultures, deux sentiments.

L’« Entre-Deux »

  • 20 Voici comment Harry Levin, entre autres auteurs, distingue le agon tragique du agon comique : “Conf (...)

14Le statut d’immigré, y compris dans l’expression paradoxale « immigré de la seconde génération », la qualité de métis ou le simple statut de touriste – comme c’est le cas dans Bride and Prejudice – confèrent à une majorité de personnages mis en scène dans ces trois comédies un positionnement particulier que l’on propose de nommer « entre-deux ». Ces protagonistes oscillent de fait entre deux cultures, d’où une situation qui s’apparente bien souvent à la structure classique du dilemme. On peut être tenté de voir dans cette situation commune aux trois œuvres une déclinaison « ethnique » du conflit généralement désigné, dans la théorie comique, sous le nom de agon et qui, à l’inverse de la tragédie, connaît ici une issue heureuse20.

15Des symboles d’ « entre-deux » sont clairement donnés à voir au public dans les deux comédies réalisées par Gurinder Chadha. La présence commune de l’avion, dans Bend It Like Beckham et dans Bride and Prejudice, est ainsi sans doute plus qu’une simple coïncidence. Dans le premier, il apparaît toujours lors des « cinq à sept » de Pinky, la sœur aînée de Jess, avec le jeune Sikh qu’elle est sur le point d’épouser. Les tourtereaux se cachent et leurs ébats ont généralement lieu dans une voiture, sur un parking à proximité de l’aéroport de Southall, où habite la famille Bhamra. Dans ces scènes, récurrentes dans Bend It Like Beckham, l’apparition de l’avion est par conséquent liée à la thématique du secret. Ce trait est commun à un passage clé du film. Lorsque Jess s’éclipse du mariage de Pinky pour participer à un championnat de football féminin, avec la complicité de son père, mais à l’insu de sa mère, Gurinder Chadha montre l’adolescente, conduite jusqu’au terrain de football par un proche ami, troquer son sari contre sa tenue de sport. La séquence est filmée en travelling, tandis que le véhicule longe l’aéroport de Southall ; le spectateur peut alors voir un avion décoller. Certes a priori moins symbolique dans Bride and Prejudice, l’avion n’y est pas moins significatif puisque la présence de ce motif, également régulière à l’écran, contribue à rythmer les allées et venues des deux principaux protagonistes – Darcy et Lalita – d’un pays à un autre. Dans ces deux films, il semble alors possible de postuler que l’avion sert à signifier autant un rapprochement entre deux pays, qu’une distance, dont celle entre les enfants et leurs aînés. Il traduit visuellement un point de passage. Dans East is East, qui explore également la notion d’« entre-deux », Damien O’Donnell opte quant à lui pour un autre motif : le fait que le père de famille d’origine pakistanaise ne demande à son épouse, jusqu’au bout du film, que la moitié d’une tasse de thé paraît, lui aussi, chargé de sens. Tasse à moitié vide ou à moitié pleine, ce symbole témoigne en tout cas, en filigrane, que le patriarche, malgré sa possession d’une échoppe de fish and chips, n’a pas totalement intégré les us et coutumes britanniques.

16Face à ce dilemme identitaire, deux principales attitudes sont adoptées dans East is East et dans Bend It Like Beckham : on affiche son appartenance à une communauté minoritaire ou on la dissimule. Du côté de ceux qui la revendiquent, on trouve essentiellement le père, dans East is East, et la mère, dans Bend It Like Beckham. Le premier, très religieux et fervent adepte de la « tradition », se targue d’offrir à ses trois fils, à chaque mariage arrangé, une montre sur laquelle figure leur nom en écriture arabe. Lorsque l’aîné, en fait homosexuel ainsi qu’on l’apprend en cours d’intrigue, s’enfuit au beau milieu de la cérémonie, il le renie tout bonnement, en fait un « étranger » au sein du clan familial, allant jusqu’à enlever sa photographie sur le mur du salon. Dans Bend It Like Beckham, de la même façon, la mère de Jess met un point d’honneur à familiariser ses filles à la culture de leurs origines : le premier sari et le premier aloo gobi – un plat indien à base de pommes de terre (aloo) et de choux-fleurs (gobi) – sont ainsi présentés comme des rites de passage obligatoires. L’intransigeance des aînés conduit en revanche leurs enfants à développer une politique du secret, parfois avec la connivence de l’autre parent.

17Ainsi, dans East is East, la mère de famille, blanche, emmène régulièrement ses enfants jusqu’à une cabine téléphonique pour appeler leur frère renié, en cachette de son mari. Car la dissimulation est omniprésente dans ce film : les enfants se cachent immanquablement pour échapper à la fourgonnette du mullah chargé de les emmener à la mosquée ; Saleem, un des fils, fait officiellement des études d’ingénieur et, officieusement, une formation en arts plastiques ; tandis que Satjid, le petit dernier, le visage sans cesse masqué derrière la capuche de sa parka, tente, en vain, de fuir la circoncision. Le père lui-même tait d’ailleurs à ses fils ses projets matrimoniaux, dissimulant dans une malle les costumes de mariés. La thématique est une nouvelle fois commune à Bend It Like Beckham, où Jess ment à ses parents à plusieurs reprises concernant ses occupations de footballeuse, tandis que sa sœur aînée, Pinky, occulte sa relation « consommée » avec son futur époux. Avec l’introduction de la thématique du secret, un déplacement paraît ainsi avoir été opéré : le « face-à-face » est devenu plus « générationnel » qu’« ethnique » et l’« étranger » recouvre finalement davantage celui qui, à l’instar du père de famille pakistanais dans East is East, n’est pas dans la connivence car il refuse la connaissance d’un « autre », quel qu’il soit.

  • 21Encompassing a variety of religious, moral and social connotations, izzat refers to family honour, (...)

18Au niveau culturel, il paraît néanmoins important, pour mieux comprendre ces trois films, de rappeler que ces dissimulations sont en partie induites par le poids du izzat, que Marie Gillespie propose de définir ainsi : « Recouvrant une multitude de connotations religieuses, morales et sociales, [il s’agit du] sens de l’honneur familial, la fierté et la respectabilité ». Elle ajoute : « Le izzat d’une famille, son intégrité morale collective et l’image publique qu’elle renvoie doivent être à tout prix préservés, ce qui dépend, en large part, de la conduite adoptée par les femmes »21. La définition suggérée n’est pas sans évoquer un certain sens de la décence et de la propriété tel qu’on le trouve, par exemple, chez Jane Austen. Il semble intéressant, à ce propos, de remarquer un goût commun des Indiennes de Bride and Prejudice et des héroïnes austeniennes pour un teint pâle qui ne fasse pas trop « Indien », dans l’adaptation du roman par Gurinder Chadha, ou trop « inférieur socialement », dans l’œuvre originale. Ce faisant, la réalisatrice paraît esquisser une forme de rapprochement « indo-britannique » ; la mise en exergue de similitudes semblerait propice à combler l’« entre-deux » précédemment relevé. La confrontation entre ce qui est propre et l’impropre peut même devenir source de comique et précisément unir Britanniques « de souche » et Britanniques d’« adoption » dans un rire partagé et, pour ainsi dire, universel. On pense en particulier à ce fameux passage de East is East dans lequel un moulage d’un sexe féminin réalisé par Saleem, l’étudiant en arts plastiques, atterrit malencontreusement sur les genoux de la mère d’une jeune Pakistanaise promise à l’un de ses frères.

  • 22 “It is a truth universally acknowledged that a single man in possession of a good fortune must be i (...)

19Le mariage arrangé, qui fait partie intégrante du izzat, est d’ailleurs un des ingrédients récurrents de la comédie indo-britannique. Commun aux trois films analysés dans la présente étude, il fait aussi l’objet de nombreuses comédies britanniques, dont Majdhar (Ahmed Alauddin Jamal, 1984), A Nice Arrangement (Gurinder Chadha, 1990) ou encore Chicken Tikka Masala (Harmage Singh Kalirai, 2005), plus récemment. Le thème est en quelque sorte devenu un « standard » du genre. L’aborder permet sans doute aux réalisateurs d’origine indienne de familiariser le public britannique avec certaines traditions du sous-continent indien, tout en montrant parfois, à nouveau, une universalité des pratiques, aplanissant ainsi des différences souvent présentées comme fondamentalement antinomiques et conflictuelles. Dans Bride and Prejudice, Gurinder Chadha suggère en effet un parallèle entre Darcy et Lalita ; lorsque cette dernière apprend qu’il est « promis » à une jeune femme choisie par sa mère, elle ne peut que lui retourner le préjugé énoncé quelques scènes plus tôt au sujet du mariage entre sa sœur Jaya (Jane) et Balraj (Bingley). Ainsi que l’énonce l’auteur de Pride and Prejudice dès l’incipit du roman, il semblerait bien que : « Ce [soit] une vérité universellement reconnue qu’un célibataire pourvu d’une belle fortune doit avoir envie de se marier »22.

  • 23 « Ils veulent me protéger. Jouer au foot m’éloigne de tout ce qu’ils connaissent ». Joue-la comme B (...)

20De même que East is East et Bend It Like Beckham, Bride and Prejudice reprend enfin le thème du non-dit, déjà présent dans le roman de Jane Austen, où abondent des termes tels que “design”, mais aussi “appearance” et “unfolded”. Le secret, en particulier concernant la relation Darcy-Wickham – dont les noms ont été conservés par Chadha – y est cependant davantage traité sur le mode de la duplicité que de la double appartenance identitaire privilégiée dans les deux comédies antérieures. Malgré ces différences de traitement, le non-dit représente en tout cas un trait commun aux trois documents examinés et semble constituer une seconde caractéristique de la comédie indo-britannique depuis les années quatre-vingt-dix, dans la mesure où on le retrouve dans d’autres films de ce type, dont Chicken Tikka Masala, où le futur marié, comme dans East is East, doit cacher son homosexualité. Car si les confidences et les quiproquos sont bien souvent des propriétés de la comédie au sens large, dans la comédie « ethnique », ils revêtent une signification supplémentaire. Cette valeur ajoutée est d’abord due au fait que, dans ce cas de figure, c’est fréquemment la méconnaissance de l’« étranger » qui le rend précisément « étrange » et provoque, au mieux l’incongruité, mais aussi l’incompréhension, voire la méfiance. Ainsi, dans Bend It Like Beckham, c’est bel et bien l’ignorance qui attise la peur. Comme l’explique Jess à son entraîneur au sujet du refus de ses parents qu’elle intègre l’équipe de football locale : “They want to protect me. This is taking me away from everything they know23. L’« étrange(r) » est ici irrémédiablement associé à ce qui n’est pas connu. Il paraît intéressant, à cet égard, de remarquer que Secrets of The Unknown est incidemment le titre d’un des comics, soit une bande dessinée, que lit Satjid, le petit dernier de la famille de East is East. Le clin d’œil semble significatif.

  • 24 Pour plus de détails, voir la fiche consacrée au scénariste sur le site du British Council Arts htt (...)
  • 25 « Je lui arraché sa capuche ! » – « Bon sang ! Ca c’est un début ! ». Fish and Chips (Damien O’Donn (...)

21Ce héros très discret paraît mériter qu’on s’y attarde. Alter ego fictionnel du scénariste Ayub Khan Din lui-même, ainsi qu’il l’aurait confié dans un entretien24, Satjid est de fait un personnage-clé du film, tout comme sa capuche, d’abord incongrue, qui, si elle pourrait être lue comme une métaphore filée de la circoncision tant redoutée par le jeune protagoniste, permet avant tout, semble-t-il, de cristalliser à elle seule la thématique du dévoilement, un corollaire à celle du secret. Les autres personnages n’ont de cesse de lui demander de se découvrir la tête, mais ce n’est qu’à la fin du film que son frère lui arrache la capuche involontairement. Lorsque leur mère cherche Satjid, il explique alors : “I took his hood off!”, ce à quoi elle répond : “Well that’s a bleeding start!25” seulement quelques secondes avant le générique de fin. Lever le voile permet ainsi d’ouvrir la voie au happy end propre à la comédie, souligne la nécessite de cesser de « se voiler la face », tout en suggérant que c’est tout simplement en basculant dans le domaine du connu que l’« étranger » peut enfin devenir « familier ».

  • 26 Notons que le drame sur lequel repose My Son The Fanatic (Udayan Prasad, 1997) découle de l’inversi (...)
  • 27 Jonathan RUTHERFORD, ‘The Third Space: Interview with Homi Bhabha’, in Jonathan RUTHERFORD (Dir.), (...)

22A la dichotomie « nous »/« eux » relevée plus haut, succède par conséquent celle entre la figure tragi-comique de l’immigré nostalgique, campé sur ses positions et voué à rester dans un « entre-deux »26 et ses enfants qui, en cherchant un nouveau positionnement, optent quant à eux pour l’hybridité et paraissent ainsi construire ce que Homi Bhabha nomme un « troisième espace »27. Cet « espace » leur permet de faire émerger de nouvelles identités, différentes à la fois de celles de leurs aînées et des modèles britanniques. Ainsi que le remarque le théoricien post-colonial, celles-ci se développent non comme une résistance, mais sous la forme d’une négociation :

  • 28 Influencé par le post-structuralisme, Bhabha emprunte le terme à la terminologie derridienne.
  • 29 “At the point at which the precept attempts to objectify itself as a generalized knowledge or a nor (...)

Là où le précepte tente de s’objectifier en tant que savoir commun et généralisé ou comme pratique hégémonique normalisatrice, la stratégie ou le discours d’hybridité ouvre un espace de négociation […] [qui] ne relève ni de l’assimilation, ni de la collaboration [et] rend possible l’émergence d’un intermédiaire de l’« interstice »28 qui refuse la représentation binaire d’un antagonisme social29.

D’abord fondée sur un « face-à-face », où les « préceptes » respectifs s’opposent dans une binarité flagrante, la comédie indo-britannique telle qu’elle s’illustre dans le corpus retenu s’appuie donc ensuite sur un « entre-deux », certes problématique, mais bientôt dépassé par une logique d’hybridité favorable au « tout-en-un ».

Le « Tout-en-un »

  • 30 « Ramenez moi des carottes, je fais des achars ». – « Oh, m’man ! Tu vas pas faire des pickles en p (...)
  • 31 « Balraj va se transformer en MC Hammer indien. Tu vas voir la version indienne de American Idols » (...)

23S’il semble possible de distinguer deux principaux types comiques dans le cinéma indo-britannique à partir des années quatre-vingt-dix : l’immigré nostalgique face au représentant hybride de la « seconde génération d’immigrés », il convient toutefois de remarquer que, malgré une opposition apparente, ces portraits partagent une tension entre un « ailleurs et autrefois » et un « ici et maintenant ». Tandis que le père, dans East is East, souffre de ce dilemme, sa progéniture sublime cette inévitable rupture identitaire par le biais d’un syncrétisme culturel. Ceci est un trait commun aux trois films étudiés dans le cadre de cet article. A leur mère qui leur demande, en plein préparatifs culinaires de la rencontre entre parents avant le mariage de leurs enfants respectifs : “Buy me carrots, I’m doing achars.”, les deux sœurs, dans Bend It Like Beckham, répondent ainsi en chœur : “Oh, mum! Don’t do pickles as well!30, « anglicisant » de la sorte, au moins par un biais lexical, les signifiants d’une culture initialement indienne. De même, dans Bride and Prejudice, Kiran, la sœur de Balraj (Bingley), explique à Darcy qui s’interroge sur les préparatifs à la danse lors du premier « bal », ici transposé en version bollywood : “Balraj is going to turn himself into an Indian MC Hammer. This is the Indian version of American Idols”31. Des passerelles sont ainsi établies d’une culture à l’autre par le biais de comparaisons et de transpositions susceptibles de « familiariser » les publics britannique et américain avec des éléments d’une culture indienne a priori « étrange » parce qu’ « étrangère ».

  • 32 « Voici ma demeure idéale, dans le pur style colonial ». Coup de foudre à Bollywood (Gurinder Chadh (...)

24Parallèlement à ces deux principaux types, on relève enfin, dans notre corpus, la figure du sell out ou de l’ « Oncle Tom » à l’indienne. L’appellation, qui renvoie au célèbre roman de Harriet Beecher Stowe, Uncle Tom’s Cabin (1852), désigne d’abord un personnage noir dévoué à son maître blanc. Par la suite, elle fut employée pour décrire un individu noir si animé d’un désir d’assimilation, qu’il souhaiterait troquer sa propre identité contre celle d’un blanc, faisant ainsi preuve d’ « oncletomisme ». Une des principales catégories de représentation des populations noires dans l’imagerie traditionnelle américaine, l’ « Oncle Tom » a néanmoins connu un double déplacement sémiotique d’une ethnie à une autre puisqu’on le retrouve parfois dans la représentation comique des populations sud-asiatiques en Grande-Bretagne. Cette tierce figure partage l’aspect tragi-comique de l’immigré de la « première génération ». Comme lui, il est dans l’incapacité de fusionner des identités jadis opposées. A sa différence, il choisit toutefois de franchir la barrière symbolique qui les sépare l’une de l’autre. Le personnage qui vient d’emblée à l’esprit dans le corpus étudié est Mr. Kohli dans Bride and Prejudice (Collins, dans le roman de Jane Austen), que la mère de Lalita songe d’abord à lui faire épouser. Montrant une photographie de la demeure qu’il se fait construire à Los Angeles, ce dernier remarque ainsi, dans une réflexion somme toute surprenante dans la bouche d’un homme dont les ancêtres ont connu la période du Raj britannique : “This is my dream house, colonial style”32. De la même façon que la figure de l’immigré nostalgique, l’« Oncle Tom » à l’indienne se distingue donc du reste du groupe qui, plutôt que de se lancer dans une concurrence des symboles, manie sans difficulté les référents culturels idiosyncrasiques de l’une et l’autre culture, les juxtapose, voire les fusionne. Menacés d’être pris en flagrant délit de dégustation de bacon, les enfants de East is East utilisent-ils ainsi de la poudre de curry pour masquer l’odeur à leur père, tandis que Pinky, dans Bend It Like Beckham, se marie en costume traditionnel et dans une Rolls Royce.

  • 33 « Et pourtant, que n’a-t-on pas fait pour notre fille ? ». Joue-la comme Beckham (Gurinder Chadha, (...)

25Davantage que dans Bride and Prejudice, le fossé des générations – un des ingrédients phares de la comédie au sens large – est de fait à l’honneur dans East is East et dans Bend It Like Beckham. Or, bien qu’il permette de mettre en lumière une certaine typologie propre à la comédie « ethnique », le fait d’aborder des différences inter-générationnelles sert en même temps, à nouveau, à rendre compte d’une universalité des situations. Le sentiment d’aliénation vécu par les parents et leurs enfants n’est de fait pas restreint aux communautés ethniques minoritaires. Jules et sa mère, dans Bend It Like Beckham, ont en effet les mêmes difficultés à se comprendre que leur pendant indien dans le film. L’achat d’un premier soutien-gorge pour la jeune Britannique s’avère ainsi tout aussi problématique que celui d’un premier sari pour son homologue d’origine indienne. Ces incompréhensions mutuelles entre adultes et adolescentes connaissent leur point d’orgue lorsque survient l’hypothèse, en fait infondée, d’une relation homosexuelle entre les deux jeunes filles. Cette perspective bouleverse autant les deux familles. Ainsi qu’on l’a abordé, l’« étranger » peut donc également être l’« aîné » ou son « rejeton », ce qui a pour effet de relativiser les différences entre groupes ethniques. La réaction des parents, qu’ils soient britanniques « de souche » ou britanniques d’origine indienne est la même : “What haven’t we done for our daughter?33. De la même manière que pour le « face-à-face » ethnique, le parallélisme des pratiques laisse pourtant se dessiner la possibilité d’une réconciliation parents-enfants. Les confidences et les prières répétées de Jess à son poster de David Beckham sont ainsi mises sur le même plan, filmique et métaphorique, que celles de sa mère à une affiche représentant Babaji, un sage indien et avatar immortel, qui orne le salon familial.

  • 34 Jane AUSTEN, Pride and Prejudice, chapitre 6, op. cit., 189.
  • 35 La bande originale de Bhaji on the Beach (Gurinder Chadha, 1994) utilisait déjà un procédé similair (...)

26Dans Bride and Prejudice, Gurinder Chadha semble aller plus loin encore en plaçant la transposition au cœur même de son film, adapté du roman de Jane Austen. Le terme d’« adaptation » est ici polysémique. Au niveau diégétique, filmer les préoccupations matrimoniales des mères de famille indiennes, qui, dans Bride and Prejudice, vont jusqu’à surfer sur le site Internet <www.Indianmatchmakers.com>, produit une joyeuse transposition modernisée de Pride and Prejudice, où les échanges épistolaires des protagonistes originaux ont été remplacés par des envois de courrier électronique. En termes esthétiques, le film de Gurinder Chadha illustre par ailleurs tout à fait la remarque de Mr. Lucas à Darcy : “[Dancing] is one of the first refinements of polished societies34. De fait également très présente dans Bride and Prejudice, la danse y relève cependant le plus souvent d’une esthétique à la bollywood – tronc fixe, buste mobile et bras dessinant des arabesques autour du corps chez les femmes ; glissements dynamiques et claquements de mains pour les hommes. Mais la danse n’est pas exclusivement bollywoodienne dans cette comédie. Lors de la première rencontre entre Lalita et Wickham – ce dernier n’étant plus un jeune officier mais un hippie – Meryton a été transféré à Goa et c’est donc sur fond de techno mixée avec du bhangra, une musique originaire du Penjab, que le couple fait connaissance. Gurinder Chadha fusionne par conséquent une musique occidentale et une musique orientale, dans Bride and Prejudice, mais aussi dans Bend It Like Beckham, où le match de championnat auquel participe Jess en s’éclipsant du mariage de sa sœur se déroule en parallèle des noces de cette dernière. Les deux actions, précisément montées en parallèle, sont toutes deux rythmées par deux bandes-son d’abord distinctes, puis mixées ensemble, ce qui contribue à produire une forme d’hybridité35. De cette technique de collage/bricolage audiovisuel résulte une impression de fusion, ce que l’on a proposé de nommer le « tout-en-un », favorisé par le mélange autant des cultures que des artefacts et des genres cinématographiques.

27Si East is East et Bend It Like Beckham possèdent certaines propriétés communes avec le « réalisme social » tel qu’il a été développé dans les années soixante par des réalisateurs britanniques, notamment Ken Loach et Stephen Frears, et, parmi les cinéastes noirs, Lionel Ngakane, Lloyd Reckord et Horace Ové, ces deux films combinent en effet à une approche partiellement anthropologique des clins d’œil au cinéma bollywoodien. Caractérisé par sa longueur, ce genre cinématographique se distingue aussi du cinéma occidental dans son ensemble par l’incorporation de numéros chantés et dansés. L’intrigue s’articule enfin généralement autour d’histoires d’amours contrariés et comporte plusieurs références aux livres sacrés de l’Inde, dont le Mahabaharata. Si ces dernières, sans doute trop absconses pour la majorité britannique, n’apparaissent pas dans les trois comédies étudiées, East is East, Bend It Like Beckham et Bride and Prejudice intègrent néanmoins toutes trois un hommage à Bollywood. Dans East is East, les enfants se lancent ainsi dans un numéro de danse improvisée dans l’arrière-cour où ils nettoient les poissons pour le magasin de leur père. La mélodie que les spectateurs entendent, « Inhi logon ne », extraite d’un classique du cinéma bollywoodien, Pakeezah (Kamal Amrohi, 1971), est sans doute immédiatement reconnue du public britannique d’origine indienne. Pour Bend It Like Beckham, la réalisatrice Gurinder Chadha a même transposé une technique commerciale similaire à celles utilisées depuis les années quatre-vingt pour la promotion des films bollywood, dont la bande originale sort avant le film et sert d’accroche pour les spectateurs potentiels.

28Ce genre cinématographique fait en outre l’objet de mises en abyme dans les trois films analysés, soit par le biais de la télévision câblée – dans Bend It Like Beckham – soit par celui de salles de cinéma entièrement dédiées à ce style – dans les deux autres. Anecdotique dans East is East, où la famille Khan, en visite à Bradford, se rend collégialement à la projection d’un film bollywood, cet emploi est en revanche capital dans Bride and Prejudice. Recherché par Darcy et Lalita parce qu’il s’est enfui avec Lakhi, la jeune sœur de cette dernière, et étant donné son passif avec la propre sœur de Darcy – qu’il a mise enceinte dans le film – Wickham se réfugie dans une salle de cinéma avec Lakhi. La caméra de Gurinder Chadha bascule alors sur l’écran où l’on voit un homme patibulaire menacer une jeune fille puis un personnage, hors champ, lui taper sur l’épaule. Au premier plan, Wickham malmène Lakhi, puis Darcy lui tape lui-même sur l’épaule. A la rixe du film bollywood projeté en arrière-plan fait alors écho la bataille entre Darcy et son rival dans la salle même. Cette mise en abyme n’est, semble-t-il, pas seulement esthétique et comique. Elle pourrait contribuer, sinon à familiariser le public britannique avec une culture indienne, à lui donner directement à voir des similitudes, un réseau d’échos.

  • 36 Rappelons que le terme « bollywood » est précisément issu de la contraction entre ces deux noms de (...)
  • 37 Cette technique filmique permet, grâce à une sous-exposition de la pellicule et/ou à l’utilisation (...)
  • 38 Le maypole est une danse folklorique généralement associée au printemps et qui s’effectue en faisan (...)
  • 39 Egalement une danse folklorique, tenue au même moment de l’année, le morris est reconnaissable à se (...)

29Car si East is East présente un numéro de danse bollywood dans l’arrière-cour d’une boutique de fish and chips et Bend It Like Beckham sur un terrain de football, Bride and Prejudice paraît aller plus loin encore dans le mélange des genres. Une des scènes de ce film, en particulier, tisse ensemble des référents à la fois américains, britanniques et indiens. Troublée par Darcy, malgré l’antipathie initiale qu’il suscite en elle, Lalita se prend à rêver de lui. Cette séquence onirique a lieu immédiatement après sa rencontre avec Mr. Kohli (l’équivalent indien de Mr. Collins dans Pride and Prejudice). Ressentant une aversion totale pour ce « parvenu », Lalita rejoint d’abord ses sœurs dans un numéro de danse à mi-chemin entre « Bombay » et « Hollywood »36. Vraisemblablement tournée en « nuit américaine »37, la séquence tend sur le bleu foncé et produit un étonnant contraste en terme de lumière qui n’est pas sans évoquer l’aspect photographique de bon nombre de films bollywood. La musique, en revanche, et les paroles chantées par les jeunes demoiselles en pyjamas, satiriques à l’égard de Mr. Kholi, rappellent l’atmosphère des comédies musicales hollywoodiennes, à l’instar de Grease (Randal Kleiser, 1978), pour ne citer qu’elle. Une fois ce numéro terminé, chacune regagne sa chambre et Lalita, désormais seule, commence à rêver de mariage. Cette nouvelle séquence donne à voir l’actrice Aishwarya Rai en robe blanche, évoluant dans un décor que l’on ne peut que qualifier de « typiquement britannique ». Des images de la campagne anglaise alternent avec des plans d’enfants faisant la ronde autour du maypole38, de danseurs de Morris39 et même d’un bobby en costume, soit un traditionnel policier anglais, sa bicyclette à côté de lui, et qui, dans l’imagerie d’Epinal à la britannique, n’a rien à envier aux « vieilles dames à bicyclette en route pour la messe » décrites par le Conservateur britannique John Major une décennie plus tôt. Jusqu’alors filmée de dos, Lalita se retourne enfin pour découvrir que l’homme qu’elle s’apprête à épouser – jusqu’alors présenté sous les traits de Wickham – n’est en fait nul autre que Darcy. La douce quiétude environnante fait alors littéralement place à l’orage, le ciel se couvre, la caméra s’approche à l’extrême du visage de l’héroïne, qui hurle, la tête entre les mains, le visage tordu par l’horreur de cette découverte. En l’espace d’une seule séquence, Gurinder Chadha a ainsi fait naviguer son spectateur d’une atmosphère bollywood, à celle d’une représentation de l’Angleterre digne de cartes postales, pour clore sur une esthétique relativement proche des thrillers hollywoodiens.

30À la lumière de ce seul extrait de Bride and Prejudice, l’appellation « film masala », paraît prendre tout son sens. D’abord un mélange d’épices, le masala est en effet fréquemment utilisé pour qualifier le genre cinématographique indien. Dernière œuvre cinématographique étudiée dans le présent article, Bride and Prejudice, sortie en 2004, semble de fait, davantage encore que East is East (1999) et que Bend It Like Beckham (2002), vouloir mettre un terme au « face-à-face » identitaire pour développer une esthétique du « tout-en-un » culturel. Jugée anecdotique, voire grotesque par certains, l’adaptation de Pride and Prejudice par Chadha permet en tout cas de relire l’œuvre de Jane Austen à la lumière de Bollywood et, semble-t-il, de réunir ainsi le « familier » et l’« étranger ».

  • 40People are much more aware of difference [now], what was once foreign is now familiar.” Gurinder C (...)

31Au terme de cette étude, il semble donc possible d’affirmer que les trois comédies analysées tentent, chacune à leur manière, d’établir un débat entre une norme et un hors-norme socio-culturels. S’il y existe bien, pour reprendre les termes de Mick Eaton, cité en introduction du présent article, une « dé-familiarisation du familier », il s’y opère également toujours une « familiarisation de l’ “étranger” ». Ainsi que le remarquait Gurinder Chadha lorsqu’on lui demanda de comparer le succès de son premier long-métrage, Bhaji on the Beach, sorti en 1994, à Bend It Like Beckham, à l’affiche en 2002, il paraît à présent envisageable de postuler que : « Les gens sont désormais beaucoup plus au fait des différences ; ce qui était autrefois étranger est à présent familier »40. Les chanteurs, acteurs et réalisateurs britanniques d’origine indienne sont de fait de plus en plus connus du public britannique et occidental et cette visibilité accrue a même généré le néologisme “the brown pound” – littéralement la « livre marron » – utilisé pour désigner le phénomène selon lequel les descendants d’immigrés du sous-continent indien vivant en Grande-Bretagne jouissent désormais d’un pouvoir d’achat sans précédent. Les passerelles établies dans East is East (Damien O’Donnell, 1999), dans Bend It Like Beckham (Gurinder Chadha, 2002) et dans Bride and Prejudice (Gurinder Chadha, 2004) entre Britanniques et ceux jadis considérés comme « non-Britanniques » paraissent ainsi, à leur échelle, avoir contribué à favoriser l’émergence d’une identité hybride, d’une identité « de trait d’union » – hyphenated, comme le dit l’expression, d’utilisation croissante Outre-Manche. Au tournant du nouveau millénaire, on peut être Britannique et Indien.

  • 41 Sigmund FREUD, L’Inquiétante Etrangeté et autres essais, Paris : Gallimard, 1985 [1919], 215 et 246
  • 42 Robert ESCARPIT, L’Humour, Paris : PUF/Que sais-je ?, 1981 [1960], 86. L’auteur reprend ici une con (...)

32Ces trois comédies semblent par conséquent avoir participé, entre autres supports, à faire réactiver une approche selon laquelle le Unheimlich freudien, ou « l’inquiètante étrangeté », « […] n’est en réalité rien de nouveau ou d’étranger, mais quelque chose qui est, pour la vie psychique, familier de tout temps, et qui ne lui est devenu étranger que par le processus du refoulement »41. Dans la comédie « ethnique », l’« Autre » marginalisé est une force nécessaire et interne de déstabilisation qui existe dans l’identité même du « Soi ». Le happy end implique la coexistence des deux forces et l’intrigue suit finalement le principe comique fondamental qui enchaîne dialectiquement « […] une phase critique génératrice d’angoisse, de tension nerveuse, et une phase constructive de détente, de conquête de l’équilibre »42.

Haut de page

Bibliographie

ALIBHAI-BROWN Yasmin, After Multiculturalism, Londres : The ForeignPolicy Centre, 2000, 95p.

BHABHA Homi K. (Dir.), Nation and Narration, Londres : Routledge, 2004 [1990], 333p.

EATON Mick, ‘Laughter in the Dark’, Screen, vol. 22, n° 2, 1981, 21-28.

FREUD Sigmund, L’Inquiétante Etrangeté et autres essais, Paris : Gallimard, 1985 [1919], 342p.

GILLESPIE Marie, Television, Ethnicity and Cultural Change, Londres : Routledge, 2003 [1995], 238p.

HALL Stuart et Paul DU GAY (Dir.), Questions of Cultural Identity, Londres : Sage, 1996, 198p.

KORTE Barbara et Claudia STERNBERG, Bidding for the Mainstream?Black and Asian British Film since the 1990s, Amsterdam : Rodopi, 2004,274p.

LEVIN Harry, Playboys and Killjoys, an Essay on the Theory and Practice ofComedy, Oxford : Oxford UP, 1987, 214p.

RUTHERFORD Jonathan (Dir.), Identity: Community, Culture, Difference, Londres : Lawrence et Wishart, 1990, 239p.

Haut de page

Notes

1 Ces titres ont respectivement été traduits en français par Fish and Chips, Joue-la comme Beckham et Coup de foudre à Bollywood. Hormis le second, fidèle à l’intitulé original, ils témoignent donc d’une transposition. Contrairement au titre anglais East is East, qui met d’emblée l’accent sur des caractéristiques « orientales », l’expression fish and chips paraît en effet renvoyer, pour un public français, à l’idée d’une forme de « britannicité », ici par un biais culinaire bien connu des touristes ayant visité le Royaume-Uni. Coup de foudre à Bollywood, pour sa part, évoque une autre comédie britannique populaire, Notting Hill (Roger Michell, 1999), connue en France sous le titre Coup de foudre à Notting Hill. Combiné au renvoi au cinéma bollywoodien, cette traduction, bien qu’elle trahisse l’écho paronymique au roman de Jane Austen (Pride and Prejudice, 1813), permet d’insister sur la coexistence de deux identités, britannique et indienne, à partir de laquelle est, entre autres, construite l’intrigue.

2 Pour plus de détails sur le cinéma noir britannique, voir par exemple Kobena MERCER (Dir.), Black Film: British Cinema, document ICA n°7, Londres : BFI, 1988.

3 Créé en 1933, le BFI vise à assurer la préservation et la diffusion du patrimoine télévisuel et cinématographique britannique.

4 Notons que le scénariste de East is East, Ayub Khan Din, joue successivement dans My Beautiful Laundrette et dans Sammy and Rosie Get Laid, où il incarne le héros.

5 Pour plus de détails à ce sujet, voir Barbara KORTE et Claudia STERNBERG, Bidding for the Mainstream? Black and Asian British Film since the 1990s, Amsterdam : Rodopi, 2004.

6 “[Comedy] sets up the possibility of illumination – of seeing familiar things, familiar people, familiarinstitutions in a new light. The discussion becomes more complex – we are not just dealing with therecognition of the familiar, but also with a de-familiarisation of the familiar.” Mick EATON, ‘Laughter in the Dark’, Screen, vol. 22, n° 2, 1981, 24-25.

7 L’actrice participe au jury de ce même festival en 2004. Notons que le terme « Bollywood », la contraction de « Bombay » et de « Hollywood », renvoie à la fois à la très fertile industrie cinématographique indienne et au genre qu’elle promeut, c’est-à-dire des mélodrames où se juxtaposent drame, comédie, danse et chant. On reviendra plus en avant sur les caractéristiques du cinéma bollywoodien.

8 « L’Orient est l’Orient, l’Occident est l’Occident et jamais ces deux mondes ne parviendront à se comprendre ».

9 On y reviendra.

10 « Quel dommage qu’il ne soit pas Indien quand même ! ». Coup de foudre à Bollywood (Gurinder Chadha, 2004).

11 « Ta sœur est sur le point de se fiancer et toi, tu restes là, à regarder ce skin head ! ». Joue-la comme Beckham (Gurinder Chadha, 2002).

12 Le cliché fut fréquemment utilisé à partir des années soixante-dix. On pense notamment au personnage de Kevin O’Grady alias ‘Paki Paddy’, incarné par le talentueux Spike Milligan, grimé en Sud-Asiatique, dans la sitcom télévisée Curry and Chips (ITV, 1969).

13 La réalisatrice fait partie de ces immigrés sud-asiatiques ayant vécu en Afrique orientale et qui, devant les politiques d’africanisation menées par différents gouvernements après leur indépendance, ont parfois été contraints de quitter, entre autres, le Kenya, l’Ouganda et le Malawi.

14 « Et bien, maintenant que le yoga, les épices, les gourous spirituels et quantité d’autres produits orientaux ont franchi nos frontières, j’imagine qu’il n’y plus vraiment d’intérêt à voyager ». Coup de foudre à Bollywood(Gurinder Chadha, 2004).

15 “For a good many Britons, multiculturalism is simply a shallow celebration of different goods and forms of entertainment to satisfy an insatiable need for more things to consume.” Yasmin ALIBHAI-BROWN, After Multiculturalism, Londres : The Foreign Policy Centre, 2000, 34. Elle désigne ces pratiques sous le nom de “consumer multiculturalism” ou “boutique multiculturalism”.

16 Le sari et les samosas relèvent de la culture indienne. Le premier désigne la pièce d’étoffe que les femmes s’enroulent autour du corps ; les seconds de petits beignets frits. Le steel band appartient quant à lui au patrimoine musical antillais.

17 Voir note 4 du présent article.

18 Cette personnalité très controversée de la scène politique britannique demeure particulièrement célèbre pour son discours du 20 avril 1968, prononcé à Birmingham et plus connu sous le nom de “Rivers of blood speech”, dans lequel il dénonçait de façon virulente les dangers de l’immigration en Grande-Bretagne, susceptible, d’après lui, de produire « des rivières de sang ».

19 « Je suis irlandais, Jess. Bien sûr que je sais ce que ça fait ». Joue-la comme Beckham (Gurinder Chadha, 2002).

20 Voici comment Harry Levin, entre autres auteurs, distingue le agon tragique du agon comique : “Conflict is inherent in all drama, and its manner of resolution – whether it favors the protagonists or the antagonistic forces, whether we exult with the victors or condole with the losers – is a distinction between comedy and tragedy.” Harry LEVIN, Playboys and Killjoys, an Essay on the Theory and Practice of Comedy, Oxford : Oxford UP, 1987, 32.

21Encompassing a variety of religious, moral and social connotations, izzat refers to family honour, pride and respectability. […] A family’s izzat, its corporate moral integrity and public standing, must be safeguarded at all costs – and this depends in large part on the conduct of females.” Marie GILLESPIE, Television, Ethnicity and Cultural Change, Londres : Routledge, 2003 [1995], 37-38.

22 “It is a truth universally acknowledged that a single man in possession of a good fortune must be in want of a wife.” Jane AUSTEN, Pride and Prejudice, in The Complete Novels, Londres : BCA/ Crown Publishers, 1995, 179.

23 « Ils veulent me protéger. Jouer au foot m’éloigne de tout ce qu’ils connaissent ». Joue-la comme Beckham (Gurinder Chadha, 2002).

24 Pour plus de détails, voir la fiche consacrée au scénariste sur le site du British Council Arts http://www.contemporarywriters.com/authors/?p=auth02D2K371612627164, consulté le 4 décembre 2006.

25 « Je lui arraché sa capuche ! » – « Bon sang ! Ca c’est un début ! ». Fish and Chips (Damien O’Donnell, 1999, d’après un scénario de Ayub Khan Din).

26 Notons que le drame sur lequel repose My Son The Fanatic (Udayan Prasad, 1997) découle de l’inversion de cette situation d’ordinaire conventionnelle à l’expérience des Sud-Asiatiques immigrés en Grande-Bretagne. Dans ce film, c’est au contraire le père qui s’oppose aux codes moraux et religieux défendus par son fils.

27 Jonathan RUTHERFORD, ‘The Third Space: Interview with Homi Bhabha’, in Jonathan RUTHERFORD (Dir.), Identity, Community, Culture, Difference, Londres : Lawrence et Wishart, 1990, 211.

28 Influencé par le post-structuralisme, Bhabha emprunte le terme à la terminologie derridienne.

29 “At the point at which the precept attempts to objectify itself as a generalized knowledge or a normalizing, hegemonic practice, the hybrid strategy or discourse opens up a space of negotiation […][which] is neither assimilation nor collaboration [and] makes possible the emergence of an ‘interstitial’ agency that refuses the binary representation of social antagonism.” Homi K. BHABHA, ‘Culture’s In-Between’, in Stuart HALL et Paul DU GAY(Dir.), Questions of Cultural Identity, Londres : Sage, 1996, 58.

30 « Ramenez moi des carottes, je fais des achars ». – « Oh, m’man ! Tu vas pas faire des pickles en plus ! ». Joue-la comme Beckham (Gurinder Chadha, 2002). Achars et pickles sont deux types de condiments.

31 « Balraj va se transformer en MC Hammer indien. Tu vas voir la version indienne de American Idols ». Coup de foudre à Bollywood (Gurinder Chadha, 2004). MC Hammer était un chanteur afro-américain populaire sur la scène internationale des années quatre-vingt ; American Idols est un concours télévisé contemporain de jeunes talents, évalués tant au niveau du chant que de la chorégraphie.

32 « Voici ma demeure idéale, dans le pur style colonial ». Coup de foudre à Bollywood (Gurinder Chadha, 2004).

33 « Et pourtant, que n’a-t-on pas fait pour notre fille ? ». Joue-la comme Beckham (Gurinder Chadha, 2002).

34 Jane AUSTEN, Pride and Prejudice, chapitre 6, op. cit., 189.

35 La bande originale de Bhaji on the Beach (Gurinder Chadha, 1994) utilisait déjà un procédé similaire. Le voyage des héroïnes jusqu’au parc d’attractions de Blackpool se déroulait sur fond du tube musical de Cliff Richard, Summer Holiday, en pendjabi.

36 Rappelons que le terme « bollywood » est précisément issu de la contraction entre ces deux noms de ville.

37 Cette technique filmique permet, grâce à une sous-exposition de la pellicule et/ou à l’utilisation d’un filtre, de tourner de jour des scènes censées se dérouler la nuit.

38 Le maypole est une danse folklorique généralement associée au printemps et qui s’effectue en faisant la ronde autour d’un mât (le maypole) souvent décoré de rubans.

39 Egalement une danse folklorique, tenue au même moment de l’année, le morris est reconnaissable à ses danseurs, aux pieds desquels ont été attachées de petites clochettes, et qui agitent des bâtons ou des mouchoirs de la main.

40People are much more aware of difference [now], what was once foreign is now familiar.” Gurinder CHADHA, citée in Cary RAJINDER SAWHNEY, ‘Asian-British Cinema’, Screenonline, disponible sur le site du BFI, http://www.screenonline.org.uk/film/id/475617/index.html; consulté le 8 décembre 2006. Nos italiques.

41 Sigmund FREUD, L’Inquiétante Etrangeté et autres essais, Paris : Gallimard, 1985 [1919], 215 et 246.

42 Robert ESCARPIT, L’Humour, Paris : PUF/Que sais-je ?, 1981 [1960], 86. L’auteur reprend ici une conception freudienne de l’humour. Pour plus de détails, voir Sigmund FREUD, Le Mot d’esprit et sa relation à l’inconscient, Paris : Folio essais, 2002 [1905].

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Amandine Ducray, « Familiarisation et dé-familiarisation : la figure de l’« étranger » dans la comédie indo-britannique », Revue LISA/LISA e-journal [En ligne], Media, culture, histoire, Images et média, mis en ligne le 01 janvier 2007, consulté le 30 avril 2017. URL : http://lisa.revues.org/697

Haut de page

Auteur

Amandine Ducray

Dr. (Paris X-Nanterre, France)
Amandine Ducray est Maître de conférences à l’Université de Paris X-Nanterre. Ses recherches portent sur la représentation des minorités ethniques dans les médias britanniques. Sa thèse sur « Les sitcoms ethniques à la télévision britannique (1972-1998) » est en cours de publication.

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la Revue LISA / LISA e-journal sont mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Revues.org