Navigation – Plan du site

Texte intégral

Tous les êtres humains naissent libres et égaux en dignité et en droits […] Chacun peut se prévaloir de tous les droits et de toutes les libertés proclamés dans la présente Déclaration, sans distinction aucune, notamment de race, de couleur, de sexe, de langue, de religion, d’opinion politique ou de toute autre opinion, d’origine nationale ou sociale, de fortune, de naissance ou de toute autre situation1.

  • 2 Convention on the Elimination of All Forms of Racial Discrimination (CERD), 1965.
  • 3 Convention on the Elimination of All Forms of Discrimination Against Women (CEDAW), 1979.
  • 4 Convention on the Rights of Persons with Disabilities (CRPD), 2006.
  • 5 Convention on the Rights of the Child (CRC), 1989.
  • 6 International Convention on the Protection of the Rights of All Migrant Workers and Membe (...)
  • 7 Convention against Torture and Other Cruel, Inhuman or Degrading Treatment or Punishment (...)
  • 8 Il s’agit de l’âge, du handicap, du sexe, de la race, de la religion, de la grossesse, du (...)
  • 9 European Convention on Human Rights 1950, Human Rights Act 1998.
  • 10 US Commission on Civil Rights.
  • 11 US Equal Employment Opportunity Commission.
  • 12 Australian Human Rights Commission.

1Plus de 60 ans après l’adoption de la Déclaration universelle des droits de l’homme par les Nations Unies, le taux de pauvreté de la population noire aux États-Unis est trois fois supérieur à celui des blancs, l’espérance de vie des Aborigènes est de dix-sept ans inférieure à celle des autres Australiens, les femmes représentent moins d’un quart des députés au Parlement britannique et seule une minorité d’enfants handicapés est scolarisée dans des écoles britanniques ordinaires. La Déclaration de 1948 a pourtant été complétée par différentes conventions portant sur des sujets spécifiques. Elles visaient à l’élimination de toutes les formes de discrimination sur critères raciaux (1965)2, sexuels (1979)3 ou de handicap (2006)4, à assurer la protection des droits de l’enfant (1989)5 et des travailleurs migrants (1990)6 ou à lutter pour l’abolition de la torture et autres traitements inhumains ou dégradants (1984)7. En outre, afin de veiller au respect des droits inscrits dans l’ensemble de ces textes, les pays se sont dotés d’organismes de contrôle. En Grande-Bretagne, la commission de l’égalité et des droits de l’homme surveille neuf critères dits « protégés » afin de garantir à tous l’égalité des droits8. Le Royaume-Uni a également ratifié la Convention européenne des droits de l’homme de 1950, qui a été intégrée à la loi des droits de l’homme votée en 19989. Aux États-Unis, la commission américaine sur les droits civiques enquête sur les cas de privation de droit de vote, d’iniquité dans l’administration de la justice ou sur toute autre forme de discrimination10 ; une autre commission est chargée d’assurer l’égalité des chances sur le marché du travail11. En Australie, ces missions sont dévolues à la commission australienne des droits de l’homme, dont le slogan résume parfaitement la mission : « les droits de l’homme : pour tous, partout, tous les jours »12.

2Ce numéro de la Revue LISA vise à dresser un état des lieux et à évaluer dans quelle mesure l’égalité des droits est une réalité dans les sociétés anglophones en ce début de XXIe siècle. Il permet de s’interroger sur l’efficacité des législations anti-discrimination ainsi que sur une possible évolution des stratégies d’égalité. Est-il encore possible de reconnaître et de respecter les spécificités de chaque individu sans risquer de mettre en péril la cohésion nationale ? Ne s’agit-il pas d’abandonner une vision communautaire au profit de la reconnaissance de chaque individu ? Les réflexions portent sur les groupes qui ont mené de longues luttes afin d’être considérés comme des citoyens à part entière, ainsi que sur d’autres catégories de population qui estiment que leurs droits, dans le domaine professionnel, politique ou privé, sont bafoués ou qu’ils se sentent exclus de la société dans laquelle ils vivent.

  • 13 Voir notamment Katérina Stenou, Images de l’Autre. La différence : du mythe au préjugé, P (...)
  • 14 Voir notamment Christian Fernández, “Together but Apart, Equal but Different – On the Cla (...)

3Quel que soit le pays ou le groupe de population concerné, les articles soulèvent une problématique commune : la question de l’altérité et de l’acceptation de la différence13, et plus généralement la question du vivre ensemble dans la société, en alliant le respect de l’identité de chacun et l’adhésion à des valeurs communes. Comment, dans les nations étudiées, des individus peuvent-ils être différents tout en disposant des mêmes droits ?14. Les champs d’application sont variés, domaine économique, politique, social ou religieux, puisque l’identité se construit à partir d’éléments multiples (sexe, race, religion, sexualité, classe sociale, âge, localisation géographique, époque historique...).

4Ces recherches posent également la question du rôle des gouvernants dans la mise en application et le respect des principes d’égalité. Des législations spécifiques sont-elles nécessaires et efficaces, notamment pour vaincre des résistances tenaces ou pour atteindre plus rapidement des objectifs précis ? S’agit-il d’encourager la diversité à travers des formes d’action positive, de sanctionner les violations des droits, ou encore de combiner les deux types de mesures ? Quelles sont les meilleures manières d’assurer, en pratique, une réelle égalité à tous les citoyens d’une nation ?

5Les articles de ce numéro, qui couvrent des aires géographiques variées, Grande-Bretagne, Irlande du Nord, États-Unis et Australie, sur une période contemporaine, les XXe et XXIe siècles, sont regroupés en quatre thématiques principales.

Égalité et institutions britanniques

6Dans une première partie, les auteurs s’interrogent sur le concept d’égalité dans le cadre de deux institutions britanniques : l’Église d’Angleterre, qui occupe une position particulière comparée aux autres religions, et le Parlement britannique, un ancien bastion masculin. Hervé Picton, spécialiste de l’Église d’Angleterre, analyse le statut privilégié de l’Église d’Angleterre en tant qu’Église établie et sa supériorité par rapport aux autres religions pratiquées en Grande-Bretagne. Il étudie les privilèges institutionnels dont elle bénéficie ainsi que les inégalités qu’elle génère. Soulignant l’anomalie que représente aujourd’hui l’existence d’une religion d’État dans une société multiconfessionnelle et très fortement sécularisée, il conclut sur son possible désétablissement. Karine Rivière-De Franco examine la contribution des femmes aux travaux de la Chambre basse du Parlement britannique. Si la représentation parlementaire féminine a connu des avancées non négligeables depuis les années 1990, les femmes ne représentent que 22 % de l’ensemble des députés. À partir de différentes activités parlementaires, elle évalue la contribution des femmes députés et les sujets pour lesquels elles s’investissent, afin de caractériser la pratique parlementaire féminine.

Intégration et exclusion au Royaume-Uni

7La deuxième série de contributions porte également sur le Royaume-Uni et s’attache à démontrer que l’égalité des droits relève encore parfois davantage du mythe que de la réalité, qu’il s’agisse de l’éducation des enfants handicapés, de la représentation des femmes dans le cinéma nord-irlandais ou des politiques d’immigration et de droit d’asile. Yvette Léon-Aubert étudie l’accès à l’éducation des enfants handicapés en Grande-Bretagne. Elle retrace les différentes lois qui ont permis de favoriser l’égalité des chances et l’intégration de ces enfants dans la société et elle met en lumière les limites auxquelles s’est heurtée cette législation, tant en termes humains et politiques que financiers. Elle recherche les raisons qui favorisent, aujourd’hui encore et malgré la reconnaissance officielle de leurs droits, l’exclusion des personnes handicapées. Cécile Bazin considère la place des femmes dans le conflit politique en Irlande du Nord, à travers une analyse filmique. La plupart des films, qui traitent du conflit, font l’impasse sur l’implication des femmes ou les présentent uniquement comme des victimes de la violence. Elle montre que le film Maeve, lui, propose une réflexion féministe sur le statut des femmes catholiques issues du milieu républicain en Irlande du Nord, en liant question politique, nature sexuée du pouvoir et discours historique. Catherine Puzzo dresse un bilan de l’évolution des mesures en matière d’immigration et de droit d’asile au Royaume-Uni au regard des libertés fondamentales, depuis le milieu des années 1990. Elle souligne l’apparent paradoxe entre une volonté politique de cohésion sociale, permettant une meilleure intégration de ces populations, et la réalité d’atteintes répétées à certains droits fondamentaux, qui conduit à la marginalisation économique et à l’exclusion sociale de ces migrants.

Citoyenneté aux États-Unis

8Dans un troisième temps, le numéro aborde l’aire nord-américaine à travers deux articles sur les luttes menées afin d’acquérir des droits fondamentaux, le combat pour les droits civiques et le mouvement des suffragettes, tandis qu’un troisième auteur analyse les inégalités ethno-raciales qui persistent en Amérique au XXIe siècle. Éric Agbessi, spécialiste des questions liées aux droits civiques aux États-Unis, démontre comment l’élaboration de la législation sur les droits civiques de 1964, et notamment l’article 7, participe à la réaffirmation du concept de citoyenneté. À travers l’étude des débats qui se sont tenus au Sénat, il développe l’opposition conceptuelle que cette législation a suscitée entre l’approche constitutionnelle démocrate sudiste et celle des Démocrates et des Républicains nordistes. Olivier Richomme révèle les inégalités matérielles qui perdurent entre groupes ethno-raciaux aux États-Unis, malgré un demi-siècle de réformes institutionnelles. Il établit que si l’égalité des droits est devenue une réalité, cette dernière ne s’est pas traduite par une égalité de fait. La plupart des indicateurs socio-économiques, comme les taux d’incarcération et les attaques face au droit de vote, témoignent de la persistance de ces inégalités. Suzanne Bouclin présente une lecture « intersectionnelle » du film Iron Jawed Angels, qui porte sur la deuxième vague des suffragettes aux États-Unis au tournant du siècle dernier. Elle atteste à quel point le mouvement des suffragettes s’articule autour de pratiques d’exclusion fondées sur la race, le sexe et la classe sociale. Elle conclut sur la manière dont les mêmes tensions continuent d’influer sur la vie des femmes aux États-Unis de nos jours.

Le peuple autochtone en Australie

9Enfin, le dernier article complète et conclue ce numéro en y apportant un éclairage australien. Ludivine Royer fait le point sur la manière dont est traitée la minorité autochtone en Australie. Elle examine les politiques adoptées récemment par les différents gouvernements, conservateurs et travaillistes, vis-à-vis des Aborigènes. Elle les confronte à la loi, à la morale et aux normes internationales, sachant que droits citoyens et droits spécifiques/collectifs sont désormais indissociables dans la pensée postcoloniale qui anime la réflexion sur les peuples autochtones.

  • 15 Anne Phillips, The Politics of Presence, Oxford : Clarendon, 1995, 22.

10Ce numéro de la Revue LISA aborde la question de l’égalité des droits, qu’il s’agisse des femmes, des minorités ethniques ou religieuses ou des enfants, en Grande-Bretagne, aux États-Unis et en Australie. D’autres catégories de population qui partagent certaines caractéristiques communes, comme l’orientation sexuelle ou l’âge pour n’en citer que deux, ainsi que d’autres aires géographiques, Nouvelle Zélande ou Canada (avec notamment la question des peuples autochtones, « First Nations »), mériteraient également de faire l’objet d’une étude. Toutefois, comme met en garde Anne Phillips, la défense des intérêts de groupes spécifiques, aussi légitime qu’elle soit, doit se garder de conduire à une fragmentation de la société ; la coopération entre les communautés serait alors remise en question, ce qui s’avèrerait néfaste pour la cohésion nationale15.

11Enfin, le panel des situations rencontrées dans les pays étudiés montre que, malgré des spécificités propres à chaque État, beaucoup des questions soulevées dépassent le cadre national. Le rôle croissant joué par les organisations internationales et les conséquences de la mondialisation contraignent les nations à adapter leurs discours et leurs mesures sur la question de la diversité. L’évolution des sociétés et des mœurs modifie constamment les termes du débat ; si certains droits semblent définitivement acquis, d’autres nécessitent encore une vigilance particulière afin qu’ils soient respectés, tandis que d’autres sont émergents. D’où la nécessité d’un questionnement permanent sur les questions d’identité et d’acceptation de l’autre, qui représentent de nouveaux défis pour le XXIe siècle.

Haut de page

Notes

1 Déclaration universelle des droits de l’homme, art. 1, 2.1, <http://www.un.org/fr/documents/udhr/#a1>, consulté le 10 décembre 2013.

2 Convention on the Elimination of All Forms of Racial Discrimination (CERD), 1965.

3 Convention on the Elimination of All Forms of Discrimination Against Women (CEDAW), 1979.

4 Convention on the Rights of Persons with Disabilities (CRPD), 2006.

5 Convention on the Rights of the Child (CRC), 1989.

6 International Convention on the Protection of the Rights of All Migrant Workers and Members of Their Families (CMW), 1990.

7 Convention against Torture and Other Cruel, Inhuman or Degrading Treatment or Punishment (CAT), 1984.

8 Il s’agit de l’âge, du handicap, du sexe, de la race, de la religion, de la grossesse, du mariage et du partenariat civil, de l’orientation sexuelle et du changement de sexe, Equality and Human Rights Commission, <http://www.equalityhumanrights.com/about-us/>, consulté le 10 décembre 2013.

9 European Convention on Human Rights 1950, Human Rights Act 1998.

10 US Commission on Civil Rights.

11 US Equal Employment Opportunity Commission.

12 Australian Human Rights Commission.

13 Voir notamment Katérina Stenou, Images de l’Autre. La différence : du mythe au préjugé, Paris : Seuil, Editions Unesco, 1998. Jean Baudrillard & Guillaume Marc, Figures de l’altérité, Paris : Descartes et Cie, 1994.

14 Voir notamment Christian Fernández, “Together but Apart, Equal but Different – On the Claims for Toleration in Multicultural Societies”, in Sarah Scuzzarello, Catarine Kinnvall & Kristen R. Monroe, On Behalf of Others : The Psychology of Care in a Global World, Oxford : Oxford University Press, 2009. Joseph F. Healey, Diversity and Society : Race, Ethnicity, and Gender, London : SAGE Publications, 2013.

15 Anne Phillips, The Politics of Presence, Oxford : Clarendon, 1995, 22.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Karine Rivière-De Franco, « Introduction », Revue LISA/LISA e-journal [En ligne], vol. XII-n°7 | 2014, mis en ligne le 30 novembre 2014, consulté le 20 octobre 2017. URL : http://lisa.revues.org/6859

Haut de page

Auteur

Karine Rivière-De Franco

Université d’Orléans, France

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la Revue LISA / LISA e-journal sont mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Revues.org