Navigation – Plan du site
Le cas étrange de l’opéra anglais

A Dinner Engagement (1954) de Lennox Berkeley : un opéra-bouffe anachronique ?

Lennox Berkeley’s Dinner Engagement (1954): An Anachronistic Opera-buffa?
Jean-Philippe Heberlé

Résumés

Créé sur un livret de Paul Dehn dans le cadre du festival d’Aldeburgh le 17 juin 1954, A Dinner Engagement est un opéra-comique qui utilise l’instrumentation de The Rape of Lucretia et d’Albert Herring de Benjamin Britten. À certains égards, Albert Herring servit de modèle à l’opéra de Lennox Berkeley (1903-1989) : mise en musique du texte, répétitions de certains motifs, etc. De facture essentiellement tonale et « classique », proche de la structure d’un opéra à numéros, A Dinner Engagement est plus proche des opéras de Britten, de Menotti et encore de Poulenc que de ceux de Berg, de Schoenberg ou de la future avant-garde européenne des années soixante. À d’autres égards, par ses tensions musicales entre emprunts vernaculaires et extra-vernaculaires, il souligne toutes les difficultés à définir ce qu’est véritablement un opéra anglais à un moment où celui-ci trouve, loin de la modernité qui agite certains compositeurs continentaux, un nouvel essor à travers Benjamin Britten et sa compagnie The English Opera Group, compagnie qui commanda justement A Dinner Engagement à Lennox Berkeley.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 L’instrumentation pour ces trois opéras est, en effet, la suivante : 1 flûte (aussi 1 flûte p (...)
  • 2 Goldfinger, mise en scène de Guy Hamilton, avec Sean Connery, Gert Fröbe et Honor Blackman, U (...)

1Créé dans le cadre du festival d’Aldeburgh le 17 juin 1954, A Dinner Engagement est une commande de l’English Opera Group, la compagnie fondée par Benjamin Britten, Eric Crozier et John Piper en 1947. C’est le second opéra composé par Lennox Berkeley (1903-1989) mais le premier à avoir été joué. Les quatre autres œuvres lyriques du compositeur anglais sont Nelson (1949-54), Ruth (1955-56), Castaway (1966) et Faldon Park (1979-1983), opéra inachevé sur un livret du musicologue britannique Winton Dean. Pour revenir à A Dinner Engagement, il s’agit d’un opéra léger ou comique qui utilise l’instrumentation de The Rape of Lucretia et d’Albert Herring de Britten1. Au-delà de l’emploi d’une instrumentation similaire, l’opéra de chambre comique Albert Herring servit aussi de modèle à Berkeley pour la mise en musique du texte ou encore pour la structure en numéros de A Dinner Engagement. La répétition de certains motifs musicaux est aussi redevable à l’opéra de Britten. Quant au livret, il fut écrit par le scénariste anglais Paul Dehn (1912-1916). Parmi ses scénarios les plus célèbres, on peut citer, par exemple, ceux de Goldfinger (1964), de L’Espion qui venait du froid (1965) et du Crime de l’Orient Express (1974)2. En matière d’œuvre lyrique, il est également l’auteur des livrets du quatrième opéra de Lennox Berkeley (Castaway) et du second de William Walton, The Bear (1967), d’après la pièce éponyme en un acte de Anton Tchekov. De facture essentiellement tonale et proche de la structure d’un opéra à numéros (airs, ensembles, récitatifs accompagnés ou secco, etc.), A Dinner Engagement s’apparente plus aux opéras de Benjamin Britten, de Gian Carlo Menotti ou encore de Francis Poulenc qu’à ceux d’Alban Berg, d’Arnold Schoenberg ou de la future avant-garde européenne des années soixante. La structure opératique ainsi que la nature comique de cet opéra nous conduisent à nous interroger sur sa véritable inscription générique qui, par bien des aspects et non seulement par le sujet abordé, n’est pas sans rappeler les grands opéras bouffe/buffa du passé.

Un opéra-comique

  • 3 Cité par Peter Dickinson, in The Music of Lennox Berkeley, Woodbridge, The Boydell (...)
  • 4 Comédie de mœurs : « Étude du comportement de l’homme en société, des différences de classe (...)

2La nature comique de l’opéra ne semble faire aucun doute. Il s’agirait tout d’abord, selon son compositeur, d’une œuvre qui chercherait simplement à divertir. C’est en tout cas, ce qu’écrit L. Berkeley, trois mois avant la première de l’opéra à Aldeburgh, dans une lettre datée du 9 mars 1954 et adressée à Douglas Gibson qui travaillait alors pour les éditions musicales Chester, l’éditeur des partitions de Berkeley : « I think you will like the little opera – it is very light and meant only to divert, but that I think it will do3 » (« Je pense que vous aimerez ce petit opéra – son sujet est très léger et il n’a pour but que de divertir, mais je pense qu’il fera l’affaire »). En fait, A Dinner Engagement est plus qu’un simple divertissement : le livret de P. Dehn n’est pas sans rappeler les meilleures comédies de mœurs puisqu’il présente une critique sociale de l’aristocratie anglaise de l’après guerre4, comme l’indique ce bref résumé de l’intrigue :

  • 5 Voir la célèbre recette du pot au feu dans le Robinson Crusoe de Jacques Offenbach.

Un aristocrate anglais désargenté (Lord Dunmow, baryton) et sa femme (Lady Dunmow, soprano) attendent l’arrivée de deux prestigieux invités : La Grande Duchesse de la principauté de Monteblanco (mezzo-soprano) et son fils le Prince Philippe (ténor). La principauté de Monteblanco est vaguement située dans le sud de la France et bien sûr toute similitude avec une principauté existante ou ayant existé n’est certainement pas fortuite puisque, au moment de la composition de l’opéra, le Prince Rainier III de Monaco cherchait à se marier afin d’assurer sa descendance et de facto, il épousa l’actrice Grace Kelly en 1956. Lord et Lady Dunmow escomptent bien marier leur fille Susan (soprano) au Prince Philippe. La préparation du plat national de Monteblanco (les tomates Monteblanco) pour le dîner doit contribuer à resserrer les liens entre les deux familles. En dépit de leur nom prestigieux, les tomates Monteblanco sont en fait de simples tomates farcies saupoudrées de gruyère râpé comme nous l’apprenons lors du second trio de la scène 1, modèle de mise en musique d’une recette culinaire, qui plus est en français dans le texte : « Prenez six belles tomates […] / Lavez-les […] / Essuyez-les […] / Et enlevez la partie où se trouve la queue […] / En faisant un rond, un rond, un rond. […] / etc.5 ». L’action se passe essentiellement dans la cuisine des Dunmow où ils sont aidés par une cuisinière engagée à peu de frais pour l’occasion : Mrs Kneebone (mezzo-soprano). Les deux invités arrivent au moment où l’élaboration du plat national semble prendre une mauvaise tournure puisque de la fumée envahit la cuisine. Il n’en est rien, la fumée n’est pas dégagée par les tomates qui cuisent dans le four, mais par les toasts que Lord Dunmow a malencontreusement oubliés. D’autres péripéties surviennent, mais au final tout est bien qui finit bien puisque le Prince Philippe tombe amoureux de Susan.

3Le caractère léger et culinaire de l’opéra semble inhérent à sa conception car l’idée même d’avoir situé l’action principale dans une cuisine est liée aux circonstances autour desquelles l’opéra fut conçu si l’on en croit ce que déclare, non sans humour, P. Dehn au magazine Opera en mars 1954 :

  • 6 “[A Dinner Engagement] was conceived through a series of actual dinner engagements at Lenn (...)

[A Dinner Engagement] fut conçu autour d’une série de dîners ayant eu lieu chez Lennox Berkeley et chez moi. Lors de ces dîners, nous parlions toujours avec enthousiasme de nos plats si bien que lorsque l’English Opera Group nous passa commande d’un opéra léger en un acte, il nous sembla tout naturel que l’action se déroulât dans une cuisine6.

4Le caractère comique de l’opéra se retrouve dans les nombreux passages non dénués d’humour qui soulignent autant que l’intrigue générale la satire sociale de l’œuvre et par conséquent son apparentement avec la comédie de mœurs. Par exemple, dans le récitatif qui précède le second trio de la première scène, le librettiste raille l’aristocratie désargentée de l’après-guerre qui, sans se soucier de savoir si certains sentiments sont partagés, cherche à trouver un excellent parti pour sa progéniture afin de lui assurer le meilleur avenir matériel possible :

  • 7 Lady Dunmow : We are very poor Susan, the Prince is very wealthy.
    Susan : Have you
    (...)

Lady Dunmow
Nous sommes sans fortune. Susan, le prince est très aisé.
Susan
Vous êtes-vous inquiétés de savoir s’il était aimable en plus, bien sûr, d’être aisé ?
Lady Dunmow
La dernière fois que nous l’avons vu... La dernière fois que nous l’avons vu...
Lord Dunmow
La dernière fois que nous l’avons vu j’étais Envoyé extraordinaire et Ministre plénipotentiaire au Grand...
Lady Dunmow (l’interrompant)
Il y a vingt-cinq ans. C’était un petit garçon calme.
Air
C’était un petit garçon calme
Beaucoup moins bruyant
Que les autres enfants. […]7

5On trouve un autre exemple comique dans le passage qui apparaît dans un des récitatifs de la seconde scène. Ici, la réduction du train de vie de Lord et Lady Dunmow les a conduits à vivre dans une maison que l’on imagine modeste et dont la surface du jardin ne correspond guère aux terres que la Grande Duchesse de Monteblanco s’attend à trouver :

  • 8 Duchess :[…] So now there is no more cooking to be done and we have time for a promenade. I (...)

La Duchesse
Il n’y a donc plus rien à faire en cuisine ; nous allons avoir un peu de temps pour nous promener. Je vais faire le tour de vos terres.
Lord et Lady Dunmow
Nos terres ?
La Duchesse
Ah, elles sont trop étendues sans doute pour qu’une dame d’un certain âge puisse en faire, le tour sans fatigue.
Lady Dunmow
Un regard suffit, Madame : elles s’étendent sur vingt-et-trois mètres de long, un mur élevé en marque la limite8.

6Enfin, pour donner un ultime exemple du caractère comique et satirique de l’opéra, on citera un extrait de l’avant dernier récitatif de l’œuvre qui traite de la manière dont se concluaient les mariages au sein de l’aristocratie :

  • 9 Duchess : Kiss her at once I command it./So ! Are you betrothed ?

La Duchesse
Embrasse-là tout de suite ! Je l’exige.
Alors ! Etes-vous fiancés ?
Le Prince Philippe
Maman, je ne connais Susan que depuis quinze minutes ! Quinze précieuses minutes !
La Duchesse
Il n’est pas bienséant que les descendants de lignée royale connaissent la personne à laquelle ils se fiancent. En effet, il n’y aurait guère de fiançailles royales, s’il en était ainsi. Quinze minutes suffisent largement ; la fille d’un comte et d’une comtesse de sang anglais convient plus que parfaitement, et je suis extrêmement satisfaite. Nous devons, bien sûr, considérer la question de la dot de votre fille9.

Opéra-comique ou opéra-bouffe

  • 10 Peter Dickinson, op. cit., 142.

7Les dialogues fins et drôles de A Dinner Engagement ne sont pas sans rappeler ceux de l’opéra-bouffe. On pensera aux œuvres de Jacques Offenbach, peut être plus particulièrement à La Grande-Duchesse de Gérolstein (1867) dont l’héroïne principale trouve un léger et subtil écho dans le personnage de la Grande Duchesse de la principauté de Monteblanco. L’intrigue sentimentale entre le Prince Philippe et Susan, bien que de second plan, rapprocherait sans doute plus l’opéra de Berkeley de l’opérette que de l’opéra-bouffe. Toutefois, si l’on doit rapprocher A Dinner Engagement du genre opérette, on s’accordera avec Peter Dickinson, auteur de The Music of Lennox Berkeley10 – l’unique ouvrage consacré à ce jour à Berkeley et à sa musique –, pour lui trouver des similitudes avec celles de ses compatriotes William Schwenck Gilbert et Arthur Sullivan :

  • 11Above all, A Dinner Engagement works on stage with opportunities for clear characterizatio (...)

Avant tout, A Dinner Engagement fonctionne de manière à ce que les personnages puissent être bien définis à la fois par le livret et la musique. Les situations conventionnelles empruntées à l’opéra comique ou à l’opéra buffa sont suffisamment variées pour être intéressantes – divertissantes pour utiliser les mots employés par Berkeley. [...] L’opéra est très anglais, et est dans la lignée de ceux de Gilbert et Sullivan. Berkeley a réussi à prendre ses distances avec certaines conventions du genre en adoptant une perspective néoclassique qui l’empêche de traiter les choses avec sérieux. Comme Sullivan, Berkeley a réussi dans un genre qui “n’est fait que pour divertir” et il éprouva le besoin de s’en excuser11.

8En effet, pour aller au-delà de ce que nous dit P. Dickinson, certains points communs entre les deux victoriens et Berkeley se retrouvent tant au plan musical qu’au plan de la critique sociale. Nous savons que A Dinner Engagement est une satire de l’aristocratie. Or, l’opérette The Mikado (1885) de W.-S. Gilbert et A. Sullivan est également une satire de l’aristocratie anglaise. Tout comme dans The Mikado où l’action se situe dans un Japon d’opérette pour atténuer la virulence de la critique, P. Dehn pour critiquer certaines traditions aristocratiques invente le Grand Duché de Monteblanco avec sa Grande Duchesse et son Prince eux aussi d’opérette. Les procédés de la satire reposent donc sur des ressorts similaires. Dans les deux œuvres, quelques pages musicales ne sont pas non plus sans rappeler le pays dans lequel se déroule l’action (la musique aux accents orientaux dans The Mikado) ainsi que celui d’où sont originaires certains protagonistes de l’histoire (la musique française chez L. Berkeley).

  • 12 Tableau établi par l’auteur de cet article.

9Si effectivement certains éléments ne sont pas sans rapprocher A Dinner Engagement de l’opéra-bouffe ou de l’opérette, il me semble que, bien qu’anachronique, rien ne définit mieux l’œuvre de Berkeley que le terme d’opéra-bouffe, opera buffa, ce genre d’opéra italien qui naquit à Naples au début du XVIIIe siècle. En effet, la structure de l’opéra à travers la nature des différents numéros (airs, duo, trio, ensembles, récitatifs, etc.), nous rappelle celle de l’opéra-bouffe, comme nous le montre le tableau12 qui présente ci-dessous l’enchaînement des numéros dans les deux scènes de A Dinner Engagement :

Scène 1

Scène 2

Récitatif accompagné et récitatif secco

Récitatif accompagné et récitatif secco

Trio

Duo

Récitatif secco

Récitatif accompagné

Aria

Quatuor

Récitatif accompagné et récitatif secco

Récitatif accompagné et récitatif secco

Aria

Quatuor

Trio

Récitatif accompagné et récitatif secco

Récitatif secco

Duo

Duo

Récitatif secco

Récitatif accompagné

Aria

Duo

Récitatif accompagné

Récitatif secco

Duo

Aria

Récitatif secco

Récitatif accompagné et récitatif secco

Aria

Trio

Récitatif accompagné et récitatif secco

Quatuor

Trio

Récitatif accompagné et récitatif secco

Récitatif accompagné

Instrumental

Aria

Septuor

Récitatif accompagné

Duo

10Si la satire sociale de l’aristocratie pouvait nous faire penser aux opérettes de Gilbert et Sullivan, elle a également toute sa place dans l’opéra-bouffe. À cet égard, il suffit de se rappeler de l’un des opéras les plus connus du genre, Les Noces de Figaro (1786) de Wolfgang Amadeus Mozart, qui, à travers l’adaptation de la pièce de Beaumarchais, se présente comme une critique des privilèges de l’aristocratie, entre autres choses de ceux liés au droit de cuissage.

11Le recours au genre de l’opéra-bouffe, forme stylisée du passé, même s’il peut paraître parodié, s’explique par la nature comique de l’opéra, comme le laisse entendre à la scène 2 le duo d’amour entre Susan et le Prince avec son texte centré autour des fameuses tomates Monteblanco :

Susan

  • 13Susan : What a sorry sight!/What a sorry sight!/He put them in the oven/Which he forgot to (...)

Quel triste spectacle !
Quel triste spectacle !
Il les a mises au four
Sans penser à l’allumer !
Et lorsque Maman l’a fait,
Voilà trente minutes à peu près,
Les tomates ont cuit
Et les toasts aussi.
Le Prince Philippe
Quel spectacle étonnant,
Superbe, alléchant,
Mettons-les au four,
Je l’allumerai moi maintenant.
Et bientôt nous les servirons.
Dans une demi-heure environ.
Les tomates sont sauvées,
Les toasts oubliés13 !

  • 14 « Est grotesque ce qui est comique par un effet caricatural burlesque et bizarre. Le grotes (...)
  • 15 « Le burlesque est une forme de comique outré et de parodie travestissant un genre noble en (...)
  • 16 Farce : « Pièce grotesque et bouffonne destinée à provoquer le rire par tous les moyens, y (...)

12On remarquera que le caractère grotesque14 de la situation et des dialogues dans ce duo semble ancrer la nature comique de l’opéra-bouffe dans celui du burlesque15, voire, sans mauvais jeu de mots, dans celui de la farce16, au point que l’on peut se demander si ce duo ne vise pas à parodier le genre dont il est issu : l’opéra-bouffe.

13Si d’un point de vue générique, A Dinner Engagement regarde vers le passé en adoptant les conventions de l’opéra-bouffe, il en est de même au plan musical de par les traits néoclassiques de l’œuvre. En effet, musicalement, L. Berkeley n’appartient pas à l’avant-garde musicale, il est plutôt un compositeur conservateur qui n’a guère d’affinité avec la musique atonale, comme il l’énonce dans cet extrait de son journal daté du 12 décembre 1978 en affirmant ouvertement sa préférence pour la période néoclassique de Igor Stravinski :

  • 17I wonder how [Stravinsky] will be rated in a hundred or even fifty years’ time. That he wa (...)

Je me demande quelle valeur on accordera à [Stravinski] dans cent ou même dans cinquante ans. Qu’il ait été un compositeur d’une grande importance dans sa jeunesse ne souffre d’aucune contestation [...] et certaines œuvres de sa période néoclassique sont remarquables, mais que penser de ses dernières œuvres sérielles ? Personnellement, il m’est impossible de les aimer de la même manière que ses œuvres de jeunesse. Peut-être parce que je suis incapable d’accepter la musique atonale17.

  • 18 Anthony Burton, « Synopsis », in livret de A Dinner Engagement (Cd, Chandos 10219), Colches (...)

14Son goût pour la période néoclassique de Stravinski transparaît d’ailleurs assez clairement au début de la seconde scène puisque celle-ci commence « sur un motif répété inspiré18 » du compositeur russe, comme le souligne justement Anthony Burton dans le livret accompagnant l’enregistrement de l’opéra.

  • 19 Auteur d’une Dame de Monte-Carlo (1961) monologue pour soprano sur un texte de Jean Cocteau (...)

15Hormis I. Stravinski, L. Berkeley semble rendre hommage, sous forme de pastiche, à la musique française, plus particulièrement à celle du groupe des Six et parmi eux à celle de son ami Francis Poulenc19. Dans A Dinner Engagement, l’amour de Berkeley pour la musique française se manifeste aussi dans les airs folkloriques de Monteblanco, qui ne sont pas sans rappeler les chants d’Auvergne de Joseph Canteloube (1879-1957) : premier air de la scène 1 (« In the Summer of my Time ») et avant dernier air de la scène 2 (« Mon aimée attend la lune »).

16C’est lors de son séjour à Paris dans les années 1920 et 1930 que L. Berkeley approfondit sa connaissance de la musique française, même si son goût pour la culture française est atavique. En effet, sa famille est francophile de longue date, au point qu’à partir de 1920 ses parents élisent domicile dans le sud de la France. Les liens musicaux que Berkeley entretient avec la France ne sont pas simplement sentimentaux et ne se limitent pas à une simple étude des partitions. En effet, il se rend à Paris pour y étudier la composition. C’est lors d’une rencontre avec Maurice Ravel à Londres que ce dernier lui conseille de se rendre à Paris pour suivre l’enseignement de Nadia Boulanger.

17En conclusion, A Dinner Engagement me semble aller bien au-delà de ce que L. Berkeley en dit. En effet, l’œuvre n’est pas qu’un simple divertissement ; il s’agit également d’une réflexion sur le genre opératique qui se traduit par un mélange des genres : opéra- bouffe, opérette et opéra-bouffe. La structure, notamment, renvoie à celle de l’opéra-bouffe. Si la référence à ce genre opératique peut sans doute paraître anachronique, elle participe, néanmoins, du néoclassicisme ambiant et ne fait donc pas figure d’œuvre contemporaine isolée. On pensera, par exemple, à Albert Herring (1949) de Britten (A Dinner Engagement, rappelons-le, utilise la même instrumentation) ou encore à The Old Maid and the Thief (1939) de G.-C. Menotti. Ce recours à une forme néoclassique est, toutefois, à prendre avec de la distance, puisque certaines de ses conventions sont parodiées (duo d’amour, par exemple) par L. Berkeley, comme s’il ne voulait pas se prendre au sérieux ou comme s’il cherchait à montrer qu’il était conscient d’utiliser une forme anachronique pour son temps. Enfin, A Dinner Engagement est l’occasion pour le compositeur de rendre hommage sous forme de pastiche à la musique française ou sous forme de citation à I. Stravinski pour qui il avait de l’admiration. La question que l’on peut se poser à travers ce recyclage parodique ou citationnel de la musique d’autres compositeurs ainsi qu’à travers cette réflexion auto-réflexive et auto-référentielle sur le genre est sans doute la suivante : N’aurait-on pas affaire avec A Dinner Engagement à un opéra postmoderne avant l’heure ?

Haut de page

Bibliographie

BURTON Anthony, « Synopsis », livret de A Dinner Engagement, (Cd, Chandos 10219), Colchester : Chandos Records Ltd, 2004.

DICKINSON Peter, The Music of Lennox Berkeley, Woodbridge : The Boydell Press, 2003.

DICKINSON Peter, « Lennox Berkeley », vol. 2, pp. 560-563, in Stanley Sadie (ed.), The New Grove Dictionary of Music and Musicians (20 vol.), London : Macmillan, 1980.

NICHOLS Roger, « A Dinner Engagement », vol. 1, p. 1179, in Stanley Sadie (ed.), The New Grove Dictionary of Opera (4 vol.), London : Macmillan, 1992.

PAVIS Patrice, Dictionnaire du Théâtre, Paris : Éditions sociales, 1980.

Discographie

BERKELEY Lennox, A Dinner engagement (Premiere Recording), City of London Sinfonia. Richard Hickox (cond.), Cd, Chandos 10219, Colchester : Chandos Records Ltd, 2004.

Haut de page

Notes

1 L’instrumentation pour ces trois opéras est, en effet, la suivante : 1 flûte (aussi 1 flûte piccolo, 1 flûte alto), 1 hautbois (aussi 1 cor anglais), 2 clarinettes (aussi 1 clarinette basse), 1 basson, 1 cor, 1 percussionniste, 1 harpe, 1 piano, 1 violon, 1 violon II, 1 alto, 1 violoncelle, 1 contrebasse. Voir partitions de A Dinner Engagement (London : J & W Chester, 1955), de The Rape of Lucretia (London : Boosey & Hawkes, 1946) et de Albert Herring (London : Hawkes & Son, 1954), toutes consultables à la British Library.

2 Goldfinger, mise en scène de Guy Hamilton, avec Sean Connery, Gert Fröbe et Honor Blackman, United Artists, 1964 ; L’Espion qui venait du froid (The Spy Who Came in from the Cold), mise en scène de Martin Ritt, avec Richard Burton, Oskar Werner et Claire Bloom, Paramount Pictures, 1965 ; Le Crime de l’Orient Express (Murder on the Orient Express), mise en scène de Sidney Lumet, avec Albert Finney, Laurent Bacall, Jacqueline Bisset et Michael York, Paramount Pictures, 1974.

3 Cité par Peter Dickinson, in The Music of Lennox Berkeley, Woodbridge, The Boydell Press, 2003, 142.

4 Comédie de mœurs : « Étude du comportement de l’homme en société, des différences de classe, de milieu et de caractère (Ex : Angleterre des XVIIe et XVIIIe siècles, CONGREVE, SHERIDAN, MOLIERE ». Patrice Pavis, Dictionnaire du Théâtre, Paris, Éditions sociales, 1980, 72.

5 Voir la célèbre recette du pot au feu dans le Robinson Crusoe de Jacques Offenbach.

6 “[A Dinner Engagement] was conceived through a series of actual dinner engagements at Lennox Berkeley’s house and my own. On these occasions we always spoke glowingly of each other’s food so that when the English Opera Group commissioned us to write a light-one-act opera, it seemed proper that the action should be set in a kitchen ,” Peter Dickinson, op. cit., 142.

7 Lady Dunmow : We are very poor Susan, the Prince is very wealthy.
Susan : Have you bothered to find out whether he is nice, apart, of course, from being wealthy ?
Lady Dunmow : We saw him last… we saw him last…
Lord Dunmow : We saw him last when I was Envoy Extraordinary and Minister Plenipotentiary to the Grand…
Lady Dunmow (interrupting) : Twenty-five years ago. He was a quiet little boy.
Aria
/He was a quiet little boy/Who made far less noise/Than other little boys. ”[…]

8 Duchess :[…] So now there is no more cooking to be done and we have time for a promenade. I will inspect your grounds.
Lord and Lady Dunmow : Our grounds ?
Duchess : Ah, no doubt they are too large for an elderly lady to inspect without fatigue.
Lady Dunmow : They stretch as far as the eye can see, Ma’am; which, on account of a high wall, is twenty-three yards.

9 Duchess : Kiss her at once I command it./So ! Are you betrothed ?

Prince Philippe : Maman, I have only known Susan for fifteen minutes !/Fifteen precious minutes !

Duchess : It is not proper that persons of royal blood should know those to whom they become betrothed. Indeed, there would be very few royal betrothals, if they did. Fifteen minutes is more than sufficient; the daughter of an English earl and countess is more than suitable; and I am more than satisfied. We must, of course, consider your daughter a dot.

10 Peter Dickinson, op. cit., 142.

11Above all, A Dinner Engagement works on stage with opportunities for clear characterization where both libretto and music are in harness. Conventional situations taken from opéra-comique, or opera- buffa, are varied sufficiently to be interesting – diverting, to use Berkeley’s own term. [...] The opera is peculiarly English, a successor to Gilbert and Sullivan, where Berkeley has been able to distance himself from some of the conventions through a kind of neoclassical perspective, which has liberated him from taking anything seriously. Like Sullivan, Berkeley has succeeded in a medium ‘meant only to divert’ and for which he virtually apologised,” Peter Dickinson, op.cit., 147.

12 Tableau établi par l’auteur de cet article.

13Susan : What a sorry sight!/What a sorry sight!/He put them in the oven/Which he forgot to light/When mother lit it later,/Half an hour ago at most,/It baked the tomatoes/But burnt the toast.
Prince Philippe : What a happy sight !/How beautiful and bright/Let’s put them in the oven/Which I myself will light./Now we can serve them later,/In half an hour at most./We’ve saved the tomatoes./Forget the toast !

14 « Est grotesque ce qui est comique par un effet caricatural burlesque et bizarre. Le grotesque est ressenti comme une déformation signifiante d’une forme connue ou acceptée comme la norme ». Patrice Pavis, Dictionnaire du Théâtre, op. cit., 195.

15 « Le burlesque est une forme de comique outré et de parodie travestissant un genre noble en un discours grotesque et vulgaire [...] La technique consiste à inverser totalement les signes de l’univers représenté : traiter sérieusement de problèmes ridicules et se gausser de questions sérieuses. [...]. On parlera de parodie pour ces translations de ton, qu’il s’agisse du traitement sérieux du comique ou de l’inverse ». Patrice Pavis, Dictionnaire du Théâtre, op. cit., 50.

16 Farce : « Pièce grotesque et bouffonne destinée à provoquer le rire par tous les moyens, y compris le comique le plus physique et grossier ». Patrice Pavis, Dictionnaire du Théâtre, op. cit., 175.

17I wonder how [Stravinsky] will be rated in a hundred or even fifty years’ time. That he was preeminent in his younger days is beyond question [...], and some of the works of his neo-classical period [...] are outstanding, but what of the work of the late works in serial technique? I find it impossible to love them as I do his earlier music – I suppose through my inability to come to terms with atonality,” Lennox Berkeley cité in Peter Dickinson, op.cit., 19.

18 Anthony Burton, « Synopsis », in livret de A Dinner Engagement (Cd, Chandos 10219), Colchester, Chandos Records Ltd, 2004, 23.

19 Auteur d’une Dame de Monte-Carlo (1961) monologue pour soprano sur un texte de Jean Cocteau.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Jean-Philippe Heberlé, « A Dinner Engagement (1954) de Lennox Berkeley : un opéra-bouffe anachronique ? », Revue LISA/LISA e-journal [En ligne], vol. XII-n°6 | 2014, mis en ligne le 30 octobre 2014, consulté le 25 juin 2017. URL : http://lisa.revues.org/6461 ; DOI : 10.4000/lisa.6461

Haut de page

Auteur

Jean-Philippe Heberlé

University of Lorraine, France. Jean-Philippe Heberlé is Professor of English at the University of Lorraine, Nancy, France. His research interests include the relationships between text and music, music and society, music and history as well as music and cultural studies in the United Kingdom. He has written many articles, mostly about English opera in the twentieth and twenty-first centuries. He has published a book about Michael Tippett’s operas at Editions L’Harmattan and has directed several more published by the Presses Universitaires de Nancy.

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la Revue LISA / LISA e-journal sont mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Revues.org