Navigation – Plan du site
Shakespeare et ses contemporains

La diversion comme genre : L’écriture et ses labyrinthes à l’époque élisabéthaine

Diversion as a Genre : The Writing and its Labyrinths during the Elizabethan Period
Sophie Chiari-Lasserre

Résumé

This paper focuses on the notion of “genre(s)” and tries to demonstrate that in the Renaissance England, artists often relied on a labyrinthine genre to improve the subtlety of the writings. The image of the labyrinth was chosen for a variety of reasons: derived from classical sources, sometimes representing chaos, sometimes standing for a complex harmony, this rich, ambivalent figure was at the same time attractive and repulsive. Gradually, the myth pervaded reality: under the Tudors, several kinds of mazes entertained Shakespeare’s compatriots. Indeed, knots and maze gardens proliferated, literally provoking the amazement of people contemplating their twists and turns. The old tradition which consisted in treading the path of a turf-maze still persisted, as Elizabethan literature shows, even though less and less young people wanted to take part in these pagan rituals. In the seventeenth century, poets started lamenting the gradual disappearance of these curves drawn on the grass. Still, the myth of the labyrinth was very pregnant in narrative, dramatic and poetic fictions. With its eccentricities and its extravagances, Renaissance literature gave the symbol a new life. Such translations as Edward Fairfax’s Godfrey of Bulloigne or the Recoverie of Jerusalem (1600) and Robert Dallington’s Hypnerotomachia (1592) allow us to enter a world full of “diversions” – in both senses of the word – and of intricate mazes. And more importantly, the image of the Cretan circumvolutions, when present in the texts, refashioned the style of Renaissance books: this is the reason why the labyrinth itself can be seen as a genre, fully operative during the Elizabethan period. Dramatists in particular used this peculiar genre to stage deviant trajectories and plots of “seduction”, in the etymological sense of the term. More generally, writers re-shaped labyrinthine discourses in order to respect the ideal of copia which had been defended by Erasmus. Finally, this essay explores the multiple meanings of “erring” for the Renaissance artists, given the fact that many of them played on its different facets (going astray or making a wrong choice), in order to produce “amazing”, and sometimes deceiving, literary works.

Haut de page

Entrées d’index

Index thématique et géographique :

Grande-Bretagne, Great Britain, literature, littérature
Haut de page

Texte intégral

  • 1 L’OED donne la première apparition du mot genre seulement au début du 19e siècle. Voir définition 1 (...)
  • 2 Ce mot (équivalent de kind, sort, class) est connu depuis la fin du 14e siècle. Voir l’entrée Gende (...)
  • 3 Randle Cotgrave, A Dictionarie of the French and English Tongues (Londres, 1611), éd. William S. Wo (...)

1La « triade » des genres — épique, lyrique, dramatique — avait été définie par les Anciens. Mais la notion même de genre, labile, héritée de la rhétorique aristotélicienne, fluctue selon les âges, les cultures, et même selon les individus. Les genres naissent, se développent, périclitent, puis se métamorphosent. Le modèle pétrifié de genre clos ne rendait donc déjà plus compte de la littérature élisabéthaine, à une période où les moyens d’expressions se diversifiaient en se compliquant. Les catégories génériques dépendaient étroitement des liens tissés entre un artiste, sa création, et la réception du public. La Renaissance décloisonne et réinvente ses genres artistiques qui, loin de l’épure, se font hybrides. Si le mot « genre » ne fait pas partie de son vocabulaire1, elle se joue des genders2 en pervertissant ses modèles, détournant les voies tracées par les Anciens. En 1611, « dedaler », d’après la définition de Randle Cotgrave, signifiait « To make a Maze, or Laberinth »3. Et les artistes élisabéthains « dédalaient » sans complexe. Nous allons donc cerner le ou les genre(s) comme labyrinthe(s), afin de comprendre comment, pour les Renaissants anglais, l’informe génère la forme esthétique, et comment la forme fait sens littéraire. Quelques genres d’authentiques labyrinthes au disegno protéiforme seront dans un premier temps nos traits d’union entre les images mentales et les images littéraires des méandres. Puis seront abordés les ambages discursives du genre privilégié de la digression, de l’erreur et de l’errance. Enfin, ces observations devraient nous permettre d’aboutir au labyrinthe comme genre à part entière, matrice d’une esthétique nouvelle.

Les genres de labyrinthes : d’authentiques creusets

2Le disegno des méandres renaissants révèle la mise en œuvre d’un idéal, décliné selon plusieurs modèles, parfois unicursaux, le plus souvent multicursaux. Le légendaire bâtisseur du labyrinthe avait été patron des maîtres d’œuvre : il incarnait, depuis le Moyen-Âge, un modèle artistique alliant ruse et créativité. Ses lignes serpentines inspirèrent aux créateurs du seizième siècle une poétique de la meraviglia. Les architectes, nouveaux Dédales, ne prenaient plus exemple sur l’inventeur de la geôle crétoise : ils prétendaient l’incarner. Il leur fallait rendre visible l’invisible, faire coïncider les mots et les choses en ouvrant le champ des possibles. La fabuleuse figure du labyrinthe, plurielle, ouvrait un champ d’investigation esthétique qui devait être expérimenté. Au dire succéda le voir.

  • 4 Sebastiano Serlio, Tutte l’Opere d’Architettura et Prospetiva (In Venetia, M DC XIC), reproduit sur (...)
  • 5 Robert Peake (trad. de Serlio), The Five Books of Architecture (1611), New York, Dover Publications (...)
  • 6 Ibid, The fourth Booke, « The Twelfth Chapter ».

3Un Bolonais, Sebastiano Serlio4, l’avait bien compris. Il s’inspira des idées défendues avant lui par Alberti, et rédigea un traité d’architecture commencé en 1537, traduit en 1611 par l’anglais Robert Peake, sous le titre The Five Books of Architecture5. Le manuel aborde la géométrie, les dédaléennes perspectives, les formes et les proportions. Le quatrième volume, « The Fourth Booke », est axé sur des modèles labyrinthiques où l’harmonie triomphe sur le chaos. Sortis de leur genre mythique originel, ils se figent dans le genre ornemental. Leurs chemins entrelacés forment des itinéraires complexes, aboutissant toujours à un centre6. Les légendes des gravures, comme « The Garden, being an Ornament to the Building », imprimée au dessus de quatre tracés géométriques, et complétée par « therefore these Mazes and Knots, are set in Figure », laissent place aux décors dentelés. Désacralisés, les mazes ont investi le champ du vocabulaire technique. Reste à concrétiser ces projets arachnéens.

4Le genre décoratif, réduit au savoir livresque, ouvrait des perspectives de réalisations grandeur nature. Deux formes d’art du jardin, les arabesques fleuries ou knots, suivies par les vastes méandres ou mazes, constituèrent le socle ludique de l’entrelacs. Les anfractuosités se déclinaient dans le genre topiaire, leurs voies externes et tourmentées épousant les tâtonnements internes de l’individu renaissant, qui progressait par le chemin de l’essai et du doute. Pareille remise en question découlait des nœuds de contradiction propres à la nature humaine.

  • 7 Thomas Hill, The Profitable Art of Gardening : A most brief and pleasaunt treatyse, teachinge howe (...)
  • 8 Cette planche est intitulée « Another Maze », ce qui montre que les théoriciens de l’époque faisaie (...)

5Les dessins de lacs témoignent certainement, au delà du goût pour l’amusement, d’une perplexité croissante sur le genre de vie des contemporains, tout comme sur les complications du genre humain. Aussi les nœuds des Tudors abondent-ils dans le manuel de Thomas Hill, The Profitable Art of Gardening7(1563). Le contenu des chapitres, dont le quatrième s’intitule « Of the Fyrst Maze », embrasse la pratique du jardinage sous un angle pédagogique. Les apprentis élaborent des broderies végétales de plus en plus subtiles. Le sixième chapitre propose donc l’entreprise d’une seconde création labyrinthique (« Of the Seconde Maze »), montrant les progrès de l’élève. Parmi plusieurs illustrations de labyrinthes, une image présente une figure de forme rectangulaire8, avec un parcours sinueux jusqu’au centre : là se trouve le jardinier, qui, à la manière des maîtres d’œuvre médiévaux, s’identifie à l’artisan « dédaléen ». Dénuée d’impasse, la volute de Thomas Hill procure un éphémère sentiment de perte : l’issue est garantie, et l’angoisse du détour s’intègre dans le plaisir du jeu. Ce labyrinthe relève d’un genre ludique, assurément, mais dont les enjeux dépassent la gaieté du « jeu » pour transformer le « je » intime. Celui qui possède ses lacs végétaux montre en outre sa propension à égarer autrui pour le séduire, et à tisser les mythes au cœur du réel.

  • 9 La propriété est recensée par W. H. Matthews, Mazes and Labyrinths. Their History & Development, 15 (...)
  • 10 William Cecil était le baron Burghley (1520-1598).

6Tapisserie végétale brodée à la gloire de la Reine, le jardin de Theobalds9 témoignait bien du pouvoir de fascination des arabesques, emblématiques de la discordia concors. Des lacets taillés dans les haies, créés en 1560, modelaient la propriété de William Cecil10. En 1591, dans A Speeche Made Before the Queene at Tybolles, George Peele esquisse un état des lieux qui laisse rêveur :

  • 11 George Peele (1558-1596), « Speeches to Queen Elizabeth at Theobalds », Part II : « The Gardener’s (...)

The (…) plot levelled, I cast it into four quarters. In the first I framed a maze, (…) which maketh time itself wither with wondering (…). These [the Virtues] mingled in a maze, and brought into such shapes as poets and painters use to shadow, [and] made (…) all my thoughts amazed to behold to bodies11.

  • 12 Barnabe Barnes, « Madrigal 26 », Parthenophil and Parthenophe. Sonnets, Madrigals, Elegies and Odes (...)
  • 13 John Cooke, Greene’s Tu Quoque, or, The Cittie Gallant (1614), éd. Alan J. Berman, New York, Garlan (...)

7Dans un cabinet de curiosités verdoyantes le maze visait à provoquer l’amazement, stupéfaction teintée d’émerveillement. Le discours révèle une profusion de mazes fleuris, et met en lumière des knots dans lesquels l’horticulture diffuse des faisceaux de relations mythologiques entre le trône et le paradis terrestre proche du jardin-labyrinthe médiéval. Si le genre topiaire se nourrissait d’écrits légendaires, il contaminait à son tour le genre littéraire poétique, comme le suggère le vingt-sixième madrigal de Barnabe Barnes, extrait de Parthenophil and Parthenophe (1593). Le poète brodait sur le thème vénusien du labyrinthe d’amour, évoquant « that maze on love’s hill-top »12. Son paysage devenait érotique, et la mutine sensualité du labyrinthe surpassait alors la réalité. Le poème permettait ainsi au lecteur d’accéder aux détours mythiques, sans même se déplacer. Extirpées des ouvrages théoriques, les sinuosités contaminaient les cadres littéraires, et débordaient sur une réalité quotidienne. Les turf-mazes s’incrustaient dans le gazon des prairies anglaises, où se retrouvaient les membres de la communauté, ainsi que dans celui des cités. John Cooke, auteur de Greene’s Tu Quoque, or, the Cittie Gallant13 (1611), évoque ainsi le dédale londonien de Tothill (ou Tuttle) Fields, un mont artificiel localisé à Westminster. Au début de la comédie, Staines accepte un duel face à Spendall. Ce dernier décide que la confrontation aura lieu, « Beyond the Maze in Tuttle ». L’indication spatiale, familière à tous, se fond dans l’échange et remplace la didascalie. Ce labyrinthe renaissant fréquenté, point de repère extra-dramatique, contribue à donner au genre dramatique sa fonction de miroir du monde.

  • 14 Thomas Randolph (1605-1635), « An Eglogue on the Noble Assemblies Revived on Cotswolds Hills, by M. (...)

8Pourtant, à partir des années 1630, le genre ludique se diversifiant, la pratique des ambages se raréfie. Dans une églogue extraite de Poems with the Muses looking-glasse and Amyntas (1638), les lamentations de Thomas Randolph14 montrent des tracés tortueux laissés à l’abandon dans les campagnes. Le parcours des lacets, « the winding of the Maze » (vers 6), se réduit comme peau de chagrin. Alors que l’oisiveté gagne les communautés rurales, les sentiers, tout comme les tracés du Songe d’une nuit d’été, sont envahis par la végétation : le poète est alarmiste, et l’image du labyrinthe nourrit alors un genre poétique empreint de nostalgie, proche de l’ubi sunt : mais que sont devenus les mazes d’antan ?

Les volutes d’un genre littéraire : entre la glose et l’abondance

  • 15 Les auteurs de l’OED, prudents, restent très vagues, et ne définissent pas vraiment « labyrinthian  (...)

9Fictions narratives, poétiques ou dramatiques remodèlent le mythe à leurs manières pour diffuser un idéal de composition littéraire à mi chemin entre copia et copie, entre le genre de la prolixité et celui de la glose. En 1588, un nouveau qualificatif, « labyrinthian », définissant les entrelacs scripturaires, germe dans l’esprit de John Harvey, auteur d’un virulent traité contre la mode des prédictions fantaisistes, A Discovrsive Probleme Concerning Prophesies15 :

How I beseech you, what Oedipus may thorowly resolve us in the consequence if this intricate Labyrinthian monument ?

  • 16 François Rigolot, L’Erreur de la Renaissance. Perspectives littéraires, Paris, Champion, 2002, p. 3 (...)
  • 17 John Harington, Ludovico Ariosto’s Orlando Furioso : Translated into English Heroical Verse by Sir (...)

10Incarnation du « monument labyrinthique » de la littérature anglaise, le genre romanesque inclut à cette époque diverses facettes du maze pour suggérer ses potentialités excentriques ou extravagantes. Les débuts du roman chevaleresque, au déroulement ab-errant, font partie selon François Rigolot du « genre de la digression », et sont le « signe de la modernité par excellence » 16. L’Arioste fut un précurseur en son genre. La trame tortueuse du Roland Furieux (Venise, 1516) exige des qualités de composition retorses produisant un récit éclaté, démultiplié, et pourtant maîtrisé. Outre-Manche, John Harington publie sa version du Roland Furieux en 159117. Le poème fait la part belle au chevalier lancé à la poursuite du ravisseur de sa dulcinée, serpentant à travers une épaisse forêt, en compagnie d’errants chrétiens ou sarrasins. Tous sont attirés dans un palais, dominé par la vision de la femme aimée. Le lecteur de ce texte polyphonique pénètre dans le livre comme dans un labyrinthe : ce parcours de lecture répond à une thématique dédaléenne, où l’image des ambages se superpose aux pérégrinations des héros, dans un enchevêtrement de verdure.

  • 18 En musique, qui désigne une même hauteur de son par un nom différent selon que la tonalité comporte (...)
  • 19 Bartholomew Yong, Diana of George of Montemayor, London, Printed by E. Bollifant, 1598 (STC n°18044 (...)
  • 20 Ibid, « The Seuenth Booke of the Second part of Diana of George of Montemayor », p. 341.

11Mis en valeur dans l’écrin de la fiction narrative aux tonalités épiques, le mythe se love dans un autre genre narratif privilégiant le monde vert, celui de la pastorale. Parfois décliné en chanson, il s’insère dans un genre musical enharmonique18, aux tonalités grinçantes. Dans les vers chantés par le jeune Sagastes, l’un des amoureux peuplant une romance bucolique, traduite en 1598 par Bartholomew Yong, Diana of George Montemayor19, se déploie le symbole crétois : « that labyrinth suns light / Wherein Theseus they did throw »20. Le personnage s’estime chanceux de ne pas subir l’épreuve de Thésée, considéré comme une victime. Il gauchit la version mythique originelle, et de son repentir mythologique découle un genre pastoral nouveau, où l’art dépoussière les mythes.

12La littérature élisabéthaine recrée de la sorte un genre narratif marqué par la dynamique de la marge. Le labyrinthe, centripète, autorise toutes les déviances : aussi se rencontre-t-il dans ces ouvrages fleuves où initiations, quiproquos et retrouvailles abondent.

  • 21 Le Tasse, La Jerusalem délivrée, éd. Françoise Graziani, trad. par Charles-François Lebrun, Paris, (...)
  • 22 Edward Fairfax, Godfrey of Bulloigne, or the recouerie of Hierusalem. Done in English Heroicall Ver (...)
  • 23 La stance suivante extraite de la Jérusalem Délivrée traduite par Charles-François Lebrun évoque be (...)

13La Reine Elisabeth se flattait d’ailleurs de connaître par cœur plusieurs stances de la Jérusalem délivrée (1581)21 de Torquato Tasso, avant même que ne paraisse la traduction de Edward Fairfax, Godfrey of Bulloigne or the Recoverie of Jerusalem, en 1600. La quête initiatique des personnages permet au lecteur d’aborder une forme révisée du jardin d’amour, emplie de faux-semblants. La re-création anglaise 22 est contaminée par des allusions dédaléennes originales, qui s’incrustent sans craindre l’explicite. La licence poétique favorise la mise en valeur de la déviance labyrinthique, dans un discours qui outrepasse les limites du vraisemblable pour verser dans l’errance du déraisonnable. La figure du maze stigmatise les digressions de ce genre narratif, et cristallise les thématiques de l’errance jadis prisées par le genre épique. Dans le deuxième chant, nous l’entrevoyons : « His idle charms the false enchanter said, / But in this maze still wandered and miswent » (chant 2, stance 10). Dévier du droit chemin devient la norme, dans un monde jalonné de bâtiments labyrinthiques23 : « The house is builded like a maze within, / With turning stairs, false doors and winding ways » (chant 14, stance 76). Le dédale fonctionne comme un havre dangereux. La topologie labyrinthique fait basculer le monde vert dans un univers tortueux : « A labyrinth they made that fortress brave, / Like Daedal’s prison, or Porsenna’s grave » (chant 16, stance 1). La figure des ambages donne par conséquent une tonalité menaçante au genre de la digression, tout en justifiant les irrégularités de sa forme.

  • 24 Francesco Colonna, Le Songe de Poliphile (trad. de l’Hypnerotomachia Poliphili par Jean Martin, Par (...)
  • 25 Robert Dallington (trad. anglais de Francesco Colonna), Hypnerotomachia (Londres, 1592), Amsterdam, (...)
  • 26 Jean Martin (trad. français de Francesco Colonna), Le Songe de Poliphile, p. 121.

14Cet art de la déformation prend ses sources dans Le Songe de Poliphile de Francesco Colonna, publié à Venise en 1499, puis traduit en 1546 par le français Jean Martin24, avant d’intéresser Robert Dallington, en 159225. Le livre propage l’idée du jardin-labyrinthe comme allégorie d’un mode de pensée, et comme toile de fond du genre emblématique. Le héros en quête d’amour accomplit maintes épreuves, divaguant d’un jardin à l’autre. L’un d’eux, au chapitre X, est selon Jean Martin « un grand circuit en forme de labyrinthe fait en rondeur, [dont] toutes les voies étaient couvertes d’eau, et y fallait aller en barques ou nacelles. Au reste le lieu, de soi, était assez délectable (…) arrosé de claires fontaines »26.

  • 27 Fynes Moryson, An Itinerary Written by F. Moryson, (Containing his Ten Yeeres Travell through the T (...)
  • 28 Fynes Moryson, An Itinerary, Glasgow, 1907, p. 327-328.

15Ces propos présagent les jeux d’eau qui, en 1580, émerveillent tout d’abord Montaigne lors de son séjour dans les tortueux jardins de Pratolino, avant de séduire, dix ans plus tard l’anglais Fynes Moryson, qui relate dans son Itinerary27 : « There is a fountaine which hath the name of a Laberinth close by it »28. A Pratolino, labyrinthe de lauriers et fontaines déstabilisent les repères des promeneurs, avant qu’ils n’aboutissent au temple de la vertu.

  • 29 Edmund Spenser, The Faerie Queene, éd. A. C. Hamilton, Londres, Longman, (1977), 1998, p. 284.

16Les dédales du genre de la relation de voyage tantôt inspirent les ambages du genre poétique, tantôt s’en inspirent. Les circonvolutions des eaux troubles sont ainsi décrites par Edmund Spenser dans The Faerie Queene (1590) : le « Whirlepoole of decay » est comparé à un « wide Labyrinth » (Livre II, chant xii, stance 20)29. L’onde tournoyante devient la métaphore des anfractuosités de l’existence, où ne subsistent que les stigmates de la souffrance.

  • 30 Robert Dallington, Hypnerotomachia, op. cit., p. 67, verso.
  • 31 Idem, recto.
  • 32 Id.

17Cet espace est finalement proche du lieu que découvre Poliphile, car son jardin des délices dissimule un avatar minotauresque : « en la tour du centre se tient un dragon invisible, mais grandement cruel et hideux ». Au cœur du sublime se déploie l’horreur, et le centre des ambages devient, comme chez Spenser, un abîme où s’échouent les esquifs. Robert Dallington met l’accent sur ces lieux effrayants : « a Garden of a large compasse, made in the forme of an intricate Laborynth allyes and wayes »30. Ils sont parcourus de rivières, et le milieu s’assimile à une gueule béante (« the deuouring swallow of the center ») 31 . Les passagers fourvoyés maudissent leur voyage labyrinthique : « they curse the time of their entrance into the Labirinth »; victimes de leurs écarts, ils sont dépeints comme « subject to such myserable and ineuitable necessity »32. Avec la vision théologique d’un dédale démoniaque, l’image du labyrinthe brouille les genres, transformant les visées poétiques en axes pédagogiques, centrées sur une morale chrétienne.

Le labyrinthe comme genre : une esthétique séduisante

18L’archétype labyrinthique porte en germe des images ambivalentes, repoussantes ou fascinantes, toutes deux exploitées par les Renaissants. Mais, presque invariablement, il introduit le genre poétique de la métamorphose, poussant les lecteurs à choisir un processus heuristique, à partir d’inférences et de raisonnements multiples. Le texte élisabéthain, simulant la description des replis, articule un autre monde qui annule la validité du temps présent.

  • 33 Pour une étude du miroir durant la période élisabéthaine, voir Marie-Madeleine Martinet, Le Miroir (...)

19À première vue, seule la forme littéraire suggère, par mimétisme, l’esthétique déviante et la pédagogie initiatique des circonvolutions. Le dépouillement n’est pas de mise. Mais le récit du mythe, enfoui dans le discours, surgit çà et là, génère un motif, un foyer d’interrogations où émergent les contradictions. Au début du 17e siècle, le paradigme labyrinthique rayonne dans la littérature : cheminements nocturnes, poursuites cynégétiques, chevelure bouclée, flammes vacillantes, miroirs déformants 33 , inconstance des eaux vives, serpents ondoyants ou « bowers » des antres forestières. Les méandres dans leur dimension intertextuelle bouleversent les genres. Mués en trompe-l’œil, ils mettent en œuvre une esthétique de l’erreur, et formulent les apories de la connaissance dans des carcans littéraires qu’ils étirent .

20Les stratégies de l’évitement, liées au secret, caractérisent des compositions palimpsestes, qui, pour émouvoir et plaire (movere et delectare) jouent sur la sensation d’amazement. Alors, la littérature explore les marges, fait l’apologie de la phrase déviante et de l’intrigue retorse, remodelant les poncifs de la ligne courbe.

  • 34 Jean Rousset, La Littérature de l’Âge Baroque en France. Circé et le Paon, Paris, Librairie José Co (...)
  • 35 John Fletcher, The Faithful Shepherdess (Londres, 1610, éd. Cyrus Hoy), dans The Dramatic Works of (...)

21L’esthétique dramatique met en scène ces métamorphoses scripturaires. Jean Rousset a révélé la vigueur mouvante du théâtre caractérisé par « composition disloquée, […], organisée sur plusieurs centres ; les lignes se rompent, les fils s’entrelacent, […]»34. Le labyrinthe imprègne l’Angleterre entre giration, spirale, torsion, proliférant sans se cristalliser. La tragi-comédie de John Fletcher, The Faithful Shepherdess (1608-1609) 35 , échappe ainsi aux représentations traditionnelles, développant les potentialités d’un genre mixte structuré sur l’image d’un maze de pastorale. Elle met en lumière forme et sens labyrinthiques, la parole du mythe donnant l’impulsion à l’action dramatique. Au cours de ses pérégrinations, un garçon errant en quête d’amour se déclare « in a maze » (1, 3, 160). Alexis est séduit étymologiquement par Chloé ; il pénètre dans les voies obliques d’un dédale amoureux, et provoque une cascade de péripéties.

  • 36 Françoise Frontisi-Ducroux, Dédale. Mythologie de l’artisan en Grèce Ancienne, Paris, Editions La D (...)
  • 37 Geoffrey Chaucer, The Works of Geoffrey Chaucer, éd. F. N. Robinson, Londres, Oxford University Pre (...)

22Si, comme ici, le texte renaissant se pare souvent de l’éclat du daidalon homérique, composition tissée de fils composites et chatoyants36, il peut en subir le revers, moins lumineux. Dans leur version négative, les lacets rhétoriques suggèrent l’égarement intellectuel propre aux genres littéraires confus. Geoffrey Chaucer, vers 1380, traduit le De Consolatione Philosophiae de Boèce, et glose le labyrinthe oratoire originel en choisissant la circonlocution de la « maison de Dédale » : « the hous of Dedalus, so entrelaced that it is unable to ben unlaced (…) »37. Les Élisabéthains intègrent le rapprochement entre chausse-trape mythique et réseau linguistique trompeur. Ils assimilent bientôt le dédale au parfait « anti-locus » de leur ars memoriae. La figure des volutes, à l’opposé du lieu de mémoire efficace, opère un brouillage au cœur du système mnémotechnique du lecteur. Les entrelacs engendrent donc la confusion mémorielle.

  • 38 George Sandys, A Relation of a Journey begun An : Dom : 1610. Foure Bookes. Containing a descriptio (...)
  • 39 Jonathan Haynes, op.cit., p. 99.

23C’est ce que suggère George Sandys qui, fort de ses pérégrinations égyptiennes, relate sa vision du labyrinthe dans un récit, Relation of a Journey, publié en 161038. Se revoyant non loin des ruines de Memphis, son imagination est fécondée par la lecture des anciens, de Pline surtout (seizième livre de l’Histoire Naturelle). Il croit se remémorer des couloirs « full of winding paths as darke as hell, and rooms within one another, hauing many doores, to confound the memory », à l’image de l’antique dédale à plusieurs voies: « intricate mazes, not possible to thred, or euer to get out without a conductor »(p. 113)39. Le labyrinthe travestit le genre du récit de voyage, qui glisse vers l’affabulation. L’originalité du traitement de ce topos légendaire réside ici dans l’ajout de la notion de mémoire (« to confound the memory »). Le lieu du chaos, hors du commun, n’était qu’une utopie légendaire avant son expérimentation. Soudain converti en lieu commun littéraire, il devient également un non-lieu de la mémoire immédiate. Ses perspectives alambiquées défigurent à court terme les événements du passé. Sandys lui-même se perd dans les méandres de ses souvenirs, forgeant une description qui ne recoupe aucune réalité. Mais il peut être objecté ici que l’évocation d’un lieu qui n’existe que dans l’imagination des hommes ne procède pas de la confusion mémorielle, mais d’un beau mensonge littéraire.

  • 40 Thomas Digges, Pantometria, I.xxx.kb. Voir Leonard Digges (the Elder), A Geometrical Practise, Name (...)

24Il est vrai que l’artiste dédaléen a la vocation du faussaire, forgeant quelques itinéraires fallacieux. Au labyrinthe correspond donc la problématique de l’erreur, comme le montrent les propos du mathématicien Thomas Digges en 1571 : « The Geometer… without practise shall fall into manyfoulde errours, or inextricable Laberinthes »40. Une attitude censée est empirique. Les abstractions du langage sont douteuses et mène les pseudo-érudits dans l’impasse.

  • 41 Thomas Kyd, The Spanish Tragedy (1582-1592), éd. J. R. Mulryne, Londres, A & C Black et W. W. Norto (...)

25Le non-sens du discours labyrinthique détermine bien un genre, mais ce dernier est retors, hybride, faisant la part belle aux discours en biais. Au cours de la pièce The Spanish Tragedy41(1580), écrite par Thomas Kyd, sont évoqués par exemple les ambages rhétoriques de Balthazar. Lorenzo, agacé par les contournements stylistiques de son interlocuteur, dénonce ses voies obliques : « Tush, tush, my lord, let go these ambages, / And in plain terms acquaint her with your love » (1, 4, 90-91). Pour éprouver la douceur d’une relation épanouie avec Bel–Imperia, rien ne vaut le droit fil d’un franc discours.

26Beaucoup décrient les palabres inutiles comme Edmund Spenser, qui, dans The Faerie Queene, évoque les sournoises rhétoriques que déploient les compagnons du Vice. Le poète, pratiquant l’ellipse des articulations habituelles de la pensée, se refuse à désigner le mythe en tant que tel, mais déploie les écheveaux du fil d’Ariane, objets symboliques de la parole dévoyée. Dans le livre II, la toile de la tromperie est tissée par les rets flatteurs d’Archimago : « Eftsoones vntwisting his deceiptfull clew, / He gan to weaue a web of wicked guile » (livre 2, chant 1, stance 8). Plus tard (livre 3, chant 12, stance 14) le lecteur croise un couple redoutable (Dissemblance and Suspect), qui abuse de l’artifice des jolis mots, manipulant deux échevaux de soie ( « two clewes of silke »), dysphoriques reproductions de la pelote d’Ariane. Spenser contribue à la remotivation linguistique de l’image des tours et détours crétois, par le biais du « clew ». Le fil ne guide pas, mais fourvoie dans un univers lexical surfait.

  • 42 Ann Moss, Les Recueils de Lieux Communs. Apprendre à Penser à la Renaissance, éd. Patricia Eichel-L (...)

27Cette parole abondante et sinueuse rentre bien dans le cadre d’un genre épousant l’esthétique de la copia, dont se revendique Henry Hawkins, auteur en 1633 d’un Partheneia Sacra foisonnant d’emblèmes, où les allusions convoquées relèvent du langage des recueils de lieux communs. Ann Moss explique à ce propos que les Renaissants : « rassemblent de nombreuses fleurs dans de nombreux jardins, (…) et sont peut-être plus visiblement maîtres de leur propre création lorsqu’ils rassemblent les éléments de leur collecte dans des entrelacs de leur invention »42.

  • 43 Henry Hawkins, Partheneia Sacra, 1633, Aldershot, Scolar Press, 1993. Voir par exemple « The Heliot (...)
  • 44 Ibid, « The Plat-Forme. », p. 2.
  • 45 Id, « The Essay », p. 8.

28Le motif des ambages trouve sa place dans ce genre littéraire du recueil de lieux communs, car le stéréotype antique du labyrinthe permet d’organiser de complexes réseaux de citations, dirige l’attention des lecteurs en structurant leur champ de vision. L’ouvrage de Hawkins propose d’ailleurs un chapelet de thèmes labyrinthiques 43 . Dans l’introduction, l’auteur prétend nous guider dans son jardin littéraire en forme de maze garden: «leade thy Reader into the Maze or Labyrinth of the beauties therin contained»44. La production verbale se trouve remodelée par le mythe, converti en outil métalinguistique, dans un genre allégorique moralisateur. Tous les conseils ne peuvent pourtant être prodigués : « I will not take vpon me to tel al ; for […] should I make a Labyrinth of discourse, and should neuer be able to get forth »45. Les arabesques oratoires sont déconsidérées, alors que, paradoxalement, l’auteur n’a de cesse d’utiliser des formules sibyllines. Si le discours enchevêtré empêche la progression de la pensée, l’art d’agrémenter la rhétorique reste comparable à l’art du jardin. Dans le livre comme dans la nature, l’errance est permise car elle est exquise, mais l’erreur ne saurait être tolérée.

En guise de conclusion

  • 46 « Genre », définition n° 1 du Grand Larousse Universel, Paris, Larousse, 1992.

29À une époque où une construction tortueuse et égarante servait de matrice aux productions artistiques, le Renaissant devait apprendre à donner du sens au non-sens. En empruntant la voie / voix du mythe, il aboutissait à quelque trésor littéraire, niché au centre de nouveaux sous-genres, la pastorale, le roman, la fiction allégorique, la tragi-comédie, dont la pluralité se réduisait en réalité à une unité générique dédaléenne. Si le genre, genus, est un « ensemble de traits communs à des choses caractérisant et constituant un type, un groupe »46, alors pouvons-nous parler du genre du labyrinthe sans gommer ni les nuances, ni les bigarrures de la littérature élisabéthaine. Il nous suffit de tenir un fil, d’avoir la patience de le dérouler, de ne pas le lâcher en cours de route, pour ensuite divulguer notre savoir-faire labyrinthique. Gardons en mémoire ce que disait Erasme à Pierre Vitré, précepteur du jeune Anglais Thomas Grey :

  • 47 Erasme, Le Plan des études (De ratione studii, Paris, imprimé par Josse Badius, juillet 1512), dans (...)

(…) tu as une vision nette ainsi qu’un jugement vigoureux et sain de l’importance considérable de la méthode d’enseignement. Mais si, dans tous les domaines, l’importance en est très grande, elle l’est tout particulièrement dans l’étude des bonnes lettres. (…) l’on parvient bien plus rapidement à son but quand on connaît les sentiers de traverse que lorsque, au dire de Plaute, on se laisse guider par le fleuve ou même, qu’au mépris de Pythagore, on s’engage sur les chemins battus , à moins de tourner en rond dans les dédales variés de l’errance. Aussi me demandes-tu que je te prescrive un plan d’études, une méthode et une norme que tu suivrais comme le fil de Thésée et qui te permettraient de te retrouver, sans risque d’erreur, dans les labyrinthes des auteurs, et d’atteindre plus vite au sommet de la science (…). En ce qui me concerne, j’obéirai avec empressement (…)47.

30Comme l’humaniste, proposons notre fil de Thésée pour sillonner les labyrinthes élisabéthains. Emblèmes du paradoxe, ils subliment tous les contraires et, quels que soient leurs genres, nous permettent de redécouvrir une esthétique protéenne, privilégiant la séduction ou la diversion.

Haut de page

Bibliographie

BARNE Barnabe, « Madrigal 26 », Parthenophil and Parthenophe. Sonnets, Madrigals, Elegies and Odes, (Londres, 1593), éd. Victor Anthony Doyno, Carbondale, Southern Illinois University Press, 1971.

BRUNEL Brunel (éd.), Dictionnaire des mythes littéraires, Paris, éditions du Rocher, (1988), 1994.

CHAUCER Geoffrey, The Works of Geoffrey Chaucer, éd. F. N. Robinson, Londres, Oxford University Press, (1966), 1968.

COOKE John, Greene’s Tu Quoque, or, The Cittie Gallant (1614), éd. Alan J. Berman, New York, Garland, 1984 (STC n° 5673).

COLONNA Colonna, Le Songe de Poliphile (trad. de l’Hypnerotomachia Poliphili par Jean Martin, Paris, Kerver, 1546), éd. Gilles Polizzi, Paris, Imprimerie Nationale, 1994.

COTGRAVE Randle, A Dictionarie of the French and English Tongues (Londres, 1611), éd. William S. Woods, Columbia, The University of South Carolina Press, 1950.

DALLINGTON Robert (trad. de Francesco Colonna), Hypnerotomachia (Londres, 1592), Amsterdam, Da Capo Press, Theatrum Orbis, 1969.

DIGGES Leonard (the Elder), A Geometrical Practise, Named Pantometria, Diuided into Three Bookes, Framed by L. Digges…Lately Finished by T. Digges. Who Hathe Adioyned a Mathematicall Treatise of the Five Regulare Platonicall Bodies, London, H. Bynneman, 1571 (STC n° 6858).

ERASME, Eloge de la folie / Adages / Colloques / Réflexions sur l’art, l’éducation, la religion, la guerre, la philosophie / Correspondance, éds. Claude Blum, André Godin, Jean-Claude Margolin et Daniel Ménager, Paris, Robert Laffont, Bouquins, 1992.

FAIRFAX Edward, Godfrey of Bulloigne, or the recouerie of Hierusalem. Done in English Heroicall Verse, London, A. Hatfield, 1600 (STC n° 23698).

FLETCHER John, The Faithful Shepherdess (Londres, 1610, éd. Cyrus Hoy), dans The Dramatic Works of the Beaumont and Fletcher Canon, t. 3, éd. Fredson Bowers, Cambridge, Cambridge University Press, 1976.

HARINGTON John, Ludovico Ariosto’s Orlando Furioso : Translated into English Heroical Verse by Sir John Harington, Oxford, Clarendon, 1972.

HAWKINS Hawkins, Partheneia Sacra, 1633, Aldershot, Scolar Press, 1993.

HAYNES Jonathan, The Humanist as Traveler. George Sandy’s Relation of a Journey Begun An. Dom. 1610, Londres, Associated University Press, 1986.

FRONTISI-DUCROUX Françoise, Dédale. Mythologie de l’artisan en Grèce Ancienne, Paris, Éditions La Découverte, 1975.

HILL Thomas, The Gardener’s Labyrinth : The First English Gardening Book, éd. Richard Mabey, Oxford, New York, Oxford University Press, 1988.

KYD Thomas, The Spanish Tragedy Kyd, (1582-1592), éd. J. R. Mulryne, Londres, A & C Black et W. W. Norton, The New Mermaids, (1989), 1997.

LE TASSE, La Jérusalem délivrée, éd. Françoise Graziani, trad. par Charles-François Lebrun, Paris, GF Flammarion, 1997.

MARTINET Marie-Madeleine, Le Miroir de l’Esprit dans le Théâtre Élisabéthain, Paris, Publication de la Sorbonne, Didier Erudition, 1981.

MATTHEWS W. H., Mazes and Labyrinths. Their History & Development, 151 illustrations, New York, Dover Publications (1922), 1970.

MORYSON Fynes, An Itinerary Written by F. Moryson, (Containing his Ten Yeeres Travell through the Twelve Dominions of Germany, Bohmerland, France, England, Scotland and Ireland), 3 parts, London, Printed by John Beale, 1617 (STC n° 18205).

MOSS Ann, Les Recueils de lieux communs. Apprendre à penser à la Renaissance Moss, éd. Patricia Eichel-Lojkine, trad. de l’anglais par Patricia Eichel-Lojkine, Monique Lojkine-Morelec, Marie-Christine Munoz-Teulié et Georges-Louis Tin, Genève, Librairie Droz, (livre paru en anglais sous le titre Printed Commonplace-Books and the Structuring of Renaissance Thought, Oxford, Oxford University Press, 1996), 2002.

PEAKE Robert (trad. de Serlio), The Five Books of Architecture (1611), New York, Dover Publications, 1982.

PEELE George (1558-1596), « Speeches to Queen Elizabeth at Theobalds », Part II : « The Gardener’s Speech », The Dramatic and Poetical Works of Robert Greene and George Peele, Rev. Alexander Dyce, Londres, Routledge, 1861.

RANDOLPH Thomas, « An Eglogue on the Noble Assemblies Revived on Cotswolds Hills, by M. Robert Dover », Poems with the Muses looking-glasse and Amyntas, Oxford, Printed by Leonard Lichfield for Francis Bowman, 1638 (STC n° 20694).

RIGOLOT François, L’Erreur de la Renaissance. Perspectives littéraires, Paris, Champion, 2002.

ROUSSET Jean, La Littérature de l’Âge Baroque en France. Circé et le Paon, Paris, Librairie José Corti, (1954), 1976.

SERLIO Sebastiano, Tutte l’Opere d’Architettura et Prospetiva (In Venetia, M DC XIC), reproduit sur l’original du Royal Institute of British Architects, 1 Westmead, Farnborough, Hants, (1964), 1968.

SPENSER Edmund, The Faerie Queene, éd. A. C. Hamilton, Londres, Longman, (1977), 1998.

YONG Bartholomew, Diana of George of Montemayor, London, Printed by E. Bollifant, 1598 (STC n°18044).

Haut de page

Notes

1 L’OED donne la première apparition du mot genre seulement au début du 19e siècle. Voir définition 1 : Kind, sort, style. 1816 : Lady Morgan : Flor. Macarthy (1818) IV.iii.144 : But what is the genre of character…which if in true keeping to life and manners, qhould not be found to resemble any body ?

2 Ce mot (équivalent de kind, sort, class) est connu depuis la fin du 14e siècle. Voir l’entrée Gender dans l’OED, définition 1 (archaïque) : kind, sort, class ; also, genus as opposed to species. Le premier exemple daté qui est ensuite donné est extrait de Geoffrey Chaucer, The House of Fame (1384).

3 Randle Cotgrave, A Dictionarie of the French and English Tongues (Londres, 1611), éd. William S. Woods, Columbia, The University of South Carolina Press, 1950.

4 Sebastiano Serlio, Tutte l’Opere d’Architettura et Prospetiva (In Venetia, M DC XIC), reproduit sur l’original du Royal Institute of British Architects, 1 Westmead, Farnborough, Hants, (1964), 1968.

5 Robert Peake (trad. de Serlio), The Five Books of Architecture (1611), New York, Dover Publications, 1982.

6 Ibid, The fourth Booke, « The Twelfth Chapter ».

7 Thomas Hill, The Profitable Art of Gardening : A most brief and pleasaunt treatyse, teachinge howe todress, sowe, and set a garden, and what propertyes also these few herbes heare spoken of, haue to our comodytie (…), printed by Thomas Marshe, Londres, 1563 (STC n° 13490). Pour une édition moderne, voir Thomas Hill, The Gardener’s Labyrinth : The First English Gardening Book, éd. Richard Mabey, Oxford, New York, Oxford University Press, 1988.

8 Cette planche est intitulée « Another Maze », ce qui montre que les théoriciens de l’époque faisaient bien la distinction entre knot gardens, que l’on pouvait comprendre par le biais de la contemplation, et mazes, que l’on ne pouvait connaître que par l’expérimentation. Se profile donc une dichotomie entre observation et action.

9 La propriété est recensée par W. H. Matthews, Mazes and Labyrinths. Their History & Development, 151 illustrations, New York, Dover Publications (1922), 1970, p. 114.

10 William Cecil était le baron Burghley (1520-1598).

11 George Peele (1558-1596), « Speeches to Queen Elizabeth at Theobalds », Part II : « The Gardener’s Speech », The Dramatic and Poetical Works of Robert Greene and George Peele, Rev. Alexander Dyce, Londres, Routledge, 1861, p. 578.

12 Barnabe Barnes, « Madrigal 26 », Parthenophil and Parthenophe. Sonnets, Madrigals, Elegies and Odes, (Londres, 1593), éd. Victor Anthony Doyno, Carbondale, Southern Illinois University Press, 1971, p. 235.

13 John Cooke, Greene’s Tu Quoque, or, The Cittie Gallant (1614), éd. Alan J. Berman, New York, Garland, « The Renaissance Imagination », 1984 (STC n° 5673)

14 Thomas Randolph (1605-1635), « An Eglogue on the Noble Assemblies Revived on Cotswolds Hills, by M. Robert Dover », Poems with the Muses looking-glasse and Amyntas, Oxford, Printed by Leonard Lichfield for Francis Bowman, 1638 (STC n° 20694).

15 Les auteurs de l’OED, prudents, restent très vagues, et ne définissent pas vraiment « labyrinthian », adjectif connotant toujours la complication excessive mais débordant sur divers champs d’applications (la seule définition se réduit à : « Labyrinthine, in various senses »). La première occurrence du terme serait bien due à J. Harvey, en 1588, et porte donc sur les entrelacs rhétoriques. La seconde occurrence recensée est celle de Hall dans ses Satyres parues en 1597-1598 : « His linnen collar labyrinthian set » (48). L’adjectif est cette fois employé pour souligner l’outrance vestimentaire caractéristique de la noblesse de l’époque, et s’écarte donc des rets oratoires.

16 François Rigolot, L’Erreur de la Renaissance. Perspectives littéraires, Paris, Champion, 2002, p. 338.

17 John Harington, Ludovico Ariosto’s Orlando Furioso : Translated into English Heroical Verse by Sir John Harington, Oxford, Clarendon, 1972.

18 En musique, qui désigne une même hauteur de son par un nom différent selon que la tonalité comporte des dièses ou des bémols.

19 Bartholomew Yong, Diana of George of Montemayor, London, Printed by E. Bollifant, 1598 (STC n°18044).

20 Ibid, « The Seuenth Booke of the Second part of Diana of George of Montemayor », p. 341.

21 Le Tasse, La Jerusalem délivrée, éd. Françoise Graziani, trad. par Charles-François Lebrun, Paris, GF Flammarion, 1997.

22 Edward Fairfax, Godfrey of Bulloigne, or the recouerie of Hierusalem. Done in English Heroicall Verse, London, A. Hatfield, 1600 (STC n° 23698). Par souci de clarté, la graphie du texte original a été modernisée.

23 La stance suivante extraite de la Jérusalem Délivrée traduite par Charles-François Lebrun évoque bel et bien « un tortueux labyrinthe », p. 305.

24 Francesco Colonna, Le Songe de Poliphile (trad. de l’Hypnerotomachia Poliphili par Jean Martin, Paris, Kerver, 1546), éd. Gilles Polizzi, Paris, Imprimerie Nationale, 1994.

25 Robert Dallington (trad. anglais de Francesco Colonna), Hypnerotomachia (Londres, 1592), Amsterdam, Da Capo Press, Theatrum Orbis, 1969.

26 Jean Martin (trad. français de Francesco Colonna), Le Songe de Poliphile, p. 121.

27 Fynes Moryson, An Itinerary Written by F. Moryson, (Containing his Ten Yeeres Travell through the Twelve Dominions of Germany, Bohmerland, France, England, Scotland and Ireland), 3 parts, London, Printed by John Beale, 1617 (STC n° 18205).

28 Fynes Moryson, An Itinerary, Glasgow, 1907, p. 327-328.

29 Edmund Spenser, The Faerie Queene, éd. A. C. Hamilton, Londres, Longman, (1977), 1998, p. 284.

30 Robert Dallington, Hypnerotomachia, op. cit., p. 67, verso.

31 Idem, recto.

32 Id.

33 Pour une étude du miroir durant la période élisabéthaine, voir Marie-Madeleine Martinet, Le Miroir de l’Esprit dans le Théâtre Élisabéthain, Paris, Publication de la Sorbonne, Didier Erudition, 1981.

34 Jean Rousset, La Littérature de l’Âge Baroque en France. Circé et le Paon, Paris, Librairie José Corti, (1954), 1976, p. 74.

35 John Fletcher, The Faithful Shepherdess (Londres, 1610, éd. Cyrus Hoy), dans The Dramatic Works of the Beaumont and Fletcher Canon, t. 3, éd. Fredson Bowers, Cambridge, Cambridge University Press, 1976, p. 483-611.

36 Françoise Frontisi-Ducroux, Dédale. Mythologie de l’artisan en Grèce Ancienne, Paris, Editions La Découverte, 1975, 2000, chap. 4, p. 64-73.

37 Geoffrey Chaucer, The Works of Geoffrey Chaucer, éd. F. N. Robinson, Londres, Oxford University Press, (1966), 1968. Voir « Boece », p. 357 (Book III, Prosa 12 « Tunc ego Platoni inquam. », l. 154-170 ).

38 George Sandys, A Relation of a Journey begun An : Dom : 1610. Foure Bookes. Containing a description of the Turkish Empire, of Aegypt, of the Holy Land, of the Remote parts of Italy, and Ilands adionyng. Ce récit de voyage se retrouve dans le livre de Jonathan Haynes, The Humanist as Traveller. George Sandy’s Relation of a Journey Begun An. Dom. 1610, Londres, Associated University Press, 1986. Sandys puisera dans ses souvenirs de voyages lorsqu’il composera Ovid’s Metamorphoses Englished, Mythologized, and Represented in Figures (1626).

39 Jonathan Haynes, op.cit., p. 99.

40 Thomas Digges, Pantometria, I.xxx.kb. Voir Leonard Digges (the Elder), A Geometrical Practise, Named Pantometria, Diuided into Three Bookes, Framed by L. Digges…Lately Finished by T. Digges. Who Hathe Adioyned a Mathematicall Treatise of the Five Regulare Platonicall Bodies, London, H. Bynneman, 1571 (STC n° 6858).

41 Thomas Kyd, The Spanish Tragedy (1582-1592), éd. J. R. Mulryne, Londres, A & C Black et W. W. Norton, The New Mermaids, (1989), 1997, p. 25.

42 Ann Moss, Les Recueils de Lieux Communs. Apprendre à Penser à la Renaissance, éd. Patricia Eichel-Lojkine, Librairie Droz, 2002, p. 350-351.

43 Henry Hawkins, Partheneia Sacra, 1633, Aldershot, Scolar Press, 1993. Voir par exemple « The Heliotropion » : « It is the true Alferes of hearbs, bearing vp the standard of Flora, amidst the rest of the flowers ; the Pharus, to direct the Garden-Nymphs, when they looke themselves in the labyrinth of flowrie knots or Maze of flowers », p. 49.

44 Ibid, « The Plat-Forme. », p. 2.

45 Id, « The Essay », p. 8.

46 « Genre », définition n° 1 du Grand Larousse Universel, Paris, Larousse, 1992.

47 Erasme, Le Plan des études (De ratione studii, Paris, imprimé par Josse Badius, juillet 1512), dans Eloge de la Folie/Adages/Colloques/Réflexions sur l’art, l’éducation, la religion, la guerre, la philosophie/Correspondance, éds. Claude Blum, André Godin, Jean-Claude Margolin et Daniel Ménager, Paris, Robert Laffont, Bouquins, 1992. Voir « Erasme de Rotterdam à Pierre Vitré, éminent professeur ès arts libéraux », p. 441-442.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Sophie Chiari-Lasserre, « La diversion comme genre : L’écriture et ses labyrinthes à l’époque élisabéthaine », Revue LISA/LISA e-journal [En ligne], Écrivains, écritures, Shakespeare et ses contemporains, mis en ligne le 01 janvier 2005, consulté le 29 avril 2017. URL : http://lisa.revues.org/634

Haut de page

Auteur

Sophie Chiari-Lasserre

Dr., (Aix-en-Provence, France)
Sophie Chiari-Lasserre enseigne à l’Université de Provence. Elle a soutenu sa thèse en 2003 sur « L’image du labyrinthe dans la culture et la littérature de la Renaissance anglaise : origines, diffusion, appropriations et interprétations ». Auteur d’articles sur le sujet, comme « L’émergence linguistique d’un mythe recomposé : le labyrinthe élisabéthain », (dans Mythe et littérature. Shakespeare et ses contemporains. Anglophonia. French Journal of English Studies n° 13, 2003) ou « Les labyrinthes du Songe », dans les actes du colloque d’agrégation Autour du Songe d’une nuit d’été de William Shakespeare (Publications de l’Université de Rouen, 2003), elle collabore également aux Cahiers Elisabéthains pour la rubrique « Reviews ». Elle poursuit en partenariat avec l’IRCL (Institut de recherche sur la Renaissance, l’Age Classique, et les Lumières à l’Université Paul Valéry-Montpellier III) des recherches sur la ré-appropriation des mythes ainsi que sur la traduction des œuvres littéraires françaises en Angleterre, au temps de la Renaissance.

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la Revue LISA / LISA e-journal sont mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Revues.org