Navigation – Plan du site

Quels horizons politiques pour l’Irlande au XIXe siècle ? Une étude de quelques caricatures du temps de Parnell

Ireland’s Political Horizon in the Era of Charles Stewart Parnell: A Comparative Study of Nationalist Caricatures and Political Discourse
Pauline Collombier-Lakeman

Résumés

Cet article propose d’explorer la notion d’ « horizon » dans un double sens : à la fois comme l’endroit d’une œuvre picturale où, selon l’ordre des plans, le ciel succède à la terre et dans un sens plus figuré, comme l’ensemble des attentes ou aspirations d’une communauté donnée à une époque précise. Grâce à l’analyse de neuf caricatures parues dans la presse nationaliste irlandaise (Weekly Freeman et United Ireland) entre le début des années 1880 et le début des années 1890, on montrera comment des artistes tels que John Fergus O’Hea, John Dooley Reigh ou Thomas Fitzpatrick interprétèrent les événements majeurs auxquels furent confrontés l’Irlande et le nationalisme modéré irlandais. Plus particulièrement, on s’attachera à mettre en lumière les jeux d’échos qui s’établirent entre le discours iconographique des caricaturistes de la presse nationaliste irlandaise et les grandes figures du nationalisme modéré irlandais.

Haut de page

Texte intégral

1Dirigé à partir de 1879 par Charles Stewart Parnell, le mouvement autonomiste irlandais connut un véritable essor dans les années 1880. En effet, les députés nationalistes irlandais de cette période parvinrent à former un groupe suffisamment uni, discipliné et puissant pour faire pression sur le jeu politique britannique et arriver à leurs fins. Suite notamment à la création d’une nouvelle association destinée à obtenir en priorité l’autonomie législative de l’Irlande (Irish National League) le 17 octobre 1882, le mouvement nationaliste profita des lois de réformes électorales de 1884 et 1885 qui permirent à un nombre conséquent de députés nationalistes d’être élus : ainsi, aux élections législatives de 1885, 86 députés irlandais furent élus contre 335 libéraux et 249 conservateurs. Autrement dit, du parti parlementaire irlandais mené par Parnell, majoritaire en Irlande, dépendait pour la première fois l’équilibre des forces à la Chambre des communes et la couleur politique du gouvernement à venir.

  • 1 John Fergus O’Hea (c. 1838-1922) était originaire de Cork et connu sous le nom d’artist (...)
  • 2 On sait peu de choses sur les débuts de John D. Reigh ( ?-1914) bien qu’on puisse supposer qu (...)
  • 3 Thomas Fitzpatrick (1860-1912) était originaire de Cork et travailla d’abord pour le magazine (...)
  • 4 L. Perry Curtis Jr., Images of Erin in the Age of Parnell, op. cit., 10 & 20.

2Cette situation inédite, synonyme de nouveaux possibles et de changements majeurs, donna lieu à la publication dans la presse nationaliste irlandaise de nombreuses caricatures destinées à soutenir les efforts du parti parlementaire irlandais de Parnell : ainsi des artistes tels que John Fergus O’Hea1, John Dooley Reigh2 ou Thomas Fitzpatrick3 « produisirent une forme frappante de propagande » censée « [renforcer] l’espoir que le grand objectif de l’indépendance [...] allait se concrétiser dans quelques années à peine » et « célébrèrent les vicissitudes d’une nation qui luttait pour sa renaissance à la faveur de l’autonomie législative »4.

3Ces caricatures présentent un aspect particulièrement intéressant : au contraire des premiers plans, les arrière-plans ne contiennent que peu de détails : l’horizon se réduit à une ligne, tout au plus à l’esquisse d’un paysage ou d’un monument. Ainsi, lorsque l’horizon se charge d’éléments plus nettement dessinés, on peut supposer que cela relève d’une volonté consciente de la part de l’auteur de la caricature d’ajouter du sens à son message.

4Cet article se propose d’examiner une sélection de caricatures datant d’une période allant de 1880 à 1892, dans lesquelles l’horizon ou les arrière-plans présentent des détails significatifs. On cherchera notamment à montrer en quoi les éléments iconographiques choisis reflétaient les aspirations des Irlandais ou l’éventail des possibles qui leur étaient offerts. Ainsi, l’étude d’horizons bien concrets nous servira à déterminer quels étaient les horizons politiques, économiques ou sociaux de l’Irlande à l’époque de Parnell. Le langage iconographique sera confronté au discours politique afin de proposer une relecture des événements majeurs qui ponctuèrent la vie des Irlandais au fil de cette longue décennie qui vit l’apogée du parti parlementaire irlandais (1879-1892). On verra alors que la formation d’un véritable parti politique organisé et discipliné, placé sous l’autorité de Parnell, permit aux Irlandais d’imaginer un avenir plus radieux ; d’une certaine manière, l’introduction par William Gladstone de la première loi sur l’autonomie de l’Irlande (Home Rule Bill) confirma ces attentes et les difficultés auxquelles le parti parlementaire irlandais fut contraint de faire face au moment de la chute de son leader Parnell ne remirent pas complètement en cause l’espoir qu’un jour, l’Irlande serait autonome.

De la Guerre agraire (Land War) à l’émergence du parti parlementaire irlandais (1879-1882) : des horizons sans espoirs ?

  • 5 Freeman’s Journal, 28 août 1877.
  • 6 Il y eut des négociations en vue d’une entente entre Charles Stewart Parnell, l’ancien Feni (...)

5Parnell débuta sa carrière politique comme député du comté de Meath en 1875. Le mouvement nationaliste irlandais était alors dirigé par Isaac Butt. Parnell devint une figure importante du mouvement en prenant la tête d’un petit groupe de députés déçus par la modération de Butt et partisans d’une politique d’obstruction parlementaire à Westminster. Contre Butt, il fut élu président de la Confédération de Grande-Bretagne pour l’Autonomie (Home Rule Confederation of Great Britain)5. Butt fut toutefois maintenu à la tête des députés irlandais mais mourut en mai 1879. Il ne fut pas remplacé par Parnell mais par William Shaw, modéré et député du comté de Cork. Pour parvenir à prendre la tête des députés irlandais et ainsi parfaitement contrôler le mouvement nationaliste irlandais, Parnell avait donc besoin d’appuis et s’employa à les obtenir dès 18786.

  • 7 Michael Davitt, The Fall of Feudalism in Ireland, or The Story of the Land League Revolutio (...)
  • 8 Michael Davitt, The Fall of Feudalism, op. cit., 170-3 & Freeman’s Journal, 22 octo (...)

6Or, à la même époque, l’Irlande était en proie à une nouvelle crise agraire, notamment dans l’ouest. Entre 1875 et 1878, il y eut de mauvaises récoltes dans cette région, en particulier en 1877 et 1878, en raison de la réapparition de la maladie de la pomme de terre. Qui plus est, les prix des céréales connurent une baisse en raison de l’arrivée sur le marché britannique de céréales américaines. Cette situation provoqua une recrudescence à la fois de la famine et des expulsions. Elle donna aussi lieu à la mise en place d’un mouvement de résistance et de défense des tenanciers, fondé sous l’impulsion de l’ancien Fenian et nationaliste irlandais Michael Davitt. Celui-ci invita Parnell à participer à une réunion publique à Westport dans le comté de Mayo en juin 18787. Parnell fut ensuite choisi pour diriger la Ligue Agraire Nationale (National Land League) officiellement créée au début de l’automne 18798. La Ligue développa notamment la tactique du boycott à l’encontre des propriétaires terriens qui recouraient aux expulsions.

  • 9Would it be foreign to the purpose of the separatist movement for its members to resort to (...)
  • 10 Voir T. W. Moody, “The New Departure in Irish Politics, 1878-9”, art. cit., 317 et Alvin (...)

7L’invitation de Davitt en juin 1878 correspondait à un désir de ce dernier de voir s’établir une coopération entre le nationalisme modéré et un nationalisme plus extrême afin de défendre les tenanciers contre les propriétaires terriens9. Parnell, quant à lui, cherchait à se concilier les bonnes grâces et le soutien des Fenians au Royaume-Uni et aux Etats-Unis, sans abandonner le combat parlementaire et sans renier son attachement aux moyens légaux et constitutionnels10. Ainsi il s’engagea dans un combat pour la cause agraire qui pouvait lui servir de tremplin ; prenant le pas sur toute autre problème, la question agraire en Irlande constitua dès lors une thématique récurrente de son discours politique et, plus largement, du discours nationaliste modéré en général.

8Ainsi, dans le Weekly Freeman du 2 juillet 1881, John Fergus O’Hea fit publier une caricature intitulée “A Terrible Record” qui traitait justement des conséquences désastreuses pour l’Irlande de la crise agraire.

Figure 1. John Fergus O’Hea, “A Terrible Record”, Weekly Freeman, 2 juillet 1881

Figure 1. John Fergus O’Hea, “A Terrible         Record”, Weekly Freeman, 2 juillet 1881

(Courtesy of the National Library of Ireland)

  • 11A TERRIBLE RECORD. Erin – In forty years I have lost, through the operation of no natural (...)

9L’Irlande y figure en position centrale et au premier plan sous la forme d’une jeune femme virginale, en deuil face à la tragédie que vit l’Irlande, notamment la résurgence de la famine. Elle tient un parchemin indiquant quelle évolution a suivi la démographie irlandaise depuis 1841, évolution rappelée à la fois dans le titre “A Terrible Record” et la légende11. Celle-ci et le dessin se répondent d’autant plus que Erin est entourée de deux personnages : une veille femme et un vieil homme qu’on peut penser en prière. Il s’agit de deux personnages représentant ces « vieux et infirmes » restés au pays « pour pleurer et mourir ». L’idée que l’Irlande est affaiblie et exsangue est suggérée par les personnages ainsi que par la présence de la croix celtique, qui bien que debout, symbolise une nation dévastée par la mort. En ce qui concerne l’horizon, on notera qu’ici, il se voit chargé de détails qui ont leur importance dans la mesure où ils viennent renforcer le message que l’artiste cherche à faire passer : à gauche, l’horizon est celui de la mer et on voit au loin un bateau, qui sert à évoquer l’émigration de masse en provenance d’Irlande, responsable de la perte des forces vives de la nation. Le bateau peut aussi être considéré comme une autre allusion au souvenir de la Grande Famine et, plus généralement, à la mort, puisqu’il rappelle les coffin-ships. A droite O’Hea a représenté une scène d’expulsion : on aperçoit un groupe de soldats encerclant une maison déjà à moitié en ruines. Un soldat monté sur le toit achève de détruire la maison. Au premier plan, une femme agenouillée, accompagnée d’enfants, pleure la mort de quelqu’un. Le pathos déjà évident du premier plan est renforcé par ces éléments d’arrière-plan.

10Cette vision plutôt négative de l’impact de la famine et de l’émigration irlandaise faisait écho au discours politique nationaliste, dans laquelle elle fut utilisée ultérieurement. Par exemple, dans un discours prononcé à Adélaïde lors d’une tournée dans les Antipodes, John Redmond dénonça le fait que l’émigration de masse provoquée par les conditions de vie trop difficiles dans les campagnes irlandaises privait l’Irlande de ses forces vives :

  • 12As emigration has gone on, so has increased the amount of acres of land which every year a (...)

Au fur et à mesure que l’émigration s’est poursuivie, le nombre d’arpents de terrain non cultivés, livrés à l’abandon, a lui aussi augmenté chaque année et nous sommes déterminés à utiliser toute l’influence que nous possédons pour empêcher le sang neuf de la nation d’être gaspillé plus longtemps à cause des centaines de milliers de personnes qui quittent le pays12.

11L’idée que l’Irlande risquait alors de devenir un « désert », « un corps vidé de son sang », pour reprendre les propos de John Redmond, apparaît comme une variation sur la thématique déjà développée par O’Hea dans sa caricature : l’Irlande y est certes représentée par un personnage de femme, c’est-à-dire un corps vivant mais la caricature est saturée par des images figurant la vieillesse, de l’abandon et de la mort. La métaphore du corps affaibli en relation avec la famine, la crise agraire et l’émigration, semble avoir été une constante du discours nationaliste de l’époque car elle fut reprise par Charles Stewart Parnell, dans un discours donné lors d’un banquet organisé en l’honneur du sénateur américain Jones par le maire de Dublin le 30 juin 1883 :

  • 13I trust that one of the results of what is passing in New York at the present moment may b (...)

J’espère que l’un des résultats de ce qui se passe en ce moment même à New York sera que le gouvernement de ce pays [=l’Irlande] se préoccupera de trouver une solution pratique afin d’utiliser la force des bras des hommes qu’il fait émigrer à New York et d’employer cette main d’œuvre ici au pays au lieu de poursuivre l’objectif suicidaire et ridicule de faire émigrer dans un pays où elle est certes mieux nourrie (même si elle ne pourrait être davantage dans le besoin que là) une population de la plus grand importance pour la mise en valeur des ressources industrielles [de l’Irlande]13.

  • 14 Hansard, Parliamentary Debates, 3rd series, vol. 253, col. 264 (juin 1880). Voté par les Lo (...)

12La situation de crise agraire vécue par l’Irlande exigeait le vote de mesures par le Parlement britannique. Une première mesure en faveur des tenanciers expulsés avait été votée en 1880 (Relief of Distress Amendment Act)14 et fut suivie d’une loi agraire en août 1881 (Land Act), à travers laquelle le gouvernement britannique accorda aux tenanciers de nouvelles garanties. Celles-ci avaient été préconisées par une commission d’enquête royale, la Commision Bessborough, début 1881: il s’agissait des 3Fs, c’est-à-dire, Fair rent, Fixity of tenure et Free Sale. Des tribunaux agraires devaient être mis en place afin d’arbitrer les conflits ayant traits à l’augmentation des loyers ou fermages. Les tenanciers furent autorisés à céder leurs baux. Toute expulsion était impossible sauf en cas de non-paiement du loyer. Des systèmes de compensations financières furent prévus en cas d’expulsion déclenchée par une autre raison que le non-paiement du loyer ou pour toute amélioration apportée à la propriété dans les cas de cessions de baux. Si le gouvernement britannique jugeait les mesures offertes adéquates, les nationalistes irlandais et, à leur tête, Parnell, les jugèrent inadaptées. Le chef de file irlandais déclara notamment lors d’un discours prononcé le 31 août 1881 à Gortin dans le comté de Tyrone :

  • 15A Government Land Bill that aims at leaving the landlords all the plunder that they have s (...)

Un projet gouvernemental de loi agraire qui vise à laisser aux propriétaires terriens tout le fruit des pillages qu’ils ont réussi à commettre jusqu’à présent contre les travailleurs agricoles [et] qui ne les oblige pas à rendre au moins la moitié de ces biens mal acquis est un projet de loi qui n’est qu’une escroquerie, une duperie, et une farce; un tel projet de loi se contente de transférer un poids d’une épaule à l’autre15.

13La presse nationaliste apporta naturellement son soutien à Parnell dans ses critiques et John Fergus O’Hea fit publier une caricature dont le titre, “The ‘Land Bill’ Mirage” et le contenu reprenaient d’une certaine façon l’idée de duperie et de farce soulignée par l’accumulation des termes anglais fraud, cheat et mockery.

Figure 2. John Fergus O’Hea, “The ‘Land Bill’ Mirage”, Weekly Freeman, 9 mars 1881

Figure 2. John Fergus O’Hea, “The ‘Land Bill’         Mirage”, Weekly Freeman, 9 mars 1881

(Courtesy of the National Library of Ireland)

14L’image en question offre une vision plutôt pessimiste de l’avenir de l’Irlande sous la tutelle britannique. Au premier plan, l’Irlande est représentée sous les traits d’un personnage de victime enchaînée, retenue prisonnière dans un désert aride où sont déjà morts deux chameaux, l’un symbolisant la constitution, l’autre la liberté. A droite, deux personnages en hauts de formes d’échappent à dos de chameaux en faisant des pieds de nez à la pauvre jeune femme. On peut supposer qu’il s’agit de deux ministres du parti libéral. À nouveau le titre et la légende suggèrent que l’Irlande a été dupée par le gouvernement britannique et privée de la mesure agraire dont elle a besoin. Les paroles attribuées suggèrent que l’Irlande a perdu tout espoir. L’horizon physique auquel Erin fait face est effectivement sans espoir puisqu’il s’agit de l’horizon couvert de dune et de carcasses d’animaux du désert. C’est un horizon propice à l’apparition d’illusions d’optique ou mirages : par exemple le mirage d’une Irlande recouvrant la prospérité grâce au vote d’une loi agraire appropriée. Le coin de ciel qui sert à la représentation de ce mirage présente un contraste net avec l’horizon géographique du dessin : on y voit une ferme en bon état, des champs qui ont été moissonnés et sont couverts de balles de foin. Cette image dans l’image représente à la fois l’idéal que l’Irlande ne peut atteindre mais aussi l’idéal auquel elle aspire.

  • 16 Parnell fut arrêté le premier le 13 octobre (Freeman’s Journal, 14 octobre 1881) ; (...)
  • 17 The Times, 21 octobre 1881. Une nouvelle organisation subsistait pour remplacer la Ligue Ag (...)
  • 18 F. S. L. Lyons, Ireland since the Famine, Londres : Fontana Press, 1985 [1936], 174
  • 19 Le gouvernement britannique autorisa Joseph Chamberlain à rencontrer Justin McCarthy, alors (...)
  • 20 Lettre de Charles Stewart Parnell à William O’Shea, datée du 28 avril 1881 (mais probableme (...)
  • 21 Michael Davitt, The Fall of Feudalism, op. cit., 370-1 et Freeman’s Journal, 18 oct (...)

15En raison de la crise agraire, les relations entre le gouvernement britannique et les nationalistes modérés irlandais étaient loin d’être cordiales. L’hostilité entre les deux camps atteignit son apogée en octobre 1881 avec l’arrestation et l’envoi à la prison de Kilmainham de Parnell et de plusieurs de ses lieutenants16. Les nationalistes emprisonnés firent publier un manifeste appelant les tenanciers irlandais au boycott du paiement des loyers (No Rent Manifesto) tandis que le gouvernement supprima la Ligue Agraire Nationale17. Toutefois, cette période marqua aussi le début d’un changement de stratégie, notamment dans le camp nationaliste irlandais mais aussi dans le camp britannique. Alors que son séjour en prison se prolongeait, Parnell se trouvait dans une impasse. Le gouvernement britannique était, quant à lui, confronté à une hausse des crimes dans les campagnes irlandaises18. Des contacts furent donc établis entre nationalistes irlandais et émissaires britanniques19. Parnell fit notamment transmettre au premier Ministre britannique William Ewart Gladstone une lettre dans laquelle il s’engageait, en échange d’aménagements dans les lois concernant la question agraire en Irlande, à « coopérer cordialement à l’avenir avec le parti libéral afin de faire avancer les principes libéraux et des mesures de réforme générale »20. Libéré le 2 mai 1882, Parnell appliqua immédiatement cette nouvelle ligne de conduite puisqu’il prit un certain nombre de mesure visant à contrôler voire à étouffer l’agitation agraire et la frange radicale du nationalisme irlandais : gel des fonds dont la Ligue Agraire disposait en France (juin 1882), suppression de la Ligue Agraire Féminine (Women’s Land League) pourtant fondée par sa sœur Anna (août-septembre 1882), puis création d’une nouvelle association destinée à obtenir l’autonomie législative de l’Irlande, la Ligue Nationale Irlandaise ou Irish National League (septembre-octobre 1882)21. Cette nouvelle organisation avait notamment pour but d’aider à la sélection des candidats aux futures élections législatives. Pour Parnell, en effet, le combat électoral était de toute première importance afin de parvenir à faire pression sur le jeu politique britannique.

16D’une certaine façon, ce changement de cap était déjà perceptible dans la presse irlandaise et ce, dès août 1881, comme le démontre cette caricature publiée dans le périodique Pat le 6 août 1881.

  • 22 L. Perry Curtis attribute la caricature à John Fergus O’Hea et indique qu’elle fut publiée (...)

Figure 3. Anonyme, “Avaunt and Quit My Sight”, Pat, 6 août 188122.

Figure 3. Anonyme, “Avaunt and Quit My Sight”,         Pat, 6 août 188122.

(Courtesy of the National Library of Ireland)

17À nouveau, on est ici face à une nouvelle figure de l’Irlande : celle d’une femme courageuse et déterminée. Ici, elle repousse fermement une figure de la mort qui se fait l’avocate de l’utilisation de solutions violentes et extrêmes pour résoudre les problèmes de l’Irlande. L’Irlande est au pied d’une estrade sur laquelle est planté un drapeau portant l’inscription legitimate agitation. Une chaise vide suggère qu’un orateur va bientôt faire un discours. Erin tient d’ailleurs une feuille de papier sur laquelle est inscrit ce mot : argument. En d’autres termes, O’Hea fait ici l’apologie de la parole contre la force ; il défend l’utilisation de moyens pacifiques, légaux et constitutionnels pour mener le combat nationaliste. À nouveau la légende sert d’écho au dessin puisqu’on y lit : “Away fiend, I will never use such an abominable weapon as that. Let me perish first. My cause is just and with the arms of justice and virtue, and with them alone, will I advance it”. De même, ce qui apparait à l’horizon vient à nouveau renforcer le message de l’artiste : on aperçoit un cortège dense d’hommes et de femmes portant étendards et drapeaux, notamment un étendard sur lequel figure très probablement une harpe. Ce cortège n’est pas sans rappeler les rassemblements de grande ampleur qui furent organisé par le pionnier de l’agitation de masse en Irlande, à savoir Daniel O’Connell, tant dans sa campagne pour l’émancipation des catholiques que dans celle visant à obtenir l’abrogation de l’Union entre l’Irlande et la Grande-Bretagne.

Naissance du parti parlementaire irlandais et premier Home Rule Bill (1882-1886) : nouveaux espoirs à l’horizon

18Le retour au combat parlementaire signifiait également que la question de l’autonomie de l’Irlande retrouvait son statut de priorité pour le nationalisme irlandais. Charles Stewart Parnell le rappela à ses partisans dans un discours prononcé à Cork en décembre 1882, en évoquant même la possibilité qu’avec un nombre suffisant de députés, le mouvement irlandais parviendrait à faire pression sur le jeu politique britannique :

  • 23The question of National self-government is a question which is rapidly coming to (...)

La question d’un gouvernement autonome national est une question qui devient rapidement cruciale. Les deux partis anglais savent bien que les prochaines élections législatives seront décidées grâce aux votes des électeurs irlandais sur cette question. Ils nous disent qu’aucun gouvernement anglais et qu’aucun député anglais ne doit une seule seconde songer à l’idée d’un gouvernement autonome national en Irlande. Je crois que très rapidement, ils vont devoir considérer cette idée et d’autres idées que peut-être ils n’aimeront pas23.

19Pour la presse nationaliste irlandaise, la création de la Ligue Nationale Irlandaise suscitait un nouvel espoir de voir l’Irlande devenir autonome, ainsi que le révèle par exemple cette caricature parue dans l’édition du Weekly Freeman datée du 16 décembre 1882.

Figure 4. John Fergus O’Hea, “A vision of Coming Events”, Weekly Freeman, 16 décembre 1882

Figure 4. John Fergus O’Hea, “A vision of         Coming Events”, Weekly Freeman, 16 décembre         1882

(Courtesy of the National Library of Ireland)

20Erin apparaît ici sous les traits d’une jeune femme assise au coin d’un feu et perdue dans une rêverie. Le rêve est représenté ici grâce à l’insertion d’une image dans l’image dans la partie droite du dessin : Erin entrevoit une Irlande libre et autonome, disposant de son propre Parlement sur College Green. Une foule en liesse célèbre la liberté retrouvée. L’espace est clos puisque la scène se situe à l’intérieur d’une habitation. Il n’est donc pas question ici d’horizon en tant que ligne de séparation entre la terre et le ciel mais plutôt d’horizon dans d’autres sens. L’imaginaire sert ici à repousser les limites du réel ainsi qu’à briser les contraintes temporelles en offrant une vision de l’avenir, a vision of coming events.

  • 24 Brian M. Walker (ed.), Parliamentary Results in Ireland, Dublin : Irish Royal Academy, 1978 (...)

21Pendant les années 1883 et 1884, Parnell et ses partisans cherchèrent à asseoir leur importance en augmentant le nombre de sièges détenus à Westminster. Ils obtinrent un certain nombre de succès, avec l’aide de l’Eglise et du clergé catholiques : dans les comtés de Westmeath, Dublin, Tipperary, Wexford, Waterford, Meath, Monaghan et Sligo ainsi qu’à Mallow, Wexford, Limerick, Cork et Athlone24. En raison de ce nombre croissant de députés, il était important de mettre en place un parti politique efficace et discipliné. Ainsi, en août 1884, un engagement solennel strict ou pledge fut exigé de tous les candidats :

  • 25I pledge myself that in the event of my election to parliament, I will sit, act and vote w (...)

Je m’engage, en cas d’élection au parlement, à siéger, agir et voter avec le parti parlementaire irlandais et si, lors d’une réunion du parti convoquée dans le délai convenu, il est déterminé par résolution et voté par une majorité du parti irlandais que je n’ai pas respecté cet engagement, je promets par la présente déclaration de démissionner25.

22Imposer cet engagement solennel visait surtout à garantir l’indépendance du nouveau parti parlementaire irlandais, essentielle aux yeux de Parnell qui avait déclaré dès mars 1884 :

  • 26I do not depend upon any English political party. I should advise you not to depend upon a (...)

Je ne dépends d’aucun parti politique anglais. Et je vous conseille de ne pas dépendre d’eux non plus. Je ne dépends pas de la bonne volonté d’une quelconque section du peuple anglais. Bien que l’Irlande ait peut-être des amis parmi les Anglais, et sans doute a beaucoup d’amis parmi les Anglais, les conditions de l’Irlande, sa position, la cause qui est la sienne font qu’il est impossible à ces personnes, aussi bien disposées soient-elles, d’offrir l’aide effective et les efforts qui sont absolument nécessaires pour obtenir le bien de notre pays. Certains désirent s’en remettre à la démocratie anglaise : ils attendent un grand mouvement d’avenir au sein de la démocratie anglaise, mais je n’ai jamais vu de section d’un pays s’étant arrogé le droit de gouverner un autre pays prendre conscience des questions réellement essentielles à moins d’y être obligée26.

  • 27 J. L. Hammond, Gladstone and the Irish Nation, Londres : Franck Cass, 1964, 313.
  • 28 Le gouvernement libéral de Gladstone tint par exemple compte de souhaits ou d’objections de (...)

23C’est d’ailleurs dans cet esprit d’indépendance que le groupe de députés mené par Parnell, pas encore assez imposant et donc suffisamment puissant à l’époque, adopta une stratégie tout à fait particulière vis-à-vis des deux partis britanniques : il arriva aux nationalistes de voter avec les conservateurs, de façon à faire pression sur le gouvernement libéral27 ; parallèlement, il arriva aussi aux libéraux et aux nationalistes irlandais d’essayer de trouver des terrains d’entente et de dialoguer28.

24Ces relations tout à fait ambivalentes entre le parti parlementaire irlandais et les partis britanniques, donnèrent lieu à des caricatures particulières qui mêlaient plusieurs traditions de représentations de l’Irlande. Celle-ci était alors toujours décrite comme une victime mais elle apparaissait aussi comme un objet de convoitise, une nation courtisée par les grands hommes politiques de l’époque.

Figure 5.John Fergus O’Hea, “The Reason Why”, Weekly Freeman, 11 octobre 1884

Figure 5.John Fergus O’Hea, “The Reason Why”,         Weekly Freeman, 11 octobre 1884

(Courtesy of the National Library of Ireland)

  • 29 L’Irlande bénéficia aussi d’une loi concernant l’inscription des électeurs sur les listes é (...)
  • 30 165 997 électeurs dans les comtés et 58 021 électeurs dans les bourgs (Brian M. Walker, (...)
  • 31 Cette valeur correspond à l’addition du nombre d’électeurs de chaque circonscriptio (...)

25On retrouve ici l’image de l’Irlande prisonnière : Erin est attachée à un arbre, victime des diverses mesures de coercition qui lui ont été imposées par les autorités britanniques (ses liens portent en effet les inscriptions suivantes : entre autres, crimes act, packed juries, extra police, informers, murdering by law). L’Irlande avait en effet été touchée par plusieurs lois de coercition : une votée en mai 1882 suite à l’assassinat du nouveau Chief Secretary Lord Frederick Cavendish et son lieutenant Thomas Burke à Phoenix Park. Son sort semble soumis au bon plaisir des deux personnages caricaturés au premier plan à droite : à gauche, le chef de file conservateur, Lord Salisbury et à droite, le chef de file libéral, William Gladstone, représentés en bandits du XVIIe siècle, l’un anglais, l’autre écossais. La légende indique que l’Irlande est la proie des convoitises de l’un et l’autre des partis britanniques. Toutefois, la solution se trouve ailleurs d’après ce que semble suggérer O’Hea : un chevalier en armure approche à l’horizon ; il accourt au secours de l’Irlande ; son étendard comporte l’inscription Franchise Bill tandis que son bouclier porte la mention Ballot. Il s’agit de références à deux lois importantes de réformes des élections : le Ballot Act de 1872 qui garantit le secret du vote et le Franchise Act de 1884 qui donna aux hommes vivant dans les comtés un droit de vote équivalent à ceux des bourgs et qui permit aux propriétaires et à certains locataires (£10 lodgers) de voter. Complétées par une loi supplémentaire en 1885 (Redistribution Act) qui redessina les circonscriptions et en créa de nouvelles29, ces lois eurent effectivement un impact majeur au Royaume-Uni dans la mesure où elles donnèrent le droit le vote à une majorité d’électeurs et permirent de multiplier la taille de l’électorat par trois. En Irlande, le nombre d’électeurs passa d’un total de 224 018 en 188330 à un total 742 120 pour l’ensemble des circonscriptions irlandaises31.

  • 32 Voir K. T. Hoppen, “The franchise and electoral politics in England and Ireland 1832-1885”, (...)
  • 33 Initialement, 320 libéraux, 270 conservateurs et 80 nationalistes irlandais furent élus (Th (...)
  • 34 Ceci fut fait après les élections législatives de 1885. Le fils de Gladstone, Herbe (...)
  • 35 Lord Carnavon et Lord Randolph Churchill le firent savoir au vice-président du parti (...)

26Ces nouveaux électeurs se mobilisèrent en masse pour soutenir Parnell et son parti parlementaire irlandais32 si bien qu’aux élections législatives de novembre-décembre 1885, 86 députés nationalistes furent élus (dont 1 dans une circonscription britannique) contre 335 libéraux et conservateurs33. Non seulement le parti parlementaire irlandais était majoritaire pour la première fois en Irlande mais il était suffisamment important pour représenter une troisième force au sein du Parlement britannique, dicter la couleur du futur gouvernement et redéfinir les lignes de clivages entre les partis britanniques. Les libéraux avec, à leur tête, Gladstone s’étaient finalement déclarés en majorité favorables à l’autonomie de l’Irlande34. Les conservateurs s’étaient officiellement prononcés contre35. En d’autres termes, une nouvelle phase dans les relations entre l’Irlande et le monde politique britannique fut inaugurée : celle d’une alliance entre les nationalistes modérés irlandais et les libéraux britanniques.

27L’image que O’Hea dessina pour le Weekly Freeman offrait dès décembre 1884 une représentation de l’Irlande résolument optimiste et anticipait le succès électoral des nationalistes irlandais en 1885.

Figure 6. John Fergus O’Hea, “Christmas 1884”, Weekly Freeman, 20 décembre 1884

Figure 6. John Fergus O’Hea, “Christmas 1884”,         Weekly Freeman, 20 décembre 1884

(Courtesy of the National Library of Ireland)

28En effet, l’Irlande y est une jeune femme conquérante qui sort d’une tombe située au sommet d’une montagne enneigée. La pierre tombale porte l’inscription : “Ireland buried here, 1171” et fait référence au débarquement du roi d’Angleterre Henry II à Waterford, considéré comme la date marquant le début de la domination anglaise puis britannique en Irlande. Mais loin d’évoquer la mort, la caricature joue à subvertir la thématique chrétienne de la résurrection. Erin brandit un crucifix et une couronne, celle de l’autonomie législative. A ses pieds gît un drapeau britannique brisé en deux. Au premier plan, un homme de forte corpulence représentant John Bull, c’est-à-dire l’Angleterre, s’enfuit apeuré. À l’arrière-plan, deux autres personnages en proie à la peur se terrent : à gauche, le vice-roi John Spencer, reconnaissable à sa barbe rousse et à droite, le Chief Secretary George Trevelyan. Le soleil levant et le bleu utilisé pour le ciel apportent des touches de couleur vive qui contrastent avec l’ambiance hivernale choisie pour le reste du dessin, exprimant ainsi l’idée d’une naissance ou plutôt d’une renaissance de la nation Irlandaise en ce mois de décembre 1884.

  • 36 Hansard, Parliamentary Debates, 3rd series, vol. 304, cols. 1036-85.
  • 37 Un petit groupe de libéraux s’opposa au projet d’autonomie pour l’Irlande de Gladst (...)
  • 38 Hansard, Parliamentary Debates, 3rd series, vol. 305, cols. 1240.

29Au nom de la nouvelle alliance entre nationalistes irlandais et libéraux britanniques, le Premier Ministre britannique William Gladstone introduisit à la Chambre des communes un premier projet de loi sur l’autonomie de l’Irlande ou Home Rule Bill le 8 avril 188636. Celui-ci, contesté par les conservateurs et un groupe de libéraux unionistes37 ainsi que par les députés unionistes d’Ulster, fut rejeté en deuxième lecture le 8 juin38. Le Parlement fut dissout le 10 juin et de nouvelles élections législatives, organisées en juillet 1886, virent la victoire des conservateurs qui restèrent au pouvoir jusqu’en 1892. Cela signifiait-il pour autant la fin des espoirs pour les nationalistes Irlandais ?

De la défaite du premier Home Rule Bill à la chute et mort de Charles Stewart Parnell (1886-1892) : la fin des espoirs ?

  • 39 Voir le manifeste publié dans United Ireland, 23 octobre 1886.

30Dans un premier temps, en raison de la réapparition de difficultés parmi les tenanciers irlandais, l’Irlande connut une recrudescence de la violence et de l’agitation en faveur de la cause agraire. Parnell, soucieux de préserver l’entente avec les libéraux, privilégiait la solution parlementaire pour résoudre la crise mais plusieurs de ses lieutenants (Timothy Harrington, William O’Brien et John Dillon) se lancèrent dans une campagne appelée Plan of Campaign (1886-1889) et prônèrent notamment le boycott du paiement des loyers, versés à une caisse de soutien pour la campagne39.

31La situation rappelait inévitablement la crise agraire vécue par l’Irlande entre 1879 et 1881 si bien que les caricatures de presse publiées à cette époque proposèrent des variations de dessins publiés pendant la Guerre Agraire, comme le montre cette caricature datant du 17 mars 1888 :

Figure 7. Anonyme, “A St. Patrick’s Day Reflection”, Weekly Freeman, 17 mars 1888

Figure 7. Anonyme, “A St. Patrick’s Day         Reflection”, Weekly Freeman, 17 mars 1888

(Courtesy of the National Library of Ireland)

32Comme dans la caricature publiée par John Fergus O’Hea en juillet 1881, on retrouve ici Erin en deuil devant une croix celtique. D’autres croix suggèrent qu’elle se tient dans un cimetière. Elle tend les bras vers l’horizon où s’éloigne un navire. Le navire, symbole de l’émigration de masse des Irlandais et de la perte des forces vives de la nation figure également sur la ligne d’horizon.

  • 40 Voir plusieurs discours de Parnell, en particulier dans The Times, 26 juin 1886 et (...)
  • 41 Michael Hicks-Beach, précédent Chief Secretary, dut quitter son poste pour raisons (...)
  • 42 Hansard, Parliamentary Debates, 3rd series, vol. 312, cols. 1624-58. Le projet de loi de co (...)

33Parnell se déclara en fait publiquement opposé à la campagne d’agitation en faveur de la cause agraire menée par ses collègues en mai 188840. Malgré cela, le gouvernement conservateur de Lord Salisbury s’évertua à déstabiliser Parnell et surtout à le décrédibiliser. La politique irlandaise, d’abord marquée par un souci de réforme, se durcit notablement à partir de mars 1887, date à laquelle Arthur Balfour fut nommé au poste de Chief Secretary41. Balfour fit notamment voter dès juillet 1887 une loi de coercition qui permit de supprimer la Ligue Nationale Irlandaise le 19 août 188742. D’après l’historienne Margaret Callaghan, Arthur Balfour tenait à montrer les affinités entre nationalisme modéré et nationalisme révolutionnaire afin d’annihiler les efforts de Parnell et de son mouvement :

  • 43 “From 1876 to 1886 Irish nationalism had evolved from a crude agrarian base to a sophistica (...)

De 1876 à 1886 le nationalisme irlandais avait évolué d’un mouvement agraire à l’organisation rudimentaire à un mouvement à la stratégie politique sophistiquée. La réussite d’Arthur Balfour lors de son mandat en tant que Chief Secretary fut de nier cette évolution et de corriger la nature du défi irlandais en le présentant comme une parodie de l’agitation agraire désorganisée de 1879-188143.

34Dans ces circonstances, la presse nationaliste ne manqua pas d’attaquer Balfour et sa politique. Ainsi, dans United Ireland, J. D. Reigh critiqua les conditions socio-économiques désastreuses qui régnaient à l’époque en Irlande.

Figure 8. John D. Reigh, “Ireland Wrestles with Famine While Mr. Balfour Plays Golf”, United Ireland, 23 août 1890

Figure 8. John D. Reigh, “Ireland Wrestles with         Famine While Mr. Balfour Plays Golf”, United Ireland, 23 août 1890

(Courtesy of the National Library of Ireland)

35Erin est ici représentée en combattante, en guerrière ; elle lutte avec la figure de la mort, qui suggère la famine, afin de protéger une famille de paysans qui contemple le combat depuis le seuil de la chaumière. Ce premier plan à gauche du dessin contraste avec l’arrière-plan à droite : on y voit un personnage de dos, qui joue au golf en Écosse : le titre ne fait pas mystère de son identité, il s’agit d’Arthur Balfour, clairement dénoncé pour son indifférence et son cynisme face à la situation irlandaise.

  • 44 The Times, 7, 10 et 14 mars 1887 ; 18, 19, 20 et 21 avril ; 2, 9, 13 et 20 mai ; 1er, 7, 13 (...)
  • 45 La première lettre, datée du 15 mai 1882, fut publiée le 18 avril 1888. Une autre l (...)
  • 46 Hansard, Parliamentary Debates, 3rd series, vol. 328, cols. 1495 (17 juillet 1887) et vol. (...)
  • 47 Special Commission Act of 1888, Reprint of Shorthand Notes of the Speeches, Proceedings, a (...)
  • 48 Alan O’Day, Irish Home Rule 1867-1921, Manchester : Manchester University Press, 1998, 139 (...)

36Une des stratégies suivies par les conservateurs dans leur combat contre Parnell fut de faire publier dans le journal The Times une séries d’articles sur « Parnell et le crime » (Parnellism and crime)44 puis des lettres prétendument écrites et signées par Parnell prouvant que celui-ci approuvait l’usage de la violence à des fins politiques et notamment les assassinats qui avaient eu lieu à Phoenix Park en 188245. Parnell démentit ces accusations et demanda la mise en place d’une commission d’enquête parlementaire. Les conservateurs optèrent plutôt pour une commission d’enquête spéciale46 qui travailla de septembre 1888 à novembre 1889 et publia un rapport de douze tomes en février 189047. Avant même la fin de l’enquête, il fut révélé que les lettres du Times étaient des faux fabriqués par un certain Richard Pigott qui se suicida alors qu’il était en fuite en Espagne. Ce scandale contribua à renforcer la position de chef de file de Parnell48. Toutefois en décembre 1889 une autre affaire, fatale à Parnell cette fois, éclata : il fut révélé que Parnell avait une maîtresse, Katherine O’Shea, contre laquelle son mari, le capitaine William O’Shea, engageait une procédure de divorce. La commission d’enquête avait eu un impact négatif non négligeable sur l’image du nationalisme modéré irlandais. Le scandale du divorce acheva d’ébranler durablement le mouvement : non seulement Parnell fut renié comme chef de file à la fois par les libéraux britanniques, par la hiérarchie catholique et par une majorité de députés nationalistes irlandais, mais surtout le parti parlementaire se retrouva divisé en deux factions farouchement opposées, et ce bien au-delà de la mort de Parnell le 6 octobre 1891.

37En dépit de ces revers et de ces divisions, les élections législatives de juillet 1892 virent le retour au pouvoir des libéraux britanniques mais avec une majorité de seulement 40 voix. En Irlande, 71 députés anti-Parnell furent élus et 9 députés pro-Parnell. Autrement dit, le rapport des forces à Westminster était à nouveau favorable au nationalisme irlandais et à l’introduction d’une nouvelle loi sur l’autonomie législative de l’Irlande. Dans ces circonstances, les caricaturistes nationalistes irlandais retrouvèrent l’optimisme qui les avait animés à la perspective des élections législatives de 1885 et de l’introduction du premier Home Rule Bill de 1886, à l’image de Thomas Fitzpatrick.

Figure 9. Thomas Fitzpatrick, "The Dawn of Freedom", Weekly Freeman, 24 décembre 1892

Figure 9. Thomas Fitzpatrick, "The Dawn of         Freedom", Weekly Freeman, 24 décembre 1892
  • 49 Cette image est différente d’une caricature publiée par J. D. Reigh dans United Ireland le (...)
  • 50Erin! the tear and the smile in thine eyes, /Blend like the rainbow that hangs in (...)

38On retrouve ici une Erin visionnaire ; drapée de vert et blanc, appuyée sur une harpe d’or, assise au pied d’une croix celtique, un lévrier à ses pieds, Erin a les yeux tournés vers l’horizon et son regard guide celui du spectateur. A l’horizon ne figurent que peu de choses mais ces éléments sont néanmoins chargés de sens : au-delà des maisons en ruines et des tours rondes effondrées (symboles peut-être des défaites et des revers récents), se dresse une colline (les difficultés à venir) mais surtout le soleil de l’aube et un arc-en-ciel, symboles de joie et d’espoir49. Les couleurs choisies (un bleu clair et de l’orange) renforcent le message positif que le caricaturiste veut faire passer. Le titre et la légende, composée d’une citation du poète Thomas Moore, explicitent à nouveau le dessin et en rappelle à la fois l’ambiguïté et l’optimisme50.

  • 51 Hansard, Parliamentary Debates, 4th series, vol. 8, cols. 1241-75.

39Le deuxième Home Rule Bill, introduit en 1893 fut voté par les Communes mais rejeté par les Lords51. En dépit des défaites, les deux mesures britanniques de 1886 et 1893 furent favorablement accueillies par les nationalistes irlandais, dans des discours qui finissaient invariablement par des péroraisons résolument optimistes. Un exemple significatif est la fin du discours que John Redmond prononça en août 1893 devant la Chambre des communes :

  • 52Whatever vicissitudes may be ahead (…) for my own part I feel perfectly confident (...)

Peu importe les vicissitudes qui nous attendent (…) ; pour ma part j’ai toute confiance en l’avenir de l’Irlande. Je considère que celui-ci est une absolue certitude et ne peut être atteint ni par l’égoïsme de classe ni par les préjugés associés à l’ignorance. Ce sera un avenir de liberté, de prospérité et d’honneur. John Henry Newman, un des plus grands hommes d’Angleterre, a prononcé ces belles paroles en parlant de l’Irlande : ‘je dirige mes regards vers un pays à la fois ancien et jeune : ancien par son adhésion à la chrétienté, jeune en raison de la promesse qu’il représente pour l’avenir. (…) Je contemple un peuple qui a connu une longue nuit et connaîtra un jour inévitable. Je tourne mes regards vers le futur et je vois l’île que je contemple devenir la voie de passage et le trait d’union entre deux hémisphères ainsi que le centre du monde. Je vois ses habitants rivaliser avec la Belgique en densité de population, avec la France en vigueur, et avec l’Espagne en enthousiasme ; et je vois l’Angleterre apprenant au fur et à mesure des années à exercer envers [l’Irlande] le bon sens qu’elle exerce envers tous les autres’52.

40L’utilisation du contraste entre ombre et lumière, empruntée au cardinal Newman, associée au champ lexical du regard (contemplate, gazing, see) rapproche ce discours du langage iconographique et reprend la métaphore filée par O’Hea en 1884 ou en 1892 : celle de l’aurore ou de l’aube, promesse d’un jour nouveau.

41En dépit de sa force numérique au sein de la Chambre des communes à partir de 1885, le parti parlementaire irlandais de Charles Stewart Parnell disposait d’une marge de manœuvre toute relative dans la mesure où, pour obtenir l’autonomie législative de l’Irlande, il était tributaire d’une alliance avec l’un des deux partis politiques britanniques : en l’occurrence, le parti libéral britannique. Ainsi que le rappelle l’historien Alan O’Day :

  • 53What Ireland demanded was delimited by the British Constitution. Home Rule was exp (...)

Ce que l’Irlande revendiquait était inscrit dans les limites de la constitution britannique. Le projet d’autonomie était une solution politique, le minimum que les Irlandais étaient prêts à accepter car c’était le maximum que l’Angleterre pouvait peut-être concéder53.

42Il semble que des caricaturistes tels que John Fergus O’Hea, John Dooley Reigh ou Thomas Fitzpatrick aient cherché dans plusieurs de leurs œuvres à transcender ces limites en associant l’obtention de l’autonomie législative pour l’Irlande à l’image d’un horizon sans nuage, radieux et synonyme de promesses. En ce sens, ils agissaient en tant que nationalistes, propagandistes soutenant le combat de Parnell et de son parti mais surtout et avant tout en tant qu’artistes, chargés de transcender le réel de façon à évoquer l’idéal.

Haut de page

Bibliographie

BEW Paul, Charles Stewart Parnell, Dublin : Gill & Macmillan, 1991.

COOKE A. B. & J. VINCENT, “Herbert Gladstone, Forster and Ireland, 1881-2”, Irish Historical Studies, vol. XVIII, n° 68 (septembre 1971), 521-48 & n° 69 (mars 1972), 74-89.

CURTIS Edmund & R. B. Mcdowell (eds.), Irish Historical Documents 1172-1922, New York : Barnes & Noble, 1968 [1943].

CURTIS Lewis Perry Jr., Apes and Angels, The Irishman in Victorian Caricature, Washington & Londres : Smithsonian Institution Press, 1997.

CURTIS Lewis Perry Jr., Images of Erin in the Age of Parnell, Dublin : National Library of Ireland, 2000.

DAVITT Michael, The Fall of Feudalism in Ireland, or The Story of the Land League Revolution, Londres & New York : Harpers & Brothers, 1904.

GLADSTONE Herbert, After Thirty Years, Londres : Macmillan & Co., 1928.

HAMMOND J. L., Gladstone and the Irish Nation, Londres : Franck Cass, 1964.

HEALY Timothy, Leaders and Letters of My Day, Londres : T. Buttersworth, 1928.

HOPPEN K. T., “The franchise and electoral politics in England and Ireland 1832-1885”, History, 70 (1985), 202-17.

HOWARD Christopher D., A Political Memoir by Joseph Chamberlain, Londres : Batchworth Press, 1953

HOWARD Christopher D., “Documents Relating to the Irish ‘Central Board’ Scheme, 1884-1885, Irish Historical Studies, VIII, n° 31 (mars 1953), 237-63;

HOWARD Christopher D., “Joseph Chamberlain, Parnell and the Irish ‘Central Board’ Scheme, 1884-85), ibid., n° 32 (septembre 1953), 324-61.

HOWARD Christopher D., “Joseph Chamberlain, W. H. O’Shea and Parnell, 1884, 1891-2”, ibid., XIII, n° 49 (mars 1962), 33-38.

JACKSON Alvin, Home Rule: an Irish history, 1800-2000, Londres : Weidenfeld & Nicolson, 2003.

LYONS F. S. L., Charles Stewart Parnell, Londres : Collins, 1977.

LYONS F. S. L., Ireland since the Famine, Londres : Fontana Press, 1985 [1936].

MCCARTHY Justin, Reminiscences, New York & Londres : Harper & Brothers, 1899.

MCCARTHY Justin & R. Campbell-Praed, Our Book of Memories, Londres : Chatto & Windus, 1912.

MCCARTNEY Donal & Pauric TRAVERS (eds.), Words of the Dead Chief, being extracts from the public speeches and pronouncements of Charles Stewart Parnell, from the beginning to the close of his memorable life, Compiled by Jennie Wyse-Power, Dublin : University College Dublin Press, 2009.

MOODY Theodore W., “The New Departure in Irish Politics, 1878-9”, in H. A. Cronne, T. W. Moody & D. B. Quinn, Essays in British and Irish History in Honour of James Eadie Todd, Londres : Frederick Muller, 1949, 303-333.

O’BRIEN Richard B., The Life of Charles Stewart Parnell, 1846-1891, Londres : Smith, Elder & co., 1898.

O’BRIEN William, Recollections, Londres : Macmillan & Co., 1905.

O’BRIEN William, Evening Memories, being a continuation of Recollections, Dublin & Londres : Maunsel & co., 1920.

O’BRIEN William & Desmond RYAN (eds.), Devoy’s Post Bag, Dublin : C. J. Fallon, 1948.

O’CALLAGHAN Margaret, British High Politics and A Nationalist Ireland: criminality, land and the law under Forster and Balfour, Cork : Cork University Press, 1994.

O’DAY Alan, Irish Home Rule 1867-1921, Manchester : Manchester University Press, 1998.

PARNELL Charles Stewart, Words of the Dead Chief, being extracts from the public speeches and pronouncements of Charles Stewart Parnell, from the beginning to the close of his memorable life, Compiled by Jennie Wyse-Power, Dublin, Sealy, Bryers & Walker (A. Thom & Co.), 1892.

REDMOND John (éd.), Historical and Political Addresses 1883-1897, Dublin : Sealy, Bryers & Walker, 1898.

WALKER Brian M., “The Irish electorate 1868-1915”, Irish Historical Studies, vol. XVIII, no. 71 (mars 1973), 359-406.

WALKER Brian M. (ed.), Parliamentary Results in Ireland, Dublin : Irish Royal Academy, 1978.

Haut de page

Notes

1 John Fergus O’Hea (c. 1838-1922) était originaire de Cork et connu sous le nom d’artiste SPEX. Il débuta comme caricaturiste pour le journal nationaliste Weekly News, dirigé par A. M. Sullivan dans les années 1860. Les deux hommes fondèrent en 1870 un hebdomadaire satirique, Zozimus, conçu comme une réponse irlandaise à Punch et O’Hea fut l’artiste principal du magazine jusqu’en 1872 ; puis il travailla pour de nombreux journaux et magazines : Ireland’s Eye, Pat et surtout The Weekly Freeman. L. Perry Curtis Jr., Apes and Angels, The Irishman in Victorian Caricature, Washington & Londres : Smithsonian Institution Press, 1997, 68-73.

2 On sait peu de choses sur les débuts de John D. Reigh ( ?-1914) bien qu’on puisse supposer qu’il était probablement originaire du comté de Wexford ; il fut caricaturiste pour Zozimus (or the Irish Charivari) 1876 et 1877 ; puis au début des années 1880, il fournit la caricature de l’édition du samedi du journal United Ireland ; son travail parut aussi dans The Nation et The Shamrock. Theo Snoddy, Dictionary of Irish Artists: 20th Century, Dublin : Merlin Publishing, 2002 [1996], 422-423.

3 Thomas Fitzpatrick (1860-1912) était originaire de Cork et travailla d’abord pour le magazine satirique Pat puis pour différents journaux : entre autres, The Weekly Freeman, The Weekly Nation ou Punch. L. Perry Curtis Jr., Apes and Angels, op. cit., 76-82.

4 L. Perry Curtis Jr., Images of Erin in the Age of Parnell, op. cit., 10 & 20.

5 Freeman’s Journal, 28 août 1877.

6 Il y eut des négociations en vue d’une entente entre Charles Stewart Parnell, l’ancien Fenian Michael Davitt et John Devoy, chef de file des Fenians irlandais exileé aux États-Unis. Voir William O’Brien & Desmond Ryan (eds.), Devoy’s Post Bag, Dublin : C. J. Fallon, 1948, vol. I, 266-73, 276-82, 268-7, 297-9, 310, 323-5, 401-3 & Theodore W. Moody, “The New Departure in Irish Politics, 1878-9”, in Henry A. Cronne, Theodore W. Moody & David B. Quinn, Essays in British and Irish History in Honour of James Eadie Todd, Londres : Frederick Muller, 1949, 303-333, notamment 311-330.

7 Michael Davitt, The Fall of Feudalism in Ireland, or The Story of the Land League Revolution, Londres & New York : Harpers & Brothers, 1904, 152 & Freeman’s Journal, 9 juin 1878.

8 Michael Davitt, The Fall of Feudalism, op. cit., 170-3 & Freeman’s Journal, 22 octobre 1879.

9Would it be foreign to the purpose of the separatist movement for its members to resort to every means within their power – constitutional if no other be opportune – to stay the robber-hand of the landlords from crushing out the life-blood of our people? If the revolution is not to be accomplished but by physical force, and, therefore, not perhaps for ten, fifteen or twenty years to come, is there no other weapon by which in the meantime to exterminate the land system, ere our people be exterminated by it and the landlords?”. Freeman’s Journal, 14 décembre 1878.

10 Voir T. W. Moody, “The New Departure in Irish Politics, 1878-9”, art. cit., 317 et Alvin Jackson, Home Rule: an Irish history, 1800-2000, Londres : Weidenfeld & Nicolson, 2003, 41-3.

11A TERRIBLE RECORD. Erin – In forty years I have lost, through the operation of no natural law, more than Three Millions of my Sons and Daughters and they, the Young and the Strong, leaving behind the Old and the Infirm to weep and to die. Where is this to end?

12As emigration has gone on, so has increased the amount of acres of land which every year are going out of cultivation and back to waste, and we are determined to use what influence we possess to prevent the young blood of the nation being drained away any longer by hundreds of thousands of her people leaving her shores”. John E. Redmond, “The aims and objects of the Irish National League”, Adélaïde, Australie, 9 février 1883, in John Redmond (ed.), Historical and Political Addresses 1883-1897, Dublin : Sealy, Bryers & Walker, 1898, 110.

13I trust that one of the results of what is passing in New York at the present moment may be that the Government of this country may turn their attention to some practical way of utilising the bone and sinew which they are emigrating to New York – of utilising that bone and sinew at home instead of pursuing that suicidal and ridiculous course of emigrating a labouring population of the utmost importance for the development of our industrial resources at home to a country where they are better fed, though they cannot be possibly more wanting”. Charles Stewart Parnell, Words of the Dead Chief, being extracts from the public speeches and pronouncements of Charles Stewart Parnell, from the beginning to the close of his memorable life, Compiled by Jennie Wyse-Power, Dublin, Sealy, Bryers & Walker (A. Thom & Co.), 1892, 84-5.

14 Hansard, Parliamentary Debates, 3rd series, vol. 253, col. 264 (juin 1880). Voté par les Lords, le projet devint loi le 2 août 1880.

15A Government Land Bill that aims at leaving the landlords all the plunder that they have succeeded in exacting from the farmers up to the present moment, that does not compel them to disgorge at least one-half of their ill-gotten goods, such a bill is a fraud, a cheat and a mockery – such a bill is merely a shifting of the load from one shoulder to the other”. Donal McCartney & Pauric Travers (eds.), Words of the Dead Chief, being extracts from the public speeches and pronouncements of Charles Stewart Parnell, from the beginning to the close of his memorable life, Compiled by Jennie Wyse-Power, Dublin : University College Dublin Press, 2009, 62.

16 Parnell fut arrêté le premier le 13 octobre (Freeman’s Journal, 14 octobre 1881) ; puis ce fut le tour de Thomas Sexton et P. J. Quinn le 14 octobre et enfin, John Dillon, William O’Brien et J. J. O’Kelly le 15 octobre (ibid., 15 octobre 1881). Arthur O’Connor, Joseph Biggar, Timothy Healy, T. P. O’Connor and Patrick Egan échappèrent aux arrestations. William O’Brien, Recollections, Londres : Macmillan & Co., 1905, 355-7.

17 The Times, 21 octobre 1881. Une nouvelle organisation subsistait pour remplacer la Ligue Agraire Nationale : la Ladies’ Land League, menée par une des sœurs de Parnell, Anna, et créée le 31 janvier 1881.

18 F. S. L. Lyons, Ireland since the Famine, Londres : Fontana Press, 1985 [1936], 174.

19 Le gouvernement britannique autorisa Joseph Chamberlain à rencontrer Justin McCarthy, alors vice-président du parti parlementaire irlandais, Timothy Healy et William O’Shea. Christopher D. Howard, A Political Memoir by Joseph Chamberlain, Londres : Batchworth Press, 1953, 29-30, 34-36, 41 & 49-50 ; Richard B. O’Brien, The Life of Charles Stewart Parnell, 1846-1891, Londres : Smith, Elder & co., 1898, vol. I, 341-2 ; Timothy Healy, Leaders and Letters of My Day, Londres : T. Buttersworth, 1928, vol. I, 153-5 & vol. II, 408-11. D’autres contacts furent établis entre le député Francis Hugh O’Donnell et le fils du premier Ministre britannique, Herbert Gladstone. A. B. Cooke & J. Vincent, “Herbert Gladstone, Forster and Ireland, 1881-2”, Irish Historical Studies, vol. XVIII, n° 68 (septembre 1971), 521-48 & n° 69 (mars 1972), 74-89, notamment 77.

20 Lettre de Charles Stewart Parnell à William O’Shea, datée du 28 avril 1881 (mais probablement écrite le 29 avril), citée intégralement dans F. S. L. Lyons, Charles Stewart Parnell, Londres : Collins, 1977, 200-1 (notre traduction).

21 Michael Davitt, The Fall of Feudalism, op. cit., 370-1 et Freeman’s Journal, 18 octobre 1882.

22 L. Perry Curtis attribute la caricature à John Fergus O’Hea et indique qu’elle fut publiée dans le Weekly Freeman du 6 août 1881. L. Perry Curtis Jr., Images of Erin in the Age of Parnell, op. cit., 35. Le catalogue de la National Library of Ireland où est conservée cette caricature ne donne pas de nom d’auteur précis et indique qu’elle fut publiée dans Pat, le 6 août 1881.

23The question of National self-government is a question which is rapidly coming to the front. Both the English parties know well that the next general election in England will be turned by the votes of the Irish electors upon that question. They tell us that no English ministry and no English member must ever entertain for a moment the idea of national self-government for Ireland. I believe that the time is rapidly approaching when they will have to entertain that idea, and some other idea which they may not like so well”. Charles Stewart Parnell, Words of the Dead Chief, op. cit., 75.

24 Brian M. Walker (ed.), Parliamentary Results in Ireland, Dublin : Irish Royal Academy, 1978, 127-9.

25I pledge myself that in the event of my election to parliament, I will sit, act and vote with the Irish parliamentary party and if, at a meeting of the party convened upon due notice specially to consider the question, it is determined by resolution … supported by a majority of the Irish party, that I have not fulfilled the above pledges, I hereby undertake to resign my seat”. Edmund Curtis & R. B. McDowell (eds.), Irish Historical Documents 1172-1922, New York : Barnes & Noble, 1968 [1943], 281.

26I do not depend upon any English political party. I should advise you not to depend upon any such party. I do not depend upon the good wishes of any section of the English people. Although Ireland may have friends amongst Englishmen, and undoubtedly has many friends amongst Englishmen, yet the circumstances of Ireland’s position, the nature of her case, render it impossible for them, however well disposed, to give that effectual assistance and work which are absolutely necessary to obtain the welfare of our country. Some people desire to rely on the English democracy – they look for a great future movement amongst the English democracy, but I have never known any important section of any country which has assumed the governing of another country to awaken to the real necessities of the position until compelled to do so”. Discours prononcé à Londres lors d’un banquet célébrant la Saint Patrick (1884), The Nation, 22 mars 1884 & Charles Stewart Parnell, Words of the Dead Chief, op. cit., 92.

27 J. L. Hammond, Gladstone and the Irish Nation, Londres : Franck Cass, 1964, 313.

28 Le gouvernement libéral de Gladstone tint par exemple compte de souhaits ou d’objections des nationalistes irlandais à propos de certains projets de loi. Ainsi, il retira un projet de loi (Irish Pensions Bill) car les nationalistes n’approuvaient pas les dispositions prévues. Un projet de loi sur la corruption (Corrupt Practices Bill) fut amendé afin de pouvoir être appliqué à l’Irlande ; ce fut aussi le cas de projet de loi sur les faillites et sur le droit de vote (Bankruptcy Bill et Franchise Bill). Le ministre Joseph Chamberlain poussa la collaboration plus loin puisqu’en décembre 1884, il entama une correspondance avec Charles Stewart Parnell par l’intermédiaire de William O’Shea afin de déterminer la possibilité d’établir une entente. Voir C. D. Howard, “Documents Relating to the Irish ‘Central Board’ Scheme, 1884-1885, Irish Historical Studies, VIII, n° 31 (mars 1953), 237-63; “Joseph Chamberlain, Parnell and the Irish ‘Central Board’ Scheme, 1884-85), ibid., n° 32 (septembre 1953), 324-61 & “Joseph Chamberlain, W. H. O’Shea and Parnell, 1884, 1891-2”, ibid., XIII, n° 49 (mars 1962), 33-38.

29 L’Irlande bénéficia aussi d’une loi concernant l’inscription des électeurs sur les listes électorales. Parliamentary Registration (Ireland) Act, 1885.

30 165 997 électeurs dans les comtés et 58 021 électeurs dans les bourgs (Brian M. Walker, “The Irish electorate 1868-1915”, Irish Historical Studies, vol. XVIII, no. 71 (mars 1973), 359-406, notamment 363.

31 Cette valeur correspond à l’addition du nombre d’électeurs de chaque circonscription au moment des élections législatives de 1885. Brian M. Walker, Parliamentary Results in Ireland, op. cit., 130-6.

32 Voir K. T. Hoppen, “The franchise and electoral politics in England and Ireland 1832-1885”, History, 70 (1985), 202-17, en particulier 209 & 217.

33 Initialement, 320 libéraux, 270 conservateurs et 80 nationalistes irlandais furent élus (The Times, 3 décembre 1885). En fait, 249 conservateurs, 335 libéraux et 82 nationalistes irlandais obtinrent un siège aux Communes. Après les élections partielles organisées suite à l’annulation de certains scrutins en Irlande, le nombre des députés nationalistes grimpa à 86. Brian M. Walker, Parliamentary Results in Ireland, op. cit., 130-6.

34 Ceci fut fait après les élections législatives de 1885. Le fils de Gladstone, Herbert, révéla que son père était favorable à l’idée d’une future autonomie de l’Irlande en décembre 1885. London Standard, 17 décembre 1885 & Herbert Gladstone, After Thirty Years, Londres : Macmillan & Co., 1928, 306-14.

35 Lord Carnavon et Lord Randolph Churchill le firent savoir au vice-président du parti parlementaire irlandais Justin McCarthy (Justin McCarthy, Reminiscences, New York & Londres : Harper & Brothers, 1899, vol. II, 113 & Justin McCarthy & R. Campbell-Praed, Our Book of Memories, Londres : Chatto & Windus, 1912, 28 ; Timothy M. Healy, Letters and Leaders of My Day, op. cit., vol. I, 236). En janvier 1886, alors qu’ils étaient au pouvoir, ils annoncèrent même un retour à la politique de coercition en Irlande, ce qui mena à une alliance contre eux des libéraux et nationalistes irlandais. Hansard, Parliamentary Debates, 3rd series, vol. 302, cols. 58-69, 525-30, 533-4 & 541-2, janvier 1886.

36 Hansard, Parliamentary Debates, 3rd series, vol. 304, cols. 1036-85.

37 Un petit groupe de libéraux s’opposa au projet d’autonomie pour l’Irlande de Gladstone. Le coût de ce projet, qui devait être associé à une réforme agraire, provoqua même la démission des ministres Joseph Chamberlain et George Otto Trevelyan. Le 31 mai 1886, Chamberlain organisa un rassemblement de 50 députés libéraux à la Chambre des communes pour décider de l’attitude à adopter lors des débats en seconde lecture : le groupe décida de voter contre le projet d’autonomie irlandaise plutôt que de simplement s’abstenir. Christopher H. D. Howard, A Political Memoir by Joseph Chamberlain, op. cit., 194-8 & 224-225. Le bouleversement du paysage politique britannique et la réorientation des partis fut ainsi lié à la question du maintien de l’Union.

38 Hansard, Parliamentary Debates, 3rd series, vol. 305, cols. 1240.

39 Voir le manifeste publié dans United Ireland, 23 octobre 1886.

40 Voir plusieurs discours de Parnell, en particulier dans The Times, 26 juin 1886 et surtout dans The Times, 9 mai 1888. Voir aussi William O’Brien, Evening Memories, being a continuation of Recollections, Dublin & Londres : Maunsel & co., 1920, 176-89.

41 Michael Hicks-Beach, précédent Chief Secretary, dut quitter son poste pour raisons de santé. La passation de pouvoir entre Balfour et Hicks-Beach eut lieu le 7 mars 1887.

42 Hansard, Parliamentary Debates, 3rd series, vol. 312, cols. 1624-58. Le projet de loi de coercition reçut l’assentiment royal et devint loi le 23 août 1887 (ibid., vol. 317, col. 1310). Ce projet fut ardemment combattu par les nationalistes irlandais : Parnell chercha à faire voter un amendement qui fut repoussé par 361 voix contre 254 et Timothy Healy fut expulsé de la Chambre des Communes lors des débats en deuxième lecture. Ibid., vol. 318, cols. 245-70, 340 & 1087-1101. Pour la suppression de la Ligue, voir The Times, 20 août 1887.

43 “From 1876 to 1886 Irish nationalism had evolved from a crude agrarian base to a sophisticated political strategy. The achievement of Arthur Balfour’s Irish chief-secretaryship was to negate that development and remould the nature of the Irish challenge to a parody of the confused agrarian conspiracy of 1879-1881”. Margaret O’Callaghan, British High Politics and A Nationalist Ireland: criminality, land and the law under Forster and Balfour, Cork : Cork University Press, 1994, 118.

44 The Times, 7, 10 et 14 mars 1887 ; 18, 19, 20 et 21 avril ; 2, 9, 13 et 20 mai ; 1er, 7, 13, 23 et 30 juin.

45 La première lettre, datée du 15 mai 1882, fut publiée le 18 avril 1888. Une autre lettre, datée du 9 janvier 1882 et adressée à Patrick Egan, fut publiée en juin 1888. Les deux textes sont reproduits dans Paul Bew, Charles Stewart Parnell, Dublin : Gill & Macmillan, 1991, 100 et 105.

46 Hansard, Parliamentary Debates, 3rd series, vol. 328, cols. 1495 (17 juillet 1887) et vol. 330, col. 432 (13 août 1887).

47 Special Commission Act of 1888, Reprint of Shorthand Notes of the Speeches, Proceedings, and Evidence Taken Before the Commissioners Appointed Under the Above-Named Act, 1890. Parnell fut entendu par la commission du 30 avril au 8 mai 1888.

48 Alan O’Day, Irish Home Rule 1867-1921, Manchester : Manchester University Press, 1998, 139 et Alvin Jackson, Home Rule, op. cit., 74.

49 Cette image est différente d’une caricature publiée par J. D. Reigh dans United Ireland le 4 mars 1893, intitulée ”Home Rule – Beware the Sirens”! (reproduite sur le site <http://irishcomics.wikia.com/wiki/J._D._Reigh_(d._1914)/Cartoons>, consulté le 3 septembre 2010). On y voit le Premier ministre britannique Gladstone, représenté en sirène attirant un bateau figurant l’Irlande nationaliste. United Ireland était sous contrôle des partisans et héritiers de Parnell (Parnellites) qui reprochaient aux libéraux d’avoir trahi Parnell en 1890-1891 et voulaient afficher une indépendance plus forte à l’égard du parti britannique que leurs rivaux anti-Parnell (anti-Parnellites). Il n’est donc pas surprenant que le discours de Reigh ait été plus prudent que celui de John Fergus O’Hea qui, travaillant pour le Weekly Freeman, avait de fait rejoint le camp anti-Parnell.

50Erin! the tear and the smile in thine eyes, /Blend like the rainbow that hangs in thy skies!/ Shining through sorrow’s strength, sadd’ning through pleasure’s beam,/ Thy suns, with doubtful gleam, weep while they rise!/ Erin! Thy silent tear never shall cease / Erin, thy languid smile ne’er shall increase,/ Till, like the rainbow’s light, thy various tints unite,/ And form in heaven’s sight one arch of peace”.

51 Hansard, Parliamentary Debates, 4th series, vol. 8, cols. 1241-75.

52Whatever vicissitudes may be ahead (…) for my own part I feel perfectly confident of the future of Ireland. I regard it as absolutely secure and beyond reach either of the selfishness of class or of the prejudice of ignorance. It will be a future of freedom, prosperity, and honour. John Henry Newman, one of the greatest Englishman, in speaking of Ireland, used these beautiful words – ‘I look towards a land both old and young ― old in its Christianity, young in the promise of its future. (…) I contemplate a people which has had a long night, and will have an inevitable day. I turn my eyes to the future, and I see the island I am gazing on become the road of passage and union between two hemispheres and the centre of the world. I see its inhabitants rival Belgium in populousness, France in vigour, and Spain in enthusiasm; and I see England taught by advancing years to exercise in its behalf that good sense which is her characteristics towards everyone else’”. John E. Redmond, 30 août 1893 in Hansard, Parliamentary Debates, 4th series, vol. 16, col. 1508.

53What Ireland demanded was delimited by the British Constitution. Home Rule was expedient, the minimum that Irishmen were prepared to accept because it was the maximum that England might concede”. Alan O’Day, Irish Home Rule 1867-1921, op. cit., 1.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Figure 1. John Fergus O’Hea, “A Terrible Record”, Weekly Freeman, 2 juillet 1881
Crédits (Courtesy of the National Library of Ireland)
URL http://lisa.revues.org/docannexe/image/6204/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 544k
Titre Figure 2. John Fergus O’Hea, “The ‘Land Bill’ Mirage”, Weekly Freeman, 9 mars 1881
Crédits (Courtesy of the National Library of Ireland)
URL http://lisa.revues.org/docannexe/image/6204/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 1,2M
Titre Figure 3. Anonyme, “Avaunt and Quit My Sight”, Pat, 6 août 188122.
Crédits (Courtesy of the National Library of Ireland)
URL http://lisa.revues.org/docannexe/image/6204/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 429k
Titre Figure 4. John Fergus O’Hea, “A vision of Coming Events”, Weekly Freeman, 16 décembre 1882
Crédits (Courtesy of the National Library of Ireland)
URL http://lisa.revues.org/docannexe/image/6204/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 1,1M
Titre Figure 5.John Fergus O’Hea, “The Reason Why”, Weekly Freeman, 11 octobre 1884
Crédits (Courtesy of the National Library of Ireland)
URL http://lisa.revues.org/docannexe/image/6204/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 712k
Titre Figure 6. John Fergus O’Hea, “Christmas 1884”, Weekly Freeman, 20 décembre 1884
Crédits (Courtesy of the National Library of Ireland)
URL http://lisa.revues.org/docannexe/image/6204/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 388k
Titre Figure 7. Anonyme, “A St. Patrick’s Day Reflection”, Weekly Freeman, 17 mars 1888
Crédits (Courtesy of the National Library of Ireland)
URL http://lisa.revues.org/docannexe/image/6204/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 35k
Titre Figure 8. John D. Reigh, “Ireland Wrestles with Famine While Mr. Balfour Plays Golf”, United Ireland, 23 août 1890
Crédits (Courtesy of the National Library of Ireland)
URL http://lisa.revues.org/docannexe/image/6204/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 834k
Titre Figure 9. Thomas Fitzpatrick, "The Dawn of Freedom", Weekly Freeman, 24 décembre 1892
URL http://lisa.revues.org/docannexe/image/6204/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 1,3M
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Pauline Collombier-Lakeman, « Quels horizons politiques pour l’Irlande au XIXe siècle ? Une étude de quelques caricatures du temps de Parnell », Revue LISA/LISA e-journal [En ligne], vol. XII-n° 4 | 2014, mis en ligne le 18 juin 2014, consulté le 17 octobre 2017. URL : http://lisa.revues.org/6204 ; DOI : 10.4000/lisa.6204

Haut de page

Auteur

Pauline Collombier-Lakeman

Université de Strasbourg, France. Maître de Conférences au département d’études anglaises et nord-américaines de l’université de Strasbourg et membre du groupe de recherches SEARCH (EA2325), Pauline Collombier-Lakeman a soutenu en décembre 2007 une thèse intitulée « Le discours des leaders du nationalisme constitutionnel irlandais sur l’autonomie de l’Irlande : utopies politiques et mythes identitaires » à l’université de Paris III – Sorbonne Nouvelle. Son travail de recherche porte sur le nationalisme irlandais modéré irlandais au XIXe siècle et au début du XXe siècle et, plus particulièrement, sur la relation entre Irlande et Empire.

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la Revue LISA / LISA e-journal sont mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Revues.org