Navigation – Plan du site

Constance Fenimore Woolson (Dossier by Jeannine Hayat)

Constance Fenimore Woolson (Dossier de Jeannine Hayat)

Elle est née à Claremont, dans le New Hampshire. A Cleveland, elle a entamé des études qu’elle a poursuivies à New York. En 1869, à la mort de son père, âgée de 29 ans, elle s’est trouvée contrainte de travailler pour subvenir aux besoins de sa famille. C’est alors qu’elle a commencé à publier ses premiers articles, des nouvelles et des poèmes. Elle a tiré son inspiration de ses nombreux voyages de jeunesse dans les états de l’Ohio, du Wisconsin, de La Nouvelle Angleterre. Par ailleurs, elle n’a jamais oublié la beauté et le caractère sauvage de l’île Mackinac dans le Michigan, où elle avait passé ses grandes vacances, jeune fille, pendant plusieurs étés successifs. En 1873, elle a déménagé en Floride avec sa mère et l’inspiration lui est venue, alors, d’une méditation sur les difficultés du Sud, sur la reconstruction après la guerre, et sur la question raciale. A la mort de sa mère, elle a définitivement quitté l’Amérique pour le continent européen, qu’elle a beaucoup sillonné. Ses séjours à l’hôtel, ou dans des meublés étaient toujours provisoires. Toutes ses possessions étaient contenues dans une série de lourdes malles, qu’elle transportait avec elle. Les musées et les galeries italiens lui ont inspiré des récits d’une nouvelle facture. Son admiration des paysages européens lui a dicté des poèmes originaux. Son ami le plus cher en Europe était Henry James, rencontré pour la première fois à Florence, en 1880. Leur amitié étrange a duré jusqu’en 1894. Ils ont voyagé ensemble et ont séjourné en même temps à Florence, Venise, Paris et Genève. Ils se sont beaucoup fréquentés en Angleterre. Mais ils n’ont jamais été amants, quoique Henry James ait probablement songé fugitivement à épouser son amie Fenimore, avant de renoncer à cette idée incongrue. Elle a passé, seule, à Venise, les derniers mois de son existence, pendant que Henry James, resté à Londres, travaillait à son œuvre. Elle est morte à Venise. S’est-elle suicidée ou est-elle tombée d’une fenêtre accidentellement ? On ne sait. Elle avait écrit quatre romans, plus de cinquante contes ou nouvelles, des poèmes et des récits de voyage.

  • Revues.org