Navigation – Plan du site

La « social-démocratie » : nouvel horizon politique des années 1960 en Irlande ?

“Social-democracy”: A New Political Horizon for the 1960s in Ireland?
Julien Guillaumond

Résumés

En réponse aux transformations économiques et sociales des années 1950-60, deux projets politiques distincts, l’un de type social-démocrate, l’autre de type corporatiste, furent proposés aux Irlandais pour l’avenir de leur pays. À partir d’une étude de chacun des projets, cet article propose de comprendre les raisons pour lesquelles l’horizon politique esquissé par le projet social-démocrate n’a pas réussi à s’imposer dans les années 1960.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Garret Fitzgerald, Planning in Ireland: a PEP Study, Dublin : Institute of Public Administrat (...)
  • 2 Kieran A. Kennedy, “The Context of Economic Development”, in John. H. Goldthorpe et Chr (...)
  • 3 G. Fitzgerald, Planning in Ireland, op. cit., 41.
  • 4 Michael Gallagher, The Irish Labour Party in Transition, 1957-82, Manchester et Dublin : Manc (...)
  • 5 Central Statistics Office, Census of Population of Ireland 1971, Dublin : Stationery Of (...)
  • 6 Traduction française du titre de l’ouvrage de Fergal Tobin, The Best of Decades. Irelan (...)

1Dans un contexte économique favorable au niveau international, les années 1960 en Irlande furent placées, contrairement aux décennies précédentes, sous le signe du « renouveau économique »1 initié par le Programme for Economic Expansion, programme de développement économique du gouvernement Lemass. Au cours des années 1960, l’économie irlandaise connut alors une transformation significative qui s’accompagna d’une évolution des perspectives offertes aux Irlandais. Le taux de croissance annuel moyen dépassa les 4,4% par an2, le pouvoir d’achat des salaires augmenta et on assista à une réduction substantielle du chômage3. Cet optimisme général et cette confiance plus grande en l’avenir4 se manifestèrent, sans doute avec le plus d’acuité, à travers l’évolution démographique du pays5 et le recul significatif de l’émigration. Si, à partir du milieu de la décennie, un ralentissement de la croissance fut perceptible, les années 1960 gardèrent néanmoins, avec le recul, le qualificatif de « meilleure des décennies »6.

  • 7 Peter Mair, « Party Competition and the Changing Party System », in John Coakley et Michael G (...)

2En réponse aux évolutions économiques et sociales, deux projets de société concurrents émergèrent, reposant chacun sur deux idéologies qui concevaient d’une manière opposée les rapports entre croissance économique et redistribution des fruits de la richesse. Le premier projet, de nature plutôt social-démocrate7, était axé sur une redistribution plus équitable des richesses. Il était porté conjointement par Fine Gael qui, sous l’impulsion d’une aile progressiste et malgré les nombreuses hésitations et oppositions du reste du parti, l’avait intégré dans son manifeste électoral de 1965 Planning a Just Society, et par le parti Labour qui cherchait à renforcer son ancrage à gauche, prédisant que les années 1970 allaient être socialistes. À l’opposé, le parti Fianna Fáil insistait davantage sur la nécessité du développement économique, proposant une vision corporatiste de la société qui plaçait le développement économique et la productivité au cœur d’un projet national afin d’assurer la prospérité du pays.

Planning a Just Society : le programme électoral de Fine Gael

  • 8 Fine Gael, Planning a Just Society, 10. L’auteur souhaite remercier l’ancien député Fine (...)

3Au milieu des années 1960, Fine Gael entreprit un virage à gauche en complète contradiction avec la ligne politique défendue depuis des décennies8. La manifestation la plus visible de ce changement fut la campagne électorale de 1965 au cours de laquelle le parti présenta les propositions de son programme Planning a Just Society. Ce programme montrait que Fine Gael souhaitait introduire une nouvelle vision de la gouvernance de l’État en replaçant la recherche du bien commun au cœur du processus politique. Fine Gael se présentait à la fois comme le parti du renouveau pour séduire l’électorat jeune mais n’oubliait pas les grands moments de son histoire et les grandes figures du parti comme Michael Collins, icône du mouvement nationaliste et héros de l’indépendance irlandaise au début des années 1920. L’introduction du manifeste politique était fondamentalement novatrice pour deux raisons : elle plaçait au cœur de l’action du parti la notion de justice sociale, notion que le programme s’empressait de lier à la situation économique et sociale de l’époque ; elle mentionnait aussi clairement l’existence d’injustices dans la société irlandaise.

  • 9[There are] very wide areas in our society where great poverty exists, poverty which is de (...)

[Il y a] de très larges domaines dans notre société où une grande pauvreté existe, une pauvreté qui est humiliante et que l’on peut résoudre ; […] les conditions de logement sont effroyables ; les moyens sanitaires et éducatifs sont totalement insuffisants. Ces faits doivent être énoncés et compris ; la fatuité doit cesser ; l’enthousiasme doit être suscité afin de remédier aux injustices sociales qui sont parmi nous9.

  • 10 Fine Gael, Planning a Just Society, résumé, § 5, 3.
  • 11 Ibid., résumé, § 6, 4.

4Parmi les nombreuses propositions incluses dans le manifeste politique, une place particulière était accordée aux réformes économiques et sociales sur les thèmes suivants : planification économique, investissement public, fiscalité, éducation, santé, services sociaux, etc. Parmi ces thèmes, le document proposait l’adoption de la « planification » économique en prenant grand soin de définir la notion hors de toute connotation socialisante ou communiste afin de l’opposer à la « programmation économique » choisie par le gouvernement Fianna Fáil dans le Programme for Economic Expansion. Ainsi, non seulement l’interventionnisme étatique10 devait être repensé mais il devenait aussi nécessaire puisqu’il relevait du principe de subsidiarité11 énoncé quelques décennies plus tôt par Pie XI dans l’encyclique Quadragesimo Anno. Ce faisant, le programme déclarait qu’il se plaçait dans la droite ligne de la doctrine sociale de l’Église et qu’il s’en inspirait. Les deux premiers programmes économiques du gouvernement Fianna Fáil, le Programme for Economic Expansion et le Second Programme for Economic Expansion, étaient critiqués aux motifs qu’ils offraient seulement des recommandations et qu’ils n’obéissaient à aucune volonté manifeste de planifier les domaines économiques et sociaux. Fine Gael souhaitait ne pas restreindre la planification au seul volet économique, au détriment du volet social. Selon le parti,

  • 12Planning is a means of redistributing wealth and it can be used for the purpose of ensurin (...)

[l]a planification [était] un moyen de redistribuer la richesse et elle [pouvait] être utilisée dans l’intention d’assurer que les augmentations de la richesse nationale soient distribuées équitablement et que les sections les plus pauvres de la communauté profitent du progrès économique de l’État12.

  • 13 Sur cette même question, le programme proposait l’imposition des profits perçus comme « exc (...)
  • 14 Fine Gael, Planning a Just Society, 48.
  • 15 Parmi les propositions, on trouvait l’imposition des profits issus de la spéculation mais é (...)
  • 16 Ibid., 58.

5Puisque l’Irlande était décrite comme un pays très pauvre où seule une minorité possédait les richesses, le programme entendait montrer qu’une autre vision de la société était possible pour changer ces conditions. Fine Gael proposait une politique des prix et des salaires afin d’assurer un recul des tendances inflationnistes. Cela impliquait un encadrement des prix mais aussi une modération salariale dont l’État, en tant qu’employeur, se devait de donner l’exemple. Ces mesures devaient s’accompagner d’une politique fiscale visant à contrôler les revenus provenant des rentes pour obtenir un certain équilibre dans les réformes vis-à-vis de la modération salariale requise13. Contrairement à la stratégie économique défendue par le gouvernement Fianna Fáil de l’époque, Fine Gael concevait l’investissement social comme une composante essentielle inscrite au cœur même du processus de croissance économique14. Dans le cadre de sa politique sociale, le Fine Gael proposait ainsi, sans remettre en question la politique d’accroissement des investissements productifs, d’accroître les investissements dits sociaux dans le logement, le secteur hospitalier ainsi que l’éducation. À cet effet d’ailleurs, le parti ne fermait pas totalement la porte à une augmentation de l’imposition dans le cadre d’une réforme de la politique fiscale qu’il voulait juste et qui était en lien avec la politique des salaires préconisée15. La question de la distribution des richesses était ainsi placée au cœur de la politique économique de la nation16.

Le Labour ou le renforcement de l’ancrage à gauche

  • 17 M. Gallagher, The Irish Labour Party, op. cit., 55.
  • 18 Ibidem, 55.
  • 19 “[…] I want to say the Labour Party's policy […] is based on Christian socialism.” Brendan (...)

6Cherchant à renforcer son ancrage à gauche dans les années 1960, le parti travailliste irlandais affirmait avec détermination son socialisme, devenant, tout comme Fine Gael à cette époque, porteur de l’axe social-démocrate. La période correspondait à un renouveau pour le parti Labour car les différentes élections dès 1961 indiquaient une remontée du poids électoral du parti dans la société irlandaise, le confortant dans son affirmation plus sereine de l’idéologie socialiste et dans sa détermination à établir un ancrage solide à gauche. Mais celui-ci craignait de se voir distancé17 par les autres partis sur le plan idéologique, d’abord par rapport au « virage à gauche » qu’avait brièvement évoqué Seán Lemass dans un discours en 1963 au regard de la politique de Fianna Fáil, mais aussi par rapport au « virage vers la gauche » amorcé par Fine Gael avec son programme Planning a Just Society. Un pas important vers une affirmation plus claire de l’identité du Labour fut franchi en juin 1964 quand son dirigeant, Brendan Corish, réagissant à l’apparent repositionnement des deux partis Fianna Fáil et Fine Gael, qualifia son parti de « socialiste »18. Il prenait ainsi très nettement ses distances de ses précédentes déclarations au début des années 60, lorsqu’il avait qualifié la politique du Labour de « socialisme chrétien »19. Interrogé sur le sens qu’il donnait à cette expression, Brendan Corish répondit que

  • 20 “[…] Socialism is in many ways the most Christian of all political philosophies, with its (...)

[…] le socialisme [était] de plusieurs façons la plus chrétienne de l’ensemble des philosophies politiques, avec son insistance sur la justice sociale pour tous les membres de la communauté, son attention pour les faibles, les malades, les chômeurs, l’éducation des enfants, etc.20

7Pour B. Corish, l’utilisation de l’expression « socialistes chrétiens » avait comme objectif essentiel de souligner, dans un pays profondément catholique, « le caractère avant tout chrétien de la pensée politique [du Labour] » (the essentially Christian character of our political thought). Ce dernier concluait en déclarant que :

  • 21All our general and particular policy documents have, in fact, emphasised socialist ideolo (...)

[l]’ensemble de nos documents politiques généraux et ceux consacrés à des points particuliers ont, en fait, mis en avant une idéologie socialiste, et toutes nos politiques à venir continueront, avec certitude, dans cette direction21.

  • 22 Irish Times, 9 juin 1964.
  • 23 M. Gallagher, The Irish Labour Party, op. cit., 60. Le terme en anglais est sociali (...)
  • 24[…] in recent time […] socialism has become much more fashionable.”, Brendan Corish cité d (...)
  • 25 M. Gallagher, The Irish Labour Party, op. cit., 60. Dans un article paru le lendema (...)

8Cette affirmation de l’idéologie socialiste de la part du parti Labour se justifiait d’autant plus que les deux autres partis adoptaient certaines de ses politiques économiques et sociales qui connaissaient alors un impact considérable dans l’opinion publique22. Lors de la conférence annuelle du parti en 1965 par exemple, Brendan Corish qualifia les politiques du parti de « socialistes par essence »23. Fin septembre 1966, il déclara que « depuis peu, le socialisme [était] devenu plus à la mode »24 en Irlande. Cette ligne fut poursuivie lors de la conférence annuelle du parti en octobre 1966 où, pour la première fois, les intervenants déclarèrent ouvertement que Labour était un parti socialiste, Brendan Corish allant même jusqu’à se déclarer en faveur d’une république socialiste25.

  • 26 Labour Party, The Next Five Years. Le programme est reproduit dans sa totalité dans l’éditi (...)
  • 27Labour launches its election manifesto”, Irish Times, 24 mars 1965.
  • 28Labour election manifesto. Party’s plan for the next five years announced”, Irish (...)
  • 29The trend under Fianna Fáil has been for the rich to pay relatively less while the (...)

9Le lancement du programme politique pour l’élection de 1965 intitulé The Next Five Years donna lieu à un article en une de l’Irish Times qui indiquait que le Labour était devenu « le parti de l’entreprise publique, de la planification économique et de la distribution équitable de la richesse nationale »26. Pour le dirigeant du parti, le principal chantier était l’accroissement de la richesse nationale afin de lutter contre le taux de chômage le plus élevé d’Europe et une forte émigration. Les services sociaux, considérés comme les pires en Europe, et un coût de la vie très élevé représentaient les autres grands chantiers27. En outre, l’imposition devait devenir plus équitable et le poids de la fiscalité devait être renversé28 puisque sous le gouvernement Fianna Fáil, il apparaissait que « [l]a tendance [avait] été que les riches [payaient] relativement moins et les moins fortunés plus »29. Le programme électoral du Labour se prononçait, tout comme celui de Fine Gael, pour une planification à la fois économique et sociale et pour une distribution plus équitable de la richesse.

  • 30Economic planning […] would mobilise our resources of brain and capital to create new jobs (...)

La planification économique […] fera appel à nos ressources en cerveau et en capital pour créer de nouveaux emplois et de la richesse, et offrira des perspectives plus larges à la population ainsi qu’un plan social qui garantira la distribution équitable de la richesse produite […]30.

  • 31 En français, Agence de développement industriel, organisme gouvernemental créé dans les ann (...)
  • 32Labour election manifesto. Party’s plan for the next five years announced”, Irish (...)
  • 33Corish to reject coalition”, Irish Times, 24 mars 1965.
  • 34Labour election manifesto. Party’s plan for the next five years announced”, Irish Times, 2 (...)

10Toutefois, si la politique économique du Labour reposait sur la planification économique et la propriété publique des entreprises, la remise en cause de la propriété privée de ces mêmes entreprises était soigneusement évitée puisqu’elle était considérée nécessaire dans les domaines où lesdites entreprises excellaient. En outre, des organes publics devaient aider les entreprises à démarrer, en particulier l’Industrial Development Agency (IDA)31, qui devait disposer à cette fin de ressources conséquentes. L’objectif du programme du Labour était de parvenir à une « société de la providence » (Welfare Society)32 en lieu et place de « la société d’abondance » (Affluent Society)33, ce qui impliquait de mettre en place des protections contre la pauvreté et l’insécurité économique et d’accroître les dépenses sociales. Par ailleurs, il était important de relever le niveau de la sécurité sociale, de rendre le système de santé plus performant afin qu’il rattrape celui qui existait en Irlande du Nord, et d’instituer un droit à une éducation de première qualité pour chaque enfant34.

Fianna Fáil : le projet corporatiste

  • 35 Peter Mair, The Changing Irish Party System. Organisation, Ideology and Electoral Competiti (...)

11Face à ce projet de société social-démocrate défendu par Fine Gael et Labour qui appelaient à une redistribution des richesses parallèlement à la croissance économique, Fianna Fáil défendait plutôt une conception corporatiste de la société avec une vision différente du rapport entre croissance et redistribution des richesses. Cette conception corporatiste de la société35 s’inscrivait dans le prolongement du Programme for Economic Expansion qui insistait sur l’importance du développement économique du pays et qui requérait la nécessaire union de tous les intérêts pour développer le pays pour ensuite laisser place à un certain développement social. La phrase, A rising tide lifts all boats, associée au Premier ministre de l’époque, Seán Lemass, résume bien ce projet de société qui plaçait en son sein la primauté du développement économique.

  • 36Private enterprise pledged repeated”, Irish Times, 8 juin 1964.

12Avec la publication d’Economic Development, les discours politiques et économiques insistèrent sur le poids et la force de la volonté nationale au service du développement économique du pays. Autrement dit, la modernisation économique exigeait un effort national. La direction prise par le Programme for Economic Expansion et réitérée par les programmes économiques suivants était au cœur de la politique économique du Fianna Fáil. À l’occasion d’un discours prononcé à Cork devant la Chambre de commerce en juin 1964, Seán Lemass, Premier ministre et chef du Fianna Fáil, déclara que la « liberté de l’initiative privée et la liberté d’entreprendre » constituaient un aspect central de la politique de son parti36. Tout en défendant la politique de son gouvernement face aux critiques de l’opposition et face à son insistance vers plus de social, Seán Lemass précisa la vision du Fianna Fáil sur le lien entre croissance économique et redistribution.

  • 37 “[…] in any policy for development its progress had to be organised and all sections must (...)

[…] [D]ans toute politique de développement, les progrès doivent être organisés et toutes les sections doivent aider dans ce travail et cela nécessite de l’argent. Il faut comprendre que la communauté nationale peut seulement bénéficier des niveaux de vie que l’ensemble de ses efforts productifs peuvent financer. La communauté ne peut pas se verser de l’argent qu’elle n’a pas gagné sans que cela soit dommageable à la valeur de cet argent37.

  • 38 M. Gallagher, The Irish Labour Party, op. cit., 51.
  • 39 Voir Gary Murphy, « Towards a Corporate State? Sean Lemass and the Realignment of Interest (...)

13Cette déclaration allait dans le sens de l’expression favorite de Seán Lemass38 citée plus haut, expression qui liait progrès social et progrès économique de sorte que seul un accroissement du revenu national pouvait ensuite permettre une redistribution des richesses. Dans l’intérêt général, l’ensemble des sections de la communauté devait aller dans le sens d’un effort national afin d’obtenir une amélioration des conditions de vie39.

  • 40 F. Tobin, The Best of Decades, op. cit., 135
  • 41 .“Our plans are working – don’t let them mess everything up again”, encart électoral de Fia (...)
  • 42 “Lemass’s Last Term as Party Leader?”, Irish Times, 17 mars 1965
  • 43 .“The whole purpose of economic growth is to achieve social betterment. This viewpoint has (...)

Pour les élections de 1965, le parti fit reposer sa campagne sur son bilan gouvernemental, capitalisant dans le même temps sur la rencontre réussie des deux Premiers ministres de l’île, S. Lemass et T. O’Neill, une première depuis la Partition. Fianna Fáil exprima son opposition à toute coalition et fit part de sa détermination à poursuivre le développement économique. En outre, ses encarts politiques étaient méprisants40 envers les autres partis, l’un d’entre eux déclarant : « Nos plans fonctionnent. Ne les laissez pas tout détruire encore une fois »41. Pour Seán Lemass, l’ampleur des suffrages exprimés dans cette élection devait montrer, tel un plébiscite populaire, qu’une majorité d’Irlandais était favorable au programme économique mis en place par Fianna Fáil. La politique économique de son parti avait comme ambition d’améliorer les conditions de vie dans le cadre des accords tripartites État-syndicats-employeurs, l’objectif national de la croissance étant partagé par tout un chacun de façon à conduire à une « juste distribution de la richesse nationale »42. Le chef du Fianna Fáil insistait sur sa volonté de faire entrer l’Irlande dans la Communauté économique européenne et énonçait également une politique agricole pour les petites exploitations ainsi que des mesures pour l’amélioration des conditions de logement. Le progrès social, quant à lui, figurait au cœur de la politique du parti mais son évolution dépendait de l’augmentation des ressources nationales. Tout l’objectif de la croissance économique est d’obtenir l’amélioration sociale. Ce point de vue a déterminé le caractère et l’étendue de la politique de Fianna Fáil depuis le début. Dans la sphère des services sociaux […], Fianna Fáil a l’intention […] d’allouer une part croissante de l’augmentation des ressources nationales à l’extension et l’amélioration de nos dispositions d’aides sociales43.

  • 44No new taxation in Budget unless improved social welfare decided on […]”. (Ibid.).

14La position du parti entre croissance économique et progrès social était d’autant plus marquée que le programme du Fianna Fáil ne prévoyait pas de « nouvelle imposition dans le budget à moins qu’une amélioration des aides sociales ne [fût] décidée »44. La philosophie du parti concernant le lien entre développement économique et développement social fut d’ailleurs rendue encore plus explicite quelques jours plus tard lorsque le Premier ministre déclara qu’il prévoyait des améliorations sociales et que plus d’argent allait être consacré à la santé mais que ces améliorations ne pouvaient se faire que dans un contexte de progrès économique.

Les raisons d’un échec : pourquoi l’axe social-démocrate n’a-t-il pas réussi à s’imposer à cette époque ?

15L’insuccès du tournant vers une social-démocratie à l’irlandaise dans les années 60 peut s’expliquer par un mélange de facteurs exogènes et endogènes. Tout d’abord, la position de Fianna Fáil dans la société irlandaise et son poids électoral empêchèrent le développement d’une alternative social-démocrate portée par Fine Gael et Labour. En effet, les résultats des élections de 1961, 1965 et 1969 limitèrent les options possibles offertes aux deux formations politiques : soit s’entendre, soit accepter de rester indéfiniment dans l’opposition. Or c’était un choix cornélien puisque Fianna Fáil se présentait comme fondamentalement anti-coalition, martelant avec force sa position auprès des électeurs.

  • 45 Il est aussi significatif de noter que les deux partis partageaient avec Fianna Fáil quelqu (...)

16Dans le même temps, les deux formations politiques ne parvinrent pas à monter un front commun suffisamment fort idéologiquement pour contrer Fianna Fáil. Cette faiblesse relative de l’idéologie social-démocrate défendue mais non assumée par Fine Gael et Labour s’explique surtout par l’engagement en demi-teinte du premier45 et par la faiblesse historique du second comme parti de l’idéologie de gauche en Irlande. Si le poids de la religion catholique n’était nullement étranger à la faiblesse de la gauche en Irlande et, par conséquent, à ce courant social-démocrate, il faut aussi compter avec la stratégie électorale de chacun des deux partis. En effet, Fine Gael et Labour menèrent une stratégie indépendante de conquête du pouvoir jusqu’au moment où les deux partis prirent la décision de former un gouvernement de coalition (1973). Le parti Labour était notamment persuadé que sa stratégie d’indépendance et de refus de toute coalition était essentielle et qu’elle allait permettre un réalignement du système politique irlandais. Selon B. Corish, Fine Gael et Fianna Fáil étaient identiques et la politique irlandaise évoluait

  • 46We are moving towards a two-party system of the Left and the Right. The logical and desira (...)

vers un système à deux partis avec la gauche et la droite. Le développement logique et désirable dans la politique irlandaise serait que ceux qui croient en la philosophie socialiste et la société juste dans chacun des deux partis rejoignent le parti travailliste et œuvrent pour former un gouvernement travailliste46.

  • 47 M. Gallagher, The Irish Labour Party, op. cit., 167.
  • 48 Entretien personnel avec M. Brendan Halligan, ancien secrétaire général du Labour dans les (...)

17Le parti Labour souhaitait en effet un regroupement des deux grandes formations politiques47 pour forcer, à terme, à la fin des années 1970, un réalignement politique entre un courant de droite et un de gauche48. Ainsi Brendan Corish affirma que « les années 1970 ser[aient] socialistes ». Cette stratégie d’indépendance avait, paradoxalement, une contrepartie de poids : le rejet de toute coalition avec Fine Gael posait un frein à une demande vers plus de social, et, par conséquent un frein au développement de l’idéologie social-démocrate. Fianna Fáil subtilisa l’idéologie de ses adversaires, quelques jours avant le scrutin de 1965, en suggérant la mise en place d’un programme de développement social accompagnant le programme économique (et non l’inverse comme le parti l’avait jusqu’alors défendu) et cela finit d’enterrer toute tendance vers la social-démocratie au cours de cette décennie.

Conclusion

  • 49 Au début des années 1970, un scandale éclata impliquant des ministres Fianna Fáil d (...)

18Si un projet de nature social-démocrate, porté conjointement par Fine Gael et Labour, se présenta bien en Irlande dans les années 1960, plusieurs facteurs de poids contribuèrent à rétrécir le champ de son horizon politique. Toutefois, cette période ne marqua pas la disparition complète de l’axe social-démocrate. Ainsi, les évolutions politiques, notamment avec l’épisode appelé Arms Crisis49 et la position de Fianna Fáil vis-à-vis des événements en Irlande du Nord au début des années 1970, accélérèrent le rapprochement des deux formations en vue de former une coalition jusqu’en 1977. Dans la seconde moitié des années 1970, en revanche, le contexte économique et social ne fut plus tant propice à une telle alternative. Si l’influence social-démocrate reprit un tant soit peu sa place dans les années qui suivirent, notamment avec l’arrivée de Garret Fitzgerald au Fine Gael comme dirigeant puis comme Premier ministre dans les années 1980, l’horizon social-démocrate au cours de cette dernière décennie apparut de plus en plus flou, principalement parce que Fine Gael s’en éloignait mais également parce que la récession économique rendit illusoire toute demande de redistribution des richesses.

Haut de page

Bibliographie

Sources primaires

Dáil Debates

Irish Times

Central Statistics Office, Census of Population of Ireland 1971, Dublin : Stationery Office, 1972, vol. 1.

Entretiens avec l’auteur : Declan Costello (13 juin 2006), Brendan Halligan (9 mai 2007).

Fine Gael, Planning a Just Society, 1965 (programme complet et résumé).

Sources secondaires

ALLEN Kieran, Fianna Fáil and Irish Labour, 1926 to the Present, Londres et Chicago : Pluto Press, 1997.

BOULLET Vanessa, « La Planification en Irlande (1958-1972). Méthodologies et mythologie de la modernisation économique », thèse de doctorat, Université de Paris Ouest — Nanterre La Défense, 28 novembre 2008.

COAKLEY John et Michael GALLAGHER (eds.), Politics in the Republic of Ireland, [1992], Londres et New York : Routledge et PSAI Press, 3e éd., 1999.

COLLINS Stephen, The Power Game. Fianna Fáil since Lemass, Dublin : O’Brien Press, 2000.

COQUELIN Olivier, « La Révolution conservatrice : genèse idéologique de l’Irlande politique et sociale, 1800-1923 », thèse de doctorat, Université de Rennes 2 — Haute Bretagne, 18 juin 2004.

COTTA Michel, Le Corporatisme, Paris : Presses Universitaires de France, 1984.

FERRITER Diarmaid, The Transformation of Ireland 1900-2000, Londres : Profile Books, 2004.

FITZGERALD Garret, Planning in Ireland: a PEP Study, Dublin : Institute of Public Administration, 1968.

GALLAGHER Michael, The Irish Labour Party in Transition, 1957-82, Manchester et Dublin : Manchester University Press et Gill and Macmillan, 1982.

GUILLAUMOND Julien, « L’Irlande de 1922 à 2002 : l’impossible route vers une société plus juste ? », thèse de doctorat, Université Sorbonne Nouvelle – Paris 3, 27 novembre 2009.

HUSSEY Gemma, Ireland Today. Anatomy of a Changing State, Londres : Penguin Books, 1995.

KENNEDY Kieran A., “The Context of Economic Development”, in John GOLDTHORPE John H. et Christopher T. WHELAN (eds.), The Development of Industrial Society in Ireland, Oxford : Oxford University Press, 1992, 5-29.

LAZAR Marc (dir.), La Gauche en Europe depuis 1945. Innovations et mutations du socialisme européen, Paris : Presses Universitaires de France, 1996.

MAIR Peter, The Changing Irish Party System. Organisation, Ideology and Electoral Competition, Londres : Pinters Publishers, 1987.

MOSCHONAS Gerassimos, La Social-démocratie de 1945 à nos jours, Paris : Montchrestien, 1994.

MURPHY Gary, “Towards a Corporate State? Sean Lemass and the Realignment of Interest Groups in the Policy Process 1948-1964”, DCU Business School Research Papers no. 23, 1996-97, <http://www.dcu.ie/dcubu/research_papers/no23.html>, page visitée le 28 juillet 2005.

O’BRIEN Conor Cruise, States of Ireland, Londres : Panther Books, 1974.

TOBIN Fergal, The Best of Decades. Ireland in the 1960s, Dublin : Gill and Macmillan, 1984.

Haut de page

Notes

1 Garret Fitzgerald, Planning in Ireland: a PEP Study, Dublin : Institute of Public Administration, 1968, 41.

2 Kieran A. Kennedy, “The Context of Economic Development”, in John. H. Goldthorpe et Christopher T. Whelan (eds.), The Development of Industrial Society in Ireland, Oxford : Oxford University Press, 1992, 5-29, 8.

3 G. Fitzgerald, Planning in Ireland, op. cit., 41.

4 Michael Gallagher, The Irish Labour Party in Transition, 1957-82, Manchester et Dublin : Manchester University Press et Gill and Macmillan, 1982, 50.

5 Central Statistics Office, Census of Population of Ireland 1971, Dublin : Stationery Office, 1972, vol. 1, 10.

6 Traduction française du titre de l’ouvrage de Fergal Tobin, The Best of Decades. Ireland in the 1960s, Dublin : Gill and Macmillan, 1984.

7 Peter Mair, « Party Competition and the Changing Party System », in John Coakley et Michael Gallagher (eds.), Politics in the Republic of Ireland, [1992], Londres et New York : Routledge et PSAI Press, 3e éd., 1999, 140.

8 Fine Gael, Planning a Just Society, 10. L’auteur souhaite remercier l’ancien député Fine Gael et ancien juge de la Haute Cour, figure centrale de ce changement politique dans les années 1960, M. Declan Costello (01/08/1926 – 06/06/2011) pour son aide et son témoignage.

9[There are] very wide areas in our society where great poverty exists, poverty which is degrading and capable of remedy; […] appalling housing conditions; […] totally inadequate health and educational facilities. These facts must be proclaimed and understood; complacency must be dispelled; and enthusiasm created to remedy the social injustices in our midst”. Fine Gael, Planning a Just Society, 5; notre traduction, comme pour toutes les citations dans cet article.

10 Fine Gael, Planning a Just Society, résumé, § 5, 3.

11 Ibid., résumé, § 6, 4.

12Planning is a means of redistributing wealth and it can be used for the purpose of ensuring that increases in the nation’s wealth are fairly distributed and that the poorer sections of the community will share in the economic progress of the State.”, Fine Gael, Planning a Just Society, 19.

13 Sur cette même question, le programme proposait l’imposition des profits perçus comme « excessifs » même s’il se gardait bien d’en donner une idée claire puisqu’il qualifiait « d’importants pour le bien-être de l’activité économique » les bénéfices et profits des entreprises. Voir Fine Gael, Planning a Just Society, 35.

14 Fine Gael, Planning a Just Society, 48.

15 Parmi les propositions, on trouvait l’imposition des profits issus de la spéculation mais également des réformes sur certains types de revenus ainsi que des mesures contre l’évasion fiscale. Fine Gael, Planning a Just Society, 52-57.

16 Ibid., 58.

17 M. Gallagher, The Irish Labour Party, op. cit., 55.

18 Ibidem, 55.

19 “[…] I want to say the Labour Party's policy […] is based on Christian socialism.” Brendan Corish, Dáil Debates, 11 octobre 1961, vol. 192, col. 47-48. Voir aussi Hibernia, décembre 1960, 11-12, cité par M. Gallagher, The Irish Labour Party, op. cit., 44 et 49.

20 “[…] Socialism is in many ways the most Christian of all political philosophies, with its insistence on social justice for all the members of the community, its care for the weak, the ill, the unemployed, children’s education, and so on.”, Brendan Corish interrogé dans l’Irish Times, 9 juin 1964.

21All our general and particular policy documents have, in fact, emphasised socialist ideology, and any further policies will certainly continue to do so.”, Brendan Corish interrogé dans l’Irish Times, 9 juin 1964.

22 Irish Times, 9 juin 1964.

23 M. Gallagher, The Irish Labour Party, op. cit., 60. Le terme en anglais est socialistic.

24[…] in recent time […] socialism has become much more fashionable.”, Brendan Corish cité dans l’Irish Times, 28 septembre 1966.

25 M. Gallagher, The Irish Labour Party, op. cit., 60. Dans un article paru le lendemain de la conférence en première page de l’Irish Times, le journaliste Donal Foley estimait, non sans une certaine ironie, que la bannière Towards a Labour Government reflétait cette nouvelle direction puisqu’il lui semblait que celle-ci n’avait pas été centrée sur le mur de la salle de la conférence mais plutôt disposée à gauche [Irish Times, 17 octobre 1966].

26 Labour Party, The Next Five Years. Le programme est reproduit dans sa totalité dans l’édition de l’Irish Times du 24 mars 1965. Voir aussi “Labour launches its election manifesto”, Irish Times, 24 mars 1965.

27Labour launches its election manifesto”, Irish Times, 24 mars 1965.

28Labour election manifesto. Party’s plan for the next five years announced”, Irish Times, 24 mars 1965.

29The trend under Fianna Fáil has been for the rich to pay relatively less while the less well-off pay more”. (Ibidem).

30Economic planning […] would mobilise our resources of brain and capital to create new jobs and wealth and provide better opportunities for our people and a social plan that would ensure the equitable distribution of the wealth produced […]”, “Labour election manifesto. Party’s plan for the next five years announced”, Irish Times, 24 mars 1965.

31 En français, Agence de développement industriel, organisme gouvernemental créé dans les années 50 et chargé d'encourager les investissements étrangers en Irlande dans le cadre de la politique de développement économique du pays.

32Labour election manifesto. Party’s plan for the next five years announced”, Irish Times, 24 mars 1965.

33Corish to reject coalition”, Irish Times, 24 mars 1965.

34Labour election manifesto. Party’s plan for the next five years announced”, Irish Times, 24 mars 1965.

35 Peter Mair, The Changing Irish Party System. Organisation, Ideology and Electoral Competition, Londres : Pinters Publishers, 1987, 177-184. Voir aussi Peter Mair, « Party Competition and the Changing Party System », in J. Coakley et M. Gallagher, Politics in the Republic of Ireland, op. cit., 140.

36Private enterprise pledged repeated”, Irish Times, 8 juin 1964.

37 “[…] in any policy for development its progress had to be organised and all sections must help in that work and it required money. It had to be understood that a national community could only enjoy the living standards that its total productive efforts would support. The community could not pay itself money it had not earned without damaging the value of that money.” (Ibidem).

38 M. Gallagher, The Irish Labour Party, op. cit., 51.

39 Voir Gary Murphy, « Towards a Corporate State? Sean Lemass and the Realignment of Interest Groups in the Policy Process 1948-1964 », DCU Business School Research Papers no. 23, 1996-97, <http://www.dcu.ie/dcubu/research_papers/no23.html>, consulté le 28 juillet 2005.

40 F. Tobin, The Best of Decades, op. cit., 135

41 .“Our plans are working – don’t let them mess everything up again”, encart électoral de Fianna Fáil paru dans l’Irish Times, 29 mars 1965.

42 “Lemass’s Last Term as Party Leader?”, Irish Times, 17 mars 1965

43 .“The whole purpose of economic growth is to achieve social betterment. This viewpoint has determined the character and scope of Fianna Fáil policy from the beginning. In the field of social welfare services […] the intention of Fianna Fáil […] is to allocate an increasing proportion of the rising national resources to the extension and improvement of all our social welfare arrangements”. (Ibidem).

44No new taxation in Budget unless improved social welfare decided on […]”. (Ibid.).

45 Il est aussi significatif de noter que les deux partis partageaient avec Fianna Fáil quelques traits particuliers du discours corporatiste, rendant dès lors leur engagement vers la social-démocratie encore plus faible.

46We are moving towards a two-party system of the Left and the Right. The logical and desirable development in Irish politics would be for those who believe in the Socialist philosophy and the just society in either of the other two parties to join Labour and work for a Labour government.”, “Corish Cool Towards Coalition Idea”, Irish Times, 1er juin 1968.

47 M. Gallagher, The Irish Labour Party, op. cit., 167.

48 Entretien personnel avec M. Brendan Halligan, ancien secrétaire général du Labour dans les années 60-70, 9 mai 2007.

49 Au début des années 1970, un scandale éclata impliquant des ministres Fianna Fáil du gouvernement Lynch accusés d’avoir participé à une opération visant à importer des armes en Irlande du Nord.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Julien Guillaumond, « La « social-démocratie » : nouvel horizon politique des années 1960 en Irlande ? », Revue LISA/LISA e-journal [En ligne], vol. XII-n° 4 | 2014, mis en ligne le 17 juin 2014, consulté le 16 octobre 2017. URL : http://lisa.revues.org/6118 ; DOI : 10.4000/lisa.6118

Haut de page

Auteur

Julien Guillaumond

Université Blaise Pascal, Clermont-Ferrand, France. Maître de Conférences à U.F.R. LACC (Langues Appliquées, Commerce et Communication) de l’Université Blaise Pascal, Clermont-Ferrand II, et membre du laboratoire « Communication et solidarité » (EA 4647), Julien Guillaumond a soutenu en novembre 2009 une thèse intitulée « L’Irlande de 1922 À 2002 : l’impossible route vers une société plus juste ? » à l’Université Sorbonne Nouvelle – Paris III. Son travail de recherche porte sur l’histoire politique, économique et sociale de l’Irlande aux XXe et XXIe siècles et, plus précisément, sur les notions de diversité, de citoyenneté, et sur les inégalités dans le monde anglo-saxon.

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la Revue LISA / LISA e-journal sont mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Revues.org