Navigation – Plan du site

Changements d’horizon : Circa, une aventure éditoriale traversant les frontières

Circa Art Magazine: Beyond the Pale
Valérie Morisson

Résumés

Depuis sa création, en 1981, jusqu’à nos jours, la revue d’art Circa a joué un rôle crucial dans l’évolution des arts visuels en Irlande. Elle a contribué à démocratiser des formes esthétiques contemporaines, à diffuser les théories postmodernes et à élargir le champ de la critique. La revue a instillé un intérêt pour les avant-gardes internationales qui a permis aux artistes de mieux appréhender leur rôle au sein de la société et de se saisir de nouvelles expérimentations. Culturel mais politiquement engagé, le magazine a appelé à une réconciliation culturelle avec l’Angleterre et a défini des objectifs communs à l’Irlande du Nord et à la République. Il a également entrepris de développer des relations avec d’autres pays dont la production artistique était peu reconnue. Ses auteurs ont déjoué les pièges d’un nationalisme culturel étroit, préférant un dialogue fructueux entre cultures régionale et mondiale. L’évolution de la revue reflète l’ouverture croissante de l’Irlande aux influences étrangères ainsi qu’une volonté de rattraper un retard artistique avéré.

Haut de page

Entrées d’index

Index géographique :

Ireland, Irlande
Haut de page

Texte intégral

  • 1 Il s’agissait de la deuxième tentative éditoriale pour fédérer les activités et la crit (...)
  • 2 Joseph Beuys (1921-1986), artiste allemand associé à Fluxus, se fit le défenseur d’un art en (...)
  • 3As this journal is the only one which exists in Ireland, it offers the only comprehensive gu (...)

1Créée en 19811, dans le sillage des idées défendues par Joseph Beuys2, afin de promouvoir l’interaction entre l’art et la société, Circa Magazine s’est rapidement imposée comme la principale revue d’art contemporain en Irlande. Ses éditeurs, conscients de la mondialisation culturelle croissante, postulaient que le fait d’être irlandais et de travailler dans un contexte spécifique méritait attention. Né à un moment où travailler dans un pays « périphérique » était perçu comme un handicap pour un artiste, et où la question de l’appartenance était très vive, le magazine a fréquemment abordé des thèmes nationaux tout en offrant aux lecteurs des cadres critiques plus larges, décloisonnant ainsi la réflexion sur l’art et se constituant comme interface entre la culture irlandaise et la culture internationale : « Dans la mesure où cette revue est la seule qui existe en Irlande, elle constitue l’unique guide exhaustif des activités artistiques locales et étrangères » (1982-6 : 4)3. La revue a, de plus, délimité un champ d’investigation élargi, comme le signale le nouveau titre qu’elle se donne en 1998 : Irish and International Contemporary visual culture.

  • 4For too long, artists have been satisfied to work in isolation; this has led to a lack of sh (...)

2Dans l’introduction du premier numéro, le collectif d’artistes nord-irlandais à l’origine du projet fait un constat amer : « Depuis trop longtemps, les artistes se sont satisfaits de leur isolement, ce qui explique le manque d’opportunités communes, les rivalités ouvertes et, parfois, un réel désespoir (1981-1 : 4)4. Dans le troisième éditorial, David Boyd déclare :

  • 5Unless colleges, galleries and funding bodies look more seriously to their raison d’être and (...)

À moins que les écoles, les galeries et les instituts publics de financement n’examinent de plus près leur raison d’être et leurs responsabilités, nous continuerons à pâtir d’un climat qui n’est favorable qu’à un art bassement commercial, un art sous-tendu par des idées qui ne sont que de vagues emprunts à la mode et à la sentimentalité. (1981-3 : 2)5

  • 6There is no doubt that a journal reflecting contemporary thought on art in Northern Ireland (...)

3Ces observations justifient néanmoins la création du magazine : « une revue reflétant la pensée contemporaine sur l’art en Irlande du Nord est indubitablement nécessaire » (1981-1-4)6.

  • 7 Seamus Deane le rejoignit et contribua à élargir la réflexion à d’autres domaines.
  • 8 Voir Heiner Stachelhaus, Joseph Beuys, une biographie, Éditions Abbeville, 1994, 24, 63, 71. (...)

4Circa semble poursuivre des objectifs similaires à ceux fixés par Brian Friel, fondateur du projet Field Day dans le domaine de l’art dramatique7. Dans un contexte politique où les divisions en Irlande et en Irlande du Nord sont exacerbées, les directeurs de Field Day et les rédacteurs de Circa ont pour ambition de fédérer les réflexions artistiques, de faire connaître des œuvres s’attaquant aux problèmes de société tout en développant un langage critique international et postmoderne. Il s’agit, dans l’un et l’autre cas, de réinscrire l’art dans « un champ élargi », pour reprendre un terme de Joseph Beuys8. L’intention des rédacteurs de Circa est d’analyser l’art dans un contexte politique et social donné sans verser dans un nationalisme étroit.

  • 9Circa will look at art production in a broad sense; we feel it is important to strike a bala (...)

Circa s’intéressera à la production artistique au sens large. Nous pensons qu’il est important de trouver un équilibre entre les articles portant sur une production spécifique et des articles proposant une réflexion plus approfondie sur l’art tel qu’il est produit dans un contexte socio-politique donné. (1981-1 : 3)9

  • 10Art is produced within society and cannot exist in isolation from it.”

5Le discours sur l’art doit s’enraciner dans une analyse culturelle et sociale : « L’art est produit au sein d’une société et ne peut s’en isoler » (1982-6 : 4)10. En 1982, étant donné le contexte politique, cela implique que l’artiste ne reste pas muet face aux violences en Irlande du Nord. Pour élargir le champ de l’art, la revue prend la forme d’un forum ouvert : plusieurs interviews sont menées par des plasticiens ; certains articles sont des transcriptions de conversations entre artistes ; les éditorialistes se répondent d’un numéro à l’autre. Tous les aspects de la scène artistique sont abordés ; ses acteurs sont responsabilisés. L’élargissement des horizons géographiques s’est fait dans ce cadre idéologique.

6Un examen critique de l’évolution de la revue, de 1981 à nos jours, permet de constater que la revue dessine une géographie culturelle nouvelle propre à faciliter les échanges entre les artistes d’Irlande du Nord, de la République et d’Angleterre et tisse des liens entre l’art irlandais et celui de pays non-européens, tout en opérant des choix révélateurs de sa position politique. En cela, elle n’a cessé d’être un organe de réflexion crucial sur la nature de l’art irlandais et la question de l’irlandité.

Des frontières poreuses

  • 11 Voir Hibernian Inscapes (1981-1 : 22).

7En raison de l’absence de cadre réflexif et d’opportunités artistiques en Irlande au moment où commence la publication, Circa semble vouloir promouvoir avant tout le travail d’artistes qui se penchent sur la situation irlandaise11. En 1981, alors que les tensions entre l’Irlande du Nord et le Royaume-Uni sont très vives et que les artistes sont témoins d’une guerre civile, les écoles d’art (le National College of Art and Design de Dublin comme le Belfast College of Art) forment les étudiants à l’art abstrait, c'est-à-dire un art détaché de la société. Les éditeurs de la revue, quant à eux, choisissent de publier plusieurs articles sur des artistes s’inspirant de la situation nord-irlandaise, que ce soit les toiles sur les « Troubles » de Catherine McWilliams (1982-6 : 14-16), ou celles, très politiques, de Dermot Seymour (1983-11 : 21). Joseph McWilliams écrit un article sur la violence et la peinture en Irlande du Nord (1981-4 : 6-8). Des fresques murales font pareillement l’objet de plusieurs articles dans le huitième numéro (1982-8 : 4-22).

  • 12Circa’s distribution and readership has continued to increase and coverage is now fairly b (...)

8Cet intérêt pour la scène locale s’accompagne de la volonté revendiquée de tisser des liens entre l’Irlande du Nord, la République et l’Angleterre, ce qui, étant donné la situation politique, était tout aussi audacieux que nécessaire. Si l’auteur de l’éditorial du sixième numéro regrette les références trop sporadiques à l’art produit en République (1982-6 : 3), une première étape est bientôt franchie : « la circulation et le lectorat de Circa n’ont cessé de croître et le Nord et le Sud bénéficient d’une attention égale » (1983-12 : 4)12. De la même manière, les liens avec l’art anglais s’étoffent peu à peu si bien que les lecteurs peuvent découvrir des expositions londoniennes, que ce soit British Sculpture in the Twentieth Century (1981-3 : 18-19), ou CY Twombly (1982-7 : 38), le Sculpture Show de la Serpentine Gallery de Londres (1983-12 : 23-24) ou l’avant-garde britannique (Artangel Trust, un groupe d’artistes anglais qui élargissent les lieux d’intervention de l’art (1988-38 : 18-20)).

  • 13 Dans un article consacré à ROSC, une manifestation entendant ouvrir le public à des artiste (...)
  • 14 1982-7 : 4-8 et 1982-5 : 10, par exemple.
  • 15 Fiona Kearney deviendra directrice de la Lewis Glucksman Gallery à University College Cork.

9Parce que les occasions de découvrir l’art international étaient alors trop rares en Irlande, Circa s’est attachée à couvrir des expositions en Europe et au-delà13. Les événements artistiques nord-américains sont régulièrement commentés14. Cet intérêt pour les développements de l’art Outre-Atlantique a perduré puisqu’en 2003, le numéro 105 est entièrement consacré à New-York tandis qu’entre 2000 et 2001, Fiona Kearney est chargée de rédiger une série d’articles portant sur les plus grands musées du monde, dont le MOMA15. Dans un souci constant d’ouverture, la revue valorise également l’internationalisme du directeur de l’Orchard Gallery à Derry, Declan McGonagle, (qui sera le premier directeur de l’Irish Museum of Modern Art en 1991) qui fait œuvre de pionnier en exposant l’avant-garde étrangère et en suivant les échanges internationaux mis en place en Irlande, tel que celui qui fut initié entre l’Allemagne et le musée municipal de Limerick (1988-89 : 43). Tenant la promesse d’une plus grande perméabilité aux influences étrangères, le numéro 29 arbore un titre explicite : Circa International. Sur la couverture, des flèches partant d’une carte de l’Irlande et allant vers l’extérieur, symbolisent l’abolition des frontières culturelles et le rayonnement accru de l’art irlandais au-delà du territoire national. Cela étant, l’ouverture des horizons n’a en aucun cas été synonyme de renoncement à la promotion d’un art plus local.

10Dans chaque numéro, les rédacteurs s’efforcent de trouver un équilibre entre les sujets irlandais et des réflexions plus larges. Dans un numéro thématique sur la sculpture (1984-16), un article de Mick Donnelly évoque les travaux de Beuys, Kounellis ou Cragg, tandis qu’un texte du sculpteur irlandais Deirdre O’Connell vise à expliquer les problèmes plus spécifiques de la sculpture en Irlande et un carnet présente 12 sculpteurs irlandais afin d’encourager une forme d’art trop rare. Une série d’articles intitulée Place by place porte explicitement sur l’art dans différentes régions d’Irlande. Les rédacteurs justifient ainsi leur démarche :

  • 16While it could be argued that focusing on specific areas as entities in themselves reinfor (...)

Bien que l’on puisse prétendre que le fait de se pencher sur des aires géographiques précises formant des entités définies renforce le particularisme et accentue les différences par rapport à ce l’on appelle désormais les “centres”, notre intention n’est pas de contribuer à ce syndrome, c'est-à-dire à la scission entre les centres et les régions. (1986-30 : 30)16

11Les auteurs souhaitent mettre les artistes irlandais sur un pied d’égalité avec leurs homologues européens ou américains. Dans plusieurs articles, la portée internationale ou universelle des œuvres produites en Irlande est soulignée. Ainsi, dans un entretien avec John Aiken, l’auteur aborde à la fois le conceptualisme du sculpteur et son ancrage dans la situation nord-irlandaise. L’artiste, quant à lui, fait référence à Anthony Caro ou Auguste Rodin (1982-2 : 17). De la même manière, dans le sixième numéro, la peinture naïve de Michael Martin est mise en perspective par le biais de références à Rousseau et Gauguin (1982-6 : 22). Les acteurs de la scène artistique irlandaise oublient peu à peu leurs complexes et se donnent de nouvelles ambitions.

  • 17 Robert Ballagh, né en 1943, fut influencé par le pop art et le postmodernisme. Plusieurs de (...)
  • 18 Voir The Polish link, 1981-2 : 7-11.

12Des entretiens avec des artistes étrangers engagés (Eduardo Chillida dans le numéro 20 ; Nancy Sperro dans le numéro 36), permettent à l’équipe de Circa de poursuivre sa réflexion sur l’interaction entre l’art et la société. Les rédacteurs s’intéressent plus particulièrement à l’art de pays étrangers ayant une histoire en partie comparable à celle de l’Irlande. L’un des artistes irlandais les plus politiquement engagés, Robert Ballagh17, ébauche une comparaison entre l’art cubain et l’art irlandais (1985-22 : 22-25). L’art de pays tels que la Pologne, la Jamaïque, la Yougoslavie ou la Hongrie est fréquemment abordé18. Un numéro thématique consacré aux fresques murales est l’occasion d’une comparaison entre les peintures murales loyalistes et les fresques mexicaines, américaines et anglaises (1982-8). Deux articles, portant sur le caractère ethnique de l’œuvre d’artistes noirs et de vidéastes australiens, établissent un parallèle avec l’art irlandais (1985-21 : 6-9 et 1985-23 : 38). Parallèlement à l’internationalisation de l’actualité artistique, se dessine ainsi une géographie nouvelle et se crée un réseau regroupant des cultures dites périphériques, dont l’Irlande fait partie.

13Au fil des numéros, l’ouverture de l’art irlandais à d’autres horizons devient peu à peu réalité. En témoignent ces propos de Bernard Loughlin en 1987 :

  • 19Ireland is one of the most visually backward countries in Europe. (…) Things have changed (...)

L’Irlande est l’un des pays européens dont la culture visuelle est la plus arriérée […] Les choses ont changé bien sûr et radicalement, comme Yeats le dit, mais pas autant dans les régions rurales qu’on ne pourrait croire au regard des innovations visuelles dans les grandes villes qui nous dispensent heureusement d’aller les chercher à l’étranger. (1987-32 : 31).19

14Une fois l’ouverture culturelle accomplie, les auteurs ont pu s’interroger sur ses effets. En 2004, à la demande du Arts Council of Ireland, la revue publie deux articles de fond, rédigés par la critique d’art irlandaise Regina Gleeson et traitant, d’une part, de l’impact de la mondialisation sur les pratiques artistiques et, d’autre part, de la pertinence des identités régionales :

  • 20Cultural categorisation of artists and their production by nationality – classifying an ar (...)

La catégorisation culturelle des artistes et de leurs productions en fonction de leur nationalité – le fait de les classer comme étant originaires d’Irlande ou de Slovénie par exemple est systématique. […] De telles catégorisations permettent à une nation de s’affirmer en tant que terrain culturel délimité, quand bien même l’identité de la nation serait organiquement informe et floue. (2004-107 : 67)20

  • 21We are bound by a human need to contextualise our experiences.”

15Conformément aux idées mises en avant au début de l’histoire de Circa, il n’est pas fait état d’oppositions entre les cultures nationales et internationales mais de dialogue fructueux. Pour Régina Gleeson, l’art est un moyen de négocier la dislocation des identités et d’absorber les chocs culturels liés à la fin des États-Nations. L’art véhicule ce que l’auteur appelle le récit d’une survie. Cette idée, selon laquelle on ne peut se défaire de son bagage culturel et de son héritage national tant il fait partie de notre structure psychique, reflète la position générale du magazine et le désir de ses éditeurs de trouver un équilibre entre l’ouverture à l’international et l’expression de l’identité propre : « Un besoin humain nous pousse inévitablement à contextualiser nos expériences »21. En écho à cet article, Circa défend la validité des représentations nationales dans un contexte mondialisé, tout en mettant en valeur les interactions naissant de la mondialisation :

  • 22Because of the very extent of dissolution and re-formation of nation-states, subsequent (...)

En raison de l’importance des dissolutions et des re-formations des états-nations, des mouvements migratoires qu’elles engendrent et de la menace d’une éventuelle homogénéisation due à la mondialisation, il est vital que nous poursuivions notre engagement dans une forme de représentation qui soit nationale. (2004-107 : 68)22

16Il est à noter que Gleeson élargit le débat sur la représentation nationale à des pays tels que la Palestine ou les pays d’Europe de l’Est, mais craint que ces représentations ne deviennent des curiosités ethniques.

17Le dilemme identitaire d’artistes issus de groupes ethniques minoritaires est évoqué dans les œuvres qui mettent en scène le particularisme artistique de manière critique. Si Circa a réussi à ouvrir les frontières, c’est parce que les pratiques artistiques elles aussi changeaient. Indéniablement, la revue a bénéficié des échanges plus fréquents avec l’art international tout en stimulant ces échanges.

Le champ élargi de l’art

18Si les premiers numéros de Circa portaient essentiellement sur la peinture et la sculpture, c’est une volonté très claire d’élargir l’horizon des arts à celui de la culture visuelle qui s’affiche plus tard. Ce souhait va de pair avec un renoncement délibéré à la distinction entre le grand art et l’art populaire.

19En 1983, dans un article sur l’expressionnisme et sa place dans l’histoire de l’art, John Meany écrit :

  • 23Ireland’s geographical, cultural and artistic isolation has meant that the development o (...)

L’isolation géographique, culturelle et artistique de l’Irlande explique que le développement des arts visuels y ait été très différent de celui des autres pays. Jusqu’à il y a peu, on a pu observer dans nos arts un manque de confiance et une frilosité, ainsi qu’une méconnaissance des développements artistiques internationaux. (1982-10 : 6-7)23

  • 24 Voir aussi les numéros 7 (Performance Art Platform), 17 (Coleman) et 24 (Performance (...)
  • 25 Dans le numéro 38, une installation de Tony Hill, dans un supermarché de Downpatrick, à (...)

20Tout au long de son histoire, Circa a cherché à sensibiliser le public et les artistes à des formes d’art plus avant-gardistes, voire contestataires. La performance a bénéficié d’une attention régulière alors qu’elle était peu pratiquée et considérée comme une forme d’art inférieure (1981-2 : 5). Dès le troisième numéro, de nombreuses pages y sont consacrées : les performances de quatre artistes sont analysées de manière pédagogique, l’événement intitulé Live Performance au Crescent Center fait l’objet d’une revue détaillée et il est question des performances de Gilbert and George ou de Joseph Beuys24. L’installation, autre forme avant-gardiste à laquelle la revue a sensibilisé ses lecteurs, fait l’objet de quelques articles25.

21Circa inclut également de façon de plus en plus systématique des articles portant sur la photographie mais privilégie le photoreportage. Belinda Loftus, spécialiste des interactions entre l’art et la politique, est l’auteur d’un article sur la manière dont les Anglais ont photographié le conflit en Irlande du Nord (1985-13 : 10-14). Brian Torode analyse la photographie touristique en Irlande et la construction visuelle de l’identité irlandaise (1986-28 : 19-23).

22Militante, la revue s’est faite l’écho d’un élargissement de l’art au champ de la culture visuelle propre à la période postmoderne :

  • 26With the ever-increasing mass production of images and their extension into more and mor (...)

En raison de la prolifération massive d’images et de leur propagation dans des aspects toujours plus nombreux de notre vie quotidienne, l’art ne peut plus être considéré comme s’épanouissant uniquement entre les murs d’une galerie. L’omniprésence des images circulant dans la société a élargi l’espace de l’art. (1988-89-43 : 13)26

  • 27 Un article intitulé « Bord Failte film and the landscape » est publié dans le 23e numéro; (...)

23Cette nouvelle ouverture incite les artistes et les lecteurs à épouser une approche postmoderne du champ de l’art, à reconnaître l’apport des cultural studies et à renoncer à l’élitisme artistique qui avait accompagné le modernisme. Dans ce cadre, de nouveaux objets sont étudiés dans la revue : des cartes postales, des films27, des bandes dessinées ou des dessins satiriques. Révélateur de la nouvelle orientation que prend la revue, le quarante-quatrième numéro est intitulé Art and Pop Culture tandis que le quarante-septième, The Craft Issue, évoque le patchwork, la céramique, et passe en revue des installations comprenant des objets traditionnels ou des matières artisanales. Le domaine de l’art se voit donc considérablement élargi et l’abolition des hiérarchies devient tangible.

De nouveaux outils critiques

  • 28 Dans le numéro 15, John Fowler écrit un article intitulé Nationalism, history and interpret (...)
  • 29 Voir les réflexions de Gerry Walker sur l’inscription de la critique irlandaise dans un dis (...)

24Aux côtés d’articles portant sur des artistes irlandais, des articles de fond sur la nature de l’art, la construction et les biais de l’histoire de l’art, ou le rôle des institutions dans la fabrique de l’art ont été publiés afin d’éduquer les lecteurs et les praticiens. À plusieurs reprises, un thème particulièrement lié à l’histoire, la culture ou la politique en Irlande est analysé dans une perspective internationale28. Qui plus est, la critique d’art en Irlande fait l’objet d’évaluations régulières29. Circa se fait également le relais de programmes d’échanges initiés par L’Ormeau Bath Gallery de Belfast consistant à inviter des conservateurs ou des directeurs de galeries étrangers pour monter des expositions, encourageant par ce biais un renouveau des pratiques muséales.

  • 30 Voir Hibernian Landscape (1981: 1).

25Pour remédier au manque de conceptualisation critique en Irlande30, la revue s’est efforcée d’introduire les théories postmodernes et de citer les grandes figures de la pensée esthétique contemporaine que ce soit Umberto Eco (1987-35 : 22), Roland Barthes et Erwin Panovsky (1985-23 : 19) ou bien Clement Greenberg et Theodor Adorno (1986-30 : 44). Dans l’éditorial du quarante-quatrième numéro, Marshall MacLuhan, Walter Benjamin, Theodor Adorno et Max Horkheimer sont évoqués pour éclairer les interactions entre l’art et la technologie. Enfin, le numéro 48 porte entièrement sur le postmodernisme en Irlande. L’équipe de Circa pouvait donc se présenter comme l’unique propagatrice des théories esthétiques contemporaines (1990-50 : 19). Quelques années plus tard, un article de James Elkins, The State of Irish Art History, loue la vitalité de la critique d’art en Irlande et se félicite de la multiplication de galeries exposant l’art international (2003-106 : 54-58). L’auteur fait en revanche un portrait plus noir de l’histoire de l’art qui serait demeurée nationale, voire régionale et réticente à convoquer des méthodes interprétatives nouvelles (2003-106 : 56).

Le débat sur l’irlandité

  • 31The artists’ work is not so much a rejection of the international avant-garde, (...)

26L’apparition de nouveaux horizons artistiques et critiques va de pair avec une réflexion sur l’irlandité et l’appartenance nationale. Afin de comprendre les enjeux de cette question dans l’évolution de la culture visuelle, il n’est pas inutile de rappeler les propos introductifs de Frances Ruane dans le catalogue de l’exposition The Delighted Eye, qui s’est tenue à Londres en 1984. Historienne de l’art, cette dernière estime en effet que l’art irlandais, parce qu’il est produit dans un contexte spécifique, est fondamentalement singulier : les artistes irlandais, vivant dans un milieu rural, seraient particulièrement sensibles au paysage, d’où leur attachement aux formes organiques et leur mépris des formes géométriques chères aux tenants de l’abstraction. À propos du travail des artistes présentés dans cette exposition, Frances Ruane dit que « l’œuvre des artistes constitue non pas tant un rejet des avant-gardes internationales qu’une reconnaissance tacite du caractère inapproprié de ces styles dans le contexte irlandais » (1984-14 : 5)31. D’autres critiques d’art – Brian O’Doherty, Dorothy Walker par exemple – ont décrit l’art irlandais comme poétique et inspiré par le fameux Celtic Twilight. Ces affirmations sont citées dans la revue pour être aussitôt critiquées. Le quatorzième numéro de Circa, un numéro spécial de 47 pages intitulé The Irishness of Irish Art, est entièrement consacré à la question de l’irlandité. Il s’ouvre sur un long éditorial de Christopher Coppock qui accuse la République d’isolationnisme culturel :

  • 32With the isolationism of the Southern state from Britain after Partition, much searching (...)

Suite à la distanciation de l’Irlande du sud par rapport à l’Angleterre après la partition, on s’est mis en quête d’une culture indigène qui, incidemment, a conduit à consolider l’image insulaire de l’Irlande. Ce phénomène s’est trouvé renforcé par la croyance naïve et persistante de l’État catholique et gaélique selon laquelle les influences anglaises en Irlande pouvaient être éradiquées et qu’une culture réellement irlandaise pouvait émerger. (1984-14 : 4)32

27L’art irlandais serait victime d’une part de la subordination de la culture à l’idéologie de l’état, d’autre part du parallèle constamment fait entre les arts visuels et la littérature. Dans des numéros postérieurs de la revue, la même méfiance par rapport à une lecture irlandisante de l’art s’exprime sous la plume de Tom Dudy :

  • 33The need to place, localize, regionalize, naturalise, ethnicise, ‘root’ Irish artists ha (...)

Le besoin de situer, de localiser, de régionaliser, naturaliser, ethniciser, enraciner les artistes irlandais s’est accompagné d’un désir tout aussi irrépressible d’identifier une inspiration, un souffle indigène, un génie irlandais qui s’expliquerait par l’affinité élective entre la sensibilité des artistes et les qualités propres au paysage irlandais. (1985-35, 14-18)33

28L’auteur déplore la construction d’une histoire de l’art romantique et nationaliste qui néglige l’interaction entre la société et l’art. Bien des auteurs s’exprimant dans Circa se sont faits les avocats d’un art national plus critique, aux prises avec la société irlandaise mais aussi ouvert aux influences étrangères. David Brett voit dans le régionalisme un repli corrélé à la destruction des traditions qui a suivi la modernisation de nos sociétés et une réaffirmation des différences, quand bien même celle-ci serait vaine (1986-29 : 19). Il conclut que pour que les formes de régionalisme coexistent avec la mondialisation, les artistes doivent problématiser leur pratique et être conscients que la tradition elle-même est une construction. Il invite ainsi les artistes à se confronter à la notion d’appartenance et à se saisir des tensions entre régionalisme et internationalisation. Se faisant l’écho des réflexions sur la mondialisation culturelle, la revue propose à ses lecteurs de plus en plus d’articles sur l’invention des traditions, sur l’identité visuelle façonnée par les institutions culturelles, ou bien sur les stéréotypes véhiculés par l’artisanat ou les affiches touristiques produits pour les Américains. Dans sa synthèse de la conférence de Charlottesville, Re-Imaging Ireland, Brian Kennedy déclare :

  • 34More than some academics, artists appeared to be able to deal with the complex (...)

Les artistes se sont montrés plus à même que les universitaires d’affronter les complexités de l’Irlande contemporaine. Peut-être est-ce dû au fait qu’ils ne sont pas acculés à trouver des réponses. Ils ont le mérite de soulever des interrogations et de mettre ces questions sur la scène publique. (2003-105 : 35)34

29L’argument sous-jacent est que les artistes contribuent à transmettre et dynamiser la culture, poursuivant ainsi une réflexion qui est aussi celle des historiens, des hommes politiques et des économistes sur les mutations de l’Irlande à l’ère postnationale. C’est là ce que revendiquaient les rédacteurs de la revue dès ses débuts.

Conclusion

  • 35 Richard Kearney, Postnationalist Ireland: Politics, Culture, Philosophy, Routledge, Londres (...)
  • 36it is the magazine for the analysis and promotion of contemporary art in Ireland, and we h (...)

30Au fil de son histoire, la revue Circa a été à la fois l’instigatrice et le miroir d’ouvertures multiples. Son originalité tient au fait que, loin d’opposer culture nationale, voire régionale, et culture internationale, elle a milité en faveur d’une relation dialogique entre l’art international et l’art national. Tout en gardant une ligne politique claire, la revue n’a cessé de réaffirmer la pertinence des expressions locales sans jamais promouvoir une forme naïve de régionalisme. Moins connue que The Crane Bag, Circa s’est néanmoins affirmée comme le chantre d’une culture nationale dépourvue de ses oripeaux nationalistes. Bien qu’elle s’adresse à un public restreint et spécialisé, son contenu témoigne des mutations culturelles de l’Irlande et de l’avènement d’une ère postnationaliste et postnationale qu’annonçait Richard Kearney. Pour ce dernier, fondateur de la revue The Crane Bag, la créativité culturelle naît davantage de l’hybridation que de la pureté, des contacts davantage que du repli, de la polyphonie davantage que du monologisme35. Le projet éditorial de la revue, tout autant politique qu’artistique, en est l’illustration. L’élargissement des horizons encouragé par Circa n’a pas répondu à une demande émanant d’institutions culturelles élitistes mais a résulté de débats et de recherches menés par tous les acteurs de la scène artistique. L’organisation interne de la rédaction, horizontale et non pyramidale, montre les bienfaits de la décentralisation et de la démocratisation du discours. La revue relève donc d’une forme de militantisme éditorial particulièrement salutaire dans l’Irlande des années 1980-1990. Face aux difficultés financières que connait le magazine et à la disparition de la revue papier, son rédacteur en chef, Peter Fitzgerald, clame que Circa est, depuis trente ans « le magazine dédié à l’analyse et la promotion de l’art contemporain en Irlande » ajoutant : « nous n’avons pas l’intention de disparaître » (2009 : 130 – 3)36. La publication d’articles et d’images en ligne donne désormais un nouveau souffle à la revue et lui permet d’élargir davantage ses horizons.

Haut de page

Bibliographie

DUNNE Aidan, Irish Art, The European Dimension, Dublin : Art Council, 1990.

FOWLER Joan et KIDD Elizabeth, Some Contemporary Art from Ireland, the Fifth Province, Edmonton : Edmonton Art Gallery, 1991.

KEARNEY Richard, Postnationalist Ireland: Politics, Culture, Philosophy, Londres : Routledge, 1997.

L’Imaginaire Irlandais, Paris : Association Française d’Architecture, Hazan, 1996.

LIPPARD Lucy, Divisions, Crossroads and Turns of Mind : Some New Irish Art, Dublin : The Williams College Museum of Arts, DHG, Ireland America Arts Exchange Inc., 1985.

Robert Ballagh, Works from the Studio 1959-2006, Dublin : Gorry Gallery & Damien Matthews Fine Arts, 2006.

STACHELHAUS Heiner, Joseph Beuys, une biographie, New York, Paris, Londres : Éditions Abbeville, 1994.

The Delighted Eye: Irish Painting and Sculpture of the Seventies, Belfast et Dublin : Art Council of Northern Ireland et Art Council, 1980.

WALKER Dorothy, Modern Art in Ireland, Londres : Lilliput Press, 1997.

Les numéros de 1981 à 2009 de la revue Circa sont consultables sur ce site :<http://www.recirca.com/>.

Haut de page

Notes

1 Il s’agissait de la deuxième tentative éditoriale pour fédérer les activités et la critique artistiques. En effet, un premier magazine, fondé quelques années auparavant et soutenu par l’Arts Council of Northern Ireland (ACNI), avait périclité prématurément.

2 Joseph Beuys (1921-1986), artiste allemand associé à Fluxus, se fit le défenseur d’un art en interaction constante avec le politique et le social. Ses happenings et ses « sculptures sociales », conçues à partir de matériaux organiques, explorent la relation de l’homme à son environnement. Fasciné par Joyce, Beuys s’est rendu en Irlande à plusieurs reprises, où il a donné des conférences.

3As this journal is the only one which exists in Ireland, it offers the only comprehensive guide to art activity both locally and elsewhere”. Les références à la revue étant nombreuses, les renvois seront indiqués entre parenthèses après les citations ou références. Il s’agit de notre traduction, comme pour toutes les citations dans cet article.

4For too long, artists have been satisfied to work in isolation; this has led to a lack of shared opportunities, open rivalries, and often downright despair.”

5Unless colleges, galleries and funding bodies look more seriously to their raison d’être and their subsequent responsibilities, we will continue to suffer a climate which endures little more than the image of the “Woolies” print – an art whose ideas are but vague borrowings from fashions and sentimentality.”

6There is no doubt that a journal reflecting contemporary thought on art in Northern Ireland is necessary.”

7 Seamus Deane le rejoignit et contribua à élargir la réflexion à d’autres domaines.

8 Voir Heiner Stachelhaus, Joseph Beuys, une biographie, Éditions Abbeville, 1994, 24, 63, 71.

9Circa will look at art production in a broad sense; we feel it is important to strike a balance between articles on particular art and a more searching analysis of art production in a socio-political context.”

10Art is produced within society and cannot exist in isolation from it.”

11 Voir Hibernian Inscapes (1981-1 : 22).

12Circa’s distribution and readership has continued to increase and coverage is now fairly balanced between North and South.”

13 Dans un article consacré à ROSC, une manifestation entendant ouvrir le public à des artistes et des analyses étrangères, l’auteur soulignait la rareté de telles opportunités : “In a country the size of Ireland, it is not often that the opportunity arises for us to witness and take part in a seminar/exhibition programme which not only involves local talent but also includes artists from Britain and the USA” (1983-11 : 3).

14 1982-7 : 4-8 et 1982-5 : 10, par exemple.

15 Fiona Kearney deviendra directrice de la Lewis Glucksman Gallery à University College Cork.

16While it could be argued that focusing on specific areas as entities in themselves reinforces a sense of separatedness and difference from those places that have come to be credited as “the Centres”, it is not our intention to contribute to this syndrome of two zones i.e: Centres and Regions.”

17 Robert Ballagh, né en 1943, fut influencé par le pop art et le postmodernisme. Plusieurs de ses œuvres font référence à la situation politique en Irlande. Voir Robert Ballagh, Works from the Studio 1959-2006, Gorry Gallery & Damien Matthews Fine Arts, Dublin, 2006.

18 Voir The Polish link, 1981-2 : 7-11.

19Ireland is one of the most visually backward countries in Europe. (…) Things have changed now of course, and changed utterly, as Yeats said, but not as much down here in the country as one might believe from the midst of a new visual ferment that is abroad in the big cities, happily saving us the trouble of going abroad ourselves to find it.”

20Cultural categorisation of artists and their production by nationality – classifying an artist as being from Ireland or Slovenia, for example – is ubiquitous. (…) Such categorization allows a nation to assert itself in terms of its delineation of cultural terrain, however organically amorphous the loosely bound identity of a nation might be.”

21We are bound by a human need to contextualise our experiences.”

22Because of the very extent of dissolution and re-formation of nation-states, subsequent global migration and the threatening potential of homogenization by globalization, it is vital that we continue to engage in national representation.”

23Ireland’s geographical, cultural and artistic isolation has meant that the development of visual art has been quite different to that in other countries. There has been, until relatively recently, a lack of confidence and experimentation in our art, and little awareness of international developments.”

24 Voir aussi les numéros 7 (Performance Art Platform), 17 (Coleman) et 24 (Performance art).

25 Dans le numéro 38, une installation de Tony Hill, dans un supermarché de Downpatrick, à Belfast est expliquée de manière pédagogique. Voir aussi le compte rendu sur une création de Lynne Davis Jones (1983-13 : 25).

26With the ever-increasing mass production of images and their extension into more and more aspects of daily life, art can no longer be seen as confined only to the gallery space. The ubiquitous circulation of images throughout society has in turn broadened the space of art.”

27 Un article intitulé « Bord Failte film and the landscape » est publié dans le 23e numéro; le documentaire Mother Ireland d’Anne Crilly est commenté dans le numéro 24, Reefer and the Model de Joe Comerford l’est dans le numéro 39.

28 Dans le numéro 15, John Fowler écrit un article intitulé Nationalism, history and interpretation of art, dans lequel il élargit les perspectives critiques. Dans le numéro 18, un article de Roland Miller, écrit à l’occasion d’une exposition sur l’art en Allemagne, aborde la question de l’art national (1984-18 : 20).

29 Voir les réflexions de Gerry Walker sur l’inscription de la critique irlandaise dans un discours dominant (1985-22 : 9), de Denis Donoghue sur la légitimité et le statut du critique d’art (1984-15 : 12-16), de Roland Miller sur les foires internationales (1984-17 : 6-8) ou les comptes rendus des congrès de l’AICA (Association Internationale de la Critique d’Art).

30 Voir Hibernian Landscape (1981: 1).

31The artists’ work is not so much a rejection of the international avant-garde, but a tacit recognition that these styles may not be wholly appropriate in an Irish context.”

32With the isolationism of the Southern state from Britain after Partition, much searching for indigenous culture has taken place and has inadvertently led to a reinforcing of an insular image. This is further compounded by the naïve belief and persistence on the part of a Catholic and Gaelic state that Anglo influence in Ireland can be discarded, and a ‘truly’ Irish culture can emerge.”

33The need to place, localize, regionalize, naturalise, ethnicise, ‘root’ Irish artists has been accompanied by a comparable need to identify a “strong native impulse”, native genius which is ultimately explicable in terms of an elective affinity between the sensibility of the artists and the qualities inherent in the Irish landscape.”

34More than some academics, artists appeared to be able to deal with the complexities of a modern Ireland. Perhaps this is because we do not have to find answers. To ask questions and then to leave it in the public domain where others can discuss it is enough.”

35 Richard Kearney, Postnationalist Ireland: Politics, Culture, Philosophy, Routledge, Londres, 1997, 81.

36it is the magazine for the analysis and promotion of contemporary art in Ireland, and we have no plans to go away”.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Valérie Morisson, « Changements d’horizon : Circa, une aventure éditoriale traversant les frontières », Revue LISA/LISA e-journal [En ligne], vol. XII-n° 4 | 2014, mis en ligne le 17 juin 2014, consulté le 28 avril 2017. URL : http://lisa.revues.org/6113 ; DOI : 10.4000/lisa.6113

Haut de page

Auteur

Valérie Morisson

Université de Bourgogne, France. Maître de Conférences en anglais à l’Université de Bourgogne, Dijon, Valérie Morisson est l’auteure d’une thèse portant sur l’art irlandais contemporain et ses rapports à l’identité nationale. Elle a publié plusieurs articles relatifs à la culture visuelle irlandaise (arts visuels, photographie et illustration, bande-dessinée) et au passage du nationalisme au postnationalisme culturel dont on trouve l’écho dans l’art contemporain. Elle s’intéresse également à la réverbération du révisionnisme historique et du postcolonialisme dans les arts visuels. Enfin, elle s’est penchée sur les œuvres d’artistes féministes revendiquant leur engagement et inscrivant leurs pratiques dans le champ social.

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la Revue LISA / LISA e-journal sont mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Revues.org