Navigation – Plan du site

Heaney à l’écoute de l’Est : Nouveaux horizons critiques

Listening to the East: Heaney’s Critical Discourse
Franck Miroux

Résumés

Cet article se propose de déterminer l’impact des poètes d’Europe de l’Est sur la pensée critique de Seamus Heaney. Dans un premier temps, il s’agira de prendre en compte la tension entre l’individu et la communauté et d’observer la manière dont le poète parvient, grâce à son discours critique, à se dégager des obligations que tente de lui imposer le groupe ou l’institution pour apporter une réponse d’ordre poétique à des demandes pourtant politiques au départ. Cela permettra de mettre en exergue l’importance de la langue dans le discours critique proposé par Heaney, tant sur le plan acoustique que sur le plan métaphorique, pour enfin parvenir à déterminer dans quelle mesure le fait d’être confronté à une culture et à une tradition autres, c’est-à-dire étrangères, lui a permis de relativiser sa propre culture et son héritage littéraire et donc d’élargir son horizon critique.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Dennis O’Driscoll, Stepping Stones: Interviews with Seamus Heaney, London: Faber, 2008, (...)
  • 2 Ibidem, 308.

1Lorsque Dennis O’Driscoll interroge Seamus Heaney sur la relation qu’il entretient avec les poètes d’Europe de l’Est, celui-ci répond qu’il est loin d’être un héros de la Guerre Froide1, signifiant ainsi que son engagement auprès de ces artistes a parfois été surestimé, ou tout du moins mal compris. Très tôt dans sa carrière, pourtant, il s’est tourné vers de nouveaux horizons en manifestant un vif intérêt pour la littérature des pays d’Europe de l’Est et pour la manière dont le poète parvient à trouver sa place dans une situation de crise. Ses premiers contacts avec les poètes d’Europe de l’Est remontent au milieu des années 1960, période durant laquelle il a lu pour la première fois des écrivains tels que Czeslaw Milosz et Zbigniew Herbert. Par la suite, au début des années 1980, il découvrit les poètes russes. Cette rencontre se fit initialement lors d’un festival de poésie à Moscou au cours duquel il rencontra Yevgeni Yevtushenko et Andrey Voznesensky, mais surtout en lisant une poésie d’une toute autre nature encore, telle que celle d’Osip et de Nadezdah Mandelstam, d’Akhmatova, de Marina Tsvetaeva, de Joseph Brodsky, mais aussi du poète tchèque Miroslav Holub ou du serbe Vasco Popa2. Les nombreuses allusions et références à l’œuvre de ces poètes qui ponctuent la réflexion critique de Heaney témoignent de la place essentielle qu’occupe la littérature d’Europe de l’Est dans sa propre poésie, bien sûr, mais de manière encore plus significative dans son œuvre en prose.

  • 3 Ibid., 114.
  • 4 Voir Tom McNamara, “10 Quick Questions for Seamus Heaney”, The Prague Post, 12 June 200 (...)
  • 5 Voir Rand Brandes, “Seamus Heaney, an Interview”, Salmagundi, 80 (1988), 10.
  • 6 Ibid. Notre traduction, comme toutes les citations dans cet article.
  • 7 Frank Kinahan, “An Interview with Seamus Heaney”, Critical Inquiry, 8:3 (1982), 409.

2Heaney, qui s’est tout de suite senti très proche de la poésie d’artistes tels que Herbert et Holub, autant que de celle de Ted Hughes ou de Philip Larkin dit-il3, souligne les nombreuses similitudes entre le contexte nord-irlandais, et même irlandais, dans lequel il évolue et les exigences auxquelles doivent répondre les poètes de l’Est. L’histoire postcoloniale de pays tels que la Pologne ou la République Tchèque fait ainsi parfois écho à celle de l’Irlande4, et la culture catholique ou orthodoxe des pays de l’Est offre également un contexte familier à Heaney5 qui souligne à maintes reprises la relation de grande proximité qui unit la tradition littéraire irlandaise à celles d’Europe de l’Est. Il va d’ailleurs jusqu’à les opposer à la tradition anglo-saxonne qui, si elle a nourri son oreille lorsqu’il était écolier, ne lui a pas permis de retrouver les « repères subculturels familiers6 » qu’il trouve dans la poésie polonaise ou russe, par exemple, à savoir une « vision de la vie plus élégiaque et plus tragique, […] moins certaine du caractère perfectible des choses […] une note intime7 » qui, à son avis, est plus difficilement audible dans la littérature anglo-saxonne.

  • 8 Seamus Heaney, “The Impact of Translation”, The Government of the Tongue, London: Faber (...)
  • 9 O’Driscoll, op. cit., 114-115.

3En se positionnant de la sorte, Heaney accentue la dichotomie entre l’Ouest et l’Est qui transparaît souvent dans ses écrits critiques. Alors que tout semblait le prédestiner à tendre l’oreille vers l’Ouest, en particulier lors de son séjour à Berkeley en 1970-1971 ou, à fortiori, lorsqu’il occupait le poste de Boylston Professor of Rhetoric and Oratory à l’Université de Harvard, Heaney choisit néanmoins de prêter attention aux voix qui venaient de l’Est. Dans une certaine mesure, il lui semblait sans doute préférable d’écouter résonner ce sentiment de grandeur émanant des diverses voix qui s’élevaient à l’Est et non plus dans le monde anglophone8 plutôt que de contempler « l’esthétique anhistorique et hédoniste » à laquelle il était confronté aux États-Unis9.

  • 10 Ibid., 299.

4Cependant, Heaney minimise souvent l’impact que ces voix ont eu sur sa propre poésie, reconnaissant même une influence plus marquée à certains poètes américains tels qu’Elizabeth Bishop, Robert Frost ou Robert Lowell10. L’objectif de cet article est donc de mesurer l’influence que la poésie d’Europe de l’Est a pu avoir sur la manière dont Heaney lit les textes plutôt que sur la manière dont il les écrit, c’est-à-dire sur son discours critique plus que sur ses écrits poétiques, même si dans son cas nous verrons qu’il est parfois difficile de dissocier la lecture de l’écriture.

5Dans cet horizon apparemment lointain, des voix distantes et pourtant étonnamment familières ont commencé à résonner à une période de crise tant sur le plan personnel que sur le plan artistique, alors qu’il devenait urgent pour Heaney de résoudre les tensions auxquelles les poètes issus d’une culture post-coloniale et confrontés à l’instabilité politique, sociale ou tout simplement émotionnelle doivent faire face. C’est dans cette optique que nous centrerons notre analyse sur deux caractéristiques majeures de la pensée critique de Heaney qui sont chacune intimement liées à sa relation aux poètes de l’Est. Dans un premier temps, il s’agira de prendre en compte la tension entre l’individu et la communauté et d’observer la manière dont le poète parvient, grâce à son discours critique, à se dégager des obligations que tente de lui imposer le groupe ou l’institution pour apporter une réponse d’ordre poétique à des demandes pourtant politiques au départ. Cela devrait nous permettre de mettre en exergue l’importance de la langue dans le discours critique proposé par Heaney, tant sur le plan acoustique que sur le plan métaphorique, pour enfin déterminer dans quelle mesure le fait d’être confronté à une culture et à une tradition autres, c’est-à-dire étrangères, lui a permis de relativiser sa propre culture et son héritage littéraire et donc d’élargir son horizon critique.

  • 11 Heaney souligne l’importance des textes critiques de Milosz auxquels il reconnaît une influen (...)
  • 12 Brandes, op.cit., 9-10.
  • 13 Seamus Heaney, “The Redress of Poetry”, The Redress of Poetry, London: Faber, 1995, 1-16.
  • 14 Seamus Heaney, “Frontiers of writing”, The Redress of Poetry, 186-203.

6Commençons par nous pencher sur la relation que Heaney entretient avec la poésie polonaise, en particulier avec celle de Czeslaw Milosz. Ce qui a suscité l’intérêt chez Heaney au départ, c’est la capacité de Milosz à concilier l’individuel et le collectif, à la fois dans sa poésie et dans sa prose. En effet, Heaney n’a pas simplement découvert une poésie à la fois personnelle et universelle, mais il s’est également imprégné d’une réflexion sur l’écriture et sur la lecture qui servira de jalon dans son propre parcours critique11. Il découvre, à ce moment-là, un poète-critique qui parvient à faire entendre sa propre voix tout en étant parfaitement conscient de l’environnement culturel et intellectuel dans lequel sa poésie résonne12 : un artiste qui est parvenu à accorder les éléments historiques et biographiques, une préoccupation centrale à l’œuvre critique de Heaney qui poussera la réflexion plus loin encore dans la plupart des articles publiés dans The Government of the Tongue ainsi que dans certains articles publiés ultérieurement dans The Redress of Poetry, tels que l’article éponyme13 ou encore « Frontiers of Writing14 ».

  • 15 Seamus Heaney, “Current Unstated Assumptions about Poetry”, Critical Inquiry, 7:4 (Summ (...)
  • 16 O’Driscoll, op. cit., 174-175.
  • 17 Seamus Heaney, “Brodsky’s Nobel: what the applause was about”, The New York Times, 08/1 (...)

7C’est d’ailleurs précisément cette capacité à concilier le littéraire et l’extralittéraire et surtout le public et le privé, qui conduira Heaney à s’intéresser à un poète tel que Mandelstam15. Toutefois, comme il le souligne dans un entretien, ce n’est pas la biographie de Mandelstam qui l’a attiré au départ, mais bien sa poésie16. C’est là le signe que Heaney a non seulement mis en place une démarche plus artistique que politique, mais également qu’il a choisi d’adopter une perspective voisine de celle adoptée par un autre poète russe dont la voix sera essentielle au développement de Heaney en tant que critique, Joseph Brodsky, une perspective selon laquelle « c’est la vie qui répond aux exigences de l’art17 » et non l’inverse, c’est-à-dire un processus par le biais duquel les éléments artistiques et biographiques interfèrent sans que la biographie vienne pour autant ébranler le sens du poème ni son impact.

  • 18 Seamus Heaney, “Secular and Millennial Milosz”, Finders Keepers, London: Faber, 2002, 410-411
  • 19 Seamus Heaney, “Osip and Nadezhda Mandelstam”, The Government of the Tongue, 76-77.
  • 20 See Heaney about Mandelstam in O’Driscoll, op. cit., 175.
  • 21 Seamus Heaney, “Counting to a Hundred”, The Redress of Poetry, 164-185.
  • 22 Seamus Heaney, “Atlas of Civilisation”, The Government of the Tongue, 64.
  • 23 Seamus Heaney, “Sounding Auden”, The Government of the Tongue, 109-128.
  • 24 Heaney, “Osip and Nadezhda Mandelstam”, The Government of the Tongue, 77.

8La tension entre l’individuel et le collectif, à laquelle Heaney a lui-même dû faire face, en particulier dans les années 1970, et, de manière plus générale, la notion de tension elle-même, semblent avoir joué un rôle essentiel dans la relation qui lie Heaney aux poètes d’Europe de l’Est. Milosz, Mandelstam, Brodsky, tous ont été soumis à des pressions contraires à la fois dans leur enfance (le monde médiéval puis communiste dans lequel Milosz a grandi18, le chaos du foyer juif dans lequel Mandelstam a été élevé et la société impériale très clairement structurée de Saint-Pétersbourg19) et dans leur combat pour exister en tant que poètes dans une société totalitaire20. La notion de tension, celle d’intensité également, qui est intimement liée à sa lecture des poètes d’Europe de l’Est, deviendra une constante dans l’œuvre critique de Heaney et conditionnera son approche de poètes tels que Elizabeth Bishop21, Zbigniew Herbert22 ou W. H. Auden23. Ces mêmes lectures vont alors le conduire à envisager la poésie comme un moyen d’instaurer un équilibre entre des forces contraires24 (c’est précisément le propos de l’ouvrage The Government of the Tongue) ou de restaurer un équilibre mis à mal par le chaos des événements extérieurs (c’est ce que le recueil The Redress of Poetry se propose de faire).

  • 25 Seamus Heaney, “Something to Protect”, Parnassus: Poetry in Review, 25:1-2 (2001), 308- (...)
  • 26 Heaney, “The Impact of Translation”, The Government of the Tongue, 39.

9La résolution de pareilles tensions passe certainement aussi par l’approche mise en évidence par Heaney dans un article dans lequel il commente la poésie de Nikolay Zabolotsky. Il y évoque la manière dont le poète russe considère l’univers et, par extension, le poème comme un tout organique qui doit être lu comme tel25. Heaney adopte souvent lui-même une perspective bifocale en considérant le poème dans son intégralité mais aussi comme la combinaison, ou le fruit de l’interaction entre différents composants. La tension fait ainsi partie intégrante du processus d’écriture et Heaney invite le lecteur à l’accepter en tant qu’élément inhérent à l’activité de lecture aussi. En toute logique, il centre alors son approche critique sur une poésie qui est le résultat de diverses pressions contraires (politique, personnel, social, circonstanciel, etc.) afin de démontrer que la réponse apportée par le poète n’est pas nécessairement d’ordre politique. L’exemple de nombreux poètes russes montre en effet que la poésie parvient à résister aux pressions par le simple fait qu’elle est déjà une projection mentale au-delà des contraintes idéologiques et sociales, qu’elle constitue un comportement déviant en soi26.

  • 27 Seamus Heaney, North, London: Faber, 1975, 67 pages.
  • 28 Seamus Heaney, Field Work, London: Faber, 1979, 64 pages.
  • 29 Seamus Heaney, “Belfast: 2. Christmas 1971”, Preoccupations, London: Faber, 1980, 30-33
  • 30 Brandes, op. cit., 10.
  • 31 Seamus Heaney, “Orpheus in Ireland: On Brian Merriman’s The Midnight Court”, The Redress of (...)
  • 32 Seamus Heaney, “The Fully Exposed Poem”, The Government of the Tongue, 45-46. Voir égal (...)

10La question centrale, celle de la responsabilité poétique, qui se posait déjà dans de nombreux poèmes du recueil North27 et, dans une moindre mesure, dans le recueil Field Work28, avait été soulevée à un stade très précoce de la carrière de Heaney dans un article écrit en 1971 intitulé « Belfast »29. Tandis que la pression qui le poussait à prendre parti ou, tout au moins, à faire preuve de loyauté envers sa communauté d’origine se faisait plus forte, Heaney mesurait l’urgence de résoudre le dilemme auquel il se trouvait alors confronté. En écoutant la voix de certains poètes tels que Miroslav Holub, Czeslaw Milosz ou Zbigniew Herbert, tout d’abord dans les années 1960, puis à la fin des années 1970, Heaney a compris qu’il était tout à fait possible d’être « un homme de conviction » sans verser dans la « suffisance »30. Cette prise de conscience n’a pas seulement eu des répercussions sur sa poésie, elle a également profondément modifié la manière dont il appréhende les textes des autres. Bien entendu, il sait pertinemment que la poésie doit marquer son époque, il souligne même que c’est précisément ce qui rapproche des poètes tels que Yeats et Brodsky. Seulement, il ne croit pas pour autant que le poète doive pour cela occuper une position proéminente sur le plan social ou politique31. Lorsqu’il commente Sagittal Section, de Miroslav Holbub, par exemple, ou encore lorsqu’il évoque l’œuvre de Milosz dans un article intitulé « The Fully Exposed Poem », il célèbre une poésie qui permet à l’intellect, à la sagesse et au plaisir de coexister32. Force est alors de constater qu’il s’agit également d’une des caractéristiques du discours critique de Heaney qui s’efforce en permanence de concilier le caractère analytique, moral et récréatif de l’expérience de lecture.

  • 33 Brandes, op. cit., 10.
  • 34 Voir notamment Seamus Heaney, “The Government of the Tongue”, The Government of the Tongue, 9 (...)

11Heaney se trouve ainsi conforté dans l’idée qu’il est tout à fait possible d’écrire une poésie qui soit morale sans jamais être moralisatrice, une poésie qui porte « le poids de la blessure et de la perte personnelle et la légèreté du désespoir impersonnel que suscite l’aventure humaniste33 », comme il le suggère à propos de Milsoz. Dans certains articles publiés dans The Government of the Tongue, il établit d’ailleurs un lien entre Mandelstam et certains poètes occidentaux tels que T. S. Eliot, R. Lowell, ou même W. H. Auden, afin de rappeler que le rôle de la poésie n’est pas de s’intéresser à la fonction purement discursive du langage, mais que le poème en lui-même est une réponse suffisante aux tensions entre la conscience morale du poète et les contraintes historiques que lui impose la culture dans laquelle il vit34.

  • 35 John Brown, In the Chair: Interviews with Poets from the North of Ireland, Eire: Salmon Pub., (...)
  • 36 Seamus Heaney, “Nero, Chekhov’s Cognac and a Knocker”, The Government of the Tongue, xi (...)
  • 37 Seamus Heaney, “Extending the Alphabet”, The Redress of Poetry, 24.
  • 38 Seamus Heaney, “Poetry’s Power Against Intolerance”, The New York Times, 26/08/2001, 13
  • 39 Seamus Heaney, “Faith, Hope and Poetry”, Preoccupations, 218-219.

12Heaney rappelle à cet égard que les poètes qui sont parvenus à résister aux pressions politiques et sociales sont ceux qui, à l’instar de Mandelstam, de Herbert, de Milosz ou de Popa, ont compris que la poésie était, pour reprendre les paroles de Nadezhda Mandelstam, « un trésor d’harmonie et une source de vérité35 ». En conséquence, l’œuvre critique de Heaney s’attache souvent à commenter des poèmes qui s’intéressent à la friction entre la vérité et la beauté dans le but d’établir qu’il n’existe aucune incompatibilité entre ces deux notions et qu’en répondant à l’élan naturel qui le pousse à écrire, le poète parvient à affronter la réalité tout en affirmant sa liberté sur le plan artistique et sur le plan personnel, comme cela fut le cas pour Mandelstam et pour Chekhov. L’exemple donné par des figures de la littérature aussi illustres rassure Heaney quant au bien-fondé de l’objectif qu’il s’était fixé dans The Government of the Tongue, à savoir d’établir que la poésie permet de concilier des préoccupations d’ordres moral et esthétique, que l’art doit apporter une réponse aux contraintes de la réalité, sans chercher à l’imiter ou à y échapper36. La poésie ne cherche donc pas à éviter les agressions extérieures mais s’efforce d’y résister et le plaisir que procure le simple fait de manier la langue est une réponse à part entière aux exigences posées par la réalité, au même titre que l’harmonie sonore du poème37. Il s’agit là d’un argument que Heaney reprendra et développera dans l’ouvrage The Redress of Poetry à l’occasion d’un article sur le poème « Incantation » de Milosz. Il y établit que si la poésie se doit de « réparer et de compenser les injustices38 », elle doit toutefois rester à la place légitime qui est la sienne, que le poète, comme il le souligne dans un autre article sur Mandelstam, doit apprendre à servir par le biais du langage39.

  • 40 Heaney, “The Government of the Tongue”, 91-108.

13Les textes des auteurs d’Europe de l’Est ont donc permis à Heaney d’établir le fait que la poésie pouvait être une forme de gouvernement alternatif, le « gouvernement de la langue », comme il le définit, c’est-à-dire la capacité du langage à transformer et à faire évoluer les choses40. Le langage, plus précisément ses propriétés acoustiques, devient alors ce qui unit le poète et le lecteur dans la postérité, comme le précise Heaney dans un article sur les poèmes que Mandelstam a écrits pendant son exil :

  • 41 Heaney, “Current Unstated Assumptions about Poetry”, 650.

Il me semble que la musique des évènements participera à la musique du poème et qu’il existera toujours une tension mesurée entre le besoin d’une poésie qui exprime les impuretés de la vie et le besoin d’une poésie qui se souvienne qu’elle s’efforce d’être pur langage.41

  • 42 Seamus Heaney and Robert Hass, “Robert Hass and Seamus Heaney”, Partisan Review, 66:1 ( (...)
  • 43 O’Driscoll, op. cit., 304.

14La responsabilité du poète est donc plus sonore que politique et les propriétés acoustiques de la poésie, ses rythmes et ses échos, agissent comme un champ de force dont la puissance est considérable, comme Heaney le rappelle dans une citation de Yeats qu’il utilise d’ailleurs pour illustrer le commentaire d’un poème de Milosz42. L’exemple de Milosz est également évocateur de Wordsworth lorsque Heaney explique que les deux poètes en question ont répondu aux sensations de chaos et de perte engendrées par le monde extérieur en déployant leur orchestre dans toute sa splendeur43, signifiant ainsi que les sons du poème, ses échos et ses vibrations, sont une réponse tout à fait recevable aux éléments perturbateurs.

  • 44 Aleksandr Solzhenitsyn, Le premier cercle, Paris : R. Laffont, 1970, 576 pages.
  • 45 Seamus Heaney, “Feeling into Words”, Preoccupations, 43.

15Le lien entre les écrivains d’Europe de l’Est et la dimension sonore de la poésie est d’ailleurs un motif récurrent de l’œuvre critique de Heaney qui trouve alors un moyen d’élargir les horizons acoustiques de son discours poétique et critique. Dans un article assez ancien, il évoque un roman de Solzhenitsyn, Le premier cercle44, dans lequel les personnages œuvrent à fabriquer une machine capable d’identifier l’empreinte sonore de chaque voix humaine. À partir de cette référence, Heaney élabore ainsi une métaphore de l’éducation littéraire du poète dont l’oreille doit, d’après lui, devenir « une sorte de micro poétique45 ». Toutefois, au-delà de la question de la voix explorée par Heaney dans le recueil Preoccupations, il se dégage de ses lectures de la prose de son ami Joseph Brodsky et, de manière encore plus marquée, de ses lectures de Mandelstam, une perspective plus complexe.

  • 46 Seamus Heaney, “Brodsky’s Nobel: what the applause was about”.
  • 47 Id.

16Joseph Brodsky, qui a « éveillé [Heaney] à un son nouveau46 », a indubitablement joué un rôle majeur dans l’évolution de sa pensée critique en le poussant à s’aventurer sur les territoires acoustiques et à travers les paysages sonores dans lesquels le poème évolue au lieu de se résoudre à une lecture de la poésie exclusivement analytique. Il suffit d’ailleurs de lire les articles que Heaney a consacrés à Brodsky pour mesurer l’impact que la diction et les rythmes du poète russe ont eu sur lui. Cette énergie vocale « rhapsodique » et « magnétique47 » qu’il observe fréquemment dans les écrits critiques de Brodsky, rappelle non seulement ce qu’il admire dans l’Entretien sur Dante de Mandelstam, mais est également évocateur du discours sur la poésie qu’il s’efforce lui-même de mettre en place.

  • 48 Seamus Heaney, “Envies and Identifications: Dante and the Modern Poet”, Irish Universit (...)
  • 49 O’Driscoll, op. cit., 174-175.
  • 50 Heaney, “The Government of the Tongue”, 95-96.
  • 51 Seamus Heaney, “A Torchlight Procession of One : On Hugh MacDiarmid”, The Redress of Poetry, (...)
  • 52 Seamus Heaney, “The Indefatigable Hoof-taps : Sylvia Plath”, The Government of the Tongue, 14 (...)
  • 53 Michael Baron, “Heaney and the Functions of Prose”, Seamus Heaney : Poet, Critic and Tr (...)
  • 54 Osip Mandelstam, Entretien sur Dante, Genève: La Dogana, 2002, 91 pages.
  • 55 Osip Mandelstam, Le bruit du temps, Paris : Bourgeois, 2006, 156 pages.
  • 56 Osip Mandelstam, De la poésie, Paris : Gallimard, 1990, 166 pages.
  • 57 See Heaney, “Sounding Auden”, The Government of the Tongue, 109-128.
  • 58 See Seamus Heaney, “The Indefatigable Hoof-taps: Sylvia Plath”, The Government of the T (...)
  • 59 Seamus Heaney, “Brodsky’s Nobel: what the applause was about”.

17Lorsqu’il entreprend de comparer les essais sur Dante publiés par T. S. Eliot à celui écrit par Mandelstam, il distingue une lecture littéraire, analytique et somme toute conventionnelle de La Divine Comédie, d’une réaction plus spontanée et d’un discours novateur et impressionniste sur le poème du maître italien48. Heaney tranche alors en faveur de l’approche de Mandelstam qui, comme il le précisera plus tard, l’a libéré de l’emprise d’Eliot sous laquelle son éducation anglo-saxonne l’avait jusqu’alors maintenu49. Ce que Heaney a découvert à travers la lecture de Brodsky et de Mandelstam, c’est une approche des textes qui s’éloigne des canons réducteurs de la critique littéraire anglo-saxonne, une manière moins académique et plus naturelle de lire et d’appréhender la poésie, une façon « d’extraire les poètes du panthéon des auteurs pour les ramener au palais du lecteur », nous dit-il50. C’est précisément ce qu’il parviendra à faire dans des articles tels que « Counting to a Hundred », « A Torchlight Procession of One: On Hugh MacDiarmid51 » ou « The Indefatigable Hoof-taps: Sylvia Plath52 ». Il s’agit donc véritablement d’une façon de se projeter au-delà de l’horizon culturel et littéraire strictement britannique, irlandais et même occidental. La prise de conscience du fait que l’acte critique peut fonctionner comme la poésie et reposer sur l’imagination et le plaisir autant que sur l’intellect et l’esprit analytique constitue en soi une transgression de l’interdit formulé par Eliot, comme le souligne fort justement Michael Baron dans un article intitulé « Heaney and the Functions of Prose53 ». Cette règle selon laquelle la poésie pourrait se montrer critique mais la critique se défendrait d’être poétique conditionne d’ailleurs encore souvent la pensée occidentale et pourrait expliquer certaines remarques mettant en doute la validité et la recevabilité du discours de Heaney en arguant que les procédés poétiques sur lesquels il repose sont superflus et exagérés et nuisent à la clarté du propos. À cet égard, les écrits en prose de Mandelstam ont eu une influence considérable sur le développement de la pensée critique chez Heaney et les nombreuses références à des travaux tels que Entretien sur Dante54, Le Bruit du Temps55 ou De la Poésie56 indiquent que Mandelstam est au moins aussi présent dans les autres articles publiés dans The Government of the Tongue et dans The Redress of Poetry que dans ceux exclusivement consacrés à sa poésie. Sans l’exemple de Mandelstam ou de Brodsky, tout porte à croire que Heaney n’aurait pas abordé la poésie de W. H. Auden comme il le fait dans l’article « Sounding Auden57 » ou qu’il n’aurait pas évoqué la qualité sonore de la poésie de Sylvia Plath ou d’Elizabeth Bishop de manière aussi précise et aussi jubilatoire58. En d’autres termes, sans doute n’aurait-il pas pleinement mesuré à quel point les propos qu’il tient au sujet de l’approche critique de Brodsky sont justes lorsqu’il explique que la véritable identité des poètes ne réside pas dans leurs données biographiques mais plutôt dans « leurs sons, leurs voyelles et leurs sifflements, leurs mètres, leurs rythmes et leurs métaphores59 ».

  • 60 S. Heaney, Crediting Poetry, Oldcastle, Ireland: Gallery Books, 1995, 28.
  • 61 Kinahan, op. cit., 413.
  • 62 S. Heaney, “The Government of the Tongue”, 98.
  • 63 O’Driscoll, op. cit., 174.
  • 64 Voir, par exemple, le passage cité par Heaney dans lequel le poème devient un bateau ég (...)
  • 65 Osip Mandelstam, The Complete Critical Prose and Letters/ Mandelstam, Ann Arbor: Ardis, 1979, (...)

18De manière similaire, Heaney souligne la façon dont Mandelstam parvenait à exploiter pleinement les capacités de la langue à propulser le poème, bien sûr, mais également le discours critique, à leur imprimer une véritable cadence60. L’idée selon laquelle la langue est à la fois le sujet et l’objet du processus critique, qu’il s’agit à la fois de « la mer sur laquelle le poème, tel un navire, navigue [et] ce dont le navire est composé61 », est essentielle pour comprendre la démarche de Heaney qui s’offre plus comme une « mélodie critique62 » que comme une étude littéraire classique pour reprendre une formule qu’il utilise lui-même. Ce sentiment de libération éprouvé en lisant la prose de Mandelstam63, cet élan métaphorique et impressionniste qui émane des essais critiques du poète russe64, ne sont pas sans rappeler l’élan métaphorique et phonique qui caractérise également la prose de Heaney, ainsi que le montre ce passage écrit à propos de l’essai de Mandelstam « On the Nature of the World65 » dont la citation n’a pas été traduite afin d’en préserver intactes la richesse sonore et la puissance évocatrice :

  • 66 S. Heaney, “Osip and Nadezhda Mandelstam”, The Government of the Tongue, 85.

[...] the prose itself is bursting with eagerness to break out as a sequence of poems. As each sensation hits the tightly stretched drumhead of each sense, it emits waves from the omnipresent ‘nugget of harmony’. Supply has been located, the gusher has been broached and capped, the linguistics hydraulics grip and shift into action all over again.66

  • 67 Heaney, “Faith, Hope and Poetry”, Preoccupation, 217-218.
  • 68 Heaney, “The Impact of Translation”, The Government of the Tongue, 37.
  • 69 Heaney, “Sounding Auden”, The Government of the Tongue, 121.
  • 70 Heaney, “The Government of the Tongue”, 105-106.

19Dans ce passage, Heaney utilise pleinement le potentiel allusif et acoustique de la langue, alors que les métaphores déferlent et convergent pour servir le commentaire critique. Il est vrai que dans son discours critique Heaney s’est parfois vu reprocher un recours à la métaphore que d’aucun qualifieront d’exagéré, mais rendons lui justice en admettant que bien souvent ses métaphores ont une fonction clarificatrice dans la mesure où elles fournissent une illustration visuelle ou acoustique du propos, à l’instar de la métaphore guerrière que Heaney construit dans l’article « Faith, Hope and Poetry67 » venant éclairer la lecture d’un poème de Mandelstam. A cet égard, les métaphores ont bien un effet propulseur, comme le souligne Heaney à propos de la poésie de Milosz68, et si ses propres métaphores sont parfois déroutantes et déconcertantes, c’est que l’acte de lecture exige que le lecteur accepte la part d’étrangeté du texte et même parfois son caractère impénétrable, comme nous l’enseignent les écrits critiques de Mandelstam ou de Milosz. Heaney sera lui-même confronté à ce sentiment à plusieurs reprises lorsqu’il abordera la poésie de W. H. Auden69 ou celle d’Elizabeth Bishop70, par exemple.

  • 71 Heaney, “The Impact of Translation”, The Government of the Tongue, 40.
  • 72 Heaney, “Atlas of Civilization”, The Government of the Tongue, 55.
  • 73 Heaney, “Joseph Brodsky 1940-1996”, Finders Keepers, 403.

20L’acte de lecture suppose en effet une forme de déplacement, comme le souligne Heaney à propos des simili traductions du poète anglais Christopher Reid, un processus de « défamiliarisation » qui résulte de l’accumulation de métaphores par le biais desquelles Reid, dit-il, parvient à s’affranchir du cadre contraignant et restrictif de la poésie et de la langue anglaises en « répercutant certains sons poétiques qu’il n’aurait pas pu émettre dans sa propre langue71 ». Cette capacité à dépasser les limites de sa langue maternelle, à accélérer le rythme du discours jusqu’à dépasser le cadre réducteur de sa propre personne et de sa propre culture est également caractéristique de l’écriture critique de Heaney et de la lecture qu’il fait de la poésie de poètes tels que Herbert72 ou Brodsky73.

  • 74 Michael Cavanagh, Professing Poetry: Seamus Heaney’s Poetics, Washington D. C: CUA Press, 200 (...)

21Un tel détachement, un tel dépassement de soi, est absolument nécessaire au processus d’écriture et de lecture. C’est ainsi qu’à l’instar de Milosz ou de Mandelstam, Heaney entreprend un périple linguistique et acoustique, au-delà de lui-même, un voyage qui lui permet de prendre ses distances vis-à-vis du discours critique anglo-saxon conventionnel. Il suit alors les traces de certains poètes d’Europe de l’Est qui, comme le rappelle fort justement Michael Cavanagh, ont refusé de « reproduire la doctrine officielle ou la croyance orthodoxe » mais se sont plutôt efforcés de mettre en place « un ordre que les simples doctrines ou les simples croyances ne peuvent appréhender74 ».

  • 75 Heaney, “Something to Protect”.
  • 76 Heaney, “The Impact of Translation”, The Government of the Tongue, 42.
  • 77 Heaney, “Faith, Hope and Poetry”, 218.

22En réussissant à se détacher de sa culture d’origine et de la tradition littéraire au sein de laquelle il a grandi, Heaney est parvenu à maintenir une distance nécessaire grâce à laquelle la poésie en soi devient une forme subversive puisque, comme il le souligne dans un article sur Nikolay Zabolotsky, elle résiste naturellement aux conventions et aux dogmes75. En écoutant les voix venues de l’autre extrémité de l’Europe, Heaney a échappé au piège d’une approche de la lecture conventionnelle et convenue en portant son regard au-delà de l’héritage classique européen qui influence et infléchit encore le discours critique de la plupart des penseurs d’Europe de l’Ouest, y compris ceux qui s’estimaient pourtant modernes (Joyce, Eliot, etc.). L’anglais était en quelque sorte « un toit76 » qu’il fallait soulever pour permettre à la langue étrangère, à des sons lointains qui sont finalement devenus aussi familiers que les sons domestiques, de se faire entendre. Au contact de la littérature d’Europe de l’Est, Heaney sera en fait parvenu à échapper à la pensée critique irlandaise et britannique dans tout ce qu’elle a d’insulaire, à dépasser Eliot et Yeats77, à écouter les voix qui s’élevaient au-delà du Pale, dit-il, au-delà des contrées occidentales de l’Europe, des voix qui l’ont initié à un discours sur la poésie différent, à une autre manière de penser la critique.

  • 78 Heaney, “Nero, Chekhov’s Cognac and a Knocker”, The Government of the Tongue, xix.
  • 79 Heaney, “Joseph Brodsky 1940-1996”, Finders Keepers, 404.
  • 80 O’Driscoll, op. cit., 297.
  • 81 Heaney, “Foreword”, Preoccupations.

23Heaney a écouté ces voix attentivement et avec enthousiasme, mais jamais de manière obsessionnelle ou béate, conscient que l’idolâtrie ou un comportement servile non seulement le conduiraient dans une impasse, mais finiraient également par l’éloigner de sa propre culture. La lecture de poètes tels que Mandelstam et Brodsky l’a encouragé à être complètement lui-même78, à ne jamais faire rimer « heard » avec « herd », comme il le dit avec humour dans son hommage posthume à Joseph Brodsky79. Heaney affirme en effet qu’il ne s’est jamais laissé leurrer par son admiration pour les poètes d’Europe de l’Est et envisage leurs écrits à la fois comme un « vade mecum » et comme un « viaticum80 », c’est-à-dire à la fois comme un aide-mémoire et comme une compagnie. Il s’agit en quelque sorte de compagnons de route avec lesquels il peut rompre le pain comme il se proposait de le faire dans l’avant-propos de Preoccupations81. Il parvient ainsi à incorporer les exigences posées par les textes passés et la pensée de ses prédécesseurs à un discours critique qui lui est propre puisque la relation qu’il établit avec eux est une relation d’égal à égal et non celle d’un disciple.

  • 82 Heaney, “The Fully Exposed Poem”, The Government of the Tongue, 48.
  • 83 Heaney, “Counting to a Hundred”, The Redress of Poetry, 175-178.

24Une telle attitude lui permet tout d’abord d’élargir ses perspectives critiques en lui enjoignant de lire au-delà des mots sur la page, comme il le précise à propos de la poésie de Herbert82. Dans un second temps, cela lui apprend à concentrer son regard, à observer le grain du poème dans ses moindres détails et à en écouter le plus léger bruissement, à la manière de Herbert encore, ou comme le fait Elizabeth Bishop dans un poème tel que « Sandpiper » à propos duquel Heaney a d’ailleurs écrit un de ses passages en prose les plus remarquables83.

  • 84 Voir Dawe, op. cit., 43-44.

25D’est en Ouest, la route s’étendait devant lui comme une invitation au voyage, mais il s’agissait d’un itinéraire tangent et non d’une ligne droite. À ceux qui, parfois, suggèrent qu’il aurait dû se tourner vers des horizons plus proches, vers des cultures plus familières – l’Espagne ou l’Italie par exemple84 – il convient de rappeler que son choix, plus artistique que politique, l’a tout naturellement conduit sur le chemin de Varsovie et de Moscou.

  • 85 Heaney, “The Impact of Translation”, The Government of the Tongue, 40-41.
  • 86 Voir The Government of the Tongue, “The Placeless Heaven: Another Look at Kavanagh”, 3- (...)
  • 87 Heaney, “The Government of the Tongue”, 100-101.
  • 88 Heaney, “Joy or Night: Last Things in the Poetry of W. B. Yeats and Philip Larkin”, The Redre (...)
  • 89 Ibid., 146-147.

26L’expérience dans laquelle il nous entraîne confirme l’argument qu’il avance à propos de la poésie de Christopher Reid, lorsqu’il affirme que le chemin le plus court pour aller Dublin pourrait bien passer « par Varsovie ou par Prague85 ». Dans le même paragraphe, il rappelle également que pour Stephen Dedalus « le chemin le plus court pour Tara passe par Holyhead ». Cela semble se vérifier dans le cas de Heaney puisqu’en franchissant les limites rassurantes mais contraignantes de la pensée irlandaise et anglo-saxonne, en regardant vers l’Est, Heaney a appris à poser un regard distancié sur son héritage culturel et littéraire. Ce faisant, il a dégagé de nouvelles perspectives qui ont nourri son approche de la poésie de certains poètes américains, britanniques ou irlandais tels que Elizabeth Bishop, Sylvia Plath, W. H. Auden, W. B. Yeats, et qui lui ont même permis de revenir sur certaines observations formulées dans des écrits antérieurs, à propos de la poésie de Patrick Kavanagh notamment86. Lorsqu’il commente le poème de Miroslav Holub « A Knocker87 », par exemple, il annonce la lecture profondément originale et stimulante qu’il fera de la poésie d’Elizabeth Bishop six ans plus tard dans l’article intitulé « Counting to a Hundred ». De manière similaire, les poèmes ou les passages en prose de certains poètes d’Europe de l’Est servent souvent de point de départ à l’analyse de textes écrits par des poètes plus familiers aux lecteurs de langue anglaise, comme dans l’article « Joy or Night », publié en 1990, dans lequel Heaney se sert d’un poème de Holub pour souligner le contraste qui existe entre la poésie de W. B. Yeats et celle de Philip Larkin en terme de potentiel visionnaire88. À cet égard, le poème de Holub s’offre comme une représentation allégorique des modes poétiques divergents adoptés par les deux poètes anglophones89.

  • 90 Heaney, “Atlas of Civilization”, The Government of the Tongue, 55.
  • 91 Contrairement à ce que Gerald Dawe affirme dans Dawe, op. cit., 46.

27Ce que Heaney est parvenu à faire, en fait, c’est à « tracer la perpendiculaire, l’axe sacré qui relie l’Est à l’Ouest90 ». Cette perpendiculaire l’a finalement ramené vers la littérature irlandaise, qui lui est alors apparue sous un angle différent. Sans jamais tenter d’imiter les poètes de l’Est et sans les idéaliser non plus91, Heaney a simplement élaboré une façon originale de lire et d’écouter la poésie qui lui a permis de se construire et d’évoluer en tant que poète et en tant que lecteur de poésie. Il ne s’agit cependant pas d’un processus accompli car, finalement, en élargissant son horizon critique de manière considérable, Heaney a non seulement soulevé plus de questions qu’il n’a trouvé de réponses, mais il est également parvenu à ouvrir des perspectives nouvelles, un nouvel horizon, au discours critique anglophone.

Haut de page

Bibliographie

BARON Michael, “Heaney and the Functions of Prose”, in BLAND CROWDER Ashby et Jason David HALL (Dir.), Seamus Heaney: Poet, Critic and Translator, Basingstoke : Palgrave Macmillan, 2007, 74-91.

BRANDES Rand, “Seamus Heaney, an Interview”, in Salmagundi, 80 (1988), 5-21.

BROWN John, In the Chair: Interviews with Poets from the North of Ireland, Irlande : Salmon Pub., 2002.

CAVANAGH Michael, Professing Poetry: Seamus Heaney’s Poetics, Washington D. C: CUA Press, 2009.

HEANEY Seamus, “Brodsky’s Nobel: what the applause was about”, in The New York Times, 08/11/1987.

HEANEY Seamus, “Current Unstated Assumptions about Poetry”, in Critical Inquiry, 7:4 (été 1981), 645-651.

HEANEY Seamus, Crediting Poetry, Oldcastle, Irlande : Gallery Books, 1995.

HEANEY Seamus, “Envies and Identifications: Dante and the Modern Poet”, in Irish University Review, 15:1 (1985), 5-19.

HEANEY Seamus, Field Work, Londres : Faber, 1979.

HEANEY Seamus, Finders Keepers, Londres : Faber, 2002.

HEANEY Seamus, North, Londres : Faber, 1975.

HEANEY Seamus, “Poetry’s Power Against Intolerance”, in The New York Times, 26/08/2001, 13.

HEANEY Seamus, Preoccupations, Londres : Faber, 1980.

HEANEY Seamus, “Something to Protect”, in Parnassus: Poetry in Review, 25:1-2 (2001), 308-321.

HEANEY Seamus, The Government of the Tongue, Londres : Faber, 1988.

HEANEY Seamus, The Redress of Poetry, Londres : Faber, 1995.

HEANEY Seamus et Robert HASS, “Robert Hass and Seamus Heaney”, in Partisan Review, 66:1 (1999), 39-48.

KINAHAN Franck, “An Interview with Seamus Heaney”, in Critical Inquiry, 8:3 (1982), 405-414.

MANDELSTAM Osip, De la poésie, Paris : Gallimard, 1990.

MANDELSTAM Osip, Entretien sur Dante, Genève: La Dogana, 2002.

MANDELSTAM Osip, Le bruit du temps, Paris : Bourgeois, 2006.

MANDELSTAM Osip, The Complete Critical Prose and Letters/ Mandelstam, Ann Arbor : Ardis, 1979.

McNAMARA Tom, “10 Quick Questions for Seamus Heaney”, in The Prague Post, 12 Juin 2002.

O’DRISCOLL Dennis, Stepping Stones: Interviews with Seamus Heaney, Londres : Faber, 2008.

SOLZHENITSYN Aleksandr, Le premier cercle, Paris : R. Laffont, 1970.

Haut de page

Notes

1 Dennis O’Driscoll, Stepping Stones: Interviews with Seamus Heaney, London: Faber, 2008, 299.

2 Ibidem, 308.

3 Ibid., 114.

4 Voir Tom McNamara, “10 Quick Questions for Seamus Heaney”, The Prague Post, 12 June 2002.

5 Voir Rand Brandes, “Seamus Heaney, an Interview”, Salmagundi, 80 (1988), 10.

6 Ibid. Notre traduction, comme toutes les citations dans cet article.

7 Frank Kinahan, “An Interview with Seamus Heaney”, Critical Inquiry, 8:3 (1982), 409.

8 Seamus Heaney, “The Impact of Translation”, The Government of the Tongue, London: Faber, 1988, 38.

9 O’Driscoll, op. cit., 114-115.

10 Ibid., 299.

11 Heaney souligne l’importance des textes critiques de Milosz auxquels il reconnaît une influence encore plus grande qu’à la poésie. Voir O’Driscoll, op. cit., 301.

12 Brandes, op.cit., 9-10.

13 Seamus Heaney, “The Redress of Poetry”, The Redress of Poetry, London: Faber, 1995, 1-16.

14 Seamus Heaney, “Frontiers of writing”, The Redress of Poetry, 186-203.

15 Seamus Heaney, “Current Unstated Assumptions about Poetry”, Critical Inquiry, 7:4 (Summer 1981), 650.

16 O’Driscoll, op. cit., 174-175.

17 Seamus Heaney, “Brodsky’s Nobel: what the applause was about”, The New York Times, 08/11/1987.

18 Seamus Heaney, “Secular and Millennial Milosz”, Finders Keepers, London: Faber, 2002, 410-411.

19 Seamus Heaney, “Osip and Nadezhda Mandelstam”, The Government of the Tongue, 76-77.

20 See Heaney about Mandelstam in O’Driscoll, op. cit., 175.

21 Seamus Heaney, “Counting to a Hundred”, The Redress of Poetry, 164-185.

22 Seamus Heaney, “Atlas of Civilisation”, The Government of the Tongue, 64.

23 Seamus Heaney, “Sounding Auden”, The Government of the Tongue, 109-128.

24 Heaney, “Osip and Nadezhda Mandelstam”, The Government of the Tongue, 77.

25 Seamus Heaney, “Something to Protect”, Parnassus: Poetry in Review, 25:1-2 (2001), 308-321.

26 Heaney, “The Impact of Translation”, The Government of the Tongue, 39.

27 Seamus Heaney, North, London: Faber, 1975, 67 pages.

28 Seamus Heaney, Field Work, London: Faber, 1979, 64 pages.

29 Seamus Heaney, “Belfast: 2. Christmas 1971”, Preoccupations, London: Faber, 1980, 30-33.

30 Brandes, op. cit., 10.

31 Seamus Heaney, “Orpheus in Ireland: On Brian Merriman’s The Midnight Court”, The Redress of Poetry, 38.

32 Seamus Heaney, “The Fully Exposed Poem”, The Government of the Tongue, 45-46. Voir également Heaney, “Secular and Millennial Milosz”, ibid., 415.

33 Brandes, op. cit., 10.

34 Voir notamment Seamus Heaney, “The Government of the Tongue”, The Government of the Tongue, 91 et “Lowell’s Command”, id., 134 & 139.

35 John Brown, In the Chair: Interviews with Poets from the North of Ireland, Eire: Salmon Pub., 2002, 6.

36 Seamus Heaney, “Nero, Chekhov’s Cognac and a Knocker”, The Government of the Tongue, xi-xxiii.

37 Seamus Heaney, “Extending the Alphabet”, The Redress of Poetry, 24.

38 Seamus Heaney, “Poetry’s Power Against Intolerance”, The New York Times, 26/08/2001, 13.

39 Seamus Heaney, “Faith, Hope and Poetry”, Preoccupations, 218-219.

40 Heaney, “The Government of the Tongue”, 91-108.

41 Heaney, “Current Unstated Assumptions about Poetry”, 650.

42 Seamus Heaney and Robert Hass, “Robert Hass and Seamus Heaney”, Partisan Review, 66:1 (1999), 44.

43 O’Driscoll, op. cit., 304.

44 Aleksandr Solzhenitsyn, Le premier cercle, Paris : R. Laffont, 1970, 576 pages.

45 Seamus Heaney, “Feeling into Words”, Preoccupations, 43.

46 Seamus Heaney, “Brodsky’s Nobel: what the applause was about”.

47 Id.

48 Seamus Heaney, “Envies and Identifications: Dante and the Modern Poet”, Irish University Review, 15:1 (1985), 5-19.

49 O’Driscoll, op. cit., 174-175.

50 Heaney, “The Government of the Tongue”, 95-96.

51 Seamus Heaney, “A Torchlight Procession of One : On Hugh MacDiarmid”, The Redress of Poetry, 103-123.

52 Seamus Heaney, “The Indefatigable Hoof-taps : Sylvia Plath”, The Government of the Tongue, 148-170.

53 Michael Baron, “Heaney and the Functions of Prose”, Seamus Heaney : Poet, Critic and Translator, Ashby Bland Crowder et Jason David Hall (ed.), Basingstoke : Palgrave Macmillan, 2007, 74-91.

54 Osip Mandelstam, Entretien sur Dante, Genève: La Dogana, 2002, 91 pages.

55 Osip Mandelstam, Le bruit du temps, Paris : Bourgeois, 2006, 156 pages.

56 Osip Mandelstam, De la poésie, Paris : Gallimard, 1990, 166 pages.

57 See Heaney, “Sounding Auden”, The Government of the Tongue, 109-128.

58 See Seamus Heaney, “The Indefatigable Hoof-taps: Sylvia Plath”, The Government of the Tongue, 148-170. See also Seamus Heaney, The Redress of Poetry, “Counting to a Hundred”.

59 Seamus Heaney, “Brodsky’s Nobel: what the applause was about”.

60 S. Heaney, Crediting Poetry, Oldcastle, Ireland: Gallery Books, 1995, 28.

61 Kinahan, op. cit., 413.

62 S. Heaney, “The Government of the Tongue”, 98.

63 O’Driscoll, op. cit., 174.

64 Voir, par exemple, le passage cité par Heaney dans lequel le poème devient un bateau égyptien. Heaney, “Current Unstated Assumptions about Poetry”, 651.

65 Osip Mandelstam, The Complete Critical Prose and Letters/ Mandelstam, Ann Arbor: Ardis, 1979, 725 pages.

66 S. Heaney, “Osip and Nadezhda Mandelstam”, The Government of the Tongue, 85.

67 Heaney, “Faith, Hope and Poetry”, Preoccupation, 217-218.

68 Heaney, “The Impact of Translation”, The Government of the Tongue, 37.

69 Heaney, “Sounding Auden”, The Government of the Tongue, 121.

70 Heaney, “The Government of the Tongue”, 105-106.

71 Heaney, “The Impact of Translation”, The Government of the Tongue, 40.

72 Heaney, “Atlas of Civilization”, The Government of the Tongue, 55.

73 Heaney, “Joseph Brodsky 1940-1996”, Finders Keepers, 403.

74 Michael Cavanagh, Professing Poetry: Seamus Heaney’s Poetics, Washington D. C: CUA Press, 2009, 189.

75 Heaney, “Something to Protect”.

76 Heaney, “The Impact of Translation”, The Government of the Tongue, 42.

77 Heaney, “Faith, Hope and Poetry”, 218.

78 Heaney, “Nero, Chekhov’s Cognac and a Knocker”, The Government of the Tongue, xix.

79 Heaney, “Joseph Brodsky 1940-1996”, Finders Keepers, 404.

80 O’Driscoll, op. cit., 297.

81 Heaney, “Foreword”, Preoccupations.

82 Heaney, “The Fully Exposed Poem”, The Government of the Tongue, 48.

83 Heaney, “Counting to a Hundred”, The Redress of Poetry, 175-178.

84 Voir Dawe, op. cit., 43-44.

85 Heaney, “The Impact of Translation”, The Government of the Tongue, 40-41.

86 Voir The Government of the Tongue, “The Placeless Heaven: Another Look at Kavanagh”, 3-14 ou “The Indefatigable Hoof-taps: Sylvia Plath”. Voir également Seamus Heaney, The Redress of Poetry, “Counting to a Hundred”.

87 Heaney, “The Government of the Tongue”, 100-101.

88 Heaney, “Joy or Night: Last Things in the Poetry of W. B. Yeats and Philip Larkin”, The Redress of Poetry, 146-163.

89 Ibid., 146-147.

90 Heaney, “Atlas of Civilization”, The Government of the Tongue, 55.

91 Contrairement à ce que Gerald Dawe affirme dans Dawe, op. cit., 46.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Franck Miroux, « Heaney à l’écoute de l’Est : Nouveaux horizons critiques », Revue LISA/LISA e-journal [En ligne], vol. XII-n° 4 | 2014, mis en ligne le 17 juin 2014, consulté le 16 octobre 2017. URL : http://lisa.revues.org/6101 ; DOI : 10.4000/lisa.6101

Haut de page

Auteur

Franck Miroux

Université de Pau , France. Professeur certifié d’anglais et titulaire d’un poste PRCE à l’université de Pau et des Pays de l’Adour (département LEA) depuis 2007, Franck Miroux est traducteur professionnel ainsi que traducteur et interprète assermenté expert près la Cour d’Appel de Pau. Il travaille également sur les écrits critiques du poète nord irlandais Seamus Heaney.

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la Revue LISA / LISA e-journal sont mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Revues.org