Navigation – Plan du site
Présentation

Introduction

Introduction
Marcin Stawiarski
p. 1-12

Notes de la rédaction

Marcin Stawiarski est maître de conférences à l’Université de Caen Basse-Normandie (ERIBIA, EA 2610). Son domaine de spécialité concerne l’inscription de la musique en littérature et tout particulièrement la question de la temporalité en musique et en littérature. Il a publié plusieurs articles en rapport avec l’œuvre de Gabriel Josipovici : « Rien que des seuils : réflexion sur l’esthétique de l’interstice dans les œuvres de Gabriel Josipovici » (Conserveries Mémorielles, n°7, 2010) ; « Lorsque la redite ne redit rien : autour de la dynamique musico-littéraire de la répétition dans l’œuvre de Gabriel Josipovici » (La Littérature dépliée. Reprise, répétition, réécriture, PU de Rennes, 2008) ; « Les épreuves de la marche : une lecture de Gabriel Josipovici » (Temporel, n°3, 2007) ; « Les temps discontinus : musique et roman » (Temps, rythmes, mesures. Figures du temps dans les sciences et les arts, Hermann, 2012) ; « Writing Through: Gabriel Josipovici’s The Big Glass and the Idea of Intermediacy in the Process of Rewriting » (Rewriting/Reprising in Literature: The Paradoxes of Intertextuality, Cambridge Scholars Publishing, 2009). Sa dernière contribution au sujet de Josipovici s’intitule « À la limite du pays fertile : l’intermédialité dans l’œuvre de Gabriel Josipovici » (Journées d’études Texte/Image « Autour du Tiers Pictural : Thanks to Liliane Louvel », Université de Poitiers, 15-16 juin 2012).

Texte intégral

  • 1 Gabriel Josipovici, Migrations, Hassocks: Harvester Press, 1977, 231.

Where am I now? Speaking these words? Enunciating these words? What space do I occupy? 1

1Ces paroles tirées de Migrations de Gabriel Josipovici nous ancrent d’entrée de jeu dans les interrogations ontologiques et herméneutiques que propose de soulever ce numéro de la Revue LISA/LISA e-journal qui porte sur l’œuvre de cet écrivain britannique contemporain.

  • 2 Gabriel Josipovici, Goldberg: Variations, Manchester: Carcanet Press, 2002.

2Il y a une dizaine d’années, alors que sortait Goldberg: Variations2, j’étudiais les relations entre la musique et la littérature, et je découvrais ce roman qui m’a permis de m’intéresser à la fiction de Josipovici. Je me souviens très bien d’avoir été passionné par ce livre extraordinaire que je relis toujours avec autant de plaisir. Je me rappelle aussi m’être procuré, peu de temps après, le roman Migrations, publié une vingtaine d’années plus tôt. C’est en lisant ce dernier que j’ai su que quelque chose m’attirait irrésistiblement chez cet écrivain, quelque chose que je ne savais pas très bien m’expliquer : les thématiques abordées, sans doute ; certainement, simplement, l’écriture, la parole, la voix du texte.

3La spécificité de la narration dans la fiction de Josipovici – à travers les reprises, les boucles et les répétitions – produisait alors sur moi des effets semblables à ceux de certaines œuvres de musique contemporaine. Je n’avais pas besoin d’aller plus loin, de chercher des significations particulières au-delà de la lecture, car celles qui étaient là s’imposaient d’elles-mêmes en tant qu’une présence s’offrant à moi. Je ne voulais pas qu’on me raconte une énième histoire à dénouement inévitable. Je retiens rarement les histoires que l’on me raconte, j’en perds constamment les fils et m’ennuie terriblement lorsqu’on m’impose une suite logique, continue et prévisible. Dans les romans de Josipovici, je n’avais pas besoin de suivre une histoire d’un bout à l’autre ; je vivais une expérience à la fois esthétique et fictionnelle, et l’appréciais en tant que telle. Je ne savais pas vraiment si c’était uniquement cette expérience du langage qui me fascinait. Je ne le sais pas davantage aujourd’hui, malgré des années de lecture assidue. Mais je sais que la lecture et la relecture de Josipovici me permettent de vivre à chaque fois une expérience unique et singulière.

4J’ai tenté à plusieurs reprises de mettre cette passion sur papier, en proposant des analyses des œuvres de Josipovici. Comme dans toute critique, cette tâche ne cesse jamais, car de nouveaux horizons s’ouvrent à l’instant même où l’on croit pouvoir fixer un sens. C’est précisément l’objectif que se donne ce numéro de la Revue LISA/LISA e-journal – à la fois faire découvrir cet auteur encore méconnu, et proposer une première collection d’approches critiques réunissant divers horizons d’étude qui ouvrent sur la réflexion autour de l’œuvre de Josipovici.

5Car, bien que peu étudiée, force est de constater que son œuvre est extrêmement prolifique : près de vingt romans, des recueils de nouvelles et une dizaine de recueils d’essais et d’articles critiques portant sur l’art et sur la littérature. On peut y ajouter des pièces de théâtre qui ont été lues à la radio en Grande-Bretagne ainsi que des éditions critiques des œuvres de Franz Kafka, de Samuel Beckett ou de Maurice Blanchot.

  • 3 Monika Fludernik, Echoes and Mirrorings: Gabriel Josipovici’s Creative Oeuvre, Frankfurt a. M.: Pet (...)

6Jusqu’ici, l’auteur a fait l’objet d’une seule monographie critique, celle de Monika Fludernik3, qui constitue une contribution critique intéressante et propose une bibliographie assez exhaustive des publications de l’écrivain. Toutefois, si on peut trouver des comptes rendus et des articles individuels qui ont déjà été publiés sur son œuvre, la critique de Josipovici en est encore à ses débuts. Il paraît donc extrêmement intéressant de proposer cette collection d’essais et de tenter de cerner davantage l’œuvre de cet auteur.

  • 4 « […] all my ancestors were Jews », Gabriel Josipovici, « This is Not Your Rest », in Gabriel Josip (...)
  • 5 Voir la biographie de la mère de l’auteur, Sacha Rabinovitch, in Gabriel Josipovici, A Life, London (...)

7Gabriel Josipovici est né en France, à Nice, en 1940. Il a vécu les années de guerre en France, puis il a émigré en Égypte où il est resté de 1945 à 1956. Accompagné par sa mère, il s’est installé au Royaume-Uni. Après ses études à Oxford, l’auteur a enseigné à l’Université de Sussex de 1963 à 1998. Il est issu d’une famille juive – « tous mes ancêtres étaient Juifs », écrit-il dans un récent essai4. Cette enfance marquée par la migration ainsi que les thématiques juives forment le soubassement de plusieurs articles proposés dans ce numéro5. Les plus évidents semblent être le thème de la migration et celui du déracinement et de non appartenance, mais il y a aussi la spécificité de la narration – répétitive, non linéaire, non téléologique – qui convoque ces thématiques de manière plus abstraite et structurelle.

8Ce sont peut-être ces thèmes et ces traits d’écriture singuliers qui ont valu à Josipovici une relative marginalisation dans le domaine du roman contemporain britannique et européen. Plusieurs auteurs de ce numéro portent leur attention sur l’impopularité et la marginalité dont souffre l’œuvre de cet écrivain et tentent d’en élucider la raison. Certains l’attribuent, justement, à la difficulté de lecture qui peut découler de ces techniques narratives fréquemment taxées d’expérimentalisme.

  • 6 Gabriel Josipovici, Moo Pak, Manchester: Carcanet Press, 1994, 121.

9« What I am after […] is a work which tries to be generous to all contradictions, to place them against each other and let the reader decide […]. And how many readers are prepared to do that? How many are willing to forgo the comfort of clear views […]? »6. Comment appréhender les paradoxes et les contradictions de l’écriture qui se jouent ainsi dans Moo Pak ? Les deux premiers articles de ce numéro interrogent la production du sens et constituent une introduction à la fiction et à l’œuvre critique de Josipovici, nous offrant une lecture des traits notables et des problématiques centrales chez Josipovici, tout en réévaluant la position de l’auteur sur la scène littéraire d’aujourd’hui.

10Vesna Main recourt à la notion de « grammaire narrative », au sens d’une convention d’écriture, pour arguer que Josipovici va bien au-delà du cadre habituel de la narration et écrit au-delà de cette grammaire. Examinant la notion de créativité – le besoin d’écrire et de créer – Main constate que ce besoin est intimement lié à la notion fondatrice du modernisme qu’est le « désenchantement » du monde. Si la créativité se situe du côté du doute, le versant réaliste du roman contemporain britannique se trouve du côté de la certitude que Josipovici cherche à révoquer.

11C’est à ce rejet du réalisme que Main impute le statut marginal de l’auteur. Main démontre qu’en prenant le contre-pied du réalisme, Josipovici ne se désintéresse pas des questions sociétales, mais il le fait de manière plus subtile. Pour Main, la créativité chez Josipovici est d’abord et avant tout un processus et non pas un but en soi. De cette manière, c’est l’écriture elle-même, ainsi que ses aléas, ses échecs, ses hasards plutôt que l’achèvement, qui trouvent à s’actualiser dans l’œuvre de Josipovici. Dès lors, on aboutit à des incertitudes ontologiques qui sont en partie tributaires de la construction du personnage chez Josipovici : cet être livresque errant, déraciné, solipsiste, qui n’appartient nulle part et qui s’allie aux préoccupations modernistes, outrepassant, en quelque sorte, le postmodernisme.

12Considérant le roman Moo Pak, Main met en exergue les enjeux de la représentation de l’écriture, tout en soulevant des interrogations plus générales, comme celle du statut du roman contemporain en Grande-Bretagne, rendant manifestes les paradoxes de son homogénéité, de sa commercialisation et du moralisme conservateur que les textes de Josipovici ne cessent de déjouer.

13Werner Wolf propose d’aborder l’œuvre de Josipovici par le biais de la notion de « négativité transcendantale », à savoir le regard sceptique porté sur le sens, le doute, l’instabilité du sens, mais aussi, concomitamment, le dépassement de ce doute. Wolf souligne, lui aussi, le statut marginal de l’auteur, en suggérant que ce qui peut rebuter le lecteur, c’est surtout la tournure expérimentale que prennent ses œuvres. Puisque la notion d’expérimentalisme n’est guère appréciée par Josipovici, Wolf la redéfinit de manière plus abstraite comme la rupture avec le raconter réaliste, mimétique et illusionniste. Envisagé sous cet angle, l’expérimentalisme est considéré comme faisant pleinement partie de l’œuvre de Josipovici, mais il ne s’agit aucunement d’un aspect purement postmoderniste.

14Wolf étudie les nouvelles de l’écrivain. En s’intéressant à des textes brefs, il met en relief la notion de doute épistémologique et insiste sur le thème récurrent de l’inaccessibilité de la connaissance et de la vérité. Ce qu’il nomme négativité transcendantale consiste à reconnaître les limites de la fiction, tout en convoquant une profondeur autre. Wolf fait de ce dépassement de la négativité le propre de la singularité de l’auteur.

15Envisageant la nouvelle comme le haut lieu du minimalisme, Wolf cherche à tirer au clair la narration caractérisée par l’absence de téléologie ou de visée, la forte répétitivité, la musicalité de la langue obtenue grâce au travail motivique de blocs de récits ainsi que les brouillages entre le réel et la fiction, comme dans la technique de la métalepse. L’autoréflexivité et la métafictionnalité constituent une interrogation de la possibilité même d’écrire. Ces caractéristiques rendent le cadre narratif instable, voire contradictoire. Si la contradiction et le paradoxe sapent la stabilité et la crédibilité du récit, la capacité de la langue de faire surgir un sens est remise en question. La dénudation de la fictionnalité elle-même par le jeu ou par la métaréférence dévoilent une poétique anti-illusionniste et anti-mimétique.

16La dimension antiréaliste est ainsi mise en évidence par Main et par Wolf ; elle sera également abordée par Günther Jarfe, par Dominique Pernot et par Mário Semião. La générosité accordée aux contradictions et à l’incertitude dont parle le narrateur de Moo Pak vient ainsi teinter l’œuvre de Josipovici de questionnements portant sur la production du sens et sur l’herméneutique, et nous permet de mieux saisir les enjeux du lectorat de Josipovici.

  • 7 Gabriel Josipovici, « Writing, Reading and the Study of Literature », New Literary History, vol. 21 (...)

« I start then not with an idea but with a need. Not the idea of literature but the need to write. For me this need to write is an imperative which cannot and does not have to be explained »7.

  • 8 Gabriel Josipovici, The World and the Book: A Study of Modern Fiction, Stanford, CA: Stanford UP, 1 (...)
  • 9 Gabriel Josipovici, Text and Voice: Essays 1981-1991, Manchester: Carcanet Press, 1992.
  • 10 Gabriel Josipovici, On Trust: Art and the Temptations of Suspicion, New Haven, CT/London: Yale UP, (...)

17Ce besoin impérieux nous plonge d’emblée dans la question du statut de la fiction, celle de la condition de l’écrivain et celle de la littérarité qui jouent un rôle crucial dans l’œuvre de Josipovici. L’écrivain interroge la présence auctoriale dans ses essais, comme The World and the Book8, Text and Voice9 ou On Trust10. Il y soulève également, plus indirectement, des questions liées au rôle et à la nature de la narration et du lecteur. Dans la deuxième partie de cette collection, l’accent est porté sur ce questionnement de la spécificité du récit chez Josipovici et celui du statut de la fiction, de l’auteur et du lecteur.

  • 11 Gabriel Josipovici, The Book of God: A Response to the Bible, New Haven, CT/London: Yale UP, 1988.

18Étudiant les relations de la Bible et de la littérature, Alexandra Ivanovitch se penche sur les passerelles que l’on peut jeter entre la lecture littéraire et la lecture biblique. Centré sur The Book of God11 de Josipovici, cet article interroge les différences de régime entre la Bible et la littérature, tout en méditant sur la manière dont on peut lire la Bible comme un texte littéraire. Les questions herméneutiques – celles de vérité, d’autorité ou d’interprétation – s’avèrent tout aussi opérantes dans les deux types de textes, dans la mesure où l’interprétation du texte littéraire partage des points communs avec l’exégèse biblique. Ivanovitch rend ainsi hommage à The Book of God de Josipovici et propose un éclairage sur le comparatisme biblique, tout en soulevant des questions herméneutiques. Grâce à cette réflexion sur les parallèles entre Bible et littérature, on est de plain-pied dans l’interrogation du statut de narration en général.

19À son tour, Marcin Stawiarski propose d’interroger la narration chez Josipovici par le biais de la notion de l’ordinaire, conçue à la fois comme thème et comme source de structures de récit. Son article examine les caractéristiques notables de la représentation du langage ordinaire, telles que la redondance, l’évidence, l’agonistique ou l’incomplétude. Aussi, il soutient que l’ordinaire est au fondement de la spécificité du récit chez Josipovici. Grâce à la notion du « réajustement continu », définie comme l’assimilation quotidienne de l’étranger au sein du familier, l’ordinaire est considéré comme le moteur essentiel des principes de reprise, de variation et d’inchoation continue. L’ordinaire est aussi intimement lié à la créativité et à la représentation de l’art dans la fiction de Josipovici. Si le quotidien est au centre des préoccupations de l’écrivain, c’est grâce à l’ordinaire, justement, que l’on est amené à concevoir la banalité – y compris celle de/dans l’art – à la fois dans une dynamique de prise de distance et d’acceptation, comme une forme de satire-éloge, de réfutation et de tolérance à la fois.

  • 12 Gabriel Josipovici, « Music and Literary Form », Contemporary Music Review, vol. 5, 1989, 75.
  • 13 Gabriel Josipovici, The Big Glass, Manchester: Carcanet Press, 1991.
  • 14 Gabriel Josipovici, Contre-Jour: A Triptych after Pierre Bonnard, Manchester: Carcanet Press, 1986.
  • 15 Gabriel Josipovici, Goldberg: Variations, Manchester: Carcanet Press, 2002.
  • 16 Gabriel Josipovici, Infinity: The Story of a Moment, Manchester: Carcanet Press, 2012.
  • 17 Gabriel Josipovici, « In Time: Rembrandt’s Self-Portraits », in Gabriel Josipovici, The Singer on t (...)
  • 18 Gabriel Josipovici, « The Room (2) », in Gabriel Josipovici, Touch, New Haven, CT/London: Yale UP, (...)
  • 19 Gabriel Josipovici, « First Steps », in Gabriel Josipovici, Touch, opcit., 102-107.
  • 20 Gabriel Josipovici, « Andrzej Jackowski: Reveries of Dispossession », in Gabriel Josipovici, The Si (...)
  • 21 Gabriel Josipovici, « The Rake’s Progress », in Gabriel Josipovici, The Lessons of Modernism and O (...)
  • 22 Gabriel Josipovici, « The Importance of Stockhausen’s Inori », in Gabriel Josipovici, The Lessons (...)

20« I have often wondered why music and painting have played such an important role in helping me to find the forms and voices I wanted »12. Plusieurs essais dans ce numéro sont consacrés à la représentation de l’art chez Josipovici. Certains sont liés à la peinture, d’autres à la musique. L’œuvre de cet écrivain manifeste de manière évidente des liens avec d’autres arts, qu’il s’agisse du pictural (The Big Glass13 ou Contre-Jour14) ou du musical (Goldberg: Variations15 ou The Infinity16). L’écrivain s’intéresse également à l’art dans ses essais où l’on trouvera des analyses des tableaux de Rembrandt17, de Jean-Baptiste Chardin18, de Pablo Picasso19 ou d’Andrzej Jackowski20, ainsi que des commentaires sur la musique d’un Stravinski21 ou d’un Stockhausen22. Tant en raison de la richesse du regard critique porté par Josipovici sur l’art qu’en raison de la présence incontestable de l’intermédialité dans ses œuvres, ce numéro se propose d’investiguer certaines de ces passerelles intersémiotiques.

21Le concept d’intermédialité trouve pleinement sa légitimité dans l’examen général de la création chez Josipovici. Victoria Best se penche sur l’idée de la créativité, en examinant ses manifestations et ses implications. Elle convoque les jeux entre la fiction et le réel que la représentation de la créativité entraîne. Celle-ci est envisagée par le biais de la notion de « désenchantement » moderniste et celle de « migration » liée au déracinement. L’artiste est figuré dans la dynamique de la mise en doute constante — donc de l’incertitude incessante – et il s’inscrit en porte-à-faux avec son monde.

22Établissant des liens entre l’œuvre et la vie de l’auteur – notamment sa relation privilégiée à la mère – Best ancre l’écriture dans la souffrance, dans l’espace clos et confiné de la solitude. Best souligne ainsi l’échec du sens qui refuse de surgir dans l’acte créatif. En se penchant sur la représentation de la création dans Contre-Jour, elle rend manifeste la dynamique sémiotique consistant à subvertir le mythe de la révélation et de la clôture (disclosure and closure).

23L’idée de créativité trouve un écho particulièrement intéressant dans les questions associées aux relations texte/image. En s’intéressant à la manifestation du pictural dans un chapitre de Goldberg: Variations, Liliane Louvel interroge la façon dont la critique visuelle vient en appui de l’analyse littéraire : quels sont les effets produits et qu’est-ce qui conduit le lecteur à reconnaître des formes de picturalité du texte ? En analysant la focalisation et ses incertitudes, Louvel met l’accent sur la tromperie du texte et sur le trompe-l’œil. Le lecteur est amené à penser qu’il y a là description d’une œuvre d’art, et plus spécifiquement celle d’une nature morte. En relevant des indices qui conditionnent la réception picturale du texte, Louvel parle d’un « effet-tableau » et d’allusions picturales. Puis, elle se penche sur la fonction de la picturalité : cette présence intermédiale est bouleversante et contribue à l’hétérogénéité du texte, faisant « objection ». En engageant ainsi une étude de l’inscription de l’intersémioticité chez Josipovici, Louvel propose d’envisager l’art dans le texte comme un miroir critique d’un autre art.

  • 23 Gabriel Josipovici, In the Fertile Land, Manchester/New York: Carcanet, 1987.

24Cette collection d’essais donne aussi la voix à l’intermédialité musico-littéraire qui se trouve abordée dans l’article de Mário Semião, article centré sur l’analyse du recueil de nouvelles In the Fertile Land23. Semião relie l’intermédialité dans cette œuvre de Josipovici à sa métafictionnalité. Il examine la nouvelle « Brothers » et fait le rapprochement avec certains principes compositionnels chez Karlheinz Stockhausen. Au centre de l’analyse, on trouve ici la stratégie narrative de la métalepse – définie comme la violation de niveaux narratifs – ainsi que la reprise, apparentée au principe du mantra, en tant que projection de formules. Autrement dit, on a affaire là à des parallélismes entre techniques musicales et techniques narratives.

  • 24 Gabriel Josipovici, « I Dream of Toys », in Gabriel Josipovici, The Singer on the Shore, op. cit., (...)

25Semião démontre l’intérêt que Josipovici voue à la musique contemporaine et souligne ses liens avec Stockhausen. Pour lui, l’intermédialité et l’expérimentation vont de pair, car les deux notions contribuent à une confluence qui se cristallise dans la fonction autoréflexive. L’article tisse le lien entre la technique de la mise en abyme et l’érosion de la profondeur hermétique chez Josipovici, ce qui n’est pas sans évoquer la prédilection de l’auteur pour la notion d’art comme jeu que Josipovici a maintes fois soulignée24.

  • 25 Gabriel Josipovici, Goldberg: Variations, op.cit., 179.

« Who am I? Where do I come from? Nobody knows. Where am I going? Nobody knows. I am on my way an only the most foolish would pretend that I do not exist »25.

26Que représente cette figure de Wander-Artist dans Goldberg: Variations ? Si Josipovici ne cesse de renvoyer à la création musicale contemporaine, il fait un clin d’œil à la musique baroque et à l’œuvre de J. S. Bach dans ce roman qui soulève des questions de lecture intermédiale musico-littéraire : quels effets sont produits ? quel rôle est joué par la musique ? quelle dynamique lectoriale est créée ? Sans écarter les autres écrits de l’auteur, il nous a paru intéressant d’approfondir l’approche critique intersémiotique par l’analyse de cette œuvre précise en lui consacrant deux essais dans ce numéro.

  • 26 Gabriel Josipovici, Only Joking [2006], London: CB Editions, 2010.
  • 27 Gabriel Josipovici, After and Making Mistakes, Manchester: Carcanet Press, 2009.
  • 28 Gabriel Josipovici, Everything Passes, Manchester: Carcanet Press, 2006.

27Faisant du rejet de la convention réaliste un trait caractéristique de la fiction de Josipovici, Dominique Pernot propose une série de variations sur les romans récents de l’auteur ainsi qu’une mise en perspective du roman Goldberg: Variations. Comme Wolf, Pernot considère la dénudation de la fictionnalité dans la métafiction, dans la légèreté parodique et comique de la farce dans Only Joking26 ou dans l’exhibition de la fausseté de la transparence de la fiction dans After27 (« falsely transparent worlds »). Pernot met en évidence le fossé qui s’étend entre la représentation du réel et la réalité elle-même, ambiguïté qu’il place au centre des préoccupations de Josipovici. Prenant appui sur Everything Passes28, Pernot pointe du doigt l’appareil de la métalepse et démontre que celle-ci conduit à l’incertitude et à l’instabilité de l’univers fictionnel. Pernot souligne la dénudation de l’artifice de la représentation romanesque qui ne cesse de souligner la fragilité de la fiction, renvoyant à son tour à la fragilité de notre propre monde.

28Dans son analyse de Goldberg: Variations, Pernot rend hommage à cette œuvre mystérieuse, en soulignant le brouillage entre plusieurs niveaux narratifs, dus aux métalepses et à l’ambigu rapport entre fiction et histoire. Pour lui, on assiste à une forme de déconstruction de l’illusion référentielle. Ce monde sous rature est aussi une variation sur la voix auctoriale en tant qu’elle constitue une interrogation ontologique sur l’écriture et sur le statut de l’écrivain.

29De son côté, Günther Jarfe analyse plus spécifiquement le chapitre 29 de Goldberg: Variations, en examinant la manière dont ce chapitre parachève le sens du roman, s’alliant aux autres parties, irradiant, convoquant des idées liées à la symbolique de la danse et celle du temps. Sur le fond de l’étude de ce chapitre en particulier, se dessinent en réalité des questions plus vastes, en relation avec l’intermédialité, là encore, car Jarfe confirme le rapport du roman à l’univers de la musique. On a affaire à une forme de musicalisation que Jarfe analyse en bâtissant l’analogie entre ce chapitre et la Variation n°30 chez J. S. Bach et en dégageant les ressemblances entre le texte et la musique.

30Ce sont, en effet, la musique et la danse qui donnent, conjointement, sens à ce point culminant du roman. Autrement dit, si ce chapitre peut paraître mystérieux, Jarfe nous livre un nouvel éclairage en tissant des liens entre plusieurs chapitres, à travers leurs exclusions mutuelles, contradictions et contrastes.

31Les analyses de Goldberg: Variations de Josipovici nous permettent ainsi de mieux comprendre un double enjeu : celui de l’intermédialité musico-littéraire et celui de la spécificité symbolique et narrative chez Josipovici. L’œuvre de Josipovici est traversée de liens intersémiotiques qui ne sont pas toujours évidents à cerner, mais qui questionnent immanquablement le statut de la fiction aujourd’hui.

  • 29 Gabriel Josipovici, « The Lessons of Modernism », in Gabriel Josipovici, The Lessons of Modernism a (...)

32« The need to write and the meaninglessness of all writing is the paradoxical law under which the modern artist seems to operate »29. L’article qui clôt cette collection porte sur l’œuvre critique de Josipovici et sur sa conception du modernisme, nous permettant de mieux saisir l’activité de cet écrivain qui est loin de se cantonner à la fiction.

  • 30 Gabriel Josipovici, What Ever Happened to Modernism?, New Haven, CT/London: Yale UP, 2010.

33C’est dans What Ever Happened to Modernism?30 que Josipovici a exprimé le cœur de sa pensée du modernisme. L’article de Stephen Mitchelmore porte sur ce récent recueil d’essais critiques et vise à évaluer la portée de certains des thèmes qui construisent la spécificité de la conception de Josipovici. Regrettant la réception décevante qu’a obtenue cet ouvrage, Mitchelmore voit dans cette réception négative le refus catégorique du doute et de l’incertitude. L’un des objectifs avoués de cet article est de lever certaines mésinterprétations de la pensée de Josipovici, au centre de laquelle on trouve derechef l’idée de « désenchantement » du monde. Le modernisme se définit alors comme la prise de conscience de l’art de sa propre fragilité, aboutissant à des mises en doute, liées surtout à la fragilité de la maîtrise de l’art. Le « tremblement d’existence » sur lequel Josipovici insiste est cette instauration de la fragilité dans l’œuvre. Mitchelmore fait l’éloge du dernier livre critique de Josipovici et tente d’en dégager quelques traits notables pour en approfondir la compréhension.

  • 31 Gabriel Josipovici, Contre-Jour. Triptyque d’après Pierre Bonnard, Paris : Gallimard, 1989.
  • 32 Gabriel Josipovici, Moo Pak, Meudon : Quidam éditeur, 2011.
  • 33 Gabriel Josipovici, Tout passe, Meudon : Quidam éditeur, 2012.

34Je suis sûr que grâce à la qualité des essais qui composent ce numéro, les perspectives critiques sur cet écrivain prendront une nouvelle tournure et ouvriront de nouveaux horizons de recherche. Il est à espérer aussi que les œuvres de Josipovici seront traduites en France comme ailleurs. Bien qu’une traduction de Contre-Jour31 ait été proposée chez Gallimard à la fin des années 1980, ce n’est que très récemment qu’un éditeur français s’est intéressé à son œuvre – c’est le Quidam éditeur qui a entrepris de traduire Josipovici, et deux de ses romans ont déjà paru à ce jour : Moo Pak32 et Tout passe33.

  • 34 Philip Hensher, « What Ever Happened to Modernism? by Gabriel Josipovici: Review », The Telegraph, (...)
  • 35 « And he writes extraordinarily badly, with a tin ear for cadence », ibid.

35Quelque chose m’incline à m’obstiner et à penser que la critique acerbe et quelque peu hystérique est inversement symptomatique de l’intérêt que recèle une œuvre. Philip Hensher écrivait récemment dans The Telegraph que l’écriture de Josipovici était extraordinairement mauvaise et que sa fiction ne lui permettrait jamais d’accéder au panthéon des immortels34. La valeur littéraire d’une prétendue bonne écriture que ces propos sous-tendent semble aujourd’hui, au mieux, douteuse et absurde. L’intérêt des œuvres de Josipovici n’est plus à démontrer, tout comme il semble évident que quelques siècles nous séparent des jugements sur les « cadences »35 chez un écrivain.

36Cela dit, le débat qui s’est ouvert a au moins le mérite de nous arracher quelques instants à la convention et de nous faire réfléchir sur l’évolution de notre manière de lire et de percevoir l’écriture et la littérature. Il ne fait aucun doute que l’on ne lira pas Josipovici comme on lit un Balzac ou un Dickens. La comparaison que j’établissais au début de cette introduction – celle entre son œuvre et la musique contemporaine – me pousse à penser que la largesse de nos lectures n’est qu’une question d’ouverture, de tolérance et de générosité, pour reprendre le langage du narrateur de Moo Pak.

Haut de page

Bibliographie

Fludernik Monika, Echoes and Mirrorings: Gabriel Josipovici’s Creative Oeuvre, Frankfurt a.M.: Peter Lang, 2000.

Hensher Philip, « What Ever Happened to Modernism? by Gabriel Josipovici: Review », The Telegraph, 05 August 2010, <http://www.telegraph.co.uk/culture/books/bookreviews/7928647/What-Ever-Happened-toModernism-by-Gabriel-Josipovici-review.html#>, consulté le 25 novembre 2012.

Josipovici Gabriel, The World and the Book: A Study of Modern Fiction, Stanford, CA: Stanford UP, 1971.

Josipovici Gabriel, Contre-Jour: A Triptych after Pierre Bonnard, Manchester: Carcanet Press, 1986.

Josipovici Gabriel, Contre-Jour. Triptyque d’après Pierre Bonnard [1986], Paris : Gallimard, 1989.

Josipovici Gabriel, The Lessons of Modernism and Other Essays [1977], Houndmills, Basingstoke/London: Macmillan Press, 1987.

Josipovici Gabriel, In the Fertile Land, Manchester/New York: Carcanet, 1987.

Josipovici Gabriel, The Book of God: A Response to the Bible, New Haven, CT/London: Yale UP, 1988.

Josipovici Gabriel, « Writing, Reading and the Study of Literature », New Literary History, vol. 21, n°1, 1989, 75-95.

Josipovici Gabriel, « Music and Literary Form », Contemporary Music Review, vol. 5, 1989, 65-75.

Josipovici Gabriel, The Big Glass, Manchester: Carcanet Press, 1991.

Josipovici Gabriel, Text and Voice: Essays 1981-1991, Manchester: Carcanet Press, 1992.

Josipovici Gabriel, Moo Pak, Manchester: Carcanet Press, 1994.

Josipovici Gabriel, Moo Pak [1994], Meudon : Quidam éditeur, 2011.

Josipovici Gabriel, Touch, New Haven, CT/London: Yale UP, 1996.

Josipovici Gabriel, On Trust: Art and the Temptations of Suspicion, New Haven, CT/London: Yale UP, 1999.

Josipovici Gabriel, A Life, London: London Magazine Editions/EJPS, 2001.

Josipovici Gabriel, Goldberg: Variations, Manchester: Carcanet, 2002.

Josipovici Gabriel, The Singer on the Shore: Essays 1991-2004, Manchester: Carcanet Press, 2006.

Josipovici Gabriel, Everything Passes, Manchester: Carcanet Press, 2006.

Josipovici Gabriel, Only Joking [2006], London: CB Editions, 2010.

Josipovici Gabriel, What Ever Happened to Modernism?, New Haven, CT/London: Yale UP, 2010.

Josipovici Gabriel, After and Making Mistakes, Manchester: Carcanet Press, 2009.

Josipovici Gabriel, Tout passe [2006], Meudon : Quidam éditeur, 2012.

Josipovici Gabriel, Infinity: The Story of a Moment, Manchester: Carcanet Press, 2012.

Haut de page

Notes

1 Gabriel Josipovici, Migrations, Hassocks: Harvester Press, 1977, 231.

2 Gabriel Josipovici, Goldberg: Variations, Manchester: Carcanet Press, 2002.

3 Monika Fludernik, Echoes and Mirrorings: Gabriel Josipovici’s Creative Oeuvre, Frankfurt a. M.: Peter Lang, 2000.

4 « […] all my ancestors were Jews », Gabriel Josipovici, « This is Not Your Rest », in Gabriel Josipovici, The Singer on the Shore: Essays 1991-2004, Manchester: Carcanet Press, 2006, 290.

5 Voir la biographie de la mère de l’auteur, Sacha Rabinovitch, in Gabriel Josipovici, A Life, London: London Magazine Editions/EJPS, 2001.

6 Gabriel Josipovici, Moo Pak, Manchester: Carcanet Press, 1994, 121.

7 Gabriel Josipovici, « Writing, Reading and the Study of Literature », New Literary History, vol. 21, n°1, 1989, 76.

8 Gabriel Josipovici, The World and the Book: A Study of Modern Fiction, Stanford, CA: Stanford UP, 1971.

9 Gabriel Josipovici, Text and Voice: Essays 1981-1991, Manchester: Carcanet Press, 1992.

10 Gabriel Josipovici, On Trust: Art and the Temptations of Suspicion, New Haven, CT/London: Yale UP, 1999.

11 Gabriel Josipovici, The Book of God: A Response to the Bible, New Haven, CT/London: Yale UP, 1988.

12 Gabriel Josipovici, « Music and Literary Form », Contemporary Music Review, vol. 5, 1989, 75.

13 Gabriel Josipovici, The Big Glass, Manchester: Carcanet Press, 1991.

14 Gabriel Josipovici, Contre-Jour: A Triptych after Pierre Bonnard, Manchester: Carcanet Press, 1986.

15 Gabriel Josipovici, Goldberg: Variations, Manchester: Carcanet Press, 2002.

16 Gabriel Josipovici, Infinity: The Story of a Moment, Manchester: Carcanet Press, 2012.

17 Gabriel Josipovici, « In Time: Rembrandt’s Self-Portraits », in Gabriel Josipovici, The Singer on the Shore, opcit., 99-103.

18 Gabriel Josipovici, « The Room (2) », in Gabriel Josipovici, Touch, New Haven, CT/London: Yale UP, 1996, 131-139.

19 Gabriel Josipovici, « First Steps », in Gabriel Josipovici, Touch, opcit., 102-107.

20 Gabriel Josipovici, « Andrzej Jackowski: Reveries of Dispossession », in Gabriel Josipovici, The Singer on the Shore, op.cit., 254-259.

21 Gabriel Josipovici, « The Rake’s Progress », in Gabriel Josipovici, The Lessons of Modernism and Other Essays [1977], Houndmills, Basingstoke/London: Macmillan Press, 1987, 151-166.

22 Gabriel Josipovici, « The Importance of Stockhausen’s Inori », in Gabriel Josipovici, The Lessons of Modernism and Other Essays, ibidem, 195-200.

23 Gabriel Josipovici, In the Fertile Land, Manchester/New York: Carcanet, 1987.

24 Gabriel Josipovici, « I Dream of Toys », in Gabriel Josipovici, The Singer on the Shore, op. cit., 78-98.

25 Gabriel Josipovici, Goldberg: Variations, op.cit., 179.

26 Gabriel Josipovici, Only Joking [2006], London: CB Editions, 2010.

27 Gabriel Josipovici, After and Making Mistakes, Manchester: Carcanet Press, 2009.

28 Gabriel Josipovici, Everything Passes, Manchester: Carcanet Press, 2006.

29 Gabriel Josipovici, « The Lessons of Modernism », in Gabriel Josipovici, The Lessons of Modernism and Other Essays, op.cit., 110.

30 Gabriel Josipovici, What Ever Happened to Modernism?, New Haven, CT/London: Yale UP, 2010.

31 Gabriel Josipovici, Contre-Jour. Triptyque d’après Pierre Bonnard, Paris : Gallimard, 1989.

32 Gabriel Josipovici, Moo Pak, Meudon : Quidam éditeur, 2011.

33 Gabriel Josipovici, Tout passe, Meudon : Quidam éditeur, 2012.

34 Philip Hensher, « What Ever Happened to Modernism? by Gabriel Josipovici: Review », The Telegraph, 05 August 2010, <http://www.telegraph.co.uk/culture/books/bookreviews/7928647/What-Ever-Happened-toModernism-by-Gabriel-Josipovici-review.html#> consulté le 25 novembre 2012.

35 « And he writes extraordinarily badly, with a tin ear for cadence », ibid.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Marcin Stawiarski, « Introduction », Revue LISA/LISA e-journal, vol. XII-n° 2 | -1, 1-12.

Référence électronique

Marcin Stawiarski, « Introduction », Revue LISA/LISA e-journal [En ligne], vol. XII-n° 2 | 2014, mis en ligne le 25 avril 2014, consulté le 24 septembre 2017. URL : http://lisa.revues.org/5743 ; DOI : 10.4000/lisa.5743

Haut de page

Auteur

Marcin Stawiarski

Université de Caen Basse-Normandie, France

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la Revue LISA / LISA e-journal sont mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Revues.org