Navigation – Plan du site

Usage et contre-usage du stéréotype chez les Afro-américains

Eliane Elmaleh & Helene Aji
Stereotypes and Counter-Stereotypes in African American Art and Literature

Français

Depuis les années 1820 et jusque vers les années 1950, la société américaine a promu, sous forme de stéréotypes, des images de Noirs américains qui sont entrés dans la culture américaine au travers de bandes dessinées, de films, de chansons, de publicités, de shows télévisés ou encore d’objets ménagers. Ce fut en particulier la période qui suivit la Guerre de sécession qui connut une extrême prolifération d’images fondées sur la perception d’infériorité raciale. Les Afro-américains y étaient dépeints comme paresseux, stupides, infantilisés et heureux. Cette condition de bonheur perpétuel, stigmatisée par un large sourire et des dents blanches, était une composante fondamentale de cette imagerie.

En littérature, un processus similaire se fit jour, dans l’opposition parfois caricaturale entre le bon Noir, fidèle et loyal, esclave que l’on récompense par son affranchissement, et le Noir plus menaçant qui s’empare de sa liberté, qui en fait un droit inaliénable et dont les prises de position ébranlent la hiérarchie raciale. Du Jim de Mark Twain, dans The Adventures of Huckleberry Finn, jusqu’à « l’homme invisible » de Ralph Ellison, la tension s’exprime tant dans la représentation des Noirs que dans la perception qu’ils ont d’eux-mêmes et de leurs relations avec la société blanche. Cette lutte pour la définition de soi s’exprime, par-delà les crises identitaires, dans la recherche d’une écriture spécifique, dans cette langue américaine qui est celle de l’un Noir et de l’autre Blanc. Seul médium et lieu commun des écrivains américains quelle que soit leur couleur, cette langue véhicule ses propres catégories, ses ambivalences, autant qu’elle offre des possibilités formelles, métaphoriques et rythmiques susceptibles de concrétiser comme de dépasser les clivages stéréotypés.

Néanmoins on peut se poser la question de la façon dont un certain nombre d’artistes et d’écrivains, souvent afro-américains eux-mêmes, se sont réappropriés la stéréotypie raciste à des fins anti-discriminatoires ou d’affirmation de soi. Ainsi, ce numéro de la revue LISA s’intéressera à différents axes d’utilisation et de “réappropriation” du stéréotype afro-américain. Les productions littéraires et les oeuvres d’art reposant sur cette réappropriation, dépendant de l’existence fermement établie d’images et de symboles dont la déconstruction demeure un enjeu majeur, il sera intéressant de définir les implications que peut avoir la “réappropriation” de stéréotypes aliénants. On pourra ainsi se demander si, par exemple, désamorcer un stéréotype en le caricaturant ne peut s’appréhender à divers niveaux interprétatifs, qui peuvent être idéologiquement opposés, si redonner une visibilité aux stéréotypes ne peut pas contribuer à les banaliser et rendre floues les frontières historiques entre racisme de fait et dénonciation de racisme: A l’ère d’un questionnement sur ce qui fonde la valeur de l’ouvre d’art, cette démarche ne reflèterait-elle pas, dans toute leur ambiguïté, les dynamiques et les interactions liant idéologie et création artistique, esthétique et consumérisme ?

Il serait intéressant de s’attacher à analyser les paramètres de marchandisation de l’imagerie stéréotypée des Afro-américains, dans une société ultra-mediatisée qui revend les identités culturelles sous forme de culture populaire, souvent dégradante et objectifiante ainsi que les tentatives de construction d’une culture autre, à la fois consciente des enjeux raciaux et capable de les détourner, voire de les transcender.

English

Since the 1820s and up to the 1950s, American society promoted stereotyped images of African Americans that have permeated American culture through cartoons, films, songs, advertisements, television shows and even household artefacts. The extreme proliferation of racist imagery occurred after the Civil War, when racist ideology shifted from one based on slavery to one grounded on segregation and the perception of racial inferiority. African Americans were portrayed as very dark, childlike, stupid, lazy, deferential, and happy. This condition of perpetual happiness, generally indicated by a broad and white toothy grin, was an important component of stereotypical imagery.

A similar process was at work in literature with the opposed, and often overtypified, figures of the good Black slave, whose loyalty and faithfulness were to be rewarded with freedom, and of the threatening Black man, who takes his freedom, makes it his right, and voices opinions which upset the racial order. From Mark Twain's Jim in The Adventures of Huckleberry Finn to Ralph Ellison's “invisible man,” the tension becomes expressed both through the representation of African Americans and in their own perception of themselves and of their relations to a white society. This struggle for self-definition goes well beyond identity crises to take the form of a quest for specific writing modes, in the American language shared by Blacks and Whites as well. This language is a common medium and a common ground for all American writers, without considerations of skin color. As it generates categories and ambivalences of its own, it also offers formal, metaphorical and rhythmic potentialities which might actualize as well as question stereotyped dichotomies.

However, one can raise questions about the way a number of artists and writers who happen to be African American themselves have appropriated racist stereotypes for anti-discriminatory or self-assertive purposes. Thus, this issue of LISA e-journal will focus on the use and “reappropriation” of African American stereotypes. Literary productions and works of art based on this “reappropriation” depending strongly on the existence of images and symbols whose deconstruction remains a major issue, it is therefore crucial to define the implications alienating stereotypes can have. As a matter of fact, one can wonder whether debunking a stereotype by caricaturing it might not imply different levels of interpretation which can be poles apart ideologically; one can also wonder whether giving another form of visibility to stereotypes might not help trivialize and blur the historical boundary between racism and the denunciation of racism. At a time when questions are raised on what makes a work of art, does not this process mirror the dynamics and interactions that link ideology and artistic or literary production, aesthetics and consumerism?

Contributors are invited to analyze the parameters of the commodification of African American stereotypical imagery in a highly media-oriented society. Cultural identities are reified and merchandized by popular culture; that is why one needs to analyze the attempts to create a non-mainstream culture which is aware of racial issues and able to redefine or even transcend them.

  • Revues.org