Navigation – Plan du site
Regards croisés sur les deux premières guerres mondiales

La propagande anti-britannique en France pendant l’Occupation

Anti-British Propaganda in France during the Occupation
Françoise Passera
p. 124-150

Résumé

Left to fight alone after France signed the armistice on the 22nd of June 1940, Great Britain became enemy number one in the eyes of the German occupying forces and the Vichy government. This hostility found expression in a considerable quantity of propaganda in the guise of posters, tracts, booklets and brochures meant to denounce British responsibility for the conflict in the eyes of French public opinion. Propaganda was particularly intense from June to December 1940 and from January to June 1944 but the German and French propaganda services waged this psychological warfare against Great Britain throughout the war. In 1940, the anti-British brainwashing campaigns aimed at ridding the defeated French of their guilt by accusing the ex-ally of being the cause of the conflict and of deceit during the Battle of France. In 1941-1942, the Allies’ military setbacks were the subject of tracts and brochures that ridiculed British strategic skills. Propaganda was also based on the painful history of France and Great Britain so as to convince the French that England had always tried to deprive France of her colonies and that it was what she was trying to do by maintaining her presence in Africa. The major part of this propaganda was promoted by the German authorities, only to a lesser degree by the French collaboration parties. Till 1942, the Information Secretariat of the Vichy government distributed few anti-British tracts, concentrating its efforts on the promotion of the National Revolution. On the other hand, the first Anglo-American bombings in the Paris area provoked strong reactions in the Vichy government which then relied on the French population’s confusion and anxiety to denounce British policy. What was the impact of these anti-British speeches on the French population? The prefects’ reports on public opinion show that the plugging of Anglophobic sentiment had little influence on the French who were globally in complete support of the British even if they experienced doubt during short periods after the deadly bombings and at the approach of the Normandy landings.  

Haut de page

Texte intégral

1La Seconde Guerre mondiale se caractérise par l’implication exceptionnelle des civils dans le conflit mondial. Investis dans l’effort de guerre et la production militaire, les civils sont aussi l’enjeu d’une autre guerre, plus insidieuse : la guerre psychologique qui se caractérise par une utilisation sans précédent de la propagande, sous toutes ses formes. Il s’agit pour les gouvernements en place et ceux qui s’y opposent d’influer sur les opinions publiques et d’inciter les populations à prendre parti pour l’un ou l’autre camp. La France n’échappe pas à ce détournement des opinions. Elle n’a pu résister à la stratégie hitlérienne, le Blitzkrieg, et en quelques semaines l’armée française vaincue est contrainte à un armistice avec l’Allemagne signé le 22 juin 1940.

  • 1  Rivales de toujours, tant du point de vue militaire que colonial, la France et l’Angleterre signai (...)

2Démoralisée, elle est alors soumise à un matraquage orchestré par l’Allemagne, et dans une moindre mesure par le gouvernement de Vichy, qui vise à briser les solidarités d’antan1 avec la Grande-Bretagne ennemie n°1, restée seule à se battre contre le Reich. Les populations voient ainsi surgir sur les murs de leurs villes ou dans les offices de propagande une multitude d’affiches, brochures et tracts délivrés gratuitement qui accusent et dénoncent les ennemis de la France tenus pour responsables de la guerre : les Juifs, les francs-maçons, les capitalistes de Wall Street et… les Anglais.

3Bon nombre d’ouvrages généralistes ne manquent pas d’englober la propagande anti-britannique dans leurs travaux, mais celle-ci n’a pas bénéficié d’une publication à part entière. Nous tenterons donc dans cet article d’en définir les caractéristiques. À partir d’un corpus de documents iconographiques composés d’affiches, de tracts et de brochures, nous nous attacherons à étudier les mécanismes et les argumentaires de cette intoxication quasi-quotidienne, son évolution dans le temps et ses répercussions sur l’opinion publique.

Dénoncer l’Anglais : une propagande omniprésente

  • 2  Constitué à partir des collections du Mémorial de Caen, il a été complété par les collections de l (...)
  • 3  Dominique Rossignol, Histoire de la propagande en France. L’utopie Pétain, Paris : PUF, 1991.

4Le corpus d’étude, composé de 142 documents, n’est sans doute pas exhaustif2, mais il permet de constater que l’édition de ces messages est loin d’être anodine. Entre juillet 1940 et juillet 1944, une moyenne de trois à quatre nouveaux imprimés sortent mensuellement des rotatives : soit une affiche, soit un tract, soit une brochure. Dominique Rossignol estime que la production de documents de propagande anti-britannique est deux fois plus importante que celle consacrée à la dénonciation des Juifs ou des Communistes3. Cette édition considérable s’explique en partie par le fait que la Grande-Bretagne est le seul pays en guerre contre l’Allemagne sur une si longue durée : de septembre 1939 à mai 1945.

Évolution de l’édition de propagande anti-britannique 1939-1944

Évolution de l’édition de propagande anti-britannique 1939-1944
  • 4  IHTP, ARC 074, carton n°11 : « Français, Adolf Hitler a renouvelé à vos hommes d’État, le 6 octobr (...)

5Un seul tract datant de novembre 1939, pendant la Drôle de guerre, a été répertorié dans ce corpus4 et fait exception puisque la production prend véritablement son essor après la signature de l’armistice. La débâcle de l’été 1940 et les mois qui précèdent le Débarquement de Normandie le 6 juin 1944, moments de fortes tensions sur le territoire national, sont des périodes fécondes en littérature anti-anglaise puisque les Français découvrent près de cinq nouveaux imprimés par mois. En 1941, la propagande anti-britannique diminue et occulte les fronts en Afrique du Nord et au Proche-Orient au profit de l’édition anticommuniste qui explose après l’invasion surprise du territoire soviétique par les armées allemandes, le 22 juin 1941. L’année 1942, faite de nombreux échecs militaires britanniques sur tous les fronts, permet aux organes propagandistes de s’exprimer pleinement. En revanche, l’année 1943 marque le tournant de la guerre ; le retour de l’offensive alliée puis les débarquements d’Afrique du Nord et de Sicile sont naturellement passés plus ou moins sous silence.

6L’importance de ces éditions ne doit pas masquer l’impact limité de ce média. Tous ces prospectus « noyés » dans une ambiance de matraquage anti-britannique sans précédent, ne représentent qu’une très faible partie de la propagande qui se déchaîne en cet été 1940 et qui ne cessera qu’avec la libération du territoire en 1944.

  • 5  Christian Delporte, Les Crayons de la propagande, Paris : Éditions du CNRS, 1993.
  • 6  Radio Paris est une émanation de la Propaganda Abteilung créée en juillet 1940 avec des équipes al (...)
  • 7  Jean-Pierre Bertin-Maghit, « Encadrer et contrôler le documentaire de propagande sous l’occupation (...)
  • 8  Mes remerciements à M. Goulven Guilcher, du laboratoire des Études interdisciplinaires du monde an (...)

7La presse quotidienne nationale et régionale, dont une bonne partie provient des partis de la Collaboration parisienne, diffuse le discours officiel prompt à dénoncer l’alliée d’hier. Des journaux tels que Je suis partout, Gringoire ou La Gerbe martèlent quotidiennement l’opinion publique de son discours xénophobe5. Pas un Français ne peut ouvrir son poste radio sans écouter Radio Vichy et Radio Paris6 qui retransmettent quotidiennement des émissions anti-britanniques dont les speakers les plus célèbres sont Jean-Hérold Paquis et Philippe Henriot, collaborationnistes notoires et anglophobes de la première heure. Au cinéma, la population ne peut voir le film sans qu’il soit précédé des Actualités mondiales et de France Actualités qui ne manquent pas de relater, à leur façon, la participation de la Grande-Bretagne et de ses alliés au conflit mondial7. Ce paysage de désinformation serait incomplet si la littérature n’était pas évoquée. Écrits par des auteurs allemands la plupart du temps, édités par les services de propagande allemands et imprimés à Berlin, de nombreux ouvrages aux titres évocateurs en disent long sur leur contenu : « Sainte-Hélène, la seule terre que l’Angleterre offrit à un Français », « Qui est l’ennemi de la France à travers l’histoire ? », « Le mensonge, arme politique anglaise »8, etc.


  

8Le contrôle de l’information en tant de guerre permet d’identifier trois commanditaires : les services officiels de propagande français, les partis de collaboration et les services officiels de propagande allemands.

  • 9  IHTP, ARC 074, cartons 11-12 : Ministère de l’Information, Note de documentation. Les leçons de l’ (...)
  • 10  Philippe Pétain, Discours aux Français, 17 juin 1940-20 août 1944 : textes établis et présentés pa (...)
  • 11  Philippe Amaury, Les deux premières expériences d’un « ministère de l’Information » en France, Par (...)

9Du côté français, le gouvernement de Vichy et son Secrétariat d’État à l’Information et à la Propagande sont les principaux émetteurs. Paul Marion en prend la tête de 1940 à la fin de l’année 1943 et diffuse auprès de ses délégués départementaux à l’Information des notes de documentation qui fournissent l’argumentaire des campagnes de propagande9. La politique en matière d’information n’est cependant pas constante pendant ces années de conflit. D’une façon générale, Vichy privilégie la politique intérieure qui promeut le Maréchal Pétain et la Révolution nationale au détriment de la politique étrangère, domaine réservé aux Allemands. Le Maréchal Pétain n’évoque la Grande-Bretagne qu’à quatre reprises dans ses discours : le 11 juillet 1940 pour dénoncer l’attaque de la marine française dans la rade algérienne d’Oran, le 7 avril 1941 pour dénoncer la « dissidence » et les anciens alliés en Afrique, le 8 juin le Maréchal intervient sur la Syrie et enfin le 10 mai 1942, le discours sur Jeanne d’Arc établit, à mots couverts, un parallèle entre la Guerre de Cent ans et le conflit actuel10. La modération du gouvernement de Vichy s’explique, en 1940, par le projet non abouti et toujours mystérieux de négociations secrètes du médecin et conseiller personnel du Maréchal avec la Grande-Bretagne, le Dr. Ménestrel. Après Mers El-Kebir, le gouvernement de Vichy rompt ses relations diplomatiques avec la Grande-Bretagne mais sans pour autant aller jusqu’à la déclaration de guerre. À partir de février 1941, la collaboration franco-allemande se confirme et évolue sensiblement avec l’arrivée de l’Amiral Darlan nommé vice-président du Conseil. Il personnalise un courant anglophobe traditionnel dans les hautes sphères de la Marine nationale, plus vif que jamais après les coups de boutoir britanniques de Mers El-Kebir et de Dakar. Son éviction au profit de Pierre Laval constitue un tournant fort dans la politique d’information de Vichy. Dorénavant, celle-ci ne relève plus du Maréchal Pétain, mais de Pierre Laval imposé par les autorités allemandes. À la fonction de Chef du gouvernement, il cumule celles de ministre de l’Intérieur et ministre de l’Information. En janvier 1944, Philippe Henriot, célèbre orateur et milicien, prend la tête du Secrétariat d’État à l’Information et à la Propagande et fait désormais entendre la voix des partis de collaboration11. Au total, les documents clairement signés « Secrétariat d’État à l’Information » sont peu nombreux, mais deviennent plus fréquents à partir du printemps 1942 lorsque se combinent politiques intérieure et extérieure : la stratégie alliée de bombardements a des répercussions immédiates sur la population française, et Vichy, le Maréchal en tête, entend tenir sa place auprès des Français dans le malheur.

  • 12  Pour qui ? Pour l’Angleterre !  Mémorial de Caen, n°inv. 96-7-137, L’Angleterre ennemie de l’Europ (...)

10Les partis de collaboration privilégient la presse plutôt que la diffusion de tracts ou d’affiches. Seulement trois partis ont été identifiés dans le corpus étudié. « La ligue française d’épuration, d’entraide sociale et de collaboration européenne » de Pierre Costantini occupe une place prépondérante. Créée en septembre 1940, avec la bénédiction de l’ambassade d’Allemagne en France, la Ligue tient plus du groupuscule que du parti de collaboration. Elle lance une campagne anti-britannique, probablement financée par l’Occupant, composée d’affiches sur le thème de l’Angleterre responsable de la défaite de la France12. Le Rassemblement National Populaire (RNP) de Marcel Déat lance deux campagnes en 1942, l’une sur Madagascar « attaquée par les Britanniques » et l’autre sur les bombardements en région parisienne. Le RNP dénonce la présence de Britanniques en zone libre et réclame la fermeté de la part du gouvernement en demandant l’internement des Britanniques résidant en France à proximité des zones de bombardements alliés… Un seul document provenant de l’antenne régionale de Rennes du groupe Collaboration a été retrouvé. Il dénonce les bombardements aériens sur Nantes en septembre 1943 faisant près de 1500 victimes et plusieurs milliers de blessés.

  • 13  Mémorial de Caen, n° inv. 89-18-13. Affiche de Teo Matejko, dessinateur d’origine polonaise du Ber (...)

11Du côté allemand, la propagande relève directement du Dr. Goebbels et de son ministère de l’Information et de la Propagande à Berlin, via ses services locaux installés en France : la Propaganda Abteilung et les services de Otto Abetz, ambassadeur de l’Allemagne en France. Les deux services ont les mêmes objectifs : fédérer l’opinion publique française autour de l’idéal national-socialiste et dénoncer les ennemis de l’Allemagne et donc de la France. Disposant d’antennes départementales, la propagande allemande est à l’origine de la première campagne anti-britannique lancée en octobre 1940 et diffusée dans toute la France à travers des affiches : « C’est l’Anglais qui nous a fait ça »13 et « Femmes et enfants d’Europe accusent ».

12La plupart des tracts et documents sont anonymes. Cependant plusieurs brochures illustrées sont signées de Apis (pseudonyme de Jean Chaperon), de Jean Chaperon et Lorbac ou de Mars-Trick, des affiches reviennent aux illustrateurs SPK (non identifiés), Teo Matejko ou André Deran, mais tous relèvent de l’initiative des services de propagande allemands.

Rompre l’amitié franco-britannique

13La tâche n’est pas aisée : il faut convaincre les Français que l’alliée d’hier est devenue l’ennemie d’aujourd’hui. L’Entente cordiale n’était qu’une alliance de façade qui cache la réalité des relations franco-britanniques… Cette propagande s’appuie toujours sur un fond de vérité en utilisant des événements militaires historiques ou actuels. Une série de techniques et d’arguments reviennent comme un leitmotiv dans les documents étudiés. Usant de la persuasion, du matraquage de mots, le discours vise à simplifier à outrance les faits afin d’obliger le lecteur à choisir. Nous distinguerons trois grands thèmes récurrents qui sont mêlés les uns aux autres. En premier lieu, la propagande s’appuie sur un argumentaire raciste : de façon innée, l’Anglais est lâche, traître, peureux et mauvais stratège ; ces traits de caractère se vérifient dans sa manière de se battre. Deuxième argument : l’histoire nous a montré que l’Angleterre a toujours convoité l’empire colonial français ; la politique internationale qu’elle met en œuvre n’est que la continuité des agressions passées. Enfin, à partir de 1942, la propagande anti-britannique met l’accent sur les bombardements anglo-américains et la pseudo-libération qui attendent les Français : les Anglais sont coutumiers de la guerre sale qui tuent les femmes et les enfants.

Le Britannique : traître, lâche, peureux… et menteur

  • 14  François Bédarida, « La rupture franco-britannique de 1940 », Vingtième Siècle, revue d’histoire, (...)

14Les difficiles combats de l’été 1940 ont provoqué de nombreuses dissensions entre les Alliés et ont laissé s’instaurer un climat anglophobe latent notamment dans les états-majors de l’armée française. Un Weygand ne cache guère sa méfiance vis-à-vis de son allié, les amiraux ne sont pas plus confiants et même chez les hommes politiques, certains envisagent, en cet été 1940, un retournement d’alliance au profit de l’Allemagne14. Ces différends entre Alliés éclatent au grand jour dès la signature de l’armistice. La propagande de l’Occupant, soucieuse de rompre tout attachement entre la France et l’Angleterre, s’engouffre dans ce climat de méfiance. Elle insiste sur la responsabilité des Britanniques et leur « véritable » nature afin de déculpabiliser les Français vaincus.

  • 15  Mémorial de Caen, n°inv. TRFC 10. Voir en annexe Document 1.
  • 16  Mémorial de Caen, n°inv. TRFC 27.

15Il s’agit de démontrer que la Grande-Bretagne a entraîné la France dans ce conflit et qu’elle en est la seule responsable. Éditée dès l’automne 1940, une série de tracts tels « Le bain de sang »15 ne s’entoure pas de légendes pour montrer un Britannique manipulateur et lâche : deux soldats, l’un Français, l’autre Britannique, s’apprêtent à sauter dans une mare de sang mais, au moment du plongeon, seul le Français saute et se noie, alors que le Britannique s’en va, les mains dans les poches ; des affiches titrées « Pour qui ? Pour l’Angleterre ! » montrent une tombe dont la croix coiffée d’un casque de l’armée française signifie que des soldats français sont morts pour l’Angleterre. Citons encore « Bourrage de crâne »16 : ce petit opuscule anonyme, probablement d’origine allemande, présente un soldat français qui rentre au pays après la défaite et se retrouve sans travail ou avec un commerce réquisitionné par des Juifs ou encore une ferme délabrée. Il a été blessé, mais il est médaillé : il s’est bien battu, ce n’est donc pas de sa faute si la France a perdu. Si sa ferme est en friches, s’il est au chômage… « c’est la faute à l’Anglais » explique la brochure.

  • 17  Mémorial de Caen, n°inv. 91-6-6. Anonyme, vers 1941.

16Second point, la participation britannique s’est avérée timorée : le Premier ministre britannique n’a pas engagé ses troupes à la hauteur des demandes de l’armée française. L’affichette intitulée « L’alliée d’hier17» montre un Churchill aviné et commente : « Pendant la guerre, aucun secours, Retraite et Fuite du Corps expéditionnaire Anglais ». Un autre tract sans titre et non daté, se décompose en cinq points dont le quatrième mentionne : « Une participation proportionnelle aux opérations militaires : la France sacrifiée jusqu’au dernier soldat ! ». Le ressentiment perdure bien au-delà de l’année 1940 et ressurgit en 1941, après Madagascar : « Ils nous ont fait déclarer la guerre pour défendre ce qu’ils nous avaient pris ». Le tract « Un bilan ! » de 1943 déploie de nombreux arguments dont ceux-ci : « Et ces avions britanniques qui nous manquaient dans les Flandres, en Alsace, à Dunkerque, ont bombardé Paris le 3 mars 1942… » et « Le ciel de France, qui n’a vu en juin 1940 aucune escadrille anglo-saxonne voler au secours de nos soldats abandonnés à leur triste sort, reçoit depuis la visite des oiseaux de la RAF ».

  • 18  Mémorial de Caen, n°inv. 96-7-111.

17L’évocation du rembarquement catastrophique du corps expéditionnaire britannique et d’une partie des troupes françaises à Dunkerque est l’événement le plus cité. Il suscite un vocabulaire spécifique : les mots « trahison » et « traîtrise » apparaissent : « L’Angleterre nous a trahi à Dunkerque », « Nous avions donné notre sang pour les protéger et ils nous ont abandonné dans le malheur », « La trahison de Dunkerque a permis à certains d’y voir clair… ». À la traîtrise s’ajoute la couardise. La Grande-Bretagne aurait une propension certaine à envoyer les autres se battre, d’une part, ses Alliés : « Ils n’aiment pas se battre, ils ont envoyé pour les représenter aux postes périlleux : les Français, les Belges, les Hollandais, les Norvégiens » et, d’autre part, les soldats de son empire colonial. Le tract « Les commandements de Churchill aux soldats anglais […] » tourne en dérision l’implication du Commonwealth dans la guerre : « Aux chers Australiens, tu diras “faites vous tuer”, bien proprement. Aux Canadiens, tu ordonneras, “Attaquez ! Boys, promptement !”»18.

18Les échecs successifs de débarquements et de raids successifs des années 1940-1942 sont l’occasion de montrer à l’opinion publique française que la carte à jouer ne doit pas être britannique car c’est une carte perdante. L’intervention du corps expéditionnaire franco-britannique en Norvège après l’invasion allemande du pays, le 10 avril 1940, dans le port de Narvik et son évacuation au mois de mai suivant est présentée comme une « glorieuse défaite » de l’armée britannique. Bajus, Français moyen, explique :

  • 19  Bajus rentre à Paris, 16p., Mémorial de Caen, n°inv. TRFC 116.

Un exemple des plus typiques, C’est l’coup du machin de Narvik
Une grande victoire à Narvik… Bravo ! mais on n’y comprend qu’pouic…
Malgré un’ defens’ héroïqu’ Eh ben on évacu’ Narvik ! »
19.

  • 20  Mémorial de Caen, n°inv. TRCF 114. Voir en annexe Document n° 2.
  • 21  Mémorial de Caen, n° inv. TRFC 26.

19Vient ensuite le débarquement en Grèce du 4 mars 1941. Envahie par l’Italie puis l’Allemagne, la Grande-Bretagne se porte au secours des Grecs et envoie un corps expéditionnaire qui, mal préparé à l’affrontement, se trouve dans l’obligation de se replier en Crète qu’il abandonne après de violents combats et au prix de nombreuses pertes. Une brochure entière est consacrée au retrait britannique : « L’Olympiade 1941 »20 signée Apis est commandée par les autorités allemandes, elle raille l’armée britannique, dénonçant une fois de plus la capacité des Anglais à déguerpir. Une carte postale animée présente une carte de la Crète et de la Grèce : « Comme d’habitude, ils débarquent… »21 et un coup de pied nazi les renvoie immédiatement à la mer. Les raids, celui de Saint-Nazaire et surtout celui de Dieppe sont présentés comme des tentatives de débarquement qui échouent. Le 27 mars 1942, 345 marins et 266 commandos participent au raid sur la base sous-marine de Saint-Nazaire en Loire-inférieure avec pour objectif de détruire le bassin « Forme Joubert ». Malgré les 169 morts britanniques et les 200 prisonniers, le raid est considéré comme une réussite : non seulement le bassin détruit n’accueillera plus les U-boot meurtriers, mais près de 400 pertes sont enregistrées du côté allemand. Deux mois plus tard, le 19 août 1942, le raid de Dieppe est aussi présenté comme « le débarquement » tant attendu par Staline qui aurait échoué. Certes, l’opération s’avère catastrophique, laissant sur les plages normandes plus de 1000 morts et 3000 blessés ou prisonniers. Les Allemands ne manquent pas de dénoncer une fois de plus la capacité britannique à envoyer ses alliés au front : les Canadiens représentaient les ¾ de l’effectif. Chaque nouvelle défaite britannique est évoquée comme le dernier maillon d’une succession d’échecs qui remontent à mai-juin 1940 – voire à la Première Guerre mondiale avec le débarquement de Gallipoli ! – et tend à prouver aux Français que la défaite britannique, donc la victoire allemande, sont inéluctables.

  • 22  Mémorial de Caen , n° inv. TRFC 46. Voir en annexe Document n° 3.

20Enfin, dernier défaut régulièrement mis en exergue par la propagande : le mensonge. Le Premier ministre britannique en est la cible privilégiée. Tour à tour enivré par les bouteilles de whisky qu’il a dans les poches ou transformé en bouledogue haineux prêt à engloutir les colonies françaises, Winston Churchill oscille entre deux comportements : manipulateur ou manipulé. À la solde des Juifs et de leur argent, il instrumentalise le dissident De Gaulle qu’il paie … Jusqu’à en faire une marionnette pour mieux mettre la main sur l’Afrique de l’Ouest. L’alliance avec les Soviétiques est méthodiquement dénoncée en relevant les propos anticommunistes d’avant-guerre de Winston Churchill : « Le bolchevisme n’est pas une conception politique, c’est une maladie. Ce n’est pas une création, c’est une pestilence » et en les confrontant à ses propos de l’année 1943 : « Mon cœur saigne pour la Russie ». De même, l’hypothèse d’un débarquement allié sur les côtes de l’Europe occupée fait l’objet d’opuscules moqueurs mentionnant les promesses du Premier ministre britannique : « Avant que ne tombent les feuilles… », « Churchill avait promis la libération… », « Les feuilles sont tombées… »; « Avant la mi-mars, le monde sera témoin d’une des plus grandes entreprises militaires … », etc. De même, la lenteur des opérations en Italie est montrée du doigt par le biais de quelques citations de Churchill qui avait promis que les troupes britanniques seraient à Rome au printemps 1944 : « Je reviens de Rome, les Anglais n’y étaient pas encore… Alors… à la trinité »22.

  • 23  Mémorial de Caen, n° inv. 89-18-4. Voir en annexe Document n°4.
  • 24  Mémorial de Caen, n° inv. TRFC 18.
  • 25  Mémorial de Caen, n° inv. TRFC 33.

21La radio nationale britannique, la BBC est devenue le porte-parole des nations entrées en résistance contre l’ennemi nazi. Mais la propagande allemande accuse la radio anglaise de ne colporter que des « bobards » : « La radio de Londres parle : elle ment », « Arrête les discours idiots des imposteurs de la radio », « Les bobards sortent toujours du même nid … »23, « La guerre des ondes »24, « Ce n’est pas vrai »25. Autant de slogans qui visent à détourner les Français de l’influence de la BBC dont on sait qu’elle était autrement plus écoutée que les radios françaises.

La « perfide Albion », voleuse de colonies françaises

  • 26  Mémorial de Caen, n° 94-68-100. Voir en annexe Document n° 5.

22Aux yeux des propagandistes, les affrontements en terre africaine ou au Proche-Orient sont l’aboutissement de la politique impérialiste de la Grande-Bretagne, qui, depuis toujours, convoite les colonies françaises. De 1940 à 1944, les services de propagande tentent de faire basculer l’enjeu idéologique : démocratie contre dictature vers un enjeu uniquement territorial. La dénonciation de la Grande-Bretagne expansionniste et « voleuse de terres » s’installe dans un contexte hautement favorable. Les colonies, notamment l’Afrique française équatoriale, sont un enjeu d’importance pour les Alliés. Prendre pied en Afrique, retourner les armées de Vichy, assurer le contrôle des colonies françaises par la France libre sont des objectifs primordiaux dans la stratégie interalliée de reconquête de l’Europe occupée. La propagande allemande profite de l’ambiguïté de la stratégie britannique. En attaquant le Reich par la périphérie, et notamment l’Afrique, la Grande-Bretagne ouvre de nouveaux fronts qui obligent Hitler à amoindrir ses forces terrestres et aériennes, mais Churchill se donne aussi l’occasion de maintenir, voire d’augmenter, son influence en Afrique, y compris dans les colonies françaises. Cette politique ne manquera pas de provoquer de terribles tensions entre Churchill, De Gaulle et Roosevelt que la propagande récupère à son profit dans son souci constant de briser l’entente alliée. L’affaire de Mers El-Kebir, en juillet 1940, puis celle de Dakar, en septembre, apparaissent comme une étape de la longue liste répertoriée par les Allemands et les services de Vichy des tensions franco-britanniques depuis la guerre de Cent Ans26.

  • 27  Mémorial de Caen, n°inv. 94-68-94.
  • 28  Mémorial de Caen, n°inv.94-68-108.

23Le 3 juillet 1940, craignant la mainmise allemande sur la Marine française stationnée en rade d’Oran, les Britanniques demandent la neutralisation de la flotte française et lancent un ultimatum à son commandant l’Amiral Gensoul : soit continuer la guerre avec les Britanniques, soit rallier les ports anglais, soit appareiller pour les États-Unis ou les Antilles ou, dernier recours, se saborder. L’Amiral entend respecter la convention d’armistice qui vient d’être signée et refuse l’ultimatum. L’Amiral Sommerville commandant la flotte britannique ouvre le feu provoquant la mort de 1297 marins français. La Grande-Bretagne montrait ainsi à l’Allemagne et la France – alors que Hitler proposait une paix séparée – qu’elle continuerait le combat quel qu’en soit le prix. L’affaire créa un véritable émoi dans l’opinion française. L’Occupant en profita pour creuser le fossé qui opposait déjà les deux nations : l’événement donna lieu à plusieurs campagnes d’affiches allemandes : « N’oubliez pas Oran »27 montre un soldat français qui tient le drapeau de sa patrie en se noyant et « Mers El-Kébir, Dakar, Souvenez-vous »28 écrit en lettres ensanglantées.

  • 29  Mémorial de Caen, n° inv. 88-74-3.

24Quelques semaines plus tard, le 9 septembre 1940, le port stratégique de Dakar, en Afrique équatoriale française pratiquement acquise à la cause alliée, menace de tomber aux mains de la Grande-Bretagne. Sous la pression allemande, le gouvernement de Vichy commande à la Marine française basée à Toulon de prendre possession de Dakar afin de maintenir l’autorité de Vichy. L’opération tourne à l’affrontement quand De Gaulle, soutenu par la Marine britannique, tente un débarquement des Forces françaises libres qui échoue, mais qui se solde par un affrontement franco-français qui marqua les esprits et troubla l’opinion publique. C’est à cette date que la propagande anti-gaulliste commence. Le rôle manipulateur de Churchill dans l’affaire est dénoncé dans une des premières affiches de la Ligue française, probablement commandée par les Allemands : « Avec ce De Gaulle là vous ne prendrez rien Mrs.29 ».

25Au total, près de 30 événements historiques sont rattachés à l’actualité de la Seconde Guerre mondiale et font référence à l’histoire des relations franco-britanniques du Moyen Âge à 1940. Les différends coloniaux sont de loin les plus nombreux : le Canada (1753) et Madagascar sont cités 5 fois, puis Terre Neuve, l’Acadie, la Louisiane, la Martinique, Saint-Domingue et Sainte-Lucie qui étaient des terres françaises. Zanzibar, devenu protectorat britannique en 1890, est cité une fois comme Saint-Pierre et Miquelon, l’île de Malte et l’île Maurice. Les enjeux territoriaux sur le Proche-Orient sont d’autant plus cités qu’ils font référence à la Syrie (citée 5 fois), à l’Égypte ou au Liban. Laurence d’Arabie est cité à deux reprises pour avoir fomenté les révoltes des tribus arabes contre la France en 1915 en Afrique du Nord. Mais la crise de Fachoda en 1898 qui cristallisa les velléités expansionnistes des Français et des Britanniques est l’histoire la plus citée et ce n’est pas par hasard. Très ancrée dans la mémoire nationale, la crise de Fachoda est l’un des rares moments où les deux pays étaient au plus près d’un conflit ouvert.

  • 30  Mémorial de Caen, TRCF n°4. Voir en annexe Document n°6.
  • 31  La Résistance française utilisa aussi l’image de Jeanne d’Arc comme symbole du combat contre l’Occ (...)

26Cependant, les héros de notre histoire nationale tiennent de loin le haut du pavé. Jeanne d’Arc30 est citée 9 fois dont 4 fois en 1940 et 4 fois en 194431, drapée dans un statut de victime brûlée par les Anglais sur le bûcher ou revêtue d’une armure de combattante bien décidée à « bouter les Anglais hors de France ». Napoléon est cité 7 fois dont 2 fois en 1940 et 4 fois en 1944. La propagande collaborationniste, vichyste ou allemande fait appel aux grandes figures emblématiques de l’unité nationale à des moments où le pays est sur le point de vaciller : après la Campagne de France et en 1944, dans les mois qui précèdent ou suivent le Débarquement de Normandie.

Les bombardements

27À partir de 1943, le recul de l’armée allemande sur le front de l’Est et le débarquement d’Afrique du Nord poussent les services de propagande à se tourner vers d’autres sujets. La stratégie alliée n’inspire les Allemands et les services de Vichy que dans un seul domaine : celui des bombardements alliés sur la France. Les raids aériens qui commencent au printemps 1942 et s’intensifient jusqu’en 1944 avaient pour objectif de détruire les sites de production industrielle et les nœuds de communication : axes routiers, gares, mais aussi les ports et les aérodromes. Ils provoquent cependant de nombreuses victimes civiles, ouvriers, mais aussi familles vivant à proximité des zones industrielles.

  • 32  Mémorial de Caen, n° inv. TRFC 39. Voir en annexe Document n° 7.
  • 33  Stéphane Marchetti, Affiches 1939-1945, images d’une certaine France, Lausanne, Edita SA, 1982, p. (...)

28Certes, la question des bombardements avait déjà été au cœur de deux affiches allemandes signées Matejko en 1940 : « Les femmes et les enfants d’Europe accusent : c’est l’Angleterre qui a lancé les premières bombes le 12 janvier 1940 » et « C’est l’Anglais qui vous a fait ça ». Mais c’est en 1942 lors des premiers bombardements sur la région parisienne que la propagande française s’empare du sujet. Le 3 mars 1942, la Royal Air Force bombarde les usines Renault dans la région de Boulogne-Billancourt. Les bilans officiels et officieux se succèdent sans qu’un chiffre soit vraiment arrêté. Un premier bilan annonce 600 morts et 1000 blessés, puis le 7 mars un deuxième annonce 300 morts jusqu’à ce que les tracts diffusés par Vichy donnent les chiffres de 410 morts et 1585 blessés. Une cérémonie officielle est organisée place de la Concorde en mémoire des victimes, le Maréchal dénonce, dans son discours, « la criminelle action de l’ancienne alliée qui n’a laissé nos soldats entrer seuls dans la mort que pour y jeter, deux ans plus tard, avec la plus froide résolution, nos civils innocents32 » repris dans les tracts. Appuyés par des photographies, des chiffres mentionnant les tués, les blessés, les sinistrés, les tracts colportent l’idée d’une guerre de lâches, visant les habitations et donc les civils, femmes et enfants compris. Plusieurs tracts et affiches sont clairement identifiés comme relevant du gouvernement de Vichy ainsi l’affiche « En six mois, l’aviation anglo-américaine » … est tirée et apposée en 2 000 exemplaires de 240 x 320 cm, 20 000 exemplaires de 120 x 160 cm, 107 000 exemplaires de 80 x 100 cm33. À cette campagne, s’ajoute une série de brochures illustrées intitulées « Nos villes dans la tourmente » consacrée aux villes bombardées : photos et commentaires sur Montluçon, Nantes, Le Creusot, etc.

  • 34  Mémorial de Caen, n°inv. TRFC 40.

29Les tracts de l’année 1943 consacrés aux bombardements sont sensiblement plus nombreux que ceux de l’année précédente. Les nombres de morts sont variables et invérifiables car les périodes ne sont pas clairement énoncées : 3500 morts en six mois d’après le Secrétariat d’État à l’Information entre janvier et juin 1943, 4500 morts entre janvier 1941 et avril 1943 d’après un autre tract : « Des paroles et des faits »34. Outre l’injustice faite aux civils, un second argument ressurgit accusant les « capitalistes de Wall Street et de Londres ». Il porte sur le cynisme des Alliés qui, en bombardant les structures économiques françaises, préparent l’après-guerre afin de « truster le commerce français » et de mettre main basse sur l’économie du pays.

  • 35  IHTP, tract carton 074, 11-12.

30  En 1944, la menace d’un débarquement allié en France approchant, les propagandistes jouent sur la peur des habitants de voir débarquer les Alliés et son lot de drames en insistant sur la violence toujours plus importante des bombardements et sur la cruauté des soldats alliés : « des bombardements massifs vous attendent », « Ils nous prennent tout, les villes sont rasées, les femmes et les enfants assassinés », « Tu pourras voir tes enfants déchiquetés, d’un seul coup »… L’opuscule « Pas dans mon coin » ironise sur les sentiments ambiguës de la population française : impatiente de la libération tout en redoutant ses conséquences35.

31En quatre années de guerre, les propagandistes ont déployé un arsenal impressionnant de mots, de dessins, de slogans contre les Britanniques. Mais comment les Français ont-ils reçu ces messages ?

Les Français ont-il cru à cette propagande ?

  • 36  Les Archives nationales ont permis à l’Institut d’Histoire du Temps Présent de diffuser les synthè (...)
  • 37  Sur l’ensemble des rapports de la zone occupée, il n’est fait référence qu’une seule fois à un tra (...)

32Les rapports demandés par le Chef du gouvernement à ses préfets sont l’instrument de mesure privilégié de l’opinion publique pendant l’Occupation36. Le dépouillement systématique des synthèses de la zone occupée n’est pas entièrement satisfaisant car elles ne reflètent pas toujours la réalité du terrain et ne sont, par définition, qu’un résumé de quelques pages. Elles permettent néanmoins de mettre en perspective la politique anti-britannique menée par les propagandistes et son incidence sur les Français. En règle générale, les chapitres consacrés au moral des Français parlent de leurs préoccupations, de leurs sentiments vis-à-vis du gouvernement de Vichy, de l’Occupant et des puissances étrangères. Les services de police et de gendarmerie, préfectures et sous-préfectures scrutent l’accueil fait à la radio nationale, aux campagnes de propagande diffusées par voie de presse, aux conférences organisées par les délégués départementaux à la propagande. Les affiches et les tracts ne font l’objet d’aucun commentaire particulier37, mais il est probable que la réception des messages soit identique aux autres médias. Nous tenterons d’examiner dans cette dernière partie les corrélations possibles entre propagande et opinion publique.

33Dès son premier rapport daté du 2 août 1940, le Délégué général aux Territoires Occupés fait état d’une population d’ores et déjà acquise à la cause anglaise : « une partie de la population ne dissimulerait guère les vœux qu’elle formule pour le succès de l’Angleterre ». Les articles anti-britanniques des journaux de la zone occupée ne sont pas pris au sérieux, comme le souligne le Délégué général le 29 août : « l’effort de propagande allemand dans ce sens n’atteint pas son but et ne frappe pas les esprits », puis dans celui du 16 octobre : « Le public ne croit pas à la presse ». La propagande diffusée au cinéma n’est pas plus appréciée, les spectateurs applaudissent lorsqu’ils voient à l’écran des troupes britanniques et sifflent devant l’image de Hitler. Il y a fort à parier qu’il en est de même pour les campagnes d’affichages et de diffusion de tracts. Bien que la propagande ne soit pas avare de publications sur la trahison britannique après l’affaire de Mers El-Kebir, puis, en août, avec celle de Dakar, les Français ont disculpé l’Angleterre et se montrent indifférents aux arguments propagandistes. Ils ne sont pas dupes et savent pertinemment que la propagande émane de l’Occupant et qu’à ce titre, elle n’a aucun crédit.

  • 38  Rapport du Délégué du 16 octobre 1940.

34Pour autant, les Français sont-ils anglophiles en cette fin d’année 1940 ? Pas tout à fait… Bon nombre de préfets souligne le fait qu’il s’agit avant tout d’une réaction d’hostilité à l’Occupant : être contre les Allemands, c’est être pour son ennemi, le seul à se battre encore : la Grande-Bretagne. Cet attachement à la cause anglaise est proportionnel à l’importance de l’occupation militaire : la Bretagne et la Normandie sont perçues comme des régions plus anglophiles que d’autres car la présence allemande y est particulièrement dense. Ce sentiment perdure pendant toute la Bataille d’Angleterre. Il augmente jusqu’à la fin de l’année 1940 et se diffuse grâce à la radio anglaise très écoutée : « Les incursions de l’aviation anglaise sur nos côtes sont accueillies avec une certaine allégresse par les populations normandes et bretonnes, qui sont, depuis quelque temps déjà, à l’avant-garde de l’anglophilie »38.

  • 39  Synthèse des rapports, 10-15 avril 1941.

35Anglophile par réaction, l’opinion publique est aussi versatile. Le soutien à la cause anglaise ne fera que de s’amplifier avec le temps, mais il subit des coups d’arrêt lors des échecs de l’armée britannique. Le conflit en Yougoslavie, le débarquement manqué en Grèce et les affrontements en Afrique, puis, plus tard, l’opération Jubilee sur Dieppe, le 19 août 1942, sont analysés par les préfets qui montrent que les Français se détournent de leurs amis, marquent leur découragement lorsqu’ils sont en difficulté : « En ce qui concerne la propagande anglaise et gaulliste, les échecs récemment subis par les armées britanniques dans les Balkans paraissent avoir en bon nombre d’endroits, affaibli son action et son rayonnement39 », encore en novembre 1941 : « Lasse de la guerre, déçue par l’inaction anglaise, cette population se détacherait volontiers de la cause britannique si, du point de vue extérieur, elle ne considérait que les Autorités françaises favorisent l’emprise allemande […] ». En 1943-1944, la lenteur des Britanniques en Italie est décriée à un moment où la libération promise se fait attendre. Le doute s’installe et les opérations en Italie perturbent les Français comme le signale, en février 1944, le préfet de l’Eure : « La confiance dans les alliés a beaucoup diminué » et celui de Toulouse : « il est indiscutable que l’échec des Anglais a très sérieusement atteint leur prestige militaire ».

36En revanche, toute confiance lui est accordée lorsque la Grande-Bretagne remporte des succès militaires. Combinés à ceux de l’Armée rouge sur le front de l’Est, de la fin de l’année 1942 au printemps 1943, les Français ne cachent pas leur sympathie et écoutent de plus en plus la radio britannique. La dénonciation de la BBC qui ne diffuserait que des « bobards » et « des racontars » n’a aucun effet sur la population bien que l’écoute des radios étrangères soit sévèrement punie. Ainsi, le débarquement des troupes britanniques à Madagascar, colonie française, en mai 1942 ne suscite aucune réaction populaire. Celle-ci est même inversement proportionnelle à l’émoi qu’entendent susciter les propagandistes. Affichettes, tracts et brochures ne reçoivent pas plus d’intérêts que les conférences organisées par les délégués à l’Information qui « ne réunissent qu’un nombre réduit d’auditeurs». En mai 1942, la synthèse ministérielle expose que « il y a lieu de noter toutefois que l’agression contre Madagascar et la menace qui pèse sur les Antilles sont accueillies avec peu de réaction par l’opinion qui ne veut considérer cette mainmise que comme essentiellement provisoire ». Les préfets sont unanimes pour reprocher aux Français de ne pas avoir « le sens de l’Empire », « d’avoir perdu la notion de la grandeur du Pays ».

  • 40  Mémorial de Caen, n°inv. TRFC 113.
  • 41  Drôles d’alliés. Document où est mentionné à la main : « propagande allemande anti-Angleterre, pro (...)
  • 42  Elisabeth Dunan, op.cit., 32.

37Peu à peu, à partir de 1942, la propagande allemande et celle de Vichy commencent à prendre en compte la ferveur anglophile des Français. Une partie des imprimés étudiés s’adresse sans détour à « ceux qui n’ont encore rien compris », preuve que l’anglophilie ambiante est tout à fait perceptible chez les instigateurs des documents. Il s’agit non seulement de convaincre les « attentistes »40, mais aussi ceux qui ont pris parti pour « la perfide Albion » en insistant sur leur ignorance, leur manque de réflexion, leur aveuglement. De nombreuses formules interpellent directement les « dissidents » : « [...] D’autres hélas sont toujours aveugles, il est pourtant nécessaire que tous comprennent, que tous sachent tout le mal qui nous vient de la perfide Albion »41, « Voilà de quoi vous donner à réfléchir vous qui, malgré tout, voulez écouter Londres », « Si tu es de ceux qui pendant quatre ans ont attendu, appelé, espéré les libérateurs, tu pourras dire […] » « Les journaux ne disent pas la vérité. Que de gens répètent ce slogan importé d’Angleterre ! … Il n’y a pour ces ignorants, dont le nombre diminue tout de même, que la radio anglaise qui ne ment pas ». Autant de formules qui, en s’adressant aux résistants tentent de les impliquer, sans pour autant remporter le moindre succès. À partir de 1942, les services de propagande allemands se découragent et avouent leur impuissance : « il y a peu de collaborateurs convaincus et la masse ne se détournera pas de l’Anglais grâce à la propagande »42.

38Il y a cependant deux thématiques sur lesquelles on note une certaine concordance entre les réactions populaires et les messages des propagandistes : les bombardements et la libération du territoire en 1944, deux moments où la menace de la guerre concerne au premier chef les populations.

39Après les attaques aériennes sur les usines Renault en avril 1942, le rapport du ministre de l’Intérieur décrit une population ébranlée dans ses certitudes et plus particulièrement celle située à proximité des lieux du drame :

Les bombardements de plus en plus importants en fréquence et en étendue de la zone occupée ont incontestablement troublé l’opinion publique, au moins dans la région parisienne ; en ce qu’elle gardait de sympathie pour la cause anglaise. Dans les banlieues ouvrières, en particulier, les sinistrés dont les foyers ont été complètement anéantis et qui, jusqu’alors, gardaient foi en l’Angleterre ont dissipé leurs illusions pour maudire ceux qui − sans résultats militaires visibles ou appréciables − les ont plongés dans le deuil et le dénuement.

40Les rapports sont unanimes à constater qu’à Rouen, Annecy, Toulon et dans toutes les régions touchées par les raids aériens, les civils sont prompts à réagir et à dénoncer ces attaques « odieuses ». Ils sont suivis de près par les services d’information de Vichy qui déploient pour l’occasion un véritable arsenal de chiffres et de photos du malheur des populations. Pour autant, cette exacerbation vive et immédiate au cœur de la cible, s’atténue au fur et à mesure que l’on s’éloigne dans le temps et l’espace :

Les bombardements du mois d’Octobre ont suscité une immédiate réaction. Le caractère odieux de ces agressions a cependant été oublié avec une facilité et une rapidité déconcertantes par les habitants des régions sinistrées eux-mêmes. Ces attentats de l’aviation anglaise sont excusés couramment par la population qui se refuse à croire à la victoire allemande et qui veut considérer comme un échec l’avance des troupes de l’Axe en URSS.

  • 43  Mémorial de Caen, n°inv. TRFC 49.
  • 44  IHTP, ARC 074 Carton  12.
  • 45  Mémorial de Caen, n°inv. TRFC 5.
  • 46  Mémorial de Caen, n°inv. TRFC 6.

41Un tract intitulé « On ne fait pas d’omelettes »43 reprend cet état d’esprit changeant : un bourgeois bien habillé tente de convaincre un ouvrier maigrichon de la nécessité des bombardements jusqu’au moment où ce dernier lui apprend que sa maison a été bombardée. Son propos est alors tout autre : « Ah les salauds… C’est honteux… ». L’attitude versatile de la population est dénoncée aussi dans un tract daté sans doute de 1944. « Pas dans mon coin »44 montre que l’anglophilie est plus forte dans des zones non touchées par la guerre : « comme ils tardent, vite le débarquement mais pas dans mon coin… Il faut que les anglo-américains débarquent mais pas dans mon coin ». La propagande saisit parfaitement ce climat général où se mêlent impatience et inquiétude. À l’impatience relevée en décembre 1943 : « Pour la grande majorité, le débarquement reste certain mais les esprits sont par contre très divisés sur la date même de sa réalisation », des tracts rétorquent en portant en dérision les vaines promesses de libération de Churchill : « le 15 mars 1944 »45 et « Samedi 1er avril »46 et tentent ainsi de démoraliser les Français. L’inquiétude révélée dans les rapports est récupérée dans les slogans des tracts et des affiches :

Toutes les suppositions s’accompagnent évidemment d’une certaine nervosité que l’approche du printemps ne pourra qu’augmenter » […] Par-dessus les maux de la guerre, les populations redoutent surtout l’évacuation forcée. Malgré les risques courus les populations côtières préféreraient passer chez elles la période des opérations militaires plutôt que d’endurer un nouvel exode.

  • 47  Cette affiche aux couleurs rougeoyantes publiée après les bombardements de Rouen du 18-19 avril 19 (...)

42Ils promettent que les « libéra-tueurs » dévasteront le pays, ruineront les villes, tueront les femmes et les enfants ou encore « que les assassins reviennent toujours sur les lieux de leur crime »47.


  

  • 48  L’expression date du XIXe siècle, à une époque où les conflits coloniaux avec la Grande-Bretagne s (...)

43Force est de reconnaître que ces déferlements médiatiques ont eu peu ou prou d’incidence sur l’opinion qu’ont les Français de leur ex-alliée : il est clair que la volonté de Vichy ou des Allemands de détourner les Français de leurs amitiés britanniques est un échec. En portant la propagande sur le terrain de la politique étrangère, avec des slogans et des arguments peu subtils, les Allemands n’ont pas obtenu les revirements escomptés. Finalement, l’étude de la propagande anti-britannique apporte plus de renseignements sur les émetteurs que les récepteurs. La position ambiguë du gouvernement de Vichy face à la Grande-Bretagne se traduit par une propagande anglophobe peu agressive, tout au moins jusqu’aux bombardements sur les villes françaises. En revanche, du côté allemand, la propagande anti-britannique mise en œuvre s’appuie sur des fonds de vérité. L’attitude britannique pendant la Campagne de France qui a provoqué un sentiment anglophobe dans l’opinion publique puis la série de revers en Méditerranée et en Afrique du Nord sont à l’origine des premières campagnes. L’histoire culturelle franco-britannique douloureuse plus souvent faite de conflits coloniaux et maritimes, marquée d’une concurrence au sein de l’Europe qui remonte bien au-delà de l’ère napoléonienne, alimente de nombreux tracts et affiches visant à dénoncer l’ennemi héréditaire de la France, la « perfide Albion »48.

Haut de page

Bibliographie

AMAURY Philippe, Les deux premières expériences d’un « ministère de l’Information » en France, Paris : Librairie générale de droit et de jurisprudence, 1969.

Bédarida François, « La rupture franco-britannique de 1940 », Vingtième siècle, revue d’histoire, 37-48.

BERTIN-MAGHIT Jean-Pierre, « Encadrer et contrôler le documentaire de propagande sous l’occupation », Vingtième siècle, revue d’histoire, n°63, 1999, 23-50.

BRAULT Aurélien, « La Propagande antigaulliste et antibritannique en France pendant l’Occupation », Université de Caen, Master 1, 2006.

DelportE Christian, Les Crayons de la propagande, dessinateurs et dessin politique sous l’Occupation, Paris : Éditions du CNRS, 1993.

Delporte Christian, « Les métamorphoses de John Bull : les Britanniques dans la caricature française de Munich à Suez (1939-1956) », Franco-British Studies, n° spécial « French attitudes to the British », automne 1992, 31-42.

DUNAN Élisabeth, « La Propaganda-Abteilung de France : tâches et organisations », Revue d’histoire de la Seconde Guerre mondiale, n°4, octobre 1951, 13-32.

KERSAUDY François, De Gaulle et Churchill, la mésentente cordiale, Paris : Perrin 1997.

Laborie Pierre, L’évolution de l’opinion publique, Paris : Éditions du Seuil, 1990.

LEVY Claude, « L’organisation de la propagande », Revue d’histoire de la Seconde Guerre mondiale, n°64, octobre 1966, 8-20.

Polonski Jacques, La Presse, la propagande et l’opinion publique sous l’occupation, Paris : Édition du centre (CDJC), 1946.

Rossignol Dominique, Histoire de la propagande en France de 1940 à 1944 : l’utopie Pétain, Paris : PUF, 1991.

Haut de page

Annexe

Document 1 : Le bain de sang, anonyme, sans date

Document 1 : Le bain de sang, anonyme, sans date

Document n° 2 : extrait de L’Olympiade 1941 de Apis

Document n° 2 : extrait de L’Olympiade 1941 de Apis

Document n° 3. Anonyme, 1944

Document n° 3. Anonyme, 1944

Document n° 4. Affiche signée André Deran, sans date

Document n° 4. Affiche signée André Deran, sans date

Document n°5. Affiche du Secrétariat d’Etat à l’Information, vers 1942

Document n°5. Affiche du Secrétariat d’Etat à l’Information, vers 1942

Document n°7. Verso du tract du Secrétariat d’Etat à l’information

Document n°7. Verso du tract du Secrétariat d’Etat à l’information
Haut de page

Notes

1  Rivales de toujours, tant du point de vue militaire que colonial, la France et l’Angleterre signaient le 8 avril 1904 l’Entente cordiale, traité qui mettait fin aux nombreux différends concernant les colonies.

2  Constitué à partir des collections du Mémorial de Caen, il a été complété par les collections de l’Institut d’Histoire du Temps Présent conservées sous la cote ARC 074 11-12 et de documents collectés dans des ouvrages sur la propagande.

3  Dominique Rossignol, Histoire de la propagande en France. L’utopie Pétain, Paris : PUF, 1991.

4  IHTP, ARC 074, carton n°11 : « Français, Adolf Hitler a renouvelé à vos hommes d’État, le 6 octobre devant le Reichstag, l’offre de paix … ». Tract anonyme non daté portant la mention manuscrite : « Jeté par avion allemand le vendredi matin à 11h Ste Cécile le 17/11/1939 ». Il dénonce l’Angleterre comme étant la seule responsable de cette « guerre insensée ».

5  Christian Delporte, Les Crayons de la propagande, Paris : Éditions du CNRS, 1993.

6  Radio Paris est une émanation de la Propaganda Abteilung créée en juillet 1940 avec des équipes allemandes. Elle recruta, par la suite, de nombreux membres des partis de collaboration.

7  Jean-Pierre Bertin-Maghit, « Encadrer et contrôler le documentaire de propagande sous l’occupation », Vingtième siècle, revue d’histoire, n°63, 1999, 23-50.

8  Mes remerciements à M. Goulven Guilcher, du laboratoire des Études interdisciplinaires du monde anglophone qui m’a fait part de sa bibliographie et de son travail en cours sur le sujet.

9  IHTP, ARC 074, cartons 11-12 : Ministère de l’Information, Note de documentation. Les leçons de l’Histoire : comment les Anglo-saxons rendent ce dont ils s’emparent, non daté.

10  Philippe Pétain, Discours aux Français, 17 juin 1940-20 août 1944 : textes établis et présentés par Jean-Claude Barbas, Paris : A. Michel, 1989.

11  Philippe Amaury, Les deux premières expériences d’un « ministère de l’Information » en France, Paris : Librairie générale de droit et de jurisprudence, 1969.

12  Pour qui ? Pour l’Angleterre !  Mémorial de Caen, n°inv. 96-7-137, L’Angleterre ennemie de l’Europe,Mémorial de Caen, n°inv. 94-68-11, Qui a déclaré la guerre ?, Mémorial de Caen, n°inv. 93-9-11.

13  Mémorial de Caen, n° inv. 89-18-13. Affiche de Teo Matejko, dessinateur d’origine polonaise du Berliner Illustrierte, qui adhère dès 1933 au parti nazi et qui sera l’auteur de plusieurs affiches anti-britanniques.

14  François Bédarida, « La rupture franco-britannique de 1940 », Vingtième Siècle, revue d’histoire, 1990, vol. 25, n° 25, 37-48.

15  Mémorial de Caen, n°inv. TRFC 10. Voir en annexe Document 1.

16  Mémorial de Caen, n°inv. TRFC 27.

17  Mémorial de Caen, n°inv. 91-6-6. Anonyme, vers 1941.

18  Mémorial de Caen, n°inv. 96-7-111.

19  Bajus rentre à Paris, 16p., Mémorial de Caen, n°inv. TRFC 116.

20  Mémorial de Caen, n°inv. TRCF 114. Voir en annexe Document n° 2.

21  Mémorial de Caen, n° inv. TRFC 26.

22  Mémorial de Caen , n° inv. TRFC 46. Voir en annexe Document n° 3.

23  Mémorial de Caen, n° inv. 89-18-4. Voir en annexe Document n°4.

24  Mémorial de Caen, n° inv. TRFC 18.

25  Mémorial de Caen, n° inv. TRFC 33.

26  Mémorial de Caen, n° 94-68-100. Voir en annexe Document n° 5.

27  Mémorial de Caen, n°inv. 94-68-94.

28  Mémorial de Caen, n°inv.94-68-108.

29  Mémorial de Caen, n° inv. 88-74-3.

30  Mémorial de Caen, TRCF n°4. Voir en annexe Document n°6.

31  La Résistance française utilisa aussi l’image de Jeanne d’Arc comme symbole du combat contre l’Occupant.

32  Mémorial de Caen, n° inv. TRFC 39. Voir en annexe Document n° 7.

33  Stéphane Marchetti, Affiches 1939-1945, images d’une certaine France, Lausanne, Edita SA, 1982, p.132-133.

34  Mémorial de Caen, n°inv. TRFC 40.

35  IHTP, tract carton 074, 11-12.

36  Les Archives nationales ont permis à l’Institut d’Histoire du Temps Présent de diffuser les synthèses de ces rapports départementaux établis en zone occupée et non occupée. Ils sont consultables sur Internet à l’adresse suivante : <http://www.ihtp.cnrs.fr/prefets/>.

37  Sur l’ensemble des rapports de la zone occupée, il n’est fait référence qu’une seule fois à un tract, en 1944.

38  Rapport du Délégué du 16 octobre 1940.

39  Synthèse des rapports, 10-15 avril 1941.

40  Mémorial de Caen, n°inv. TRFC 113.

41  Drôles d’alliés. Document où est mentionné à la main : « propagande allemande anti-Angleterre, prog. Staffel mai 1942 ». Mémorial de Caen, n° inv. TRCF119.

42  Elisabeth Dunan, op.cit., 32.

43  Mémorial de Caen, n°inv. TRFC 49.

44  IHTP, ARC 074 Carton  12.

45  Mémorial de Caen, n°inv. TRFC 5.

46  Mémorial de Caen, n°inv. TRFC 6.

47  Cette affiche aux couleurs rougeoyantes publiée après les bombardements de Rouen du 18-19 avril 1944 montre Jeanne d’Arc sur le bûcher. Mémorial de Caen, n°inv. 91-4-4.

48  L’expression date du XIXe siècle, à une époque où les conflits coloniaux avec la Grande-Bretagne sont incessants. Elle remporte un vif succès dans la littérature française jusqu’à la signature de l’Entente cordiale puis est remise au goût du jour en 1940.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Évolution de l’édition de propagande anti-britannique 1939-1944
URL http://lisa.revues.org/docannexe/image/501/img-1.png
Fichier image/png, 5,1k
Titre Document 1 : Le bain de sang, anonyme, sans date
URL http://lisa.revues.org/docannexe/image/501/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 72k
Titre Document n° 2 : extrait de L’Olympiade 1941 de Apis
URL http://lisa.revues.org/docannexe/image/501/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 64k
Titre Document n° 3. Anonyme, 1944
URL http://lisa.revues.org/docannexe/image/501/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 24k
URL http://lisa.revues.org/docannexe/image/501/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 32k
Titre Document n° 4. Affiche signée André Deran, sans date
URL http://lisa.revues.org/docannexe/image/501/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 1020k
Titre Document n°5. Affiche du Secrétariat d’Etat à l’Information, vers 1942
URL http://lisa.revues.org/docannexe/image/501/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 356k
Titre Document n° 6. Tract probablement d’origine allemande, non daté, non signé.
URL http://lisa.revues.org/docannexe/image/501/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 36k
URL http://lisa.revues.org/docannexe/image/501/img-9.png
Fichier image/png, 599k
Titre Document n°7. Verso du tract du Secrétariat d’Etat à l’information
URL http://lisa.revues.org/docannexe/image/501/img-10.png
Fichier image/png, 927k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Françoise Passera, « La propagande anti-britannique en France pendant l’Occupation », Revue LISA/LISA e-journal, Vol. VI – n°1 | 2008, 124-150.

Référence électronique

Françoise Passera, « La propagande anti-britannique en France pendant l’Occupation », Revue LISA/LISA e-journal [En ligne], Vol. VI – n°1 | 2008, mis en ligne le 15 juin 2009, consulté le 24 novembre 2017. URL : http://lisa.revues.org/501 ; DOI : 10.4000/lisa.501

Haut de page

Auteur

Françoise Passera

Dr., (Caen, France)
Françoise Passera est ingénieur d’études au Centre de recherche en histoire quantitative à l’Université de Caen. Elle est, entre autres, l’auteur de Les affiches de propagande pendant la Seconde Guerre mondiale, Mémorial de Caen, 2004.

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la Revue LISA / LISA e-journal sont mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Revues.org