Navigation – Plan du site
Regards croisés sur les deux premières guerres mondiales

Fondements du discours propagandiste arabe de la Grande-Bretagne au Maghreb pendant la Seconde Guerre mondiale (1939-1943)

The Foundations of British Arabic Propaganda Speech in North Africa during World War II (1939-1943)
Fayçal Cherif
p. 22-40

Résumé

The Second World War’s ramifications and the landing of the Anglo-Americans in North Africa (Torch) brought out the antagonism between the powers of the Axis and the Allies. Apart from the military war, a second war including more horrible and complex elements than weapons had been declared by the different rival camps: the propaganda in the Arabic language initiated at the beginning by Germany and Italy and soon developed by Great Britain too (from 1939). It was an efficient and fearsome weapon to control the spirit of the Arab people’s opinion in general, especially that of the Maghrebians, who were often hostile to the British and French colonial policies in their regions. Certainly, radio programmes were preponderant as they were easily accessible but newspapers and leaflets were also used a lot in this psychological war. The subtleties and the impact of this British propaganda will be the subject of research. This article explains the mechanism, the structures, the aims and finally the impact of British propaganda in the Arabic language in North Africa between September 1939 and May 1943.

Haut de page

Texte intégral

  • 1  Voirà ce propos notre première contribution sur ce sujet : « La propagande arabe anglaise vers le (...)

1Dans le premier volet de notre étude sur la propagande britannique en langue arabe envers le Maghreb pendant la Seconde Guerre mondiale, nous avons abordé ses différentes formes et esquissé sommairement son contenu1. Les aspects chronologiques, techniques et thématiques globaux étant largement étayés, il sera question ici d’aborder le contenu, les visées de cette propagande et surtout de sonder son impact auprès des populations maghrébines.

2Dans quelles mesures, la propagande arabe anglaise répondait-elle aux visées stratégiques de la Grande-Bretagne et semblait se conformer à sa vision du monde dans la conjoncture fort délicate de son émergence et de son parcours entre 1939 et 1943 ? Quelles furent les subtilités de la stratégie propagandiste britannique envers le Maghreb à travers la radio, la presse et les tracts ? A-t-elle pu trouver écho chez les Maghrébins dans un temps où les alliances étaient des plus précaires et où les incertitudes du cours de la guerre ne laissaient entrevoir aucune issue politique claire pour les Maghrébins ?

Une propagande défensive selon la conjoncture internationale

3La Grande-Bretagne, face à une propagande allemande crédible et efficace en Europe et dans le monde arabe, était devenue consciente de l’importance du mouvement d’opinion dans ses colonies. Car il était établi, dès 1938, que la propagande allemande, forte de ses appuis (pays n’ayant pas de larges assises coloniales), visait à canaliser un mouvement d’opinion hostile à l’effort de mobilisation de l’empire colonial britannique et français et à préparer un soulèvement général. « Chaire à canon » était l’expression préférée de l’Allemagne nazie pour désigner les combattants maghrébins engagés dans l’armée française et de leur signifier, en outre, qu’ils étaient des boucs émissaires d’une guerre impérialiste qui n’était certainement pas la leur. Ainsi, avec des qualificatifs peu avenants, l’Allemagne hitlérienne tentait de susciter désengagements et désertions et même des mutineries au sein des Maghrébins engagés dans l’armée française et des Arabes d’Orient engagés aussi dans l’armée britannique (Égyptiens, Palestiniens et Irakiens). Pour les pays de l’Axe, il était important d’entraver la mobilisation militaire dans les territoires nord-africains, dans le but de les soulager sur le plan militaire et de faciliter l’approvisionnement en matières premières indispensables pour l’industrie et la logistique militaires.

4Il faut dire que la France et la Grande-Bretagne trouvaient dans leurs colonies des réservoirs économiques et humains substantiels les mettant à l’abri des grandes crises. Ce fut le cas pendant la Grande Guerre (14-18) où 170 000 soldats algériens et tunisiens avaient combattu sur les premières lignes aux côtés de la France face à l’Allemagne de Guillaume II :

  • 2  E. Monroe, Les Enjeux politiques en Méditerranée, Paris : A. Colin, 1939, 67.

Les soldats musulmans ont combattu à ses côtés (la France) dans les tranchées et ils se demandent de temps en temps pourquoi on n’applique pas le service militaire en Algérie, où il existe, en principe, et pourquoi on ne l’introduit pas en Tunisie et au Maroc, où la base du recrutement est l’engagement volontaire. La voix se fait même plaintive. Comment pourrions-nous négliger ce moyen de compenser le déséquilibre de la natalité française vis-à-vis de l’Allemagne?2

5Au détriment de l’Allemagne, l’Angleterre tira d’importants profits de la Guerre 14-18. Elle obtint 25% du total des réparations infligées à l’Allemagne même si les dégâts subis étaient minimes. Plus pénibles encore, les anciennes colonies allemandes furent octroyées à l’Australie et à l’Union sud-africaine, qui restaient sous tutelle britannique en matière extérieure (Dominions).

  • 3  Radio Berlin ne ménageait guère les moyens pour saboter l’effort britannique de propagande. Younes (...)

6Les campagnes de sabotage du moral et de dénigrement engagées par Radio Bari et Radio Berlin afin de nuire à l’image de l’Angleterre, se faisaient de plus en plus virulentes au gré des tensions diplomatiques qui surgissaient peu avant le début de la guerre (mars 1938-août 1939). Le matraquage quotidien des radios totalitaires avait pour but de parer à toute éventualité d’alliance de l’opinion maghrébine aux idéaux que l’Angleterre prétendait répandre dans le monde arabo-musulman3.

7Cet éclairage sur les offensives médiatiques allemande et italienne semble nécessaire afin de comprendre par la suite les réponses britanniques qui lui ont été adressées. Il est vrai que si la propagande de l’Axe en langue arabe n’avait pas existé, la Grande-Bretagne n’aurait presque jamais songé à mener sa propre propagande en langue arabe à travers les ondes de la BBC, en l’occurrence Radio Londres et plus tard à travers les journaux et les tracts en langue arabe.

Les intérêts britanniques et rôle de la propagande pour consolider ses assises dans le monde arabe

  • 4  Roland Marx, Histoire de la Grande-Bretagne, Paris, Armand Colin, 1980, 271.

8L’étendue et le poids économique en ressources et en hommes de l’Empire colonial britannique étaient certes sa force mais présentaient aussi de nombreuses faiblesses. Il est vrai que depuis l’annonce des 18 points de Wilson et la création de la SDN, des concessions politiques de taille étaient octroyées par la Grande-Bretagne envers ses colonies dont la plus importante pour le monde arabe était sans doute une théorique indépendance de l’Égypte en 1936. Le problème majeur que la Grande-Bretagne voulait éviter à tout prix était de voir surgir des mutineries, des révoltes et un renforcement des nationalismes dans ses colonies. Dans les années 1920, elle avait à craindre une hégémonie française en Europe ; elle avait en l’occurrence condamné le coût très élevé des réparations et sympathisé avec les souffrances du peuple allemand appauvri par l’inflation. La Grande-Bretagne désapprouva ouvertement l’occupation de la Ruhr par les Franco-Belges et, en 1924, appuyait le Plan Dawes sur les réparations qui prévoyait l’octroi de crédits par la Grande-Bretagne et les états-Unis à l’Allemagne4. La France, de son côté, a indéniablement tenté d’enfoncer le clou dans le pied de l’Allemagne. Hitler a toujours considéré la France comme l‘« ennemi mortel » de l’Allemagne et non pas la Grande-Bretagne.

9L’Allemagne et l’Italie, pour leur part, ne ménageaient guère leurs efforts pour aider (en apparence) les revendications nationalistes dans les pays colonisés afin de contrebalancer l’équilibre diplomatique et militaire existant et d’affaiblir la Grande-Bretagne dans sa périphérie sensible (les colonies). Dans le monde arabe, cet enjeu était revenu sur la sellette entre les puissances de l’Axe, d’une part, l’Angleterre et la France, de l’autre, en redoublant d’ardeur et ce, en marge de l’extension allemande en Europe et l’occupation italienne d’Éthiopie en 1935, de l’Albanie (le 7 avril 1938) et ses déclarations successives de l’obligation de réviser le partage colonial et les zones d’hégémonie. La proclamation de l’Anschluss le 12 mars 1938, puis la tenue de la Conférence de Munich les 29 et 30 septembre 1938 n’ont pu sauver la paix fragile que les Britanniques et les Français tentèrent d’instaurer.

10Dans les plans italiens, le bassin méditerranéen devait être coupé en deux par une ligne Misurata-Agrigente (zone Est et Ouest) ; il assurerait ainsi la prépondérance des intérêts italiens côté Maghreb et Corse (bassin ouest), en marginalisant le rôle britannique qui détenait trois forteresses en Méditerranée – supériorité navale aidant – : Malte, le détroit de Gibraltar et le Canal de Suez. Ces positions stratégiques de premier ordre constituaient à cet effet la sentinelle britannique dans le bassin méditerranéen largement convoité par les Italiens. Il faut dire que l’Allemagne se souciait peu de la Méditerranée ; son « espace vital » se situait bien en Europe de l’Est. Au milieu des années 30, les enjeux étaient devenus multiples. à travers une frénétique course à l’armement, les matières premières, les ressources pétrolières et les positions stratégiques, comme celle de l’Égypte (contrôle du Canal de Suez), se plaçaient au cœur des convoitises politico-militaires. Les réserves en hommes (mobilisables) faisaient également partie des campagnes de propagande. C’est donc bien un enjeu complexe à la fois humain, géo-stratégique et économique qui stimulait une véritable guerre de propagande entre la Grande-Bretagne et ses rivaux. Cette dernière devait, de ce fait, donner des répliques conséquentes, rassurer ses alliés et préserver ses possessions stratégiques et coloniales face aux ambitions italiennes et parer plus tard à l’expansion militaire allemande.

Le début de l’offensive propagandiste britannique

11Plus « agressive » que la France pour faire face au Japon qui menaçait son empire d’Orient et à l’Axe (Europe et Méditerranée), la Grande-Bretagne est sortie en 1939 d’un pacifisme longtemps soutenu par son opinion publique :

  • 5  Roland Marx, Histoire de la Grande-Bretagne, op. cit., 273.

En 1939, la leçon des faits a été comprise. L’impuissance de la SDN a convaincu de la nécessité de recourir aux systèmes d’alliances traditionnels. La menace d’hégémonie allemande en Europe, japonaise en Extrême-Orient, les armements navals allemands, italiens, nippons ont éveillé des craintes généralisées. Le plus pacifiste des hommes d’état, Neville Chamberlain, modifia totalement son attitude à partir du 15 mars 1939. L’établissement du service militaire obligatoire le 26 avril, en pleine paix, pour la première fois dans l’histoire du royaume, a été accepté aisément par l’opinion malgré les réticences travaillistes au Parlement. Depuis Munich, les Travaillistes ont pourtant pris résolument position contre le fascisme, et l’effort de réarmement est soutenu par une véritable vague de fond. Si, en août 1939, le gouvernement multiplie les efforts pour éviter la guerre, c’est sans la moindre hésitation qu’il décide de remplir ses engagements envers la Pologne. La résolution anglaise en 1939 tranche sur les hésitations de 19145.

12Il faut dire que la propagande de guerre, telle que définie par Goebbels, aurait pour but la dislocation psychologique de l’adversaire. Consciente des effets néfastes de ces conséquences beaucoup plus que la France, dès septembre 1939, l’Angleterre s’est subitement remise de son « sommeil » afin d’affronter les ambitions des pays totalitaires à travers une propagande en langue arabe dirigée vers le monde arabe.

13La Grande-Bretagne et la France étant alliées, leur déclaration commune de guerre contre l’Allemagne (le 3 septembre 1939), faisait que les deux pays laissaient leurs querelles traditionnelles de côté pour affronter l’Allemagne hitlérienne et l’Italie mussolinienne. La drôle de guerre conforta la position de Winston Churchill devenu le 10 mai 1940 Premier ministre et Lord de l’Amirauté britannique. L’invasion allemande de la Hollande et de la Belgique, l’encerclement des troupes franco-britanniques et leur fuite (de justesse) de Dunkerque, ces faits avaient sans doute marqué un nouvel épisode dans  les relations entre les deux pays (la France et la Grande-Bretagne), devenues tendues, voire hostiles au début du mois de juillet 1940.

Thèmes et visées de la propagande arabe britannique vers le Maghreb : les programmes de la BBC

14L’absence de toute contre-propagande française incita aussi les Britanniques à se doter de l’arme du « verbe » et de l’image qui sont tout aussi efficaces que les avions et les blindés. L’Afrique du Nord, joyau de l’Empire français, fut la proie privilégiée de Mussolini, puis d’Hitler qui ne faisait qu’épauler son allié. C’est donc bien par la voie de propagandes multiformes que les hostilités avaient débuté. La propagande britannique, à ses débuts, était tout de même restée sur un terrain platonique par des attaques verbales à travers Radio Londres.

15Si on regarde de près les aspects généraux dominants de la propagande radiophonique de la BBC en langue arabe dans la première période (septembre 1939-fin juin 1940), les informations militaires, politiques et diplomatiques forment le morceau de résistance, puis en deuxième lieu viennent les émissions culturelles et les causeries. L’horaire, l’ordre et le contenu des émissions étaient censés être bien étudiés pour « accaparer » l’écoute des auditeurs arabes.

L’usage de l’Islam sur les ondes de Londres

16La BBC, en l’occurrence Radio Londres, commençait ses émissions à 5h45 du matin par le récit du Coran : l’auditeur arabe est contraint à l’écoute car il est établi dans la culture arabo-musulmane qu’ « on ne coupe jamais la parole de Dieu ». Il faut dire que ce recours au récit coranique inaugural est un emprunt aux radios arabes et surtout à Radio Berlin. Cet épilogue religieux devait sans doute toucher l’amour propre des Arabes, sensibles au texte religieux et surtout au Coran. L’attachement particulier des Musulmans aux verbes et aux mots sacrés dont l’Angleterre fit usage ne pouvait que rehausser son prestige aux yeux des populations musulmanes. Le récit du Coran en psalmodie, apporte un réconfort psychologique et laisse l’imagination de l’auditeur arabe l’amener à croire que l’Angleterre reconnaît le fondement essentiel de leur culture : une telle flatterie ne peut que recueillir la sympathie et le respect des auditeurs arabes.

17Ensuite viennent les informations, avec un bulletin détaillé, généralement sur un ton neutre souvent à la gloire de l’activité militaire et diplomatique anglaise et qui prétend que l’Angleterre ne cherche pas la guerre à l’inverse des Allemands et des Italiens. L’accent est particulièrement mis sur les pertes ennemies, il n’est point question d’aborder les pertes humaines anglaises. Il s’agit bien d’opposer un état belliqueux à un état pacifiste. Les attaques verbales enflammées n’étant pas de mise, tout est dans l’interposition classique entre le bien, la Grande-Bretagne, et le mal, incarné bien sûr par les forces totalitaires (Italie, Allemagne et Japon), assoiffées de sang et cherchant par tous les moyens l’affrontement militaire et « l’esclavage » des peuples. Ce matraquage permanent aurait pour but de neutraliser la propagande allemande de ses assises et surtout du crédit qu’elle rencontrait auprès des populations arabes.

18La Grande-Bretagne se contentait au début de dénoncer ces régimes jugés « nocifs » au vu de leurs apports idéologiques comme étant des états totalitaires menaçant au plus haut point l’hégémonie et les intérêts anglais dans le monde arabo-musulman. Pour les contrecarrer, la Grande-Bretagne leur opposait plutôt l’image d’une Angleterre juste perpétuant une mission civilisatrice et de progrès humain. C’est en somme justifier la colonisation déjà acquise et l’interdire à ces nouveaux états qui n’ont pas de traditions. Et cette tradition « britannique » qui se dit porteuse de grandeur, avec un classicisme purement « British » le tout enveloppé de sagesse et de compréhension idyllique de l’autre, qui tend grâce à ces thèmes chers aux politiques à récupérer l’opinion arabe dans cet épisode précis (sep 39 juin 40). La Grande-Bretagne essaie par ce biais de perpétrer l’image d’une Nation sage et juste et surtout pacifique qui ne cherche pas la guerre et ne veut que le bien des Arabes et des Musulmans.

19En troisième position, viennent les émissions culturelles, qui prennent différents aspects. D’abord, les héros de l’histoire anglaise et anglo-saxonne : rois, médecins et savants de tous bords qui ont contribué au progrès de l’humanité ce qui permet de donner à l’auditeur arabe une idée de la grandeur de la civilisation britannique. Le progrès et le savoir marquent souvent l’idée centrale des émissions radiophoniques de Londres. La Grande-Bretagne diffuse aussi des avancées scientifiques et culturelles qui contribuent certainement au progrès de l’Humanité toute entière.

20Dans les programmes de Londres en langue arabe, les récits de voyageurs dans le monde musulman (l’exotisme oriental), ou l’Islam dans une région oubliée du monde, trouvent une large place. C’est une preuve « tangible » que la Grande-Bretagne, connaît, s’intéresse et reconnaît la culture musulmane où qu’elle soit. L’accent est souvent mis sur la connaissance et la reconnaissance des spécificités de l’Islam, de ses grands hommes (hommes politiques et chefs religieux). Nul place à la critique ou au dénigrement de cette culture, tout est à la gloire de reconnaissances cordiales et amicales qui lient la Grande-Bretagne au monde musulman.

21Les émissions pour enfants, sous forme de récits et de chants, occupent une petite partie des programmes de la BBC : elles sont diffusées à 19h (GMT). Il faut dire que ce choix n’est pas propice ;  à cette heure, les Allemands auraient choisi les informations car, au moment du dîner, l’auditoire est très large.

  • 6  L’absence de chansons maghrébines confirme sans doute que le Maghreb – à cette époque – n’est touj (...)

22Le chant classique, souvent égyptien6, passe entre les différentes émissions, et c’est à partir de 20h que la BBC consacre un temps plus long. Ces chants sont souvent écoutés par une population lettrée et aisée, car posséder une radio relevait de l’exploit : en 1938, on comptait en Afrique du Nord une moyenne d’un poste TSF pour 1000 habitants.

23En voici quelques écoutes ronéotypées, mais il manque malheureusement la voix qui est aussi importante que l’information, car le ton de la voix peut changer un discours monotone en un poème de force.  Il s’agit des émissions du 18 juin 1940 (date clé qui marque l’appel de Londres du général De Gaulle et la capitulation française, la Grande-Bretagne restant seule dans la bataille) :

  • Un commentaire sur la situation militaire (par Ahmad Kamal Sourour) ;

  • Éducation de l’enfant à l’école et au foyer ;

  • Résumé des événements de la semaine ;

  • L’importance du nouveau budget britannique ;

  • Communiqué de guerre ;

  • Déclaration de Churchill sur sa soit disant déclaration d’attaques contre la ville de Rome, Churchill ne confirme pas et n’infirme pas pour ne pas donner l’occasion à l’Italie de  renforcer ses postions défensives ;

  • Raids anglais sur Toubrouk et El Goubi (Libye) ;

  • Au cours des raids allemands sur Malte la Luftwaffe aurait perdu 21 appareils ;

  • Le ministère de l’air britannique dément d’une façon catégorique la nouvelle diffusée par la radio allemande selon laquelle la RAF aurait bombardé des aérodromes français en Syrie ;

  • Trois autres nouvelles du front ;

  • Revue de presse égyptienne sur le discours d’Hitler et les victoires anglaises contre la flotte italienne (Al Balagh-Al Moqattam) ;

  • L’inefficacité du blocus allemand : les navires britanniques demeurent les maîtres de la mer ;

  •  Voyage à Berlin du Président du Conseil et du Ministre des Affaires Etrangères de Bulgarie ;

    • 7  Archives Marocaines, Direction des Affaires Politiques, Centre de Documentation et de Publications (...)

    Prochaine réunion du Premier Ministre roumain, du Président du conseil bulgare et du Ministre des Affaires étrangères du Reich. La situation dans les Balkans inquiète sérieusement  les milieux allemands. Berlin estime que le maintien de la paix dans les Balkans est indispensable à la continuation de la guerre contre la Grande-Bretagne »7.

Quels échos de la propagande britannique entre 1939 et 1940 ?

24D’une façon générale, les émissions en langue arabe de la BBC pendant la période allant de septembre 1939 à juin 1940 n’étaient nullement dirigées vers un public maghrébin mais plutôt oriental (Égypte, Irak, Palestine). Les speakers orientaux (Égyptiens pour la plupart), les chants, l’absence de recours aux dialectes maghrébins confirment cette tendance. Ce choix est largement compréhensible car la Grande-Bretagne dans cette phase de la guerre ne pouvait pas et ne voulait surtout pas interférer dans les affaires de son alliée. En somme, les émissions de Londres s’attaquaient de front à l’Allemagne hitlérienne et essayait de discréditer les informations italiennes et allemandes, mais surtout de préserver l’opinion arabe des rumeurs et des fausses nouvelles. La radio ne déclare jamais les pertes britanniques, ni françaises mais plutôt celles de l’Axe : c’est une forme de censure destinée à préserver l’opinion arabe.

25Les nouvelles diffusées par la BBC entre 1939 et juillet 1940 restent pour tout dire peu attrayantes pour le public nord africain qui ne voit pas en quoi la visite de tel ministre ou la déclaration d’un autre peuvent changer le cours des événements et offrir des perspectives heureuses (émancipation, droit de disposer d’eux-mêmes, aide économique). Car paradoxalement, ce public remarque que l’Allemagne avance sur tous les fronts. Les démentis des informations anglaises ne venaient pas seulement des radios italiennes et allemandes (très actives en langue arabe pendant cette période), mais surtout des tournants décisifs qu’avait pris la guerre particulièrement après la capitulation française (22 juin 1940).

  • 8  Il s’agit du 1er parti politique tunisien fondé après la Première Guerre mondiale. Il est souvent (...)

26Les émissions culturelles sont ennuyeuses pour le grand public maghrébin car il s’agit souvent d’hommes de lettres égyptiens, de romans, de poésie ; rien n’est consacré à l’Islam politique, on parle plutôt des dogmes de l’Islam. Il faut dire que Radio Londres ne voulait pas trop s’attarder sur cet aspect militant de l’Islam pour tout dire politique, car celui-ci est farouchement opposé à la politique britannique dans le monde arabe et musulman ; c’est du moins ce qui ressort des écrits des journaux musulmans conservateurs (« Al Irada » et la « Nahda » en Tunisie). La propagande britannique rencontrait un certain succès auprès des milieux musulmans conservateurs qui se méfiaient ostensiblement de la propagande fasciste et nazie. Les chefs religieux « traditionnels » n’ont guère apprécié le nazisme et ne l’ont pas soutenu. La solidarité avec la cause palestinienne et l’accent mis sur la responsabilité anglaise dans la misère du peuple palestinien ne l’ont pas pour autant fait basculer dans le camp de l’Axe comme ce fut le cas de militants d’autres partis (les communistes exceptés). C’est le cas d’Abdelaziz Thaalbi, chef du parti du Destour8 qui tentait  de justifier sa prise de position vis-à-vis de l’Axe et des Alliés loin de son contexte sentimental mais en s’appuyant essentiellement sur les faits historiques et idéologiques:

  • 9  Archives Nationales d’Histoire d’Outre-Mer (Aix-en-Provence), série Tunisie, sous série 26H, carto (...)

J’ai cru en 1914 à la victoire de l’Allemagne, parce qu’elle était inépuisablement forte à ce moment là. Mais à présent, je ne crois pas que les conditions soient les mêmes. La position de Hitler présente quelques avantages, mais aussi de gros inconvénients. Depuis le début des hostilités, la position des pays arabes était indiquée par leurs rapports avec les démocraties. L’Égypte et l’Irak étaient liés par leurs traités avec la Grande-Bretagne. La Syrie et le Liban étaient aux côtés de la France. La Palestine avait cessé ses dissensions pour régler ses relations avec l’Angleterre. L’Afrique du Nord était régie immédiatement et sans délai par la France. Restait un grand point d’interrogation : la Turquie. […] En mon âme et conscience, je considère que la Turquie a agi aux mieux de ses intérêts et des intérêts supérieurs de l’Islam en signant un pacte avec l’Angleterre. Désormais, l’Islam tout entier est aux côtés des Démocraties c’est-à-dire de la civilisation contre la barbarie, car le totalitarisme, en annihilant toutes les libertés, détruit tout ce qui donne un sens à la vie, à la pensée, au goût de vivre et d’agir9.

27Il faut dire aussi que le handicap majeur de la propagande britannique en langue arabe pendant cette phase de la guerre (septembre 39-fin juin 1940) fit qu’elle ne s’attarda pas sur la situation au Maghreb, considéré comme chasse gardée française. Radio Londres, en évitant l’affront avec la France, avait involontairement laissé le terrain libre aux pays totalitaires et offrit, par la même occasion, de larges possibilités aux Maghrébins de s’informer en dehors du cadre officiel français. Or, la propagande française, apparemment, n’existait pas. Les hautes instances politiques françaises recouraient systématiquement à la censure (journaux) et aux brouillages radiophoniques des radios totalitaires : Radio Bari et Radio Berlin. Cette dernière avait, dans une très large mesure, acquis une audience importante parmi la population maghrébine. Les victoires successives de la Wehrmacht, les nouvelles qui parvenaient des fronts étaient unanimes à affirmer la supériorité de l’Allemagne comme force militaire conquérante sur l’échiquier mondial.

28 Quel crédit jeter alors sur les nouvelles de guerre rapportées par la BBC ? Le bilan reste inconnu. Il n’en demeure pas moins que différents rapports de police affirment sans ambiguïté que la radio arabe allemande rencontre beaucoup de succès et ce, malgré le brouillage systématique exercé à son encontre. Aussi, convient-il d’affirmer que dans la phase septembre 39-fin juin 1940, la Grande-Bretagne ne s’est guère assignée l’objectif de mener sa propagande vers les pays du Maghreb comme une priorité absolue ; l’Orient arabe comptait beaucoup plus pour elle dans cette phase de la guerre.

Une propagande anglaise de plus en plus isolée : 3 juillet 1940- janvier 1943

29Entre juillet 1940 et la fin de la campagne de Tunisie (13 mai 1943), les autorités françaises exerçaient un brouillage systématique à l’égard de Radio Londres. Le rôle étant inversé, Radio Berlin bénéficia dans la même période d’une large latitude et contribuait à discréditer la BBC. Tout changeait au gré des relations politiques et du cours que prenait la guerre. Les deux armistices signés par la France avec l’Allemagne et l’Italie, sonnaient le glas de la perte de l’Angleterre de sa principale alliée. Le bombardement anglais de Mers el Kebir donna le coup de grâce à cette alliance, et fit du coup resurgir De Gaulle et la France Combattante comme étant les nouveaux alliés de l’Angleterre.

30Devant une France foudroyée par la défaite, la Grande-Bretagne ne pouvait aucunement combler les lacunes de l’information française et de surcroît faire face à l’incroyable capacité allemande à dominer les opinions de ces contrées. Dès 1938, Radio Berlin avait instauré une propagande savamment orchestrée, en recourant à des orateurs de talent. Démunie d’un appui de taille, Radio Londres se trouvait attaquée de front par les radios françaises, allemandes et italiennes qui discréditaient systématiquement la propagande britannique :

  • 10  Archives Marocaines, Direction des Affaires Politiques, Centre de Documentation et de Publications (...)

Répondant au discours de Lord Halifax, la radio française déclare que si le ministre britannique a demandé à ses auditeurs de prier pour l’Angleterre, il a oublié d’ajouter qu’ils ne devaient pas omettre les marins français morts à Mers el Kebir, dans leurs prières. Il n’a pas réclamé de prières non plus pour tous ceux qui sont morts aux Indes, en Palestine, en Transjordanie, en Iraq, en Chine, en Égypte par la faute de la Grande-Bretagne. Quelle plus grande preuve d’impiété que d’invoquer le secours de la providence seulement au moment du danger?10

31Dans cette phase de la guerre, et après la rupture de ses relations diplomatiques avec la France, la Grande-Bretagne se montrait très offensive sur le plan militaire  (opérations aéronavales contre l’Italie).

  • 11  Port maritime de la ville d’Oran (Algérie) où la flotte maritime française trouva refuge en tentan (...)
  • 12  Immédiatement après que la France fut éliminée sur le plan militaire en signant les deux armistice (...)

32Après Mers el Kebir (Oran, Algérie)11, et la rupture des relations franco-anglaises le 3 juillet 1940, la politique propagandiste britannique allait très vite changer de cap et viser le Maghreb en tant que territoire convoité par les puissances de l’Axe. Cette fois-ci, la Grande-Bretagne est directement menacée sur deux flancs vitaux : Gibraltar et Malte, sans compter sa flotte navale qui sera soumise aux harcèlements de la flotte italienne ; c’est ce qui est communément appelée la guerre des convois. Il faut dire que le revirement britannique dans cette phase de la guerre s’est accompagné de nombreuses opérations militaires dans le bassin méditerranéen12.

N’oubliez pas Oran !

N’oubliez pas Oran !

33Pour s’en rendre compte,  voici un bulletin d’écoute enregistré le 29 août 1940, dans la période immédiate de la rupture des relations diplomatiques entre la France et l’Angleterre :

  • Causerie : Le courage dans la littérature arabe (par Dr. Taha Hussein)

  • Les raids britanniques sur l’Allemagne, l’Italie et la partie de la France occupée.

  • Communiqué du ministère de l’Air ;

  • Une nouvelle alerte a duré 3 heures à Berlin ;

  • Bombardement d’usines italiennes en dépit du mauvais temps ;

  • Communiqué de l’amirauté anglaise ;

  • L’échec d’une tentative allemande de survol de Londres ;

  • Communiqué du Caire ;

  • Raid italien au-dessus de Malte et activité de la chasse anglaise ;

    • 13  Archives Marocaines (Al Khizana al Ama), Direction des Affaires Politiques, Centre de Documentatio (...)

    Le Général de Gaulle, chef des Français libres, ayant signalé à S.M. britannique que les Arabes du Maroc avaient besoin de thé et de sucre, M. Churchill a décidé d’offrir au Maroc une certaine quantité de ces denrées. Mais le gouvernement local avait saisi les bateaux anglais dans les ports, conformément aux instructions de Vichy. Aussi, M. Churchill espère-t-il la levée de cette saisie afin que le gouvernement britannique puisse assurer l’envoi de sucre et de thé en échange des produits marocains, autrement aucune autre quantité ne pourrait être adressée au Maroc. Il est donc du devoir des Marocains d’obliger la France à modifier son attitude à l’égard de la Grande-Bretagne afin de rendre possible l’envoi au Maroc des denrées nécessaires13.

Les limites de la propagande journalistique anglaise en langue arabe : 1942-1943

34C’est surtout par crainte que l’Empire français ne rejoigne l’Allemagne (soumission en raison de la défaite) que la Grande-Bretagne avait pensé dès 1941 à mener une offensive médiatique vers l’Afrique du Nord et d’une façon beaucoup plus significative au milieu de l’année 1942. Or, ce revirement s’est mis en place très lentement et prit une nouvelle forme : les journaux en langue arabe.

35Afin de toucher de près le public maghrébin, la Grande-Bretagne a eu recours, dès avril 1942, à la diffusion d’un journal  hebdomadaire en langue arabe intitulé « Akhbar Al Ousbou » (Les Informations de la Semaine). Le fait que sa publication soit faite à Tanger (ville internationale où tout pays pouvait diffuser à loisir ses points de vue) et que sa diffusion soit restreinte aux corps consulaires et sa vente interdite au grand public, laisse présager les limites même de cette publication et de cette propagande peu efficace, élitiste pour tout dire. Mais il est instructif de remarquer la récurrence des thèmes véhiculés et l’image de la Grande-Bretagne auprès du public arabe. On peut faire la même remarque sur le contenu ; cette propagande est toujours dirigée vers un public oriental et non maghrébin. Dans cette phase fort délicate où le théâtre de guerre se déplace peu à peu vers les territoires nord-africains, la propagande britannique en lange arabe censée a priori diriger et encadrer l’opinion dans ces contrées, le faisait avec peu d’habileté (en comparaison avec la propagande allemande). Dans ce journal, il n’est pas exagéré de dire que 90% des informations sont des communiqués de guerre. Les thèmes dominants sont : les pertes ennemies, l’action militaire britannique à travers les grands chefs et de simples soldats, l’activité diplomatique anglaise, l’adhésion d’un tel pays aux idéaux britanniques. En page d’exergue du journal, Churchill et ses généraux sont toujours montrés en activité sur le terrain diplomatique ou militaire. Nous donnons ici les grands titres de la page d’exergue (quelques numéros) :

  • « Akhbar al Ousbou », N° 10, du 3 juillet 1942, titre : Les attaques aériennes britanniques contre l’Allemagne ;

  • N° 29, du 13 novembre 1942, titre: Le port de Suez ;

    • 14  Les autorités italiennes s’intéressaient beaucoup au contenu de ce journal. Voici leur commentaire (...)

    N° 30, du 20 novembre 1942, titre : La guerre dans les mers14 ;

  • N° 44, du 26 février 1943, titre : Photo commémorative éternel du Congrès de Casablanca ;

    • 15  Archivio Centralo dello Stato (Roma), Fondo Morrocco, busta 383.

    N° 52, du 23 avril 1943, titre : Des marins en tenue kaki (photo d’un cargo)15.

36Le journal est quasiment un bulletin de guerre ; en fin de journal sont publiées les émissions quotidiennes de la BBC et de Radio Caire et parfois une annonce sur quelques programmes en dialecte marocain diffusés sur la BBC entre 21h et 21h30. Nul besoin de s’attarder sur cette forme de propagande qui, par sa diffusion restreinte, révèle les limites de son impact.

La propagande britannique pendant la Campagne de Tunisie : 8 novembre 1942-13 mai 1943

  • 16  Les aspects géographiques et quantitatifs ont été soulevés dans notre première étude, op. cit..

37La Campagne militaire inaugurée avec le débarquement allié sur les côtes nord-africaines, s’est particulièrement illustrée par l’usage intensif des tracts en langue arabe utilisés par les Britanniques afin de faire basculer l’opinion maghrébine vers le camp des Alliés. Ces tracts, largués selon l’importance des villes tunisiennes, retiennent l’attention par leurs formes, leurs tons et les « ouvertures » qu’ils offrent aux populations si elles se mettaient du côté des Alliés16.

38Le revirement britannique dans sa propagande a commencé vers la fin octobre 1942. La Grande-Bretagne était soucieuse de gagner l’opinion nord-africaine dans sa campagne militaire contre l’Axe, surtout après les grandes victoires militaires réalisées par la VIIIème Armée britannique de Montgomery sur le front égyptien, puis du 23 octobre au 4 novembre avec la bataille d’El Alamein. Il était important aux yeux des Britanniques de mener une campagne psychologique indispensable à la réalisation de la victoire finale. La Grande-Bretagne lança des tracts surtout sur les villes tunisiennes, la Tunisie étant le dernier bastion des forces de l’Axe dans leur retraite vers l’Europe (La Sicile).

Formes et contenus des tracts en langue arabe

39Il n’existe pas une typologie uniforme des tracts lancés par les Britanniques et leurs alliés FFL et Américains sur le contenu. Deux sortes de discours se dégagent :

  • Tracts recourant à l’usage du Coran au début ou à la fin du texte, c’est une manière de toucher la sensibilité religieuse des Tunisiens. Le tract fait état de l’alliance de nouveaux pays contre l’Axe et se montre vindicatif en mettant en garde contre toute collaboration avec les forces de l’Axe.

  • Tract sous forme de récit (fable) tiré de la culture populaire et largement connu dans le Maghreb ; un tract s’intitule « l’histoire des enfants de l’hyène ». Or, en lisant la fable, il s’agit bien des Italiens et les enfants ne sont autres que Remus et Romulus (la fondation de Rome), la traduction est inexacte car il s’agit d’une louve et non d’une hyène ; cette équivoque est peut-être voulue car le loup est synonyme d’intelligence dans la mémoire arabe.

40Pour la première sorte de tract, le plus répandu : il s’agit de diaboliser l’activité militaire de l’Axe et le rendre responsable de la situation désastreuse dans laquelle se trouvaient la Tunisie et le Maghreb. Les tracts évoquent souvent les pénuries et le manque de provisions dans les pays : les armées germano-italiennes sont les responsables. Il est donc demandé aux populations de se retourner contre ses occupants « parasitaires » qui s’accaparent tout et ne laissent rien aux autochtones.

  • 17  Gary Laiser, “Bombs and leaflets: Allied propaganda and the Tunisians during the winter campaign o (...)

41Sur la forme, le tract commence par un appel « Oh Tunisiens », puis un  court verset coranique est cité afin de flatter la sensibilité religieuse des populations. Ensuite, l’annonce de l’information qui doit saboter le moral des défenseurs de la cause allemande ou italienne, en mettant en exergue l’avancée foudroyante de l’armée alliée et la perte substantielle en hommes et matériel des forces de l’Axe (l’effet de force prédominante) ou l’adhésion d’un pays aux Alliés. Cet usage a pour but aussi d’affirmer que la victoire britannique et de ses alliés est certaine : rien que par calcul, il fallait donc se ranger du côté victorieux. Dans un troisième temps, il est question de démontrer l’avidité et le manque de perspectives politiques des pays de l’Axe si le territoire tunisien passait sous occupation germano-italienne. D’une façon implicite, les tracts disaient que mieux valait une occupation anglaise ou française que italienne ou allemande. Chose curieuse, la propagande en langue arabe ne fait allusion à aucune promesse d’indépendance, il n’était question que d’évoquer en leitmotiv le mot « libération »17. C’est justement ce mot « élastique » et passible à toutes les interprétations possibles et imaginables, qui porte l’amalgame dans les esprits. Libération de qui pour être sous l’emprise de qui ?

Illustration 1. Oh Tunisians !

Illustration 1. Oh Tunisians !
  • 18 Ibidem, 310-311.

42Il faut remarquer aussi le ton menaçant et vindicatif des tracts, ce qui, à coup sûr, ne plaisait pas et n’avait guère d’envergure. Comment peut-on récupérer une opinion hostile sous le coup de la menace, alors que l’opinion dans les pays du Maghreb était en grande partie germanophile ? C’est du moins le texte d’un de ces tracts censé toucher tous les Tunisiens18 : les Britanniques pouvaient-ils par ce moyen gagner l’estime des Tunisiens ?

Illustration 2. Oh Tunisians !

Illustration 2. Oh Tunisians !

Illustration 3. Oh Tunisians !

Illustration 3. Oh Tunisians !

43Les tracts n’offraient pas d’issues politiques plausibles qui auraient pu accélérer l’adhésion des Maghrébins aux idéaux que la Grande-Bretagne et de ses alliés prétendaient répandre.

44En dépit de l’usage intensif pendant la Campagne de Tunisie de tracts en langue arabe pour persuader les Tunisiens de se mettre aux côtés des Alliés, les résultats escomptés ne furent toutefois pas concluants. Les Allemands beaucoup plus que les Italiens avaient trouvé un bon accueil de leur retraite de Cyrénaïque. La germanophilie s’est développée en Tunisie à travers les avantages offerts par l’armée allemande aux populations musulmanes : travail, loyers avantageux, distribution gratuite de nourriture, etc. Dans une large mesure, il y eut même des combattants maghrébins, au nombre de 5000, engagés pour combattre avec l’armée allemande et ce, dès le mois de février 1943, appuyés par la Deutsch Arabisch Leirhbeitung (DAL).

45Peut-on tracer un bilan provisoire de la propagande anglaise en langue arabe au Maghreb entre 1939 et 1943?

Les populations maghrébines et la propagande arabe anglaise : adhésion ou rejet ?

46Compte tenu de la faiblesse du discours propagandiste anglais en langue arabe et de son inadéquation aux réalités de ces pays, on peut remarquer que la Grande-Bretagne avait mal adapté sa propagande aux opérations et aux objectifs militaires assignés. Une telle démarche lui aurait au moins coûté peu de pertes et gagner l’opinion de ces territoires ; car après la guerre, il fallait pacifier le territoire, une tâche non aisée. Tout au contraire, l’action anglaise après la victoire contre l’Allemagne mena à des exécutions sommaires, voire l’humiliation du Bey de Tunis « Moncef Bey » pour des présumées collaborations avec l’Axe.

47Mais cette propagande, étant à ses débuts, marquait des revirements permanents et ce, au gré de la conjoncture militaire. Il faut dire que c’est une propagande de guerre et la Grande-Bretagne essayait de rattraper son retard par rapport à l’Allemagne. La sphère hégémonique de la Grande-Bretagne se situait bien en Orient arabe, l’adapter au Maghreb marquait aussi une maladresse par la méconnaissance de ces territoires, de leurs coutumes et traditions.

48La réussite d’une propagande se mesure aussi par rapport aux attentes du récepteur du message. En fait, qu’attendaient ces populations dans une guerre qui n’était pas la leur, subissant du coup la colonisation ainsi que les restrictions et les effets désastreux de la guerre ?

49Les attentes tenaient à des notions simples : la fin de la guerre et une perspective heureuse : l’indépendance ou du moins ne jamais retourner à la situation d’avant-guerre, caractérisée par la répression et un blocage politique, économique et social.

50En ce sens, et pour répondre à ces attentes, la propagande anglaise ne fournit pas de réponses précises : pas de promesse d’indépendance, ni des projets à réformer radicalement le système colonial. Tout au plus, il s’agissait de revenir à l’ancien colonisateur en changeant de nom. Pétain, Giraud, De Gaulle et les grands chefs politiques et militaires avaient un sens en Europe et pour les Français. Pour les Maghrébins, il ne s’agit guère de changements de structure que pourraient édifier ces prétendus « libérateurs ». Sur les faits, l’entrée triomphale des Alliés en Tunisie, ne poussait nullement les populations musulmanes à les accueillir.

51 Les Britanniques étaient en butte à une hostilité française officielle et manifeste dès juillet 1940, ainsi qu’aux sentiments des Arabes qui voyaient d’un mauvais œil le soutien anglais à la colonisation juive en Palestine. Ce sont là des « préjugés défavorables » qui ne jouaient guère en faveur de la propagande anglaise au Maghreb et dans le monde arabe. Le Mufti de Jérusalem « Hadj Amin el Husseini » n’a jamais cessé de mener une action de dénigrement systématique et de sceller des alliances avec les ennemis de la Grande-Bretagne.

Conclusion

52On ne peut que retracer un bilan provisoire de la propagande arabe anglaise au Maghreb et son impact sur les populations nord-africaines. Si l’étude de la propagande et son contenu s’avère aisée, il n’en est pas de même quant à la mesure de son impact : le manque de sondages, le musellement des voix d’expressions en raison de la guerre, nous laissent peu de témoignages. Les archives et les quelques notes sur « l’état d’esprit des populations », qu’il faut prendre avec certaines précautions, nous lèguent quelques indications sur les mouvances générales de l’opinion et l’écho de quelques événements sur les populations.

53D’autre part, la propagande allemande, habile et dépourvue de préjugés défavorables de la part des Maghrébins, devait rendre la tâche plus ardue à cette propagande qui n’était qu’à ses débuts et subissait le contre-coup des alliances diplomatiques et militaires. Enfin, sur les questions de décolonisation, des droits des peuples à disposer d’eux-mêmes, la Grande-Bretagne ne donna pas, à travers sa propagande, des réponses ou des promesses satisfaisantes aux populations maghrébines.

Haut de page

Bibliographie

Des DOI (Digital Object Identifier) sont automatiquement ajoutés aux références par Bilbo, l'outil d'annotation bibliographique d'OpenEdition.
Les utilisateurs des institutions abonnées à l'un des programmes freemium d'OpenEdition peuvent télécharger les références bibliographiques pour lesquelles Bilbo a trouvé un DOI.
Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible pour les institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : access@openedition.org.

Archives

Archivio Centrallo Dello Stato (Minestero della Cultura Populare), Fondo Morrocco, Busta 384.

Archives Marocaines (Al Khizana al Ama), Direction des Affaires Politiques, Centre de Documentation et de Publications Musulmanes, bulletin d’écoute des émissions en langue arabe 1938-1940.

Archives Nationales d’Histoire d’Outre-Mer (Aix-en-Provence), série Tunisie, sous série 26H.

Articles et ouvrages

Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible pour les institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : access@openedition.org.

CHERIF Fayçal, « La propagande arabe anglaise vers le Maghreb pendant la Seconde Guerre mondiale 1939-1943 », La Revue LISA, Vol. IV, n° 3, 2006, « http://www.unicaen.fr/mrsh/lisa», ISSN 1762-6153,  91-108.
DOI : 10.4000/lisa.2013

LAISER Gary, “Bombs and leaflets: Allied propaganda and the Tunisians during the winter campaign of 1942-43”, Maghreb Review, vol. 19, 3-4, 1994.

Marx Roland, Histoire de la Grande-Bretagne, Paris, Armand Colin, 1980.

MASSON Philippe, Précis d’histoire de la Seconde Guerre mondiale, Paris : Jules Tallandier, 1992.

Monroe E., Les Enjeux politiques en Méditerranée, Paris : A. Colin, 1939.

Haut de page

Notes

1  Voirà ce propos notre première contribution sur ce sujet : « La propagande arabe anglaise vers le Maghreb pendant la Seconde Guerre mondiale 1939-1943 », La Revue  LISA / LISA e-journal, Vol. IV, n°3, 2006, « http ://www.unicaen.fr/mrsh/lisa », ISSN, 1762-6153, 91-108.

2  E. Monroe, Les Enjeux politiques en Méditerranée, Paris : A. Colin, 1939, 67.

3  Radio Berlin ne ménageait guère les moyens pour saboter l’effort britannique de propagande. Younes Bahri, speaker et orateur de talent, très écouté sur les ondes de Radio Berlin, évoquait en arabe dialectal les reproches faits à la Grande-Bretagne dans cette guerre et l’absence de mordant des Musulmans pour la soutenir : « Les démocrates ignoraient autrefois Églises et prières. Mais à l’heure du danger, elles implorent Dieu par la voix de Lord Halifax. Avez-vous songé à nous, Lord Halifax, lorsque par votre faute six peuples ont été ruinés ? Les sentiments chrétiens vous permettent-ils de trahir une ancienne alliée comme la France ? Allez donc parler de religion et de liberté aux états-Unis ? Quant à nous, Musulmans, nous vous connaissons trop bien pour vous croire. Nous sommes heureux de vous voir sur le bord de l’abîme ». Archives Marocaines (Al Khizana al Ama), Rabat, Direction des Affaires Politiques, Centre de Documentation et de Publications Musulmanes. Bulletin d’écoute en langue arabe (traduit) du 27 juillet 1940 (Radio Berlin), 4.

4  Roland Marx, Histoire de la Grande-Bretagne, Paris, Armand Colin, 1980, 271.

5  Roland Marx, Histoire de la Grande-Bretagne, op. cit., 273.

6  L’absence de chansons maghrébines confirme sans doute que le Maghreb – à cette époque – n’est toujours pas entré dans la sphère des préoccupations anglaises.

7  Archives Marocaines, Direction des Affaires Politiques, Centre de Documentation et de Publications Musulmanes, Bulletin d’écoute en langue arabe de la journée du 18 juin 1940 (Radio Londres).

8  Il s’agit du 1er parti politique tunisien fondé après la Première Guerre mondiale. Il est souvent appelé « Archéo-Destour », par opposition au Néo-Destour fondé en 1934 par Habib Bourguiba. Le chef du Destour, le cheikh Abdelaziz Thaalbi, a été condamné à l’exil en Orient en 1926. Il est rentré à Tunis en 1937 et n’a guère adhéré aux théories fascistes et nazies. Pourtant le chef de ce parti a mené une lutte farouche pour la libération de la Palestine et a condamné l’activité britannique en Orient « hostile aux Musulmans ».

9  Archives Nationales d’Histoire d’Outre-Mer (Aix-en-Provence), série Tunisie, sous série 26H, carton 26H19 (1), dossier 1, déclaration de Thâalbi, octobre 1939.

10  Archives Marocaines, Direction des Affaires Politiques, Centre de Documentation et de Publications Musulmanes, Bulletin mensuel d’écoute en langue arabe du mois de juin 1940 (Radio Londres), 3-4.

11  Port maritime de la ville d’Oran (Algérie) où la flotte maritime française trouva refuge en tentant de préparer la dissidence à partir des territoires nord-africains. Le bombardement de la flotte par la RAF britannique se justifiait par la crainte que cette flotte tombe entre les mains allemandes. (Voirles détails de cet épisode dans notre premier article dans la Revue LISA).

12  Immédiatement après que la France fut éliminée sur le plan militaire en signant les deux armistices et surtout après l’opération « Catapult », l’amirauté anglaise se montra très offensive dans le bassin méditerranéen :
- Le 5 juillet 1940 : attaque de Toubrouk par les avions torpilleurs du porte-avions britannique Eagle ; un destroyer et un cargo italiens coulés ;
- 9 juillet 1940 : première bataille navale anglo-italienne au sud de la Calabre à Punto Stilo ; un cuirassé et un croiseur italiens endommagés ;
- 19 juillet 1940 : au cap Spada, près de la Crète, nouvel engagement naval anglo-italien au cours duquel le croiseur italien Bartolomeo Colleoni est coulé ;
- 20 juillet 1940 : nouvelle attaque de Toubrouk par les avions-torpilleurs du porte-avions (cité dans Philippe Masson, Précis d’histoire de la Seconde Guerre mondiale, Paris : Jules Tallandier, 1992, 46.

13  Archives Marocaines (Al Khizana al Ama), Direction des Affaires Politiques, Centre de Documentation et de Publications Musulmanes, bulletin d’écoute des émissions en langue arabe, journée du 29 août 1940, 4-5 (Radio Londres).

14  Les autorités italiennes s’intéressaient beaucoup au contenu de ce journal. Voici leur commentaire sur ce numéro précisément : « J’ai l’honneur de vous transmettre ci joint, un bref résumé du contenu du bulletin de langue arabe « Akhbar al Usbou », n° 30, du 30 novembre, diffusé par le Consulat général de la Grande-Bretagne : page 1 ; titre : ‘la guerre dans les mers’. On recommence à magnifier la force navale britannique et les immenses ressources de la Grande-Bretagne, soit dans sa défense ou dans ses attaques sur mer. » (traduction de l’italien de l’auteur), Archivio Centrallo Dello Stato (Minestero della Cultura Populare), Fondo Morrocco, busta 384, du Consulat italien de Tanger au Ministre des Affaires Étrangères (Rome), rapport du 5 décembre 1942 sur la « Presse ».

15  Archivio Centralo dello Stato (Roma), Fondo Morrocco, busta 383.

16  Les aspects géographiques et quantitatifs ont été soulevés dans notre première étude, op. cit..

17  Gary Laiser, “Bombs and leaflets: Allied propaganda and the Tunisians during the winter campaign of 1942-43”, Maghreb Review, vol. 19, 3-4, 1994, 299.

18 Ibidem, 310-311.

Haut de page

Table des illustrations

Titre N’oubliez pas Oran !
URL http://lisa.revues.org/docannexe/image/492/img-1.png
Fichier image/png, 19k
Titre Illustration 1. Oh Tunisians !
URL http://lisa.revues.org/docannexe/image/492/img-2.png
Fichier image/png, 29k
Titre Illustration 2. Oh Tunisians !
URL http://lisa.revues.org/docannexe/image/492/img-3.png
Fichier image/png, 37k
Titre Illustration 3. Oh Tunisians !
URL http://lisa.revues.org/docannexe/image/492/img-4.png
Fichier image/png, 24k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Fayçal Cherif, « Fondements du discours propagandiste arabe de la Grande-Bretagne au Maghreb pendant la Seconde Guerre mondiale (1939-1943) », Revue LISA/LISA e-journal, Vol. VI – n°1 | 2008, 22-40.

Référence électronique

Fayçal Cherif, « Fondements du discours propagandiste arabe de la Grande-Bretagne au Maghreb pendant la Seconde Guerre mondiale (1939-1943) », Revue LISA/LISA e-journal [En ligne], Vol. VI – n°1 | 2008, mis en ligne le 01 janvier 2008, consulté le 25 octobre 2014. URL : http://lisa.revues.org/492 ; DOI : 10.4000/lisa.492

Haut de page

Auteur

Fayçal Cherif

Dr., (Tunis, Tunisie)
Fayçal CHERIF est Maître-Assistant, chercheur permanent à l’Institut Supérieur d’Histoire du Mouvement National (Tunisie), responsable des fonds et des archives ainsi que de l’unité audio-visuelle. En 2001, il a soutenu une thèse sur « La Tunisie dans la Seconde Guerre mondiale : impacts et attitudes 1938-1943 » à Paris IV, Sorbonne ; elle est actuellement sous presse en France. Ses domaines de recherche sont en Histoire contemporaine : histoire et médias, histoire militaire, stratégies militaires, information, propagande, imaginaire collectif, relations Europe-Maghreb à l’époque contemporaine.
L’auteur est aussi membre du Comité de Lecture à l’ISHMN, membre du Comité de Rédaction de la revue « RAWAFID » (Confluents) de l’ISHMN, membre de l’équipe de recherche sur le Monde anglophone LSA, dirigée par le Professeur Renée Dickason, Université de Caen (France), Rédacteur permanent et consultant historique auprès de la revue Réalités (Tunisie). Il est également rédacteur associé-consultant auprès de la Commission interministérielle d’Histoire Militaire (Tunisie). Il a publié de nombreux articles et ouvrages collectifs.

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Presses Universitaires de Rennes

Haut de page
  • Revues.org