Navigation – Plan du site
La Grande Guerre : témoignages, évocations et culte du souvenir‎

La mobilisation des morts : culte du souvenir et culture de guerre en France pendant la Grande Guerre

The Mobilization of the Dead: The Cult of the Dead and War Culture in France during the Great War
Christina Theodosiou
p. 51-68

Résumé

As early as August 1914, commemorative action honoring the dead served to sustain the war effort and encourage national mobilization. Based on a system of values celebrating sacrificial heroism, commemoration aimed at justifying the conflict and at giving sense to violent death on the battlefield. During the Great War, commemorative homage gave rise to a symbolic narration about the past, the present and the future which was seeking to conceptualize collective mourning and mobilize civilians in favor of the pursuit of the war until final victory.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Jean-Jacques Becker, Gerd Krumeich, Jay Winter, Annette Becker & Stéphane Audoin-Rouzeau, Guerre et (...)
  • 2 Sur ce sujet: Adrian Gregory, The Silence of Memory. Armistice Day 1919-1946, Oxford/ Providence: B (...)

1Au cours des dernières décennies une nouvelle approche de la Grande Guerre s’est progressivement développée. En déplaçant les centres de gravité historiographiques de l’économique et du politique vers le social et le culturel, les historiens de la guerre se sont particulièrement attachés à l’étude des représentations du conflit et des pratiques commémoratives de l’après-guerre1. Les monuments aux morts, le culte du Soldat Inconnu et la commémoration de l’Armistice sont ainsi devenus des « lieux » privilégiés de la nouvelle configuration historiographique de la guerre de 1914-19182.

  • 3 Sur la culture de guerre : Stéphane Audoin-Rouzeau & Annette Becker, 14-18, retrouver la guerre, Pa (...)

2Cet article vise à explorer les débuts du culte du souvenir de la Grande Guerre en se focalisant sur les cérémonies civiques et religieuses qui ont eu lieu au cours des quatre années du conflit. Il tente de mettre en avant les enjeux de la commémoration pendant la guerre en interrogeant d’un côté, les relations entrecroisées entre le culte des morts et le travail du deuil et, de l’autre, celles entre le sacrifice des morts et la culture de guerre, c’est-à-dire les constellations d’images et les schémas de pensée qui ont permis la justification de la guerre3. Dans cette perspective, nous plaçons l’émergence du culte du souvenir des morts de la Grande Guerre sous le prisme de la mobilisation nationale et de la guerre totale.

  • 4 Ernest Jünger, L’État universel (suivi de) la mobilisation totale (trad. de l’allemand H. Plard et (...)
  • 5 John Horne, “Introduction: Mobilizing for ‘Total War’, 1914-1918”, in JohnHorne (ed.), State, Socie (...)

3Comme Ernest Jünger l’a constaté en 1930, la guerre de 1914-1918 se distingue des guerres précédentes, d’un côté, par le déploiement extraordinaire des forces économiques, militaires et technologiques et, de l’autre, par la mobilisation totale des populations civiles qui lui ont accordé une nature de credo. D’après E. Jünger, la guerre totale n’est pas seulement une réalité militaire ou économique mais également « un phénomène d’ordre culturel »4. Cet aspect culturel et idéologique de la guerre totale a été par la suite mis en avant par John Horne qui a traité la mobilisation nationale pendant la Grande Guerre comme un ensemble de croyances et de représentations collectives concernant le sens de la guerre et l’ennemi qui visaient à structurer l’expérience de la guerre et à mobiliser ou encore à remobiliser la société civile en faveur de la guerre. Selon J. Horne, la mobilisation des populations civiles consistait en un phénomène synthétique, une procédure culturelle et politique qui a nécessité à la fois l’implication des élites politiques et sociales et l’auto-mobilisation de la société civile5.

  • 6 Louis-Vincent Thomas, Anthropologie de la mort, Paris : Payot, 1980, 196-201.

4En plaçant les hommages de la guerre sous le spectre de la mobilisation nationale et de la culture de guerre, nous souhaitons démontrer comment ils ont tenté de conceptualiser le deuil collectif et d’arbitrer les sentiments contradictoires que suscitaient la mort de masse et les impératifs de la poursuite de la guerre jusqu’à la victoire finale. Il s’agit en fait d’interroger l’image de l’ennemi et le sens de la mort féconde, c’est-à-dire la mort qui est socialement utile pour les vivants mais qui, en même temps, valorise le mort qui a risqué sa vie pour ses valeurs6.

Origines et influences du mouvement commémoratif de la guerre

  • 7 Jay Winter, Remembering War. The Great War between Memory and History in the Twentieth Century, New (...)

5Les rituels du souvenir de la Grande Guerre s’inscrivent dans une tradition commémorative qui se développe à partir de la guerre franco-prussienne ; ils font ainsi partie de ce que Jay Winter a appelé le premier « Memory boom » du XXe siècle. Pendant cette période qui déboute dans les années 1880 et s’achève vers 1920 la mémoire a été considérée comme un des éléments clés de la formation des identités, et particulièrement de l’identité nationale. Une série de raisons historiques, politiques, sociales et même culturelles ont contribué à l’apparition de ce mouvement. Il a été d’abord encouragé par les évolutions politiques de cette époque et la naissance de la Troisième République qui, en quête de légitimité, a cherché à travers la multiplication des projets commémoratifs à s’intégrer dans l’histoire nationale et à créer une nouvelle continuité historique. Le nouveau régime a ainsi vu dans la statuomanie — la pédagogie républicaine par la pierre — la commémoration de la prise de la Bastille et les funérailles de grandes figures de la République, un moyen pédagogique fort pour assurer le consensus national. De même, en ces années de prolifération commémorative, le culte des morts pour la patrie se renouvelle et s’amplifie notamment grâce à un vaste réseau commémoratif, à la fois local et associatif, qui a été soutenu par l’Église et les autorités publiques7.

6Bien qu’initialement faible et limité géographiquement aux communes à proximité des sites d’affrontement, le mouvement commémoratif de la guerre franco-prussienne se généralise dans les années 1880, pour connaître vers la fin du siècle un nouvel essor avec l’apparition de nouveaux acteurs de transmission du souvenir, notamment du mouvement combattant et des associations patriotiques comme le Souvenir Français, organisation établie après la guerre de 1870-71 pour l’entretien des sépultures militaires. Ainsi, les premières simples appositions de croix ou de plaques dans les cimetières et les églises céderont vite leur place à un cérémonial plus solennel et officiel et à des inaugurations, d’abord locales puis départementales, des monuments aux morts. Les cérémonies du souvenir se multiplient et se formalisent ; elles ont d’habitude lieu le jour anniversaire d’une bataille ou à la Toussaint et sont, pour l’essentiel, organisées sous les auspices de l’Église catholique et des autorités publiques. Ces commémorations locales de la guerre, bien que censées exalter la solidarité de la petite patrie face au danger, constituent toutefois un hommage à la France car elles affirment, en même temps que la solidarité locale, la dévotion patriotique de la commune.

  • 8 Karine Varley, Under the Shadow of Defeat. The War of 1870-1871 in French Memory, Basingstoke : Pal (...)

7Les morts de la guerre franco-prussienne sont donc mobilisés pour renforcer la solidarité nationale qui a été fragilisée par la défaite. La commémoration de la guerre célèbre la mort des soldats comme un acte de bravoure et de dévouement qui incarne la grandeur des vertus nationales. Ainsi, les morts sont-ils glorifiés comme les victimes paisibles de la barbarie allemande et comme des martyrs qui se sont sacrifiés pour assurer l’unité et la survie de la nation après son effondrement. L’Église catholique associe leur martyr à celui du Christ et voit dans leur sacrifice un acte de rédemption pour les transgressions du passé et la régénération de la France. À l’inverse, la célébration civique en exaltant l’héroïsme sacrificiel de nouveaux martyrs de la République vise à inspirer aux générations futures l’amour du sacrifice et la dévotion patriotique. En termes généraux, la commémoration de la guerre de 1870-71 tente d’apaiser la déception de la défaite et de préparer la revanche8.

8Entre 1914-1918, le culte du souvenir est largement influencé par les pratiques commémoratives et les concepts de l’avant-guerre. De prime abord, nous retrouvons la plupart des rituels commémoratifs de la période précédente. Les cérémonies de la guerre sont alors à la fois civiques et religieuses et souvent organisées à la Toussaint. Il s’agit des messes et des services funèbres, des pèlerinages aux cimetières sur les tombes des soldats morts et des cérémonies dans des espaces publics. Par contre, rares sont les inaugurations des monuments commémoratifs pendant la guerre. À plusieurs reprises, les hommages de la guerre s’adressent à la fois aux soldats français et alliés morts en France. Cette différence par rapport à la guerre précédente s’explique certainement par l’ampleur de la nouvelle guerre et la présence des troupes alliées sur le sol français. Les hommages du souvenir deviennent ainsi pour les Alliés une occasion de serrer davantage les liens de leur entente cordiale. En 1916, le Président de la République inaugure un nouveau genre d’hommage républicain : la distribution des diplômes aux familles des morts. Cette pratique est poursuivie par les maires jusqu’à la fin du conflit.

  • 9 Raymond Poincaré, En l’honneur des membres du Barreau de Paris morts pour la France, 28 octobre 191 (...)
  • 10 Ville de Nancy, La Toussaint 1915. Aux défenseurs de la patrie inhumés au cimetière du Sud, Nancy : (...)
  • 11 Paul-Félix Hébert (Abbé), À la mémoire des soldats et marins d’Etretat morts pour la France et des (...)

9Par ailleurs, les vecteurs du mouvement commémoratif de la guerre franco-prussienne se mobilisent dès le début du conflit. Ce sont alors le Souvenir Français, l’Union des Femmes de France et la Croix Rouge qui se trouvent à l’initiative de ces manifestions commémoratives de même que les autorités locales et l’Église. Au cours de la guerre, des hommages sont également organisés par de nouveaux réseaux du souvenir comme l’Union des Pères et des Mères dont les Fils sont morts pour la patrie et encore par des cercles professionnels comme les avocats et les auteurs et artistes de Paris9. Souvent les cérémonies se déroulent en présence des vétérans de la guerre franco-prussienne qui participent à leur organisation. En outre, les écoliers occupent une place centrale dans les manifestations, notamment les manifestations civiques. Par exemple, lors de la manifestation patriotique de la ville de Nancy à la Toussaint 1915, les dispositions générales du cortège qui s’est rendu au cimetière Sud de la ville pour rendre hommage aux soldats inhumés dans un clos réservé du cimetière, ont été prises par le président des vétérans de la ville. Les enfants des écoles privées et publiques, portant des palmes et des couronnes, ont précédé le cortège officiel et ils ont été suivis des lycéens, des autorités civiles et militaires de la ville et, enfin, de nombre d’associations patriotiques nancéiennes et des associations d’anciens combattants, prisonniers et militaires10. Dans certains cas, les cérémonies se déroulent en présence des soldats permissionnaires ou des troupes françaises et alliées tandis que, dans d’autres, les soldats assistent les habitants des communes du front dans l’organisation des cérémonies de la Toussaint11.

  • 12 Paul Calendini (Abbé), Pour Dieu ! Pour la Patrie ! À nos Glorieux Morts ! Hommage du souvenir ! Ba (...)

10Enfin, comme par le passé, la majorité des hommages du souvenir sont locaux ; la petite patrie a donc l’occasion d’honorer ses propres défenseurs et d’intégrer son expérience locale de la guerre dans l’histoire nationale. Les rites du souvenir affirment alors la communion de la communauté locale et nationale dans le culte des morts. Dans cette perspective, la liste des morts de la commune est conçue comme un tableau d’honneur des douleurs locales, un palmarès à la fois glorieux et funèbre qui affirme son tribut de sang dans l’épopée nationale12.

L’efficacité symbolique du culte du souvenir

  • 13 Jean-Claude Métraux, Deuils collectifs et création sociale, Paris : La Dispute, 2004, 183-226.

11Pour mieux comprendre le sens des cérémonies du souvenir pendant la guerre, il nous faut d’abord interroger leur efficacité symbolique. Il s’agit donc de mettre en lumière la façon dont elles facilitent l’expression et la consolation du deuil collectif. Par deuil collectif, nous entendons « un deuil communautaire », c’est-à-dire une dynamique sociale qui traverse familles, groupes, communautés et sociétés suite aux pertes collectives qui ont bouleversé, d’une part, les liens amicaux et sociaux et, d’autre part, les représentations de la collectivité13.

  • 14 Jay Winter, “Forms of Kinship and Remembrance in the Aftermath of the Great War”, in Jay Winter & E (...)
  • 15 Sur la notion des cercles du deuil voir : Stéphane Audoin-Rouzeau, Cinq deuils de guerre 1914-1918, (...)
  • 16 Sur ce sujet voir : Stéphane Audoin-Rouzeau, « Qu’est-ce qu’un deuil de guerre ? », Revue Historiqu (...)
  • 17 Bulletin de l’Union des Pères et des Mères dont les fils sont morts pour la patrie, Exposé de l’ori (...)
  • 18 Paul-Félix Hébert (Abbé), Ibidem.

12En premier lieu, elles contribuent à la formation des communautés de deuil, c’est-à-dire des réseaux du souvenir qui se situent à un niveau intermédiaire entre la mémoire nationale et la mémoire individuelle et constituent en outre les principaux acteurs de la transmission du souvenir14. Les rites du souvenir rassemblent alors les individus endeuillés, ils leur permettent de forger des liens d’appartenance et de solidarité, de sortir de leur enfermement et de partager leur souffrance. D’ailleurs, le travail du deuil ne se limite pas aux familles des morts mais il concerne l’ensemble des cercles du deuil entourant une mort au combat, c’est-à-dire les proches et les amis, les voisins et les collègues du travail du défunt15. Il importe, toutefois, de préciser que les expériences de la mort et du deuil de la guerre peuvent être plurielles et même sensiblement contradictoires. Nous pouvons alors supposer que certains sujets endeuillés se refusent à assister aux cérémonies du souvenir ou encore que les mêmes individus peuvent, à un moment donné, être aidés par la commémoration et, dans d’autres, entravés dans leur deuil par ces pratiques mnémoniques16. Néanmoins, plusieurs sont ceux qui, dès la guerre, non seulement assistent aux cérémonies du souvenir mais également organisent des hommages en l’honneur de leurs morts. Par exemple, l’Union des Pères et des Mères dont les Fils sont morts pour la patrie, dont l’objectif est de rassembler tous les parents en deuil dans une grande famille étroitement unie « pour porter en commun le poids du sacrifice noblement accepté […] et garder dans un culte qui ne peut trouver d’infidèles, la mémoire des héros tombés en face de l’ennemi », organise, dès 1916, une manifestation annuelle à la Sorbonne17. De même, la cérémonie d’inauguration du monument aux morts de la commune d’Étretat a été préparée par un adjoint de la commune qui avait perdu trois fils au combat18.

  • 19 Louis-Vincent Thomas, Rites de mort. Pour la paix des vivants, Paris : Fayard, 1985.
  • 20 Michel Hanus, « Morts et Deuils Collectifs », Etudes sur la mort. Thanatologie, n° 123, 2003, 19.
  • 21 Louis Lacaze (maire de Saint-Paul-Labouffie), op. cit., 4-11.
  • 22 Jules Déjarnac, En souvenir des soldats de Sainte-Marie Bercy tombés au champ d’honneur. 1er novemb (...)
  • 23 Raymond Poincaré, À la mémoire des morts pour la patrie, 14 juillet 1916. Discours du Président de (...)

13En deuxième lieu, le culte des morts constitue un rite de reconnaissance qui s’adresse aux vivants19. D’après le psychiatre Michel Hanus, les deuils collectifs ont besoin de reconnaissance dans des manifestations collectives. Une dimension essentielle de ces manifestations « est qu’elles doivent comporter une individualisation des victimes dont le nom doit apparaître et ceci d’autant plus que les corps n’ont pas pu être retrouvés »20. Ainsi, les manifestations du souvenir de la guerre commencent-elles habituellement par la lecture de la liste des morts de la commune. En général, « l’appel des morts » implique l’évocation du nom du défunt, de son régiment et de ses décorations militaires et, enfin, de la date de la bataille et de sa mort. Nous pouvons bien supposer que l’appel des morts est le moment le plus fort en émotions pour tous les participants et, tout particulièrement, pour les familles. D’autant plus que dans certains cas les orateurs s’adressent directement aux membres des familles des morts. Tel est le cas du maire de la commune de St-Paul Labouffie (Lot) qui, à plusieurs reprises, après avoir évoqué le nom d’un défunt de la commune et fait l’éloge de ses qualités, se tourne vers les membres de sa famille, notamment le père et le fils du mort, et leur adresse des mots de consolation personnalisés21. Une autre forme d’individualisation de la mort et du deuil est la lecture de la correspondance de guerre des défunts. Par exemple, le pasteur Jules Déjarnac, lors de la cérémonie en l’honneur des morts de l’église de Sainte-Marie Bercy, lit les lettres que des soldats morts, membres de la paroisse, avaient envoyées à leurs familles22. En outre, les orateurs prennent souvent soin de souligner que les familles ont, à l’égal de leurs morts, le droit à la gratitude du pays23.

  • 24 Joseph Tissier, Vivent les Morts ! Allocution de Mgr l’Evêque de Chalons au service célébré le 2 no (...)
  • 25 Le Souvenir Français. Association Nationale pour l’édification et l’entretien des tombes des milita (...)
  • 26 Eugène Sirech (Abbé), Nos morts ne sont pas morts. Oraison funèbre prononcée à l’église Notre-Dame– (...)
  • 27 Ville de Nancy, op. cit., 10.
  • 28 Philippe Maréchal, op. cit., 8.
  • 29 Henri Collin (Chanoine), Debout les Morts ! Discours à la messe annuelle du Souvenir Français céléb (...)

14De même, les cérémonies du souvenir cherchent à réconforter les vivants en leur garantissant la survie symbolique de leurs morts et leur inscription dans le Panthéon national des morts illustres ; le culte du souvenir est alors représenté comme « une profession de foi en l’immortalité de leur personne »24, comme l’un des actes les plus beaux et les plus respectables qui mérite la gloire et la reconnaissance éternelle. Dans cette perspective, les orateurs mettent en avant l’idée que le culte des morts de la guerre fait partie intégrante de l’identité française. Par exemple, le capitaine de vaisseau de réserve Jacquet, président du comité du Souvenir Français de Rochefort-sur-Mer, affirme le 2 novembre 1914 : « Abandonnés ! Ils ne le seront pas, ceux auxquels nous sommes venus, aujourd’hui, rendre hommage ; notre chère France a gardé, au fond du cœur, le culte des disparus, et chaque année, à cette date, les plusindifférents fleurissent les tombes de leurs morts »25. L’Église, de son côté, rappelle aux vivants que les morts, en versant leur sang pour la patrie et la foi, ont gagné l’immortalité céleste26. De surcroît, les cérémonies du souvenir sont conçues comme les précurseurs d’une tradition commémorative qui s’amplifiera après la guerre. Ainsi, à l’occasion du premier hommage de la ville de Nancy à ses morts, le maire affirme-t-il l’intention de la municipalité d’instaurer un pèlerinage annuel à la Toussaint sur les tombes des soldats morts27. De même, lors de la cérémonie de distribution des diplômes aux familles des morts le 16 décembre 1916, le maire du VIIIe arrondissement de Paris prend soin d’assurer aux familles que la mémoire de leurs morts se perpétuera car, partout en France, les noms de morts seront inscrits sur des monuments publics28. Dans le même esprit, le chanoine Henri Collin annonce que l’Église, en association avec le Souvenir Français, compte élever des monuments à leur souvenir et ériger des croix sur les tombes du front29.

  • 30 Philippe Ariès, Essais sur l’histoire de la mort en Occident du Moyen Âge à nos jours, Paris : Seui (...)
  • 31 Bulletin de l’Union des Pères et des Mères dont les fils sont morts pour la patrie, Cérémonie du 2 (...)

15Enfin, les cérémonies de la guerre sont liées au culte des tombeaux. Comme Philippe Ariès l’a démontré, l’attitude des populations en Occident face à la mort a progressivement changé au cours du XIXe siècle. En effet, contrairement aux siècles précédents, au XIXe siècle le culte du souvenir exigeait la présence physique du tombeau. Cela a eu pour conséquence l’instauration de nouveaux rites du souvenir comme le recueillement sur les tombes et les pèlerinages aux cimetières à la Toussaint.30 Cependant, la guerre a largement bouleversé les rites du souvenir puisque l’identification et le retour des corps des soldats a eu largement lieu après la fin du conflit. Par conséquent, peu sont les familles qui pendant la guerre ont la possibilité d’appliquer le rituel du deuil — c’est-à-dire les soins du corps, l’enterrement et la visite au cimetière — qui est pourtant nécessaire à l’expression et à l’évolution du travail de deuil. Nous pouvons alors considérer les cérémonies de la guerre comme une substitution symbolique des rites du deuil, comme un recueillement symbolique devant un corps imaginé ou une tombe imaginée. Les orateurs font souvent référence à cette absence qui pèse sur les familles et cherchent à les réconforter en les incitant à remplacer cette absence par le recueillement autour de leurs souvenirs ou encore par la prière31. Dans cet esprit, le pasteur Jules Déjarnac remarque le 1er novembre 1915 :

  • 32 Jules Déjarnac, op. cit., 20.

Tout en regardant plus haut que les corps, cette cérémonie nous invite à regarder plus haut que ces choses visibles : les tombes des morts. En ce jour du 1er novembre, la foule va se répandre dans les cimetières et s’arrêter devant les tombes des trépassés, où il semble plus aisé de se recueillir dans leur souvenir, tout en leur apportant fleurs et couronnes. Ces conditions de recueillement vous sont refusées pour vos soldats, car leurs tombes sont loin d’ici […] Du reste, vous avez mieux pour vous recueillir que de vous pencher sur des pierres, ou devant de la terre fraîchement remuée. Vous pouvez vous recueillir devant les chers souvenirs32.

Le culte du souvenir sous le prisme de la mobilisation nationale

  • 33 Th. Tholozan, Pleure mais espère quand même. Improvisation prononcée le 1er Novembre 1915 au Cimeti (...)
  • 34 André Populaire, Vous qui passez. Vissions de guerre, lueurs d’espérance. Allocution prononcée à la (...)

16Force est de constater que l’efficacité symbolique du culte du souvenir permet non seulement l’expression du deuil mais également la mobilisation des esprits en faveur de la guerre. Nous pouvons même considérer que les manifestations du souvenir sont propices à la mobilisation nationale en raison de leur dynamique émotionnelle. Ainsi, le discours commémoratif met-il à profit l’arsenal éthique et les concepts de la période précédente et les ajuste aux besoins de l’effort de la guerre. En général, le discours commémoratif est fondé sur l’idée que la guerre est une guerre sainte pour la liberté, une croisade pour la défense du droit et de la justice contre la force brutale et la barbarie33. Cette représentation de la guerre vise, d’une part, à déshumaniser l’ennemi qui est représenté comme un « Hun » menaçant la civilisation, un envahisseur qui depuis longtemps préparait la guerre dans l’ombre34 et, d’autre part, à valoriser par opposition et à sublimer la mort des soldats français.

  • 35 Le Souvenir Français (comité du Havre), Église Notre Dame du Havre, Service Funèbre à la mémoire de (...)

17Au début du conflit, la « mobilisation des morts » sert à la justification et à la légitimation de la guerre. La mort pour la patrie est alors représentée comme une mort à la fois héroïque et consentie. Par exemple, l’abbé Julien note que « la page écrite par leur sang au livre des annales humaines sera glorieuse à l’envi des antiques épopées, et la légende, dont le temps irise nécessairement la gloire, érigera en une guerre de géants la guerre de 1914. Gloire donc, gloire à vous, les morts de l’éternelle croisade, gloire à votre souvenir et à vos tombeaux ! »35.

  • 36 Antonin Bernard (Chanoine), Allocution prononcée à la « messe patriotique » célébrée en la cathédra (...)
  • 37 Souvenir Français (Comité du Havre), Église Notre-Dame du Havre. Service Funèbre pour les soldats e (...)

18De même, le récit du conflit et de la mort au champ de bataille est pour l’essentiel légendaire et épique, basé sur un vocabulaire chevaleresque. Par exemple le 23 août 1914, le chanoine Bernard Antonin, lors de la messe en la cathédrale de Gap, constate que quand un peuple « sans provocation de sa part, se tourne vers sa poitrine la pointe d’une épée semblable plutôt au glaive des vieux barbares, [ …] que ce peuple se lève dans sa juste colère et dans son enthousiasme ; qu’il mette la main sur la garde de son épée, qu’il saisisse le fusil suspendu depuis un demi-siècle aux murs de sa demeure et qu’il abatte, sans haine mais sans faiblesses, l’oiseau de proie qui le guette, qu’il abatte l’aigle qui fond sur lui avec les serres d’un vautour. Qu’il frappe et que le Dieu des justes causes soit avec lui »36. La guerre est alors exaltée comme la marche de l’humanité durant laquelle les soldats se battent « sans hésitation », « hardiment, noblement, pieusement » et versent « du sang vaillant et généreux »37.

  • 38 Ibidem, 5-6 ; Antonin Bernard, op. cit., 3.
  • 39 Le Souvenir Français. Association Nationale pour l’édification et l’entretien des tombes des milita (...)

19Afin de soutenir l’idée de la mort consentie, la commémoration insiste sur le volontarisme et l’élan des soldats au moment de la mobilisation militaire. Leur départ est constamment raconté comme un moment d’enthousiasme et de joie, un moment de fierté et de détermination, un témoignage de l’union sacrée des Français. Par ailleurs, le thème de l’union sacrée est employé pour décrire le volontarisme des soldats face à la mort38. Lors de la manifestation de la ville de Rochefort-sur-mer sur les tombes des soldats, le proviseur du lycée de la ville remarque que les morts ont combattu allégrement en communion de sentiments et sans distinction de classe, de religions ou de croyances et que leur sang s’est mêlé sous les champs de bataille « cimentant en quelque sorte et pour toujours l’œuvre grandiose de la réconciliation et de l’union nationale »39. Enfin, le récit de la mort s’entrecroise à la mémoire de la défaite et aux attentes de la revanche. Ainsi, les morts de la guerre de 14 sont-ils dessinés comme les défenseurs du souvenir des vaincus de 1870 ; inspirés par leur patriotisme exemplaire, ils se sont battus pour la victoire qui serait également la vengeance des vaincus de la guerre précédente.

  • 40 Le Souvenir Français (comité du Havre), Église Notre- Dame du Havre. Service Funèbre pour les solda (...)

20« N’est-ce pas le souvenir fidèlement gardé de nos glorieux vaincus de 1870 qui a entretenu, pour l’édification des âges à venir, sur l’autel du patriotisme le feu sacré des espérances qui commencent à se réaliser ? […] N’est-il pas vrai que, naguère, au momentmême où l’ordre d’appel frappait à toutes les portes des familles de France, presque partout l’esprit d’un père ou d’un parent, tombé en 1870, semblait surgir en même temps comme pour répondre lui aussi ‘présent’, et partir avec celui qui allait réparer la honte de la défaite ? », se demande l’archiprêtre du Havre le 23 août 191440. Par ailleurs, il souligne l’importance de l’œuvre commémorative du Souvenir Français et de la Croix Rouge pour la transmission de l’éthique patriotique des morts de la guerre franco-prussienne aux combattants du conflit actuel. Le discours commémoratif souligne alors la communion des valeurs des morts de deux guerres et incite les vivants à s’inspirer de leurs attentes de victoire et de revanche et à poursuivre la guerre jusqu’à la victoire finale. Le culte du souvenir tâche ainsi de rappeler aux vivants la volonté et l’héritage des morts qui, en même temps, définissent et légitiment l’horizon d’attente des vivants. La commémoration se tourne ainsi vers le futur pour célébrer la victoire à venir.

  • 41 Sur le comportement à l’arrière voir : Jean-Jacques Becker, Les Français dans la Grande Guerre, Par (...)

21À l’entrée de la guerre, le culte du souvenir exalte une guerre imaginée et romanesque, loin de la réalité du conflit. Il va de pair, la victoire est conçue comme une espérance exaltante, motivante et stimulante, capable de rassembler et  mobiliser les esprits. Cependant, au cours de 1915, suite à une série d’offensives sanglantes et sans résultat, le discours commémoratif commence à se modifier et à prendre en considération, d’une part, les descriptions réalistes de la guerre des tranchées qui se diffusent à l’arrière et, d’autre part, le malaise de la population civile face à la masse des morts et au fait que la guerre s’avère plus longue qu’initialement prévue41. Cette mutation de 1915 devient davantage flagrante en 1916, l’année de Verdun et de la Somme.

  • 42 Joseph Tissier, op. cit., 1-4. Sur l’influence des théories de Joseph de Maistre sur le nationalism (...)
  • 43 Eugène Sirech (Abbé), op. cit., 8, 17-18. ; Jules Déjarnac, op. cit., 24; Philippe Maréchal, op. ci (...)
  • 44 Raymond Poincaré, À la mémoire des morts pour la patrie, 14 juillet 1916, op. cit., 6-7.
  • 45 Raymond Poincaré, En l’honneur des membres du Barreau de Paris, morts pour la France, 28 octobre 19 (...)
  • 46 Sur ce point voir aussi : Annette Becker, La guerre et la foi : de la mort à la mémoire, 1914-1930, (...)
  • 47 Joseph Tissier, op. cit.,  7.

22À cette période, le langage commémoratif se développe autour de l’idée de l’héroïsme sacrificiel. Il s’agit alors d’un discours qui met l’accent sur les souffrances et la cruauté de la guerre mais qui, en même temps, dans le sillage de Joseph de Maistre, exalte la mort pour la patrie comme un sacrifice superbe, un don total et sans réserve42. Comme auparavant, le discours commémoratif de cette période insiste sur l’union sacrée et le volontarisme des soldats face à la mort mais il abandonne pourtant progressivement les représentations chevaleresques de la mort. La guerre ainsi n’est plus une marche ni un conte chevaleresque mais une épopée sanglante. À cette période, la représentation de la mort violente a une double fonction : d’une part, elle illustre l’héroïsme des soldats qui continuent à battre malgré leur calvaire et, d’autre part, elle déshumanise les adversaires qui la provoquent. La mort devient ainsi un spectacle macabre ; le discours commémoratif diffuse des images décrivant les soldats agonisants, des cadavres des combattants gisant dans la boue des tranchées ou dans la flaque rouge de leur sang, des corps percés par une balle ou pulvérisés par un obus et enfin les corps des marins s’abîmant dans les flots43. Ce changement de ton concerne également le récit du combat : Raymond Poincaré par exemple, lors de la cérémonie de distribution des diplômes aux familles des morts le 14 juillet 1916, décrit la bataille de Verdun comme une bataille interminable au cours de laquelle les soldats français, sous les feux de l’artillerie et sur le terrain raviné par les pluies et les obus, défendent pied à pied les avancées de Verdun44. Ainsi, la célébration républicaine utilise-t-elle la rhétorique sacrificielle pour glorifier l’héroïsme des soldats français qui endurent au nom de la civilisation la cruauté de la guerre des tranchées45. La commémoration religieuse, de son côté, utilise ces images pour associer la mort des soldats au Golgotha du Christ46. La mort violente est alors considérée comme une rédemption pour les erreurs du passé47.

  • 48 Raymond Poincaré, À la mémoire des morts pour la patrie, 14 juillet 1916, op. cit., 1.
  • 49 Sur la place des atrocités allemandes dans l’imaginaire national français voir : John Horne & Alan (...)
  • 50 A.-M. Rouillon, La Voix de nos Morts. Allocution prononcé aux Tombes du Plateau des Thomassés (Marn (...)

23Malgré leurs différences, les commémorations religieuses et civiques partagent en réalité la même mission : donner du sens à la mort de masse. À partir de 1915 et notamment en 1916 qui est l’année des batailles les plus sanglantes, la population civile prend en fait conscience que le nombre des victimes est disproportionné aux résultats de la guerre. Dans ce contexte, le culte du souvenir se fixe la tâche d’expliquer l’utilité de la mort, d’expliquer les raisons pour lesquelles la mort des soldats est féconde malgré le fait qu’elle n’ait pas assuré la victoire. Dans cette perspective, le culte du souvenir essaie de mettre en évidence le fait que la mort féconde est la mort qui prépare la victoire. Le discours commémoratif s’organise désormais autour de l’idée que les soldats versent leur sang pour préparer l’avenir de l’humanité et que même s’ils sont morts avant d’avoir connu la victoire finale, ils ont eu, au moins, la consolation de l’avoir pressentie et préparée48. De même, la mort des soldats n’est pas vaine car elle est le rempart pour la survie de la France car, si les soldats n’avaient pas accepté de se sacrifier, la France entière aurait connu l’expérience de l’occupation et les atrocités du militarisme allemand49. L’occupation alors devient le champ d’expérience qui définit l’horizon d’attente du futur. Les soldats meurent pour la victoire qui approche, pour que la France ne connaisse pas l’expérience des cours martiales et des déportations, l’humiliation et les pillages de l’armée allemande que les départements occupés subissent. Il ne reste alors aux vivants qu’à imiter leur exemple, suivre leur volonté et achever leur victoire50. Dans ce sens, l’évêque de Chalons remarque :

  • 51 Joseph Tissier, op. cit., 5-6.

Si nous sommes encore un peuple, le plus miraculeux des peuples, si nous avons, nous autres, encore une patrie, n’est-ce pas à ceux que nous le devons, à leurs vertus, à leurs combats, à leurs souffrances, à leurs tombeaux ? […] Pour demeurer à leur taille, dignes du moins des saintes tâches qu’ils ontentreprises et que nous recevons toutes sanglantes de leurs mains, il faut tenir les yeux levés sur les hauteurs de gloire qu’habitait leur âme51.

  • 52 Pierre Renouvin, « L’opinion publique française et la guerre de 1917 », Revue d’Histoire Moderne et (...)

24Il va alors de soi que le culte du souvenir est surdéterminé par le déroulement des opérations militaires et le contexte social et politique de la guerre. Si en 1916, il ne vise qu’à améliorer le moral de la population civile qui manifeste les premiers signes de fatigue sous le poids du deuil et des souffrances morales, à partir de 1917 et jusqu’à la fin de la guerre, il est largement mis au service de la remobilisation nationale et il s’investit dans la campagne politique contre la paix négociée. En effet, en 1917 l’aggravation des difficultés économiques, l’échec de la grande offensive d’avril, l’agitation sociale et enfin les évolutions en Russie contribuent à la démoralisation de la société civile52. Face alors au cumul des difficultés et à la crise de moral qui risque de conditionner le sort de la guerre, le culte du souvenir cherche à faire revivre les espoirs de la victoire qui se sont transformés en des attentes inhibitrices et démobilisatrices, incapables à stimuler et à rassembler.

  • 53 Ferdinand Brunot, IIe Distribution solennelle des diplômes aux familles des Morts pour la Patrie. P (...)
  • 54 Ferdinand Brunot, Ville de Paris-XIVe Arrondissement. IIIe Distribution Solennelle des Diplômes aux (...)

25À cette période, le discours commémoratif continue à avoir recours aux formes narratives et aux concepts employés en 1916 : il est fondé sur les représentations antérieures de la mort violente et sur le langage sacrificiel exaltant le volontarisme des morts et la persévérance des soldats53. Mais, contrairement à la période précédente, le discours commémoratif de 1917 se construit autour de la question de la paix et oppose la guerre juste à la paix injuste. La commémoration met ainsi en avant l’idée que les soldats tiennent les souffrances de la guerre et meurent pour la qualité et la nature de l’après-guerre. Ils sont les martyrs de la paix et du droit qui se sacrifient stoïquement pour offrir à la France la paix par la victoire54. Ainsi, le culte du souvenir se fixe-t-il une double mission : d’un côté, exalter la mort féconde des soldats qui prépare une paix prometteuse et stable, fondée sur la justice et le droit et, de l’autre, condamner le nouveau crime qui est en train de se produire contre eux et qui est cette fois dû non à la barbarie allemande mais à la lassitude de ceux qui réclament la paix à tout prix.

26En évoquant la volonté des morts, le culte du souvenir cherche alors à remobiliser les esprits en faveur de la poursuite de la guerre jusqu’à la victoire finale, à persuader la société civile de la nécessité de tenir malgré les souffrances et le deuil et contre les manœuvres antipatriotiques en faveur de la paix négociée. En ce sens, le pasteur Ulric Draussin déclare le 16 décembre 1917 :

  • 55 Ulric Draussin (pasteur de l’église reformée), Ceux qui meurent. Discours prononcé le 16 Décembre 1 (...)

Nous ne pouvons pas permettre que nos morts soient morts en vain. Vous le sentez bien. Nous rendrions leur sacrifice inutile, si déprimés par nos incessantes angoisses et par nos deuils multipliés, nous n’étions plus capables que de réclamer une paix précaire, une paix sans la Victoire. Nos morts, dont il semble que l’esprit nous environne d’une atmosphère de renoncement et d’idéal, nos morts ne comprendraient pas que nous abandonnions leur œuvre parce que nos yeux charnels ne les voient plus, et parce que des menaces nouvelles apparaissent dans notre ciel55.

  • 56 Ferdinand Brunot, Ville de Paris-XIVe Arrondissement. IIIe Distribution Solennelle des Diplômes aux (...)
  • 57 Maurice Coulombeau (abbé), Sur les tombes… Allocution prononcée à la cathédrale de Chartes, le 23 n (...)
  • 58 Ferdinand Brunot, Ville de Paris-XIVe Arrondissement. IIIe Distribution Solennelle des Diplômes aux (...)

27Le culte du souvenir se veut alors défenseur de la volonté des morts et de leur sacrifice exemplaire qui est menacé par l’égoïsme de ceux qui n’acceptent pas d’honorer leurs dettes envers les défunts et battre jusqu’à la victoire définitivemais qui, au contraire, œuvrent pour « une paix boiteuse », « une paix de soumission ». Par ailleurs, la mort des soldats est considérée régénératrice pour la société française et créatrice d’une nouvelle moralité à laquelle seule une minorité des antipatriotes refuse d’adhérer56. Dans cette perspective, certains orateurs invitent les vivants à écouter les voix des morts qui demandent depuis leurs tombes la poursuite de la guerre et la victoire. De même, d’autres représentent les morts ressuscités de leurs tombes conduisant les vivants à la victoire57. Par ailleurs, le discours commémoratif réactualise l’exemple des départements occupés et annexés pour souligner que la France, sans la paix de la victoire, connaîtra le sort de ces régions et que, si la France accepte de négocier la fin de la guerre, elle sera à l’avenir constamment exposée à l’agressivité et à la barbarie du militarisme allemand58. Dans cet esprit, l’évêque d’Autun avertit :

  • 59 Désiré Hyacinthe Berthoin, Ce que disent les morts de la Grande Guerre (allocution de Mgr Berthoin, (...)

Savez-vous ce que serait, dans bien peu de temps, cette paix que nous obtiendrions aujourd’hui ? Je ne vous rappellerai pas les crimes, les horreurs, les infamies qu’ont perpétrés nos ennemis au début de l’invasion. Il serait très utile cependant de les connaître mieux afin d’en recueillir une salutaire terreur et une volonté inexorable de vaincre. Mais voyez donc ce qu’ils font aujourd’hui en Belgique et dans le Nord. C’est le rétablissement pur et simple de l’esclavage avec les travaux forcés. Les hommes sont enlevés de force par groupes de mille ou de douze cents et transplantés en Allemagne, pour y travailler au profit de leurs ennemis. Et non seulement des hommes, mais des jeunes filles ont été enlevées de la sorte et exposées à la plus honteuse promiscuité. […] Vous qui souhaiteriez la paix à tout prix, les voyez-vous, ces Barbares, reconstitués après quelques années et revenant en France, bien décidés cette fois à en finir avec nous ? Voyez-vous leur fureur, leur désir de se venger de la peine qu’ils auront eue pour nous vaincre et se livrant sur nous à leurs bestiales passions ? 59

  • 60 Samuel Diény, op. cit., 11-14 ; Paul Calendini (abbé), op. cit., 13.
  • 61 Ferdinand Brunot, IIe Distribution solennelle des diplômes aux familles des Morts pour la Patrie. P (...)
  • 62 Bulletin de l’Union des Pères et des Mères dont les fils sont morts pour la patrie, Cérémonie du 2 (...)
  • 63 Bulletin de l’Union des Pères et des Mères dont les fils sont morts pour la patrie, Cérémonie du 2 (...)

28Enfin, à cette période, les références à la ténacité morale des familles des morts se multiplient. Les familles, et notamment les parents, sont maintenant promues en des modèles d’autorité morale qui valorisent les aspirations de la paix par la victoire. La société civile est alors encouragée à s’inspirer de l’abnégation des familles des morts qui, bien qu’elles aient connu la souffrance la plus profonde de la guerre, portent leur deuil avec stoïcisme et dignité. Ainsi, le culte du souvenir célèbre-t-il le deuil exemplaire des familles qui se trouve à la hauteur du sacrifice exemplaire de leurs morts60. Les veuves sont en outre invitées à défendre la mémoire de leurs morts contre l’oubli et la trahison en levant leurs voiles du deuil face aux promoteurs de la paix éphémère61. En plus, l’Union des Pères et des Mères dont les Fils sont morts pour la patrie s’engage activement dans cette campagne politique contre la paix négociée. Ainsi, le 2 novembre 1917, lors de la cérémonie commémorative de l’Union, son président, Henry Bonnet, exprime-t-il l’indignation des membres de l’Union face aux manœuvres des démoralisateurs qui cherchent par la paix de la réconciliation à affaiblir le pays. Il affirme encore que les parents des morts, « les gardiens vigilants de leur mémoire et aussi leur porte-parole, chaque fois que le bien du pays exigera qu’on entende leur voix », ont demandé, par une lettre ouverte au Ministre de l’Intérieur, des mesures fermes contre « les fauteurs du découragement »62. L’année suivante, il aborde à nouveau la question de la paix en mettant l’accent sur le fait que les parents des morts désapprouvent toute négociation avec l’Allemagne et réclament obtenir comme consolation la victoire et le châtiment pour les meurtriers de leurs héros63.

Conclusion

  • 64 Paul Ricœur, La mémoire, l’histoire l’oubli, Paris : Seuil, 2000, 70-71, 338-349.
  • 65 George Hagman, “Mourning : a Review and Consideration”, The International Journal of Psycho-Analysi (...)

29Les pratiques commémoratives de la guerre font surgir un récit symbolique reliant le passé, le présent et le futur de la communauté nationale, un langage de consolation qui vise à structurer le vécu de la guerre et aussi à conceptualiser le deuil collectif. Cela implique, comme John Horne l’a noté, la mobilisation de l’État et des autorités civiques, religieuses et militaires mais également l’engagement de la société civile, l’auto-mobilisation de différents acteurs de transmission du souvenir. La commémoration transmet un système de valeurs qui justifie la guerre et qui, en même temps, révèle l’idée qu’une société en guerre se forge son destin. La commémoration peut être ainsi conçue comme un réseau des perspectives croisées entre l’attente du futur, la mémoire du passé et le vécu du présent64. Par ailleurs, la valorisation de l’expérience du passé et la définition des attentes du futur s’effectuent à travers le lien symbolique imposé par le sacrifice des morts. Les morts deviennent, par conséquent, les avatars du système éthique de la guerre et accordent une légitimité morale aux lectures de la guerre et aux attentes du futur. En effet, les hommages du souvenir, en rappelant la volonté des morts, invitent les vivants à assumer leurs engagements vis-à-vis d’eux, à accomplir les « tâches du deuil » qui sont associées à leur mémoire. D’ailleurs, la capacité d’une société endeuillée à assumer et à accomplir ses tâches du deuil surdétermine l’évolution du travail de deuil et son adaptation réussie à la perte65. Sous l’angle alors du présent vécu, la société endeuillée évoque l’horizon d’attente des morts, interprète ces dettes envers eux et se tourne vers le futur pour célébrer la victoire à venir. En effet, les pratiques du souvenir de la Première Guerre mondiale sont plutôt orientées vers le futur et visent notamment à célébrer les événements à venir. En ce sens, elles peuvent être conçues non seulement comme des lieux de mémoire et de deuil mais également comme des lieux d’espoir.

Haut de page

Notes

1 Jean-Jacques Becker, Gerd Krumeich, Jay Winter, Annette Becker & Stéphane Audoin-Rouzeau, Guerre et Cultures, 1914-1918, Paris : Colin, 1994 ; Stephen Heathorn, “The Mnemonic Turn in the Cultural Historiography of Britain’s Great War”, The Historical Journal, vol.48, n°4, 2005, 1103-1124.

2 Sur ce sujet: Adrian Gregory, The Silence of Memory. Armistice Day 1919-1946, Oxford/ Providence: BERG, 1994; K. J. Inglis,« Entombing Unknown Soldiers », History and Memory, vol. 5, n°2, 1993, 7-31; Annette Becker, Les Monuments aux morts. Mémoire de la Grande Guerre, Paris : Errance, 1988 ; Jay Winter, Sites of Memory, Sites of Mourning. The Great War in European Cultural History, Cambridge: Cambridge University Press, 1995 ; Daniel Sherman, The Construction of Memory in Interwar France, Chicago: Chicago University Press, 1994.

3 Sur la culture de guerre : Stéphane Audoin-Rouzeau & Annette Becker, 14-18, retrouver la guerre, Paris : Gallimard, 2000 ; Stéphane Audoin-Rouzeau & Annette Becker, « Violence et consentement. La culture de guerre du premier conflit mondial », in Jean-Pierre Rioux et Jean-François Sirinelli (Dir.), Pour une histoire culturelle,Paris : Seuil, 1997, 251-271. Depuis la parution du livre de Stéphane Audoin-Rouzeau et d’Annette Becker, la notion de la culture de guerre n’a pas cessé de diviser les historiens de la Première Guerre mondiale entre deux écoles historiographiques qui défendent respectivement la thèse du consentement à la guerre et de la contrainte. Pour une approche critique de la notion, voir : Antoine Prost, « La guerre de 1914 n’est pas perdue », Le Mouvement Social, n°199, avril-juin, 2002, 95-102) ; Rémy Cazals, « Oser penser, oser écrire », Genèse. Sciences Sociales et Histoire, n°46, 2002, 26-43.

4 Ernest Jünger, L’État universel (suivi de) la mobilisation totale (trad. de l’allemand H. Plard et Marc B. de Launay), Paris : Gallimard, 1990,116.

5 John Horne, “Introduction: Mobilizing for ‘Total War’, 1914-1918”, in JohnHorne (ed.), State, Society and Mobilization in Europe during the First World War,Cambridge: Cambridge University Press, 1997, 1-17.

6 Louis-Vincent Thomas, Anthropologie de la mort, Paris : Payot, 1980, 196-201.

7 Jay Winter, Remembering War. The Great War between Memory and History in the Twentieth Century, New Heaven & London: Cambridge University Press, 2006, 17-51.

8 Karine Varley, Under the Shadow of Defeat. The War of 1870-1871 in French Memory, Basingstoke : Palgrave MacMillan, 2008, 56-76, 152-174 ; Bénédicte Grailles, De la défaite à l’Union Sacrée ou les chemins du consentement. Hommages publics et commémorations de 1870 à 1914 : l’exemple du nord de la France, thèse sous la direction d’Annette Becker, Université Lille III, 2000, 278-336.

9 Raymond Poincaré, En l’honneur des membres du Barreau de Paris morts pour la France, 28 octobre 1916, Paris : Petite Collection Historique, 1919 ; Raymond Poincaré, À la mémoire des auteurs et compositeurs dramatiques morts pour la patrie 3 mai 1916 (Discours de M. Raymond Poincaré, président de la République), Paris : Petite Collection Historique, 1919.

10 Ville de Nancy, La Toussaint 1915. Aux défenseurs de la patrie inhumés au cimetière du Sud, Nancy : impr. Nancéienne, 1916.

11 Paul-Félix Hébert (Abbé), À la mémoire des soldats et marins d’Etretat morts pour la France et des soldats de l’armée britannique inhumés à Étretat. Manifestation patriotique et religieuse du 27 août 1916/ préface signée Abbé P. Hébert, Yvetot : impr. de l’Abeille Cauchoise, 1916; Pierre Loti, « Le jour des Morts aux Armées du Front », L’Illustration, n° 3793, 13 novembre 1915.

12 Paul Calendini (Abbé), Pour Dieu ! Pour la Patrie ! À nos Glorieux Morts ! Hommage du souvenir ! Ballon, 27 novembre 1917 (Discours prononcé dans l’église de Ballon, par M. l’abbé Paul Calendini), Le Mans : impr. Benderitter, 1918, 6 ; Louis Lacaze (maire de Saint-Paul-Labouffie), Commune de Saint-Paul-Labouffie (Lot). Après trois ans de guerre : hommages à nos morts, à nos mutilés, à nos combattants, 30 septembre 1917. Le maire Louis Lacaze, Cahors : impr. de J. Bergson, 1917, 12.

13 Jean-Claude Métraux, Deuils collectifs et création sociale, Paris : La Dispute, 2004, 183-226.

14 Jay Winter, “Forms of Kinship and Remembrance in the Aftermath of the Great War”, in Jay Winter & Emmanuel Sivan (ed.), War and Remembrance in the Twentieth Century, Cambridge: Cambridge University Press, 1999, 40-60.

15 Sur la notion des cercles du deuil voir : Stéphane Audoin-Rouzeau, Cinq deuils de guerre 1914-1918, Paris : Noêsis, 2001.

16 Sur ce sujet voir : Stéphane Audoin-Rouzeau, « Qu’est-ce qu’un deuil de guerre ? », Revue Historique des Armées, 259, 2010, 3-12.

17 Bulletin de l’Union des Pères et des Mères dont les fils sont morts pour la patrie, Exposé de l’origine, du caractère et du but de l’Union, n°1 (novembre) 1916, 1.

18 Paul-Félix Hébert (Abbé), Ibidem.

19 Louis-Vincent Thomas, Rites de mort. Pour la paix des vivants, Paris : Fayard, 1985.

20 Michel Hanus, « Morts et Deuils Collectifs », Etudes sur la mort. Thanatologie, n° 123, 2003, 19.

21 Louis Lacaze (maire de Saint-Paul-Labouffie), op. cit., 4-11.

22 Jules Déjarnac, En souvenir des soldats de Sainte-Marie Bercy tombés au champ d’honneur. 1er novembre 1914,Cahors : impr. Coueslant, 1916, 16-19.

23 Raymond Poincaré, À la mémoire des morts pour la patrie, 14 juillet 1916. Discours du Président de la République à l’occasion de la remise des diplômes d’honneur aux familles des officiers, sous-officiers et soldats, Paris : Librairie Pratique, 1919, 3; Philippe Maréchal (maire), VIIIe Arrondissement de Paris. Remise des diplômes d’honneur, Allocution prononcé devant les familles des soldats tués à l’ennemi par M. le Docteur Maréchal, maire le 17 Décembre 1916, Macon : impr. de Protat Frères, 1917, 8.

24 Joseph Tissier, Vivent les Morts ! Allocution de Mgr l’Evêque de Chalons au service célébré le 2 novembre 1915 en l’église cathédrale de Chalons sur l’initiative de la Croix Rouge pour les Soldats des Armées de Terre et de Mer tombés au champ d’honneur, Chalons : J. Martins et Fils, 1915, 1.

25 Le Souvenir Français. Association Nationale pour l’édification et l’entretien des tombes des militaires et marins Français morts pour la patrie. Comité de Rochefort-sur-Mer, Manifestation de la population de Rochefort, le 2 novembre 1914 sur les Tombes des Blesses, Rochefort, Société Anonyme de l’imprimerie Ch. Thèze, 1914, 5.

26 Eugène Sirech (Abbé), Nos morts ne sont pas morts. Oraison funèbre prononcée à l’église Notre-Dame–des Victoires, à Roanne, le 20 novembre 1916, au service religieux célébré par les soins de la Croix Rouge, pour les soldats et officiers de cette ville, tombés au champ d’honneur, Lyon &Paris, Librairie Catholique Emmanuel Vitte, 1917, 1-4.

27 Ville de Nancy, op. cit., 10.

28 Philippe Maréchal, op. cit., 8.

29 Henri Collin (Chanoine), Debout les Morts ! Discours à la messe annuelle du Souvenir Français célébré le 27 mai 1915 à Notre Dame de Paris, sous la présidence de S. Em. le cardinal Amette archevêque de Paris, Paris : Maison de la Bonne Presse, 1915, 6-12.

30 Philippe Ariès, Essais sur l’histoire de la mort en Occident du Moyen Âge à nos jours, Paris : Seuil Points Histoire, 1975, 157-159.

31 Bulletin de l’Union des Pères et des Mères dont les fils sont morts pour la patrie, Cérémonie du 2 novembre 1916. Hommage solennel aux morts pour la patrie. Discours de M. Le Batonnier Chenu, n° 2 (janvier) 1917, 61-62.

32 Jules Déjarnac, op. cit., 20.

33 Th. Tholozan, Pleure mais espère quand même. Improvisation prononcée le 1er Novembre 1915 au Cimetière de la Route d’Alais devant les tombes de nos chers soldats par TH. THOLOZAN, secrétaire des mobiles du Gard, Nîmes : impr. G. Teissier & Fils, 1915, 10. Sur la propagande anglo-américaine et l’emploi du dipôle civilisation contre barbarie voir Jessica Bennett & Marc Hampton, “World War I and the Anglo-American Imagined Community: Civilization vs Barbary in British and American Newspapers”, in Joel H. Wiener & Marc Hampton (ed.), Anglo-American Media Interactions, Basingstoke: Palgrave Macmillan, 2007, 155-175.

34 André Populaire, Vous qui passez. Vissions de guerre, lueurs d’espérance. Allocution prononcée à la cathédrale de St-Malo le 28 janvier 1915 par le RP. André Populaire des Frères Prêcheurs à l’occasion du Service de Requiem organisé par l’Union des Femmes de France à la mémoire des Soldats et Marins morts au Champ d’Honneur, St- Malo : impr. F-Bazin et Fils, 1915, 5-11.

35 Le Souvenir Français (comité du Havre), Église Notre Dame du Havre, Service Funèbre à la mémoire des armées alliées morts au champ d’honneur, célébré le jeudi 12 Novembre 1914. Allocution prononcé par M. l’Abbé Julien, Archiprêtre du Havre, Le Havre : impr. H. Micaux, 1914, 11.

36 Antonin Bernard (Chanoine), Allocution prononcée à la « messe patriotique » célébrée en la cathédrale de Gap sous la présidence de Mgr Berthet et sous les auspices de la Croix Rouge et de l’Union des Femmes de France, le dimanche 23 août 1914, Gap : impr. alpine, 1914, 2-3.

37 Souvenir Français (Comité du Havre), Église Notre-Dame du Havre. Service Funèbre pour les soldats et marins tombés au champ d’honneur, célébré le Dimanche 23 Août 1914. Allocution prononcée par l’Abbé Julien, Archiprêtre du Havre, Le Havre : impr. H. Micaux, 1914, 9.

38 Ibidem, 5-6 ; Antonin Bernard, op. cit., 3.

39 Le Souvenir Français. Association Nationale pour l’édification et l’entretien des tombes des militaires et marins Français morts pour la patrie. Comité de Rochefort-sur-Mer, op. cit., 9.

40 Le Souvenir Français (comité du Havre), Église Notre- Dame du Havre. Service Funèbre pour les soldats et marins tombés au champ d’honneur, célébré le dimanche 23 Août 1914. Allocution prononcée par M. l’Abbé Julien, op. cit., 1914, 11.

41 Sur le comportement à l’arrière voir : Jean-Jacques Becker, Les Français dans la Grande Guerre, Paris : R. Laffont, 1980.

42 Joseph Tissier, op. cit., 1-4. Sur l’influence des théories de Joseph de Maistre sur le nationalisme français voir : Ivan Strenski, Contesting Sacrifice : Religion, Nationalism and Social Thought in France,Chicago & London : University of Chicago Press, 2002, 68-94.

43 Eugène Sirech (Abbé), op. cit., 8, 17-18. ; Jules Déjarnac, op. cit., 24; Philippe Maréchal, op. cit.,  7.

44 Raymond Poincaré, À la mémoire des morts pour la patrie, 14 juillet 1916, op. cit., 6-7.

45 Raymond Poincaré, En l’honneur des membres du Barreau de Paris, morts pour la France, 28 octobre 1916, op. cit.

46 Sur ce point voir aussi : Annette Becker, La guerre et la foi : de la mort à la mémoire, 1914-1930, Paris : Armand Colin, 1994, 24-35, 119-123.

47 Joseph Tissier, op. cit.,  7.

48 Raymond Poincaré, À la mémoire des morts pour la patrie, 14 juillet 1916, op. cit., 1.

49 Sur la place des atrocités allemandes dans l’imaginaire national français voir : John Horne & Alan Kramer, German Atrocities, 1914 : a History of Denial, New Haven & London : Yale University Press, 2001.

50 A.-M. Rouillon, La Voix de nos Morts. Allocution prononcé aux Tombes du Plateau des Thomassés (Marne) le 3 septembre 1916 par P. A.-M. Rouillon, Aumônier Militaire, Paris : Librairie Artistique et littéraire, 1917, 2 ; Louis Lafon, Hommages aux héros ! Aux Vivants qui meurent et aux morts qui sont vivants. Souvenir du 1er novembre 1915,Montauban, impr. des Orphelins, 1915, 8, 10. ; Philippe Maréchal, op. cit., 7.

51 Joseph Tissier, op. cit., 5-6.

52 Pierre Renouvin, « L’opinion publique française et la guerre de 1917 », Revue d’Histoire Moderne et Contemporaine, vol. 15, n°1, 1968, 4-23.

53 Ferdinand Brunot, IIe Distribution solennelle des diplômes aux familles des Morts pour la Patrie. Paroles prononcées par Ferdinand Brunot, Professeur à la Sorbonne et Maire, 18 mars 1917, Paris : impr. L. Pochy, 1917, 5.

54 Ferdinand Brunot, Ville de Paris-XIVe Arrondissement. IIIe Distribution Solennelle des Diplômes aux Familles des Morts pour la Patrie. Paroles Prononcées, 23 Décembre 1917, Paris : impr. L. Pochy, 1917, 12.

55 Ulric Draussin (pasteur de l’église reformée), Ceux qui meurent. Discours prononcé le 16 Décembre 1917 à la Mémoire des Militaires Morts pour la Patrie, Troyes : Ch. Gris Editeur, 1917, 7.

56 Ferdinand Brunot, Ville de Paris-XIVe Arrondissement. IIIe Distribution Solennelle des Diplômes aux Familles des Morts pour la Patrie. Paroles Prononcées, 23 Décembre 1917, op. cit., 17.

57 Maurice Coulombeau (abbé), Sur les tombes… Allocution prononcée à la cathédrale de Chartes, le 23 novembre 1917, au service solennel pour les morts de la guerre par M. l’Abbé Coulombeau, Chartes : impr. de Durand, 1918 ; Samuel Diény, Aux morts pour la patrie. Sermon prononcé le jour de la Toussaint (1er novembre 1917) en l’Église de l’Ascension à l’occasion du service solennel en souvenir des morts par Samuel Diény, pasteur de l’église du St-Esprit (Paris), Paris : impr. Coueslant, 1918, 10.

58 Ferdinand Brunot, Ville de Paris-XIVe Arrondissement. IIIe Distribution Solennelle des Diplômes aux Familles des Morts pour la Patrie. Paroles Prononcées, 23 Décembre 1917, cit., 14 ; Louis Lacaze (maire de Saint-Paul-Labouffie), op. cit., 18.

59 Désiré Hyacinthe Berthoin, Ce que disent les morts de la Grande Guerre (allocution de Mgr Berthoin, évêque d’Autun), Paris : impr. de P. Féron- Vrau, 1917, 2.

60 Samuel Diény, op. cit., 11-14 ; Paul Calendini (abbé), op. cit., 13.

61 Ferdinand Brunot, IIe Distribution solennelle des diplômes aux familles des Morts pour la Patrie. Paroles prononcées par Ferdinard Brunot, Professeur à la Sorbonne et Maire, le 18 mars 1917, op. cit., 11.

62 Bulletin de l’Union des Pères et des Mères dont les fils sont morts pour la patrie, Cérémonie du 2 novembre 1917. Discours de M. Henry Bonnet,n° 4 (décembre) 1917, 184.

63 Bulletin de l’Union des Pères et des Mères dont les fils sont morts pour la patrie, Cérémonie du 2 novembre 1918. Discours de M. Henry Bonnet, n° 5 (Décembre) 1918, 7-9.

64 Paul Ricœur, La mémoire, l’histoire l’oubli, Paris : Seuil, 2000, 70-71, 338-349.

65 George Hagman, “Mourning : a Review and Consideration”, The International Journal of Psycho-Analysis, vol. 76, n° 5, 1995, 909-925 ; Jean-Claude Métraux, op. cit., 187-226.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Christina Theodosiou, « La mobilisation des morts : culte du souvenir et culture de guerre en France pendant la Grande Guerre », Revue LISA/LISA e-journal, Vol. X – n° 1 | -1, 51-68.

Référence électronique

Christina Theodosiou, « La mobilisation des morts : culte du souvenir et culture de guerre en France pendant la Grande Guerre », Revue LISA/LISA e-journal [En ligne], Vol. X – n° 1 | 2012, mis en ligne le 13 mars 2012, consulté le 30 octobre 2014. URL : http://lisa.revues.org/4844 ; DOI : 10.4000/lisa.4844

Haut de page

Auteur

Christina Theodosiou

Diplômée en histoire à l’Université Nationale et Capodistrienne d’Athènes, Christina Théodosiou prépare actuellement une thèse de doctorat à l’Université Paris-I Panthéon-Sorbonne, sous la direction de Christophe Charle, qui porte sur la commémoration de l’Armistice du 11 novembre 1918 en France dans l’entre-deux-guerres. Son domaine de recherche concerne les mutations de la mémoire de la Première Guerre mondiale et les représentations collectives de la mort et de l’ennemi. Elle est également l’auteur d’un article sur la célébration de l’Armistice de 1918 dans les années 1920 : “Symbolic narratives and the legacy of the Great War: the celebration of Armistice Day in France in the 1920s”, First World War Studies, vol. 1, n°2, 2010, 185-198.

Haut de page

Droits d’auteur

© Presses Universitaires de Rennes

Haut de page
  • Revues.org