Navigation – Plan du site

Signes de turbulence dans les rôles masculins et féminins : femmes et guerres au Royaume-Uni

Elizabeth de Cacqueray
Gender disturbance: women and war in twentieth century United Kingdom

Français

Dans la plupart des sociétés les rôles associés à la défense de la communauté ou à son extension par des moyens militaires sont attribués aux hommes, alors que les femmes se voient attribuer les fonctions liées à la maternité, au maintien de la santé des membres de la famille et, à des degrés divers, à l’alimentation. Ceci était largement le cas au Royaume-Uni à la fin du dix-neuvième et au début du vingtième siècle : dans les classes moyennes et supérieures, une stricte séparation entre les rôles masculins et féminins, allouant le domaine public aux hommes et le domaine familial aux femmes, convenait au développement du système industriel de production. Cependant, entre 1939 et 1945, dans la situation d’urgence d’une guerre « totale, » la participation des femmes à l’« effort de guerre » est devenue une nécessité absolue : ainsi que l’affiche commanditée par le gouvernement l’exprime, la victoire dépendait d’elles. D’abord on leur a demandé, de leur plein gré de prendre part, d’où les campagnes d’affiches les encourageant à occuper un rôle actif à l’extérieur de la maison. Lorsqu’il est devenu évident qu’il faudrait une main d’oeuvre encore supérieure en nombre, le gouvernement à introduit la conscription pour les femmes (National Service Act N°2, décembre 1941), mesure qui n’avait de précédent, ni au Royaume-Uni, ni ailleurs au monde. En fin de compte, plus de sept millions de femmes ont remplacé les hommes dans l’industrie et dans l’agriculture, ou se sont engagées dans les services armés pour femmes, remplissant toutes une multitude de tâches nouvelles pour celles-ci. La guerre suscita des changements profonds dans la vie de toutes les femmes, car, même celles qui n’occupèrent aucune fonction à l’extérieur de leur foyer virent la nature de celui-ci se transformer – les hommes engagés, les enfants évacués – s’il n’était pas, de surcroît, détruit lors des bombardements. La guerre a ainsi entraîné une redistribution radicale et sans précédent des rôles associés au masculin et au féminin, remettant en question l’ancien ordre social. Cependant, une fois la guerre terminée, en grande majorité, les femmes sont retournées au foyer, laissant les fonctions récemment découvertes aux hommes, malgré la pénurie de main d’oeuvre qui perdurait. Bientôt, on ne se serait pas douté de leur présence dans ces divers lieux. Ce phénomène-ci n’était pas entièrement inconnu, car, déjà, lors de la guerre 1914-1918, un grand nombre de femmes avaient remplacé les hommes dans les usines et certaines tâches à l’armée avaient été attribuées aux femmes. A cette occasion aussi, les femmes sont retournées discrètement au foyer. Il est possible, cependant, dans ce cas, que leur participation ait joué un rôle dans l’acquisition du droit de vote pour les femmes, car, il y a eu une certaine ouverture du suffrage pour les femmes dès 1917. (De même, bien que cela soit en dehors de notre époque d’étude, la guerre en Crimée a vu les débuts de l’ouverture de la profession d’infirmière vers les femmes). Cependant, la participation des femmes en 1914-1918 est peu mise en avant et celle des femmes en 1939-1945 n’a réellement été officiellement reconnue et saluée qu’en juillet 2005, avec l’installation d’un monument à leur honneur au centre de Londres.

Ce numéro de LISA examinera la façon dont une nation peut faire appel aux femmes en temps de guerre. Comment la nation « utilise » les femmes et comment, à leur tour, on peut dire que les femmes « utilisent » la guerre ? Comment les rôles associés au masculin et au féminin sont-ils affectés par la guerre et comment les femmes elles-mêmes réagissent-elles aux changements dans leurs expériences de vie ? Lors de ces guerres, comment les représentations des femmes – écrites, en image fixe, cinématographiques, auditives – ont-elles évolué en fonction de nouveaux besoins ? Quelle relation y a-t-il entre la représentation et la « réalité » environnante ? Quels furent, pour les femmes, les effets de ces guerres à plus long terme ?

La première partie de ce numéro sera consacrée aux femmes et à la première guerre mondiale et la deuxième partie aux femmes et à la deuxième guerre. Des comparaisons entre les situations des femmes dans chacune des guerres seront bien accueillies. Diverses facettes de la vie des femmes peuvent être étudiées à travers des sources différentes – journaux intimes, oeuvres de fiction et autres oeuvres littéraires, documents officiels, cinéma, peinture...

English

In most societies gender stereotyped roles attribute to men combative functions related to defence and attack, whilst women are engaged in the functions of motherhood and caring for the community. This was nowhere more the case than in the UK, in the late nineteenth and early twentieth century: strict division of gender roles, in the middle and upper classes, allotting men to the public domain and women to the home, suited the demands of developing industrial production. However, between 1939 and 1945, in the national emergency of “total war,” the contribution of women to the war effort became an absolute necessity: as the government commissioned poster states, victory depended on them. They were first called upon on a voluntary basis, hence the poster campaigns to encourage women to take on an active role outside the home. When it became evident that an even greater workforce was required, in an unprecedented move, in Britain or elsewhere in the world, the War Cabinet introduced conscription for women (National Service Act N° 2, December 1941). Finally, over seven million women replaced men in industry and in agriculture and entered the women’s auxiliary armed forces, carrying out all number of different tasks, new to women. None were left unaffected by profound changes in their life, due to the war, as those who did not enter “external” active service saw the nature of their homes transformed – men folk conscripted, children evacuated – if not physically destroyed by air raids. War led thus to a shake up of gender roles on an unprecedented scale, calling radically into question earlier social order. Yet, after the war, women returned in majority to their homes, leaving their newly found functions to men, in spite of a continued shortage in the workforce. Soon one would hardly have known they had ever been there. Women’s contribution to the Second World War was only really recognized and honoured with the setting up of a memorial monument in Whitehall, in July 2006. This phenomenon was not entirely unknown: indeed, already, between 1914 and 1918 large numbers of women had mobilised to meet the demands of the war industry and women had begun to take on some duties within the army. Here too, women returned to their homes, though it is possible that their determined contribution during the war forwarded their access to suffrage. (Similarly, the Crimean War, although it is outside our time range, saw the beginnings of nursing as a profession for women.)

This issue of LISA invites an examination of the ways in which a nation calls on its female members in wartime. In what ways are women “used” by the nation and, in turn, in what ways can women be seen as “making use” of war? How are gender stereotypes affected by war and how do women themselves react to their altered experience? During these wars, how were representations of women – verbal, pictorial, cinematographic, auditory – developed in accordance with new demands? What relationship was there between the representations and surrounding “reality”? What were the longer term effects of these wars for women?

The first part of the issue will be devoted to women and World War One and the second part to women and World War Two. Comparisons between women’s situations in each of the wars are welcome. Different facets of women’s lives and experiences may be studied through a variety of source material: diaries, personal accounts, fictional and other literary accounts, official documents, cinema, painting...

  • Revues.org