Navigation – Plan du site

En terre étrangère ? Poésie anglophone et arts graphiques

Pascale Guibert
On foreign ground? English language Poetry and the Pictorial

Français

« La couleur et l’espace, c’est l’indicible. On peut naturellement paraphraser ou décrire ce qui est peint, mais on ne peut pas peindre ou dépeindre cet objet étrange, magique, absurde qu’est le tableau. Ce n’est pas le même désir. » écrit Henri Cueco dans Le journal d’une pomme de terre [1993] (2001).

Et pourtant, certains poètes « disent » le tableau, sans pour autant le paraphraser.
Mais alors, s’ils ne racontent pas le tableau, qu’en font-ils, et que font-ils, ces poètes ? Quel « désir », aussi, peut bien les pousser à aller vers la peinture — ou tout autre forme d’art visuel — ? Est-il vraiment aussi différent de celui du peintre que le pense Henri Cueco ?

Et enfin, s’il n’est pas plus question pour ces poètes de « peindre » que de « dépeindre » l’œuvre visuelle, comment celle-ci passe-t-elle (ou ne passe-t-elle pas) dans le texte ?

C’est, entre autres, à ces questions que tenteront de répondre les contributions à ce numéro spécial de La revue LISA, « En terre étrangère ? », consacré à l’incursion de la poésie anglophone dans le domaine des arts graphiques.

Les propositions de contribution, en anglais ou en français, devront être envoyées pour la fin octobre 2004, précédées d’une courte bio-bibliographie de leurs auteurs.

Les contributions acceptées pour ce projet devront ensuite nous parvenir pour le 31 juillet 2005. Elles seront revues par au moins deux relecteurs, étant bien entendu que leur contenu n’aura pas pas été soumis à ni accepté par un autre journal. Des illustrations peuvent être fournies à la condition expresse qu'elles n’entraînent aucun paiement de droits. Pour d’autres détails, consulter la rubrique « consignes aux auteurs » sur le site web de La Revue LISA : http://www.unicaen.fr/mrsh/lisa.

Contact : Pascale GUIBERT (Université de Caen, France)

English

“Colour and space are ineffable. One can obviously paraphrase or describe what one sees in a painting. But the painting itself, that weird, magical and absurd object, can be neither pictured nor depicted. For what is being sought is not the same.” So writes New Figuration painter Henri Cueco in his studio diary, Le journal d'une pomme de terre (The Diary of a Potato), [1993] (2001).

And yet, there are poets who “invoke” paintings, who give words to them, without paraphrasing them.

But if these poets do not remain on the outside of the painting, what use do they make of it? What is the nature of the "desire" that draws them towards the painting? Is it really as different from the painter's own desire as Henri Cueco believes?

And finally, if we agree with the idea that what motivates a poet is not simply the desire to depict the contents of the painting, what happens to the painting when it becomes the subject / object of a poem? Simultaneously, what happens to the poem when a painting becomes its subject / object? How do poems transform such an object? How does painting mark the text?

These are among the questions which contributors to this number of LISA e-journal on the crossing of English-language poetry over to the realm of the pictorial may wish to address.

Completed articles will be required for July 31, 2005. They will be reviewed by at least two reviewers, on the understanding that the materials have not been submitted to and accepted by another journal. Illustrations can be provided on the express condition that no copyrights are to be paid. All submissions should be double-spaced, and conform to the MLA style. For further details, please check on LISA e-journal's web-site : http://www.unicaen.fr/mrsh/lisa.

Contact : Pascale GUIBERT (University of Caen, France)

  • Revues.org